AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 see you again (evarius)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2133
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: see you again (evarius)    Dim 26 Mar - 20:00

see you again
Evan Rosier & Sirius Black
Il était allongé dans l'herbe près du Lac noir, observant les nuages qui étaient balayés par le vent. Il se retrouvait seul, pour une fois, après avoir laissé Remus avec Lily et James en retenu avec Peter. Il se retrouvait seul, mais n'en était pas plus que cela dérangé. C'était une de ces journées où il pouvait juste profiter de la chaleur printanière et de la douce brise qui soufflait sur le château. Le matin-même il avait pu profiter de Nymphadora et d'un déjeuner en compagnie d'Andromeda et de Ted. Un instant « en famille » qui l'avait laissé dans un état de plénitude. Depuis l'attaque il avait constamment cette inquiétude, angoisse sourde et lancinante qui lui prenait les tripes et l'empêchait de dormir tant que Remus n'était pas rentré de ses rondes - ou qui le poussait à le suivre durant ces mêmes rondes - et qu'il ne le tenait pas contre lui. Le besoin constant d'être rassuré, de savoir que son amant était là, et qu'il allait bien, c'était devenu une obsession contre laquelle il se bâtait.
Mais ce jour-là il avait pu tenir sa nièce dans ses bras, et rester avec elle pour parler de ce qui inquiétait une gamine de quatre ans dans un temps de guerre. Elle avait laissé le balai volant qu'il lui avait offert à Noël dans leur cottage en bord de mer, et espérait pouvoir le ravoir - une inquiétude d'enfant qui avait fait sourire Sirius. En échange il avait promis de l'amener voler sur un vrai balais le week-end suivant. Il pouvait pas résister à cette bouille de gamine larmoyante et déçue. Il préférait la voir sourire, et se rappeler qu'ils étaient toujours en vie. Et qu'il pourrait être assez fort pour cette guerre - qu'il serait toujours assez fort.

Mais ce moment lui rappeler aussi tout ce qu'il avait laissé à l'arrière. Parler ouvertement de son passé et de sa famille avec Remus avait réouvert des souvenirs qu'il avait ravalé dans la colère et la déception - déçu de ses parents, colère contre ce foutu fanatisme. Traitre, il l'était devenu, mais ca avait pas toujours été le cas. Fut un temps il était l'héritier. Fut un temps il passait ses étés dans les familles de sangs purs, à parler avec les gamins de son âge et à les désigner comme des amis. Une chose qui avait changé à présent : il pouvait que détester Evan Rosier et tous les autres. Pourtant il se souvenait d'un temps où s'était pas le cas. Il se souvenait du dernier été avant Poudlard, alors qu'il se trouvait chez les Rosier, dans le jardin immense derrière leur château. Et alors qu'il regardait Alycia et sa soeur qui couraient dans les herbes hautes, il était allongé avec Evan. Et ils s'étaient promis qu'un jour ils iraient se baigner dans le lac de Poudlard pour chasser le Calamar Géant. Foutu Godric - si c'était lui - pour lui montrer qu'ils étaient les nouveaux maitres à bord. La puissance des sangs purs, dans deux héritiers orgueilleux. Sirius avait opiné, simplement, un sourire construit sur les lèvres.
Il avait nagé dans le lac, depuis, mais avec James. Et ils avaient rit en se retrouvant devant le Calamar géant.

Soudainement une ombre lui obstrua la vue et il grogna de perdre la chaleur douce du soleil sur sa peau. Il était en chemise, ouverte sur sa poitrine musclé, et portait un jean simple sombre. Se redressant un peu dans l'herbe il reconnut alors l'impromptu et se construisit un air impassible.
SIRIUS — « Tu t'es perdu Rosier ? » Demanda-t-il avec agressivité. Il peut pas s'en empêcher, chaque fois qu'il se retrouve devant Evan c'est la colère qui prend le dessus sur le reste. Peut être parce qu'il sait combien ils étaient proches, qu'il a fait des promesses à Rosier qu'il tiendra jamais, et qu'il est exactement tout ce qu'il aurait dû être. Peut être parce que Evan peut être proche de Regulus, alors que ce droit lui a été enlevé. Peut être parce que c'est juste en lui, ils sont des ennemis naturels depuis que Sirius porte le rouge et l'or comme symbole - il voit les choses ainsi, simplement.

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 261
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: see you again (evarius)    Mar 28 Mar - 0:27

See you again  
Evarius
« Tu devrais arrêter de te faire du mal. » Murmure de sa meilleure amie alors qu'ils sont dans la salle commune des Serpentards et qu'il regarde la photo qu'il a envoyé tantôt à Sirius, depuis une bonne minute. Ses yeux ne bougent pas, son corps semble immobile et on a l'impression qu'il ne respire plus. Seul la photo bouge. Dessus, trois enfants, trois garçons aussi beaux et charismatique qu'on peut l'être lorsqu'on vient d'une grande famille de sang pur. Le plus petit tient dans ses deux mains une glace, une au chocolat et l'autre à la menthe. Il sourit, il a du chocolat autours de la bouche et il se met à rire avant de mordre comme un affamé dans la glace au chocolat. Il s'appelle Regulus. Le second s'appelle Sirius, il est grand, les cheveux mi-long, il a cet air princier de tout enfant qui sait ce qu'il vaut et qui en profite allègrement. Pourtant il sourit à la caméra, insouciant avant d'éclater d'un grand rire franc sous une bonne blague de son meilleure ami. Ce dernier c'est lui, Evan, grand aussi, l'air mutin et canaille de l'enfant adoré et choyé plus que de raison, du fils aîné qui tient son meilleur ami bras dessus, bras dessous. Et qui se tourne pour raconter sa blague, faisant éclater de rire le beau garçon aux cheveux mi-longs. Et la photo tourne encore et encore, immortalisant cet instant de joie où ils n'étaient pas des fils héritiers. Ils étaient justes des amis, des frères, des cousins, tout ce que l'amitié à cet age fait jurer au pied d'un saule cogneur lorsque la chaleur tape sur eux. C'était exactement un an avant qu'ils ne rentrent à Poudlard, le dernier été. Ce jour là les parents Rosier ont emmenés les fils Black manger une glace avant de leur offrir des accessoires de Quidditch, évidemment il n'en fallait pas plus pour rendre les garçons heureux. Evan a toujours sa paire de gant en peau de dragon. Il doute que Sirius n'ai gardé les siennes, il doit les avoir jeté au feu. Et Regulus a encore son écharpe aux couleurs des Pies de Montrose, l'équipe favorite du championnat cette année là. L'écharpe est noire et blanche, Evan jurerait d'avoir vu Regulus la porter lors des dernières vacances.

Il regarde la photo encore une fois et se lève, la gardant fermement dans sa main. Il quitte la salle sans un mot, n'ayant pas besoin de parler à sa meilleure amie pour qu'elle comprenne qu'il ne va pas bien. Il a essayé de faire un premier pas, maladroit peut-être avec sa photo et ses souvenirs mais au moins il a essayé. Et dieu sait que sa fierté le pousse plutôt à tourner les talons, mais il n'y peut rien si ses souvenirs le torturent. Sirius, son meilleur ami de l'époque lui manque. Mais Sirius comme leur amitié, lui a été arraché sans la moindre douceur. Il a vu en quelques jours, son meilleur ami se détourner pour à peine lui parler et par la suite, le regarder avec ce même air de dégoût qu'il a lorsqu'il croise les Serpentards. Et si Evan assure qu'il s'en moque, qu'il devrait crever, lui le traître à son sang, il n'en pense pas un mot. Alors il a essayé une approche, avant que la guerre ne les sépare et qu'ils doivent se combattre. Il a échoué, lamentablement. Ainsi il tient toujours sa photo, il quitte le château et se décide à aller marcher un peu dans le parc. L'air frais et le soleil brillant lui changeront peut-être les idées, il a juste besoin d'être seul quelques instants. Il marche, pendant un long moment. Avant de butter sur un corps à qui il cache la vue. Et la remarque, agréable comme un matin de guerre, ne se fait pas attendre. « Tu t'es perdu Rosier ? » Il lève les yeux vers ce visage qu'il connaît tant. Il attend, il hausse les épaules. Et puis poussé par un geste qu'il ne contrôle pas, il lui jette au visage la photo qui ne cesse de bouger. « T'es vraiment trop butté pour comprendre ! A croire que vous entrez chez les courageux mais que vous perdez toute trace d'intelligence ! » Crache Evan. La colère, seul moteur lorsqu'il ne veut pas montrer qu'il souffre et ce regard noir, glacial même, qu'il pose sur Sirius comme si il pouvait le tuer. « T'as jamais compris que ça allait bien plus loin que nos idées, la couleur de notre maison où même notre famille ! » Parce que sa conversation n'a aucune logique, qu'elle vient du cœur, que jamais un sang pur ne se comporterait ainsi. Mais Evan est un être entier, brûlant, vibrant. Et qu'il n'a jamais été raisonnable.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2133
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: see you again (evarius)    Mar 28 Mar - 22:20

see you again
Evan Rosier & Sirius Black
Détester Evan Rosier était devenu une seconde nature, laissant derrière lui tout ce qui l'avait lié un jour au Serpentard. Quand il avait été envoyé à Gryffondor, sa vie entière avait basculé. Il avait pu enfin être celui qu'il était vraiment, enfouit sous les mondanités et les qu'en-dira-t-on. Le jeune imprudent qui aimait faire des blagues, des farces, et observait les moldus par la fenêtre de sa chambre, totalement fasciné. Le gamin qui récupérait les journaux où les images ne bougeaient pas pour les cacher sous son lit. Le gamin qui regardait son frère jouer, et souriait tendrement; lorsqu'il était avec Regulus il se permettait d'être un peu moins sur ses gardes, un peu moins masqué, un peu plus lui-même. Et c'est sans doute pour cela que son frère restait son unique regret. C'est sans doute parce qu'il l'avait aimé véritablement et sincérement, qu'il s'était permis de vraiment être proche de lui comme il le voulait et non comme ses parents l'espéraient. Contrairement à tout le reste. Il ne le niait pas : la première raison de son amitié avec Evan c'est parce qu'il était un Rosier. Ses parents mettaient un point d'honneur à ce qu'il s'entoure des bonnes personnes, et dans les réceptions mondaines il avait d'abord été amené à discuter avec Rosier, Mulciber et Croupton, avant d'approcher Londubat et Lewis - et encore il n'était pas autorisé à leur porter de l'attention. Orion ne tarissait par d'éloges sur le compte d'Evan, et Sirius n'avait que trop vite compris qu'il devait en être proche. Pas qu'il ne l'avait jamais apprécié, mais toute cette relation était pervertie par les attentes de ses parents - comme le restant de sa vie. Un passé qu'il avait annihilé quand il avait fugué. Un passé sur lequel il avait mis fin, tournant la page pour en entamer une nouvelle.
Alors quand Evan lui avait envoyé une photo remontant à sept années plus tôt il ne l'avait pas gardé. A quoi bon après tout ? Cela n'était qu'un mensonge, un masque qu'il portait alors pour complaire à Orion Black. Il n'avait plus à faire semblant aujourd'hui.

Mais il restât surpris, lorsque le même Evan qui semblait toujours savoir se tenir et le dédaigner avec sarcasme, lui lança la même photo avec colère. Sirius se redressa alors, s'asseyant dans l'herbe avec un grognement, et prit la photo qui avait atterri sur son torse.
EVAN — « T'es vraiment trop butté pour comprendre ! A croire que vous entrez chez les courageux mais que vous perdez toute trace d'intelligence ! » Il arqua un sourcil pour regarder vers Evan, la colère de ce dernier le laissant clairement sceptique. Est-ce qu'il était à ce point attaché à ce passé qu'il venait lui lancer à la gueule qu'il y avait quelque chose derrière cette lettre et cette photo ? Quoi d'autre que d'anciens souvenirs. Des souvenirs que Sirius ne voyait pas d'un si bon oeil. Des souvenirs qu'il aurait préféré oublier comme le reste, mais ils lui revenaient toujours à la tronche, d'autant plus depuis sa conversation avec Remus. Il lui revenait - encore et encore. Et il pouvait pas s'empêcher de se dire que sa vie n'avait tenu qu'à une décision, et même pas la sienne. Si le choixpeau l'avait mené à Serpentard, rendant hommage à son nom, il serait sans doute allié à Evan encore aujourd'hui. Sans doute aurait-il fini par laisser ses parents gagner, et le faire disparaitre, le déshumaniser pour en faire une marionnette. Un enfant de guerre, un soldat, un tueur - il ne doutait pas que sur sa peau le serpent s'exalterait de sa puissance.
SIRIUS - « Comprendre quoi, Rosier ? » Qu'il grogne entre ses dents pour toute réponse, sans lancer un regard à la photo qu'il tient dans sa main.
EVAN — « T'as jamais compris que ça allait bien plus loin que nos idées, la couleur de notre maison où même notre famille ! » Fronçant les sourcils à présent il secoua la tête en se demandant ce qu'il peut bien se passé dans la tête de son ancien ami. Si compter qu'ils l'aient été un jour - à présent Sirius voyait son enfance sous le prisme de la manipulation et de la pression de sa famille sur lui. Est-ce qu'une seule de ses décisions avaient un jour été sincère ? Est-ce qu'il avait pu réellement prendre une décision un jour ? Il n'arrivait plus à y penser avec cohérence, et il n'entendait pas se laisser attendrir par les états d'âme d'Evan.

Se levant d'un bond, il se posta devant le Serpentard qu'il foudroya du regard, et lui posa la photographie sur la poitrine avec violence.
SIRIUS — « Evidemment que ca avait tout à voir avec nos idées et nos familles ! Tout est parti de là ! Si t'étais pas un Rosier et moi un Black y aurait jamais eut cette foutue photographie, et tu serais pas là à vouloir... Quoi ? Qu'est-ce que tu veux Evan ? » Lança-t-il sur le même ton enflammé - parce qu'il n'était pas de ceux qui savaient garder leur calme, et être tempéré. Preuve une fois encore qu'il n'était pas aussi inexpressif qu'on avait espéré de lui. Il laisse ses passions le prendre au corps, et s'exprimait avec violence. Quand il est attaqué, il mord. « Qu'est-ce qu'il te prend de soudainement ressortir le passé comme si tu y étais attaché ? Ca remonte à sept ans ! Sept années, Evan. A ce moment là y avait rien qui compté plus que de complaire à ma famille, et être ami avec toi c'était une de ces choses qui les rendaient incroyablement fiers. Mais je leur dois plus rien, j'attends plus rien d'eux. Et tu devrais plus rien attendre de moi. »


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 261
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: see you again (evarius)    Mar 28 Mar - 23:30

See you again  
Evarius
Il sait que leur vie a été un enchaînement d'ordres et d’obligations, de conseils pour avoir plus d’influence et de pouvoir qu'ils n'en ont déjà. Mais chez Evan, les choses ont été faites avec le cœur, toujours, surtout lorsque cela concernait ses amitiés. Il sait que venant de Sirius c'était également une manipulation brillante des Black pour se rapprocher de la famille Rosier mais en dehors de ça, Evan aurait pensé que Sirius finirait par l’apprécier pour lui, et pas sur ordre de son paternel. Apparemment non, vu comment il c'est aussitôt détourné pour les beaux yeux de James, l'avouant comme son meilleur ami alors que Evan disparaissait lentement dans un brouillard épais. « Comprendre quoi, Rosier ? » Tout comprendre. Les gestes, les attentions, les premiers pas d'Evan qui lui sont rebalancé au visage depuis sept années maintenant alors qu'il garde la tête haute, qu'il essaye de ne pas baisser les bras et que cette strangulot de lueur d'espoir dans son esprit ne le lâche pas. Alors il attaque en premier, car c'est ainsi qu'on l'a éduqué lorsqu'il a mal et qu'il souffre. Toujours attaquer, pour ne jamais tomber et garder la tête haute quoi qu'il arrive. Sois un Rosier, fier et puissant comme tes ancêtres et ne montre jamais que ce que l'on te dit te touche plus que tout. Mais Sirius n'est pas homme à se laisser faire, il se lève d'un bon et pose la photo sur le torse d'Evan qui serre les dents plus fort, de l'avoir si prés. « Evidemment que ca avait tout à voir avec nos idées et nos familles ! Tout est parti de là ! Si t'étais pas un Rosier et moi un Black y aurait jamais eut cette foutue photographie, et tu serais pas là à vouloir... Quoi ? Qu'est-ce que tu veux Evan ? » Il ne sait pas ce qu'il veut. Il ne sait même pas pourquoi il est réellement là. Peut-être l'espoir, encore et toujours ce sentiment dont il aurait du se débarrasser en même temps que le reste, lorsqu'il c'est fait tatouer le serpent noir sur son bras. « Qu'est-ce qu'il te prend de soudainement ressortir le passé comme si tu y étais attaché ? Ca remonte à sept ans ! Sept années, Evan. A ce moment là y avait rien qui compté plus que de complaire à ma famille, et être ami avec toi c'était une de ces choses qui les rendaient incroyablement fiers. Mais je leur dois plus rien, j'attends plus rien d'eux. Et tu devrais plus rien attendre de moi. »

« Pour moi tu étais bien plus qu'un nom qui pouvait m'apporter quelque chose. » Dit-il en desserrant un peu la mâchoire, avant de poser sur Sirius ce regard glacial qu'il arbore depuis qu'il l'a aperçu dans le parc. Il pose ses mains sur le torse de Sirius et le repousse, de toutes ses forces. Et se met à hurler, crier, parce qu'il se laisse finalement aller à ses émotions comme si il n'était pas ce foutu sang-pur. « Tu étais mon frère ! Celui que je n'ai jamais eu, tu étais mon meilleur ami ! On c'était juré qu'entre nous ce serait à la vie, à la mort ! Et ça allait bien plus loin pour moi qu'une promesse de gosse ! Mais tu as été égoïste... Tu t'es détournée sans même un dernier regard alors que... Je serais passé au dessus de tes idées, de ta maison, de ta famille. Juste parce que c'était toi. » Il le regarde de haut en bas, le toise, grimaçant, n'aimant pas parler autant alors qu'il sait qu'il devrait se taire. Mais ça doit sortir, au bout d'un moment il ne peut plus garder tout cela pour lui sans risquer de faire une overdose. « J'ai essayé de faire le premier pas ces dernières années, mais tu m'as tellement repoussé. Alors j'ai préféré te détester, car c'était plus simple. Mais tu n'avais pas le droit d'agir comme ça. Les raisons qui t'ont poussées à quitter ta famille ne regardent que toi... Mais notre amitié allait bien plus loin que ça. » Il reprend d'une voix plus calme, posée. Mis à nu, Sirius va sans doute se mettre à rire et se moquer de lui. Il le sait, son ancien ami joue lorsqu'il trouve une brèche chez un ennemi. « Et pourquoi maintenant ? Parce qu'il nous reste quelques semaines avant que tu t'engages contre moi. Je te connais Sirius, tu n'es pas homme à rester les bras croisés lorsque les combats font rage. Et j'avais besoin de te dire tout ça avant de devoir te combattre. Car si tu peux me tuer, je sais que tu le feras. Mais sache qu'avant ça... J'aurais aimé qu'on ne perde pas toutes ces années. Car tu m'as beaucoup manqué. » Et il se baisse pour attraper la photo, tombée au sol. Il la range dans la poche de sa veste et se prépare à partir, car il n'a plus rien à dire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2133
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: see you again (evarius)    Mer 29 Mar - 23:11

see you again
Evan Rosier & Sirius Black
Il peut pas croire qu'il se retrouve devant un Evan Rosier les yeux luisant d'une émotion enserrant sa gorge. Il a jamais vu Evan dans cet état auparavant, et ca n'a rien de rassurant. En général quand ils étaient dans les soirées mondaines ils portaient tous les deux les masques prétentieux et impassibles des héritiers, offrant sourire cordiaux et hypocrites à qui voulaient bien leur serrer la main. Et lors des vacances qu'ils passaient ensemble, ils souriaient la majorité du temps, se donner l'impression d'une possible insouciance d'enfant. Mais jamais ils n'avaient été insouciants, et dans ses souvenirs, Sirius n'avait jamais eut le sentiment d'avoir été un enfant. Il ne se souvenait pas vraiment de sentiments sincères dans sa relation avec Evan, mais il savait qu'il avait eut tendance à diaboliser tout ce qui avait trait à sa vie passée. Il était facile d'oublier les Noëls à rire, ou les après midi au bord du lac avec les autres gamins de sangs purs. Il était facile d'oublier les promesses, des murmures et les promesses d'amitié - les moments où il avait pensé pouvoir être comme les autres. Où il avait commencé à se dire qu'il ne voudrait pas être comme ses parents. Peut être que si son amitié avec Evan n'avait pas eut un peu de sincérité, il n'en serait pas là aujourd'hui.
Il secoua la tête, c'était stupide de penser ainsi. Evan était le meilleur ami que l'héritier Black devait avoir. Il n'était plus l'héritier, il n'avait pas d'intérêt à rester auprès d'Evan. Sans compter que dés que son regard était tombé sur James, dés qu'ils avaient échangé deux mots dans le Poudlard express, quelque chose s'était éveillé en lui. Une évidence, une conviction comme il en avait rarement eut, que quelqu'un le voyait tel qu'il était vraiment, et l'appréciait pour cela.
EVAN — « Pour moi tu étais bien plus qu'un nom qui pouvait m'apporter quelque chose. » Il fronça les sourcils, se demandant où voulait en venir Evan. C'était pas dans son habitude de venir se confier à Sirius de la sorte. C'était pas arrivé depuis la veille du départ à Poudlard, et encore à l'époque il n'avait pas eut le sentiment que les réactions d'Evan étaient sincères. Ou alors était-ce les siennes ? Mais le voir ainsi, s'agiter devant lui avec son air arrogant envolé au profit d'une sincérité dramatique l'inquiétait vraiment. Et avant même qu'il ait eut le temps de réagir, voila qu'Evan se met à hurler comme un beau diable, totalement hors de contrôle, et Sirius le regardait faire : effaré.
EVAN — « Tu étais mon frère ! Celui que je n'ai jamais eu, tu étais mon meilleur ami ! On c'était juré qu'entre nous ce serait à la vie, à la mort ! Et ça allait bien plus loin pour moi qu'une promesse de gosse ! Mais tu as été égoïste... Tu t'es détournée sans même un dernier regard alors que... Je serais passé au dessus de tes idées, de ta maison, de ta famille. Juste parce que c'était toi. » Il ne pouvait pas croire ce qu'il entendait, incapable de réagir réellement, le visage choqué parce qu'il entendait. Incapable du moindre mot, de la moindre pensée cohérente. Le sentimentalisme d'Evan le happé par vague intense, et il était totalement pris de court. Même avec James il était rare qu'ils se laissent aller à de telles confidences, pourtant leur amitié tenait bien plus de l'évidence que celle entre Evan et Sirius. Peut être avait-il dit ses mots, mais à l'époque il était loin de les penser. Il était loin de croire qu'une amitié pouvait survivre au-delà des normes établies : sans doute aurait-il était ami à la vie-à la mort avec Evan, s'il avait été le Black au lieu de Sirius. Le Black réfléchissait de manière stratégiques, sociales et logiques; être ami avec Evan était la meilleure chose qu'il pouvait faire. Mais Sirius s'en fichait éperdument.
EVAN — « J'ai essayé de faire le premier pas ces dernières années, mais tu m'as tellement repoussé. Alors j'ai préféré te détester, car c'était plus simple. Mais tu n'avais pas le droit d'agir comme ça. Les raisons qui t'ont poussées à quitter ta famille ne regardent que toi... Mais notre amitié allait bien plus loin que ça. » Il secoua la tête, Evan continuant à hurler comme un beau diable sans que cela ne fasse le moindre sens dans l'esprit de Sirius. Il avait égoïste en quittant sa famille ? C'était un fait : il avait sauvé sa peau. « Et pourquoi maintenant ? Parce qu'il nous reste quelques semaines avant que tu t'engages contre moi. Je te connais Sirius, tu n'es pas homme à rester les bras croisés lorsque les combats font rage. Et j'avais besoin de te dire tout ça avant de devoir te combattre. Car si tu peux me tuer, je sais que tu le feras. Mais sache qu'avant ça... J'aurais aimé qu'on ne perde pas toutes ces années. Car tu m'as beaucoup manqué. » Sa voix s'affaissa soudainement, et il se détourna lentement. Sirius ne savait plus que penser, que dire. Il ne pouvait s'empêcher d'être touché par les sentiments qui émanaient d'Evan mais était incapable de les partager. Peut être devrait-il tâcher de l'en libérer. Peut être devrait-il tâcher de se faire haïr parce que ca sera plus simple pour la suite.
SIRIUS — « C'est le Black qui te manque Evan. Durant toutes ses années, jouer à être le parfait héritier c'est tout ce qui compter pour moi, et tu étais l'ami de ce gamin. De celui qui aurait dû embrasser la même cause de la tienne, qui aurait marié une sang pure, et serait sans doute bouffé de l'intérieur par la haine et la magie noire comme le restant de sa famille. Ce gamin est mort. » Dit-il d'une voix calme, atone, et froide; parce qu'il devait sans doute la vérité à Rosier, finalement, ou en tout cas il pouvait pas le laisser se bercer encore d'illusions. Il tâchait d'y penser, à ces moments qu'ils avaient passé ensemble, et il pouvait pas se rappeler avoir détester profondément Rosier avant d'être libéré du fardeau de son héritage. Evan avait pas été si mal - mais il n'était pas James. Evan l'avait soutenu, James l'avait libéré; y a pas de chance pour qu'il se détourne du Potter. Jamais.
SIRIUS — « Je peux pas me permettre de regarder dans le passé en regrettant. Je peux pas me permettre de m'y rattacher en espérant y trouver du bon, parce que ca a failli me détruire de l'intérieur, me consumer à la folie. T'as pas idée de ce que c'était. Et je peux pas... Je peux pas pleurer ceux qui sont restés en arrière, tout ceux que j'ai laissé au passé. J'en ai déjà a regretter avec Regulus, le reste doit pas compter. » Avoue-t-il avec un soupire à s'en fendre l'âme. « Laisse le passé où il se trouve, Rosier. Tu pouvais passer au-dessus de tout, peut être. » Dit-il en s'avançant vers l'autre, et dans un geste souple, ample et rapide, il prend le bras droit de son ancien ami, et en pousse la chemise pour révéler le serpent noir qui bougeait doucement. « Mais j'aurais jamais pu passer au-dessus de cela. »

Il gronde cette fois, le Black insolent, Sirius - Patmol, le clebs protecteur de ceux qu'il a choisi comme nouvelle famille. Lily Evan, Remus Lupin - il pourrait jamais leur tourner le dos pour embrasser la même cause qui a tatoué la mort sur le bras d'Evan Rosier.
SIRIUS — « Je peux vivre avec la culpabilité d'avoir brisé nos promesses de gosse, de t'avoir déçu, et blessé. Je peux vivre en sachant que j'ai tourné le dos à tout ceux que je connaissais. Parce que je suis une meilleure personne aujourd'hui, et c'est certainement pas grâce à toi, à ma famille, ou aux sangs purs. C'est grâce à ceux que tu voudras détruire pour le bien de ta cause. Et sans aucun doute je te laisserai pas faire cela. Ca sera bien à la vie, à la mort entre nous Evan. La mort d'un de nous deux. »


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 261
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: see you again (evarius)    Lun 3 Avr - 1:23

See you again  
Evarius
Il sent enfin un poids quitter sa poitrine, s'envoler et disparaître alors qu'il parle pour la première fois en 7 ans, comme il aurait du le faire. Sirius était son meilleur ami et ce qui pouvait le plus sa rapprocher d'un frère mais voilà qu'ils ont été séparés et que tout dire, tout avouer lui donne l'impression de se délester d'une charge bien trop lourde qui pouvait peser sur lui. Il est en paix, étrangement c'est ce qui lui manquait pour parfaire et terminer ces sept années d'études dans le collège de Poudlard. Comme si ce chapitre n'était pas fermé et qu'il devait lui apporter de quoi se terminer et se clore convenablement. « C'est le Black qui te manque Evan. Durant toutes ses années, jouer à être le parfait héritier c'est tout ce qui compter pour moi, et tu étais l'ami de ce gamin. De celui qui aurait dû embrasser la même cause de la tienne, qui aurait marié une sang pure, et serait sans doute bouffé de l'intérieur par la haine et la magie noire comme le restant de sa famille. Ce gamin est mort. » Il dit vrai, ce gamin est mort à tout jamais. Comme leur amitié, il doit oublier tout espoir de faire un jour la paix même si il doit ne jamais aborder les sujets qui fâchent. Il doit oublier son ancien ami, c'est ainsi que la chose doit se faire et couler entre lui et Sirius. C'est le passé, c'est terminé, il peut avancer et oublier l'enfant pour devenir un homme. « Je peux pas me permettre de regarder dans le passé en regrettant. Je peux pas me permettre de m'y rattacher en espérant y trouver du bon, parce que ca a failli me détruire de l'intérieur, me consumer à la folie. T'as pas idée de ce que c'était. Et je peux pas... Je peux pas pleurer ceux qui sont restés en arrière, tout ceux que j'ai laissé au passé. J'en ai déjà a regretter avec Regulus, le reste doit pas compter. » L’aveu le fait grimacer, il sait comme les frères pouvaient être proche et il a conscience qu'ils doivent souffrir de cet éloignement. Mais Sirius est l'unique fautif de cela, il ne peut pas se dédouaner où se faire passer pour le gentil dans l'histoire alors que si Regulus a été balancé sur le devant de la scène, c'est uniquement sa faute. « Laisse le passé où il se trouve, Rosier. Tu pouvais passer au-dessus de tout, peut être. » Et il l'attrape par le bras, relève sa manche et laisse voir le tatouage de la mort. Si fier qu'il en sourit doucement, c'est pour cette cause qu'il se bat maintenant, c'est pour elle qu'il honore sa famille et que jamais il ne pourra s'en détourner. Tout comme Sirius ne se détournera plus des siens maintenant.

« Mais j'aurais jamais pu passer au-dessus de cela. » Et il relève la tête pour croiser le regard de celui qui était son frère. « Merci. » Répond simplement Evan. Parce qu'il lui permettra d'évoluer, de faire le deuil, de dire adieu à son enfance pour laisser place à ce qu'il doit être maintenant. « Je peux vivre avec la culpabilité d'avoir brisé nos promesses de gosse, de t'avoir déçu, et blessé. Je peux vivre en sachant que j'ai tourné le dos à tout ceux que je connaissais. Parce que je suis une meilleure personne aujourd'hui, et c'est certainement pas grâce à toi, à ma famille, ou aux sangs purs. C'est grâce à ceux que tu voudras détruire pour le bien de ta cause. Et sans aucun doute je te laisserai pas faire cela. Ca sera bien à la vie, à la mort entre nous Evan. La mort d'un de nous deux. » « Le problème est que tu refuses de voir que tu n'as pas toujours été malheureux lorsque tu étais un Black. Il y a eu des bons moment mais tu les refoules tellement que ça en devient ridicule. Tu essayes de nier ce que tu as été pour privilégier ce que tu es aujourd'hui. C'est une preuve de courage, mais cela finira par t'anéantir. On ne peut pas fermer les yeux sur le passé, surtout lorsqu'il n'a pas été toujours horrible. » Il reprend son bras et remet sa manche, cachant sa marque et tout ce qu'elle apporte avec elle. « Si un jour tu te met en paix avec ton passé... Tu deviendras un homme meilleur. En attendant... J'espère que tu m'as un jour apprécié comme un ami ne serais-ce qu'un instant et pas uniquement comme une machine de tes parents. Alors notre amitié n'aurait pas été vaine. » Il pose doucement sa main sur l'épaule gauche du sang pur et la serre, lui offre un sourire sincère, reposé, le sourire du jeune homme qui est enfin clair avec ses idées. « Je souhaite ne jamais tomber face à toi lors d'un duel... Ce serait dommage de te filer une raclée. » Et il se retourne pour partir, tenant toujours contre son cœur la photo.

FIN

_________________

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: see you again (evarius)    

Revenir en haut Aller en bas
 
see you again (evarius)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Parc-
Sauter vers: