AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 AVERIN ⛛ God, you're back

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: AVERIN ⛛ God, you're back   Ven 10 Fév - 15:24

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

Depuis quelques jours maintenant, Torin était clairement sur les nerfs. Bon, pour être totalement honnête… Il était sur les nerfs les trois quarts du temps. Ouais, tout de même pas tout le temps, il y avait tout de même des moments dans la journée où il dormait ! Quoique… Il était sûrement pas non plus de bonne humeur quand il dormait quand on y pense bien en fait… Mais bon, cette fois-ci, c’était encore pire que d’habitude en fait ! Et c’était, malheureusement, à cause du fait qu’il n’avait pas vu la jeune femme aux cheveux de feu qu’il aimait tant de la semaine. Ce qui était tout de même assez énervant en soi, bon… Pas réellement énervant, plutôt irritant. Et inquiétant aussi. Il passait son temps à se demander où elle était, ce qu’elle faisait, pourquoi elle n’était pas là. Il se posait des tas de questions sur son emplacement et ses activités. Même si ça pourrait tout de même passer pour quelque chose d’assez louche en soi. Clairement, mais bon, il n’allait pas vraiment dire quoi que ce soit. Il n’allait pas non plus passer son temps à se plaindre, ce n’était pas vraiment comme s’il pouvait vraiment se plaindre à qui que ce soit de toute manière, même s’il le voulait. C’était sûrement à cause de quelque chose du genre qu’il avait fini par encore se retrouver dans une bagarre. Comme il en avait si bien l’habitude soit dit en passant. Il avait entendu une remarque qui ne lui avait pas vraiment plu et peu de temps après, le coup de poing était parti tout seul, puis le deuxième. Et bien rapidement l’autre avait répondu avec autant de ferveur. Ils avaient eu besoin d’autres sorciers pour les séparer et sans dire un seul mot, Torin était sorti de la Grande Salle d’un pas rapide alors qu’il sentait tout de même une certaine douleur dans son visage. Il devait sûrement ressembler à que dalle avec les coups qu’il s’était pris, mais bon… Ce n’était pas comme si ça allait lui faire quoi que ce soit pour être totalement honnête. La plupart du temps, il n’en avait pas grand chose à carrer de son apparence, mais ça c’était sûrement parce qu’il ne doutait pas une seule seconde de lui, de son physique. En même temps, quelqu’un qui lui ressemblait n’avait clairement aucune raison de douter de lui-même. Mais bon, ce n’était pas vraiment le sujet, n’est-ce pas ?

Pour être totalement honnête, il ne s’était pas vraiment attendu à tomber sur Averill en sortant de la salle, il faut dire qu’il pensait tout de même qu’elle l’évitait un minimum. Quoique, ce n’était pas parce qu’elle était là qu’elle ne l’évitait pas. Sauf si elle avait la capacités de voir à travers les murs, chose dont Torin doutait fortement, elle ne pouvait pas savoir qu’il était là. Enfin, va savoir avec Poudlard quand on regarde. Il ne réfléchissait pas vraiment plus longtemps et se décidait à s’approcher rapidement d’elle afin qu’elle ne puisse pas s’échapper et se plantait devant elle en fronçant les sourcils. Va savoir s’il fronçait les sourcils parce qu’il était exaspéré de sa disparition ou bien qu’il était inquiet à cause de sa disparition, peut-être un peu des deux en fait. Non, plutôt uniquement inquiet, elle avait une sorte de don pour ne jamais l’exaspérer. Elle lui avait d’ailleurs sûrement jeté un sort ou quelque chose de ce genre-là pour arriver à faire ça. “Averill ? Où est-ce que tu étais passée, par Merlin ?! Je me suis fait du soucis pour toi !" S’exclamait le blond sans jamais la quitter du regard, comme si, s’il arrêtait de la regarder elle allait disparaître ou quelque chose comme ça. Peut-être que le fait qu’il aimait beaucoup la regarder jouait là-dedans.
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Averill Macmillan le Mar 14 Fév - 17:18, édité 1 fois
MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Ven 10 Fév - 21:07


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
  Une semaine. Cela fait une semaine qu'Averill n'avait pas mis les pieds à Poudlard. Plus le temps passe, plus la jeune femme élut domicile à St Mangouste. Deux jours à tester potions et remèdes, une journée de crise, deux jours épuisées, deux jours de remèdes.... Tout cela la fatigue réellement. Et si elle concède le fait d'y aller, c'est surtout pour "rassurer" sa mère et ne blesser personne. Maintenant qu'ils savent ce dont la jeune femme souffre, il est clair qu'aucun remède n'est possible. Aucun connu en tous les cas. Bientôt, peut-être qu'elle ne pourra plus revenir du tout. Ses crises de magie deviennent de plus en plus violentes, et ce ne sera pas pour s'arranger. La dernière a blessé une infirmière, et elle a "dormi" pendant deux jours... Une espèce de coma. Son corps lui-même ne peut plus gérer ce rythme..

Mais la revoilà. Devant son miroir, à contempler son reflet épuisé. Sa peau terne, ses yeux éteints gonflés de cernes. Ses cheveux autrefois flamboyants semblent se faner avant même l'heure fatidique. Elle soupire, et tente de se concentrer pour couvrir le tout de maquillage. Une dernière touche d'un rouge à lèvres couleur nude, avant qu'elle ne s'extirpe de sa place, sans s'attarder plus que cela sur le résultat. De toute façon avec le temps, ce petit manège ne fonctionnera plus. Récupérant son sac, elle descend avec les autres dans le but de prendre un petit déjeuner, qui se résumera sans doute simplement à une pomme et un verre de jus de citrouille. Averill ne participe pas aux conversations, son regard est perdu sur le sol qui défile sous ses pieds. Les bruits sont distant malgré les quelques sourires qu'elle accorde à ses amies, pour leur faire voir qu'elle est avec elles, même si finalement, la jeune Macmillan est à des lieux d'ici.

Alors qu'elle s'apprête à faire les derniers mètres pour rentrer dans la grande salle, une tempête blonde se jette sur la rouquine. Son intervention attire tout de suite l'attention de la jeune femme, mais son visage plus encore. Elle étouffe une exclamation, alors qu'elle lève ses mains vers son visage abîmé sans réellement le toucher, pour ne pas lui faire mal. Sa remontrance passe à des kilomètres au-dessus de sa tête, tellement son état l'inquiète.

-Mon Dieu, Torin qu'est-ce qui t'est arrivé ?!.

Quelle question ! Elle n'a même pas besoin de poser la question dans le fond, la jaune connaît déjà la réponse. Le lion aime se battre, ou du moins cherche-t-il souvent à se servir de ses poings, malgré les reproches et les angoisses de la demoiselle. Mais bien vite, les propres reproches de jeune homme lui reviennent, et elle baisse le regard quelques instants, alors que ses mains glissent de ses joues à ses épaules, tandis que ses amies s'éclipsent. Le regard de la rouquine se tourne vers la salle, ils attirent déjà l'attention. Il faut dire que Torin n'est pas des plus discrets. Se pinçant les lèvres, la jeune femme prend sa main dans la sienne et l'entraîne avec elle dans les couloirs, bien décidée à l'emmener à l'infirmerie.

-J'ai dû partir quelques jours... je n'ai pas eu le temps de te prévenir, excuse moi..

La simple et bonne raison  est qu'avant qu'on l'envoie à St Mangouste la demoiselle à ravager une salle de classe après une bonne migraine. D'ailleurs, elle s'étonne encore de ne pas avoir réveillé tous les châteaux. Quand elle a enfin émergé à l'hôpital, ses cordes vocales étaient à phone tellement, elle avait forcé sur sa voix. Son regard se fait fuyant quelques secondes, parce qu'elle ne lui a pas dit. Peu de personnes le savent, et c'est le mieux pour le moment. Enfin, pour Averill, elle ne souhaite pas que les gens s'inquiètent pour elle, mais pour eux.

-Tu dois arrêter de te battre, Torin. T'imagine si vous faites ça avec vos baguettes ?!
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Dim 12 Fév - 23:48

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

Clairement, Torin était plus que soulagé de voir qu’Averill était de retour à Poudlard parce qu’il s’était fait un sang d’encre et qu’en plus de ça, elle lui manquait bien trop pour son propre bien. Sérieusement, avant de connaître la jeune femme à la chevelure flamboyante, il ne savait pas que c’était possible d’avoir autant envie que quelqu’un soit présent à ses côtés et ne les quitte jamais. C’était sûrement ça, ce qu’on appelle l’amour. En tout cas, c’était ce qu’il pensait parce qu’il n’avait jamais ressenti ça auparavant, c’est fou. C’était plus fort que tous les sentiments qu’il avait pu ressentir pour quelqu’un à un moment ou à un autre de sa vie, et en plus de ça… Il avait vraiment l’impression que ça ne faisait qu’augmenter de jours en jours. Parfois, il avait même l’impression qu’à force de ressentir tout ça, il allait finir par imploser. Sérieusement, il se disait toujours qu’il n’était pas fait pour ce genre de sentiments, mais quand il voyait le beau sourire de la rouquine, il se disait qu’il était fait pour l’aimer, en fait. Aussi cheesy que ça puisse sonner, et pourtant, il n’est pas réellement fan de tout ça, de tout ce qui est cheesy, bien trop romantique à son goût. Il ne comprends décemment pas les gens qui ne jurent que par ça. Les Don Juans ou il ne sait trop quoi dans le même genre. Mais bon,revenons à nos moutons. Il était directement allé aborder Averill, lui demandant tout de même des explications qu’il n’avait même pas parce que c’était comme si ça lui passait par une oreille et ressortait par l’autre. Et maintenant, c’était à son tour de lui poser une question, même si elle connaissait décemment déjà la réponse. Mais il ne pouvait décemment pas dire qu’il n’aimait pas sentir les mains de la jeune femme sur son visage. C’était quelque chose de plutôt plaisant à sentir. Il faut dire qu’il avait toujours aimé son toucher. “Je suis presque persuadé que tu sais très bien ce qui m’est arrivé.” Lui dit-il, lâchant un très léger rire. Faut dire que vu la gueule qu’il avait, il n’y avait pas beaucoup de choses qui auraient pu lui arriver.

Finalement, en la voyant baisser le regard, il fronçait doucement les sourcils avec un air inquiet. Il avait l’impression que quelque chose qu’il lui avait dite, faite, l’avait soudainement attristée et il n’aimait pas beaucoup ça. Au contraire, même. Pinçant les lèvres en la sentant descendre ses mains, il devrait se battre contre lui-même pour ne pas frissonner, mais au fil du temps, il avait tout de même appris à masteriser ça. C’était un des nombreux talents de Torin. Finalement, il entrelaçait leurs doigts, se laissant traîner à l’infirmerie, parce que pour être totalement honnête, il pourrait la suivre jusqu’au bout du monde. “Et tu es partie où ? C’était quelque chose de grave ?” Demandait-il en caressant la main de la Poufsouffle de son pouce, se voulant tout de même réconfortant. “Pourquoi s’arrêter de se battre ? Je m’en sors toujours.” Lui dit-il avant de hausser les épaules. Du moment qu’on venait le faire carotter et qu’il était toujours un sang chaud, il n’allait sûrement pas s’arrêter. “Mh… Avec les baguettes… Seul le temps nous le dira ça.” Il faut dire qu’on ne pouvait pas vraiment prévoir ce qui se passerait au moment où il combattra avec des sorts plutôt que des poings. Bon, on pouvait se douter que ça n’allait pas vraiment bien se terminer, mais bon… Va savoir.
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Lun 13 Fév - 0:18


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
Averill n'avait pas pensé que son absence se ferait tellement remarquer... Elle qui a l'habitude d'exister dans l'ombre d'Oswin, pour les rares moments que Regulus passe avec elle, parfois elle en oublie qu'elle n'est pas invisible pour les autres. Que, finalement, elle existe, et dans le fond, ça lui fait de la peine. Parce que sans le vouloir, elle blesse Torin. Ce garçon si particulier, brutal pour certains, pas très avenant pour d'autres, qui est au final, incroyablement drôle, loyal et doux. La rouquine ne s'attendait pas à tomber sur lui dans un tel état. Même si cela ne devrait pas réellement l'étonner, c'est presque une routine pour lui et à chaque fois cela stress la jeune femme. Pourquoi faut-il sans cesse qu'il réponde aux attaques et ce serve de ses poings ? Alors que ses doigts effleurés son visage abîmé, sa réflexion lui arrache un air revêche, alors qu'elle le fusille d'un regard réprobateur.

-Ce n'est pas drôle, Torin. T'as vu dans quel état tu es ?!

C'est un peu ironique, dans le fond. Elle ne veut pas que le sorcier s'inquiète pour elle, mais Averill ne peut pas s'empêcher de s'inquiéter pour lui. Il est son soutien, son rocher, celui qui la connaît sans doute par cœur. Ils passent tellement de temps ensemble, c'est sans doute le seul à l'avoir jamais vu pleurer. Une faiblesse qu'elle s'autorise peu souvent, mais que Torin sait calmer à chaque fois. Ses mains glissent doucement le long ses joues meurtries avant de s'arrêter sur ses épaules, quand elle prend un peu de recule. Finalement, ses doigts s'entremêlent aux siens pour l'entraîner avec elle dans les couloirs dans le but de l'emmener à l'infirmerie. Mais ne souhaitant finalement pas voir madame Pomfresh pour qu'elle lui demande de ses nouvelles, d'une voix bien trop maternel, elle finit par changer de direction, vers la salle commune des Poufsouffle. Ces questions la rendent nerveuse, parce qu'elle ne veut pas lui mentir, mais elle ne veut pas non plus l'inquiéter.

-J'était un peu malade, mais ça va maintenant.

Ce n'est pas réellement un mensonge, elle est malade, oui et elle va mieux. Pour l'instant, . C'est idiot, Oswin est au courant, Andromeda est au courant, et, pourtant, son meilleur ami non. Mais comment pourrait, elle lui inflige un tel fardeaux ? Ses caresses sur la peau sensible de sa main la force à se tourner de nouveau vers lui alors qu'ils arrivent devant le tableau de sa salle commune. La rouquine se pince les lèvres, et plonge son regard dans le sien.

-parce qu'un jour te ne gagnera peut-être pas ! Tu ne trouves pas qu'il y a assai de sang qui coule en ce moment ? Je m'inquiète pour toi... Parce que, je n'aime pas te voir comme ça..

"Parce que la vie est bien trop courte pour se taper l'un sur l'autre....". Elle lui sourit doucement, avant de légèrement serrer la main après avoir donné le mot de passe pour ouvrir le passage.

-Je reviens, ne bouge pas..

Averill se faufile dans la salle commune jusqu'à son dortoir où elle récupère un sac rempli de potion sous son lit. Une nécessité dernièrement.... Elle s'en serait bien passée, mais il s'avère que c'est pratique entre ces crises, ses migraines et ses nausées.... Mais la sang pur n'a pas envie d'être au centre des regards, d'entendre tout le monde parler autour d'elle. Le calme, c'est ce dont elle a besoin. Retrouver ses instants à deux avec le lion, voilà ce qu'il leur faut. Rapidement, la jaune sort avec son nécessaire pour retrouver le blond, et sans un mot de plus, elle l'entraîne avec lui à travers les couloirs, jusqu'à un endroit tranquille, la tour d'astronomies, toujours vide en pleine journée. Elle le force à s'asseoir sur une chaise, alors qu'elle pose son sac, cherchant parmi les différentes fioles celles qui sont pour les coupures et les bleus, avec un coton. Malgré ses gestes tremblants, la demoiselle se fait douce tandis qu'elle s'occupe de lui.

-Tu vas finir à saint Mangouste si tu te bats en duel, et ce n'est pas un endroit de rêve...
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Mer 15 Fév - 18:02

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

Torin la regardait en haussant vaguement les épaules. Elle disait ça comme si c'était la fin du monde. Bon, pas vraiment la fin du monde, mais comme si c'était quelque chose de grave. Mais bon, ce n'était pas comme si l'état dans lequel il était était si horrible que ça. Il faut dire qu'il avait déjà vu pire. Il avait déjà vu mieux… mais bon.. Il allait s'en sortir, il ne fallait donc pas s'inquiéter pour si peu. Il fallait plutôt s'inquiéter de l'état d’Averill et de ses absences répétées et un peu trop longues à son goût. “Arrêtes Averill.. Il n'y a pas mort d'homme. Mon état n'est pas si horrible que ça.” Lui dit-il, haussant vaguement les épaules. “Je suis presque sûr que j'ai déjà fait pire.” Du coup.. pas la peine de s'en faire pour lui. Il va guérir comme il le fait toujours. Finalement, ils se mettaient à marcher vers la salle commune des Poufsouffles - ou en tout cas il pensaient qu'ils se dirigeaient vers cet endroit -, gardant sa main dans la sienne, toujours. Il aimait bien trop être en contact avec elle. En même temps, qui n'aimerait pas ? Quelqu'un de totalement débile. Enfin, de pas totalement sain. Pour l'humble avis de Torin en tout cas. Fronçant les sourcils, il caressant doucement la main de la jeune femme quand il l'entendait parler de sa maladie. Enfin, du moins qu'elle était malade, mais qu'elle allait mieux. Plissant les yeux, il hochait lentement la tête, clairement pas convaincu par ce qu’elle lui disait. Faut dire qu’il était tout de même assez suspicieux en temps normal donc bon... “Tu es sûre que ça va mieux ?” Il faut dire aussi qu’il avait vu la rouquine agir quand ils n’étaient pas ensemble, et il ne dirait pas qu’elle allait spécialement mieux. Enfin, il en avait pas vraiment l’impression, mais peut-être qu’il se trompait. Il doutait tout de même de ça, il ne se trompait pas souvent. Ça arrivait bien parfois, mais c’était tout de même assez rare d’après lui.

Finalement, ils se retrouvaient tous les deux devant la porte de la salle commune des Poufsouffles. Il l’écoutait parler, pinçant doucement les lèvres quand il l’entendait lui dire qu’elle s’inquiétait pour lui. Il n’aimait pas vraiment ça. Savoir qu’elle s’en faisait pour lui alors qu’elle n’en avait pas besoin le faisait tout de même assez culpabiliser. Elle n’avait décemment pas besoin de se faire autant de soucis pour lui, elle avait tout de même bien mieux à faire. S’avançant légèrement vers elle, il se décidait à passer ses bras autour d’elle, la prenant contre lui pendant un assez court lapse de temps. “Et ce jour n’est pas encore arrivée, en attendant… Ne t’en fais pas pour moi, d’accord ?” Demandait-il en caressant le dos de la jeune femme, ne tardant pas à se décoller d’elle, bien à contre coeur.  Puis, il hochait la tête quand elle s’en allait pour aller chercher il ne sait quoi, se contentant de s’adosser contre le mur pendant l’absence de la jaune. Il se demandait tout de même pourquoi elle lui avait dit de ne pas bouger - même si c’est quelque chose que l’on dit normalement -, Torin n’avait pas vraiment l’habitude de s’enfuir une fois qu’il avait réussi à mettre le grappin sur Averill. Du coup, elle pouvait bien s’assurer que Torin n’allait pas bouger d’un seul millimètre. Mais bon, elle ne prenait pas bien longtemps à revenir, pour le grand bonheur du lion.  Ils marchèrent dans les couloirs de Poudlard, sans dire un mot, ne tardant pas à se retrouver dans la Tour d’Astronomie, où il s’asseyait sur un tabouret quand Averill lui disait de faire. Pour une fois, il n’avait pas vraiment envie de faire le petit con, pas avec elle en tout cas. Grimaçant en sentant les cotons sur ses plaies, il prenait la parole. “Mais non, je ne finirais pas là-bas du moment que j’ai mon infirmière personnelle ici.” Il faut dire qu’il aimait beaucoup le fait qu’elle prenne soin de lui, il pourrait presque chercher des embrouilles et se battre uniquement pour ça. Ouais parce que ce n’était pas comme si le fait d’être blessé lui faisait réellement quelque chose ou non. Puis, fronçant les sourcils, il se décidait à relever tout de même la fin de sa phrase. “Comment tu sais que ce n’est pas un endroit de rêve ? Tu y es déjà allé ?” C’était tout de même une question dont il avait tous les droits de poser, après tout, il était son meilleur ami.  Même s’il aurait préféré être plus que ça, il devait remplir ses devoirs de meilleur ami avant tout, non ?
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Jeu 16 Fév - 19:58


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
La jeune femme regarde le Gryffondor en fronçant les sourcils. Ce qu'il y a de plus énervant chez les lions, c'est sans doute qu'ils prennent le fait de se taper dessus comme un sport national. Alors non, la rouquine n'aime pas spécialement cela, mais elle a appris à accepter Torin comme il est, tout comme il l'a acceptée avec ses défauts. Malgré à l'instant présent, ce n'est pas l'envie qui lui manque de lui voler dans les plumes.

-C'est à toi d'arrêter, Torin. Ton but, c'est de te faire tellement tabasser que t'arriveras plus à parler, c'est ça ? C'était quoi cette fois ? On t'a jeté un regard de travers ?

Ne souhaitant pas se prendre la tête avec lui alors qu'elle venait tout juste de revenir, elle attrapa sa main de la sienne, afin de s'éloigner de la grande salle où ils étaient en train de se donner en spectacle, pour l'emmener à l'infirmerie. Seulement la rouquine changea d'avis en cours de route, se disant qu'elle avait suffisamment vu madame Pomfresh pour l'année à venir, elle aller se servir de sa propre réserve. Ce n'est pas comme si c'était la première fois qu'elle soigne le Gryffondor de toute façon. Le tirant doucement derrière elle, le sang pur regarde droit devant elle, sans oser lui jeter un regard. Sa question la rend tendue, parce qu'elle n'a pas envie de lui mentir, mais en même temps Ave ne veut pas l'inquiéter. Alors la jaune hoche la tête, mais ne se tourne pas vers lui.

-Oui, ça va, t'inquiète pas.

La rouquine consentit à le regarder seulement une fois devant la porte de la salle commune des Poufsouffle. Les lèvres étroitement serrées, le regard inquiet, elle n'a pas pu s'empêcher de lui dire qu'elle avait peur pour lui. Comment pourrait-il en être autrement ? Torin est son meilleur ami, son pilier, son roc, elle a besoin de lui, et elle n'a pas envie de le voir brutalisé à chaque fois. Même si elle ne doute pas que bien souvent ce soit le lion qui entame les festivités. La jeune Macmillan se laisse aller dans ses bras en soupirant, refermant ses bras frêles autour de lui, nichant son visage dans son  cou, inspirant profondément son odeur rassurante alors qu'elle s'accroche à son t-shirt. Sans lui, il y a longtemps qu'elle se serait perdue.

-Tu peux pas me demander ça... Est-ce que tu arrêterais de t'inquiéter pour moi ?

La demoiselle lui dépose un doux baiser sur la joue avant de le laisser dans le couloir après lui avoir sourit. La rouquine s'éclipse dans sa salle commune, montant rapidement dans sa chambre pour récupérer son nécessaire de potion qui ne la quitter presque plus à présent, bien que cela ne fasse pas grand-chose. Une fois son trésor en main, elle ressortit toute aussi rapidement, pour entraîner de nouveau le lion avec lui, vers la tour d'astronomie. Durant la journée, c'est un peu leur coin à eux. Il n'y a jamais personne ici, puisqu'elle sert uniquement le soir, et la vue est imprenable. Parfois durant la nuit, ils arrivent à s'y faufiler, afin d'observer les étoiles et la pleine lune, chaque fois à son anniversaire, pour sûr, parce que lion sait que la jeune femme adore cela. Le sang pur l'assois sans ménagement sur un tabouret non loin, et s'occupe de ses blessures avec autant de délicatesse possible.

-Ce n'est pas drôle Tor'... J'ai vraiment pas envie de te voir à St Mangouste. Imagine s'ils sont plusieurs à te tomber dessus ? Tu vas finir par te faire des ennemis plus nombreux que tu ne peux en gérer... Et je deviendrais quoi sans toi, moi ? Je ne suis pas très douée comme infirmière...

Son geste s'arrête proche de sa plaie quelques secondes quand il lui demande si elle est déjà allée à l'hôpital des sorciers. Elle mord ses lèvres déjà bien abîmées dans un geste anxieux qui revient régulièrement ces derniers temps, et elle finit par reposer le coton et la potion en soupirant. Son regard vert se vrille quelques instants dans les yeux si particuliers du lion, une angoisse teintant les siens. Pas pour sa maladie, elle s'y est faite, mais elle redoute la réaction de son ami. Parce qu'elle ne veut pas l'inquiéter, ou le blesser. C'est une fatalité qu'il faut accepter, aussi dure soit-elle. À son tour elle finit par s'asseoir, et prend les mains du né moldu entre les siennes, jouant avec leurs doigts quelques instants. La rouquine prend le temps de respirer profondément avant de se lancer..

-Oui, j'y vais assez régulièrement ces derniers temps... La vérité, c'est que je ne vais pas si bien que cela..

La jeune femme passe l'une de ses mains dans ses mèches cuivrées pour les passer derrière son oreilles, détournant son regard pour pouvoir cracher le morceau.

-Il existe une maladie rare qui s'appelle Ignis veneficia...Je vais pas t'expliquer dans les détails mais... En somme, c'est un feu magique....

Elle qui a si bien accepté son sort, c'est rendu à l'évidence, elle n'arrive pas à dire la vérité crue à son amie. La rouquine finit par relever de nouveau son regard vers le blond, plongeant son regard dans le sien.

-Ma magie est en train de consumer mon corps, Torin....

La jeune femme n'arrive pas à lui dire qu'elle va mourir. Parce que d'un coup ça semble trop, un mot interdit, autant que Voldemort.. Elle n'y arrive pas, cela ne sort pas, ça reste coincé dans le creux de sa gorge.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Lun 20 Fév - 17:05

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

En l’écoutant, il ne pouvait décemment s’empêcher de pousser un soupir, parce que ce n’était pas vraiment son but sur le moment.En fait, ce n’était pas réellement son but de se faire tellement tabasser qu’il n’arrivait plus à parler. Il faut dire aussi qu’il faudrait être un peu maso pour vouloir voir ce genre de choses arriver, clairement. Mais bon, chacun ses goûts comme on dit ! En tout cas, ce n’était pas vraiment dans les goûts de Torin ou du moins, il ne le savait pas encore. Il n’était d’ailleurs pas vraiment persuadé de vouloir savoir ce genre de choses, pour être totalement honnête. Ça devait être plutôt étrange en soi, non ? Va savoir. En tout cas, lui, il ne voulait pas réellement savoir. Pas pour le moment. “Non, pas vraiment. Pour être totalement honnête, je n’ai pas vraiment de but quand je me bats. Désolé de te décevoir.” Lui répondit-il avec un sourire sur les lèvres. Clairement, il prenait toujours ça à la rigolade et n’était pas vraiment persuadé que ça allait beaucoup plaire à la rouquine, il n’en doutait pas un moment. Malheureusement. Puis, quand elle poursuivait, il pinçait doucement les lèvres. Il n’avait pas vraiment besoin de réellement lui donner une réponse, si ? Quoique… Il ne doutait pas du fait que s’il ne lui disait pas, elle n’allait pas le lâcher, et il comprenait tout de même. Il ne la lâcherait pas non plus à sa place. Du coup... “Oh, non, pour une fois ce n’était même pas juste un regard. Promis.” Lui dit-il avant de secouer doucement la tête de gauche à droite. Ouais, en fait, c’était uniquement une remarque sur son rang, son sang. Il était habitué, hein ! Mais ce n’était pas pour autant que ça ne l’embêtait pas tout de même. Finalement, alors qu’il marchait derrière elle, sa main dans la sienne. Le sujet des absences d’Averill était venu sur le tapis et quand elle lui disait qu’elle allait bien, qu’il ne devait pas s’inquiéter, il se contentait de hocher la tête, mais ça ne voulait pas dire qu’il allait le faire pour autant. Il n’allait très certainement pas arrêter de s’inquiéter pour elle. Jamais de la vie. C’était sûrement ça, et le fait qu’elle avait l’air de penser la même chose que lui qui le poussait à la prendre dans ses bras. Ses bras autour des hanches de la rouquine, il la maintenait bien contre lui. Il ne pouvait s’empêcher de remarquer que la jeune femme était à la parfaite taille pour ses bras. Aussi cliché que ça puisse paraître. Il fait dire qu’il pouvait être full on cliché pour elle, faut pas lui en vouloir. Esquissant un sourire à ses mots, il ne pouvait s’empêcher de lentement secouer la tête de gauche à droite. “Je ne pourrais jamais arrêter de m’inquiéter pour toi. Je pense que tu devrais le savoir maintenant.” Se contentait-il de dire avant de la laisser partir vers la salle commune après qu’elle ait déposé un baiser sur sa joue. Le pire dans tout ça, c’était qu’il avait réellement failli poser sa main sur sa joue comme dans une mauvaise comédie romantique.

Ils étaient arrivés bien rapidement dans la tour d’Astronomie, un endroit dont il était clairement fan, parce que c’était un peu leur petit coin à eux. L’endroit où ils pouvaient être seuls tous les deux sans que personne ne vienne les déranger. La Poufsouffle avait fini par asseoir le Lion sur le tabouret de façon assez abrupte, ce qui faisait tout de même un énorme contraste en comparaison avec la douceur dont elle faisait preuve en soignant ses plaies. Ce n’était d’ailleurs pas plus déplaisant en soi qu’elle ne le soigne pas en agissant tel un bourrin. Pas qu’il ne se soit attendu qu'elle ne le fasse… Peut-être si elle était énervée... “Et bien s’ils sont plusieurs à me tomber dessus… Il faudra uniquement que je redouble d’efforts. Tu devrais savoir que j’adore les challenges.” Ce n’était peut-être pas la chose à dire, mais depuis quand Torin disait les bonnes choses ? “Et je te promets que tu ne sera jamais sans moi. Je ne te lâcherais jamais. Puis, je suis persuadé qu’en continuant de t’entraîner sur moi… Tu seras une parfaite infirmière.” Annonçait-il avec un petit sourire, passant sa main dans la chevelure de la rouquine. Son sourire quittait néanmoins rapidement son visage alors qu’il fronçait doucement les sourcils en la voyant mordiller sa lèvre inférieure. Elle avait réellement l’air anxieuse, ce qui ne le mettait pas plus en confiance que ça, en fait. Au contraire même. Il s’inquiétait vraiment à ce qu’elle pouvait lui dire, ce qui pouvait inquiéter Averill, ce qu’elle allait lui dire. Ne la quittant jamais du regard, il la laissait prendre ses mains sans rechigner, lui laissant tout le temps qu’elle voulait pour se lancer. Il ne voulait tout de même pas la brusquer. Alors qu’elle parlait, il l’écoutait. Son regard restait sur elle et ses sourcils de plus en plus froncés. Il voulait attendre qu’elle ait fini pour lui dire quelque chose, et surtout pour tout comprendre. Il n’avait jamais entendu parler de cette maladie et bon sang, il aurait sûrement préféré ne jamais en entendre parler. Surtout quand il se dit que cette maladie, même si Averill ne lui avait pas dit clairement, allait la tuer. Il l’avait bien compris et ça avait eut l’effet d’une claque. Il espérait que quelqu’un allait venir dire que c’était une mauvaise blague, ou bien qu’il allait se réveiller d’un mauvais rêve. Mais il réalisait bien rapidement que non. Rien de tout ça n’allait arriver parce que c’était tout bonnement la dure réalité. La seule chose qu’il pu faire à l’écoute de cette déclaration, c’était se lever de son tabouret pour la prendre dans ses bras, même si cette dernière était toujours assise. Il la gardait contre lui comme s’il ne voulait jamais la laisser s’échapper, parce que c’était le cas. Il la serrait contre lui comme si sa vie en dépendait. “Je suis tellement désolé Averill…” Lui dit-il avant de déposer un baiser sur le front de la jeune femme. “Il… mh… Il n’y a pas de remède ?”
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Jeu 23 Fév - 21:44


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
Si Averill à toujours été une fille d'intelligence, elle aurait sans doute eu sa place à serdaigle, Torin est clairement l'inverse. C'est peut être pour cela qu'ils s'entendent si bien, les contraires s'attirent comme on dit. Pourtant, même si elle n'est pas de nature violente, parfois elle a bien envie de secouer le lion pour sa bêtise. Aucun but pour se battre ? Alors à quoi ça serre de taper sur les autres ?! Un passe-temps ? Un sport ?! C'est totalement ridicule et il est déjà arrivé à la rouquine de ne plus lui parler pour les même raisons... Mais au final, il revient vers elle, avec son visage d'ange, ses excuses sincère et elle lui pardonne. Parce qu'elle l'aime, qu'il est important pour elle, mais il recommence toujours.

-Tu sais ce que j'en pense. Et j'ai horreur de ça. C'est de la violence gratuite.

Plutôt ironique pour une fille qui souhaite épouser un futur mangemort. LE blond lui a déjà balancé au visage dans l'une de leur rare dispute. Il n'a pas tord, mais Torin n'est pas Regulus. Les deux ne ce comparent pas. Le rouge et or n'a pas une destinée sombre, la rouquine en est sûr. Il essaye juste de trouver quelques chose pour le rendre fort, mais il l'est déjà suffisamment à ses yeux. Peut être qu'un jour il finira par comprendre, et grandir... Même s'il a déjà bien grandit depuis leur première année.... Maintenant qu'elle sait que son temps est compté, elle se rend compte à quel point les années sont passées vite et qu'elle n'en a pas profité. Comme si tout lui était dû, tout lui était acquis. La rouquine s'arrêta brusquement de marcher pour se tourner vers son ami, le visage sévère.

-Parfois tu ferais mieux de te taire, Torin. Je trouve vraiment pas ça drôle, de te voir défiguré alors que j'ai était absente durant des jours ! J'aurais préféré qu'on fasse des choses ensembles, plutôt que de te faire soigner !

Parois elle était un peu sèche, mais il semblerait que ce soit le seul moyen pour faire revenir le lion à la raison. La sang pur soupira et continua son chemin, entrainant le né moldu derrière elle.... Né moldu, sang pur.... Des mots pour qualifier un "rang" imaginaire... Des traditions, des rumeurs... Son père lui a déjà dit qu'elle devait cesser de fréquenter Torin, et elle a toujours farouchement refusé. La rouquine serait perdu sans lui, et cette histoire de sang elle s'en moque. Finalement, revenu à de meilleurs sentiments et pour calmer ses nerfs, la rouquine se laissa entrainer dans les bras de son meilleur ami, profitant d'avoir retrouver leurs étreintes qui lui mettait du baume au cœur et la faisait ce sentir importante. La jeune femme resserra son emprise sur son t-shirt, et rit légèrement.

-Et tu sais que moi aussi... Alors pourrais-tu cesser de te battre sans arrêt ? S'il te plaît.

La jeune femme n'avait aucune envie de le changer : Il est courageux, brave, intelligent, rusé, borné, mauvais joueur, impulsif, protecteur, mais elle l'aime comme ça. Pourtant, se battre un peu moins lui ferait sans doute du bien. Et à son cœur aussi, puisqu'elle s'absente très souvent, et elle ne peux s'empêcher de se demander comment il va. Et surtout si lui et Regulus n'en sont pas venu aux mains. La jeune femme sait que ce n'est pas le genre du serpentard, mais bien celui du lion... De là à ce que l'héritier réponde ? Elle ne sait pas, mais elle a déjà beaucoup d'inquiétude et les émotions fortes ne sont pas bonnes pour elle. Finalement, rapidement les deux jeunes gens arrivent à la Tour d'Astronomie, leur petit lieu à eux. Le seul endroit ou ils peuvent être tranquille. L'endroit préféré de la rouquine, ou elle peut admirer les pleines lunes en compagnie du blond et fêter leurs anniversaires en toute simplicités.

Sans plus de délicatesse, elle a poussé le rouge sur un tabouret et c'est mise à soigner ses blessures. Malheureusement, ça devient une habitude. Au début ils en avaient plus ou moins rit, le lion lui avait dit que ça ferait un entrainement pour son futur métier de Médicomage, mais au final, elle ne trouvait plus ça drôle.... De toute façon, elle n'a plus d'avenir de ce côté là. En guise de punition, elle appuie un peu plus fort sur l'une de ses blessures, un brin sadique, mais ça devrait lui faire comprendre.

-T'es un gamin, St James. Qu'est-ce qu'il y a de drôle à ce faire taper dessus ? S'il y a que ça, joue au Quidditch.

Elle ne doute pas qu'il saurait gérer deux ou trois attaquants, même si ça lui fait mal de l'admettre et que c'est plutôt triste à avouer pour les conditions, il sait ce défendre. Un savoir faire venu de bagarres quotidien au cours des six dernières années. Malgré tout, ses mots l'adoucie et elle arrête sa tâche pour vriller ses yeux dans les siens. Une boule d'émotions ce forme dans sa gorge, Torin était le seul à la rendre si sensible... "Je ne te lâcherais jamais".... Oh, comme la jeune femme aimerait lui rendre cette promesse.... Mais ce serait un murmure emporté par le vent, parce que le mot jamais n'existe plus pour elle...Ses yeux si ternes se mettent à briller alors qu'elle le fixe, un léger sourire sur le coin des lèvres.

-Je serait là jusqu'au bout aussi... Mais je préférerais que tu m'évite ce genre d'entrainement.

Sa joue repose quelques seconde contre sa main quand elle vient se perdre dans ses cheveux, mais bientôt l'atmosphère se fait pesante. Elle hésite, les émotions lui tiraille l'estomac, mais elle lui dit ça. Torin est comme la deuxième partie de son âme, alors la vérité est dur à sortir. Parce qu'elle sait que ça lui fera de la peine... Parce qu'ils sont constamment ensemble depuis six ans... Et que même pour elle c'est difficile d'imaginer de le laisser seul... Alors que les perles salées viennent embrumés sa vie et serrer sa gorge, elle joue quelques temps avec leurs doigts entrelacés avant de balancer la bombe. Le silence s'installe quelques seconde, et elle attend une réaction. Comme un diable sorti de sa boîte, il se lève de son tabouret pour la prendre dans ses bras, et la rouquine lui rend son étreinte et fond en larme en s'accrochant à lui, comme son dernier espoir. Les billes transparentes dévale ses joues alors qu'elle recherche son souffle.

La jeune femme, ferme fort les paupières alors qu'il embrasse son front. Ses sanglots se calme et elle secoue doucement la tête, alors qu'elle tente de prendre suffisamment pour elle pour pouvoir parler... C'est tellement étrange la vie... Personne hors mis Torin ne l'a vue aussi.. Vulnérable.

-Pourquoi tu t'excuse ? Tu n'y es pour rien.... Mais non.... Il n'y pas de remède... Pas connu en tout cas... Ca fait des semaines qu'on me gave de potions, qu'ils testent des choses... Mais la recherche prend du temps.... Et c'est une chose que je n'ai pas.....

Alors qu'elle restait accroché à son t-shirt, son regard fixé sur le vêtement, elle relève finalement les yeux pour les plonger dans ceux atypique du lion, la vérité la frappant plus durement que jamais.

-Je vais mourir, Torin.  
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.



PAS CORRIGE

_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Ven 3 Mar - 20:27

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

“Je sais très bien ce que tu en penses, Ave.” Lui dit-il avant de pousser un léger soupir, fronçant les sourcils. Il savait très bien qu’elle n’aimait pas tout ça, qu’elle était contre le fait qu’il s’attaque à tout le monde, qu’il ne se mette à se battre contre la première personne qui passait, mais en même temps… Qu’est-ce qu’il était censé faire quand on le cherchait ? Se laisser faire ? Non, ce n’était pas lui du tout, il n’allait clairement pas se laisser attaquer, et puis même quand on ne le cherchait pas, il avait une bien trop grande gueule pour ne pas chercher son monde. Mais il ne fallait pas lui en vouloir, c’était comme ça qu’il était, comme Averill qui, elle, était douce. Les deux étaient donc bien différents l’un de l’autre, mais ce n’était pas pour ça qu’ils ne s’entendaient pas bien, au contraire. Même s’il avait pensé des choses pas vraiment des plus plaisantes sur elle, il avait bien rapidement remarqué que tout ce qu’il avait pensé, ce n’était que des conneries parce qu’elle était tout bonnement la plus parfaite des filles. Ce n’était donc clairement pas étonnant qu’il soit tombé amoureux d’elle. “C’est pour ça que j’essaie souvent de te garder ça caché, même si ça ne marche pas des masses, n’est-ce-pas ?” Ouais, faut dire que de toute manière, elle devait bien entendre tout ce qui tournait dans le château. “Mais niveau violence gratuite, on dirait tout de même que c’est quelque chose qui te plais assez, non ?” C’était sûrement bas, de ramener Regulus dans cette histoire, comme pour se chercher des excuses, mais il n’y peut rien. Il faut dire ce qui est, le fait d’épouser quelqu’un comme lui, ce n’est pas vraiment contre toute cette histoire de violence gratuite. Toute personne pourrait vous le dire, mais Torin n’allait pas passer tout son temps à critiquer les choix amoureux de la rouquine. Il n’avait pas envie de se disputer avec elle ou de faire toute une tirade. Marchant avec elle, il s’arrêtait en même temps quand elle faisait de même, son regard posé sur le rousse, il croisait ses bras sur son torse quand elle était entrain de l’engueuler. Enfin, pas vraiment, mais c’était tout comme tout de même. “On peut faire des choses ensemble, tu n’es pas forcée de me soigner tu sais..” D’un côté, ce n’était pas faux, vraiment. Quand elle n’était pas là, il ne faisait pas si attention que ça et pourtant, il n’était jamais mort. En tout cas, il ne l’était pas encore. Mais bon, il préférait arrêter de penser à cela et à se concentrer sur le jeune femme qui se retrouvait finalement entre ses bras. Ses bras autour de son corps, il se rappelait pourquoi il aimait tant rester contre elle. Elle se calait vraiment parfaitement contre lui et il aimait beaucoup ça. Comme si ça voulait dire que c’est tout de même comme ça que ça devrait être. Mais c’est clairement comme ça que ça devrait être : Averill dans ses bras et pas dans ceux de Regulus. Finissant par lever une main pour la glisser entre ses mèches, il hochait doucement la tête. “Je promets que je vais tenter d’arrêter. C’est déjà un bon début non ?” Demandait-il en haussant un sourcil, mais on ne pouvait dire que c’est vrai, non ? C’est déjà mieux que rien en tout cas. Tout est mieux que rien en fait, mais là n’est pas vraiment la question en fait… mais bon !

Une fois dans la tour d’Astronomie, assis sur la tabouret, il ne pouvait s’empêcher de grimacer parce qu’elle appuyait un peu de trop sur ses plaies. Cette fille était vraiment une sadique… Mais pour elle, il deviendrait bien maso. Ouais, aussi perturbant que cela ne puisse sonner. “Un gamin ? Sérieusement ?” Lui demandait-il en lâchant un léger rire, même si la situation ne devrait peut-être pas le permettre. “Je n’ai jamais dit que c’était drôle, et puis… Je n’aurais pas envie de faire partie de l'équipe de Quidditch… Ce n’est pas vraiment mon dada.” Déjà qu’il allait rarement voir les matchs alors y participer… Non merci. Son regard sur le sien, il lui faisait un sourire plutôt tendre quand il lui disait qu’il ne la lâchera jamais et qu’elle, elle réciproquait ces mots, entre autre. “J’espère bien que tu seras là jusqu’au bout. Je serais tout de même vexé si tu décidais soudainement que je n’étais plus ton ami.” Lui dit-il avant de plisser le nez. Il avait tout de même peur que ça arrive à un moment, qu’elle épouse Regulus et qu’il arrive à lui rentrer dans le crâne toutes ses histoires de sang pur, de né moldus et comme quoi ils ne devraient pas être ensemble ou d’autres conneries du genre. Des choses qui n’étaient pas bien plaisantes en soi en fait. Mais bon ! D’ailleure, la suite de la discussion n’était pas beaucoup plus plaisante. Ouais, elle l’était clairement moins. Bon sang, il détestait la voir pleurer… C’était juste trop  éprouvant et donc, il la reprenait contre lui, voulant la réconforter au maximum. La serrant fortement contre lui, il tentait d’avaler la pilule du mieux qu’il pouvait, ne sachant même pas ce qu’il pouvait réellement lui dire dans cette situation. Sérieusement, qu’est-ce qu’il était censé lui dire ?  Il ne s’état jamais trouvé dans cette situation auparavant ! “Je sais, mais… Je trouve tout de même que c'est totalement injuste, tu ne mérites pas ça.” Vraiment, ça ne pourrait pas arriver à quelqu’un d’autre, genre… Régulus ? Ce serait nettement moins embêtant. “Il… Te reste combien de temps…?” Demandait-il d’un air totalement inquiet, une de ses main se posant sur sa mâchoire qu’il caressait doucement du pouce. “Non, mais… Je t’interdis de mourir.” Lui dit-il en fronçant les sourcils, et franchement, il aurait pu craquer et se mettre à pleurer, mais il n’avait jamais été ce genre de garçon-là. Il ne pensait pas qu’il le serait un jour. En plus de ça, il pensait bien qu’il devrait rester fort pendant que la jeune femme flanchait, il devait s’assurer qu’elle allait bien. Il devait s’assurer qu’il serait l’épaule sur laquelle elle pouvait pleurer, son rock. Il ne pouvait décemment pas se montrer trop faible devant elle.
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Jeu 16 Mar - 9:14


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
La jeune femme pince les lèvres pour se retenir de lui demander pourquoi il continue ainsi alors, mais dans le fond, le blond ne lui doit rien. Elle n'est ni sa mère, ni sa soeur, ni sa femme. Alors à son tour elle soupir, parce qu'elle s'inquiète simplement pour lui. Averill ne veut pas qu'il soit grièvement blessé, soit blessé tout court d'ailleurs. Même si la plupart du temps elle sait, ce ne sont que des blessures mineures, elle ne peut s'empêcher d'angoisser. Mais lors de l'attaque du château, elle a eu réellement peur. Coincée à St Mangouste, la rouquine a fait des pieds et des mains pour pouvoir sortir et courir jusqu'à Poudlard s'il le fallait. Malheureusement, étant trop agitée et victime d'une crise de magie, la jeune femme s'est retrouvée assommée à l'aide d'une potion tranquillisante, bonne pour un somme de plusieurs heures.

-Je ne veux pas de mensonges entre nous. Tu es qui tu es, et y a longtemps que je t'ai acceptée comme ça. J'ai seulement peur pour toi..

Pourtant, sa pique la blesse profondément. Elle fait plusieurs pas en arrière, comme s'il l'avait giflé. Presque elle aurait préféré que ce soit le cas. La jaune sait à quel point le lion n'aime pas Regulus, mais parfois ses paroles peuvent être cruelles, voir crue. Comme maintenant. Son regard terne s'anime d'une flamme de colère alors qu'elle le dévisage.

-Tu n'es pas obligé de me cracher ton dégoût à la figure, Torin. Mais pour ta gouverne, non, la violence gratuite n'est pas quelque chose qui m'attire. Je pensais que tu me connais depuis le temps..

Beaucoup pensaient que Regulus était violent, parce que même s'il ne ce sert pas de ses poings, du moins hors mit avec Sirius, le futur héritier, reste un Black. La mort, la violence, la magie noire, tout cela l'entoure parce que ça va avec le titre. Et malgré tout, Averill sait qu'un jour cela viendra l'engloutir, même si elle tente de produire l'effet inverse. Elle n'a pas encore eu l'occasion de voir le serpent, parce qu'elle évite son chemin depuis son retour, mais au fond d'elle-même, elle se doute qu'il faisait partie de l'attaque. Est-ce lui qui avait raté Torin ? Est-ce que le lion était au courant et c'est pourquoi il lui balance cela en pleine face ? Peut-être, Mais sincèrement, à chaque fois qu'il la regarde comme si elle était simplement une fille idiote, vendue à un escroc, elle avait envie de le gifler et de s'enfuir, avec son semblant de dignité pour aller déverser ses larmes de rage dans un coin..

Son regard se porta de nouveau sur le blond, loin d'être calmée, parce que même si elle aime Torin, la rouquine n'est pas prête de lui pardonner ce pique. C'est tellement bas et méchant de sa part, que sa lui reste en travers de la gorge. Si elle aime tellement le lion, en partie, c'est parce qu'ils ne se jugent pas. Il avait appris à la connaître malgré le fait qui la prenait pour une fille superficielle, comme la plupart des gens dans ce château. Alors à chaque fois qu'il porte un jugement aussi blessant sur elle, le sang pur se braque, c'est normal, n'est-ce pas ? Personne n'aime être jugé, surtout pas son meilleur ami.

-Je ne vais te laisser comme cela. .

Son ton se fait cassant, ses phrases directes, pourtant, elle se laisse embarquer dans son étreinte, et son cœur se relâche. Le souvenir de sa maladie lui revenant en mémoire, elle prend sur elle, parce que la rouquine n'a plus envie de se disputer avec lui pour des choses si futiles. Elle ne veut pas qu'il garde ce genre de souvenirs. Posant sa tête contre son torse, la jeune femme ferme les yeux quelques instants pour s'enivrer de son odeur, un calme reposant s'installant en elle. C'est comme rentrer à la maison, chez elle. La rouquine s'accroche un peu plus à son t-shirt pour lui rendre son étreinte, avant de le relâcher, afin de lui faire un léger sourire alors que ses doigts se perdent dans ses cheveux de feu.

-C'est un début. Je ne dis pas que tu dois te laisser marcher dessus, mais n'utilise pas toujours tes poings pour te faire entendre..

Installé dans le calme de la tour d'Astronomie, où seule leur voix résonnait dans les grandes pièces ouvertes, le feu faisant balancer ses cheveux, Averill prend son temps pour désinfecter ses plaies d'une main tremblante. Oui, ce n'est pas la meilleure répartie, mais parfois elle avait l'impression que Torin était un enfant capricieux.

-Oui, vraiment. Tu es puéril parfois, je ne dis pas que je n'aime pas ce côté de ta personne, mais tu t'enflammes pour des choses qui n'en ont pas l'intérêt. Tu ne veux vraiment pas me dire pourquoi tu lui as tapé dessus.
?


Un léger sourire étire ses lèvres quand il parle du Quidditch. Averill non plus n'est pas une acharnée de ce sport contrairement au reste du monde sorcier. Elle va voir les matchs des Serpentard, pour admirer Regulus et le soutenir, et de Poufsouffle, pour Simon, mais hors mit les matchs de ses amis, la plupart du temps elle préfère rester au château, en compagnie de Torin. Profiter du silence de l'endroit alors que les autres se cassent la voix pour encourager leur équipe favorite. Posant le coton sale dans un coin, elle range ses affaires, alors qu'une promesse se murmure. Son regard tendre mais voilé d'une certaine tristesse fixe le blond, avec son sourire qui lui fait chavirer le cœur.

Merlin seul sait comme Torin peut attirer de nombreuses filles, et elle ne sait même pas s'il s'en rend compte. La rouquine ne peut pas nier qu'elle puisse être jalouse parfois, parce qu'elle a toujours peur qu'on lui vole, qu'elle perde son appui, son ami, sa moitié. Alors la jaune peut facilement comprendre ce qu'il ressent par rapport à Regulus. Ses doigts frêles repoussent une mèche blonde qui vint se perdre devant ses yeux, alors qu'elle lui sourit.

-Pourquoi, je ne voudrais plus de toi comme ami ? Tu es ma moitié, Torin. Je ne pourrais pas me passer de toi, même si je le voulais. Tu feras toujours partie de ma vie, et de mon cœur.

Peu importe la nature de leur sang, où des autres relations qu'elle peut avoir. Elle a beau aimer Regulus, au point de souffrir en silence, jamais elle ne pourrait abandonner le lion. Et la rouquine se doute que le serpent ne lui demandera jamais une chose pareil, puisque lui-même semble éperdument accroché à Oswin.. Beaucoup trop. Refoulant cette pensée, la jeune femme finit par admettre la terrible vérité à son ami de toujours alors qu'elle fond en larmes. Quand on lui a annoncé, la sang pur n'a même pas pleurée, pourtant, à présent à affronter le regard du lion, elle se sent plus faible que jamais. Ses barrières éclatent, alors qu'elle s'accroche à ses épaules, son corps secoué par les sanglots, noyant son t-shirt sous un déluge de larmes. Prenant son temps pour récupérer un minimum de calme et pouvoir aligner de mot, elle se recule juste suffisamment pour pouvoir plonger ses yeux dans les siens.

-Ce n'est pas quelque chose que l'on mérite ou non. Mais honnêtement je ne sais pas. Il y a quatre phases, et j'en suis déjà la phase deux... Ils ne savent pas réellement comment elle se développe, c'est une maladie trop rare pour avoir un maximum d'informations. Mais il semblerait que cela change d'une personne à un autre. Il peut me rester une semaine, comme trois ans. Mais en général c'est une maladie très rapide...

Sa gorge se serre de le voir si paniqué, si triste. Des perles salées s'échouent silencieusement sur ses joues alors qu'il lui caresse la mâchoire, emprisonnant son visage comme pour l'interdire de se soustraire à son regard. Ses propres mains tremblantes s'accrochent à sa nuque, alors qu'elle secoue la tête, laissant échapper un rire sans joie.

-Je n'ai pas envie de mourir, crois moi, j'ai bien trop de choses à vivre avant. Mais c'est comme cela, je ne peux pas choisir, et je ne pense pas finir l'année, Torin. Je ne peux pas t'expliquer, mais je le sens, ça me consume... Et je ne peux rien faire pour l'arrêter. Je pourrai te faire du mal sans même le vouloir..
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Mar 28 Mar - 19:08

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

" Ne t'en fait pas. Il n'y a pas de mensonges entre nous. Je pense que ce toute manière, je ne pourrais clairement pas te mentir sans me sentir coupable." Le pire, c'est que c'était réellement vrai, il ne pensait pas qu'il pourrait mentir à la jolie rouquine sans que ça ne lui fasse quelque chose de déplaisant en contrepartie, sans qu'il ne se sente coupable jusqu'au fond de lui, mais qui peut le blâmer, sérieusement ? Sûrement pas beaucoup de monde. Tout le monde avait cette personne à qui il ne pouvait pas mentir, à qui c'était une chose totalement impossible. Pour lui, c'était Averill, ça avait toujours été le cas. Bon, sauf si on mets de côté les mensonges par omission, ça c'était une toute autre histoire tout de même. Mais bon. Il était tout de même vraiment heureux que, comme elle le dit, elle l'acceptait complètement pour ce qu'il est, mauvais côtés inclus et c'était réciproque. Même s'il ne voyait pas vraiment de mauvais côté chez la rouquine. Elle était si douce, si adorable.. comment quelqu'un pourrait lui trouver quelque chose de négatif ? Ça l'intriguait tout de même. Ou peut-être que c'est le charme qu'elle a sur lui qui parle, qui sait ? Va savoir. " Tu veux vraiment que je te répète que tu n'as décemment pas besoin de t'en faire pour moi, même si c'est plus fort que toi ? Je suis un grand garçon." Lui dit-il avant de lâcher un petit rire. Il ne la réprimandait pas, au contraire. Il trouvait ça vraiment touchant toute l'attention qu'elle pouvait lui porter, ça lui mettait du baume au coeur, ça lui ferait presque avoir les papillons dans le coeur dont tout le monde parle. Finalement, il pinçait les lèvres quand elle poursuivait, c'est vrai que ce qu'il lui avait dit, c'était tout de même de la méchanceté gratuite et plutôt bas en soi. Il n'aurait clairement pas dû lui dire ça, puis pas comme ça, mais il ne pouvait plus faire machine arrière maintenant. Ce qui est dit était dit et c'est tout. Malheureusement." Je le sais. Désolé d'avoir dit ça." Lui dit-il du même air qu'un gosse venant de se faire enguirlander par sa mère, mais il n'empêche qu'il trouvait tout de même ça ironique qu'elle lui fasse des remarques là dessus quand on voit de qui elle était éprise, mais il n'allait pas faire plus de remarques à ce sujet. Il savait pas envie que tout parte en sucette parce qu'il est un crétin. C'est sûrement pour ça que malgré le fait qu'elle n'avait pas vraiment l'air encline à une étreinte, il la prenait tout de même contre lui, parce que c'était une des choses qu'il avait l'habitude de faire pour la réconforter ou pour tenter de la calmer quand il dérapait, ce qui, même étant rare en temps normal, pouvait arriver quand le sujet venait à ce genre de choses, ou à Regulus. Même s'il y avait des moment où il arrivait parfaitement à se contenir, il y avait les moment où il n'arrivait tout simplement pas. C'est moche la jalousie. Caressant ses cheveux durant l'étreinte, il la regardait avec un sourcil haussé lorsqu'elle était terminée, un sourire amusé sur le bout des lèvres. " Et du coup.. Si je dois éviter d'utiliser mes poings, je dois utiliser ma bouche ou mes mots ? C'est tout de même vachement civilisé tout ça." Pas qu'il ne l'était pas, mais quand on voit la raison qu'il avait de se comporter avec le monde qui l'entoure, parfois on pourrait se demander s'il n'a pas du sang d'homme de cromagnon dans les veines.

Une fois dans la salle d'astronomie, il ne pouvait s'empêcher de pousser un long soupir quand il entendait la jeune rouquine lui dire qu'il était puéril, mais le pire c'était que dans cette situation, il ne pouvait pas vraiment la nier. Le fait de se battre pour des broutilles n'était pas là chose la plus mature qu'il ait faite de sa vie, mais tant pis."Je n'y peut rien si j'ai le sang chaud." Lui dit-il avant de pousser un long soupir. À ce niveau là, ce n'était même plus chaud. C'est carrément bouillant. On y peut rien. "En plus.. Je saurais pas vraiment te dire si c'était totalement stupide. En y repensant bien, je pense que ça l'était. En fait, c'était juste qu'il me traitait toujours de Sang-de-Bourbe. Même si ça arrive toujours, je ne peux pas dire que ça ne commence pas à me taper sur les nerfs de temps en temps." Puis finalement, ils en venaient au fait qu’il devrait songer à rejoindre l’équipe de Quidditch pour ses pulsions violentes, mais il lui disait bien rapidement que ça n’était pas vraiment son truc toute cette histoire, ça ne l’avait jamais intéressé plus que ça. Que ce soit à regarder ou à jouer. Gardant son regard fixé sur elle, il passait sa langue sur ses lèvres pour les humidifier alors qu’elle retirait une de ses mèches blondes de sa vue. Il aurait presque envie de lui demander de répéter une nouvelle fois ce qu’elle avait dit à propos du fait qu’il était sa moitié et qu’elle ne pourrait pas se passer de lui. C’était très clairement un son si doux à son oreille. Si seulement elle savait à quel point il souhaiterait que tout cela n’était pas une déclaration platonique… Mais il avait tout de même appris à se contenter de ce qu’il avait, parce que c’était déjà très bien. Clairement. “Tu sais que tu es quelqu’un d’adorable ?” Lui demandait-il en penchant la tête sur le côté, un petit sourire sur le bout des lèvres, mais ce sourire ne tardait pas à s’envoler rapidement.

A la seconde même où il avait compris où elle voulait en venir, où il avait compris ce qui allait arriver à la rouquine, il ne pouvait s’empêcher de sentir son coeur se serrer, parce qu’il ne voulait pas voir ça arriver, jamais. C’était bien trop horrible cette annonce, il n’avait pas été prêt. Il ne le sera clairement jamais. Tout le temps où elle pleurait, il la gardait contre lui, pour la réconforter, lui montrer qu’elle est là. Pour tout simplement ne pas la lâcher, parce qu’il n’avait pas envie de voir ça arriver. Ce serait bien trop affreu à son goût. Il ne pensait pas qu’il serait prêt à un moment ou à un autre de sa vie. Non. L’écoutant attentivement, il posait une de ses mains sur la joue de la jeune femme, caressant doucement cette dernière. “Tu es malade depuis quand ?” Lui demandait-il en fronçant doucement les sourcils, normalement… On pourrait s’en douter du temps qu’il lui restait à vivre si on se fiait à la rapidité à laquelle elle était arrivée en deuxième phase, non ? “Je te promets que peu importe le nombre de temps qu’il te reste… Je resterais toujours à tes côtés.” Toujours là pour s’occuper d’elle si elle en avait besoin, ou pour la faire se sentir normale. C’était pour ça qu’il ne pensait pas qu’il allait soudainement la traiter différemment. Elle ne le voulait sûrement pas et s'assurerait que ça n’arrive pas. Du moins, il allait faire de son mieux. Puis l’entendre lui dire qu’elle pensait ne pas finir l’année… C'était bien le pire. Il sentait son coeur se briser en milles éclats, comme si quelqu’un l’avait piétiné. “Non.. SI ça se trouve… Tu va vivre encore longtemps. J’espère que c’est le cas. Peut-être que même si ça te consume… Ca va prendre un temps fou avant d’arriver à… La fin.” Il n’arrivait pas à se résoudre à le dire explicitement.Posant un baiser sur son front, il fermait les yeux.
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Mer 5 Avr - 11:27


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
-C'est un bon point, parce que je ne me sens pas capable de te mentir non plus.

En fait, elle n'a jamais cherché à le faire. Averill sait qu'elle peut tout lui dire, que ce soit bon à entendre ou pas. Que ce soit au sujet de Regulus, tout comme elle supporte qu'il parle d'autres filles, même s'ils n'aiment pas cela, comme des sujets plus joyeux. Il n'y a pas de tabou, et elle ne souhaite pas qu'il y en ait. Elle l'aime énormément, peut-être plus que des meilleurs amis normaux, mais elle s'en fiche des "tu devrais". Son sang lui impose déjà beaucoup de limite de conduite, et même si elle se sent proche de l'héritier Black, elle se force toujours d'avoir un minimum de "gainages" de son rang, parce qu'elle ne veut pas qu'il la voit différemment. Parce qu'elle le sait tellement attaché à sa famille, que la rouquine a peur que si elle se laisse aller totalement à être elle-même, il la verra différemment. Le lion est bien le seul à la connaître sans artifices, et elle a besoin de cela. Alors oui, elle s'inquiète pour lui, forcément. C'est ce que l'on fait quand on tient à une personne.

-Ce n'est pas quelque chose qui ce contrôle, Torin. Je le fait parce que je t'aime beaucoup, et même si je pouvais y faire quelque chose, je ne changerais rien. C'est une preuve qu'ont tient à quelqu'un.

Une preuve d'humanité, ce qui fait cruellement défaut dans certaines familles de sorciers. La sienne, et les trois quarts des sangs purs sans doute. Bien que sa mère se construise ce masque, elle sait qu'elle peut être douce, comme sans pitié. Et c'est peut-être cela qui fait peur à Averill... Changera  t elle à ce point, si un jour, par on ne sait, quel miracle, elle arrive à se marier avec Regulus ? Elle n'aura probablement pas le temps de changer, mais quand elle regarde.... La plupart des épouses de leurs rangs sont devenus ainsi... Sauf la tante de Regulus.. Bellatrix, cette femme n'a clairement pas les idées en place. Qu'importe, Torin semble penser la même chose, aux vues de l'horreur qu'il lui balance au visage. Et cela lui fait mal, à la jaune. Plus mal que ce stupide feu magique qui la consume..

-Cela ne suffit pas d'être désolé, Torin ! Tu sais à quel point ça peut être blessant que tu me vois comme ça ? Tu crois que j'ai envie de devenir comme ma mère ? Tu crois que si je tente d'épouser Regulus, c'est pour la violence de sa famille ?! Il n'est pas trop tard pour lui !... Je suis loin d'être idiote, si c'est ce que tu penses.

la jeune femme peut supporter le jugement de beaucoup de personnes, mais certainement pas celui de Torin. Elle est beaucoup trop attachée à lui pour qu'il la traite de la sorte. Pourtant, elle fond comme neige au soleil à son air désolé, et se laisse entraîner dans ses bras pour profiter de la chaleur réconfortante de son corps. Même si elle brûle de l'intérieur, elle a toujours l'impression d'être faite de glace, ce froid qui lui ronge les os. Et la chaleur de Torin la réconforte bien plus que n'importe quel feu, magique ou non. La sorcière s'accroche à son t-shirt, le visage caché dans son cou, profitant de ses caresses sur ses cheveux qui semblent effacer la peine de son cœur, avant de se détacher de lui. Sa réplique lui arrache un léger rire, Oh !. Comment pourrait-elle faire sans lui ? Elle espère sincèrement qu'il pourra toujours offrir au monde ce sourire éblouissant quand elle sera partie. Ce serait une grande perte sinon.

-Je ne suis pas sûr que tu sois très doué pour cela, c'est plus mon domaine. Mais l'ignorance peut être un bon moyen.

Installé dans leur coin, leur petite tour, Averill s'occupe des blessures superficielles du lion. Heureusement, rare sont les fois ou il est blessé gravement. Parfois la jaune se fait l'impression d'être sa mère, mais il ne peut nier que, parfois, il se bat pour des broutilles. La jeune femme ne peut se retenir de lever les yeux au ciel quand il lui dit d'avoir le sang chaud. Par Merlin, elle n'est pas certaine qu'il y ait une expression pour expliquer à quel point Torin peut être impulsif. Mais sa réponse l'arrête net, et fait naître la culpabilité dans son palpitant. Un soupçon de colère lui fait lever les yeux vers lui. Ce que les gens peuvent être idiots ! Le jeune homme est dix fois plus loyal et honorable que la plupart des sangs purs..

-ça ne l'était pas... Je ne te dis pas de te battre tout le temps pour cela, mais tu as le droit de te défendre pour ça. Ils sont stupides... Parce qu'ils ont de l'argent et des sorciers dans leurs familles, ils se croient au-dessus. Tu as le droit de les remettre à leur place, mais si tu veux sincèrement leur cloué le bec, il vaut peut-être mieux un duel, avec vos baguettes, plutôt qu'avec vos poings..

Dans le club de duel, entouré par un professeur, ce serait mieux. les sangs purs peuvent être tellement fourbes que la rouquine à bien peur de quoi ils seraient capables avec la magie pour donner une leçon à Torin. Merlin seul sait qu'elle n'accepterait pas de le voir blesser pour une stupide question de sang. Le sujet se fait plus léger, une fois tout le monde calmé et les blessures soignées. La jeune femme déplace une de ses courtes mèches blondes, et son sourire lui réchauffe le cœur. Sa main se glisse sur sa joue légèrement râpeuse à cause de sa barbe naissante, et elle sourit légèrement à son tour.

-Je sais ! Adorable est mon deuxième prénom.... Promet moi que tu n'arrêteras jamais de sourire, ce serait dommage de priver les demoiselles d'un tel trésor..

C'est sans doute ce qui l'a attiré en premier chez lui. Beaucoup son focalisé sur ses yeux différents, la rouquine ne remarque que son sourire, puis l'éclat moqueur dans ses pupilles, sa mâchoire qui se contracte quand il est énervé mais qu'il se retient, puis la chaleur de ses bras. Mais bientôt le sujet devient pesant, parce qu'elle doit lui dire la vérité. Et tout le poids qu'elle retient depuis des semaines s'abat sur elle comme l'épée au-dessus de sa tête, et la jaune se laisse aller dans ses bras en pleurant toutes les larmes de son corps. Ses sanglots la secouent alors qu'elle est entourée de ses bras, comme un bouclier pour la protéger du monde, de cette maladie qui la consume. Il lui faut un moment pour que la rouquine se calme et se redresse, le visage ravagé par les larmes. Ses doigts se glissent sur sa joue, effaçant les perles salées, et Averill tente de répondre à ces questions.

-quelques semaines... Tu te souviens de mes grosses migraines ? Il semblerait que cela ait commencé à ce moment-là.

Il y a quelques mois, la jeune femme à commencer à avoir des migraines, rien d'extra, cela arrive à tout le monde. Mais aux files du temps, elles sont devenues plus fortes, et Averill a simplement cru qu'elle travaillait trop. Jusqu'à sa crise dans la cuisine, avec Regulus. Même si ce fut un choc pour le serpentard, elle remercie Merlin que ce ne soit pas arrivé en présence de Torin. Elle n'aurait pas voulu lui infliger ça. Sa promesse lui arrache un sourire humide, alors qu'elle hoche la tête, prenant une profonde respiration pour se calmer. C'est tout ce qu'il lui fallait. Elle n'a pas besoin de répondre à ça, la jeune femme sait à quel point Torin sera un pilier pour elle, comme toujours. Mais le reste devient pénible et elle secoue vaguement la tête, tandis que des larmes silencieuses continuent de tracer leurs routes sur les pommettes de la rouquine.

-J'aimerais.. Vraiment. Tu ne sais pas le nombre de choses que j'aimerais vivre encore... peut-être que tu as raison, mais ne fonde pas trop d'espoirs là-dessus..
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Sam 15 Avr - 21:18

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

“De toute manière, je ne vois pas quel intérêt il y aurait dans le fait de se mentir l’un à l’autre.” Lui dit-il en plissant doucement le nez, parce que c’était clairement la vérité. Pourquoi mentir à Averill quand elle pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert ? Enfin, pas sur tout, il l’avait remarqué au bout d’un moment. Sinon, elle aurait déjà remarqué les sentiments qu’il éprouvait à son égard. M’enfin bon ! La regardant, il hochait doucement la tête, c’est vrai que c’était quelque chose qu’il ne pouvait décemment pas nier. Ils ne contrôlent pas le fait de se soucier l’un de l’autre, et d’un côté, ce n’était pas plus mal. Pas qu’il pensait que ce ne serait pas le cas, qu’elle ne se souciait pas si ça n’était pas naturel. En tout cas, lui savait qu’il s'inquièterait  de toute manière pour la rouquine. Il ne pouvait clairement pas s’en empêcher, on y peut rien. “Je tiens aussi à toi et je t’aime également.” Lui répondit-il. Parfois, il pensait même l’aimer trop, mais pour être totalement honnête, mais ce n’était pas comme si ça allait déranger grand monde. Il pensait même que c’était pas plus mal en fait. Il faut dire que c’est mieux que de ne pas assez l’aimer, si ?
Il sait qu’il l’a vexée, qu’il lui a fait du mal en lui balançant ça en pleine tronche, mais en même temps.. Qu’est-ce qui lui fait dire que ce n’est pas vrai ? Qu’elle ne finira pas comme toutes les épouses de sangs-pûrs ?! Il pensait bien qu’elle n’était pas comme ça, qu’il en faudrait beaucoup pour qu’elle devienne comme eux… mais comment en être certain ? Tout ce qu’il savait, c’était qu’il n’aurait pas dû lui balancer ça à la gueule. C’est pas quelque chose qu’il aurait dû faire, mais il faut dire qu’il n’avait pas pu s’en empêcher. Malgré le fait que ça puisse lui faire du mal. Il était souvent comme ça, en plus. Peut-être qu’il devrait se mettre à tourner sa langue dans sa bouche à quelques reprises avant de parler. Ce serait sûrement mieux pour tout le monde. Ce serait mieux si tout le monde faisait ça en fait, mais bon. “Tu sais que je ne te vois pas comme ça, c’est les autres que je vois comme ça. Et, je ne l’espère vraiment pas, mais peut-être que tu finiras comme elles..” Dit-il en fronçant doucement les sourcils. “Puis, qu’est-ce qui te fais dire que ce n’est pas trop tard pour lui ? Peut-être qu’il est tout simplement comme le reste de sa famille. Qu’il le cache juste quand il est à tes côtés.” Va savoir, ça ne l’étonnerait pas s’il jouait à un jeu, qu’il n’était pas franc avec elle. “Et puis, est-ce que j’ai au moins mentionné le fait que tu sois stupide ? Parce que tu es la personne la plus intelligente au monde à mes yeux.”
Une fois que la rouquine était dans ses bras, on pouvait dire que tout allait mieux, vraiment. C’était toujours le cas. Du moins, pour lui. Il ne sait pas vraiment si c’était le même ca pour Averill, mais il espérait tout de même que ce soit le cas. Passant une de ses mains dans la chevelure rousse de la jeune femme et l’autre sur le bas de son dos, la caressant d’un mouvement réconfortant, quasi protecteur. Quand elle se détache de lui et qu’il entends ce rire si mélodieux, il ne pouvait s’empêcher de sourire de plus belle. Ce son était réellement comme une musique à ses oreilles. “Tu serais entrain d’insinuer que je suis un ignorant ?” Demandait-il en haussant doucement un sourcil, ne pouvant s’empêcher de lâcher un léger rire.

Les deux se retrouvaient dans la tour, dans leur petit coin tranquille et c’était tellement mieux. Il aimait tellement le fait d’être seul avec elle, sans que qui que ce soit ne vienne les distraire l’un de l’autre. Torin ne pouvait s’empêcher d’esquisser un petit sourire lorsqu’il la voyait lever les yeux au ciel, c’était plutôt comique de voir ça en fait. Même si ce n’était peut-être pas vraiment des plus normal qu’il trouve ça amusant, voir même adorable. “Peut-être qu’ils sont au-dessus. J’veux dire, c’est vrai qu’à cause de ça… Ils sont tout de même mieux placé au niveau magie et économique, mais bon.” Il haussait ensuite les épaules. Bon, niveau personnalité, ils étaient pas vraiment au dessus de lui, mais bon.. On fait avec. “Mais, c’est vrai que peut-être que je devrais user de ma baguette.” En plus, peut-être que comme ça, il arrivera à les blesser plus rapidement avec certains sorts sans même avoir à se faire un tout petit peu blesser. Quoique… Ce serait tout de même assez dommage en fait, le fait qu’il ne puisse plus se faire soigner par la belle Averill. Ce serait une énorme perte pour toute l’humanité. Mais bon, peut-être qu’il serait bien moins doué qu’eux et se prendrait une énorme raclée. Ce n’est pas une chose à laisser de côté.
Il ne pouvait s’empêcher de laisser un petit rire quitter ses lèvres quand il entendait la phrase de la jeune femme alors qu’il aurait presque envie que sa main reste à tout jamais à cet emplacement. “Je n’ai peut-être pas envie que d’autre demoiselles ne le voit ? Mais je dois dire que c’est le cas pour toi aussi. Ton sourire est bien plus beau que le mien.” Le sourire de la jeune femme pourrait rendre n’importe qui bien plus heureux soudainement, il était si contagieux. En plus de ça, il ne la rendait que plus belle. Déjà qu’elle était vraiment magnifique à la base…
Le sujet ne restait finalement pas si ‘joyeux’ et devenait bien rapidement un peu trop sombre à son goût, ne ressemblant qu’à une mauvaise blague. Quelque chose que Torin n’avait pas envie de voir arriver, qu’il ne voulait pas que tout cela soit réel. Vraiment pas. Mais c’était le cas, et il ne pouvait pas vraiment faire quoi que ce soit d’autre maintenant, ni même jamais en fait. Le fait de la voir pleurer était tout bonnement encore pire que le reste, c’était sûrement pour ça qu’il ne faisait que de la serrer un peu plus contre lui, mais sans pour autant l’écraser. Hochant la tête quand elle lui parlait, cet air inquiet toujours sur le visage, il se pinçait les lèvres. Ouais, il se rappelait de ces moments où elle avait des migraines probablement horrible. Il l’écoute parler ensuite, quand elle dit qu’il ne devrait pas fonder trop d’espoirs là-dessus et le pire dans tout ça, c’était qu’il s’en doute.. Il se doutait clairement qu’il ne devrait pas espérer encore et encore qu’elle vive pendant des dizaines et des dizaines d’années. Ce n’était pas possible. Et le voilà maintenant qui gardait le regard sur elle avant de poser ses mains sur les joues de sa meilleure amie, prenant une grande inspiration. Il avait besoin de faire ce qu’il allait faire, mais il n’était pas vraiment persuadé que c’était la meilleure chose à faire sur l’instant. Peut-être que ça n’allait être qu’une connerie aux vues des circonstances. La maladie, le mariage, d’autres choses. Plein d’autres choses qui feraient que ce n’était pas le moment et pourtant, il ne lui fallait pas beaucoup de temps avant de se rapprocher un peu plus pour presser ses lèvres sur les siennes avec le plus de tendresse possible.
Made by Neon Demon

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Lun 24 Avr - 19:24


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
Beaucoup de personnes mentent dans l'entourage d'Averill, elle-même le fait, mais pas pour les mêmes raisons. Ses parents lui mentent. Regulus, ceux qui se disent être ses amis, ses connaissances... C'est presque devenu un mode de vie. Tu ne peux pas survivre parmi les sangs purs si tu ne sais pas mentir aussi bien que tu respires. Alors, elle espère sincèrement que Torin ne lui n'a jamais menti, mais elle a le sentiment que non, et sa confirmation lui arrache un léger sourire. Effectivement, il n'y a aucune raison, ils se connaissent comme des livres ouverts, ils découvriraient de suite le problème. Tout comme le lion a tout de suite deviné qu'elle n'aller pas bien.

Dans le fond, même si Torin grognait parce qu'Ave s'inquiétait pour lui, ça ne le dérangeait pas plus que cela. En revanche, si elle n'en avait rien à faire, la rousse est quasiment sûre que ça le blesserait. Elle en tout cas, cela la blesserait. Parce que ça voudrait dire qu'il n'aurait rien à faire d'elle. De simple mot peut réchauffer une personne, la faire se sentir mieux, et aussitôt la déclaration du blond eut cet effet sur le stress de la jaune. Mais les bons moments sont toujours de courte durée, et forcément Torin n'a pas pu s'empêcher de mettre Regulus sur la table. La jeune Macmillan sait à quel point le lion peut être brut de décoffrage et parfois, aller trop loin dans ses propos. Malgré tout, à chaque fois il arrive à la blesser. Elle ne sait jamais s'il en fait exprès, s'il essaye de lui prouver quelque chose ou si ce n'est pas volontaire.

Averill n'a aucune envie de ressembler au tableau que Torin dépeint d'elle dans quelques années. Elle connaît quasiment toutes les familles de sangs purs. Il y a les femmes fières et snobinardes, qui s'accommodent très bien avec leur statut. Il y a celles qui sont devenues froides et carrément haineuses, à cause de toutes les règles, les obligations, la rage... Et puis il y a celles comme sa mère... Qui se taisent, gardent la tête haute et semble fière d'être proche de leur mari, mais qui regrettes chaque jour sa vie, qui donnerait beaucoup pour être ailleurs. La rouquine n'a pas envie de ressemblait à aucune d'entre elles. Malgré tout, comme le lion, parfois elle avait peur en regardant à travers le miroir de se voir changer. Et à un moment de sa vie, elle était sur la bonne voix... Devenir une pimbêche, arrogante et hautaine... Jusqu'à ce qu'elle tombe bas, elle aussi, amoureuse d'un homme qui ne le sera probablement jamais.. Sans compter sa maladie. Et elle a compris qu'elle ne pourrait jamais faire semblant. La jeune femme balança le coton sur la table et se releva, l'envie de marcher un peu pour se calmer faisant fourmiller ses jambes..

-Je pensais que tu me connaissais mieux que ça ! Tu crois pas que ça me fait peur à moi aussi ?! J'aimerais que toi au moins, tu ne penses pas ça de moi..

Elle soupira en dégageant les mèches rousses devant son visage, avant de retourner à sa place en face de lui. Ave n'a jamais réellement compris pourquoi le serpent et le lion ne peuvent pas se voir, autre leur maison en constante rivalité et leurs statuts de sangs.. D'accord, cela peut être suffisant..

-Parce que, je le connais ! Je sais que l'aspect qu'il reflète, c'est ça, son masque. Il est loin de ressembler à son père, tu sais... Et oui, tu l'as sous-entendu. Tu sous-entends tout le temps que je suis idiote de vouloir me marier avec lui. Ne dit pas le contraire.

Et peut-être qu'elle l'est, dans un sens. Quelle fille intelligente voudrait se marier avec un homme qui piétine son cœur et ses sentiments, même sans le savoir ? "les mâles sangs purs sont incapables d'aimer, souvient en." Les paroles de sa mère résonnent sans cesse dans sa tête, enfonçant les morceaux douloureux de ses sentiments dans sa chair. Mais la rancoeur n'a pas sa place pour le moment, et elle se laisse aller dans les bras de son ami, parce qu'elle en a besoin. Parce que dans le fond, elle ne peut pas s'empêcher de lui pardonner en quelques secondes. Mais elle se détache un peu, juste pour pouvoir le regarder dans les yeux, mais tout en restant dans ses bras, là ou elle se sent bien alors qu'il caresse ses longs cheveux. Une nouvelle fois, elle pouffe de rire avant de secouer légèrement la tête dans un signe négatif.

-Bien sûr que non. Juste que tu n'as pas réellement la patience pour te battre avec des mots, plutôt qu'avec tes poings. Ni la subtilité, d'ailleurs..

Cela dit, Averill ne mâche jamais ses mots non plus, sans doute l'une des rares sangs purs à parler sans avoir de sens cachés. Mais le fait que Torin se dévalorise par rapport à son propre sang, cela lui fait de la peine. Rapidement, ses mains froides viennent se poser sur chacune de ses joues, alors que ses sourcils se froncent, fixant son regard dans le sien.

-Je t'interdis de penser que nous sommes supérieurs. Y a pas de supériorité à cause du sang ! Regarde Evans ! Elle bat pratiquement tout le monde, et c'est une né moldu. Ne pense jamais le contraire..

Elle comprend que cela peut être dur à avaler, d'entendre ça à longueur de journée, et Ave est la première à prendre sa défense, mais c'est à Torin aussi de montrer les crocs et de leur prouver que même s'il n'est pas l'enfant de sorcier, il s'en sort aussi bien qu'eux. Le sujet devient un peu moins sérieux, durant une poignée de secondes, et elle lui répond par un sourire. Cela la touche, qu'il veuille partager ce sourire seulement avec elle, même si elle sait bien que ce n'est pas vrai, c'est instinctif, mais c'est mignon..

-T'es un beau parleur. Mais c'est mignon.

Malheureusement, le sujet de sa maladie est abordé, parce qu'ils ne peuvent pas passer à côté de quelque chose de si gros, même si parfois, Averill aimerait faire comme si elle ne savait rien. Les larmes lui échappent, s'écrasant sur ses joues comme les vagues s'échouent sur les rivages. Implacables, rapides, jusqu'à transformer son teint de porcelaine en quelque chose de rosée. Jusqu'à ce que son désespoir se voit dans ses yeux qui brillent. Parce qu'elle n'a pas envie de mourir la rouquine. Mais elle a repoussé tout cela tellement loin au fond d'elle, qu'elle doit s'en détacher. Admettre que même si les rares personnes au courant pensent le contraire, elle est effrayée à cette idée. Ne plus revoir le sourire de Torin, le visage de Reg, sentir la douceur réconfortante de sa mère...Sa respiration se bloque dans sa gorge alors qu'elle semble vouloir se fondre contre le torse de son meilleur ami, le corps secoué de sanglot qu'il encaisse sans bouger.

Elle a bien du mal à lui répondre, les mots s'entrechoquent dans sa tête. Mais il semble comprendre, car il hoche la tête, mais lui-même ne parle pas. Y avait-il quelque chose à dire ? Ses mains se posent sur ses joues et la femme pose les siennes sur ses poignets avant de relever les yeux vers les siens si atypiques. Ce qu'elle y voit, sa douleur qui reflète la sienne, cette tendresse, cela la bouleverse. Le temps s'arrête quelques secondes, le temps qu'elle le voit se pencher sur elle. Mais elle ne bouge pas, ses yeux se ferment au contact sucré de ses lèvres sur les siennes, et elle grimpe même sur la pointe des pieds, pour pouvoir lui rendre le baiser plus facilement.

Dire qu'elle s'était attendue à cela, ce serait mentir. Elle n'a jamais pensé que Torin voudrait l'embrasser, ni autre chose. Peut-être le fait il simplement parce qu'il sait qu'elle va mourir ? Pour la calmer ? Elle ne sait pas, et elle ne veut pas y réfléchir. Sa douceur la réchauffe, plus que cette foutue maladie qui la ronge. Ses baisers repoussent ses peurs loin d'elle, comme un baume sur son cœur. Ses mains glissent jusqu'à sa nuque, où des mèches de cheveux blonds viennent chatouiller ses doigts, alors qu'elle se serre doucement contre lui. Ce sentiment... Elle l'avait toujours rêvé. Si elle a toujours espérée le ressentir en échangeant son premier baiser avec Regulus, cet instant entre eux dépasse tout..
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Mar 9 Mai - 19:59

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

Torin poussait un long soupir en écoutant la Poufsouffle parler, croisant ses bras sur son torse. il n’aimait vraiment pas les disputes qu’il avait avec elle, mais comme dans toutes relations, il y en avait toujours, que ce soit pour des raisons futiles ou quelque chose ayant un sens. Comme tout le monde en fait, il arrivait souvent à tout le monde de monter sur ses grands chevaux, de se vexer, Torin était d’ailleurs le premier à qui ça arrivait. C’est vrai quoi, il était toujours entrain de se vexer ou de s’énerver pour un rien, donc il ne pouvait clairement pas dire quoi que ce soit à qui que ce soit sur ce sujet. Ce serait clairement se foutre de la gueule du monde, non ? Va savoir. Tout ça pour dire que là, il comprenait tout de même ce que la jeune femme aux cheveux de feu avait été vexée par ses propos, qu’elle était sûrement à la limite de lui en coller une, mais bon, qu’est-ce qu’il peut y faire, hein ? Sûrement pas grand chose en fait, si ce n’est retirer ce qu’il a dit. Le problème reste tout de même qu’il n’est pas réellement le genre de personne à retirer ce qu’il dit, même quand la situation fait qu’il devrait se la fermer et s’excuser. Mais bon, il ne changera probablement jamais. Mais c’est comme ça qu’on l’aime ! Ou qu’on le supporte du moins. On va dire que c’est déjà pas mal. Non ? Va savoir. Passant sa langue sur ses lèvres, il gardait le regard posé sur la petite rouquine alors qu’il l’écoutait parler, qu’elle lui disait qu’elle pensait qu’il la connaissait bien, et c’est vrai ! Il la connaissait bien, même plus que bien. Il était quasiment persuadé d’être celui qui la connaissait le mieux. Sûrement bien mieux que son fiancé d’ailleurs, c’est assez ironique, non ? “Ave.. On sait tous les deux que je te connais très bien, je sais pertinemment que tu ne veux pas finir comme ça, que tu as peur de devenir comme ça. Je sais aussi que tu ferais tout pour ne jamais devenir ce genre de fille, mais qui sait ce qui se passerait si Regulus finirait par avoir une aussi horrible influence sur toi ?” Il savait qu’elle ne se laisserait pas changer comme ça, si facilement… Mais on ne sait jamais. Elle était amoureuse de lui et l’amour, ça rends idiot, ça nous fait faire des choses qu’on ne devrait clairement pas faire. Il était quasiment sûr de pouvoir en témoigner. Clairement. Puis, en l’écoutant poursuivre, quand elle était presque entrain de chanter les louanges, disant qu’il était gentil dans le fond,, il se disait que c’était clairement vrai, cette histoire. “Peut-être parce que le fait de se marier avec lui est une mauvaise idée, je veux dire, d’accord, apparemment il n’est pas si méchant -..” Il avait tout de même des doutes sur ce sujet. “..- Et peut-être que c’est mieux parce que vous êtes deux sang-purs, mais il ne te mérite clairement pas. Je pense que tu devrais trouver quelqu’un de mieux, quelqu’un qui te traitera bien. Quelqu’un qui t’aimerait comme il le faut. Même si tu éprouves de… L’affection à son égard.” Ouais, il n’avait pas vraiment envie de prononcer le mot fatidique. Et si ça aurait pu passer comme un discours normal d’un meilleur ami, c’était tout de même à la limite du “Puis t’as ce garçon juste devant toi”. “Donc non, je ne pense pas que tu es idiote de te marier avec lui, si tu penses vraiment l’aimer. Je pense juste que l’idée est totalement stupide si ce n’est pas le meilleure pour vous.” Et le meilleure niveau bien-être, niveau sentiment. Il ne parlait pas de toutes ces conneries de sang. Clairement pas.

On peut dire que, finalement, la conversation allait un peu mieux quelques temps plus tard, il faut dire aussi qu’ils n’avaient jamais pu être énervés l’un contre l’autre bien longtemps.C’était sûrement une des choses que Torin préférait dans leur relation. Même si les disputes pouvaient arriver, que ça pourrait partir loin, ils étaient toujours là, à se réconcilier en fin de compte. Il était totalement fan de cette facette d’eux. Comme de toutes les autres en fait, mais celle là arrivait sûrement à surpasser le reste. Caressant son dos, il ne pouvait s’empêcher de lâcher un rire, ce n’est pas faux. Il manquait cruellement de subtilité, on pourrait penser de lui qu’il était une sorte de rustre, à force. En même temps, quand on en voit les choses employés pour le décrire.. Bagarreur, sans subtilité, sans aucune retenue, sang chaud… On pourrait presque croire que toutes ces années d’évolutions n’ont servie à rien, ce qui reste assez dommage en soi. “Ce n’est pas faux. Je devrais peut-être te laisser ça.” Lui dit-il, hochant doucement la tête. Même si elle n’avait pas sa langue dans sa poche, il savait que c’était tout de même déjà mieux que lui. On va dire qu’elle avait une meilleure éloquence, un meilleur vocabulaire et faisait beaucoup plus dans la finesse que lui. “Oui, mais… On va dire que Lily et moi, ce n’est pas vraiment la même chose, si ?” Lui demandait-il en haussant un sourcil. Il n’avait clairement pas les mêmes capacités qu’elle, ni la même détermination.. Donc bon... Elle se donnait bien plus les moyens de réussir et de claquer le bec des autres que lui, mais bon. Il n’était pas persuadé d’en avoir la même volonté. “Du moment que tu trouves ça mignon, ça me va.” Se contentait-il de finir par lui répondre, un sourire ornant toujours ses lèvres.

Mais ce sourire n’était pas là pendant un long moment, au contraire. Au moment où la maladie de la rouquine avait été évoquée, il ne pouvait s’empêcher d’être inquiet, d’être mal, d’avoir envie de pleurer toutes les larmes de son corps, mais.. Il ne pouvait décemment pas faire ça tout de suite, si ? Non, parce qu’il avait envie de rester vraiment fort pour elle, de rester son pilier. Du moins, essayer. Il pouvait tout de même faire du mieux qu’il pouvait, non ? De toute manière, il pensait bien que c’était la seule chose à faire... Non ? La gardant contre lui durant cet instant, tentant de la réconforter du mieux qu’il pouvait, il allait déposer un léger baiser sur son front. Puis finalement, il y avait comme une sorte de silence entre les deux, parce qu’il n’y avait pas de mots à rajouter, il n’y avait rien à dire. Du moins, pas grand chose à ajouter pour le moment, mais il ne doutait pas du fait qu’il pourrait arriver à trouver quelque chose à lui dire.
Finalement, Torin avait posé ses mains sur les joues de sa rouquine bien-aimée, les caressant tendrement, se penchant lentement vers elle. Si pendant un court instant, il avait eu peur qu’elle ne se décide à le repousser parce qu’elle était tout de même fiancée, cette crainte s’était bien vite évanouie lorsqu’il sentait ses douces lèvres remuer contre les sienne. Une de ses mains descendait lentement vers le bas de son dos, se posant sur le creux de ses reins pour la coller un peu plus à lui, parce qu’il n’avait décemment pas envie de la voir s’échapper. Il faut dire qu’il l’aimait bien trop pour ça, et puis, il aimait bien trop ce baiser. Ouais parce que malgré le fait qu’il avait déjà embrassé un petit paquet de nana - est-ce qu’il devrait en avoir honte ? - il pensait que celui-là était décemment le meilleur de tous. Comme si leurs lèvres étaient faites pour mouvoir les unes contre les autres. Et s’il avait pensé que tout ce qu’il avait lu sur les baisers parfaits dans les romans étaient totalement ridicule, il pensait à présent s’être clairement trompé. A moins que ce soit lui qui est devenu ridicule si rapidement ?
Made by Neon Demon ⛛ 1 321 mots

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Jeu 11 Mai - 21:14


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
  Si pendant longtemps son physique a été l'une des seules choses qui a compté aux yeux de la jeune femme, ce côté superficiel s'est vite envolé. Bien avant l'annonce de la maladie, quand elle s'est sentie se perdre dans ses sentiments pour Regulus, auxquels, il ne semblait pas au même stade, elle a eu peur pour son futur. La vérité sur les autres lui a sauté aux yeux, cette froideur, cette solitude, que ressentent la plupart des femmes sangs purs, mariées dans un simple intérêt, cela semble être le même scénario pour chacune. Elle s'est mise à observer sa mère, chaque fois qu'elle rentrait à la maison. Cette femme qu'elle admire, moins froide que les autres, où brille ce regard d'intelligence. Pourtant, elle n'avait plus rien à voir avec la jeune femme qui bougeait sur les diverses photos dans la maison. Cette femme qui regardait son mari avec une affection sans bornes, comme si c'était lui qui apportait la lumière dans sa vie. Leur contact, devenu bien trop courtois. C'est devenu sa plus grande peur.

Etre simplement la femme de quelqu'un, enfermé dans ce mariage, simplement par devoir. S'allonger dans un lit, de façon mécanique, pour faire une descendance à leur nom. Etre proche de lui, pour, les ont dits, s'afficher soudé, alors qu'à la maison, simplement le silence les entours. La rouquine n'en a jamais parlé à personne, mais sa mère à très vite compris. Cela ne l'a pas empêché de fiancer sa fille au jeune Black, et Averill ne voyait pas les choses autrement. Mais bien souvent elle lui a murmuré qu'il était préférable pour sa petite fille de se détacher de lui dès maintenant, car les sangs purs, en particulier les Black, ne savent pas aimer. Alors non, elle n'a pas envie d'être proche de Regulus, de simplement porter son nom, et de faire bonne figure, jusqu'à devenir un véritable mur de glace, plus capable de ressentir quoi que ce soit, sauf l'amour pour ses enfants. Sentiment qu'elle gardera précieusement enfermée dans une boîte, jusqu'à organiser leurs mariages à leurs tours.

Même si les paroles de Torin l'ont profondément blessé, il a raison sur un point. Il la connaît par coeur, et c'est sans doute l'une des choses qui l'étonne le plus chez lui. Avec son côté tendre que beaucoup trop de personnes ignorent. Elle ne peut pas nier, qu'elle-même y a pensé. Mais pour elle, Regulus n'est pas pareil. Mais elle n'est malheureusement pas médium, peut-être que la magie noire finira par le ronger, que le contact des mangemort le fera approuver leurs idéaux. Cette peur plus grande encore que de devenir insensible, et elle s'emploie déjà à ce que cela n'arrive pas.

-Il n'aura pas ce genre d'influence sur moi, et tu sais pourquoi ? Parce que, je sais que tu seras toujours à mes côtés pour me remettre sur le droit chemin..

C'est peut-être égoïste, peut-être a-t-il envisagé un autre avenir, ailleurs, mais la jeune Macmillan ne peut pas imaginer un avenir, sans Torin dans le tableau. Il est certain qu'il y perdrait sa route. L'inquiétude du lion à son égard la touche beaucoup, beaucoup trop peut être, et sa déclaration lui tord le ventre. Comme elle aimerait que ce soit aussi facile. Ave aimerait pouvoir dire à son coeur de ne pas être aussi têtue, de cesser d'aimer un homme qui ne voit en elle comme "amie", un contrat de mariage. Combler se manque en elle, de ressentir l'amour partagé, mais ce n'est pas comme cela dans son monde. Ses mains s'accrochent aux siennes, et elle tente de lui répondre avec un léger sourire.

-Les choses ne sont malheureusement pas si simples. Moi aussi, j'aurais aimé avoir quelqu'un avec qui partager mes sentiments, mais il semble que ça n'existe pas dans mon monde..

Malgré tout, elle espère silencieusement pouvoir éviter le même sort à ses enfants, mais l'amour entre sangs purs est tellement rare. Les Weasley et les Potters sont sans doute les rares à y avoir eu accès, mais ils ne sont pas très bien vus parmi les sorciers. Mais elle est moins contente qu'il ai accepté l'idée que Regulus n'est pas aussi mauvais qu'il le pense. Ils ne peuvent juste pas se supporter, et Ave en sont encore au point de se demander pourquoi, même si du côté de Torin, cela semble évident.

Finalement, la conversation se fait un peu plus légère, puisqu'ils en viennent au pourquoi le rouge s'est encore battu. Cela devient une habitude, et la rouquine ne devrait pas être étonnée. La première fois qu'ils se sont adressé la parole, Torin la pratiquement agressé, et du haut de ses onze ans, elle s'est contentée de le regarder de haut et de lui répondre. Avant de prendre pitié de lui et de l'aider dans leur devoir commun. Il s'avère après ça, que malgré leur statut différent, ils sont devenus proches et ne se sont plus quittés. À tel point qu'Averill le connaît comme si elle l'avait fait, et inversement. Autant dire qu'elle savait bien que la patience n'est pas son fort, et que son caractère impulsif l'oblige à jouer des points avant de se servir des mots. La jaune a toujours été franche, contrairement à beaucoup de sorciers qui parlent sur des faux-semblants, ce qui lui vaux souvent des réprimandes de son père. Elle connaît l'art de la parole, et bien souvent, elle pique là où cela fait mal, sans prendre de gants. Pas besoin de se servir de la force pour faire mal. Le problème, ses que les adversaires de Torin utilisent la même technique, et que le lion mord à l'hameçon à chaque fois.

-Un jour je t'apprendrais comment faire taire les gens sans utiliser tes poings.

Pas dit que ce soit chose aisée à comprendre, elle a été élevée toute sa vie ainsi. La jeune Macmillan se serait sans doute fait taper sur les doigts pour ce qu'elle venait de dire. Pur folie de vanter les mérites d'une née moldue, pas vrai ? Pourtant, Lily Evans est bien plus intelligente que bien des sangs purs. Oui, Torin est différent, s'ils n'excellent pas nécessairement au niveau scolaire, il brille par sa loyauté et son courage. Ce n'est pas un lion pour rien.

-Oui, Tu n'es pas comme Evans, mais cela ne veut pas dire que tu vaux moins qu'elle ! Tu es courageux, et loyal, et tu écoutes les gens, tu défends les autres. Tu es au même niveau..

Elle comprend qu'à force d'entendre des horreurs sur son sang et ses origines, il finisse par douter, entouré de sorciers, au sang mêlé ou autres. Mais Averill se fait toujours un devoir de lui rappeler qu'il a toute autant sa place qu'elle, dans ce château. Sa réflexion lui arrache un doux rire, qui vient résonner contre les murs de la salle d'astronomie.

-Je te trouve toujours mignon..

Mais les bonnes choses ont une fin, et la bonne humeur s'envole avec l'annonce brutale de sa maladie. La rouquine a tenté de le garder éloigner aussi longtemps que possible de ce lourd secret, mais il s'avère qu'elle a besoin de lui, comme bien souvent. Besoin de sa présence, de son soutien, de sa force pour rester debout et tenter d'avancer encore, autant qu'elle le peut. D'être à nouveau elle, sans se cacher de ses départs, de trouver des prétextes sur ses états de santé. Mais ses malheurs s'évaporent comme la brume du matin, quand Torin se penche sur elle pour l'embrasser. La douceur de ses lèvres enflamme son sang et fait battre son palpitant à une allure démesurée, alors qu'elle s'accroche à lui, arquant son corps pour se caler contre lui. Si elle a donné son premier baiser à Regulus, celui-ci en reste un quand même. Le premier baiser d'un amour partagé ? Elle ne sait pas, elle n'est pas dans la tête de son meilleur ami, mais au fond d'elle, profondément enfouie dans son âme, une petite voix lui murmure cette espérance.

La rouquine, elle-même n'avait pas cherché plus loin par rapport à ses sentiments vis-à-vis du lion. Il a toujours été Torin, son Torin. Et elle a toujours été plus ou moins jalouse, parce qu'il a toujours été là pour elle, sans masque, sans devoir. La jeune femme a toujours eu peur qu'on lui vole. Mais peut-être est-ce toujours été plus ? Qu'importe, elle éclaircira se point plus tard. Pour le moment, même si elle est promise à un autre, elle profite de cet échange, de ce regain d'oxygène que lui offre son lion. Son corps se serre contre le sien quand il resserre son étreinte, alors qu'elle met plus de ferveur de se baiser. Comme si cela allez lui sauver la vie, ou bien que c'était sa dernière action avant qu'elle ne lui échappe. Bientôt, seul le bruit de leurs baisers envahit la pièce, alors que leur échange se fait urgent, mais teinté d'une certaine tendresse. Ses doigts s'accrochent sur sa nuque, avant qu'elle ne recule légèrement la tête pour reprendre son souffle, la tête lui tournant légèrement.

Ses yeux brillant de nouveau de cette lueur qui l'a toujours habité, ses lèvres légèrement gonflés, le poufsouffle détails un instant le visage du jeune homme en face d'elle. Ça paraît tellement évident maintenant. Elle l'a sans doute toujours su, mais se disant qu'elle souffrait déjà avec Regulus, et qu'elle était promise au serpent, elle ne pouvait pas faire cela au Gryffondor. Pourtant, la donne a changé à présent, avec l'annonce de sa maladie. Elle ne sait pas dans quel problème elle s'embarque, entraînant Torin avec elle, mais ce n'est peut-être pas le moment d'y réfléchir.

-Pourquoi as-tu fait ça ?
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Jeu 8 Juin - 22:37

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

Il l’écoutait attentivement et hochait doucement la tête quand elle lui parlait parce qu’en fait, elle avait raison. Il ne laisserait jamais qui que ce soit tenter de faire en sorte qu’Averill ne soit plus sur le bon chemin, qu’elle finisse aussi sombre que la famille qu’elle allait rejoindre dans quelques années. Il ne pourrait pas laisser ça arriver parce qu’il se sentirait tout bonnement trop coupable pour ça. Il se sentirait coupable d’avoir vu qu’il commençait à se passer des conneries du genre dans la vie de la rouquine et qu’il n’avait même agit pour contrer toute cette emprise maléfique que des gens tenteraient d’avoir sur elle. Mais lui en vie, ça ne marcherait pas. Du moins, tant qu’elle voulait encore de lui dans sa vie. “T’as bien raison, je ne laisserais jamais quelqu’un tenter de te détourner de toi-même.” La faire devenir si sombra alors que pour lui, elle est pleine de lumière, elle est un petit rayon de soleil durant la pluie. Ou peut-être qu’elle est la pluie, elle est belle comme elle en même temps. Ouais, parce qu’il aime la pluie et c’est probablement grâce à la rouquine. Pinçant les lèvres en l’écoutant parler, il fronçait tout de même les sourcils parce que bon sang, si elle ouvrait les yeux, elle pourrait voir que là, juste devant elle, il y a un garçon qui ne rêve que d’une chose, c’est de partager ses sentiments si elle voulait bien arrêter de voir Regulus comme l’homme de sa vie. “Ce serait si simple si tu n’étais pas obligée d’épouser un sang-pur.” C’est vrai, non ? Mais bon, il n’allait pas faire toute une tirade là-dessus, il était quasiment persuadé qu’elle savait déjà ce qu’il pensait de toute cette histoire, ce qu’il pensait des mariages arrangés. Il avait toujours trouvé ça con, que les gens décident de ne pas épouser quelqu’un à cause de leur statut, du sang qui coulent dans leurs veines, mais bon… il ne peut pas y faire grand chose après tout, si ? Peut-être qu’il pourrait faire un scandale, qui sait ? Mais le truc, c’est que venant d’un Sang-de-bourbe, ça passerait comme une plaisanterie. Probablement. “Peut-être que si tu avais le droit d’ouvrir un peu plus ton monde, tu trouverais le vrai amour ?” Demandait-il en haussant les épaules. Il savait qu’elle ne pouvait rien y faire, donc, il ne lui faisait pas de reproches. De toute manière, ce n’est pas le moment de s’y remettre alors qu’ils ont tout juste réussi à se rabibocher, ce serait tout bonnement crétin, mais bon…

Finalement, ils en viennent à un sujet tellement… Commun chez eux. Faut dire qu’en même temps, leur relation avait débuté par quelque chose du genre, même si lorsqu’il avait onze ans, il n’utilisait pas vraiment encore ses poings, il agressait surtout en parlant un peu n’importe quoi, en balançant quelques insultes par-ci par-là quand on le regardait de travers. Faut dire qu’il ne s’est pas créé une réputation de la sorte aussi rapidement, des années de travail acharné ! “Avec les pieds ?” Lui demandait-il avec un sourire en coin, tel le petit con qu’il pouvait être parfois. Mais bon, il savait qu’elle parlait de la parole justement parce qu’en fait, il l’avait déjà vue à l’oeuvre, il savait qu’elle pouvait taper là où ça faisait mal, qu’elle s’y prenait parfaitement bien d’ailleurs. Le pire, c’est que ça marchait mieux que les poings, parce que les mots sont plus douloureux que les gestes. Les coups de poing, ça s’efface alors qu’une simple insulte peut avoir un impact. Un jugement, une réputation, tout ça, ça peut détruire une personne si l’on tape là où ça fait mal. Si ça se trouve, quelqu’un est déjà au bout du rouleau et une petite insulte peut briser une personne, la mettre en morceau. Pour la plupart des gens, une insulte, ce n’est rien, mais mis dans les mains de la mauvaise personne, c’est faux. Les mots sont plus sont plus dangereux qu’un coup de poignard, parce que même l'inatteignable peut être brisé. Mais bon, lui, il ne pensait pas qu’il serait la bonne personne, il n’avait jamais été doué pour trouver la faiblesse des gens, ce qui leur feraient du mal. C’est pas pour rien qu’il ne s’était pas retrouvé en Serpentard.
L’écoutant, il hochait lentement la tête, faut dire que bon, il avait tout de même toujours beugué à ce niveau. Même s’il savait qu’il n’était pas un moins que rien, qu’il pourrait réussir à faire des tas de choses s’il voulait, ce n’était pas pour autant qu’il pensait qu’il valait réellement quelque chose. Il savait que quelqu’un à quelque part pourrait le faire mieux que lui, parce qu’il n’a pas vraiment de spécialité, malgré le fait qu’elle venait de lui énoncer les choses qu’il faisait. Mais quand on regarde, ce n’est que des choses que tout Gryffondor qui se respecte ferait, non ? Du moins, c’est ce qu’il pense. Mais bon, elle pouvait tout de même tenter de changer tout ça si elle le voulait. “Si tu le dis.” Finit-il par dire, un léger sourire en coin sur le bout des lèvres. “Tu es bien plus mignonne.” C’est vrai, non ? Il faut dire que cette fille avait toujours été la plus mignonne, la plus magnifique. Il ne pourrait jamais le nier, personne ne pourrait probablement pas le nier non plus. N’importe qui pourrait voir ça et en serait totalement fan.Bon, peut-être que ça, c’est son cerveau d’adolescent amoureux transi qui parlait. Quelque chose dans ce genre-là en tout cas.

Même si le sujet tournait rapidement vers quelque chose de bien plus dramatique, vers la maladie de la rouquine. Ce n’était clairement pas quelque chose de gai, quelque chose que quiconque voudrait, normalement. Mais pour la consoler, pour se rapprocher d’elle, pour il ne sait quelle raison en fait, une raison qui pourrait tout arranger, il se décidait à poser ses lèvres contre celles de sa meilleure amie, ses mains la caressant tendrement. Il avait besoin d’elle comme elle avait besoin de lui, ça avait toujours été le cas et ça le sera probablement toujours. Si tout le monde pourrait penser qu’il a de la chance de l’avoir parce qu’elle le garde… Concentré, qu’elle arrive à le canaliser, mais quand on regarde, ils se trompent. Torin est aussi là pour la canaliser, pour la calmer. Ils ont tous les deux de la chance de s’avoir l’un l’autre, c’est pas bien ?
Malheureusement, le baiser ne dura pas éternellement et ils eurent à se quitter l’un l’autre alors que le coeur de Torin battait la chamade, comme s’il allait quitter sa poitrine à un moment ou à un autre, mais en tout cas, très prochainement. Son regard se pose dans celui de la rouquine pendant quelques secondes et il est bouche bée. Elle est magnifique avec cette flamme dans le regard, les lèvres gonflées et les joues rougies, tout ça à cause du baiser. Il est totalement fan. Il pourrait réellement passer son temps à la regarder, mais en même temps, il faut dire qu’elle est tout bonnement époustouflante comme ça, il n’en a même pas les mots. Quand il la voit comme ça, il comprends pourquoi il l’a embrassé, même si ça pourrait tout ruiner entre eux. Bon sang, il espérait que ça n’allait pas tout ruiner, que dans le pire des cas, elle voudrait tout bonnement oublier tout ce qui venait de se passer. Mais, il faut croire qu’avec la question qu’elle venait de lui poser, il ne risquerait pas vraiment de pouvoir s’enfuir si rapidement et ne pas en parler pour ne pas avoir besoin de se faire rejeter. Elle était beaucoup trop bien pour lui, il faut bien l’avouer. “Tu ne sais vraiment pas pourquoi j’ai fait ça ?” Lui demandait-il en fronçant doucement les sourcils, allant caresser la joue de la rouquine. “Moi qui aurait pensé que tu étais déjà au courant, je te pensais bien plus observatrice.” Ouais, si Oswin savait qu’il craquait pour elle alors qu’ils ne s’étaient littéralement jamais parlé… Il aurait pensé qu’elle l’aurait remarqué bien avant, mais qu’elle tentait de se dire que ce n’était pas vrai. Il aurait pensé que ce baiser lui ferait ouvrir les yeux.
Made by Neon Demon ⛛ 1 380 mots

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Ven 16 Juin - 20:56


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
  Parce qu'Averill ne conçoit pas sa vie sans Torin autour. Depuis leurs premières années, ils partagent quelque chose. Si au début, ce n'était pas franchement les grands amours, ils ont fini par voir au-dessus des apparences. Bien vite, elle n'était plus la petite pimbêche sangs purs, qui regardent de haut un né moldu. Sans doute parce que sa façon de s'énerver pour rien, sur un devoir qu'elle pensait être d'un niveau enfantin l'amusait toujours. Bien souvent, la rouquine prenait pitié de lui, et lui donner de son temps pour lui expliquer. Si au début ce n'était que cela, c'est devenu un réflex. Des vagues sourires dans les couloirs, des friandises partagées, des secrets percés et une complicité. Sept ans.... C'est si peu, et pourtant tellement. Comme si elle le connaissait depuis l'enfance. Si ses parents ne veulent pas de Torin sous leur toit, elle ne coupera pas pour autant les ponts avec lui. Et qu'importe ce qu'en pense Regulus, si ce mariage voit le jour, elle compte bien voir le jeune St James chez eux, peut être connue ses futurs enfants... Décemment, sa vie serait nettement plus triste sans lui. Et sa réponse la réconforte, elle sait que, jamais, il ne l'a laissera livrée à elle-même au milieu des ténèbres qui commencent déjà à lécher sa peau, pour prendre possession de son âme.

-Alors, tu te vois encore dans le coin dans dix ans ?

Dix ans, vingt ans... peut-être seulement un an... Mais si elle se prend à rêver d'avoir un jour les cheveux gris, des petits enfants chez elle, la rouquine inclut nécessairement un vieux Torin, toujours si complice. La jeune Macmillan sait à quel point, pourtant, cela peut être difficile pour le lion parfois, de partager le quotidien d'une sang pur, quand on est né moldu. Mais il n'a jamais bougé, malgré ses différences d'opinions. S'il y a quelques semaines encore, elle rêvait avec impatience de son grand et beau mariage avec Regulus, nourrissant l'espoir d'un amour naissant après avoir échangé se baiser à l'infirmerie, elle commence à déchanter. Pour le coup, la rouquine aimerait également ne pas avoir de barrière, pouvoir épouser celle qu'elle veut. L'homme qui l'aimera en retour, qui ne se servira pas d'elle comme d'un paravent ou d'une couveuse. Un soupir lui échappe, mais comme toujours, un léger sourire étire ses lèvres, parce que c'est un sujet qu'ils ont abordé sans doute un million de fois.

-Les choses changeront peut-être un jour, mais pour le moment c'est la tradition. Je n'ai rien de particulier pour pouvoir y échapper. Dit toi que je ne suis pas si mal tombé, il y a nettement pire que Regulus.

Les Weasley ont bien de la chance, eux par exemple. Même si elle ne porte pas non plus Andromeda Black dans le coeur, elle doit admettre qu'elle est admirative du courage dont elle a fait preuve, pour tourner le dos à une famille si puissante, et suivre son coeur. Mais elles n'ont pas le même âge non plus. Pourtant, l'intelligence et la force de conviction, ce n'est pas ce qui manque à la jaune. La jeune femme s'installe à ses côtés et se perd quelques secondes dans ses rêveries. Le grand Amour, elle en a déjà rêvé. Comme la plupart des filles, sans doute. Et depuis deux ans déjà, elle l'identifie toujours en Regulus. Il était juste.. Renfermé, rien de plus normal, quand on vient de la famille Black, après tout. Avec le temps, il finirait par s'ouvrir à elle. Et y a toujours cette petite voix qui lui murmure que c'est possible... Mais la douleur de le voir si proche d'Oswin, attise ses doutes et grandit sa peine. La rouquine finit par tourner la tête vers lui, haussant légèrement les épaules.

-Peut-être... Le monde est si vaste...

Mais comme toujours Torin s'est dédramatisé une situation. Alors qu'Averill est très sérieuse en lui disant qu'elle lui apprendra l'art de manier la parole comme une arme, lui ne trouve rien d'autre à ajouter qu'au lieu de se servir de ses poings, il allait utiliser ses pieds. C'est une blague tellement ridicule, qu'il arrive quand même à la faire rire.

-De ce que j'ai vu, tu utilises déjà tes pieds quand tu te bats. Il n'y a rien de mieux que les mots. Les coups s'effacent, la parole reste.

Voilà une phrase pleine de sagesse, et d'expérience surtout. Et bientôt, il y a cette flamme de l'amitié qui brûle en elle, faisant reculer quelques instants son état de faiblesse, pour prendre la défense de Torin contre lui-même. C'est un garçon tellement spécial aux yeux de la demoiselle, que cela lui fait toujours de la peine quand il se diminue ainsi. Mais c'est dans la logique des choses, à force d'entendre sans cesse qu'il n'est qu'un moldu, sans talent... Parfois il se prend à y croire, et Averill se fait toujours un devoir de lui sonner les cloches.

-Je le dis et je l'affirme. Tu es tellement plus que ce que tu penses, Torin. Si tu pouvais te voir, ne serait-ce qu'une seconde, comme je te vois.

Dans un geste tendre, la Macmillan repoussa sa mèche de cheveux blonds, alors qu'un léger sourire éclairs ses traits fatigués. Torin, il n'est pas nécessairement doué en compliment, mais il a toujours un mot gentil pour la jeune femme. Même si elle n'a jamais douté de sa beauté, plus encore autrefois, ses compliments lui font toujours fait plaisir.

-Je ne ressemble pas à grand-chose en ce moment, à côté de toi, mais c'est gentil.

Non, clairement, elle ne ressemble plus qu'à l'ombre d'elle-même. La rouquine flamboyante, si fière de sa longue chevelure soyeuse, toujours à la pointe de la mode, avec un maquillage sans fin. Ce regard, prête à défier le monde, semble tellement loin dans son esprit à présent. Alors que ses cheveux semblent avoir terni, et sa peau autrefois déjà légèrement pâle, à présent froide, presque laiteuse. Elle a déjà presque l'impression d'être un fantôme. Et pourtant.... Pourtant, quand il l'embrasse avec cette urgence, cette peur, elle se sent tellement vivante. Comme si ce feu qui le dévore petit à petit, avait changé de direction pour lui insufler de nouveau toute la vie qu'il est en train de lui prendre. Cette chaleur qui parcourt sa peau bien trop froide, et fait battre son palpitant si vite. C'est tellement bon, agréable, ce frisson de plaisir qui parcourt son corps alors qu'elle s'accroche à son cou pour lui rendre son étreinte. Et elle se noie dans ses bras, toujours plus profondément, parce qu'elle ne veut pas lâcher cette sensation qui l'a fait trembler.

Mais son souffle se fait manquant, et ils n'ont d'autres choix que de s'éloigner, suffisamment, pour pouvoir respirer, sans pour autant se lâcher. Et le regard brûlant de Torin sur sa personne la fait vivre plus encore que leur échange... Est-ce le même genre de baiser qu'elle a échangé avec Regulus ? Les deux hommes ont réagi de la même manière, dans la peur de perdre la jeune femme, pourtant.... Cet échange semble bien différent. Il y avait ce retenu, venant du serpent, comme la glace qui l'entoure, constamment, qu'il ne l'a laisse pas traversé. Torin... Torin, cela l'a enflammée, dévorée. Et la question à franchit ses lèvres sans qu'elle n'y réfléchisse, parce qu'elle a besoin de savoir la réponse. Elle s'accroche presque avec désespoir à son t-shirt à sa réponse, parce qu'elle ne sait plus quoi penser.

-J'ai peur de me tromper...

Si jamais elle se mettait à croire que le lion, Son lion, avait des sentiments, plus que d'amitié envers elle, et que finalement, elle se baignait encore d'illusions...Pourrait-elle vraiment le supporter ? Sa caresse l'encourage dans cette voix, mais son coeur a besoin de l'entendre.

-Dis, le moi.





code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Sam 24 Juin - 22:43

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

« Dans dix ans ? Averill, je m’y vois encore pendant bien plus de temps. » Il pourrait rester avec elle toute sa vie, même en restant tout simplement le meilleur ami. Ils avaient déjà passés sept ans à construire cette relation qui comptait tellement pour Torin, bien plus que tout le reste. Sept ans passés l’un avec l’autre à toujours pouvoir compter sur l’autre Ce qui est tout de même probablement la chose la plus importante, non ? Ou une des choses les plus importables. C’est probablement pour ça que jamais il ne cracherait là-dessus ou déciderait soudainement qu’il n’a plus envie d’être son meilleur ami, même si elle épousait Regulus. Ouais, il ne cautionnait clairement pas ce mariage, mais si elle comptait vraiment faire ça, il serait tout de même là pour elle, à tout jamais. « Vous arriverez décemment pas à vous débarrasser de moi si facilement. » Lui assurait-il et par vous, c’était probablement plus Regulus qui était visé, mais bon… Le sang pur pourrait tenter ce qu’il voulait qu’il n’arriverait décemment pas à décoller le lion de la rouge et or de la jaune. Jamais. « Crois-moi, si tu avais trouvé quelqu’un de pire que Regulus et qui pourrait mal te traiter, j’aurais probablement fait un des pires scandales que tu aurais vu de toute ta vie. » Et il ment pas. Il aurait aussi probablement tabassé le mec pour lui montrer ce qui arriverait s’il tentait de s’en prendre à Averill. Ça ne serait clairement pas beau si quelqu’un tentait quoi que ce soit contre la rouquine. Il ne doutait pas une seule seconde que quiconque s’approchait trop d’elle réveillerait un instinct encore plus protecteur au fond de ses entrailles et que les coups pourraient partir tous seuls. Il se demandait tout de même si ça la dérangerait, probablement. Déjà qu’elle n’aime pas quand il se bats pour lui, il pense bien que le fait de se battre pour elle ne l’enchanterait pas des masses. Il gardait le regard sur elle quelques secondes quand elle haussait les épaules et prenait la parole. « Pourtant, parfois nous n’avons pas besoin de chercher très loin pour trouver l’amour. Il peut parfois être sous nos yeux. » Parfois, il se demandait comment, alors qu’il sortait souvent des phrase de ce genre, la jeune rouquine ne se doutait pas une seule seconde de ce qu’il ressentait à son égard. Du moins, il ne pensait pas qu’elle s’en doutait.
Il l’écoutait parler, hochant doucement la tête, ouais, c’est pas faux. Il faut dire qu’en même temps, s’il n’usait pas de ses pieds en plein combat, il risquerait d’avoir quelques problèmes, du moins, il le pense. « Et tu penses que j’arriverais à être au même niveau que toi ? » Bon, un niveau en dessous, ou même plusieurs parce que même si elle lui apprenait à faire mal avec les mots, il aurait toujours du mal à se contenir et à seulement insulter ou parler parce qu’il était bien trop impulsif, bagarreur, ce genre de choses. Ça n’aidait pas vraiment à se contenir. Du moins, il ne le pensait pas. Même s’il aurait la technique, il n’était pas sûr d’être le meilleur pour la pratique. Après, si ça se trouve, il se trompait totalement, va savoir. « Qu’est-ce que je verrais si j’étais à ta place ? » C’est même pas une chasse au contraire, loin de là. Il a juste envie de savoir ce qu’elle pensait au fond d’elle, ce qu’elle voyait quand elle regardait Torin. Il voulait être fixé sur ce qu’elle pensait de lui pour savoir si un jour, tout ça pourrait aller plus loin que de l’amitié. Il faut dire que ça aiderait tout de même un minimum à savoir si elle avait ne serait-ce qu’un minimum de sentiment à son égard, non ? « Averill, tu pourrais être dans n’importe quel état, ne pas être coiffée ou maquillée, comme tu veux. Je te trouverais toujours aussi belle. » La phrase niaise de base, mais c’est ce qu’il ressent. Il pensera toujours qu’elle est la fille la plus magnifique au monde parce qu’en plus d’avoir un beau corps, elle a un beau cœur et c’est ce qu’il aime le plus chez elle.
C’est sûrement à cause de ce cœur qu’il était tombé sous son charme et que maintenant, il était entrain de l’embrasser avec cette passion, cette envie, ce besoin. Comme si, s’il ne le faisait pas, il risquait de la voir disparaître, ses mains sur ses hanches pour la coller un peu plus à chaque secondes qui s’écoulaient durant le baiser. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, il fallait mettre fin au baiser à un moment donné et donc, ses lèvres quittaient les siennes afin de reprendre son souffle, mais ce n’était clairement pas pour autant qu’il voulait la laisser s’échapper de son emprise. Jamais. Mais, quand elle lui pose sa question, il a tout de même peur que ça ne la pousse à s’échapper parce que dans le fond, il sait qu’elle aime l’autre serpent. Mais il ne peut pas lui mentir, surtout pas après l’avoir embrassée avec tant d’amour, avec tellement de passion. Pas après avoir échangé un baiser regroupant tous ses sentiments pour la rouquine. La peur de la perte de l’autre, l’amour, la passion. Puis, comme une promesse de sa présence. Qu’il n’allait pas la quitter d’une semelle. Jamais. Il caresse le dos de la rouquine quand elle reprends la parole, prenant une assez grande respiration parce qu’il n’aurait jamais pensé qu’un jour, il prononcerait vraiment ces mots. « Averill, je t’aime. » C’était simple et dit assez bas, parce qu’il n’était pas non plus du genre à étaler ses sentiments, pas du tout. C’est bien pour ça qu’il n’y avait que trois personnes véritablement au courant de ses sentiments. Quatre, en comptant Averill. Même s’il se doute tout de même du fait que tout Poudlard est au courant ou pense qu’il y a baleine sous gravier dans cette histoire. Qu’il y avait quelque chose de louche.
Made by Neon Demon ♦ 1 011 mots

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 202
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Lun 17 Juil - 16:49


❝ God, you're back. ❞
- Averin -
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. Tout concourt à tuer l'amour. Les chances sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle.
  Un sourire éclaire son visage quand le blond lui dit qu'il se voit à ses côtés pendant bien longtemps encore, et cela la rassure. Elle ne vivra peut-être pas dix ans, peut-être même pas une année de plus, mais dans la perceptive où un miracle se produirait, elle est contente. La rouquine ne sait pas trop à quoi va ressembler son avenir, mais elle est quasiment certaine qu'il ne sera pas tout rose, loin de là.

-Un contrat à vie alors ?

Son rire l'emporte quand il déclare qu'ils ne se débarrasseront pas de lui si facilement, et ce n'est pas une chose dont elle a envie. Elle n'a pas encore parlé de Regulus de sa maladie, et elle ne sait pas si leur mariage aura bien lieu, étant donné qu'Orion est contre, et que son temps est compté. Peut-être même que l'héritier des Black ne verra plus cette option. Mais si cela doit arriver, elle ne se voit pas affronter le fait d'être seule, enfermée dans ce mariage, alors que son mari part batifoler avec son meilleur ami au beau milieu de la nuit. Se voir seule avec ses enfants, renfermée, blessés par cet amour à sens unique. Non, elle aura définitivement besoin de Torin dans sa vie. Son lien avec la lumière. Malgré tout, ce ne sera pas facile pour lui non plus, et elle le regrette presque déjà. De faire preuve d'autant d'égoïsme. Le lion mérite tellement mieux que ce qui l'attend.

-Je ne sais pas ce que me réserve mon avenir... Mais je sais déjà que ce ne sera pas joli, et que j'aurai besoin de toi. Tu es prêt à surmonter ça ?[/b.

Ses yeux se vrillent dans les siens, quelques instants, y cherchant une réponse sincère. Après tout, elle va peut-être épouser le seul héritier Black. La famille qui plonge si profondément dans la magie noire qu'elle semble faire partie de leur sang. Regulus est promis au seigneur des ténèbres, et si Ave n'a pas prévu de porter la marque, elle devra suivre le chemin. Elle ne peut pas être sa femme, et contre lui. Et elle n'en a pas envie. Elle ne veut pas le noyer, mais l'aider. Sa sollicitude la rassure quand même. Il imagine bien Torin tout mettre en œuvre pour empêcher la rouquine d'épouser un sang pur violent.

[b]-J'imagine bien la scène. Héroïque de ta part, mais je ne pense pas que mes parents auraient laissés ça arriver.


Les parents sangs purs ne sont pas très affectueux par nature. D'abord parce que les hommes ont tous - ou quasiment - étaient élevées comme si c'était eux les grands chefs de leur famille et que la femme devait se taire. Quant à leurs épouses, eh bien elles ne disent rien, justement. Élevée dans ces idéaux de suivre les idées de leurs maris, de concevoir les héritiers, et de les éduquer dans le même dessin. Mortes d'une certaine façon, comme des machines, leurs sentiments tués à petit feu par le manque d'affection depuis leur enfance en général, ou depuis leur mariage arrangé. Et elle a toujours pensé la même chose de ses parents. Si son père colle plutôt bien à cette image, depuis l'annonce de sa maladie, elle a découvert que sa mère a bien plus le sens matériel et qu'elle a veillé à ce que son mariage ne soit pas si horrible. Bien que Regulus soit un gentil garçon, il ne reste pas moins le descendant de la famille la plus noire qui soit; à la hauteur de leur nom. Un avertissement qu'elle n'a pas oublié de lui murmurer.

-Tu as probablement raison. Mais peut-être que l'on fait semblant de ne pas le voir pour ne pas en souffrir. Comme un instinct de protection.

L'amour. C'est une chose à laquelle la jeune femme a rêvé depuis longtemps, comme toute personne humaine. Et elle avait cru le trouver en tombant sur Regulus. À force de percer sa coquille, malgré les années, elle se disait qu'elle y arrivait. Mais la chute a été plus haute et douloureuse encore. Parfois, elle se demande si cela n'aurait pas été moins douloureux qu'il n'est amoureux d'une autre femme que de son meilleur ami. Non, décidément, son instinct de protection ne lui avait servit à rien pour elle. Malgré tous les avertissements que l'on avait pu lui donner, elle a foncé tête baissée, pour tomber du haut d'une tour.

-J'ai eu 17 ans pour m'entrainer à cette pratique. Tu risques pas d'arriver à mon niveau, mais on peut toujours essayer.

En effet, les sangs purs ne se battent pas avec leur poings, c'est le comportement des animaux, comme ils disent. La parole est bien plus dangereuse, et blessante, toute en restant une manière civilisé de régler ses comptes. Un doux sourire étire ses lèvres à sa question, et d'un geste tendre, la rouquine repousse l'une de ses mèches blondes, prenant un moment pour détailler son beau visage.

-Je vois un homme courageux et intelligent. Incroyablement loyal et gentil. Avec un sourire affreusement communicatif et l'un des plus beaux rires que j'ai pu entendre. Tu es aussi impulsif et sauvage qu'un lion, mais tu as autant le sens de l'honneur que l'animal de ton blason. Un homme sans qui je ne me vois pas vivre le restant de ma vie, sous peine de finir dans le noir. Tu es parfait comme tu es, et tu n'as pas besoin de changer. Pour qui que ce soit..

Ses doigts glissent doucement sur sa joue dans une caresse, avant de lever les yeux au ciel à sa remarquer tellement niaise, mais tellement apprécié. La sorcière ne peut se retenir de déposer un baiser sur sa joue, avant de lui sourire, en glissant ses mains dans les siennes.

-Tu es un beau-parleur, mais ça me fait plaisir d'entendre ça.

Car qui sait à quoi elle ressemblera dans quelques jours ? Quelques semaines ? Et tout s'enflamme. Comme pour prouver ses dires, il l'embrasse. D'une façon qu'elle n'aurait jamais cru possible, bien différent de ses baisers avec Regulus. Il n'y a aucune retenue, ce n'est pas un baiser entre "amis". C'est un baiser qui dévore tout sur son passage, chavire le palpitant de la sang pur qui s'accroche à lui, comme pour en ressentir tous les effets. Se sentir aussi vivante que possible durant cet échange. Ils s'embrassent comme deux amants interdits, qui seront séparés bientôt et cela rend l'échange intense. Tellement qu'ils se retrouvent vite en manque de souffle. Et même si l'envie n'y est pas, ils se séparent afin de se dévisager, sans pour autant se lâcher l'un l'autre. Elle a besoin de comprendre pourquoi il a fait cela. Pourquoi maintenant ? Pourquoi pas avant ?!

Mais elle a peur de connaître cette réponse. Est-ce juste parce qu'il a peur de la perdre ? Ou parce qu'il a de réels sentiments plus que de l'amitié pour elle ? Mais en même temps... Si, c'est le cas, que ressent elle ? Plus que de l'amitié, c'est certain... Et elle l'a sans doute toujours su, cette complicité n'est pas à la hauteur des autres amis quand on regarde dans ce château. C'est bien au-dessus. Mais elle s'est toujours voilé la face, parce qu'elle savait qu'elle ne pourrait jamais l'avoir. Parce qu'il méritait mieux. Et maintenant que va-t-elle faire ? La rouquine n'a pas le temps d'aller plus loin dans cette marée de question, que la réponse de Torin lui apporte presque les larmes aux yeux.

Parce qu'elle ne peut pas lui répondre la même chose, pas tout de suite, même si elle n'en ressent pas moins. Elle ne l'aime sans doute pas autant que lui, pas depuis si longtemps, ce serait un mensonge. Elle ne veut pas le dire dans l'instant, mais quand le moment sera venu. Et en même temps... Que peut elle lui offrir ? Elle doit se marier avec un sang pur, avec Regulus. Et si lui se permet de voir ailleurs, il va voir un homme. Peut, elle se permet de voir quelqu'un d'autre, un autre homme, aux risques que tout se complique ? Que peut elle lui offrir si ce n'est une relation douloureuse ? Il ne mérite pas de vivre un amour caché, et elle n'en a pas envie non plus. Elle aimerait afficher son bonheur, mais cela lui est visiblement interdit. Alors en réponse, elle se hisse sur la pointe des pieds pour lui voler un nouveau baiser, presque désespéré.

-Pourquoi tu ne me l'as pas dit avant ?

ça aurait été tellement plus simple ! S'il lui avait dit avant qu'elle ne tombe dans les filets du serpent, avant qu'elle ne soit promise à Regulus, peut être aurait elle trouvé le courage de se monter contre sa famille, afin de suivre Torin. De ne pas se cacher.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.



_________________

Because of him, she became a nightmare, dressed like a Queen.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 79
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   Ven 28 Juil - 3:28

God, you're back
Averill & Torin
Where are you ? And I'm so sorry. I cannot sleep, I cannot dream tonight. I need somebody and always. This sick strange darkness comes creeping on so haunting every time. Don't waste your time on me, you're already the voice inside my head. I miss you, miss you

« Tout ce que tu voudras. » Vraiment ! Il lui donnerait tout ce qu’elle voudrait. Même plus encore. Il serait capable de tout faire pour la rouquine, à un tel point que des personnes pourraient trouver ça fou, mais si c’était pour Averill, il pourrait devenir fou dans la seconde. Il y avait aussi beaucoup de gens qui lui disaient d’arrêter, qu’à force de la suivre et de se plier en quatre, il se mettrait dans la bouse d'hippogriffe, on lui avait déjà demandé s’il pensait qu’elle ferait pareil pour lui et ouais. Il savait que c’était réciproque. Que s’il faisait tout pour elle, elle ferait tout pour lui. Et de toute manière, même si ça n’aurait pas été le cas, Torin n’en aurait rien à faire. Il donnerait toujours sa vie pour elle, il vendrait son âme au Diable si c’était ce qu’elle voulait qu’il fasse. Peut-être que c’était ridicule de réagir comme ça par amour, mais il n’en avait pas grand-chose à faire. Si quelqu’un venait lui faire une remarque, il leur mettrait un poing dans la gueule sans même réfléchir. Il pourrait même remballer ses amis s’ils disaient trop de conneries. « Ton avenir pourrait être la chose la plus horrible que je serais toujours là, à tenter que tout se passe mieux pour toi. On s’en fiche que j’arrive à le surmonter ou non. La seule chose qu’il dont il faut se souvenir, c’est que je serais là pour t’aider à tout surmonter. » Lui dit-il, sur de lui. C’est tout ce qui importe. Le destin d’Averill ne sera pas des plus gai si son espérance de vie est bien longue, mais Torin sera là à tenter d’égayer ses journées encore et encore, du mieux qu’il peut. Il était là pour la faire rire, la faire sourire comme Regulus ne pouvait pas le faire. « Parce que tu crois que ça m’aurais fait quelque chose que tes parents n’auraient pas laissés arriver ça ? Je suis plein de ressource Averill. Je t’aurais enlevé à tout le monde s’il le fallait. » Une protection contre la souffrance, ne pas voir ce qui est juste sous notre nez ? Peut-être bien. Le subconscient est plein de choses surprenantes après tout. « Peut-être bien. » Finissait-il par lui dire en plissant le nez.
Il ne pouvait s’empêcher de lâcher un léger rire en l’écoutant, même s’il n’y avait pas vraiment quoi que ce soit de bien drôle là-dedans, loin de là même. Du moins, pas qu’il sache. « T’as pas l’air d’avoir beaucoup foi en moi, j’en serais presque vexé. » Nan, clairement, elle avait raison. Il n’arriverait jamais à son niveau, au contraire. Mais bon, il pouvait toujours essayer de ne pas être trop nul dans ce domaine. Il voudrait tout de même l’étonner avec ses capacités à faire du mal à quelqu’un sans même bouger. Ouais, façon bizarre d’impressionner une femme, mais que voulez-vous. On fait ce qu’on peut. Il ne pouvait, cependant, s’empêcher de retourner son doux sourire alors qu’elle lui retirait une mèche de son visage, ses yeux ne quittant jamais le regard de la rouquine tandis qu’elle semblait l’examiner. Puis, la description qu’elle donnait de lui, tout en caressant sa joue… il avait tellement envie de l’embrasser, de lui dire à quel point il l’aime. Sérieusement, cette fille était et avait toujours été la personne qu’il aimait le plus au monde. Et elle était toujours si gentille avec lui, malgré le fait qu’il pouvait paraître pour un gros con pour tellement de gens. Pourtant, elle était toujours là pour lui et il en était tellement… Reconnaissant. « Tu ne penses pas un peu trop m’idéaliser ? » Lui demandait-il sincèrement, tendrement. Avec Averill, il avait une certaine douceur qu’il ne se connaissait pas. Et pourtant, il n’était pas du tout contre ça. Au contraire. « Un beau parleur ? Vraiment ? Tu ne crois pas ce que je te dis ? » Ouais, parce qu’un beau parleur dit des conneries, même si les paroles restent séduisantes, non ? Pourtant, ce qu’il disait était la vérité, du moins, sa vérité à lui. Il la trouverait toujours magnifique, quoi qu’elle fasse. Elle n’avait pas besoin d’artifice pour lui plaire.Il faut dire que pour lui, elle est déjà belle au naturel, tellement qu’elle lui donnerait presque le tournis.
Comme pour prouver qu’il l’aimerait quelque soit son apparence, quels que soient ses choix, quel que soit son avenir, il l’embrassait avec fougue, avec amour. Vraiment, il avait laissé tout l’amour qu’il avait pour elle se montrer durant ce baiser. Bien plus qu’il n’aurait du pendant un simple baiser d’un garçon envers sa meilleure amie qu’il a peur de perdre. Mais en même temps, techniquement, on embrasse pas ses meilleurs amis, ce n’est pas quelque chose de banal. Là, c’était bien plus qu’une simple amitié, il y avait bien plus. Il y avait une intensité qui n’était qu’entre des amants, le frisson de l’interdit s’ajoutant aux sentiments que le lion éprouvait à l’égard de la rousse. Mais le baiser se terminait bien trop rapidement et la conversation qui poursuivait avait le don de stresser Torin. Il appréhendait le fait de lui dire qu’il l’aimait. Il ne savait pas comment elle réagirait, mais une grande partie de lui lui disait que ça ne serait pas facile à digérer, même s’il avait toujours su ce qui se passerait s’il lui avouait. Elle aimait Regulus, son fiancé. Lui, il n’était que Torin, son meilleur ami sang-de-bourbe. Leur histoire d’amour était presque courue d’avance. Pourtant, il lui avait tout de même donné la réponse tant redoutée et il pourrait en rajouter des tonnes là-dessus, sur ses sentiments, sur le fait qu’il les a toujours eus et pourtant, c’est comme si sa mâchoire restait coincée, attendant une phrase de la rouquine.
Ce qu’il ne s’attendait pas, c’était son action, le fait qu’elle se mettait sur la pointe des pieds pour placer un autre baiser sur ses lèvres, plus court cette fois, et bien plus chaste. « Parce que… je sais pas, je pouvais simplement pas. » Dit-il en fronçant les sourcils. « Je veux dire… Pour commencer, je savais pas que ce que je ressentais à ton égard, c’était de l’amour, même si je pense que ça a toujours été le cas. » Tant qu’à lui dire qu’il était amoureux, autant y aller à fond non ? Puis maintenant qu’elle l’avait lancé… Il n’allait pas s’arrêter en si bon chemin, ce n’était pas Torin, le roi de l’impulsivité et des phrases qui n’auraient jamais dues êtres dites. Il espérait ne pas lui faire de peine avec le béguin qu’il avait pour elle depuis des années, sans jamais savoir s’il pourrait le dire ou non. A toujours se mordre la langue avant de faire une gaffe. « Mais pendant notre cinquième année, j’ai voulu te le dire, d’ailleurs, mais je ne trouvais jamais le bon moment et finalement, tu m’as annoncé tellement heureuse que tu allais épouser Regulus. » Dit-il en pinçant les lèvres. « Donc je me suis écrasé. » C’était vraiment ça le résumé. « Mais j’avais besoin que tu le saches, même si c’est égoïste de te dire ça comme ça, de t’embrasser alors que tu es fiancée, même si c’est à un connard. »
Made by Neon Demon ♦ 1 213 mots

_________________
I can't tear myself away...I don't want to know what it's like to live without you. Don't want to know the other side of a world without you.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: AVERIN ⛛ God, you're back   

Revenir en haut Aller en bas
 
AVERIN ⛛ God, you're back
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Rez-de-Chaussée-
Sauter vers: