AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 352
Date d'inscription : 23/05/2016
Localisation : quelque part dans Zonko, boutique de farces et attrapes

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Dim 11 Juin - 0:27

Il ne pouvait pas croire les rumeurs - ni encore les ignorer. Marchant dans les couloirs de Poudlard après avoir donné un cours de Métamorphoses - il lui arrivait de venir pour quelques heures de cours dans le mois pour apprendre quelques petites choses bien utiles aux étudiants - il recherchait son amant, sondant les visages qu'il croisait comme si Adonis était soudainement à nouveau un simple étudiant. Sauf que ce n'était clairement pas le cas, et qu'il ferait mieux de rechercher un homme grand, musclé, incroyablement séduisant, et qui ferait tourner les têtes. Il ne doutait pas qu'Adonis soit de ces professeurs qui faisaient chavirer le coeur des étudiants, et qui recevait régulièrement des lettres d'amour, même s'il ne les montrait pas à Charles. Ou qu'il ne l'avouais pas directement. Pas qu'il le réfutait non plus - mais là n'était pas la question.
Alors qu'il se trouvait sa boutique la veille, une conversation avait attiré son attention, le rendant plus perplexe que jamais. Apparemment - apparemment - sa jeune soeur avait été vue plutôt proche d'Ares (« à moins que ca soit Adonis, après tout ils sont jumeaux, qui sait lequel des deux c'était »), l'air éméché, et particulièrement heureuse. Le ravissement qu'il retrouva sur le visage de son beau-frère au diner, et qui lui donna une horrible impression de déjà vu. C'était l'air post-coïtale du Travers. Et l'idée ne l'avait pas quitté, lui donnant l'impression que - possiblement - ne pouvant plus se satisfaire de coucher avec lui, Ares avait simplement pris le parti de se retrouver en présence de l'autre Zonko. Sa soeur. Willow. Sa petite soeur.

L'image était inscrite dans son esprit, et il avait besoin de savoir, d'en avoir le coeur net. Sans compter qu'étrangement, cela réveillait en lui des émotions qu'il n'avait pas connu - jamais. L'envie irrémédiable de protéger Willow d'un homme comme Ares qui serait uniquement là pour profiter d'elle sans rien lui offrir. Sauf que Willow était son bébé, sa princesse, le dernier membre de sa famille, et qu'il l'aimait démesurément. Il ne pouvait pas accepter qu'Ares en fasse son nouveau jouet personnel. Il l'avait assez souvent vu faire durant leurs années d'études pour ne pas être dupe. Sans compter qu'il était professeur, et elle étudiante - l'éthique n'était apparemment toujours pas dans les soucis premiers de Travers.
Oscillant entre l'inquiétude, la colère, et l'angoisse, Charles finit par voir la silhouette gracieuse d'Adonis, descendre les dernières marches qui devaient le mener à la Grande Salle pour le déjeuner de midi, et l'arrêtant au passage, il lui attrapa la main pour avoir son attention.
CHARLES — « Est-ce que ton frère se tape ma soeur ? » Demanda-t-il du but-en-blanc sans chercher à dire autre chose. Ils s'étaient croisés le matin au petite déjeuner dans la cuisine de Zonko mais avec Ares entre eux, Charles avait gardé pour lui ses interrogations. « Est-ce qu'il sait au moins que Willow est ma soeur ? Et que c'est une étudiante ? » Continua-t-il, la voix montant en crescendo vers une hystérie qu'il n'arrivait pas à maitriser, et qui allait à l'encontre de la discrétion - en preuve les regards qui commençaient à se tourner vers eux.
CHARLES — « J'ai entendu des étudiantes parler de Willow en affirmant qu'elle était été vue très proche d'Ares, et tu as remarqué son air satisfait hier. J'te jure sur Merlin, Amour, que ton frère a pas intérêt à pratique le coït avec ma petite soeur ! » Qu'il lâche finalement avec plus de colère - et c'était bien la première fois qu'il entrait dans une telle hargne, surtout pour une petite soeur qu'il boudait depuis qu'il avait découvert qu'elle était une loup-garou. Mais il n'y pouvait rien, son amour profondément ancrée pour Willow jaillissait quand il la pensait en danger. Il l'aimait - quoi qu'il se dise - et finalement se fichait pas mal de savoir ce qu'elle était. Elle était sa soeur, simplement.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Ven 23 Juin - 3:48

Are you fucking my sister ?
RP 4
La leçon se termine dan un bruissement de papier, de chaises que l'on pousse et de parchemin qu'on enroule. Il se tourne vers son tableau et d'un coup de baguette, efface la leçon qui était inscrite dessus. Il donne un second coup de baguette et voilà que les parchemins de leçons s'enroulent sur eux même et vont se ranger dans l'armoire de sa salle de classe. Dernier coup et les chaises s'empilent sur les bureaux avant que les derniers étudiants ne sortent, non sans rire et sans envoyer des salutations au professeur. Ce dernier rejoint son bureau et entasse dans son sac des copies à corriger, des parchemins à lire et même un devoir rendu en retard qu'il vérifier avant de le rendre à l'élève en question. Avec une note en dessous de celle prévue normalement, pour faire comprendre qu'on ne peut pas rendre un devoir en retard sans en payer le prix. Satisfait en prend sa sacoche et s'apprête à quitter sa classe alors que doucement la journée se passe et qu'il termine la sienne. Rentrer chez lui retrouver son homme et son frère, rien de mieux pour finir sa journée. Et un bon verre de jus de cerises aussi, ce sera réellement parfait. Et les belles fesses de Charles, détail qu'il oublie souvent, mais cela restera du domaine de ses pensées qu'il refuse de formuler. Mais avant de rentrer chez lui il va manger avec les autres professeurs, car il doit s'entretenir avec le professeur Auditore concernant les cours de duels, il a dans l'idée de faire fusionner quelques cours avec ceux de défense contre les forces du mal. Préparer les élèves, l'idée l'obsède presque depuis la récente attaque. Alors qu'il descend les quelques marches qui lui restent avant d'arriver à la grande salle, il se fait happer par une silhouette qu'il connaît bien et qui lui arrache un sourire. Il s’apprête à saluer son amant avant qu'une question inquisitrice ne lui soit posée. « Est-ce que ton frère se tape ma soeur ? »

« Pardon ?! » Dit-il en marquant un mouvement de recul, sous la surprise et sous l'attaque si soudaine. Il se rend compte que plusieurs regards se posent sur eux, il foudroie quelques étudiants du regard qui repartent sans demander leur reste. Adonis a toujours été un professeur craint. « Est-ce qu'il sait au moins que Willow est ma soeur ? Et que c'est une étudiante ? » « Tu peux parler moins fort ? Non mon frère ne se tape pas ta sœur ! » Dit-il en haussant le ton de la même manière que son amant, sans honte alors que d'autres étudiants se forment autours d'eux. « Allez dans la grande salle, immédiatement ! Le premier qui s'arrête pour écouter devra aller me cueillir de la mandragore dans la forêt interdite de nuit ! » Crache Adonis à l'intention des étudiants, qui sursautent et partent en courant dans la grande salle. « J'ai entendu des étudiantes parler de Willow en affirmant qu'elle était été vue très proche d'Ares, et tu as remarqué son air satisfait hier. J'te jure sur Merlin, Amour, que ton frère a pas intérêt à pratique le coït avec ma petite soeur ! » « Petite sœur que tu ignores depuis des jours je te rappelle ! Tu es bien gonflé de jouer au grand frère protecteur à présent ! » Dit-il en claquant sa langue sur son palais d'un air agacé. « Arès est mon assistant, ta sœur est une étudiante. Tu es au courant qu'ils peuvent tous les deux se faire virer juste parce que tu ne sais pas parler discrètement ?! » Il regard autours d'eux d'un œil noir, les étudiants filent à toute vitesse et bientôt ils ont un peu plus d'air libre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Sam 24 Juin - 10:12

Je vadrouille à droite à gauche dans le château depuis que je suis en poste d'Assistant de mon frère. Je ne participe pas à tous les cours parce que je ne sais pas rester en place. Je suis pire que les élèves et vraiment pas un exemple à suivre. Mais, je ne peux pas rester des heures enfermé dans une salle de cours pour enseigner... pas que ça ne me plaît pas mais j'ai besoin de bouger. Je le fais moins qu'à mon arrivée... participant de plus en plus aux cours mais il m'arrive encore de me promener seul dans mon coin au lieu de rester en classe avec Adonis. Et cette fois encore... je m'étais éclipsé. Soit, je me retrouvais en direction de la grande salle avec Vilde à discuter ou devrais-je dire à jouer. Nous aimions bien ce petit jeu installé entre nous. Cependant, je fus intrigué d'entendre du bruit. Ce n'était pas habituel de voir débarquer des élèves au pas de courses et cela provenait du bruit entendu plus loin. Des cris de ce que je discernais... je reconnais aussitôt les voix de mon cher frère et de Charles. Je me demande bien ce que fabrique Zonko au sein de l'école alors qu'Adonis était sur le point de rentrer. Il ne pouvait pas attendre son retour pour s'engueuler chez lui plutôt qu'à l'école. Je prends congé de Vilde et décide d'aller leur dire de bouger leur fesses de là. Je prends donc la direction des éclats de voix.

Alors que je me retrouve dans le couloir, j'aperçois les deux silhouettes au loin et accélère le pas. Puis, une fois à leur hauteur je lâchais « Non mais sérieux, vous pouvez pas vous prendre le chou ailleurs qu'en plein milieu d'un couloir ? On vous entends jusqu'à l'autre bout si ce n'est jusque dans la grande salle... qu'est-ce qui vous prends à tous les deux de vous donner en spectacle ? » Je les regarde l'un et l'autre à tour de rôle. « Zonko, tu pouvais pas attendre qu'il rentre pour t'engueuler avec ou allez dans une salle de classe vide, je ne sais pas.. mais arrêtez un peu de gueuler, ça serait pas mal... vous allez rameuter toute l'école avec vos conneries. » C'est vrai à la fin... qu'est-ce qui leur prenait de crier de cette façon en plein milieu d'un couloir. Et si j'avais su le pourquoi de cette dispute, je m'en serais peut-être pas mêlé. Mais, n'ayant pas entendu les propos, je ne pouvais pas savoir ce qui se tramait et qu'il s'agissait de moi à l' origine de ces cris insensés. Je croise les bras, attendant une explication de leur part. Et je me demandais bien ce qui pouvait se passer pour que Charles soit de si mauvaise humeur. Il avait l'air vraiment en colère mais je ne me doutais pas que je pourrais être à l'origine de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 77
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Dim 25 Juin - 1:29

are you fucking my sister ?
charles, adonis, arès, willow
••••

Vu que c’la période du mois, j’ai passé ma nuit - et ma matinée - à l’infirmerie. Les autres, sauf Remus, croient que j’ai été à Sainte Mangouste. Voir des proches, malades. Ca, c’est faux, seulement quelques uns le savent et je ne tiens pas à ce que leur nombre augmente. Ils sont trois au sein du château : Remus, Aliénor, et Adonis Travers. C’est largement suffisant. Mais ça ne l’empêche pas de faire des cours sur les loup-garous, et, de les conclure par un habituel ”évitez de sortir ce soir” lorsque la pleine lune approche.
Bon conseil, mais pas prudent du tout. Avec deux loups dans sa classe il devrait éviter ce genre de remarques… même si c’est pour le bien des autres, rouge et or têtes brûlées qui ne rêvent que de briser le plus de règles possible. J’fais pas l’exception, faut l’avouer.
Mais s’il y a un truc que je déteste, c’est que, quand il est sujet d’anéantir un loup, tout le monde parle de l’argent. C’est pas faux. Sauf que, ce qui nous anéantit vraiment, c’est quand les gens oublient qu’en dehors des pleines lunes, nous sommes toujours des humains normaux. Avec leurs émotions, leurs besoins d’amitié, d’amour, de famille et tout le reste.
J’suppose que je devrais le dire un jour, en cours. Pour que les autres cessent de nous fuir quand il finissent par se douter de quelque chose.
Comme ce qu’a fait Charles.
Est-ce qu’il est au courant, ça je n’en sais rien. Et je n’ose pas lui demander, parce que ça ruinerait notre relation déjà trop fragile.
Peut-être déjà ruinée.
C’est avec ces pensées sombres comme souvent après une pleine lune, les membres qui hurlent au supplice que je descends les escaliers pour aller à la Grande Salle. J’ai insisté auprès d’Aliénor que j’pouvais y aller sans problème. Erreur. Gryffone jusqu’au bout… suicidaire, comme je le disais à Arès hier.
Hier… ça me semble si loin. Je n’ai aucun souvenir de la nuit, comme d’habitude, mais mes cernes et mes blessures sont les réponses à mes questions.
J’ai encore plus de brûlures, un peu partout. J’imagine que j’ai dû - que le loup a dû - essayer à tout prix de s’échapper de cette maudite cage, cachée dans les sous-sol de l’Orphelinat pour créatures fantastiques .
J’suis pas si loin de la Grande Salle quand j’entends des cris inhabituels venant de pas loin. Qui déchirent les tympans, pas encore remis des sens exacerbés du loup.
Charles .
J’entends tout depuis le coin dans lequel je me suis glissée pour savoir ce qui se passe.
Et j’ai du mal à comprendre, j’pâlis, quand je me rend compte de quoi il parle.

CHARLES — «...rlin, Amour, que ton frère a pas intérêt à pratique le coït avec ma petite soeur ! »

J’dresse une oreille attentive. Ainsi il s’inquiète pour moi ? J’ai mes poings qui se serrent, j’sens la fureur monter en moi. Il a disparu de ma vie il y a six ans. De nouveau il y a pas si longtemps que ça, depuis qu’il ne donne plus de nouvelle.
J’fais plus attention au reste - ou plutôt j’essaie. J’entends une nouvelle voix se rajouter - Adonis. Grimace. Je sors de mon coin, inutile d’y rester plus longtemps, et c’est là que je croise d’autres rouge et or et je leur emboîte le pas, histoire d’être un minimum discrète. Même si ça ne sert pas à grand-chose, au moins j’écoute pas les autres.

ADONIS –  « Allez dans la grande salle, immédiatement ! Le premier qui s'arrête pour écouter devra aller me cueillir de la mandragore dans la forêt interdite de nuit !  »

Je m’arrête.
Ca me concerne, j’ai bien le droit non ? J’adore ne pas bouger pendant que les autres détalent et je reste là, sans bouger, avant de m’avancer avec un grand sourire, j’regarde Arès avec un sourire vu qu’il est question de nous.
J’ai envie que Charles pète son câble comme je l’ai fait pendant trois semaines. Ou même plus que trois semaines.
J’finis par me planter devant eux.

WILLOW –  « J’suis désolée si c’est pas le moment, mais je voulais juste vous remercier pour hier, professeur »   que j’dis à Adonis, pour faire douter Charles peut-être, même si le Travers sait parfaitement de quoi je parle.
Puis j’finis par me tourner vers Charles, ignorant royalement Arès. J’pourrais capter son regard - glisser ma main dans la sienne ? J’le garde pour la fin, plus tard, si j’ai envie que ça dégénère.
Pour le moment c’est pas le cas.
J’ai une autre carte de prévue.

WILLOW –  « Oh, salut Charles ! J’ai failli pas te reconnaître, depuis le temps. Qu’est-ce que tu deviens ? Tu t’souviens de moi j’espère... »  





••••

by Wiise

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 352
Date d'inscription : 23/05/2016
Localisation : quelque part dans Zonko, boutique de farces et attrapes

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Dim 25 Juin - 22:09

Être frère c'est pas une chose qui semble si facile - et ca l'est pas du reste. C'est que Charles jongle avec trop de sentiments pour savoir sur quoi s'arrêter, sans jamais réussir à rester stable, droit sur ses pieds, à savoir comment agir avec Willow. Il est heureux de l'avoir, il peut pas lutter contre ca - il a rêvé si souvent d'avoir sa petite soeur avec lui - mais la savoir qui cache le secret le plus sombre qui soit, de la savoir maudite, aux poils longs les soirs de Pleine Lune, ca le torture et le rend fou. C'est que maintenant dans les cauchemars qu'il fait, revivant la nuit de l'accident c'est Willow aux dents tranchantes qui lacère le corps de ses parents. C'est une peur enfouit en lui depuis des années, qu'il a jamais cherché à détruire. Sauf que lorsqu'il s'agit de Willow ses réactions sont toujours inattendues, et quand il la pense trop proche d'Arès il peut que lever la voix trop fort de stupeur et de colère.
ADONIS — « Tu peux parler moins fort ? Non mon frère ne se tape pas ta sœur ! »  Pas qu'il ait un jour été discret, Charles. Déjà à l'époque des premières années avec Adonis, les disputes entre eux se faisaient au milieu des couloirs, comme les réconciliations. Sauf que c'était pas forcément bien vu qu'un Travers roule des pelles à un mec, un sang mêlé, et qu'il y a des rumeurs folles qui sont parties de là. Que Charles était épris d'Adonis, qu'une potion d'amour l'avait finalement rendu ivre du sang pur pour toujours, et que le repousser était presque impossible - ce genre de chose qui était presque vrai. Sauf pour la potions. Alors la discrétion, c'est pas une chose qu'il connait ou qui l'inquiète, et même s'il se trouve être un assistant qui donne des cours de métamorphose de temps en temps, il s'inquiète pas du regard des élèves sur lui.
ADONIS — « Allez dans la grande salle, immédiatement ! Le premier qui s'arrête pour écouter devra aller me cueillir de la mandragore dans la forêt interdite de nuit ! »  Il se rend compte à ce moment-là seulement qu'il y a un groupe d'étudiants qui s'est formé autour d'eux, mais lui n'a d'oeil que pour Adonis. Il le voit que lui, et il s'arrête pas même à la présence des autres autour d'eux. Il a cette idée fixe, d'Ares et Willow, ca le torture et le fait rager, l'inquiète beaucoup trop pour eux d'eux qu'il aime trop aussi. Si Willow c'est sa petite soeur, et qu'il se rend compte qu'il l'aime - qu'importe ce qu'elle est - Arès il le connait depuis toujours, et s'il peut plus le désirer, ca veut pas dire qu'il le considère pas comme un frère dans sa famille de détraqués.
ADONIS — « Petite sœur que tu ignores depuis des jours je te rappelle ! Tu es bien gonflé de jouer au grand frère protecteur à présent ! » 
CHARLES — « C'est jamais trop tard pour s'rendre compte de ses erreurs, et ca autorise pas ton frère à jouer les protecteurs de substitutions ! »  C'est pas souvent qu'il répond avec véhémence à la colère d'Adonis - surtout qu'il est autoritaire le professeur, et ils sont pas nombreux à oser lui trouver des puces. La preuve en est des étudiants qui font mine de pas faire attention à eux pour pas se retrouver dans la forêt interdite. Et quand Adonis lui parle, Charles fait pas attention qu'il y a son jumeau qui arrive.
ADONIS — « Arès est mon assistant, ta sœur est une étudiante. Tu es au courant qu'ils peuvent tous les deux se faire virer juste parce que tu ne sais pas parler discrètement ?! » 
ARES — « Non mais sérieux, vous pouvez pas vous prendre le chou ailleurs qu'en plein milieu d'un couloir ? On vous entends jusqu'à l'autre bout si ce n'est jusque dans la grande salle... qu'est-ce qui vous prends à tous les deux de vous donner en spectacle ? »  Il arque un sourcil vers Arès, qu'il foudroie du regard sans même se rendre compte qu'il est injuste - ou qu'il fait pas attention à ce que son amant lui avoue. Il va pas gueuler qu'Ares se fait ses étudiantes - ou porter plainte contre lui ce genre de choses - parce que c'est une histoire entre eux. Parce qu'il va pas impliquer Dumbledore, alors que c'est de sa soeur dont il s'agit. Sa soeur - sa soeur dont il a été cherché les papiers au Ministère, ainsi que la demande pour l'avoir pour Pupille et la sortir de l'Orphelinat où elle se trouvait. Sans rien dire - parce qu'il peut pas se sortir de la tête qu'il la veut avec lui.
ARES — « Zonko, tu pouvais pas attendre qu'il rentre pour t'engueuler avec ou allez dans une salle de classe vide, je ne sais pas.. mais arrêtez un peu de gueuler, ça serait pas mal... vous allez rameuter toute l'école avec vos conneries. » 
CHARLES — « C'est pas comme si t'aimais pas avoir toute l'attention qu'tu pouvais, Travers. » Qu'il lâche avec véhémence - une fois encore c'est pas habituel, et encore moins contre Ares - « Ou que t'aimais pas faire gueuler toute l'école si tu pouvais. » Pas de sens. Pas sûr non plus que ca passait l'idée qu'Ares avait l'habitude à l'époque - déjà - de faire crier le plus de personnes de l'école qu'il pouvait sous ses coups de hanches. Pas que Charles y avait jamais eut droit non plus.
WILLOW — « J’suis désolée si c’est pas le moment, mais je voulais juste vous remercier pour hier, professeur »  Il sursaute à entendre Willow qui tout à coup est à côté d'eux. Et il se radoucit, aussi, oublie un moment de comprendre ce qu'elle vient de dire. Pour hier. Hier - hier c'était la pleine lune, ca le frappe, et il se met à rougir de honte de pas y avoir pensé. Il s'avance d'un pas vers la plus jeune des Zonko comme pour s'assurer qu'elle va bien. Sauf qu'elle le foudroie sur place d'un regard trop glacé, et qu'il a du mal à reprendre contenance.
WILLOW — « Oh, salut Charles ! J’ai failli pas te reconnaître, depuis le temps. Qu’est-ce que tu deviens ? Tu t’souviens de moi j’espère... » 
CHARLES — « J'pourrais jamais t'oublier, Low, tu l'sais bien. J'sais que j'ai pas été au mieux ces temps-ci mais c'est terminé, j'te le promets. » QU'il dit avec de la tendresse dans le regard pour Willow, en espérant se trouver un moment pour être seul avec elle. Mais avant ca - avant ca il doit s'assurer que tous les Travers comprennent qu'il est de nouveau un grand frère pour sa petite soeur. Alors il tourne un doigt menaçant vers Ares, et il se tient plus proche de Willow à présent.
CHARLES — « TOI. T'as pas intérêt à t'faire un chemin dans la culotte de MA petite soeur ou je te jure que je prends tes attributs pour en faire des colliers. Et tu sais que je le ferai ! »


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Lun 26 Juin - 2:19

Are you fucking my sister ?
RP 4
Il n'a jamais aimé se montrer en spectacle. C'est quelque chose qu'il ne supporte pas et lorsque Charles venait chercher des problèmes, lorsqu'ils étaient à l'école, Adonis le faisait taire en l'attrapant par le bras pour l'emmener dans un endroit au calme. Et poursuivre sa discussion loin des regards intéressés car déjà à l'époque, les jeunes filles s'amusaient des ragots qu'elles pouvaient colporter sur Charles et Adonis. Sang pur avec un sang mêlé, pureté contre impureté, Adonis n'y a jamais fait attention mais il faut croire que cela comptait déjà il y a une bonne dizaine d'années. Mais il n'était qu'élève et cela ne comptait pas, ce n'était pas grave qu'ils se disputent en plein couloir. Au pire les groupies guettaient avant de repartir dans leur coin, déçue lorsque les amants partaient se cacher dans une pièce pour terminer leur dispute. Mais aujourd'hui il est professeur et c'est de son frère dont on parle, d'un assistant et surtout d'une étudiante assez mystérieuse pour que les commères cherchent à percer la carapace de Willow. Et Adonis ne le prend pas de la même façon, pire encore il peut menacer ses étudiants autant qu'il veut, il remarque que certain partent se cacher derrière les portes en bois de la grande salle pour écouter encore un peu la dispute et il ne manquera pas de leur faire remarquer plus tard, qu'on ne doit pas écouter aux portes. Mais pour l'heure il se charge de remettre son homme à sa place sans douceur, n'aimant pas de voir que ce dernier ose lui répondre. Depuis quand Charles lui tient tête ?

CHARLES — « C'est jamais trop tard pour s'rendre compte de ses erreurs, et ca autorise pas ton frère à jouer les protecteurs de substitutions ! » « Fallait bien que quelqu'un le fasse. Tu sais quel jour on était hier ? Non j'imagine que non ! » Dit-il avec le besoin farouche de se défendre et surtout de préserver l'honneur de son jumeau qui -pour une fois- n'a rien fait de mal. ARES — « Non mais sérieux, vous pouvez pas vous prendre le chou ailleurs qu'en plein milieu d'un couloir ? On vous entends jusqu'à l'autre bout si ce n'est jusque dans la grande salle... qu'est-ce qui vous prends à tous les deux de vous donner en spectacle ? »  Il se tourne vers son frère et lui offre un regard tout aussi noir. « Arès s'il te plaît, ne t'en mêle pas ! » Dit-il mais peine perdue, il sait que son frère aime bien fouiner et surtout le défendre dés qu'il est pris dans une dispute. Il regarde l'échange entre son frère et son amant sans rien dire, sans bouger mais en jetant des regards noirs aux rares étudiants qui restent. Ils repartent en courant presque, de peur que le professeur leur inspire. CHARLES - « Ou que t'aimais pas faire gueuler toute l'école si tu pouvais. » « T'es mal placé pour parler. » Dit-il de mauvaise foi avant de sourire à Willow lorsqu'elle s'approche avec sa douceur, sa légèreté. Willow qui encore la veille, souffrait de sa transformation. Willow qu'il accompagne, qu'il soutient et à qui il donne des potions anti-douleur qu'il achète lui même une fois par mois.

WILLOW — « J’suis désolée si c’est pas le moment, mais je voulais juste vous remercier pour hier, professeur »  « Ne me remercie pas c'était normal. Tu vas bien ? Tu as besoin de quelque chose ? » Dit-il avec douceur avant de se détourner le regard lorsque Willow balance quelques piques à son frère, sans douceur cependant. Gêné il croise le regard d'Arès, n'aimant pas être au milieu des règlements de compte. C'est quelque chose qui l'a toujours gêné, sans doute reste de son éducation sang-pur où on ne montrait pas ses états d'âmes. Et surtout où on ne lavait jamais son linge sale en public. CHARLES — « TOI. T'as pas intérêt à t'faire un chemin dans la culotte de MA petite soeur ou je te jure que je prends tes attributs pour en faire des colliers. Et tu sais que je le ferai ! » Menace son amant en se tournant vers Arès. « Tu joues au grand frère protecteur maintenant après l'avoir oubliée pendant une semaine ?! Non mais t'es vraiment d'une mauvaise foi accablante Charles ! C'est à toi qu'on devrait transformer les boursouflets pour en faire des pendentifs ! » Dit-il, plus touché par l'idée de défendre Willow que de défendre son jumeau qui peut largement se débrouiller tout seul. Il sait que Arès n'a besoin de personne mais Adonis n'a jamais supporté la mauvaise foi, cela le rend hargneux et Charles le sait très bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Lun 26 Juin - 10:24

Je me fais fusiller du regard par mon frère par mon intervention. « Arès s'il te plaît, ne t'en mêle pas ! » Je regarde Adonis surpris qu'il me regarde de cette manière. « Pas que ça m'intéresse votre dispute mais on vous entends jusqu'à la grande salle... » Je m'interromps en entendant Zonko et tourne la tête pour l'observer. « C'est pas comme si t'aimais pas voir toute l'attention qu'tu pouvais, Travers. » Non d'un Botruc ! Je n'aimais pas comme il me parlait. Je croise les bras. « J'ai changé depuis le temps mais tu sembles trop aveugle pour t'en rendre compte. » rétorquais-je, agacé. « Ou que t'aimais pas faire gueuler toute l'école si tu pouvais. » Je décroise les bras et serre les poings alors qu'Adonis réplique avant moi «  T'es mal placé pour parler » Mais qu'est-ce qui lui prenait à la fin ? Je me retrouve dans la mêlée sans rien comprendre à l'histoire.

« Je peux savoir un peu pourquoi tu m'inclues dans votre dispute ? Qu'est-ce qui te prends Zonko ? » ajoutais-je, d'un ton glacial. Je constate la présence de Willow juste après qui remercie Adonis en parlant d'hier et je me sens totalement perdu par ce qui se passait. Adonis qui discute avec Willow avec douceur puis Charles qui tire une drôle de tête. Willow qui semble connaître Charles et lui demande s'il ne l'a pas oublié. Ils se connaissent ? Première nouvelle ! « J'pourrais jamais t'oublier, Low tu l'sais bien. J'sais que j'ai pas été au mieux ces temps-ci mais c'est terminé, jt'e le promets. » Subitement, il ajoute une menace à mon encontre. « TOI. T'as pas intérêt à t'faire un chemin dans la culotte de MA petite sœur ou je te jure que je prends tes attributs pour en faire des colliers. Et tu sais que je le ferai! » Je réalise à ce moment le lien.. Willow... était le prénom de sa sœur... et elle se trouvait devant moi. Je les regarde tous les trois et je ne suis vraiment pas content que Charles ose me menacer. « Essaie un peu pour voir.. je suis curieux de voir comment tu vas y parvenir.. on joue pas dans la même cour, ne l'oublie pas » dis-je sèchement. Adonis semble vouloir me défendre en cassant Charles mais je comprends mieux. IL ne supporte pas les gens de mauvaise foi. Pour ma part, je ne suis pas très content que tous les deux ne m'ait rien dis. « Et bon sang... ça vous serait venu à l'idée quand de me prévenir qu'il s'agit de ta sœur perdue... je ne savais même pas que c'était elle jusqu'à maintenant alors tes leçons de morale tu te les gardes... compris ?  Et vous me prenez la tête..  mais, je crois qu'avant de jouer les grands frères, il faudrait que tu ouvres les yeux aussi – je jette un œil à Willow en espérant qu'elle comprendra et qu'elle jouera le jeu – ta sœur n'est plus une gamine de 4 ans. Et elle a le droit de décider par elle-même. Je ne suis pas le genre à forcer les gens... tu es placé pour le savoir Zonko, non ? » ajoutais-je, toujours aussi mécontent de m'en prendre plein la figure alors que je n'avais rien fais.

Charles sait pourtant qu'il ne faut pas trop me provoquer au risque de s'en prendre une. Je n'hésiterais pas à lui en coller une et ce même devant Adonis s'il me chauffe un peu trop. Je regarde à nouveau Willow et j'ai une mauvaise idée qui me travers l'esprit. Une idée dangereuse par la même occasion. Je souris en coin et lance «  Tu arrives trop tard de toute façon et comme je viens de le dire... je ne savais même pas que c'était ta sœur. Donc, tu n'as plus ton mot à dire... » Je sifflote et jette un œil à Willow et sans prévenir je l'attire contre moi et l'embrasse avec passion. Je suis complètement taré je le conçois mais faut pas me chercher. Et il pensait qu'on était ensemble et autant aller dans son sens. Il ne me croirait même pas que c'était pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 77
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Mar 27 Juin - 18:44

are you fucking my sister ?
charles, adonis, arès, willow
••••

J'ai les yeux brillants d'un spectateur d'un match de Quidditch qui passe son temps à tourner la tête pour ne rien louper. C'est pas de ma faute si j'adore les disputes, en étant témoin en tout cas. Je les aime moins quand je suis prise dedans et encore moins quand c'est le cas pour rien, exactement comme maintenant où je ne comprends rien à ce qui se passe — absolument rien. J'ai aucune idée de quoi Charles parle, tout ce que je sais c'est qu'il parle de moi à Adonis comme si j'étais pas là et ça c'est quelque chose qui m'insupporte. J'sens la fureur monter en moi à force de les entendre, je rêve ou ils parlent de ma vie sexuelle pour le moment quasi inexistante ? Depuis quand Charles a retrouvé le droit de manipuler ma vie comme il l'entend ? Il l'a jamais eu, et le retrouvera pas. C'est pas parce que j'ai eu le courage de passer la porte de Zonko's qu'il a le droit d'intervenir de nouveau dans ma vie comme si de rien n'était. Surtout après qu'il m'ait laissée tomber une deuxième fois. Parce que c'est le sentiment que j'ai, que j'ai eu. Celui de l'abandon, d'un manque total, quand je me suis rendue compte que personne n'est parti à ma recherche alors que je suis persuadée que c'est ce que j'aurais fait, moi. Mes premiers jours à l'orphelinat je les ai passés sans ouvrir la bouche, me laissant aller dans un trou noir dans lequel je voulais m'enfoncer pour ne plus en ressortir. Je n'étais pas morte et pourtant j'en rêvais, d'être vraiment morte. Je me souviens de m'être recouchée dans mon lit le premier soir, les bras en croix comme ceux des morts, fermant les yeux en priant de ne plus jamais avoir à les ouvrir.
J'étais un désert. Aride. Mort. J'comptais les jours dans l'espoir d'avoir du nouveau, en général fouiller dans les secrets du Ministère, c'est long. Mais au bout d'un mois, le soir de ma première transformation j'ai abandonné.
J'ai finit par me rendre compte que mon frère m'avait abandonnée.

ADONIS — « Petite sœur que tu ignores depuis des jours je te rappelle ! Tu es bien gonflé de jouer au grand frère protecteur à présent ! »
CHARLES — « C'est jamais trop tard pour s'rendre compte de ses erreurs, et ca autorise pas ton frère à jouer les protecteurs de substitutions ! »

Si, Charles, c'est trop tard quand ça vient pas au bon moment, c'est trop tard quand on fait l'erreur, c'est trop tard quand on brise ses promesses. C'est ça que j'ai envie de lui hurler mais à ce moment là j'suis encore trop loin d'eux quand je les entend parler. En deux secondes je suis là, au milieu du combat et j'en rajoute une couche. Quand je parle à Charles je me retiens pas, je vais continuer à ne pas me retenir. Tant pis pour lui. Il l'a cherché. T'avais promis, Charles. T'avais promis de jamais me laisser tomber. Malgré tout j'suis contente, la phrase à double sens que j'adresse à Adonis fonctionne, et j'le vois pâlir, j'ai un sourire victorieux que j'ai du mal à retenir. Son visage change, j'ai les yeux qui brillent un peu plus. Je sais pas ce que je suis devenue, tout ce que je sais c'est que le loup m'influence et que j'ai une douce folie vengeresse qui commence à monter. Fais gaffe, Charles. Quand on m'énerve, je mords, et je mords bien. Fort. Là où ça fait mal, comme Greyback l'a fait avant.
Mais avant ça c'est Adonis qui répond, et lui j'peux pas me permettre de lui hurler dessus. J'ai pas de raison pour le justifier après tout, même si là j'ai qu'une envie, c'est de hurler sur le monde.

ADONIS —  « Ne me remercie pas c'était normal. Tu vas bien ? Tu as besoin de quelque chose ? »

J'secoue la tête. La seule chose dont j'ai besoin c'est de laisser sortir ce que j'ai sur le coeur. La preuve que c'est pas l'argent qui neutralise les loup-garous, mais bien qu'on nie qu'ils soient toujours humains en dehors des pleines lunes. Et Adonis c'est le seul de ceux qui savent qui le fait, ou presque. Y'a Remus aussi, mais c'est pas pareil.

WILLOW –  « Y'a peu de gens qui le feraient pourtant. » True story. Même mon propre frère n'en serait pas capable, qu'il dise le contraire ou non. « Mais ça va, j'ai l'habitude. Ca va passer. J'irai mieux demain. »

Et y'a intérêt parce que je peux pas me permettre de louper un deuxième entraînement, comme celui que j'ai complètement oublié le jour où j'ai mis les pieds dans la boutique de mon frère. Le Quidditch c'est une des seules choses qui m'ont aidée à tenir pendant six ans, et c'est hors de question que je me fasse virer de l'équipe.

CHARLES — « J'pourrais jamais t'oublier, Low, tu l'sais bien. J'sais que j'ai pas été au mieux ces temps-ci mais c'est terminé, j'te le promets. »

C'était la phrase à ne pas dire. J'te le promets . J'explose.

WILLOW –  « Ah ouais ? Et me laisser moisir dans un orphelinat pourri avec des vampires, des vélanes qui ont mal tourné, des demi géants qui cherchent qu'à tabasser le monde, des accrocs au venin de vampire c'était quoi ? Si on m'avait annoncé ta mort sans présenter de corps, moi j'aurais retourné tous les papiers de ce ministère de bouse d'hippogriffe, jusqu'à y entrer par effraction si ils continuaient à refuser de me dire la vérité ! C'est la deuxième fois que tu me laisse tomber et volontairement cette fois, comment tu veux que je te croie ? »

Je m'en fous qu'il y ait des gens dans le couloirs. Je m'en fous qu'Arès et Adonis soient avec nous — de toute façon ils l'auraient été, vu qu'apparemment leur vie c'est une coloc' à quatre dans l'appart au-dessus de la boutique. Je m'en fous de tout, j'ai juste envie d'exploser. Que les rumeurs aillent se faire foutre en Albanie.
Puis je le vois se tourner vers Arès. Et manque d'éclater de rire.

CHARLES — « TOI. T'as pas intérêt à t'faire un chemin dans la culotte de MA petite soeur ou je te jure que je prends tes attributs pour en faire des colliers. Et tu sais que je le ferai ! »
ARES — « Essaie un peu pour voir.. je suis curieux de voir comment tu vas y parvenir.. on joue pas dans la même cour, ne l'oublie pas »
ADONIS — « Tu joues au grand frère protecteur maintenant après l'avoir oubliée pendant une semaine ?! Non mais t'es vraiment d'une mauvaise foi accablante Charles ! C'est à toi qu'on devrait transformer les boursouflets pour en faire des pendentifs ! »

Je les laisse parler, ou plutôt se crier dessus même si j'ai qu'une envie, c'est de leur rappeler que je suis là et que c'est de moi qu'on parle. Arrêtez de parler de moi comme si j'étais pas là. Mais j'préfère me taire, j'attends la suite. Avec impatience faut l'avouer.

ARES — « Et bon sang... ça vous serait venu à l'idée quand de me prévenir qu'il s'agit de ta sœur perdue... je ne savais même pas que c'était elle jusqu'à maintenant alors tes leçons de morale tu te les gardes... compris ?  Et vous me prenez la tête..  mais, je crois qu'avant de jouer les grands frères, il faudrait que tu ouvres les yeux aussi.  Ta sœur n'est plus une gamine de 4 ans. Et elle a le droit de décider par elle-même. Je ne suis pas le genre à forcer les gens... tu es placé pour le savoir Zonko, non ? »

J'ai les bras croisés, les sourcils froncés pour essayer de suivre. Attentive j'croise les yeux d'Arès et je finis par comprendre, moi aussi j'ai joué à ce genre de choses, en mission une fois pour débarrasser un ami d'une fille un peu trop collante. Faire semblant c'est mon domaine. Le bluff faut savoir le manier, quand on a des choses à cacher. J'lui adresse un sourire reconnaissant, ravie que l'un d'eux pointe le vrai problème. Je n'ai plus six ans. Même si j'ai toujours les mêmes cauchemars, les mêmes peur parce que j'ai fini par ne plus avoir personne pour m'aider à les dompter, j'ai dix-sept ans et je fais ce que je veux.
Surtout quand ça concerne mes sentiments et mon corps.

ARES — «  Tu arrives trop tard de toute façon et comme je viens de le dire... je ne savais même pas que c'était ta sœur. Donc, tu n'as plus ton mot à dire... »

Et moi je suis prête à jouer. J'ai à peine le temps de me tourner vers lui et comprendre ce qui se passe quand ses lèvres s'écrasent sur les miennes. Godric, il embrasse bien. Et j'peux pas nier que ça me fait rien. J'ai pas envie que ça s'arrête, j'ai mon coeur qui se met à battre beaucoup trop vite.
Waouh !
Je peux pas nier non plus que je l'ai jamais épié, envie d'en savoir plus. Il m'a toujours intriguée et je dois avouer que ça, j'en ai rêvé quelques fois. Je m'éloigne quand j'ai plus d'air, les joues en feu, et je lui murmure à son oreille pour montrer que j'suis pas si stupide que ça et que j'ai compris ce qu'il a en tête.

WILLOW –  « Bonne idée, l'coup du baiser. »




••••

by Wiise

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 352
Date d'inscription : 23/05/2016
Localisation : quelque part dans Zonko, boutique de farces et attrapes

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Sam 1 Juil - 1:56

ADONIS — « T'es mal placé pour parler. »
ARES — « Je peux savoir un peu pourquoi tu m'inclues dans votre dispute ? Qu'est-ce qui te prends Zonko ? »
C'est que ca crie, et ca gueule dans les couloirs de Poudlard. Y a les trois pseudo-professeurs accompagnée de la belle Willow - chère Willow que personne peut se targuer connaitre parfaitement - qui se crient dessus comme des Scrout à Pétard. Ca pète, de tous les côtés, et y a pas un gamin à Poudlard qui soit pas intrigué. Si ce n'était pas la menace du Professeur Travers de finir dans la forêt interdite, Charles doute pas qu'ils seraient au centre d'un cercle de vrais curieux, les observant comme s'ils étaient la dernière nouveauté de sa boutique de farce et attrape. Ca le dérange pas, du reste, d'être au centre de l'attention, il y est habitué, de toute façon, et il est trop concentré sur ce qu'il y a devant lui pour se formaliser de la réaction des autres autours. D'autant qu'il y a sa petite soeur qui s'approche, et que son coeur manque un battement. Il a merdé, avec Willow, et Adonis cesse pas de le lui répéter, il le sait. Et quand il s'en excuse, il voit qu'elle rougit de colère, se mord la lèvre quand une vague de culpabilité le saisit violemment.
WILLOW — « Ah ouais ? Et me laisser moisir dans un orphelinat pourri avec des vampires, des vélanes qui ont mal tourné, des demi géants qui cherchent qu'à tabasser le monde, des accrocs au venin de vampire c'était quoi ? Si on m'avait annoncé ta mort sans présenter de corps, moi j'aurais retourné tous les papiers de ce ministère de bouse d'hippogriffe, jusqu'à y entrer par effraction si ils continuaient à refuser de me dire la vérité ! C'est la deuxième fois que tu me laisse tomber et volontairement cette fois, comment tu veux que je te croie ? » Il reste figé, se disant bien qu'en vrai c'est pas juste son dernier silence qui a blessé sa soeur. C'était déjà avant qu'elle le tenait pour responsable de plus de vices. Alors elle le dit enfin - qu'elle lui en veut de pas être venu la chercher en premier lieu. Sauf qu'elle, c'est la Gryffondor, et qu'elle a toujours vécu d'imprudence et d'aventures. Alors qu'étrangement, lui le Serdaigle a toujours vu l'réel comme trop terre à terre. QUand on lui dit que sa soeur est morte, il comprend que sa soeur est morte, va pas croire que le Ministère a pu la lui retirer parce qu'elle était devenue une lycanthrope. C'était trop irréaliste, et lui était trop brisé. D'autant que c'est pas juste les membres du Ministère, mais tous les médicomages, et même Zack Aasen qui le lui ont répété. Il l'avait enterrée - Merlin - et fleurie sa tombe tous les ans depuis.
CHARLES — « J'aurai jamais pu croire que t'étais encore en vie quand on m'a fait pleurer devant ta pierre tombale une fois que j'ai mis nos parents à Sainte-Mangouste pour qu'ils perdent toujours plus la tête. C'est toujours toi qui avait le plus de foi en la vie, Willow. Et je sais que j'ai pas les réactions qu'il faut, mais j'abandonnerai pas. Tu peux ne pas me croire, mais ta confiance je me battrais pour l'avoir de nouveau. »  C'est qu'entre eux que ca se passe ce moment-là. Il voit qu'elle, ignore même la présence de son amant et de son beau-frère pour plonger tout ce qu'il a de sincérité dans le regard de sa petite soeur. Il a été le pire des frères, il le sait, mais y a rien dans la vie qui soit pas réparable - ca aussi c'est leur père qui le disait.

Sauf qu'il veut pas voir Ares qui joue avec Willow. Il l'a déjà vu faire trop de fois, et il sait pas c'qu'il prévoit pour elle. Mais Ares c'est un joueur - et tant mieux pour lui - qui donne pas son coeur à quiconque, et Charles le sait bien. C'est aussi pour ca qu'il le désirait autant. Alors il le menace d'le zigouiller si jamais il s'en prend à Willow.
ARES — « Essaie un peu pour voir.. je suis curieux de voir comment tu vas y parvenir.. on joue pas dans la même cour, ne l'oublie pas »
ADONIS —  « Tu joues au grand frère protecteur maintenant après l'avoir oubliée pendant une semaine ?! Non mais t'es vraiment d'une mauvaise foi accablante Charles ! C'est à toi qu'on devrait transformer les boursouflets pour en faire des pendentifs ! »

CHARLES - « Tu serais triste d'me voir les perdrais mes boursoufflets amour dis pas le contraire ! » Qu'il lance en lançant un regard lubrique vers Adonis, comme pour lui dire que lorsqu'il s'agit de ce genre de sujet-là, il est pas crédible. Qu'il l'aime trop entier, le sexe de Charles, pour même vouloir lui faire bouffer sa connerie en le lui arrachant. « C'est pas de la mauvaise foi, c'est une erreur. Tu sais, la majorité des humains en font, mais t'es sans doute trop bien pour connaitre ce genre de chose Adonis. » cette fois il s'agace de se voir toujours renvoyer à ce qu'il a fait de pire. Il sait - IL SAIT - qu'il a pas été au mieux, mais c'est pas souvent qu'Adonis le lui renvoie autant dans la gueule sans lui dire pourquoi. Qu'il fasse des erreurs est une chose, et Charles avait la propension d'en commettre des mémorables, mais il sait aussi comment s'faire pardonner. Après tout il avait trompé Adonis, avant de lui demander de lui faire confiance. Il l'avait repris, non, s'il le regrettait d'être avec un type qui a ses défauts, autant qu'il fasse demi-tour.

Mais la colère c'est une chose qui électrise surtout l'espace entre eux, jusqu'à ce que ca soit Ares qui explose à son tour, surprenant le sang mêlé qui s'tourne vers lui en haussant les sourcils.
ARES — « Et bon sang... ça vous serait venu à l'idée quand de me prévenir qu'il s'agit de ta sœur perdue... je ne savais même pas que c'était elle jusqu'à maintenant alors tes leçons de morale tu te les gardes... compris ?  Et vous me prenez la tête..  mais, je crois qu'avant de jouer les grands frères, il faudrait que tu ouvres les yeux aussi, ta sœur n'est plus une gamine de 4 ans. Et elle a le droit de décider par elle-même. Je ne suis pas le genre à forcer les gens... tu es placé pour le savoir Zonko, non ? »
CHARLES - « Justement j'suis bien placé pour savoir c'que tu aimes dans l'sexe facile, Ares, et c'est pas ce que je veux voir pour ma soeur perdue retrouvée comme tu dis. Pas de leçon de moral, pour le coup, t'sais comment j'ai aimé savoir qu'avec toi ca s'rait sans lendemain. Juste une menace qu'en brisant ma soeur c'ta mâchoire que tu vas voir briser aussi. » Qu'il répond, en foutant ses boursoufflets aussi. Et Willow ca a été son secret durant longtemps, assez pour que même Adonis sache pas qu'il avait une petite soeur avant leurs retrouvailles, et que Charles lui explique pourquoi il était parti en premier lieu. Alors Ares, ces dernières semaines, il avait juste pas pensé à le mettre au courant.

Sauf qu'il le regrettera, quand y a son beau-frère qui lui lance un regard qui fait frémir Zonko. Il reconnait cette lueur de malice qui joue dans les reflets de ses orbes magnifique. C'est qu'il a une idée, et qu'il va la mettre à exécution.
ARES — «  Tu arrives trop tard de toute façon et comme je viens de le dire... je ne savais même pas que c'était ta sœur. Donc, tu n'as plus ton mot à dire... » Et il l'embrasse. Charles reste comme un con, la bouche ouverte à plus savoir quoi faire. Il l'embrasse au milieu d'la foule - qui est plus si grande maintenant que les étudiants sont allés à table - à pleine bouche et elle se raccroche à lui aussi. Ils sont… Ils sont étranges. Mignons, mais étranges, et Charles attend juste que ca se termine, cette histoire. Jusqu'à ce qu'ils se séparent pantelant, tous les deux.
CHARLES — « J'ai mon mot à dire parce qu'elle est encore élève ici, et toi professeur. Et que j'ai les papiers du Ministère pour qu'elle redevienne une Zonko. » Qu'il dit finalement, en prenant dans le sac qu'il tient les papiers en question, se tournant vers Adonis : « J'sais que tu penses que je suis le pire des frères, mais tu sais que j'ai toujours à coeur à réparer mes conneries. Je l'ai fait avec toi après avoir baisé ton frère, et je crois pas m'en sortir si mal pour être à la hauteur d'tes sentiments pour moi. » Qu'il dit avant de regarder Willow. « J'voulais t'en parler plus tard, ou … je sais pas, mais c'est chose faite maintenant. Alors si tu veux bien pardonner à un crétin de froussard, je serais en sorte d'être le Grand frère qui aurait dû être là pour toi tout ce temps. Et si j'peux pas effacer le tord que le Ministère nous a causé, j'peux au moins faire en sorte que t'en sois plus prisonnière. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 16/05/2016
Localisation : Dans les couloirs de l'école

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Mer 5 Juil - 2:52

Are you fucking my sister ?
RP 4
Ca fuse si vite, de tous les côtés si bien qu'il a l'impression d'être devant un match de Quidditch. Gauche, droite, devant lui, son amant qui se retient d'insulter et d'invectiver le monde entier, son frère qui n'arrête pas de piquer aussi et Willow, qui semble au bord de l'explosion tant ses jointures sont blanches à force d'être serrée. Adonis n'aime pas vraiment les disputes, ça le met toujours mal à l'aise et surtout il n'aime pas étaler son linge sale en public mais à ce moment, apparemment, personne ne semble décidé à se taire et à régler ça loin des oreilles indiscrètes. Il écoute son amant menacer son frère jumeau et ne se retient pas pour lever les yeux au ciel. Charles, bien gentil son homme mais devant Arès il n'aura jamais aucune chance, son frère est maître dans l'art du combat et surtout de distribuer des mandales à la pelle. « C'est pas de la mauvaise foi, c'est une erreur. Tu sais, la majorité des humains en font, mais t'es sans doute trop bien pour connaitre ce genre de chose Adonis. » Lui rétorque son amant lorsque Adonis ne se gêne pas pour lui rappeler qu'il a lâchement abandonné sa sœur. Adonis jette un regard noir à son amant mais ne dit rien, préférant rester en retrait alors que tout ceci prend des proportions qui ne lui plaisent pas. Il baisse la tête lorsque Willow attaque Charles elle aussi, pestant entre ses lèvres de toute la colère qu'elle n'a jamais pu exprimer.

Il ne dit rien, se mord la lèvre mal à l'aise en laissant la jeune fille parler et s'exprimer enfin car elle en avait sur le cœur, il le sait pour avoir parlé avec elle plusieurs fois et pour avoir compris que si elle avait été transformée, elle n'en restait pas moins en colère contre les siens. ARES — « Et bon sang... ça vous serait venu à l'idée quand de me prévenir qu'il s'agit de ta sœur perdue... je ne savais même pas que c'était elle jusqu'à maintenant alors tes leçons de morale tu te les gardes... compris ?  Et vous me prenez la tête..  mais, je crois qu'avant de jouer les grands frères, il faudrait que tu ouvres les yeux aussi, ta sœur n'est plus une gamine de 4 ans. Et elle a le droit de décider par elle-même. Je ne suis pas le genre à forcer les gens... tu es placé pour le savoir Zonko, non ? » Il envisage d'ouvrir la bouche pour rajouter qu'il ne veut pas entendre parler de ce cher moment gênant où il a retrouvé son frère nu contre son amant, mais il est coupé par un Charles rouge de colère et tout aussi vindicatif que son jumeau. CHARLES - « Justement j'suis bien placé pour savoir c'que tu aimes dans l'sexe facile, Ares, et c'est pas ce que je veux voir pour ma soeur perdue retrouvée comme tu dis. Pas de leçon de moral, pour le coup, t'sais comment j'ai aimé savoir qu'avec toi ca s'rait sans lendemain. Juste une menace qu'en brisant ma soeur c'ta mâchoire que tu vas voir briser aussi. » Voila, c'est justement ça qu'il ne voulait pas entendre. « Bien placé pour savoir oui... » Murmure Adonis en baissant la tête et en serrant les dents si fort, qu'elles en deviennent douloureuses.

Arès balance encore une autre pique avant d'attraper Willow et de lui administrer un baiser magnifique, glorieux, qui pousse Adonis a lever encore les yeux au ciel. Son frère, un véritable comédien celui là. Il regarde Charles sortir son dossier et le tendre à Willow en lui présentant ses excuses. Comprenant qu'il n'a plus rien à faire ici il se tourne et attrape son sac en toile, qu'il cale sous son bras. « C'est très émouvant tout ça, mais j'ai mieux à faire que vous regarder vous chamailler comme des adolescents. Au passage, merci d'avoir encore une fois reparlé du sale coup que vous m'avez fait, j’apprécie ! » Dit-il en jetant un regard à son amant et à son frère, avant de se tourner vers Willow. « Si tu as besoin de quelque chose n'hésite pas. » Il lui sourit avant de se tourner et de quitter la petite dispute, plantant Charles et Arès sans un dernier regard. Déjà se faire prendre par surprise à la sortie de cours il ne dit rien, se faire presque agresser par son amant il passe aussi, mais entendre encore et encore Charles parler avec une telle facilité de cet adultère, ça a le don de lui mettre les nerfs en pelote.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 165
Date d'inscription : 11/04/2017
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Sam 8 Juil - 23:05

Je me retrouve au milieu du couloir en pleine dispute avec Zonko et franchement, je m'en serais bien passé.... Pour qui se prenait-il ? J'avais les nerfs en pelote et je n'aimais pas que Charles ait le culot de balancer que j'étais quelqu'un de facile. Je l'emmerde et pas qu'un peu... Je serre les poings, ça me démange de lui en coller une. Et qu'il remets sur le tapis ce qui s'était passé me gonflait et me rappelait encore que j'avais détruit mon double. Je serre les dents et me mords la lèvre en voyant le visage d'Adonis. « Zonko tu es vraiment un crétin ! » dis-je, en le regardant de travers. Puis, il m'agace tellement que je décide de me venger en prenant la décision d'embrasser Willow. Décision totalement immature, débile et dangereuse.. mais il m'avait tellement mis en rogne. Et qu'il s'en prenne à Adonis ici en plein milieu d'un couloir m'agaçait hautement d'autant qu'il osait encore remettre le passé dans la conversation. « Et toi tu n'as rien à faire ici... » répondais-je, sèchement. « La prochaine fois que tu veux une scène de ménage tu attends qu'on soit rentrés plutôt que d'étaler les choses devant les élèves de Poudlard. » Puis, je suis à deux doigts de lui mettre une gifle monumentale alors qu'il continue de parler du passé. « Tais toi, tu me fatigues ! » soupirais-je exaspéré. « Bravo vraiment » Puis, je me dis que mettre mon idée n'est pas totalement stupide et lui clouera le bec alors j'embrasse Willow à pleine bouche et me recule et regarde Zonko après que celle-ci m'ait chuchoté «  Bonne idée l'coup du baiser » Je me contente de lui faire un sourire ne préférant ne pas m'attarder sur l'idée stupide que je venais d'avoir. Embrasser une élève... je ne suis vraiment pas très intelligent pour le coup. Je regarde Adonis et me sens mal par rapport à lui et je fusille Charles du regard. « T'es vraiment idiot Charles Zonko ! Tu as intérêt de rattraper ton erreur et vite... je suis déjà assez mal d'avoir détruit Adonis et toi triple buse n'a même pas la jugeote de comprendre qu'Adonis souffre... qu'il n'a pas besoin que tu en parles à tout bout de champ ! Et ce qui s'est passé ne regarde personne mis à part nous et toi tu déballes nos histoires ici en plein milieu d'un couloir de l'école et devant ta sœur. Tu veux la protéger.. tu parles d'un exemple... tu viens juste de lui donner une raison supplémentaire de ne pas suivre tes conseils. » J'étais vraiment mécontent de son comportement. « Sur ce, je vous laisse régler vos histoires de famille... entre vous... car tu sembles vouloir en découdre avec Willow. et j'ai assez entendu d’âneries. concluais-je, d'un ton froid. J'étais vraiment en rogne contre Zonko. Il dépassait les bornes. « Et pour ta gouverne Monsieur je sais tout.. tu ne me connais pas aussi bien que tu le prétends... si j'étais si volatile et si volage et ne désirant que des relations d'un soir... j'en aurais à la pelle dans mon tableau de chasse si je puis dire et j'aurais déjà pris une autre élève autre que ta sœur... Ne juge pas sans savoir !  Tu ne t'ai pas dis ne serait-ce qu'une seconde que je pourrais changer ? Est-ce si inconcevable que je puisse être différent ? » Je me sentais blessé qu'on ne puisse pas croire que je puisse être différent de l'époque. Certes, j'aime jouer. Mais, depuis mon retour, je n'avais pas fais le con... pour qui se prenait-il ? «  Tu veux un Scoop Zonko... je n'ai touché personne depuis toi à part... » fulminais-je, à nouveau. « ah si j'oubliais.. j'ai aussi baisé ta soeur » ajoutais-je, un sourire moqueur sur les lèvres. Bien que c'était totalement faux mais il m'avait mis hors de moi. « Que veux-tu..... j'ai un faible pour la famille Zonko apparemment.  Et vu que tu es casé avec mon double... j'ai testé ailleurs »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 77
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    Mar 11 Juil - 12:33

are you fucking my sister ?
charles, adonis, arès, willow
••••

Je les écoute s'engueuler, sonnée.
Je peux difficilement faire autrement après tout, je préfère être spectatrice qu'actrice dans ce délire que j'ai du mal à comprendre en vérité. Le plus compliqué dans cette histoire est de trier la vérité du bluff, même si je sais que ce qui me concerne est totalement faux. Je n'ai jamais couché avec Arès Travers, et le seul garçon que j'ai connu s'est enfuit avant d'avoir eu le temps de dire sexe - au moins selon ses souvenirs à lui - après avoir vu mon corps constellé de cicatrices… et fait le lien entre les cours de défense contre les forces du mal et mes disparitions régulières les soirs de pleine lune. Un garçon trop curieux qui a failli dénicher mon calendrier lunaire, et don’t j'ai dû modifier les souvenirs. C'est mon secrets, personne n'est au courant même lui, tout ce qu'il sait c'est qu'il ne m'a jamais touchée - en tout cas pas plus qu'embrassée - et que j'ai fini par dire non quand il est devenu trop proche de moi.
Je sais plus quelle excuse j'ai balancée, mais elle était suffisante pour qu'il ne pose pas plus de questions.
Je grimace, me sens coupable. C'est ce qu'être garou force à faire, éloigner les gens de nous le plus possible afin qu'ils soient en sécurité relative. Il n'est recommandé nulle part de garder un monstre à la maison.
Mais les cris indignés des autres me ramènent à la réalité, je me contente toujours d'observer sans intervenir à moins qu'on s'adresse à moi et évidemment, c'est Charles qui finit par le faire, et j'en profite pour vider mon sac; J'aurai pas d'autre occasion, et ils m'ont assez poussée à bout pour que ça finisse par sortir. Parce que sinon, même si j'avais l'occasion d'en parler à coeur ouvert en étant seule avec mon frère, jamais ces mots n'auraient franchi la barrière de mes lèvres, de peur de faire vaciller notre relation déjà bien trop fragile. Il est pas le seul à avoir merdé pour le coup.  Et je me mets à regretter ce que je viens de dire quand je l'entends parler.
J'ai les yeux rivés au sol.
CHARLES — « J'aurai jamais pu croire que t'étais encore en vie quand on m'a fait pleurer devant ta pierre tombale une fois que j'ai mis nos parents à Sainte-Mangouste pour qu'ils perdent toujours plus la tête. C'est toujours toi qui avait le plus de foi en la vie, Willow. Et je sais que j'ai pas les réactions qu'il faut, mais j'abandonnerai pas. Tu peux ne pas me croire, mais ta confiance je me battrais pour l'avoir de nouveau. »
Il est vraiment le seul à réussir à me faire pleurer en ce moment. Avec des déclarations pareilles en même temps…
WILLOW –  « J'suis désolée, j'aurais pas dû dire ça. »
Non, vraiment pas. Ca peut qu'aggraver les choses. Surtout si je veux réparer les choses avec mon frère.  Je m'isole encore une fois dans ma tête, pour ne pas entendre leur espèce de dispute conjugale qui ne me concerne absolument pas. J'veux rien savoir, surtout pas les détails. Seulement quand j'entends que je reviens dans la conversation je peux pas m'empêcher d'écouter.
CHARLES - « Justement j'suis bien placé pour savoir c'que tu aimes dans l'sexe facile, Ares, et c'est pas ce que je veux voir pour ma soeur perdue retrouvée comme tu dis. Pas de leçon de moral, pour le coup, t'sais comment j'ai aimé savoir qu'avec toi ca s'rait sans lendemain. Juste une menace qu'en brisant ma soeur c'ta mâchoire que tu vas voir briser aussi. »
Touchée dans le mille, Charlie. J'lève des yeux reconnaissants vers lui, heureuse de retrouver mon frère. En plus violent qu'avant, certes, mais je le reconnais dans ce genre de tirades. Même si elles sont tellement rares que je peux pas me souvenir de la dernière.
Et puis Arès m'offre un échappatoire. Il m'embrasse, je savoure, je joue avec sa langue comme si c'était sincère - de mon côté ça pourrait l'être. Difficile de faire autrement avec le feu que ça déclenche en moi.
Je regrette juste de ne pas pouvoir voir la réaction que ça provoque chez Charles, et c'est seulement ça qui me force à m'écarter d'Arès pour le voir.
CHARLES — « J'ai mon mot à dire parce qu'elle est encore élève ici, et toi professeur. Et que j'ai les papiers du Ministère pour qu'elle redevienne une Zonko. »
J'peux qu'ignorer ce qu'il dit ensuite - ça me concerne pas et j'ai les nerfs en pelote, le coeur qui bat trop vite pour que ce soit normal. Redevenir une Zonko. Est-ce qu'il est conscient d'à quel point j'en rêve ? De pouvoir être un peu comme ce que j'étais avant ? Malgré le loup ?
Il se tourne vers moi, j'ai la gorge serrée par l'émotion. Comme lors de nos retrouvailles dans sa boutique j'ai envie de me réfugier dans ses bras mais je suis sûre qu'il va me jeter, alors tout ce que je peux faire c'est rester là, debout au milieu du couloir sans pouvoir bouger.
CHARLES —  « J'voulais t'en parler plus tard, ou … je sais pas, mais c'est chose faite maintenant. Alors si tu veux bien pardonner à un crétin de froussard, je serais en sorte d'être le Grand frère qui aurait dû être là pour toi tout ce temps. Et si j'peux pas effacer le tord que le Ministère nous a causé, j'peux au moins faire en sorte que t'en sois plus prisonnière. »
WILLOW — « Pour de vrai ? »
C'est que j'ai la voix qui tremble, que j'ai juste besoin de me lover contre lui, là maintenant tout de suite. J'ai une réponse de gamine. Mais il a beau être un crétin, il sait se faire pardonner.
Apparemment on a fini par exaspérer totalement Adonis, qui pète vraiment un plomb. Je me mords la lèvre, désolée pour lui. Il s'inquiète pour moi lui aussi, et j'lui offre un pâle sourire.
WILLOW — « Je crois que j'ai surtout besoin de retourner dormir à l'infirmerie. »
Là, la seule chose qui pourrait vraiment me faire du bien, c'est la potion de sommeil d'Aliénor, qui me permettrai de ne plus penser à rien.
Et surtout pas à ce qu'Arès vient de dire. Je sais que c'est du bluff, et je lève les yeux au ciel. Comme si j'avais l'habitude. Que c'était un sujet de plaisanterie entre nous.
WILLOW — « Tu m'accompagne, Charlie ? »
J'crois que même avec la plus puissante des potions de sommeil je pourrai pas dormir sans l'avoir près de moi, comme avant. Et si il refuse, au moins j'aurai essayé de réparer un peu ça.




••••

by Wiise

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]    

Revenir en haut Aller en bas
 
are you fucking my sister ? [adonis, ares, willow, charles - WATAFUCK ?]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !
» PREVAL, CELESTIN ,MAWOM ,MOISE J CHARLES SOUPLE BA NOU YON TI CHANS
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Rez-de-Chaussée-
Sauter vers: