AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Instant de folie... ou pas... [Severus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Instant de folie... ou pas... [Severus]   Dim 30 Avr - 15:23

Parfois Gwennyn ne supportait pas les bavardages, elle préférait rester seule dans son coin, aussi surprenant que cela puisse paraître pour la plus part des gens qui l'entouraient et la côtoyaient depuis sept ans à présent. Ça arrivait rarement c'était vrai, mais aujourd'hui, elle aurait bien aimé qu'il n'y ait pas cours, comme ça elle aurait pût échapper aux lamentations incessantes de cette fille qui monopolisait la parole depuis plusieurs minutes déjà... Elle avait déjà eut un mal fou à essayer de suivre le cours d'histoire tout à l'heure et même si elle avait espérer qu'elle la lâcherait un peu pendant l'inter-classe, c'était sans compter le fait qu'elle la suive jusqu'en classe de potion...

Elle se plaignait du début à la fin et pour un sujet tout à fait dérisoire et qui, selon l'avis de Gwennyn, ne méritait certainement pas qu'elle se plaigne... Pour être tout à fait franche, elle n'avait pas tout écouté car elle trouvait les lamentations de l'autre fille futiles... D'ailleurs elle ne cherchait même pas à retenir son nom.... En vérité, si elle faisait un condensé de ce qu'elle lui rabâchait depuis plus d'une heure, elle se plaignait d'être trop draguée par les garçons.... En toute franchise, elle aurait bien compris qu'elle se plaigne de ne pas être vue par les garçons, après tout à leur âge, vouloir vivre quelques romances était une chose normale, mais là.... Enfin elle aurait dût se sentir flattée non ?

Ils étaient finalement arrivés devant la porte de la classe de potion et les élèves du cours d'avant sortaient, Gwennyn aperçu Oswin parmi eux et lança distraitement à la jeune femme qui lui rabâchait les oreilles depuis tout à l'heure :

- Il m'a dragué une fois....

- Qui ça ?!!

- Oswin.... Un des sixième année qui vient de passer. Expliqua-t-elle.

- Un sixième année ? Mais il est trop jeune c'est ridicule.

- Je ne crois pas non... L'âge n'a pas d'importance... Pas quand on aime...

Naturellement elle avait bien compris que Oswin n'avait absolument aucun sentiment envers elle mais qu'il avait plutôt sentit le poids de la société qui pesait peut à peut sur ses épaules de jeune homme bientôt adulte... Mais elle pensait malgré tout ce qu'elle disait, d'un terme général. Les moldus disaient que l'amour n'avait pas d'âge et elle avait tendance à penser que tant que ça n'allait pas contre la loi elle était d'accord avec eux.

Les élèves entrèrent dans la classe de potion sans que la fille ne cesse ses bavardages intempestifs. Gwennyn très peu envieuse à l'idée de passer une deuxième heure à l'entendre se plaindre, s'assis à la première place qu'elle trouva à côté de quelqu'un déjà assis afin qu'elle ne puisse pas la coller d'avantage. Mais fort heureusement, l'autre avait déjà trouvé une nouvelle proie apparemment pas plus ravie que Gwennyn de se voir refiler la bestiole. Elle se sentit un peu coupable, mais le cours commençait et elle avait besoin de toute sa concentration pour suivre les instructions du professeur Falconer et ne pas risquer de faire exploser la moitié du château....


_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 195
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Instant de folie... ou pas... [Severus]   Mer 3 Mai - 21:55

“Instant de folie... ou pas...”
Gwennyn & Severus
Jamais au grand jamais, Severus Rogue n’aurait cru qu’il passerait un cours de potions aussi long… et surtout en étant aussi peu concentré sur ce qu’il faisait. Pourtant de la concentration, il lui en fallait pour réussir la potion du jour, l’Amortentia. Machinalement, le Serpent coupait ses ingrédients, écrasant certains, pilant les autres ou hachant, pourtant son esprit était ailleurs. Pourquoi avait-il laissé traîner son oreille autour de la conversation de la rousse des Poufsouffle confiant à son amie que Feuerbach lui avait témoigner un intérêt non désintéressé. Cela l’étonnait déjà de son condisciple d’ailleurs, mais après tout il réalisa bien vite que Gwennyn devait être un parti intéressant pour un sang-pur à la recherche d’une potentielle fiancée. Tout cela devait donc lui paraître normal et pourtant cela raisonnait faussement à ses oreilles. Il poussa un long soupir à fendre l’âme en laissant tomber le premier ingrédient dans son chaudron chauffé à une température parfaite. Vraiment, il donnait de l’intérêt à quelque chose qui n’en avait nullement besoin.

S’infligeant une claque mentale, il se reconcentra sur sa préparation lorsque le professeur Falconer passait devant sa table, un air appréciateur très léger sur le visage. Le vert et argent savait qu’à partir de ce moment, le maître des potions le laisserait tranquille pour le reste du cours et qu’il s’en irait s’occuper d’élève moins… doués dirons-nous. À cette pensée, son regard charbon se dirigea vers la Poufsouffle à côté de laquelle il s’était assis en début de cours. L’idée la plus masochiste du monde et sans doute la pire qu’il ait eu depuis un long moment. En la voyant se battre avec un des ingrédients, il allait lui prodiguer un conseil lorsque ledit ingrédient sauta en l’air sous l’assaut du couteau. D’un geste habile, il arrêta sa course et le tendit à Gwennyn.

« Ecrase la, n’essaie pas de la couper… Oui, c’est pas comme ça dans le livre, je sais. »


Coupa-t-il avant qu’elle n’émette la moindre protestation et retourna à son propre chaudron. Il prit alors conscience que son ton avait été plus sec qu’il ne l’aurait souhaité et s’en mordit l’intérieur d’une joue. Qu’à cela ne tienne, la rousse miserait cela sur le fait que son incapacité en potion l’exaspérait. Ce qui n’était pas tout à fait faux les autres jours, mais dans ce cadre ci, ce n’était absolument pas la raison. D’ailleurs, pourquoi est-ce que ça lui importait autant avec qui la rousse finissait par sortir ou de qui elle tombait amoureuse ? Son cerveau reprit le fil de ses pensées teintées de jalousie alors que ses gestes restaient tout à fait précis et assuré, rien ne trahissant dans son attitude qu’il était la proie d’une telle discussion intérieure. Involontairement, il s’était mis dans un total pilote automatique, sans plus faire attention à l’extérieur et puis de toute façon… il la connaissait par cœur cette potion. Attendez, il avait bien qualifié ses pensées de jalouse ? Mais qu’est-ce qui clochait chez lui ?!

Le Serpentard s’arrêta net dans sa préparation, heureusement au moment où il le fallait, le regard dans le vide et dans une profonde introspection. La jalousie ne lui était pas inconnue, il l’avait souvent ressenti lorsqu’il voyait Lily s’amuser avec les autres Gryffondors, mais c’était purement amical. Au final, qu’elle finisse avec James Potter lui avait semblé tellement naturel que même s’il s’était cru amoureux d’elle, il avait admis l’inverse depuis un moment. Une douce odeur de cannelle émanant de la jeune femme à côté de lui, lui chatouilla agréablement les narines, faisant coulé un frisson le long de son échine. Il appréciait peut-être un peu trop Gwennyn pour lui rester totalement indifférent. Oui, ça devait être ça après tout. Mais cela justifiait-il la jalousie ? Il décida que oui, pour le moment et retourna à sa potion.

Le temps avançait et dans son cerveau en proie à la psychose la plus totale, le jeune homme ressassait les paroles entendues. Gwennyn aurait-elle des vues sur Oswin ? Avait-il bien compris ou la jeune femme ne disait-elle cela que dans le cadre général ? Son estomac se serra douloureusement dans son abdomen, jetant un froid dans son organisme et faisait en sorte qu’il serre les poings sur la table entre deux mouvements dans le chaudron. Non, il ne pouvait admettre que ces deux-là soit ensemble, simplement parce que ça ne collait pas avec ce qu’il observait. Et puis… et puis… L’odeur du parchemin neuf et des livres lui monta au nez et il soupira d’aise, sa potion était réussie. Puis, la cannelle envahi son sens olfactif à la place de l’odeur habituel de cendre et ce fût la douche froide.

Un frisson glacial lui courut sur l’échine lorsqu’il se pencha davantage sur le chaudron pour en sentir à nouveau les odeurs qui en émanait. Il avait fait de l’Amortentia des dizaines de fois, il connaissait parfaitement les odeurs qui en échappait et là, une d’entre elle avait changé et rappelait douloureusement l’odeur qui émanait de sa douce voisine. Il se laissa retomber sur sa chaise et se mit à mordillé nerveusement ses doigts en réfléchissant avec application au problème. Il ne pouvait pas être… quoi que peut-être que… C’était absurde ! Et pourtant, cela n’expliquait-il pas tout ? Cette douce chaleur qu’il ressentait lorsqu’il voyait apparaître la rousse des noirs et ors au détour d’un couloir, la sécurité qu’il l’envahissait lorsqu’elle s’asseyait près de lui, la confiance qu’il lui témoignait naturellement presque depuis le début de leur amitié. Et puis… cette douleur en coup de poignard dans son thorax ce matin, la jalousie qui lui dévorait les entrailles depuis le début de ce cours, cette volonté de ne pas se laisser arracher la jeune femme alors qu’elle n’était qu’une amie… Peut-être était-il temps d’admettre que le terme ami était trop faible pour la vision que son cœur en décongélation ressentait en voyant Gwennyn Ollivander. Néanmoins, admettre tout cela l’effraya au plus au point, nouant sa gorge au point qu’il devait en avoir blêmi d’avantage si cela était possible.

La douleur au bout de son index lui indiqua qu’il venait sans doute de se ronger l’ongle un peu trop avant, chose qu’il ne faisait qu’en cas de stress très intense et qui, à son plus grand malheur, avait attiré l’attention de la jeune femme à ses côtés. Il déglutit difficilement et se saisi de la louche pour remplir un flâcon du contenu de sa potion avant de se lever de sa place.

« Je vais aider les autres… euh… Est-ce que je pourrais te parler… en privé… après le cours bien sûr ? »


Il n’attendit pas la réponse de la rousse et s’en alla remettre son échantillon au professeur Falconer, très satisfait comme toujours, avant d’aller perdre son temps avec les cornichons sans cervelle qui manquait de faire fondre leurs chaudrons.

Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Instant de folie... ou pas... [Severus]   Jeu 11 Mai - 18:53

Toute à ses pensées, Gwennyn avait choisit une place pas trop près du bureau du professeur de potion. C'était qu'elle n'osait plus trop l'approcher depuis qu'elle lui avait donné le philtre d'amour qu'elle avait gagné à la fête des fondateurs. Ca n'était pas qu'elle avait peur de lui, mais elle avait bien vu à quel point il avait semblé mal-à-l'aise alors elle ne souhaitait pas le faire retomber dans un état semblable.

Elle regarda Severus prendre place à côté d'elle, à la fois surprise et pas tant que ça. C'était déjà arrivé depuis qu'il la laissait faire partit de sa vie à l'occasion. Elle ne fit aucun commentaire et sourit légèrement au Serpentard avant de se concentrer sur la potion du jour. Amortentia.... Hum... Voila qui allait lui demander beaucoup de concentration.

Toute son attention était donc fixée sur les instructions qu'elle lisait dans son livre afin de ne pas trop rater sa potion et elle ne remarqua pas que l'attention de son condisciple était d'avantage tournée vers elle que vers sa potion. Franchement, si elle avait fait attention, elle aurait été grandement intriguée parce qu'il fallait beaucoup pour détourner Severus de ses potions... Mais Gwennyn, pas le moins du monde perturbée par sa conversation avec l'autre fille, ne s'intéressait qu'à sa potion sans vraiment voir le temps passer.

Pour le moment, elle pensait se débrouiller plutôt bien. Bien sur, en jetant un coup d'oeil à la potion de Severus, plus avancée et nettement mieux que la sienne, elle constata qu'elle était dans la bonne direction, mais cette maudite fève ne voulait pas céder aux assauts de son couteau d'argent. Elle galérait comme une pauvre maladroite quand l'ingrédient pris la poudre d'escampette pour atterrir dans la main d'un Severus apparemment prêt à l'assaut.

« Ecrase la, n’essaie pas de la couper… Oui, c’est pas comme ça dans le livre, je sais. »


Elle avait à peine eut le temps d'ouvrir la bouche qu'il la reprenait. Apparemment elle était trop prévisible.Mais ça ne la mortifiait pas plus que ça. Plutôt que de s'en offusquer, elle mis le conseil de Severus en pratique. Après tout il était très doué en potion et il aurait été stupide de ne pas écouter son conseil. D'ailleurs, elle remarqua rapidement qu'il avait raison, comme elle s'en doutait, et put ainsi aisément mettre plus de jus que prévu dans sa potion avant de lancer un grand sourire ravis vers le brun qui.... Ne la regardait déjà plus. Qu'à cela ne tienne, elle se remis à sa propre potion sans chercher plus loin. Severus avait ses humeurs et elle commençait à s'y habituer.

Alors que la préparation de la potion lui laissait un peu de répit, Gwennyn en profita pour jeter un coup d'oeil vers celle de Severus et constater qu'elle n'était pas si loin de son résultat. Elle remarqua distraitement qu'il serrait le poing de contrariété à chaque fois qu'il le pausait sur la table et elle se demanda si c'était de sa faute. Peut-être n'appréciait-il pas qu'elle jette des coups d'oeils vers son chaudron pour se rassurer. Elle pris donc sur elle de ne plus tourner les yeux vers le chaudron de Severus, à ses risques et périls.

Mais bientôt elle fut rassurée quand même car l'odeur de l'herbe fraichement coupée, du chocolat chaud, des fraises mûres et de la boutique de son oncle vinrent lui chatouiller les narines, lui tirant un sourire satisfait. Elle fut étonnée de sentir une autre odeur mais sans pour autant parvenir à identifier sa provenance. Malgré tout, elle lui plaisait.

- Ca a marché. Marmonna-t-elle pour elle-même alors que Severus se penchait un peu plus sur son propre chaudron.

Curieuse, elle le vit se laisser retomber sur son siège avant de commencer à se ronger nerveusement les doigts. Elle ouvrit la bouche, toute prête à lui demander ce qui clochait tout en étant incapable de penser qu'il ait put rater sa potion, mais elle referma la bouche sans faire le moindre bruit. Non, elle ne devait pas lui demander. Elle tourna résolument la tête vers son propre chaudron pour en prélever un échantillon. Elle devait laisser son jardin secret à Severus, il lui raconterait s'il décidait qu'il en avait envie.

Depuis un moment déjà, elle avait remarqué que Severus avait tendance à venir vers elle quand elle le laissait décider du moment où il souhaitait sa compagnie plutôt que quand elle la lui imposait. Elle avait rapidement compris également qu'il se refermait comme une huître dès qu'elle était trop intrusive (et la marge était très large) et maintenant elle était presque sur de savoir quand il n'aimait pas tel ou tel sujet.

Malgré tout, elle fini par pauser une main légère sur son bras pour l'inciter à cesser de se ronger les sangs de la sorte. Elle savait bien qu'il n'aimait pas trop qu'on le touche, c'est pourquoi elle avait délibérément visé un endroit recouvert de vêtements, mais tout de même s'il continuait comme ça il allait se manger toute la main.

- C'est pas bon de se manger les ongles. Murmura-t-elle.

Elle savait bien qu'il n'était pas du genre à aimer qu'on lui donne des leçons. Mais elle disait ça pour son bien. D'ailleurs, elle retira sa main presque aussi vite qu'elle l'avait posée pour ne pas l'indisposer d'avantage. C'était une amitié étrange qui la liait à Severus Rogue. Un garçon qu'elle n'avait jamais réellement touché ou même approché de trop près pour lui laisser son espace personnel. Malgré tout, elle se sentait extrêmement proche de lui.

« Je vais aider les autres… euh… Est-ce que je pourrais te parler… en privé… après le cours bien sûr ? »


Gwennyn, occupée à reboucher correctement son flacon, suspendit son geste d'un air surpris, mais déjà Severus s'était éclipsé vers d'autres élèves bien qu'on puisse aisément voir que ça ne l'enchantait pas plus que ça.

Apparemment, il était certain qu'elle accepterait et elle ne voyait aucune raison de ne pas le faire d'ailleurs. Après tout, même s'il était parfois brusque et trop franc, il ne lui avait jamais fait de mal jusqu'à présent. Cependant, elle trouvait son attitude étrange. Il semblait ailleurs pendant le cours, et puis nerveux à se ronger les ongles, pourtant il ne pouvait pas s'inquiéter de sa potion, elle était sur qu'il l'avait réussit... Et puis elle se demandait de quoi il voulait lui parler exactement car il n'était généralement pas du genre à passer par quatre chemins avant de dire ce qu'il avait dans la pensée.

Elle éteignit son feu sous son chaudron et partit rendre sa potion à son tours après l'avoir étiqueté correctement. Elle sourit faiblement au professeur, mais ne dit rien, le laissant en paix. Ensuite elle retourna à sa place et rangea contentieusement ses affaires avant de nettoyer sa paillasse. La fin du cours ne tarda pas à sonner et elle rassembla ses affaires dans son sac avant de sortir de la classe pour attendre Severus juste devant la porte, en face dans le couloir pour ne pas gêner les autres élèves qui sortaient. Après tout Severus lui avait demandé à lui parler à la fin du cours et il ne pourrait pas le faire si elle se sauvait.

- Severus ! Appela-t-elle assez discrètement malgré tout quand elle le vit sortir de la classe. Tu voulais me parler ?

Elle ne savait pas si elle pourrait tenir encore longtemps sans lui poser des tas de questions avec angoisse d'avoir fait quelque chose de travers.

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 195
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Instant de folie... ou pas... [Severus]   Lun 5 Juin - 22:45

“Instant de folie... ou pas...”
Gwennyn & Severus
Severus se serait passé de l’exercice qui consistait à donner des conseils et à tenter de rattraper des potions sur le point d’exploser, mais au moins cela lui permettait de ne pas rester près de Gwennyn et par extension de ne pas de se ronger les sangs plus avant. Surtout qu’en plus son trouble avait été détecter par la Poufsouffle et ça, ce n’était pas souhaitable. Toutefois, il savait d’avance qu’elle ne pourrait résister à lui demander à un moment ce qui n’allait pas. Ce qui somme toute expliquait pourquoi il avait pris les devant en lui demandant un rendez-vous. Non, une entrevue ! Une entrevue ! Une entrevue dont il redoutait amèrement le déroulement et le sujet abordé d’ailleurs. Comment allait-il s’y prendre pour faire comprendre à la jeune femme qu’elle lui était bien plus chère qu’elle ne le supposait ? Elle allait lui rire au nez ! D’abord parce qu’il lui avait bien fait comprendre qu’il la trouvait très naïve et parfois un peu stupide dans sa façon de voir les choses. Ensuite, parce qu’il ne donnait absolument pas l’impression de s’intéresser à qui que ce soit. Et enfin… Elle allait croire qu’il faisait un foutu transfert d’affection sur elle, parce qu’il n’avait pas eu Lily. Ce qui n’était absolument pas le cas, puisque les deux filles étaient diamétralement opposées en tous points ! Non décidément, il inventerait autre chose pour ne pas risquer de perdre l’amitié si précieuse de la rousse. Le risque que tout ceci finisse de façon désastreuse était bien trop élevé pour qu’il s’y plonge. Mais qu’allait-il bien pouvoir trouver à dire à la jeune femme qui soit suffisant pour expliquer son attitude et qui ne paraisse pas être un mensonge ? Là, était tout le problème…

Il allait s’y attaquer lorsque la fin du cours fût annoncée et qu’il dû alors aller ramasser ses affaires pour quitter la salle et vaquer à ses occupations jusqu’au prochain cours et ainsi de suite jusqu’à la fin de la journée. Il ne pouvait pas dire à Gwennyn qu’il avait raté sa potion, c’était une certitude et ce serait même insultant pour lui. Qu’il s’était souvenu qu’il n’avait pas fait son devoir en métamorphose et qu’il aurait voulu savoir si elle accepterait de lui passer le sien ? Non, mais ce serait la pire des injures aussi, lui ne pas faire un devoir des jours à l’avance ? Il ne pouvait pas non plus mettre ça sur le dos des Gryffondors, ces derniers étaient très calmes ces derniers temps. Rien ne tenait la route, absolument rien et de toute façon, le Serpentard n’aimait pas mentir, sauf lorsqu’il y était contraint. Une idée lui vient finalement en tête de simplement avouer qu’il avait entendu la conversation et qu’il souhaitait savoir s’il devait se tracasser d’une possible relation entre elle et Oswin ? C’était plutôt bien, sauf qu’il allait devoir changer de vocabulaire pour ne pas qu’elle ressente l’horreur que cela lui inspirait. S’il ne se contenait pas, il allait respirer la jalousie à plein nez et ce serait encore plus catastrophique. Il ne pouvait pas commettre l’impair de lui demander de but en blanc qui était l’heureux élu de son cœur non plus ! Vraiment, pourquoi est-ce qu’il avait sollicité cette entrevue déjà ? Ah oui, parce qu’une satané potion s’était trouvé la bonne initiative de sentir la cannelle au lieu de la cendre ! Ce qui n’était peut-être rien d’ailleurs, une fausse manipulation ! Ah mauvaise foi quand tu nous tiens… Il savait parfaitement que cette potion était parfaite et qu’elle ne sentait la cannelle que parce qu’il était irrévocablement entiché de la noir et or !

Dernier à sortir, Rogue se fit hélé par l’objet de son tourment et la distance qui le séparait d’elle n’avait jamais autant ressemblé aux neuf niveaux de l’Enfer de Dante. Il n’avait aucune idée de ce qu’il allait bien pouvoir dire à la jeune femme et il se voyait assez mal prendre la tangente ou même lui dire que finalement… il n’avait rien de particulier à lui dire. La distance à parcourir lui sembla finalement fort courte, sans doute à force de trop réfléchir et il se retrouva nez-à-nez avec son amie.

« Euh… oui… oui je voulais mais… »


Mais quoi ?! Eh ben il n’était pas foutu d’aligner deux pensées cohérentes ou de trouver quoi dire. Et avant qu’il ne l’admette à voix haute, Merlin serait de retour d’entre les morts. Et si, il se décidait simplement à dire ce qu’il avait à dire, sans artifices, ni sans tourner autour du pot ? C’était peut-être la chose la plus sensée qui lui soit passé par l’esprit depuis un bon moment. Toutefois, cela relevait d’un véritable supplice que d’aller avouer la possibilité de ses sentiments grandissants à Ollivander. La bouche étrangement sèche, le cœur palpitant à une vitesse improbable au point qu’il se demandait si c’était seulement possible, il remit son sac sur son épaule avant de prendre une profonde inspiration.

« C’est-à-dire que… en fait… voilà… J’ai eu un souci avec ma potion, enfin ce n’est pas vraiment le mot qui convient, mais… Soit, ce n’est pas franchement le truc le plus facile à expliquer… parce que je me l’explique pas moi-même d’ailleurs… Enfin, tu vas trouver ça bizarre, mais… »


Il releva ses yeux qu’il avait baissé pour regarder ses chaussures en se grattant nerveusement le crâne vers la jeune femme qu’il faisait un peu trop languir. Qu’est-ce qui lui prit sur l’instant… S’il devait mettre un mot dessus c’était : stupidité. Au moment même où il avait initié son mouvement, il sut qu’il était perdu et comparable aux cornichons sans cervelles du reste de l’école. Le résultat pourtant fût le plus inattendu. Il avait saisi l’avant-bras de la jeune femme, approchée un peu précipitamment de lui et l’avait embrassé. Malheureusement, bien trop furtivement pour que ce soit tendre, romantique ou passionné, parce que conscient de sa maladresse, il avait reculé dans les secondes suivantes avant de prendre une horrible teinte pivoine.

« Je suis désolé… c’est… c’est sûrement la potion… je… par les chaussettes de Merlin… »


En moins de temps qu’il ne fallait pour dire Quidditch, il avait ramassé son sac tombé au sol et avait fût la scène du crime en se maugréant qu’il n’était qu’un parfait imbécile sentimental de bas étage et sans le moindre tact. Il ne fit même pas attention à où il se rendait, mais fini par atterrir dans son dortoir pour cacher sa honte grandissante.


Nymeria. ♕ gif de ICI ♕ 0000 mots.

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 252
Date d'inscription : 24/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Instant de folie... ou pas... [Severus]   Mer 7 Juin - 18:52

Nonchalamment appuyée contre le mur de pierres qui faisait face à la porte du cachot de potion, Gwennyn regardait distraitement les élèves de son cours sortir plus ou moins précipitamment de la salle de potion. Aucun ne semblait prendre garde au fait qu'elle attendait ici au lieu de s'en aller dans la direction de sa propre salle commune ou de la bibliothèque. Mais après tout, elle ne leur en voulait pas, ca n'était pas eux qu'elle attendait, c'était Severus et il semblerait qu'il ait décidé de sortir le dernier cette fois-ci.

Plus les secondes s'égrainaient, plus elle se demandait de quoi il voulait lui parler exactement et elle espérait qu'il n'allait pas lui reprocher de regarder souvent sa potion. Elle ne le faisait pas pour tricher, non, juste pour se rassurer en voyant qu'elle n'était pas si loin que ça du bon résultat. Mais il n'avait pas l'air fâché pour autant...

Elle n'avait donc aucune idée de ce qu'il lui voulait exactement, mais elle espérait qu'il ne renoncerait pas juste avant de le lui dire. Après tout il avait surement eut tout le temps de réfléchir depuis qu'il lui avait demandé de bien vouloir lui parler après le cours et Severus, quand il réfléchissait trop il n'agissait plus... Comme la plus part des Serpentards d'ailleurs. Et elle aussi parfois.

Mais finalement Severus sortit de la salle de classe, sortant Gwennyn de ses pensées et elle l'appela pour lui faire savoir où elle l'attendait. Il se dirigea vers elle et elle lui trouva rapidement un air un peu perdu, voir même carrément paniqué. Etait-il plus pâle que d'habitude ou bien était-ce à cause du couloir mal éclairé ? En tout cas il semblait vraiment mal-à-l'aise et elle s'en rendit encore mieux compte quand il s'arrêta vraiment très près d'elle.

Severus était un peu plus grand qu'elle et elle fut obligée de lever un peu la tête pour pouvoir le regarder en face, même si elle se sentait un peu intimidée de le voir si près.

« Euh… oui… oui je voulais mais… »


Mais ??... Mais apparemment elle n'aurait pas la suite. Allait-elle le pousser à avouer ce qu'il semblait avoir tellement de mal à lui dire ou bien allait-elle simplement attendre qu'il se décide à enchaîner ? Hum... Autant attendre, il semblait déjà très peu à l'aise dans la situation et si elle le poussait à parler il le ferait surement moins.

« C’est-à-dire que… en fait… voilà… J’ai eu un souci avec ma potion, enfin ce n’est pas vraiment le mot qui convient, mais… Soit, ce n’est pas franchement le truc le plus facile à expliquer… parce que je me l’explique pas moi-même d’ailleurs… Enfin, tu vas trouver ça bizarre, mais… »


Les yeux légèrement écarquillés, la bouche vaguement entre ouverte, Gwennyn essayait vainement de comprendre ce que Severus venait de dire, mais elle n'y parvenait pas. Autant avouer qu'elle n'avait pas pigé une noise de ce qu'il venait de baragouiner....

- J'ai pas compris... Murmura-t-elle timidement.

Etait-ce pour son intervention ou bien simplement parce qu'il en avait envie à ce moment là, Severus, qui fixait ses chaussures, releva les yeux vers elle. Son regard semblait tout aussi perdu que lui... Et puis sans un mot de plus et surtout sans qu'elle comprenne le comment du pourquoi, elle sentit plusieurs événements se produire sans vraiment les voir. Une main saisit son bras, un corps se rapprochait, un visage se penchait vers le sien et une paire de lèvres se pausa sur les siennes. Mais tout aussi vite, Severus s'éloignait, rouge comme une tomate trop mure et lâchait la rouquine comme si elle l'avait soudainement brûlé.

« Je suis désolé… c’est… c’est sûrement la potion… je… par les chaussettes de Merlin… »


La potion ?! Mais avant qu'elle n'ait put réagir, Severus était déjà au bout du couloir après avoir ramassé son sac. Gwennyn, elle, n'arrivait toujours pas à réaliser... Severus l'avait... Il l'avait... Non elle avait rêvé... Pourtant si elle avait bien sentit se bref, furtif, mais réel baiser... Severus l'avait embrassé... Et avait ensuite accusé la potion... Il n'avait pas parlé d'un problème avec la potion ?!

Entendant les autres élèves arrivés, Gwennyn se secoua les puces, ramassa son propre sac qui était tombé au sol sans qu'elle n'y prenne garde et s'éloigna vers sa salle commune encore moitié perdue dans ses pensées. Si jamais elle racontait ça à quelqu'un, personne ne la croirait... C'était certain... Non seulement elle n'était pas connue pour s'intéresser à ce genre de chose, mais en plus le garçon en question n'était autre que Severus... Ce qui rendrait surement encore plus sceptique les plus sceptiques...

FIN

_________________






 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Instant de folie... ou pas... [Severus]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Instant de folie... ou pas... [Severus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A qui veut partager avec moi un doux instant de folie
» La folie des BAM ! [FINI]
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Les Sous-sols :: La salle de potions-
Sauter vers: