AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Dim 5 Fév - 17:55


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



La nuit est rassurante, la nuit est calme, la nuit ne m'effraie pas. Assise dans mon bureau, je regarde le parc plongé dans l'obscurité la plus totale. J'aime la nuit, je la chérie tellement plus qu'avant. Il faut dire que c'est la période de la journée où rien ne peut me blesser. Je suis libre la nuit, libre d'être qui je suis vraiment. Sauf que je ne veux pas être celle-ci. Je ne veux pas être le monstre sanguinaire assoiffée de sang, je ne veux pas tuer, je ne veux pas de ces foutus crocs. Je ne peux pas changer cette nature là. Ça fera bientôt cent ans. Un siècle que je suis comme ça. Un siècle que j'ai sans arrêt envie de sang. Un siècle que je tente de me contrôler. Un siècle que j'ai tout perdu. Je touche mon collier du bout des doigts, il me rassure. Je sais que grâce à lui, je ne tuerais personne. Sous peine de me retrouver à terre, avec l'impression que ma tête va exploser. Le vent se lève et les nuages découvrent une lune presque pleine. Sa lumière éclaire un peu plus le parc mais elle n'est pas si vive que celle du soleil. Oh, comme le soleil me manque. Tout de mon ancienne vie me manque. Je dois faire avec. Pour elle.

Ce soir, j'ai décidé d'aller voir Cassian à la bibliothèque, pour en savoir plus sur lui, pour vraiment passer à l'action. Elle veut des renseignements sur lui, elle va en avoir. Je vais jouer la carte de la professeure qui fait des recherches. Entre mes mains se trouve la lettre que je lui ai écrite, afin de l'informer. Mon corbeau croasse d'impatience. Je tends mon bras afin qu'il vienne s'y percher. Certes ce n'est pas le même contact que celui d'un chat, que celui de Snow, mais on s'y fait. J'ouvre la fenêtre et l'oiseau s'envole avec la lettre entre ses serres. J'espère qu'elle sera fière de moi. Je sors de mon bureau, ma chambre, afin de rejoindre les couloirs. La salle de classe est vide et rangée, prête à accueillir les élèves demain matin à la première heure. Je n'ai pas besoin de dormir, de toute façon, puisque je suis morte. Je sors de la salle pour rejoindre les couloirs déserts et silencieux du château. Tout est calme. J'entends des échos de pas au loin, surement les derniers préfets qui terminent leur ronde. Je tends l'oreille, j'entends leurs battements de coeur calmes, rassurés. S'ils savaient. Je monte les escaliers afin de rejoindre la bibliothèque. C'est là qu'il se trouve, j'en suis certaine. Il se terre là, la nuit, à l'abris de tous regards. Je le comprends, je suis pareille. On est semblables, mais si différents. J'arrive devant la porte. Je souffle. Puis je pousse la porte.

L'odeur des livres m'enveloppe aussitôt et je décrète intérieurement de venir ici plus souvent. C'est reposant et puis je préfère tellement le calme au bruit ambiant du château le jour. J'entre d'un pas peu assuré et je lance alors:

"Il y a quelqu'un ?"

Pas de réponse. Il se peut que je me sois trompée, ce qui fait que tout ce que j'avais prévu tombe à l'eau. Je soupire. J'entre un peu plus et au détours d'un rayonnage, je le vois. Il me fait face. Il est comme moi. Les mêmes cernes, le même teint pale, la même absence dans le regard. Je tente un sourire avant de reprendre:

"Bonsoir ? Je suis là pour hm.... pour des recherches ! Je suis enseignante et j'aimerais ..."

Déstabilisée. Je n'arrive pas à terminer ma phrase. Il me surplombe de sa hauteur, je me sens comme prise au piège. Il faut que je me calme. Il est comme moi. Je ne sais pas s'il le sait d'ailleurs. Je reste plantée là, devant lui, à le jauger du regard. J'ai tout perdu cette nuit-là, même mon assurance.


    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Mer 8 Fév - 19:34

Combien de nuits sont passées depuis la visite Pandora? Pas beaucoup, mais Cassian se surprend à être légèrement impatient de croiser à nouveau la vélane. Il n’est pas surpris de cet attrait pour l’étudiante, il l’a senti aussitôt leur conversation vraiment commencée, captivé par les lumières émotives qu’il pouvait lire sur ses traits d’adolescentes. Là git probablement le problème, dans le jeune âge de la demoiselle, mais ce n’est pas un réel souci pour le vampire. Il a l’habitude de s’intéresser à des gens plus jeunes, ce qui lui arrive plus souvent qu’autrement. Après six siècles sur Terre, il serait difficile de s’attendre à autre chose. Quoi qu’il en soit, il n’y a rien de mal à discuter, et le blond se fera plaisir de relancer la discussion quand l’occasion se présentera. Aquila ne se trompe pas en affirmant que l’idée plairait également à la jeune Sutherland.

C’est pourquoi que, quand il entend la porte de la bibliothèque s’ouvrir cette nuit-là, il relève la tête avec un sourire, s’attendant à reconnaître le parfum de la jolie blonde. Presque aussitôt, cependant, il réalise que ce n’est le cas. Il fige, immobile, alors qu’il n’entend rien, ne sent rien… Il y a quelqu'un ? Preuve qu’il n’est seul, qu’il y a bien quelqu’un dans sa bibliothèque malgré tout. Il avance lentement dans le rayon dans lequel il se trouve, s’approchant d’un pas prudent vers l’entrée, le visage inexpressif. Puis, sa visite tourne le rayon et révèle son visage, ce nouveau professeur avec qui il n’a échangé aucune parole depuis son arrivée, mais son arrivée n’est pas passé inaperçu dans ton cas. Elle te regarde, Cassian la regarde, observe son teint pâle, ses yeux cernés – et il pense à Lilith immédiatement. Une vampire? Une autre vampire à Poudlard, et Dumbledore ne lui a rien dit? Bonsoir ? Je suis là pour hm.... pour des recherches ! Je suis enseignante et j'aimerais… Sa voix s’efface aussi rapidement qu’elle s’est fait entendre, et il remarque à quel point elle ne semble pas être dans son élément. En même temps, Aquila la regarde sans un mot, sans une touche de chaleur sur son visage depuis une longue minute – minute ayant paru comme une éternité dans sa tête. Lilith, dernier être sur Terre qu’il souhaite revoir ou entendre parler. Mais ce n’est pas elle devant lui, alors il s’approche en craquelant finalement son visage avec un sourire charismatique. Nouvelle enseignante d’Histoire de la magie, n’est-ce pas? Une matière très intéressante, et il me fera plaisir de vous aider comme je le peux, Madame...? demande-t-il en s’arrêtant près d’elle, tendant sa main pour la lui serrer. Cassian Aquila, je suis ravie de faire finalement votre connaissance, ajoute-t-il sans perdre une once de son aimable présentation.

Toujours important de conserver les apparences, il a depuis longtemps compris son importance. On ne sait jamais sur qui on peut tomber, ce qu’ils veulent ou ce qu’ils cachent, et les vampires sont des créatures dangereuses, instables, et très difficiles à cerner. Lui en premier. Il sait aussi qu’il est inutile de prétendre ne pas être une créature de la nuit devant une autre, et comme elle est venu à lui en pleine nuit, peut-être avait-elle déjà l’intention d’aborder le sujet. Sinon, il s’en chargerait à l’instant. Je dois m’avouer surpris de ne plus être le seul membre du personnel à dissimuler ses crocs. Surpris, mais aucunement déçu – c’est parfois lassant de prétendre le contraire, ajoute-t-il en glissant dans le ton de sa voix, un peu d’excitation. Elle n’est pas fausse, mais un brin exagéré, il souhaite principalement mettre sa collègue à l’aise, avant d’en découvrir davantage sur elle. Cette magnifique vampire blonde lui rappelant un peu trop sa créatrice, celle qu’il s’est un jour juré de tuer sans jamais y parvenir. Drôle de hasard que de tomber sur une vampire lui ressemblant, dans l’endroit où il a passé la majeure partie de sa vie humaine.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Dim 12 Fév - 11:40


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



Le froid. Je ne ressens que le froid depuis toutes ses années. Mon coeur a arrêté de battre, il ne me procure plus de chaleur. Le sang qui circule encore dans mes veines est froid, glacial. Mon corps est froid, je ne ressens plus rien. Ni le feu, ni la chaleur d'un bon repas. Je n'ai plus de goût, sauf pour le sang. Tous les autres aliments me paraissent fades. Ceci est mon quotidien depuis cette nuit-là, depuis maintenant 80 années. Le temps est assassin, il emporte tout le monde. Tout le monde sauf moi. Je reste là, debout. J'ai assisté aux enterrements de mes parents, des amis de mes parents et même des descendants de ceux-ci. Dans cette école, il y a quelqu'un comme moi. Quelqu'un qui reste debout face à la mort. Cassian. Frère de sang, en quelque sorte. On a la même créatrice. On est identiques. Et je dois l'espionner, le contrôler pour elle. J'en suis incapable mais je dois essayer, je ne dois pas la décevoir.

Lorsque j'entre dans la bibliothèque, je n'entends rien. Pas un bruit. Normal puisque son coeur ne bat pas. Le silence règne, alors je demande s'il y a quelqu'un. J'entends des pas, il marche, il est là. Il arrive devant moi et le temps s'arrête pendant quelques secondes. Il me regarde, je le regarde, on s'observe. Il est exactement comme moi. La vampire me sourit et je fais de même. Un sourire timide, le genre de sourire qu'on a peur de faire. Il me demande si je suis bien enseignante de l'histoire de la magie et me tend finalement sa main tout en se présentant. Je la lui serre, mon sourire s'agrandissant sur mon visage avant de finalement dire:

"C'est bien cela. Vilde Sørensen, je suis de même enchantée Monsieur Aquila"

Son contact est froid, je ne ressens rien. Sa main est semblable à du marbre. Un silence nous entoure et je n'ose pas bouger. Lorsque je croise de nouveau son regard, je sais qu'il sait. Il sait ce que je suis. Je ne comptais pas le lui dire de suite. Je voulais d'abord en savoir plus sur lui, ans qu'il sache ce que je suis. Mais il aborde directement ce sujet.Dans sa voix, je décèle un brin d'excitation et j'ai un rire nerveux. Je recule légèrement, comme s'il allait me faire du mal, alors que non, et je réponds, gênée:

"Eh bien, il semblerait que je ne les dissimule pas assez bien. Je le savais pour vous, je vous ai souvent croisé dans les couloirs. Et je n'entendais pas votre coeur."

Je ris doucement. Je mens bien évidemment, je savais ce qu'il était bien avant mon entrée à Poudlard. Je sais tout de lui, la date de sa transformation, ce qu'il aime, ce qu'i a fait depuis ce jour-là. Lilith m'a tout dit de lui, si bien que je le connais surement mieux que moi-même. Je balance d'un pied à l'autre avant de lui dire:

"Que diriez vous d'aller s'asseoir afin de parler ? Maintenant qu'on est deux comme ça, je pense que ça peut changer nos vies."

Il faut que je lui parle, il faut que je sache exactement ce qu'il fait à Poudlard, s'il fréquente quelqu'un, s'il compte retourner auprès de notre créatrice. Sans attendre, je passe à côté de Cassian afin de m'asseoir à une table derrière lui. Cependant, lorsque je passe près de lui, je sens cette odeur particulière. Cette odeur de sang. De sang humain. Je sens mes crocs me chatouiller. Je sens mes yeux devenir rouges. Bordel. Je prends une grande respiration, je me calme. Ce n'est rien. Je n'ai pas faim. Je sais me contrôler. La sensation est toujours présente. Mais je tente de la cacher.

    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Cassian Aquila le Dim 5 Mar - 16:29, édité 2 fois
MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Ven 17 Fév - 15:47

Sourire, politesse, sentiment agréable que de découvrir une semblable à Poudlard. Ils ne sont peut-être pas les premiers vampires à fouler le sol du château tout en camouflant ses origines, toutefois, Cassian ne pense pas se tromper en considérant que c'est la première fois que deux vampires y travaillent, en même temps. Il trouve ce hasard amusant, s'il savait toutefois que ce n'est pas le fruit du hasard et bien quelque chose de planifié, il y a de fortes chances que le blond soit gagné par une sombre colère et disparaisse, malgré la puce dans sa tête - et probablement qu'il finirait par revenir, dans l'espoir de s'en débarrasser pour de bon. Autant la puce que sa créatrice. Mais comme ce n'est pas le cas, Aquila conserve un charismatique sourire aux lèvres alors qu'il se présente à la professeur. C'est bien cela. Vilde Sørensen, je suis de même enchantée Monsieur Aquila, répond-t-elle tout en lui serrant la main. Froide, glacée, un iceberg de bienvenue. Voilà le sentiment que ressente -ou plutôt, ne ressente pas- les vampires quand ils se serrent la main. Pas que ça le surprenne rendu là, il s’y attendait déjà. Il voit aussi à l’expression de sa vis-à-vis qu’elle n’est pas non plus surprise, en même temps, comment cacher à quelqu’un ayant les mêmes facultés sensorielles ultra développées ce que l’on est?

Alors Cassian ignore les préambules et va directement au cœur du sujet, étrangement heureux de rencontrer une semblable dans un tel lieu. Surprise inattendue qu’il espère restera bonne. Il ne peut s’empêcher de se demander cependant, si sa présence ici n’inclut pas le même sort que le tien, soit d’être maudit par le Ministère. Maudit en subissant cette foutue expérience empêchant tout vampire de mordre un être humain. Vos mains se séparent, le voile glacé devient plus acceptable, pas qu’ils le sentent de toute manière. Elle laisse échapper un rire, il penche la tête sur le côté alors qu’elle recule à peine – sauf qu’il le remarque. Eh bien, il semblerait que je ne les dissimule pas assez bien. Je le savais pour vous, je vous ai souvent croisé dans les couloirs. Et je n'entendais pas votre coeur. À la fin de sa phrase, un nouveau rire. Elle ne semble pas parfaitement à l’aise, peut-être est-ce la nervosité, ou peut-être est-elle fébrile de finalement parler à l’autre vampire de Poudlard, comme elle mentionne le savoir depuis l’avoir croisé dans les corridors. Sans doute l’a-t-elle remarqué mais elle est passé inaperçu aux yeux du blond, qui, à défaut d’entendre un battement de cœur, s’est probablement éclipsé sans demander son reste. Il n’a aucune raison de soupçonner autre chose après tout. Je suis content que vous ayez pris le temps de venir alléger mon éternelle solitude alors, répond-t-il, la voix parsemée d’humour légère. C’est vrai qu’il n’est pas déçu qu’elle soit venue enfin le voir, pour qu’ils puissent partager leur secret. Que diriez vous d'aller s'asseoir afin de parler ? Maintenant qu'on est deux comme ça, je pense que ça peut changer nos vies. Après avoir parlé, elle se dirige vers une table derrière lui. Visiblement, elle partage le même engouement que Cassian. Possiblement, oui, renchérit-il avant de la suivre.

Changer sa vie, encore. Avant la mort, après la mort, l’entre-deux. L'entre-deux, c'est ici, ce rien sans saveur, cette routine monotone. C'est surtout le manque de sang qui le rend fou, ou plutôt, qui tend à le rendre dépressif. Vous cherchez quelque chose, donc? demande t-il tout en laissant Vilde passer devant lui pour prendre place à la table derrière. Table nouvellement aménagé grâce à l'aide de Pandora. Le vampire retient l’élargissement de son sourire à la pensée de la vélane et se concentre à la place sur sa nouvelle amie – car c’est ce qu’elle n’aura pas le choix de devenir, après tout, entre vampires, il faut se serrer les crocs. Comme elle passe très près de toi, tu crois apercevoir une ombre sur son visage, une ombre qui passe souvent sur le tien depuis qu’on t’a mis cette puce dans la tête. Se pourrait-il qu’elle ait dû subir le même sort? Puis-je vous offrir un verre? J’ai des poches de tous type sanguin, à votre préférence, ajoute-t-il d’un ton murmuré, une confidence qu’il se fait toutefois un plaisir de partager.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Sam 4 Mar - 21:04


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



Je ne sais pas vraiment pourquoi elle m'a envoyée ici. Bien-sûr, je sais que je dois surveiller Cassian, le ramener doucement vers elle. Elle veut le récupérer et moi, comme la bonne soumise que je suis, je l'écoute. Je suis venue ici, j'ai accepté de me soumettre encore plus, tout ça pour elle, pour son plaisir, ses désirs. Je veux lui faire plaisir, la rendre heureuse. Je veux qu'elle me récompense, me félicite, je lui appartiens. Pour toujours et à jamais. Ce soir est le soir. Le soir où je vais approcher Cassian Aquila, le soir où on va réellement faire connaissance. Il abrège rapidement les banalités et passe directement au cœur du sujet : il sait ce que je suis. Il a l'air plus excité que surpris et il remarque aussi mon mouvement de recul. Mouvement inutile, en soit. Je suis nerveuse, ça se sent à mon rire. Si elle me voyait, elle me remettrait les pieds sur terre avant que je n'aie eut le temps de rire à nouveau. Il m'intimide, me surplombe. Il est bien plus âgé que moi, il connait tout de sa nature. Moi, j'en suis encore à la phase de découverte. Je ne connais pas toutes mes capacités, pas tous mes pouvoirs. Avec une légère pointe d'humour, il me remercie d'être venu le voir. Je lui souris avant de répondre :

"L'éternité paraître peut-être moins longue si on est deux. Vous êtes le premier vampire que je rencontre en dehors de ma ... enfin mon créateur"

Je brouille les pistes, il ne faut pas qu'il sache que je viens de sa part à elle, pas tout de suite. Il risquerait de  fuir s'il savait et je ne veux pas le voir fuir. Après, je devrais subir ses foudres et ça ne sentirait pas bon pour mes affaires. Je lui propose ensuite d'aller ce soir et il accepte, me laissant passer devant lui. Il me demande ce que je cherche mais je sens encore cette odeur tellement familière, j'ai envie de sang. Maintenant. Je tente d'ignorer mes crocs qui me démangent, je tente d'ignorer mes tremblements, je serre les poings. Tout va bien. Je lève les yeux vers lui et lance :

"Effectivement, oui. Je recherche n'importe quel ouvrage qui parlerait de la construction de Pré-Au-Lard et de l'évolution du village"

Je baisse la tête, je me frotte le visage. Je suis assoiffée, affamée. Je respire, ça ne fonctionne pas. Il murmure ensuite quelques mots mais je l'entends comme s'il hurlait. Je relève de nouveau le visage vers lui, je sens mon regard s'assombrir. Je réponds à toute vitesse :

"S'il vous plait, n'importe quoi. Les écureuils n'ont pas suffit"

Je rigole pour détendre l'atmosphère, alors que je ne suis pas du tout détendue. J'ai déjà eu des fringales mais bien souvent, j'arrive à les calmer. Sauf que là, cela m'est impossible. L'odeur est partout. Sur lui, sur les étagères, partout. Je ne sens que ça, je n'arrive pas à m'accrocher à une quelconque autre odeur. Une fois le verre devant moi, je le prends et le bois d'une traite. Je me délecte du goûts, heureuse d'enfin pouvoir goûter du vrai sang. J'ouvre les yeux et dis à Cassian :

"Merci. Infiniment. J'ai rarement faim à ce point mais disons que l'odeur du sang est présente partout ici"

Je ricane avant de m'essuyer la bouche avec mon mouchoir en tissu. Il ne faudrait pas que l'on me voit comme ça. Maintenant que je suis repue, et que je suis redevenue un minimum normale, je reprends :

"Où est-ce que vous trouvez votre sang ? Je sais qu'à force, les écureuils, lapin et autres animaux ne me suffiront plus."

J'hausse les épaules dans un air faussement désolé. C'est ma nature après tout, je dois m'accepter telle quelle.
    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Sam 18 Mar - 16:45

Être tout à fait honnête avec lui-même, Cassian ne peux qu’avouer être plus que satisfait de découvrir un deuxième vampire parmi le personnel de l’école. La solitude, réalise-t-il, commençait lentement à peser, surtout compte tenu qu’il n’y avait que le Professeur Dumbledore au courant de sa condition particulière. Déjà qu’il se bat contre la dépression à chaque jour depuis l’insertion de la puce dans sa morte cervelle, ce sentiment d’être seul au monde n’aidait pas la cause. Il ne compte pas non plus une ribambelle d’amis vampires, car bien qu’ils sont des créatures immortelles, elles sont souvent méfiantes et solitaires, des prédateurs au regard sanglant qui ne vivent que pour se nourrir. Aquila ne pense pas être dans une catégorie à part, puisqu’avant la puce, son existence tournait autour de son régime, il modulait sa vie en fonction de ses repas, repas qu’il ne voulait sauter pour rien au monde. Il s’est parfois demandé quel intérêt il y avait à être vampire si son seul désir était de se nourrir et de tuer, une fatalité qui le suivait particulièrement lorsqu’il partageait la vie de Lilith. L'éternité paraître peut-être moins longue si on est deux. Vous êtes le premier vampire que je rencontre en dehors de ma ... enfin mon créateur, Une lueur de surprise fait briller ses prunelles alors que sa tête se penche délicatement sur le côté, curieux. Il sait que les coutumes présentent les femmes comme discrètes sur l'âge qu'elle porte, Cassian se demande si Vilde serait insultée d'entendre la question dans sa bouche. Il se demande mais ne se retient pas, sachant que le sujet finirait bien par tomber sur le tapis d'une manière ou d'une autre. Quel âge avez-vous? Pardonnez mon indiscrétion, mais bien que nous soyons une espèce discrète, je trouve cela surprenant, dit-il de son habituel ton nonchalant, toutefois taché d'une curiosité faisant vibrer ses mots avec intérêt. Oui, il trouve cela surprenant, quoique pas impossible. Peut-être que son créateur a fait justement exprès d'éviter d'autres dents-tranchantes, pour protéger ou mieux contrôler la vampire blonde. Des suppositions amenées par sa propre mauvaise expérience avec Lilith, il souhaite à sa nouvelle amie -parce qu'il ne doute pas qu'ils vont se lier d'amitié- de ne pas avoir dû goûter aux dents d'un vampire aussi particulier que l'est sa créatrice. Particulier est une belle censure pour décrire la folie appartenant à Lilith. Jamais Cassian n'aurait pensé que la mort pouvait être si mouvementée, mais aux côtés d'un ange de la mort, si magnifique et pleine de prestance, un monstre de manipulation qui s'insinue dans l'esprit jusqu'à ce qu'il n'y reste plus rien que son nom à elle, qui résonne encore et encore comme une litanie. Jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus, jusqu'à ce qu'il tente de la tuer pour de bon et ne parvienne qu'à lui voler le nouveau coeur de sa baguette magique - un croc tranchant, un croc ayant percé sa peau des siècles auparavant.

Effectivement, oui. Je recherche n'importe quel ouvrage qui parlerait de la construction de Pré-Au-Lard et de l'évolution du village. Égaré dans ses pensées, il revient au moment présent à temps pour voir sa collègue baisser la tête et passer ses mains dans son visage pâle. Vilde, en fait, lui rappelle légèrement Lilith, bien qu'elle ne dégage pas du tout le même aura. Laissez-moi une minute, je fais venir quelques ouvrages et vous prendrez ce que vous jugerez nécessaire, dit-il en cassant son court moment de sérieux avec un nouveau sourire. D’un mouvement de baguette il utilise un Accio sur quelques titres qu’il connaît par cœur, qui s’en viennent en voletant tranquillement pour s’empiler devant la professeur d’histoire. Mais avant de chercher les ouvrages désirés, le vampire propose un verre de sang à la blonde qui ne semble pas du tout dans son assiette - c'est justement une assiette remplie qui pourra parvenir à la calmer de nouveau. S'il vous plait, n'importe quoi. Les écureuils n'ont pas suffit, répond-t-elle avec un rire qui ne semble toutefois pas l'amuser. Il a pas trop de mal à comprendre cependant, il sait comme c'est pas facile de résister à l'attrait du sang - encore moins au début, encore moins avec cette foutue puce. Son trouble actuel et sa présence à Poudlard accentue de plus en plus sa certitude qu'elle est dans la même situation que lui. Je reviens dans un instant, dit-il avant d’user de sa rapidité de vampire pour se diriger jusqu’au comptoir de l’entrée, où il a dissimulé une bouteille de sang – mais va savoir pourquoi il y a également laissé deux verres, comme s’il avait pu deviner qu’un jour, il prendrait un verre avec un de ses semblables dans sa belle bibliothèque. Un joyeux hasard puisque l’enseignante semble être sur le point de perdre le contrôle. Il se dépêche donc de retourner à la table où est maintenant assise Vilde et verse deux grands verres de sang. Du O négatif, doux en bouche, avec une petite touche relevée à la fin. N’hésitez pas à vous en reprendre, la bouteille est là pour ça, assure-t-il avant de prendre lui-même une gorgée. Merci. Infiniment. J'ai rarement faim à ce point mais disons que l'odeur du sang est présente partout ici. Nouveau ricanement alors qu’elle essuie le sang perlant au coin de sa bouche. Elle semble plus soulagée, son rire plus réel cette fois. Tant mieux si ta réserve sanguine a pu servir à autre chose que de rassasier son ventre insatiable. Oui, je dois avouer garder quelques réserves par-ci, par-là dans la bibliothèque. Comme j’y passe la majorité de mes journées, ça me permet de garder la tête froide en tout temps, explique-t-il en faisant un vague mouvement de la main, déposant son verre à moitié vide sur la table de bois. Où est-ce que vous trouvez votre sang ? Je sais qu'à force, les écureuils, lapin et autres animaux ne me suffiront plus. demande-t-elle en haussant les épaules, et Cassian la regarde un instant la tête penchée sur le côté, curieux. Ce dernier commentaire a tôt fait de le convaincre qu’elle est dans la même situation que lui. Ce qui le surprend, c’est qu’elle semble être déjà au courant pour lui, et il doit s’avouer surpris de ne pas en avoir été informé aussitôt. Un concours de circonstances sans doute, mais il a la fâcheuse habitude de se montrer trop méfiant… Poudlard est cependant l’endroit idéal pour mettre le négatif de côté, se souvenir du pouvoir de la magie, et du faux sentiment de confort et sécurité que les murs du château provident. Oublier un instant d’être méfiant, oublier l’horreur à laquelle il est si doué pour s’adonner, et vivre, au lieu de survivre. Puis, d’un autre côté, Vilde pourrait aussi être un de ses vampires végétariens qui refusent de se nourrir d’être humains – ce qui serait cependant imprudent vu le nombre d’étudiants vivant au château. Malgré leurs bonnes intentions, les vampires végétariens sont aussi dangereux que ceux qui ne le sont pas. Suffit de perdre le contrôle une fois pour faire un véritable carnage. J’ai une chambre froide dans mes appartements, chambre que je tiens bien stockée. Il existe une manière de décupler le sang, le problème c’est qu’à force d’être décuplé, il perd de sa saveur. Suffit ensuite de convaincre une banque de sang de fournir une bonne quantité pour recommencer le processus, dit-il finalement, un sourire toujours en place. De toute manière, le Professeur Dumbledore aurait sûrement parlé au professeur des habitudes de Cassian si elle n’était pas parvenu à se débrouiller seule. Je pourrais toujours partager des poches sanguines avec vous, si ça peut vous épargner de vider tous les étudiants de l’école, ajoute-t-il avec un visible amusement. Loin de lui l’envie d’insulter la blonde, mais ça restait une manière comme une autre de poser la question.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Sam 25 Mar - 19:51


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



Je dois avouer que je ne suis pas une vampire très sociale. Je sais bien que nous sommes assez nombreux, j'ai pu le remarquer lors des soirées extravagantes de Lilith. Mais je ne leurs parlais pas, je les regardais juste, je préférais rester dans mon coin, avec ma solitude et un cadavre entre les bras pour passer le temps. Mais c'est elle qui les tuait pour moi, je ne pouvais pas. Je buvais leur sang mais les tuer, non, c'était au-dessus de mes forces. Ça l'est encore d'ailleurs. Alors quand j'ai su qu'il y avait un vampire à Poudlard, je n'ai pu qu'être ravie. L'inconvénient c'est juste que je dois l'espionner pour ma créatrice et tout faire pour le ramener vers elle. Elle veut le récupérer, elle le veut lui, il lui échappe et elle n'apprécie pas. Elle est jalouse, possessive. A contre cœur, j'avoue que je suis jalouse de lui, de l'intérêt qu'elle lui porte. Moi, je suis juste son jouet, un pion dans son échiquier. Je dis à Cassian qu'il est premier à qui je parle en dehors de ma créatrice. Il semble étonné et surpris puis il me demande mon âge. Je ris doucement avant de répondre :

"Je vous pardonne votre indiscrétion, cela ne me dérange. Je vais avoir cent ans cette année. Et vous ? Je me permets de vous retourner la question."

Il a l'air nonchalant, cela déteint avec ma partie pétillante et toujours heureuse. J'ai besoin de bouger et de bouger vite. Je ne peux pas rester en place trop longtemps. Il m'a l'air sympathique et je sais qu'il pourrait être un bon ami. Mais non, je vais devoir le trahir, le faire parler et le faire retourner vers elle. Ce sont mes ordres. Je ne dois pas m'attacher à lui parce qu'il lui appartient. Je ne dois pas le toucher, je ne dois pas être son amie, je ne dois pas être son amante. Rien. Tout ceci n'est qu'un jeu, un rôle. J'invente ensuite une excuse expliquant ma présence ici : un nouveau cours sur la construction de Pré-Au-Lard. Je ne me sens pas bien, j'ai faim, je me sens défaillir. J'ai besoin de sang. Il y en a ici, je le sais. Cassian se me dit qu'il va faire venir des ouvrages à moi et avant que je n'aie eu le temps de répondre, des livres s'empilent devant moi.

"Merci, pour ces ouvrages"

Je suis ailleurs, je n'arrive plus à penser. Il me demande si je veux un verre de sang. Je réponds aussitôt d'une voix perchée. Il me dit qu'il revient dans un instant et cet instant me parait être une éternité, bien qu'il se déplace à une vitesse folle. Vitesse que j'apprécie, vitesse que j'use tout le temps. Il se retrouve bientôt à mes côtés et me verse un grand verre que je bois rapidement. Pendant que je bois, il me parle de ce sang comme il pourrait me parler d'un vin français. Je le remercie et je le vois ricane lorsque je m'essuie la bouche. Comme il me l'a dit avant, je me ressers un verre que je compte boire plus lentement. Il m'avoue ensuite qu'il garde des réserves de sang ici car il y passe le plus guère de son temps et que cela lui permet de garder la tête froide. J'acquiesce avant de répondre :

"Je comprends oui, je dois avouer que des fois j'ai du mal à me contenir en cours. Mais je tiens, pour les élèves."

Et aussi pour ne pas que mon collier me fasse souffrir. Car dès que je m'approche trop d'un élève ou d'une autre personne, je sens mon cerveau brûler. Satané sortilège. Et je ne peux même pas retirer le bijou maudit. Mais j'omets ce détail, sans réellement savoir pourquoi. Curieuse, je lui demande où il trouve ses réserves. Il semble analyser ce que je viens de dire et penche sa tête d'un côté et un court silence s'installe. Je bois de nouveau une gorgée de mon verre et il reprend enfin la parole. Il m'avoue qu'il a une chambre froide dans ses appartements et qu'un sort permet de doubler le sang. J'hausse les sourcils, surprise, avant de dire, enfantine :

"Vous savez décupler le sang ? Je trouve ça génial ! Et cette banque de sang, où se trouve-t-elle ?"

Je suis curieuse de savoir comment il vit, comment il mange. Il ne mange pas d'animaux, il est donc différent de moi. Il doit avoir plus de force, il doit mieux se contrôler puisqu'il est toujours rassasié. Moi, je sens mes forces m'abandonner quand je fais trop d'effort, je ne peux plus soulever de charges trop lourdes et j'ai de plus en plus de mal à me contrôler. Ce soir en est la preuve parfaite. Cassian me propose ensuite de partager ses poches de sang avec moi et un grand sourire étire mes lèvres à cette proposition.

"Si cela ne vous dérange pas, je ne peux pas refuser une telle proposition. Je vous remercie, Cassian."

Je bois une petite gorgée de sang, appréciant la boisson divine. Enfin, divine pour moi du moins. Puis je repense à ce qu'il a dit, sur le fait de vider les élèves de l'école. Automatiquement, je porte une main à mon collier et je décide de l'avouer :

"Planter mes crocs dans le cou de quiconque m'a été ôté. A cause de ce collier, je ne peux plus mordre personne. Sinon j'ai l'impression que mon cerveau brûle."

Je ricane, c'est ridicule. Un vampire qui ne peut pas mordre n'est pas réellement un vampire. Je soupire et je baisse les yeux, légèrement honteuse de la situation avant de poursuivre :

"Et je ne peux même pas enlever ce bijou. Je suis un vampire cassé"

Mais je suppose que c'était le prix à payer pour rentrer à Poudlard. Le prix à payer pour lui faire plaisir. Je veux lui faire plaisir.
    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Jeu 30 Mar - 15:49

Ne faire qu’évoquer les créateurs le renvoie dans une sphère de souvenir, des moments qui défilent derrière ses yeux ouverts. Il se souvient de quand il l’a presque tué, ce moment où il a mis son pied à terre, lui a montré qu’il ne la reverrait jamais. Tout en gardant à jamais une part d’elle avec lui. Dissimulé dans le bois de sa baguette, si près et si loin de son cœur mort. Son existence se porte mieux depuis qu’elle n’est plus dans sa vie, il n’est peut-être pas parvenu à lui donner la mort définitive, mais au moins il est parvenu à s’en débarrasser. Pour de bon, il n’est pas assez naïf pour le croire. C’est presque utopique de croire qu’il ne la verra plus, s’ils vivent tous deux encore quelques siècles, il est convaincu que le sort trouvera moyen de la remettre sur son chemin. Mais plus ce moment est retardé, mieux il se porte. Je vous pardonne votre indiscrétion, cela ne me dérange. Je vais avoir cent ans cette année. Et vous ? Je me permets de vous retourner la question. Son regard perdu dans le vague, perdu dans ses pensées l’espace d’un instant revient focus sur Vilde. Son expression s’adoucit, et un lent sourire amusé tire ses lèvres sèches. J’ai quelques siècles à mon actif, huit pour être exact. Ça fait bizarre, ça fait du bien, d’avouer son âge à voix haute. Y’a juste Dumbledore qui est au courant, et puis maintenant, t’as carrément un ami vampire comme collègue. Si ton cœur battait encore, sûrement qu’il partirait en vrille d’excitation.

Excitation que ne semble pas partager sa vis-à-vis, elle a le regard terne et les joues creuses, il comprend rapidement que c’est la faim qui va jusqu’à rendre les poches sous ses yeux plus violettes. Ses prunelles presque rouge, presque prédateur. Alors il perd d’temps le bibliothécaire, il fait son boulot à la presque-perfection. Merci, pour ces ouvrages. Il sourit plus amplement, mais il sait que ça veut pas l’coup de continuer d’parler de grimoires alors qu’elle semble sur le point d’imploser. Un petit verre de sang pour étancher la soif, ou peut-être deux, même trois. Y’en a assez, s’ils terminent la cruche il aura qu’à vider une de ses cachettes. Tu ne peux pas cacher ton amusement face à l’enthousiasme de Vilde à retrouver des forces – il ne veut pas être insultant il a juste l’impression de vivre dans un rêve. C’est con peut-être, puis y’arrive pas à faire partir ce drôle de sentiment dans ses tripes quand il regarde la blonde, sauf que c’est bien, si bien d’avoir quelqu’un comme soit, au fond.

Il en comprend presque le grand désarroi habitant l’palpitant de la belle Pandora, la semi-vélane qui nage dans une marre de soucis avec son grand pouvoir d’attraction qu’elle ne maîtrise pas. Y’a son frère pour la comprendre, mais la famille, la famille c’est pas toujours d’ça qu’on a besoin quand on veut gérer des crises existentielles. Elle se sent seule. Il n’a pas réalisé que peut-être, peut-être c’est son cas à lui aussi. Je comprends oui, je dois avouer que des fois j'ai du mal à me contenir en cours. Mais je tiens, pour les élèves. Elle a pas le choix de se contenir, comme lui, comme s’il n’aurait pas une foutue puce dans la tête. Il n’aurait pas le choix même s’il le pouvait, mais en vérité, il doute qu’il serait à Poudlard si ce n’était pas de cette puce. Ça lui semble impossible de croire que Vilde n’est pas dans la même condition que lui, et s’il accueille cette remarque d’un rire, il trouvera moyen d’lui poser la question. Pas qu’il soit embêté de trouver manière, après tout, il n’était pas du genre à tourner autour du pot quand il veut quelque chose.

Sauf qu’il apprécie la discussion, même s’il hésite parfois à répondre aux questions de la professeur. Il a toujours été trop méfiant, faut qu’il apprenne à se détendre – qu’est-ce qui peut arriver, à Poudlard, vraiment? Vous savez décupler le sang ? Je trouve ça génial ! Et cette banque de sang, où se trouve-t-elle ? La surprise s’entend autant qu’elle se voit peinte sur les traits de son visage. J’ai su convaincre quelques moldus bien placés dans des hôpitaux qu’il était impératif de m’offrir du sang quand j’en fais la demande, répond-t-il avec une note visible d’amusement dans la voix – ainsi qu’un allongement de sourire. Naturellement, il avait dû mettre une limite à ses demandes, et sa limite avait été instauré par Dumbledore. Cassian avait souvent pour habitude d’abuser, doublement quand il est question d’hémoglobine. Si cela ne vous dérange pas, je ne peux pas refuser une telle proposition. Je vous remercie, Cassian. Il hoche la tête et frappe l’air de sa main, l’air de dire que ce n’est rien. Et c’est pas grand-chose, pas grand-chose d’aider une collègue aux crocs pointus à se sortir d’une situation embarrassante. Ça lui permettra de la revoir, et juger plus en profondeur s’ils pourront devenir amis, tous les deux.

Et dans les amitiés, il est toujours important d’être honnête. Enfin, autant qu’on le peut, et dans l’existence d’Aquila, il a plus souvent qu’autrement raconté un tas de bobards à ses connaissances. Détail, qu’il dira, mais ça l’empêche pas de tirer un peu à gauche, puis à droite, pour en apprendre davantage sur Vilde, et savoir si elle est victime du même sort. Planter mes crocs dans le cou de quiconque m'a été ôté. A cause de ce collier, je ne peux plus mordre personne. Sinon j'ai l'impression que mon cerveau brûle. Oh, il fige un instant le vampire parce qu’il ne s’attendait pas à cela. Ouais, elle est limitée également la blonde, sauf que c’est pas le même procédé qu’lui, et ça, ça, ça le surprend. Et je ne peux même pas enlever ce bijou. Je suis un vampire cassé. Il secoue la tête, passe une main dans ses cheveux puis prend une nouvelle gorgée de sang. J’dois avouer m’avoir douté que vous étiez affligé du même tare que moi, commence-t-il par dire, oubliant sa surprise pour fendre à nouveau son visage d’un sourire. Pour ma part toutefois, je dois faire avec une puce insérée dans ma tête, je ne pensais pas que le Ministère s’enquiquinait de trouver différentes versions pour nous torturer, ajoute-t-il avec un ricanement sans joie. Vampire cassé, je n’aurais pas dit mieux. Comme vivez-vous cette affliction?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Lun 10 Avr - 18:09


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



Cent années. Cent années que je suis sur cette terre, que je foule le monde de mess pieds. Cent année que je trouve le temps bien trop long, cent année que la Mort me nargue et que je la nargue en retour. Cent année et toujours cette jeunesse incroyable, cette bonne santé et cette énergie. J'ai encore plus d'énergie qu'avant même. Certains disent que je ne suis encore qu'un jeune vampire. Un siècle face à l'éternité, ce n'est rien quand on prend du recul. Et pourtant, cela est passé bien trop lentement. Petite, je pensais que l'éternité durait un siècle. Je pensais que déjà, cent ans était un âge bien trop élevé, malgré le fait que certains sorciers puissent aller jusque cent-cinquante ans sans soucis. Je me demande si l'éternité paraîtra aussi longue à force. Je veux dire, lorsqu'on sait que presque rien ne peut nous tuer et que l'on peut vivre jusqu'à la fin du monde, on peut se permettre de tout faire. Mais moi, je suis condamnée à rester coincée ici, dans ce collège, afin de surveiller un des autres enfants de ma créatrice. Et en prime, je ne peux plus mordre personne à cause de ce fichu collier. Par Merlin. Ça me fait du bien de parler avec Cassian, de savoir qu'il est comme moi. Et je suis moi aussi curieuse de savoir son âge alors une foi que je lui ai donné le mien, je lui retourne la question. Il m'avoue ensuite qu'il a alors huit siècles derrière lui. Huit cent années. L'éternité n'a donc pas de fin.

"Eh bien, je suis impressionnée. Je trouve déjà que cent ans c'est beaucoup trop long mais alors huit cent ..."

Il faut aussi avouer que je n'ai pas pu vivre ma vie de vampire comme je le voulais. Bien vite, la fin prend le dessus sur ma volonté à me contenir. Je blêmis, encore plus, je sens mes yeux me brûler, mes cernes se creuser encore plus. Je dois faire peur à voir, si bien que Cassian me propose aussitôt un verre de sang. Verre que je ne peux décidément pas refuser. Du vrai sang, du sang humain, pas du vulgaire sang de lapin qui ne comble pas la faim qui me tiraille. Au fond, Lilith n'était pas tendre avec moi mais je pouvais boire du sang humain à ma guise. Maintenant, elle a fait de moi un vampire qui n'est plus capable de montrer les crocs, un vampire incapable de se nourrir d'autre chose que de petits animaux. C'est pathétique, je suis pathétique. Je lui dis ensuite que je dois me contenir, pour les élèves. Et puis surtout parce que je n'ai pas le choix. Je ne peux mordre personne, condamnée à garder les crocs rangés. L'atmosphère est plus détendue, je me sens mieux maintenant que je suis rassasiée. Je lui demande où il peut trouver cette banque de sang parce que oui, je suis curieuse et j'aimerais bien moi aussi, avoir mes propres poches de sang. Il semble surpris par ma question mais il se ressaisit rapidement et me dit qu'il a su convaincre quelques hôpitaux moldus de lui donner ces poches. Il sourit et je penche la tête d'un côté afin de lui dire :

"Je n'ai jamais trop réussi à convaincre quelqu'un. Disons que je ne suis pas encore au point sur toutes mes capacités"

J'hausse les épaules dans un air faussement désolé. Il faut dire que ma créatrice ne m'a pas tout montrée non plus. Jusqu'il y a peu, je ne savais même pas que je pouvais me déplacer à une vitesse folle. Je l'ai appris peu de temps avant de rentrer à Poudlard. Le bibliothécaire me propose ensuite de me passer quelques poches quand j'en aurais besoin de j'accepte aussitôt. Je ne peux pas refuser une telle proposition. Il me fait comprendre que ce n'est rien et je lui souris d'avantage. Je comprends pourquoi Lilith veut le récupérer. Il est gentil, attentionné, il a tout de l'amant parfait au fond. Peut-être que si elle le récupère, je pourrais devenir libre. Je retournerais en Norvège, j'irais voir mes descendants, je ferais le tour du monde, je tenterais la Mort. Je ferais tout et n'importe quoi, je serais libre, complètement libre. Je lui confesse ensuite que je ne peux plus mordre quiconque à cause de ce collier que je porte autour de mon cou. Malheureusement. Il se fige, il me fixe, il semble surpris. Je rajoute alors que je ne peux même pas l'enlever. Un vampire cassé, c'est ce que je suis. Il m'avoue ensuite que lui aussi a le même problème et je mime la surprise. Je le savais déjà, bien entendu. Mais je joue la surprise, l'étonnement.

"Oh vraiment ? C'est incroyable ! "

Dans un sourire, Cassian ajoute que pour lui, c'est avec une puce qu'ils le restreignent. Encore une fois, je mime la surprise avant d'ajouter :

"Une puce ? Curieux. Je suppose que vue que je suis une femme, ils ont préféré m'offrir un bijou"

Je ris doucement, sirotant mon deuxième verre de sang. Il approuve mon choix de terme pour "vampire cassé" et il me demande comment je vis ce fardeau. J'hausse les épaules dans un air vague avant de répondre :

"Plutôt bien, en fait. Enfin je ne peux plus mordre personne mais disons que je culpabilise moins comme ça. Je n'ai jamais supporté d'ôter la vie à une personne ..."

Je lui souris vaguement, un sourire triste, vague, perdu. Je n'assume pas totalement ma nature, ça viendra peut-être plus tard, qui sait ? Je relève les yeux vers lui afin de lui demander :

"Et vous, Cassian ? Comment le vivez-vous ? Et quand avec vous reçu ce fardeau ? Parce que pour ma part, cela ne fait que quelques mois et je ne suis toujours pas habituée"

Je termine mon verre de sang et lèche mes lèvres afin d'essuyer les traces de sang. Je ne me ferais jamais à cette nature, je ne me ferais jamais à ce collier, j'aurais préféré mourir ce soir là.
    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Sam 15 Avr - 22:24

Le temps, le temps est quelque chose qu’on tend à oublier, quand l’éternité nous appartient. À savoir si une telle chose est possible également, ou si la vie est condamnée à s’éteindre – avec la brûlante Terre. Il s’demande parfois si jamais y’avait à avoir une Apocalypse, il ferait quoi, lui? Est-ce que certains être magiques parviendraient à y survivre, pour y mourir de faim à force de marcher une planète réduite en cendres? C’est pas un discours qu’on entend d’la bouche de bien des sorciers, même avec les guerres qui s’font un plaisir de revenir encore et encore. Parce qu’on pense jamais à la fin, même à la mort, qui est inéluctable pour tout être humain. Ils ont beau courir après l’immortalité, Cassian a vu trop de d’hommes se croyant invincible tomber face à l’ennemi de tous : la Mort. Après six* siècles, on en vient à se demander ce qu’on est, ce qu’on fait – avec sa condition qui l’faisait marcher main dans la main avec la Mort quand il était gamin, il a eu l’temps d’y penser. Jusqu’à l’oublier totalement, et ne plus s’en sentir concerné. Eh bien, je suis impressionnée. Je trouve déjà que cent ans c'est beaucoup trop long mais alors huit cent ... Il revient au moment présent, les souvenirs glissant autour d’son esprit comme un voile s’éclipsant soudainement. Il cligne plusieurs fois des yeux, recentre son attention sur la vampire devant lui. Vous verrez, on finit tous par oublier la notion du temps. Ce qui paraît long est en fait éphémère, et au contraire, certains moments paraissent parfois plus pénible qu’un siècle. Il jette ensuite un regard vers la blonde, un petit sourire étirant sa bouche avant qu’il ne prenne une nouvelle gorgée de sang. Certains vampires perdent la tête parfois- et je pense qu’on a tous nos moments de folies à un point ou à un autre. C’est long l’éternité, mais il suffit d’en tirer profit.

Ça lui fait décidément du bien d’se retrouver en la compagnie d’un autre vampire, d’pouvoir être honnête avec elle également. De pouvoir lui parler d’ces trucs de vampires, c’qu’il garde pour lui depuis qu’il est revenu à Poudlard – l’école où il a étudié près d’six siècles auparavant. Une foutue éternité, oui. Alors quand elle lui pose des questions, savoir comment il se débrouille d’ses grands yeux bleus incrédules- il s’décide à la croire. Et lui dire. Parce que de toute manière, impossible pour Dumbledore d’laisser venir dans le château une vampire pas nette, si? Et certainement, il ne faut pas le regarder lui, car Aquila est loin d’être un modèle de sainteté. Très loin, même. Je n'ai jamais trop réussi à convaincre quelqu'un. Disons que je ne suis pas encore au point sur toutes mes capacités. Il doit avouer qu’en la regardant comme ça, c’est vrai qu’elle semble pas être la vampire la plus douée qu’il ait pu rencontrer. Elle semble un peu à côté d’la plaque, et qu’elle lui dise que ses capacités sont loin d’être au point ne fait que renforcer cette idée. Il en vient à se questionner sur l’utilité qu’à eu son créateur dans la vie de Vilde. Après cent ans, certainement qu’vous avez pu vous y entrainez, non? Qu’est-ce qui vous en a empêché, sinon? ne peut-il s’empêcher de demander, penchant doucement la tête sur le côté. La curiosité fait briller ses prunelles froides, son verre presque vide repoussé un peu plus loin devant lui. Il se coulera un nouveau verre plus tard, pour l’heure, il brûle d’en découvrir davantage sur cette vampire particulière.

Arrive finalement le moment intéressant, le petit moment d’vérité. Car Cass il est curieux d’savoir si Vilde partage la même affliction que lui, et quand elle lui confirme, il en aurait presque frapper la table de bois d’son poing. Il en était certain- sauf que pour le coup, il comprend pas pourquoi elle a droit à un collier, et lui une puce. C’est drôlement plus facile à retirer du cou que d’la cervelle, en tout cas. Oh vraiment ? C'est incroyable ! Il entend à peine, à nouveau perdu dans ses pensées alors qu’il analyse rapidement la situation. Pourquoi est-ce que le Ministère donnerait un collier, une option facile à régler tandis qu’une puce, une puce sans s’enlève pas sans laisser de séquelles- quand on sait pas c’qu’on fait en tout cas. Une puce ? Curieux. Je suppose que vue que je suis une femme, ils ont préféré m'offrir un bijou. Aussi rapidement que ses doutes sont arrivés ils s’envolent après la remarque de Vilde, où il ne peut s’empêcher de rire à son tour. Ils sont certes de curieux personnages, au Ministère. C’est certes étrange, très étrange, mais il y a longtemps que je ne cherche plus à comprendre leurs motivations, qu’il réplique en secouant la tête. C’est vrai, mais un peu faux quand même. Il serait curieux d’savoir ce qui se passe avec ça exactement- il y verra en temps et lieu.

Plutôt bien, en fait. Enfin je ne peux plus mordre personne mais disons que je culpabilise moins comme ça. Je n'ai jamais supporté d'ôter la vie à une personne. Comme ça, elle fait partit des vampires n’pouvant s’empêcher de ressentir de la culpabilité quant à leur nature. Incapable de se retenir d’enlever la vie, douée pour se torturer ensuite, comme si leur âme avait encore une chance d’être sauvée. C’est pour cela que le temps vous parait si long, car vous n’arrivez pas à supporter votre nature? qu’il demande, toujours curieux d’en savoir plus sur Vilde, qui attise sa curiosité et son intellect. Et vous, Cassian ? Comment le vivez-vous ? Et quand avec vous reçu ce fardeau ? Parce que pour ma part, cela ne fait que quelques mois et je ne suis toujours pas habituée. Elle termine son verre de sang, il en fait de même. Avant de répondre, il prend la peine de remplir leur verre à nouveau. Il lève ensuite les yeux vers Vilde, et lui sourit rapidement. Je dois avouer avoir rapidement pris goût au mode de vie vampirique- j’aime trop la chasse pour m’en passer. J’aimais, plutôt. Ça ne fait pas un an, mais j’ai l’impression que ça fait une éternité. J’rêve du jour où j’vais m’en débarrasser, bien que ça ne semble pas être une mince affaire, qu’il répond en claquant sa langue contre son palais.

*oops :zad::
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Lun 1 Mai - 16:20


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



La Mort, je la sens partout. Elle est à mes côtés depuis cette tuerie, cette boucherie. Massacre dont je suis la seule et l'unique coupable. Envoyée de la Mort elle-même, ou d'une représentation qui s'en rapproche beaucoup. Ses désirs étaient des ordres, ils le sont toujours. Ce qu'elle veut, je le réalise. Je suis à sa merci, je lui appartiens, pour l'éternité. Je ne pourrais jamais me défaire d'elle, je suis son esclave. Elle me retrouvera toujours, comme elle vient de retrouver Cassian. Il ne me reste plus qu'à l'emmener vers elle. C'est mon devoir, elle sera heureuse, elle me félicitera et peut-être que je pourrais perdre ce fichu collier qui m'enchaîne à elle, à eux, au Ministère. Là, au milieu des rayonnages, Cassian et moi venons à parler de nos âges respectif, de la notion du temps. J'apprend qu'il a six cent années au compteur. Je suis impressionnée, je ne savais pas l'éternité si longue. Enfin qu'est-ce que j'en sais, je ne suis encore qu'un bébé dans le monde de la nuit. Il me parle de sa vision du temps et il m'explique ensuite que certains vampires peuvent perdre la tête pendant un court instant. Je me fige et lui demande, curieuse :

"Avez-vous déjà perdu la tête, Cassian ? Histoire que je puisse me préparer à cette éventualité"

Je n'ai personne d'autre à qui poser ces questions depuis que Lilith a décidé que j'étais trop curieuse et qu'elle ne répondrait plus à mes questions. Alors ça me fait plaisir de pouvoir parler avec lui, de lui poser les questions qui sont dans mon esprits depuis des années et qui s'accumulent sans cesse. Je sais qu'il viendra à me détester quand il saura qui je suis, qui est ma créatrice, mais pour l'instant je veux profiter de lui et de ce qu'il peut m'apprendre. Il m'a l'air tout à fait sympathique et agréable à vivre, le tout avec de l'humour, un peu. Et je dois avouer que ça m'embête sacrément de devoir le trahir, en quelque sorte. Mais elle est plus forte, c'est elle qui a le contrôle sur moi. Je suis sa marionnette, elle tire les ficelles. On en vient ensuite à parler de nos capacités, enfin des siennes plus particulièrement. Je lui confesse que je n'ai jamais réussi à convaincre qui que ce soit. Enfin disons que je n'ai jamais eu l'occasion de le faire, en faire. Et puis je ne sais pas comment procéder. Curieux, il me dit que j'ai sûrement pu m’entraîner. S'il savait. Il me demande ensuite ce qui a pu m'en empêcher et je ricane avant de prendre une gorgée de sang. Puis je dis d'un ton froid :

"Ma créatrice ne me laissait pas sortir au contact des autres. Je devais rester dans sa demeure,
elle me contrôlait. Je ne pouvais rien faire, elle avait peur que je puisse me révolter"


Comme toi, Cassian.Je secoue la tête afin de retirer ces mauvaises pensées de mon esprit. Je ne veux plus penser à cette période. Période où j'étais comme un animal de compagnie, on riait de moi, on me considérait comme rien. J'étais comme un animal je récupérais les restes. Mais elle m'aimait bien, je le savais. Ou alors elle jouait un rôle ? Je n'en saurais jamais rien. Cent année où je n'ai rien fait d'autre que de la satisfaire, ou de chercher à la satisfaire. Je ne sais même pas tout ce dont je suis capable. Je sens qu'il est curieux à mon sujet, tout comme je suis curieuse à son sujet. Je veux en apprendre plus sur lui, sur moi, sur les vampires en général. On parle ensuite de malédiction, le genre du Ministère, et il s'avère que nous sommes tous les deux dans le même bateau. Nous sommes tous les deux des jouets du Ministère, ils font ce qu'ils veulent de nous. Ils nous contrôlent. Il ne répond pas à ma remarque, alors j'enchaîne, je ne laisse pas le silence s'installer. Il confirme mes doutes sur le fait qu'au Ministère, ils sont étranges et ont des motivations floues. Je ris doucement avant de répondre:

"Il ne vaut mieux pas chercher à comprendre ce qu'ils cherchent à faire, j
e suis certaine qu'ils ne le savent pas eux-même"


Ils veulent juste nous contrôler, savoir où on est, ce que l'on fait et s'assurer que l'on ne fait de mal à personne. On discute sur le fait de ne pouvoir mordre personne. Je lui confie que cela m'arrange, parce que je ne veux blesser personne. Je me sens encore coupable de ce qu'il s'est passé cette nuit-là, lorsque j'ai ôté la vie à tout mon groupe d'amis, à mon fiancé, à ce patron de taverne, à tout le monde qui se mettait en travers de mon chemin. Toujours aussi curieux, il me demande i c'est à cause de ça, du fait que je n'assume pas ma nature que le temps me parait si long. J'hausse les épaules avant de répondre:

"Surement oui, disons que je ne fais rien comme un vrai vampire. En dehors de pouvoir mordre et chasser, je ne sais même pas ce qu'on est censé faire. Alors je suis juste une humaine, avec l'immortalité en plus"

C'est ensuite à mon tour de lui poser des questions. Je lui demande comment il vit avec ça, et quand il a reçu cette puce. Je termine mon verre et je le vois faire de même, avant de remplir nos deux verres. Je le remercie avec un sourire et je l'écoute lorsqu'il se confie. Il me dit alors qu'il aime sa vie de vampire, même s'il ne peut plus chasser depuis un an. Je le savais, je sais tout de toi. Je ris à sa dernière phrase avant de répondre :

"Il est vrai que vivre une vie de vampire doit être exaltant, lorsque l'on connait ses capacités. Et ... Un an déjà ? Pour être honnête, je ne pense pas que l'on puisse un jour s'habituer à ça."

Je sirote doucement ce nouveau verre de sang, je me sens rassasiée mais j'aime trop le goût pour m'en penser. Disons que c'est de la gourmandise pure. Je relève ensuite le regard vers lui et lui demande, toujours plus curieuse :

"Comment ont-ils procéder pour vous mettre cette puce dans le cerveau ? Je suis curieuse de savoir"

Je penche la tête d'un côté, essayant de repérer une quelconque cicatrice. Mais avec sa masse capillaire sombre, je ne vois rien de son crâne.
    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Dim 7 Mai - 19:26

Cassian mentirait, s’il disait n’être pas content que Vilde soit venu dans sa bibliothèque cette nuit. Il n’avait pas réalisé comme ça lui manquait, d’échanger avec une autre créature de son espèce. Et la curiosité dont fait preuve le professeur ne fait qu’attiser son contentement, ça, et le fait de déguster un bon verre de sang. Avez-vous déjà perdu la tête, Cassian ? Histoire que je puisse me préparer à cette éventualité. Il sent presque sa curiosité, maintenant que sa soif est rassasiée et qu’elle arrive à mettre toute son énergie dans la conversation, elle à soif d’en apprendre davantage. Peut-on s’attendre à moins de la part d’un professeur d’histoire? Oh oui, et je crains ne l’avoir jamais retrouvée, répond-t-il sans cacher son amusement, son visage se tordant dans une semi-grimace amusée. Bien sûr qu’il a perdu la tête, et ce même s’il lance la remarque avec amusement. Il s’est perdu, quand il est devenu un vampire, quand il a enserré ses doigts avec ceux d’un démon dissimulé derrière un visage d’ange. Peut-être l’avez-vous déjà perdu, et vous ne vous en êtes même pas rendu compte. Et vous le réaliserez, qu’une fois qu’elle sera de retour sur vos épaules, ajoute-t-il avant de glisser le verre froid entre ses lèvres, et déguster une nouvelle gorgée.

C’est un peu c’qui est arrivé avec lui. Comme s’il marchait dans un monde fumée, et qu’il retrouvait des parties de qui, quoi, il était autrefois, à force de vivre- ou plutôt, à force de survivre. Il est là, constamment, dans des peaux et histoires différentes. À s’oublier, se redécouvrir- impossible de garder toute sa tête. Mais toutes ses questions, venant d’un vampire ayant tout de même eu un siècle pour s’habituer et apprendre leurs habitudes, pourquoi en connaissait-elle si peu? Il finit par y poser la question, parce que de toute manière, Cassian n’a jamais été de ceux à se préoccuper de ce qui est correct ou non à demander à une autre personne. Ma créatrice ne me laissait pas sortir au contact des autres. Je devais rester dans sa demeure, elle me contrôlait. Je ne pouvais rien faire, elle avait peur que je puisse me révolter. Sa voix est froide, pareil à un détachement qu’elle veut forcer- ou bien peut-être cherche-t-elle à refouler cette époque, qu’il imagine passé vu le temps utilisé. Et il ne peut que se sentir interpellé, par sa propre expérience avec sa créatrice. Lilith, la douce amertume de sa mort, l’extase de sa courte vie, un bordel divin et infini. J’comprends que vous êtes plus avec elle, dans ce cas? Tant mieux pour vous, si maintenant vous pouvez faire ce qui vous donne envie. Avoir été prisonnière et tenu dans l’ignorance aussi longtemps, c’est inacceptable, qu’il claque en secouant la tête, sans mentionner son expérience- sans qu’il ne le sache, avec la même créatrice tyranique.

Lilith est un sombre chapitre de son existence, un long et intarissable chapitre, qu’il est heureux d’voir éteint, oublié. Il s’est libéré, et tant mieux si la blonde profite de cette même liberté à présent. Elle qui lui ressemble tellement, à sadite créatrice. Elle qui, de loin, aurait pu le confondre malgré sa vision accrue, le troubler peut-être aussi intensément qu’y était parvenu Pandora quelques nuits auparavant- on allait commencer à croire qu’il a un faible pour les blondes, ce vampire tout aussi blond. Il ne vaut mieux pas chercher à comprendre ce qu'ils cherchent à faire, je suis certaine qu'ils ne le savent pas eux-même. D’autres monstres profiteurs, d’ignobles bêtes vêtues de robes de soie, qui ne veulent que tirer profit et pouvoir, encore et encore. Il accueille la remarque en levant son verre plein de carmin en hommage, un petit ricanement roulant dans l’fond de sa gorge. Elle a pas tord, la professeur, ils sont doués pour courir après leur propre queue, faire croire à la population qu’ils font ça pour une raison, et y croire eux-mêmes.

Surement oui, disons que je ne fais rien comme un vrai vampire. En dehors de pouvoir mordre et chasser, je ne sais même pas ce qu'on est censé faire. Alors je suis juste une humaine, avec l'immortalité en plus. Inacceptable, comme il disait plus tôt. Il secoue la tête un moment en l’observant, avant que son expression sérieuse ne soit à nouveau ternie par un sourire malicieux. Faudra remédier à ça, sérieusement. Vous n’êtes pas qu’une sorcière immortelle, Miss Sørensen, et il est grand temps que vous vous en rendiez compte. L’étendue de vos capacités, la découvrir ne fera qu’enjoliver votre immortalité, et peut-être la trouverez-vous plus agréable. Il parle avec fermeté, mais le sourire qui tend son visage montre qu’il est principalement habité par l’enthousiasme. Son exploration remonte à très longtemps, et il n’a jamais transformé qui que se soit. Alors montré les ficelles à un nouveau-né, qu’importe qu’il soit âgé d’un siècle, était certes excitant. Aquila aurait probablement autant de plaisir à le montrer que la vampire l’aura à apprendre, découvrir. Découvrir que les limites instaurées autrefois ne sont plus, et il est curieux de voir comment Vilde prendra tout ça, après avoir s’être contenté de si peu pour si longtemps.

Puis c’est à nouveau à son tour à elle de lui poser une question, tournant autour de cette puce qui lui pourri autant l’existence. Elle a un collier, lui une puce, et bien que différent, au final, ça revient au même : impossible pour eux de mordre qui que se soit. C’est difficile ce nouveau mode de vie pour Cassian, un habitué à la chasse depuis plusieurs siècles. Lui, lui il aimait –non, il aime– tuer, manger, vide un corps de son sang- ou bien s’arrêter juste avant, parfois. Pour terrifier, ou juste parce que cette victime lui plaisait bien. C’est sa nature, et elle ne lui avait jamais dérangé auparavant. Il est vrai que vivre une vie de vampire doit être exaltant, lorsque l'on connait ses capacités. Et ... Un an déjà ? Pour être honnête, je ne pense pas que l'on puisse un jour s'habituer à ça. Encore une fois, elle n’a probablement pas tord. Il prend une nouvelle gorgée de sang comme un alcoolique s’acharne sur sa splendide bouteille d’purfeu. Vous y viendrez- et ça, ça c’est quelque chose à laquelle vous pourrez vous habituer facilement. Il espère ne pas avoir besoin de s’habituer à la puce, trouver une façon de s’en débarrasser coûte que coûte est la seule possibilité acceptable- même s’il devra par la même occasion servir quelques caprices du professeur Dumbledore, qui risque d’être un atout plus qu’important dans sa réussite. Enfin, il l’espère. Comment ont-ils procéder pour vous mettre cette puce dans le cerveau ? Je suis curieuse de savoir. Tout en parlant elle penche la tête en l’observant, essayant visiblement de trouver une trace du passage du Ministère dans sa tête. Il sourit, avant de se prêter au jeu et incline lentement sa tête d’avant et arrière, gauche et droite, pour qu’elle ne devine toujours aucun signe. C’est une douloureuse intervention s’étant déroulée dans une narine. Un sortilège dont je n’aie pas retenu le nom parmi mes hurlements, très charmant. Heureusement de courte durée- encore? interroge-t-il le plus simplement du monde à la fin de sa réponse, s’apercevant que son verre est vide et que celui de son invité non loin de l’être.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Dim 14 Mai - 0:06


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



Au fond, nous sommes comme frère et soeur. Nous avons la même créatrice, c'est la même personne qui nous a tué pour nous faire revivre après. Plus forts, plus vicieux, plus mauvais. Des créatures de la nuit, immortels, invincibles. A la fois sorciers et vampire, des sortes de super sorciers. Il m'explique que l'on perdre la tête et lorsque je lui demande si cela lui est déjà arrivé, il me répond, amusé, qu'il ne l'a jamais retrouvé. Je ris à mon tour et il poursuit en me disant que cela se peut que je l'ai perdu moi aussi. Je penche ma tête, qui est bien là, d'un côté et le regarde avant de répondre :

"Mais sommes-nous sûrs qu'elle reviendra un jour sur mes épaules ? Je vais me retrouver comme ce bon vieux Nick"

Je ris doucement avant de porte de nouveau mon verre de sang aux lèvres. C'est si agréable de pouvoir déguster du sang, cela me change tellement du sang animal. Le sang humain, c'est ce qu'il y a de mieux. J'ai l'impression d'être plus forte, j'ai l'impression que tous mes organes sont neufs, j'ai l'impression de retrouver toute ma force, comme lorsque je l'ai senti cette nuit là. Lorsque je me suis réveillée, plus forte, plus invincible, et que j'ai tué. Je ne le voulais mais Merlin que cette sensation était enivrante. Je ne pouvais pas m'arrêter, malgré le fait que c'étaient mes amis, qui étaient devant moi, à ma merci. On continue à se poser des questions, à s'interroger, autant curieux l'un, autant curieux l'autre. On se découvre, je découvre un autre vampire, plus vieux, plus forts. Je lui parle de ma créatrice, enfin de notre créatrice, mais ça, il n'en sait rien. Il ne doit pas savoir, pas tout de suite. Je l'apprécie, et je sais qu'il pourrait m'apporter beaucoup. Je ne veux pas le trahir, mais je n'aurais pas le choix. Elle a une trop grande emprise sur moi. Elle tire les ficelles, je suis son pantin, sa marionnette. Il secoue la tête tout en me disant que c'est mieux ainsi, que je suis mieux loin de ma créatrice. Oh par Morgane, si seulement il savait, si seulement il savait que je ne suis pas loin d'elle, qu'elle est toujours là, derrière moi, posée dans un coin de ma tête à me dicter mes faits et gestes. J'hausse les épaules avant d'ajouter :

"Je sais qu'elle finira par revenir de toute façon. Poudlard ne me gardera pas toujours en sécurité"

Et c'est la vérité. Lorsqu'elle pensera que je ne suis pas si efficace que cela, elle viendra me faire chercher et je redeviendrais son jouet, son esclave. Je serais à sa merci et elle me fera payer mon inefficacité. Si je ne suis pas efficace, si j'échoue, je ne vaux rien, et je serais réduite à l'état d'animal. Un vulgaire animal que l'on nourrit de restes. On change de sujet, je ne veux plus parler d'elle, elle me hante et m'effraie. Alors on parle du ministère, un sujet pas des plus réjouissants mais on en profite pour les descendre. Ils nous contrôlent mais rien ne nous empêche de les critiquer, de cracher sur leurs dos. On finira par se rebeller, on finira par les descendre comme ils nous descendent. Un jour, j'enlèverais ce foutu collier qui m'enserre, m'étrangle. On lève ensuite nos verres à l'incapacité du Ministère et je ricane doucement. Bande d'incapables, même pas foutus de se rendre compte qu'ils sont corrompus par plus forts qu'eux. Je lui confie ensuite que je ne sais rien de ma nature, que je ne suis qu'une novice, que je ne sais rien faire. Ferme, avec un sourire sur le visage, il me dit que cette situation n'est plus possible, que je dois me rendre compte de l'étendue de mes capacités. Et au fur et à mesure qu'il parle, mon sourire s’agrandit et je vois en lui un mentor, un professeur. Il doit tellement en savoir sur nous, sur lui, sur nos capacités. Avec un ton enfantin, je lui demande alors :

"Pourriez-vous m'apprendre ? Enfin je sais que l'on ne se connait que depuis ce soir mais ... il n'y a que vous qui puisse m'apprendre à devenir un vampire"

Lilith n'a jamais voulu me montrer, elle avait peur que je devienne trop forte, trop puissante, que je me révolte contre elle. Alors comme ça, elle garde un parfait et total contrôle sur moi. Mais moi, je veux apprendre, je veux qu'il me montre l'étendue de mes capacités, je veux savoir ce que je peux faire. Cassian me parle ensuite de sa puce, je lui parle de mon collier. Moyens de nous contenir, de nous empêcher de tuer. Deux moyens totalement différents. Lui, a une puce dans le cerveau, quelque chose que l'on ne peut enlever, quelque chose que l'on ne voit pas. Moi, j'ai ce collier, certes magnifique, mais que je ne quitte jamais. Pour l'enlever, je devrais me couper la tête. Je lui confie alors que l'on ne peut pas s'habituer à ne pas pouvoir tuer alors que c'est notre destin. Il me dit que l'on s'y habitue facilement et j'hausse les épaules, peu convaincue. Je bois, je profite de ce moment, de ces verres de sang. Curieuse, je lui demande donc comment ils ont procédé pour lui mettre cette puce dans son cerveau. Je ne vois aucune cicatrice alors soit il la cache bien, très bien, soit ils ont utilisé un autre moyen. Lorsqu'il voit que j'essaye de trouver une cicatrice, il se met à bouger sa tête, à me la montrer sous tous les angles. Je ris doucement, un rire cristallin, enfantin. Cassian m'explique alors qu'ils sont passés par sa narine et je fais une grimace de dégoût et de répulsion. Il termine en me demandant si je veux encore un verre de sang. Je réponds alors :

"Un dernier oui, s'il vous plait. Et vous n'avez jamais trouvé un sortilège inverse parmi tous ces livres ?'

Je montre les étagères du bras, il doit forcément y avoir un moyen de lui enlever sa puce, tout comme il doit y avoir un moyen d'enlever mon collier. Mais ces sortilèges doivent être bien cachés, ça serait trop facile sinon.
    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 106
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Mer 24 Mai - 4:23

Vampire, ils ont dit vampire. Vampire sont les monstres aux dents tranchantes, vampire sont les ombres qui s'tapissent dans le noir, vampire sont les montres qui déchirent la chaire pour voler le sang- le sang qui est source de vie, de mort, de tout. Cassian s'est déjà surpris à se demander ce qui lui arrivait, s'il buvait le sang d'une licorne. Deviendrait-il encore plus maudit qu'il ne l'est déjà? Ou serait-ce comme une drogue joyeuse, faisant halluciner des arc-en-ciel et des fleurs qui chantent? Curieux mais jamais au point d'plonger ses crocs dans la nuque d'une de ses pures créatures. Depuis qu'une puce ruine son éternité cependant, il y pense parfois, laissant la curiosité s'épandre dans ses veines glacées. De quoi perdre la tête, bien que comme il indique à Vilde, il doute fortement l'avoir un jour retrouvé depuis qu'elle lui a échappée. Et ils en plaisantent ensembles, plaisanterie d'vampires agréables à vivre après n'pas avoir profité la compagnie d'un être aussi mort que lui depuis si longtemps. Mais sommes-nous sûrs qu'elle reviendra un jour sur mes épaules ? Je vais me retrouver comme ce bon vieux Nick. La seule chose qui soit certain est notre longévité je le crains, qu'il répond avec amusement.
Y'a pas qu'des plaisanteries qu'ils s'échangent les deux suceurs de sang, bien que ça fait du bien d'pouvoir en faire, mêlant l'éternité au tout- c'qui n'touche pas beaucoup d'gens si ce n'est d'autres créatures comme eux. Comme eux y'a aussi les créateurs, une catégorie dont Cassian n'a, pour le moment, jamais fait partit. Il n'a jamais ressentit ce besoin, encore moins après avoir passé une partie d'sa mort aux côtés de sa créatrice, cruelle vampire qui a tôt fait d'refroidir les désirs d'n'importe qui. En être loin, débarrassé, enfin, c'est une nouvelle liberté, la vraie vie après la mort. Le blond n'peut qu'souhaiter le même destin à Vilde, bien que son expression trahisse son sentiment à ce sujet. Je sais qu'elle finira par revenir de toute façon. Poudlard ne me gardera pas toujours en sécurité. L’propre visage du bibliothécaire s’assombrit à la réponse de sa collègue. L’sentiment d’être en cage même à des centaines de kilomètres d’distance. Même après un siècle Cassian a parfois l’impression d’encore sentir la présence d’Lilith tout autour de lui- une prison qu’il n’pourra jamais échapper. Parfois il s’demande si même morte il aurait pas l’même sentiment dans les tripes. C’est sa créatrice, et elle le lui a imprimé à l’esprit- facile pour lui d’comprendre le sentiment de Vilde donc. Revenir, alors vous ne lui avez pas faussé compagnie? qu’il demande, curieux d’entendre son histoire- curieux aussi de voir si elle va lui partager.

C’qu’elle partage et qui l’fout presque à terre c’est l’fait qu’elle connaisse pratiquement rien d’ses capacités. Un caprice d’son créateur qui a pas voulu lui montrer ce pour quoi elle est morte, les seuls avantages à errer sur cette Terre en s’foutant d’la mort et en bouffant des vivants. C’pas pour rien qu’elle est si déprimée, qu’elle apprécie si peu son statut d’vampire. C’est inacceptable, et sûrement qu’la blonde devant lui arrive à l’lire sur son visage, puisqu’elle lui fait ensuite une proposition qu’il s’voit déjà dans l’incapacité d’refuser. Pourriez-vous m'apprendre ? Enfin je sais que l'on ne se connait que depuis ce soir mais ... il n'y a que vous qui puisse m'apprendre à devenir un vampire. Il répond pas tout de suite, bien qu’il est probablement possible pour la jeune vampire de s’douter d’ce qu’il va lui répondre en observant son visage. Voilà une autre chose qu’il n’a jamais fait, montrer les bases à un jeune vampire, et l’occasion qui s’présente là est décidément trop bonne pour la laisser passé. Après tout, il n’faisait que se plaindre dernièrement comme il s’ennuyait entre les murs du château- puis il a rencontré Pandora. Ce souffle qu’elle a infusé à sa vie après qu’une soirée, et c’désir constant d’la revoir. Pour ce fait, il s’doit de rester ici, et avoir une raison d’rester à Poudlard n’rend l’expérience que moins pénible. Et maintenant, maintenant on lui offre une apprenti-vampire l’suppliant d’lui apprendre comment être une des leur. Une aubaine pour c’vieux vampire qui voit sa triste vie nettement améliorée tout d’un coup. Rien ne me ferait plus plaisir, ma chère, répond-t-il finalement, claquant ses mains ensembles pour démontrer son enthousiasme. Et nous avons une magnifique Forêt Interdite pour s’amuser comme on veut, ajoute-t-il en laissant son sourire s’agrandir nettement. Il ferait ce que le créateur de Vilde n’avait pas su faire, avait refusé à ce vampire ce qui lui revenait de droit- il allait s’assurer d’changer ça, et doutait pas un instant que ça serait fort divertissant.
C’qui peut refroidir toute motivation et plaisir, c’est bien d’parler du Ministère et leurs foutues manières d’pourrir l’existence d’ce qu’ils ne contrôlent et ne comprennent pas. Bizarre, bizarre c’te manière différente de procéder d’un vampire à un autre, comme s’ils expérimentaient ou quelque chose du genre. Ils conviennent que tenter d’savoir pourquoi ils agissent comme ils le font n’sert probablement pas à grand-chose, et à la place, ils boivent aux quelques plaisanteries balancées à leur dépend. Il va même jusqu’à s’présenter sous toutes les coutures pour montrer à Vilde qu’il n’a aucune marque de torture- pas qu’ils ne se soient pas amusés à lui faire mal en insérant la puce par son nez. Magie ou non, vampire ou non, sans anesthésie l’opération fait mal. Si on peut appeler ça une opération… Un verre de sang, voilà c’qu’il propose à sa collègue pour chasser les derniers souvenirs d’son esprit. Un dernier oui, s'il vous plait. Et vous n'avez jamais trouvé un sortilège inverse parmi tous ces livres ? répond-t-elle en présentant la bibliothèque, son antre, d’son bras. Et car le vampire connait déjà si bien ses grimoires, il est certain que si la réponse avait été ici, il l’aurait trouvé. Du moins, il l’espère- malgré qu’il ait regardé chaque bouquin, il ne se lasse jamais d’espérer tomber sur quelques parchemins magiques. À Poudlard, on ne sait jamais sur quoi on peut tomber- suffit de bien regarder. Tu remplis donc une dernière fois le verre de la blonde, puis le tien, tout en répondant. Malgré une recherche assidue de ma part et un abus d’mes capacités, je n’aie rien trouvé qui puisse aider, non, qu’il répond en prenant l’espace de quelques secondes une expression renfrognée. Je commence à croire qu’il n’y a qu’au Ministère directement qu’il serait possible d’avoir de l’information, qu’il ajoute en retrouvant un visage détendu, roulant des yeux pour ajouter à ses paroles.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 84
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   Mar 30 Mai - 9:41


    

❝Everything I touch isn't dark enough ❞
bloodsuckers



Je me demande à quoi ressemble l'éternité. J'ai déjà vécu cent ans de ma vie, ce qui en soit n'est pas vraiment un exploit dans notre monde. Ce qui est un exploit en revanche, c'est que je sois restée jeune. Pas une ride, j'ai toujours l'apparence de mes dix-huit ans, bien que je dise aux autres que j'en ai vingt-cinq. S'ils savaient, s'ils savaient ma vraie nature. Vampire, monstre de la nuit, sanguinaire, horrible, un cauchemar vivant. Enfin mort, techniquement. Tout le monde meurt autour de moi, les gens vont et viennent et moi je reste là, éternellement jeune, éternelle. Mais il y a Cassian. Cassian, qui est comme moi. Cassian que je dois ramener auprès de Lilith. Cassian que je vais tromper. Mais je ne le veux pas, je veux rester avec lui, je veux qu'il m'apprenne, qu'il soit mon mentor. Lilith ne m'a jamais rien appris, elle m'a toujours laissée de côté. Je ne sais pas de quoi je suis capable réellement. On rit sur le fait de perdre la tête, il me détend, je me sens mieux. Il m'a déjà sauvée, en réalité. Avec ce sang humain qui me vivifie, avec sa présence. Puis on parle d'un sujet plus grave, de nos créateurs. Enfin, ma créatrice est aussi la sienne mais ça, il ne le sait pas. Pas encore. Quand il l'apprendra, il me tuera, un pieu dans le coeur. Mais je ne montre rien, je ne dis rien. Pas tout de suite. Curieux, il m'en demande plus et je réponds après avoir haussé les épaules :

"Oh, c'est une histoire assez compliquée en réalité. Disons que je suis venue ici pour lui échapper mais aussi parce qu'elle m'y a envoyée. C'est compliqué"

Je ris doucement, je ne dois pas trop en dire, il pourrait vite découvrir ce que je cache réellement. Je lui confie ensuite que je ne connais rien de mes capacités. Elle ne voulait pas que je puisse me révolte, elle ne voulait pas que je sois comme Cassian, que je lui échappe. Je lui demande alors de m'apprendre. J'ai besoin d'un mentor, d'un guide. Je veux savoir de quoi je suis réellement capable, je ne veux pas rester dans l'ignorance. J'ai l'impression de le connaître depuis toujours, comme un vieux frère, un vieil ami. Il ne répond pas de suite mais je vois à son visage qu'il va accepter. Ce qu'il fait bientôt à haute voix. Mon sourire s'agrandit devant son enthousiasme et je réponds, excitée :

"Oh, cela me fait tellement plaisir que vous acceptiez ! J'ai hâte de commencer et oui, la Forêt Interdite est un magnifique terrain de jeu"

Il est gentil, tellement attentionné alors qu'il ne me connait pas. Il n'est pas comme Lilith, il est même à son total opposé. Je sens qu'il est bien vaillant, malgré sa nature. Mais pour moi, il est bien plus qu'un simple vampire. Et il est comme moi en tout point de vue. Lui aussi, ne peut plus mordre personne. Foutu ministère. Ils veulent nous contrôler. Ils veulent tout contrôler. Après qu'il m'aie servi le dernier verre de sang de cette soirée, il me dit qu'il n'a pas trouvé le sort qui lui permettrait d'enlever la puce qu'il a dans le cerveau. Je fais une moue désolée avant de continuer :

"Alors peut-être qu'il se trouve dans le bureau de Dumbledore, dans les livres trop importants pour les étudiants ?"

Je réfléchis un instant, ça pourrait être possible après tout. Mais Cassian prend une moue renfrognée avant de dire qu'il n'y a qu'au Ministère que l'on peut retrouver ces informations. Je pense le contraire, je suis sûre que ces informations peuvent être ailleurs. J'hausse les épaules et lance après avoir bu :

"Je suis certaine du contraire. Je vous aiderais à fouiller le château et le monde sorcier de fond en comble si vous voulez"

Je ris doucement. Cela me plairait de l'aider, en échange de ce qu'il fait pour moi, de ce qu'il va faire. Et aussi pour atténuer la trahison que je vais lui affliger. Je termine mon verre et je remarque qu'on a déjà passé trois heures ensemble. Trois heures, nous sommes plus proche du levé du jour que de son couché. Je me lève et tend ma main vers lui en disant :

"Eh bien Cassian je vous remercie pour ce soir, pour le sang, et le reste. Et pour "l'entraînement",
mon bureau est au premier étage, venez quand vous voulez"


Je souris grandement avant de lui tourner le dos et de quitter la bibliothèque. Je me sens bien et au fond de moi, étrangement, je sens que l'on va devenir proches.

The end.


HRP:
 
    
© Pando

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Everything I touch isn't dark enough ~ Cassian & Vilde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A TOUCH OF EVIL
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN
» land speeder dark eldar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Quatrième étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: