AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 love doesn't stand a chance (abi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 149
Date d'inscription : 14/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: love doesn't stand a chance (abi)   Dim 7 Mai - 19:30



Love doesn't stand a chance
Abi & Craig

   
 Il sortait plus avec les filles, Craig. Il avait laissé tomber quand il s'était rendu compte qu'il y avait quelque chose de bien plus amusant que de rester coincé avec la même nana pendant des mois, des années : se sentir désiré, adulé. Voir que les demoiselles le trouvent beau, ont envie d'être avec lui, de le toucher. Tout ces sentiments, toutes ces constatations, le rendent extatiques. Et il y a prit goût, le Keegan, c'est rien de le dire. Et sa réputation, s'éloignant peu à peu de celle du garçon coincé et timide, commençait à partir en ce sens. En celle du jeune homme ayant fini par remarquer son physique plutôt avantageux il y a maintenant quelques mois de cela et ayant décidé d'en jouer pour découvrir les joies de la sexualité et de la prétention. Du coup, personne ne comprenait vraiment ce qu'il foutait avec elle. Abigaelle McFusty. Craig lui-même ne comprenait pas trop ce qui le poussait à rester avec elle. Peut-être avait-il ressenti qu'elle avait quelque chose en plus que toutes les autres élèves niaises et dociles de Poudlard. Fallait dire que la jeune femme était plus fougueuse, pas du genre à se laisser faire. Elle avait un sacré caractère, Abi, et c'était bien ce qui avait attiré Craig, bien content de changer un peu d'ambiance. Et cela faisait maintenant plusieurs semaines que ça durait. Deux, peut-être.
Sauf qu'il se lasse vite, le Keegan. Même avec toute la bonne volonté du monde, il aurait pas pu tenir. Alors, quand une jolie brunette était venue le voir avec des intentions assez claires, il avait pas spécialement réfléchi. Parce qu'il était immature, Craig. Et parce que c'était juste un adolescent bouffé par ses hormones, pensant avec ses attributs -très certainement. Il s'était donc bien retrouvé la bouche collée à celle de cette camarade dont il avait déjà oublié le prénom, son corps se pressant contre le sien, des idées bien précises et peu catholiques en tête. Ses mains quittant ses hanches et sa nuque, il noua ses doigts au sien, un sourire un peu pervers sur les lèvres, et l'avait tirée à sa suite. Pas trop vite, pour ne pas qu'ils paraissent spécialement suspects au cas où un professeur passerait par là (faudrait pas que son image de petit élève modèle se retrouve entachée, fallait pas abuser). Il mena donc sa proie du jour, sa petite-amie bien loin de ses préoccupations -quel petit con- vers le sixième étage, l'endroit où personne ne passe jamais, là où ils seraient le plus tranquille, et il poussa la porte d'une des salles de classe.
Ce coup-là, par contre, il s'y attendait pas. Du tout.
Devant ses yeux ébahis, et ceux de la Poufsouffle toujours collée à lui, se trouvaient Abigaëlle avec un grand garçon blond, avec visiblement dans l'idée une activité plutôt ludique consistant à visiter la bouche de l'autre avec leurs langues. Il n'était donc pas le seul crétin dans l'histoire, Craig. Il était même pas vexé, il éclata juste de rire, attirant finalement l'attention des deux élèves collés serrés, à qui il jeta un regard moqueur, sourcil haussé. « Dis-donc, ça a l'air plutôt sympa par ici, on peut se joindre à vous ? »

   
♡ ♡ ♡
   MACFLY

_________________
So cradle your head in your hands
There's a light at each end of this tunnel, you shout cause you're just as far in as you'll ever be out and theses mistakes you make, you'll just make them again by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 531
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love doesn't stand a chance (abi)   Lun 8 Mai - 22:20


Love doesn't
stand a chance
♦ Craig & Abigaëlle ♦
It’s funny how Things work out, Such a bitter irony, Like a kick right to the teeth. It fell apart, Right from the start, But I couldn’t even see. You got a lot of nerve But not a lot of spine. You made your bed When you worried about mine. This ends now.
Tu sais pas trop comment t'as fini là, dans une salle de classe vide du sixième étage avec un séduisant jeune homme au corps plus qu'attrayant. Paraît que t'as un petit-copain, sauf que c'est pas celui que t'es en train d'embrasser. Non, lui c'est un Gryffondor somme toute charmant qui te tourne autour depuis deux bonnes semaines, et à qui, jusqu'aujourd'hui, tu disais non. Peut-être par éthique – t'es pas célibataire à vrai dire –, ou alors simplement pour te faire désirer, parce que t'adores tout simplement cette sensation. Sauf que là t'as craqué, et vous voilà à vous embrasser passionnément en pensant que vous aurez la paix pour encore un bon moment, parce qu'il est évident que vous n'avez pas l'intention d'en rester là. Assise sur le bureau de la pièce, tes jambes enroulées autour des hanches de ton prétendant, t'oublies complètement que tu sors avec quelqu'un l'autre, le laissant plutôt glisser ses mains sous ton haut qu'il meurt d'envie de te retirer – tu l'sais, tu l'sens. T'as rien contre d'ailleurs, bien au contraire. Il est loin d'être laid, le lion que t'as piégé dans l'but qu'on t'accorde un peu d'attention. Et c'est bien ce qu'il comptait faire, du moins jusqu'à ce que la porte s'ouvre sur deux autres étudiants, dont un que tu connais trop bien.

Trop occupés par cette danse sulfureuse qu'effectuent vos langues, vous mettez quelques secondes à réagir, et lorsque tu te détaches enfin du jeune homme, c'est un rire spontané que tu entends. Tu tournes la tête, et tu peux qu'être surprise en reconnaissant le responsable. Ton petit-ami, justement. Tu ressens aucun honte face à lui malgré les mains du Gryffondor qui sont toujours contre ta peau ardente, notamment parce qu'il semblait lui-même prêt à s'occuper de la même manière avec une demoiselle qui est sans doute tombée pour ses beaux yeux – ou autre chose, en fait – avant de te trouver là, en si charmante compagnie. Sa phrase te fait rire, et sans la moindre gêne tu descends du bureau et, ta main lissant ta jupe, tu souris de toutes tes dents, toute aussi moqueuse que lui, ton regard glissant vers celle qu'il s'apprêtait sans doute à dénuder dans les minutes à venir sans aucune contrainte vis-à-vis de votre relation. Sérieusement, c'est ça un couple ? « Ça serait bien volontiers, mais je pense plutôt qu'on a deux-trois choses à mettre au point, n'est-ce pas ? » T'es même pas embarrassée par la situation qui te semble surtout cocasse, et d'un coup d’œil t'invites le lion visiblement déçu à quitter la pièce. Peut-être qu'il t'en veut de le laisser ainsi en plan, mais pour le coup tu t'en fous. Tu préfères mettre au clair ta relation avec Keegan, quoiqu'y a pas grand chose à dire là-dessus. Vous êtes deux crétins, voilà l'problème. Alors, une fois que vos deux conquêtes ont quitté la pièce, tu reprends place sur le bureau, tes iris encore amusés fixant le bon brun. « T'avais pas non plus l'intention de l'aider dans ses révisions, hum ? » qu'tu demandes en levant les yeux au ciel, soufflant du nez comme si tu riais. Pour le coup, vous avez pas été futés, l'un comme l'autre.
code by lizzou — gifs by Google — 602 MOTS.


_________________

I don't understand how can you look at me like it's nothing. Like I never meant anything to you. Like I was never in your life... But one last time tell me you love me. Tell me you love me. If you don't, then lie. Oh, lie to me, and call it true love.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 149
Date d'inscription : 14/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love doesn't stand a chance (abi)   Mer 28 Juin - 20:13



Love doesn't stand a chance
Abi & Craig

   
C'était censé être quoi, un couple ? S'il se basait sur ses parents, ou sur les jolis petits contes de fées que sa mère n'avait jamais cessé de vouloir lui lire, c'était quelque chose de parfait, un but dans la vie, la finalité d'une ère de solitude et le début d'un bel amour éternel. C'était aussi avoir des enfants, fonder une famille, avoir un foyer, et s'aimer, toujours. Une vision tellement niaise et fleur bleue que Craig ne pouvait pas s'empêcher d'en rire chaque fois qu'il y pensait. A ses yeux, c'était même plus une connerie, ni un mensonge, mais carrément une Utopie. Et c'était pour ça qu'il essayait même plus, Craig. Se mettre en couple, être fidèle, c'était pas son truc.
Et pourtant, il s'était quand même mis en couple avec Abigaelle. Il savait pas vraiment pourquoi. Peut-être parce qu'elle lui ressemblait un peu, qu'ils se comprenaient -en un sens, qu'il savait qu'il allait pas s'ennuyer avec elle. Et fallait dire qu'elle était sacrément jolie, aussi. Ç’aurait été le comble de la débilité que de ne pas l'aborder. Sauf qu'il avait aucun respect, Craig. Il était immature, il avait pas envie de se poser, pas envie d'être amoureux. Alors quand cette jolie brunette était venue le voir, puis avait tenté de le séduire, il avait pas dit non. Absolument pas, même, oubliant presque totalement qu'il avait une petite-amie Dieu savait où dans le château. Il avait donc laissé cette jeune fille l'embrasser, lui avait rendu son baiser avec… Enthousiasme, et l'avait traînée dans les couloirs dans l'espoir de trouver une salle de classe vide afin de passer un peu de temps seul avec elle, et pas pour jouer aux Dames.

Sauf qu'il avait pas prévu ce qui allait suivre. Ouvrant la porte à la volée, adressant un regard lubrique à sa conquête du jour, il allait la traîner à l'intérieur quand il se figea, constatant la présence de sa petite-amie dans une position plus que compromettante avec un Gryffondor blond baladant ses mains partout sur le corps de la jeune femme. Et Craig, ignorant l'air éberlué de la brunette dont il avait déjà oublié le prénom -l'avait-il jamais su ?- éclata de rire, nullement outré, même amusé par la situation. Il savait qu'il aurait dû s'énerver, se vexer, la quitter sur le champs, mais n'allait-il pas lui-même faire la même chose ? L'ironie de la situation le faisait rire. Il n'était pas amoureux d'Aby. Il ne la voyait que comme une amie avec les quelques bénéfices qu'ils avaient eu tous les deux. Il n'y avait aucun sentiment romantique entre eux, et ils le savaient. Il demanda alors si lui et son écervelée du moment pouvait se joindre à Aby et son crétin baraqué. La réponse qu'il reçut le fit sourire d'autant plus. Décidément, ces deux-là était tout, sauf un couple respectant les conventions classiques. « Oui, je pense aussi. Mais ça aurait pu attendre. » Il lui adressa un petit clin d'oeil lubrique, avant de se tourner vers celle qui attendait toujours derrière lui. « Une prochaine fois peut-être ? »

Les deux conquêtes quittant finalement la pièce, Craig alla rejoindre la MacFusty sur le bureau, s'installant à côté d'elle, la regardant avec un petit sourire en coin. « Bien sûr que non. On allait jouer aux échecs version sorcier, elle avait besoin de l'aide d'un dieu de ce jeu, c'ets à dire moi, pour parfaire sa tactique. » Il riait. La situation était tout sauf propice à la joie, et pourtant, comme les deux idiots infidèles qu'ils étaient, ils prenaient ça à la rigolade. « On fait un bien piètre couple, non ? » Et c'était le cas de le dire. « J'étais pas assez satisfaisant pour que tu ailles voir ailleurs aussi vite ? » Il lui fit une moue faussement blessée. Elle savait très bien qu'il ne lui en tenait pas rigueur du tout. Il était pas mieux. »

   
♡ ♡ ♡
   MACFLY

_________________
So cradle your head in your hands
There's a light at each end of this tunnel, you shout cause you're just as far in as you'll ever be out and theses mistakes you make, you'll just make them again by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 531
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love doesn't stand a chance (abi)   Jeu 29 Juin - 19:44


Love doesn't
stand a chance
♦ Craig & Abigaëlle ♦
It’s funny how Things work out, Such a bitter irony, Like a kick right to the teeth. It fell apart, Right from the start, But I couldn’t even see. You got a lot of nerve But not a lot of spine. You made your bed When you worried about mine. This ends now.
Prise en flagrant délit, tu l'es, mais tu t'en moques. La situation est tellement risible pour que tu t'en soucies, préférant lui répondre avec provocation. Il renchérit, l'air lubrique, et tu hausses les épaules, amusé par son clin d’œil auquel tu réponds avec un rictus en coin et deux yeux emplis de luxure. Faut reconnaître que Craig tout comme ton prétendant de Gryffondor sont deux hommes séduisants, bien que ce dernier soit un parfait imbécile, et l'autre un sacré infidèle, qui s'retourne d'ailleurs vers la demoiselle avec qui il comptait te tromper. Tu n'lui en veux pas, à vrai dire tu t'en fous royalement – tu t'apprêtais à faire la même chose. En fait, ça t'fait bien rire tout ça. Et lorsqu'il lui parle en lui parlant d'une « prochaine fois », tu n'peux que pouffer. Pas qu'tu doutes qu'il retournera vers elle lorsqu'il n'aura rien d'autre à s'mettre sous la dent, grand bien lui fasse d'ailleurs, c'n'est pas toi qui vas l'en empêcher. Mais tu trouves la situation cocasse, très drôle. Et tu t'gênes pas pour le faire remarquer aux deux autres élèves qui quittent la salle et laissent le couple que le Serdaigle et toi formaient seul. Couple, ce n'est peut-être même pas le terme approprié.

Tu souris, puis retournes t'asseoir sur le bureau où, quelques minutes plus tôt, tu embrassais langoureusement un autre homme, et où maintenant tu lui poses une question rhétorique totalement stupide. Pour être sûre, peut-être, quoiqu'en fait tu ne doutes pas de ses intentions à l'égard de la brune qui vient d'vous quitter, comme t'es certaine qu'il te répondra avec ironie. C'est c'qu'il fait, lui non plus ne semblant pas gêné, ni même vexé par ton infidélité – rien d'étonnant à cela puisqu'il allait faire de même. « Aux échecs, évidemment. Comment ai-je pu en douter ? » que tu rétorques, toujours avec ce rictus, cet amusement dans les yeux mêlé à une certaine luxure. Faut dire qu'il est beau, le bleu et bronze à tes côtés, indéniablement sexy. C'est peut-être pour ça que vous vous êtes mis ensemble, parce qu'vous avez c'point commun, entre autre. Vous en avez d'autres, mais pour le coup ça n'a pas l'air d'avoir été très utile. Un piètre couple, oui, il a bien raison. « Sur l'aspect fidélité, j'peux pas l'nier, » qu'tu confesses avec un léger rire. Puis, prise d'une envie soudaine d'jouer un peu, d'le provoquer, d'le tester, tu t'tournes entièrement vers lui, en tailleur sur le bureau, et, lui offrant un clin d’œil aussi lubrique que celui qu'il t'a adressé tout à l'heure, tu ajoutes : « Sur les autres par contre... » A croire qu'tu n'penses qu'à ça, c'est presque navrant. Pas qu'il s'en soit déjà plaint, cela dit.

Alors il t'offre une moue blessée, comme si tu l'avais offensé. Un parfait simulacre qui, malgré toi, te donne envie de sourire. Pourtant tu te retiens, et à la place arques un sourcil avec un air vexée et prétentieux – tu maîtrises particulièrement bien ce dernier point. « J'étais pas assez parfaite pour que tu te contentes de moi ? » qu'tu demandes à ton tour. Tu joues bien la comédie, tout comme lui, néanmoins l'absurdité de vos propos est trop alarmante pour que cela puisse être crédible. C'est risible, mais ça t'fait rire, même si tu te contiens. Tu préfères répondre – en quelque sorte – à sa question. T'chercher des excuses, même si c'est inutile, dérisoire. Vous êtes deux imbéciles, voilà la seule explication qu'il y a à donner. « Dire que t'étais mauvais s'rait mentir, alors j'vais rien répondre. Mais t'étais pas là, il m'draguait... » Tu fais un geste de la main, comme si tu chassais une mouche, avec un autre sourire amusé qui montre surtout que tu n'attachais pas la moindre importance à ce que le Gryffondor et toi vous apprêtiez à faire. « Tu vas pas m'en vouloir, t'allais fait pareil. » T'emploies même pas un ton d'reproche, plutôt un ton libidineux et provocant, parce que tu sais que sa brune et lui comptiez faire la même chose que le blond et toi. Deux imbéciles, vraiment.
code by lizzou — gifs by Google — 602 MOTS.


_________________

I don't understand how can you look at me like it's nothing. Like I never meant anything to you. Like I was never in your life... But one last time tell me you love me. Tell me you love me. If you don't, then lie. Oh, lie to me, and call it true love.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
SERDY. - witty, creative, accepting

SERDY. - witty, creative, accepting


Messages : 149
Date d'inscription : 14/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love doesn't stand a chance (abi)   Jeu 14 Sep - 20:44



Love doesn't stand a chance
Abi & Craig

   
 Si on lui avait balancé, quelques jours, ou même quelques heures plus tôt, qu'il allait se retrouver dans une situation aussi étrange et risible, ridicule, même, il aurait sûrement ri, n'y croyant pas une seconde. Okay, peut-être que l'idée de tromper Abigaëlle n'était pas totalement impossible. Crétin comme il était, il lui arrivait souvent de loucher sur les demoiselles qui passait dans les couloirs, celles qu'il trouvait à son goût du moins, et ne prenant pas la peine de se fustiger sur le fait qu'il avait une petite-amie. Il s'doutait bien qu'il avait le comportement et les pensées du pire des cons, mais Craig, il en avait marre de réfléchir et de faire tout ce qu'on lui disait de faire, d'agir selon la normalité, selon ce qu'on attendait de lui. Alors quand la jolie jeune femme était venue l'aborder, il avait hésité qu'une seule seconde avant de la prendre par la main et de l'emmener ailleurs, pour goûter ses lèvres, parcourir sa peau, se laisser porter et ne pas songer aux quelconques conséquences. Ce qu'il avait pas prévu, en revanche, c'était se retrouver comme un con face à sa dite copine, qui n'était pas dans une situation bien mieux que la sienne – au contraire, car le gars qui la tripotait quelques secondes avant était la preuve formelle, en chair et en os, que Craig n'était pas le seul chien de la casse de cette relation pourtant toute nouvelle, et pourtant si peu teintée du moindre amour. Ils étaient ensemble pour dire de l'être, peut-être. Pour entrer dans une certaine case, il en savait rien, mais il s'doutait que leur comportement était certainement pas celui d'un couple modèle. Et là où il aurait dû s'énerver, il riait – pathétique. Ou idiot. Ouais, ils étaient bien deux idiots, deux crétins, qui n'essayait même pas de s'aimer, parce qu'ils en étaient incapables. Ils étaient pas faits pour ça, sans doute trop jeunes, trop amis, qui sait ? Ou alors, c'est juste parce que la belle Serpentarde a un physique a en faire pâlir plus d'une, dégage ce vent de liberté, ce côté sauvage qui n'a fait qu'attiser le désir de Craig pour elle. Et l'attise toujours, mais pas suffisamment pour s'enchaîner à elle comme leur statut de couple aurait voulu qu'il fasse. Qu'elle fasse, aussi. « Toi aussi, tu veux parfaire ta technique aux échecs ? » dit-il sur le ton de la plaisanterie, un sourire au coin des lèvres, mi-sérieux, mi rieur. Cette situation était bien trop fantasque pour être réellement prise au pied de la lettre, mais il perdait pas le Nord non plus, le Craig, et il allait pas cracher dessus si elle suivait son petit jeu. Elle était encore sa copine, pour l'instant, nan ? Son rictus ne se fait que davantage goguenard alors que les mots glissent sur la langue et entre les lèvres de la jeune femme, approuvant le fait qu'ils étaient un couple bien pitoyable – du moins dans le sens fidélité du terme. « Sur les autres, je n'ai personnellement pas à me plaindre, et je pense que toi non plus. » déclare-t-il, la voix un peu plus basse, penchant vaguement la tête sur le côté, ses prunelles dans les siennes, sans se départir de son sourire. « Ouch, bien renvoyé. Touché. » rit-il à sa réplique. Elle a une répartie mordante, il le savait très bien. Abigaëlle, c'était l'vent libertin, l'coeur volage, l'âme sauvage. Elle incarnait la luxure sous toutes ses formes, mais également l'insaisissable. Et Craig n'avait pas assez de patience pour tenter de saisir ce qui était, justement, insaississable. « Je comprends totalement, l'ennui, le manque de ma magnifique personne... » Il rigole, passant une main dans ses cheveux déjà en précédemment mis en pétard par sa presque conquête qui y avait fougueusement passé ses longs doigts fins. « Oh non. Je t'en veux pas. Et toi ? Tu ne veux pas me castrer comme une petite amie possessive et hystérique ? » Sa voix est amusée, et c'est probablement ce qui rend la situation encore plus fantasque. Ouais, décidément, une belle bande de cons. « On fait quoi, du coup, maintenant ? » demande-t-il alors, bien qu'ayant déjà une petite idée de la réponse, et l'anticipant avec une nonchalance presque alarmante pour un supposé petit-ami.

   
♡ ♡ ♡
   MACFLY


HJ: Pardon pour le retard, m'en veux pas trop s'il te plaît :10: :10: :blanc:

_________________
So cradle your head in your hands
There's a light at each end of this tunnel, you shout cause you're just as far in as you'll ever be out and theses mistakes you make, you'll just make them again by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 531
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love doesn't stand a chance (abi)   Ven 13 Oct - 0:15


Love doesn't
stand a chance
• Craig & Abigaëlle •
It’s funny how Things work out, Such a bitter irony, Like a kick right to the teeth. It fell apart, Right from the start, But I couldn’t even see. You got a lot of nerve But not a lot of spine. You made your bed When you worried about mine. This ends now.
La situation est risible, vraiment, mais toi tu la trouves surtout drôle. On pourrait se moquer, certes, mais venant de toi... C'est pas la première fois que tu abandonnes ce mot qu'tu trouves vide de sens, cette prétendu fidélité, pour te perdre dans les bras d'autres hommes, voire de demoiselles. C'est même pas étonnant, en réalité, parce que cela correspond à ton tempérament. Instable, peut-être, mais surtout persuadée que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue si tout n'y est pas tenté. Tout ce que l'on souhaite, tout du moins, et t'envoyer en l'air était bien l'un de tes objectifs de la matinée. La recherche du plaisir – une idée centrale dans ta philosophie. A quoi bon rester sur cette Terre sans chercher par tous les moyens ses limites, son plaisir, ses rires. Aucune utilité, alors toi tu préfères être infidèle – pas qu'tu sois du genre à prétendre être fidèle, cela dit –, et profiter. Quitte à faire croire que c'est pour jouer aux échecs, ouais, même si ce n'est pas crédible. Pour la force, qu'tu t'dis, et ça t'amuse d'autant plus. « Evidemment, » qu'tu rétorques alors, trouvant la situation de plus en plus hilarante. Ridicule, aussi, mais c'est à l'image du couple que vous formez, donc ce n'est pas un drame. Et encore moins lorsque vous jouez au chat et à la souris avec de telles remarques soutenues par des regards qui veulent tout dire. Des adolescents qui ne savent pas se contenir, véritablement. « Oh, disons que moi non plus, dans ce cas. » Et t'gardes ce sourire plein d'provocation au coin des lèvres, comme s'il était naturel lorsque t'es avec Craig – c'peut-être pas si faux qu'ça, en vrai. « Je touche toujours ma cible, tu devrais le savoir, » qu't'ajoutes après son commentaire quant à ta répartie. T'as toujours été douée pour répondre aux autres, sûrement parce que, par fierté, tu refuses de plier face à quelqu'un. Faut toujours que tu tiennes tête aux autres, même pour des absurdités. C'est stupide, mais ça a au moins le mérite de t'avoir exercée dans ce domaine, et tu sais pertinemment que ça te servira toujours.

Assis sur l'bureau, vous discutez comme de amis qui s'amusent alors que la situation est loin d'être aussi banale. Faut dire qu'y en a peut-être pas tant que ça, en vrai, des couples capables d'agir ainsi après avoir pris l'autre en flagrant délit. Deux infidèles qui se sont bien trouvés, ça t'ferait presque rire. C'qui est sûr, c'est qu'tu vas pas te formaliser de c'qu'il vient de se passer, sans doute parce que c'est pas le premier bellâtre à désirer se fondre dans ses bras, et ce qu'importe que tu aies un petit-ami. Disons plutôt prétendu, parce que pour avoir lui aussi décidé – le même jour et en même temps – de s'adonner à quelques plaisirs si délectables en compagnie d'une autre brune, on ne peut pas non plus dire qu'il incarne la fidélité absolue. Disons que vous formez à vous deux un joyeux couple de plaies, c'est plus simple ainsi. « Le manque... C'est ça... Tu devais vraiment beaucoup me manquer, » qu'tu souffles doucement avant qu'il ne se recoiffe. « J'hésite encore un peu... Disons que tu as encore des chances d'être pardonné, » qu't'ajoutes d'une voix libidineuse parfaitement accordée à ces mots si pleins de sous-entendus. C'là qu'il te demande ce que vous faites, parce qu'en vrai vous êtes juste là, comme deux abrutis, à attendre dans une salle de classe vide que le soleil de couche. Sauf que vous avez tous les deux quelque chose en tête, et en cela l'attente peut vite devenir intéressante. « Déjà j'vais te recoiffer, ça sera un bon début, » qu'tu lances avant d't'installer sur ses jambes, les tiennes s'enroulant automatiquement autour de lui. T'souris un peu plus lorsque tes doigts s'glissent dans sa chevelure éparpillée, ton visage si proche du sien que tu sens son souffle sur tes lèvres. Pas qu'l'envie d'te saisir des siennes n'se fait pas sentir, mais t'voudrais qu'il cède le premier, peut-être par fierté. Ou juste pour t'dire qu'il est encore à toi, au moins pour l'instant, et qu'c'est toujours toi qui a l'contrôle. S'il pouvait juste détruire cette si faible distance qui vous sépare, ça s'rait parfait.
code by lizzou — gifs by Google — XXX MOTS.


_________________

I don't understand how can you look at me like it's nothing. Like I never meant anything to you. Like I was never in your life... But one last time tell me you love me. Tell me you love me. If you don't, then lie. Oh, lie to me, and call it true love.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: love doesn't stand a chance (abi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
love doesn't stand a chance (abi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Mangas-Love RPG ♥
» Love et Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Retourneur de Temps :: Dans le passé-
Sauter vers: