AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 26
Date d'inscription : 05/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Jeu 6 Avr - 1:09


J'étais fatiguée. Difficile de dire si c’est à cause des récents évènements, de l’accumulation de mes presque insomnies ou encore du bébé qui était dans mon ventre. J' étais fatiguée physiquement comme mentalement, sans cesse sur mes gardes pour tout et pour rien : je devais veiller à ce que chaque gestes laissent un semblant d’amour à l’égard de mon époux lorsque je me trouvais en publique comme en famille et surtout, je devais veiller à ne pas dire un mot de travers… Histoire de ne pas me trahir, de trahir tout le monde. Alors je jouais comme je pouvais le jeu de la fille aimante malgré une grande réticence. Pour une jeune femme si spontanée, honnête et franche que moi, c’est dur de se retenir de dire que j'ai envie de fuir, que je ne veux pas du fils Yaxley. Je sais encore ce que je veux, et ce n’est pas lui… Ce n’est pas l’époux que l'on m'a imposé. Et en plus, devoir supporter entendre parler de lui comme s’il était à l’origine du ventre rond que je possédais, c’était encore plus dur. Ca faisait mal, mais c’est un mal nécessaire…

Cela étant, j' avais décidé de rester chez moi aujourd’hui, espérant avoir une journée de repos dans cette demeure qui était ma maison depuis déjà bien des années. Alors, livre à la main, je me suis allongée sur ce qui me servait de sofa et m'étais plongée dans ma lecture. Ce n’est pas que j' adore cette histoire parlant de vie à l’eau de rose, même si je préférais parfois que les choses soient aussi simples que dans ce genre d’histoires, mais c’était encore bien l’un des seuls qui soit un roman… Je ne me suis jamais vraiment intéressée à la lecture sauf en cas de nécessité ou de curiosité, lorsque quelque chose m’intéressait vraiment. C’est presque pénible pour moi de lire, la preuve étant que je me suis affaiblie, laissant le sommeil m’emporter…

C’est bien plus tard, lorsque j'entendis la sonnette de ma maison, que j' ouvris les yeux encore à moitié dans le coma, me demandant qui pouvait bien passer chez moi aujourd’hui. Mes parents ne m'avaient pas parlé d’une quelconque visite. Me levant d’un bon après avoir déposé mon libre sur la table basse, je parvins à reprendre une mine éveillée et tout à fait présentable même si mes yeux, à eux seuls, pouvaient encore me trahir. Je finis par arriver devant la porte pour l’ouvrir et à ma plus grande surprise, ce n’était pas une personne que j' avais l’habitude de voir qui était présente devant moi . Non, il s’agissait d’un membre de la famille d’Aleksei… Sa tante ou sa marraine, je ne savais plus trop. Je n’avais même pas véritablement eu l’occasion de la connaitre, juste la voir de loin vu que j'était toujours fourrée avec Alek.

-Bonjour… dis-je de façon accueillante sans pour autant masquer ma surprise. –Je vous en prie, entrez… ajoutais-je tout en ouvrant la porte plus grand et en faisant un signe de la main pour inviter cette invitée inattendue à rentrer.


Dernière édition par Esfyr Yaxley le Dim 16 Avr - 4:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Lun 10 Avr - 0:57

dear ally
esfyr & sarah
Quand tu sors du Ministère, y a le vent du mois de Mars qui s’engouffre dans ton pull et t’arrache un frisson. S’il y a bien une saison qui t’agace c’est la fin de l’hiver, le début du printemps qui fait croire au retour des beaux jours qui s’font toujours désirer. Tu grinces des dents quand tu descends les marches qui t’conduisent dans le Londres sorcier, et tu rejoins comme tu l’peux un endroit au calme pour transplaner. C’est rare que tu puisse sortir du Magenmagot assez tôt, mais pour une fois ca t’arrange assez. Tu as quelque chose à faire que tu as repoussé trop longtemps déjà – tu l’dois cependant à un jeune homme que tu porte dans l’cœur et c’est un fait assez rare pour que tu dénigres pas ta mission. Tu t’rends d’une pensée près d’une demeure que tu as rarement vu – en tout cas pas depuis longtemps. Tu connais les Yaxley plus de nom et de réputation que de visu, mais tu as déjà été invité à une de leurs soirées, et tu sais que la maison est celle du dernier héritier. Mais c’est pas lui qui t’intéresse, c’est sa jeune épouse, une belle russe au ventre sans doute trop rond : Esfyr.
Tu connais son nom aussi bien que si elle était une amie pour toi – tu as assez souvent entendu Aleksei en chanter les mérites et les beautés. Aleksei c’est ton filleul, tu l’as adopté comme un frère ou un fils selon les moments de l’existence où il a eut besoin de toi. Sa famille t’a fait écrire son contrat de mariage, et tu as été là pour le voir sombrer dans les exigences de sa famille. Tu l’as vu quitter Esfyr, et t’as su plus tard qu’elle portait son gamin. Crétin.

Tu peux pas lui en vouloir cela dit, l’amour c’est un truc qui s’contrôle pas, d’autant qu’il aimait une sang pur lui et que c’est injuste qu’elle lui ait été reprise. C’est rare que tu ai pitié ou compassion pour un autre être humain, mais Aleksei a toujours été particulier pour toi. Il a l’droit à ton affection, et c’est pour lui que tu te trouve devant la demeurer d’Esfyr. Parce que lui peut pas y être comme il le voudrait. Il est coincé à Poudlard, d’autant plus depuis qu’il y a le couvre-feu qui a été installé. Et il te faudra peut être encore un moment pour trouver un moyen de le faire sortir en douce.
Tu t’arraches de tes pensés quand tu sonnes à la porte, et attends qu’on t’ouvre. Tu t’attendais à un elfe de maison comme bien souvent dans les maisons de sangs purs, mais ca t’étonne de trouver plutôt une jeune fille avec le teint pâle, et le ventre rond.
ESFYR — « Bonjour… » Tu sais pas si elle te reconnaît, ca fait un moment que vous vous êtes pas vues, et si vous avez été présentées l’une à l’autre ce fut vraiment durant un bref moment.
SARAH — « Bonjour Esfyr, j’espère que je ne vous dérange pas. » Que tu dis aimablement, avec un sourire qui l’est tout autant. Et il lui faut moins d’une seconde pour s’effacer de l’entrée et te faire intégrer son antre et son intimité, ou – tu l’espère – elle se trouve seule.
ESFYR — « Je vous en prie, entrez… » Tu t’fais pas priser plus pour faire un pas, et être happée par la chaleur qui se diffuse partout autour de toi. Tu pousse un soupire d’aise, et tu laisse sur un porte-manteau une écharpe que tu as mise pour échapper au vent.
SARAH — « Je suis navrée de ne pas avoir prévenu de ma visite, je ne pensais pas avoir le temps de venir aujourd’hui même si je l’espérais. » Que tu commence après avoir prit le temps de de délester du superflue pour ne rester qu’avec une robe de sorcière noire des plus normales et traditionnelle. Celle que tu portes au Magenmagot.
SARAH — « J’ignore si vous vous rappelez de moi : Sarah Bulstrode, nous avons un ami en commun qui – je le sais – aurais ardemment désirer être à ma place. » Dis-tu avec un sourire entendu et quelque chose de tendre dans la voix. Plus doucement aussi, regardant autour de vous avec un air suspicieux. « Sommes nous seules ? » demandas-tu finalement le plus bas que tu peux, comme pour t’assurer de ce que tu pourras dire ou non.



_________________

our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 26
Date d'inscription : 05/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Dim 16 Avr - 18:03


La personne qui me faisait face était une ravissante jeune femme à la fois simple et distinguée. Il ne ma fallut pas longtemps pour réussir à mettre une étiquette sur son visage à la fois dur et doux : Il s'agissait de la marraine d'Aleksei.
- Bonjour Esfyr, j'espère que je ne vous dérange pas.
Je lui fis comprendre que non à l'aide d'un sourire aux lèvres et en la laissant rentrer, ce qu'elle fit tout aussitôt. J'en ai profité pour l'inviter à mettre ses affaires sur le porte manteau si elle désirait se débarrasser de ses couches. Il faut dire que rien qu'en ouvrant la porte, le froid de l'extérieur s'était bien fait sentir , contrastant parfaitement avec la chaleur qui régnait dans la maison. C'est d'ailleurs pour cela que nous nous étions instinctivement éloignés de la porte d'entrée ; décidemment, tout me fera fuir l'extérieur aujourd'hui.
-Je suis navrée de ne pas avoir prévenu de ma visite, je ne pensais pas avoir le temps de venir aujourd'hui même si je l'espérais.
Je secoua la tête dans un sourire des plus poli, à vrai dire, j'étais même assez contente à l'idée d'avoir de la visite en fin de compte et puis, il faut dire que sa présence était exceptionnelle. J'avoue que la curiosité s'était emparée entièrement de moi mais je m'occuperai de la satisfaire plus tard ; chaque chose en son temps et puis, j'étais déjà persuadée qu'elle allait lever le voile sur les raisons de sa présence.
-Ne vous inquiétez surtout pas pour ce détail. Vous êtes la bienvenue pour moi, peut-être en quelles circonstances vous vous présentez. répondis-je avec toute la politesse et l'honnêteté du monde.
-J'ignore si vous vous rappelez de moi : Sarah Bulstrode, nous avons un ami en commun qui - je le sais -aurais ardemment désirer être à ma place.
A ses mots, je ne pu m'empêcher de sourire instinctivement, bien qu'une certaine tristesse parcourait tout mon être. Le peut de souvenir que j'avais d'elle étaient clairs dans mon esprit bien que notre rencontre ait été très brève... Sarah m'était apparue comme une jeune femme d'apparence froide mais ayant assez de retenue et même si elle paraissait distante de façon générale , j'avais bien remarqué qu'elle éprouvait beaucoup d'intérêt envers son filleul.
Je lui tandis ainsi ma main afin de la saluer, abordant un air des plus accueillant. Bien que j'avais très souvent cet air-là, ce n'était donc pas bien compliqué.
- Quelque chose de bien regrettable. Mais je suis ravie de vous revoir après tout ce temps ... Je suppose de mon côté que vous vous souvenez de moi sinon vous ne seriez pas là : Esfyr...Yaxley.
A l'appellation de ce nom, je n'avais pu m'empêcher de mettre un moment pour le dire, une certaine hésitation. Je me mordais la lèvre inférieure juste à cette idée : je n'aime pas me présenter sous ce nom et j'y étais pourtant forcée à présent. Bien-sûr je n'éprouve pas de haine particulière envers les Yaxley mais il m'est encre difficile d'admettre mon appartenance à cette famille malgré ma résolution qui n'était que de façade, dans le fond. C'est presque triste à dire mais j'ai l'impression que c'est ainsi pour bon nombre de sang-pur qui se retrouvent, pour la plupart, forcé d'appartenir à une famille par le biais du mariage forcé. Rares sont ceux qui ont la chance d'épouser l'élu de leur coeur. Même moi, le mien m'a littéralement filé entre les doigts , comme moi je l'ai fais avec lui, et encore une fois par les caprices des autres.
-Sommes nous seules ?
J'hochais la tête.
-Oui, ma famille est absente pour une bonne partie de la journée et nous n'avons aucune visite prévue... répondis-je tout en commençant à marcher vers le salon. -Si vous voulez me suivre, ce sera plus agréable de discuter dans un lieu plus confortable... dis-je dans un sourire afin de l'amener dans le salon afin de l'inviter à prendre place où elle le souhaitait. Ce n'est pas la place qui manque et c'est toujours mieux de discuter assis... Et autour d'un verre par la même occasion.
-Vous désirez quelque chose à boire ? Ou même de quoi grignoter ? proposais-je tout en restant debout, prête à me rendre en cuisine. -Je pense qu'il doit nous rester des apéritifs !
Une fois commande passée, je me dirigea chercher le nécessaire avant de revenir dans le salon et prendre place à mon tour dans le divan.
-Désolée, je suis curieuse mais... Que me vaut l'honneur de votre visite, madame ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Lun 17 Avr - 20:24

dear ally
esfyr & sarah
Elle est belle Esfyr, tu peux pas le nier. Elle a le visage rond encore enfantin que tu connais pas à beaucoup de femmes qui ont quitté l'école, mais t'espère qu'elle le gardera le plus longtemps possible. Ca lui va bien, ca la rend douce et tendre, et tu imagines pas que cette fille puisse avoir de la méchanceté en elle. Tu lui confierais Merlin sans confession, ta propre vie s'il le faut, et tu serais prête à te battre pour qu'elle ait celle d'Aleksei entre ses mains. Sauf que pour l'moment c'est pas vraiment possible, et tu doutes pas que les deux adolescents en souffres. Tu te souviens ce que ca fait d'aimer pour la première fois - tu t'ais toujours pas remise de la perte de ton premier amour, et tu sens qu'ton coeur est mort quand tu l'as quitté. T'y penses pas cela dit - jamais - préférant te trouver des distractions pour passer outre ce souvenir. Et lorsque ton regard se pose sur le ventre arrondit d'Esfyr tu expire difficilement l'air de tes poumons. Sans doute - sans doute - si tu avais gardé ton bébé tu serais plu ronde encore.
ESFYR — « Ne vous inquiétez surtout pas pour ce détail. Vous êtes la bienvenue pour moi, peut-être en quelles circonstances vous vous présentez. »  Elle t'sort de tes pensés morbides, et tu gardes ton air impassible mais cordiale avec elle. Tu peux pas ne pas être attendrie devant la fameuse Esfyr de ton filleul. Tu l'apprécie à travers les récits qu'il a pu t'en faire, et les rares occasions où tu as pu la croiser. Mais alors tu préférais laisser à Aleksei l'occasion de profiter de son amie, et toi tu t'concentrais sur tes propres affaires. Depuis y a tout qui est partie en vrille - Aleksei est fiancé à Greengrass, Esfyr mariée à Yaxley, et toi à Avery. A croire que la fatalité aime jouer avec vos nerfs.

Mais tu t'joues de la fatalité, et s'il sépare Aleksei et Esfyr, toi tu joue à les lier à nouveau. Tu fais le lien, puisque personne d'autre ne sait. Personne qui soit leur protecteur. Toi tu as de la loyauté pour Aleksei, mais dans les Iranov c'bien le seul. Tu fais ton boulot d'Avocate pour la famille, mais y a qu'Aleksei qui se soit glissé dans tes petits papiers, ceux qui font d'lui plus qu'un allié, un membre de ta famille.
ESFYR — « Quelque chose de bien regrettable. Mais je suis ravie de vous revoir après tout ce temps ... Je suppose de mon côté que vous vous souvenez de moi sinon vous ne seriez pas là : Esfyr...Yaxley.  »  Tu sens qu'elle a du mal à l'sortir, et tu souris en essayant d'pas avoir l'air trop compatissante - tu veux pas qu'elle pense que tu as de la pitié pour elle. C'est pas vraiment cela, ca serait presque plutôt de la colère, de l'indignation.
SARAH — « Vous me permettez de vous appeler Esfyr ? Cela vous va mieux que Miss Yaxley. » Le terme tu le crache presque - le nom te répugne. Tu t'dis qu'Esfur Iranov ca sonne mieux mais tu es pas vraiment neutre quand tu penses cela. Tu t'retiens de le dire à voix haute - du coup - pour pas faire rougir la demoiselle. Ou la mettre plus mal encore.

Tu préfère aller droit au but, savoir si vous avez des risques de vous faire entendre, ou si possiblement vous pourrez parler de tout. Est-ce que tu pourras être un moment d'air pur pour la jeune femme qui doit pas souvent avec des visites d'amis qui seraient dans son camp. C'est comme cela que tu te considères. Aleksei sait pas que tu es là, mais il le saura bien assez vite - tu lui apprendras tout ce que la demoiselle lui aurai dit. Histoire qu'il soit pas gardé dans l'noir.
ESFYR — « Oui, ma famille est absente pour une bonne partie de la journée et nous n'avons aucune visite prévue... » 
SARAH — « C'est une excellente chose. Au moins vous êtes tranquille. » Vous êtes tranquilles, toutes les deux. Quittant finalement l'entrée, maintenant que tu plus tes manteaux et autre écharpe pour te couvrir, Esfyr te fait finalement entrer dans le salon.
ESFYR — « Si vous voulez me suivre, ce sera plus agréable de discuter dans un lieu plus confortable... »  Tu opines, et la suit sans rien dire de plus, découvre une maison qui est décorée avec soin même si ca sent l'absence et le silence. C'est presque oppressant, mais tu t'dis que bientôt y aura les cris d'un bébé pour animer tout cela. Pas que tu voudrais que l'enfant grandisse vraiment ici, ca voudra dire qu'Aleksei aura pas réussi à retrouver sa dulcinée. Pas que la naissance soit une limite de temps mais tu souhaiterais qu'il soit cela. C'est important pour l'père.
ESFYR — « Vous désirez quelque chose à boire ? Ou même de quoi grignoter ? »  T'es assise face à elle soudainement, et tu opines une fois encore - tu t'rends compte que maintenant qu'à travailler trop vite pour la rejoindre tu as oublié de manger aujourd'hui.
SARAH — « Je prendrais ce que vous aurez. Rien d'alcoolisé cependant, je dois transplaner pour rentrer. Et je ne refuserais pas de quoi manger. »
ESFYR — « Je pense qu'il doit nous rester des apéritifs ! »  Elle a l'air presque enthousiaste, et commande pour vous deux de quoi vous restaurer. Une vraie femme d'intérieur, tu l'pense, alors qu'elle se reconcentre sur toi, et que tu lui souris.
ESFYR — « Désolée, je suis curieuse mais... Que me vaut l'honneur de votre visite, madame ? »  Tu peux pas t'empêcher de regarder à droite et à gauche comme pour t'assurer que vous êtes bien seule - c'est stupide - avant de te pencher vers elle pour prendre sa main dans la tienne.
SARAH — « J'viens prendre des nouvelles de vous, et de votre grossesse. Les contacts avec Aleksei sont compliqués, je m'en doute, mais j'ignore rien de votre situation, et je viens en amie. En alliée. J'ai pu trouver un travail à Poudlard pour un temps, à mi-temps, ce qui me permet de... » Tu t'coupes dans ton élan sachant pas vraiment comment dire la chose sans avoir l'air de jouer les hiboux. Tu t'mords la lèvre, et souris, avant de lâcher sa main et de t'assoir plus profondément. « De le voir, de vous voir aussi. Et, sachant qu'il viendra passer quelques temps chez moi durant les vacances, je voulais vous offrir une invitation pour Londres, si cela vous était possible ? »

_________________

our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 26
Date d'inscription : 05/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Jeu 11 Mai - 21:09

J'avais mes têtes, mes fréquentations habituelles surtout lorsqu'il s'agissait de ma maison. Pourtant, voir ce visage qui m'était rare était quelque chose qui m'avait étonnement calmé sur le coup, qui m'avait fait du bien. Un imprévu qui tombe peut-être au bon moment bien que cette venue si soudaine  me déstabilise quelque peu... Sarah est elle-même une femme déstabilisante. Oui c'est ça : c'est elle qui me donne cette impression  et non pas cette visite   vite fait. Enfin, encore fallait-il que j'ai conscience des raisons de sa présence.
Evidemment, j'avais accepté qu'elle se contente de prononcer mon prénom et je préférais d'ailleurs n'entendre que ça. Ce n'est pas que je déteste la famille Yaxley en soi, Corban était d'ailleurs assez agréable avec moi les rares fois où nous nous sommes vus, mais je n'aime tout simplement pas le porter pour des raisons évidentes.  
Entre temps, je préférais me concentrer sur ce qu'il se passait en ce moment et agir comme toute bonne femmes se doit de le faire avec une invitée. Ce n'est pas que je cherche à faire hyper bonne impression devant cette femme si  perturbante et pourtant si posée à première vue... Je faisais juste comme on me l'avait appris chez moi. Forcément, je n'avais pas trainé pour ramener le nécessaire : on ne fait pas attendre une personne seule à la maison si elle n'y vit pas ! Combien de fois ma mère ne m'avait pas rabattu les oreilles avec ça lorsque j'étais plus jeune et beaucoup plus dynamique au point d'en être dissipée.  
J'observais tranquillement la jeune femme en attendant une réponse qui mit un très léger moment à venir alors que Sarah regardait autour de nous, comme si elle vérifiait qu'on était  bien seuls. Je la comprends parfaitement même si je sais que si ma mère devait rentrer,  elle se ferait remarquer à peine la porte ouverte... Des fois, j'ai l'impression de tenir mon caractère d'elle. Parfois.  
Sans que je n'ai le temps de m'en rendre compte, ma main était déjà placée dans celle de la belle jeune femme qui s'était penchée vers moi. Je baissai instinctivement la tête avant de la relever lorsqu'elle commença à parler. Je compris rapidement ce qu'elle voulait, et elle le confirma rapidement et se reposant dans le fond du divan.
Mais c'est que ça me rendais presque jalouse de savoir qu'elle pouvait encore trouver un moyen de voir Alek presque facilement. Enfin, pas jalouse non, il me manquerait plus que ça mais bon, ce sentiment, je suis sûr que vous le connaissez !  
"...Sachant qu'il viendra passer quelques temps chez moi durant les vacances, je voulais vous offrir une invitation pour Londres..." . Justes ces mots qui résonnèrent dans ma tête.  C'était vraiment une invitation à le voir ? En tant  normal, j'aurais sauté de joie et je me pourrais la tout de suite car c'est vraiment tout ce que je souhaite. Mais, puis-je réellement me le permettre ?  Comment exprimer mes véritables pensées sur le coup ? Je n'en sais strictement rien pour le coup.
- Je voudrais vraiment pouvoir répondre spontanément "oui" à votre invitation qui me fait réellement plaisir... Mais... Je marquas une pause, cherchant à faire comprendre ce qui était pourtant une évidence - Le seul problème sera de trouver un moyen de me libérer de mes chaines sans attirer les soupçons.  
J'étais pourtant prête à tout, oui tout pour revoir celui que j'aimais, pouvoir passer plus de quelques minutes avec lui et ressentir sa présence. Mais je ne voulais en aucun cas poser problème à sa famille... Lui, sa soeur qui est une amie très chère à mes yeux, ses parents et même tout le reste. Je voulais et je veux  le faire, pour être avec lui comme avant même si ce n'est que pour un ou deux jours... Mais il allait falloir que je joue mieux  ma famille de sang et ma famille par alliance. La question est de savoir si j'en suis capable... Pourquoi  je doute de moi ? Ce n'est pas habituel : je sais que je peux y arriver, j'ai déjà réussis plus d'une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Dim 14 Mai - 16:22

dear ally
esfyr & sarah
C'est plus de ton genre de faire preuve de compassion et de sentimentalisme. Ils sont peu nombreux à réussir à atteindre ton coeur pour te faire prendre le parti de les aider. Mais Aleksei, t'as toujours été faible devant lui. Faut dire que ton filleul sait jouer de ses charmes, et plus encore de votre lien. T'as pas d'enfant - encore - et lui il t'a accordé sa confiance. Etrangement, alors que c'est pas de ton genre t'en as fait de même. Tu l'aimes, tu peux le dire, comme une soeur. Une grande soeur - t'as pas de petits frères, et finalement grâce à Aleksei ca te manque pas. La famille c'est important pour toi, tu te dois de soutenir les tiens. Tu te dois d'être là pour ton filleul, et si cela signifie te rendre en douce chez les Yaxley tu le fais sans même hésiter deux minutes.
Surtout que son histoire avec Esfyr est tortueuse et tu ne peux que le comprendre. Tu as toi même accordé ton coeur à une personne qui t'a été retirée, et aujourd'hui tu te retrouve promise à un type qui te déteste. Tu peux même pas dire que tu hais Théodore - il t'indiffère la majorité du temps. Tu ressens pas grand chose, tu as finalement simplement accepter ton sort. T'es plus défaitiste que révoltée - mais là encore t'as pas la folie de la jeunesse d'Aleksei ni son romantisme finalement. Alors tu peux que te décider à jouer contre les règles, et tenter d'inviter Esfyr à vous rejoindre les quelques jours où ton filleul te verra à Londres. D'autant que tu doutes pas que - sans doute - il a une idée derrière la tête. Tu sais pas encore de quoi il s'agit, mais tu serais pas étonnée que ca ait quelque chose à voir avec la jolie russe.

Y a le silence qui suit ta déclaration, et il te semble voir les tourments de la jeune femme éclairer son visage. Ca te rend sceptique, et en même temps tu peux le comprendre. C'est que votre monde n'est pas si simple que cela, et elle n'est pas libre de ses mouvements. Sinon, sans doute irait-elle à Pré-au-Lard tous les week-end de sortie pour croiser Aleksei dés que possible. Elle peut pas - c'était évident - sauf que tu sais pas vraiment l'explication.
ESFYR — « Je voudrais vraiment pouvoir répondre spontanément "oui" à votre invitation qui me fait réellement plaisir... Mais... » Tu penche la tête de côté en attendant qu'elle t'explique son problème. Depuis longtemps tu as appris à jouer avec les règles et la loi, à les détourner pour faire vendre tes clients - coupable ou non - au Magenmagot. Tu es une bonne avocate malgré ton jeune âge et c'est pas pour rien. Déjà à Poudlard tu défendais l'indéfendable. Alors t'attends simplement, en te préparant à trouver une bonne défense à la jeune femme.
ESFYR — « Le seul problème sera de trouver un moyen de me libérer de mes chaines sans attirer les soupçons. » Tu souris en coin - c'était totalement attendu ce genre de réaction. Bien que de ce que Aleksei t'en a dit la jeune femme n'a pas froid aux yeux. Encore moins quand il s'agit de lui. Mais tu peux comprendre - elle est mariée et enceinte; c'est le genre de situation qui peut rapidement faire des vagues, et tu veux pas mettre la lumière sur la jeune femme. Alors plutôt que de baisser les bras tu réfléchis un moment, te perdant dans le vide plutôt qu'à la fixer. Ca doit pourtant être simple de trouver un moyen de la faire sortir.
SARAH — « Il devrait y avoir un moyen de trouver une raison pour vous faire venir à Londres. » Dis-tu d'un ton sans appel, et sans inquiétude. C'est pas les raisons qui doivent manquer, de toute évidence. « Je peux vous proposer de préparer les droits de successions pour votre enfant. Monter un dossier auprès du Ministère pour préparer son arrivé au mieux dans ce monde, et qu'il commence avec des biens de vos deux familles. Ce genre de dossier se fait souvent dans les familles de sang pur, et vous pourrez me présenter comme votre avocate. Prétextez un rendez-vous peut être ? » Propose-tu d'un ton aimable, avec un sourire sur les lèvres.


_________________

our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 26
Date d'inscription : 05/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Jeu 25 Mai - 23:06


J'ai beau adorer relever les défis, il y a des moments où je voudrais que la vie soir bien plus simple, où je préfèrerai pouvoir tracer un parcours choisit sans avoir à supporter les embûches. Beaucoup aideraient justement avoir a besoin de changer de trajet, de dévier l'initial pour finalement arriver à leur but. Mais on a tendance à s'y perdre parfois et moi, j'aurais préféré pouvoir éviter cette déviance.
Je m'étonne moi-même rien qu'à l'idée de me dire ça, de me dire que le chemin le plus découler est le plus passionnante. Ce n'est pas que je nie cette affirmation mais c'est toujours mieux quand personne n'est blessé sur le passage.
Ma réponse était certainement la première qui pouvait traverser l'esprit de Sarah, qui s'était très certainement imaginer ce genre de réaction. Mais je n'ai jamais dit que j'étais une fille compliquée : je suis même trésor simple alors forcément, ma façon de réfléchir est accessible à tous. C'est bien aussi pour ça que j'hésitais  tant mais très vite, mob interlocutrice avait déjà tenté de calmer mon inquiétude intérieure et de se montrer insistante pour que je me présente chez elle. Je l' écoutais  attentivement, ne manquant un seul de son idée : tout était bon à prendre pour que je puisse être à nouveau aux côté d'Alek, tout ! Et Sarah savait faire preuve d'une grande logique mais aussi de persuasion pour me convaincre d'utiliser la chemin qu'elle venait de m'ouvrir.  J'avais marqué une pause  le temps de prendre en compte ce qui était nécessaire puis je finis par hocher la tête. - Je suppose que c'est encore le moyen le plus simple pour avoir au moins ma journée. Trouver un moyen de venir seule sera simple... Je me redresse un peu pour prendre une gorgée de mon verre. -Je vous tiendrais au courant pour tout cela.Puis-je compter sur vous pour remettre le bonjour de ma part à Alek ? Si elle pouvait le voir, ça serait à coup sûr plus facile pour elle de lui transmettre un petit mot. Je n'avais pas toujours l'occasion de lui envoyer des lettres, surtout dernièrement mais je ne voulais en rien qu'il pense que  je ne l'oubliais et  je voulais qu'il sache que je vais bien. Pour le coup, j'aurais bien voulu être encore à Poudlard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 119
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   Lun 29 Mai - 0:53

dear ally
esfyr & sarah
Tu t’sens investie d’une mission, et t’es plutôt fière de voir que tu as des résultats. Y a peu de personne qui lesquels tu déplacerais des montagnes, mais Aleksei fait partie de celles-ci. Pour ton filleul il n’y a rien que tu ne ferais pas, quitte à le pousser à briser un mariage pour retrouver la femme qu’il aime. Pourtant t’es pas aussi compatissante avec tout le monde, y en a même qui ont été torturé parce qu’ils aimaient de trop. L’amour tu considères que c’est une faiblesse, mais aussi que ca vous pousse à être plus fort et plus fou quand il le faut ; L’amour c’est à la fois tout ce que vous pourriez perdre, et c’est aussi tout ce qui vous permet d’vous surpasser. Tu comprends le désir d’Aleksei de retrouver sa dulcinée, et tu ne seras pas celle qui lui mettra des batons dans les roues. D’autant qu’Esfyr est de sang pur et que – de ce que tu en sais – il n’y a qu’elle pour faire sourire le russe de toutes ses dents. Ce qui est une chose de plus en plus rare ces derniers temps.
Alors durant la conversation tu ne peux que lui proposer de venir te rejoindre à Londres en même temps qu’Aleksei. Tu trouves rapidement une raison, trouvant qu’il serait bien aisé de manipuler le monde comme tu sais si bien le faire en règle générale. Tu n’apprécie pas qu’on t’ôte plus de liberté encore ; à présent que tu es tatouée tu dois t’plier à trop d’autorité pour penser par toi-même la majorité du temps. Mais là, à ce moment-là c’est uniquement pour toi que tu le fais – et tu compte bien le faire comme tu l’entends. Inviter Esfyr chez toi, et lui permettre aussi un moment de liberté.
ESFYR — « Je suppose que c'est encore le moyen le plus simple pour avoir au moins ma journée. Trouver un moyen de venir seule sera simple... » Tu opines, un sourire naissant sur tes lèvres parce que tu sais que tu as gagné, et qu’Aleksei en sera sans doute ravi. Tu entends bien t’rendre auprès de ton cousin dés que possible, ou lui faire parvenir une lettre d’invitation s’il le faut. Qu’importe – tu sais déjà qu’il sera extatique. Et sous le couvert de ton autorité les deux adolescents ne risqueront rien.
ESFYR — « Je vous tiendrais au courant pour tout cela.Puis-je compter sur vous pour remettre le bonjour de ma part à Alek ? » Tu sens que ton heure est venue. Tu ne voudrais pas abuser de la bienveillance de ton hôte, ni encore de ce moment en tête à tête. Tu ignores s’il y a d’autres personnes dans la maison et tu ne voudrais pas mettre Esfyr dans l’embarras, alors tu te lèves d’un jette souple pour t’préparer à disparaître aussi vite que tu es arrivée.
SARAH — « Si vous avez une lettre à lui faire passer, ou un message, je serais ravie de le lui confier. Et j’attends votre réponse dés que vous le pourrez également. » Que tu assures avec un sourire bienveillant avant de prendre les deux mains de la jeune femme dans les tiennes et de lui embrasser le front à la manière d’une sœur protectrice. « Vous n’êtes pas seule. » Assure-tu avant de faire demi-tour, et de reprendre tes affaires pour retourner aux tiennes.





_________________

our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dear ally [Esfyr Yaxley | Sarah O. Bulstrode]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» Ally McBeal
» Sarah Peverell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Royaume-Uni :: Les Habitations-
Sauter vers: