AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i don't wanna know who we are without each other (Levode)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 60
Date d'inscription : 13/05/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: i don't wanna know who we are without each other (Levode)    Ven 2 Juin - 18:44

i don't wanna know who we are without each other
Levy & Ode

Y a d'l'orage dans l'air; la peur qui m'cisaille le ventre comme chaque fois que j'anticipe la venue des éclairs qui zèbrent le ciel pour faire tomber les anges d'leur nuage. J'le imagine qui perdent leurs ailes, enflammés par l'électricité dans l'air, jusqu'à ce qu'ils disparaissent dans les entrailles d'la terre. Sauf qu'il y a pas d'anges dans l'ciel - y a rien d'autres que trop d'eau qui va s'effondrer sur l'parc de l'école. La lune est cachée par les nuages, et y a aucune étoile qui trouve son chemin entre la brume tempétueuse. L'couvre feu a pas encore été imposé - les autres dinent; j'imagine juste les conversations, les rires, et l'trop de bruits. Trop d'bruit pour ma tête qui explose à cause de la migraine déjà. Trop d'bruits pour pouvoir le supporter. C'pas la première fois que je rate un diner, c'est plutôt rare d'me retrouver près d'L. pour prendre mon repas. Depuis quelques semaines, c'plutôt trois repas sur cinq que je saute pour me réfugier dans l'herbe du parc.
Il gèle - strangulot - et j'ai encore une fois oublié d'prendre mon écharpe. J'sens bien que je vais finir par m'rendre malade, mais ca compte pas. J'men fous, bien trop peut être. Ca compte pas - ca compte juste le roulé qui s'trouve entre mes doigts. Feuille de Sureau, et d'autres paillettes de fée ou d'lutin. Ca m'fait sourire de fumer c'truc là encore. C'est une des premières drogues qu'on m'a apporté sur un plateau d'argent - aujourd'hui j'claque mon argent pour avoir plus encore.

Ca fait des semaines, que je me retrouve près du Lac Noir au lieu des bancs d'la Grand Salle. C'moins en moins rare que je recherche juste la solitude, à plus supporter d'voir le monde qui s'agite autour d'moi - comme si j'étais déconnecté, que je pouvais pas comprendre c'qui les excite autant. Pourquoi ils parlent autant ? Comme s'ils avaient toujours un truc à dire qui pouvait intéresser les autres. Ca fait pas d'sens, et ça ennuie prodigieusement. C'juste de l'air brassé pour rien faire d'plus que d'oublier qu'ils ont rien à foutre de leur journée qu'de regarder d'autres gens brasser de l'air.
Et parmi cette foule y a Silent.

Silent qui porte aussi bien son nom, qu'je peux lui chanter une Ode quand elle le veut. Cette fille j'lai croisée la première fois pour plus pouvoir me l'ôter de la tête. La première fois j'savais rien d'elle - y a que son regard violet qui m'a vriller le cerveau et fait perdre la tête. Pas d'drogue pour m'rendre High ce soir-là, il a suffit qu'elle s'mette à parler pour qu'mon corps devienne guimauve. Que j'trouve les mots facilement, qu'on fasse connaissance sans s'donner de nom ou autre chose. Qu'on refasse le monde - notre monde - avant de nous y perdre une nuit magique. Magique - j'sens encore l'gout de ses baisers, et de son intimité trop serrée. C'rare que je m'accroche à autant d'détails sans perdre le nord. Ou alors c'que j'ai déjà perdu la tête. Et quand je l'ai croisée à la tour d'Astronomie y a une semaine j'ai juste pas pu l'empêcher - l'coeur qui bat trop vite, et les mots qui s'envolent pour la retenir. J'me suis mis à brasser de l'air aussi. Et y a plus rien qui a eut d'intérêt.
Pas même l'corps de Levy, qui s'est changé en celui d'Silent la dernière fois qu'on s'est amusé, trop high pour s'rendre compte que d'se baiser l'un l'autre ca mener à rien - qu'notre amitié était déjà tellement plus qu'le sexe en rajoutait rien. Et gueule l'nom de Silent a pas empêché Levy d'venir, ou d'commencer à parler. A retrouver ma meilleure amie après des années à éviter l'reste du monde. Ca m'semble des années, c'était peut être moins.

Mais j'sais qu'il y a Levy dans ma vie à nouveau aujourd'hui et j'peux pas être plus heureux d'ca. L. et Levy - Silent dans l'coin d'ma tête qui m'quitte pas. J'attend qu'le Karma me reprenne c'qu'il m'offre avec trop de générosité. J'peux pas juste être heureux, ca serait trop parfait. C'pas pour moi. Et quand j'entends les pas derrière moi, qui s'approche de l'arbre où j'me suis caché, j'reste silencieux, j'attends. Qu'la silhouette s'approche sous les premières lueurs d'lune, quand y a le soleil qui laisse une trace rouge dans l'horizon avant la pénombre. Et toujours l'orage qui rode.
ODE — « Tu saute l'repas aussi Levy ? » Qu'je demande avec un sourire dnas la voix, et sur les lèvres, pour avoir l'attention d'la jeune femme, ravi d'voir qu'il s'agit d'elle. J'lui montre la roulé que j'ai dans la main pour l'inviter à m'rejoidnre. J'écarte les jambes, fait l'signe de venir s'allonger entre elle pour que j'lui tienne chaud. Ou qu'elle m'file un peu d'chaleur. « T'veux t'nourrir d'ma magnifique présence ? J'supporte pas l'monde ce soir mais toi j'peux pas m'lasser de t'avoir contre moi. Viens. » Qu'je glisse plutôt avec trop d'charme peut être. Mais quelle importance vraiment ? Y a qu'nous pour jouir d'la nuit qui s'installe après tout.
ODE — « J'avoue, je me les gèle, tu veux pas venir contre moi pour m'donner un peu de chaleur ? Ou une écharpe si t'en a une ? Même verte, ca m'va j'te jure. »

_________________
destroyed
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 39
Date d'inscription : 24/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i don't wanna know who we are without each other (Levode)    Sam 3 Juin - 6:46

i don't wanna know who we are without each other
Les yeux baissés sur mes mains, je ne fais que fixer les deux cicatrices qui surplombent ma peau dans leur pâleur maladive habituelle. Voilà un moment que cet incident s'était produit, mais ce n'était pas le pire. J'avais choisi de mettre fin à mes jours. Un peu plus d'un mois s'était écoulé depuis cet incident où Regulus m'avait sauvé la vie. Je ne saurais dire pourquoi il l'avait fait d'ailleurs. Qui voudrait sauver une jeune femme aux semblants si mauvais? Ce n'était qu'une façade, mais plusieurs y croyaient. Mes doigts se referment doucement sur mes paumes. Mes paupières se ferment et une larme vient couler sur ma joue. Mon humeur est aussi massacrante que l'orage qui sévit à l'extérieur. À la fois si grande, destructrice et massacrante. Mes ongles viennent à s'enfoncer légèrement dans ma peau alors que mes deux mains forment deux poings. J'en ai tout simplement assez. Je commence à perdre patience dans tout.

Je me suis aventurée seule dans les sous-sols. Étrangement, c'était désert. Il devait être près d'une demie-heure avant le couvre-feu obligatoire. J'étais venue afin de m'enfiler une petite douceur illégale afin de planer le restant de la soirée et de bien dormir. Toutefois, je n'étais pas seule, chose que j'ignorais à ce moment-là. Je me souviens avoir ressenti une main qui se logeait au niveau de ma bouche, la couvrant afin d'éviter un cri d'en sortir. Mon corps avait été poussé brutalement contre un mur proche. Je ne pouvais rien faire contre mon assaillant qui était bien plus fort que moi physiquement. J'ai entendu quelque chose, je ne suis pas certaine. Quelques secondes plus tard j'entends la voix rauque et masculine prononcer les mots ''Petrificus Totalus''. Le sortilège prend immédiatement forme et je suis clouée sur place, incapable de bouger. Je suis coincée. Aucune possibilité de bouger.

Mon coeur bat très rapidement dans ma poitrine à ce moment-là. Je ne peux même pas voir s'il s'agit d'un élève ou d'un adulte. Je sais que c'est homme puisque la suite est évidente... Il s'est bien fait plaisir tout seul avec moi alors que je n'étais pas consentante du tout. Je suis normalement une fille qui aime prendre de temps en temps son pied si elle est bien dans la situation et surtout avec la protection appropriée quand c'est voulu. Je ne pouvais pas bouger de toute la situation. Mon corps était paralysée. Seule dans ma tête, je me torturais mentalement. Je ne pouvais que subire. Chacun de ses assauts aurait pu m'arracher un véritable cri tellement ce n'était pas agréable du tout. Ce fut les minutes les plus interminables de toute ma sainte vie. Lorsque Monsieur eut terminé son petit plaisir, il me laissa simplement là, dans la position dans laquelle il avait terminé et franchement... Autant vous dire qu'elle n'était pas valorisante pour moi. J'allais avoir mal aussi physiquement le lendemain... La seule chose que je me souviens c'est un coup au niveau de la tête qui m'a fait sombrée dans l'inconscience. L'inconnu avait utilisé le sortilège inverse après que je sois inconsciente afin de me libérer des entraves de la paralysie. Je me suis réveillée près d'une quinzaine de minutes plus tard. J'étais en pleurs intensives. Tout mon corps en tremblait. Je voulais hurler. Je suis partie à l'infirmerie à toute vitesse où j'ai expliqué la situation au médicomage. Que voulez-vous d'autre que je fasse, sérieusement?

J'ai découverts aujourd'hui l'horrible secret sur cette situation dont seuls le Directeur et le médicomage sont au courant. Lorsque j'ai commencé à être malade le matin et à me sentir fatiguée, j'ai fais les tests nécessaires et on a osé m'annoncer que j'étais belle et bien enceinte. Je crois que mon monde s'est écroulé à ce moment précis. Je voulais de nouveau mourir. C'est clair. Je ne pouvais pas garder cet enfant, mais si je me faisais opérée... Mon père serait au courant et je serais obligée de lui dire et d'ailleurs mon fiancé allait sûrement me ''tuer'' avec cette nouvelle. Immédiatement, je m'étais enfuie de l'infirmerie à cette nouvelle afin de me cacher. Je n'avais pas été dans la grande salle de la journée. Ni même pour le repas du midi et du soir. Néanmoins, lorsque le soir pointe son nez, je décide de sortir. Je prends sur moi un manteau très épais afin de me protéger du froid. Je mets une tuque sur ma tête parce qu'il fait froid. Je mets mes bottes et j'enfile en dernier mon foulard vert et argent. Je me mets en route vers l'extérieur.

Mes yeux se soulèvent afin de regarder le ciel. Il pleut. J'affiche le premier sourire de la journée. J'adore la pluie, même au risque d'attraper une fichue hypothermie. Je remarque la forme des nuages et je sais que c'est bel et bien un orage qui se prépare. J'en viens à me mettre en marche vers le parc. Cela prend plusieurs minutes avant que j'y arrive. Lorsque j'y suis, je remarque rapidement une silhouette. Je fronce les sourcils. Je m'approche de quelques pas et quel ne fut mon soulagement lorsque je reconnais Ode! Sa voix s'élève dans les airs. Lorsqu'il me montre ensuite ce qu'il a entre les mains et qu'il écarte les jambes, je ne peux pas m'empêcher de le trouver mignon et sympa. Je m'approche donc davantage et je me penche jusqu'à venir poser mes genoux au sol près de lui. Je viens me laisser choir lorsque je suis entre ses jambes. Il me demande si je n'ai pas quelque chose puisqu'il se les gèle. '' - C'est quoi l'idée de sortir à cette température et dans un temps d'orage alors que t'en a horreur justement? '' demandais-je par curiosité. Entre Ode et moi, il n'y a pas trop de cachotteries, mais si là j'ai battu les records avec lui pour moi... Car je ne me sentais pas prête de lui avouer tout ça. Lors de ma tentative de suicide, notre relation n'était pas au meilleur fixe, ce qui ne m'avait pas avancée pour lui parler. Je finis tout de même par lui tendre mon écharpe décorée aux couleurs de ma maison.

Notre relation s'est nettement améliorée lors de notre dernier coup et où il m'a littéralement appelée Silent. Je ne comprenais pas pourquoi il m'avait appelé par le prénom de cette Serdaigle, mais j'avais décidé de ne pas mal le prendre et de lui poser des questions sur elle. À partir de ces moments de confidences, j'avais retrouvé l'homme que je considérais comme mon meilleur ami, le confident que j'aime tant. '' S'pas nouveau d'ailleurs que je saute les repas... Tu m'files un peu de ton truc? '' J'attends qu'il me le donne pour en prendre. Je ne veux même pas penser à ma situation actuelle, mais je ne peux plus passer à côté. Il remarquera bientôt que mon ventre grossi et que je ne pourrais pas le cacher très longtemps. Certaines femmes sont plus chanceuses et ne grossies presque pas... Moi c'est pas le cas. La joie! '' - Ode... faut que j'te parle de trucs importants... J'peux plus garder ça que pour moi... Ça va vraiment finir par me tuer cette fois... Ça me manquera pas...'' Mon ton n'était pas joyeux, bien loin de là. Il savait déjà qu'avec le ton que quelque chose clochait. Je finis par baisser les yeux sur mes mains '' - Déjà que j'pensais que la vie était une saloppe, là je pense que c'est une tyrannique et une sadique. J'croyais avoir touché un certain fond y'a un moment de ça, mais là c'est pire...'' Je suis tellement perdue dans mes pensées que mon réflexe a été de venir caresser l'un de mes poignets où la cicatrice était bien visible, rosée encore parce que cela ne faisait qu'à peine un peu plus d'un mois de cet incident. '' - Je t'ai pas parlé avant, parce que ce qui s'est passé... Bah on était pas en bons termes à ce moment-là donc j'voulais pas venir t'en mettre plein la tête avec mes problèmes. Tout est devenu si noir à ce moment-là que j'ai choisi la facilité... J'étais prête à abandonner. Je l'ai fais. En partie... '' Comment pouvais-je lui annoncer ça autrement? Je savais que cela allait le toucher, mais il ne connaissait pas encore le pire dans mes secrets... Devais-je vraiment aller plus loin ou m'arrêter à ce détail pour le moment? Même mes traits sont tendus par une certaine souffrance intérieure...

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 60
Date d'inscription : 13/05/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i don't wanna know who we are without each other (Levode)    Dim 4 Juin - 21:11

i don't wanna know who we are without each other
Levy & Ode

La peur ca m'tiraille le ventre quand je regarde le ciel qui se recouvre de nuages. Parce que j'ai toujours détesté l'orage; trop d'bruits, de lumière qui zèbre la nuit pour aveuglé les pauvres âmes qu'on est. Dans l'Bayou, les orages c'était du genre à détruire la moitié du paysage comme pour rappeler qu'la nature a plus d'pouvoir qu'on en aura jamais. Même si on s'dit être sorcier et qu'on s'pense invincibles. On l'est juste pas - c'est presque rassurant finalement. D'savoir qu'il y a cette porte de sortie, qu'on peut à tout instant s'rendre à terre. C'peut être ca qui me fait flipper, finalement. C'est de savoir que j'suis pas si invincible, et qui suffirait d'un rien pour m'retrouver à bouffer la poussière et à être plus rien. A plus exister, à m'faire oublier parce que finalement à part s'faire pleurer quelques mois il reste pas grand chose une fois qu'nos proches ont avancé. Rien qui retourne à rien - j'préfère m'oublier dans plus d'drogues pour pas y penser. Le vertige d'une liberté totale, qui s'résigne à être pas importante parce qu'on a pas l'pouvoir de changer les choses finalement. On a juste à subir la seule vie qu'on a pour s'perdre dans le néant à la fin. Génial - souris Ode.
Heureusement qu'il y a des êtres dans c'monde qui nous rappelle que la vie c'est pas si mal. Y a L. qui manque pas d'être la lumière d'ma vie, à m'réchauffer dés que j'reste figé par le monde qui m'entoure. Y a Levy aussi, qui trop d'tendresse me laisse la dépravée parfois, un peu trop souvent sans doute, mais qui revient toujours même si j'sais pas trop pourquoi. J'aurai jamais pensé qu'une fille comme Levy puisse s'amouracher d'un mec comme moi. Pas qu'elle soit amoureuse, ou alors amicalement seulement et ca m'convient bien. J'me suis détournée durant des mois, m'trouvant trop sombre, et elle trop tendre; surtout que je supportais plus d'être vu comme un mec bien alors que je le suis pas. Alors que sans doute je l'ai jamais été. Mais l'amitié avec Levy c'est comme un baume qu'on passe sur des blessures profondes : ca guérit pas mais ça apaise. Alors la voir ca m'fait juste sourire, et j'l'invite à venir contre moi pour pouvoir profiter de sa chaleur.
LEVY — « C'est quoi l'idée de sortir à cette température et dans un temps d'orage alors que t'en a horreur justement? »
ODE — « Ca m'donne une excuse pour me faire réconforter par d'jolie fille ? » Qu'je propose quand elle s'colle contre moi et que je l'entoure d'mes bras. Mais elle est moins chaude que j'pensais alors c'moi qui me retrouve à lui caresser les bras pour d'un peu de friction l'amener à se détendre et à être mieux. Surtout qu'c'est mon rôle j'imagine en tant qu'meilleur ami. C'est c'que sont censés faire ces gens-là. Pas que je sois vraiment connaisseur en matière d'amitié, en réalité j'ai jamais pu vraiment avoir d'amis qui se soient pas terminés en catastrophe. L'dernier qui ait été aussi proche d'moi, après l'avoir drogué et amené dans mon pieu, c'est d'un Oubliette que je l'ai abandonné. Parce qu'un sorcier peut pas juste être aussi proche d'un moldu sans lui dire trop d'vérités. Pas que je sois meilleur pour les dévoiler, cela dit. J'ai parfois l'impression qu'c'est d'un mensonge que Levy se sent proche.

Mais qu'importe, mensonge ou pas, j'me retrouve à apprécier l'temps passer avec elle et c'est trop rare ces derniers temps. La faute à moi, surtout, et fort heureusement pour une fois être dépravé ca m'a ramené dans les bras d'la jeune femme. Même si c'est d'une autre que j'ai gueulé l'nom au moment d'notre retrouvailles.
LEVY — « S'pas nouveau d'ailleurs que je saute les repas... Tu m'files un peu de ton truc? » Si tôt dit, si tôt fait, j'glisse la rouler vers elle pour qu'elle s'en exalte aussi. J'suis généreux, juste pour cela étrangement. Et j'le lui donne sans trop gueuler. J'aime juste pas quand on s'sert sans me demander, comme fait L. trop souvent. Même si L. aussi elle sait que je lui fais la gueule jamais bien longtemps.
LEVY — « Ode... faut que j'te parle de trucs importants... J'peux plus garder ça que pour moi... Ça va vraiment finir par me tuer cette fois... Ça me manquera pas... » J'fronce les sourcils au ton sérieux, et sent qu'mon coeur se sert soudainement. J'déjà du mal à gérer mon coeur meurtri et mon âme qui s'tord de trop de déshumanisé - j'sais pas si je pourrais gérer celle des autres. Surtout que j'aime Levy, autant que j'peux en tout cas avec c'qu'il me reste de sentiment humains, et j'veux pas juste lui montrer que j'suis mauvais pour réconforter les autres. Que j'peux pas les protéger eux, en plus d'tenter de pas trop sombrer moi.
LEVY — « Déjà que j'pensais que la vie était une saloppe, là je pense que c'est une tyrannique et une sadique. J'croyais avoir touché un certain fond y'a un moment de ça, mais là c'est pire... »
ODE — « La vie c'toujours une belle garce, et tant qu'tu peux tomber elle t'fait tomber, Levy. J'crois qu'il y a jamais d'fond, faut juste arrêter d'avoir peur du vide. » Qu'je réponds comme si ca faisait sens, mais ses paroles font écho à trop d'choses que j'vis depuis deux ans pour pas me sentir toucher. Et je pensais pas qu'elle était si mal, elle qui s'trouve toujours être si tendre. J'pensais pas qu'elle était si mal, comme si à force d'me voir trop sombre j'ai l'impression que le reste du monde va trop bien. ET j'suis aveugle à la souffrance des autres, surtout d'la sienne. Parce qu'elle est trop bien pour moi et que j'peux pas croire qu'elle soit pas bien. J'la mérite pas. Simplement, la preuve en est que j'ai pas été là quand elle en avait besoin. Et même si j'suis là maintenant j'suis pas sûre d'être le mieux placé pour elle.
LEVY — « Je t'ai pas parlé avant, parce que ce qui s'est passé... Bah on était pas en bons termes à ce moment-là donc j'voulais pas venir t'en mettre plein la tête avec mes problèmes. Tout est devenu si noir à ce moment-là que j'ai choisi la facilité... J'étais prête à abandonner. Je l'ai fais. En partie... » En partie - j'suis pas un type qui s'targue de faire marcher sa matière grise, encore moins quand je la démonte avec d'la fumée rose qui m'fait voir les étoiles. Et Levy qui parle à demi-mot ca m'fait juste grogner, parce que j'suis frustré d'pas comprendre de quoi elle me parle. Ou de pas voir, de pas vouloir comprendre. Parce que tomber c'est une chose; mais avoir mal c'toujours ressentir qu'on vit. Plus vouloir ressentir du tout, c'pas toucher le fond, c'est juste plus tomber du tout.
ODE — « Parle pas à demi-mot, Levy, j'suis pas connu pour mon sens aiguë de la subtilité. Dis moi juste que t'as fait pour qu'je puisse donner l'impression d'être un bon ami pour toi. » Qu'je dis plutôt en venant caresser ses cheveux, et déposer un baiser sur l'haut d'son front en prenant d'sa main c'qu'elle fume que je reprends entre mes lèvres. « Ou dans l'pire, si j'peux pas t'permettre d'arrêter de tomber, tu sauras qu'on tombe ensemble. »



_________________
destroyed
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: i don't wanna know who we are without each other (Levode)    

Revenir en haut Aller en bas
 
i don't wanna know who we are without each other (Levode)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Girls just wanna have fun !
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» and we don't wanna go home - le 26/01 à 20h15
» [libre] I wanna be, the very best !!
» CBS wanna trade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Parc-
Sauter vers: