AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1900
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Sam 11 Fév - 3:00

La baballe. MA BABALLE !
Le cours défile avec une lenteur terrible, si bien que tout le monde commence à piquer du nez. Histoire de la magie, matière intéressante si seulement le professeur n'abordait pas pour la dixième fois le même sujet sur la bataille des gobelins et la victoire des sorciers. Même Remus qui est un bon étudiant habituellement se rend compte qu'il s'ennuie. Pourtant il est heureux de retourner en cours, cela lui a manqué alors qu'il a été forcé de rester à l'infirmière plus d'une semaine après l'attaque. Depuis la veille il recommence à suivre son rythme scolaire habituel, se rendant en cours après avoir juré à l’infirmière qu'il viendrait la voir si il se sentait mal. Sa jambe le tire un peu mais rien d'impossible, rien qui l'empêche de suivre ses leçons tout de même. Hors il prend encore ses potions et cela l’assomme un peu, si bien que la voix soporifique du professeur lui fait piquer du nez alors qu'en temps normal il serait sérieux et studieux. Sirius semble aussi prêt à s'endormir tant son homme baille. Cela le fait sourire mais pas assez pour qu'il parvienne à se garder éveillé. Alors Remus se retourne pour chercher un peu de soutien auprès de ses amis mais Peter et James semblent aussi sur le point de s'effondrer, seul Lily est assez assidue pour noter sans laisser apercevoir la moindre trace de fatigue sur son visage. Remus soupire une fois encore et se penche vers son sac pour sortir un petit paquet de biscuits, le sucre rapide lui permettra de tenir encore jusqu'à ce que l'heure sonne et qu'il puisse rentrer au dortoir. Et puis il a faim, même il meurt de faim. Ainsi il ouvre doucement le paquet et le pose entre Sirius et lui, donnant un coup de coude à son homme avant de lui montrer les biscuits, l'invitant à manger. Enfin il prend une sucrerie et commence à la grignoter en écoutant, espérant qu'il retiendra un minimum de ce cours car il se rend compte qu'il n'a pas vraiment noté depuis le début de l'heure.

Tant pis, l’histoire de la magie est une vraie source d’ennuis pour lui et il ne sait toujours pas comment il parvient à s'en sortir. Peut-être est-ce grâce à ses lectures habituelles, il a assez de ressources pour citer dans les contrôles. Mais alors qu'il se penche pour prendre également une bouteille d'eau, Remus se rend compte qu'il a au fond du sac une balle en caoutchouc rouge vif. Il l'attrape et la regarde pendant un long moment, se demandant ce qu'elle fait ici. C'est une balle pour chien, un vieux délire de James à Patmol il y a quelques mois. Justement ils la cherchaient, alors elle était là ? Étrange. Lentement, Remus la glisse sous la table et joue avec pendant un long moment. Puis une idée lui vient, une envie même pour se changer les idées. Il ne va pas oser? Et pourquoi pas ?! Remus se retourne pour croiser le regard de James et de Peter, leur signalant qu'il va faire quelque chose d'idiot dans quelques secondes. Au pire il mettra cela sur le compte des potions, il plaidera la folie. « Amour ? » Appelle Remus doucement. Puis sans attendre il appui fermement sur la balle, la faisant couiner dans un bruit strident qui devrait réveiller les sens de Sirius. Ce dernier s'amusait à jouer avec la balle il y a quelques mois, elle était un amusement adoré par Patmol. Mais elle a disparue, sans doute caché par Sirius qui en avait marre qu'on se moque de lui en lui jetant la balle sous le nez. Remus se retient de rire, sentant le regard de son homme le fixer, cherchant à savoir d'où vient le bruit. Puis Remus, sans prévenir, appui encore une fois sur la balle avant de la jeter dans la classe. « VA CHERCHER ! »  

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2503
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Sam 11 Fév - 20:34


la baballe, ma baballe !
Wolfstar

Tout compte fait peut être que l'infirmerie n'était pas si mal. Au moins il pouvait passer tout son temps couché contre Remus à quémander son attention, ses caresses, et quelques baisers lorsque les infirmiers les laissaient tranquille. Il n'était pas obligé de s'assoir en cours en faisant mine de s'intéresser à ce que le professeur pouvait dire alors qu'il n'en avait strictement rien à faire. Du reste, parmi tous les cours qu'il continuait à suivre l'histoire de la magie était sans douce celui qu'il aimait le moins. Pas que le sujet ne soit pas intéressant, il l'était sans doute, mais Sirius avait passé son enfance à écouter un précepteur lui apprendre les dates des Guerres des Gobelins et des diverses rébellions des Sorciers dans le monde. Le passé ne change pas - jamais - c'est pour cela qu'il était le passé, et de fait il y rarement des choses nouvelles à dire. Le fait d'avoir une très bonne mémoire était alors un problème, parce qu'elle le condamnait à l'ennui. Et l'ennuie était si profond cette fois-là qu'il ne cherchait même pas à faire mine de courir la plume sur son parchemin.
Il était assis à côté de Remus, affalé sur sa table, le menton sur les mains à observer le vide. De temps en temps ses paupières se faisaient lourdes et il papillonnait pour tenter de rester éveiller - sans grand succès. Il finit par s'endormir; sans même y faire attention, ne pouvant empêcher ses yeux de se fermer alors que son esprit divague. Il entendait au loin la voix du Professeur Sørensen, qui était incroyablement douce. Profonde. Le berçant dans des pensés qui n'avaient rien de catholiques. Il sentait la présence de Remus à ses côtés, l'imaginant glisser sa main vers sa cuisse pour le frôler de manière sensuelle. Et de ses yeux il dévoraient le loup-garou, avant de se pencher pour l'embrasser de manière gourm« Amour ? » Il ouvrit un yeux en gémissant de frustration, fixant Remus à côté de lui qui avait à nouveau cet air malicieux sur le visage. Arquant un sourcil perplexe, Sirius attendit quelques instants avant de simplement assumait le fait que Remus s'ennuyait et avait décidé de l'embêter pour passer le temps. Mais Sirius avait l'esprit embrumé, et préfèrerait presque que Remus agisse comme dans ses fantasmes.

Pouic, pouic. Il se redressa soudainement, totalement alerte, fixant un point sur le bureau - sachant que l'objet de son intérêt se trouver dessous sans doute entre les doigts de Remus. Il reconnaitrait son objet qui couine partout - n'importe où - et l'esprit encore embrumé l'empêcher de se rendre compte du ridicule de la situation. James lui avait offert la balle rouge bruyante il y a quelques mois à présent, pour occuper Patmol lorsqu'ils n'avaient rien d'autre à faire que de rester enfermés dans le dortoir, ou de se promener autour de la maison des Potter. Autant dire que c'était devenu un jeu et un sujet de plaisanterie chez les Maraudeurs. A croire que l'animagus de Sirius lui allait si bien qu'il était devenu une véritable seconde nature pour le Maraudeur. Assez pour qu'une balle qui couine éveille chez lui un instant primaire - celui de l'attraper. « VA CHERCHER ! »   Il se passa alors une chose étrange. Il vit la forme rouge s'envoyer à travers la pièce, et avant même d'y réfléchir son corps se tendu et flêchit. Il sauta par dessus son bureau, se fichant du reste pour simplement s'élancer vers la balle qu'il attrapa au vol, un sourire fier sur le visage alors qu'il s'étalait sur le sol, avec bien peu de grâce. Bien qu'il se releva prestement, se retrouvant au milieu de la pièce, dos au professeur, ses yeux dans ceux de Remus, et la balle entre ses doigts. Fier.
Puis la réalisation, et il se sentit désespéré. « Je ne veux aucun commentaire. » Dit-il en lançant un regard mauvais à son amant. « Sérieusement, Remus  ? J'refuse d'être seul pour ma retenue. » Dit-il en se tournant vers le professeur avec un air presque révolté sur le visage. Faut dire qu'il n'était pas le seul en faute - Remus savait qu'il ne résistait jamais à jouer avec sa balle. Il retourna à sa place, avec malgré tout un sourire qu'il tentait de camoufler. Avant de finalement se mettre à rire stupidement : « Avoue, c'était une belle action. J'aurai dû être attrappeur. »

_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 125
Date d'inscription : 03/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Dim 12 Fév - 13:41


   
La baballe, confisquée.

   
Vilde vs Wolfstar

   
Perchée sur mon estrade, j'animais le cours de ce matin avec une certaine dynamique. Le programme du jour se portait sur le sommet du conseil des Sorciers au quatorzième siècle et notamment sur la confrontation houleuse entre Eargit l'Affreux, porte parole des gobelins, et Cordelia Misericordia, porte-parole des harpies. Et elle tenait son rôle à merveille. Je voyais que les étudiants étaient captivés et prenaient leur cours avec une certaine attention. Enfin, au dernier rang il y avait les quatre Maraudeurs, connus pour leurs frasques et blagues en tous genres. On m'a directement parlé d'eux lorsque je suis arrivée au château. Dans un sens, ils me rappellent ma scolarité ici, moi et mes six amis. On faisait les mêmes blagues, on écoutait que brièvement les cours. Mais on a quand même réussi. On aurait dû avoir une belle vie. Ouais, on aurait dû.

Au beau milieu d'une phrase, j'entends soudainement un bruit aigu. Un bruit étrange que jamais je n'ai entendu. Je lève les yeux vers l'origine de ce bruit , autrement dit vers Monsieur Lupin. Je fronce les sourcils et reprends ma phrase mais de nouveau se bruit aigu. Je descends de l'estrade et avant que j'aie pu m'avancer vers lui, il lance une balle rouge et Sirius se précipite aussitôt pour la rattraper. Le brun atterrit lourdement sur le sol devant moi et se relève aussitôt. Je croise les bras et le regarde, un sourcil arqué. Il dit qu'il ne veut aucun commentaire, puis se tourne vers moi en me disant qu'il refuse d'être le seul. Je soupire avant de dire d'un ton grave:

"Messieurs, vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a un parc afin de jouer avec vos balles diverses. Veuillez me la donner."

Je tends la main vers Sirius afin qu'il me donne le jouet. Je le regarde et lui dis:

"Pour vous êtes lever de votre place pour attraper une balle et de ce fait, interrompu le cours, je retire trente points à Gryffondor"

Quelques soupires se font entendre mais je les fais rapidement taire en haussant un doigt, le visage fermé. J'avance dans l'allée jusqu'à me retrouver devant Remus. Je le regarde et lui dis, sur le même ton qu'à Sirius:

"Pour avoir fait du bruit avec cette balle et pour la lancer, je retire également trente points à Gryffondor. J'espère que vous êtes fiers de vous Messieurs.

De nouveau des râles et des soupirs. Je leurs tourne le dos et poursuit en disant:

"Et bien évidemment, deux heures de retenue pour vous deux. Vous viendrez me voir jeudi soir, je vais réfléchir à tout ceci. Maintenant si vous avez terminé, nous reprenons le cours."

Je remonte sur mon estrade et je reprends là où j'en étais. Ce n'est pas dans mes habitudes d'être sévère mais aujourd'hui, il fallait que je le fasse.

   
   

_________________
just a monster
I'm only a man with a candle to guide me, I'm taking a stand to escape what's inside me. A monster, a monster, I've turned into a monster and it keeps getting stronger •• ALASKA  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1900
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Ven 17 Fév - 3:01

La baballe. MA BABALLE !
Remus est un être calme et consciencieux, posé et droit qui ne rechigne jamais lorsqu'il doit travailler pendant plusieurs heures. Contrairement à son homme qui est déjà excellent sans avoir besoin de bûcher ses cours, Remus met toujours un point d'honneur à avoir d’excellentes notes afin d'accéder aux études qui lui font envie, il n'y a que comme ça qu'il s'en sortira et qu'il pourra avoir un métier plus tard tout en cachant sa vraie nature. Car il devra la cacher quoi qu'il se passe, un loup garou ne sera jamais engagé nulle part sinon. Les gens ont trop peur pour leur vie et pour celle de leur enfant. C'est parfois normal même si cela empêche les lycans de vivre, car sans travail on ne peut rien faire et surtout on ne peut même pas envisager de fonder une famille. Quoi que l'idée de transmettre le gêne du loup garou calme tout homme ou toute femme qui voudrait un jour donner la vie. Ainsi Remus est du genre bon étudiant à ne jamais se faire remarquer contrairement à ses amis qui sont marqués d'une pierre noire sur le tableau des professeurs. Les maraudeurs sont des tornades et ils emportent avec eux la joie et les rires. Hors même si il est bon étudiant il ne déroge pas à la règle des maraudeurs, attaquer l’autre si l'on peut et surtout se jouer de lui dés qu'on en a l'occasion. Car les maraudeurs se font souvent des farces entre eux, c'est si drôle ! Ainsi il ne peut pas passer à côté d'une occasion de taquiner on homme, pas alors que la balle rouge de Sirius est présente dans son sac et que son bruit si particulier menace de rendre fou l'étudiant à tout moment. Il s'en saisit et la cache avant de la faire couiner. Et le visage de son homme lui fait tout oublier, la douleur dans sa jambe et l'attaque de quelques jours en arrière. Tout s'efface devant la mine sérieuse et amusée de son homme alors qu'il fixe un point invisible. Et il jette la balle alors qu'une chose étrange se passe.

D'abord la classe s’éveille d'un coup devant l'ordre lancé par le lycan mais la suite est plus épique encore. Remus éclate de rire au moment où Sirius bondit sur le bureau en se jetant sur la balle avec une vitesse digne d'un petit chien. Enfin un gros chien, le sinistros est immense après tout. Il l'attrape avec une vitesse déconcertante, retombant au sol sans grâce comme un vieux sac en toile. Il s'étale par terre alors que Remus rit de plus belle, partagé entre le fou rire et la peur que son homme ce soit blessé. Il entend James et Peter rire encore plus fort que lui derrière, alors que toute la classe part dans un fou rire communicatif. Et Sirius se relève, fier de lui, la balle rouge entre les mains. Patmol qui est content d'avoir attrapé son jouet. La réalisation comme un choc, l'image qui lui revient, son homme perd son sourire. « Je ne veux aucun commentaire. » Il fait un geste de la main signifiant que de toute façon il ne peut plus parler tellement il se tord de rire allant jusqu'à tousser. « Sérieusement, Remus  ? J'refuse d'être seul pour ma retenue. » Plainte auprès d'un professeur que Remus avait oublié, sourire d'excuse tout en sachant qu'il va être aussi puni. Après tout il donne une très mauvaise image des préfets à ce moment même. Il revient à sa place avec un sourire qu'il tente de dissimuler derrière une mine choquée. Remus se calme enfin et se tourne vers son homme, sans cesser de se mordre la lèvre pour ne pas partir dans un autre éclat de rire. « Avoue, c'était une belle action. J'aurai dû être attrapeur. » « Patmol pourrait être attrapeur. » Dit-il en riant encore un peu avant de s'essuyer le coin des yeux alors que des larmes perlent sur sa peau. « Bravo mon amour, tu gagnes une caresse ! » Dit-il avant de passer sa main dans les cheveux de Sirius et de lui gratter derrière l'oreille comme il le ferait avec un bon chien. C'est là qu'il remarque le regard noir du professeur. Et aussitôt il se pince les lèvres pour arrêter de rire. « Pour vous êtes lever de votre place pour attraper une balle et de ce fait, interrompu le cours, je retire trente points à Gryffondor. » Il grimace aussitôt, sentant que cela retombe inévitablement sur leur maison. « Pour avoir fait du bruit avec cette balle et pour la lancer, je retire également trente points à Gryffondor. J'espère que vous êtes fiers de vous Messieurs. » Il ouvre la bouche pour répliquer mais il décide de ne rien dire, après tout il ne voudrait pas faire sauter quelques points à sa maison. 60 c'est déjà assez difficile à rattraper. « Et bien évidemment, deux heures de retenue pour vous deux. Vous viendrez me voir jeudi soir, je vais réfléchir à tout ceci. Maintenant si vous avez terminé, nous reprenons le cours. » Il tourne son visage vers Sirius et sourit doucement, lui lançant un bisou avec un regard lourd de sens. Tous les deux. En retenue. Enfermé dans une pièce, il y a moyen de passer un excellent moment. « J'avoue, on l'a un peu cherché ! »

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2503
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Ven 17 Fév - 23:30


la baballe, ma baballe !
Wolfstar

L'instinct - c'était une de ces choses contre lesquelles on ne pouvait rien. Elle ruait dans le sang plus vite que la raison, qui fléchissait pour n'être que réflexes. D'instinct Sirius était quelqu'un d'imprudent, de sanguin, de colérique, qui semblait incapable de faire preuve de bon sens. Il n'avait aucun instinct de survis allant en général à l'encontre du danger sans se soucier des conséquences. C'est sans doute ainsi que c'était forgé sa réputation de fauteur-de-troubles dans l'école. Il ne prenait jamais conscience des conséquences de ses actes, ou alors il n'en avait que faire. Il était souvent dans les bagarres contre les Serpentards. Il lançait des sortilèges sur ses camarades sans se formaliser du fait que ce soit interdit par le règlement. Il répondait aux professeurs avec verve ou séduction; usant de surnoms en se moquant de ce qu'ils appelleraient respect . Et il accumulait perte de points et heures de retenues, n'y faisant plus guère attention à présent. James le suivait souvent dans ces dérives; quand il n'en était pas l'origine. Mais Remus c'était une chose plus rare, et son amant devait sans doute vraiment s'ennuyer pour perturber le cours du professeur Sørensen.
C'est ainsi que Sirius se retrouva devant, au milieu de la pièce, une balle rouge dans la main, et un sourire fier sur le visage, sous les rires de ses camarades qui avaient vu là l'occasion de se réveiller un grand coup. C'est avec une démarche assurée qu'il rejoint sa place près de Remus, sans vraiment s'intéresser à leur professeur qui restait choquée de leurs comportements. Il faut dire que c'était sa première année à Poudlard, et les actions des Maraudeurs ne lui étaient pas encore habituels. Comme à son habitude dans ce genre de situation, Sirius rit plutôt de sa prouesse, se tournant vers Remus sans rien voir de plus.
REMUS — « Patmol pourrait être attrapeur. » Il leva les yeux au ciel, se demandant bien depuis quand il avait réduit au statu de chien . Il en serait presque vexé, montrant plutôt la balle comme preuve de ses réflexes plutôt impressionnants.
REMUS — « Bravo mon amour, tu gagnes une caresse ! » S'exclama le fourbe Gryffondor avant de venir lui caresser les cheveux comme il l'aurait fait s'il avait été sous sa forme animal. Poussant le vice jusqu'à lui gratter l'oreille, et Sirius répondit dans un grognement avant de claquer de la machoire.
SIRIUS — « Mords toi la langue, Moony ! » S'écria-t-il avec un air vexé, repoussant la main flatteuse, avant de remarquer que leur professeur se trouvait devant eux, tenant la main. Sirius y posa la balle en grommelant.
VILDE — « Pour vous êtes lever de votre place pour attraper une balle et de ce fait, interrompu le cours, je retire trente points à Gryffondor. » Il haussa les épaules, et se contenta de regarder le reste de la classe sans se soucier de ce qu'elle pouvait bien dire. Il avait l'impression d'avoir entendu ces discours des centaines de fois, et n'en était plus affecté. Même les autres étudiants de Gryffondors n'étaient plus touchés par la perte de points colossales à cause des Maraudeurs. Mais loin de s'arrêter sur Sirius, elle se tourna vers Remus, causant le sourire en coin de Sirius.
VILDE — « Pour avoir fait du bruit avec cette balle et pour la lancer, je retire également trente points à Gryffondor. J'espère que vous êtes fiers de vous Messieurs. » Sirius allait pour répondre qu'il l'était en effet - mais un regard vers Remus l'en dissuada. Il perdit toute notion de réalité, devant l'air affligé mais rieur de son amant. Il fut frappé par la beauté de ses traits, et par cette malice qui brillait dans son regard et qu'il aimait tant. Dans un flash il se souvint de la première fois qu'il avait vu Remus dans le hall de la Grande Salle - éteint, discret, et surtout désireux de ne pas se faire remarquer. Pas à sa place - sa place il l'avait trouvé à présent.
VILDE — « Et bien évidemment, deux heures de retenue pour vous deux. Vous viendrez me voir jeudi soir, je vais réfléchir à tout ceci. Maintenant si vous avez terminé, nous reprenons le cours. » Il arqua un sourcil alors que la jeune femme retournait à son bureau pour reprendre son cours, et une idée des plus lumineuse lui traversa l'esprit : Remus, lui, une pièce vide, et deux heures enfermées pour une punition - soit-disant.
REMUS — « J'avoue, on l'a un peu cherché ! » Il posa sa main sur la cuisse de Remus qu'il sera un peu sous la table, pour avoir son attention.
SIRIUS — « J'aurai tendance à penser que j'ai une mauvaise influence sur toi, Moony. Pas que je m'en plaigne, t'es terriblement sexy lorsque tu joues les rebelles. » Murmura-t-il vers son amant, alors que le reste de la classe retournait à son ennui. Il dévorait littéralement le loup-garou du regard, sa main se promenant sur son pantalon. « Tu sais ce que je me disais ? » Demanda-t-il de manière rhétorique - il y avait peu de chance pour que Remus lise dans ses pensés. Après tout c'est avec James qu'il apprenait la Dictamancie. « Il nous reste que quatre mois avant la fin des cours. Quatre mois pour baptiser chaque pièce de ce château de notre légendaire Amour. On devrait se faire une liste pour ne rien oublier. » Proposa-t-il avec un haussement de sourcil pervers.


_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1900
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Mar 28 Fév - 19:50

La baballe. MA BABALLE !
Remus connaît mieux que personne les conséquences d'un instinct trop poussé, d'une envie et d'une fureur folle qui court dans les veines lorsque quelque chose attise ses sens. Le loup en lui le pousse souvent à ressentir et à montrer les crocs lorsque quelque chose ne va pas. Ainsi il n'est pas surpris de voir Sirius bondir comme une flèche pour attraper sa balle rouge qui fait du bruit, son jouet attitré depuis que James a eut la bonne idée de le lui offrir. Cela le fait rire à Remus et il ne se moque pas, même si il doit reconnaître que les rires autours e lui n'arrangent pas son envie d'éclater d'un rire franc plus fort encore. Surtout avec l'air fier de Sirius lorsqu'il arbore sa balle dans sa main, il en viendrait presque à aboyer tellement il est content de lui. « Mords toi la langue, Moony ! » Le geste vexé de son homme le fait rire plus fort encore avant qu'il ne s'arrête sous le regard assassin du professeur. Il est vrai que Remus est souvent le plus sage et le plus assidu des étudiants, pour qu'il en vienne à perturber le cours il faut vraiment que ce dernier soit ennuyeux à mourir. Ce qu'il est d'ailleurs. Ils accusent le coup sans broncher, même si le lycan sent une pointe d'injustice monter en lui. Ils se font punir sans vergogne, mais quand c'est un Serpentard qui crache son venin contre un né moldu personne ne dit rien. Enfin bref, il n'ira pas attaquer ses camarades gratuitement, pas alors que certain semblent si fier depuis l'attaque de Poudlard. Il suffit de les croiser dans le couloir, ils ont la tête haute et le regard brillant de celui qui a accomplis des choses avec fierté.

« J'aurai tendance à penser que j'ai une mauvaise influence sur toi, Moony. Pas que je m'en plaigne, t'es terriblement sexy lorsque tu joues les rebelles. » « Son cours m'agace. Je n'y peux rien, elle est ennuyante à mourir. » Dit-il de mauvaise foi en haussant les épaules, se moquant de toute façon des conséquences. Et puis il connaît son cours par cœur, il aura tout de même une excellente note au contrôle lorsque celui-ci aura lieu. « Tu sais ce que je me disais ? » « Que tu m'aimes ? Je le sais ça mon adoré. » Dit-il avec un petit sourire avant de venir quémander un baiser auprès de son homme, ne faisant même plus attention à la reprise du cours devant eux. « Il nous reste que quatre mois avant la fin des cours. Quatre mois pour baptiser chaque pièce de ce château de notre légendaire Amour. On devrait se faire une liste pour ne rien oublier. » « Tu n'es qu'un sale pervers. » Dit-il d'un ton outré avant d'essayer de se concentrer sur le cours devant eux. Mais il ne peut pas, pensant constamment aux pièces qu'il pourrait baptiser avec son cher et tendre amant qui ne pense qu'au sexe, tout le temps, toute la journée, à tout moment. Alors Remus attrape un parchemin vierge ainsi qu'une plume et commence à noter un titre qui ne soit pas trop pervers où penché côté sexuel. « Une idée ? » Dit-il en retenant un sourire, d'un air terriblement sérieux pour éviter que la prof ne vienne vers eux, leur arracher le parchemin et le lire à voix haute. « Dortoir des Pouffsouffle et des Serdaigle. » Dit-il avant de noter l'idée aussitôt, ajoutant évidemment celui des Serpentard juste à côté. Mais plus difficile pour avoir le mot de passe de leur dortoir, il faut dire qu'ils ne s'entendent pas avec les Serpents. « Par contre, garde cette liste pour toi. J'aimerais préserver mon statut de garçon sage et bien élevé. » Dévergondé par Sirius Black au passage.

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2503
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Mar 28 Fév - 23:23


la baballe, ma baballe !
Wolfstar

La reprise du cours se fait sans que Sirius n'y prête vraiment attention. Le Maraudeur n'était ni assidue ni particulièrement attentif en cours. Bien au contraire, il était de ces troubles-fêtes qui n'écoute jamais rien, bien trop intéressé par le fait de perturber le cours pour accorder de l'importance à ce qu'il s'y disait. Pourtant il était aussi l'un des meilleurs étudiants de l'école, pour ne pas dire le meilleur étudiant, à égalité avec James. Dans la majorité de leurs cours ils récoltaient les meilleurs notes, bien qu'ils se fassent distancier par Remus en Défense contre les forces du mal. La raison en était sans doute leurs éducations de sang pur. Ou dans le cas de Sirius une mémoire eidétique qui lui permettait de retenir tout ce qu'il entendait sans faire le moindre effort. De fait il était bien rare de voir le Black travailler, ou même aller à la bibliothèque. Pour faire ses devoirs il faisait appel à ses souvenirs de cours, ou à ses lectures obligatoires durant sa jeunesse. Tant et si bien qu'il passait la majorité du son temps libre à imaginer des blagues avec James, ou à tenter de convaincre Remus de le laisser lui faire l'amour - à moi qu'il ne l'embarque avec lui dans les farces les plus réussies des Maraudeurs.
En somme il profitait de sa liberté, oubliant bien souvent qu'il se trouvait dans une école et qu'il était ici pour étudier. Et même sortir avec Remus ne lui avait pas apporté de sérieux - il était toujours le même, mais à présent Remus s'amusait aussi à jouer les trouble-fêtes. Une chose que Sirius trouvait incroyablement sexy. Voir Remus rire ainsi à gorge déployé le mettait toujours dans une joie extrême. Il aimait le rire du loup-garou plus que tout le reste - à part son regard mordoré sans doute. L'entendre rire, ainsi, sans se soucier qu'ils soient en cours, ou qu'on puisse le regarder, c'était une victoire sur ses craintes, son enfance loin du monde, et sa condition qu'il laissait bien trop souvent prendre le dessus. Ils en avaient discuté, et Sirius était fier de se dire que c'était en partie grâce à lui si Remus assumait ce qu'il était avec moins de honte et d'appréhension.

Il retrouva donc sa place, mais ne porta aucune attention au cours, préférant se tourner vers son petit ami, et lui accorder toute son attention. Moquant son comportement avec une mimique perverse.
REMUS — « Son cours m'agace. Je n'y peux rien, elle est ennuyante à mourir. » Il arqua un sourcil moqueur, peu convaincu par les arguments de son amant pour expliquer son comportement pour le moins déplacé et rebelle. Il n'était pas rare que Remus soit à l'origine d'une farce, mais il avait l'intelligence de ne pas se faire prendre en général. Qu'il soit le précurseur d'une farce aussi grotesque était bien la preuve qu'il s'ennuyait oui - sans aucun doute. Et le fait était assez rare pour que Sirius s'en amuse.
SIRIUS — « Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de mon petit ami ? » Demanda-t-il en fronçant les sourcils, posant un regard affligé à Remus, bien que trop grossièrement pour que son amant n'en soit vraiment affecté.
Du reste, Sirius s'ennuyait aussi - comme bien souvent quand ils se trouvaient être en cours - et son esprit ne pouvait pas s'empêcher de faire des rapprochements les plus pervers quand il regardait Remus. Et qu'il pensait au fait qu'ils se trouvaient à Poudlard pour quatre mois maintenant. Les quatre derniers mois de leur vie dans cette école, et le corps de Remus bien trop proche, sur lequel il posa une main discrète.
REMUS — « Tu n'es qu'un sale pervers. » Il leva les yeux au ciel, devant la réaction de Remus. Ce n'était pas une chose nouvelle qu'il ne pensait qu'à cela - d'autant plus avoir un amant aussi doué. En réalité il ne pensait pas qu'à cela, mais il ne pouvait pas contrôler les réactions de son corps à présent qu'il pouvait jouir du corps de Remus autant qu'il le voulait. Encore moins lorsque le loup-garou avait l'audace de l'embrasser en plein cours. Et alors que Remus faisait mine de se concentrer sur le cours, il ne pouvait pas s'empêcher de le regarder lui.

Il n'arrivait pas encore vraiment à réaliser comment ils en étaient arrivés là mais ne pouvait pas s'en plaindre. Il repensa à la conversation qu'il avait eut avec Marlène le week-end précédent, et bien que cela semblait terriblement loin à présent il pensait encore chaque mot. Aimer Remus c'était prendre le risque de tout perdre, mais c'était faire le choix de vivre.
REMUS — « Une idée ? » Il sursauta à la question, se rendant compte que Remus avait sorti un parchemin vierge, et tenait une plume dans sa main. Souriant, et sautillant presque sur place Sirius le regardait avec le même émerveillement qui brillait dans ses yeux depuis que Remus l'avait embrassé au Ministère.
SIRIUS — « Sérieusement ? Une seule idée ? » Demanda-t-il en se passant la langue sur la lèvre supérieur, avant que Remus ne reprenne la parole, preuve que l'idée de Sirius avait fait son chemin finalement. Ou que le cours était vraiment aussi terrible que Remus était même prêt à satisfaire toutes les idées lubriques de son amant.
REMUS — « Dortoir des Pouffsouffle et des Serdaigle. » Evidemment. Des grands classiques, et il vit Remus marquer celui des Serpentards aussi. « Par contre, garde cette liste pour toi. J'aimerais préserver mon statut de garçon sage et bien élevé. » Il lâcha un ricanement étouffé, pour ne pas se faire repérer par le professeur qui semblait garder un oeil sur eux.
SIRIUS — « Remus, sachant avec qui tu couche personne ne peut croire que tu es encore sage. »  Lui affirma-t-il alors qu'il se rapprochait encore, se moquant finalement d'être regardé ou pas par le professeur. Il considéra que tant qu'ils ne sautaient plus par-dessus leurs bureaux ils seraient laissés tranquille jusqu'à la fin de l'heure. Sans doute. « Quant à être bien élevé... » Il souffla le mot avec une telle perversion dans la voix que même son échine frémit, et resta près de Remus alors qu'il regardait la liste. Des idées il en avait - il y pensait depuis un certain temps après tout - et avait même le désir de remettre des lieux qu'ils avaient déjà visité.
SIRIUS — « Les vestiaires de Quidditch, grand classique. Les gradins aussi, évidemment. Et le terrain de nuit, sous les étoiles. » Dit-il en papillonant des yeux dans un jeu romantique grotesque. Quoi que l'idée de laisser Remus lui faire l'amour sous les étoiles étaient des plus attrayant. « La tour d'Astronomie. Le bureau de Dumbledore. L'infirmerie - évidemment. Le bureau de Rusard, la réserve de potions, les cuisines, la salle de bain des préfets - encore. »  Enonça-t-il avec sérieux, avant de tourner un regard plus joueux et inquiétant vers Remus, se mordant la lèvre inférieure. « Les appartements des préfets-en-chef ? » Proposa-t-il avec un air machiavélique.

_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1900
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Ven 3 Mar - 18:56

La baballe. MA BABALLE !
Les maraudeurs deviennent terribles lorsqu'ils s'ennuient où qu'ils ont un prof dans le pif, pire encore lorsque cette dernière leur envoi une punition qu'ils trouvent injustifiés. Remus ne reconnaîtra jamais qu'il méritait la punition, simplement car il pense que cela a été bon pour tout le monde qu'il réveille les autres élèves avec une farce sur son amant. Tout le monde s'endormait, tout le monde était prêt à s'effondrer sur la table tant cette matière et cette prof est barbante. Limite il faudrait le remercier d'être intervenu avant de courir à la catastrophe. Au moins maintenant tout le monde est réveillé et prêt à écouter le professeur. « Qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de mon petit ami ? » « Je l'ai mangé ! » Dit-il en s'esclaffant mais en se calmant aussitôt en croisant le regard glacé du professeur. Pourtant lorsqu’elle se retourne vers le tableau il lui tire la langue comme un gamin, au pire il prend une heure de retenue en plus. Il en a déjà deux heures, une heure de plus où pas ce n'est pas très grave. Il reconnaît qu'il a particulièrement l'esprit rebelle aujourd'hui, c'est étonnant cela ne lui ressemble. Remus est plutôt calme et sage habituellement, il faut vraiment que le cours l'agace pour qu'il agisse ainsi. C'est le cas, ce cours est épuisant à force mais bon il leur reste encore plusieurs minutes avant que la fin ne s'annonce et qu'ils puissent partir. Il faut bien trouver de quoi s'occuper alors lorsque Sirius lance l'idée d'une liste Remus saute sur l'occasion de s'occuper quelques instants. En espérant que personne ne tombe dessus.

« Sérieusement ? Une seule idée ? » Il lance un regard plein de sous entendus à son homme, signalant qu'en effet il n'a pas besoin d'en donner une seule. De toute façon il connaît son amant, il doit crouler sous les idées sans que Remus n'ai besoin de le lancer. « Remus, sachant avec qui tu couche personne ne peut croire que tu es encore sage. » « C'est pas faux. » Sirius Black est un tombeur, sa réputation n'est plus à faire depuis longtemps. « Quant à être bien élevé... » Il se sent frémir de haut en bas sous le ton sensuel que son homme utilise, alors il tourne la tête pour le regarder, craignant de voir ce que son homme prépare encore. « Les vestiaires de Quidditch, grand classique. Les gradins aussi, évidemment. Et le terrain de nuit, sous les étoiles. » Son homme note encore et encore, faisant sourire de plus belle le lycan qui lève les yeux au ciel. Quand ça parle de sexe son homme est incroyablement inventif. Geste faussement romantique de son homme qui arrache un rire à Remus alors qu'il lui rend son regard papillonnant comme une pucelle de 15 ans. « La tour d'Astronomie. Le bureau de Dumbledore. L'infirmerie - évidemment. Le bureau de Rusard, la réserve de potions, les cuisines, la salle de bain des préfets - encore. » « Dumbledore, tu oublies direct. Il va nous pincer... Et puis son bureau ne m'excite pas du tout. »

Dit-il en prenant la plus et en rayant la mention parlant du bureau du directeur. Il ne sait même pas comment il pourrait se faufiler dans cette pièce bien gardée par une statut qui ne s'ouvre que lorsque l'on prononce le mot de passe. « Les appartements des préfets-en-chef ? » Il croise le regard de son homme et lui rend son sourire, l’œil brillant d'une idée perverse qui traverse son esprit. « Je suis sur que Lily acceptera de nous prêt la clef... » Dit-il avec un petit sourire, se sentant rougir à l'idée de baptiser les appartements, haut lieu du pouvoir quasiment impossible à atteindre. « Boutique Zonko. Si on arrive à sortir du château... » Dit-il avec une mine pensive, cherchant un moyen de contrer les systèmes de sécurité pour s'accorder un moment hors du château avec son homme. « Mais ça ne presse pas, nous devons visiter toutes les pièces du château tant que c'est encore le moment... » Dit-il en cherchant encore. « Les cachots ? Il fait froid mais avec un petit sort ça doit être vivable... Puis que dirais-tu de nous accorder un moment dans la salle des Serpentards ? Tu sais cette classe vide emménagée pour eux... » Dit-il en posant sa main sur la cuisse de son amant et en souriant lentement, lançant un regard noir vers Evan Rosier, enchanté à l'idée de laisser son odeur partout dans leur salle attitrée. Heureusement au bout de quelques temps la sonnerie retentit dans la salle, annonçant la fin du cours alors que Remus commence à ranger ses affaires. « Devant un feu de cheminé, sur une fausse peau de bête... J'adorerais l'idée. » Il fait disparaître sa plume et son encrier dans son sac et se tourne vers Sirius, souriant de plus belle.
[

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2503
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   Lun 6 Mar - 22:06


la baballe, ma baballe !
Wolfstar

Une fois encore il ne porte aucune attention au cours pour trouver une activité bien plus lucrative. Et faire la liste de tous les endroits où il devra faire l'amour à Remus avant la fin de l'année semble bien plus intéressant que la Guerre de Gobelins soudainement. Bien au tout soit toujours plus intéressant que la guerre de Gobelins. S'imaginer en train de dépraver Remus dans tous les coins et recoins du château éveille et excite son intérêt. Et autre chose en lui de plus chaud et impatient. D'autant que son amant y va également de son idée, de son commentaire, se penchant sur le parchemin.
REMUS — « Dumbledore, tu oublies direct. Il va nous pincer... Et puis son bureau ne m'excite pas du tout. » Sirius arqua un sourcil - amusé par la remarque de Remus. C'est pas tant de faire l'amour devant les centaines de tableaux des anciens directeurs (dont un de ses ancêtres) qui existe Sirius que le côté impossible de la chose. Pour entrer dans le bureau de Dumbledore il fallait avoir le mot de passe, passer devant la gargouille et ouvrir sa lourde porte en espérant qu'il ne s'y trouve pas. Et cet homme savait toujours ce qu'il se passait dans l'école. Un challenge pour un Maraudeur.
SIRIUS — « J'arriverais à te convaincre. » Assura-t-il alors que Remus l'avait déjà barré avant que Sirius ne continue sa liste.
Avec notamment la chambre des préfets en chef. Si Remus avait été préfet-en-chef lui aussi il sait qu'ils auraient passé leur temps dans ses appartements, à s'y amuser bruyamment sans risquer de se faire surprendre. A défaut de cela, ils s'amusaient dans la salle des Maraudeurs, ou la salle sur demande. Ou le dortoir quand ils pouvaient se le permettre. Mais la chambre des préfet-en-chef c'était le Saint-Graal des chambres à Poudlard.
REMUS — « Je suis sur que Lily acceptera de nous prêt la clef... » Sirius secoua la tête, bien moins sûr que son amant sur ce point. Lily Evans avait beau adorer Remus, Sirius doutait qu'elle accepte de laisser sa chambre pour que sa débauche sexuelle. C'était très peu Lily même si les Maraudeurs acceptaient de faire le ménage derrière eux. D'autant que James n'accepterait sans doute pas non plus que ses amis viennent s'installer dans son lit d'amour personnel.
SIRIUS — « Tu as l'air sûr de toi, Moony, mais je le suis beaucoup moins. Ca va être un challenge ca aussi. » ce qui rendait les choses d'autant plus excitantes.

Une fois que Sirius eut proposé toutes ses idées, il se tourna vers Remus qui prit le parchemin à son tour, et ils continuaient à écrire sans faire attention à ce qu'il se passait en cours. Au moins ils ne faisaient rien pour perturber le cours, alors sans doute seraient-ils laissé tranquille pour le moment.
REMUS — « Les cachots ? Il fait froid mais avec un petit sort ça doit être vivable... Puis que dirais-tu de nous accorder un moment dans la salle des Serpentards ? Tu sais cette classe vide emménagée pour eux... » Cette fois le coeur se Sirius s'accéléra d'impatience. L'idée d'aller dans cette pièce, dans une des classes vides du troisième étage l'excitait. Bordel.
SIRIUS — « Tu parles de la salle de Rosier ? On y laissera notre emprunte. Notre signature. Un petit mot de remerciement. » Dit-il avec des étincelles dans les yeux à cette idée. Ils ne pouvaient pas - décemment - emprunter la pièce des Serpentards sans les en remercier. Ils n'avaient pas été élevés ainsi - enfin ! A l'idée un sourire machiavélique apparut sur le visage de Sirius, et ne disparut pas alors qu'il rangeait ses affaires et suivit Remus hors de la pièce. Son amant toujours assez proche de lui pour se pencher à son oreille.
REMUS — « Devant un feu de cheminé, sur une fausse peau de bête... J'adorerais l'idée. » Un frisson parcourut son échine, et Sirius passa un bras sur les hanches de Remus pour le tirer vers lui et embrasser son cou.
SIRIUS - « J'connais un endroit pour te faire l'amour sur une peau de bête dés ce soir. » Promit-il avant de le suivre dans les couloirs jusqu'à leurs prochains cours, s'imaginant déjà se retrouver seul avec Remus le soir-là - et les soirs suivants.

the end.



_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar   

Revenir en haut Aller en bas
 
La baballe. MA BABALLE ! Wolfstar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alpha & omega (wolfstar)
» twilight spirits (wolfstar)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: