AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Hey, ça fait longtemps - Adonis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Jeu 13 Avr - 15:06

La connexion avec Adonis faiblissait de jour en jour... je ne comprenais pas la raison. Je ne parvenais plus à vivre à travers Adonis au fur et à mesure que les jours passaient. Au départ, la panique s'est emparée de moi car je croyais qu'on avait fini par décider de me débrancher et donc que j'étais en train de disparaître, de mourir tout simplement. Mais, finalement, ce n'étais pas du tout dû à ce que j'avais cru. Je fus soulagé de constater que mes mains bougeaient de plus en plus. Et le fameux jour arriva ou j'ouvrais les yeux pour la première fois. Je clignais des yeux plusieurs fois avant d'observer la pièce dans laquelle je me trouvais. Une chambre d'hôpital. Je constatais le bruit des machines à côté de mon lit puis des fils allant sur mon lit. Mon bras relié à une perfusion, des lunettes d'oxygène dans le nez. Je me redressais difficilement pour être assis calé contre l'oreiller. Je ne sais combien de temps s'écoula avant que quelqu'un n'entre dans la chambre. L'infirmière avait fait une de ces têtes en me voyant réveillé. C'était assez comique à vrai dire. Je ne parvins pas à parler. J'imagine que c'est normal après autant de temps... je déglutis puis lui fait signe lui faisant comprendre que j'avais soif. J'eus un verre d'eau. Le médecin était venu par la suite m'examiner. Je semblais en bonne forme et qualifier de « miracle ». Mes parents ont été prévenus de mon réveil.

J'ai appréhendé cette rencontre, ces retrouvailles. Je ne sais pas tellement combien de temps, j'ai été dans le coma, on me donne que le minimum d'informations pour l'instant. Sûrement qu'ils tentent de me ménager. Toujours est-il que je suis resté à l'hôpital une semaine entière par mesure de précaution avant d'être autorisé à sortir. Entre temps, j'ai appris que ça faisait quatre ans que j'avais été dans le coma, dans ce fichu lit d'hôpital. Revoir le monde s'animer autour de moi est assez étrange. A la maison, j'ai pas supporté de constater l'absence d'Adonis. Il me manque. Je ne supporte plus de ne pas le voir. Ce lien est tellement fort. Vivre au travers de lui... bon sang, il fallait que je le vois. Il fallait qu'il sache que j'étais vivant et j'avais ce besoin vital d'être avec lui. C'était ainsi, un lien si fort, si puissant et indescriptible. Quatre ans qu'il devait vivre sans moi qu'il ne comprenait sûrement pas que c'était vraiment moi à travers lui. Je me rappelais de tout, absolument tout. Adonis n'était plus à la demeure familiale et avait divorcé. Il avait retrouvé Charles Zonko. Charles Zonko, qui avait voulu éloigner Adonis en couchant avec moi. Soit, il aurait un choc en me voyant lui.


Alors que j'erre dans la demeure, je perds patience à tourner en rond. Je dois me ménager d'après les médecins. Seulement, je ne supporte plus d'être enfermé. J'ai déjà assez vécu ainsi cloîtré dans un lit pendant bien trop longtemps. Je dois bouger et je dois trouver Adonis. Je sais qu'Adonis enseigne à Poudlard. Donc, c'est là-bas, que je décide de me rendre. Au pire, je me ferais passer pour Adonis si besoin. Avantage d'être jumeaux. Je m'habille puis prend un sac avec quelques affaires et me dirige vers la cheminée avec de la poudre dans la main. Je ne suis pas en mesure de transplaner. « Pré-au-Lard » dis-je d'une voix forte et assurée. Puis lance la poudre dans la cheminée qui m'emmène à la destination demandée. Après quoi, je me rends à pied le long de la rue jusqu'à Poudlard. A vrai dire, je suis ravi de ne croiser personne sur mon chemin mis à part deux trois personnes qui ne semble pas intéressé par ma personne. Je ne sais plus exactement ou Adonis loge. Je cherche dans mes souvenirs de quand j'étais dans son esprit, son corps. Lui tout entier. A force, je finis par me rappeler et arrive au 6ème étage devant la porte de son appartement. Je toque trois fois et attends, espérant vainement qu'il sera là. Je sens mon cœur accéléré dans ma poitrine. Adonis allait avoir un sacré choc en me voyant, je le savais. Je trépignais d'impatience. Je me sens également nerveux, chose assez surprenante.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Dim 16 Avr - 1:04

Mon frère
Adar
La journée a plutôt bien commencée. L’appartement de Charles sera bientôt prés et ils pourront rapidement emménager hors de cette petite chambre de Poudlard. Pas que Adonis n'est pas bien dedans, c'est assez grand et spécieux mais ce n'est pas chez lui. Il se sent un peu comme si il vivait chez quelqu'un d'autre et qu'il squattait le temps de trouver son chez lui. Ainsi ce matin Charles lui a appris que dés ce soir ils pourraient rentrer chez eux et s'installer alors que tout a été réparé depuis l'attaque. Ainsi entre deux cours il termine de faire ses valises et envisage d'en faire de même avec ses affaires de cours, qui s'entassent dangereusement sur un rebord de bureau et qui menacent de tomber à tout moment. Alors qu'il trouve deux autres valises pour ordonner ses parchemins, ses livres et ses ustensiles il entend toquer contre la vitre de la pièce, ce qui le fait sursauter avant qu'il ne se retourne pour tomber sur son hibou. Ce dernier tient une lettre dans son bec et attend que Adonis ouvre la fenêtre, ce qu'il fait après une seconde de latence. Il prend la lettre et remarque le blason des Travers dessus, signe qu'elle vient de ses parents. Encore une énième lettre de menace ? Sans doute. C'est devenu habituel pour lui d'être traité de traitre à son sang et de recevoir des menaces qui touchent son amant et lui même. Habituellement il les brûle avant même de les ouvrir mais aujourd’hui, quelque chose lui dit qu'il devrait la lire. Alors il casse le cachet de cire rouge et ouvre l'enveloppe avant de saisir la lettre en vieux papier et de commencer à lire.

Adonis,
Je préfère t'apprendre la nouvelle moi même avant qu'il ne vienne te voir. Pour cette fois-ci je met nos différents de côté afin de t'apprendre une bonne nouvelle. Ton frère est vivant. Il était plongé dans le coma, il devrait venir te voir bientôt. Je ne t'en dis pas plus, il saura t'expliquer les choses lui même sans doute.
Ta mère.


Adonis relève la tête et fronce les sourcils. Entre une nouvelle façon pour ses parents de lui faire du mal où alors pour qu'il revienne ? Quoi qu'il en soit la nouvelle est grotesque, elle lui fait plus mal qu'autre chose. Surtout depuis qu'il ne reçoit plus son frère comme avant depuis quelques temps. Arès semble être parti, le lien se défait lentement et va se briser dans les jours à venir sans doute. Et il va lui manque, peut-être est-ce le signal pour lui faire comprendre qu'il doit faire son deuil et avancer à présent. Il n'est pas prés pour cela alors parfois il se prend à paniquer, lorsqu'il n'entend plus son frère correctement. Mais ses pensées sont arrachées lorsqu'il entend taper contre la porte en bois de ses appartements. Décidément il ne peut pas être tranquille ! Adonis se lève après avoir plié la lettre et marche vers la porte pour l'ouvrir. « Charles tu... » Il s'arrête de parler lorsque ses yeux croisent un regard qu'il connaît bien mais qu'il n'a pas vu depuis 4 longues années de torture. Ce n'est pas possible, sa mère ne pouvait pas dire vrai. Il rêve, il est encore en proie à ses hallucinations douloureuses qui lui donnent l'impression que son frère est vivant. Alors il lui est arrivé bien souvent de faire un geste vers son frère pour toucher son visage afin de s'assurer qu'il n'est qu'une illusion. Aujourd'hui encore il tend la main vers le visage identique au sien et la pose sur sa joue. Une peau, douce et chaude quoi qu'un peu rugueuse à cause d'un rasage approximatif. Et son cœur rate un battement, deux ou trois, son souffle se coupe. « Merlin... Tu es vivant ! » Dit-il en lâchant la lettre et en se reculant de deux pas. Il a l'impression de voir un fantôme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Mar 18 Avr - 18:07

J'avais pris la décision de me rendre à Poudlard. Je ne pouvais pas continuer à rester à l'écart -loin d'Adonis. C'était inconcevable, impensable de rester éloigné de mon frère jumeau. Déjà bien trop longtemps que nous étions l'un sans l'autre et je ne le supportais plus. Il devait savoir que j'étais là. Savoir que j'étais bien vivant. Cela devait être si dur également pour lui, autant que ça l'était pour moi. Je me retrouve devant sa porte et toque à celle-ci par trois fois. Mon rythme cardiaque accélère aussitôt et je sens que je vais flancher. Non, je vais tenir le coup. Comment allais réagir Adonis ? Je lève la tête au moment ou la porte s'ouvre et entends « Charles tu.. » Je croise le regard de mon frère. Quatre ans que nous n'avions plus échangé un regard comme maintenant. Quatre ans que je vivais à travers lui, ne pouvant pas partir, tout simplement. Je le vois tendre la main vers moi. Sûrement pour s'assurer que je suis bien réel, et non, un fantôme. Et cela se confirme alors qu'il lâche « Merlin... tu es vivant ! » Je hoche la tête doucement. « Adonis... » murmurais-je, en le fixant toujours alors qu'il recule de deux pas. « Ce que c'est bon te voir.. » ajoutais-je.

Je ne sais pas trop par ou commencer... mais, à cet instant, j'ai besoin de quelque chose de vital. Histoire de me prouver que je ne suis pas non plus en train de rêver, que j'ai vraiment repris vie. Je m'avance d'un pas puis un autre et me retrouve tout proche de mon frère jumeau. Je déglutis, me sens extrêmement nerveux alors qu'il n'y a pas vraiment de quoi l'être. La seconde suivante je m'affale contre le torse de mon frère et passe mes bras autour de sa taille le serrant. J'ai besoin de me rendre compte qu'il est bien présent en face de moi. « Adonis... Comme je suis désolé.. » dis-je alors que je  reste contre mon frère. Cette étreinte me fait un bien fou. Je reste un instant ainsi fermant les yeux. Je finis par me reculer puis je croisais son regard.  Je suis tout ému de le revoir. «  Je suis désolé de t'avoir laissé aussi longtemps... de t'avoir en quelque sorte abandonné... »Je me gratte l'arrière du crâne un peu gêné d'être vu sans cet état de vulnérabilité et aussi émotif mais peu importe, tant que c'est Adonis, ça passe. C'est différent. Avec lui, je peux me le permettre et puis, ce n'est pas rien... Quatre ans de séparation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Sam 22 Avr - 2:13

Mon frère
Adar
Sa respiration se bloque douloureusement dans ses poumons alors que son sang pulse dans ses veines et qu'il a l'impression de tout voir tourner. Son frère, bien vivant, sa peau chaude et ses yeux depuis longtemps oublié. Mais il est là, fantôme d'une ancienne vie qu'il pensait jamais ne retrouver. C'est pour cela que son lien avec Arès c'est lentement brisé, en acceptant plus où moins la mort de son frère alors il pensait que le lien partirait de lui même et que l'âme, la magie de son jumeau le quitterait également. Mais cela ne c'est pas passé comme prévu, Arès c'est bien réveillé. « Adonis... » La voix de son frère est plus rauque, sans doute à force de ne pas avoir été utilisée pendant quatre longues années. Le choc passe doucement, il retient les larmes qui menacent de quitter ses yeux pour laisser son frère entrer dans l'appartement. « Ce que c'est bon te voir.. » Il ne répond pas, les mots se bloquent dans sa gorge alors que doucement, son esprit refait la connexion. Il est vivant, c'était un mensonge, Arès son jumeau est bien vivant et devant lui, il respire, sa peau est chaude. Ce n'est pas lui qui a été mis en terre pendant que Adonis était dans le coma. Ce deuil qu'il n'a jamais pu faire à cause de la douleur, tout était inventé. Et là son frère fait un geste qui fait baisser toutes ses barrières, il se jette violemment contre son torse pour une étreinte. Adonis enroule ses bras autours de ses épaules et le tient fermement contre lui avant de fourrer son nez dans la chevelure mi-longue de son jumeau. Son odeur, fruité et masculine, c'est bien la sienne. « Adonis... Comme je suis désolé.. » « Tu n'as pas à l'être... Ce... Tu es bien vivant... C'est bien toi... » Murmure Adonis en fermant les yeux et en laissant quelques larmes couleur le long de ses nez, de son nez et venir se perdre dans la chevelure claire de son frère aîné. Ce dernier se recule enfin et Adonis passe une main gênée sur son visage, pour effacer les quelques larmes qui restent.

«  Je suis désolé de t'avoir laissé aussi longtemps... de t'avoir en quelque sorte abandonné... » « Tu ne m'as jamais abandonné, tu étais toujours là... » Murmure Adonis sans relacher son frère des yeux. Il lui fait signe d'entrer et de s’installer. « Tu es ici chez toi. Tu veux boire quelque chose ? Manger un peu ? » Dit-il en posant ses yeux sur le corps beaucoup trop maigre de son frère. Heureusement il lui reste une theière plein d'eau encore chaude et une assiette de petits biscuits. Il fait porter le tout sur la table basse et fait de la place au milieu des cartons, d'un coup de baguette bien placé. Il prend deux tasses et attrape également la boite contenant tous ses thés. Autrefois il aurait sans hésité pris celui à la menthe mais aujourd'hui il doute. « Tu préfères autre chose que la menthe ? » Dit-il avec un petit sourire. « Raconte moi ce qui c'est passé... » Dit-il avant de leur servir leur thé. Avant que son frère ne parle il agite sa baguette pour faire venir un carton, plus petit que les autres. Ce dernier se pose sur ses genoux avant qu'il ne l'ouvre et le tende à son frère. « Il contient ta baguette, ta chevalière ainsi que plusieurs objets qui t'appartiennent. Tout te revient. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Dim 30 Avr - 12:14

Je me retrouvais devant la porte de mon frère jumeau et j'attendais avec un peu d'appréhension qu'il ouvre la porte. J'étais nerveux et j'ignorais pour quelle raison. Après tout, il ne s'agit que de mon frère, ma moitié, mon deuxième moi dans un sens. Je ne peux prononcer que son nom lorsqu'il ouvre la porte avant qu'il ne m'invite finalement à entrer chez lui. A peine, j'eus passé le pas de la porte, je me jetais dans ses bras. J'avais besoin de ce contact... me prouver que tout ceci était bien réel. « Adonis... comme je suis désolé... » « Tu n'as pas à l'être... Ce... Tu es bien vivant... C'est bien toi. » entendais-je,  alors que j'étais encore contre lui. « C'est bien moi... » soufflais-je avant de me reculer et de croiser le regard de mon double. Il s'essuya les yeux, gêné d'être vu ainsi, j'imagine.

Je m'excuse auprès de lui pour mon absence prolongée. Quoi que, je n'étais pas totalement absent. «  Tu ne m'as jamais abandonné, tu étais toujours là... » Sa phrase me fait frissonner. Il ne sait pas si bien dire... «  Dans un sens, non... » Je souris en coin avant d'entrer complètement chez lui. « Tu es ici chez toi. Tu veux boire quelque chose ? Manger un peu ? » Je m'avance et observe un peu la pièce avant de reporter mon attention sur Adonis. « Boire quelque chose sera très bien, merci » Je l'observe faire un peu de place à l'aide de sa baguette. Tout cela est tellement familier et tellement étrange... je me demande si je serais capable de maîtriser, un sort ne serait-ce que des plus basiques. « Tu préfères autre chose que la menthe ? » Je revenais à la réalité . « Non. La menthe, ça sera parfait. Je te remercie. » répondais-je, en souriant. Je m'installais pour m'asseoir auprès d'Adonis.

« Raconte moi ce qui s'est passé... » J'observe mon frère alors qu'il sert le thé. Je ne sais pas tellement par ou commencer... je mordis la lèvre. Je n'ai le temps de mettre mes idées en place qu'il agite sa baguette et un carton atterris sur les genoux d'Adonis. Il l'ouvre la seconde suivante et me le tend. Je ne comprends pas tellement ce qu'il me donne  avant qu'il ne parle. « Il contient ta baguette, ta chevalière ainsi que plusieurs objets qui t'appartiennent. Tout te revient. » Je fixe le carton un moment sans voix. Je tendais la main pour prendre la chevalière, celle aux armoiries de la famille. Je déglutis et la repose dedans. Je jette un œil au reste de mes affaires et trouve un cadre , une photo d'Adonis et de moi-même, datant de plusieurs années. J'effleure le cadre distraitement.  Puis, sans que je m'en rends vraiment compte, je finis par dire «  Si je suis ici aujourd'hui, c'est grâce à toi, Adonis. Tu n'imagines pas le lien... Notre lien.. sans cela ... » je m’interrompais sentant les larmes me gagner. « Sans cela, je serais mort.. » terminais-je. Je prenais ma baguette dans ma main. Quel drôle de sensation de retrouver ma vieille amie. Je croisais le regard d'Adonis. «  Je ne pensais pas que nos parents allaient attendre... j'ai cru qu'ils me débrancheraient... j'ai.. je sais que papa est venu à St Mangouste. Je l'ai entendu discuté avec un médecin après l'accident... j'étais déjà dans le coma mais je les ai entendu seulement, j'étais coincé dans mon corps. » Je sens les larmes couler sur mes joues. « Je sais également que... par je ne sais quel procédé... » Je pose le carton et passe une main sur mon visage. Je ne peux contenir mes larmes. Je revivais les événements dans ma tête et je peinais encore à réaliser que j'étais bien réveillé. « Je t'ai vu... toutes ses années » 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Lun 1 Mai - 0:41

Mon frère
Adar
« Adonis... comme je suis désolé... » Il n'a pas à l'être ainsi le professeur lui assure tout de suite qu'il n'a pas besoin de s'excuser. Il était toujours là, en lui car après tout ils ont partagés 9 mois de leur premier temps de vie. Il est dit que les jumeaux ont un lien particulier, très fort et très puissant que les moldus ne comprennent pas toujours. Bien souvent ils pensent qu'une connexion se fait dans le ventre de la mère mais en magie, dans leur monde, on comprend souvent que le lien est en réalité une sorte de magie primitive très puissante qui unit deux êtres. Ainsi parfois les jumeaux sont séparés à la naissance et lorsqu'on étudie leur vie plusieurs années plus tard, on se rend compte qu'ils ont souvent des similitudes troublantes qui pousse tout le monde à croire qu'ils ont une sorte de télépathie. C'est un peu ça également, Adonis savait si son frère était heureux ou mal dans sa peau lorsqu'ils étaient à Poudlard et vice versa, ils pouvaient savoir et sentir l'autre même sans être dans une même pièce où le même étage. C'est quelque chose qui a toujours troublé les gens autours d'eux mais fasciné Charles, esprit déjà brillant qui voulait tout connaître et tout comprendre. Il laisse entrer son frère et lui propose à boire, un thé qui sera parfait à la menthe comme toujours. Il s'exécute avant de s'installer sur un fauteuil pendant que l'eau se met à chauffer dans la théière et que les feuilles infusent dans l'eau chaude. Il s'empresse de rendre à son frère ses affaires, première idée qui lui revient alors qu'il combat encore et encore l'émotion qui enserre sa gorge et menace de lui faire couler encore quelques larmes. Son frère, vision d'un autre monde qu'il ne pensait jamais revoir à part dans ses songes. « Si je suis ici aujourd'hui, c'est grâce à toi, Adonis. Tu n'imagines pas le lien... Notre lien.. sans cela ... » Il pose sa main sur celle de son frère. « Sans cela, je serais mort.. » Il ferme douloureusement les yeux. « Je pensais que tu l'étais. Les parents ne m'avaient pas dis que... Tu étais vivant. » Dit-il d'un air désolé. Il n'a pas cherché plus loin, l'esprit de son frère est ensuite venu dans sa propre tête et il a seulement pensé qu'il devenait fou.

«  Je ne pensais pas que nos parents allaient attendre... j'ai cru qu'ils me débrancheraient... j'ai.. je sais que papa est venu à St Mangouste. Je l'ai entendu discuté avec un médecin après l'accident... j'étais déjà dans le coma mais je les ai entendu seulement, j'étais coincé dans mon corps. » « Je te jure que je ne savais pas. Je me suis réveillé quelques semaines après l'accident. Ils m'ont dit que tu étais mort et qu'ils t'avaient déjà mis en terre. Je suis devenu comme... Catatonique. J'ai commencé la rééducation et ensuite... J'ai essayé de vivre. » Comme il le pouvait, comme un corps sans âme, privé d'une moitié de lui même car Arès a toujours été son double. « Je sais également que... par je ne sais quel procédé... Je t'ai vu... toutes ses années » « J'ai demandé à Dumbledore plusieurs fois et Charles a cherché dans des anciens livres... Apparemment c'est une magie très puissante qu'il n'existe qu'entre jumeau. Lorsqu'un est en état de... Mort. Il lance sa magie sur l'autre pour survivre malgré tout. Je te voyais Arès, dans ma tête, dans une pièce toute noire. Tu étais là et pourtant je me pensais fou. » Dit-il en posant sa main sur la nuque de son frère et en le regardant droit dans les yeux. « Si seulement j'avais su que tu étais vivant... J'aurais tout fait pour te réveiller. » Il se penche pour attraper un mouchoir sur la table basse et le donner à son frère. « Les parents ne t'ont pas empêché de venir ? Je pensais pourtant qu'ils refuseraient que tu viennes. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Lun 1 Mai - 18:09

Je me mords furieusement la lèvre alors qu'il m'annonce « Je pensais que tu l'étais. Les parents ne m'avaient pas dis que... Tu étais vivant. » Je serre la main d'Adonis dans la mienne. «  Ils ont pensé que je le serais au bout du compte... le médecin était loin d'être optimiste de ce que j'ai entendu. » Je déglutis ravalant mes larmes. Je lui parle alors de la visite de notre paternel à St Mangouste. « Je te jure que je ne savais pas. Je me suis réveillé quelques semaines après l'accident. Ils m'ont dit que tu étais mort et qu'ils t'avaient déjà mis en terre. Je suis devenu comme... Catatonique. J'ai commencé la rééducation et ensuite... J'ai essayé de vivre. » Je regarde mon frère, horrifié. «  Quel manque de tact... mais tellement pas surprenant venant de leur part..  t'annoncer ma mort de cette manière. » Enfin, je ne l'étais pas finalement... grâce à notre lien. Je lui en fais donc part..  « J'ai demandé à Dumbledore plusieurs fois et Charles a cherché dans des anciens livres... » Cela me fit sourire. Charles et sa soif de connaissance ; sa soif de vouloir comprendre ce qui se passe. Il était pas allé à Serdaigle pour rien. « Apparemment, c'est une magie très puissante qu'il n'existe qu'entre jumeau. Lorsqu'un est en état de... Mort.  Il lance sa magie sur l'autre pour survivre malgré tout. Je te voyais Arès, dans ma tête, dans une pièce toute noire. Tu étais là et pourtant je me pensais fou. » Je sens alors sa main sur ma nuque et frémit. « Si seulement j'avais su que tu étais vivant... J'aurais tout fait pour te réveiller. » Je me sens vaciller en arrière... trop d'émotions et d'informations me submerge de toute part. Je sens les larmes couler sur mes joues sans pouvoir les retenir. Adonis me tend alors un mouchoir et je m'en saisis pour me moucher puis je me frotte les yeux.
«Je n'en doute pas une seconde que tu aurais tout fait comme j'aurais tout fais si les rôles avaient été inversés.»

« Tu me voyais parce que j'ai fais cela... J'ignorais qu'on avait ce genre de magie... mais je suis heureux que ça ait eu lieu... je suis vivant grâce à cela... Et j'ai vécu à travers toi durant toutes ses années... Je t'ai vu avec Charles.. je me rappelle tout... le mariage, ton divorce... tout » Je pose ma tête sur le dossier du canapé. «  J'ai bousillé ta vie... » murmurais-je. « Tu n'aurais jamais dû vivre tout ce qui s'est passé... ce fichu mariage... » Je soupirais alors qu'il évoque sa surprise que je sois venu le voir. Je ricanais. « Qu'ils refusent ou pas... je m'en contrefiche. J'ai attendu une semaine Adonis avant de pouvoir te voir... une strangulot de semaine... je ne supportais plus l'idée d'être éloigné et surtout que tu penses toujours que j'étais... mort. Il fallait que tu saches la vérité et il fallait que je te vois. Je me fiche pas mal de ce que peuvent penser nos parents. En tout cas ; j'imagine qu'ils espèrent que je retourne gentiment à la maison...» Je me frottais encore les yeux sentant que j'étais toujours mouillé sur mes joues. «  Je compte pas rentrer. En tout cas, pas pour le moment. J'ai besoin de toi. » Le reste ne comptait pas. «  A vrai dire, je ne suis pas sûr d'être en mesure de supporter une conversation de plus avec nos parents. Tu es parti et un traître à leurs yeux et je ne peux pas aller dans leur sens.. et puis tout cela, est arrivé, uniquement parce que je n'étais pas là comme je leur ai fais remarquer. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Lun 8 Mai - 23:04

Mon frère
Adar
Enfant ils faisaient tout ensemble. Ils dormaient, ils mangeaient et ils se douchaient ensemble. Leur première trace de magie sont arrivées simultanément, les premiers achats et la première lettre de Poudlard également. Les frères étaient identiques, des jumeaux miroirs comme on dit dans le monde moldu. Ce qui veut dire qu'ils sont identiques physiquement, qu'on ne peut que difficilement les différencier. Il est dit que lorsqu'ils étaient enfant les membres éloignés de leur famille était incapable de dire qui était qui, seul leur père et leur mère était capable de les différencier et encore parfois, c'était compliqué même pour eux. Charles en revanche pouvait le faire, sans doute parce qu'il sortait avec l'un des deux jumeaux et qu'il les a toujours observé avec la fascination d'un scientifique, du à sa maison des érudits. Pendant longtemps Adonis en a voulu à Charles d'avoir brisé son cœur, moins longtemps cependant pour son frère. Il ne pouvait pas en vouloir à Arès, ce dernier est son frère, la moitié de son âme et de lui même. Il n'a jamais été capable de lui tenir rigueur de quoi que ce soit, l'idée était trop dure, impossible à réaliser pour lui. Ainsi il a pardonné mais c'est éloigné, malgré tout il a continué ses études jusqu'à l'accident, jusqu'à ce que sa vie soit chamboulée et qu'il soit obligé de prendre la place de fils aîné, chose qu'il ne voulait pas. Il n'a pas été formé pour être l'héritier, Arès si. «  Quel manque de tact... mais tellement pas surprenant venant de leur part..  t'annoncer ma mort de cette manière. »

Il ne dit rien, il hoche simplement la tête. L'épisode est encore douloureux dans son esprit même si il voit son frère bien vivant devant lui. Ce jour là, entre le réveil et le reste du coma, il n'a pas réalisé. Les mots n'avaient aucun sens pour lui, il n'arrêtait pas de répéter le prénom de son frère, il voulait tant le voir. Et le lendemain il a réalisé. « Tu me voyais parce que j'ai fais cela... J'ignorais qu'on avait ce genre de magie... mais je suis heureux que ça ait eu lieu... je suis vivant grâce à cela... Et j'ai vécu à travers toi durant toutes ses années... Je t'ai vu avec Charles.. je me rappelle tout... le mariage, ton divorce... tout » « J'espère avoir eu quelques moments d'intimité tout de même, surtout lorsque j'ai retrouvé Charles. » Dit-il avec un petit sourire en laissant un rire lui échapper, alors que dés leur retrouvailles ils ce sont sautés dessus dans l'arrière boutique Zonko. «  J'ai bousillé ta vie... » « Non... Non bien-sûr que non... » Murmure Adonis en serrant plus fort la main de son frère. Il ne veut pas le voir triste, il ressent tellement sa tristesse à ce moment là qu'il n'est pas capable de retenir ses gestes protecteurs. « Qu'ils refusent ou pas... je m'en contrefiche. J'ai attendu une semaine Adonis avant de pouvoir te voir... une strangulot de semaine... je ne supportais plus l'idée d'être éloigné et surtout que tu penses toujours que j'étais... mort. Il fallait que tu saches la vérité et il fallait que je te vois. Je me fiche pas mal de ce que peuvent penser nos parents. En tout cas ; j'imagine qu'ils espèrent que je retourne gentiment à la maison...»

Et son frère ajoute qu'il a besoin de lui, ce qui fait sourire doucement Adonis. Lui aussi a besoin de lui, tellement. Les deux frères ensemble. Comme avant. « Viens vivre chez Charles et moi. Ca nous fera plaisir. Je veux, je peux m'occuper de toi, tu as besoin d'un environnement calme et serein. Je saurais t'apporter cela. » Dit-il avant de poser la tasse de thé à la menthe devant son frère et d'ajouter deux sucres. Il en fait de même dans son propre breuvage et boit une gorgée après avoir ajouté un nuage de lait. «  A vrai dire, je ne suis pas sûr d'être en mesure de supporter une conversation de plus avec nos parents. Tu es parti et un traître à leurs yeux et je ne peux pas aller dans leur sens.. et puis tout cela, est arrivé, uniquement parce que je n'étais pas là comme je leur ai fais remarquer. » « Ce n'était pas ta faute. Tu m'as sauvé la vie en te jetant devant cette explosion. Le reste... J'ai été simplement obligé de prendre ta place. Je suis devenu l'héritier et j'ai épousé celle qui devait être ta femme mais comme tu l'as vu... Notre mariage a été un fiasco. » Dit-il en haussant les épaules comme si l'idée n'était rien. Elle l'est. « L'explosion m'a rendu stérile. C'est aussi pour ça que je n'ai pas eu d'enfants avec elle... Et ça m'arrange. » Car il aurait eu encore plus de mal si il y avait eu un bébé au milieu. « Tu sais déjà tout j'imagine... Vu que tu étais là. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Mer 10 Mai - 12:28

« J'espère avoir eu quelques moment d'intimité tout de même, surtout lorsque j'ai retrouvé Charles » J'eus un sourire en coin. « Rassure-toi, je t'ai laissé vivre ta vie aussi tranquillement.. tu l'a sans doute remarqué si j'étais présent ou non, de toute façon. Tu n'étais pas fou, c'était moi mais je n'ai pas vraiment compris ce qui se passait... j'ai cru que je rêvais par moment de ce qui se passait.. mais non, c'était bien la réalité... juste avant de me réveiller, j'ai paniqué de ne plus te voir. J'ai cru que j'étais mort. » Je déglutis baissant les yeux observant mon thé fumant devant moi.

« Viens vivre chez Charles et moi. Ça nous fera plaisir. Je veux, je peux m'occuper de toi, tu as besoin d'un environnement calme et serein. Je saurais t'apporter cela. » Je souris à nouveau alors que j'essuyais mes joues humides par mes larmes. « Charles va avoir un choc en me voyant..  et si ça ne dérange pas... oui, je veux bien rester. » Je reprends un mouchoir pour me frotter les yeux. J'indique que je ne voulais pas de toute façon avoir affaire à nos parents. Et tout ceci ne serait pas arrivé sans mon absence. « Ce n'était pas ta faute. Tu m'as sauvé la vie en te jetant devant cette explosion. Le reste... J'ai été simplement obligé de prendre ta place. Je suis devenu l'héritier et j'ai épousé celle qui devait être ta femme mais comme tu l'as vu... Notre mariage a été un fiasco. » Je croise le regard de mon frère. « Et si c'était à refaire..... je le referais. Je ne laisserais rien ni personne te faire de mal. Quant à celle-ci... tu crois que je vais être obligé de l'épouser à mon tour ? » demandais-je, réfléchissant aux événements. Je secoue la tête. « Ne parlons pas de choses qui fâchent » ajoutais-je sans attendre de réponse de sa part. « Et ce fut un fiasco parce que tu n'étais pas destiné à épouser une femme mais à retrouver Charles... et je suis content pour toi, pour vous. »

Stérile le mot me fait froid dans le dos... j'ignorais moi-même si je l'étais devenu du coup... je prends ma tasse l'air de rien et boit une gorgée. « Tu sais déjà tout j'imagine... Vu que tu étais là. »Je hoche doucement la tête. « Presque tout... parfois, je n'étais pas présent mais je sais l'essentiel. »Je pris une autre gorgée de thé savourant celui-ci... toutes les petites choses de la vie... n'avait plus le même effet qu'auparavant mais j'imagine que c'est normal après avoir été si longtemps dans le coma. Je repose ma tasse sur la table basse et jette à nouveau un œil sur mon jumeau. « Je ne vais plus jamais te quitter donc j'espère que tu es prêt à me supporter... » j'eus un sourire en coin, moqueur et taquin, comme je l'ai toujours été.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Mer 24 Mai - 23:26

Mon frère
Adar
« Rassure-toi, je t'ai laissé vivre ta vie aussi tranquillement.. tu l'a sans doute remarqué si j'étais présent ou non, de toute façon. Tu n'étais pas fou, c'était moi mais je n'ai pas vraiment compris ce qui se passait... j'ai cru que je rêvais par moment de ce qui se passait.. mais non, c'était bien la réalité... juste avant de me réveiller, j'ai paniqué de ne plus te voir. J'ai cru que j'étais mort. » Il ne l'est pas et cela lui brise le cœur de savoir que si son frère avait été en effet mort sur ce lit d'hôpital alors il n'aurait pas été au courant. Les parents n'auraient pas pris le temps de le lui dire et auraient enterrés son jumeau sans plus de cérémonie, pensant que de toute façon vu qu'il est un traître il ne mérite pas de savoir si son frère est vivant ou pas. Et cela lui fait mal, assez pour qu'il hoche doucement la tête avec un air profondément triste sur le visage. Il lui propose de rester vivre chez Charles et lui et heureusement avec bonheur il voit son frère accepter. Il sourit aussitôt, enchanté à l'idée de partager à nouveau sa vie auprès de son jumeau. « Et si c'était à refaire..... je le referais. Je ne laisserais rien ni personne te faire de mal. Quant à celle-ci... tu crois que je vais être obligé de l'épouser à mon tour ? » Mais son frère se rattrape et lui dit qu'ils n'ont pas besoin d'aborder les sujets qui fâchent. Il vaut mieux en effet ne pas parler de Delilah, il veut éviter de repenser à cette vie que son frère aurait du avoir mais qu'il a du assumer, comme nouveau fils ainé. « Et ce fut un fiasco parce que tu n'étais pas destiné à épouser une femme mais à retrouver Charles... et je suis content pour toi, pour vous. »

« Merci... Je suis heureux avec lui et c'est tout ce qui compte. » Dit-il avant de prendre une autre gorgée de son thé bien chaud, de le savourer et de soupirer de bien être. Trouvant encore la situation incroyable, lui qui pensait il y a encore deux heures que son frère n'était plus de ce monde. « Presque tout... parfois, je n'étais pas présent mais je sais l'essentiel. » Alors ça fait déjà pas mal à ne pas lui réexpliquer et c'est bien assez. « Je ne vais plus jamais te quitter donc j'espère que tu es prêt à me supporter... » Dit son frère en s'adossant dans le fauteuil, avec un sourire. Adonis pose doucement sa main sur l'avant bras de son jumeau sans le quitter des yeux. « J'arrive pas à croire que tu sois là... C'est incroyable. » Dit-il avant de rire doucement. « On est à nouveau ensemble, c'est magnifique. Il va me falloir quelques jours pour réaliser. M'en veut pas si parfois j'te touche le bras où les cheveux. Tu m'as manqué Arès. » Dit-il en s'excusant d'avance parce qu'il risque d'être un peu intrusif mais ce n'est rien, de toute façon les jumeaux ont toujours été légèrement tactile. « Il y a des choses que tu veux éclaircir peut-être ? Des doutes, des questions depuis tout ce temps ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Sam 3 Juin - 9:24

Les retrouvailles avec mon frère jumeau sont tellement émouvantes et cela fait tellement de bien de le retrouver après tout ce temps passé dans ce fichu lit. Heureusement que notre lien est si fort. Je ne remercierais jamais assez le ciel d'avoir un frère aussi fusionnel avec moi. Rien ne pourra plus me séparer de lui. Jamais. Nous parlons de la façon dont les choses se sont déroulés et toutes les émotions me chamboule et me font pleurer telle une fontaine. Balek ! C'est Adonis en face de moi. Je suis content qu'il est retrouvé Charles après toutes ses années... D'ailleurs, je m'en voulais encore d'avoir accepter cette idée idiote de Zonko... Bref, passons. « Merci...Je suis heureux avec lui et c'est tout ce qui compte. » Je hoche la tête. « Oui, et je ferais en sorte que rien ne vous embête. » Avant d'ajouter « Sauf moi, bien sûr » j'eus un sourire en coin. Je suis adossé au fauteuil et fais entendre à mon cher frère qu'il allait devoir me supporter car je ne comptais pas le quitter.

Je frissonne sur le moment ne m'attendant pas à sentir la main d'Adonis sur mon bras. Je le regarde toujours un sourire aux lèvres. Je ne pouvais pas m'empêcher de sourire... j'étais heureux de retrouver mon frère. « J'arrive pas à croire que tu sois là...C'est incroyable. » annonça t-il avant de rire. « ouais, un vrai miracle » ajoutais-je, pour ma part. « On est à nouveau ensemble, c'est magnifique. Il va me falloir quelques jours pour réaliser. M'en veut pas si parfois j'te touche le bras ou les cheveux. Tu m'as manqué Arès. » Je fixe toujours mon frère et me penche pour serrer mon frère dans mes bras. « Toi aussi tu m'as manqué et je suis d'accord avec toi, il n'y a rien de plus magnifique que cet instant... à nouveau ensemble. Je t'aime frangin » dis-je, au creux de son oreille.

L'étreinte dure un laps de temps avant que je ne me recule et qu'Adonis me demande si j'ai besoin d'éclaircir des choses, si j'avais des questions depuis tout ce temps. Je me repose confortablement après avoir pris ma tasse en main. « Alors... attends, je réfléchis... » je bus une gorgée de thé. « Tu pourrais me dire un peu ce qu'il en est du Seigneur des ténèbres... ce qu'il en est... est-ce qu'il y a eu des choses que j'ai manqué ? Bien que je sache un peu certaines choses grâce à toi quand j'étais là. Et en parlant de ça, nos parents comptent toujours sur mon engagement... » Je soupire. Personnellement, tout cela est si loin.. je ne sais plus ce que je désire pour l'instant. Et d'avoir caché mon coma envers Adonis me mets dans une colère noire à leur encontre. «  Ce que j'aimerais c'est éclaircir ce que j'ai manqué en mon absence... je me sens un peu... largué pour l'instant. Je ne sais plus tellement ou j'en suis depuis mon réveil... tout me semble surréaliste et pourtant tu es là. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Lun 12 Juin - 19:36

Mon frère
Adar
« Oui, et je ferais en sorte que rien ne vous embête. Sauf moi, bien sûr » Il laisse un sourire complice fleurir sur ses lèvres. Quand Charles suara que Arès est vivant il n'en reviendra pas, il sera sans doute choqué de l'apprendre et de le voir en chair et en os. Lui même a du mal alors cela sera pire pour Charles. « Toi aussi tu m'as manqué et je suis d'accord avec toi, il n'y a rien de plus magnifique que cet instant... à nouveau ensemble. Je t'aime frangin » Il l'aime aussi son jumeau, plus que tout. Il a cru devenir fou de son absence, de ce manque, de ce trou dans sa poitrine qui ne cessait de grandir à mesure que les mois passaient. Mais il c'est consolé de sa présence lorsque la magie de son frère venait lui rendre visite. Il n'en parlait que très peu autours de lui, surtout à ses parents et son ex-femme qui préféraient fermer les yeux sur le mal être d'Adonis et le garder sous leur coupe, comme le fils parfait et le futur mangemort qu'il devait être. Jamais il n'aurait pu survivre à une vie pareille, il ne remerciera jamais assez Charles de l'avoir sauvé. Car il considère que son amant l'a sauvé, même si ils ont depuis ce jour là les mangemorts aux fesses et que si ils peuvent leur mettre la main dessus, alors ils n'hésiteront pas à torturer les deux amants pour l'affront. Il demande à son frère si il a des questions, pour changer de sujet de discussion et puis également car Arès revient dans un monde après quatre années d'absence, tout cela doit lui donner l'impression qu'il y a un changement gigantesque. Surtout qu'il y a la guerre dehors et que leur monde devient de plus en plus dangereux à mesure que les semaines passent. « Tu pourrais me dire un peu ce qu'il en est du Seigneur des ténèbres... ce qu'il en est... est-ce qu'il y a eu des choses que j'ai manqué ? Bien que je sache un peu certaines choses grâce à toi quand j'étais là. Et en parlant de ça, nos parents comptent toujours sur mon engagement... » Il lève les yeux au ciel en entendant la dernière phrase de son jumeau. Évidemment qu'ils comptent sur cela, Adonis a quitté l'engagement familial alors il faut bien redorer le blason des Travers. « Il prend de la puissance de jour en jour. Ainsi que des recrues, ses rangs ne cessent de grossir. Poudlard a subit une attaque il y a quelques jours. Les mangemorts étaient déjà dans nos murs... Je pense sincèrement que nous en avons dans nos élèves. » L'école la plus sure du monde ne l'est pas finalement.


« Au nouvel an Sirius Black et un autre jeune homme ont été enlevés et torturé avant d'être retrouvés quelques jours après. La ministre des affaires moldus a été assassinées ainsi que l'ancien chef du bureau des aurors. Les meurtres... Il y en a tous les jours. Je ne te parle même pas de toutes les familles moldus qui se font attaquer toutes les semaines. » Dit-il en prenant une autre gorgée de son thé. «  Ce que j'aimerais c'est éclaircir ce que j'ai manqué en mon absence... je me sens un peu... largué pour l'instant. Je ne sais plus tellement ou j'en suis depuis mon réveil... tout me semble surréaliste et pourtant tu es là. » Il sourit doucement et hoche la tête. « Je peux juste te dire que la guerre grappille les derniers territoires de sécurité que nous avions. Il prend du pouvoir... Et je sais que tu étais pour sa cause avant l'accident. Je te laisse décider de ton camp mais sache que si tu le rejoins... Nous serons des frères ennemis. Je me suis rangé auprès de l'autre cause pour ma part. » Dit-il avant de fuir le regard de son jumeau. Aussitôt son visage devient plus sombre, il se mord la lèvre. « Ils ont torturés Charles à cause de moi il y a quelques semaines. Car il est un inverti et qu'il est en couple avec un sang-pur. Je ne peux pas être pour le Lord, j'en suis incapable. Ils tuent des enfants, ils tuent des familles entières pour une cause idiote. Le monde que nous connaissons, où nous avons grandis, va disparaître si personne ne l'arrête. Rien ne justifie le meurtre de masse mon frère, pas même notre statut de sang. » Dit-il en relevant le regard vers Arès.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Mer 14 Juin - 18:42

Je demande à Adonis un peu plus d'informations au sujet du Seigneur des Ténèbres, histoire d'être au courant de ce qu'il s'est passé en mon absence. Mes parents m'ont ménagés toute la semaine. « Il prend de la puissance de jour en jour. Ainsi que des recrues, ses rangs ne cessent de grossir. Poudlard a subit une attaque il y a quelques jours. Les mangemorts étaient déjà dans nos murs... Je pense sincèrement que nous en avons dans nos élèves. » Je me mords la lèvre. Je me souviens vaguement de certaines personnes faisant parti des mangemorts ayant assisté à plusieurs rendez-vous donné par le Seigneur des ténèbres alors que j'étais toujours en vie.

« Au nouvel an Sirius Black et un autre jeune homme ont été enlevé et torturé avant d'être retrouvés quelques jours après. La ministre des affaires moldus a été assassinée ainsi que l'ancien chef du bureau des aurors. Les meurtres... Il y en a tous les jours. Je ne te parle même pas de toutes les familles moldus qui se font attaquer toutes les semaines. » Il n'a pas besoin d'en parler... je l'imagine aisément. Je sais que le Seigneur veut frapper sans relâche et ce n'est que le commencement. Je l'informe que je ne sais plus ou j'en suis. Et c'est vrai. Je ne sais plus tellement ce que je dois penser. « Je peux juste te dire que la guerre grappille les derniers territoires de sécurité que nous avions. Il prend du pouvoir... Et je sais que tu étais pour sa cause avant l'accident. Je te laisse décider de ton camp mais sache que si tu le rejoins... Nous serons des frères ennemis. Je me suis rangé auprès de l'autre cause pour ma part. » Je le vois éviter mon regard alors que moi-même j'encaisse la nouvelle. Me retrouver ennemi avec Adonis... ce serait cruel surtout après notre histoire. Je déglutis.

Adonis semble complètement différent et le voir ainsi me donne un frisson. « Ils ont torturés Charles à cause de moi il y a quelques semaines. Car il est un inverti et qu'il est en couple avec un sang-pur. » Mon sang se glace à ses propos. Charles avait été torturé. Je baisse les yeux mal à l'aise. Pauvre Zonko, qui ne ferait pas de mal à une mouche. Il est trop gentil ce mec. Adonis poursuit et je relève la tête. « Je ne peux pas être pour le Lord, j'en suis incapable. Ils tuent des enfants, ils tuent des familles entières pour une cause idiote. Le monde que nous connaissons ou nous avons grandis, va disparaître si personne ne l'arrête. Rien ne justifie le meurtre de masse mon frère, pas même notre statut de sang. » Je croise son regarde à nouveau. Je me mords la lèvre. « Je suis désolé pour Charles... il ne mérite pas ça... je suis sincèrement désolé. » Cela me fait de la peine de l'entendre pour Zonko et aussi pour mon frère qui est très attaché à lui , ils sont faits pour être ensemble. Je me promets de le venger. On ne touche pas Zonko.

Je contemple ma tasse de thé et me perds dedans pendant un moment. Je ne sais plus vraiment ce que je dois faire actuellement et à vrai dire, je n'ai pas envie de réfléchir à la question. « Il me faut un peu de temps... je me doutais qu'il avait grandit..  accumulé du pouvoir et que les attaques avaient forcément continué..  mais, à cet instant... je suis incapable de te dire quoi que ce soit de plus. Je ne sais déjà plus moi-même qui je suis... Je dois déjà retrouvé comment vivre tout simplement avant de me pencher sur le reste. » Je bus une gorgée puis une deuxième. « Tout ce que je sais... c'est que je peux pas et que je ne veux pas te perdre encore une fois » ajoutais-je alors que je croisais son regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   Mar 27 Juin - 2:13

Mon frère
Adar
Il ne cache rien de Voldemort, sachant que son frère était un de ses fidèles partisans lorsqu'il était en bonne santé et qu'il prévoyait ouvertement de rejoindre son armée. Mais Adonis, même si il se considérait comme neutre à l'époque, ne peut plus cacher ses réelles intentions. Il ne rejoindra jamais le camp de Voldemort, plutôt mourir que de se battre auprès d'un malade mental pareil. Il est fou cet homme, dangereux, agressif et sans scrupule. Il s'en prend à tout le monde, les innocents surtout sans parler des enfants. L'école, attaquée sans ménagement alors que personne ne s'y attendait, cette école qui était un havre de paix et de sécurité, le dernier rempart avant le début de cette guerre et voilà qu'elle n'est plus sure à présent. Les élèves sont craintifs, ils ont peur, ils attendent à tout moment la prochaine attaque, priant pour être en sécurité lorsqu’elle viendra. Les professeurs sont préparés, il n'y a plus aucun risque. Même si Adonis connaît ses collègues et surveille deux ou trois professeurs qui sont louches dans leur attitude également. « Je suis désolé pour Charles... il ne mérite pas ça... je suis sincèrement désolé. » Il sourit doucement et hoche la tête. « Je sais. Aucun problème. » Dit-il. Son homme garde un souvenir brûlant de cette attaque, encore effrayé si on rentre à l’appartement sans prévenir et sans s'annoncer. Mais outre cela il va bien, la peur est psychologique c'est tout.

« Il me faut un peu de temps... je me doutais qu'il avait grandit..  accumulé du pouvoir et que les attaques avaient forcément continué..  mais, à cet instant... je suis incapable de te dire quoi que ce soit de plus. Je ne sais déjà plus moi-même qui je suis... Je dois déjà retrouvé comment vivre tout simplement avant de me pencher sur le reste. »
Il hoche la tête, comprenant que son frère doit retrouver ses repères avant de penser à s'engager dans quelque chose. Il peut aussi rester neutre, rien n'empêchera son frère de rester dans son coin et ne pas se mêler à ce qui se passe dans les rues. « Je ne te met pas la pression. Tu as le temps, le choix, tu peux rester neutre mon frère. » Dit-il avec un sourire confiant avant de finir sa tasse de thé et de grignotter un petit biscuit. « Tout ce que je sais... c'est que je peux pas et que je ne veux pas te perdre encore une fois » « Moi non plus. » Avoue Adonis avec un sourire. Tout cela, tout ce chamboulement, est encore tellement soudain et tôt pour lui. Il a besoin de s'y faire, de s'y habituer. Son frère est de retour, bien vivant. Il ne peut pas réaliser si vite que son rêve est devenu réalité. Il est avec son jumeau, la deuxième partie de son âme. Tout est parfait. Tant que la guerre leur laisse un peu de repos, de calme, ils pourront simplement profiter l'un de l'autre sans se poser de question. Puisse la guerre rester loin alors.

FIN

_________________
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hey, ça fait longtemps - Adonis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hey, ça fait longtemps - Adonis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rudy] Oh, salut, ça fait longtemps. [Petramilyyyyyy] 1/4
» Euh...ça fait longtemps que tu es là ? [PV Danny]
» Ça fait longtemps [ Chelsy Foster Maddox]
» Ca fait longtemps (pv Manon) (-16)
» [Journal] Hainoa Stewart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Sixième étage-
Sauter vers: