AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 kiss me harshly (raven & osulus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: kiss me harshly (raven & osulus)    Dim 12 Fév - 1:32



kiss me harshly
Raven & Regulus & Oswin
L'habitude avait quelque chose de rassurant; parce qu'il n'y avait pas matière à réfléchir lorsqu'on était pris dans la vague des obligations et de la routine. Après la nuit des attaques, Poudlard était resté en sommeil durant trois jours. Trois jours pour panser les plaies, guérir les blessures, et cicatriser - une étudiante de Serpentard avait disparu. Plusieurs étudiants avaient perdu des membres de leurs familles ou des amis. Certains étaient encore à Sainte-Mangouste pour tenter de se remettre - et personne ne savait qui était les coupables. Ils marchaient pourtant à travers les couloirs, agissant comme tous les autres, avec les mêmes regards de pitié, et les mêmes mots sur les lèvres - « Profitons du temps à vivre » - quelque chose dans ce gout-là comme une prière faite pour ne pas sombrer dans le délire et la folie. Oswin observait ce monde qui déclinait vers la stupidité avec quelque chose de profondément ennuyé. Il n'aimait pas cette ambiance lourde, et ces faux sourirs. Ces êtres qui s'obligeaient à agir comme toujours alors qu'ils voulaient simplement se rouler par terre. Mais il comprenait aussi que les professeurs et le directeur de l'école ne pouvaient pas prendre le risque de voir tout le monde s'arrêtait de vivre simplement par peur de confronter la réalité.
Alors ils avaient reprit les cours, les devoirs, les obligations de préfet - la routine. Et la routine était rassurante. La routine était affligeante. La routine l'ennuyait.  

Fort heureusement pour lui il y avait une chose qui arrivait à rompre les habitudes qu'il s'était forgé durant ces six années à Poudlard. Il croisa son regard bleu, deux rangs derrière lui et il sentit un frisson lui remonter l'échine. Il se mordit la lèvre, alors que son regard se perdait sur le visage lisse et concentré de Regulus. Son cours de potions lui semblait soudainement bien trop long et pénible. Ils travaillaient seuls pour une fois, et il avait quasiment terminé son office - il devait rajouter une peau de dragon des îles, avant de remuer quatre fois dans le sens des aiguilles d'une montre. La potion avait sa couleur écarlate, elle finira jaune soleil et il aura une note pour le moins acceptable. Pour ne pas espérer qu'elle soit excellente. Mais il s'en moquait. Il s'en moquait éperdument - tout ce qu'il voulait à présent c'était Regulus.
Il s'étonnait de voir à quelle vitesse ses pensés et ses sentiments pour le sang pur devenaient incontrôlables. Il avait toujours réussit à avoir une parfaite maitrise de ses réactions, surtout concernant son meilleur ami. Pas qu'il n'eut jamais pensé à l'embrasser ou à se laisser aller à des étreintes plus charnelle, mais tant qu'il s'agissait de l'ordre du fantasme il arrivait à gérer ses pensés et à rester cohérent. A présent qu'il y avait gouté c'était devenu bien plus compliqué.

Il se faisait l'effet d'être un adolescent comme les autres; et c'était à la fois frustrant et excitant. Pour le reste des étudiants - sans doute - son comportement ne changeait pas de d'habitude. Oswin avait toujours accordé plus d'attention, de regard, et de gestes tendres vers Regulus. Il le faisait passer pour de l'amitié, mais à présent cela se teinté par un désir difficilement contenu de plus. Toujours plus - surtout lorsque Regulus mordait sa lèvre inférieur de la sorte. Tu vas prendre feu, Feuerbach, reprends toi. Il ne pouvait pas simplement être un esclave de ses désirs, c'était si peu lui. Et en même temps ce temps qu'il s'accordait avec Regulus faisait tellement tout - il échauffait son esprit et son corps, lui faisait ressentir des choses si brûlantes qu'il en était bouleversé. Il était un foutu adolescent sous hormones et il ne pouvait rien y faire. Encore moins depuis l'attaque, encore moins depuis ses blessures, et leurs face à face avec Voldemort - tout c'était accéléré et la peur de ne plus rien maitrisé et de risquer de le perdre le rendait ivre de le sentir plus vivant encore.

La fin du cours n'avait jamais était autant espérée, et lorsqu'elle sonna enfin, il déposa sa fiole emplie d'une potion réussie avant de rejoindre Regulus, et de l'attirer à travers les couloirs. Sans un mot, un simple regard enflammé pour invitation à le suivre, il décida de profiter de la fin de leur journée - et de quelques heures avant le repas - pour se retrouver seul avec Regulus. Il ne mit par longtemps à trouver une classe vide - il faut dire qu'il connaissait bien l'école et les cachettes pour quelques embrassades intimes depuis qu'il était préfet - et à peine la porte fermée qu'il s'accrochait déjà à Regulus pour tirer sur son col et écraser sa bouche sur la sienne. « Faut que tu arrêtes de malmener ta lèvre comme ça, Lieben . » Glisse-t-il alors qu'il vient justement lécher la lèvre injuriée avec sa langue, gardant leur proximité. « Ca a tendance à me faire oublier d'être raisonnable. » Rajoute-t-il avant de l'embrasser encore, gémissant contre sa bouche alors qu'il sert son corps contre le sien.

Et lorsque la porte s'ouvre soudainement il n'a pas le réflexe de le repousser. Bien au contraire - il reste dans cette posture intime - choqué d'être découvert. Faut dire qu'il n'a pas pensé à verrouiller la porte - Merlin - et qu'ils sont à présent découverts. Mais lorsqu'il voit qui se tient devant eux il ne peut que relâcher son air et sourire. Franchement - il y avait pire que Raven Fawley, la seule personne au courant de ce secret, pour tombé sur les deux hommes dans une posture si gênante.  


_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Jeu 16 Fév - 22:55

Le retour en classe depuis l’attaque n’avait pas été facile pour bien des étudiants, et tu as pu remarquer une nette diminution des discussions excitées et des rires étouffés des étudiantes. Depuis l’infirmerie, tu n’as pas revu ton frère ni un autre membre des Maraudeurs, et c’est pas plus mal. Sans t’empêche pas de te demander tous les jours ce qui advient de Potter, s’il s’est bien remis de ses blessures. Tu te demandes si son rétablissement a été pénible ou non, te surprend parfois à espérer que ça l’ait été. T’as aimé cette sensation de pouvoir, et même si ton premier réflexe -qui n’est pas tout à fait effacé encore- a été de nier ce sentiment, ta discussion avec Oswin le lendemain t’as réconforté dans l’idée que c’est pas mal. Pas mal d’aimer faire mal, pas mal de vouloir en faire davantage, pas mal de même parvenir à blesser quelqu’un qu’on a déjà jugé important dans sa vie. Car Os a bien combattu Marlène, malgré l’affirmation de ton meilleur ami quant à la finalité de leur belle relation, il n’y a pas si longtemps, ils étaient amis. Avant que Marlène tente de se mettre entre toi et lui, et qu’elle perdre. Comme s’il savait le fond de tes pensées, il tourne la tête vers toi et vos regards se croisent à travers la classe silencieuse de potions. Ton cœur manque un battement avant que tu te concentres à nouveau sur ta potion qui avance bien. Tu n’as pas eu de soucis avec la reprise des cours, bien au contraire. C’est la normalité, les derniers instants normaux que tu pourras profiter, les quelques mois de ta sixième année restante, puis la septième l’an prochain. Si t’as la chance de vivre ou de ne pas être forcé à fuir le château à défaut de supporter les idéaux du sombre Lord. Alors tant que tu peux profiter de ta bulle légère, tu le feras.

Ta fiole est déjà sur le bureau du Professeur quand le cours se termine, t’as pris une seconde avant que tout le monde se lance à l’avant afin de quitter les cachots le plus rapidement possible. Une fois sortit de la classe tu attends Os en prenant appui contre un mur, et il te rejoint rapidement. Il ne dit rien, mais son regard hurle un feu ardent qui te fait déglutir. Tu ne réponds rien, ça ne prend rien de plus pour que tu suives Oswin dans les couloirs alors que ton esprit s’embrase et ton bas-ventre aussi. Leur marche semble infiniment longue à la recherche d’un endroit tranquille – qui finit par se dessiner en une salle de classe vide. Ils ont quelques heures à tuer avant d'aller dîner, quelques heures pour rassasier un autre genre d’appétit, tout aussi féroce que le premier. Tu suis Os sans un mot, sentant ton palpitant s’énerver quand il pousse finalement une porte. Tu l’entends même pas se fermer derrière vous que déjà Os tire sur le col de ta chemise, te faisant tomber contre lui et surtout, surtout contre sa bouche. Aussitôt, un gémissement meure dans le fond de ta gorge, et tu réponds au baiser avec passion. Faut que tu arrêtes de malmener ta lèvre comme ça, Lieben, qu’il murmure contre ta bouche avant de lécher ladite lèvre tentatrice. Ca a tendance à me faire oublier d'être raisonnable. Tu as à peine le temps de sourire avant que ta bouche soit délicieusement ravagée encore. Tu sens ses mains sur toi et laisse les tiennent glisser jusqu’à son cul, t’en empoigne les joues pour lever Os du sol, le temps de reculer jusqu’au bureau de l’enseignant invisible derrière vous et l’y installer. Vos langues bataillent, ta tête tourne et tu sens déjà que t’es en train de perdre le contrôle. Une te mains migrent entre ses cuisses tandis que l’autre agrippe ses cheveux, avant de tirer vers l’arrière, coupant votre baiser pour martyriser sa gorge. Excellente raison pour ne pas arrêter alors, glisses-tu en remontant vers son oreille, ses cheveux délaissés au profit de défaire les boutons de sa chemise – tandis que ta main nichée entre les cuisses d’Os remonte sur la bosse se formant dans son pantalon, ce qui t’arrache un sourire, avant de s’attaquer aussi à son pantalon.

Puis, la porte s’ouvre. Aucun de vous deux ne bougent, le choc de la surprise ne laissant aucune place à l’imagination. Prendrait quelqu’un d’excessivement stupide pour ne pas comprendre ce qui se passe ici. Après s’être fait prendre haut la main dans le vestiaire de Quidditch par nul autre que Evan Rosier, on aurait pu penser que vous auriez été plus discrets – vous vous étiez promis de l’être, en fait. Il faut croire que peu importe les conséquences, vous n’êtes pas plus forts que vos foutues hormones. Raven! t’exclames-tu après une longue minute de silence, avant de reculer brusquement de ton meilleur ami, comme brûlé. C’est mmh- pas ce que tu crois? ajoutes-tu avant de passer une main nerveuse dans tes cheveux. Raven Fawley est une gosse provenant d’une famille de sang-pur, tout comme toi. Tu sais qu’elle est plus proche d’Oswin que de ta personne, mais ton regard reste figé sur la jeune fille du coup, tu n’aperçois pas le sourire de l’asiatique, ni qu’il semble bien plus détendu maintenant qu’il a vu qui les avait surpris. Toutefois, tu ne sais pas, pour ta part, que Raven est au courant pour vous deux. Vous avez déjà discutés avec la Serdaigle quant à votre destin qui est d’épouser un autre sang-pur, et tu te demandes si tu lui avais parlé d’Averill, déjà. Quoi qu’il en soit, tu paniques intérieurement et t’imagines mille et un scénarios catastrophes, te disant qu’il est impossible que vous vous en sortiez une deuxième fois sans anicroches.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 127
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Lun 20 Fév - 3:43

Un retour à la réalité plutôt douloureux, voilà ce que Raven avait ressenti et chaque jour la douleur semblait plus vive. Elle qui s’était enfermé dans un petit monde persuadée qu’elle pourrait prétendre que la guerre n’avait pas lieu… Sa petite bulle avait éclaté non seulement à la suite des attaques dans Poudlard mais surtout car elle avait surpris deux élèves de Serpentard pratiquer de la magie noire ou en tout cas l’étudier. D’abord cela avait été Yaxley et elle en portait la preuve à son doigt d’une bague scellant son appartenance au jeune homme et puis Barty, son ami d’enfance qu’elle avait surpris à étudier la magie noire dans la bibliothèque de l’école. Elle sentait dans son sac le poids du livre relié de cuir de son ami. Elle n’avait su qu’en faire et il était évidemment bien trop dangereux de le laisser dans son dortoir ainsi que de s’en débarrasser au risque qu’une âme innocente tombe dessus. Elle l’avait gardé se promettant de ne pas l’ouvrir bien que la tentation soit forte, Raven avait parfois le sentiment que le livre l’appelait mais jusqu’à présent elle s’était contentée de l’ignorer.

La jeune femme sortait d’un cours de botanique et était donc retournée au château, ignorant ce qui guida ses pas car trop perdue dans ses pensées elle se retrouva dans les cachots de l’école assistant à la sortie d’un cours de potions de dernière année. Parmi les élèves elle reconnut deux têtes familières instantanément : Regulus et Oswin. Elle arqua un sourcil en voyant Oswin entraîner Regulus dans une salle de classe plus loin. Raven les regarda s’engouffrer dans la pièce et claquer la porte derrière eux, elle ne put s’empêcher de se radoucir et de sourire, ils étaient tellement adorables. Elle se rappela soudain qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de révéler à Regulus sa connaissance de leur relation et elle se dit que c’était une assez bonne excuse pour les déranger et puis après tout elle avait juste envie de faire une « surprise » à ses deux amis.

C’est donc d’un pas enjoué qu’elle marcha jusqu’à la salle de classe « presque » abandonnée, elle hésita quelques instants, se ravisa et puis toqua contre la porte n’étant pas certaine d’être prête à les dans une posture inconnue pour la jeune et innocente jeune fille qu’elle était. Pas de réponse, elle se décida benêt comme elle était d’ouvrir la porte et elle fut rassurée de ne pas tomber sur les deux jeunes hommes nus comme des vers. Le soulagement pouvait ses lires dans les yeux bleus de la Serdaigle.

« C’est mmh, pas ce que tu crois ? » Dit Regulus tout en passant une main nerveuse dans sa parfaite chevelure brune légèrement décoiffée, sans doute par les mains aventureuses d’Oswin.

Raven ne put s’empêcher d’afficher un sourire goguenard qui se transforma rapidement en petit rire enfantin. Regulus semblait penser qu’il lui serait possible de faire croire que ce qu’il se passait entre lui et Oswin n’était pas de l’ordre des relations intimes. La Serdaigle avait beau être inculte en la matière (d’ailleurs sans doute la seule matière dans laquelle elle n’excellait pas encore !) il ne fallait pas non plus la prendre pour une idiote. La jeune femme referma donc délicatement la porte derrière elle tout en décidant de la tournure que cette situation cocasse pourrait prendre. Elle se tourna à nouveau vers les deux Serpentard et s’appuya contre la porte avec un son air le plus innocent en magasin et les regarda l’un après l’autre.

« Ah bon ? Dis-moi donc ce que je pourrais croire ? »
Dit-elle en insistant sur le mot pourrait.

Elle restait en retrait avec son habituel air enfantin et innocent, ses grands yeux clairs passant de l’un à l’autre ravie de la situation. Depuis qu’elle avait eu connaissance de leur relation amoureuse (ce qu’Oswin nierait à grand coup de chevelure de droite à gauche), Raven n’avait pas pu s’empêcher d’être emplie de joie et elle avait donc vécu par procuration l’idée merveilleuse d’une relation sentimentale et physique. Cependant, il lui paraissait évident que Regulus ignorait qu’elle était au parfum de leur idylle et elle lança donc un petit regard discret à Oswin.

Elle n'avait pas spécialement envie d'aliéner Regulus mais il ne lui avait plus parlé depuis un moment et il méritait bien le malaise que sa présence avait généré. Ils se connaissaient depuis qu'ils étaient mômes traînant dans les même cercles familiaux, ils étaient tous les deux engagés dans des mariages arrangés et ils avaient toujours eu de plutôt bonnes relations mais, depuis le début de l'année ils ne s'étaient pas parlé pas qu'ils s'ignoraient juste un manque d'opportunité. La jeune femme estimait donc qu'une petite blague ne pourrait pas lui faire de mal d'autant plus qu'elle ne trahirait jamais le secret de leur relation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Lun 20 Fév - 22:55



kiss me harshly
Raven & Regulus & Oswin
L’imprudence était devenue une foutue habitude, au moins autant que l’était son envie de s’accrocher aux lèvres de Regulus pour ne jamais plus les lâcher. Il s’écoulait dans ses veines une passion qui échauffait la moindre de ses pensés pour la tourner de manière la plus perverse possible – à croire que ses hormones adolescentes pouvaient pas supporter de simplement y avoir goûter une fois. Il y revenait constamment. A cette bouche tentatrice, à cette langue joueuse, à ce regard ténébreux, et ces mains expertes, l’emportant sans aucune douceur sur le bureau de la classe vide où il avait réussit à attirer Regulus. Pas que ce fut une tâche bien difficile, il brillant dans le regard du Black la même intensité que dans le sien il en était persuadé. Peut être l’attrait de la nouveauté, l’excitation de l’interdit – ou autre chose d’innommable qui le poussait à vouloir ces étreintes, de manière totalement incontrôlées. Sans faire cas de la prudence, ou de la raison. Sa raison qui lui hurle de pas s’habituer à toujours avec Regulus pour lui, qu’un jour c’est avec Averill qu’il dormira chaque nuit, et ces étreintes se feront plus rares – sauf si elles disparaissent totalement. Et qu’il ne devrait pas s’y accrocher avec autant de dévouement, parce que l’héritier Black pourrait bien lui arracher le cœur pour l’avoir dans le creux de sa main pour en faire ce qu’il veut. Bien que quelque part il sache que c’était déjà le cas à bien des égards. Il se refusait d’être jaloux – la simple idée de l’être d’Averill (puisqu’elle serait sans doute la fiancée de Regulus officiellement assez rapidement) lui faisait lever les yeux au ciel. Il n’avait pas à être jaloux d’elle. Outre le fait qu’il n’avait pas à empêcher Regulus de se marier, il soutenait l’engagement avec la Poufsouffle, s’obligeant à l’apprécier et à être apprécié d’elle. Du reste, il savait que cette relation avec Regulus allait plus loin que celle qu’il pourrait avoir avec sa fiancée. Oswin était son point d’encrage, son confiance, son conseiller – il lui était loyal, aveuglément. Dut-il en mourir pour que Regulus puisse vivre la vie qu’il voulait avoir. Ou celle qu’il lui serait imposé. Qu’importe, Oswin serait dans son ombre, présent pour lui. Toujours.
Et pour le moment la fougue adolescente éradiquait de son esprit toute pensée cohérente. Lorsque les lèvres de Regulus s’écrasent les siennes, tirant la peau tendre de ses lèvres pour en quémander l’accès il le laisse faire, se battant à peine pour la dominance. Décidant qu’il ne pourrait pas être raisonnable avec un Regulus si tentateur pour lui.
REGULUS – « Excellente raison pour ne pas arrêter alors, », sourire en biais du Feuerbach qui laisse ses mains attraper la nuque du bellâtre pour le tenir contre lui, alors qu’il est monté sur le bureau, et que déjà les mains ravagent sa chemise pour dévoiler son torse nu et musclé. Et lorsqu’une main vient appuyer sur son intimité éveillée il lâche un grognement, la tête chavirée et les pensés à présent totalement embrumée.

Lorsque la porte s’ouvre c’est la frustration qui le fait grogner en premier lieux – avant le choc même d’avoir été pris le fait encore une fois. Parce qu’avec Os à moitié nu, assis sur le bureau, et Regulus avec les cheveux décoiffés, placé entre ses cuisses il serait dur de trouver une autre explication qu’une étreinte charnelle. Et vitale. Fort heureusement sur le palier de la porte c’est Raven qui se tient, et Oswin lui offre un sourire en coin – absolument pas coupable.
REGULUS – « Raven! » Il perçoit la surprise, le choc, et peut être l’inquiétude chez Regulus, et lorsqu’il se recule pour mettre de l’ordre dans sa tenue – peine perdu – il ne le retient pas. Restant assis sur le bureau, il raccroche sa chemise, en soupirant sur sa frustration bien présente. Et alors qu’il allait prendre la parole, il croise le regard de sa meilleure amie et y perçoit une malice qui le fait terre. La fourbe s’amusera de sa proie, il avait presque envie de voir cela.
REGULUS - « C’est mmh- pas ce que tu crois? »
RAVEN - « Ah bon ? Dis-moi donc ce que je pourrais croire ? » demanda-t-elle en se posant sur le battant fermé de la porte à présent, et Oswin arqua un sourcil s’appuyant sur le bureau, croisant les jambes sans la moindre gêne dans le regard ou l’attitude.
OSWIN — « Si tu parles de cours de langues, je refuse de te donner le moindre soutien. » Prévient-il cependant après quelques secondes de silence, un sourire moqueur dans la voix. Avant de laisser échapper un ricanement – parce qu’il ne peut pas décemment tenir son rôle d’angoissé alors que c’est de Raven dont il s’agit. Et quand elle apparaît dans son champ de vision il a toujours ce besoin de sourire, et d’être un gamin. Parce qu’elle a sur lui cette faculté à faire ressortir ce qu’il a de plus enfantin – ou en tout cas de moins sérieux. Et après un moment, il saute du bureau pour passer à côté de son amant, et l’attirer contre lui en le prenant par les hanches, embrassant sa joue impudiquement.
OSWIN — « Ne tournes jamais le dos à une Fawley, Reg. Raven a l’esprit sadique. A défaut de l’avoir pervers. » Assure-t-il avant de lâcher le bellâtre pour venir prendre la jeune femme contre lui. « J’voulais venir te voir ce soir au dîner. On a pas pu reparler depuis Pré-au-Lard. Dis moi que ce n’est pas une bague que je vois à ton doigt. » Dit-il à son oreille, l’œil toujours aussi aguerri et observateur du moins détails.



_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Lun 27 Fév - 5:10

En ce moment, cette salle de classe sombre et doucement poussiéreuse, particulièrement le bureau où tu as installé Os, te paraît aussi confortable et idéal que ton lit. Sa bouche sur la tienne te fait perdre toute notion du temps, l'idée d'être découvert ne te traverse même pas l'esprit. C'est dangereux, surtout après si peu de temps écoulé entre le dernier incident et aujourd'hui. Dangereux mais surtout grisant, la lave glissant dans ses veines si vite qu'il ne reste plus un centimètre de ton corps qui ne brûle pas pour Feuerbach. Alors quand la porte ouvre, tu passes premièrement par une vague de frustration, n'ayant aucun désir d'arrêter ton activité. Après, c'est l'horreur de la découverte qui te fait figer, quand tu réalises avec la lumière du corridor et l'entrée bloquée par une seconde présence que vous n'êtes plus seuls - et que seul un immense imbécile pourrait te croire en disant à la nouvelle venue que ce n'est ce qu'elle croit. Ton soulagement de voir que c'est Raven Fawley, une sorcière de sang-pur que tu connais depuis longtemps, n'arrive pas à soulager ce sentiment désagréable qui te tord l'estomac. Elle connaît comme toi les attentes à combler, et depuis que tu es le nouveau futur chef désigné, Raven fait partit des gens que tu vois moins, si ce n'est lors d'événements mondains. Autrement, comme avec beaucoup d'autres, tu as mis Raven de côté, t'as donc aucune idée de comment elle va réagir - t'ignores aussi à quel point Oswin et elle sont proches. raven – Ah bon ? Dis-moi donc ce que je pourrais croire ? qu'elle demande, et la question te prend si de court que tu remarques à peine qu'elle a fermé la porte derrière elle. T'as juste l'air d'un poisson, ouvrant et fermant la bouche en cherchant quelque chose à répondre. Ta main tire le col de ta chemise, tu fixes rien en particulier et c'est pour ça que tu réalises pas tout de suite que la situation est bien moins grave que tu ne le penses. Tu tentes simplement de trouver une bonne excuse, mais rien de brillant ne te vient à l'esprit. Rien ne se passe entre tes deux oreilles en vérité. T'as l'impression de patauger pareil à un con depuis une éternité avant que ton meilleur ami ne brise le silence. os – Si tu parles de cours de langues, je refuse de te donner le moindre soutien. Tu ne peux retenir un couinement de surprise indigné à la remarque, tes yeux figés soudainement sur l'asiatique, refusant de regarder Raven. Le coupable laisse ensuite un ricanement le secouer - et tu réalises enfin à quel point il semble détendu. Pourquoi?

Ensuite il se lève, se dirige vers toi sans se soucier de ton regard suspicieux - et figé, t'es toujours figé sur place, même quand Os attrape tes hanches et plante un baiser bruyant sur ta joue. Cette fois, le choc doit clairement se lire sur ton visage tandis que tu tournes lentement la tête vers la jeune fille présente avec vous. os – Ne tournes jamais le dos à une Fawley, Reg. Raven a l’esprit sadique. A défaut de l’avoir pervers. Et c'est à ce moment que t'échappe un soupir de soulagement, comprenant que d'une manière ou d'une autre, Raven savait déjà. Tu tournes un sourire désolé dans sa direction, les battements de ton cœur commençant tranquillement à ralentir. reg – Alors l'idée des cours de langues aurait bien passer, si elle n'avait pas déjà été au courant, réponds-tu en tournant la tête vers Os, un sourcil relevé. Une plaisanterie masquant une question que l’autre serpent ne manquera pas d’entendre – ou de lire dans tes yeux. Quand il s'éloigne pour saluer la Serdaigle, tu sens la dureté de tes muscles, réalisant que malgré la vérité hors du sac, tu n'es pas remis de ta frousse. reg – Je vais tâcher de m’en souvenir. Écoute Raven, je sais que ça fait un bail qu’on a pas passé de moment ensemble, et j’ai pas vraiment d’excuse, juste pas mal de trucs sur mon assiette ces derniers temps. Tu me pardonnes? Et puis, je vois que tous les deux, vous êtes rendu pas mal proches, déballes-tu un peu rapidement, maladroitement peut-être, parce que tu n’es pas doué pour demander pardon. Pas que t’aie vraiment besoin de le faire, après tout, tu vis ta vie comme tu l’entends. Mais tu aurais pu prendre des nouvelles de Raven, t’assurer qu’elle allait bien alors qu’après tout, elle passe au travers le même chapitre que toi. os – J’voulais venir te voir ce soir au dîner. On a pas pu reparler depuis Pré-au-Lard. Dis moi que ce n’est pas une bague que je vois à ton doigt. Oswin ne fait que confirmer tes précédentes pensées alors qu’il parle avec la Fawley dans ses bras. Tu en profites pour laisser tombé ton regard sur la main fine pour effectivement y voir briller un diamant. Tu crois bien te rappeler qu’elle est promise à Corban Yaxley, un fourbe Serpentard. reg – Pas de félicitations, alors? demandes-tu quand tu sens finalement tes membres se désengourdir. Tu fais même quelques pas dans la direction des deux étudiants, replaçant au passage tes vêtements pour avoir l’air plus présentable.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 127
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Ven 3 Mar - 4:04

Raven était restée patiemment appuyée contre la porte de la salle de classe abandonnée son regard passant de son meilleur ami à son ami d’enfance. L’enfant espiègle en elle ne pouvait être plus satisfait par la situation et bien qu’elle voit la confusion et l’inquiétude traverser le regard de Regulus il devait savoir en la connaissant qu’il ne risquait rien en sa présence et que son secret resterait scellé derrière ses lèvres rosées.

« Si tu parles de cours de langue, je refuse de te donner le moindre soutien. »

La jeune femme arqua un sourcil et mima une moue déçue. Bien qu’elle ait eu ses propres cours de langue avec Corban récemment elle était toujours aussi désarmée par la facilité qu’avaient les autres de parler ainsi de « ces choses-là ». Oswin avait alors reboutonné sa chemise d’un air désinvolte et avait rejoint son amant l’attirant contre lui avec la grâce féline que la Serdaigle lui connaissait posant sur sa joue un baiser impudique.

« Ne tourne jamais le dos à une Fawley, Reg. Raven a l’esprit sadique. À défaut de l’avoir pervers. »

La jeune femme esquissa un air faussement outré et blessé à la remarque du Serpentard. Bien évidemment elle ne leur voulait aucun mal au contraire. Il lui était aussi rappelé son absence de perversité, ces derniers temps on lui rappelait constamment sa « pureté » et même si cela avait une forte tendance à agacer la Serdaigle elle ne pouvait opposer aucune contradiction.

« Je vais tâcher de m’en souvenir. Écoute Raven, je sais que ça fait un bail qu’on a pas passé de moment ensemble, et je n’ai pas vraiment d’excuse, juste pas mal de truc sur mon assiette ces derniers temps. Tu me pardonnes ? Et puis, je vois que tous les deux, vous êtes rendu pas mal proches. »

La Serdaigle ne put s’empêcher de sourire, bien évidemment elle n’en voulait pas à Regulus. Ils traversaient tous les deux des situations similaires et bien qu’elle aurait apprécié pouvoir en discuter avec Regulus elle n’éprouvait aucune animosité à son égard. Raven pencha la tête sur le côté son doux sourire aux lèvres, elle était étonnée que son ami d’enfance puisse s’imaginer qu’elle lui porterait une quelconque rancune mais elle chassa rapidement ces idées de son esprit.

« Tout d’abord, Oswin, je te remercie de rappeler ma condition de petit être pur ! » Dit-elle en lui tirant la langue.

« Ensuite, Regulus ne soit pas idiot ! Je suis bien incapable d’en vouloir à quiconque et encore moins pour quelque chose d’aussi ridicule ! Le temps passe et la vie nous rattrape parfois… » Ajoute-t-elle en faisant un clin d’œil à Oswin. Si ce n’était pas la vie qui avait rattrapé Reg c’était sans aucun doute Oswin son séduisant meilleur ami.

Oswin s’était alors détâché de Regulus pour la rejoindre et la serré contre lui. Elle appréciait l’étreinte et le sentiment de protection qu’elle lui procurait. Bien qu’elle avait vu récemment le Serpentard il semblait toujours lui manquer. Est-il une sorte de drogue dont Raven était devenue friande capable de l’apaiser et de lui faire oublier tous ses tracas. Elle comprenait bien trop pourquoi Regulus s’était autant attaché à Oswin. Il avait cet effet sur les gens…

« J’voulais venir te voir ce soir au dîner. On n’a pas pu reparler depuis le Pré-Au-Lard. Dis-moi que ce n’est pas une bague que je vois à ton doigt. » Lui dit-elle.

Raven ne put s’empêcher de rouler des yeux tout en soupirant.

« Ce… serpent a trouvé intelligent de jouer avec la magie noire. Je suis officiellement fiancée aux yeux du monde. » Dit-elle.

« Pas de félicitation, alors ? » Demanda Regulus en faisant quelques pas dans leur direction.

La Serdaigle haussa les épaules en soupirant à nouveau. Elle était partagée entre l’envie de mettre un bourre-pif à Corban et lui sauter au cou mais sa stupidité l’avait poussé à faire usage de magie noire et l’humilier. Sans oublier le livre de magie noire qui se trouvait dans son sac appartenant à un autre Serpentard.

« On s’en passera hein ?! » Dit-elle en essayant d’effacer ses pensées négatives.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Ven 3 Mar - 18:33



kiss me harshly
Raven & Regulus & Oswin


Oswin ne collectionnait pas les amis, bien au contraire. S'il n'était pas un être associal, il était enclin à voir les autres comme des pions sur un échiquier, et ne leur parlait que par intérêt. Il connaissait depuis longtemps l'importance des relations et des connaissances. L'importance de se faire un carnet d'adresse aujourd'hui, alors qu'il était à Poudlard, à proximité des grands noms de ce monde, pour pouvoir tirer son épingle du jeu une fois qu'il en sortirait. Il considérait qu'il n'était pas mauvais. Mais il avait finit par se faire prendre à son propre jeu : tout d'abord il avait accordé à Regulus bien plus qu'il n'était prêt à donner de prime abord. Et d'ami par intérêt, il était devenu le centre de son univers, et sa raison d'être, de se battre, d'avancer - qu'importe. Tout ce qu'il attendait de l'avenir c'était d'être dans le sillage du Black. Puis il y avait eut Raven. Il lui avait fallut plus de temps pour découvrir la Serdaigle, sans doute parce qu'elle était d'un naturel plus discret. Il ignorait comment ils s'étaient vraiment rencontrés, comment ils avaient commencé à discuter, pour ensuite créer cette relation amicale sincère. Raven, c'était sans doute ce qu'il se rapprochait le plus d'une soeur, d'une confidente, d'une protégée à ses yeux - et c'était pas peu dire pour un être aussi égocentrique qu'Oswin. Qu'il fasse passer le bonheur et les sentiments de quelqu'un d'autre avant les siens était assez rare pour être important. Raven était importante pour lui, bien plus que sa petite soeur biologique du reste.
Elle avait gagné la confiance aveugle du Serpentard, et pour cette raison elle était la seule personne vivante à tout savoir de lui. La seule personne dont il ne se méfiait jamais, sachant qu'elle lui resterait loyale en tout temps. Même en ce qui concernait Regulus, il avait cette crainte qu'il finisse par se détourner : mais cela venait sans doute de la portée de ses propres sentiments qui amenaient avec eux des peurs irrépressibles.
REGULUS — «  Alors l'idée des cours de langues aurait bien passer, si elle n'avait pas déjà été au courant » Il ne sait s'il doit percevoir une forme de reproche dans la voix de Regulus, mais dans son regard ce n'est que la curiosité qui s'installe, et le Feuerbach sourit avant de laisser l'autre dans son brouillard. Il comprendra bien rapidement, de toute façon, qu'il peut faire confiance à Raven. Et que si elle est au courant c'est pas par hasard. Et qu'il devrait aussi apprendre à se méfier de Raven, quand elle a décidé de jouer les espiègles.
REGULUS — «  Je vais tâcher de m’en souvenir. Écoute Raven, je sais que ça fait un bail qu’on a pas passé de moment ensemble, et je n’ai pas vraiment d’excuse, juste pas mal de truc sur mon assiette ces derniers temps. Tu me pardonnes ? Et puis, je vois que tous les deux, vous êtes rendu pas mal proches.  » Et les deux garçons se tournent alors vers Raven, comme pour attendre son approbation. Mais la lueur de colère dans son regard fait sourire Oswin - il l'a vexé il le sent bien - mais rien de méchant là-dedans. Quand il parle de la pureté de la jeune femme c'est toujours avec tendresse. Dans les années 70 c'est rare de voir une fille qui saute pas sur tout ce qui a un pénis.
RAVEN — « Tout d’abord, Oswin, je te remercie de rappeler ma condition de petit être pur !  »
OSWIN — « Le dénigre pas, ca fait parti de ton charme. » Assure-t-il avec plus de sérieux dans la voix que s'il ne l'avait pas vraiment pensé. Il y tiendrait presque à ce qu'elle soit fidèle à ses attentes et ses espérances du grand amour pour se préserver encore un peu.  
RAVEN — « Ensuite, Regulus ne soit pas idiot ! Je suis bien incapable d’en vouloir à quiconque et encore moins pour quelque chose d’aussi ridicule ! Le temps passe et la vie nous rattrape parfois… »

Sur ces belles paroles, Oswin finit par la prendre dans ses bras, heureux de la voir alors qu'elle lui a manqué. Bien qu'ils se soient vu pas plus tard qu'il y a quelque jours de cela. Faut dire qu'Oswin quand il s'attache il le fait pas à moitié, et il est aussi passionné en amour qu'il est dépendant en amitié. Et se retrouver là avec les deux personnes qui comptent le plus pour lui, lui fait vibrer le coeur avec délectation. Il est pas fichu de perdre son enthousiasme même s'il flanche un moment quand il voit la bague au doigt de la demoiselle.
RAVEN — «  Ce… serpent a trouvé intelligent de jouer avec la magie noire. Je suis officiellement fiancée aux yeux du monde. » Blême, il se recule pour regarder la jeune femme, perd son masque d'optimisme et sent une vague d'indignation l'envahir. Qu'il tienne Corban par le cou il pourrait bien l'étrangler.
REGULUS — « Pas de félicitation, alors ? » Il se dresse un moment en direction de Regulus, sans jamais détacher le regard de Raven, se saisit de la main de la jeune femme pour l'obliger à lui montrer le bijou. Sans voix, la mâchoire serrée et les sourcils froncés.
RAVEN — « On s’en passera hein ?!  » Sarcasme, il perçoit quelque chose dans la voix de Raven qui le fait frémir, et alors que d'une main il tient sa main, de l'autre il vient caresser les cheveux et la joue de la jeune femme comme pour l'intimer au calme, et lui rappeler qu'il est là. C'est pas un sang pur, Oswin, et il peut sans doute rien faire pour s'énerver contre les Yaxley sans risquer d'y laisser sa peau. Mais il peut pas non plus la laisser se faire passer la corde au cou.
OSWIN — « T'entends quoi par magie noire ? Qu'est-ce qu'il t'a fait Raven ? » Demanda-t-il d'une voix plus sombre et claquante - preuve qu'il s'attend pas à ce qu'elle détourne son attention ou qu'elle cherche à sa défiler. C'est rare qu'il montre autant d'intérêt pour quelqu'un, Regulus seul y avait droit à ce regard inquiet jusqu'à présent.

Dans un geste d'empathie il prend le sac que la jeune femme tient encore pour l'inviter à se mettre à l'aise, et se rend compte qu'il est sacrément lourd.
OSWIN — « Y a pas moyen que tu ai autant de cours. Tu promènes un scrout à pétard là-ded— » Sa voix s'efface en même temps que son regard tombe sur la tranche du livre dévoilé par le sac ouvert. Et il le reconnait pour l'avoir vu dans la bibliothèque des Black à plusieurs reprises. Il se tourne encore vers Raven, lui présente une chaise pour qu'elle s'assoit, et file le livre de magie noire à Regulus comme pour l'inviter à participer à l'interrogatoire de la jeune femme. « J'crois qu'on a pas mal de truc à se dire, Schwester. »  Décréta-t-il en se pressant contre un bureau face à la jeune femme, les bras croisés et le regard inquiet.




_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Sam 18 Mar - 16:47

Si la présence de Raven n’est finalement pas l’ouverture de la fin du monde, ton bas-ventre déjà en flamme trouve cependant raison d’être désappointé du brusque retournement de situation. L’effet de la douche froide s’est éclipsé aussitôt que tu as vu l’expression relâchée de ton amant, aucunement affecté par la soudaine présence de la sang-pure. Ce qui t’as choqué le plus, si on peut appeler ça un choc, c’est de voir Os venir jusqu’à toi avant de t’attirer contre lui et poser ses douces lèvres contre ta joue. Devant témoin. En toute franchise, tu n’aurais pas pensé voir le jour où tu aurais un quelconque rapprochement avec Oswin devant quelqu’un d’autre arriver. C’est con peut-être, dans tous les cas, ça te déplaît pas, et tu tournes les yeux vers Raven à temps pour la voir faire la moue devant le remarque de Feuerbach sur les cours de langue. Un petit sourire étire un coin de ta bouche alors que tu promènes ton regard d’un à l’autre tranquillement, une fois que ta pression et rythme cardiaque sont de retour à quelque chose de normal. raven – Tout d’abord, Oswin, je te remercie de rappeler ma condition de petit être pur ! os – Le dénigre pas, ca fait parti de ton charme. Tu ne relèves pas, te contentant d’observer la scène en croisant confortablement les bras sur ta poitrine, jusqu’à ce que l’attention de Fawley revienne sur toi. raven – Ensuite, Regulus ne soit pas idiot ! Je suis bien incapable d’en vouloir à quiconque et encore moins pour quelque chose d’aussi ridicule ! Le temps passe et la vie nous rattrape parfois… Ton sourire s’agrandit alors qu’elle confirme ne pas t’en vouloir, au contraire, et tu ne manques pas le clin d’œil qu’elle fait en direction d’Os. Tu passes une main dans tes cheveux avant de lui répondre. reg – Excellente nouvelle. Tu as bien raison là-dessus, la vie change le temps de le dire, mais c’est souvent dans ce temps-là qu’on aime bien compter sur nos amis, dis-tu sans pouvoir te départir de ton sourire probablement un peu niais en regardant Os, qui s’approche de Raven pour la prendre dans ses bras. Tu ne le vois pas ainsi souvent – ou plutôt, il est rare que tu vois Os porter une réelle attention vers quelqu’un d’autre que toi, mais il semble nourrir pour la Serdaigle une vraie affection.

Sauf que Raven est dans le même bateau que toi, forcée de devoir épouser un autre sorcier de sang-pur. T’as eu vent de celui à qui elle est promise, un fameux Corban Yaxley qui est également à Serpentard – comme beaucoup de potentiels Mangemorts. os – J’voulais venir te voir ce soir au dîner. On n’a pas pu reparler depuis le Pré-Au-Lard. Dis-moi que ce n’est pas une bague que je vois à ton doigt. À la remarque de l’Allemand, tu tournes aussitôt ton regard vers l’annulaire gauche de Raven et tu y vois effectivement briller un bijou. Tu avances pour te rapprocher du duo, t’arrêtant non loin du dos de ton meilleur ami pour continuer de zieuter et écouter. raven – Ce… serpent a trouvé intelligent de jouer avec la magie noire. Je suis officiellement fiancée aux yeux du monde, réplique la brune en soupirant et levant les yeux au ciel. Tu commentes avec une question rhétorique, à voir l’échange entre Os et Raven, ce mariage n’est pas des plus bienvenues. raven – On s’en passera hein ?! qu’elle soupire, visiblement atteinte par cette histoire. os – T'entends quoi par magie noire ? Qu'est-ce qu'il t'a fait Raven ? La voix glaciale d’Oswin est impossible à ignorer, et tu restes silencieux derrière lui en attendant la suite des choses. Silencieux mais pas immobile, tu bouges légèrement de façon à mieux apercevoir le visage de tes deux vis-à-vis. Le visage du Feuerbach exprime ses origines enflammées également, et tu regardes son visage avec une curieuse attention. Bien plus souvent qu’autrement, il garde ses émotions pour toi puisqu’il n’est pas d’un naturel attaché aux autres gens du monde. Tu t’étais fait à l’idée depuis longtemps, quitte à adorer cet aspect d’Oswin – cette facilité avec laquelle il met de côté les autres, même ceux à qui il peut sembler tenir, d’un simple mouvement de main pour se concentrer que sur toi ou sur ce qu’il veut. Toutefois, là, à l’instant, tu reconnais les lueurs dans ses yeux, sur ses traits, qu’il tourne cette fois vers Raven.

Ça aurait presque pu être mignon, si la situation s’y prêtait. Après tout, le sujet Yaxley et mariage a mis un froid dans la salle sans amener de malaise. Os prend alors le sac de Raven dans la visible intention de l’en débarrasser – après tout, elle a à peine eu le temps de vous rejoindre et au vue de ce que vous faisiez quand elle est entrée… on peut comprendre que son premier réflexe n’a pas été de balancer son sac sur le bureau du professeur, juste à côté de Feuerbach qui était sur le point de se faire arracher tous ses vêtements. os – Y a pas moyen que tu ai autant de cours. Tu promènes un scrout à pétard là-ded— Revenant au moment présent -car oui, la simple pensée d’Os nu t’as déconcentré- quand le principal concerné arrête brusquement de parler, tu le regardes regarder quelque chose dans le sac de la Serdaigle. Après avoir figé un instant à la vue de ce tu-ne-sais-quoi, il plonge sa main à l’intérieur de la sacoche de Raven pour en ressortir un grimoire de Magie Noire que tu ne mets pas longtemps à reconnaître. Après tout, il est dans la bibliothèque du Square. Après avoir tiré une chaise à la demoiselle, Os te relègue le grimoire que tu reçois en plein estomac. T’expires fortement sous le choc, avant de prendre toi-même place sur un bureau non loin de toi, puis de feuilleter les pages. os – J'crois qu'on a pas mal de truc à se dire, Schwester, annonce Os, affublant même Raven d’un surnom dans sa langue natale. T’avises également l’inquiétude que l’Allemand ne laisse pas tant paraître, mais au vue de ses bras croisés et la lueur dans son regard et le nombre de temps où tu as passé à observer ton meilleur ami, tu n’en doutes pas.  reg – Comment en es-tu venu à hériter de ce grimoire? demandes-tu, la voix rayée de surprise. Juste à jeter un coup d'œil à Raven, on se dit qu'elle respire pas la Magie Noire, au contraire elle rappelle plutôt une luciole qui, à la place de s'habituer à la noirceur, force cette dernière à s'accoutumer à un brin de lumière. Alors tu doutes qu'elle magasine les grimoires ténébreux, expliquant ta question, et tes regards curieux passant du livre aux deux autres étudiants.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 127
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Lun 20 Mar - 1:47

Raven était toujours appuyée contre la porte, se sentant en sécurité avec Oswin et Regulus. C’est ce qu’elle aurait pu appeler « A safe place ». Lorsqu’elle évoque l’utilisation de la magie noire par Corban elle put observer les réactions des deux Serpentards. Le regard d’Oswin se durcit tandis que celui de Regulus se balançait d’elle à son amant.

OS « T’entends quoi par magie noire ? Qu’est qu’il ta fait Raven ? »
RAV « J’entends qu’il a ensorcelée cette stupide bague pour que je ne puisse plus jamais la retirer. »
Dit-elle en un seul souffle et emplie de détresse.

Dans un geste de tendresse Oswin retira le lourd fardeau qu’était le sac en bandoulière de la jeune femme. Raven avait l’espace d’une seconde oublié la présence du grimoire de magie noir dans son sac, elle était tellement soulagée de pouvoir maudire Corban que la simple idée qu’Oswin mette la main sur le contenu de son sac s’était envolé de son esprit.

OS « Y a pas moyen que tu aies autant de cours. Tu promènes un scrout à pétard là-ded… »

La Serdaigle assista alors à la découverte du grimoire à la couverture de cuir noir. La terreur traversa son regard et puis un léger soulagement de ne plus avoir à porter ce secret toute seule. Raven tenta de balbutier quelques mots mais Oswin s’est déjà détourné d’elle pour prendre une chaise et lui la présente attendant d’elle qu’elle s’installe mais surtout qu’elle se justifie. Il écrasa violemment le livre contre l’estomac de Regulus qui le réceptionna choqué du choc et se mit à l’inspecter.

OS « J’crois qu’on a pas m al de truc à se dire, Schewster. » Dit Oswin en regardant la jeune femme les bras croisés et le regard inquisiteur.

REG « Comment en es-tu venue à hériter de ce grimoire ? » Demanda-t-il la voix rayée par l’étonnement et la surprise.

Il était difficile d’imaginer de la jeune fille qu’elle puisse s’intéresser à la magie noire, elle était d’ailleurs en général la première à dire que pratiquer la magie noire était un réel danger car celle-ci vous volait une petite partie de sois à chaque utilisation. Elle était par ailleurs terrifiée à l’idée de se balader avec un tel objet dans son sac, un grimoire… Elle avait ressenti l’effet qu’il avait sur elle, comme une attirance irrémédiable. La Serdaigle avait malgré tout été tentée à de nombreuses reprises à ouvrir le livre et en lire le contenu. Mais le danger était lié à sa mémoire photographique, quoi qu’elle lise dans ce livre cela s’imprimerait dans sa tête pour ne plus jamais la quitter.

RAV « Bien que je ne sois pas ce qu’on pourrait appeler une balance… Il appartient à un élève de Serpentard, je l’ai surpris dans la bibliothèque avec ce livre. Je,… Je suis sortie de mes gonds et je lui ai chipé. » Commença-t-elle à expliquer.

Il n’y avait bien que Raven pour utiliser le mot « chiper » avec un petit air coupable comme celui d’un bébé chat qu’on aurait retrouvé au milieu d’un désordre.

RAV « Je, j’ai pas encore bien réfléchi sur ce que j’allais en faire, mais je ne l’ai pas ouvert. J’avais peur que ça ne sorte plus jamais de là. » Dit-elle en tapotant du bois de son index sa petite tête.

RAV « Avec cette fichue mémoire… » Ajouta-t-elle.

Le regard de la Serdaigle passait d’un garçon à l’autre avec inquiétude, peur de la réprimande… Elle était persuadée d’avoir bien fait bien que son plan n’ait uniquement consisté à la confiscation du livre et non à un plan élaboré pour se débarrassé du dit grimoire. Elle aurait peut-être dû le balancer dans le lac… Elle savait qu’il n’aurait pas été très intelligent de le confier à un professeur car celui-ci l’aurait interrogé pour savoir d’où il provenait et elle était bien trop fidèle que pour balancer Barty malgré la méchanceté qu’il avait pu avoir à son égard. Une chose était indéniable, Raven était incapable de trahison. Que ce soit pour Oswin et Regulus ou même de Barty Croupton ce petit ingrat qui l’avait traitée comme une moins que rien lui vantant les bienfaits sur lui de la magie noire.

RAV « Soyez pas en colère sur moi... Je, je pensais bien faire ! » Dit-elle affichant toujours son air de petit chaton blessé.

Raven se sentait sous les feux des projecteurs et c'était une sensation qui lui était non seulement inconnue mais surtout terriblement désagréable. C'était plus fort qu'elle, elle se mêlait de la vie des autres, parce qu'elle espérait pouvoir leur apporter quelque chose de bien, elle avait un sens du sacrifice exacerbé et celui-ci lui avait joué des tours par le passé. Malgré qu'on la fasse souffrir elle revenait toujours comme un chien battu. Dévouées à ses amis et même parfois capable de grands gestes envers des inconnus ou des gens l'ayant blessée comme Barty...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Jeu 23 Mar - 21:35



kiss me harshly
Raven & Regulus & Oswin

RAVEN — « J’entends qu’il a ensorcelée cette stupide bague pour que je ne puisse plus jamais la retirer. » Il serra les dents, inspirant profondément pour s'intimer au calme, en jurant de faire payer à Corban Yaxley sa foutue imprudence. Il avait fait de Raven sa prisonnière, et bien qu'il admettait que les sangs purs avaient leurs règles, et que le mariage en faisait partie, il ne pouvait pas simplement rester immobile en voyant la jeune femme devenir l'ombre de son futur mari. Raven méritait d'être libre, d'être elle-même. Et cette bague à son doigt fut la chose qu'Oswin haït le plus à ce moment précis.

La curiosité avait amené Oswin à la limite de l'acceptable, de la justice, ou de l'autorité. Si dans ses actes et ses paroles il tenait souvent pour exemple de ligne de conduite irréprochable, il admettra sans doute avoir eut l'audace d'étudier ce qui était en général condamné par le Magenmagot. Il considérait que la connaissance et les actes n'étaient pas comparable. Connaitre la magie noire, ne faisait pas d'un sorcier un mangemort - loin de là. Et avec un meilleur ami tel que Regulus Black il n'avait pas pu se garder loin de cette forme de magie pourtant terrifiante et interdite. Surtout alors qu'il avait été invité au Square Grimmaurd, dans une bibliothèque qui ferait pâlir de jalousie la citée radieuse d'Alexandrie. Il avait eut entre les mains des grimoires sombres, uniques en leur genre, qu'il avait dévoré à la manière d'un drogué. La théorie - la théorie l'avait toujours excité bien plus que la pratique. C'est pour cela qu'il trouvait de nouvelles passions, qu'il étudiait jusqu'à en perdre le sommeil et lorsqu'il se sentait repu il cherchait d'autres sujets.
C'est ainsi qu'il avait tout appris de l'histoire des sangs purs britanniques, de l'histoire de la magie, des lois de ce pays, ou encore des différentes formes de magies - et quand on parlait de magie le sujet était si vaste qu'il s'y perdait quelque chose. Mais s'il considérait que pour lui il était acceptable de se perdre dans ces ouvrages, il n'acceptait pas de voir une âme comme Raven Fawley en faire de même. En tout cas pas seule. Raven était la personne la plus pure qu'il connaissait; à ses yeux elle n'avait aucune imperfection pour venir détruire son innocence, et il en avait été touché de sorte qu'il la considérait comme une soeur. Il l'aimait sans ambiguité aucune, et ce fait été assez rare pour être incroyable. Jusqu'à récemment, Regulus était le seul à avoir le droit aux attentions, et à la loyauté d'Oswin. Il serait toujours le premier, du reste, mais Raven avait aussi cette place particulière.

Alors la trouvait avec un grimoire de magie noire dans son sac l'inquiétait assez pour qu'il ne se rende pas compte de la force de son geste quand il le plaça entre les mains de Regulus. Il expulsa l'air violemment, sous le regard contrit de l'allemand, avant de l'observer. Il s'y connaissait mieux qu'Oswin sur le sujet, le Feuerbach n'en doutait pas bien qu'il le déplorait.
REGULUS — «  Comment en es-tu venue à hériter de ce grimoire ? » La question posée d'une voix calme eut le mérite de sortir Oswin de sa contemplation, et passant de son amant à son amie, il fixait à présent Raven avec un air sérieux. Les bras croisés sur sa poitrine, dominant la jeune femme à présent assise sur une chaise, il attendait ses explications. Et il se sentait concerné - vraiment - ce qui était une posture rarissime. En règle générale il se fichait pas mal des gens et de leurs actions, de ce qu'il pourrait advenir d'eux ou des conséquences de leurs actes - surtout quand il n'était pas concerné. Et là il ne l'était pas; mais il ne désirait pas voir Raven emprunter ce chemin, même si son fiancé l'avait lui déjà embrassé.
RAVEN — « Bien que je ne sois pas ce qu’on pourrait appeler une balance… Il appartient à un élève de Serpentard, je l’ai surpris dans la bibliothèque avec ce livre. Je,… Je suis sortie de mes gonds et je lui ai chipé. » Il soupira, fermant les yeux en relâchant ses nerfs. Il ne doutait pas une seule seconde de la sincérité de Raven - vraiment - et il était rassuré d'apprendre qu'elle n'était pas de ceux qui désespérés de ne pas avoir pu se défendre, ou apeurés par la guerre qui se profilaient, empruntaient des chemins détournés pour se battre.
OSWIN — « Et qu'est-ce que tu — »
RAVEN — « Je, j’ai pas encore bien réfléchi sur ce que j’allais en faire, mais je ne l’ai pas ouvert. J’avais peur que ça ne sorte plus jamais de là.  » Elle avait cet air coupable et paniqué sur le visage qu'on est enfants pris sur le fait. Oswin ne put que se radoucir, et s'assoir sur la table à côté de la chaise de la jeune femme se rapprochant d'elle imperceptiblement. Il connaissait Raven depuis longtemps, ils étaient devenus des confidents et des alliés. Et il n'ignorait pas la particularité mémorielle exceptionnelle de la jeune femme - qui la contraignait aussi à ne jamais rien oublier.
RAVEN — « Avec cette fichue mémoire…  » Il opina, restant un moment silencieux en se demandant bien ce qu'il lui fallait dire. Il reconnaissait la gentillesse et l'altruisme de Raven, autant que son imprudence aussi. Il posa un regard vers Regulus, comme pour le questionner sur ce qu'ils devraient faire pour leurs amies.
RAVEN — « Soyez pas en colère sur moi... Je, je pensais bien faire ! »
OSWIN — « Tu ne peux pas être la sauveuse du monde, Raven. Te mets pas dans une posture délicate pour quelqu'un qui n'en a rien à faire. »  Dit-il avec un grognement frustré, preuve de son inquiétude exacerbé. Il savait que le monde allait s'assombrir, et dans ce genre de situation il était malheureux mais inévitable de voir les gens devenir aussi de plus en plus dangereux. Et prendre la magie noire comme un bouclier acceptable. « Tu es... Adorable. C'est agaçant, de te savoir prête à protéger les gens d'eux-mêmes. T'as bien fait, j'peux pas dire le contraire, mais je t'en pries... fais attention à toi en premier. » Dit-il avec un air plus concerné à présent, passant une main sur la joue de la jeune femme pour lui rappeler qu'il était là - lui - pour prendre soin d'elle.

Il se tourna ensuite vers Regulus, jetant un oeil intrigué vers l'ouvrage - il pouvait pas s'en empêcher sa curiosité était encore plus malsaine que celle de Raven. Sans doute parce qu'il ne lui résistait jamais. Le fait de ne pas avoir une mémoire photographique aidait sans doute.
OSWIN — « J'pense pas que ce bouquin appartienne à la bibliothèque de Poudlard. On devrait... Le garder. » Proposa-t-il - il ignorait ce qu'ils pourraient y trouver, mais avec Regulus et la cause qu'ils allaient embrassé, prendre de l'avance sur leurs ennemis serait pas du luxe. Paradoxe, paradoxe; alors qu'il refusait que Raven s'en approche.
Raven - il sentit soudainement l'air lui manquer, et l'inquiétude le saisir. Tout comme la culpabilité : après tout il n'avait jamais parlé de son amitié avec la jeune femme et encore moins du fait qu'elle savait tout de suite - d'eux.  
OSWIN — « J'espère que... Le fait que Raven soit au courant... C'est... »  Il fronça les sourcils, peu certain de trouver les bons mots pour saisir sa question - que Regulus ne lui en veuille pas de cela, qu'il ne le blâme pas pour en avoir parlé, alors que cela pouvait le mettre en danger plus qu'Oswin.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Ven 31 Mar - 19:05

raven – J’entends qu’il a ensorcelée cette stupide bague pour que je ne puisse plus jamais la retirer. Tu connais Corban Yaxley, tu le connais et sait qu’il s’en va exactement prendre le même train qu’toi. Corban, c’est une tâche sombre, un futur Mangemort qui, au bout du compte, ne pourra qu’assombrir l’âme pure qu’est Raven, non? Un peu comme tu feras avec Averill, bien que tu n’aimes pas voir les choses comme ça. Oswin ne répond rien mais s’grince presque des dents en contrôlant sa respiration – tu comprends qu’il est pas content, et t’es curieux d’savoir comment il torture mentalement Corban en ce moment. reg – Drastique, comme méthode, réponds-tu avec scepticisme. Tu t’mets peut-être les pieds dans les plats en insistant sur le sujet, sauf que toi, toi t’es pas courant de ce qui se passe entre les deux fiancés, alors tu t’renseignes pour peut-être en glisser un mot au principal concerné au besoin. reg – Comment en est-il arrivé là? demandes-tu donc. Et pendant qu’tu considères tout ça, Os découvre un grimoire bien sombre dans le sac de Raven, te le remettant avec force – assez pour que t’expires bruyamment en le recevant dans l’estomac. Tu n’en tiens pas rigueur à Os cependant, visiblement il s’inquiète pour Raven et comme t’es pas habitué de voir Feuerbach inquiet – tu suis l’échange avec curiosité.

T’y participes aussi, demandant à la seule fille présente comment elle en est venu à hériter d’ce grimoire. Car c’est clair dans ta tête : Raven ne peut pas avoir délibérément voulu avoir un grimoire de Magie Noire avec elle. raven – Bien que je ne sois pas ce qu’on pourrait appeler une balance… Il appartient à un élève de Serpentard, je l’ai surpris dans la bibliothèque avec ce livre. Je,… Je suis sortie de mes gonds et je lui ai chipé. Tu lèves un sourcil, intrigué. os – Et qu'est-ce que tu- raven – Je, j’ai pas encore bien réfléchi sur ce que j’allais en faire, mais je ne l’ai pas ouvert. J’avais peur que ça ne sorte plus jamais de là. Avec cette fichue mémoire… Ton regard passe d’un à l’autre, alors que tes mains sont figées autour du grimoire que t’avais commencé à zieuter. Là, là tu suis véritablement l’échange, détachant à chaque fois difficilement tes yeux d’sur Oswin. C’est pareil à l’voir sous un nouveau jour, découvrir une nouvelle facette de sa personnalité que t’avais pas encore eu la chance de découvrir. Que tu verrais sûrement pas souvent, sauf quand Raven sera dans les parages. C’est la conclusion qu’t’en tires, qu’il réagit comme ça à cause d’elle, et c’pas plus mal.

Puis il tourne les yeux vers toi, ton palpitant s’énerve une seconde avant qu’tu vois qu’il te pose une question silencieuse. Quoi faire de Raven, quoi faire du grimoire? raven – Soyez pas en colère sur moi... Je, je pensais bien faire ! Votre attention à tous les deux se tournent à nouveau vers la brune. os – Tu ne peux pas être la sauveuse du monde, Raven. Te mets pas dans une posture délicate pour quelqu'un qui n'en a rien à faire, grogne ton meilleur ami, mais t’arrives à reconnaître son inquiétude. Raven aussi sans doute, t’as jamais vu Os aussi ouvert avec quelqu’un d’autre que toi après tout. Faudrait qu’tu commences à en revenir aussi, et qu’tu dises quelque chose. os – Tu es... Adorable. C'est agaçant, de te savoir prête à protéger les gens d'eux-mêmes. T'as bien fait, j'peux pas dire le contraire, mais je t'en pries... fais attention à toi en premier. Sauf que c’est Os qui reprend la parole, passe une main douce contre la joue d’Raven – et tu manques toujours rien du spectacle. reg – Os a pas tort, tu sais. Surtout avec une tête aussi avenante que la tienne – les gens vont en abuser. Dans l’monde qu’on vit, vaut mieux être prudent, réponds-tu finalement avant de reprendre ta découverte du grimoire, secouant la tête en réalisant toute la noirceur s’y dissimulant – toute la noirceur qui aurait pu s’imbiber dans l’esprit de Raven pour le lui enlaidir. reg – C’est pas encore la faute à Yaxley, j’espère?

os – J'pense pas que ce bouquin appartienne à la bibliothèque de Poudlard. On devrait... Le garder. reg – Oui, absolument. C’est l’genre de grimoires qui va parfaitement dans la collection familiale. Vaut mieux ne pas laisser ça trop traîner, confirmes-tu sans lever la tête. os – J'espère que... Le fait que Raven soit au courant... C'est.... En entendant le ton bafouillant d’Oswin cependant, ça t’prends pas une seconde avant de relever la tête, pour aviser d’ses sourcils froncés et son hésitation. Un lent sourire en coin étire et adoucit ton visage – tu souhaites qu’ton amant voit là un signe rassurant, avant qu’tu prennes quand même la peine d’lui répondre – au cas. reg – C’est pas grave, Os. Vraiment, qu’tu réponds avant d’te tourner vers la jeune fille. reg – Si t’ouvres la bouche, j’te coupe la langue, c’est tout, ajoutes-tu sans retenir l’agrandissement d’ton sourire, qui s’fait de plus en plus amusé. T’es pas sérieux, et t’as pas besoin d’sourire pour leur faire comprendre. Puis, tu redescends les yeux sur le bouquin en haussant des épaules. reg – T’as l’air bien, avec Raven. Alors ça m’fait plaisir, c’est tout, qu’tu ajoutes un peu maladroitement. T’as beau connaître la Fawley depuis longtemps et parler en toute honnêteté avec Oswin en tout temps, t’as jamais été doué pour parler « sentiments » et ainsi dire à Os qu’t’es juste satisfait qu’il ait trouvé quelqu’un d’autre que toi avec qui faire briller son humanité. Parce qu’il est beau, Os, quand il prend soin des autres et qu’il s’inquiète – puis comme c’est pas pour toi, pour une fois, tu l’observes sous un nouveau jour. Tu dis rien d’tout ça, mais peut-être que pour Feuerbach, ça serait suffisant pour comprendre.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

STAFF — compte fondateur


Messages : 34
Date d'inscription : 19/11/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Sam 1 Avr - 20:50

Il s'ennuie. Et un Peeves qui s'ennuie n'est jamais bon, au contraire ça annonce toujours une farce mauvaise à venir. Alors il attend, il vole, tourne dans l'air, tape dans ses mains, fait des bruits de bouche et passe à travers les étudiants qu'il croise pour leur donner la désagréable sensation d'être glacé. Mais son choix se fait lorsqu'il croise Raven, Oswin et Regulus qui discutent sagement, trop sagement à son goût. Le fantôme disparaît et éclate de rire, n'annonçant rien de bon aux trois étudiants. « Trop de paillettes ! Trop de calme ! Allez un peu de rire ! » Dit-il en apparaissant au milieu des trois étudiants et en claquant des doigts. Trois seaux apparaissent au dessus de chacune des têtes des étudiants. « Badaboum on se lave ! » Les seaux se renversent et avec eux, une bonne dose de savon noir bien glissant et gluant.

_________________

Mangemorts
pnj du staff - ne pas contacter par mp
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 127
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Dim 16 Avr - 2:09

Raven aurait pu être vue comme une personne curieuse et impliquée dans la vie des autres mais uniquement lorsqu’elle considérait que son aide était nécessaire et si tel était le cas et elle pouvait se montrer persistante. C’est ce qui c’était passé avec Barty, elle l’avait vu avec ce stupide livre de magie noire et n’avait pas pu s’empêcher d’intervenir bien qu’il ne l’ait pas demandé elle se voyait forcée d’interagir non seulement car il était un ami de son enfance mais aussi parce qu’elle ne pouvait décemment par le laisser commettre une aussi grosse erreur. Quant à Corban, elle ignorait pourquoi elle s’inquiétait autant pour lui et pour son âme, peut-être pour sa propre protection, il ne se rendait pas compte des dangers de l’utilisation de la magie noire. Il se ternissait à chaque utilisation, l’espace de quelques instants elle se demanda si Reg ou Oswin avaient déjà touché à la magie noire et l’idée l’effraya.

Elle s’étonnait toujours de voir à quel point Oswin pouvait se montrer attentionner envers elle mais la réaction de Regulus l’étonna d’autant plus, elle n’avait jamais réalisé qu’il était lui aussi réellement son ami et qu’il s’inquiétait de son sort et de ses actions et ça lui réchauffa l’âme.

OSWIN – « Tu ne peux pas être la sauveuse du monde, Raven. Te mets pas dans une posture délicate pour quelqu’un qui n’en a rien à faire. Tu es… Adorable. C’est agaçant, de te savoir prête à protéger les gens d’eux-mêmes. T’as bien fait, j’peux pas dire le contraire, mais je t’en prie… fais attention à toi en premier. »

C’était difficile pour la Serdaigle de se place en première position et pourtant tout la prédestinait à être la représentation parfaite de la sang-pur. Première née, elle n’avait jamais vraiment entendu le mot non, elle aurait pu en abuser comme sa cadette mais elle avait pris une autre route se montrant ouverte d’esprit et de cœur et s’échappant petit à petit des carcans de sa famille. Elle s’était totalement écartée de ce qu’elle aurait pu représenter, elle avait trouvé sa place chez Serdaigle.

REGULUS – « Os a pas tort, tu sais. Surtout avec une tête aussi avenante que la tienne – les gens vont en abuser. Dans l’monde qu’on vit, vaut mieux être prudent. »

Raven avait en effet un visage doux et empreint de gentillesse, on lui aurait donné le bon dieu sans confession mais elle savait aussi que cela attirait les profiteurs, de ceux qui se permettent sous couvert de lui demander de l’aide pour un devoir de la laisser le faire à leur place dans l’intégralité. Avec le temps elle s’était un peu affirmée ne se laissant que très rarement marcher sur les pieds et quelque part elle savait qu’elle pouvait en partie remercier Corban pour ça, à force de lui chercher des noises il avait aidé à forger son caractère.

REGULUS – « C’est pas encore la faute à Yaxley, j’espère ? »

Raven secoua frénétiquement la tête, ceci dit c’aurait tout bien pu appartenir à Corban s’il avait ensorcelée une bague de magie noire c’est qu’il devait posséder un quelconque support pour pratiquer son sort. Elle passa son regard de Regulus à Oswin avec une certaine inquiétude, elle devrait lui voler son livre à lui aussi.

OSWIN – « J’pense pas que ce bouquin appartienne à la bibliothèque de Poudlard. On devrait… Le garder. »

Elle avait écarquillé les yeux, la situation était pour le moins humoristique. Ils allaient garder en leur possession un livre qu’ils avaient interdit à Raven d’avoir. La simple idée qu’il puisse le lire et l’étudier l’agaçait non seulement parce qu’ils se mettaient en danger mais parce qu’ils lui en avaient interdit l’accès, elle se sentait comme une gamine qu’on punissait. Tu es trop petite pour comprendre, c’est trop dangereux pour toi, tu n’es pas prête. Elle avait levé les yeux au ciel, fixant ses deux amis avec étonnement et déception.

REGULUS – « Oui, absolument. C’est l’genre de grimoire qui va parfaitement dans la collection familiale. Vaut mieux ne pas laisser ça traîner. »

Le livre aurait tout aussi bien pu figurer la bibliothèque Fawley, bien qu’elle n’ait jamais explorer cette partie de la bibliothèque familiale elle savait que son père gardait quelques grimoires de magie noire ne serait-ce que parce qu’ils étaient un héritage des précédentes générations. On pouvait facilement trouver un grimoire de magie noire dans chacune des grandes familles de sang-pur et sans doute d’autant plus dans celles associées avec le Lord noir qui semait terreur et chaos.

OSWIN – « J’espère que… Le fait que Raven soit au courant. C’est… »

Raven avait rarement vu Oswin bafouiller et elle trouva ça presque touchant si ce n’est que la minute d’avoir il l’avait à nouveau privée du privilège d’être l’une d’entre eux, reléguée au siège enfant. Bébé Raven voilà tout ce qu’elle était en permanence. Elle tenta de chasser cette stupide idée de son esprit.

REGULUS – « C’est pas grave, Os. Vraiment. »

Ils se regardaient l’un l’autre et la Serdaigle les observa, ils étaient touchants surtout quand ils n’étaient pas l’un sur l’autre comme lorsqu’elle les avait surpris, c’était une autre facette d’eux, ils tenaient l’un à l’autre et quiconque aurait assister à la scène le saurait. Une réelle affection, unique, un amour, un vrai.

REGULUS – « Si t’ouvres la bouche, j’te coupe la langue c’est tout. »

Il souriait, mais Raven ne put s’empêcher de déplacer sa main sur ses lèvres comme pour se protéger des menaces du Serpentard. Jamais elle ne révélerait leur relation et elle se sentait privilégiée de connaître leur secret bien qu’elle estimait qu’ils méritaient que ce ne soit pas un secret, finalement le milieu des sang-purs était plein de non-dit et de secrets et ce serait un de plus à garder.

RAVEN – « Oui, c’est promis. »

REGULUS – « T’as l’air bien, avec Raven. Alors ça m’fait plaisir, c’est tout. »

La Serdaigle allait ouvrir la bouche pour ajouter quelque chose quand un coup d’vent leur glaçait les sangs instantanément. Un rire strident, celui de Peeves… Elle frissonna et se tourna vers le spectre.

PEEVES – « Trop de paillettes ! Trop de calme ! Allez un peu de rire ! »

Il avait claque des doigts et avant que Raven puisse dire quoi que ce soit trois sceaux étaient apparus au-dessus des étudiants en grande conversation.

PEEVES – « Badaboum on se lave ! »

Les sceaux s’étaient renversés sur eux avec une bonne dose de savon noir bien glissant et gluant, Raven fut soulagée d’être assise et d’éviter donc une violente glissade sur son ventre. Ses cheveux lui collaient à la peau, elle se frotta le visage se dégageant les yeux et la bouche du savon au goût écœurant. Elle dégaina sa baguette mais il avait déjà disparu les laissant comme trois idiots. Elle releva la tête pour regarder ses amis qui étaient dans un état tout aussi ridicule que le sien et ne put s’empêcher d’éclater de rire. La situation était passé du dramatique au rire et elle en était quelque part soulagée.

RAVEN – « Je pense qu’on est… propre maintenant, pas vous ? »

_________________
Pure Perfect Pretty Girl (in appearance only)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Lun 17 Avr - 23:20



kiss me harshly
Raven & Regulus & Oswin

La conversation fuse de tous les côtés à se demander qui est fautif d'assombrir le monde. Oswin est pas stupide, et s'il joue l'indifférence il est de ceux qui aime tout savoir sur le monde, et les gens. Il sait qu'il y en a chez les Serpentards qui goutent de trop près à la Magie noire. Qu'il y a comme un marché illégale de bouquins trop sombres et interdits dans la salle commune des serpents. Ca les fait revenir des manoirs familiaux, pour les échanger avec les amis, et se retrouver tard dans la nuit pour tenter de maudire ses ennemis. Ca joue avec la magie du sang, la magie d'la terre, le vaudou pour étrangler sans toucher ceux qu'ils veulent meurtri. Ca parle de meurtre aussi facilement que du temps qui fait, et ils se complaisent à se croire plein de pouvoirs. Il mentira jamais en prétendant qu'il y a pas gouter. La magie noire l'a attiré, et il en a lu des bouquins sur le sujet, même s'il y a pas touché sauf lors de l'attaque. A torturer Marlène pour la faire gueuler - ou la faire terre il sait pas vraiment. Mais avant cela, rien d'aussi grave. Quelques expériences, pour voir - juste pour voir. Parce que quand on est ami avec un Black, sans doute, c'est un passage obligé que de s'y intéressé malgré tout.
Mais Raven, il veut pas la voir s'en approcher. Raven elle a l'innocence et la naïveté trop juvénile à ses yeux. Il aime cela, et il voudrait la voir s'préserver aussi longtemps que possible. La voir rester jeune et romantique aussi longtemps que possible. Il remarque son air boudeur, mais choisit de l'ignorer. Elle peut bien penser qu'il la surprotège, il n'en a que faire. C'est une chose trop rare chez Oswin pour qu'il se restreigne. Il en a peu qui ont l'droit à son affection, et pour ceux-là il a une loyauté aveugle qui l'pousserait à donner sa vie. Et une franchise a toute épreuve.
REGULUS — « C’est pas grave, Os. Vraiment. » Il sourit, rassuré d'savoir qu'avoir parlé de cette chose entre Regulus et lui à Raven c'était pas une mauvaise chose. Il sait que ca doit rester secret mais quand Regulus s'est éloigné, y a Raven qui l'a empêché de juste s'enfermer sur lui-même. Raven a été son air frais, sa lumière soudaine et inespérée. Il s'est attachée à elle, accroché pour pas sombrer. Parler de Regulus c'est devenu un moyen de pas trop souffrir de la distance du Black. Raven a été son soutien, elle l'est encore. C'est facile de lui parler, parfois trop.
REGULUS — « Si t’ouvres la bouche, j’te coupe la langue c’est tout. »
RAVEN —  « Oui, c’est promis. » Il lâche un rire, parce qu'il doute pas de la confiance qu'ils peuvent avoir en Raven. Elle darde sur eux un regard si tendre qu'il en est touché. Comme ces enfants devant leurs héros, devant l'amour immémorial des princes et princesses des contes de fée. Sauf qu'ils sont pas dans un conte de fée - il parlera même pas d'amour parce que l'terme est prohibé. Promis - il sourit à sa meilleur amie, la regardant avec cette tendresse caressante qui est que pour elle. Cette même tendresse qui a fait douter Raven, il le sait, sur de possibles sentiments pendant un moment d'faiblesse. Un baiser qu'ils ont échangé, qui reste entre eux, tût du reste du monde. Même pas eux - parce que ca sert à rien d'y repenser. Ca ne ferait que rentrer complexe une chose si évidente que leur amitié.
REGULUS — « T’as l’air bien, avec Raven. Alors ça m’fait plaisir, c’est tout. » Il s'tourne à nouveau vers Regulus, et il penche la tête de côté.
OSWIN — « Ouais j'ai d'la chance de l'av — » Il terminera jamais sa phrase parce que soudainement y a l'esprit frappeur qui est là. C'est rare pour les Serpentards de croiser Peeves qui évite le Baron Sanglant et les cachots. Même en temps que Préfet, Oswin a pas eut l'occasion d'souvent avoir affaire à lui. Mais là il a pas le temps de réagir.
PEEVES — « Trop de paillettes ! Trop de calme ! Allez un peu de rire ! Badaboum on se lave ! » Soudainement y a des sauts au-dessus de leur tronche qui s'effondre dans un SPLASH qui résonne à ses tympans et les fait vriller. Merlin ! Il glisse. Il glisse parce qu'il est debout, et dans un geste désespéré et totalement incontrôlable, tente de se rattraper à ce qu'il y a de plus proche - la chemise de Regulus. A défaut de l'arracher, il emporte son meilleur ami dans sa chute, et s'retrouve par terre à moitié sur lui, grognant de douleur.
RAVEN — « Je pense qu’on est… propre maintenant, pas vous ? » Propre - aussi près d'Regulus c'est plutôt des sales pensés qui traversent Oswin sans qu'il puisse l'empêcher. Y a son parfum qui le happe durement, en même temps que le savon noir qui envahit ses narines. Merlin - il peut toujours sentir la peau d'Regulus, peut être parce qu'il l'nez dans son cou. Il tâche de se faire glisser plus loin mais c'est le problème, il glisse, tombe la bouche sans l'vouloir avant de mettre à rire. Fou rire - ca faisait longtemps que ca lui était pas arrivé aussi librement.
OSWIN — « Merlin ! Arrête de rire, Raven et aide nous plutôt à nous l'ver sans nous effondrer immanquablement. » Qu'il lance vers la demoiselle, avant de chercher du regard sa baguette qu'il trouve pas - évidemment. « Je déteste cet esprit frappeur ! » Mais si sa voix grogne, ses yeux rient - comme dans sa bouche où y a toujours ce rire cristallin qui s'échappe, sans qu'il explique pourquoi.


_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Ven 28 Avr - 17:50

C’t’un instant spécial, du genre que tu t’attendais pas à vivre un après-midi comme celui-là, et t’sais même pas c’qui s’en vient encore. D’encore vous faire prendre les mains dans l’pantalon d’l’autre – au moins cette fois vous en portiez un. Quoique avoir attendu quelques minutes avant d’vous rejoindre, Raven aurait probablement eu droit à un spectacle qui lui aurait brûlées les rétines. D’vous faire surprendre alors qu’vous vous étiez promis d’faire attention depuis les douches de Quidditch, où Evan Rosier n’avait manqué aucun détail du plaisir qu’vous preniez sous les douches, et même après son départ ça avait continué d’dégénérer. Juste à y penser t’as l’eau qui t’monte à la bouche, t’avais déjà mille images qui t’glissais en tête quelques instants auparavant à c’que vous alliez pouvoir faire dans la salle de classe… Et en fait, tu feuillettes présentement un grimoire de Magie Noire, installé dans l’dos de Oswin qui grogne doucement après la petite brune. Voilà la deuxième chose qui t’as pris d’court aujourd’hui, t’attendant pas à voir ton amant tourner d’l’affection vers quelqu’un d’autre qu’toi. Pas que ça t’dérange, ça serait excessivement égoïste de ta part, au contraire t’aime bien voir la lueur qui s’allume dans les yeux d’Os qui s’complaît bien d’votre présence à tous les deux. Toi, toi tu t’complaît en l’voyant aller, t’observes ses traits quand t’as les yeux sur lui ou t’l’écoutes avec attention quand il parle, t’écoutes les trémolos et les notes différentes dans sa voix avec un p’tit sourire en coin. T’lèves les yeux d’ta lecture quand l’brun s’retourne vers toi, semblant peu sûr de lui alors qu’il t’demande si ça t’dérange qu’il ait parlé d’vous deux à Raven. Comment ça pourrait t’déranger, alors qu’tu vois comme elle semble lui faire du bien, la Serdaigle? T’laisses ton sourire s’agrandir avant d’lui répondre par la négative, puis tu t’tournes vers Raven et la menace d’lui couper la langue si jamais elle révèle votre secret au grand jour. Feuerbach rigole, Fawley s’protège la bouche comme si elle avait peur que tu le lui arraches maintenant. rav – Oui, c’est promis. qu’elle répond derrière ses mains, c’qui t’arraches un ricanement à ton tour.

La troisième chose à laquelle tu ne t’attendais pas cet après-midi, c’est la soudaine apparition de Peeves au-dessus d’vos têtes, coupant Oswin qui n’eut le temps que de dire quelques mots avant de se retrouver savonné de la tête aux pieds. peeves – Trop de paillettes ! Trop de calme ! Allez un peu de rire ! Badaboum on se lave ! C’est tout, tout c’que t’as l’temps d’voir et entendre avant d’faire la gaffe d’lever les yeux, observant le savon noir ébène et savonneux se déverser des sceaux- à vos têtes à une vitesse folle. T’vois rien, sauf qu’tu sens la main qui s’agrippe à toi, t’entraînant dans sa chute et laissant le corps du propriétaire de ladite main s’écraser sur toi quand le sol et le savon freine ta chute. T’as pas besoin d’voir pour comprendre qui c’est –surtout qu’ton choix est limité à Raven ou Oswin, à moins que Peeves puisse soudainement prendre une forme matérielle– et puis malgré le savon ton nez ne manque pas de reconnaitre le parfum familier d’Oswin. Tu bouges pas sur le coup, glissant une main sur les hanches d’Os alors que t’essaie d’tenir l’autre sur le plancher sans grand succès – elle ne cesse de glisser sur le savon. Puis, le silence surpris est brisé par le rire de Raven, qui amène un propre sourire à tirer ses tes lèvres à moitié sales. rav – Je pense qu’on est… propre maintenant, pas vous ? T’sens Os qui gigote sur toi en essayant d’se relever, malheureusement ça marche pas- ou bien ça aide à t’rappeler c’que tu t’en venais faire dans cette salle de classe vide au départ. Ton esprit avait oublié, pas ton corps. Alors la main qu’tu tenais contre Os t’as passe sournoisement sous son haut pour essuyer la paume d’tes doigts et main, avant d’les ramener contre ton visage pour tenter d’libérer ton visage du savon comme tu peux. os – Merlin ! Arrête de rire, Raven et aide nous plutôt à nous l'ver sans nous effondrer immanquablement. qu’balance Oswin alors qu’il est lui-même secoué d’un fou-rire. Ça prend pas long avant qu’tu rejoignes les deux amis à ton tour- une fois que t’aie réussi à enlever un peu d’la boue noire d’ton visage. os – Je déteste cet esprit frappeur ! T’arrives à voir son visage après qu’il ait rigolé dans ton cou et envoyé une myriade de frissons dans ton échine. Il grogne, sauf qu’ses yeux sont brillants, et tu peux qu’sourire davantage en avisant son expression relâchée. Ta main qui tentait désespérément de rester fixe sur le plancher passe dans les mèches mouillées et gluantes du garçon sur toi, passant l’autre autour de sa taille avant d’commencer à gigoter pour rejoindre la chaise de Raven, qu’attrapes la patte d’une main et tu tires, pour rejoindre le mur plus facilement. Peut-être que de là, vous trouverez moyen d’vous relever et vous sortir de cette bouse d’hippogriffe. reg – Faut qu’vous arrêtiez d’rigoler, sinon j’y parviendrais jamais, qu’tu glousses à moitié, t’laissant tranquillement gagner par les éclats d’rire d’tes camarades. T’réussis tout d’même à vous tirer Os et toi vers Rav grâce à la chaise, c’qui t’permet d’te relever en t’accotant contre le mur. T’essaie d’aider le Feuerbach plié d’rire à plier ses jambes pour qu’il puisse s’mettre à quatre pattes et trouver une façon d’se relever mais- mais l’problème est là : y’en a pas, d’façon. Oswin avait tiré qu’une seule chaise pour la brune, le reste des bureaux sont un peu plus loin, et ils sont trois autour d’un unique appui. reg – Rav, on va t’pousser avec la chaise assez fort qu’tu puisses quitter la marre de savon, puis après, tu pourrais essayer d’nous tirer par le pied ou d’quoi, qu’on puisse sortir d’ici. Ça t’va? T’vois pas trente milles solutions pour vous sortir d’ce merdier, puis ton idée semble être pas trop mauvaise. Tu t’appuie donc comme tu peux contre la chaise afin d’la pousser.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 127
Date d'inscription : 09/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    Lun 12 Juin - 17:49

Raven se tenait péniblement à sa chaise, dans sa bouche le goût du savon, ses yeux piquaient et ses cheveux lui collaient à la peau, elle avait regardé bouche bée Oswin tomber lourdement au sol entraînant dans sa chute son amant, son amour. Elle sourit malgré le savon dans sa bouche et la désagréable sensation de pouvoir coller aux murs. Baguette toujours dégainée elle s’approcha du couple et haussa un sourcil inquisiteur cessant de rire pour se concentrer sur la situation et les dégager de cette position étrange.

OSWIN – « Merlin ! Arrête de rire Raven et aide nous plutôt à nous l’ver sans nous effondrer immanquablement. »

Elle était partagée entre l’idée de les laisser trouver une solution par eux-mêmes et les aider. La situation était bien trop hilarante que pour y mettre fin aussi facilement, il lui aurait suffi d’un petit aguamenti histoire de les débarrasser de tout ce savon mais ils avaient l’air de vouloir gérer la situation d’eux même alors se tenant toujours à sa chaise elle se contenta dans un premier temps de les observer. Puis, sans prévenir elle fut à nouveau assaillie d’un nuage de tristesse, les voir là, si mignon se dépêtrer dans du savon, être si proche et voir l’amour dans leur yeux respectif, elle les enviait et, même si leur relation était tout sauf gagnée elle savait qu’ils seraient toujours là, qu’ils ne se laisseraient jamais tomber l’un l’autre et c’est ce qu’elle voulait aussi. C’était ça l’amour, le vrai.

OSWIN – « Je déteste cet esprit frappeur ! »

La Serdaigle sorti de sa transe quelques secondes pour continuer à les observer.

REG – « Faut qu’vous arrêtiez d’rigoler, sinon j’y parviendrais jamais. »

Le rire de Regulus était un réel délice pour les oreilles de Raven et si son rire à elle s’évanouissait petit à petit sur ses lèvres s’étendait un sourire sincère. Ils méritaient ces quelques minutes d’insouciance et Raven était ravie de pouvoir faire partie du groupe, de sentir qu’elle avait une place quelque part.

REG – « On va t’pousser avec la chaise assez fort qu’tu puisses quitter la marre de savon, puis après, tu pourrais essayer d’nous tirer par le pied ou d’quoi, qu’on puisse sortir d’ici. Ça t’va ? »

Mais Raven n’en fit rien, elle se releva s’appuya sur le dossier de sa chaise pour éviter de glisser, penchant un peu en avant, en arrière manquant de tomber à son tour et de les rejoindre dans la flaque centrale dans laquelle ils se trouvaient. Elle leva sa baguette tout en leur offrant un clin d’œil rassurant.

RAV – « Aguamenti »

Du bout de sa baguette jaillit d’abord un filet d’eau et puis plus puissant nettoyant les flaques de savon et libérant ses deux amis. Elle sourit, relâchant sa prise de la chaise et marcha vers eux d’un pas semi assuré et se laissa tomber à même le sol à côté d’eux, après tout ils étaient tous trempés et franchement propre maintenant. Elle passa un bras autour du coup de Regulus et l’autre autour de celui d’Oswin.

RAV – « Décidément vous avez les bras et j’ai la tête et puis… On est bien ici non ? »

Elle riait à nouveau entre ses deux amis, heureuse de les avoir et qu’ils fassent partie de sa vie mais surtout qu’ils se soient trouvés.

_________________
Pure Perfect Pretty Girl (in appearance only)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: kiss me harshly (raven & osulus)    

Revenir en haut Aller en bas
 
kiss me harshly (raven & osulus)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Raven : Nevermore
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Raven Sloth
» Oh my beautifull Hell |Raven Nightray|[Terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Cinquième étage :: Salles de classe vides-
Sauter vers: