AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Little talk Under the rain [Averin & Osulus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Jeu 9 Mar - 12:32

Little talk Under the rain
Averin & Osulus
Enjoy the rain, feel the sun, breath all you can, walk until the end, smile to everyone, find a place, look at him, dream.

Le bruit de leur course effrénée résonne dans les grands couloirs du château, alors qu'Averill Macmillan entraîne Torin derrière elle. Les têtes se retournes sur leurs passages, alors qu'ils filent à toute allure vers la sortie. La fin des cours vient de sonner, et la rouquine a passé la moitié du temps à regarder à travers l'une des grandes fenêtres, la pluie tombée, sous le regard amusé du lion. La pluie, la sang pur, a toujours aimé cela. C'est peut-être enfantin, mais le bruit la calme, lui donne envie de courir et de danser dehors. Tout comme les orages et la pleine lune l'attirent. Plutôt atypique, mais la rouquine n'a jamais réellement été comme tout le monde.

Alors à peine la fin du cours fut elle annoncé, qu'elle a attrapé la main de son meilleur ami pour l'entraîner dehors en riant. Le blond n'y prêta aucune objection, parce que ce n'est pas la première fois que la rouquine l'entraîne de ce genre de sortie. La jeune femme posa son sac dans un coin du grand hall, afin de protéger ses affaires de l'eau, avant de s'élancer dehors, tournant sur elle-même au contact de la pluie froide sur sa peau devenue si pâle. Si sa mère avait été présente, elle ne lui aurait sûrement pas permis. Depuis la découverte de sa maladie, les gens ont tendance à la materner, pour les peut aux courants. Nécessairement, être malade en plus du feu magique en elle n'est peut-être pas la meilleure idée, mais la jeune femme passe tellement de temps sous la pluie, qu'elle doute franchement d'être malade. Et puis, un peu plus ou un peu moins ! Elle se refuse à rester enfermée comme une chose fragile.

La jeune Macmillan se tourne vers son ami de longue date avec un sourire rayonnant, comme elle n'a pas eu depuis si longtemps, bien que Torin sache toujours la faire sourire. De nouveau elle lui attrape la main et l'entraîne plus loin dans le parc, alors qu'ils croisent des élèves qui font le chemin inverse, afin de se mettre à l'abri. Sa course se fait un peu périlleuse, son sens de l'équilibre en ayant pris un coup, comme on peut si attendre quand une maladie consume votre corps. Mais son rire résonne, à chaque fois qu'elle manque de tomber et qu'elle se rattrape à la force du blond, jusqu'à arriver non loin du lac. Les deux jeunes gens s'installent à l'abri d'un arbre, et bientôt Ave laisse reposer sa tête contre l'épaule de Torin. Son regard se perd sur la contemplation du lac, ou les gouttes d'eaux forment des cercles, comme une chorégraphie jamais comprise. Le bruit est apaisant et un léger sourire étire ses lèvres, le temps de se perdre dans ses pensées.

Tout était venu si vite cette année. Si tout avait plus ou moins bien commencé, entre son rapprochement avec Regulus et le reste, c'était vite parti en vrille, sans même qu'elle ne s'en rende compte. D'abord, il y avait eu sa maladie, qui a frappé sans même qu'elle sans doute, prenant ses maux de tête pour quelque chose de passager. Puis l'attaque du château.... La guerre, silencieuse, a bel et bien commencé, et Averill est entre deux feux. Elle n'est pas réellement pour les Mangemorts, mais Regulus en fait parti... Et en même temps moralement elle soutient les causes de l'ordre du phénix... Et puis il y a son propre compte à rebours. Parfois elle prend cela avec un calme effrayant, et d'autrefois une panique née en elle, quand elle pense à la possibilité d'abandonner ceux qu'elle aime dans cette situation, et en général à ce moment-là, elle est prise d'une crise de magie ou une vague de nausée. La jeune femme passe si peu de temps à Poudlard, ou bien à l'infirmerie, qu'elle redoute à chaque fois que lui directeur lui impose de rester chez elle..

Mais après l'attaque du château, elle a eu tellement peur pour ses amis, pour Torin, qu'elle préfère rester ici, se résignant à suivre les ordres qu'on lui donne. Heureusement, Torin, Simon et les autres n'avaient pas eu de blessures graves, Regulus non plus, bien entendu. Hormis Oswin. Bien qu'ils ne soient toujours pas amis, Averell commence à comprendre sa place, du moins essaye-t-elle, et malgré tout, elle a été un peu inquiète. Comme elle a déjà dit au serpent, elle n'est pas pour la mort des gens. Aussi antipathique soit-il. La jeune femme cligne des yeux pour revenir à la réalité, et entoure le bras du lion du sien, alors qu'elle se cale contre lui pour profiter de sa chaleur, maintenant que son corps tremble légèrement du froid provoqué par l'humidité de ses vêtements.

-On devrait aller se baigner dans le lac, plus tard. On n'a pas eu le temps de le faire l'année dernière..

Averill redresse la tête, juste pour pouvoir regarder son visage. Ses cheveux blonds tirent vers le brun à cause de la pluie, alors que quelques gouttes tombes sur le visage de la rouquine. Il semble un peu fatigué, et elle sait que c'est un peu à cause d'elle. C'est aussi pour cela qu'elle n'a pas voulu lui dire la vérité de suite, mais au final, elle a besoin du soutien du lion, parce qu'il a toujours été comme son reflet, en plus impulsif. Ils se complètent, elle part son franc-parler, et lui bien souvent par ses poings. Elle est la parole, il est l'action.

-T'as l'air épuisé, Torin.
Made by Neon Demon

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Dim 12 Mar - 2:49



little talk under the rain
Averill, Torin, Reglus, Oswin

Codex des affections rarissimes et anciennes chez les sorciers
L'origine de la magie : histoire, génétique et évolution.
Salvation des maladies génétiques chez les sorciers
Les ouvrages s'étalaient sur la large table de la bibliothèque; entre chacun des parchemins emplis de tracés, de notes et de commentaires qui ne faisaient sens que pour Oswin Feuerbach. Il se tenait debout au fond de la biblitothèque où avait prit place dés la fin du déjeuner. Il n'avait pas prévu de prendre si longtemps, mais il ne pouvait se sortir ces simples mots de la tête, et ça commençait à le rendre fou. Ignis veneficia . Ignis - le feu; c'est bien une chose qu'il devrait comprendre en tant que Feuerbach. Son nom voulait littéralement signifier Rivière de feu en hommage à des encètres qui s'étaient amouraché des dragons. Et il existait toujours une branche qui en était incroyablement proches; bien que ses relations avec les Macfusty soient pas vraiment au beau fixe il pouvait pas nier que lorsqu'il s'agissait de feu ils pouvaient être les mieux placés pour lui en parler. Même si cela n'avait pas grand chose à voir avec les dragons, Averill MacMillan brûlait littéralement de l'intérieur, et il voulait comprendre pourquoi. Pourquoi sa magie se retournait contre elle ? Pourquoi soudainement son corps se dévorait de l'intérieur ? Pourquoi rien n'était trouvé pour y mettre un terme ? Pas que ce fut une maladie orpheline, mais elle était suffisamment rare que pour les médicomages n'y aient pas prêté attention. C'est qu'il faut de l'argent pour faire des recherches - Oswin savait comment ces choses là fonctionnaient.
Et il savait aussi qui il devait contacter. L'après midi avait déjà bien avancé, et il avait raté son cours de potions. Il s'en rendit compte un peu tard cela dit, totalement englué dans ses recherches. Pas qu'il avait soudainement développé de l'affection pour Averill - pas vraiment - mais il savait qu'elle comptait pour Regulus et il y a rien qu'il pouvait refuser à son meilleur ami. Il entendait épouser Averill, s'il le pouvait, et la jeune femme avait eut raison sur un point lors de leur dernier entretient : si Orion Black apprenait (ou plutôt quand il apprendrait) pour la maladie de la jeune femme il mettra un terme à ces fiançailles. Brisant une fois encore les espérances de son cadet - ou fils unique selon ses dires. Et Oswin ne pouvait pas simplement rester spectateur. Il avait besoin d'envoyer une lettre avant de rejoindre Regulus à la sortie des cours. S'il pouvait faire quelque chose pour sauver - ou du moins aider - Averill il le ferait. Qu'elle le veuille ou non - il le faisait pour Regulus avant tout.

Renvoyant ses livres d'un coup de baguette, il récupéra ses parchemins et sortit de la pièce pour rejoindre la volière. Sur place il écrivit rapidement une lettre avant de faire signe à son hibou et de lui glisser quelques mots - Fergus MacFusty, Sainte-Mangouste. Il ne savait pas si son cousin s'y trouvait mais sans doute y viendrait-il à un moment ou un autre. Soupirant, il fit le chemin inverse pour rejoindre les cachots, arrivant au moment où la porte s'ouvrait.
SLUGORN — « Monsieur Feuerbach, c'est un plaisir de vous voir bien vivant. » Les remontrances de son professeur le font doucement soupirer, mais avant même qu'il ait pu se justifier par quelques courbettes, il se retrouve à devoir choisir entre retenue ou une mission moins prenante mais plus désagréable. « J'ai besoin de quelques branchiflores, qui se trouvent dans le Lac noire comme vous le savez. Ramenez-en pour ce soir, et j'oublierais votre petite absence de cet après midi. » Pas qu'il eut le choix, un simple hochement de tête suffit pour que le professeur retourne dans sa salle de classe; et il rejoint rapidement Regulus.
Il se sentait bien plus coupable de l'avoir laissé gérer un après-midi de potions seul que d'avoir subit les remontrances de son professeur.
OSWIN — « J'suis désolé, j'me suis perdu dans des recherches à la bibliothèque. Slugorn veut m'voir lui ramener de la branchiflores, ca te dit de m'accompagner ? En chemin on parlera de comment me faire pardonner mon abandon ? » Propose-t-il plutôt sur le ton badin, toujours heureux de retrouver Regulus, se sentant stupide de l'avoir ostensiblement laissé de côté - ou pas vraiment les recherches étaient en partie menées pour lui. Il lui en avait pas encore parlé, parce qu'ils avaient jamais pris le temps de parler d'Ave et sa maladie, et que le sang mêlé sait pas vraiment ce que Regulus sait ou pas. Il a promit à la rouquine de garder sa gueule fermée et il tient bon - c'est rare qu'il est qu'une parole d'ailleurs. Mais il doute pas que si elle n'a rien dit ca durera pas.

Et quand ils sortent Oswin se rend compte qu'il pleut.
OSWIN — « Evidemment, Slug a vraiment l'esprit vindicatif. » Râle-t-il avant de sortir sa baguette pour - d'un sortilège - faire apparaitre un parapluie transparent assez grand pour les protéger REgulus et lui s'ils se tiennent côte à côte. Et il fait son chemin vers le lac noir, en essayant de ne pas glisser dans la boue, se retrouvant rapidement non loin du rivage, entre les arbres, où il voit se découper deux silhouettes qu'il reconnait en s'approchant. « Y a vraiment des gens pour profiter de la pluie dans ce parc ? » demanda-t-il avec perplexitude à Regulus.
Mais en arrivant à hauteur de l'arbre il se rend compte qu'il s'agit d'Averill et Torin St. James. Enlacés dans une posture qui laisse entrevoir une ambiguité qu'il avait deviné chez Torin depuis un moment - ils en avaient brièvement parlés tous les deux. Mais pas sûre que Regulus en est été témoin. Et pas sure que cette rencontre soudaine soit une bonne surprise - ou qu'il devrait pas plutôt tout de suite les ignorer et chercher ses branchiflores. Mais a croire qu'il est masochiste, parce qu'il se tourne vers le couple avec un sourire en biais.
OSWIN — « Averill, Torin - j'vois que vous profitez de la pluie. Quelle belle journée pour une promenade dans le parc. » Sarcasme, sarcasme, avant qu'il se tourne vers le lac. « J'vais virer le parapluie, un p'tit Accio devrait m'aider. Tu devrais te mettre à l'abris, la pluie en Mars c'est jamais bon. » Dit-il à l'encontre de Regulus, désignant le parapluie toujours sur eux, le préservant de se retrouver tremper, et possiblement malade à cause de cela.


_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 72
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Mer 15 Mar - 20:21

Little talk under the Rain
Averin & Osulus
Les cours, on ne pouvait clairement pas dire que c’était quelque chose que le blond avait toujours aimé, au contraire même. Il n’avait jamais été réellement fan de tout ça, même s’il prenait toujours soin de prendre quelques notes, histoire de ne pas trop se ramasser à la fin des cours. Ce serait tout de même assez con s’il venait à rater son année, non ? Clairement. Mais le pire, c’est qu’il arrivait tout de même à ne rien suivre, son regard posé sur la rousse, un sourire amusé sur les lèvres alors qu’elle regardait par la fenêtre. Il pleuvait. Torin avait toujours aimé l’étrange fascination qu’elle avait l’air d’avoir pour ça, pour la pluie. Comme si c’était une des meilleures choses qu’elle avait vue. Et il avait toujours adoré la voir tellement heureuse sous la pluie, c’était sûrement une des plus belles choses qu’il avait eu l’honneur de voir pendant sa vie, et ce n’était clairement pas un euphémisme. Finalement, quand la fin du cours fut annoncée, il eut à peine le temps de ranger ses affaire et de mettre poser son sac sur son épaule qu’il sentait la rouquine lui prendre la main pour le tirer vers l’extérieur. Clairement, ça ne le dérangeait pas du tout de la suivre comme ça, où elle voulait. Jusqu’au bout du monde, même si elle le voulait. Jetant finalement son sac à côté de celui de la Poufsouffle, il allait sous la pluie peu de temps après elle et elle avait beau être malade, un rhum n’était donc pas forcément la meilleure chose pour elle, il n’allait pas la forcer à rester là à ne rien faire alors qu’il savait pertinemment qu’elle ne voudrait pas de ce genre de choses. Sa main dans la sienne, il entrelaça leurs doigts alors que les deux s’enfonçaient un peu plus dans le parc alors qu’il faisait bien attention à ce qu’il ne lui arrive rien. Ça avait toujours été comme ça de toute manière. Il avait toujours la fâcheuse habitude de s’inquiéter pour la rouquine, même quand il n’y avait absolument aucune raison pour qu’il s’inquiète pour elle. Enfin, si on mettait de côté pendant quelques minutes la maladie de la jolie rouquine, bien évidemment.  Il s’était toujours bien plus inquiété pour elle que pour lui, c’était sûrement pour ça que lors de l’attaque du château, malgré le fait qu’il avait été blessé, la seule à laquelle il avait pensé, c’était Averill et qu’il avait peur pour elle. Aussi stupide que ça puisse paraître.

Finalement, les deux jeune gens se retrouvaient sous un arbre et Torin passait une main autour des hanches de la jeune femme quand elle posait sa tête sur son épaule pour la rapprocher de lui, la voulant toujours plus proche de lui et même pas dans un sens sexuel ! Non, c’était juste que sa présence était réconfortante, quelque chose dont il ne pourrait jamais se passer. En même temps, qui pourrait se faire à l’idée de son absence quand elle était si parfaite ? Oui, parce qu’elle devait bien être la personne la plus intéressante, la plus parfaite, la plus tout qu’il puisse exister. Il se demandait même comment quelqu’un comme elle pouvait exister. Et aussi, comment ça se faisait que quelqu’un puisse ne pas l’apprécier, sérieusement ? Toute personne ne la portant pas dans son coeur devait avoir des goûts plutôt spéciaux. Quand il voyait qu’Oswin, le meilleur ami de Regulus, ne l’aimait pas, il se disait que sa théorie était plus que vraie. Sentant la jeune femme trembler, il la collait un peu plus à lui, comme pour la garder au chaud ou du moins, tenter. C’était déjà bien. Déplaçant une main pour la poser sur la joue d’Averill, il plongeait son regard dans le sien. “On fera tout ce que tu veux, mais je pense bien qu’on ne devrait pas le faire quand il pleut. “ Quoique, mouillé par le lac ou par la pluie, ça ne changeait pas grand chose. Le problème était juste la température qui n’était pas assez haute. Passant sa langue sur ses lèvres à sa constatation, il haussait vaguement les épaules. “Je ne dors pas très bien ces temps-ci.” Se contentait-il de lui répondre et c’était vrai. Depuis qu’il avait appris la nouvelle, on pouvait dire qu’il était plutôt dans tous ses états, qu’il pensait à bien trop de choses, des choses qui le poussait à rester debout une bonne partie de ses nuits, si ce n’est pas ses nuits entières.

Le moment qu’ils passaient ensemble était vraiment quelque chose qui lui plaisait, et comme par hasard, ne durait pas bien longtemps. Il fallait que des personnes viennent les déranger, mais en plus ce n’était pas n’importe qui bien entendu ! C’était Oswin et le seul et l’unique Regulus Black ! Quelle joie de voir ce dernier là devant lui ! Resserrant un peu plus Averill contre lui, il roulait doucement des yeux lorsqu’il écoutait l’allemand parler. “Personnellement, je pense que c’est beaucoup mieux de le faire sous la pluie. Il y a bien moins de parasites, en temps normal.” Mais, étant donné que Regulus était là, ça n’était pas totalement efficace. Il faut croire que même la pluie ne peut pas faire en sorte qu’il puisse se débarrasser de lui pour avoir la Poufsouffle à ses côtés. Il faut croire que même une journée, c’est trop demandé.
© 2981 12289 0 - 894 mots

_________________
Tell me that you love me tooNous serons ensemble à jamais, même si un jour, elle m'oublie. Elle est tout pour moi : la joie, l'émoi, l'espoir, toute ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Lun 27 Mar - 3:48


T’es surpris de ne pas voir Oswin lors de votre cours de potions, surtout que son absence t’amènes à travailler seul – et c’est pas le genre de Slugorn de ménager un des étudiants de son club. Alors t’as travaillé dur cet après-midi, et en vrai, c’est pas plus mal, ça t’permets de penser à rien. Quand y’a Os avec toi, t’arrives généralement à te détendre, mais même lui arrive pas à faire taire la tempête qui gronde depuis que t’as vu Averill. Depuis qu’elle t’as dit qu’elle allait mourir, comme quoi ton père savait, qu’il vaudrait mieux pour toi de te trouver une autre fiancée. Comme si tu pouvais penser à un truc pareil en ce moment, tu sais même pas si tu diriges la nouvelle. Parce que tu sais que quelque part, elle a raison. Jamais Orion Black va accepter que t’épouses une mourante, sauf que toi, toi t’as pas pensé à un plan B. C’était Averill ou personne, c’était ton choix, un de ses seuls qu’on donnait au nouvel héritier de la famille. C’est injuste, et puis pas juste pour toi, pour elle aussi. Surtout pour elle. Et tu veux pas la laisser tomber, même si ça risque de la tuer plus vite de s’entêter à t’aimer. T’as pas encore pris le temps d’en parler avec Os, préférant digérer et repasser le tout dans ta tête, mais plus tu penses et plus tu t’enfonces – comme tu l’as fait pendant tous ces mois où t’as voulu te débrouiller tout seul, t’isolant du reste du monde. Même d’Os, même d’Ave, que tu commençais tout juste à voir. Pas cette fois, et tu comptes bien te vider la tête avec ton meilleur ami aussitôt que tu pourras aujourd’hui – en espérant que tu parviendras à mettre le grappin dessus une fois le cours terminé. Malgré ta solitude tu de débrouilles très bien, parvenant à sortir de la classe satisfait. J'suis désolé, j'me suis perdu dans des recherches à la bibliothèque. Slugorn veut m'voir lui ramener de la branchiflores, ca te dit de m'accompagner ? En chemin on parlera de comment me faire pardonner mon abandon ? Tu sautes presque hors de ta peau quand Feuerbach te surprend au détour d’un couloir, l’énervement de ton palpitant se calmant au fil de ses mots. Marchant côte à côte, un rire t’échappe à sa proposition. Absolument. T’as une idée derrière la tête, déjà? demandes-tu d’un ton léger, décidant de garder la discussion pour un moment plus opportun. Genre près du lac, quand vous serez vraiment que tous les deux, que tu pourras lui parler amplement en évitant les demi-mots.

Sauf que dehors, il pleut des cordes. Evidemment, Slug a vraiment l'esprit vindicatif. La plainte d’Os te fait sourire, et tu le regardes vous offrir un parapluie magique comme protection, avant que vous ne commenciez votre marche vers le lac. L’eau qui frappe et le temps qui est sombre est relaxant, la brise fraîche allégeant ton esprit que tu gardes toujours torturé. Alors que t’ouvres la bouche, Oswin te devance avec une question qui attire ton regard dans la direction du sien. Y a vraiment des gens pour profiter de la pluie dans ce parc ? Il est perplexe et toi tu hausses les épaules, un petit sourire aux lèvres tout de même. La pluie c’est pas si mal, réponds-tu rapidement, parce que plus vous vous approchez, plus tu as la drôle impression de reconnaître les deux personnes entrelacés. Plus ils se rapprochent, plus t’es convaincu d’avoir raison, et bientôt se dessine parfaitement Averill et St. James dissimulé sous un arbre, mouillés de la tête aux pieds se réchauffant l’un contre l’autre. Ton regard se pose sur la main de Torin sur la hanche de la rousse, avant que tu tournes les yeux vers Os qui prend décide de les saluer – comme ça, ils n’ont tous plus d’autres choix que de discuter tous les quatre. T’as jamais de problème à voir Averill, c’est plutôt avec St. James que t’as un problème. Depuis que tu tournes autour de la rouquine, il se fait un devoir de t’emmerder le plus possible, et vue la colère qui t’habite de plus en plus souvent, tu réponds avec de plus en plus de mordant. Averill, Torin - j'vois que vous profitez de la pluie. Quelle belle journée pour une promenade dans le parc. Personnellement, je pense que c’est beaucoup mieux de le faire sous la pluie. Il y a bien moins de parasites, en temps normal. Tu devrais savoir qu’il est impossible d’échapper aux parasites, il te colle au cul même en sachant qu’ils ont pas leur place là, répliques-tu en accordant à peine un regard au blond. Salut Ave, comment tu vas? Tu n’as pas trop froid? ajoutes-tu d’un ton plus doux, ta deuxième question se référant autant à leur tête trempée que leur position rapprochée. Techniquement, techniquement tu n’aurais pas ton mot à dire sur ça, comme tu fais quatre fois pire avec Oswin chaque fois que vous avez la chance de vous retrouver seuls tous les deux. Et Averill sait, elle en sait plus que t’aurais jamais pensé qu’elle pourrait savoir. Et malgré tout ça, tu ressens quand même un serpent sinueux embrasé tes trippes à cette foutu vue. J'vais virer le parapluie, un p'tit Accio devrait m'aider. Tu devrais te mettre à l'abris, la pluie en Mars c'est jamais bon. T’es certain? J’peux toujours tenir le sortilège pour ne pas que tu sois trempé non plus, dis-tu à Os concernant le parapluie quand il prend à nouveau la parole. Tu te concentres là-dessus avec joie au lieu de dévisager plus longtemps le duo étreint sous l’arbre.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Lun 27 Mar - 20:23

Little talk Under the rain
Averin & Osulus
Enjoy the rain, feel the sun, breath all you can, walk until the end, smile to everyone, find a place, look at him, dream.

Bercée par le bruit de la pluie, Averill se sent bien. Même si le froid s'insinue sous ses vêtements trempés, elle se sent à sa place dans les bras de Torin, profitant de la chaleur que dégage son corps, quoiqu'il soit lui aussi mouillé des pieds à la tête. Sa main se pose sur sa hanche, alors que la jeune femme pose sa tête sur son épaule, regardant les gouttes de pluie tomber sur le lac, troublant la surface lisse de cercles. Son odeur la fait se sentir à la maison, une odeur réconfortante. Le moment est simple, silencieux, mais cela lui convient. Les deux jeunes gens n'ont jamais eu besoin de mots pour se comprendre, même s'ils viennent de deux mondes différents. Parfois ils apprécient juste le calme. Sa main frêle se glisse sur la chemise du blond quand il resserra son étreinte, comme une réponse, se serrant à son tour..

Ce geste la touche, parce que c'est pour la réchauffer, elle le sait, mais il y a autre chose. Comme s'il avait peur qu'elle ne s'évapore dans la seconde. Alors, elle lève son regard vers lui, et un léger sourire étire ses lèvres abîmées quand il caresse avec une délicatesse bouleversante son visage. Lui qui peut être si nerveux, si passionné, le voir si tendre la surprend toujours. Les gens se trompent quand il pense qu'il est incapable de se calmer. Sa réflexion lui arrache un rire et la rouquine dépose un doux baiser sur sa joue.

-Je ne pense pas que ce soit pas une très bonne idée non plus. On trouvera bien un moment..

Ses sourcils se froncent, donnant une expression grave au visage de la sang-pur. La sorcière sait à quel point le lion peut s'inquiéter pour elle, et c'est adorable, mais inutile. Il n'y a plus de quoi s'inquiéter, son sort est scellé. Et même si c'est dur à accepter, il ne sert à rien qu'il se ruine, lui aussi, la santé. La jaune soupire et repose sa tête sur son épaule, avant de commencer à jouer avec les doigts du blond.

-C'est à cause de moi, hein ? Tu devrais arrêter... Je suis encore là, non ? On devrait en profiter..

Malheureusement, ils n'allaient pas en profiter aujourd'hui, parce qu'Oswin débarque peu de temps après, en compagnie de Regulus. Autrefois, Averill aurait sauté sur ses pieds et se serait sentie coupable d'une telle position. Mais au final, la jeune femme n'a rien a se reprocher. Malgré tout, elle ressent une certaine tension... Parce qu'ils ne se sont pas réellement revus depuis la dernière fois où elle lui a balancé la vérité... Ou il a admis aimer quelqu'un d'autre. Et même s'il n'a cité aucun nom, elle sait bien qu'il s'agit d'Oswin. Au fond, quand elle les voit ensemble, à faire comme si de rien était, elle a envie de pleurer. De hurler, de leur dire d'arrêter de jouer ce cirque.

-On ne croise pas de personne indésirable, Oswin, pendant ce temps.

Clairement, elle parlait de lui. Pourtant, il n'y a aucune animosité dans sa voix. Parce qu'elle ne lui en veut pas, pas réellement. La rouquine est trop lassée de ce petit jeu. Mais les piques s'enchaînent. Torin lui répond, et, bien entendu, Regulus saisit la perche. Sur le coup, la jaune est un peu choquée, parce qu'elle ne s'attendait pas à ce comportement ridicule après les déclarations qu'il lui a faites, et elle trouve cela réellement déplacé.

-Regulus !

Elle n'a même pas capté les paroles de Torin. Faire quoi sous la pluie ? Peu importe, elle ne veut pas lancer de l'huile sur le feu, alors la jeune femme garde cette question pour elle, tandis qu'elle dévisage l'héritier Black. Cette situation est tellement.... Stupide ? Mais il se radoucit quand même et prend de ses nouvelles. Comme on le fait envers une personne malade, fragile. Il a sans doute remarqué que son corps est secoué comme s'il y avait un tremblement de terre, limite si elle ne claque pas des dents. Elle aurait pu rougir de cette situation, parce qu'elle ressent une pointe d'accusation, pourtant, la jeune femme ne s'éloigne pas du lion.

-Je vais bien, et toi ? J'ai toujours aimé la pluie..

Est-ce qu'il le sait ? Sans doute pas, non. Parfois elle se demande s'il s'est intéressé à elle, mais la jeune femme repousse ce sentiment. Quelques instants, Averill regarde leur échange, pourtant à l'air si basique, qui lui pince le cœur. Alors la rouquine détourne le regard et se redresse, sans pour autant se lever.

-Je pense que Regulus devrait survivre à deux ou trois gouttes de pluie, Oswin.
Made by Neon Demon

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Lun 27 Mar - 23:08



little talk under the rain
Averill, Torin, Reglus, Oswin

REGULUS — « Absolument. T’as une idée derrière la tête, déjà? » Sans doute le regard lubrique qu'il lance à Regulus veut tout dire des idées qu'il a derrière la tête. Depuis qu'il y a gouté, le met interdit est devenue une obsession et c'est pas rare qu'il fixe Regulus en plein court en imaginant ce qu'il pourra lui faire plus tard. Il est devenue totalement insatiable et il pensait pas que ca lui arriverait un jour. Il sait qu'il est tenu à la discrétion et ça rend les choses d'autant plus excitantes qu'elles sont interdites. Il a jamais eut la prétention de croire que Regulus pourrait lui rendre ce désir, et comme c'est le cas maintenant il s'en plaindra jamais. D'autant que ca renforce leur amitié, et qu'ils passent plus de temps qu'avant - le temps que Regulus passe pas avec Averill ou dans les cours qu'ils partagent pas.
Ca fait des années qu'ils se sont pas retrouvés sous la pluie, et c'est sans doute la première fois qu'ils y sont pour qu'Oswin évite une retenue. Slugorn a pas été  un Serpentard  pour rien, le fourbe, et quand Oswin voit qu'il l'envoie sous la pluie pour lui faire regretter d'avoir oublié son cours il peut pas s'empêcher de soupirer.
REGULUS — « La pluie c’est pas si mal » Les yeux au ciel, il peut pas s'empêcher de sourire en pensant que évidemment Regulus aime la pluie. Ca fait partie des personnes de sangs purs qui se glorifie d'être des statues antiques et romantiques; de ces êtres surnaturels qui se perdent sous la pluie comme des figures mélancoliques. Imaginer Regulus sous la pluie ca fait naitre chez Oswin les souvenir les plus ardents qu'il a avec lui - pas sensuelles mais les autres. ces moments qu'il garde précieusement où Regulus a laissé ses émotions prendre le dessus. Il pleuvait le jour où Sirius a quitté le Square Grimmard - une pluie d'été chaude et pénétrante.

AVERILL — « On ne croise pas de personne indésirable, Oswin, pendant ce temps. » Plus tard voila qu'ils se retrouvent en face d'Averill et Torin étroitement enlacés, et Oswin les salut sans même chercher à savoir s'il y a quelque chose de gênant à la scène; Sans doute parce que la pluie qui tombe l'agace et lui fait perdre un peu le sens des convenances. Il se demande même pas si Regulus voulait les voir et c'est que trop tard qu'il se dit que sans doute pas. En réalité il ignore rapidement ce qu'il se passe pour regarder le Lac dont la surface est dérangée par le clapotie de la pluie. Il doit y foutre les mains - en théorie - pour choper les herbes de son professeur. Mais il en a aucune envies.
TORIN — « Personnellement, je pense que c’est beaucoup mieux de le faire sous la pluie. Il y a bien moins de parasites, en temps normal. »
REGULUS — « Tu devrais savoir qu’il est impossible d’échapper aux parasites, il te colle au cul même en sachant qu’ils ont pas leur place là,  »
AVERILL — « Regulus ! » Oswin peut pas s'empêcher de se mettre à rire à l'échange, même s'il sait pas vraiment si c'est l'agression de Torin (ce qui l'étonne qu'à moitié sachant les sentiments du rouge et or pour la sang pur), la répartie ardente de Regulus qui a tôt fait de lui sourire naitre un sourire moqueur, ou alors le cri outragé d'Averill qui sait pas garder ses lions en cage. Lui se contente de regarder cela de son côté, se disant que finalement la pluie ca fait monter les émotions plus vite et que dans ce genre de cas c'est assez amusant.

Et il sentait bien que Regulus était tendu à côté de lui, sans vraiment expliquer si c'était la présence de Torin, l'étreinte avec Averill, ces répliques décousues, ou le fait qu'ils soient pas que tous les deux du genre. Bien qu'Os doutait pas que son meilleur ami était toujours ravi de voir sa fiancée. Il lui a déjà fait comprendre; la dernière fois qu'ils ont été tous les trois REgulus avec le sourire aux lèvres et semblait aux anges. Et Oswin a comprit depuis un moment que sans Averill il trouverait pas l'équilibre qu'il lui fallait. Le fait qu'elle soit mourante aidant pas à le garder calme - raison pour laquelle Oswin s'évertuait à trouver un moyen de la sortir de cette vie sacrificielle. Il peut pas croire qu'il y a pas de solution, le terme "impossible" ne faisant pas partie du vocable des Feuerbach. Rien n'est impossible, parfois c'est juste pour difficile que d'autres.
REGULUS — « Salut Ave, comment tu vas? Tu n’as pas trop froid? »
AVERILL — « Je vais bien, et toi ? J'ai toujours aimé la pluie.. » Evidemment - deuxième roulement d'oeil. Sang pur; elle doit aimer la pluie pour aller de paire avec l'image qu'ils ont tous collé à la peau. Il semblait le seul à pas supporter le clapotis de l'eau, surtout pas en Mars. C'est salope la pluie à cette époque là - ca amène les maladies avec elle. Alors c'est naturellement qu'il propose à Regulus de se mettre à l'abris pendant que lui joue de sa baguette pour espérer pas finir dans le lac.
REGULUS — «  T’es certain? J’peux toujours tenir le sortilège pour ne pas que tu sois trempé non plus, » Ca le fait sourire de voir que son meilleur ami se sent concerné, et quand il va pour répliquer c'est la rouquine qui s'en mêle.
AVERILL — « Je pense que Regulus devrait survivre à deux ou trois gouttes de pluie, Oswin. » La pluie et l'électricité qui se trouve dans l'air joue sur les nerfs de l'Allemand qui s'agace de la voir toujours se mêler de cette relation entre Regulus et lui comme s'ils étaient ennemis. Il empêche pas Reg de la côtoyer ou de l'épouser - bien au contraire - et elle s'évertue a joué l'agressive. Sauf que si ca le fait sourire parfois, aujourd'hui c'est pas le jour. Alors quand sa voix se fait entendre, elle claque l'air impitoyablement.
OSWIN — « Par contre toi t'y survivrais pas » Si c'est psa à la pluie, c'est à ce qui la bouffe de l'intérieur, ou encore aux deux lions qui se la battent comme un morceau de viande. Qu'elle joue à venir lui chercher des ennuis, il cherche même pas à savoir si Regulus sait pour elle - il espère que oui, et au pire il n'en a que faire, il gardera pas plus longtemps le secret d'une fille qui se fiche bien de le laisser en paix.

Et puis il pleut, Merlin, ce que ca peut l'agacer; Il cherche pas à en dire plus aux autres, se moquant bien des réactions qui s'en suivront, pour se tourner en laissant le parapluie disparaitre et en fixant l'eau pour choper les plantes qu'il doit trouver. D'un Accio murmuré, tournant le dos à la scène qui explose sur les rives du Lac, il voit que dans les remous des vagues y a les plantes qui vont venir se mettre dans le creux de sa main.

hj : Torin, Reg, au besoin j'peux rajouter une phrase ou deux si mon merveilleux scude vous bloque Arrow (je me rends compte qu'en effet Os dit pas grand chose :rire:)

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 72
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Mar 4 Avr - 16:14

Little talk under the Rain
Averin & Osulus
Ça n’avait pas pris bien longtemps pour la Poufsouffle et le Gryffondor d’arriver dans le parc, malgré le fait que la nuit continuait de tomber. De toute manière, ce n’était pas comme si elle s’était arrêtée à un moment donné. De toute manière, ce n’était pas comme si ça le dérangeait plus que ça, il aimait la plus. Du moins, il avait appris à force de rester avec elle, à aimer la pluie. Puis à totalement se foutre de rester trempé toute la journée, même s’il tombait malade par la suite. Ce n’était pas comme si ça ne lui était pas arrivé auparavant. Il pensait même que quelque chose comme ça aurait, au contraire, renforcé sa santé, ou quelque chose du genre là. “Je suis persuadé qu’on en trouvera même des tas. Je te le promets.” Et il comptait clairement tenir cette promesse. Du moins, il souhaitait pouvoir la tenir, lui donner des tas de bons moments avant le moment fatidique, moment qu’il ne voulait clairement pas voir arriver, mais il devrait peut-être arrêter d’y penser. Ce serait sûrement préférable, mais le problème était qu’il n’y arrivait juste pas… C’était plus fort que lui. Ouais, il y avait tout de même des tas de choses dont il ne pouvait pas s’empêcher de penser, mais c’est tant pis. Finalement, ils se retrouvaient dans un arbre, enlacé l’un contre l’autre, caressant doucement la hanche de la jeune femme, sentant sa main sur sa chemise. Le regard posé sur elle, il déposait un léger baiser sur son front, comme un geste réconfortant parce qu’après tout ça, c’était toujours ce qu’il voulait. La réconforter, faire en sorte qu’elle se sente bien. Après tout, c’est ce que toute personne devrait avoir envie de faire lorsqu’on aime quelqu’un, non ? Du moins, c’est ce qu’il pensait, il ne pouvait pas vraiment en être persuadé. Tout le monde voit le monde différemment après tout, n’est-ce pas ? “Averill, ce n’est pas de ta faute.” Juste un peu, mais il n’allait tout de même pas lui dire ‘Bien évidemment Ave, c’est de ta faute si je n’arrive plus à dormir’, on ne peut pas vraiment dire que ce serait des plus sympathiques, au contraire. “Puis, je suis tout à fait d’accord. On devrait se focaliser sur les moments que l’on peut encore passer ensemble, c’est beaucoup mieux.” C’est clair, c’est beaucoup mieux que de toujours avoir le coeur serré à la seule idée que ce soit la dernière fois, mais le problème restait tout de même qu’il ne pouvait pas s’empêcher de penser à ça. Encore une fois. Mais bon, ils ne restaient tout de même pas tranquilles bien longtemps, malheureusement.

Poussant un soupir, il regardait vers les nouveaux arrivants, sans jamais retirer le bras qui entourait la jeune femme dans ses bras, comme pour bien la garder contre lui. Il en avait besoin, il avait besoin de cette proximité. Et le fait que malgré le fait que Régulus soit ici et qu’elle soit dans les bras du né Moldu lui donnait tout de même un certain sentiment de fierté, personne ne pourrait lui retirer ça. Roulant des yeux en écoutant les Serpentards parler, il lançait un regard toujours plus dédaigneux au plus grand. Puis en l’écoutant ouvrir la bouche, il plissait doucement le nez. “Je vois ça.” Régulus restait un parasite dont il aimerait bien se débarrasser et rapidement, le problème restant qu’il ne pensait pas que ça plairait des masses à la rouquine. Ce qui restait tout de même assez dommage.Puis le voilà avec un ton doux, quasiment mielleux alors qu’il s’adressait à Averill, donnant presque envie à Torin de l’étouffer avec du miel. Torin, violent ? Non, il ne voit pas du tout de quoi vous voulez parler, voyons. Il serait presque tenté de rajouter le fait qu’il la tenait au chaud après ce qu’Ave disait, mais peut-être que ce serait de mauvais goût. En fait, ça le serait sûrement, mais il voulait tout de même se contenir sur le moment. Du moins, pour l’instant. Il ne garantissait clairement pas le fait que ça serait pas la même chose dans quelques minutes. “Dans le pire des cas s’il ne survit pas à deux ou trois gouttes de pluie ça ne serait pas bien dérangeant.” Annonçait-il, de la méchanceté gratuite, c’était quelque chose qui sortait de ses lèvres comme par magie quand il se retrouvait en face du Black. Peut-être qu’un jour, il arrêtera tout ça, mais on ne sait jamais. Il fronçait tout de même les sourcils quand il entendait la réplique d’Oswin. “C’était bas, Oswin.” Ouais, il ne pouvait pas vraiment parler à ce niveau, mais c’était Torin. Il avait beau… apprécier - ou du moins pas détester - Oswin, il n’aimait pas qu’on attaque Averill et n’hésiterait pas à faire quelques remarques cassantes par-ci par-là. Ce n’était pas comme s’il n’y était pas habitué après tout.

_________________
Tell me that you love me tooNous serons ensemble à jamais, même si un jour, elle m'oublie. Elle est tout pour moi : la joie, l'émoi, l'espoir, toute ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Ven 28 Avr - 17:49


La pluie, elle lave, lave les péchés et les maux, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. Et c’est pas c’qui t’dérange, de ne plus rien ressentir, laisser le vide prendre le dessus. Ces derniers temps, t’es happé par la vie et t’aimerais qu’elle t’oublie, alors quand tu vois les gouttes qui tombent du ciel tu t’dis que c’est l’moment idéal. Sous un parapluie magique vous commencez votre marche vers le lac, appréciant votre moment d’solitude – mais pas assez longtemps. Quand tu lèves les yeux après un commentaire d’la part d’ton amant, tes sourcils s’froncent car la crinière rousse que tu vois briller malgré la grise température t’es familière. Et effectivement, effectivement quand vous vous approchez tu reconnais sans peine ta presque-fiancée, fiancée-mourante. ave — On ne croise pas de personne indésirable, Oswin, pendant ce temps. Ça c’est la réponse d’Averill au commentaire d’Feuerbach. C’pas celui qu’on retient, comme St. James renchérit, puis c’est toi. ave — Regulus ! Ton nom retentit comme un coup d’fouet, et tu tournes les yeux vers Ave qui semble vouloir t’rappeler à l’ordre. Sauf que tu penses pas avoir été plus ou moins virulent dans tes paroles qu’le lion aux salles pattes baladeuses. À la place, tu souris et hausses les épaules, avant d’la saluer et lui demander comment elle va. ave — Je vais bien, et toi ? J'ai toujours aimé la pluie. C’facile en c’moment de sentir les tensions, y’a pas juste la température qui est mauvaise c’est l’air entre vous. Deux promis accrochés à leur meilleur ami, un quatuor alimenté par les désaccords et les relations peu amicales. Est-ce possible d’imaginer un autre chemin, une chance d’amélioration? Est-ce possible, ou n’est-ce rien de mieux qu’un rêve? Oui, j’vais bien. Et oui, la pluie est facile à aimer, mais si elle tient les parasites éloignés, elle empêche pas les microbes, qu’tu réponds d’une voix que tu veux sympathique, sans trace d’animosité comme ta précédente réplique à St. James. C’pas un ordre, ni un reproche, au contraire d’en glisse un mot à la rouquine car tu tiens à ce qu’elle mette toutes les chances de son côté, et peut-être que s’coucher sous la pluie une éternité n’est pas la meilleure solution – et non, t’es pas friand du fait qu’elle s’y couche aux côtés de l’autre.

Ton attention retourne vers Os quand il t’parle d’aller chercher ce que le professeur Slugorn lui a demandé, tu lui demandes aussitôt s’il pourrait pas plutôt tenir le sortilège pour pas qu’il reste au sec lui aussi. Et pour pas t’laisser seul, là, désemparé avec les deux autres enlacés sous l’arbre. Ça te tente juste pas. Faut pas s’méprendre, c’est pas Averill que tu veux éviter, c’est juste le tout, le tout c’qui se passe et qu’t’arrives plus trop à gérer. T’veux juste t’éloigner d’tout ça et respirer, et Ave t’préfères la voir seule, voir St. James ça explose carrément ta joie. T’vois Os qui ouvre la bouche sauf qu’la voix qui en sort lui appartient pas. Tu fronces les sourcils, avant d’comprendre que c’est la Poufsouffle qui parle. ave — Je pense que Regulus devrait survivre à deux ou trois gouttes de pluie, Oswin. tor — Dans le pire des cas s’il ne survit pas à deux ou trois gouttes de pluie ça ne serait pas bien dérangeant. Comme tu le regardes, tu vois une ombre passer sur son visage- la lourde atmosphère pèse sur ses épaules à lui aussi, et tu l’avertis du regard. L’avertir de quoi, quelle importance, puisqu’il t’voit pas et que cette fois, c’est sa voix à lui qui claque l’air. T’en oublie même la remarque du blond sur le coup. os — Par contre toi t'y survivrais pas. Tu t’passes une main lente sur les yeux, t’demandant si t’as vraiment entendu ça. tor — C’était bas, Oswin, qu’entends St. James lâcher sèchement. T’inspires, puis t’expires fortement, ouais, l’lion sait constater l’évidence, y’a pas à dire. L’franc parlé d’Oswin t’as jamais dérangé, bien au contraire – t’as toujours trouvé ça divertissant et charmant, c’t’un côté qui t’plaît chez lui, mais là, à l’opposé des du lion il a fait haut dans l’manque de délicatesse. Ta main retombe finalement le long d’ton corps et tu poses un regard assombrit sur ton meilleur ami – passerez-vous votre temps à prononcer le nom d’un tel puis de l’autre après des commentaires désagréables? Car si c’est le cas, vous n’êtes pas prêt d’avoir terminé d’vous entendre. Tu aurais surtout pu user d’un peu plus de délicatesse, Os, qu’tu dis en secouant la tête, glissant une note de reproche dans la voix. Pas besoin d’faire plus pour lui montrer ta désapprobation, surtout pas avec le regard des deux autres étudiants sur vous. T’sais comme Oswin a la langue bien pendue, et souvent, il fait que dire le fond d’sa pensée sans réaliser qu’elle peut blesser, parfois. Tu doutes pas qu’au besoin, vous reviendrez sur le sujet. Tu tournes donc ton attention vers la rouquine tandis qu’Os s’décide à s’présenter sous la pluie pour récupérer ce que le professeur de potions lui a réclamé. Il a pas tort, toutefois, Ave. T’es trempée d’la tête aux pieds, tu commences pas à avoir froid? Même St. James pourra pas t’empêcher d’tomber malade. Tu t’approches légèrement, laissant l’ton d’ta voix s’adoucir alors qu’tu reportes ton attention sur la rouquine. Tu veux ma cape? Elle tient au chaud, ou sinon, un sort de séchage ferait l’affaire, qu’t’ajoutes en attrapant le nœud retenant ta cape fermée entre tes doigts, attendant tout d’même d’entendre c’que Ave veut.

Tu jettes également un nouveau regard vers Oswin qui s’dirige vers le lac, avant de revenir sur les deux étudiants. Outre une marche sous la pluie, vous aviez prévu d’faire quoi aujourd’hui? qu’tu leur demande sans arrêter ton regard sur le blond toutefois – vu la réaction d’la Poufsouffle tout à l’heure après avoir répliqué à sa gueule d’lion, t’vas tenter d’éviter d’relancer les hostilités. Autant qu’tu peux.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Dim 30 Avr - 19:28

Little talk Under the rain
Averin & Osulus
Enjoy the rain, feel the sun, breath all you can, walk until the end, smile to everyone, find a place, look at him, dream.

Depuis leur première année à Poudlard, Torin a pris l'habitude de faire toute sorte de promesse à Averill, et il n'a jamais manqué à l'une d'elles. C'est quelque chose que la jeune femme a toujours trouvé adorable chez lui, ce besoin qu'il a de lui promettre quelque chose, comme si seulement ce qu'elle voulait avait de l'importance, parfois cela la gêne. Parce qu'elle ne souhaite pas que le lion la passe en première, mais elle lui rend bien souvent l'appareil. Cette promesse est différente, c'est presque comme un murmure emporté par le vent, un pacte comme quoi ils passeront le plus de temps possible tous les deux, et ça fait doucement sourire la rouquine. Elle ne lui répond pas, parce que les mots sont inutiles, mais elle dépose un doux baiser sur sa joue, comme pour sceller leur accord, avant de se poser entre ses bras, pour profiter de sa chaleur afin de se réchauffer.

Son regard vert perdu sur l'étendue du lac, d'ordinaire si étrangement plat, être perturbé par les clapotis de l'eau qui forment comme une danse sur la surface de l'eau. Le silence s'installe et c'est suffisant, ils n'ont jamais réellement eu besoin de parler pour se comprendre. Mais c'est surtout parce que la jaune se sent un peu coupable devant l'air si fatigué du blond. Averill n'est pas simple d'esprit, elle a bien deviné que l'annonce de sa maladie lui a fait un choc, et qu'il y réfléchit beaucoup. Elle peut le voir quand il la regarde, dans ses sourires qui cachent une certaine tristesse, alors qu'autrefois il lui souriait comme s'il lui était impossible de faire autre chose.

Parfois elle aimerait effacer le moment où elle lui a annoncé, mais elle en revient toujours à la conclusion qu'il avait le droit de savoir également. Ses yeux se ferment doucement quand elle sent la douceur de ses lèvres se déposer sur son front, et le souvenir de leur baiser échangé lui revient. Avec tout cela, ils n'ont même pas pris le temps d'en reparler. Peut-être parce qu'elle a peur ? Elle a peur de savoir que Torin a fait ça dans l'instant, sous l'émotion. Où qu'il soit réellement attaché, qu'elle se laisse attirer dans cette histoire qui finira par briser le cœur du lion quand elle ne sera plus... Un soupir lui échappe, alors qu'elle tourne légèrement la tête afin de lever les yeux vers lui.

-Bien sûr que si, c'est ma faute.

Comment ça pourrait ne pas l'être ? Mais la sang pur n'a jamais rien caché à Torin, et elle ne se voyait pas continuer à le fuir ainsi. Malgré tout, elle lui adresse un maigre sourire avant de hocher la tête, et de glisser sa main dans la sienne. Oui, pour le moment elle est encore debout, et ils sont tous les deux. Ils verront de quoi demain sera fait, mais il n'est pas temps de s'en inquiéter. C'était reposant, jusqu'à ce que Regulus et Oswin débarquent. Autrefois, Averill adorait les instants passés avec le serpent, même si Os était dans le coin. Ces derniers temps, elle a un peu plus de mal à les voir tous les deux. Même s'ils font leur cinéma, la vérité reste ancré dans la tête et le cœur de la jeune femme, et comme tout être humain, elle en souffre. Cet organe peut paraître si stupide parfois, il semble effleurer du bout des doigts la raison pour laquelle tellement de sang pur se fait un devoir de devenir un cœur de glace.

Le ton monte rapidement entre le rouge et le vert, comme à chaque fois que Torin et Regulus se retrouvent à quelques mètres l'un de l'autre. Et la réflexion du sang pur au né moldu fait réagir Averill. C'est inutile, et enfantin, pourtant, le lion ne peut se retenir de lui répondre, et la rouquine se contente de lever les yeux au ciel. Inutile de le reprendre également, cela pourrait durer toute la journée, et elle n'a pas envie de jouer le rôle de la mère aujourd'hui. Malgré sa douleur et sa rancune, elle ne peut s'empêcher de demander à Regulus, comment il va. Par simple politesse ? Sans doute pas, malgré tout, même si elle s'accroche de plus en plus à Torin, elle a toujours ses sentiments forts pour le serpent, ce n'est pas quelque chose qui s'envole comme la poussière. Mais son ton reste froid, parce qu'elle ne veut pas de sa pitié, de sa fausse gentillesse qui semble la taillader aussi facile que la lame d'un couteau alors qu'il se tient si proche de la source de cette douleur.

-Cesse de me voir comme une petite chose fragile, Regulus. Je ne vais pas simplement rester enfermée dans ce château et attendre que l'inévitable arrive. J'en ai assez qu'on me couve..

Elle ne sait pas s'il y avait une quelconque remarque cachée pour Torin, mais elle décide de ne pas en tenir compte. Elle se focalise simplement sur le rôle qu'il a envers elle, et cette envie que la jeune femme à de lui dire qu'il n'a aucun droit de la sermonner. Techniquement, dans leur monde, qui semble si puisse évoluer par rapport aux moldus, il en a tous les droits. C'est lui le futur mari, mais Averill ne compte pas être ce genre de femme. Aucun faudrait-il que ce mariage arrive. Alors non, il n'a pas le droit d'exiger quoi que ce soit et de faire semblant de s'inquiéter pour elle. Avec tout cela, la rouquine aurait presque oublié la présence de l'asiatique, étrangement silencieux. Jusqu'à ce qu'il prenne son rôle d'amant attentionné qui fait sortir Averill de ses gonds. Parce qu'elle ne veut pas voir cette tendresse, cette scène comme quoi il se préoccupe de la santé l'un de l'autre. Et Torin la suit dans sa lancé, mais pour une fois elle ne réplique pas à l'assaut mordant du lion, son regard concentré sur le second serpent..

Les paroles qui interceptent toute son attention, ce sont celles d'Oswin. Il n'a aucun remords à les balancer, elle s'en doute et cela ne la blesse pas plus que ça. Si elle s'était attendue à ce que le blond lui mette une droite, suite à son impulsivité légendaire, il n'en reste pas moins calme, à son étonnement. Pour une fois, elle aurait bien aimé le voir coller une raclée à quelqu'un, il ne l'aurait pas volé. Mais la réaction qui la blesse le plus, c'est celle de Regulus. À quoi c'était elle attendu ? À trop sans doute, comme toujours en ce moment quand il s'agit du jeune Black. Pensait elle sincèrement qu'il prendrait sa défense face à son amant ? C'est beau de rêver. Cette petite remontrance, comme le ferait un parent à son enfant, c'est presque insultant. Mais un vague sourire moqueur étire les lèvres fines de la jeune femme, alors que son regard se vrille sur celui maquillé du jeune Feuerbach..

-C'est vrai ça, Oswin. Tu devrais être plus subtile, je suis sûr que la moitié du château n'est pas encore au courant que tu aimerais me voir au fond du trou rapidement. Ce serait dommage de révéler un tel secret. .

Ses dents commencent à s'entre choquer entre elles, mais elle ne perd pas la face. Ce n'est pas maintenant qu'elle va s'écraser devant une personne comme Oswin, peu importe son état de santé. Elle a bien l'intention de lui pourrir la vie aussi longtemps qu'elle le peu. Ce ne sera pas son but premier, mais cela pourrait devenir une passion. Alors qu'il s'éloigne, son regard se porte sur Regulus qui s'approche, et sa langue claque sur son palais, bien entendu qu'il est d'accord avec son camarde de maison.

-Cela m'aurait étonné que tu ne sois pas de son avis. Tu ne sembles pas avoir beaucoup de libre arbitre quand il s'agit d'Oswin, Regulus. Je vais très bien, et je n'ai pas besoin de tes conseils pour être en bonne santé. Je crois que de ce côté-là, on est un niveau au-dessus. Et il s'appelle Torin, pas St James.

Comment a-t-elle pu en arriver à une telle froideur envers Regulus ? Elle l'ignore, mais elle préfère cela, que de fondre de nouveau en larmes. Parce qu'elle ne veut pas blesser le lion, mais pas non plus montrer sa faiblesse au serpent. Parce qu'elle n'a pas menti la dernière fois, oui elle l'aime, et cet amour la blessant profondément, à chaque fois qu'il semble vouloir porter un minimum d'intérêt envers elle, parce qu'elle ne peut s'empêcher de penser que ce n'est qu'un masque, un stupide devoir, et que dans le fond, il n'en a rien à faire. C'est une femme blessée dans ses sentiments, et parfois c'est insensé. Il lui faudra du temps. Bien qu'une source de chaleur supplémentaire serait la bienvenue, elle préfère encore attraper un rhume plutôt que d'accepter cette cape.

-Je n'en ai pas besoin. Garde là, ou c'est toi qui vas tomber malade..

Il amorce une démarque sur une discussion banale, et dans d'autre circonstances, Averill en aurait peut-être rit. Cela semble tellement déplacé après toute cette histoire, comme s'il essaye de noyer le poisson, comme disent les moldus.

-On avait décidé de tester l'amour en plein air, avant que vous arriviez. N'était-ce pas ton programme avec Oswin également ?

Elle ne pouvait pas croire que lui et Os n'échangeaient que des baisers. Cela lui semblait impossible, la tension lui semble presque palpable entre eux, à chaque fois qu'elle les croissent, que son regard tombe sur eux. Les imaginants sans cesse isolés dans un coin pour garder ce secret enfoui. Et un peu trop tard, elle se rappelle que Torin est là, et qu'il n'est sans doute pas au courant. Son orgueil touché, elle a parlé un peu trop vite, mais elle garde un visage neutre. Il faudra qu'elle en parle avec le lion, mais la rouquine ne doute pas de sa loyauté, et du fait qu'il saura garder cela pour lui.
Made by Neon Demon



_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Dim 30 Avr - 20:42



little talk under the rain
Averill, Torin, Reglus, Oswin

Y a la pluie qui bat à ses oreilles, dans une assourdissante cacophonie. Les voir tous s'extasier d'aimer partager des moments sous les goutes ca t'fait lever les yeux au ciel. Tu vois pas ce qu'il y a de si acceptable ou poétique là-dedans. C'est froid. C'est humide. Et ca t'fout le moral aussi gris qu'les nuages au-dessus de vos têtes. D'autant que l'humeur autour d'toi est pas des plus brillants. Y a Averill et Torin qui se serrent comme s'ils étaient les derniers survivants d'un naufrage, et Regulus qui grogne autant qu'toi tu attaques au besoin. Peut être sans aucune subtilité ni délicatesse, en même temps t'as jamais été du genre à en faire preuve. Et Averill qui exigeait qu'on la prenne pas en pitié et qu'on arrête de la couver de mille inquiétudes - tu te dis que ton attitude c'est peut être celle qu'elle va le plus apprécier; non ? Tu vois pas d'raison d'être plus agréable avec elle parce qu'elle a un pied dans la tombe. Après tout ca la rend pas plus agréable, et son besoin de constamment s'mettre entre Regulus et toi ca te met les nerfs. Ca fait six ans qu'tu peux compter sur Regulus dans ta vie, et que tu entends toujours être présent dans la sienne. Tu vois pas pourquoi elle viendrait soudainement s'occuper de cette relation-là. T'étais là avant elle, et sans prendre de gant tu lui rappelles qu'au pire elle partira avant toi.
TORIN — « C’était bas, Oswin » T'arques un sourcil perplexe face au Gryffondor, te disant que sans doute c'est parce qu'il a Averill dans les bras qu'il s'est pas encore levé pour t'foutre la tête par terre ou te jeter dans le Lac noir. Sans doute, parce que Torin St. James est pas connu pour être un tendre, encore moins quand on s'en prend à sa chère meilleure amie. Ou alors peut être que votre conversation quelques jours auparavant t'as déjà permis d'être dans ses petits papiers.
REGULUS — « Tu aurais surtout pu user d’un peu plus de délicatesse, Os » Tu reçois la remarque de ton meilleur ami avec plus d'humilité. Tu sens qu'dans la voix de Regulus y a un grondement qui prouve qu'il n'a pas apprécié la remarque. Sauf que Regulus gueule pas sa rage ou sa colère, elle est froide et glacée et tu sais pas si les deux autres l'ont perçu. Toi oui.
AVERILL — « C'est vrai ça, Oswin. Tu devrais être plus subtile, je suis sûr que la moitié du château n'est pas encore au courant que tu aimerais me voir au fond du trou rapidement. Ce serait dommage de révéler un tel secret.  » Tu peux pas empêcher un sourire en coin d'se poser sur tes lèvres à la remarque acerbe de la rouquine. Sans doute parce que - comme tu t'en doutais - c'est elle qui s'sent le moins touchée par ta remarque. Et c'est peut être pour cela que lorsque tu lui parles à nouveau t'es moins colérique, plus amusé.
OSWIN — « Oh, Averill, j'voudrais que tout l'château sache que j'attends que tu sombres le plus lentement et douloureusement possible, évidemment. Histoire qu'mon image de sadique sans coeur reste intacte» Qu'tu lance avec un sourire sur les lèvres, jouer le rôle de l'troll cramoisi puisque c'est celui qu'elle a choisit pour toi.

Et finalement tu t'détourne pour aller chercher dans le lac les herbes de Slugorn voulait. Tu lance ta baguette, ignorant un temps les voix qui s'trouvent dans ton dos. Tu t'concentres plutôt sur ta tâche, à lancer des Acio qui font venir des plantes au creux de ta main. Mais la première à la racine arrachée, et tu sais seras pas utile en l'état. Alors tu mets plus de temps à attirer les autres, alors que le vent faire venir les voix vers toi.
REGULUS — « Tu veux ma cape? Elle tient au chaud, ou sinon, un sort de séchage ferait l’affaire »
AVERILL — « Je n'en ai pas besoin. Garde là, ou c'est toi qui vas tomber malade.. » Tu lèves les yeux au ciel une fois encore, avant de poser une main dans l'eau froid pour prendre l'algue magique le plus délicatement que tu peux. Avec un coup d'baguette t'arrête les vagues et entreprend de prendre la plante. Qui se retrouve au creux de ta main. Toi trempé, et le vent qui t'faire trembler légèrement. Avant de revenir vers les autres pour te rendre compte que le ton de la conversation est plus froide qu'auparavant encore.

T'arrive juste à temps pour entendre ton meilleur ami reprendre la parole. Il s'trouve entre toi et le couple enlacé, et tu es juste assez proche pour que l'arbre te fasse éviter le plus gros de la pluie. Assez pour les entendre et te faire entendre - t'en profite pour sécher la plante d'un sortilège et la mettre dans ton sac pour le professeur de potions.
REGULUS — « Outre une marche sous la pluie, vous aviez prévu d’faire quoi aujourd’hui? » Tu opines doucement, amusé d'voir Regulus faire la conversation de manière aussi polie. Alors qu'en face, la rouquine à l'coeur enflammé. Elle te fait presque pensé à tes cousins les Macfusty, dresseurs de dragons. Ou à un de leurs dragons.
AVERILL — « On avait décidé de tester l'amour en plein air, avant que vous arriviez. N'était-ce pas ton programme avec Oswin également ? » Tu t'étonne de cette remarque, et tu t'en cache pas. Tu sursaute à ce ton belliqueux avant de tourner ton regard vers Torin. Heureusement t'as eut cette conversation avec lui quelques jours avant, et il a sous-entendu que Reg et toi c'était plus qu'amicale. T'as pas démenti. Pas consenti non plus. Mais maintenant il avait plus de doute à ce sujet.
OSWIN — « Et t'as besoin de l'amener sous la pluie pour qu'elle soit trempe pour toi Torin ? » Qu'tu demandes en t'tournant vers le Gryffondor. Clairement amusée par cette remarque des moins délicates - et après c'est à toi qu'on fait la remarque. Mais t'entends pas t'laisser impressionné par les humains d'Averill. C'est ps de ton genre, et si elle veut cracher son venin, t'as aussi du sang d'dragons dans les veines.
OSWIN — « Bon, après tout il parait que la boue c'est pas mal pour la peau. Ca pourrait t'éviter d'avoir l'air d'un cadavre, Averill. » Qu'tu lance en haussant les épaules une fois encore, regardant le paysage déchainé autour d'vous. Une grimace sur le visage. « Mais puisqu'on en parle, j'suis plus du genre classique à aimer avoir chaud pour c'genre d'activités. J'suis cependant pas étonné de te savoir si aventureux, Torin. »


_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 72
Date d'inscription : 08/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Mar 9 Mai - 20:08

Little talk under the Rain
Averin & Osulus
“ Ce n’est pas de ta faute…” Se contentait-il de dire, pensant bien qu’elle n’avait pas besoin d’avoir ça en plus dans la tête. Elle avait déjà beaucoup de choses auxquelles penser, elle avait beaucoup de poids sur les épaules, la pauvre. La serrant contre lui, il avait vraiment pensé pendant un moment, qu’il pourrait passer un bon moment avec la rouquine, profiter de sa présence, mais bien évidemment, il n’avait pas tarder à voir Oswin et Regulus arriver. S’il appréciait un minimum Oswin, il devait bien avouer que Regulus, c’était une autre histoire. Il n’avait qu’une envie c’était de lui dire de se barrer, mais bon… Il pensait bien qu’il se ferait sûrement engueuler par la rouquine de son coeur. Malheureusement. Et pour le moment, il n’avait pas vraiment envie de se faire engueuler. C’était déjà arrivé il y a peu et ça ne lui avait pas vraiment plu, vous pouvez en être sûr. Même si le ton était monté assez rapidement, ce n’était pas le cas bien longtemps. Il faut dire que lorsque la conversation était plutôt entre le Serpentard et la Poufsouffle, il n’allait pas rentrer dans le tas pour chercher ce dernier. Caressant doucement le bras de la rouquine alors qu’elle parlait, il finissait par arrêter de regarder le serpent parce qu’en fait… Il n’avait pas tellement envie de toujours regarder cette personne. Merci, mais non merci. “C’est bien mieux pour elle qu’elle profite.” Ajoutait-il après que la rouquine parlait. Il faut dire que c’est vrai, non ? S’il ne lui restait - malheureusement - pas beaucoup de temps à vivre, il valait mieux que ces moment soient bons, soient parfaits, non ? En tout cas, c’était ce que le blondinet pensait, et il espérait bien réussir à lui faire passer du bon temps, et pas forcément dans le sens pervers du terme. Pas forcément en tout cas.
Se suivait ensuite de la petite réflexion d’Oswin, de la réflexion pas du tout classe d’ailleurs. Sérieusement, elle pensait vraiment que c’était quelque chose à dire à quelqu’un de malade ? Clairement pas, mais il faut dire que l’allemand avait autant de tact que Torin. Ce qui n’était pas forcément un compliment en fait. Loin de là, même, mais bon. Finissant par relever les yeux, il lançait un regard totalement désespéré au sorcier quand il l’écoutait encore une fois parler pour dire des choses tout de même clairement déplaisantes. C’était tout de même un sale gosse. Il comprenait pourquoi il passait tellement de temps avec Regulus. Comme on dit, qui se ressemble s’assemble, n’est-ce pas ? “Si tu continues, c’est toi qui va finir par sombrer lentement et douloureusement.” Pas qu’il pensait réellement être capable de lui infliger ce genre de sort, mais on ne sait jamais. Il ne faut tout de même pas le chercher. Il ne faut pas pousser mémé dans les orties. Puis voilà l’autre qui voulait faire sa bonne action de la journée, le voilà qui proposait sa cape à Averill et la réponse de la rouquine n’aurait sûrement pas dû le faire rire, peut-être que c’était déplacé mais bon sang.. C’était juste tellement bon. Déposant un léger baiser sur l’épaule de la rouquine, il arrêtait tout de même ses petits ricanements. Il pensait bien que sinon, il s’en prendrait une. Pas qu’il ait peur, mais il ne voulait pas qu’Averill se fasse attaquer en chemin. “Tu es tout bonnement épique Ave.” Finissait-il par lui souffler.
S’il était sur le point de dire à Regulus que ce qu’ils allaient faire n’était pas ses affaires qu’il entendait Averill lui répondre, et il avait failli s’étouffer avec sa salive, mais il se reprenait bien rapidement, un sourire en coin placé sur le visage.. “Je ne pense donc pas que tu voudrais rester ici pour y assister, n’est-ce- pas ?” Demandait-il à Regulus, sans pour autant vraiment relever ce qu’elle avait dit sur Oswin et l’autre garçon. Il faut dire qu’ils avaient eu cette conversation et Torin avait compris qu’il y avait quelque chose entre les deux, même s’il n’avait pas forcément consenti. Il faut dire que s’il avait compris ce que Torin ressentait pour la rouquine et qu’il disait être dans la même situation, il fallait clairement être con pour ne pas comprendre toute cette histoire. Et même Torin n’était pas assez crétin pour ça. Haussant un sourcil d’un air assez amusé en entendant Oswin lui parler. “Qu’est-ce qui te fait dire que j’en ai besoin ? C’est juste bien plus romantique sous la pluie.” Peut-être, ou peut-être pas. Mais en même temps, qu’est-ce qu’il pourrait lui répondre ? Mais finalement, il la serrait un peu plus contre lui, sans pour autant l’écraser. Du moins, si c’était possible. “Un cadavre ? T’en as déjà vu un avant de parler ? Parce qu’un cadavre, c’est tout de même dégueulasse alors qu’Averill est tout bonnement somptueuse.” Toute personne n’étant pas aveugle devrait sûrement le savoir, non ? Puis finalement, il haussait doucement les épaules. “L’aventure, ou bien même le danger rends tout bien plus excitant, je pensais que tu le saurait.”
© 2981 12289 0 ⛛ 846 mots ⛛

_________________
Tell me that you love me tooNous serons ensemble à jamais, même si un jour, elle m'oublie. Elle est tout pour moi : la joie, l'émoi, l'espoir, toute ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 457
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Mer 24 Mai - 4:32


Quand Os t’as proposé de l’accompagner sur le bord de l’eau, tu t’attendais pas à rencontrer autant d’feu sous un mur de pluie. Et pourtant, y’a pas besoin d’une autre source de chaleur que les déflagrations chaudes qui s’glissent entre vous quatre, c’est à s’demander à quel moment ça va finir par sauter, parce que plus ça va et plus ça semble aller dans cette direction. Au début t’essaie d’rester neutre, autant que tu l’peux alors qui a St. James dans les parages, t’calmer aussi la langue parfois bien pendue d’ton meilleur ami pour qu’il reste sympa avec ta mourante-fiancée. Sur le coup aussi tu t’dis qu’elle doit pas être si bien qu’ça alors qu’elle est lovée contre l’seul Gryffondor d’leur petit rassemblement. T’voulais pas voir l’feu s’mettre entre vous alors qu’vous êtes arrivés depuis si peu d’temps. Voir si y’aurait façon d'vous retrouver tous les quatre sans vous arracher la gueule en un claquement d’doigt. Mais tout c’qui s’passe c’est trop récent, tout c’qui s’passe laisse sa marque et vous êtes à cran chacun d’vos côtés et c’est certain qu’ça peut pas s’conclure en une tranquille marche sous la pluie. T’peux pas t’empêcher d’être inquiet pour la santé d’Averill, alors qu’elle t’as annoncé la nouvelle la veille, qu’elle s’est même enfuit quelques minutes pour être malade, autant qu’le désir d’voir St. James débarrasser ses pattes d’ta fiancée. Ouais t’sais qu’t’as rien à dire alors qu’chaque fois que l’reste du monde à les yeux tournés tu t’lances sans t’retenir sur Os et t’en redemande encore et encore. Ça changera pas, autant ton envie qu’ça s’arrête pas qu’le fait qu’ça sera jamais permis. Pas pour un sang-pur comme toi en tout cas. Alors tu vas pas dériver du mariage arrangé qui s’est glissé dans ta vie comme plein d'autres responsabilités depuis deux ans, sauf qu’dans ce cas-ci t’as au moins eu moins la chance d’choisir ta fiancée. Averill.
Averill, qui après que t’aie juste voulu t’assurer qu’elle empire pas sa cause, t’répond avec mordant, laissant ses crocs bien apparents alors qu’tu caches pas tes sourcils qui s’relèvent de surprise. ave — Cesse de me voir comme une petite chose fragile, Regulus. Je ne vais pas simplement rester enfermée dans ce château et attendre que l'inévitable arrive. J'en ai assez qu'on me couve… Tes yeux quittent pas la rousse mais t’manques pas la gueule du blond collé contre elle. T’peux pas manquer son petit air satisfait et sa bouche qui bouge comme pour murmurer quelque chose à Ave que t’entends pas- et au fond c’est peut-être mieux comme ça. Y s’penche contre son épaule alors qu’tu réponds finalement à la Poufsouffle en ignorant l’reste du lion. J’croyais qui avait rien d’fragile chez toi jusqu’à ce que tu me parles d’ta maladie. J’suis désolé, faudra m’laisser l’temps de digérer la nouvelle, qu’tu réponds sans plus faire attention d’garder un ton neutre. Il est autant cassant qu’celui d’la rouquine, et tu réserves rien du tout pour St. James. T’portes toujours mieux quand il est pas là, alors c’pas trop difficile de l’ignorer.
Sauf qu’elle s’arrête pas là la rousse au tempérament d’feu et elle conclut votre tour d’réprimandes sur Os en n’faisant preuve d’aucun pouce de douceur. ave — C'est vrai ça, Oswin. Tu devrais être plus subtile, je suis sûr que la moitié du château n'est pas encore au courant que tu aimerais me voir au fond du trou rapidement. Ce serait dommage de révéler un tel secret… Tu te retiens même pas pour la foudroyer du regard appréciant peu la fausse insinuation, sauf qu’avant qu’tu n’ajoutes quoi que se soit, c’est Os qui répond d’un sarcastique ton théâtral. os — Oh, Averill, j'voudrais que tout l'château sache que j'attends que tu sombres le plus lentement et douloureusement possible, évidemment. Histoire qu'mon image de sadique sans coeur reste intacte. Décidément pas l’image que toi tu t’fais du brun, sauf qu’il s’semble s’complaire dans c’rôle. tor — Si tu continues, c’est toi qui va finir par sombrer lentement et douloureusement, qu’grogne le chevalier-servant, et naturellement, ça surprend personne. ave — Cela m'aurait étonné que tu ne sois pas de son avis. Tu ne sembles pas avoir beaucoup de libre arbitre quand il s'agit d'Oswin, Regulus. Je vais très bien, et je n'ai pas besoin de tes conseils pour être en bonne santé. Je crois que de ce côté-là, on est un niveau au-dessus. Et il s'appelle Torin, pas St James. Encore une fois elle enfile aucun gant, et t’peux pas t’empêcher d’répondre avec autant d’poison- c’est comme si t’voyais une autre Averill, ayant rien à voir avec la fille blessée qui t’avouais et ses sentiments, et sa mort imminente. Tu devrais peut-être prendre l’fait que tu l’ailles blesser en compte, sauf que c’est pas comme ça qu’tu vois les choses en ce moment, tu réponds parce que l’feu présent autour d’vous allume celui qui brûle constamment en toi depuis des mois. La dernière fois que je t’aie vu, t’étais blanche comme un drap et t’as été malade. Les deux dernières fois que je t’aie vu, en fait. Quand tu passes ton temps au chateau dans les bras d’St. James j’peux pas savoir qu’tu vas très bien- et ce ne sont pas des conseils, c’est juste pour démontrer l’inquiétude normale que j’peux ressentir dans de telles circonstances.

Toi non plus t’es pas en reste en geste de droiture quand tu proposes ta cape pour tenir chaud la Poufsouffle- ça et montrer un peu d’désaccord devant l’fait que c’foutu blond puisse pas lâcher Ave une seconde. Et l’pire, au fond, c’est qu’elle semble parfaitement bien dans ses bras. Elle a autant l’droit que toi à être heureuse, si toi tu t’apaises et goûte au ciel quand tu t’entoures d’Oswin, tu devrais être content qu’elle ait trouvé la même chose d’son côté. Sauf qui a aucun temps qui s’est écoulé ou presque entre cette dernière rencontre, et t’as juste du mal à t’faire à la vue d’St. James tout autour d’la rousse- en fait, c’est surtout la voir s’allumer quand elle l’regarde alors qu’tout ce qu’elle envoie dans ta direction c’est de l’orage. ave — Je n'en ai pas besoin. Garde là, ou c'est toi qui vas tomber malade… T’insistes pas, t’en as pas envie d’toute façon. T’penses pas que t’aurais froid avec la chaleur qui s’dégage d’votre carré scié en deux, mais t’gardes la cape autour d’toi et change finalement d’sujet en leur demandant ce qu’ils comptaient faire d’leur journée. ave — On avait décidé de tester l'amour en plein air, avant que vous arriviez. N'était-ce pas ton programme avec Oswin également ? Tu restes impassible sauf qu’tu figes par en-dedans, t’arrives pas à croire qu’Ave ait pu balancer ça comme si c’était rien. T’sens la présence d’Os derrière toi et t’es pas déçu d’voir qu’il a terminé ce pourquoi vous êtes venu : une demande du professeur de potions, voilà tout. J'espère qu'une fois mariés, tu sauras faire preuve d'un peu plus de discrétion quand je te confierais quelque chose, laisses-tu finalement claquer d’une voix froide. Y’a St. James qui réagit pas trop à côté, du coup tu t’demandes s’il savait déjà- mais il peut clairement pas avoir deviné tout seul lui aussi, mmh? Sûrement qu’Averill lui en a parlé, mais c’est pas quelque chose qu’tu trouves acceptable, surtout parce que ouais, ouais t’aimes pas l’blond qu’elle considère comme son meilleur ami et moins il en sait sur toi, mieux tu t’portes. tor — Je ne pense donc pas que tu voudrais rester ici pour y assister, n’est-ce- pas ? Non effectivement, je préfère éviter. Mais j’suis content d’voir qu’Averill peut compter sur toi pour soulager son mal, qu’tu réponds la voix pleine d’un froid sarcasme au lion qui lui, semble respirer d’joie. T’as les veines en feu, elle a jeté de l’huile dans ce chaudron bouillonnant d’feu mal contenu, et t’as plus envie d’rester là. Et clairement, Ave a pas plus envie qu’tu sois présent dans son petit nid douillet. Pendant qu’tu rages en silence, t’entends la voix d’Oswin qui brise l’court silence. os — Et t'as besoin de l'amener sous la pluie pour qu'elle soit trempe pour toi Torin ? tor — Qu’est-ce qui te fait dire que j’en ai besoin ? C’est juste bien plus romantique sous la pluie. Pendant que les deux adolescents s’lancent des piques qui semblent surtout les amuser, tu gardes un instant tes yeux glacés rivés sur la rouquine toujours installé dans les bras du blond. os — Bon, après tout il parait que la boue c'est pas mal pour la peau. Ca pourrait t'éviter d'avoir l'air d'un cadavre, Averill. T’as beau lui avoir mentionné un manque de délicatesse un peu plus tôt, Os revient à tes côtés avec sa langue crachant un mot après l’autre et cette fois tu dis rien. Tu gardes ton visage fermer, mais tu tournes les yeux vers ton meilleur ami- t’sais que dans son visage à lui tu verras rien qui t’fera réagir au quart de tour, et t’laisses l’altercation entre les blond et le brun se jouer. tor — Un cadavre ? T’en as déjà vu un avant de parler ? Parce qu’un cadavre, c’est tout de même dégueulasse alors qu’Averill est tout bonnement somptueuse. Naturellement qu’il va vanter sa beauté- c’que tu peux pas contredire au fond, si y’a une chose qu’vous partagez Torin et toi c’est bien ça. Tu claques ta langue contre ton palais comme seule réponse. os — Mais puisqu'on en parle, j'suis plus du genre classique à aimer avoir chaud pour c'genre d'activités. J'suis cependant pas étonné de te savoir si aventureux, Torin. tor — L’aventure, ou bien même le danger rends tout bien plus excitant, je pensais que tu le saurait. Tu gardes le silence pendant qu’ils s’font une petite danse de piques, et qu’t’essaie d’pas y porter trop d’attention pour calmer ton sang bouillonnant. Tu t’déplaces même d’manière à recevoir quelques gouttes d’eau glacée sur la nuque, promenant machinalement ton regard entre les deux garçons joutant verbalement devant toi.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Ven 16 Juin - 18:24

Little talk Under the rain
Averin & Osulus
Enjoy the rain, feel the sun, breath all you can, walk until the end, smile to everyone, find a place, look at him, dream.

Oui, Averill se sent responsable de causer autant de souci autour d'elle. De voir les quelques personnes au courant autour d'elle s'inquiéter. Mais les deux amis ne seront probablement jamais d'accords sur ce sujet. Pour la rouquine se serra toujours de sa faute si le lion s'inquiète autant, parce qu'elle lui a dit, parce que c'est elle la malade. Mais au lieu de se lancer dans le débat déjà vain d'avance, elle se contente de soupirer. Et bientôt, un silence s'installe entre eux, seulement ponctué par le bruit de la pluie qui tombe sur les feuilles de l'arbre, au-dessus d'eux, ou sur la surface, autrefois lisse, du lac. Ses paupières se ferment légèrement sous les caresses agréables de ses doigts sur son bras, comme la caresse d'une plume. Mais leur moment de silence se trouve troublé, par l'arrivée de Regulus et Oswin. Si hier encore, la relation entre l'héritier des Black et la rouquine aller bien, aujourd'hui l'ambiance est tendue.


Tout simplement parce que si la journée a été dure en révélations pour Reg', elle l'a été aussi pour Averill. Même si ses doutes étaient déjà fondés, la douleur d'avoir servi d'alibi lui serre le coeur et la rend hargneuse. Elle a eu la nuit pour y réfléchir, et même si ce n'est pas le comportement qu'elle souhaite avoir envers lui... De le voir débarquer avec celui qu'il lui a avoué aimer... cela ne peut pas faire autre chose que la faire sortir de ses gonds. Et cela semble l'étonner, elle peut le voir sur son visage, mais à quoi est-ce qu'il s'attendait ? Bien entendu, Torin ne perd pas une seconde pour la soutenir face au serpent, il en aurait été étonnant autrement, mais le sang pur l'ignore royalement, continuant à s'adresser uniquement à elle.

-J’croyais qui avait rien d’fragile chez toi jusqu’à ce que tu me parles d’ta maladie. J’suis désolé, faudra m’laisser l’temps de digérer la nouvelle

-Ne prend pas cette maladie pour excuse. Ce n'est pas comme si c'était la chose qui t'importait le plus, de toute façon.

Pourtant, elle se souvient avec quelle force elle avait ressenti la promesse qu'il lui a faite la veille, de donner de son temps, pour elle, pour tenter de la sauver, parce qu'il en avait envie. Et cela avait sonné tellement vrai à ses oreilles, parce qu'ils étaient tous les deux. Rien que tous les deux, et il suffit qu'Oswin s'ajoute au tableau, pour que cette certitude vole en éclats. Qu'elle se prenne de nouveau pleine face, que tout ça, ce n'était que des rôles dans un possible futur mariage.

« Oh, Averill, j'voudrais que tout l'château sache que j'attends que tu sombres le plus lentement et douloureusement possible, évidemment. Histoire qu'mon image de sadique sans coeur reste intacte»

-Si tu continues, c’est toi qui va finir par sombrer lentement et douloureusement.

Et bientôt les répliques s'enchaînent. Puisque Regulus ne bouge pas d'un pouce, Averill lance ses piques au Chinois, comment faire autrement ? Lui qui semble toujours si sûr de lui, il a presque l'air de s'ennuyer dans son coin. Et sa repartie ne se fait pas attendre. Et cela ferait presque sourire la rouquine. Devient-elle folle ? Peut-être, mais dans le fond, ça reste la seule constante dans sa vie, qu'ils se chamaillent, c'est presque triste. Et avant même qu'elle puisse répliquer, Torin s'en charge, et son attitude pacifiste dans tout ce bordel, cela rendrait un peu Averill perplexe. Certes, c'est elle qui lui a demandé de moins se battre, pour la propre sécurité du lion. Mais lui qui a toujours eu tendance à partir au quart de tour, la jaune pourrait presque croire qu'il a avalé une potion tranquillisante.

-Tu veux que je te dise un secret, Oswin ? Je pense que déjà tout le château est au courant à quel point tu peux être un co*nard sans nom.

Ce n'est pas le genre de langage qu'elle emploie d'habitude, mais qu'importe, elle s'en moque aujourd'hui. Toutes ces conneries lui donnent presque envie de rire, tellement ça la fatigue. Comme si on lui avait fait la plus grosse blague de l'année. Et pour toute réponse au regard désapprobateur de Regulus, elle s'attaque cette fois à lui. Pas de raison qu'il n'en prenne pas pour son grade à son tour.

-La dernière fois que je t’aie vu, t’étais blanche comme un drap et t’as été malade. Les deux dernières fois que je t’aie vu, en fait. Quand tu passes ton temps au chateau dans les bras d’St. James j’peux pas savoir qu’tu vas très bien- et ce ne sont pas des conseils, c’est juste pour démontrer l’inquiétude normale que j’peux ressentir dans de telles circonstances.

Et cette fois, elle a l'impression d'halluciner pour de bon. Elle passe son temps dans les bras de Torin ?! La jeune femme ne sait pas trop de qui Regulus cherche à se moquer, mais c'est le plus gros mensonge qu'il ne lui a jamais sorti !

-Moi, je passe mon temps avec Torin ?! Tu es vraiment gonflé, tu le sais ça ?! Je peux pas te parler une seconde, sans que tu sois avec Oswin !

Ou bien qu'il soit porté disparu, elle ne sait ou dans le château, mais encore une fois, elle doute qu'il soit seul. Elle pourrait lui envoyer une lettre, pour lui dire qu'elle souhaite le voir, mais la rouquine ne veut pas ce genre de relation. Ou ils se voient simplement parce qu'ils se le sont demandé. Elle veut que ce soit spontané, qu'il l'est cherché, et pas pour un quelconque devoir.

-L'inquiétude normale, tu t'entends parler ? Tu parles comme s'il faut avoir un certain niveau pour les gens y croit ! Si tu t'inquiétait vraiment pour moi, tu serais venu me demander comment ça aller ce matin, comme tu me l'avais promis hier.

Non, il ne l'avait pas dit clairement, mais il lui avait annoncé qu'il veillerait sur elle. La rouquine ne souhaite pas qu'il se mine le moral à venir la voir tous les jours, il ne faut pas abuser, mais la colère est là, et elle ne donne pas nécessairement de sens dans ses paroles. Qu'importe, si le brun comprend ce qu'elle veut dire, s'il comprend sa douleur, c'est le principale. Malgré tout cela, malgré leurs cris, il lui propose sa cape. Et ce geste pourtant plein de bonne volonté, Averill le repousse, parce qu'elle ne veut rien lui devoir. Et visiblement cette scène amuse beaucoup Torin. Et son encouragement est loin de la calmer. Quand Regulus semble vouloir aller sur un terrant moins glissant, la colère aveugle de la jeune femme est telle, qu'elle en rajoute une couche. Et sans le vouloir l'information qui l'a mets dans un tel état lui échappe. Parce que c'est cela, le nœud du problème. Sa révélation au sujet de lui et Oswin. Et Regulus ne comprend même pas le message qu'elle en souffre encore, alors qu'elle lui a clairement dit hier.

-J'espère qu'une fois mariés, tu sauras faire preuve d'un peu plus de discrétion quand je te confierais quelque chose.

Et cette réponse l'achève plus que n'importe quoi d'autre. Elle en a sursauté, parce que l'espace d'une seconde, elle a cru voir le reflet d'Orion Black en face d'elle. Elle a eu l'impression d'étouffer, se voyant déjà enfermé dans ce mariage, ou quand il rentrerait chez eux, l'ambiance serait aussi froide. Il s'éclipserait sans doute après le dîner, pour aller se perdre dans les draps d'Oswin, la laissant seule entre quatre murs. Elle refoule violemment les larmes qui menacent de lui échapper, et son ton se fait plus mordant encore.

-Si, tu as si peur de ce que je pourrais dire, je t'ai déjà dit que ton père était pour annuler ce mariage. Je ne te forces pas la main, tu es le seul à te borner. Mais je ne compte pas être une de ces femmes qui obéissent sagement à leur mari, si c'est ce que tu attends de moi.

Son regard se fixe sur l'océan glacé des siens, sans siller, parce que malgré sa douleur, elle tient à lui tenir tête, même si y a cette magie qui bout en elle, qui commence à picoter sa peau. Et ce n'est jamais bon.

-Je ne pense donc pas que tu voudrais rester ici pour y assister, n’est-ce- pas ?

-Non effectivement, je préfère éviter. Mais j’suis content d’voir qu’Averill peut compter sur toi pour soulager son mal.

Cette réflexion lui semble plus déplacée encore que tout ce qu'Oswin a pu lui sortir. Il aurait pu la traiter de fille facile, que cela aurait fait le même effet. Et au final, elle se jette presque sur lui, tellement ça la sort d'elle. Peut-être qu'elle a l'air d'une furie, mais elle s'en moque, c'est beaucoup trop pour elle. Du jour au lendemain ils arrivent à se faire la guerre... Comment, est-ce qu'ils en sont arrivés là ? Son index s'enfonce dans son torse massif, avant qu'elle ne le pousse légèrement, parce que cette histoire doit se régler entre elle et lui. Une seconde, elle oublie cette peur de lui faire mal, à cause d'événement qu'elle ne peut pas contrôler. Malgré sa magie bien présente, elle explose parce qu'elle en a besoin, et ses yeux brillent de colère, et de tristesse.

-Je n'arrive pas à croire que tu balances ce genre de chose ! Pendant deux ans, je t'ai attendu ! Tous les jours, j'ai étè là pour toi ! J'ai tout fait, pour abattre les putains de murs que t'arrêtait pas de construire ! J'ai appris à te connaître, malgré tout ce que l'on m'a dit, parce que je le voulais ! Je t'ai aimé, et je t'aime encore, au point de m'en rendre malade, alors que tu toi, tu t'allonges avec un puta*n de chinois !

Non, cela n'a rien à voir avec la race d'Oswin, son sang ou qu'importe d'autres, mais au final, les mots s'enchaînent sans qu'elle puisse les retenir. Bien que sa relation avec Torin soit en train de changer, elle ne peut pas effacer ses sentiments pour Regulus d'un coup de baguette, du jour au lendemain, et elle espère que le lion le comprend. Bientôt, des larmes de rage, silencieuses, dévalent ses joues, et elle ne peut s'empêcher de penser qu'elle pleure beaucoup trop en ce moment. Parce qu'elle est épuisée, mais à l'instant, elle se sent... puissante, parce que y a cette force qui fait crépiter sa peau.

-J'ai tout fait pour que ce mariage fonctionne ! Pour qu'on ne soit pas juste deux noms que l'on a collés ensemble sur un strangulot de bout de parchemin ! Et toi te n'a rien fait, rien du tout, si ce n'est jouer un foutu rôle !

Durant quelques secondes, elle arrête de s'agiter pour reprendre son souffle, tout en dévisageant son fiancé, comme si elle voyant un inconnu.

-Tu ne peut pas te permettre de me traire de marie couche toi là, alors que je n'ai jamais rien fait de ce genre ! Et toi, tu peux en dire de même ? Combien de fois tu t'es tapé Oswin ?! Tu'n'as aucun droit de me faire des reproches ! C'est cela, ta vision des choses ? Toi tu t'éclipses pour retrouver ton amant, et moi je serre du paravent, à la maison ? Simplement bonne a m'allonger pour te faire des descendants ?! Eh ben, je refuse ! Je ne veux pas de cette vie si c'est pour être traitée de la sorte !


Non, elle veut un minimum d'entente, d'attention. Il n'a pas le droit de la priver d'amour, s'il ne peut pas lui donner en retour, alors que lui prend le droit de vivre sa liaison scandaleuse.

-J'étais prête à te couvrir... prête à faire beaucoup d'efforts... Tu m'as dit que tu acceptais le fait de ne pas parler de toi et d'Oswin, sauf si je te le demande, et au final, tu m'agites presque votre relation sous le nez... Tu peux comprendre que pour moi aussi, c'est beaucoup trop récent !

Au final, sa colère est telle, qu'elle ne s'est même pas rendu compte de la joute verbale qui se déroule entre Oswin et Torin.

Made by Neon Demon

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 478
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   Dim 18 Juin - 23:15



little talk under the rain
Averill, Torin, Reglus, Oswin

TORIN — « Si tu continues, c’est toi qui va finir par sombrer lentement et douloureusement. » Ca t'fait sourire, de voir le regard brillant de colère de Torin, de son désir de protéger Averill de toi avec autant de moquerie que tu en fait preuve. Tu te retrouve à l'apprécier - en vrai - le lion, parce qu'il a cette faculté à être tout feu, tout flamme, en en faisant le minimum. Qu'il porte sur la gueule ses émotions, et qu'il cherche pas à les cacher. C'est qu'il est pas de sang pur, à se faire une muraille d'indifférence pour pas que le monde sache qu'il a de l'humanité. Lui son indifférence il la porte par réel dégout du reste du monde, à croire qu'il n'y a personne qui soit assez bien pour lui. C'est un truc que tu peux comprendre, en réalité, et voir que Torin est fidèle à ses principes ca le fait monter dans ton estime. Tout ce que tu voudrais, c'est comprendre ce que lui aussi trouve à Averill, qu'il tient dans ses bras sans aucune gêne alors qu'ils sont en présence de Regulus - l'fiancé de cette dernière. Tu trouve que la scène manque pas de divertissement, surtout que la jeune femme semble prête à tous vous sauter à la gorge. Et à t'prendre pour cible une fois encore, de sa colère. Ce que tu t'attendais pas à voir sortir d'une si jolie bouche aussi cruellement.
REGULUS — « J'espère qu'une fois mariés, tu sauras faire preuve d'un peu plus de discrétion quand je te confierais quelque chose » Tu tourne ton regard vers Regulus, sachant combien la confiance c'est pas quelque chose qu'il accorde facilement. A croire qu'Averill apprendra jamais ce que c'est qu'être un Black, ce que c'est qu'être né dans cette famille et de voir constamment vasciller ses évidences. Que ce dont Regulus a besoin c'est de constance, de savoir qu'il peut juste se confier à elle sans craindre d'être poignardé par derrière. Une erreur d'plus pour la rouquine - une manière à toi d'gagner du terrain dans l'intimité du Black aussi. Et tu comptes pas lui rendre la tâche facile, à Averill. C'est peut être un tord, mais tu tiens trop à cette amitié (à défaut de le dire autrement) qui te lie à Regulus depuis six ans.

C'est qu'après le sarcasme s'tourne vers l'intimité de chacun. Comme si tu pouvais juste te retrouver sous la pluie à chercher à séduire ton sang pur. En vrai tu préfère tellement la chaleur de son lit, ou de la salle commune, ou même d'une classe vide. Mais être collé de pluie, et entre l'chaud de l'étreinte et le froid des gouttes, tu vois pas ce que ca a d'excitant. Pas que Regulus s'en formalise, il préfère de loin se lancer dans la mêler, à jouer à être meilleur que Torin.
TORIN — « Je ne pense donc pas que tu voudrais rester ici pour y assister, n’est-ce- pas ? »
REGULUS — « Non effectivement, je préfère éviter. Mais j’suis content d’voir qu’Averill peut compter sur toi pour soulager son mal. » Tu retiens pas un rire qui t'échappe devant ce combat de testotérones, te demandant si Averill sait l'apprécier au moins. Et si c'est de la jalousie qui perce dans la voix d'Regulus - ca serait ironique sachant qu'il se passe entre vous dans l'dortoir, mais en même temps Averill est à lui. Et c'pas souvent qu'il peut réclamer quelque chose juste pour lui - vraiment. Sauf que même toi tu sais plus sur quel pied ils dansent tous les deux, à se chercher sans s'trouver, à se vouloir sans s'prendre, à pas savoir s'ils doivent s'méfier ou s'accorder de la confiance. Ce qu'elle cherche comme preuve de son attachement, et ce qu'il veut bien lui offrir de lui.

C'plutôt vers Torin que tu te tourne toi, et les phrases qui fusent entre vous te fait oublier la présence d'Averill et l'action qu'elle entame de quitter l'étreinte du lion pour se jeter à la gueule du serpent.
TORIN — « Qu’est-ce qui te fait dire que j’en ai besoin ? C’est juste bien plus romantique sous la pluie.  »
OSWIN — « C'est plus cliché aussi. »
TORIN — « Un cadavre ? T’en as déjà vu un avant de parler ? Parce qu’un cadavre, c’est tout de même dégueulasse alors qu’Averill est tout bonnement somptueuse. »
OSWIN — « Pas que ca soit mon genre de toute façon, mais j'ai entendu dire ca ouais. »
TORIN — « L’aventure, ou bien même le danger rends tout bien plus excitant, je pensais que tu le saurait.  »
OSWIN — « Venant d'un Gryffondor ca m'étonne pas, peut être que j'aurai des choses à apprendre de toi, Torin. » T'as pas l'temps de laisser échapper un clin d'oeil complice et amusé que la voix de la rouquine s'fait tonnerre à côté de vous, et tu te tournes pour la voir qui rage contre Regulus, sentant soudainement ton corps se tendre à vouloir protéger celui qui compte plus qu'tout pour toi. Elle a beau être sa fiancée tu la laisseras pas l'briser si l'envie lui prend d'plus faire preuve de patience.

AVERILL — « Je n'arrive pas à croire que tu balances ce genre de chose ! Pendant deux ans, je t'ai attendu ! Tous les jours, j'ai étè là pour toi ! J'ai tout fait, pour abattre les putains de murs que t'arrêtait pas de construire ! J'ai appris à te connaître, malgré tout ce que l'on m'a dit, parce que je le voulais ! Je t'ai aimé, et je t'aime encore, au point de m'en rendre malade, alors que tu toi, tu t'allonges avec un puta*n de chinois ! » Tu retiens pas un grognement de frustration, croisant les bras sur ta poitrine. A croire que c'est pas fichu de retenir un peu d'informations, et que tes origines sont constamment déformés. A croire que pour un britannique être bridé c'juste venir de Chine alors que t'as rien à voir avec ce pays. Et tu t'en fous qu'elle te balance des inepties sur ce que tu laisse Regulus te faire - si ca peut lui faire plaisir d'rager contre vous - ca t'gonfle de pas être reconnu pour Japonais. C'est pas compliqué, même la rouquine a moitié morte peut faire l'effort de s'en rappeler. Ou alors Allemand - même si souvent ils oublient aussi que t'es pas né en Angleterre, même si ton accent est bien présent. Et peut être que si elle se donnait la peine de retenir des choses sur ce qui importent pour Regulus, ses deux années à l'attendre aurait pas donné si peu. Toi t'as mis plus de six ans à avoir un baiser, et si elle croit qu'elle peut le faire tomber amoureux en si peu, elle ignore bien tout ce qu'il est.
Et voila qu'elle se met à rager contre vous, contre la manière d'agir de Regulus, et que tu fais un pas en avant, en cherchant ta baguette pour juste la faire taire - exiger d'elle qu'elle se mêle de ce qui la regarde, à pas simplement se poser en victime quand elle peut pas faire l'effort de le comprendre lui. De le prendre pour ce qu'il est, de se mettre à la place d'un héritier du Square Grimmaurd. Ton regard s'tourne vers ton amant, t'as perdu toute trace de sourire, et y a juste une question qui s'pose dans ton silence : dis moi ce que j'peux faire. T'es soumis à REgulus, à ce qu'il veut d'toi, ce dont il a besoin - y a rien d'autres qui compte dans ton existence, et tu voudrais pas voir Averill qui l'torture pour si peu. Qui l'torture pour ce qui lui offre plus de sourire qu'le reste dans sa vie ces derniers temps. Tu l's bien vu - le Black il est juste lui-même, sans s'poser trop de questions quand il est avec toi. Tu retrouve le REgulus d'avant le départ de son ainé, qui avait juste à profiter d'être vivant, sans rien d'autre. Tu laisseras pas la gamine lui prendre ca par égoïsme.
AVERILL — « J'étais prête à te couvrir... prête à faire beaucoup d'efforts... Tu m'as dit que tu acceptais le fait de ne pas parler de toi et d'Oswin, sauf si je te le demande, et au final, tu m'agites presque votre relation sous le nez... Tu peux comprendre que pour moi aussi, c'est beaucoup trop récent ! » Tu lèves les yeux au ciel, à t'demander - encore une fois - ce qu'ils lui trouvent tous à cette fille-là. Tu tournes à peine vers Torin quand tu pose la question à voix haute.
OSWIN — « C'est la vulgarité qui la rend somptueuse ? Parce qu'elle perd la moitié de son charme soudainement. » Qu'tu demande en grognant entre tes dents, te tournant vers Averill cette fois avec une exaspération qui s'cache pas dans ta voix. « Pense à respirer, pour une fois que tu fais preuve d'une éloquence parfaite ca serait dommage que tu t'arrêtes en si bon chemin. »  Qu'tu propose, avec plus d'frustration et d'agacement en toi que tu l'voudrais. Toi t'es pas de sang pur non plus, et t'as jamais eut de prétention à cacher tes émotions négatives.

OSWIN — « J'peux rajouter égoïste et capricieuse à la liste d'tes qualités. A aimer quelqu'un sans chercher à le connaitre j'vois pas où ca va te mener. » Qu'tu dis plutôt à venant t'placer près d'Regulus, bien qu'un peu en retrait, là où c'est ta place pour attaquer s'il y en a un encore qui veut s'en prendre à lui. « Et j'vous en pris, y a bien des kilomètres entre le Japon et la Chine, c'pas le truc le plus compliqué à retenir. »

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Little talk Under the rain [Averin & Osulus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Little talk Under the rain [Averin & Osulus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche de Rain Maniko
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» MILLA ♣ set fire to the rain
» AZS Ҩ Nobody, not even the rain has such small hands
» Présentation de Blue Rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Parc-
Sauter vers: