AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 burning still

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1710
Date d'inscription : 06/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: burning still   Jeu 2 Fév - 23:54

❝burning still❞
Alys && Ysolte



T’as encore du mal à te faire à l’idée. T’as encore du mal à te dire que des mangemorts sont venus s’infiltrer dans les couloirs du château et que leur intrusion ait été lourde de répercussions. Tu ne comptes plus les tableaux qui ont dû être relogés, les fantômes qui ont eu tellement peur qu’ils auraient pu mourir une deuxième fois - la blague. Tu ne comptes plus les blessés qui se sont retrouvés à l’infirmerie – sans compter ceux qui ont dû être envoyés à Sainte Mangouste – et les passages chez la psychomage. Et dans ce capharnaüm, tu te dis que t’as eu de la chance. Que t’as eu de la chance que ta ronde de préfète t’entraîne dans les couloirs du deuxième étage puis dans les toilettes des filles. Coincée dans les chiottes avec Allegra et l’autre crétin de Pettigrew, t’avais au moins pu échapper au carnage. Et, heureusement, la plupart des MacFusty s’en était sorti sans une égratinure.

Mais c’est lorsque la mort de la sœur de Triss t’es parvenu aux oreilles que tu t’es dit que la vie était courte, véritablement courte, bien que t’étais déjà au courant de la situation depuis ton plus jeune âge. Tu te souviens de ce jour où tout a basculé, ce jour où t’as basculé dans un des enclos et où Donàl était venu à ton secours, échangeant sa vie contre la sienne. Autant dire que ce genre de piqûre de rappel, tu préfères t’en passer. Mais les faits sont là ; il n’y a pas de guerres sans connaissances à pleurer … tout autant qu’il n’y a pas de fumée sans feu. Et c’était dans cet entre-deux que t’es perdue, dans cette envie de pleurer tes morts, de craindre le futur et de ressasser le passé (et la sempiternelle question : pourquoi ne l’as-tu pas vu venir ?) et cette envie de vérifier que tous les membres de ton clan aillent bien, qu’ils n’aient pas trop été atteint, qu’ils ne nourrissent pas des envies de revanche.

« J’me dis qu’il faudrait remplacer les pions des échecs par des crabes de feu... »
« Craig ! »
« Non mais t’imagines, Ysolte ! Au lieu de se taper dessus, ils explosent dans les airs.»
« Et tu leur colles un sortilège pour qu’ils se transforment en feux d’artifices. Et ça fait … »
« Simon, sérieux, ne t’y mets pas. Ce sont des créatures magiques… », as-tu fini par souffler en te pinçant l’arête du nez, dépitée tes deux amis de Poudlard. Pourtant, pourtant, ils t’ont donné tous deux une idée et, un parchemin roulé en un rien de temps, t’a demandé à Bruadaradh d’aller transmettre la missive à Alys.

Alys, tendre Alys.
Alys, explosive Alys..
T’as pas trop eu l’occasion d’aller lui parler depuis les attaques de Poudlard, et c’est pour cette raison que tu lui as donné rendez-vous dans les enclos du parc – ce qui se rapproche le plus possible des enclos des dragons qui se trouvent dans les Hébrides. Tu sais juste que t’as intérêt à éviter le professeur de soin aux créatures magiques ; ce stupide Carrow qui a décidé de te prendre en grippe parce que tu portes le nom de famille des MacFusty. Et si, en principe, t’es pas du genre à te rebeller contre l’autorité, cet imbécile porte un masque d’arrogance en toutes circonstances. Masque que t’as réussi à faire tomber plus d’une fois, en échange d’une quantité de points pour les Serdaigle. Mais tu te connais, tu sais que tu ne tarderas pas à les faire regagner dès le lendemain.

En attendant, tu te balances d’un pied à l’autre, le regard vissé sur l’horizon et le sourire accroché aux lèvres, attendant le moment de voir Alys apparaître. Avec les années, t’as réussi à te calmer, à gagner en sérieux – sauf lorsqu’elle est dans les parages. Avec elle, t’es de nouveau la Ysolte surexcitée, celle que tu pensais avoir laissé dans l’enclos lorsque Donàl a donné son dernier souffle de vie.


_________________




Aoniabh ri chéile
Unité et loyauté

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 95
Date d'inscription : 26/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: burning still   Lun 11 Sep - 5:20


Ça fait pas assez longtemps que t’es ici, dans l’interdit. Pour aujourd’hui et hier, et avant-hier, et tout l’temps, en vérité. T’vivais constamment dans les bois, avant. Même à la maison t’peux t’sauver dans la forêt autant qu’tu veux, partir des jours et revenir dire bonjour quand ça t’chante. Ça enchante pas tout l’monde à la maison sauf qu’ils s’y sont fait – l’important c’est qu’tu sois plus perdue maintenant.
Parfois ça t’manque de l’être par contre, quand t’es prisonnière entre les murs du château et qu’tu sens l’air qui change, la guerre qui gronde. T’as un frisson qui descend l’long de l’échine, et tout ce que tu veux, c’est foutre le feu avant d’foutre le camp. Tu l’fais pas à cause d’eux, ta famille, c’rêve qui s’est révélé à être un inchangeable fait. T’veux pas perdre ça, faut juste que t’apprenne à gérer la panique quand elle t’fait perdre le contrôle, et qu’tu deviens pareil à un animal pris en cage.

T’es sauvage, comme cette gamine au sang non-magique l’a si bien deviné des années auparavant. C’pas pour rien qu’t’as jamais jugé bon d’la démentir en l’entendant d’prénommer ainsi. Parfois tu l’as cherches, t’sais qu’il y a peu d’chances pour que tu la trouves dans la Forêt Interdite, c’préférable qu’elle n’y soit pas avec tous les dangers qui y rodent. Serait trop dangereux pour elle, mais t’cherches quand même, parce que parfois, voir Leana est ce qui te ferait d’bien pour apaiser tes tensions.
Y’a un bruissement d’ailes qui attire ton attention, et t’tournes la tête à temps pour l’augurey de Ysolte s’poser près d’toi. T’as un sourire qui étire aussitôt ta bouche et t’penches vers Bruadaradh pour attraper la missive fixée à sa patte. « Want some bread? » qu’tu lui demandes pour le remercier, arrachant un bout après ta sandwich au beurre d’arachides, soigneusement préparée par les elfes des cuisines. Il s’en régale et puis disparait, aussi vite vite vite qu’il est arrivé.

C’est en gambadant qu’tu t’diriges vers la sortie d’la forêt, un ronronnement discret dans l’fond d’la gorge. T’es contente, parce que l’mot d’Ysolte t’demandait d’la rejoindre un peu plus tard. Comme l’tard est là, c’est en sautillant qu’tu vas rejoindre votre point d’rendez-vous, portant peu d’attention au décor qui s’plonge tranquillement dans l’noir complet. Une fois avec ta sœur, t’pourras profiter d’la lumière d’la lune pour voir.
Finalement t’crèves l’orée des arbres et t’met à découvert dans la toute fin du parc, un coin plus reculé qui est généralement moins fréquenté. T’sais que c’est ici que tu vas trouver une silhouette familière, ton regard parcourant la pénombre à sa recherche.

C’est pas trop long que tu l’aperçois, et t’quitte ton état d’statue pour courir jusqu’à elle. T’arrives par derrière, attrapant une d’ses mains entre les tiennes pour tournoyer dessous, t’arrêtant une fois que t’es face à ta sœur aînée. « I’m happy to see ya, big sis’. How are ya? » qu’tu lâches en faisant redescendre vos mains, sans toutefois lâcher la sienne – pas encore.
T’es pas si tactile comme personne, pas avec les vivants qu’tu connais pas. Avec ta famille ou Leana, ou encore tes quelques amis proches t’as pas d’soucis, et c’est une bonne façon pour toi t’assurer que tout va bien. Un peu comme les bêtes qui s’sentent entre elles, toi t’y va avec un simple contact physique. « It’s been a while, no? Even if we’re in tha same house- but tha castle’s so big, » qu’tu dis en ravalant un frisson. T’as beau être à Poudlar depuis six ans, tu t’y habitue toujours pas. Probablement qu’une fois tes études terminées, t’seras une des rares étudiantes à t’souvenir de l’endroit avec un sentiment malaisé.
« Anyhow, we’re outside, breathing fresh air. What d’ya wanna do? » qu’tu dis encore, les yeux brillants d’surexcitation sous les rayons d’lune.

_________________

here comes the savage, here comes the princess.
I was the match and you were the rock, maybe we started this fire. we sat apart and watched; all we had burned on the pyre. flames they licked the walls, tenderly they turned to dust all that I adore - flames is all that I adore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1710
Date d'inscription : 06/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: burning still   Sam 16 Sep - 17:47

❝burning still❞
Alys && Ysolte



Le regard vissé sur l’horizon, t’attends. T’attends l’arrivée d’Alys, que t’imagines déjà tout feu tout flamme contre les couleurs du soleil mourant. Tu t’attends à la voir arriver en gambadant, contre l’orange de l’horizon déclinant, avec le Château et ses vieilles pierres au fond. Tu t’attends à ce qu’elle soit lumineuse, éclairée par son sourire sauvage et ses yeux rieurs. Et l’attente, cette attente, te rend impatiente – t’as aussi des envies d’aventures … des aventures plus aventureuses que celles dans les bois de l’Île que tu connais sur le bout des doigts. Te balançant d’une jambe sur l’autre, t’as du mal à te contenir ; et tu retiens juste un « Oh ! » de surprise alors qu’Alys arrive dans ton angle mort, t’attrapant la main au passage.

« Arr… I should have known ! », que tu lui réponds, un sourire amusée à la commissure des lèvres. T’aurais dû t’en douter, que l’enfant des bois en sorte. T’aurais dû t’en douter, que t’aurais mieux fait de scruter l’orée de la forêt plutôt que la plaine menant au Château – parce qu’Alys, c’est un enfant sauvage, pas une noble héritière, et elle fait fi des conventions.
Et à vrai dire, Alys n’est même plus une enfant. Mais t’as toujours cette envie de la considérer comme tel, pour rattraper toutes les années pendant lesquelles elle a manqué au clan … et peut-être parce qu’elle est plus jeune, et que c’est ton devoir en tant qu’aînée de la protéger.
« I concurr, it has been a crrazy while. I’m happy tae see you’rr doing good, » rétorques-tu en passant sous silence la grandeur du Château, que t’as visité en large et en travers les années passants. Etant préfète, t’as même connaissance de certains passages secrets, en plus de la Salle des Préfèts, et d’autres pièces fermées à l’étudiants lambda. Bien sûr, c’était sans compter tes visions, qui t’ont fait visiter l’antre des Serpents – pourvu qu’Allegra y soit.  

Par la suite, Alys te demande ce que tu veux faire, maintenant que t’es dehors avec elle. Malgré toi, tu laisses filtrer un sourire canaille dans le noir de la nuit. A trop attendre l’Enflammée, la nuit a fini par tomber – et même si l’obscurité peut te couvrir, tu sais que sous la Lune, t’es pas à l’abri des curieux du château, qui regarderait au dehors.
« Firrst, we need tae keep a low prrofile. We don’t wan’ tae get caught, dae we ? », murmures-tu à deux centimètres de son oreille, avant de sortir ta baguette. Tu sais pertinemment que, en temps de guerre, ce n’est pas très avisé de partir à l’aventure, riant sous le nez des gardiens. Mais c’est justement dans ces temps-là, que t’as besoin de souffler, et de faire comme si les prémices de la guerre n’étaient qu’une illusion. Pour ce soir, et avec elle, t’as juste envie de fermer les yeux. Et alors que tu lèves ta baguette vers le ciel, tu lâches un doux « Baisteach », dans ta langue natale. Il ne te faut pas attendre longtemps pour que tu puisses sentir une première goutte s’écraser contre le sol – et, bientôt, c’est une pluie torrentielle qui ne tarde pas à s’abattre. Une pluie qui te rappelle les éléments de ton île, entre la pluie, les embruns, et le feu ardent des cracheurs de feu. Et à ton sourire canaille de s’étirer, consciente qu’il est plus difficile pour les curieux du château de poser les yeux sur vous, à travers le mur de pluie que tu viens de créer. Cette pluie, c’est comme le sortilège de stupéfixion : c’est l’un des seuls que t’arrives à jeter du premier coup.

« Wha’ d’ya think ? », que tu lui demandes, donnant un coup de tête vers le ciel. Mais t’as pas le temps d’attendre sa réponse que tu l’entraînes dans ton sillage, trottant plus que tu ne marches. C’est que Simon et Craig t’ont filé l’idée, en parlant de crabes de feu tantôt – et t’as entendu parlé d’une petite colonie de ces bestioles l’autre fois, dans le club des Animaux Fanstastiques (AF pour les intimes, parce qu’ils sont géniaux AF). Tu prends soin de contourner les enclos du Garde-Chasse, mettant ton index contre ta bouche pour intimer le silence à ta sœur.
« There arre som’ Fire Crabs overr there, » murmures-tu à son égard, pointant du doigt le groupe non loin de là. « Can ya believ’ some schtupid wizarrds would kill som’ tae get new cauldrons ? », lui demandes-tu, consciente du traffic de carapaces dans l’Allée des Embrumes.




_________________




Aoniabh ri chéile
Unité et loyauté

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 95
Date d'inscription : 26/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: burning still   Mar 10 Oct - 6:29


burning still
ysolte macfusty & alys macfusty (ysolys)
C’est le vent qui t’porte jusqu’à ta sœur, l’vent qui souffle assez fort pour camoufler tes pats légers, pour que quand tu la rejoignes, elle t’accueille d’quelques mots qui t’font rire doucement alors que tu tourbillonnes devant elle. « Arr… I should have known ! » Peut-être, ou peut-être que pas, après tout, à préférer la forêt aux bois vous devez pas être des masses à Poudlard. T’as pas trop l’choix ici d’faire plus souvent acte de présence dans l’château plutôt que courir pieds nus dans les bois, s’tu veux réussir ton année et pas t’faire renvoyer. Même si le Professeur Dumbledore semble nourrir une affection à ton égard, y’a des limites à tout, et personne pourrait croire qu’tu serais triste de te faire mettre dehors alors qu’tu manques jamais d’raisons d’fuir les murs étouffants.
« I concurr, it has been a crrazy while. I’m happy tae see you’rr doing good, » qu’elle t’dit avec un voile d’douceur dans la voix, c’qui t’fait sourire davantage et danser tes phalanges contre le dos d’la main d’Ysolte. « Me fine sis’, head to toes. Ya seem ah’right yourself, are ya? » qu’tu lui relances en penchant tout juste d’un centimètre la tête sur l’côté, faisant balancer tes cheveux en même temps. T’sais qui a eu cette nuit couleur carmin tout dernièrement, t’sais que bien des gens ont été blessés sauf qu’dans l’optique qu’tous les tiens vont bien ça t’passe dix pieds au-dessus la tête. Ça touche la guerre, et elle t’regarde pas, pas là où crachent les dragons et pas là où l’eau protège tes bois et ta famille, c’rêve réel qui t’comble d’toute pièce.

Alors t’y portes pas plus attention à la guerre et t’continue d’voir ton existence briller- flamber aussi quand la pression d’Poudlard s’est trop grande et qu’tu peux réagir qu’en foutant l’feu. Brûler brûler, parce que selon toi y’a rien d’mieux que l’feu, bien qu’tu dis jamais non à un peu d’plus. « Firrst, we need tae keep a low prrofile. We don’t wan’ tae get caught, dae we ? » C’est un secret qu’elle t’glisse à l’oreille, comme l’secret d’votre présence interdite une fois la nuit bien installée sur l’terrain écolier. « What d’ya have in mind? » qu’tu demandes avec un ton excité, reconnaissant la lueur brillant dans l’œil de ton aînée.
Elle lève sa baguette vers l’ciel comme toute réponse, lâche qu’un mot murmuré qu’tu reconnais, appréciant les lettres qui glissent sur la langue d’Ysolte- une naïve impression d’voir votre terre natale s’dessiner sous vos pieds. « Baisteach, » qu’elle lâche, avant qu’tu lèves ton regard vers l’manteau noir d’la nuit qui commence à cracher à son eau. T’as un rire mélodieux qui t’échappe alors qu’tu lâches finalement la main d’ta sœur pour tendre tes paumes vers le ciel, attendant la pluie qui n’devient que d’plus en plus forte.
Ouais, t’es une amatrice du feu, ton élément, ta défense, ton sang- sauf que l’eau c’est la passion d’ton frère, c’est cette pluie magique qu’Ysolte fait tomber pour vous dissimuler dans la noirceur. L’eau c’est pas si mal, et ça s’marrie au feu. Des éléments contradictoires mais complémentaires.

« Wha’ d’ya think ? » C’est ce qu’elle t’demande sans t’laisser l’temps d’lui répondre, t’tirant derrière elle pour une destination qu’tu sais déjà qu’tu vas aimer, bien qu’t’ignores ce qu’elle soit. T’sais qu’tu peux faire confiance à ton aînée pour passer un bon moment. « Magnificent! » qu’tu crie dans un rire toutefois, t’accrochant à la main d’la brune tout en balançant ta tête vers l’arrière, désireuse d’boire l’eau froide mordant vos peaux en s’échappant des cieux.
Quand ton attention revient sur c’qui vous entoure, réalisant qu’vous êtes non loin du quartier du Garde-Chasse, ainsi qu’les enclos des animaux fantastiques des cours SACM. T’avises l’signe d’silence que te fais la Serdaigle avant d’se rapprocher d’toi pour t’révéler la belle raison d’votre présence ici. « There arre som’ Fire Crabs overr there, » qu’elle souffle et aussitôt que t’enregistres ses paroles, ton visage s’illumine de mille feux. « Really? » L’exclamation t’échappe plus fort qu’tu l’aurais voulu, t’camoufles donc ta bouche d’tes deux mains pour lui montrer qu’t’es désolée- autant désolée qu’tu peux l’être. « Ya know how I love ‘em, right? Can we play with ‘em, play hide o’ burn? I used to play all tha time in the woods, but with ya it sure would be funnier! » qu’t’ajoutes en chuchotant, chaque murmure brodé d’une excitation mal contenue, car t’as pas envie d’la contenir.
« Can ya believ’ some schtupid wizarrds would kill som’ tae get new cauldrons ? » Là où ton expression brillait une seconde plus tôt, elle s’fait soudainement aussi sombre qu’la nuit. « We should use their skin instead for new cauldrons, » qu’tu grommelles en croisant les bras sur ton vêtement mouillé. « Ain’t magic suppose t’help create things? Tha kill for no reason, why can’t tha use their brains mor’? » T’as d’sang animal sur les mains, t’peux pas prétendre l’contraire sauf qu’quand tu vivais dans les bois, et seulement qu’là, t’avais pas d’autres choix qu’chasser pour survivre, c’pas quelque chose que t’as arrêté dans l’présent, bien qu’tu t’y consacres bien moins maintenant. Sauf qu’ça, ça c’est juste sale et terrible et horrible.

Tout l’contraire qu’tu penses en tournant les yeux vers la crabes d’feu non loin d’vous, qui s’couvrent sous l’bouclier des arbres pour éviter la froide pluie. C’pas des bêtes assez appréciées, t’doutes pas qu’ce soir Yso et toi pourrez compenser pour les autres en appréciant leur compagnie. « Tha beautiful, sis’! Should we go say hi? » T’lâches pas la main d’Yso avant de t’avancer et t’pencher à-travers la clôture de l’enclos, avant d’te diriger d’un pas prudent vers les crabes qui vous n’vous ont pas vue pour l’instant.


_________________

here comes the savage, here comes the princess.
I was the match and you were the rock, maybe we started this fire. we sat apart and watched; all we had burned on the pyre. flames they licked the walls, tenderly they turned to dust all that I adore - flames is all that I adore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1710
Date d'inscription : 06/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: burning still   Jeu 4 Jan - 15:00

❝burning still❞
Alys && Ysolte



Cultiver le secret.
Cultiver le mystère.

T’as jamais cherché à les cultiver, mais force est de constater que tu le fais malgré tout. Parfois, tu te plais à penser que tu cherches le refuge parce qu’il est impossible à trouver sur l’île du Clan, parce que tout se sait, et rien ne se garde. A ne pas avoir cette liberté, cette possibilité d’être incognito au sein des MacFusty, t’as dû aller de stratagèmes en stratagèmes – notamment en compagnie de Fergus. Au début, t’as misé sur des techniques de diversion : un feu trop ardent pour que tu puisses courir à l’opposé. Puis, grandissant, t’as pris les devants : coincer les vieux dans la réserve de balai, alors que t’as à peine sept ans, pour mieux aller voler … toujours à l’opposé. T’as pas choisi à vouloir cacher les choses ; mais le style de vie s’est imposé à toi. Et, à présent, t’hésites plus à lâcher une pluie torrentielle pour couvrir tes traces. Les tiennes, et celles de ta sœur qui, déjà, semble danser entre les gouttes.

Tu laisses fleurir un rapide sourire à la commissure de tes lèvres, alors qu’elle lâche un ‘Magnificent !’ dans les airs, riant à gorge déployée. Quelques années auparavant, t’aurais certainement fait pareil : t’aurais tournoyé sous la pluie ardente, tournoyé jusqu’à ce que t’en tombes. Mais la lassitude s’est incrustée dans tes veines – et si t’as pas perdu ton feu, t’as néanmoins égaré ta gaieté. Tu te contentes pourtant d’imiter ta sœur et, tête en arrière, tu tires la langue pour capter les gouttes de pluie, pour te relier au passé. C’est à ce moment-là que tu lâches l’info, que tu lui annonces que t’as vu des crabes de feu tantôt, pas très loin.
‘ Really ?’, qu’elle demande, les yeux brillants. T’en hoches la tête, de haut en bas, alors que tu lui montres la direction du menton. Là-bàs, qu’ils sont, en marge d l’école  - et assez loin de ces crétins cherchant à les revendre.
‘Ya know how I love ‘em, right ?’ Encore une fois, tu hoches la tête: tu le sais. Tu le sais qu’elle les aime. Tu la laisses néanmoins poursuivre, taisant un ‘left’ entre tes lèvres. ‘Can we play with ‘em, play hide o’ burn ? I use to play all tha time in the woods, but with ya it sure would be funnier!’

T’étouffes un rire, amusée par le remix de ’hide and seek’, de ta sœur. T’as du mal à croire qu’elle a seize ans, parfois, et qu’elle porte encore en elle l’émerveillement de l’enfance.
‘ Surre. Ya oughta tell me how tae, though. I’ve neverr played it befor’’, que t’ajoutes rapidement, chuchotant également, sans nécessité. Tes propos sont couverts par le bruit assourdissant de la pluie – et tu ne peux imaginer le boucan qui doit régner dans la tour des Aigles.
‘Is waterr actually alright with ‘em ?’ que tu demandes soudainement à ta soeur, alarmée par les consequences que ton sort pourrait avoir. Au pire, au pire, tu sais qu’il suffit d’annuler le sortilège que t’as lancé plutôt. Avec un peu de chance, celui-là aussi, tu le réussiras.

Sans savoir pourquoi, tu lâches à Alys les pratiques de certains sorciers malveillants. T’as beau dealer des bouts de dragons, tu te considères comme une dealeuse propre : parce que les bouts, justement, viennent de dragons morts – et non de dragons, tués pour le plaisir. Entre temps, tu ne peux t’empêcher de laisser filtrer un sourire désolée, lorsque t’entends ta sœur grommeler entre ses dents.
‘Ain’t magic suppose t’help things ? That kill for no reason, why can’t tha use their brains mor’’
‘Cuz’ they ain’t like ya, sis’. An’ some wizards only think ‘bout money, ya ken ? I’m sur’ ya ken Fire Crabs have jewels on their back, right? Believe it o’ nae, but some would kill fo’ ‘em’ Ça te dégoute, de savoir que certains sont comme ça. De savoir que certains n’hésitent pas à exterminer, juste pour le plaisir ; ou, dans ce cas, juste pour un bout de pierre. T’en souffles, t’en souffles dans les airs parce que t’y peux rien. Tu peux juste partager ton mécontentement avec Alys, qui déjà, t’attrapes par la main. Tu la suis alors, passant à ton tour dans l’enclos.

‘That beautiful, sis’ ! Should we go say hi?’
‘Go ahaed’, l’incites-tu d’un rapide signe de tête, dans un murmure. Ce n’est pas la première fois que t’en croises – et à ce moment-là, tu ne sais pas que t’en croiseras encore pour le Feu de Bel. Sur la pointe des pieds, tu t’approches. La terre gorgée d’eau fait des SCOUIC SMOUIC sous tes pas – t’en grimaces. Et alors que tu t’apprêtes à saluer l’une des créatures, l’une d’elle se tourne lentement vers toi. As-tu entendu ton approche ? T’en sais trop rien, et tu cherches Alys du regard.

Elle doit savoir, elle.
Elle doit savoir, parce qu’elle a joué avec, quand elle était perdue.
Elle doit savoir, parce qu’elle a joué avec, quand elle était retrouvée.

‘Is it time, now ? Is it time fo’ hide o’ burn?’ que tu laches finalement, à demi-mots. T’es sur la pointe des pieds, mais t’es prêtes à décamper. A décamper aussi vite que possible et, pourquoi pas, te lancer dans l’expérience. Après tout, les dragons n’ont pas froid aux yeux. Et tu l’entends, le dragon, qui rugit en toi.


_________________




Aoniabh ri chéile
Unité et loyauté

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 95
Date d'inscription : 26/07/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: burning still   Lun 22 Jan - 4:04


burning still
@Ysolte MacFusty & Alys MacFusty (ysolys)
L’eau, partout, glissant dans tes cheveux et sur tes robes, sur ta peau pour la garder fraiche, dans ta bouche quand tu l’ouvres vers le ciel. T’as pas d’mal à comprendre Syla en c’moment, pourquoi il passe son temps à nager dans l’lac. Ça doit être grisant d’être entouré d’partout par son élément favori comme ça- t’aimerais bien pouvoir marcher dans un feu et voir ses ravages autour de toi, jusqu’à temps qu’il n’en reste plus rien. Malheureusement, t’as beau bien endurer la chaleur et n’avoir pas de problèmes à rester près des flammes, t’es quand même pas immortelle.
Pas immortelle sauf que tant qu’tu te trouves dans la nature, y’a rien qui pourra t’abattre. Le feu, le vent, l’eau, l’air qui peut pas se faire plus pur. Ça t’fait plaisir qu’ta grande sœur sache si bien jeter ce sort, d’pouvoir danser sous les gouttes qui vous tiendront froides- prêtes à vous protéger pour la surprise qu’Ysolte va te révéler dans un petit instant.

T’as presque cru, quand t’apprenais à réaliser un patronus, qu’un crabe de feu serait ta création. Au final t’as pas fait d’exception à la règle, et comme les autres MacFustys avant toi, c’est un dragon miniature que t’as vu s’former dans un éclair bleu. N’empêche qu’aussitôt qu’ces brillantes tortues sont mises sur le tapis, tout ton visage s’allume, t’rendant impatiente, déjà, d’te retrouver en leur présence. Yso te fait un signe de menton dans leur direction, ton regard s’y perdant aussitôt comme si t’arriverais à voir au-travers des arbres et d’la pluie leur carapace scintillante.
Retournant vers elle, tu te retiens à peine d’sautiller sur place en lui demandant si elle aurait pas envie d’jouer à cache-ou-brûle avec toi. Ça serait après tout, la première fois que t’y joue en bonne compagnie. « Surre. Ya oughta tell me how tae, though. I’ve neverr played it befor’. » T’hoches la tête frénétiquement au lieu de t’exclamer fortement, pour lui indiquer que t’es bien d’accord pour le lui montrer. « I’ll show ya, but the main objective it’s t’make ‘em spit fire in ya direction, then jump off t’way before they can caught ya. » T'doutes pas qu’elle a pu deviner une partie de ça déjà, mais c’toujours mieux d’y aller avec l’exemple. Surtout quand ça risquait d’vous brûler sérieusement si la prudence est mise de côté, c’est c’qui rend l’tout plus amusant aussi.

« Is waterr actually alright with ‘em ? » T’cesses tout mouvement, penchant la tête sur le côté en mode réflexion. « ‘Should be fine with the trees ‘round ‘em. If it gets too much they’ll go hide thought. The water’ll help if we gat burn. » Car ça t’es déjà arrivé, plus d’une fois en plus d’ça. Avec l’habitude ça arrivait d’moins en moins sauf qu’il suffit d’une seconde d’inattention pour se retrouver cramer.
C’qui est pire que la brûlure c’est les braconniers qui s’amusent à tuer les animaux fantastiques pour s’faire un peu d’gallions. Ça t’fait grincher des dents, alors tu gardes ton attention sur l’expression désolée d’ta sœur pour empêcher d’trop y penser. « ‘Cuz’ they ain’t like ya, sis’. An’ some wizards only think ‘bout money, ya ken ? I’m sur’ ya ken Fire Crabs have jewels on their back, right? Believe it o’ nae, but some would kill fo’ ‘em. » Ton visage continue de s’assombrir, ton cœur s’serrant douloureusement dans ta poitrine avant qu’tu jettes un regard vers les crabes innocents -ou pas si innocent- non loin d’vous. « Money can’t buy ‘em idiots a good life. Tha jewels’s pretty on ‘em crabs, elsewhere tha lose all thei’ beauty. » qu’tu dis avec fermeté, incapable d’te faire à l’idée qu’les sorciers pouvaient s’faire si cruels envers les bêtes. Sauf qu’ils les comprennent pas, c’facile ainsi de les tuer pour prendre ce qu’ils offrent, plutôt que les observer et partager leur univers. « If we hav’ t’chance one day, we should do some’ing ‘bout tha. » ajoutes-tu l’ton grognant. T’sais pas quoi exactement outre foutre le feu à la gueule des mécréants, c’pas comme si tu connaissais si bien qu’ça l’fonctionnement du monde. T’as beau y être de retour depuis cinq ans, y’a qu’ta famille et les bois qui t’intéresse vraiment.

Pour changer l’atmosphère qui sans mal votre colère vis-à-vis d’imbéciles, t’attrapes la main d’ta sœur aînée pour la tirer derrière toi et rejoindre vos amis les crabes de feux. Tu murmures avec excitation qu’vous devriez aller les saluer et par conséquent, commencer votre jeu en même temps. « Go ahead. » Alors c’est c’que tu fais, t’avances en sachant qu’Ysolte est juste là avec toi- dur dur d’manquer les bruits qu’font vos pieds dans la terre vaseuse. Dur même pour l’crabe d’manquer ça, qui s’tourne pour faire face à ta sœur. Figeant toute deux sur place, t’lâches l’animal des yeux pour trouver l’regard d’la plus vieille Serdaigle. « Is it time, now ? Is it time fo’ hide o’ burn? » Elle comprend vite la brune, à qui t’offres un sourire illuminant. « Yup. Just foll’w my lead, ‘kay? Ya don’t wanna end up roasted. »
Puis tu retournes ton attention vers le crabe qui vous regarde toujours, t’penchant vers la gauche, puis vers la droite, attendant d’le voir prêt à cracher. Quand il fait mine d’se tourner, t’attrapes un bout d’vêtement d’Ysolte pour lui indiquer d’te suivre, la lâchant aussitôt qu’vous êtes en mouvement pour contourner la bête adéquatement, et rapidement. Rire dans la voix, t’prends appui contre un haut rocher quand t’saute pour donner une meilleure aire d’aller, voyant l’feu qui réchauffe l’air non loin d’vous. « Watch out! » qu’tu ris avant d’te laisser tomber vers l’arrière, droit dans un bosquet.

Ta sœur te rejoint quelques secondes plus tard, et tu la regardes sans perdre une once de sourire. « So, ‘ow it go? Ya’ll fine? » qu’tu lui demandes en jetant un coup d’œil d’ses pieds à la tête. « It was an easy one, wanna try wit’ morr’ adrenaline? »


_________________

here comes the savage, here comes the princess.
I was the match and you were the rock, maybe we started this fire. we sat apart and watched; all we had burned on the pyre. flames they licked the walls, tenderly they turned to dust all that I adore - flames is all that I adore.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: burning still   

Revenir en haut Aller en bas
 
burning still
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Legend of the burning sands
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Kyurem Sparkling Blue / Kyurem Burning Red
» [BD Gratuite] Dragons : Burning Midnight (2016)
» Blaze - Keep a little fire burning; however small, however hidden. || 14/07

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: La forêt interdite-
Sauter vers: