AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 78
Date d'inscription : 14/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   Lun 20 Mar - 11:59



❝Oh ciel un placard...❞
Sirius & Lysander
Les choses ont tendances à se complexifier quand il vaudrait mieux qu’elles ne le fassent pas et ça commençait sérieusement à courir sur le haricot du jeune professeur d’Alchimie. Mariage arrangé, responsabilité de professeurs, attaque sur l’école, petits ennuis avec des élèves, arrivées des aurors dans les parages. Et quels Aurors ! Lorsque l’ancien Gryffondor avait aperçu son ex petit ami, il avait très nettement ressenti l’envie d’aller s’exploser le crâne contre n’importe quelle colonne du château en hurlant : « pourquoi ?! » Décidément, quelqu’un voulait absolument qu’il tourne chèvre avant la fin de l’année au point qu’il se demandait maintenant s’il voulait vraiment continuer à enseigner l’année prochaine. S’il pensait que la situation était déjà critique, il ne s’attendait pas à ce qu’elle le soit encore plus ce soir, mais c’était sans compté sur les farces stupides, puériles et complètement insensée de ce fichu esprit frappeur qui hantait les couloirs. Oui, en règle générale, Lysander riait aux blagues de Peeves et faisait même partie des professeurs qui l’engueulait le moins, ce qui apparemment lui avait épargné bien des farces, mais ce soir il ne riait pas du tout. Tout avait commencé par la ronde habituelle dans son horaire d’enseignant. Jusque-là, il n’y avait pas anguille sous roche et il ne s’attendait pas à tomber nez-à-nez avec Robards au détour d’un couloir du septième étage. Pour le coup, il s’était étonné de son self-control lorsqu’il l’avait simplement salué poliment avec l’optique de poursuivre son chemin aussi rapidement et sans s’attarder. Puis, il y avait eu LE bruit dan CE placard. Et il était encore à se demander comment un auror du ministère et un professeur de Poudlard avaient pu se faire berner aussi facilement par un fantôme ! Bien sûr, on aurait pu croire que quelqu’un se faisait égorgé et c’est sans doute pour ça qu’ils avaient perdu tout sens de prudence et de rationalisme, mais quand même ! Se faire désarmé par le même fantôme et enfermer dans un placard à balais avec tout le saint matériel de nettoyage de Rusard, là ça devenait franchement inquiétant. Après avoir même essayer de forcer la porte à coup d’épaule, le plus jeune des deux se retrouvait à présent appuyer contre la misérable barrière en chêne –pas si misérable vu l’épaisseur- à se masser une épaule endolorie. « Imbéciles… » marmonna-t-il dans sa barbe naissance en grimaçant sous l’assaut d’une nouvelle décharge de douleur. Pour la nième fois, il se saisit de la poignée de porte qu’il maltraita copieusement en jurant avant de hurler à pleins poumons : « Par Merlin, Peeves ! Je te le jure, je vais aller parler de ça au Baron dès que je serais sortit ! Sale cafard ! » Est-ce que ça ne servait à rien ? Sans aucun doute. Est-ce qu’il se rendait compte de sa connerie ? Absolument, mais ça lui permettait de passer ses nerfs sur quelque chose et d’ignorer avec qui il était présentement enfermer. Ce qui ne manquerait pas de se rappeler à son bon souvenir dès qu’il se retournerait ! Ce qui était probablement évitable si l’autre homme consentait à se taire à jamais et qu’il ne se retournait pas avant d’être libéré, mais il est impossible de rester immobile pendant des heures et encore moins dans un placard de… deux ou trois mètres carrés maximum.


© Pando
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 145
Date d'inscription : 31/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   Mar 21 Mar - 9:33

Analysons la situation : il se trouvait actuellement enfermé dans un placard d'à peu près trois mètres carrés, privé de sa baguette magique et en compagnie de l'homme qu'il évitait de croiser à tous prix depuis qu'il avait été affecté à Poudlard....

C'était un cauchemar...

C'était forcément un cauchemar.... Comment pourrait-il qualifier cette situation autrement ?! Et puis de toutes façons il ne pouvait pas expliquer comment, mais comment il avait put être assez stupide pour se laisser enfermer dans ce foutu placard par un esprit frappeur qui en avait profité pour lui voler sa baguette... Ah il était beau l'auror tien....

Et si seulement il avait été enfermé tout seul dans le placard... Il aurait simplement eut à endurer les railleries de ses collègues qui l'auraient trouvé là et point barre... Mais non, il fallait qu'il s'y retrouve avec Lysander... Non ! monsieur Rosebury.... Oui, parfaitement, il n'y avait plus de Lysander qui tienne, plus depuis longtemps....

Gawain, adossé contre un mur, aussi loin que possible du professeur -c'est a dire finalement pas très loin vu la taille du placard - soupira discrètement. De toutes façons il aurait put ne pas être discret, l'autre ne l'aurait pas entendu tellement il était occupé à se battre contre la porte récalcitrante et à gueuler sur l'esprit frappeur qui était surement déjà partit faire le con avec leurs baguettes magiques à l'autre bout du château... Oui, leurs baguettes magiques, parce que non content de lui avoir volé la sienne, Peeves avait aussi prise celle de Rosebury... Remarquez bien que dans le cas contraire ils ne seraient surement pas restés deux secondes enfermés dans le même placard....

Il savait qu'il aurait dût ignorer ce bruit dans le placard et passer son chemin pour éviter de rester en sa présence... Il s'était pourtant si bien débrouillé depuis son affectation à Poudlard pour ne pas le croiser et ignorer sa présence si proche... D'ailleurs, le professeur semblait vouloir agir de la même façon, à moins que son père n'ait eut raison et qu'il ne se souvienne déjà plus de lui depuis longtemps... Gawain secoua la tête et fixa le vide, il ne voulait pas penser à ça... Pas maintenant et certainement pas avec l'objet de sa rancoeur si près de sa personne.

« Par Merlin, Peeves ! Je te le jure, je vais aller parler de ça au Baron dès que je serais sortit ! Sale cafard ! »

L'auror haussa les sourcils dubitatif. Franchement il n'était pas persuadé que le baron ait réellement envie de chasser ce foutu esprit frappeur, sinon à son avis il n'aurait pas attendu l'accord des autres fantômes et il l'aurait viré sans en piper mot et en faignant l’ignorance quand on lui en aurait fait part... C'était un ancien Serpentard après tout et ils n'étaient pas réputés pour agir selon les règles, même si Gawain avait toujours été du genre réglo.

- A mon avis il ne vous entends plus depuis bien longtemps.... Railla-t-il.

Oui il était partit du principe de ne pas lui adresser la parole, mais franchement il en avait marre de l'entendre beugler comme ça et puis ça lui donnait mal au crâne en plus il se doutait que ça ne servait à rien et ça l'énervait encore plus car si jamais Peeves était encore là à se régaler de leur infortune, il était surement plus que ravis de l'entendre hurler à tout bout de champ...

_________________





Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 78
Date d'inscription : 14/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Lysander A. Rosebury le Ven 12 Mai - 9:34, édité 1 fois
MessageSujet: Re: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   Lun 10 Avr - 19:13



❝Oh ciel un placard...❞
Sirius & Lysander
Oh non, la situation n’aurait certainement pas pu être pire, vraiment pas. Ou peut-être en y ajoutant son père dans le même endroit exigu, là ça pouvait peut-être s’empirer… mais n’allons pas souhaiter des choses pareilles, vu la chance de l’aîné des Rosebury en ce moment, ça pourrait arriver ! La maison toujours sur la poignée de porte, il se crispa en entendant l’autre homme lui adresser la parole. Non, mais il n’aurait pas pu continuer à se taire ? C’était vraiment trop lui demander ? En même temps, il ne lui avait rien demander non plus et jusqu’à preuve du contraire, Robards n’était pas legilimens, pas plus qu’il n’était occlumens. La prudence aurait voulu que lui-même se taise pour sceller un accord tacite entre eux sur le fait de se taire et d’attendre gentiment les secours. Notez que s’ils se taisaient, il y avait peu de chance qu’on les retrouve avant plusieurs heures ! Voir peut-être même jour, vu qu’on était vendredi soir sur la planète et que personne ne se soucierait de voir que le professeur d’alchimie avait disparu avant lundi matin !  Soit, ignorant la prudence qui lui disait de ne pas répondre et de ne surtout pas se lancer dans une bravade face à l’auror coincé avec lui, Lysander se retourna pour faire face à son ex. « Et quoi ? Vous avez une meilleure idée, monsieur l’auror ? Et vous savez quoi et ben ça me défoule de lui gueuler dessus, même s’il ne m’entend plus ! Vous préféreriez sans doute que je passe mes nerfs sur vous ?! » Lysander avait perdu tout self-control face à l’homme avec qui il avait passé probablement les meilleurs moments de sa vie et ça lui déchirerait la bouche de l’avouer à voix haute d’ailleurs.  D’ailleurs, il ne contrôlait même plus sa capacité de métamorphomage et ses cheveux venaient de viré au rouge vif. « J’en doute sincèrement… et si je ne fais pas de bruit, je ne vois pas comment on va nous retrouver ! Mais soit… C’est vrai que je ne suis qu’un petit jeune sans l’expérience de monsieur Robards, excusez-moi. » Heureusement qu’il ne s’entendait pas parler, sinon le professeur d’Alchimie ne se reconnaîtrait pas dans les propos qu’il tenait ou alors ça lui rappellerait douloureusement le jour où ils s’étaient quittés en mauvais terme. Ah c’est sûr que s’ils s’étaient quitté en bon terme, ils auraient simplement décidé de s’asseoir par terre à discuter chiffons en attendant patiemment leur délivrance. Ce qui somme toute aurait été l’option la plus intéressante pour le bien être mental de chacun, mais c’était trop demandé une fois de plus. Lysander décida enfin de la fermé momentanément et de se laisser glisser contre la porte pour se retrouver accroupi, une main sur le visage en soupirant. Il avait été particulièrement injuste envers l’autre homme qui n’avait sans doute pas demander à se ramasser tout ça en pleine figure dans le cadre de leur enfermement mutuel. « Pardon… je n’aurais pas dû dire ça. La situation doit être suffisamment pénible pour vous, comme pour moi et j’en rajoute une couche. » Ah qu’il aurait voulu être calmement assis dans son bureau à corriger une pile de copie désastreuse plutôt qu’ici. Rien que le parfum d’after-shave de son vis-à-vis le torturait en lui rappelant le passé. Tout ça révolu, parti en poussière, en faisant en sorte qu’ils n’étaient plus que des inconnus enfermés dans un placard à balais.


© Pando

_________________

   
   

       

           

       

       La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge au contraire est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. - Albert Camus
©️ Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 145
Date d'inscription : 31/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   Sam 15 Avr - 11:29

Il s'était crispé... Il le savait, il l'avait vu... Il avait vu son épaule remonter légèrement alors qu'il serrait certainement la poignée de la porte avec plus de force, contrarié par la remarque de son ancien amant... Malgré lui, malgré sa rancœur, malgré toutes ces années, il ne pût s'empêcher d'être fasciné par ce mouvement d'épaule presque involontaire, seulement créé par l'énervement et la contrariété. Il sut alors que ses pires craintes s'étaient révélées fondées... Malgré l'éloignement, malgré tout ce qu'il s'était passé, il ressentait encore quelque chose pour Lysander... Son père avait tout gâché...Mais lorsqu'il se tourna vers lui, Gawain s'empêcha d'y penser encore.

« Et quoi ? Vous avez une meilleure idée, monsieur l’auror ? Et vous savez quoi et ben ça me défoule de lui gueuler dessus, même s’il ne m’entend plus ! Vous préféreriez sans doute que je passe mes nerfs sur vous ?! »

Il fallut toute la volonté de Gawain pour l'empêcher de sourire lorsqu'il se rendit compte que les cheveux du professeur viraient au rouge à cause de la colère qu'il ressentait. C'était une autre chose qui le fascinait et lui plaisait chez lui, son don de Métamorphomage qu'il contrôlait généralement à merveille, mais qu'il ne pouvait gardé sous bride lorsqu'il ressentait des émotions trop fortes... Naturellement, il savait que de voir rougir ses cheveux n'étaient pas de bonne augure, c'était de cette couleur qu'ils étaient le jour où ils s'étaient séparés....

- Surement pas non. Marmonna-t-il pour se changer les idées.

Il ne devait pas penser à tout ça, surtout maintenant qu'il se retrouvait enfermé dans un placard avec pour seule compagnie LA personne qu'il évitait le plus. Mais Lysander ne semblait pas l'avoir entendu, perdu qu'il était dans sa colère et son besoin de l'évacuer.

« J’en doute sincèrement… et si je ne fais pas de bruit, je ne vois pas comment on va nous retrouver ! Mais soit… C’est vrai que je ne suis qu’un petit jeune sans l’expérience de monsieur Robards, excusez-moi. »

Tient... Il l'avait déjà entendu celle là... C'est fou comme certaines choses peuvent rester gravées dans votre mémoire alors que d'autres ont le chic pour se faire oublier à la seconde même où on a cessé d'y songer... Il n'avait cependant jamais compris, à l'époque, s'il lui reprochait d'être trop vieux pour lui - d'où les nombreux amants et amantes que lui avait venté son paternel - ou bien s'il lui reprochait leur différence d'âge, chose sur laquelle Gawain ne s'était pourtant jamais plaint.

Cependant, Lysander s'était finalement laissé glissé contre la porte avant de se cacher honteusement le visage dans les mains. Une manière de se calmer sans doute, ou bien alors était-ce la manifestation de son désarrois qui le frappait en pleine figure. Allez savoir...

« Pardon… je n’aurais pas dû dire ça. La situation doit être suffisamment pénible pour vous, comme pour moi et j’en rajoute une couche. »

Pour être tout à fait honnête, la première pensée de Gawain fut de vouloir venir le prendre dans ses bras... Lysander avait cette faculté déconcertante et étrange aux yeux du plus vieux de pouvoir paraître à la fois si fort et pourtant si fragile selon les circonstances et ses émotions... Il avait souvent mis cela sur son don de Métamorphomage et il ne s'était jamais demandé s'il avait raison ou non.

Cependant, il ne fit rien, aucun mouvement, restant debout contre le mur opposé à la porte,s'éloignant le plus possible de l'autre inconsciemment. Ils s'étaient fait tellement de mal deux ans auparavant... Il reprochait l’infidélité de Lysander et si son souvenir était bon le plus jeune lui avait reproché d'être plus intéressé par son argent que par sa personne... Pourtant, Gawain n'avait jamais été une personne vénale... Ce qui le faisait sévèrement douter quant aux propos que lui avait sous entendu monsieur Rosebury père...Mais il n'en n'avait jamais fait part à Lysander, un homme sanguin... Ils s'étaient dit trop de choses mauvaises et douloureuses pour qu'il soit prêt à pardonner à ce moment là...

Ensuite, il s'était contenté de rester fièrement de son côté, voulant croire que le père de Lysander avait raison et que de toute façon, leur histoire était vouée à l'échec à cause de leur différence d'âge... Voulant croire que Lysander désirait trouver une femme et faire des enfants, voulant croire qu'il n'avait été, finalement, qu'une expérience, un caprice pour faire enrager on père dans sa crise d'indépendance...

- Elle n'est pas pénible... Murmura-t-il après un long moment de silence.

Sa voix était basse pour ne pas montrer qu'il souffrait, qu'il était triste, qu'il avait mal, qu'il avait une fois de plus l'impression qu'on lui broyait le coeur avec délectation, qu'il se noyait sans rien pouvoir y faire, et qu'à la première occasion, ils se feraient souffrir encore.

- Elle est insupportablement douloureuse.

A voix basse pourtant, on ne pouvait pas penser qu'il se sentait concerné par ses paroles. Mais Lysander, s'il se souvenait, pourrait aisément deviner que c'était son moyen de défense pour faire penser aux autres qu'il n'était pas touché. Quand on parlait à voix basse, on pouvait plus facilement contrôler son ton.

- Et t'entendre hurler et me regarder avec colère ne fait que raviver de très mauvais souvenirs déjà beaucoup trop présents. Confia-t-il sans se rendre compte qu'il était repassé au tutoiement.

Il n'aurait peut-être pas dût lui en avouer autant, mais il ne l'accusait pourtant pas, il savait qu'il avait sa part de méchanceté et de coups bas hurlé sur le plus jeune le jour de leur séparation... Chacun d'eux blessé et voulant blesser encore plus l'autre pour se venger.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 78
Date d'inscription : 14/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   Lun 5 Juin - 12:09



❝Oh ciel un placard...❞
Sirius & Lysander
Assis au sol, le professeur d’alchimie se trouvait dans une grande souffrance psychologique. Non pas qu’il doute que ce ne soit pas le cas pour son vis-à-vis, mais étrangement cela lui procurait une légère satisfaction qu’il endure la même douleur. Dit comme cela, cela paraît terriblement égoïste et méchant, mais vu les plaies encore béantes dans le cœur de l’aîné des Rosebury, ce n’était que justice à ses yeux. Pourtant, malgré cet élan de rébellion contre son ancien amant, il ne souhaitait pas le blesser outre mesure, probablement parce qu’il s’était rendu compte avec le temps – beaucoup de temps – qu’il avait ses torts également. Il était monté dans les tours, comme il sait si bien le faire, passant du calme à la tempête en un millième de seconde et frôlant la fureur du bout des doigts. Tout ça pour des non-dits et des mensonges proférés par un homme sans scrupules aucun. Il se demandait encore comment il avait pu être assez bête pour croire son père ce jour-là, mais le doute avait été ancré si profondément en lui, que les accusations que lui avait retourner l’autre homme, l’avait simplement fait exploser. En y repensant, c’était probablement le dessein de son père dès le départ, se doutant que des malaises sous-jacents devaient être présent et qu’il n’avait qu’à allumer la mèche. Car son lot de question sur leur relation, il en avait eu aussi. Se demandant combien de temps le plus âgé supporterait encore sa jeunesse immature et combien de temps il mettrait à penser qu’il allait chercher des compléments ailleurs. Cette peur intestine qui avait finalement ronger leur couple jusqu’à ce qu’il explose. Oui, son père avait détruit tout, mais ils avaient monté seuls en silence la bombe sur laquelle le patriarche Rosebury avait posé l’allumette. Lysander n’avait pas la fierté de Gawain, bien loin de là. La tentation de revenir pour s’excuser avait été très forte, mais c’est justement cette facette qu’il connaissait bien qui l’avait rebuté. Se disant qu’au final, il ne serait ni entendu, ni écouter. Il avait bien pensé à rédiger une lettre, mais il n’avait aucun talent pour écrire ce genre de chose et rien ne lui garantissait qu’elle serait lue de toute façon. S’il pouvait réellement agir avant de penser, le professeur d’Alchimie était également capable de regretter et d’assumer ses erreurs. Il avait assumé d’avoir perdu l’homme qu’il aimait sincèrement, mais il en gardait d’amère et dévorant remords. Provoquant sans aucun doute certains de ses choix dangereux, mais ça c’est un autre sujet. La tête dans les mains, ses cheveux reprenaient lentement leur teinte naturelle, alors qu’il refusait d’affronter à nouveau le regard de Gawain. Dans le silence de ce placard seulement troublé par leurs éclats de voix empli de rancœur et leurs respirations, il put distinctement entendre ce que disait le plus vieux. Parce qu’à ce moment-là, il avait accepté de la boucler et d’écouter. Parce que malgré tout, il a une bonne ouïe, ce serait d’ailleurs déplorable qu’il soit à moitié sourd à son âge… Et puis, soyons honnête, dans un placard de cette taille, pratiquement vide à l’exception de leurs deux personnes et de quelques effets pour le ménage, tout s’entendait ou presque. C’était dur, vraiment très dur pour lui d’entendre les paroles du plus âgés, de se savoir en grande partie responsable de cette douleur, de cette souffrance. Pire encore, c’était de voir l’homme fier qu’il connaissait, craquer allégrement sous l’assaut de cette entrevue inattendue et indésirable. Décidant que finalement, s’en était trop pour lui, le professeur d’Alchimie se remit sur ses deux jambes et s’approcha de son ex petit-ami. La tristesse qu’il ressentait fit que ses cheveux virèrent au gris. Une couleur qui n’était pas franchement la plus connue de celles qu’il pouvait arborer, parce que rarement triste au point de perdre sa maitrise de cette capacité de naissance. Une fois nez à nez avec l’autre homme, il fût partagé entre l’envie de le secouer et de le prendre dans ses bras. Finalement, ce fut cette dernière qui prit le dessus et il enlaça son ancien partenaire de vie. Quelque part, il n’aurait pas dû faire ça. Être à nouveau si proche de l’homme qu’il avait aimé était une torture, mais également, il craignait de se manger une claque qu’il aurait somme toute mérité. Le menton posé sur l’épaule de l’auror, il finit par murmurer quelques paroles. « Je suis désolé… tellement désolé… » Fort à parié que vu la distance réduite entre sa bouche et l’oreille de son interlocuteur, ce dernier devait l’avoir perçu.



© Pando

_________________

   
   

       

           

       

       La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge au contraire est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur. - Albert Camus
©️ Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 145
Date d'inscription : 31/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   Jeu 8 Juin - 17:20

Gawain avait déjà connu une rupture difficile avant Lysander. Il avait eut beaucoup de mal à supporter le rejet de celle qu'il avait épousé pour quelques mois. Il était tombé plus bas que terre et il ne pouvait que se féliciter de ne pas être retomber dans ses vieux démons lorsque tout avait foutu le camp entre Lys et lui. Sans doute devait-il cela à sa grande fierté mal placée. Mais pour le coup, il n'allait pas s'en plaindre.

Pourtant, dans une certaine mesure, il pensait avoir aimé et aimer encore, Lysander plus qu'il n'avait aimé Mary. Leur histoire avait été moins longue mais tellement plus intense... Et puis Lysander savait depuis dès le début qu'il était aussi sorcier que lui et ça avait effacé une barrière dans l'esprit de Gawain. Au moins, il n'irait pas jusqu'à demander une injonction du juge pour qu'il ne l'approche plus en le traitant de cinglé. Non... Lui il l'avait accusé de profiter de son nom et son argent sans démentir le fait qu'il aille chercher jeunesse et vigueur ailleurs... Ou alors l'avait-il fait ? Il ne savait plus.

Cela faisait deux ans à présent... Dont presque autant de temps à s'éviter au maximum pour ne pas souffrir... Malgré tout la douleur était toujours là, en sourdine, sournoise, se rappelant au moment le moins opportun. Depuis qu'il avait été muté à Poudlard, il n'avait qu'une hantise, le croiser dans un couloir... Car alors il n'aurait su comment réagir... Le saluer froidement comme s'ils ne s'étaient jamais connu ? Ou bien l'ignorer tout autant... L'un et l'autre lui donnaient l'impression de s'enfoncer tout seul un poignard en plein coeur et il évitait alors la situation... Mais cette fois... Ce foutu esprit frappeur avait fait pire... Non seulement ils étaient enfermés ensembles dans un lieu restreint mais en plus ils n'avaient put s'empêcher l'un et l'autre de se lancer encore leurs vieilles querelles à la figure.

Et maintenant ? Il se tenait contre ce mur comme si sa vie en dépendait - ou plutôt sa santé mentale - et il observait Lysander, le visage caché dans ses mains, comme un enfant, les cheveux couleur sang de colère changer progressivement, signe qu'il reprenait le contrôle de ses nerfs. Et malgré toute sa souffrance intérieur qu'il pensait pourtant partie, il ne pouvait s'empêcher de songer avec une certaine nostalgie mêlée de tristesse à la fougue passée de son ancien amant.

Au bout d'un certain temps, Lysander se redressa, sortant Gawain de ses pensées à la fois heureuses et malheureuses. Il le vit le regarder puis s'approcher alors que ses cheveux prenaient curieusement la même couleur que ceux de l'auror. Se demandant un instant s'il ne se moquait pas de lui, Gawain n'eut guère le temps d'y réfléchir alors qu'il constatait que le plus jeune était bien trop près de lui.

Sans prévenir et surtout sans lui laisser le temps de se carapater avec peu de classe, Lysander le pris dans ses bras, se coulant contre lui avec toute l'aisance qui était autrefois la sienne, ses bras passant dans le dos de l'ancien Serpentard complètement figé par cette soudaine proximité. Il sentit son menton se pauser sur son épaule et bientôt il entendit un murmure auquel il ne s'attendait pas... Ou plus...

« Je suis désolé… tellement désolé… »

Avait-il sentit son coeur s'emballer à travers sa poitrine soudainement serrée ? Avait-il entendu sa respiration se stopper trop rapidement à cause de sa gorge nouée ? Sentait-il la crispation involontaire de ses muscles ?

Gawain, incroyablement conscient du souffle chaud près de son oreille, de ce corps si près du sien, tellement près que chaque partie hormis leurs pieds semblaient être entrés en contacts. Etait-ce les propres battements de son coeur qu'il sentait raisonner comme ça ou bien ceux de Lysander ? Il n'en savait rien. Mais il était trop près, tellement près... Ce murmure rauque si près de son oreille, ce souffle chaud et cette odeur indissociable du jeune homme actuellement collé à lui...

Gawain ferma un instant les yeux, inspirant profondément le parfum du shampoing de Lysander, ses muscles se détendant lentement, il détâcha ses mains du mur contre lequel il s'appuyait et elles retrouvèrent d'elles-même leur chemin vers le corps qu'elles avaient adoré durant deux courtes années. La droite se faufila contre la hanche du plus jeune et se pausa dans le creux de ses reins alors que la gauche venait glisser le long de sa nuque, s'emmêlant à ses courtes mèches encore grises.

- Lys... Appela-t-il simplement dans un murmure.

Il ne lui laissa pas le temps de répondre ou de comprendre sur quelle pente glissante il les avait entraîné et où Gawain glissait apparemment sans vergogne. Il bougea juste assez pour pouvoir capturer ses lèvres sans hésiter dans un baiser passionné, presque assoiffé. Oui parfaitement, assoiffé de deux ans sans les sentir, sans les meurtrir de ses lèvres, sans jouer avec sa langue, sans sentir son souffle et son cœur s’accélérer rien qu'à l'idée de l'avoir près de lui.

Il l'embrassait comme si c'était la dernière fois qu'il aurait le droit de le faire, conscient qu'il prenait quelque chose que le plus jeune ne lui avait pas forcément offert ouvertement. S'offrant ce souvenir d'amour qui l'avait tant bouleversé, en bien et en mal. Refusant de réfléchir, refusant de penser au "après" Tout ce qui comptait c'était que Lysander était à sa juste place : dans ses bras.


_________________





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain   

Revenir en haut Aller en bas
 
❝Oh ciel un placard... ❞ ft. Gawain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Les 4 sacrés du ciel
» Dessine moi un arc-en-ciel... [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Septième étage :: La salle sur demande-
Sauter vers: