AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 entre quatre yeux (wolfstar - osulus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Ven 20 Jan - 2:42


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

Il avait du mal à respirer - la surface de l'eau était encore loin, il lui semblait que tout autour de lui l'engloutissait et qu'il ne pouvait rien faire contre l'impression de suffoquer. Il se tirer du sommeil, bougeant les mains, luttant contre l'engourdissement de ses membres. Il ne savait pas où il se trouvait, mais il devait quitter cet endroit. Il devait ouvrir les yeux, simplement ouvrir les yeux, et se rendre compte qu'il était en sécurité - qu'il ne se trouvait pas possiblement devant les Aurors pour ce qu'il s'était passé plus tôt.
Le feu, les os qui se brisent, la colère, la rage, l'amertume. Marlène. Il grimace, la peau de son visage le tiraille, et il gémit dans son sommeil. Etat de demi-conscience parce qu'il sait qu'il ne rêve pas vraiment. Il est simplement coincé dans son inconscience. Il doit lutter, il doit s'éveiller.
Maintenant.

Il bouge la tête en premier, prenant conscience que son corps est raide, que ses muscles sont douloureux, et qu'il a encore foutrement mal à la jambe. La jambe que Marlène lui a brisé. Merlin. Sa meilleure amie n'y avait pas été de main morte. comme toi. Comme lui, et il n'arrive pas à regretter ce qui a pu se passer. Le sortilège d'oubliette devait - DEVAIT - avoir fonctionné. Il ne pouvait pas se réveiller ailleurs qu'en sécurité. Possiblement à l'infirmerie, où il sait qu'il les a amené dés qu'il l'a pu; personne dans les couloirs, et déjà des blessés qui affluaient. Eux ? Ils ont été attaqués - Oswin a pu les tirer d'affaire comme il a put, mais Marlène a eut moins de chance. Et après ? L'inconscience imposée par les potions de sommeil.
Mais il n'était plus fatigué, il voulait ouvrir les yeux. Il devait ouvrir les yeux - alors il s'attache à cette idée, et il combat l'engourdissement de ses paupières. Trop lourde, mais assez pour qu'il n'arrive pas à ouvrir finalement les yeux. D'abord aveuglé par la lumière qui baigne la pièce, il arrive à s'y accommoder et à regarder autour.

L'infirmerie.
Il reconnait les vitraux, les lits, l'odeur des onguents. Il entend des murmures, des soupirs, des gémissements, des plaintes. Il se tourne pour constater que le lit à côté du sien est occupé - Remus Lupin. Qu'est-ce qu'il fait là ? Il tente de voir plus, de comprendre ce qu'il se passe, mais sa tête est prise dans un étau. Et il ne peut que se redresser un temps pour chercher de quoi boire parce que sa gorge est terriblement sèche. Remus semble réveillé, tourné de l'autre côté à discuter. Ou quelque chose comme cela.
Il boit, doucement, lentement. Il reprend possession de son corps avant de finalement recevoir les soins d'une infirmière qui l'examine. Mais il n'a plus grand chose. Des coupures sur l'ensemble du corps dû à un Sectumsempra à peine évité. La tête lourde de fatigué. Les muscles endoloris. Et l'os de sa jambe qui se répare lentement. La nuit dernière a été un massacre, il a dormit toute la matinée. Midi s'élance déjà, et il se rend compte que son ventre est tordu d'angoisse. « Reg-Regulus Black. Est-il... Ici ? » demanda-t-il à l'infirmière qui fronce les sourcils avant de secouer la tête. Et son souffle s'échappe, il se sent se détendre avant que son regard ne soit attiré vers l'entré.

Aimanté. Comme guidé.
L'assurance de croiser les pupilles familières pour motivation à ce geste impulsif. Et il se trouvait là - Regulus - et il allait bien, Merlin. Il se sent automatiquement soulagé, apaisé, et incapable de ne pas simplement resté les yeux figés dans ceux du Black.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mer 1 Fév - 2:51


Un pas devant l’autre, tu avances dans les ombres, observe longtemps et parle peu. Les esprits sont saccagés, et le blâme repose en partie sur tes épaules. Toi et les autres hommes masqués, certains ayant fait plus saigner que d’autres. Ta victime à toi, James Potter, a été envoyé à Ste-Mangouste, et c’est pourquoi tu t’y diriges sans craindre de le voir allongé dans un des nombreux lits. Tu n’as pour le moment, aucune envie de repenser à ce Gryffondor que tu détestes tant, inconscient dans son propre sang. Aucune envie de repenser aux émotions que tu as ressentie, un mélange de joie horrifique que tu pousses bien loin dans ton esprit. Impassible visage, tu te promènes avec les sourcils froncés, montrant un mécontentement bien réel toutefois. Il veut trouver Oswin, tu ne l’as pas revu depuis le début de l’attaque, et c’est quelque chose que tu veux changer le plus rapidement possible. Heureusement, tu n’as pas besoin de t’inquiéter d’Averill, que tu sais avoir été en sécurité la nuit dernière. Tous les autres sorciers ne goûtent pas à ton angoisse, principalement car ceux auxquels il tient portaient également un masque, ou se trouvaient ailleurs, au courant de l’imminente attaque. Tu marches et t’as l’impression d’avoir la tête dans un étau, t’entends ton palpitant qui bat dans tes tempes mais tu refuses de laisser une once de regret empoisonner tes veines. Tu as longtemps rêvé de refaire le portrait à Potter, et si tu ne pensais pas que ça se ferait sous de telles circonstances, au moins t’as eu la chance de le faire. C’est étrange cependant de voir autant de souffrance et savoir que tu en es responsable, et que ce n’est que le début d’une longue chaîne. Aussi bien t’y immuniser maintenant.

Une éternité plus tard, ton regard tombe finalement sur la porte de l’infirmerie, et tu attends calmement ton tour avec d’autres étudiants, certains en larmes. Les bras croisés et le regard fixé sur personne, tu n’ouvres pas la bouche jusqu’à ce qu’on te laisse finalement entrer. Là, il expire longuement avant de jeter un regard aux lits remplis, restant à l’entrée pour pouvoir t’échapper rapidement si Os n’y est pas. Sauf que tes yeux tombent dans les siens et vous ne pouvez plus vous détacher l’un de l’autre. Une longue minute passe avant que tes jambes acceptent de bouger et s’avancer jusqu’à son lit. Soulagé, tu ne remarques personne d’autre car même une fois arrivé près de ton meilleur ami, tu quittes le confort de ses yeux juste pour observer chaque parcelle de sa peau, et tu grimaces en voyant ses blessures. Os - comment tu te sens? que tu demandes en t’assoyant sur un coin de lui, t’installant de manière à ce que tu puisses attraper sa main sous la couverture sans que personne ne le remarque. . Je me suis fait du sang d’encre pour toi… que tu lâches dans un murmure.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1253
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mer 1 Fév - 19:55

Entre quatre yeux
Il dort d'un sommeil plein de rêves. Il bouge lentement dans son sommeil, essayant de s'échapper encore une fois de ses pires cauchemars qui dansent devant ses yeux. Les potions de sommeil devraient le calmer mais cela ne fait que l'angoisse encore plus, simplement car il ne peut pas lutter contre la fatigue qui s’empare de lui lorsqu'on lui fait avaler cette mixture chimique et soporifique. Il subit les résultats de cette attaque et il a l'impression de la revivre à chaque instant, dés qu'il tombe dans ce sommeil de plomb. Il revoit ce masque, ce visage que son cerveau invente pour donner une image à la personne qui l'a attaqué. Il revoit la haine dans ces pupilles, il entend ces insultes et ces mots crachés au visage comme si il n'était rien de plus qu'un caillou sur le chemin de ce mangemort. Et pour la première fois il a peur des conséquences. En lui parfois, il sent le loups e débattre. Dante est enfermé dans une sorte de cage, ne pouvant pas s'exprimer à cause de la potion qui l'endort également. Ainsi sa colère explose, elle est douloureuse. Remus sent une douleur inexplicable dans son corps quand Dante se met à grogner, voulant se débattre contre la potion mais ne pouvant rien faire. Alors il se réveille, plus agressif encore. Le lycan sait que la prochaine pleine lune sera dévastatrice pour son esprit, il prend le risque tout de même.

Heureusement au bout de quelques heures il se réveille en sursaut, luttant pour ne pas se rendormir encore une fois. « Sirius ?! » Appel désespéré alors qu'il cherche la présence chaude et réconfortante de son tendre amant. Il le trouve, non loin de lui car la veille Ted Tonks a approché les lits des deux amants pour qu'ils ne se quittent pas. Ainsi il peut glisser sa main dans celle de son homme et serrer ses doigts, sentant son cœur battre à une vitesse folle dans son torse. « Cauchemars. Encore, rien de grave. » Dit-il avec douceur en tournant son visage vers son amant et en lui offrant un pauvre. Ted est un excellent infirmier, il doit reconnaître qu'il ne souffre plus de sa jambe depuis que le mari d'Andromeda c'est chargé de s'occuper de lui. Il ne sait pas exactement ce qu'il a fait, mais sa jambe reste immobile et ne le fait pas souffrir. A la rigueur ça gratte un peu, mais rien de plus. Puis doucement il relève la tête et balaye la pièce d'un regard avant de tomber sur Oswin en compagnie de Regulus. Pression sur la main de son homme avant de lui désigner d'un signe de tête son petit frère. « Oswin est à l'infirmerie ? » Il faut dire qu'il sort difficilement de son état comateux et qu'il se rend à peine compte, qu'il connaît la moitié des visages ici.

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2013
Date d'inscription : 24/04/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mer 1 Fév - 22:44


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

Il somnolait plus qu'il ne dormait, combattant les effets des potions apaisantes, alors qu'il avait le sentiment que tout s'effondrait autour de lui. Il entendait encore les hurlements, la voix dans sa tête qui lui ordonne de tuer Triss, et les pleurs de la blonde une fois dans le tunnel pour retourner à Poudlard. Il se souvient de la fumée qui lui brûle la gorge, et des poutres qui s'effondrent autour de lui. Il se souvient d'Andromeda qui le cherchait dans le chaos, et Triss dont le sang perlait à grosses goutes. Et le sentiment qu'il ne pouvait pas combattre le chaos, mais qu'il pouvait survivre. Cette fois il avait pu sortir sa baguette se prouver qu'il n'était pas simplement faible et inutile. Cette fois il avait regardé le mal droit dans les yeux - masqué par cette grimace immonde et impersonnelle - et il l'avait combattu. Il se sentait plus fort à présent, mais inquiet : James, Remus et Lily étaient blessés.
Il s'était réveillé dans la matinée, retrouvant son cousin près de lui. Edward Tonks avait accepté d'avancer le lit de Remus pour qu'il soit contre le sien, et que Sirius puisse être présent pour son petit ami. Il s'était rendormi en tenant la main de Remus fermement dans la sienne - son corps lui faisait mal encore, et il ne pouvait pas lutter contre la fatigue.

Mais il avait le sentiment de tout percevoir autour de lui. Les allers et venus des infirmières, et des médicomages. Les professeurs qui venaient donner les ordres du directeur, et le début des visites de quelques étudiants. Il entendait absolument tout - comme il sentait le corps de Remus qui s'agitait à cause de ses cauchemars. De manière instinctive il s'était rapproché du lycan, la tête dans ses cheveux clairs, et la main entourant son torse blessé. Sirius !? il se redressa automatiquement, s'appuyant sur son bras gauche sur surmonter Remus de son corps. Protecteur. Il caressa la joue de son amant, comme pour calmer les battements de son corps qu'il devinait rapide, une question silencieuse dans le regard. Entièrement tourné vers Remus, il en oubliait le reste du monde, et ne vit pas son frère qui entra dans l'infirmerie.
REMUS — « Cauchemars. Encore, rien de grave. »
SIRIUS — « Tu es sûr ? Tiens, bois un peu. » Dit-il en prenant un verre d'eau qui se trouvait sur la table de chevet de son côté, et la glissant jusqu'à Remus, l'aidant à se redresser pour qu'il puisse boire tranquillement. Le Black s'assit alors en tailleur sur le lit double de fortune, pour se rapprocher de Remus et le surplomber en même temps, s'assurant qu'il ne souffrait pas, et qu'aucune de ses plaies ne s'étaient ré-ouvertes.

Alors seulement il se rendit compte que Remus ne le regardait pas, mais fixait un point sur sa gauche. Sirius suivit son regard et son coeur manqua un battement. Regulus.
REMUS —  « Oswin est à l'infirmerie ? »   Le regard de Sirius se posa sur le lit qui se trouvait à moins d'un mètre, et où l'asiatique était allongé effectivement. Il constata la proximité entre lui et Regulus, et chercha le regard de son frère.
SIRIUS — « Content de voir que tu n'as rien, Regulus. » Dit-il avec une voix monocorde, refusant de montrer combien il était soulagé de voir que son petit frère allait bien - apparemment en tout cas. Qu'il n'était pas blessé ou sur un lit d'hôpital comme James. Et a cette pensée il baisse les yeux, se concentrant à nouveau sur Remus dont il caresse les cheveux tendrement comme pour éloigner les effets néfastes des cauchemars. SIRIUS — « Tu as aussi été attaqué Feuerbach ? Qu'est-ce qu'il s'est passé hier soir ? » Dit la première question était tournée vers l'asiatique, l'autre se posait aux trois protagonistes restés au château essayant de trouver une logique à toute cette histoire.

_________________

Marauders
I solemnly swear that I am up to no good.

« you seem to enjoy books, chocolate and that stuff while I enjoy parties, sex and Quidditch » ◊  Wolfstar.

That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Jeu 2 Fév - 11:44


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

Figé. Son palpitant s'accélère soudainement alors qu'il plonge dans les orbes bleus claires. L'inquiétude a marqué le visage de Regulus, et Oswin ne peut pas l'ignorer. Il a l'air de ne pas avoir fermé l'oeil, d'être plongé dans un de ces foutus cauchemars qui le laissent pantelant et l'arrache à son sommeil jusqu'à ce que les premières lueurs de l'aube le poussent hors de son lit. Mais ce matin-là, sans doute, même le soleil n'a su le réveiller de cette impression atroce que le cauchemars était bien réel. Il l'était - Oswin aurait dû rentrer au dortoir la veille et le rassurer. Mais Marlène avait été un adversaire de taille et suite à ses blessures il n'avait eut d'autres choix que de se retrouver dans ce lit d'hôpital.
Une minute passa sans que rien ne se passe, jusqu'à ce que Regulus ne fonde sur lui rapidement. En quelques pas il se retrouvait sur son lit, et jamais Oswin n'avait été aussi soulagé de le voir. Il parcourait son corps sans aucune gêne, s'assurant qu'il n'y avait ni blessure, ni bandage, ni hésitation dans ses pas.
REGULUS — « Os - comment tu te sens ? » Il laissa échapper un ricanement qui réveilla une douleur dans son plexus, lui tirant une grimace. Il se redressa comme il le pouvait pour s'asseoir contre le montant du lit, un coussin énorme derrière lui, et ne quitta plus le regard de Regulus.
OSWIN — « Tu veux dire maintenant que je sais que tu vas bien ? » Lui demanda-t-il avec un sourire en coin, véritablement soulagé. Il se fichait bien de souffrir suite à cette soirée cauchemardesque, si Regulus allait bien. Comme toujours le Black restait sa priorité, et s'il n'était pas à l'infirmerie cela ne signifiait qu'une chose : il avait su se battre contre ses démons la veille et sortir vainqueur.

Il sentit alors la main de Regulus prendre la sienne, répondant à l'étreinte avec plaisir. Une chaleur douce se répandit dans tout son être, et il se sentit se détendre.
REGULUS — « Je me suis fait du sang d’encre pour toi… » Touché, le sang mêlé, serra un peu plus les doigts de Regulus, mais avant qu'il ne puisse répondre une autre voix s'éleva près d'eux, le sortant de cette bulle de confort dans lequel il se trouvait dés lors que Regulus se trouvait avec lui.
REMUS — « Oswin est à l'infirmerie ?  » Il se tourna vers sa droite où ce cher Remus Lupin était à présent allongé, les fixant. Sirius Black près de lui, un air toujours aussi affable sur le visage. Oswin ne sut comment réagir à cette intrusion soudaine, se contenta de serrer plus encore la main de Regulus, et de dessiner des cercles avec son pouces sur le dos de sa main comme pour le rassurer. Ou lui assurer qu'il était bien présent.
OSWIN — « Tout comme tu l'es, Remus. » Répondit-il finalement avec un fin sourire sur les lèvres.

Il ne manqua pas de remarquer que le Black n'avait d'oeil que pour son cadet. Sirius se trouvait à présent assis sur le lit, les bandages visibles sur son torse et une partie de son bras. Il regardait Regulus avec un air insondable.
SIRIUS — « Content de voir que tu n'as rien, Regulus. » Oswin se tourna alors vers son ami - son amant - et lui sourit.
OSWIN — « C'est un véritable soulagement, Lieben. » Murmura-t-elle de sorte que seul Regulus puisse l'entendre. Il aurait eut envie de se plonger dans le regard de Regulus pour ne plus jamais en être arraché. Que jamais encore ils n'aient à vivre une soirée comme la veille. Affronter cette réalité qui attendait le Black si Oswin ne trouvait pas un moyen de redorer son blason sans qu'il dusse en passer par là. Mais plus le temps passait, et plus il devait admettre qu'il ne trouvait rien. Il n'avait plus qu'à plonger avec Regulus, espérant le sauver encore de lui-même. Il avait plongé, allant à l'encontrer de ses convictions. Et il avait blessé Marlène.
SIRIUS — « Tu as aussi été attaqué Feuerbach ? Qu'est-ce qu'il s'est passé hier soir ? » Il resta le regard dans le vide un moment, sourcils froncés, tentant de retrouver ses souvenirs de la veille. La question de Sirius était intrusive, il le savait, mais il s'en tiendrait à sa version des faits.
OSWIN — « Je faisais ma ronde hier soir près de la bibliothèque lorsque j'ai entendu... Des bruits. Des combats. J'y suis entré pour voir deux personnes masquées attaquer Marlène. » Annonça-t-il en se tournant vers Sirius, sachant qu'il était lui-même proche de la Serpentarde. S'il avait l'air trop coupable, ou pas assez il savait que la confiance du Black dans ses récits seraient mis à mal. Il ne pouvait pas se permettre d'éveiller les soupçons sur la véracité de ses propos. « J'ai voulu l'aider, ce qui était sans doute stupide mais elle est mon amie. Je ne sais pas combien de temps ca a duré. Longtemps. J'ai été aveuglé un long moment... Je... Je me souviens que Marlène était à terre. Les autres avaient disparu. Et j'ai pu simplement l'amener ici. » Termina-t-il en se tournant vers Regulus, comme pour lui assurer qu'il n'avait rien. Qu'il survivrait. Que cette attaque il ne la regrettait pas.


_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Sam 4 Fév - 18:37


Tellement concentré. Tellement concentré que t’as même pas remarqué Sirius dans le lit à côté de Lupin quand t’es rentré. Ta poigne se fait automatiquement plus forte sur la main d’Oswin, siri – Content de voir que tu n’as rien Regulus, qu’il dit pour attirer ton attention, d’une voix blanche de toute émotion. Tu te sens plein d’émotions, toi, et tu dois te retenir pour ne pas exploser là, maintenant. C’est trop vite, beaucoup trop vite pour affronter le regard de ton frère. Ici plus qu’ailleurs, en promenant un regard dans l’infirmerie et voir tous ses élèves blessés, des connaissances, ça te fait prendre encore plus conscience de ce qui s’est passé hier. T’as été isolé avec James Potter, certes, mais vous n’étiez pas les deux seuls sorciers à vous balancer des sortilèges par la tête. Avant d’y penser davantage tu lèves la tête et regarde ton frère droit dans les yeux. reg – Pareillement, que tu lui réponds sur le même ton, tout en lui faisant un signe imperceptible de la tête. Oui, c’est vrai que tu es content de voir qu’il va bien, car même s’il a sa place dans l’infirmerie aujourd’hui, au moins, il a été épargné du pire. Vide, tu dois être vide et inexpressif plus que jamais, même si t’entends ton cœur battre la chamade dans ta tête, un douloureux rappel que ce moment de répit prendra fin si jamais Sirius apprend ce que tu as fait à son nouveau frère. Vide tu y parviens juste ce qu’il faut, alors que ton aîné baisse les yeux sur le brun allongé à ses côtés. Tu fermes les tiens une seconde. os – C'est un véritable soulagement, Lieben. Et ils retournent aussitôt sur Oswin, qui réussit à t’arracher un sourire. reg – Pour moi aussi, souffles-tu d’une voix que tu laisses cette fois être tremblante. Pas assez forte pour être entendu par les autres, mais de toute manière, malgré les malades et le besoin de repos, l’infirmerie n’est pas des plus tranquille. siri – Tu as aussi été attaqué Feuerbach ? Qu'est-ce qu'il s'est passé hier soir ? Voilà que tu relèves la tête à nouveau, cette fois, arrêtant ton regard sur Remus Lupin. Il semble revenir difficilement à lui, et tu dois dire que tu es aussi soulagé de voir qu’il va bien. Tu ne sais pas comment tu aurais réagit de t’être retrouvé face à Lupin au lieu de Potter hier, car autant tu détestes le meilleur ami de ton frère, son petit-ami, par contre, était plus difficile à détester. os – Je faisais ma ronde hier soir près de la bibliothèque lorsque j'ai entendu... Des bruits. Des combats. J'y suis entré pour voir deux personnes masquées attaquer Marlène. J'ai voulu l'aider, ce qui était sans doute stupide mais elle est mon amie. Je ne sais pas combien de temps ca a duré. Longtemps. J'ai été aveuglé un long moment... Je... Je me souviens que Marlène était à terre. Les autres avaient disparu. Et j'ai pu simplement l'amener ici.

T’as un peu du mal à suivre, suffit de voir les courtes réponses que t’es parvenu à répondre depuis que t’as pris conscience de la proximité de Sirius. T’aurais eu envie d’être seul avec Os, d’avoir le droit de l’amener loin d’ici pour vous dissimuler dans votre dortoir. Vous auriez eu en masse de temps pour parler, analyser, oublier. Là, tu dois digérer rapidement, réagir avec aisance, et ne pas oublier ce sentiment satisfait qui t’as habité après ton duel avec Potter. Tu devrais être content, la soirée a été un succès, et de plus, le Gryffondor ne se doute nullement que c’est toi qui l’a attaqué. Aucune raison que Sirius ne le sache. reg – Tu aurais très bien pu laisser McKinnon se débrouiller toute seule au lieu de te briser la jambe, réponds-tu à Os en forçant un léger sourire sur tes lèvres. Prendre à la légère, blaguer, alors qu’il sait qu’entre l’autre blonde et toi, ça n’a jamais été le grand amour. reg – J’ai reçu un coup assez fort sur le nez que j’ai manqué le gros de la soirée. Je suis même pas certain d’avoir bien aperçu ceux qui ont attaqués… ajoutes-tu en passant ta main libre dans tes cheveux et levant les yeux vers le ciel, dans un geste de réflexion. Puis, c’est vers le couple de lions que tu te centres à nouveau. reg – Tu ne sembles pas avoir eu autant de chance, Lupin, commences-tu, juste avant de relever les yeux vers ton frère pour la deuxième fois depuis le début de la conversation. reg – Et toi?

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2013
Date d'inscription : 24/04/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mer 8 Fév - 23:43


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

Être à l'infirmerie c'est pas le truc qu'il supporte le mieux - sans doute parce qu'il n'aime pas ce sentiment de faiblesse, cette impression d'être bon à rien, et l'inactivité. Pire encore, l'enfermement avait tendance à le rendre fou, et il ressentait assez rapidement le besoin de se lever pour sortir d'ici et aller profiter du parc de Poudlard. Le besoin d'air frais risquait de le rendre fou s'il ne convainquait pas rapidement les infirmières qu'il ne pourrait pas aller mieux dans ses conditions. Il ignorait superbement les tirailles et de son corps, les muscles qui l'engourdissaient, et son mal de crâne - il n'avait de cesse de répéter qu'il allait bien, et qu'il devrait plutôt être ailleurs, que sur un lit qui pourrait être utile à un autre étudiant. Mais les infirmières avaient aussi remarqué que plus que sa propre liberté, Sirius s'inquiétait pour Remus Lupin. Et comme Ted avait rassemblé leurs lits, il passait la majorité de son temps à regarder son amant dormir, veillant son sommeil pour apaiser ses grognements face aux cauchemars; ou alors dormait-il lui-même contre le corps chaud de Remus. Cependant, la soudaine présence de Regulus et Oswin - bien que ce dernier était simplement là sans que Sirius n'y fasse attention - avait le mérite de le sortir de sa torpeur et de l'ennuie. Il détestait rester sans rien faire.
Il trouvait là l'occasion de parler de la soirée de la veille, regardant son frère qui ne semblait rien avoir alors que son ami se trouvait sur le lit salement amoché.
OSWIN — « Je faisais ma ronde hier soir près de la bibliothèque lorsque j'ai entendu... Des bruits. Des combats. J'y suis entré pour voir deux personnes masquées attaquer Marlène. » Le coeur de Sirius fit un bond de surprise en apprenant la nouvelle. Pas qu'il fusse aussi proche de Marlène que devait l'être l'asiatique, mais tout de même - il ne voulait pas la savoir blessée. Et voyant qu'elle n'était pas dans l'infirmerie (il fit un repérage des lieux rapidement), il en conclut qu'elle devait avoir été menée à Sainte-Mangouste. Dans la bibliothèque - Merlin - combien étaient-ils hier soir ? Fronçant les sourcils, Sirius serra plus encore la main de Remus dans la sienne, la colère montant encore d'un cran devant la folie des assaillants. Et plus il y pensait plus il se persuadait que l'attaque venait de l'intérieur.
OSWIN — « J'ai voulu l'aider, ce qui était sans doute stupide mais elle est mon amie. Je ne sais pas combien de temps ca a duré. Longtemps. J'ai été aveuglé un long moment... Je... Je me souviens que Marlène était à terre. Les autres avaient disparu. Et j'ai pu simplement l'amener ici. » Il opina, oscillant entre l'envie de hurler, ou de partir en courant en déclarant vengeance à quiconque il pourrait croiser. Evidemment, la présence de Remus à ses côtés l'aidait à se focaliser sur la conversation et à ne pas perdre pied.
REGULUS — « Tu aurais très bien pu laisser McKinnon se débrouiller toute seule au lieu de te briser la jambe. »
SIRIUS — « Belle mentalité Reg. » Grogna-t-il en foudroyant son frère du regard, bien étonné cependant d'apprendre qu'Oswin a joué les chevaliers servants. Mais puisque lui et Marlène sont amis peut être que cela n'a rien de surprenant. Il en était plutôt ravi en réalité. Il n'aurait pas aimé apprendre que la jeune femme ne s'en était pas tiré. Il avait beau ne plus rien ressentir pour elle, la savoir allongé sur un lit d'hôpital ne lui faisait pas plaisir pour autant. Bien au contraire. Et comme il était tourné vers Regulus à présent il attendit de savoir ce que lui avait bien pu vivre.
REGULUS — « J’ai reçu un coup assez fort sur le nez que j’ai manqué le gros de la soirée. Je suis même pas certain d’avoir bien aperçu ceux qui ont attaqués… » On a pas tous été aussi chanceux. Et le regard de Sirius viens à présent à la rencontre des yeux mordorés de Remus dont il vient caresser le bras, et remonte sur sa joue avec tendresse. Toujours cette foutue colère - parce que l'amour de sa vie a été blessé durement, qu'il n'était pas là pour l'aider, et qu'il ne sait pas qui en est à l'origine. Pas qu'il ne trouvera pas, de toute façon.
REGULUS — « Tu ne sembles pas avoir eu autant de chance, Lupin. »
SIRIUS — « Ca restera pas impuni. » Assure-t-il en sondant le regard de son amant, avec cette détermination qui est bien plus forte à présent. Pas qu'il ne l'avait pas déjà ressenti quand lui même avait été enchainé, mais avoir entendu les hurlements de Remus quand sa jambe a été brisée, et le voir allongé à présent, encore affaibli par les blessures et le sommeil pervertis par les potions, le rendait malade. Il ne supportait pas de le voir aussi mal. Pas lui.
REGULUS — « Et toi? » Il ne quitta pas Remus du regard quand il raconta à son tour sa soirée :
SIRIUS — « J'étais dans les réserves des Trois Balais pour choper du Purfeu quand ca a explosé. Ils ont attaqué Pré-au-Lard. Il reste rien de Zonko. Peu de choses d'Honeyducks. » Dit-il d'une voix blanche, dénuée de sentiments ou de sensations. Il se redresse quand même vers son frère pour la suite afin de ne manquer aucune de ses réactions. « Andy était avec moi, j'sais pas où elle est maintenant. On a été séparé par un foutu incendie, et j'suis revenu ici comme j'ai pu avec Triss Morgan. Ces enfoirés m'auraient poussé à la tuer si Andy m'avait pas arrêté. Le bar a flambé suite à cela. » Rajoute-t-il dans un sifflement haineux. « Ils ont voulu prendre Ted et Nymphadora aussi. Pas que tu t'en soucies je me doute, mais malgré tout, saches qu'ils sont en vie. »


_________________

Marauders
I solemnly swear that I am up to no good.

« you seem to enjoy books, chocolate and that stuff while I enjoy parties, sex and Quidditch » ◊  Wolfstar.

That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1253
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Sam 11 Fév - 3:05

Entre quatre yeux
Il prend le verre que son homme lui tend, se concentrant pour ne pas en renverser sur la couverture. Il boit lentement, grimace un instant alors que sa gorge sèche le tiraille. Finalement il termine le verre et le repose doucement sur le meuble à côté de lui, adressant à son homme un regard reconnaissant. Il se recouche dans les coussins, un peu plus haut tout de même afin de pouvoir voir les gens présent à l'infirmerie. Il est étonné de retrouver des visages qu'il connaît, certain qu'il a l’impression de ne jamais avoir vu. L'effervescence c'est calmée, les infirmières courent un peu moins partout. Ted est dans un coin, il semble pris dans une fabrication de potion, assez du moins pour ne plus suivre ce qui se passe autour de lui. C'est là qu'il voit Oswin, allongé dans un lit de l'infirmerie, sans les maquillages et la coiffure d'explosion capillaire qu'il arbore habituellement. Il regarde l'étudiant non loin de lui comme une bête curieuse, le trouvant étrange sans ses tenues habituelles. Ca ne lui ressemble pas, c'est presque troublant. Il serait presque prêt à aller lui chercher lui même un crayon noir, juste pour retrouver le regard ténébreux du Serpentard. OSWIN — « Tout comme tu l'es, Remus. » « Salut Os'. J'ai un peu de mal à te reconnaître. » Dit-il avec un petit sourire avant de se hisser un peu plus dans le lit pour s'asseoir. Il se tourne et attrape sa carafe d'eau avant d'en verser dans son verre pour boire encore un peu, se rendant compte qu'il est nourri grâce aux potions mais que sa bouche est sèche. SIRIUS — « Content de voir que tu n'as rien, Regulus. » Voix presque froide alors qu'il se tourne vers Sirius, qu'il glisse sa main dans celle de son homme et qu'il la serre, avec douceur. Ce n'est pas encore digne des retrouvailles pleine de chaleur et des embrassades fraternelles solides, mais c'est un bon début. SIRIUS — « Tu as aussi été attaqué Feuerbach ? Qu'est-ce qu'il s'est passé hier soir ? »

OSWIN — « Je faisais ma ronde hier soir près de la bibliothèque lorsque j'ai entendu... Des bruits. Des combats. J'y suis entré pour voir deux personnes masquées attaquer Marlène. J'ai voulu l'aider, ce qui était sans doute stupide mais elle est mon amie. Je ne sais pas combien de temps ca a duré. Longtemps. J'ai été aveuglé un long moment... Je... Je me souviens que Marlène était à terre. Les autres avaient disparu. Et j'ai pu simplement l'amener ici. » Il prend une autre gorgée de son verre, soulagé de savoir que Marlène n'a rien. Après tout elle est gentille, il ne lui veut pas de mal même si sa jalousie est toujours mal placée envers elle. REG - « Tu aurais très bien pu laisser McKinnon se débrouiller toute seule au lieu de te briser la jambe » SIRIUS — « Belle mentalité Reg. » « Pour une fois je suis assez d'accord avec Regulus. » Dit-il en offrant un regard à son homme. Sourire. Il plaisante voyons. Où pas. Il ne peut pas s'empêcher d'éprouver une jalousie folle envers Marlène, seule relation plutôt longue que son homme a partagé avant qu'ils ne se mettent ensemble. Alors en effet Marlène est gentille avec lui et plutôt serviable, mais elle n'en reste pas moins une ex de Sirius et si ce dernier peut foudroyer Pandora dés qu'il la croise quelque part, Remus ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas en faire de même avec la Serpentarde. REGULUS — « J’ai reçu un coup assez fort sur le nez que j’ai manqué le gros de la soirée. Je suis même pas certain d’avoir bien aperçu ceux qui ont attaqués… » « Je suis content de voir que tu n'as rien Regulus. » Dit-il avec un hochement de tête. Il ne veut pas s'attirer les bonnes grâces du jeune frère de Sirius, simplement il l’apprécie sans pouvoir expliquer pourquoi ni comment. Il existe quelque chose de très noble en Regulus, comme si un jour, quelque chose de surprenant pour surgir de lui et étonner toutes les personnes présentes.

REGULUS — « Tu ne sembles pas avoir eu autant de chance, Lupin. » « J'ai été surpris lors de ma ronde. Mais le mangemort a été bien amoché lui aussi... J'ai espoir de lui avoir fait sauter une dent où deux. » Dit-il sans faire attention à la remarque de son homme et à son aura vengeresse qui émane de tout son corps. Il serre un peu plus sa main, l'intimant au calme et à la douceur alors que l'instant n'est pas à la vengeance justement. SIRIUS — « J'étais dans les réserves des Trois Balais pour choper du Purfeu quand ca a explosé. Ils ont attaqué Pré-au-Lard. Il reste rien de Zonko. Peu de choses d'Honeyducks. » « Sans parler des victimes. » Dit-il en pensant aux sorciers qui ont laissés leur vie et à tous les moldus qui sont tombés sous l'attaque des mangemorts. « Andy était avec moi, j'sais pas où elle est maintenant. On a été séparé par un foutu incendie, et j'suis revenu ici comme j'ai pu avec Triss Morgan. Ces enfoirés m'auraient poussé à la tuer si Andy m'avait pas arrêté. Le bar a flambé suite à cela. Ils ont voulu prendre Ted et Nymphadora aussi. Pas que tu t'en soucies je me doute, mais malgré tout, saches qu'ils sont en vie. » La petite pique le pousse à regarder ailleurs, gêné par le ton de son homme alors qu'il termine son verre et s'en sert un autre qu'il tend à Sirius, l'invitant à boire pour se calmer. Conseil de sa mère lorsqu'il était en colère, boire un verre d'eau pour se calmer. Si bien qu'après ça lorsque sa mère lui donnait un verre d'eau, il ne pouvait pas dire si c'était pour le calmer où simplement pour étancher sa soif. « Et toi qu'est ce que tu as à part ta jambe brisée ? » Dit-il en regardant Oswin.

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Dim 12 Fév - 0:25


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

REMUS — « Salut Os'. J'ai un peu de mal à te reconnaître. »
OSWIN — « Ne m'en parle pas. Si je ne trouve pas un crayon noir dans l'heure je pense que je peux possiblement partir d'ici en courant. »  Un rire résonne entre eux - instant de complicité avant qu'il ne prenne conscience de l'étrangeté de la situation.
Etrange, il était fixé sur Regulus, sa main serrant la sienne presque compulsivement, comme pour lui rappeler qu'il se trouvait là, à ses côtés. Le rassurer, et se prouver à lui-même qu'il avait retrouvé sa place. Qu'ils étaient passés à travers cet enfer - le premier cercle sans doute parce qu'ils n'avaient pas encore brûlé dans un feu ardent. La main de Regulus dans la sienne était incroyablement chaude, et il s'y accrochait autant qu'il le pouvait, tout en gardant un visage impassible, marqué par un sourire rassurant vers son meilleur ami.
REGULUS — « Pour moi aussi » La voix de Regulus caressante, l'apaise légèrement, et il se perd un moment dans les orbes de son meilleur ami. Il a bien conscience qu'il ne peut laisser aller ses sentiments, et tout ce qui lui brûle les lèvres en ce moment. Il ne peut pas poser de questions à Regulus sur les évènements de la veille ou lui demander sincèrement comment il va. Il ne doute pas que son ami était quelque peu bouleverser par leurs actions - qui ne le serait pas - mais il savait qu'il aurait besoin d'en parler. Plus tard - se promit-il, avant de se laisser aller à conversation, répondant aux questions de Sirius avec le plus de sincérité qu'il put - aucune.
REGULUS — « Tu aurais très bien pu laisser McKinnon se débrouiller toute seule au lieu de te briser la jambe »
SIRIUS — « Belle mentalité Reg. »
REMUS — « Pour une fois je suis assez d'accord avec Regulus. » Les réponses fusaient de tous les côtés, sans qu'Oswin n'ait le temps de répondre, et il lâcha un ricanement moqueur, avant de se tourner vers les Gryffondors.
« Votre sollicitude est touchante. J'ai agis impulsivement en fait, pour une fois. Je crois que ca ne m'a pas vraiment réussi. »  Trop peu Serpentard sans doute, la pique touche le caractère des Gryffondors plutôt qui eut sont habitués à se lancer dans la bataille sans même réfléchir aux conséquences. Sans réfléchir à rien du reste - du point de vue d'Oswin - il n'y a bien que Lupin qui ait attaché son attention parce qu'il fait preuve de plus d'esprit que les autres.
Et il se tourne vers Regulus comme pour l'inciter à parler à sa suite et à énoncer les évènements de son point de vue. Toujours avec ce contact entre eux de plus en plus chaud, mais qu'il ne lâcherait pour rien au monde. Sa main entre la sienne le tient à la réalité, et l'aide à évacuer les effets des onguents et des potions. Et à oublier le tiraillement de ses muscles.
REGULUS — « J’ai reçu un coup assez fort sur le nez que j’ai manqué le gros de la soirée. Je suis même pas certain d’avoir bien aperçu ceux qui ont attaqués… »
OSWIN — « Le gros de la soirée ; on pourrait presque croire que tu as raté la fête de l'année. » Lance-t-il en roulant des yeux, parfaitement moqueur pour ne pas paraitre dramatique.
REMUS — « Je suis content de voir que tu n'as rien Regulus. »
REGULUS — « Tu ne sembles pas avoir eu autant de chance, Lupin. » Il perçoit la presque-tendresse de son amant envers Remus, et sourit. A croire qu'il était impossible pour quiconque de simplement détester Lupin à l'inverse du reste de ses amis. Si Potter et Black se sont illustrés comme de parfaits strangulots prétentieux et arrogants, Peter lui est simplement vu comme un suiveur avec peu d'intérêt. A se demander ce que Remus a pu trouver à cette bande hétéroclite à laquelle il ajoute un cerveau - ce qui ne gaffe rien. Mais avec ses sourires aimables, son air courtois et malicieux, Lupin est surtout quelqu'un de gentil ce qui le fait aimer de beaucoup. Même des sangs purs autre que son Black.
REMUS — « J'ai été surpris lors de ma ronde. Mais le mangemort a été bien amoché lui aussi... J'ai espoir de lui avoir fait sauter une dent où deux. »
OSWIN — « Autant de sauvagerie de ta part ne m'étonne même pas, Remus. » Dit-il avec un sourire en coin, d'une voix basse et d'un air entendu, comme pour faire référence à une chose que Remus et lui partagent. Pas qu'il soit étonné - du tout - de avoir que le loup-garou a pu s'en sortir avec le moindre mal. SAns doute quelqu'un d'autre dans une telle situation ne serait pas capable de reparler dés le lendemain matin.

Suite à cela c'est sur Sirius que les regards se tournent, et Oswin ne manque pas de remarquer la tendresse des échanges entre les deux hommes. Ils assumaient ce qu'il y avait entre eux avec un tel naturel qu'il n'y avait pas fait attention jusqu'à présent. Les caresses, les regards, les gestes d'affection et d'inquiétude - le verre d'eau qui se passait de l'un à l'autre avec obligeance. Ils étaient adorables et c'était perturbant de penser cela. Parce que vraiment, il n'avait pas vu deux personnes aussi parfaites l'une avec l'autre depuis longtemps.
SIRIUS — « J'étais dans les réserves des Trois Balais pour choper du Purfeu quand ca a explosé. Ils ont attaqué Pré-au-Lard. Il reste rien de Zonko. Peu de choses d'Honeyducks. »
REMUS — « Sans parler des victimes. » La voix brisée de Remus ne fait que prouver encore plus de son empathie, et Oswin ne peut qu'opiner comme si cela l'importait. Pas vraiment - il se fichait bien des victimes comme du reste d'ailleurs. La seule chose, personne, qui avait motivait ses actions se tenaient à côté d'elle et n'était pas blessée. A partir de là il considérait avoir réussi, et ne trouvait pas à se plaindre.
REMUS — « Et toi qu'est ce que tu as à part ta jambe brisée ? » Il relève la tête avec Remus avant de regarder son corps injurié et grimacer.
OSWIN — « Brûlure. Coupures nombreuses à cause d'un sortilège de magie noire - raté heureusement. Et les yeux plus sensibles... J'ai été rendu aveugle pendant quelques minutes, ca a laissé quelques séquelles mais rien qui ne puisse être amélioré. » Dit-il en énumérant de mémoire ce qu'on avait pu lui dire. « Je ne me doutais pas qu'être préfet puisse être aussi dangereux. J'en viens à regretter les bombabouses et les farces de Peeves au milieu de la nuit. » Dit-il à nouveau vers Lupin, toujours avec ce sourire complice. Il se rend compte combien il peut apprécier le loup-garou et le fait de le voir allongé l'embête. Pas qu'il en fut totalement inquiet, Remus était assez fort pour s'en sortir, mais il n'appréciait pas vraiment de le savoir sur un lit d'hôpital.

Du reste, pour ce qui concernait les autres Black il ne fit aucun commentaire, pas plus qu'il ne releva la pique envers Oswin. Pour sa part, il serait fort capable de se moquer de les savoir tous morts, parce qu'Andromeda a eut des mots bien trop durs envers Regulus, et qu'elle a - de ce fait - perdu le moindre intérêt pour Oswin.
OSWIN — « Et est-ce que vous avez des nouvelles... D'autres étudiants ? » 

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mar 28 Fév - 15:57


À force de sentir la chaleur de la main d’Oswin dans la tienne, t’arrives à reprendre le dessus, te sortir la tête hors de l’eau et respirer librement. Tu glisses inconsciemment ton pouce contre le dos de sa main, votre contact simple, discret, invisible suffisamment pour te recentrer, et tu ne dis que finalement, c’est pas si horrible d’être en la présence de ton frère. De toute manière, c’est pas comme si tu pouvais faire en ce moment quelque chose contre ce qui s’est passé la veille. Au bout du compte c'est un soulagement d'être là, de voir des regards qui se promènent entre vous quatre au lieu de larmes qui n'en finissent plus de couler. Ça aurait pu être bien pire entre les murs de l'école, avec plus d'effectifs du Diable entre les murs du château - t'arrêtes tout de suite ton rythme de pensées, quand bien même personne ne lit dans ton esprit à cette seconde, c'est pas le temps pour ça, tu commences tout juste à te remettre mentalement sur le droit, alors tu dois rester concentré sur le moment présent. rem – Salut Os'. J'ai un peu de mal à te reconnaître. os – Ne m'en parle pas. Si je ne trouve pas un crayon noir dans l'heure je pense que je peux possiblement partir d'ici en courant. Tu ne peux pas t’empêcher de rouler des yeux à la remarque de ton meilleur ami, le rire des deux malades suffisants pour te détendre cependant. reg – Je serais curieux de te voir tenter de t’enfuir sur cette jambe, que tu dis, laissant toutefois transparaître dans ta voix que tu ne voudrais pas le voir tenter l’expérience – sans savoir qu’il le ferait quand même, tard dans la nuit, pour venir te rejoindre.

En vient le moment où c’est votre tour de discuter de ce qui est arrivé la veille, et c’est Oswin qui début le bal, te laissant le temps de mijoter un peu ta propre réponse. os – Je faisais ma ronde hier soir près de la bibliothèque lorsque j'ai entendu... Des bruits. Des combats. J'y suis entré pour voir deux personnes masquées attaquer Marlène. J'ai voulu l'aider, ce qui était sans doute stupide mais elle est mon amie. Je ne sais pas combien de temps ca a duré. Longtemps. J'ai été aveuglé un long moment... Je... Je me souviens que Marlène était à terre. Les autres avaient disparu. Et j'ai pu simplement l'amener ici. T’écoutes l’explication de ton meilleur ami sans un mot, continuant les petits cercles sur sa peau à l’aide de ton pouce. T’es pas assez con pour penser qu’il dit la vérité, après tout, vous vous êtes quittés hier avec un masque au visage, tous les deux avec la mission de blesser. Aider Marlène, qu’importe sa relation avec elle, en est le contraire total. Vu les circonstances toutefois, tu n’as pas de mal à comprendre pourquoi il raconte cette histoire à la place – t’en rajoutes même une couche à la fin en mentionnant qu’il aurait très bien pu laisser la blonde se débrouiller toute seule. siri – Belle mentalité, Reg, grogne ton frère en réponse, et tu tournes un sourire dans sa direction. rem – Pour une fois je suis assez d'accord avec Regulus, renchérit Remus, et ton sourire ne fait que s’agrandir, sans que ton regard ne disparaisse de sur Sirius. reg – Relaxe, je rigolais. Ou pas. Quoi qu’il en soit, Lupin est de mon avis, répliques-tu en faisant un signe de tête vers le lion toujours allongé, un sourire victorieux -et amusé- aux lèvres. os – Votre sollicitude est touchante. J'ai agis impulsivement en fait, pour une fois. Je crois que ca ne m'a pas vraiment réussi. reg – Elle respire toujours, alors tu as très bien réussit, réponds-tu rapidement, comme pour dire qu’il a bien fait, alors qu’il est sûrement responsable du calvaire de McKinnon.

La conversation ne peut pas rester légère très longtemps toutefois, et bientôt, c’est à ton tour de raconter ta soirée de la veille. Ton histoire est bien moins belle et captivante que celle de Os, elle est toutefois accepté par tout le monde qui n’insiste pas – ce qui fait très bien ton affaire. os – Le gros de la soirée ; on pourrait presque croire que tu as raté la fête de l'année, raille l’asiatique en roulant des yeux. reg – À voir ta tête c’est pas une mauvaise chose, répliques-tu sur le même ton – mais ton attention est vite volée par la remarque du petit ami de ton frère. rem – Je suis content de voir que tu n'as rien Regulus. Il ajoute un hochement de tête à sa remarque, et tu lui offres un sourire. Remus Lupin a beau faire partit des maraudeurs, et tu as beau ne pas particulièrement les apprécier -surtout Potter en fait- mais en ce qui concerne le copain de ton frère… tu ne peux pas faire autrement que l’apprécier un minimum. Tu lui fais donc la remarque qu’il ne semble pas avoir eu autant de chance d’une voix laissant paraître une minime douceur. siri – Ca restera pas impuni, annonce aussitôt ton frère, mais Lupin n’en fait pas de cas. Ton regard passe de l’un à l’autre, et tu ne peux empêcher ce sentiment de contentement d’étrangler ta poitrine à leur vue. Il faudrait être aveugle pour ne pas remarquer la chimie entre les deux lions. rem – J'ai été surpris lors de ma ronde. Mais le mangemort a été bien amoché lui aussi... J'ai espoir de lui avoir fait sauter une dent où deux. reg – Tant mieux si tu as pu lui rendre la pareille, réponds-tu, et c’est ta manière à toi de lui dire que t’es content qu’il aille bien aussi. os – Autant de sauvagerie de ta part ne m'étonne même pas, Remus, lâche Os avec amusement, et tu lèves un sourcil curieux sans toutefois poser la moindre question. À la place, tu tournes ton attention vers ton aîné – c’est à son tour de raconter sa nuit. siri – J'étais dans les réserves des Trois Balais pour choper du Purfeu quand ca a explosé. Ils ont attaqué Pré-au-Lard. Il reste rien de Zonko. Peu de choses d'Honeyducks. Andy était avec moi, j'sais pas où elle est maintenant. On a été séparé par un foutu incendie, et j'suis revenu ici comme j'ai pu avec Triss Morgan. Ces enfoirés m'auraient poussé à la tuer si Andy m'avait pas arrêté. Le bar a flambé suite à cela. Sa voix est blanche, son souffle est bas, et tu attends la suite dans un silence religieux, ne dérobant pas ton regard de ton frère même quand son petit ami intervient à un moment. rem – Sans parler des victimes. Les victimes, celles que tu ne connais pas, bien sûr que c’est dommage, mais en toute franchise, ça ne te pose pas plus de problèmes que ça. Pas le temps de ressentir de l’empathie pour des inconnus. siri – . Ils ont voulu prendre Ted et Nymphadora aussi. Pas que tu t'en soucies je me doute, mais malgré tout, saches qu'ils sont en vie. Ta première réaction à la fin de sa tirade, c’est de lever les sourcils, le visage autrement inexpressif – donc plus aucune trace de sourire n’étire tes lèvres. reg – Quelle déception, moi qui te demandait ça en espérant apprendre de bonnes nouvelles, réponds-tu sans pouvoir te retenir, ironique. Après tout, personne n’écoute votre conversation et quand vous n’êtes que tous les deux, vous êtes parvenu à avoir une bonne entente, alors tu te demandes d’où vient ce commentaire. Mais tu te demandes aussi qui a tenté de prendre la famille de ta cousine, et si ta famille était au courant, de quoi il y a sûrement un grand vent de déception plane au Square d’avoir passé si proche. reg – Merci de m’en informer, ajoutes-tu encore sur le même ton.

Après la petite altercation pincée entre Sirius et toi, Remus tourne son attention vers Os, n’ayant visiblement pas envie de se mêler à votre conversation. rem – Et toi qu'est ce que tu as à part ta jambe brisée ? Son attention reste sur Oswin après ça, il écoute l’échange entre eux et se concentre sur l’énumération de son meilleur ami concernant ses autres blessures, que tu ignorais jusqu’à maintenant. os – Brûlure. Coupures nombreuses à cause d'un sortilège de magie noire - raté heureusement. Et les yeux plus sensibles... J'ai été rendu aveugle pendant quelques minutes, ca a laissé quelques séquelles mais rien qui ne puisse être amélioré. reg – Quel genre de séquelles? que tu demandes aussitôt, curieux et désireux d’en prendre note, pour voir si tu peux faire quelque chose pour l’aider à améliorer sa vue à nouveau, ou s’il serait bon de surveiller certains agissements de ton meilleur ami pour ne pas qu’il empire sa condition. os – Je ne me doutais pas qu'être préfet puisse être aussi dangereux. J'en viens à regretter les bombabouses et les farces de Peeves au milieu de la nuit, ajoute Os toujours dans la direction du lion, un sourire compère aux lèvres. T’ignores la nature des rapprochements entre les deux étudiants, mais à ce que tu vois, ils semblent plus amicaux que tu t’aurais attendu. Pas que ça soit dérangeant. os – Et est-ce que vous avez des nouvelles... D'autres étudiants ? demande encore Os, et tu retiens une grimace à sa question. reg – Je sais juste que Ave n’était pas ici quand c’est arrivé, outre elle, non, réponds-tu avant de tourner ton attention vers les deux autres, ta main toujours enlacée discrètement avec celle d’Oswin. Sûrement que ton meilleur ami s’en doute déjà d’ailleurs, mais le prononcer à voix haute à quelque chose de rassurant, confirmant que tu n’as pas besoin de chercher un autre visage parmi les visages blessés.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2013
Date d'inscription : 24/04/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mar 28 Fév - 23:47


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

Il pourrait pas dire s'il est soulagé vraiment de constater que son frère n'a à souffrir d'aucune séquelle de l'attaque de la veille, alors que son meilleur ami est sur un lit d'hôpital. Il saurait pas dire s'il peut s'en contenter, alors que son ventre se tord d'un sentiment qu'il ne peut pas contrôler ou nommer. Peut être un instinct, assez cruel pour l'angoisser à ce moment précis que Regulus se trouve devant lui, bien portant sur ses deux pieds alors que lui est sur un lit d'infirmerie auprès de son amant. Alors que James et Lily sont à Sainte-Mangouste, et qu'il apprend qu'il en est de même pour Marlène McKinnon. Que le monde tombe en lambeaux - et Regulus Black est toujours bien debout. Il est debout parce que - Sirius le sent et veut pas l'admettre - il n'est pas pour rien dans l'ébranlement de Poudlard de la veille. Il peut pas accuser son cadet haut et fort, il le fera d'ailleurs pas, mais sa paranoïa le pousse à le croire. Que peut être bientôt en levant la manche de Regulus c'est le tatouage du serpent qu'il verra tatouer. Il peut pas l'accepter, mais l'ignore pas non plus. Et c'est cruel parce que ca lui prend les tripes de le penser. Penser à ces blessés, à Marlène, James, Lily - et voir Regulus qui ne souffre de rien. S'en sentir soulager parce que malgré tout c'est son cadet, et s'en vouloir de ressentir cela. Perdu sans savoir comment réagir, agressif parce qu'accepter ses sentiments c'est pas dans sa nature première.
REMUS — « Pour une fois je suis assez d'accord avec Regulus. » Il lance un regard foudroyant vers Remus, comme pour lui signifier de ne pas entrer dans son jeu de jalousie maintenant. Il sait que Remus apprécie pas Marlène, plus à cause de son passé avec elle que pour ce qu'elle était vraiment sans doute. Pourtant aujourd'hui il avait pas à s'en faire, Sirius ne jurait que par lui. Lui seul.
REGULUS — « Relaxe, je rigolais. Ou pas. Quoi qu’il en soit, Lupin est de mon avis, »
SIRIUS — « Ce qui justifie ton opinion sans doute. » Il peut pas le nier, ca l'agace de ne pas savoir comment réagir devant Regulus aujourd'hui. Alors il parle sans mâcher ses mots, et l'agressivité qui les teinte il peut pas la ravaler si facilement.
OSWIN — « Votre sollicitude est touchante. J'ai agis impulsivement en fait, pour une fois. Je crois que ca ne m'a pas vraiment réussi. »
REGULUS — « Elle respire toujours, alors tu as très bien réussit » Fort heureusement la présence d'Oswin et Remus met de l'eau dans le vin, et Sirius arrive un moment à ravoir la tête froide, et à penser avec cohérence. Assez pour se raccrocher à la main de Remus qu'il prend dans la sienne pour la porter à ses lèvres, et inspirer l'odeur de sa peau. Il se tournera pas vers Feuerbach pour le remercier d'avoir jouer les héros, et fera pas de commentaire sur sa propre sollicitude. Parce qu'à ses yeux c'est un comportement normal de pas laisser une fille se faire massacrer sous ses yeux.

REMUS — « Je suis content de voir que tu n'as rien Regulus. » Il sourit en regardant Remus, sentant qu'il n'y avait que la présence et les gestes tendres de son amant envers lui à ce moment qui l'empêchaient d'exploser. D'autant que Remus assume des mots que lui-même ne sait pas vraiment dire avec autant de tendresse et de sincérité dans la voix. Parce que Remus les pense ces mots, et même si les Black le voudrait sans doute mort en apprenant ce qu'il était - au-delà de ce qu'il était pour Sirius - il peut pas s'empêcher d'espérer que pour Regulus aussi le ciel s'éclaircisse un jour. Et qu'il choisisse le bon chemin un jour pour ne pas s'enfoncer plus encore dans le combat. Sirius se demande un moment si Regulus a conscience de cela. Sans doute pas.

Ils en viennent à discuter les détails de la soirée, et Sirius se rapproche encore de son amant, prenant le parti de s'assoir à côté de lui, toujours sa main dans la sienne, remontant jusqu'au creux de son bras dans des allers et venus frôlant sa peau.
REMUS — « J'ai été surpris lors de ma ronde. Mais le mangemort a été bien amoché lui aussi... J'ai espoir de lui avoir fait sauter une dent où deux. »
REGULUS — « Tant mieux si tu as pu lui rendre la pareille »
OSWIN — « Autant de sauvagerie de ta part ne m'étonne même pas, Remus. »
SIRIUS — « C'est toujours dangereux de s'en prendre à un Gryffondor. Un maraudeur encore plus. » Assure Sirius en croisant le regard du préfet des verts qui pose sur Remus un regard qui lui hérisse le poil. Il sait qu'll n'a pas à être jaloux, mais savoir que Remus et Oswin se sont rapprochés ces derniers temps l'aide pas à l'empêcher. Il sait qu'Oswin l'aide à contrôle le loup, et à comprendre tout cela, et il le remerciera jamais assez pour prendre ce risque, mais il peut pas arrêter de penser qu'il aimerait être à sa place. Et le garder loin de Remus. Sans doute parce qu'il en a pas confiance. Ou parce qu'il sait qu'Oswin a été celui qui a gouté à Remus en premier. Et ca le rend dingue de le voir le caresser du regard comme ca.

Mais il oublie, passe à autre chose, et regarde son frère pour lui annoncer que Ted et Dora sont en sécurité. Contrairement ce que les mangemorts voudraient. Ce que les Black voudraient - d'autant plus - et il note chez lui une vague d'incompréhension. FAut dire que ca fait un moment que Sirius n'a pas été si dur avec son cadet. Peut être parce qu'il sait plus comment il doit agir avec lui. Il pensait qu'il aurait jusqu'à la fin de l'année pour pas penser qu'à la guerre ils seront fce à face. Mais la guerre les a rattrapé et à taper aux portes du château. Il en vient à penser que - de fait - ca fait d'eux des ennemis.
REGULUS — « Quelle déception, moi qui te demandait ça en espérant apprendre de bonnes nouvelles, » Moquerie du plus jeune, qui reçoit un sourire carnassier en réponse.
SIRIUS — « Je devine ta déception. » Lâche-t-il avec un geste de côté, presque dédaigneux.
REGULUS — « Merci de m’en informer »
SIRIUS – « J'voulais pas que tu sois étonné de croiser Ted Tonks dans l'infirmerie. Du choc, on sait jamais ce que tu aurais été capable de faire. » Lâche-t-il toujours en sondant les réactions de Regulus. Comme s'il pouvait faire quelque chose pour se trahir. mais son frère est comme lui - bon pour faire semblant. Bon pour se cacher. Bon pour prétendre ne rien ressentir. Sauf que Sirius est pas si bon, et que finalement c'est Remus une fois encore qui lui fait lâcher son os en se concentrant sur Oswin et ses blessures. Sirius écoute d'une oreille distraite, concentré sur les réactions de Regulus. Et les regards qu'il lance à son meilleur ami, cette proximité et cette inquiétude - peut être que Remus a raison sur le lien entre eux.
OSWIN — « Je ne me doutais pas qu'être préfet puisse être aussi dangereux. J'en viens à regretter les bombabouses et les farces de Peeves au milieu de la nuit » Il laisse apparaitre un sourire amusé sur ses lèvres, avant de caresser les cheveux de Remus, et de venir embrasser son front avec tendresse, toujours à la recherche du contact pour garder pied à la réalité.
OSWIN — « Et est-ce que vous avez des nouvelles... D'autres étudiants ? »
REGULUS — « Je sais juste que Ave n’était pas ici quand c’est arrivé, outre elle, non, » Ave - Il se redresse pour regarder son frère.
SIRIUS – « Averill McMillan ? La possible futur Black ? »  Demanda-t-il sans pouvoir empêcher la curiosité de prendre le dessus, et la question de se poser. Il s'en rend compte alors, et se gratte la gorge avant de regarder vers Remus, et de revenir vers son frère, reprenant contenance. « James et Lily sont à Sainte-Mangouste aussi, avec Triss et Andromeda. Peter n'a rien. Apparemment certaines familles de nés-moldus ont été attaqués aussi. Et une élève aurait disparut. » Enonce-t-il avec l'esprit de plus en plus embrouillé, vaguant entre des moments de colères, et d'autres de calme - dés que Remus lui accorde son attention.

_________________

Marauders
I solemnly swear that I am up to no good.

« you seem to enjoy books, chocolate and that stuff while I enjoy parties, sex and Quidditch » ◊  Wolfstar.

That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1253
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Ven 3 Mar - 19:02

Entre quatre yeux
Il se sent soulagé de voir que Regulus n'a rien, qu'il est en vie et en bonne santé. Il ne veut pas imaginer par contre que ce dernier était présent dans l'attaque où qu'il puisse avoir été poussé par les Black, nul doute d'ailleurs qu'ils embrassent les causes du mage noir mais cela ne regarde pas Remus, il est assez éloigné des sang purs pour refuser d'en savoir trop, cela ruinerait la bonne image qu'il a de Regulus. Car il est sur que le frère de son amant n'est pas quelqu'un de méchant, poussé par les ambitions familiales et la pression oui, mais que tout ceci peut parfois le dépasser et qu'il n'a pas le choix, qu'il ne peut pas décider par lui même. Et qu'il finira par se rendre compte de tout ce que cette attaque implique, comme victime et comme douleur morale par la suite. Oswin est dans un lit d'hôpital mais ce n'est pas assez grave pour qu'il soit transféré à St Mangouste alors tout va bien. Remus sourit doucement, malgré les querelles entre les deux frères il aurait été dérangé d'apprendre que Regulus était cloué dans un lit. Et Sirius, comme toujours son amant n’écoute pas les conseils des médecins et il voudrait aller courir et sauter comme une biche, lui qui brûle d'une énergie que parfois Remus lui envie. SIRIUS — « Ce qui justifie ton opinion sans doute. » Aussitôt il glisse sa main dans celle de son homme et vient la serrer doucement, lui intimant le calme alors que son amant semble sur le point d'envoyer tout le monde sur les roses pour aller voler sur son balais et râler librement dans les nuages qui peuplent le ciel. Il n'aime pas le voir ainsi alors il vient quémander son attention d'un petit appel désespéré, souriant lorsqu'il sent son amant venir enfin contre lui. Sa chaleur douce le réconforte et l'apaise, il se sent enfin bien. OSWIN — « Votre sollicitude est touchante. J'ai agis impulsivement en fait, pour une fois. Je crois que ca ne m'a pas vraiment réussi. » REGULUS — « Elle respire toujours, alors tu as très bien réussit » Il n'y a rien de plus à dire, Marlène est vivante alors c'est tout ce qui importe pour l'instant. Aucun mort, du moins aucun camarade n'est à déplorer parmi les victimes et à part des fractures, des chocs et des blessures tout va bien. Ils n'enterreront pas un proche pour l'instant, c'est ce qu'ils doivent garder en mémoire de toute façon. REGULUS — « Tant mieux si tu as pu lui rendre la pareille » OSWIN — « Autant de sauvagerie de ta part ne m'étonne même pas, Remus. »
SIRIUS — « C'est toujours dangereux de s'en prendre à un Gryffondor. Un maraudeur encore plus. »
Il se surprend à rire de plus belle, souriant lors du clin d’œil du Serpentard pour les petits entraînements qu'ils font actuellement. Nul doute que d'ici quelques mois Dante sera plus fort et plus violent, si il se fait attaquer alors son ennemi devra risquer cher pour sa peau. Mais pas encore, pour l'instant ils ne sont qu'à la partie calme du travail, juste apprivoiser le loup et apprendre à le connaître avant de le laisser prendre le dessus.

Lorsque les deux frères se mettent à parler d'Andromeda il écoute d'une oreille distraite, ne voulant pas s'inclure dans une discussion familiale. De toute façon ses idées sont déjà tranchée, il est heureux de savoir qu'Andromeda, Ted et Dora vont bien. Ils ne se laisseront pas attraper si facilement, ce sont de durs qui vendent chèrement leur peau. Il revient à la discussion lorsque le sujet part sur les étudiants et l’absence de certain peut-être. Après tout Remus est au courant uniquement pour ses amis, le reste est dans un flou total pour lui. Alors il écoute sagement, en apprendre que Averill. SIRIUS – « Averill McMillan ? La possible futur Black ? » Pas que possible apparemment, mais cela le fait assez sourire pour qu'il se redresse dans le lit, cherchant à en savoir plus et laissant la curiosité prendre le dessus. Au moins elle n'a rien, c'est toujours ça. Son amant renchérit aussitôt. « James et Lily sont à Sainte-Mangouste aussi, avec Triss et Andromeda. Peter n'a rien. Apparemment certaines familles de nés-moldus ont été attaqués aussi. Et une élève aurait disparut. » « Qui ça ? » Dit-il en fronçant les sourcils, curieux de savoir qui c'est. Pas une de leur amie pourtant, mais tout de même la chose est assez étonnante. « J'ai entendu Ted parler ce matin... Apparemment il y a des morts chez les moldus. » Dit-il en levant les yeux au ciel, évidemment c'est simple de s'en prendre aux plus faibles, ceux qui n'ont pas de baguette pour se défendre. Il est soulagé de savoir que ses parents sont en sécurité dans leur maison et plus isolé comme ils l'étaient. « Vous avez des victimes à déplorer de votre côté ? » Dit-il en regardant les deux Serpentards, passant de Regulus à Oswin sans jamais s'arrêter. « Ce n'est qu'un début. » Annonce funèbre et macabre des attaques qui viendront dans les semaines prochaines, car nul doute qu'ils ne vont pas s'arrêter d'ici là.  

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Mer 8 Mar - 23:29


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

L'ambiance est pas si mauvaise; alors que les quatre étudiants se retrouvent dans la pièce surchargée des odeurs d'onguents et de potions en tout genre. Il se serait attendu à pire, surtout avec les deux Black qui se jugent d'un regard introspectif, attendant la réaction de l'autre, ou le premier geste pour attaquer à la gorge. Il sait que c'est pas dans l'habitude d'un Black d'attendre d'être attaqué avant de donner le premier coup - bien qu'en règle générale Regulus se jette pas dans la mêlé comme Sirius a pu prouver qu'il savait le faire. Oswin compte plus le nombre de fois où les Serpentard ont été les victimes de l'ainé, simplement parce qu'ils portent le vert comme couleur. Ou par ennui - qu'importe, il préfère rappeler qu'il n'est pas l'un des leur que d'attendre qu'on le lui dise en face. Quant au malheureux qui oserait lui rappeler qu'il est un traitre et une désolation, honte des Serpentards dont il aurait dû être le prince - il se retrouve rapidement victime de son orgueil et ravale ses mots avec amertume, souvent la bouche close ou incapable de faire autre chose que de siffler à cause d'un sortilège. C'est qu'outre le fait d'être agressif, Sirius est doué avec une baguette. Et Oswin peut pas s'empêcher d'attendre qu'il attaque le premier. Pourquoi pour le moment l'ambiance est bonne enfant, et peut être devrait-il remercier Remus pour cela. Le lycanthrope semble pas plus que cela gêné par la présence de Regulus, bien au contraire; quant à Oswin il plaisante avec lui comme s'ils étaient amis.
REGULUS — « Je serais curieux de te voir tenter de t’enfuir sur cette jambe » Se tournant vers son meilleur ami, Oswin lui envoie une sourire qui semble sous-entendre qu'il pourrait prendre le défis au mot. Mais en réalité pour le moment il se sentirait même pas de faire un geste pour s'extirper des draps. Il sent que sa jambe va bientôt le faire souffrir parce que les effets des potions se dissipent - après tout s'il est réveillé c'est la preuve que les sédatifs font plus vraiment effets.

Mais il reste éveillé, et alerte, quand la conversation se retourne vers les évènements de la veille. Et si les deux Serpentards répondent à demi-mot ou mensonges grossiers, ce n'est fait que pour mieux en parler plus tard. Il veut entendre Regulus, savoir ce qu'il a à en dire. Autrement que de l'entendre parler de Marlène - apparemment la haine contre la jeune femme c'est un truc qu'il partage avec Remus. Peut être parce que la jeune femme à allonger Sirius plus d'une fois, et que le Gryffondor est du genre jaloux et possessif. Peut être qu'Oswin devrait garder cela pour lui aussi, s'il veut pas que ca soit vers lui que Sirius sorte ses griffes.
REGULUS — « Elle respire toujours, alors tu as très bien réussit, » Ainsi s'achève les remarques et les désillusions sur la santé de Marlène. Il compte pas trop y penser pour le moment. Il sait qu'il a merdé pour ce coup - mais peut pas penser qu'il a eut tord de l'attaquer et de lui prendre la mémoire par la suite. Le seul point noir c'est qu'il devra jouer à être encore son ami. Pas que ce soit particulièrement gênant, mais c'est encore donné à la jeune femme l'espoir d'être amis alors que dans quelques mois ils couperont toute relation. Qu'il en a conscience, et qu'elle est trop idéaliste pour vraiment y prêter attention. Qu'importe - la conversation change encore subitement.
Et c'est Regulus que Sirius attaque, mordant durement sans vraiment lacérer la peau. Quand le nom d'Andromeda est lancé Oswin se tend et attrape plus durement la main de son amant. Il peut pas laisser l'ainé lui faire du mal ou faire penser à Regulus qu'il est seul. Il s'attendait pas vraiment à l'agression dans la voix de Sirius, mais il peut pas non plus l'en blâmer. Peut être que le Black est pas dupe - pas vraiment - et que dans l'attaque il reconnait la trace des mangemorts. Et la preuve qu'ils ont attaqué de l'intérieur. Oswin aurait pas la prétention de prendre Sirius pour plus bête qu'il ne l'est en réalité. Ce type avait les meilleurs notes de l'école - en compagnie de James et Remus - c'est pas pour sa belle gueule.
REGULUS — « Quelle déception, moi qui te demandait ça en espérant apprendre de bonnes nouvelles »
SIRIUS — « Je devine ta déception. »
REGULUS — « Merci de m’en informer »
SIRIUS — « J'voulais pas que tu sois étonné de croiser Ted Tonks dans l'infirmerie. Du choc, on sait jamais ce que tu aurais été capable de faire. » Les allers et venus des attaques verbales tendent Oswin. Il sait que ce n'est rien - casuelle, rien de plus. Mais il peut pas s'empêcher de se demander ce que Sirius sait, ou pense savoir. Et s'il irait voir Regulus pour l'attaquer en face quand il aura le dos tourné. Il peut pas s'empêcher de se souvenir que la dernière fois Regulus est rentré en mauvais état à la Salle commune. Que deux jours plus tard il lui revenait - enfin - et qu'il avait pu constater que le frère avait encore frappé et blessé. Qu'il en voulait à Regulus du chemin qu'il allait emprunter, et que les sortilèges c'est tout ce qu'il a trouvé pour le lui faire payer - un truc qu'il a en commun avec Orion à n'en pas douter. A croire que rien de mieux que la violence pour se faire entendre chez les Black. Alors Oswin se tourne vers Regulus, et il trace des cercles avec son pouce sur sa main - pendant un temps il voudrait juste tirer les rideaux et venir le prendre contre lui encore, lui assurer qu'il laissera rien ni personne l'atteindre.

Mais c'est des blessés dont il veut parler d'abord, savoir qui est vivant, qui est mort. Qui ne sera pas là à la rentrée.
REGULUS — « Je sais juste que Ave n’était pas ici quand c’est arrivé, outre elle, non, » Evidemment, et Oswin ne fait aucune remarque, se contente d'opiner comme pour se satisfaire d'apprendre que la fiancée de Regulus n'a rien. Ou futur fiancée - après tout rien n'est encore signé.
SIRIUS — « Averill McMillan ? La possible futur Black ? » Surpris - Oswin se tourne vers Sirius avec des yeux ronds et un être clairement stupéfait. Il s'attendait pas à ce que cette nouvelle soit ainsi ébruité. Est-ce que vraiment c'était si évident. Ou alors cette école était-elle à ce point en manque de ragot ?
OSWIN — « Les nouvelles vont si vite dans cette école ? » demanda-t-il avec ce qu'il espère être assez de rire dans la voix pour faire croire qu'il en est amusé. Ou alors est-ce la marque que Sirius est intéressé par la vie de son frère - ou alors qu'il connait Ave. Et la seule raison qui pousserait les deux à se connaitre c'est qu'elle soit une des victimes des charmes de Sirius. Cela dit Oswin en doute : les rouquines ca a tendance à l'énerver le Black non ? Ou plus sérieusement, Ave semble pas être du genre à se laisser prendre dans les filets de n'importe qui. Elle est méfiante, la garce.
SIRIUS — « James et Lily sont à Sainte-Mangouste aussi, avec Triss et Andromeda. Peter n'a rien. Apparemment certaines familles de nés-moldus ont été attaqués aussi. Et une élève aurait disparut. »
REMUS — « Qui ça ? »
OSWIN — « Disparut ? »  Demanda-t-il avec un air froncé aussi, se tournant cette fois vers REgulus comme pour lui demander s'il sait quelque chose. Pas qu'ils aient reçu l'ordre de faire des prisonniers, ou qu'ils aient prit le risque de faire sortir qui que ce soit. C'était dans le plan. A moins que ce soit l'un des leurs qui manque à l'appel.
REMUS — « J'ai entendu Ted parler ce matin... Apparemment il y a des morts chez les moldus. » Déglutissant, Oswin inspire profondément, et une fois encore il plonge son regard dans le vague bien qu'il reste vers REgulus comme pour s'encrer dans la réalité, pouvant le retrouver à tout moment pour prendre pied.
OSWIN — « Et sans doute chez les nés moldus aussi non ? Il y a toujours des victimes dans une guerre, et pour ce qui nous concerne elles sont clairement désignées. »  Dit-il sans émotion dans la voix. Pas que ca l'étonne d'apprendre qu'il y a des mots - c'était le but de Voldemort de toute façon. Faire des victimes, possiblement dans le camp adverse. Ou plus précisément chez ses victimes de choix, ses ennemis personnels. Ou ceux du mon magique.
REMUS — « Vous avez des victimes à déplorer de votre côté ?  »
OSWIN — « J'me suis réveillé y a même pas une heure, j'en sais rien. » Dit-il avec un ricanement plus tendu. Après tout la seule personne qu'il souhaitait voir en vie se tient à côté de lui - le reste il n'en a pas grand chose à faire et s'en inquiète même pas.

Lorsque la voix de Remus s'élève à nouveau, elle est plus terme et émotive - sans joie, pas vraiment lassée.
REMUS — « Ce n'est qu'un début.  » C'est pas seulement une constatation, c'est une condamnation pour les jours à venir. Plus sombres, plus violents, et Oswin le remarque clairement. Il se tourne alors vers le loup-garou, et se dit que si le monde savait pour lui peut être qu'il aurait disparut la nuit dernière. Parce qu'un loup-garou c'est un soldat de taille, surtout quand il a une baguette et qu'il sait si bien l'utiliser.
OSWIN — « Aurais-tu peur, Lupin ? » demanda-t-il avec un sourire en coin. « J'pensais pas que c'était dans ta nature. Cette guerre se prépare depuis longtemps, de toute façon. Elle est juste... Visible à présent. »



_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Sam 18 Mar - 16:48


En arrivant, à chaque pas tu craignais que le sol s’ouvre sous toi et que l’Enfer du Diable te bouffe juste là sans que tu ne puisses rien y faire. Et avant d’arriver, avant d’arriver tu le souhaitais presque. Déboussolé, à la dérive comme un pirate ayant fendu l’air de son épée jusqu’à ne plus trouver que le fond de la mer, victime de la tempête qui ne se préoccupe guère des combats des hommes. Ton port se trouvait à l’infirmerie, tu t’y es amarré pour réparer tes muscles déchirés, ton palpitant mis à l’épreuve, vraiment à l’épreuve cette fois-ci. T’as pas eu à quitter le confort du château pour mener à bien ta première mission pour les Mangemorts, Oswin également. Et la présence de ce dernier, ton port, ton fard au milieu de la tempête, est tout ce qu’il te faut pour calmer les bourrasques qu’elle laisse en toi. Quelques mots échangés, ta main dans la sienne, une expiration qui recentre, recadre, et t’es prêt à affronter Sirius le Lion rugissant. Parce qu’il te ménage pas aujourd’hui, t’en viens à te demander s’il est vraiment content que tu ailles bien. siri – Ce qui justifie ton opinion sans doute. Tu aurais foudroyé ton frère du regard mais l’intervention d’Oswin attire ton attention à la place, et tu te concentres sur lui au lieu du Black déchu.

Pendant quelques échanges, t’arrives à ne pas penser aux petites piques ton frère, et garde tes réactions pour ton meilleur ami et Lupin, qui font de meilleures compagnies que ton aîné agressif.
Mais malgré tout, la voix de Sirius revient à la charge, se joignant à l’échange qui se fait entre vous quatre sans que tu ne tournes la tête vers lui à nouveau. Au début c’était voulu, maintenant, c’est juste pour parvenir à te garder à flot. siri – C'est toujours dangereux de s'en prendre à un Gryffondor. Un maraudeur encore plus. La remarque est accueillit par un rire de la part de Lupin, alors que tu laisses le commentaire te glisser dessus pareil à l’eau sur les plumes d’un canard. Tu te concentres sur ton contact avec Feuerbach, sur le moment normal que vous partagez tous les quatre – ou presque. Tu pourrais dire apprécier l’instant, si ce n’était pas de Sirius. Et tu aurais pouvoir dire que ce moment passé avec son amant et le tien -bien que tous ignorent ce qui se passe entre Os et toi- surtout après cet échange à demi-mots, cet aveu que vous vous étiez fait l’un à l’autre à vos retrouvailles la veille de Noël. Une bien grande chute pour vos parents d’apprendre que leurs deux garçons partagent un amour pour les garçons – l’aîné déshérité pour le seul et unique Remus Lupin, alors que l’héritier-par-défaut les aime autant que les filles – mais aucun de fille ou de garçon n’arrive à la cheville de Feuerbach. Et avant même que tu comprennes ce qui se passe, t’es en pleine joute verbale avec Sirius. siri – Je devine ta déception. reg – Merci de m’en informer. siri – J'voulais pas que tu sois étonné de croiser Ted Tonks dans l'infirmerie. Du choc, on sait jamais ce que tu aurais été capable de faire. Ton roulement d’yeux et ton sourire qui courbe imperceptiblement d’agacement, outre ça tu restes stoïque jusqu’à ce que t’ouvres la bouche. reg – J’suis pas venu ici pour me faire emmerder, Sirius. T’es capable de me regarder sans japper tes conneries? que tu préviens, si tu n’hausses pas la voix elle devient cassante, les mots aussi tranchants que ceux de ton frère. Tu commences à en avoir marre des sautes d’humeur de ce dernier, qui t’apprécie une seconde avant de te sauter à la gorge celle d’après. Tu sais cependant que Sirius pourrait décider là et maintenant de te sauter dessus, tu brises donc ton soudain sérieux en retrouvant ton sourire en coin. reg – T’agis comme si c’est moi qui a attaqué tout le monde, c’est pas le cas. Alors à moins que t’es honte de ton petit frère qui a perdu la face contre un mur, lâche-moi un peu, mens-tu avec délicatesse, t’essayant même avec une pointe d’humour à la fin pour camoufler ton irritabilité. Faut que tu enlèves cette idée que tu sais en train de germer dans la tête de Sirius. Il est pas con ton aîné, cependant, t’as pas envie qu’il te prenne en grippe à la première occasion pour te bombarder de questions – si ce n’est pas pour t’attaquer tout bonnement, sachant que tu ne risques pas de lui répondre de toute manière. Tu veux qu’il te laisse tranquille, t’ayant pas opposé à discuter avec son copain et lui malgré les réels événements de la veille. T’es pas d’humeur à être provoqué – c’est probablement une humeur du genre qui amène ton frère à te tirer les cheveux ainsi mais qu’importe. Qu’il te foute la paix ou bien tu trouveras là une occasion idéale de fermer le rideau autour d’Os et toi et gagner un peu d’intimité. Juste pour te rapprocher de lui une petite seconde… au moins les ronds qu’il fait de son pouce contre ta peau te maintiennent en place et le plus impassible possible – malgré tout.

C’est l’intervention d’Oswin qui calme les choses, et c’est en te concentrant à nouveau sur lui et son pouce magique que tu détends à nouveau. os – Et est-ce que vous avez des nouvelles... D'autres étudiants ? Tu réponds concernant Ave, puisque c’est la seule pour le moment que tu puisses affirmer n’avoir rien si ce n’est les étudiants présentement présent à l’infirmerie. siri – Averill McMillan ? La possible futur Black ? reg – La seule et unique, réponds-tu en te tournant vers la curiosité de ton frère, souriant sans présenter une réelle joie. os – Les nouvelles vont si vite dans cette école ? Aussi rapidement que t’as accordé de l’attention à ton frère, tu tournes vers Os et son rire que tu trouves… un peu forcé? Ou est-ce toi qui est soudainement sur tes gardes, suite aux attaques répétées de ton frère? reg – J’lui en avait rapidement parlé, réponds-tu en haussant les épaules, te souvenant lui en avoir rapidement parlé une fois – n’était-ce pas la veille de Noël, justement? siri – James et Lily sont à Sainte-Mangouste aussi, avec Triss et Andromeda. Peter n'a rien. Apparemment certaines familles de nés-moldus ont été attaqués aussi. Et une élève aurait disparut. rem – Qui ça ? os – Disparut ? reg – On sait ce qui s’est passé? ajoutes-tu en voyant l’air que te lances l’Allemand, indiquant du même coup que tu n’es au courant de rien. rem – J'ai entendu Ted parler ce matin... Apparemment il y a des morts chez les moldus. os – Et sans doute chez les nés moldus aussi non ? Il y a toujours des victimes dans une guerre, et pour ce qui nous concerne elles sont clairement désignées.Cette fois tu n’interviens pas, ça ne surprendra personne de ne pas te voir t’inquiéter du sort de ceux que tout bon sang-pur voit comme inférieur – après tout, leur sang terne et leur âme dénuée de magie explique bien ce rang. C’est pour les voir disparaître un jour qu’il suit le Diable, après tout. rem – Vous avez des victimes à déplorer de votre côté ? os – J'me suis réveillé y a même pas une heure, j'en sais rien. reg – Y’a eu quelques blessés, mais personne de notre année, ou de la votre, si ce n’est Marlène et toi, réponds-tu en faisant un petit signe de tête en direction d’Os. rem – Ce n'est qu'un début, qu’il dit le lion d’un feulement sinistre. os – Aurais-tu peur, Lupin ? J'pensais pas que c'était dans ta nature. Cette guerre se prépare depuis longtemps, de toute façon. Elle est juste... Visible à présent. Puis tu tournes vers ton serpent au sourire empoisonné – heureusement que t’es immunisé à son poison, mais pas à ses charmes. reg – Elle sort de l’ombre et elle ne fera pas de quartiers, d’un côté comme de l’autre, confirmes-tu d’une voix égale, passant ton regard sur Os puis sur Remus.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2013
Date d'inscription : 24/04/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    Sam 8 Avr - 19:01


entre quatre yeux
Regulus & Oswin & Sirius & Remus

Ca fuse de tous les côtés, les réponses et les remarques, les taquineries, et les attaques – Sirius regardait son frère avec autant de méfiance qu’avant. Il sait qu’il est peut être injuste, mais y a rien qui lui fait croire que Regulus est parfaitement innocent. Il peut pas juste faire comme si de rien n’était – comme s’il y avait pas eut des mangemorts dans le château qui s’y étaient pris à eux. Il doutait pas que son frère ne faisait pas parti de ceux qui ont attaqué les trois balais, mais y a James à Sainte-Mangouste, et Remus sur un lit d’infirmerie et quand il s’agit des Maraudeurs il pense plus avec cohérence. Il peut pas s’empêcher d’être agité, à l’idée que ca aurait pu être pire. Il regarde son amant à ses côtés, et il le sentiment que c’est son pire cauchemars qui se déroule sous ses yeux. Il va bien. James va bien. Vous allez bien. Il en faut plus pour détruire un Maraudeur. Il en faut plus pour les détruire – il peut que se le répéter incessamment en espérant se convaincre qu’ils survivront simplement à tout cela. Contrairement – peut être – à Regulus.
REG — « T’agis comme si c’est moi qui a attaqué tout le monde, c’est pas le cas. Alors à moins que t’es honte de ton petit frère qui a perdu la face contre un mur, lâche-moi un peu, » Il reste un moment à regarder son frère, et il sent qu’il y a un creux qui s’forme dans son estomac. C’est pas vraiment de la culpabilité, parce qu’il est sans doute incapable de le ressentir. Plus vraiment – mais c’est des regrets. C’est tout ce qu’il a fait qui a eut pour conséquences de perdre Regulus un peu plus dans le fanatisme de leurs parens. Il peut pas blâmer Regulus chaque fois que les mangemorts s’en prennent à ses proches. S’en prennent à lui ou à ses amis. Il peut pas toujours croire qu’il s’agisse de son petit frère – ca le torture déjà assez de savoir que ca va arriver. Mais c’est pas encore le cas. Regulus est qu’un étudiant, comme lui. Regulus est qu’un élève – pas un tueur. Pas encore. Pas encore - ils ont encore le temps pour eux. Alors aussi étrange que cela puisse paraître, surtout venant de lui, il finit par prendre la main de Remus, et par s’perdre dans le regard de son petit frère. C’est toujours cela, pour lui, son petit frère.
SIRIUS — « Ca t’empêche pas d’avoir toujours une gueule d’ange, même un mur peut pas faire disparaître notre charme naturel. » C’est pas des excuses – il peut pas non plus se rabaisser à ca facilement – mais c’tout ce qu’il peut lui accorder.

Avant que les évènements de la soirée reviennent, affligés les quatre étudiants qui partagent leurs expériences personnelles. Ca parle de MacMillan qu’il connait pas tant que cela, mais qui épousera son frère et qui a rien. C’est déjà cela. De James, Lily et d’autres qui sont plus blessés qu’eux et ont rejoint l’hôpital. D’une étudiante disparut sans plus de détails – et pour réponse aux questionnements il hausse les épaules comme pour assurer qu’ils en sauront plus pluus tard peut être. Mais y a rien d’autres à dire – la preuve est autour d’eux qu’il y a plus de dégâts qu’ils le savent sans doute. Et ca ne fera qu’empirer dans les prochains jours.
REMUS — « Ce n'est qu'un début » La pensée est parfaitement traduite par son amant dont il prend la main, et dans un geste tendre s’allonge pour l’attirer contre lui, naturellement. Il sent que les potions font plus vraiment d’effet et que sa tête est prise dans un étau douloureux.
OSWIN — « Aurais-tu peur, Lupin ? J'pensais pas que c'était dans ta nature. Cette guerre se prépare depuis longtemps, de toute façon. Elle est juste... Visible à présent. »
REGULUS — « Elle sort de l’ombre et elle ne fera pas de quartiers, d’un côté comme de l’autre » Il croise le regard de son petit frère, et soupire. La guerre – ils ont grandit dans l’ombre du square tous les deux, se sont appris comme des alliés, et agissent comme des ennemis. Trop tôt – bien trop tôt – ils devront s’élever l’un contre l’autre. Ils le savent parfaitement, et Sirius refuse de leur prendre plus de temps encore sur ce qui leur reste d’innocence et d’amour fraternelle. A la fin de l’année la guerre le rattrapera, d’ici là ils auront qu’à panser leurs plaies et agir comme s’ils étaient trop forts pour se faire engloutir déjà.
SIRIUS — « Alors on a plus qu’à s’y préparer. » Qu’il balance avec un sourire en coin, avant de se pencher vers Remus pour embrasser son front avec la protection amoureuse du compagnon. Se préparer à se battre, et à gagner surtout – le droit de vivre. C’est là qu’il voit qu’il y a de la douleur dans le regard de Remus, et que d’un geste il met fin à la conversation en appelant une infimière, qui d’un geste ferme les rideaux entre les lits pour soigner les malades.

Panser leurs plaies.
Faire comme si la guerre était pour plus tard.
Et oublier, pendant quelque temps encore, qu’ils sont ennemis déjà.

the end.


_________________

Marauders
I solemnly swear that I am up to no good.

« you seem to enjoy books, chocolate and that stuff while I enjoy parties, sex and Quidditch » ◊  Wolfstar.

That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: entre quatre yeux (wolfstar - osulus)    

Revenir en haut Aller en bas
 
entre quatre yeux (wolfstar - osulus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre quatre murs [Hypermusic, Pyro & Magneto]
» Discussion entre quatre zieux! C'est entre vous et moi! [Sensei]
» Parce que quatre yeux valent mieux que deux [PV Nuage d'Argent]
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: