AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Sam 21 Jan - 9:38

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
20h30. Ma journée a été plutôt longue et assez fatigante.  Oh bien sûr, je ne vous cache pas que travailler au ministère, c’est quelque chose de fatiguant, même si parfois, on passe des journées sans trop de catastrophe, ou de mauvaises nouvelles. Après, il est vrai que je tente de faire mes preuves chaque jour et que le Ministre m’admire autant qu’il admire mon père avec lequel, il a de bonnes relations professionnelles … ou amicales, que sais-je. Je transplane jusqu’au Manoir Malefoy qui nous sera légué le jour de notre mariage. Normalement, c’est à la mort des parents mais, mes parents ont voulu en faire un cadeau et habiter dans un coin un peu plus retiré et à l’abri des regards disons pour plus de « sécurité ». Quoiqu’il en soit, ce n’est pas plus mal qu’ils ne soient plus là, bien que je les aime profondément mais, j’aimerais bien faire ma vie et construire quelque chose avec Narcissa, qu’on ait un minimum d’intimité et que l’on puisse vivre comme bon nous semble.

Je franchis la longue allée, jusqu’à la porte d’entrée avant de pousser la lourde porte, d’entrer et de refermer cette dites porte derrière moi. Je pose mon sac où se trouvent plusieurs documents du ministère, ceux que je dois étudier ou même de quelconques documents. Un elfe de maison se précipite vers moi et se saisis de ma veste de costume (entièrement noir bien entendu) ainsi que le sac et mes chaussures. Je ne prends pas le temps de remercier, jamais.  Je me dirige vers le salon afin d’y trouver ma future épouse, mais elle ne s’y trouvait pas. J’interpelle un elfe, afin de savoir où elle se trouve, histoire de ne pas faire tout le tour de ce grand manoir sans fin. « Où se trouve-t-elle ? » L’infâme créature en face de moi s’inclinait aussi bas qu’il le pouvait, limite s’il ne souhaitait pas encastrer sa tête entre le plancher. « Elle sera de retour d’ici peu, maître. » Mais ça ne me dit pas où elle se trouve, qu’importe. Je lui demande alors un verre de whisky pur feu avant d’aller jeter un œil au courrier, allant m’installer confortablement dans l’un des canapés en cuir noir avant que quelque chose ne m’interpelle sur la table, soigneusement cacher sous quelques livres. Enfin, dissimuler je n’en sais rien, peut-être que quelqu’un a déposé ses livres là sans faire attention. Je me saisis du bout de papier, découvrant une lettre déjà ouverte. Je dépose le reste du courrier sur la table afin de m’intéresser un peu plus à ma trouvaille.

Je déplie la lettre et je me mets à la lire. A la fin, apercevant la signature d’Andromeda, je sens la colère monter en moi. Je serre les dents, et la lettre entre mes doigts mais je me ressaisis afin de ne pas avoir une pulsion et de la déchirer sans réfléchir. Je la remets soigneusement à sa place, ne sachant que penser. Une chose est sûre,  c’est que j’aimerais savoir la réponse et la réaction de Cissa. Pourtant, elle ne m’en a toujours pas parlé, mais je n’ai pas vérifié la date, peut-être est-elle arrivée aujourd’hui. J’entends un bruit sourd, signe que ma future douce femme a franchi le hall d’entrée. Que faire ? S’énerver et se disputer ? Ou lui en parler calmement ? Honnêtement, je pense un peu des deux. L’elfe me rapporte mon verre de whisky que je lui avais ordonné de me ramener puis je le rapporte à mes lèvres, buvant quelques gorgées, attendant presque impatiemment que Narcissa pointe le bout de son nez et vienne me dire bonjour.  L’elfe de maison, s’occupant de prendre les affaires de sa maîtresse, s’inclina à nouveau, le dos plus que voûté. « Le maître vous attend dans le salon. »

M’énerver avec ma femme, ce n’est pas quelque chose que j’aime particulièrement. Mais il y a une chose dont j’ai la sainte horreur, c’est qu’elle me cache quelque chose, qu’elle me mente ou qu’elle omet de me dire quelque chose. Bien sûr, on a le droit chacun à notre jardin secret mais dans ce cas là, disons que je préfère qu’elle m’en parle, surtout s’il s’agit d’une de ses sœurs qui mériterait de brûler vive sur un bûcher. Elle rejette la faute sur Cissy, ou même sur Bellatrix –bon Bella cas à part- mais c’est Andromeda qui est partie, et donc faire sa victime, très peu pour moi. On assume ses actes. Je lâche un profond soupire, déposant mon verre sur la table, entendant les pas de plus en plus proches de Narcissa.

©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 413
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Sam 21 Jan - 23:18

My adreline is going to do you in
EXORDIUM.
Depuis la veille, date à laquelle la lettre d'Andromeda était arrivée, je n'avais cessé de penser à ça et très vite, j'avais également commencé à appréhender notre future rencontre. Que voulait-elle me dire exactement ? Au fond, il y a tellement de possibilités de sujets qu'en théorie, tout pourrait bien se dérouler : cela fait plus de huit ans que je n'ai plus eu aucun contact avec elle, il doit bien y avoir autre chose à raconter qui ne soit pas considéré comme un sujet fâcheux. Que ce soit de visu ou par l'intermédiaire d'un simple hibou, toute communication avait été coupée dés le jour où elle avait officiellement quitté le manoir - bien que je ne lui ait plus adressé la parole durant de longs mois bien avant son départ officiel. Pire encore que le fait d'avoir décidé de trahir notre famille et notre sang en épousant un vulgaire sang-de-bourbe, elle avait refusé de me mettre dans la confidence ; elle à qui j'avais toujours tout confié auparavant, la considérant autant comme une soeur que comme une confidente pour ne pas dire une meilleure amie.

Néanmoins, il y a également des risques non négligeables que la situation finisse par déraper à un moment ou un autre : nos choix de vie sont complètement différents pour ne pas dire radicalement opposés, nous en sommes aussi conscientes l'une que l'autre... et ça ne peut rien amener de bon de parler de nos compagnons respectifs. Et puis c'était sans parler des représailles si Bellatrix venait à apprendre que j'avais rendu visite à notre soeur - bien que cela fait bien longtemps qu'elle avait perdu ce titre aux yeux de notre aînée. Aurait-elle un quelconque scrupule à me lancer un Doloris en guise de châtiment ? Préférerait-elle passer directement au sortilège de mort en considérant que par cette simple visite, j'étais également devenue une traîtresse ? Elle avait toujours été si imprévisible que tenter d'imaginer une réaction à sa part revenait à tenter de résoudre une véritable énigme. Une énigme dont aucune des issues ne semblait particulièrement rassurante.

Ayant décidé au bout d’un moment qu’il était temps d’arrêter de me torturer l’esprit, j’avais finalement décidé de sortir et d’aller prendre l’air dans les jardins du manoir, accompagnée de Cassiopée qui ne comptait visiblement pas laisser passer l’occasion de se dégourdir un peu les pattes à l’extérieur. Ce fut finalement au bout d’une petite heure que je finis à rentrer, constatant instantanément que mon fiancé était rentré en voyant ses affaires dans le hall d’entrée. « Bien. » Laissant l’elfe se charger de ma veste, je ne m’attarde pas plus que ça et me dirige directement vers la pièce qui m’avait été désignée, mon cœur loupant soudainement un battement en me rappelant d’un détail. La lettre.

Traversant le hall en tentant de ne pas trop hâter mes pas pour ne pas paraître suspecte, j’atteins finalement le salon et j’affiche instantanément un sourire en l’apercevant, me dirigeant vers lui pour lui souhaiter un bon retour à la maison à ma façon en me penchant vers lui pour déposer un chaste baiser sur ses lèvres. «  Ta journée s’est bien passée ? » En y mettant toute la meilleure volonté du monde, je parviens à ne pas jeter de regard en direction de l’endroit où se trouve l’enveloppe fatidique. Avec un peu de chance, il ne l’aura pas vue… et ce même si l’expression qu’il arbore ne me dise rien qui vaille.

   

_________________
toujours pur.
he saw darkness in her beauty, she saw beauty in his darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Dim 22 Jan - 10:46

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
Bien sûr que je déteste que l’on me cache quelque chose, que l’on tente de me dissimuler quoique ce soit. Je peux devenir réellement méchant, pas violent non, j’arrive encore à me contrôler mais je sais qu’il faut marcher sur des œufs avec moi. Je suis parfois tellement surprenant, ayant des réactions dont on ne s’y attend pas le moins du monde. Ca dépend si je suis dans un bon jour ou non mais encore faut-il le savoir, parfois ce n’est pas évident. Je ne laisse pas paraitre mes sentiments aussi facilement, pas au début, ça monte toujours en crescendo. Et les sentiments que j’expose très rarement ce sont ceux de l’amour, ces sentiments positifs qui font que nous savons que nous sommes heureux lorsqu’on les ressent. Je suis heureux oui, mais l’être humain que je suis, lui ne l’est pas ou alors ne sait pas le ressentir à sa juste valeur. Les sentiments négatifs prennent sûrement trop le dessus. J’ai été élevé comme ça, comme un homme qui s’est fortifié tout un mur autour de lui, infranchissable sûrement et trop bien gardé par ces sentiments hargneux, de rage, de colère, de haine. Mais Cissy m’a déjà vu dans mes meilleurs jours, et je trouve ça plutôt normal puisqu’elle est bientôt ma femme et que nous sommes ensemble depuis un petit bout de temps maintenant. Mais bien sûr ces moments là sont un peu plus fréquents, mais ce n’est pas tous les jours, peut-être une fois par semaine tout au plus. Je n’aime juste pas que l’on utilise mes points faibles contre moi, gratuitement surtout lorsque l’on est « personne » dans ce bas monde et que l’on ne représente rien pour moi. Je sais que mes parents, et Narcissa ne sont pas ce genre de personnes, ou au mieux s’ils le font c’est pour améliorer un certain point qui me nuirait certainement. Mais je sais me montrer très têtu quand je le veux et me faire changer d’avis, en général, c’est très difficile.

Face à cette découverte soudaine, j’ignore comment devrais-je réagir. Peut-être attendre une réaction de ma bien aimée, qu’elle m’en parle ou autre mais étrangement, je sais qu’elle ne le fera pas. Pas avant de l’avoir vue. Elle sait pourtant que je suis bien loin d’être comme Bellatrix à vouloir la découper en mille morceaux si jamais je l’apprenais et à me mettre à la renier. Je risque de m’énerver un peu trop fort, certes mais je ne lui ferais aucun mal (pas tout de suite (a) ). J’entends Cissa rentrer, Salem grimpe sur le canapé à mes côtés et s’installe. Je glisse ma main dans ses poils noirs et soyeux, l’entendant ronronner. J’entends la belle blonde se diriger jusqu’au salon. Mon regard se glisse sur sa personne, malgré tout j’affiche un mince sourire avant de lui rendre son baiser.  Elle est belle, elle est charmante, parfois elle sait quoi dire ou quoi faire pour éviter ma colère divine mais, ça ne marche pas toujours. « Chaque jour je me dis que j’ai de la chance d’avoir une femme aussi sublime et brillante. » Dis-je d’un ton presque charmeur et légèrement froid. Puis elle me pose cette question. Oh comment lui dire que jusqu’à ce que je trouve cette lettre, tout allait bien ? Je me disais que je n’avais qu’à me soucier du fait que l’on n’empiète pas trop sur mes plates bandes afin de me chourer peut-être la place dans le cœur du ministre ? Ou encore me soucier de mon silence et de ma discrétion concernant mon allégeance ? Encore que, ça ce n’est rien, ce sont les choses habituelles, ma routine. Mais encore faut-il qu’en rentrant à la maison, je m’occupe d’une femme qui n’a sans doute pas encore assez de maturité pour assumer ses actes, ou ces décisions ? Je ne le pense pas, non, Narcissa est une femme mature mais, je sens la colère grimper en moi, je bouillis intérieurement, mais je fais face. « Elle aurait pu être meilleure. »

Je lève les yeux en sa direction, faisant jouer mes doigts entre eux avant de l’inviter à s’assoir à mes côtés puis, une fois fait, je me penche en direction de la lettre et je me tourne en sa direction, lâchant un léger rire nerveux, me mordant la lèvre inférieure. « Je suis tombé sur une charmante surprise. Qu’est-ce donc, Narcissa ? » Mais je garde encore mon calme olympien, difficilement et non sûrement. Je me saisis de mon verre de whisky pur feu que j’avale cul sec avant de reposer le verre et de me lever, lui balançant la lettre sur ses genoux, me dirigeant vers l’une des fenêtres, glissant mes mains sur mes hanches. « Quand est-ce que tu comptais m’en parler ? Lorsque tu aurais vu cette traitresse, sans que je ne puisse dire quoique ce soit concernant cette rencontre » Et je trouve ça aberrant. Ce n’est pas comme si c’était une simple amie avec qui elle allait boire un coup, ça je m’en fiche mais il est vrai que le sujet est sensible mais pourtant, elle sait que l’on peut tout se dire et parler de tout ensemble, elle sait que l’on ne doit pas se cacher ce genre de choses. Je me masse les tempes, mais je sens la pression monter. « Je croyais que l’on devait ne rien se cacher ? Même ce genre de choses ? Puis, Andromeda… Tu comptes y aller ? Es-tu seulement consciente de ce que tu fais ? Oh, et j’imagine que Bellatrix ne le sait pas encore mais, par Merlin, si elle l’apprend, à ton avis, comment va-t-elle réagir ?» Je me contiens, mais c’est difficile, je me tourne ensuite en sa direction, dos à la fenêtre, m’adossant contre celle-ci tout en croisant mes bras. « J’espère que, Mademoiselle Black, vous avez de bons arguments. Car les cachotteries et les mensonges ne me plaisent guère. » Dis-je en haussant le ton, me montrant un peu plus ferme et légèrement agressif. J’en perds patience, trop vite. Mais je ne tolère aucunement ça.


©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 413
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Lun 23 Jan - 18:10

My adreline is going to do you in
EXORDIUM.
Bien que ses compliments me font sourire davantage sur le moment, je sens directement que quelque chose cloche et je mettrai ma main à couper que ce n’est pas uniquement une impression liée à la culpabilité, cette fois.  Son air un peu trop doucereux n’arrive pas à compenser avec l’intonation froide et plus sèche de sa voix, intonation presque similaire à celle qu’il utilise habituellement pour s’adresser à des personnes qu’il considère comme étant ses « inférieurs », certainement pas avec moi.  Heureusement, après avoir apprit à le connaître depuis tant d’années et avoir commencé à vivre ensembles depuis plusieurs mois,  j’avais fini par trouver quelques astuces afin d’éviter ou de minimiser les dégâts d’une dispute. Si seulement cela pouvait fonctionner cette fois aussi…

«  Je m’estime tout aussi, si ce n’est plus, chanceuse que toi. » répondis-je néanmoins, appréhendant la suite bien que je n’en laisse rien paraître, allant m’asseoir à côté de lui lorsqu’il me fait signe de le rejoindre. Décidant au départ de jouer la carte de l’innocence en conservant toujours une petite étincelle d’espoir qu’il s’agisse d’un tout autre sujet, je fronce les sourcils. « Que s’est-il passé ? » Après tout, les tensions au sein des membres du ministère n’étaient pas rares et bon nombre de ses collègues devaient convoiter sa place, peut-être étais-ce simplement lié à son travail.

Lorsqu’il se penche vers le bureau et me lance une lettre sur les genoux, je perds instantanément le peu de couleurs qu’il me reste. Évidemment. Comment avais-je pu être naïve au point de penser qu’il y avait ne serais-ce qu’une infime chance que les choses se déroulent autrement ? Je refuse pourtant de baisser les yeux : une Black ne s’incline pas. Jamais. Pourtant, je le laisse m’assaillir de toutes ses questions et réflexions, attendant qu’il ait fini pour prendre la parole à mon tour et prenant par la même occasion le temps de sélectionner et de peser soigneusement chacun de mes mots.  « Je ne voyais pas comment aborder le sujet sans que les choses ne dégénèrent. » Et visiblement j’avais raison, m’abstiens-je néanmoins de rajouter pour éviter de rajouter de l’huile sur un feu déjà bien embrasé.  «  Tu as raison, je n’aurai pas dû te le cacher. Néanmoins, je ne vais pas te mentir : oui, je compte y aller. »

Au fond de moi, je sais que tout ce que je dirai ne servira à rien : il ne peut pas comprendre. Toute sa vie, il l’avait vécue en tant que fils unique, ayant uniquement à se préoccuper de ses intérêts et de ceux de sa famille sans avoir à se retourner sur des frères ou sœurs éventuels. Ce n’était pas mon cas. Dés la naissance, j’avais appris à devoir partager et à m’inquiéter tout autant pour ma propre sécurité que pour celle de mes aînées… surtout pour celle de la plus jeune des deux. Bella avait toujours été, à mon souvenir, plus représentative de la menace que de la victime potentielle. Déjà à l’époque où elle n’était qu’une jeune étudiante parmi tant d’autres au sein de Poudlard, énormément de personnes la craignaient – à juste titre.  C’était d’ailleurs à l’époque où elle s’était découvert une passion grandissante pour la magie noire que j’avais commencé à la craindre, me rapprochant davantage d’Andromeda. Elle avait toujours été la seule de la famille à m’écouter, me protéger… et même si je continuais de le nier farouchement, sans doute mes sentiments fraternels à son égard n’étaient-ils pas complètement éteints. Le seraient-ils d’ailleurs véritablement un jour ?

«  Cela fait presque  huit ans que je ne l’ai plus vue… Je suis simplement curieuse de savoir ce qu’elle voudrait me dire après autant de temps. »  Je tente de me justifier, mais je sais également qu’il n’est pas dupe. Il doit savoir, peut-être même mieux que moi, que je n’ai pas réussi à franchir le cap et tourner la page concernant ma sœur comme l’a fait le restant de la famille le jour où sa photo avait été brûlée de l’arbre généalogique familial. « Tu sais aussi bien que moi ce que Bella fera si elle l’apprend. » Je pince les lèvres, tentant de ne pas trop m’attarder à ce sujet. L’ayant déjà vue à l’œuvre quelques fois par le passé, je ne suis pas certaine de vouloir savoir si ma sœur me réserverait plutôt une séance de torture ou une mort rapide pour ce qu’elle considérerait probablement comme un acte de trahison impardonnable.

Bien que ce ne soit peut-être pas l’idée la plus brillante que j’aie eu jusqu’à maintenant, je décide finalement de me lever et de me rapprocher de lui, refusant de me laisser impressionner par son intonation ou l’expression de son visage.  Je tends la main vers lui, la posant sur sa joue et le regarde droit dans les yeux pour tenter de lui prouver ma sincérité. « Tu devrais me faire confiance… Tu sais que je te choisirai toujours avant tout le monde, n’est-ce-pas ? »

 

_________________
toujours pur.
he saw darkness in her beauty, she saw beauty in his darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Mer 15 Fév - 23:46

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
Bien sûr que je me doute que Cissa sait que je suis sur le point d’imploser. Je  bouillonne, je sens certaines parties de mon corps se réchauffer plus que d’autres. Je sens ma patience s’envoler et surtout se faire avaler par les méandres de mon âme. Bien sûr, elle agit comme celle qui ne se doute de rien. Peut-être se dit-elle que je serais plus clément avec elle ? Ou bien que je pourrais plus ou moins doser ma colère ? Elle se trompe. Je pensais pouvoir attendre encore un peu avant de lui cracher mes nerfs à la figure. Malheureusement, la tension monte trop vite, et le fait de la voir empire les choses et je pense que le pire c’est de sa soit disant innocence. J’ai cruellement horreur de ça, elle le sait et c’est quelque chose qui m’insupporte. Ma foi. Après, peut-être qu’elle se dit que ce n’est pas de ce sujet dont j’ai envie de parler.

Mais, malheureusement pour elle, si. Je lui mets la preuve en évidence, et voir son visage se décomposer me provoque tout de même une légère satisfaction. Comment dire, que l’on ne me cache rien, à moi, Lucius Malefoy ? Je suis un vrai fouineur, j’ai des capteurs à la place des yeux. Je pense que je ne suis pas un mangemort pour rien et que ma ruse va bien au-delà de tout ce que l’on imagine. J’explose, je ne retiens aucun de mes mots, aucune de mes phrases et je lui crache mon venin à la figure. Je l’observe, attentivement, les bras croisés. Je veux des réponses, et surtout je veux qu’elle comprenne qu’à moi, on ne me cache rien et que de toute évidence, on ne peut pas. Je lâche un léger rictus lorsqu’elle me dit qu’elle compte y aller. Oh bien sûr, sympathiser avec l’ennemi, une traîtresse qui a salit la réputation de sa noble famille ? Qui l’a trainé dans la boue en fricottant avec un idiot ? Elles vont aller boire un petit café comme si de rien était ? Cissy est une femme bien trop naïve, bien trop bonne pour comprendre la situation. Pour elle, malgré tout, elle reste sa sœur et je pense qu’Andromeda pourrait bien tenter de la faire venir dans le chemin de ce qu’ils appellent « le bon ». L’entourlouper, et lui mettre des idées mauvaises dans la tête. Bien sûr que je suis contre et puis, j’ignore ce que Narcissa a en tête mais honnêtement, c’est un mauvais choix.


Malgré tout, je ne chercherais pas à l’empêcher de la voir. Sachez que si on me la fait à l’envers, je le saurais et puis, je me laisse le droit de lui faire un minimum confiance. On verra ce qu’il adviendra de ce rendez-vous. On agira par la suite et puis, je me doute que Bellatrix serait ravi d’apprendre certaines choses. Bien sûr, je n’irais pas lui dire qu’elles se sont vus, sauf si la situation est critique et que Narcissa se fasse entourlouper sans que je ne puisse faire quelque chose. Mais Bella est une femme malsaine, donc j’y réfléchirais quand même à deux fois malgré tout.  « Oh, je pense surtout qu’au vu de tes fréquentations, elle tentera de te faire basculer du mauvais côté. Ou te demander de faire un choix, peut-être. Moi aussi je suis curieux de savoir ce qu’elle a à te dire, et pourquoi être revenue soudainement après tant d’années. » Louche, n’est-ce pas ?


Elle finit par se lever et elle s’approche de moi. Je l’observe avant de pincer mes lèvres légèrement, gardant mes bras croisés et je plante mon regard glacial dans le sien. Elle dépose sa main sur ma joue, d’une douceur infinie et rien que ces vibrations positifs ont un effet apaisant sur moi. Elle me regarde droit dans les yeux, et je n’abaisse pas pour autant mon regard. « J’espère bien que tu me choisiras toujours avant tout le monde. Mais si elle te met des idées en tête ? Si elle te demande de faire des choix ? » Ma voix s’est adoucit et je suis beaucoup moins sur l’attaque. Je dépose délicatement ma main sur la sienne avant de pousser un profond soupire. « J’ai confiance en toi, mais parfois je te trouve beaucoup trop naïve…Tu ne te demandes pas pourquoi, soudainement elle revient comme une mandragore ? Comme si de rien était ? Alors que pendant tout ce temps … rien ? Il y a une vipère quelque part. Je pense que ce n’est pas innocent et tu devrais faire attention. » Je dépose un léger baiser contre son front avant  de me détacher et de retourner poser mon arrière train sur le canapé en cuir qui trône dans le vaste salon du Manoir. Je me saisis de mon verre de whisky pur feu avant d’appeler un elfe pour qu’il m’apporte la bouteille. Je glisse une de mes mains à ma nuque avant de fixer la cheminée face à moi. « Ne me cache plus rien. » Dis-je d’un ton ferme, mais pourtant neutre. Il se pourrait que la prochaine fois, ce sera bien pire et j’ignore ce que je ferais, et comment j’agirais. Je lui cache certaines choses, concernant les affaires des mangemorts dont je ne peux en aucun cas divulguer certaines informations, mais ce genre de choses, je ne peux pas et je ne le ferais jamais. Puis concernant les affaires des mangemorts, c’est aussi pour la protéger. Je ne veux pas l’immiscer dedans, je veux qu’elle reste en dehors de sa malgré tout. « Même si on se dispute et bien, tant pis, mais je veux savoir et ne pas découvrir tes cachotteries. »



©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 413
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Ven 17 Fév - 23:30

My adreline is going to do you in
EXORDIUM.
Je ne tiens pas le moins du monde à risquer une dispute avec Lucius pour une simple rencontre qui aboutira probablement à une autre décennie de silence entre ma sœur et moi. Notre complicité d’antan, cela fait bien longtemps que je la considère comme étant dépassée, enterrée et surtout irrécupérable. Et le fait que j’accepte de la revoir une petite fois n’y changera rien, j’en suis consciente d’avance : j’ai emmagasiné beaucoup trop de rancune à son égard au fil des années écoulées que pour pouvoir envisager à nouveau de repartir véritablement sur des bases saines avec elle un jour, même lointain. Et ce malgré le résidu d’amour fraternel que j’arrive encore à ressentir à son égard de temps à autre. Il y a des choses que même le temps ne peut réussir à effacer.

«  Peut-être veut-elle simplement me voir une dernière fois avant la guerre qui approche, comme elle l’a dit dans sa lettre… » Je me mords la lèvre. « De toute façon, je l’ai déjà prévenue dans ma réponse que je ne compte pas subir ses reproches quant à ma façon de vivre… ni entendre des éloges concernant la sienne. »

Même si je tente de me convaincre qu’il n’y a aucune arrière-pensées derrière l’envie soudaine que pouvait avoir Andromeda de me voir après autant de temps sans la moindre nouvelle, mon instinct refuse catégoriquement de croire à cette hypothèse. La cadette de la famille pouvait avoir changé en beaucoup de points au fil des années – n’étais-ce pas là le cas de tous nous ? – mais pas au point d’en perdre sa détermination et son côté révolutionnaire. Après tout, ces deux traits de caractère avaient joué un rôle déterminant dans sa trahison envers le restant de la famille.

« Et même si elle me demandait de faire des choix, que penses-tu que ça changerait ? Elle est partie de son côté, elle a choisi son camp. Je suis restée, j’ai choisi le mien. » Je caresse lentement sa joue du bout des doigts, ne détournant pas mon regard du sien. «  Je t’ai choisi toi. Ce sera toujours toi, quoi qu’il advienne. Je te le promets. » Comme pour appuyer davantage mes paroles, je prends son visage entre mes mains et dépose un chaste baiser sur ses lèvres, juste le temps de quelques secondes. Comme pour tenter d’éteindre complètement l’orage de la dispute qui semblait déjà presque maîtrisé.

Je ferme les yeux durant quelques secondes lorsque ses lèvres se posent sur mon front et brièvement, l’image d’une Bella vexée et surtout furieuse, les lèvres pincées, le regard flamboyant et les mains posées sur les hanches semble apparaître derrière mes paupières closes. Si elle m’avait entendue prononcer cette dernière phrase, probablement aurais-je à nouveau droit à des reproches en tout genre en commençant par le rappel du pacte que nous avions passé il y a maintenant plus de huit ans. Comme si j’étais capable de l’oublier…

Soulagée de voir qu’il semble bel et bien s’être calmé, je le regarde  s’installer à nouveau dans le canapé et me contente de répondre par une dénégation de la tête à l’elfe qui me regarde en semblant attendre que je lui donne l’ordre de me servir un verre également; l’alcool n’avait jamais vraiment été l’une de mes lubies à l’exception d’un petit verre une fois de temps en temps, la plupart du temps lors des soirées mondaines organisées par toutes les familles de sangs-purs où l’hypocrisie était souvent de mise face aux « familles de sangs-purs inférieures » qui semblaient pour la plupart penser qu’elles pouvaient rapidement se faire une place et un nom dans la hiérarchie des « puissants ». Quelle naïveté.  Dans ces cas-là, effectivement, un verre de whisky pur feu semblait être la seule solution efficace pour tenter d’oublier la médiocrité de ces gens-là.

«  Bien, je m’en souviendrai à l’avenir. » Je reste silencieuse durant quelques secondes avant de soudainement me souvenir de quelque chose dont je n’avais pas encore eu l’occasion de lui parler, l’ayant apprit plus tôt dans la journée. «  D’ailleurs, en parlant de ça. Tu te souviens de la discussion que nous avons eue il y a quelques semaines quant au fait que j’envisageais de trouver un travail pour occuper un peu mes journées pendant que tu étais au ministère ? »

La question était en réalité plus rhétorique qu’autre chose : vu le temps que j’avais dû passer ce jour-là à tenter de le convaincre que c’était une bonne idée, il était pratiquement impossible qu’il ait pu oublier ce sujet-là… surtout qu’il était aux premières loges pour savoir que je ne renonçais pas facilement lorsque je voulais quelque chose. Une caractéristique pouvant être associée à l’ensemble des Black, visiblement.

«  J’ai été à un entretien pour un poste à Poudlard aujourd’hui. Devenir professeur ne m’attirait pas vraiment, un peu trop de responsabilités à mon goût. Du coup j’ai postulé pour devenir assistante du professeur de potions, et apparemment… j’ai été suffisamment convaincante. Je suis engagée. »

 

_________________
toujours pur.
he saw darkness in her beauty, she saw beauty in his darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Mer 22 Fév - 11:48

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
Il y a des sujets qui dérangent, des sujets qui fâchent et qu’il ne vaut mieux pas aborder et qui, pourtant, ne peuvent être détourné. Je ne regrette pas de m’être emporté, et disons que je trouve ça plutôt justifiable et que si, Cissa s’était mise en colère pour la même raison, bien sûr que j’aurai été compréhensif. Ne fait pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse. Bon bien sûr, il y a des exceptions, étant mangemort je suis obligé de faire ce que je n’aimerais pas que l’on me fasse et, sachez que je le fais sans aucune pitié, ni sans aucun dégoût. Je torture, je tue, sans me poser trop de questions. For the Lord. Je trouve que c’est légitime, et pour lui je tuerais femmes et enfants, moldus, sang-de-bourbe ou traître à leur sang, sans aucun scrupule. Et c’est encore un sujet dont on évite de parler avec Narcissa, un sujet qui fâche et qui répugne. Elle ne comprend pas certaines choses, car elle ne fait pas totalement partie de nos rangs. Elle n’agit pas, elle fait parti de ceux qui soutiennent, une complice, et c’est déjà beaucoup.

J’hoche simplement la tête à ses mots. On verra ce qu’il en sortira de cet échange sûrement laborieux et malsain. Un échange dont je garderais le secret bien sûr. J’ai beau être menaçant au fond, je ne dirais et ne ferais rien. Bellatrix n’en saura rien et bien que je sois une balance auprès du Seigneur des Ténèbres s’il le faut, concernant ma future femme, je suis solidaire et je garde même ses secrets les plus sombres, secrets que j’emmènerais dans ma tombe et que, même sous la torture, je ne dirais rien. Un couple, c’est se montrer solidaire, être une équipe, unis envers et contre tout. C’est se comprendre bien que l’on ait des avis qui divergent. J’affiche un léger sourire à ses mots. Elle est une femme formidable et exceptionnelle. Une chance que mes parents aient choisis Narcissa comme future femme. Il y avait déjà une attirance entre nous deux, un petit jeu et surtout des sentiments qui commençaient à naître. Ca n’arrive pas à tout le monde, d’avoir une chance comme celle-ci, d’être un couple de sang-pur réellement heureux et amoureux, l’un de l’autre. Quand il y a de l’amour, ça change tout. « Même si tu as choisi ce camp en me choisissant moi, sache que je te protégerais toujours d’eux. » Et le mal ne la touche pas elle directement, elle l’effleure simplement et son âme n’en est pas affecté. Moi je sens ce côté obscur me ronger jusqu’à la moelle, contrôler mes faits et gestes et mes pensées. Je sens cette magie noire me dévorer les entrailles, je sens mon esprit contrôlé par une force magique. Cette magie, ce côté noir est présent chez moi depuis bien longtemps. Au début on a peur, de la mort. On a peur de ce qui pourrait nous arriver. On ressent le poison se répandre et nous transformer. On ressent ce poison, comme la dragoncelle qui s’installe et qui vous tue à petit feu. Cissy est encore une blanche colombe et je ne les laisserais pas mettre la main dessus et assombrir cette âme si pure et si douce.

Je me détache d’elle, après avoir déposé un baiser contre son front puis je file m’installer sur l’un des canapés en cuir noir de notre vaste salon puis, on me ressert un verre de whisky pur feu. Puis, elle aborde un tout autre sujet. Je défais quelques boutons de ma chemise, histoire de me mettre un peu plus à l’aise et je hoche la tête, sachant qu’elle a quelque chose à m’annoncer. Je tourne la tête en sa direction avant qu’un sourire ne naît sur mon visage. J’aurais pu agir comme ces vieux sangs-purs, de manière négative jugeant qu’une femme doit rester à la maison, s’occuper de la maison et des mioches mais … bien que cette idée m’effraie un peu, je suis ravi pour elle. « Oh, Cissy ! Je suis fier de toi. C’est une bonne nouvelle que tu m’annonces. Tu sais toujours comment rattraper les mauvaises journées. Et tu commences quand ? Ca consiste en quoi assistante de professeur ? » Je finis mon verre, d’une traite puis j’appelle un elfe histoire qu’il me débarrasse tout ça avant de saisir Narcissa par la main et l’emmener en dehors du salon. « On devrait fêter ça, qu’en penses-tu ? Un repas de fête ? Une petite sortie ? » Ou autre chose. Mais bien sûr, derrière la joie se cache la peur. Je sais où il compte frapper, où il frappera à nouveau. S’en prendre à Poudlard, au Ministère, à tous ces lieux qui font vivre le monde magique, qui font parti du cœur. « Tu vas rentrer souvent à la maison ou, je vais me retrouver souvent tout seul, en tête à tête avec ces choses affreuses qui nous servent d’elfe ? » Je me détache puis je monte les escaliers qui mènent à l’étage. Je vais jusqu’à notre chambre avant de lâcher un profond soupire et de me masser la nuque. Je m’installe sur le bord de notre lit conjugal et je ferme mes yeux un instant. Parfois, être mangemort peut vous rendre marteau. Je me saisis de ma baguette et en un geste précis et sec, des vêtements propres et bien repassé sortent de l’armoire, histoire de me changer. « Cissy ? » Je dois lui annoncer et lui dire la nouvelle. Cette réunion qui va avoir lieu, histoire qu’elle ne s’inquiète pas et la prévenir des dangers qui rôdent à Poudlard bien que je suis sûr qu’elle sait ce qu’elle risque. Je ne serais pas là pour la défendre et pour m’assurer qu’aucun mal ne lui sera fait.


©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 413
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Mer 1 Mar - 20:28

My adreline is going to do you in
EXORDIUM.
Aussi étrange que cela puisse paraître – ou pas, je pense avoir toujours eu d’une certaine façon plus confiance en Lucius qu’en Bellatrix. Peut-être cela vient-il du fait qu’il avait été plus présent pour moi sur une petite dizaine d’années de réelle « fréquentation » que ma sœur ne l’avait véritablement été sur toute une vie ou bien est-ce plutôt lié à la nature impulsive et instable de Bella qui m’a toujours inspirée de la méfiance, je ne saurai pas réellement le dire. En tout cas, concernant Lucius et moi, j’ai toujours pensé que nos parents respectifs avaient fait un excellent choix en décidant de nous unir. Déjà à l’époque de Poudlard, bien que nous n’ayons commencé à nous commencé réellement que lorsque les rumeurs de fiançailles nous concernant avaient commencé à se faire entendre, j’avais toujours éprouvé une sorte d’admiration pour Lucius : en plus d’avoir tout pour plaire d’un point de vue physique, il était également puissant et l’unique héritier d’une des familles de sangs-purs les plus respectées dans le monde des sorciers. Par chance, il s’est avéré que nos caractères s’accordaient plutôt bien et il avait même apporté sa pierre à l’édifice lorsqu’il s’agissait de faire vivre un véritable enfer au jeune Tonks comme si cela pouvait le faire revenir sur sa décision de fréquenter ma sœur. Les résultats n’avaient certes pas été à la hauteur de mes espérances et ça n’avait pas suffit à les séparer, mais au moins, l’intention y était.

« Je te fais confiance… mais ce n’est pas pour moi que j’ai peur. »

En réalité, c’est peut-être ce qui aurait dû m’effrayer le plus. Lorsqu’une guerre approchait, les gens craignaient pour leurs proches mais aussi pour leur propre vie. Sans doute étais-ce simplement un réflexe humain, tout aussi naturel qu’égoïste. Personnellement, je ne m’inquiète pas particulièrement pour ma sécurité : je ne me considère pas comme étant quelqu’un de réellement exposé aux futures attaques. Premièrement, j’ai choisi de me battre uniquement en cas d’extrême urgence et deuxièmement, je serai probablement à Poudlard lorsque les choses commenceront ouvertement à s’envenimer. Le château n’est-il pas considéré comme le lieu magique le mieux protégé contre les attaques extérieures ?

En revanche, concernant Lucius, Bellatrix, Regulus ou Allegra, je dois bien admettre que je suis beaucoup moins confiante. S’en sortiraient-ils ? Si oui, dans quel état ? Quelle sentence risquaient-ils s’ils se faisaient attraper un jour et que leur culpabilité était prouvée ? Un frisson me parcourt l’échine malgré moi lorsque je réalise que je ne suis que trop bien consciente de la réponse à la dernière de ces questions : la perpétuité à Azkaban dans le meilleur des cas, le baiser du détraqueur dans le pire. Et je sais très bien que, égoïstement parlant cette fois, je serai incapable de survivre si je me retrouvais à tout perdre du jour au lendemain.

Le sujet bifurque soudainement sur la question du travail et je ne risque pas de m’en plaindre, espérant au moins qu’il n’ait pas trop remarqué ma gêne vis-à-vis du précédent ; dans tous les cas, toutes les paroles qu’il pourrait me dire pour tenter de me réconforter à ce propos se révéleraient vaines. Trop de personnes avaient déjà péri depuis le début des attaques, pourtant récent, et ce quel que soit leur camp, que pour réussir encore à me faire croire que tout ne pouvait que bien se dérouler.

«  Demain sera mon premier jour officiel. Honnêtement, je ne connais pas encore toutes les tâches que je devrais faire mais ce sera principalement de l’aide afin de préparer les cours et le matériel, une aide spéciale pour certains élèves probablement… quant au reste, cela reste à voir. » Je m’interromps un instant, relevant un regard taquin vers lui. «  Bon, je vais aussi pouvoir surveiller Regulus et Allegra d’un œil, mais ce n’est pas compris dans le salaire. »

Un petit sourire mi-tendre mi-amusé prend place sur mes lèvres à l’évocation des deux plus jeunes de mon entourage proche. Je dois bien avouer que je me fais autant de souci pour eux deux et qu’ils me manquent autant l’un que l’autre. Étonnement, je m’étais toujours un peu sentie comme « responsable » d’eux, comme si le simple fait qu’ils soient plus jeunes que moi me forçait à vouloir les protéger et prendre soin d’eux. Et le fait de les savoir eux aussi autant impliqués dans la lutte, si jeunes de surcroît, ne me plaisait pas des masses même si je m’abstenais de dire quoi que ce soit.

«  Hum… si galamment proposé, comment refuser ? »  L’idée de sortir après toutes les idées noires que je viens de broyer en l’espace d’un instant ne me séduit néanmoins pas des masses, et je me rapproche de lui pour poser mes mains à plat sur son torse en soutenant son regard. «  Néanmoins, je préfère un simple repas de fête ici… J’ai envie de t’avoir pour moi toute seule ce soir. » Je m’interromps et secoue légèrement la tête à sa question, roulant des yeux comme si elle ne se posait même pas. «  Tu ne crois quand même pas que tu vas te débarrasser de moi si facilement ? Évidemment que je serai là autant que possible. Je ne connais pas encore mon horaire exact, mais je pense qu’il ne devrait pas être trop différent du tien… heures de retenue et corrections de copies mises à part. »

Le laissant monter à l’étage, je me passe une main dans les cheveux et relâche le chignon flou que j’avais décidé de faire le matin même pour me rendre au château, laissant mes boucles blondes retomber en cascade sur mes épaules avant de gravir à mon tour les escaliers menant à l’étage pour aller chercher de quoi me changer. Je n’ai pourtant même pas le temps d’arriver dans la chambre que je l’entends soudainement m’appeler, et le ton de sa voix fait soudainement remonter toute la pression que je tentais désespérément de mettre de côté. Lentement, je rentre dans notre chambre et le rejoins en quelques enjambées, m’asseyant à ses côtés en ne prenant cette fois plus la peine de masquer mon anxiété.

«  Qu’est-ce qu’il se passe ? Il y a un problème ? »


_________________
toujours pur.
he saw darkness in her beauty, she saw beauty in his darkness.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Jeu 2 Mar - 1:19

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
« Je te fais confiance… mais ce n’est pas pour moi que j’ai peur. » Bien sûr. Je sais qu’elle s’inquiète plus pour ceux qui combattent au front. Ceux qui vont sur le terrain et qui risquent de se prendre un sort perdu ou bien un sort lancé volontairement en la direction de la personne. Je suis une machine de guerre, je suis bien loin d’être un débutant mais, ça arrive même aux meilleurs, comme on dit. Elle s’inquiète pour moi, nous sa famille mais moi, je m’inquiète pour elle bien qu’elle soit à l’abri de tout ça et plutôt en retrait. Poudlard n’est pas un lieu sûr malgré tout ce qu’ils peuvent dire, j’en suis certain. Si on veut rentrer, on peut. Ca m’inquiète donc d’autant plus, sachant que je ne serais pas toujours auprès d’elle. Mais si une attaque à lieu à Poudlard, je le saurais avant de toute façon, et si je ne peux y participer, je tenterais de la mettre en garde et de la protéger du mieux que je peux, de loin. Malgré la fierté que je peux démontrer, du fait que Cissy suive ces idéologiques, qu’elle n’approuve pas forcément, ça me dérange. Mais ce n’est pas quelque chose que je pourrais admettre. Je pense que c’est ce sentiment d’amour qui fait que ça me dérange, et que je ne la sente pas épanouie plus que ça concernant ses engagements politiques. Mais elle n’a pas le choix, et même si un jour elle décide de se rallier à la cause adverse, je pense bien que je n’approuverais quand même pas ce choix et encore moins le comprendre. Après, elle n’est pas aussi extrémiste que moi mais elle aborde tout de même une certaine haine envers ces sang-impurs. Je pense simplement qu’elle est plutôt passive et que la guerre, elle préfère l’observer de loin. Et c’est très bien comme ça. Je pense que mes actes pourraient être influencés par elle, si elle se trouvait à mes côtés durant chaque bataille. Je ne pourrais pas me concentrer sur le combat et sur le but premier, mais plutôt sur ma femme, afin d’empêcher quiconque la blesser.

On change de sujet, mais je sais bien que le sujet « Seigneur des Ténèbres » reviendra sur le tas. Assez tôt, d’ailleurs. Mais je préfère me renseigner sur elle et son entretien qu’elle a passé. Je suis fier d’elle, et plutôt ravi qu’elle puisse voir autre chose que les quatre murs du manoir Malefoy. Je suis pro sang-pur et je suis très à cheval sur les traditions. Pour moi, les femmes, elles sont plutôt destinées à rester à la maison, s’occuper des enfants, de l’organisation des soirées, ou de certains événèments, de la gestion tandis que l’homme rentre et ne fait rien. Mais avec Cissy, je ne vois pas ça comme ça. Je suis plutôt content qu’elle fasse ce qui lui plaît et qu’elle sorte un peu, voir autre chose. Mais, je n’en reste pas moins méfiant, et jaloux du premier homme qui oserait s’intéresser à elle. De toute évidence, il ne pourra rien contre moi. J’affiche un petit sourire lorsqu’elle me parle d’Allegra et de Regulus. Cissy est une femme protectrice, qui garde l’œil sur les êtres qu’elle aime le plus au monde, comme un dragon surveille ses petits. « Les pauvres, ils vont finir par ne plus te supporter à force sur tu les surveilles. Je leur enverrais un hibou afin de m’assurer que tu ne les épies pas trop. » Ou pas, en général quand quelqu’un se plaint ce n’est pas chez moi car, la plupart du temps, j’en ai rien à faire. Sauf bien sûr si ça concerne le Ministère, Cissy, ma famille ou bien la sienne. Mais si eux se plaignent, c’est que vraiment, elle s’acharne trop mais la connaissant, aucun risque.

Soudainement de meilleure humeur, je lui propose de sortir afin de fêter ça. Elle dépose ses mains à plat sur mon torse, son regard plonger dans le mien. Je dépose l’une de mes mains sur les siennes, afin de la saisir et de l’emmener jusqu’à mes lèvres, y déposant un tendre baiser sur cette dernière. Un sourire se dessine à ses paroles puis je dépose un baiser langoureux contre ses lèvres douces et parfumées. « Ah oui ? Pour toi toute seule ? » Je lâche un léger rire, ayant presque –j’ai dit presque- une idée malsaine derrière la tête. « Tu as raison, profitons. » Avant qu’il ne soit trop tard, avant que l’on ne puisse plus le faire, avant que la mort décide de prendre la vie de l’un de nous deux. Et puis, avec mon travail au Ministère, parfois nous n’avons pas trop le temps de nous retrouver comme on le devrait. « Mince, je pensais que l’on allait passé six mois sans se voir, tu sais, c’est pas de tout repos tous les jours d’entretenir une Black. » Dis-je évidemment pour l’embêter. D’un sens, c’est vrai et encore, j’ai eu de la chance d’avoir la meilleure et la moins perchée. Cissy est une femme douce, attentionnée et exquise. Elle est tout ce qu’un homme rêverait d’avoir. Parfois je l’observe, et je me dis que j’ai bien de la chance de pouvoir finir ma vie avec elle, de fonder une famille avec et de peut-être mourir à ses côtés. Les hommes ne savent pas à quel point ils sont chanceux d’avoir leur femme à leur côté. Les hommes ne savent jamais à quel point ils ont de la chance et s’en rendent compte toujours trop tard. Mais moi je le sais.

Je monte ensuite à l’étage afin de me changer. Je suis quelqu’un qui prend énormément soin de son apparence et qui ne supporte pas passer toute sa journée dans le même costume, le même vêtement. Aujourd’hui, j’ai porté mon costume bien trop longtemps à mon goût et ça commençait sévèrement à me déranger. Je me déshabille, restant seulement en sous-vêtements puis j’observe mon masque de mangemort avant de le saisir et de pincer mes lèvres. Elle va s’inquiéter, mais il faut que je le lui dise. On évite de trop en parler car parfois, c’est un sujet qui fâche ou bien qui blesse. Un sujet qu’on évite, mais dont on doit parler tôt ou tard. Installé sur le bord du lit, j’observe mes vêtements soigneusement choisi et disposés désormais sur le lit. J’abandonne mon masque et le dissimule dans un endroit où elle ne pourrait pas le voir, ni tomber dessus, sauf si elle tient vraiment à le trouver.

J’entends ses pas, elle n’est pas bien loin. Je finis par l’appeler. Les bruits de pas se rapprochent puis, je finis par relever la tête lorsque j’aperçois du coin de l’œil sa chevelure blonde. Elle se dirige jusqu’à moi et s’installe à mes côtés. Je lis une toute autre expression sur son visage, et j’en suis presque surpris. Que s’est-il passé en l’espace de quelques petites minutes ? A quoi pensait-elle ? Parfois, j’aimerais me trouver dans sa tête. Je me saisis de l’une de ses mains, l’observant un instant avant de laisser vagabonder mon regard le long de son corps si parfait, et alléchant. Mon regard se plonge dans le sien, comme si je cherchais à déceler quelque chose, ou comme si j’essayais de prendre le dessus sur mes émotions afin qu’elle ne perçoit aucune crainte, aucune angoisse…rien. Aucune faiblesse. « Fais attention à toi. Poudlard n’est pas un lieu aussi sûr qu’on peut le croire. Le château a des failles. Un peu comme partout. Quand quelqu’un veut entrer, qu’importe le moyen qu’il emploie, il le trouvera. » Je glisse ensuite ma main qui tenait la sienne, jusqu’à sa joue, glissant l’une de ses mèches de cheveux derrière son oreille. « Aucun lieu n’est sûr, sauf ici peut-être. Qu’importe où je serais, Cissy, je veillerais à ce qu’aucun mal ne te soit fait. » Et celui qui lui fera du mal, aura affaire à moi. Mais j’ai confiance en elle malgré tout, je sais qu’elle sait se défendre et se battre telle une vraie guerrière. « Mais j’ai tout de même foi en tes capacités magiques. Mais je te demande juste de rester sur tes gardes, et de faire attention à toi. » Mise en garde faite. Malgré tout, je n’aurais pas la conscience tranquille jusqu’à la fin de cette guerre, jusqu’à ce que l’on ait réussi à renverser le Ministère et tous ces idiots de l’Ordre. « J’ignore par quoi il va commencer, mais je me doute qu’il va s’en prendre aux noyaux du monde magique. Une réunion va avoir lieu bientôt, j’en saurais plus. » Et c’est plutôt logique. Poudlard, le Ministère. Si ces deux lieux sont assiégés par les Ténèbres, alors on a gagné d’avance et les autres n’auront plus qu’à rendre les armes et à se soumettre. « Je sais que tu n’aimes pas quand on en parle, mais se voiler la face ne changera rien. » Dis-je en me pinçant les lèvres, nerveusement. Il faut en parler, on risque nos vies tous les deux même si l’un est plus retiré que l’autre, ils ne font pas la différence.

Mais je décide tout de même d’enterrer tout ça pour aujourd’hui, au moins, elle est au courant de tout ce que j’avais à lui dire. Je lui affiche un petit sourire, qui se veut être rassurant malgré tout. « Mais ne t’inquiète pas. » Dis-je dans un murmure avant de rapprocher lentement mon visage du sien, y déposant un baiser langoureux, durant un temps avant de l’observer un court instant et de déposer à nouveau mes lèvres sur les siennes, l’embrassant avec une douceur presque sauvage, une douceur masculine qui se veut être un peu brutale malgré tout. Puis, je presse un peu plus contre ses lèvres afin de me montrer dominant et de la pousser à se soumettre, et s’allonger sur le lit –tant pis pour les vêtements, on verra plus tard. Je me glisse au dessus d’elle, mes lèvres ne quittant pas les siennes pour autant, l’embrassant avec un peu plus de fougue et d’envie. Faites l’amour, pas la guerre, qu’ils disaient.



©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 413
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    Jeu 16 Mar - 21:18

ATTENTION:
 

My adreline is going to do you in
EXORDIUM.
Je ne me suis jamais réellement posé la question quant au fait de rejoindre les mangemorts d’une façon plus « officielle » en acceptant de prendre la marque et de combattre. Oh certes, Bellatrix avait tenté de me convaincre à l’époque où elle s’était tout juste enrôlée, me vantant de tous les moyens possibles et imaginables la façon dont « leur cause était noble », qu’elle avait enfin « trouvé sa voie » ainsi que des personnes qui « correspondaient bien mieux à ses idéologies que la plupart des imbéciles qu’elle avait eu l’occasion de fréquenter à Poudlard » et qu’en plus de cela « la grandeur du Seigneur des Ténèbres était indiscutable », mais malgré tous ses efforts et son acharnement, elle n’était parvenue à rien. Tout ce que j’espérais encore me concernant était de pouvoir conserver ma neutralité. L’idée de devoir prendre les armes et me résoudre à tuer femmes et enfants était déjà trop difficile à concevoir. Je n’avais jamais eu la lueur folle que je voyais désormais scintiller d’une manière presque permanente dans les yeux de ma sœur aînée ces dernières années et je n’avais jamais partagé non plus son goût du sang. La concernant, je n’avais aucun mal à l’imaginer en train de torturer ou tuer pour récolter quelques futiles informations – ou même simplement pour son propre plaisir. Après tout, cela faisait partie de sa nature. À contrario, j’ai toujours eu plus de mal à me projeter Lucius comme étant un monstre sanguinaire. À l’époque de Poudlard, il  avait toujours eu ce masque d’impassibilité, ce regard dur parfois presque sermonneur et cette invariable stature calme et indifférente bien que les paroles qui franchissaient ses lèvres étaient souvent semblables à des lames de rasoir. Une vraie statue de glace, mon homologue masculin, en soit. Cette ressemblance avait d’ailleurs eu tendance à m’agacer lors de ma quatrième année, à l’époque où il s’était retrouvé préfet de Serpentard. Époque où il avait toujours semblé prendre un malin plaisir à me tomber dessus à la moindre incartade… un peu comme s’il avait toujours été au courant de mon petit faible à son égard et qu’il avait eu l’intention d’en profiter pour m’en faire baver plus que les autres. Bien qu’à l’époque, j’avais la réputation d’être quelqu’un de plutôt discret qui était doué pour faire ses coups en douce, avec lui, ça ne fonctionnait jamais… et j’avais rapidement cessé de compter le nombre de fois où il avait été celui exposant la sentence qui me serait attribuée. Tout ça en gardant toujours cet insupportable petit air supérieur et imperturbable.

Ma vision sur lui avait commencé à changer lorsque nos fiançailles avaient été annoncées et que nous avions enfin eu l’occasion d’apprendre à nous connaître véritablement, en dehors des repas de familles pompeux et bondés de monde. C’est dans ces moments-là que j’avais finalement apprit à connaître la personne qui se trouvait derrière le masque, et à m’intéresser à lui pour autre chose que son nom de famille ou son apparence physique  – très avantageuse, personne de censé ne saurait le nier.  Finalement, j’avais appris à découvrir un homme attentif, protecteur et même plutôt doux lorsqu’il se trouve avec moi… ce qui semble bloquer davantage mon esprit vis-à-vis du fait de l’imaginer en tant que tortionnaire hystérique et impulsif. Et bien que je n’en ferai probablement jamais la réflexion à voix haute sous risque de déclencher un véritable vent de tempête à la maison, s’il y avait bien un défaut que je peux me permettre de lui reprocher, il s’agit bien de son dévouement à Lord Voldemort qui, je le sais, finira certainement par causer notre perte un jour ou l’autre.

«  Quand même pas à ce point ! Je ne serai là pour eux que s’ils le désirent. »

Et surtout pour les aider à régler quelques « petits » soucis dont je n’avais eu l’occasion de discuter que d’une façon très vague jusqu’à maintenant, principalement. Néanmoins, j’évite d’aborder ce point pour l’instant : j’ai promis à Allegra de garder ça pour moi, et il me semble que Regulus souhaiterait probablement la même chose.

«  Uniquement pour moi. » confirmais-je avec un petit sourire qui se voulait aussi innocent que possible, même si je sais qu’il est déjà trop tard pour jouer cette carte-là ; rien qu’à voir son regard et à attendre le son de sa voix, il a déjà interprété mes paroles d’une façon qui ne laisse place à aucune équivoque.

Je laisse à mon tour échapper un petit rire moqueur en l’entendant évoquer la difficulté « d’entretenir une femme Black », décidant immédiatement de répondre du tac au tac. S’il voulait me faire marcher, on pouvait facilement être deux à ce jeu-là.

«  Oh, je ne suis tout de même pas égoïste au point de te laisser sans compagnie si longtemps… J’aurai demandé à Bella de venir te tenir compagnie durant mes absences, voyons. »

S’il y a bien deux personnes dans ce monde qui peuvent prouver que les apparences peuvent être trompeuses, il s’agit bien de Lucius et Bellatrix. Parfois, même moi j’avais du mal à déterminer s’ils étaient plus alliés ou ennemis. Au début, cela m’avait agacée et un peu préoccupée également: l’existence d’un esprit de compétition avéré entre mon fiancé et mon aînée n’était pas une perspective très réjouissante. Après tout, n’étaient-ils pas les deux personnes que j’étais appelée à fréquenter le plus souvent dans l’avenir ? Ne risquais-je pas de devoir choisir un camp entre eux deux un jour ou l’autre, s’ils continuaient à se conduire de la sorte ? Et pourtant, sans être vraiment certaine de savoir comment j’en étais arrivée à penser de la sorte, j’avais fini par trouver bon nombre  d’avantages à cette situation. Notamment le fait que je pouvais taquiner mon fiancé et lui raconter des choses à propos de ma sœur aînée que je ne me permettrai probablement pas d’ébruiter s’ils avaient été plus proches que ce qu’ils ne le sont.

Lorsque j’arrive à l’étage et que j’entends sa voix m’interpeller, je me fige durant quelques secondes. Étais-ce si grave que ça pour qu’il ait besoin de  reprendre ses esprits en s’isolant quelques minutes avant de décider m’en parler ? Dans quel genre de mission suicide s’était-il encore lancé, cette fois ? Finalement, je m’approche de lui et je le laisse prendre ma main, ne pensant même pas à la serrer dans la mienne cette fois-ci. Une boule de stress remonte dans ma gorge et je réussis heureusement à garder une expression presque neutre dans un ultime effort de contrôle. Il n’a pas besoin d’une femme faible et effrayée à ses côtés, il faut absolument que je parvienne à me maîtriser en sauvant les apparences... comme toujours.

« Je ne risque rien. » Intérieurement, je pousse un soupir de soulagement : ce n’est que de l’inquiétude de sa part. Rien qui le concerne directement, pas cette fois. Merlin soit loué. « Je serai prudente, je te le promets. Tout ira bien.  » Je tente de le convaincre du mieux que je peux, le fixant sans sourciller en laissant néanmoins apparaître un sourire rassurant et aussi assuré que possible sur mes lèvres.  L’idée de passer pour une biche effrayée à ses yeux ne me plaît pas vraiment ; je ne tiens pas à lui faire risquer sa vie davantage en le faisant trop s’inquiéter pour moi.  Je préfère ne même pas penser à ce que son ‘maître’ serait capable de lui infliger s’il apprenait qu’il avait dû faillir à l’une de ses missions pour venir à ma rescousse. De toute façon, ça ne pourrait pas arriver, n’est-ce-pas ? Même si je n’en avais pas souvent l’occasion, je serai apte à me défendre seule. Il le fallait coûte que coûte. «  Je sais que tout ça est inévitable et que c’est probablement pour le plus grand bien que cette guerre est nécessaire mais… je ne veux pas que tu t’inquiètes pour moi. Tu as déjà bien assez à faire en te battant, ne te laisse pas déstabiliser par ça. Je sais me débrouiller. » Pour tenter de détendre un peu l’atmosphère qui semble être devenue à nouveau si lourde, je me sens obligée de rajouter une petite pointe d’humour à tout cela… en espérant pouvoir enfin changer de sujet par la même occasion. «  N’oublie pas qui est ma sœur aînée. Pour avoir vécu la plus grande partie de ma vie à ses côtés il faut tout de même avoir un certain talent, tu ne crois pas ? »  

Je n’ai même pas le temps de réagir à ses derniers mots avant que ses lèvres ne se posent sur les miennes et malgré moi, je me retrouve à sourire dans le baiser. Décidément, il sait vraiment y faire lorsqu’il s’agissait de me rassurer et de faire disparaître tous mes doutes. Aussi, je décide finalement assez vite de me laisser aller en mettant de côté tout ce qui venait d’être dit pour profiter pleinement de ses caresses, nouant mes bras derrière sa nuque pour l’entraîner avec moi dans ma chute sans quitter ses lèvres. Finalement, cette soirée était peut-être appelée à se terminer beaucoup mieux qu’elle n’avait commencé.



_________________
toujours pur.
he saw darkness in her beauty, she saw beauty in his darkness.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.    

Revenir en haut Aller en bas
 
my adrenaline is going to do you in ▬ lucius&cissy.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A la recherche d'un travail : course poursuite[fini]
» Se ronger les ongles pour un abruti [PV Drago]
» Adrénaline [Pv Lucis-Suite]
» MINNAH ♥ ADRENALINE.
» Michael Lucius revoqué / Saintil est dechargé du dossier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume-Uni :: Les Habitations-
Sauter vers: