AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 love to hate it (Mallode)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: love to hate it (Mallode)    Mar 13 Juin - 0:01

Love to hate it
Mallory & Ode

J'peux pas me retirer cte phrase de la tête : L. va épouser Mallory Rowle. Pas que ce soit l'extase d'apprendre un truc pareil d'la bouche de ma soeur qui dégueule le nom comme si celui-ci l'avait personnellement offensé. Comme si Rowle était l'pire gars qui soit sur cette terre. J'peux pas lui donner tord, en même temps, faut dire que pour s'prétendre comme l'un de mes plus proches amis c'est qu'il est pas vraiment tranquille, le Rowle. Mais Mallory c'est pas le pire non plus : au moins il est canon. Pas qu'j'ai déjà essayé de me foutre dans son lit, d'être un nom d'plus sur son tableau de chasse qui s'soucie pas des genres, des âges, ou des statues de sang - mais y avoir pensé et fantasmé je peux pas le nier. Quand j'suis trop high pour me rappeler que j'aime vraiment que les femmes, y a parfois des images de Mallory à moitié nu qui se glissent pour me rendre dingue. Parfois, et j'crois que s'il le sait c'est parce qu'une soirée j'ai dû le balancer avec un sourire immense sur la gueule. Histoire que ca passe mieux - mais c'est Mallory et c'est pas comme s'il se soucier de ce genre de chose.
C'peut être pour cela que c'est si simple de l'aimer Mallory - parce qu'il s'en fout. Et c'est foutrement agréable d'être en présence d'un mec qui veut juste qu'on lui foute la paix et le laisse vivre comme il veut sa vie. Un mec qui se soucie pas des états d'âme des autres, pour prendre c'qu'il veut, et pour être qui il veut. J'crois qu'il y a pas d'être que j'apprécie plus que lui à Poudlard - hors ma soeur et la belle Silent sans doute bien que pour cette dernière j'aime juste pas y penser. Parce que c'est flippant. Parce que j'peux pas trop donner d'moi - moi c'est pourrit de l'intérieur et ca a rien à offrir à une fille aussi canon.

Mais pour l'heure, c'est pas Silent que je veux en tête, bien qu'elle soit jamais loin de mes pensé. C'est que j'apprends que Mallory va épouser ma soeur. Apparemment m'avoir comme pute à offrir au reste du monde ca suffit plus à notre père, et il a décidé de balancer Light sur son échiquier aussi - j'peux pas contrôler la colère qui peut s'répandre en mot injurieux la prochaine fois que j'croiserais sa route. Ca m'étonne qu'il veille m'avoir à ses côtés aux vacances, du reste, et j'doute pas que ca promette rien de bon pour lui. ou pour moi. Light mérite pas d'être fiancée de force, encore moins à un batard d'fils de riche comme Mallory - y a de toute façon aucun mec qui soit assez bien pour ma soeur. Pas que mon ami doive se sentir offenser - pas qu'il le sera sans doute.
Et quand j'rentre dans la Grande salle ce matin-là, encore totalement amusé par la conversation et l'aveux de la veille de Light, j'me retrouve à chercher le bellâtre du regard. Et j'le trouve à manger ses céréals devant une Gazette du Sorcier à la table des Verts. C'est pas souvent qu'un rouge s'aventure chez eux - mais ca m'arrive assez souvent pour que peu s'en offusque. D'toute façon encore estampiller Sang pur, j'crois pas que quiconque viendrait m'chercher des emmerdements. Encore moins en étant pote avec Rowle.
ODE — « Parait que j'vais devoir t'appeler Frère bientôt, Rowle ? » Qu'je demande en m'faisant glisser sans douceur sur le banc à côté d'lui. Un sourire amusé sur les lèvres, et en prenant une pomme, j'me tourne vers lui, croquant dans le fruit en le fixant avec un air moqueur. « Et dire que c'est même pas toi qui m'la dit. Alors comme ca tes vieux t'pensent assez bien pour L. ? » Demandais-je avec un trémolo d'rire dans la voix, quand je mache la pomme sans m'offusquer d'avoir la bouche ouverte, ou d'avoir l'air de m'en foutre des bonnes manières.
ODE — « Comment tu l'vis d'être foutu dans la cage aux lions, Bro ? »

_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Lun 26 Juin - 19:02

Mallory s’était levé du mauvais pied, en fait, il ignorait s’il s’était levé tout court car cela impliquait le fait d’avoir dormi et non il n’avait pas dormi ou vraiment pas assez. Une Poufsouffle était blottie contre lui, il la regarda avec un mélange de dégout et de malaise. Il n’avait pas pour habitude de tolérer que qui que ce soit dorme avec lui et s’il avait accepté sa présence c’était pour l’unique et simple raison qu’il avait besoin d’avoir quelqu’un dans son lit, un corps chaud et rassurant contre lequel s’appuyer. Il ne dormait plus ou presque plus, se réveillant régulièrement en sueur d’un cauchemar terrible, revivant sans arrête les chapitres les plus douloureux de son enfance et il savait que ce n’était pas anodin. Depuis l’annonce de ses fiançailles la réalité l’avait rattrapé, douloureuse réalité, gifle aux doigts rouges encore imprimé dans sa chair. Sa seule liberté, la dernière lui était retirée. Il n’avait plus rien. Il se sentait désemparé et il détestait ce sentiment humiliant et bien trop humain à son goût.

Il la regardait dormir, sa poitrine se soulevant à rythme régulier, il l’avait observée presque toute la nuit oscillant entre des phases de sommeil et de réveille. Elle était tellement calme et apaisée, il espérait quelque part qu’elle lui transmette ce sentiment de plénitude qu’il cherchait désespérément.

Le Serpentard fixait la poufsouffle mais son esprit fut à nouveau assailli par le visage de Light et son air blasé, elle l’énervait au plus haut point et si à la base il ne la connaissait que de par sa relation avec son frère il ne l’avait jamais particulièrement apprécié, c’était un esprit rebelle toujours occupé à remettre en cause l’intégralité du monde. Insupportable gamine, il ne comprenait pas comment Ode et elle pouvait être jumeaux. Autant il appréciait Ode comme si c’était son frère autant Light c’était un calvaire. Il se retrouvait à devoir épouser la sœur de « son frère » si ce n’était pas un poil perturbant avant ce l’était clairement maintenant.

Il l’abandonna encore endormie dans son lit, se jetant sous une douche brûlante pour évacuer Light de son esprit. Elle l’agaçait à le poursuivre comme ça partout, depuis qu’ils étaient fiancés il avait l’impression de la voir tout le temps. Ses fiançailles n’avaient eu que des effets étranges sur sa vie, Abigaëlle était devenue complètement folle de jalousie et il s’était retrouvé à passer la nuit avec elle. L’annonce de ses fiançailles avait pour ainsi dire brisé son amitié avec sa meilleure amie, bien sûr il avait imaginé la mettre de son lit un nombre incalculable de fois mais il ne s’y était jamais risqué pour des raisons évidentes. Non seulement ils étaient bien trop similaires mais en plus de ça, elle était de sang-mêlé et si leur amitié n’était jamais pas particulièrement une bonne idée le fait d’avoir une relation émotionnelle ou sentimentale tenait carrément du suicide, surtout pour elle.

Mallory ignorait aussi ce qu’en penserait Ode parce que s’il ne pouvait supporter sa lionne de sœur lui l’adorait, la vénérait. Il avait toujours imaginé avec un certain plaisir malsain les tortures qu’Ode envisagerait pour ses futurs prétendants et maintenant il se trouvait en pleine ligne de mire. Il espérait qu’il comprendrait que ce n’était pas par choix qu’il lui enlevait sa sœur et surtout qu’ils ne se montreraient pas trop moqueur de la situation. Darius l’avait déjà moqué longuement durant leur dernière rencontre et il espérait secrètement que la nouvelle de ses fiançailles avec Light ne se propagerait pas trop vite.

Direction la grande salle, il s’y était installé avec un exemple de la gazette. Il essayait tant bien que mal de se changer les idées et si en général il paraissait froid et blasé son esprit était en permanente ébullition. Il ne remarqua pas Ode entrer dans la grande salle mais sa voix le fit sortir de ses pensées, de sa lecture non assidue.

ODE – « Parait que j’vais devoir t’appeler Frère bientôt, Rowle ? »

Mallory eut un léger sourire en quoi à sa remarque tout à fait piquante et bien placée. Il se glissa sur le banc à côté de lui, il était sans doute l’un des rares Gryffondors à oser se mélanger aux verts et argents mais, personne n’oserait jamais élever la voix ou lui dire quoi que ce soit, non seulement parce qu’Ode n’était pas le genre de mec chez qui il fallait chercher des noises mais aussi parce qu’il était un ami de longue date de Mallory, futur mangemort ça imposait un certain respect.

ODE – « Et dire que ce n’est même pas toi qui m’la dit. Alors comme ça tes vieux t’pensent assez bien pour L. ? »

Il savait que même si Ode balançait ça sur le ton de l’humour, une part de lui le pensait et Mallory bien qu’incapable de comprendre cet attachement familiale tentait bien que mal de saisir toute la dimension affective qui pouvait le lier à sa sœur.

MALLO – « Fais gaff’ ou j’te propose pour ma cadette. »

Lâcha-t-il avec dédain, il pensait évidemment à Ebony, Ode savait à quel point Ebony, bien qu’adorable, était détraquée dans sa tête. Il n’était définitivement pas proche de ses frères et sœurs et s’il se montrait protecteur avec eux ce n’était que par principe, parce qu’il savait que c’était ce qu’on attendrait de lui.

MALLO – « Et je t’avoue que je pensais que tu serais l’un des premiers au courant et que d’mon côté j’avais pas spécialement envie d’en parler à qui que ce soit. »

Ode savait que Mallory redoutait ses fiançailles et qu’il espérait garder sa tranquillité jusqu’à la fin de ses études à Poudlard. Il connaissait Mallory, il savait pratiquement tout de lui, ce qui ne devait pas rendre facile à Ode le fait que sa sœur et lui soient fiancés car s’il connaissait les bons côtés du serpentard, il en connaissait surtout les démons et la noirceur et il se doutait bien qu’Ode n’était pas particulièrement fan de l’union future.

ODE – « Comment tu l’vis d’être foutu dans la cage aux lions, Bro ? »

Mallory lui lança un regard entendu ainsi qu’un petit sourire désabusé. Il se sentait horriblement mal, il se sentait piégé, face au mur incapable de sortir.

MALLO – « Comme un charme, on est presque officiellement frère, ça fait quoi de m’avoir comme futur frère, Bro ? »

_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Mer 28 Juin - 1:56

Love to hate it
Mallory & Ode

Mallo c'un mec bien - c'est pas d'l'idée de tout le monde à l'école mais sincèrement c'est pas comme si ca comptait en vrai ce que tous les autres pouvaient penser. Mallory c'est une amitié qui a démarré sans même que je m'en rende compte, à coup d'coup d'épaules dans les couloirs, et de rencontre dans les mondanités. C'est qu'il a une beauté qui attrape le regard, et bien un des premiers types qui m'a poussé à m'toucher dans les douches le soir une fois seul. C'pas rare que je l'imagine à poil le bellâtre, et les histoires sur son cul ca circulent partout dans l'école. Assez pour s'faire une idée de ce qu'il cache sous ses vêtements trop parfait. Mais Mallory c'est aussi plus qu'une gueule d'amour qu'on veut lécher à plus pouvoir respirer. C'un type que j'découvre toujours plus, dans les soirées d'confidences sur l'oreiller - ou plus souvent dans l'noir du parc pendant que j'fume la dernière clope de la journée. Mallory aime juste s'faire entendre, et pas s'faire juger - et j'suis juste l'maitre quand il s'agit de prendre les autres comme ils sont. Lui comme les autres - et j'regarde quand il porte son masque de pureté avec un sourire moqueur sur les lèvres. C'est qu'il sait faire ca mieux que tout le monde aussi, et quand je me glisse sur le banc près de lui il est presque de marbre tant il est parfait.
C'qu'elle a de la chance la jumelle à devoir l'épouser. Sauf qu'ils le voudraient ni l'un, ni l'autre, se faisant arracher une liberté qu'on a vu déjà disparaitre en arrivant en Grande-Bretagne. C'peut être plutôt ma mélancolie qui parle en vrai - mais je sais que Light elle grogne parce qu'elle peut plus courir comme elle l'entend, d'une proie à l'autre sans s'prendre la tête à penser au mariage. Surtout alors que Vital et Loli ont encore leurs libertés. Alors qu'moi je l'aurais sans doute toujours quand il s'agit de mariage. Mais Light - Light elle s'trouve déjà la corde au cou. Et c'pareil pour Mallory. Cette dernière porte de sortie pour respirer l'grand air est à présent fermée à double tour.
MALLORY — « Fais gaff’ ou j’te propose pour ma cadette. »  J'grimace à l'idée de me retrouver avec l'autre frappée d'Ebony, mais j'peux pas juste me contenter d'être là à rien répondre, surtout si c'est pour aller dans son sens.
ODE — « Au moins j'pourrais pas m'plaindre de pas avoir une fiancée aussi atteinte que moi. Peut être qu'on pourrait s'compléter, s'trouver un coin de paradis où sombrer lentement vers la démence. » Que l'idée m'fasse damner, c'était aussi stupide que malsain. « Et t'as peur d'chance d'y parvenir. Elle reviendra à Vital avant d'toucher mon corps de rêve ta frangine. » Que j'assure, comme pour me vanter d'pouvoir affirmer ma liberté. PAs que ca soit un luxe - chez moi pourtant - c'plutôt une condamnation d'mon père qui m'pousse à être à personne pour être tout à lui. Et à ceux qu'il désigne, mais ca même pas Mallory le sait. C'est un secret - un autre - des Shacklebolt. Et a croire que je suis devenu doué pour les garder. Autant les miens que ceux des autres.

Cesse d'y penser, Ode, c'est sur Mallory qu'on se concentre, et même si c'est un futur Frère, c'est pas dit qu'il l'aurait vraiment souhaité.
MALLORY — « Et je t’avoue que je pensais que tu serais l’un des premiers au courant et que d’mon côté j’avais pas spécialement envie d’en parler à qui que ce soit. »  Ca c'pas un truc franchement étonnant, et j'aurais pu le savoir plus tôt si L. avait pas joué les secrets d'polichinel elle aussi. A croire que pas le dire ca rendait le truc pas réel, d'un côté comme de l'autre. Ou alors c'est que je fais juste attention à rien, à force de m'enfoncer dans plus de débauches pailletés au venin de Billiwigs. Peut être que je devrais apprendre à me recentrer à la réalité quelque fois.
ODE — « En niant ca fait comme si c'était pas le cas. Si tu veux on peut faire genre il s'est rien passé si ca t'fait sentir mieux. Ca m'dérange pas. C'pas comme si t'allait la voir débarquer en robe blanche pour le p'tit déjeuner. » Qu'je propose en haussant les épaules, sans me soucier de parler de ca - en vrai - s'il le veut pas. Même si j'peux pas juste empêcher une réponse plus inquiète que les autres d'traverser mes lèvres comme pour m'assurer que Mallory c'est toujours Mallory, et qu'entre nous ca change pas - même s'il s'retrouve les poignets liés avec ma soeur.
MALLORY — « Comme un charme, on est presque officiellement frère, ça fait quoi de m’avoir comme futur frère, Bro ?  » 
ODE — « Ca m'va. T'es pas plus beau que moi alors tu m'feras jamais d'ombre. Et y a peu d'chance que ma mère te déteste autant qu'elle me déteste, alors j'te gagne sur tous les points. T'es vraiment l'mec parfait. » Sauf qu'aucun mec est parfait pour Light - ca change pas que ca soit Mallory, à mes yeux elle mériterait juste la perfection. Ou au moins d'pouvoir avoir un type qui embrasse l'sol qu'elle foule du pied. Ca sera pas le cas avec Rowle, qui préfère foutre sa bouche ailleurs que sous les pieds d'ma soeur. L'pied c'est sans doute pas ce qu'il préfère lécher d'ailleurs. Et L. la voir qui s'trimballe un coureur aussi séduisant c'pas le mieux que je peux lui espérer. Elle a beau s'faire la reine de la séduction, quand il s'agit de mariage je peux que lui espérer plus d'amour que d'obligation.
ODE — « Sauf qu't'es pas un mec pour L. Pas encore du moins, j'doute pas qu'en te frappant dessus un peu tu pourrais être parfaitement modelé pour elle. Moi j'aurais aimé t'avoir pour moi, mais parait que c'est mal vue dans les familles d'sang pur. Sauf qu'ensemble on aura été foutrement sexy non ? Et j'crois qu'entre frères ca s'appelle de l'inceste, et c'est encore pire qu'être invertis. » Qu'je déballe pour passer le temps, ou ses nerfs, ou les deux - et ca change subtilement de sujets de conversation en même temps. « On a raté notre occasion, Bro. Et si tu t'ranges, peut être que je vais en profiter pour t'piquer ton carnet d'adresses pour faire plus d'rencontres. »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Jeu 29 Juin - 3:40

Ode était sans doute le premier garçon qui avait fait raté un battement au cœur de Mallory ou en tout cas qui l’avait réellement émoustillé, avant lui il ne s’était jamais trop intéressé aux garçons et puis il était arrivé et il avait éveillé en lui un intérêt total autant par sa personnalité unique et complètement décalée des autres rejetons « sang-pur » mais aussi de par son intelligence sans parler évidemment de son physique parfait. Mallory s’était donc tourné vers les garçons à défaut d’Ode tout court. Il aurait pu se satisfaire d’un Ode toute sa vie, il en était certain, c’était l’genre de mec qu’on avait envie de garder, de ne jamais partager mais à présent ils étaient amis et surtout il allait épouser sa sœur alors il était finalement ravi que ce soit son meilleur ami, le frère qu’il aurait aimé avoir à défaut de celui qu’il possédait déjà mais avec qui il n’avait aucune relation ou en tout cas pas celle qu’on pourrait attendre entre deux frères. Mallory ne pigeait rien à ses relations familiales entre sa sœur complètement à côté d’son balais et à moitié divagante et les deux autres avec qui il avait tout aussi peu d’attachement. Il savait qu’ils étaient de la même famille, c’était un fait et il comprenait bien que la relation qu’il entretenait avec eux était bien à côté de ce qu’il pouvait observer chez les autres, rien que L. et Ode ; un vrai mystère pour le Serpentard. Cet attachement presque fusionnel, cette capacité à voir le meilleur en l’autre, il ne le comprenait guère et ce n’était pas faute d’essayer mais chacune de ses misérables tentatives lui semblaient trop fausses.

Quant à ses relations sentimentales, le néant, il n’en avait jamais eu. Il n’était jamais tombé amoureux de quiconque ou il n’avait jamais voulu ; il l’ignorait. Il avait fermé cette porte dès lors qu’il avait compris que ce choix ne lui appartiendrait jamais vraiment. A quoi bon perdre son temps à tomber amoureux si c’était pour ne pas choisir sa future femme. Evidemment, il savait bien que ce sentiment de colère lorsqu’il voyait Abigaëlle ramener un nouveau prétendant dans son dortoir n’était pas une réaction normale mais il avait toujours rejeté cette idée saugrenue ou en tout cas jusqu’à la nuit passée. Elle l’avait rejoint pour discuter et au lieu de cela elle lui avait littéralement fait une ridicule crise de jalousie, elle ne se cachait même plus derrière des sarcasmes pour moquer la « dernière prise » de son meilleur ami, non ; elle était aussi foutrement bizarre que cela puisse paraître jalouse et agacée, possessive et désabusée. Il avait vu dans ses yeux brûler la rage avant qu’ils ne s’embrassent pour la première fois, il senti sa colère lorsqu’ils avaient à deux franchis un cap dont on ne revient jamais indemne et il ne lui avait pas reparlé depuis. Il n’était pas bien certain du protocole exact lorsque l’on se fiance mais cela ne devait certainement pas inclure la case « coucher avec votre meilleure amie ».

Il s’était tiré comme un lâche avant qu’elle ne se réveille et qu’ils doivent à deux affronter la conversation gênante qui devait suivre leur écart irréversible et pourtant, il avait dormi comme il ne l’avait plus fait depuis ces trois derniers mois. Son sommeil n’avait pas été agité des terribles souvenirs de son enfance, des sévices de son père et du regard absent de sa mère. Mallory s’était endormi paisiblement contre le corps encore brûlant d’Abigaëlle, une main glissée dans le bas de son dos et l’autre posé sur sa joie faisant de petits cercles réguliers sur sa joue, inspirant son souffle pour s’en imprégner certain que plus jamais il ne ressentirait ce sentiment de bienêtre, sentiment qu’il ne méritait pas. Elle n’était pas pour lui et il n’était définitivement pas pour elle, la décision avait été prise bien avant leur naissance, un sang-pur ne se dilue pas avec une sang-mêlée.

Light était son avenir, il serait peut-être sa perte ou elle son phare dans la nuit, il l’ignorait. Toujours est-il que pour l’heure sa fiancée lui paraissait indomptable et l’idée de leur mariage insurmontable. Il ne voulait pas qu’on lui prive de sa liberté et il se voyait mal infligé à une lionne comme L. un supplice similaire, en temps normal égoïste il se retrouvait à partager la peine de son « bourreau ». Après tout, si elle était la sœur d’Ode c’est qu’elle ne devait pas être si mal que ça et même si jusqu’à présent leurs relations s’étaient limitées à de regards furtifs et curieux Mallory ne s’y était jamais réellement intéressée. On ne touche pas la sœur de bro.

Mais, ils étaient fiancés maintenant et il n’avait pas vraiment pensé à la réaction d’Ode. Il n’avait pensé qu’à lui et à sa rage de perdre. Alors, assis à la table des serpentards il broyait du noir dans son café tout aussi sombre que ses pensées quand son meilleur pote s’était pointé avec son aisance naturelle se fichant bien de briser une fois de plus la coutume de séparation entre les rouges et les verts. S’installant nonchalamment à la table comme s’il était l’un des leurs et il l’était après tout ; sang-pur.

ODE – « Au moins j’pourrais pas m’plaindre de pas avoir une fiancée aussi atteinte que moi. Peut-être qu’on pourrait s’compléter, s’trouver un coin de paris où sombrer lentement vers la démence. »

MALLO – « Ça pour atteinte… »

ODE – « Et t’as peu d’chance d’y parvenir. Elle reviendra à Vital avant d’toucher mon corps de rêve ta frangine. »

Mallory ne semblait absolument pas offensé, ils parlaient de sa sœur comme de la dernière fêlée échappée en date de sainte-mangouste comme si de rien était. Décidemment, le serpentard n’avait aucune idée de la manière adéquate de gérer ses relations familiales et si une part de lui ressentait un drôle d’attachement à Ebony plus qu’au reste de sa fratrie il se disait que cela devait être en partie de la pitié.

MALLO – « Je pense que Vital sera mieux avec Ephemera en réalité et je ne serais pas étonné que ce soit une réelle option. »

Ephemera était plus jeune que Mallory et correspondait aux parfaits clichés que l’on pourrait attendre d’une jeune fille de son rang, Serpentarde jusqu’au bout des ongles elle regardait Mallory avec des grands yeux, envieuse et plein d’admiration. Il aurait pu se retrouver en elle, mais ils ne se connaissaient absolument pas et il trouvait cette attitude étrange. Le seul frère qu’il ait jamais voulu c’était Ode.

ODE – « En niant ça fait comme si c’était pas le cas. Si tu veux on peut faire genre il s’est rien passé si ça t’fait te sentir mieux. Ça m’dérange pas. C’pas comme si t’allait la voir débarquer en robe blanche pour le p’tit déjeuner. »

Mallory releva la tête de sa tasse de café pour croiser le regard d’Ode. Prétendre, à quoi bon ? Il soupira et l’air renfrogner se replongea dans la contemplation de sa tasse dans laquelle le liquide sombre fumait encore, rassurant. Light était capable pour rendre fou Mallory de débarquer en robe de mariée pour prendre son petit déjeuner comme si de rien était non sans lui jeter quelques regards moqueurs, il en était certain, elle en était capable.

MALLO – « Tu te fourvoies si tu penses que Light n’est pas capable de faire ça, juste pour me défier. Elle semble persuadée que tout est de mon fait ou en tout cas elle en a la colère. Je sais que t’aime ta sœur et loin de moi l’idée de lui manquer d’respect mais je suis tout aussi piégé qu’elle. »

Il ne doutait pas que Light soit un excellent parti ou même une personne chère et vitale aux yeux d’Ode mais pour lui, elle était la chaîne qui se resserrait un peu plus autour de son cou. Il recevrait bientôt sa marque, le jour se rapprochait inéluctablement, il serait marqué à vie comme du bétail et il perdait tout identité pour ne devenir qu’un soldat et Light ne serait qu’une fournisseuse d’hériter, ni l’un ni l’autre ne méritait ce genre de vie et Ode le savait assez bien que pour ne pas en rajouter plus que nécessaire.

ODE – « ça m’va. T’es pas plus beau que moi alors tu m’feras jamais d’ombre. Et y’a peu d’chance que ma mère te déteste autant qu’elle me déteste, alors j’te gagne sur tous les points. T’es vraiment l’mec parfait. »

MALLO – « Hé, les familles défectueuses de sang-purs tarés ça nous connait hein… et merci du compliment t’es pas trop mal dans ton genre non plus c’est presque dommage que ce ne soit pas toi qui soit au menu ! »

Mallory avait relevé ses yeux de sa tasse pour envoyer un clin d’œil à Ode accompagné de son habituel sourire carnassier. Il aimait rigoler de son attirance pour Ode ouvertement, cela n’avait jamais été un secret que Mallory le trouve sacrément beau, à se damner.

ODE – « Sauf qu’t’es pas un mec pour L. pas encore du moins, j’doute pas qu’en te frappant dessus un peu tu pourrais être parfaitement modelé pour elle. Moi j’aurais aimé t’avoir pour moi, mais parait que c’est mal vu dans les familles d’sang pur. Sauf qu’ensemble on aurait été foutrement sexy non ? Et j’crois qu’entre frère ça s’appelle de l’inceste, et c’est encore pire qu’être invertis. »

Le Serpentard sourit, il ignorait combien de coup il lui faudrait pour devenir un mec bien, sans doute beaucoup trop. A peine fiancé qu’il avait sans doute déjà raté le coche en couchant avec sa meilleure amie. Il n’était pas prêt de rencontrer les critères d’Ode pour être à la hauteur de sa sœur.

MALLO – « Tellement sexy bro, tellement incestueux, n’est-ce pas la recette magique du bonheur… »

Avait murmuré Mallory en se penchant soudainement vers le visage d’Ode comme pour l’embrasser à pleine bouche sous les regards médusés des quelques Serpentards attablés sans compter toutes les têtes s’étant soudainement tournées vers eux pour les observer.  Il resta ce qui sembla être un très long moment à quelques millimètres de délicieuses lèvres d’Ode puis au lieu de l’embrasser devant l’assemblée médusée il avait murmuré dans son oreille.

MALLO – « T’es le plus sexy des futurs beaux-frères… »

Puis, il s’était reculé les yeux rieurs, il adorait jouer à ce jeu avec Ode, juste pour le plaisir de voir tous les visages interloqués et choqués des autres étudiants. Leur bromance était parfaite et rien ni personne ne pourrait la changer ou en tout cas il l’espérait.

ODE – « On a raté notre occasion Bro.  Et si tu t’ranges, peut-être que je vais en profiter pour t’piquer ton carnet d’adresses pour faire plus de rencontres. »

MALLO – « Ah le mystérieux carnet d’adresse que je posséderais mais que personne n’a encore vu ? »

Mallory riait doucement, il se sentait allégé d’un poids, il retrouvait son ami, le meilleur. Rien n’était mieux qu’un début de journée en sa compagnie si ce n’est le restant de la journée mais après tout la journée n’était pas encore commencée et leur aventure du jour ne faisait que débuter.



Déroule moi !:
 



_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Sam 1 Juil - 2:03

Love to hate it
Mallory & Ode

C'pas souvent qu'je me lie d'amitié avec quelqu'un - j'crois que c'est jamais arrivé sans qu'ca soit par intérêt sexuel. La première fois qu'j'ai voulu d'l'amitié avec un autre garçon, qui soit pas un frère, ou un d'leurs amis (parce que j'suis bien doué pour prendre les potes des autres au lieu d'chercher à m'en faire par moi-même) c'tait ce moldu dans le Bayou. C'lui qui a fini nu et à moitié crever des drogues d'soricers que j'lui ai filé juste pour voir c'que ca lui ferait . J'crois que jamais L. a eut aussi peur d'sa vie, et j'tai pas mieux en vrai. On l'a ramené à la vie, oubliette, et c'tait la fin d'deux mois à apprendre à s'connaitre par coeur. Ou pas vraiment - c'qu'une amitié basée sur l'mensonge ca pouvait pas marcher j'imagine. Sauf qu'j'apprends jamais la leçon, et l'mensonge ca coule dans mes veines d'puis toujours, alors comment j'suis censée par vivre avec constamment ? C'tellement simple d'dire que - oui j'suis l'jumeau de L. oui j'suis d'sang pur. oui j'suis d'ceux qui aiment draguer et s'faire tout ce qui passe sans jamais donner son coeur. C'qu'parfois même moi je sais plus qui j'suis, ou c'que voit les autres. Mais quand il s'agit d'Mallory j'ai l'sentiment qu'il voit à travers l'masque de mensonge, d'la brume qui m'entoure constamment, autant qu'la fumée de mes clopes à planer. C'que Mallory s'il pose pas de questions il est loin d'être con, et j'pense qu'il sait qu'parfois c'pas d'la vérité que je lui balance, mais qu'en somme il est comme moi - il sait qu'notre amitié elle passe outre c'qu'on veut pas s'assumer l'un sur l'autre.
Et lui a été sincère - assez sincère parfois sans besoins d'parler. C'quand on est brisé, on a tendance à l'voir aussi chez les autres cette lueur d'désespoir qui brille parfois avec trop d'clarté. D'l'appel au secours pour un peu d'soutien, pour être juste compris. Et une fois qu'on est qu'nous deux, y a plus rien qui compte; Qu'même s'il est déprimé ca durera pas longtemps - c'que je compte pas enfoncé plus d'bouse d'hippogriffe dans sa gueule. J'suis pas là pour ca, et j'crois qu'il le sait. Même si j'tease sur l'sujet qui fâche, j'préfère lui montrer qu'il reste un peu d'lumière dans cette situation qui lui arrache d'la liberté un peu plus.

Et il s'moque plutôt, en m'menaçant à m'donner à sa soeur. Un d'ses soeurs - l'Ebony, qui a au moins l'mérite d'être surprenante parce qu'elle pense pas comme tout l'monde. Parfois à s'demander si elle pense ou juste suis l'flot de ses pensés sans faire l'tris.
MALLO – « Ça pour atteinte… » On peut pas l'nier - parfois Ebony elle fait même flipper, pour dire, et c'pas souvent que j'reste sceptique devant quelqu'un à me demander si elle rigole ou si j'dois partir en courant. D'toute façon l'mariage de pureté ca sera pas pour le bâtard que je suis - sauf que même Mallory il me sait pas si mal foutu dans l'vrai. Parfois j'me demande s'il me tournerait le dos à savoir qu'je suis pas si pur que ca dans l'fond.
MALLO – « Je pense que Vital sera mieux avec Ephemera en réalité et je ne serais pas étonné que ce soit une réelle option. »
ODE — « Trop d'mariage pour l'même intérêt, j'doute que le père trouve ca intéressant d'être tant lié au Rowle. C'pas l'idée la plus stratégique pour un type qui s'targue d'vouloir plus d'pouvoir. » C'dit avec amusement, ou plus d'révolte, mais dans l'vrai c'une vérité qu'on peut pas nier. Qu'Moses il voudrait voir ses fils s'marier à d'autres familles pour imposer l'nom des Shacklebolt partout - les Rowle c'que le début.

Et c'pas la meilleure idée, en vrai. C'que je peux pas croire qu'il fasse cela à Light, qui mérite juste d'être libre comme la lionne farouche qu'elle a toujours été. S'voir pied et poing liés c'la pire chose qui a pu lui arriver - j'peux accepter tout c'que mon père m'fait parce que sans doute c'pour le mieux; mais à L. J'peux pas admettre qu'il pense à son bien. Il pense juste à lui - l'égoïste qui s'croit mieux que le reste. Et l'pire - sans doute - c'qu'en s'en prenant à la liberté d'Light, il en prive aussi l'seul type que j'considère de la famille sans qu'il le soit. Si j'ai perdu l'intérêt qu'je portais à mon ainé après son accident, Mallory manque pas d'en avoir d'plus en plus pour moi.
MALLO – « Tu te fourvoies si tu penses que Light n’est pas capable de faire ça, juste pour me défier. Elle semble persuadée que tout est de mon fait ou en tout cas elle en a la colère. Je sais que t’aime ta sœur et loin de moi l’idée de lui manquer d’respect mais je suis tout aussi piégé qu’elle. »
ODE — « J'sais bien qu'elle peut l'faire; c'qui rend la blague plus drôle encore même si t'y goute pas. Personne connait mieux L. qu'moi, et personne trouve cette idée plus révoltante aussi d'vous priver tous les deux d'votre liberté d'choix. Mais j'peux pas m'lever pour vous, j'fais pas l'poids. J'peux juste m'tenir là à vous maudire l'un avec l'autre, pour soutien moral. » Qu'je dis avec plus d'excuse dans la voix. Parce qu'en vrai c'est vraiment tout c'que je peux faire. Descendre ma soeur en flèche pour faire du bien à Mallory, ou maudire c'dernier pour L. si c'est c'qu'elle veut entendre. L'soutien moral c'tout ce que j'offre à ceux qu'j'aime plus qu'moi-même. Et j'voudrais juste pouvoir les sauver - ou croire qu'ils s'sauveront l'un l'autre avec le temps.

Ou alors j'pourrais m'poser en lot de consolation. C'que Mallory il en vaudrait la peine, et j'cache pas que ca pourrait être marrant d'être son beau-frère, et plus si l'affinité s'trouve. C'que Mallory en fantasme sur pattes ca fait longtemps qu'c'est le cas dans ma liste d'beaux gosses absolus. Y a rarement que je m'offre du sexe pour l'plaisir - c'trop souvent que je le fais pour l'profit de mon père. Mais Mallory j'crois que je pourrais juste en profiter à en oublier toute la bouse d'hippogriffe qui a dans ma vie.
MALLO – « Hé, les familles défectueuses de sang-purs tarés ça nous connait hein… et merci du compliment t’es pas trop mal dans ton genre non plus c’est presque dommage que ce ne soit pas toi qui soit au menu ! »
ODE — « J'pourrais être l'dessert si j'me trouve une jolie cerise à porter en haut du gâteau. » J'arque un sourcil, jouant des séducteurs sans m'soucier des regards qui s'tournent sur notre jeu. Surtout qu'Mallory s'approche,e t j'le laisse faire. J'prends le même mouvement lent, quand il glisse vers mon oreille, ma joue, mes lèvres - c'qu'il sent bon l'bordel, un parfum qui m'arrache un gémissement d'appréciation. Et j'ferme à demi-les paupières pour m'en enivrer à mort.
MALLO – « Tellement sexy bro, tellement incestueux, n’est-ce pas la recette magique du bonheur… » Sans doute - sans doute - et j'préfère l'voir qui frôle mes lèvres qu'de m'en saisir. C'une tension qui monte de douze milles crans entre nous, et ca fait frémir tout l'corps d'appréhension. J'fais jamais l'amour, j'baise pour être payé d'profit, mais pour Mallory j'fais tout ce qu'il veut. C'qu'il sait ce qu'il fait - ca étonnant qu'il ait sa réputation d'tombeur. D'même qu'je me dis qu'il serait succulent pour s'en saisir et devenir accroc - en bon droguée. Qu'la nouvelle drogue ca puisse être l'corps de Mallory, lui offre un peu d'bonheur à devenir un Shacklebolt, puisqu'il veut pas d'L.
MALLO – « T’es le plus sexy des futurs beaux-frères… »
ODE — « C'sans doute plutôt toi j'pense. On devrait s'découvrir plus en profondeur pour l'décider. » Qu'je glisse avec le même murmure chaud qui jallit en douces promesses entre nous. Jusqu'à c'qu'il recule et que l'moment s'brise, m'faisant retrouver l'sourire et les taquineries pour l'voir sourire comme avant.
C'qu'il me revient, mon meilleur ami.
MALLO – « Ah le mystérieux carnet d’adresse que je posséderais mais que personne n’a encore vu ? »
ODE — « Pas si mystérieux, j't'ai vu y foutre le numéro c'te fille lors des vacances d'Hiver. T'sais, Miss Je suis la reine des fées j'te fais voir des paillettes . » Qu'je dis plutôt en levant les yeux au ciel au souvenir d'toutes les perchées qu'on a pu croiser aux soirées d'sang pur en Angleterre. « Et … par hasard, y aura pas d'quoi contacter Silent Selwyn dans ton carnet, hum… ? » Qu'je tâche de demander l'air d'rien, comme pour m'assurer… D'quoi au juste ? Qu'Mallory a pas été proche d'Silent ? ou qu'vraiment elle a juste été à moi ? Qu'j'apprends plus sur elle, à mesure du temps, et j'tente de faire croire que ca m'marques pas, mais c'te fille - c'te fille qui vient d'entrer dans la Grande salle avec toute sa foutue beauté qui m'arrache l'souffle pour m'faire oublier comment on vit - elle m'fait un truc que je sais pas décrire. Et j'veux savoir plus, par tous les moyens.
ODE — « En tant qu'Rowle, t'saurais pas des trucs sur l'compte des Selwyn ? »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Sam 1 Juil - 3:33

Mallory se sentait un peu allégé depuis que la conversation avait tourné du sujet de Light. Il sentait malgré tout encore sur ses épaules le poids de sa culpabilité d’avoir laissé Abigaëlle nue et endormie dans ses draps, foutrement sexy et qu’il désirait encore ardemment. Il l’aurait presque réveillée pour lui refaire l’amour mais non, il s’était tiré comme le pauvre mec qu’il était et après tout il n’avait jamais vraiment prétendu le contraire et il ignorait totalement à quelle sauce elle allait le manger après cet acte délibéré d’abandon. Une chose était sure, elle serait furieuse et elle aurait probablement raison mais ça, jamais au grand jamais il ne l’admettrait. Il la revoyait encore avec ses magnifiques boucles brunes coulant sur son corps telles des vagues sur la plage de son corps. Son souffle soulevant sa délicate poitrine découverte qu’il avait embrassée si fougueusement la veille et ses lèvres si parfaites qu’il avait malmenées du bout de ses dents. Il tenta de la chasser de son esprit ressentant une vague d’excitation à la simple idée qu’elle puisse encore être nue et endormie dans son lit, il n’était peut-être pas trop tard pour faire demi-tour et le retrouver. Non, ce n’était pas sa place, il n’avait pas le droit d’y retourner et elle n’aurait qu’à comprendre. Ils n’avaient pas d’avenir si ce n’est une amitié déchirée comme son boxer la veille.

Le serpentard luttait pour repousser la brune de son esprit et il se demanda de quoi pourrait être faite sa journée avec Ode, avait-il seulement l’envie de traîner avec lui ? Il l’ignorait, mais il espérait sérieusement qu’il le ferait. Il avait bien besoin d’une journée entière avec son meilleure amie pour se sortir toutes ces merdes de son esprit et les remplacer avec un bon paquet de fumée et de fous rires inexpliqués. Il regarda Ode, oui, il pourrait être le parfait dessert, Mallory en avait rêvé une grande partie de son adolescence lorsque durant l’été après avoir fait les idiots il voyait Ode retirer son t-shirt devant lui de manière totalement nonchalante et qu’il s’imaginait glisser ses mains sur son torse parfait, lui mordre le cou pour le faire frissonner de désir. Ode avait été son fantasme permanent depuis sa puberté le genre de fantasme qu’on ne dit à personne et encore moins à l’intéressé et qu’on garde précieusement en soi pour les nuits solitaires.

ODE – « Pas si mystérieux j’tai vu y foutre le numéro de c’te fille lors des vacances d’Hiver. T’sais, Miss Je suis la reine des fées et j’te fais voir des paillettes. »

Pour lui en faire voir des paillettes, elle avait fait plus que ça, ils s’étaient revus deux trois fois uniquement pour du sexe endiablé. C’avait été bien l’temps que ça avait duré, il ne l’avait plus jamais revue après ça et il ne s’en portait pas plus mal. Il se rendait bien compte qu’après un certain nombre de fois il se sentait piégé dans un début de relation où l’autre avait l’impression qu’il pourrait s’attarder après l’acte et avoir des conversations sur l’oreiller, il détestait ça alors dès qu’il sentait que son ou sa partenaire développait un quelconque attachement il y mettait fin sans trop de chichi. Sauf avec Fergus, c’était différent et il ne se l’était jamais trop expliqué, c’était une relation avec un pote alors il devait reconnaître que parfois il s’était étonné à s’attarder avec lui à rire et à déblatérer des âneries mais c’était bien l’seul.

MALLO – « C’est pas faux, mais alors t’es bien l’seul au courant et on va s’arranger pour que ça reste comme ça ! »

Mallory savait pertinemment qu’Ode ne divulguerait jamais son secret ni même aucun de ses secrets et dieu sait qu’il en avait. Mallo n’avait jamais vraiment raconté son enfance à Ode ou seulement les grandes lignes mais il s’était bien vite rendu compte qu’Ode avait compris, compris que Mallory n’avait jamais vraiment eu de famille au sens large du terme. Son père était un tyran ayant abusé de sa position et l’ayant violenté physiquement mais surtout moralement et sa mère avait laissé faire affichant une attitude distante et détachée envers son premier né. Il avait entendu les cauchemars de Mallory lorsque parfois ils avaient été amené à dormir ensemble, les murmures terrifiés dans son sommeil et surtout il avait constaté l’état physique de Mallory à son retour à Poudlard après un été d’entrainement pour devenir animagus. Ils n’avaient définitivement jamais vraiment eu besoin de mots pour comprendre qu’ils avaient besoin d’évasion et surtout de s’évader ensemble.

ODE – « Et… par hasard, y aurait pas d’quoi contacter Silent Selwyn dans ton carnet, hum… ? »

Silent Selwyn, Mallory ignorait ce que Ode pourrait bien lui vouloir. La plupart des familles de sang-pur étaient toutes un peu décalées chacune à sa façon et les Selwyn ne dérogeaient pas à la règle si ce n’est qu’ils donnaient l’impression de se considérer à part assez que pour ne pas dévoiler trop de leur mode de fonctionnement et même si Mallory avait déjà croisé Silent à quelques occasions il ne s’y était jamais trop intéressée, pas qu’elle ne soit pas terriblement belle au contraire. Il n’avait juste jamais ressenti un quelconque intérêt partagé alors il était naturellement passé à autre chose en quelques secondes à peine.

ODE – « En tant qu’Rowle, t’saurais pas des trucs sur l’compte des Selwyn ? »

MALLO – « Tu m’inquiètes Ode. A t’regarder on dirait qu’t’es mordu par la petite Selwyn. Je te dirais bien qu’on dirait qu’on t’a jeté un sort mais c’un peu trop facile à mon goût. »

MALLO – « Tout ce que je peux te dire c’est ce que tu dois sans doute déjà savoir en tant que Shacklebolt ; c’une famille étrange qui ne se mêle pas trop aux autres et qui s’donne l’impression d’être au-dessus du reste du monde quant à la fille Selwyn je la connais vaguement. Nom d’un hippogriffe qu’est-ce que t’es en train d’me faire là, t’aurais pas l’palpitant qui s’ramolli toi par tout hasard ? »

Mallory s’amusait réellement de la situation, il n’avait jamais vu Ode s’intéresser réellement à une fille auparavant et si celui-ci s’était permis de taquiner un peu le Serpentard il méritait de récupérer la monnaie de sa pièce. Il haussa un sourcil mi moqueur mi inquisiteur, lui aussi était devenu soudainement intéressé par cette Silent, pas pour lui mais pour comprendre ce qui créait tout ce trouble dans sa bromance.

Le Serpentard capta alors le regard de son ami qui semblait se poser au loin sur la table de Serdaigle et il sourit à nouveau, elle venait d’arriver dans la grande salle alors Mallory jeta un œil sur le trouble de son ami. De dos elle aurait pu être confondue avec Abigaëlle, cette même chevelure parfaite et brune coulant sur ses épaules… Ils avaient décidemment des goûts similaires.

MALLO – « Parlons plus sérieusement Ode, je sais qu’il est encore un peu tôt mais qu’est-ce que tu penses du fait qu’on se mette littéralement minable aujourd’hui ? »

Il avait besoin de se changer les idées et Ode était son homme quand il s’agissait de faire la fête ou juste de se mettre minable et de divaguer comme deux abrutis persuadés que leurs propos ridicules avaient un minimum de cohérence. C’était d’ailleurs la seule personne avec laquelle Mallory s’autorisait ce genre d’écart car il ne prendrait jamais le risque de se rendre aussi vulnérable avec qui que ce soit d’autre. Certainement pas avec Théodore Nott trainant dans les parages à l’affut du moindre de ses écarts.

Puis, il avait besoin d’une porte de sortie, d’une échappatoire au parfum d’Abigaëlle encore bien ancré en lui. Il devait résister à l’appel de la créature de rêve encore endormie dans son dortoir, il ne voulait surtout pas la croiser aujourd’hui. Ode allait une fois de plus lui sauver la mise sans même sans rendre compte.

MALLO – « Il doit bien être l’heure de faire la fête quelque part dans l’monde non ? »

Il savait bien qu’il n’avait pas besoin de chercher une excuse pour justifier son envie de se vider l’esprit c’est d’ailleurs pour ça qu’il s’était permis d’ajouter cette remarque un immense sourire aux lèvres. Mallo n’avait aucun de mal à se remémorer toutes les soirées décadentes qu’il avait pu passer avec Ode. Les deux adolescents finissant dans des états plus ridicules à chaque fois et se réveillant à moitié nu dans la maison d’un ou une inconnue, à de nombreuses reprises ils étaient passé à rien d’un plan à trois. C’en était presque dommage, non ; c’était complètement dommage !

_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Sam 1 Juil - 23:51

Love to hate it
Mallory & Ode

J'suis pas de ceux qui dépassaient les limites de l'intimité à poser des questions qui foutent mal à l'aise. J'crois que la majorité des étudiants de cette école assument juste l'idée que j'sois je men foutiste, et que leur vie m'intéressent pas. Ils ont pas tord pour la plupart, et si j'aime foutre la paix aux autres, c'parce que j'entends qu'on fasse d'même pour moi. J'aime pas les intrusions, les gens curieux qui pensent que leur gentillesse et leur Steuplait ca leur donne l'droit de demander c'qu'ils veulent. C'stupide, vraiment, de croire que la politesse ca ouvre la porte d'toute l'intimité des autres. J'donne pas mon intimité, j'donne pas mes secrets, et j'donne rarement mon intérêt aux autres. Mais Mallory j'passais des heures à l'observer, parce qu'on s'est entendu très vite tous les deux, et qu'je pense aussi que c'est ca l'amitié - c'apprendre l'autre par coeur sans même qu'il s'en rendre compte. J'suis pas sûre qu'Mallo il sache ce que je sais vraiment de lui, et j'suis pas sûre d'le savoir moi-même. C'juste que je sais souvent comment faut agir pour l'sortir de ses pensés néfastes, et qu'en tant qu'ami c'mon devoir de le faire sourire, et d'lui faire oublier.
Alors j'parle de choses qui ont pas d'importance, mais qui l'font marrer. Comme s'foutu carnet qui rend dingue tous les séducteurs de l'école. C'comme un fait stupide, qui devient une légende, parce que soudainement y a dedans tous les numéros des filles d'Angleterre qui sont assez belles pour s'faire allonger. Comme si c'tait possible de juste écrire l'nom d'une fille pour qu'le carnet donne toutes les informations. C'pas qu'il soit vraiment magique, mais il l'était dans la tête des gens. Sauf qu'pour ma part j'sais qu'il s'y trouve aussi des numéros d'belles tarés auxquelles il a pas su s'refuser le Rowle.
MALLO – « C’est pas faux, mais alors t’es bien l’seul au courant et on va s’arranger pour que ça reste comme ça ! »
ODE — « T'sais que j'emporterai tous tes sales petits secrets dans ma tombe Rowle. » Qu'je promets une fois encore, en posant mon doigt sur ma bouche avec un Ssssh surjoué et moqueur. Jusqu'à ce que mon attention s'porte ailleurs - vers la table des Serdaigles où y a la belle Silent qui vient d's'assoir.

J'sais pas pourquoi j'interroge Mallory à son sujet - j'sais pas pourquoi j'reviens toujours à cette fille en vrai. Depuis le bal des Rosier où on a passé la soirée à s'montrer des sentiments que je pensais jamais ressentir, je l'ai dans la tête constamment. C'tait un songe, Silent. Un bal masqué ca nous a ammené à nous apprendre sans nous connaitre, et à nous aimer dans l'intimité sans avoir d'nom à gueuler au moment de l'orgasme. Sauf qu'elle est partie, juste, en laissant un collier derrière elle que je quitte plus depuis. C'était un secret, une soirée que je pensais presque être pas vraie, et si c'était pas pour le collier j'aurai pensé qu'j'avais encore trop abusé d'substances illégales. Sauf qu'le collier existe et Silent aussi.
MALLO – « Tu m’inquiètes Ode. A t’regarder on dirait qu’t’es mordu par la petite Selwyn. Je te dirais bien qu’on dirait qu’on t’a jeté un sort mais c’un peu trop facile à mon goût. » J'souris - encore plus stupide, et encore moins discret, d'me faire sourire pour une fille c'pas mon genre. J'suis pas comme les autres à les allonger, j'préfère fumer avec elle pour voir l'effet sur leur capacité. Souvent elles s'perdent dans le flou ou alors elles perdent leur dignité en dansant nue pour m'chauffer. J'dis pas que je couche jamais avec, mais qu'c'est pas ce qui a le plus d'intérêt pour moi. Sauf peut être que Silent j'voudrais jamais la voir qui devient un jouet entre mes doigts d'drogué.
MALLO – « Tout ce que je peux te dire c’est ce que tu dois sans doute déjà savoir en tant que Shacklebolt ; c’une famille étrange qui ne se mêle pas trop aux autres et qui s’donne l’impression d’être au-dessus du reste du monde quant à la fille Selwyn je la connais vaguement. Nom d’un hippogriffe qu’est-ce que t’es en train d’me faire là, t’aurais pas l’palpitant qui s’ramolli toi par tout hasard ? »
ODE — « Il s'ramollit pas, j'ai jamais été aussi dur, crois moi. » J'réponds plutôt avec un sourire qui vient illuminer mon regard. C'aussi ca la force de Mallory. M'fait sourire pour qu'tout le reste s'illumine d'la même joie. « J'sais pas c'qu'elle me fait, mais c'te fille-là, Mallo, elle est différente des autres. T'imagine qu'je lui ai proposé un rendez-vous ? Genre comme les couples normaux t'vois. J'sais ps c'qu'il m'a pris, elle m'fait perdre mes moyens. » Qu'j'avoue à mon ami - parce que j'me dis qu'il me jugera pas si durement qu'ca au final.

Bien qu'finalement il change d'sujet aussi parce qu'il en a surement besoin, et j'quitte Silent des yeux pour m'reconcentrer tout entier sur lui.
MALLO – « Parlons plus sérieusement Ode, je sais qu’il est encore un peu tôt mais qu’est-ce que tu penses du fait qu’on se mette littéralement minable aujourd’hui ? »
ODE — « Parce qu'il y a d'autres moyens d'passer la journée qu'minable ? J'savais pas. » Qu'je réponds, en prenant mon sac qui s'est posé par terre pour tirer dedans d'quoi réjouir la gueule de Mallory.
MALLO – « Il doit bien être l’heure de faire la fête quelque part dans l’monde non ? »
ODE — « C'une évidence, même un état d'esprit. J'pas d'alcool mais s'tu peux te contenter d'venin de Billywigs, et d'feuilles de Sureau ensorcelée on peut prêtre s'mettre à planer. »  Qu'je propose alors en sortant un d'ces feuilles de papier dans l'quel je roule du Sureau pour en faire un clope comme ls moldus. J'vois pas comment les fumer autrement et c'truc c'est ingénieux. Alors j'en fais deux, sacrément long, l'temps que mon ami s'terminer son déjeuner, l'attendant avec toute la patience qu'on m'a doté, et sans chercher plus avant c'qu'il veut fuir. J'suis pas pour l'aider à courir, pas pour l'raisonner.
ODE — « On y va quand t'es prêt. «


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Mer 5 Juil - 16:34

Ode était l’meilleur parce qu’il ne jugeait jamais rien, ne posait jamais trop d’question et qu’il était toujours disponibles pour faire les pires débilités avec Mallory. Le partenaire de crime idéal, il savait que si un jour il devait enterrer un cadavre Ode apporterait les pelles et f’rait sans doute une blague rudement déplacée. Mallory le lui rendait bien évidemment. Il se doutait bien que quelque chose ne tournait pas toujours rond dans la tête de son meilleur ami et que ses yeux étaient parfois traversés d’une pointe de honte ou de mélancolie mais il ignorait bien pourquoi et si Ode n’en parlait pas, il n’était personne que pour l’interroger. Bien qu’il soit prêt à l’écouter si un jour le besoin se faisait ressentir pour Ode mais il se rendait compte que ses sorties ensemble étaient probablement bien plus thérapeutique que tout le blabla dérisoire qu’ils auraient pu avoir.

ODE – « Il s’ramollit pas, je n’ai jamais été aussi dur, crois-moi. »

Mallory eut de la difficulté à retenir un fou rire. Il se contenta d’un immense sourire se mordant en même temps la lèvre inférieure. Pour avoir vu son meilleur ami dans toutes les situations il ne doutait pas de la dureté de la chose ou même de la personne. Merlin, qu’il aimait rire avec lui.

ODE – « J’sais pas c’qu’elle me fait, mais c’te fille-là, Mallo, elle est différente des autres. T’imagine qu’je lui ai proposé un rendez-vous ? Genre comme les couples normaux t’vois. J’sais pas c’qu’il m’a pris, elle m’fait perdre mes moyens. »

Il arqua un sourcil et posa la paume de sa main sur le front de son meilleur ami mimant la prise de sa température tout en fronçant les sourcils. Décidément le monde avait décidé de lui foutre de sa vie en l’air, entre ses fiançailles et le vol de son meilleur ami par une fille. Les soirées durant lesquelles les filles passaient de son meilleur à lui et vice versa lui semblaient bien loin, était-ce la fin d’une époque et de cette orgie permanente de sexe et de stupéfiants. Il retira sa main en faisant non de la tête avec un air contrit.

MALLO – « J’crois qu’t’es foutu, je mets fin à tes souffrances maintenant ou on remet ça à plus tard ? Tu te rends compte qu’on arrive bientôt à la fin de MA dernière année et quand l’espace de même pas une semaine je me retrouve fiancé à ta sœur et toi complètement gaga d’une brune aux yeux d’biche et à la famille probablement bien plus dangereuse que toutes les familles de sang-pur réunies ? Je te souhaite bonne chance, j’viendrais déposer des fleurs sur ta tombe avec ma future petite femme… »

Mallory n’était pas fâché pour le moins du monde, il s’était résigné à ce qu’un tas de bouse d’hippogriffe lui tombe constamment sur la tête. Il était toujours dans l’attente de la prochaine volée prédisant que ce serait le regard furibond d’Abigaëlle qu’il croiserait au détour d’un couloir ou les yeux de Light le narguant. Il était temps d’échapper à ses responsabilités et profite d’Ode avant qu’il vende définitivement son âme au diable.

ODE – « Parce qu’il y a d’autres moyens d’passer la journée qu’minable ? J’savais pas. »

Non, il n’y en avait sans doute pas ou en tout cas pas en ce moment. Il avait bien l’intention de se ruiner le cerveau et il n’avait rien d’mieux à faire aujourd’hui si ce n’est peut-être réviser pour ses examens mais en avait-il réellement besoin lorsqu’il se retrouvait obligé à passer la majorité de l’été enfermé à étudier la magie.

MALLO – « Non je ne crois pas. Il doit bien être l’heure de faire la fête quelque part dans l’monde non ? »

ODE – « C’une évidence, même un état d’esprit. J’pas d’alcool mais s’tu peux te contenter d’venin de Billywigs, et d’feuilles de Sureau ensorcelée on peut peut-être s’mettre à planer. »

Mallory lança un regard vers son propre sac duquel dépassait le goulot d’une bouteille de wisky pur-feu. Puis il lança à Ode un sourire amusé en haussant les épaules. Ils étaient définitivement prêts à affronter l’après-midi de la manière la plus appropriée au monde : Minable, pathétique, hilare mais complètement inconscients du reste du monde.

ODE – « On y va quand t’es prêt. »

Il se leva d’un comme un accord avec Ode et attrapèrent leur sac respectif non sans se lancer des petits regards mi amusés mi rieurs. Ils savaient que l’après-midi serait à la hauteur de leur espérance, ceci dit le Serpentard n’avait aucune idée de l’endroit où ils allaient se rendre et était plutôt tenter de laisser Ode mener la danse.


_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Mer 5 Juil - 17:12

Love to hate it
Mallory & Ode

C'est terrifiant en vrai, que dés que Silent entre dans la pièce j'puisse pas décrocher mon regard d'elle. J'ai le coeur qui s'décroche presque de ma poitrine, qui bat au point que j'entende que ca - et c'est fou qu'cette fille soit capable d'me faire tomber pour elle aussi rapidement. D'autant que j'peux pas. J'peux pas me permettre d'la souiller de toute la bouse d'hippogriffe que je me trimballe. C'qu'elle mériterait l'monde à ses pieds, Silent Selwyn. C'une reine devant c'monde où tout s'engloutit dans un fouilli sanglant. C'la guerre, qu'ils disent au dehors. Mais au dedans c'pas mieux - entre les orgueils mal placé, les vengeances d'petites amies bafouées, ou encore l'monde des populaires qui veulent être l'premier sur la liste d'plus beau - c'est la guerre depuis longtemps dans l'école d'magie. C'est l'adolescence qui veut ca, parce que les sentiments sont pas contrôlables. Parce qu'on peut pas juste les faire taire non plus - et qu'on doit juste s'habituer à vivre avec. Mais c'trop bruyant, trop violent, trop soudain, alors il reste qu'la panique, et le désir d'sen extraire sans jamais le pouvoir. Silent m'fait sentir comme si le sol s'échapper d'sous mes pieds, et que j'pouvais me raccrocher qu'à son regard pour pas disparaitre. Que j'devais vivre dans ses orbes violettes insensées.
Sauf que c'est nouveau, et que Mallory il l'voit bien. J'pas la prétention de pouvoir - ou même de vouloir - cacher ca à mon meilleur ami. C'bien le seul qui peut s'targuer de m'écouter dans mes divagations. Et on a assez débauché d'filles ensemble pour qu'il ait l'droit de savoir quand y en a une que j'veux pas qu'il touche - Silent, étrangment j'me vois pas la partager. Les autres ca comptait pas - c'tait un jeu, et bien souvent si Mallo les prenait pour les faire hurler, j'préférais les faire planer jusqu'à c'que nos corps s'mélangent sans même qu'on garde d'souvenir de ca. Ou qu'on s'mélangent pas du tout - pour ce que ca compte. Pour l'plaisir, j'toujours préféré la drogue au sexe facile.
MALLO – « J’crois qu’t’es foutu, je mets fin à tes souffrances maintenant ou on remet ça à plus tard ? Tu te rends compte qu’on arrive bientôt à la fin de MA dernière année et quand l’espace de même pas une semaine je me retrouve fiancé à ta sœur et toi complètement gaga d’une brune aux yeux d’biche et à la famille probablement bien plus dangereuse que toutes les familles de sang-pur réunies ? Je te souhaite bonne chance, j’viendrais déposer des fleurs sur ta tombe avec ma future petite femme… » J'lève les yeux au ciel - face à ce mélodramatisme qui passe à peine pour de la compassion. J'sais qu'il y a pas de méchanceté là-dedans, mais j'vois aussi qu'il y a cette peur dans l'regard de Mallory d'voir son monde qui s'effondre. J'sais pas ce qu'il me dit pas - mais il est trop important pour que je le laisse tomber dans l'vide tout seul.
ODE — « M'rappelle pas qu'ut m'abandonneras l'année prochaine. Ca va être horrible ici sans toi. Et c'une semaine normale - un peu de drame pour nous tenir éveiller. L'fait que je sois gaga ca change pas qu'tu sois l'homme d'ma vie Mallo, y a personne qui peut t'prendre ta place dans mon coeur. » Qu'je glisse en m'penchant vers de nouveau, posant plutôt cette fois ce baiser papillon près de ses lèvres tentatrices. C'que Mallory il s'rait la seule tentation qu'je pourrais m'offrir - maintenant qu'je bande plus pour d'autres que Silent. A croire qu'mon coeur s'est déjà embarqué dans l'aventure.

Et c'la que Mallo offre de passer le temps au-dehors.
MALLO – « Non je ne crois pas. Il doit bien être l’heure de faire la fête quelque part dans l’monde non ? » Alors j'suis qui pour le lui refuser. J'préfère préparer de quoi s'faire planer, et sortir de la pièce avec mon meilleur ami sur les talons. Qu'la journée va vite passer à nouveau deux c'est certains. Alors je l'embarque hors du château, pour rejoindre le coin derrière la serre de Botanique où y a personne qui passe jamais - normal y a ici un arbre enragé qui parfois s'met à jeter des épines vers les étudiants. L'Saule Cogneur c'est le plus méchant, et mortel, mis y a d'autres spécimens fort sympathiques dans le parc. Sauf que celui-ci il s'trouve ne pas bouger quand on l'laisse tranquille. J'emporte Mallory derrière l'tronc, vers des pierres assez grosses pour qu'on s'installe avant d'lui filer une roulée et d'prendre ma baguette pour la lui allumer. A défaut de l'allumer lui -
ODE — « Alors maintenant dis moi c'qu'on vient éviter tout l'après midi ici ? C'quoi que tu veux pas m'dire Mallorny ? »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Sam 29 Juil - 1:46

Si Mallory était à l’origine inquiet de la réaction d’Ode à ses fiançailles avec sa jumelle il semblait bien trop confus pas d’autres choses que pour s’attarder plus longtemps sur la situation et cela soulageait le brun. Il n’avait aucune envie de manquer de respect à Light même s’il devait avouer qu’elle était probablement atteinte d’une douce folie, il avait l’habitude de celle d’Ode mais Abi elle, lui semblait presque indomptable. Il avait eu un semblant de rendez-vous avec elle et il ne pouvait pas dire que ça c’était bien ou mal passé, elle l’avait agacé au plus haut point, proposant de lui enlever leurs enfants fictifs et de l’abandonner pour retourner vivre dans son bayou stupide. Il s’était senti tellement furieux, hors de lui. Pas question de reproduire son histoire familiale avec ses enfants et c’était sans doute en partie pourquoi il vivait si mal ce mariage arrangé. Il ne voulait pas finir comme eux… Ses parents, parfait en apparence et ridicules dans l’intimité, absents de la vie de leurs enfants, s’entourant de précepteurs et tuteurs et ne montrant leur intérêt que par la violence et les brimades. Le cercle vicieux devait prendre fin avec lui d’une façon ou d’une autre et Light ne devait pas oser se mettre en travers de sa route. D’un autre côté elle était prête à le laisser mener sa vie comme il l’entendait et ça voulait dire qu’il pourrait garder Abigaëlle, mais la garder pourquoi ? Pour quel genre de vie et puis il ignorait bien pourquoi elle lui venait à l’esprit. C’était sa meilleure amie certes mais rien de plus, ou se trompait-il ? C’était une confusion perpétuelle et il détestait ça, il détestait Light et Abigaëlle et tous les autres… Tous les autres sauf Ode, parce que lui il avait autre chose dans la tête et qu’il ne lui prenait jamais la sienne. Il était la constante de sa vie et c’était le seul qu’il aimait vraiment. C’était une certitude, lui qui ne s’embarrassait ni des sentiments ni des gens lui les portant n’avait finalement besoin que d’une seule personne dans sa vie, Ode Shacklebolt. Le frère qu’il aurait aimé avoir (qu’il aurait peut-être pu avoir s’il en avait eu quelque chose à faire de son propre frère), le meilleur ami et la seule personne à qui il pouvait confier ses états d’âme, pas qu’il le fasse spécialement étant donné que leur relation ne le nécessitait pas vraiment ; ils se comprenaient sans parler quand ils le faisaient c’était uniquement pas que la situation était grave.

Silent Selwyn semblait l’avoir atteint au plus profond de son âme au point qu’il fasse un truc que Mallory considérait être du « jamais vu ». Il l’avait invitée à un rendez-vous galant. Hors du commun, fou, impressionant : Ode Shacklebolt. Après tout, Mallory avait proposé un rendez-vous à Light mais ce n’était pas pareil, c’était sa fiancée et il n’avait pas le choix, il fallait faire bonne figure. Il voyait bien le regard plein d’étoiles de son meilleur ami, son air presque bête. Il aurait pu être jaloux et il l’était probablement un peu sans trop savoir pourquoi. Il n’aimait pas l’idée de perdre son meilleur ami, son bro pour une fille, il était celui qui était fiancé et pourtant c’était Ode le mec plein d’paillettes au regard perdu dans une crinière brune. Mallo n’avait aucune envie de partager son meilleur ami et il n’avait jamais dû avant, il ne comptait plus le nombre de plan à trois qu’il avait eu avec Ode, ils se regardaient l’un l’autre, s’effleuraient à peine sans jamais se débarrasser de la personne qui était finalement en trop. Ils se contentaient d’en rire et Mallory ne lui avait jamais dit à quel point c’était ses hanches qu’il rêvait d’agripper et que c’était son nom qu’il voulait l’entendre hurler jusqu’à en perdre la voix. Après tout, ses relations amicales étaient sans doute déjà assez compliquées sans évoquer à nouveau Light. Cela f’rait sans doute mauvais genre de s’taper son beau-frère jusqu’à ce qu’il s’évanouisse. Pourquoi était-il jaloux alors, il avait peut-être simplement peur de perdre la meilleure part de lui-même. L’un des deniers morceaux de son humanité.

L’année prochaine ils seraient de tout façon séparer, au moins pour un an. Pendant qu’il tenterait de garder sa vie, Ode ferait la sienne dans l’ignorance et peut-être dans les bras de Silent Selwyn. Pour l’heure il ne voulait pas y penser, il voulait boire, s’amuser, oublier et prétendre que rien de tout cela n’existait. Mallory s’était donc levé, le cœur à peine plus léger suivant de près son meilleur ami non sans lancé un regard plein de jalousie ou de haine vers la table des Serdaigles. Au moins aujourd’hui il serait encore un peu à lui.
Il suivait toujours Ode quittant le château et dépassant les serres de botanique, craignant malgré tout ne serait-ce qu’un peu de tomber sur une autre crinière brune, de celle qui lui donnerait des petits coup d’poing sur le torse pour l’avoir abandonnée dans le lit qu’ils avaient partagés la veille. Puis, il se rassura, personne ne venait jamais ici ou presque personne. Mallo s’installa sur une pierre à côté d’Ode et sorti de son sac en cuir brun la bouteille de Wisky pur-feu et ce n’était pas ce qu’on pourrait appeler de la mauvaise qualité, il l’avait « empruntée » dans la réserve de son père. Il accepta la roulée que lui fila Ode et se laissa allumer du bout de la baguette par celui-ci. Il ne fumait pratiquement jamais, il détestait quand Abigaëlle le faisait mais avec Ode c’était un autre Mallory, Mallorny comme il aimait l’appeler.

ODE – « Alors maintenant, dis-moi c’qu’on vient éviter tout l’après-midi ici ? C’quoi que tu veux pas m’dire Mallorny. »

Mallo tira sur la cigarette roulée et soupira en recrachant la fumée, par quoi commencer ?

MALLO – « J’évite MacFusty, Abigaëlle pour être précis. Parce que crois-moi que si je croise l’autre MacFusty par contre, la Ysolte, cette espère de zinzin qui sème la zizanie se sera une tout autre histoire. »

MALLO – « Tu sais qu’Abigaëlle et moi on est ami depuis aussi longtemps que toi et moi et je crois que j’ai salement fait l’con du genre on s’ra probablement plus amis après ça. Je gère vraiment comme un dieu mes relations c’est fou. »

Il était plein de sarcasmes, il avait envie de dire à Ode qu’il avait couché avec elle et qu’il pensait que ça signifiait quelque chose mais il ne souhaitait pas qu’il lui en tienne rigueur vis-à-vis de Light.

MALLO – « Elle vit mal mes fiançailles avec ta sœur. Sans parler de l’autre tarée qui a été fourrer son nez dans mes histoires et lui a rempli la tête de choses qui entre nous sont vraies mais qu’Abi n’avait pas besoin de savoir. Genre, tu te souviens de Fergus de la même famille que les deux autres ? »

Mallory n’avait jamais dit à personne qu’il couchait ou entretenait une relation avec Fergus MacFusty pas parce qu’il avait envie que ce soit un secret mais juste qu’il ne racontait jamais sa vie privée ou en tout cas aussi intime quant à Abigaëlle, il avait toujours anticipé sa réaction, probablement démesurée.

MALLO – « J’ai commencé à coucher avec lui quelques fois avant qu’il finisse ses études et on s’voyait d’temps en temps. Je crois qu’Ysolte le sait, d’une façon ou d’une autre et elle essaye de le laisser entendre à Abigaëlle. Je n’ai jamais autant voulu écraser quelqu’un que cette dingo. D’ailleurs si t’as une idée je suis preneur. Bref pour en revenir à Abi, c’est compliqué et j’pense pas qu’on soit encore potes ou alors elle est cool comme un concombre et je ne suis qu’un crétin. Va savoir. »

Il se débarrassa du bouchon de la bouteille et avala une lampée du liquide brûlant. Une vague de chaleur envahissant tout son corps. Il tendit la bouteille à Ode attendant avec une certaine appréhension sa réaction et décida malgré tout d’enchaîner.

MALLO – « Du coup, t’es amoureux alors ? »




_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Dim 30 Juil - 17:24

Love to hate it
Mallory & Ode

Y a sans doute pas d'meilleur moyen d'passer du bon temps, qu'avec un type qu'on aime plus qu'son propre frère - ou plus qu'son propre sang. J'coulerai le miens sans hésiter pour Mallory Rowle, et ils sont pas nombreux à avoir c'privilège. J'me crèverai au sang pour c'type, si c'est pour l'rendre plus heureux et qu'son sourire illumine d'nouveau son regard. Mais c'pas le cas ce matin, faut pas être un géni pour savoir qu'le sang pur il cache plus d'souci qu'il l'fait croire en restant juste dans son coin comme un gamin boudeur. Personne fait attention, sans doute habituer aux tragiques histoires qu'les sang pur s'causent pour rendre leur vie passionnante. Ca m'fait toujours rire - en vrai - d'les observer se débattre avec leurs sentiments qu'on leur apprend tôt à refouler. C'tait mon cas aussi - sauf qu'avec L. on a jamais été doué pour suivre les ordres, et on a apprit à vivre dans l'Bayou on chassant l'crocodile - autant dire qu'il fallait être sauvage et courageux, et pas ravaler la rage qu'on peut avoir au corps. Alors ca m'étonnerait pas qu'en étant fiancé à ma soeur Mallo découvre plus d'couleurs dans l'monde qu'il pense qu'il y a. Même si parfois s'trouve une fille qui peut lui faire toucher les étoiles - c'la galaxie qu'ma soeur peut foutre dans son univers s'il la laisse faire. J'crois pas avoir un jour pensé les voir s'rapprocher, mais j'mentirai pas en disant qu'je veux pas voir c'que ca peut donner.
D'un côté Mallo qui souffre d'trop d'blessures pour pas être renfermé du monde pour s'protéger - et d'lautre Light qui veut juste vivre toute chose avec trop d'intensité, quitte à s'brûler les ailes et à perdre parfois plus d'naïveté et d'innocence. L'chaud et le froid, l'jour la nuit, d'deux âmes qui brûlent avec autant d'vigueur et s'rencontre dans un fracas assourdissant. Y a que l'avenir qui pourra dessiner un autre tableau, mais j'attends d'en voir les couleurs avec impatience.

Mais pour l'moment l'esprit qu'Mallo est ailleurs, et après avoir parlé d'sujets qui fachent, et d'autres qui font planer, on s'retrouve à s'envoyer un joint dans une allée plus tranquille d'Poudlard. Pour être juste nous deux, et pas l'reste du monde pour nous emmerder. Être juste nous deux, c'toujours une foutue bonne chose en vrai.
MALLORY — « J’évite MacFusty, Abigaëlle pour être précis. Parce que crois-moi que si je croise l’autre MacFusty par contre, la Ysolte, cette espère de zinzin qui sème la zizanie se sera une tout autre histoire.  » Abigaëlle - c'une nouvelle qui a l'mérite d'me questionner une seconde. Une seconde où j'croise le regard coupable d'Mallory et j'retiens à peine un sourire en coin. C'qu'Abigaëlle elle le suit comme son ombre d'puis aussi longtemps qu'moi - peut être plus de quelques mois - et ca veut dire qu'une chose. Qu'Mallory a foutu sa bouse d'hippogriffe une fois encore, et s'retrouve à faire la marche de la honte c'matin au réveil.
ODE — « Utilise pas Ysolte pour changer d'sujet, j'te pries. » Qu'je l'arrête avec un regard plus introspecteur, à m'pencher sur lui comme pour l'entendre m'faire ses aveux avec toujours c'foutu sourire d'celui qui a déjà tout compris.
MALLORY — « Tu sais qu’Abigaëlle et moi on est ami depuis aussi longtemps que toi et moi et je crois que j’ai salement fait l’con du genre on s’ra probablement plus amis après ça. Je gère vraiment comme un dieu mes relations c’est fou. » J'lâche un rire cette fois, avant d'foutre mon bras sur les épaules d'Mallo pour une étreinte fraternelle qui s'veut réconfortante.
ODE — « C'vrai qu'y a pas plus doué qu'toi pour tout foutre en l'air - mais c'pas un mal d'avoir la rage d'vivre sa vie sans rien s'refuser t'sais. Et si Abi tient à toi autant qu'tu tiens à elle c'pas une partie d'jambe en l'air qui va l'arrêter. Au contraire, ca a dû rendre ca plus délicieux encore. » Qu'je glisse avec moquerie - bien qu'en vrai j'sais ce qu'il veut dire. Qu'c'est toujours compliqué d'passer de la case amie à amant - surtout quand on s'trouve si proche qu'ces deux là. Que ca complique tout une fille quand ca en sait trop - ca sait plus voir où s'trouve la frontière d'l'amour amicale ou amoureux, et après ca exige des choses qu'l'homme peut pas toujours donner. Et quand y a la jalousie qui s'ramène ca pète en vengeance cruelle.

Sauf qu'là c'est Light qui s'trouve au milieu d'ce merdier, et j'prends consicence de ca en même temps qu'Mallory continue sur sa lancé.
MALLORY — « Elle vit mal mes fiançailles avec ta sœur. Sans parler de l’autre tarée qui a été fourrer son nez dans mes histoires et lui a rempli la tête de choses qui entre nous sont vraies mais qu’Abi n’avait pas besoin de savoir. Genre, tu te souviens de Fergus de la même famille que les deux autres ? » J'opine - les MacFusty sont foutrement nombreux mais Fergus c'un beau gosse qui passe jamais inaperçu. Comment pas l'connaitre, il a fait lever plus d'drapeau qu'tous les invertis d'ce foutu collège réunis.
MALLORY — « J’ai commencé à coucher avec lui quelques fois avant qu’il finisse ses études et on s’voyait d’temps en temps. Je crois qu’Ysolte le sait, d’une façon ou d’une autre et elle essaye de le laisser entendre à Abigaëlle. Je n’ai jamais autant voulu écraser quelqu’un que cette dingo. D’ailleurs si t’as une idée je suis preneur. Bref pour en revenir à Abi, c’est compliqué et j’pense pas qu’on soit encore potes ou alors elle est cool comme un concombre et je ne suis qu’un crétin. Va savoir. » J'reste interdit - avant d'me mettre à rire d'la stupide situation à s'glisse Mallory à force d'se glisser n'importe où justement.
ODE — « L'jour où t'arrêtera d'penser avec ta queue j'me ferai rudement carotter dans ma vie. » Qu'je dis, sans m'offusquer d'apprendre qu'le fiancé d'ma soeur est juste un pro-Macfusty qui se les envoie à la pelle. Fergus est hot, Abi aussi - alors comment lui en vouloir en vrai. Puis c'des fiançailles encore récentes, et j'doute que Light soit amoureuse transi qui souffre d'voir Rowle s'foutre dans le lit d'autres. En vrai - quelle importe - tant qu'ni l'un ni l'autre s'font souffrir. Rowle s'fait souffrir tout seul, à penser comme une fille avec trop d'questions.
ODE — « T'attends que j'te foutre ma main à la gueule en t'rappelant qu't'es un futur membre d'ma famile ? T'sais que j'm'en balance d'où tu fourres tes couillles, bro. Et j'doute pas que ca soit pareil pour Light. Juste - envoie toi Abi si c'est c'que votre relation doit être - mais tâche d'pas foutre un héritier dans l'bide d'ta sang mêlé. Ca, ca s'rait vraiment la bouse d'hippogriffe et j'doute d'pouvoir faire quelque chose pour toi. Et si elle est assez conne pour briser tout entre vous parce que vous gardez plus vos mains l'un pour l'autre, ou parce que tu les pose sur son Fergus, alors c'qu'elle t'mérite pas. » Qu'je termine en prenant l'pète que j'glisse entre mes lèvres pour fumer plus fort encore, et m'envoie dans plus d'sentiments apaisés - même si c'virtuel. « C'parce que t'es d'ce genre à profiter d'la vie, à la brûler des deux bouts qu't'es toi-même. J'serais foutrement déçu qu'une fille t'fasse arrêter d'être ca. Même si c'est Abi et qu'tu l'adore. Ca change rien - si elle t'fait changer j'la bute. Mais si c'juste pour t'rendre plus heureux lance toi. Tant qu'elle exige pas d'toi qu'tu sois plus toi, ou qu'tu fasse plus c'que tu dois faire... Et tant qu'elle s'en prend pas à Light pour vos conneries à tous les deux aussi. » Là c'toi qui fronce les sourcils, et t'tourne plus qu'sérieux vers ton meilleur ami.
ODE — « Parce qu'elle peut t'baiser comme elle veut, autant qu'elle veut - j'men fous - mais si elle s'en prend à ma soeur pour un truc qu'vous avez pas choisi tous les deux, alors j'hésiterai pas à lui rappeler c'qu'il se passe quand on s'en prend à ma soeur. Elle s'souviendra pas même d'son nom. Qu'elle apprenne à combattre sa jalousie, ou à s'en prendre à qui est responsable. Pas à L. Compris ? » Qu'tu menace sans aucun signe d'remord. Mallory peut aimer Abigaëlle - t'en a rien à foutre - Light est intouchable. L'rayon d'soleil de ta vie, qu'tu laisserais ternir par rien.

MALLORY — « Du coup, t’es amoureux alors ? » La question prend par surprise, et j'avale trop d'fumée pour l'recracher d'un coup. Fuck. Fuck. Amoureux ? C'un mot qu'j'ai pas entendu sauf dans les romans d'moldu qu'Lolita pique parfois. C'foutrement dangereux comme terme, tout c'que je sais en vrai.
ODE — « Tu crois ? J'ai l'air ? J'sais pas... J'sais pas c'que c'est censé faire en vrai. Et j'doute que ca puisse s'faire si vite, si ? OU alors c'comme c'qu'ils appellent Coup d'Foudre, et c'possible que oui. Peut être... » Qu'je dis avec un froncement d'sourcil - amoureux ca semble une promesse trop haute d'espérance. Peut être - peut être que oui j'peux être amoureux d'Silent. Peut être. « Et toi ? »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Dim 30 Juil - 19:26

Noir et blanc, c’était la vision qu’avait Mallory sur la vie en générale. Il ne connaissait pas l’amour, il n’en avait jamais reçu et il ne s’en était jamais plaint. Comment pourrait-il éprouver le manque de quelque chose dont il ignorait l’existence. Evidemment il connaissait l’attachement car il le ressentait envers Ode et Abigaëlle mais il n’était pas capable de faire une association au mot amour. Ses émotions étaient finalement plutôt limitées, haine, dégoût, amusement, rage et colère et évidemment le plaisir celle avec laquelle il jouait à l’excès tentant de ressentir quelque chose d’autre. Il savait que s’il perdait Ode il deviendrait fou, qu’il tuerait pour lui et que si son ami l’appelait en détresse il serait le premier à pourfendre ses ennemis l’aidant même à se débarrasser des preuves. Etait-ce ça l’amour ? Une dévotion infinie, un besoin d’appartenance maladif ? Quelque part en épousant Light ne se rapprochait-il pas encore un peu plus d’Ode ou au contraire le perdrait-il faisant évoluer leur relation dans des directions opposées. Il n’en savait fichtrement rien.

Mallory connaissait les punitions, le mépris et l’isolement, il avait perdu le compte du nombre de nuits qu’il avait passé enfant enfermé dans le grenier avec pour seule compagnie des toiles d’araignée délaissées. Pas un regard de sa mère et celui de son père lui brulant sans cesse le creux de la nuque comme pour lui rappeler de filer droit sans jamais se plaindre, sans émettre le moindre son. Il se laissait faire, honteux d’être aussi malléable, utilisable et sans défense. Petit à petit sa haine grandissant dans son esprit envers son père et un dégoût empreint de jalousie envers le reste de sa fratrie sauf peut-être Ebony mais ce n’était pas pareil, elle était un échec, une honte et à un autre niveau que Mallory car lui, on le montrait, on se pavanait de son intelligence en société, il était après tout l’héritier alors qu’elle, elle n’était rien. Ebony vivrait comme la honte qu’elle avait amené sur sa famille, petit secret, gêne grandissante de la famille Rowle. Il ne pouvait pas lui en vouloir à elle, elle vivait sa propre souffrance dans une sorte de bulle d’ignorance constante. Parfois, il se demandait si elle s’en rendait compte ou si elle s’en foutait éperdument. Peut-être devrait-il prendre exemple sur elle d’une façon tout aussi tordue.

ODE – « Utilise pas Ysolte pour changer d’sujet, je te prie. »

MALLO – « Je l’utiliserais bien pour autre chose et crois-moi pour une fois s’pas sexuel. »

Avait-il ajouté railleur. Il éprouvait une réelle haine envers Ysolte, il ne la connaissait pas mais depuis sa rencontre avec Abigaëlle cette fille ne lui inspirait que des problèmes, trop curieuse, toujours à se mêler des histoires d’Abi et à avoir un mot à dire sur tout. Elle avait toujours l’air complètement fêlée et bien trop curieuse pour son propre bien, il aurait dû se douter qu’elle ne lui causerait que des problèmes.

ODE – « C’vrai qu’ya pas plus doué qu’toi pour te foutre en l’air – mais c’pas un mal d’avoir la rage d’vivre sa vie sans rien s’refuser t’sais. Et si Abi tient à toi autant qu’tu tiens à elle c’pas une partie d’jambe en l’air qui va l’arrêter. Au contraire, ça a dû rendre ça plus délicieux encore. »

MALLO – « Franchement si c’était que ça, je ne m’inquiéterais pas outre mesure. Sauf qu’on parle d’Abigaëlle MacFusty. Tu la connais, on a passé assez d’temps à traîner ensemble pour que tu cernes le personnage. Elle est aussi fucked up que nous ; famille de zinzins et tout ce qui va avec. Elle va t’prétendre un truc et on sait que c’est juste pour les apparences. Sa fierté c’est toute sa vie. »

Abigaëlle c’était un vrai casse-tête chinois et quand on pensait enfin l’avoir résolu ou apercevoir la solution il changeait à nouveau de forme. Mallory aussi était fier et donc il était bien incapable de la juger sur ce trait de caractère cependant il savait que la fierté d’Abigaëlle serait ce qui lui causerait le plus de souffrance. Elle prétendrait se moquer de la nuit passée parce qu’il le ferait sans doute aussi sauf qu’il avait lu dans ses yeux à quel point cela avait pu compter pour elle. C’était différent pour elle dans le sens où il était celui qui était fiancé, le sang-pur en totale absence de choix, elle pourrait le choisir autant qu’elle le souhaitait il ne posséderait jamais cette liberté et il l’avait accepté car Mallory avait grandi en gardant dans son esprit cette fatalité alors qu’Abigaëlle non. Elle n’avait probablement pas encore accepté la situation et sa réaction l’inquiétait.

ODE – « L’jour où t’arrêtera d’penser avec ta queue j’me ferais rudement carotte dans ma vie. »

MALLO – « Dit-il alors qu’il ne songe à la foutre que dans une seule fille. J’vais sérieusement m’ennuyer cet été ! »

C’était un peu la tradition, Mallory passait la majeure partie de son été enfermé dans le manoir de la famille Rowle et il était libre durant les deux dernières semaines d’août, temps qu’il passait avec Ode. Cet été il serait intégralement libre, il serait un adulte ou en tout cas il aurait définitivement fini Poudlard. La liberté c’était un drôle de concept car il quittait une prison pour en rejoindre une autre, sauf que celle-là ce serait à perpétuité. Jusqu’à ce qu’il meurt sans doute de la baguette d’un autre sorcier car il ne concevait pas spécialement une longue et heureuse fin de vie.

ODE – « T’attends que j’te foute ma main à la gueule en t’rappelant qu’tes un futur membre d’ma famille ? T’sais que je m’en balance d’où tu fourres tes boursoufflets, bro. Et j’doute pas que ça soit pareil pour Light. Juste – envoie toi Abi si c’est c’que votre relation doit être – mais tâche d’pas foutre un héritier dans l’bide de ta sang-mêlée. Ça, ça s’rait vraiment la bouse d’hippogriffe et j’doute d’pouvoir faire quelque chose pour toi. Et si elle est assez conne pour briser tout entre vous parce que vous gardez plus vos mains l’un pour l’autre, ou parce que tu les poses sur son Fergus, alors c’qu’elle t’mérite pas. »

Mallo c’était un peu un ignare dans le département des sentiments et des émotions, il n’avait juste qu’à lors jamais dû jongler avec ce genre de conneries. Il couchait avec qui il voulait et ne s’attachait jamais à qui que ce soit, c’était charnel rapide et facile. Il s’oubliait dans les effluves des autres, se noyait dans le corps d’autrui, prenait ce dont il avait besoin, un peu d’essence de vie. Juste pour survivre encore un temps.

ODE – « C’parce que t’es d’ce genre à profiter d’la vie, à la brûler des deux bouts que t’es toi-même. J’serais foutrement déçu qu’une fille t’fasses arrêter d’être ça. Même si c’est Abi et que tu l’adores. Ça ne change rien – si elle t’fait changer j’la bute. Mais si c’juste pour t’rendre plus heureux lance-toi. Tant qu’elle n’exige pas d’toi qu’tu sois plus toi, ou qu’tu fasses plus c’que tu dois faire… Et tant qu’elle se n’en prend pas à Light pour vos conneries à tous les deux aussi. »

Il l’observait, la fumée quittant ses lèvres, il était foutrement beau quand il se lançait dans ses monologues. Mallory attrapa à nouveau la bouteille et se balança une nouvelle rasade de whisky pur-feu, douce brûlant coulant dans sa gorge, chaleur traversant tout son corps, il commençait à avoir un peu chaud mais c’était en somme tout à fait agréable.

ODE – « Parce qu’elle peut t’baiser comme elle veut, autant qu’elle veut – j’men fous – mais si elle s’en prend à ma sœur pour un truc qu’vous avez pas choisi tous les deux, alors j’hésiterais pas à lui rappeler c’qu’il se passe quand on s’en prend à ma sœur. Elle s’souviendra pas même d’son nom. Qu’elle apprenne à combattre sa jalousie, ou à s’en prendre à qui est responsable. Pas à L. compris ? »

Mallroy releva la tête et plongea son regard dans celui d’Ode. Abigaëlle était effectivement jalouse et il était persuadé que ce ne serait que le début, elle était comme ça la Serpentarde. Montée en douceur mais sa morsure serait empoisonnée. Light ne méritait pas sa haine et sa jalousie et il savait qu’elle était mal placée bien qu’une part de lui comprenait qu’elle ne sache pas vers qui la tourner, vers lui peut-être ? Il n’appréciait guère ces fiançailles mais il n’avait aucunement l’intention de laisser qui que ce soit faire du mal à Light, rien que pas le fait qu’elle soit la sœur d’Ode. C’aurait peut-être été différent si elle était une sombre inconnue. S’ils n’étaient pas forcément proches ils s’étaient croisés bien trop d’fois pour prétendre ne pas la connaître du tout. Bien sur ce n’était rien en comparaison de sa relation avec Ode.

MALLO – « Je n’avais l’intention de laisser Abi ou qui que ce soit d’autre lui faire du mal quoi que je suis persuadé qu’elle ne se laisserait faire par quiconque. »

MALLO – « Abigaëlle est peut-être jalouse mais je doute qu’elle soit stupide. Il faut juste qu’elle comprenne une chose que j’ai accepté depuis longtemps, je ne lui appartiens pas et je ne lui appartiendrais jamais, pas comme elle l’entend. J’appartiens aux Rowle et j’ai eu l’temps d’me faire à cette idée, l’alcool aidant évidemment. »

Il avala encore quelques gorgées, nouvelle vague de chaleur. L’ambiance était déjà désinhibée. Mallory décida que c’était à son tour de s’informer d’Ode et de sa vie et après tout il était mort de curiosité et d’une légère pointe de jalousie possessive malgré tout.

MALLO – « Du coup t’es amoureux alors ? »

Il l’avait pris par surprise et il observa l’expression de son visage changer, s’en délectant, il profita de la confusion pour attraper l’joint du bout d’ses doigts lui fourrant dans les mains la bouteille d’alcool. Echange de bons procédés.

ODE – « Tu crois ? J’ai l’air ? J’sais pas… J’sais pas c’que c’est censé faire en vrai. Et j’doute que ça puisse f’faire si vite ? OU alors, c’comme c’qu’ils appellent un coup d’foudre, et c’possible que oui. Peut-être… »

Mallory éclata de rire, c’était bien trop amusant de le voir presque bégayer se faisant ses propres réflexions à voix haute. Il tira sur le joint et se délecta du parfum qui s’échappa de ses lèvres sous forme de ronds de fumée. Si une part de lui détestait la simple idée de partager son meilleur ami il devait malgré tout reconnaître que sa confusion était foutrement drôle.

ODE – « Et toi ? »

MALLO – « Et moi quoi ? »

S’il était amoureux ? De qui ? et surtout comment ? Il n’avait jamais été amoureux de qui que ce soit et s’était jusqu’ à présent bien foutu de l’existence de ce sentiment stupide. Il aimait posséder les gens, il aimait qu’on lui appartienne sans doute parce qu’il n’appartiendrait à personne d’autre que la fiancée qu’on lui désignerait en l’occurrence Light Shacklebolt.

MALLO – « Au risque de te décevoir bro, non. J’vois pas trop l’intérêt de m’embarrasser avec ça, surtout vu ma situation. Parce que je suppose que quand on aime quelqu’un on aspire à n’avoir que cette personne et n’être qu’à elle. Hors, je ne suis qu’à ta sœur alors à moins d’un miracle je vois pas trop et j’ai aucune foutue idée de ce que c’est. Ou alors je suis amoureux d’toi ! Ce serait un intéressant retournement de situation tu ne trouves pas ? »

Il tapa dans l’dos de son meilleur ami, ce jeu entre eux était pour le moins perturbant par moment. La déception était réelle et il commençait à s’faire à l’idée que c’était probablement la fin d’une époque ou en tout cas des plans à trois.

_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Mar 15 Aoû - 18:52

Love to hate it
Mallory & Ode
C'qu'il y a rien de plus compliqué qu'une relation amoureuse - ou qu'elle soit juste une relation physique entre deux êtres. Pas d'différence entre inverti ou hétéro - en vrai l'simple fait d'se foutre nu devant quelqu'un d'autre ca fait s'réveiller des choses dans l'ventre qui amènent plus de questions et d'inquiétude qu'autre chose. L'amour ? La vulénrabilité ? L'sentiment qu'on a trop montré et qu'à présent il y a quelque engagement qui doivent être pris au sérieux. L'sexe ca amène plus d'emmerde qu'autre chose quand c'est fait sans qu'les règles soient fixées dés le départ. Et même avec les règles, y a bon nombres d'personnes qui pensent être une sorte d'élu qui sauvera le monde de la dépravation. Combien y en a eut des sorcières d'bonnes intentions qui nous ont fait la morale avec d'grands discours à Mallory et moi en lendemain de soirée. A répéter qu'il suffirait qu'on s'laisse aller à aimer, à donner un peu d'nous pour plus être aussi désespérés à vouloir nous perdre dans la facilité. Alors qu'nous c'tait juste un jeu entre potes, d'droguer et faire boire d'jolies filles pour en abuser à tour d'rôle - toujours en sachant qu'elles le voulaient aussi d'base évidemment. C'que c'est hypocrite, d'laisser sa passion et son désir parler pour ensuite y investir plus d'sentiments que ce qu'il y a au départ. C'peut être pour cela qu'en vrai, j'tâche de jamais trop être proches des gens avec qui j'couche. ET quand il s'agit d'ceux que j'aime, j'y touche pas même si l'envie est présente - c'qu'avec des êtres aussi beaux qu'Mallory ou Light c'dur de résister. Mais j'veux pas avoir la même gueule que le Rowle maintenant qu'il a merdé avec sa meilleure amie.
MALLORY — « Franchement si c’était que ça, je ne m’inquiéterais pas outre mesure. Sauf qu’on parle d’Abigaëlle MacFusty. Tu la connais, on a passé assez d’temps à traîner ensemble pour que tu cernes le personnage. Elle est aussi fucked up que nous ; famille de zinzins et tout ce qui va avec. Elle va t’prétendre un truc et on sait que c’est juste pour les apparences. Sa fierté c’est toute sa vie.  »  J'lève les yeux au ciel, à m'dire que lorsqu'on est pas fichu d'garder sa culotte en place on a pas d'moral de fierté à balancer à tout va. Qu'elle connait aussi bien Mallory que moi - vraiment - et que si jamais elle avait quelques ennuis à lui faire parce qu'elle a voulu s'foutre dans son lit, alors c'peut être à moi qu'elle aura à faire.
ODE — « T'prends pas la bile pour elle. Elle connait les règles, elle sait qu'tu lui promets que dale d'autres qu'une bonne partie d'jambes en l'air. Elle avait qu'à résister, dis lui, si jamais elle vient t'chercher explications ou emmerdes. Faut être deux pour c'genre d'activité. T'as pas à t'en vouloir ou t'prendre la tête pour ca. » Qu'je dis avec cte nonchalance dont il manque affreusement aujourd'hui.

Et qu'moi j'en manque en c'qui concerne les filles depuis Silent - c'qu'il manque pas de pointer du doigt mais j'réponds pas. C'pas une promesse que j'ai faite à Silent Selwyn d'être à elle pour l'moment - même si c'pas l'envie ou l'idée qui m'manque en vrai. Mais pour l'heure j'suis toujours l'même, encore plus en présence d'Mallory. Alors j'me contente d'jouer mon rôle, et d'rappeler que Abi peut merder tant qu'elle veut, c'qu'elle fait avec son cul elle doit pas l'foutre sur la gueule d'ma soeur. Light a pas voulu d'ce mariage, mais c'peut être pas la pire chose au monde, du reste Mallory c'mieux qu'un Mulciber finalement. J'préfère la savoir avec un type que j'apprécie autant qu'ça. Et c'pas Abigaelle MacFusty qui s'mettra en travers d'cette histoire.
MALLORY — « Je n’avais l’intention de laisser Abi ou qui que ce soit d’autre lui faire du mal quoi que je suis persuadé qu’elle ne se laisserait faire par quiconque. » 
ODE — « C'vrai que c'pas une lionne pour rien. Mais elle aurait pas l'temps de répliquer si on s'en prend à elle. J'mords tout aussi bien. » Qu'je réponds parce que la question c'pas de savoir si Light est capable d'répliquer - elle a foutu à terre plus d'un crétin - c'juste que j'suis plus rapide qu'elle quand il s'agit d'sauver son honneur. Qu'le miens on peut l'bafouer, pas celui d'ma soeur. Et qu'importe qu'il s'agisse d'une fille en face ou pas. Qu'ca soit une question de jalousie ou autre. Light c'est mon double, c'mon tout — c'la partie la plus lumineuse d'moi, la meilleure de toute, alors je la laisserai pas s'faire lacérer.
MALLORY — « Abigaëlle est peut-être jalouse mais je doute qu’elle soit stupide. Il faut juste qu’elle comprenne une chose que j’ai accepté depuis longtemps, je ne lui appartiens pas et je ne lui appartiendrais jamais, pas comme elle l’entend. J’appartiens aux Rowle et j’ai eu l’temps d’me faire à cette idée, l’alcool aidant évidemment.  » 
ODE — « Si toutes ces années ont pas suffit pour qu'elle l'sache c'peut être un cas désespéré. Et la jalousie ca rend les filles stupides alors j'tiens à me méfier. C'pas contre toi, bro, j'te laisse gérer ta vie tu l'sais. Mais j'préfère que tu l'sache, que Light elle s'fera pas toucher. » Qu'je préviens avec un sourire sur les lèvres. Pas que j'veuilles menacer Mallory, bien au contraire, et je me balance de tout ce qu'il peut faire à Abi, avec ou contre elle - qu'importe. C'que Light c'est ma protégée et Mallory ou pas ca changera rien à ca. J'suis ravi cependant d'savoir qu'il compte pas la laisser blessée aussi. Pas que j'en doute - Mallory c'un mec qui a d'l'honneur malgré tout et qui a oublié d'être con. Raison d'plus pour en être dingue non ?

Dingue - d'amour comme il l'dit en m'demandant si j'suis amoureux. Et j'suis tellement surpris que j'trouve pas de réponse adéquate. Ca m'a jamais vraiment traversé l'esprit d'pouvoir aimer un jour. J'pense qu'on devrait s'aimer d'abord avant d'pouvoir être fou d'un autre non ? Sauf qu'avec Silent ca semble moins difficile d'envisager d'donner plus que ce que je me donne à moi-même d'affection en tout genre. Qu'elle - depuis qu'elle est là - elle m'fait oublier tous mes travers et l'envie d'les garder pour dépraver mon âme comme s'il y avait rien à garder. Sauf qu'en réponse débile j'demande juste - et toi - comme si Mallo avait les réponses à mes questions.
MALLORY — « Et moi quoi ?  » 
ODE — « L'amour ? » C'pas une réponse qui fait du sens, mais j'crois que ca lui suffit pour qu'il comprenne que j'suis perdu - qu'il m'a perdu avec sa question à la con et que je me retrouve foutrement embarrassé d'pas savoir quoi répondre. Ou c'que je ressens en vrai.
MALLORY — «  Au risque de te décevoir bro, non. J’vois pas trop l’intérêt de m’embarrasser avec ça, surtout vu ma situation. Parce que je suppose que quand on aime quelqu’un on aspire à n’avoir que cette personne et n’être qu’à elle. Hors, je ne suis qu’à ta sœur alors à moins d’un miracle je vois pas trop et j’ai aucune foutue idée de ce que c’est. Ou alors je suis amoureux d’toi ! Ce serait un intéressant retournement de situation tu ne trouves pas ? »  J'lâche un rire, parce que - foutrement - ca serait un retournement de situation amusant.
ODE — « C'pas comme si on avait l'choix d'en être embarrassé il parait. Ca t'fous le bide à l'envers avant qu'tu puisse réagir, et après tu penses plus avoir cohérence même si t'as pas la queue qui serre. Et j'savais pas qu'tu voulais être qu'avec moi, fallait l'dire - j'aurais fait en sorte d'me libérer pour t'combler de ma si flamboyante présence. » Qu'je réponds en m'penchant vers lui, caressant son beau visage d'une main taquine, l'regard qui s'perd sur ses lèvres toujours un sourire au miens. Et un coup j'me dis que tomber amoureux d'Mallory ca serait une chance vraiment - pas pour moi c'la dit parce que j'pas à lui offrir tout c'qu'il pourrait mériter - mais que peut être, si la vie était pas une si vile chienne, il pourrait s'faire aimer par celle à qui il appartient à présent. Qu'Light elle a assez d'lumière pour l'rendre heureux, lui aussi. Cette idée soudaine qui s'répand en poison dans mon esprit détraqué d'vouloir Mallo et Light heureux à présent qu'ils sont voués à être ensemble.
ODE — « Au moins t'sais que t'auras jamais à craindre que j'te lâche, Mallo. J't'aime plus qu'un amoureux transi qui s'lasserait de ta belle gueule. Entre toi et moi c'est plus surement pour la vie, rassure toi. Alors prends toi la bile avec ta MacFusty, autant qu'tu veux, t'sais que t'auras toujours mon épaule pour pleurer. »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Sam 19 Aoû - 23:01



Mallory avait toujours eu l’impression qu’Ode était la moitié de lui-même. Indissociables, inséparables, il avait besoin de lui dans sa vie, toujours ; sinon il finirait dévorer par ses ténèbres. Il avait toujours été le rayon de soleil irradiant ses démons en sa présence il pouvait mettre de côté celui qu’on attendait qu’il soit pour découvrir la personne qu’il était réellement. Lui qui se sentait pantin appartenant à sa famille, Ode coupait ses ficelles le libérant un peu, une bouffée d’oxygène. Il en oubliait même qu’il était un Rowle, en sa présence il était le Mallo, le bro, le partenaire de crime et rien d’autre. La pression se faisait moins lourde sur ses épaules, il souriait, riait même.

Alors si Mallory n’avait pas encore découvert toutes les émotions d’un adolescent lambda en la compagnie de son meilleur ami il apprenait, lentement, découvrant la vie et une impression de liberté qui lui faisait foutrement du bien. Il n’attendait rien d’lui si ce n’est de respecter sa sœur – ce qui était normal – et surtout il ne le jugeait jamais. Ces moments qu’ils passaient ensemble étaient toujours précieux et l’idée qu’ils prennent fin que ce soit par la fin de ses études ou par son coup d’cœur pour la Serdaigle ne l’enchantait pas particulièrement – c’est qu’il était peu partageur le salaud – mais il se gardait bien de lui dire ne voulant pas cacher l’humeur détendue de l’après-midi. Toute vérité n’est pas bonne à dire ou à entendre après tout et ce qui était sa vérité ne l’était pas forcément pour Ode.

Ode lui avait demandé s’il était amoureux et il réalisa que l’idée était pour le moins étrange, tout d’abord parce qu’il n’avait foutrement aucune idée de ce qu’était ce sentiment-là. Le seul amour pur qu’il ait jamais reçu venait de celui qui lui avait posé la question, ses parents ne l’étaient qu’en titre et il se souvenait aisément des coups d’sang d’son père et des coups plutôt que d’une quelconque démonstration d’affection. Sa mère quant à elle n’était qu’un fantôme ayant toujours gardé ses distances, ne se mêlant jamais des décisions d’son paternel, ne s’interposant pas dans les punitions ; elle était spectatrice de la vie de son aîné. Concernant ses frères et sœurs il ne les connaissait finalement pas tant que ça, Euphémia le regardait toujours avec des grands yeux d’admiration qu’il ne comprenait pas, pour Ebony il ressentait de la pitié et son jeune frère était un autre mystère. Cousins et cousines, n’étaient guère sa tasse de thé à l’exception peut-être de Maverick qui semblait comprendre d’où il venait et avec qui il s’entendait même plutôt bien sans qu’il se sente lié par le lien familial. Finalement s’il en appréciait l’un ou l’autre ce n’était pas parce qu’ils partageaient le même nom. Ode, il l’avait choisi, c’était une famille différente, améliorée et elle était le reflet de ce don il avait le plus besoin.

Il sentait bien qu’il y avait plus que de l’amitié entre Abigaëlle et lui mais il ne se l’avouerait probablement jamais parce que cette relation n’avait aucune raison d’être et s’il ne comprenait pas grand-chose aux relations humaines il savait très bien comment s’protéger et jouer l’autruche était sa technique préférée. S’il prétendait ne rien ressentir pour la MacFusty peut-être que cela disparaîtrait du jour au lendemain comme c’était venu. Il avait une volonté d’fer quand il s’agissait de s’convaincre de conneries.

ODE – « C’pas comme si on avait l’choix d’en être embarrassé il parait. Ça t’fous le bide à l’envers avant que tu puises réagir, et après tu penses plus avoir de cohérence même si t’as pas la queue qui serre. Et j’savais pas qu’tu voulais être qu’avec moi, fallait l’dire – j’aurais fait en sorte d’me libérer pour t’combler de ma si flamboyante présence. »

Il s’était penché passant un main taquine sur le visage du Serpentard sentant son regard se poser sur ses lèvres, son cœur s’était soudainement mis à marteler sa poitrine, il savait pourtant que ce n’était qu’un jeu mais c’était plus fort que lui. Il aurait pu attraper le visage d’Ode entre ses mains et lui bouffer la bouche avec tout le désir refoulé qu’il avait accumulé en lui mais il reste figé sous la caresse d’Ode un léger sourire sur ses lèvres attendant la suite.

ODE – « Au moins t’sais que t’auras jamais à craindre que j’te lâche, Mallo. J’t’aime plus qu’un amoureux transi qui s’lasserait de ta belle gueule. Entre toi et moi c’est plus surement pour la vie, rassure-toi. Alors prends toi la bile avec ta MacFusty, autant qu’tu veux, t’sais que t’auras toujours mon épaule pour pleurer. »

Il tirait sur le l’joint avec nonchalance en jetant des petits regards en coin à son meilleur ami, il réfléchissait à sa réponse. Il n’avait aucune intention d’perdre Ode, il ne laisserait jamais personne lui voler son ilot de bonheur, son coin d’paradis personnel. Il était un sacré con quand il se sentait menacé et pour le moment il l’était pas l’inconnu de leur avenir et il n’aimait pas du tout cette impression.

MALLO – « C’est réciproque, j’pas l’intention que tu sortes d’ma vie bro. J’espère juste que nos routes ne divergeront pas, j’suppose que c’est à nous d’forger nos destins – autant qu’on l’peut. »

Mallo n’avait que très peu d’choix dans sa vie et il n’avait pas envie de perdre ceux qu’il avait – Ode en faisant partie. Il avait envie de lui parler de leur avenir, de leurs futurs conneries et vacances mais il ne savait pas quand cela se reproduirait. Il n’avait aucune idée de son futur ni dans quelles mesures il aurait de la liberté à la sortie de Poudlard. N’ayant aucune idée de ce qu’il serait attendu de lui à l’obtention de son diplôme.

MALLO – « On d’vrait s’faire un dernier week-end de débauche avant la fin de l’année – de mon mariage et avant qu’tu vendes totalement ton cœur à Silent. J’suppose que tu voudras bien être mon témoin non ? Donc tu dois m’organiser un enterrement d’vie d’garçons mon vieux… »

Il ne pensait pas avoir le besoin de faire une demande formelle à Ode, c’était évident qu’il serait son témoin et il savait qu’il devrait négocier avec sa famille pour que Darius puisse être l’un de ses garçons d’honneur car il ne correspondait pas vraiment aux standards de ses parents mais il n’avait pas envie de le laisser tomber.



_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Dim 20 Aoû - 23:34

Love to hate it
Mallory & Ode

Ca doit être un truc d'macho de pas montrer d'sentiment - comme si tenir son coeur autour du cou c'tait prendre le risque d'perdre son pénis. A croire qu'être sentimental et virile c'tait pas compatible, qu'on s'perdait dans trop d'problèmes pour trouver l'équilibre parfait des deux sinons. Viril j'doute pas que Mallory l'sois - c'qu'il a tout pour être un mâle dominant qui sait c'qu'il veut ou qui il veut. C'qu'il lui suffit d'un regard pour qu'on sent qu'il a plus d'prestance et d'magnétisme qu'la plupart des types du château; qu'son nom de Rowle lui donne c'charisme que beaucoup peuvent lui envier. C'est qu'il est impossible de lui résister, qund Mallory s'décide à vous désirer - qu'il vous veut vous et personne d'autre, et qu'il vous nargue d'son magnifique regard. D'son sourire en coin. D'son air d'pas y toucher mais qui vous ferez hurler. Y a personne qui soit plus délirant et délicieux qu'Mallory Rowle.
Ni personne qui cache mieux c'qu'il ressent surtout à lui-même. Alors s'poser la question dl'amour ca semble stupide en vrai - sauf que j'suis peut être l'seul à c'monde à pouvoir dire l'mot qui commence par A d'vant lui sns qu'il le prenne pour une foutue blague. Qu'je sens qu'il se retourne le cerveau avant d's'enfoncer dns ses habituelles certitudes d'pas le mériter. Ou d'pas le pouvoir - qu'importe finalemnt. Qu'l'amour c'est une chimère dans un monde d'merveilles auquel il a plus accès parce qu'il est plus un gamin. Parce qu'il doit s'comporter en Rowle - ou c'genre de connerie. Et qu'parfois ca m'tue d'juste le voir qui tant d'pression sur l'dos qu'il peut pas s'permettre d'avoir une pensée romantique d'jeune ado qui s'découvre les sentiments contradictoires ou ambigues pour la première fois d'sa vie.

Mais il reste c'qu'on a entre nous - c'sentiment qu'Mallory c'plus qu'un ami. Qu'il est plus important qu'la famille que j'dénigre l'reste du temps. Peut être parce que je sais qu'ils s'trouvent être une bande d'hypocrites - sauf Light - alors que Mallory il m'prend juste comm j'suis. Même s'il sait pas tout de ce que j'suis. C'est juste factuelle - il a plus vue d'moi que quiconque.
MALLORY — « C’est réciproque, j’pas l’intention que tu sortes d’ma vie bro. J’espère juste que nos routes ne divergeront pas, j’suppose que c’est à nous d’forger nos destins – autant qu’on l’peut. » J'opine - j'doute pas qu'le hasard et l'destin seront deux gros connards qui s'foutront toujours entre nous, mais qu'Mallory et moi c'juste trop évident pour qu'on s'battent pas contre ca. Qu'on pourra toujours foutre de côté c'qui nous emmerde pour s'concentrer sur nous - sur c'truc qui nous a forgé en deux êtres liés d'un amour fraternel. Deux parties d'un être - Mallory ca s'rait presque une partie d'moi que j'peux pas perdre sns être brisé. Ou peut être pas presque - ca l'est pour sûr. Comme Light qui s'rait la plus lumineuse; lui c'est une balance qui m'tient en équilibre pour pas qu'je sombre. Entre la débauche où j'me perds pour plus penser, et l'humanité qu'il ramène à la surface peut être sans l'vouloir pour me rappeler d'pas m'empêcher de ressentir quoi que ce soit.
ODE — « T'sias comme moii que la vie s'ra une chienne qui nous foudra d'quoi nous séparer sur l'chemin. Mais on surmontera toujours ces obstacles ensemble. » Qu'je promets en prenant encore une taff d'ce truc qu'on fume dans l'recoin de l'école. Après tout c'pour ca qu'on s'trouve être trnquillement ici plutôt que dans l Grande salle.

Parce qu'il s'trouve personne pour nous faire carotter , ou venir nous dire quoi faire - ou pour nous écouter. Qu'on a juste nous deux et c'parfait pour qu'la journée soit réussit finalement.
MALLORY — « On d’vrait s’faire un dernier week-end de débauche avant la fin de l’année – de mon mariage et avant qu’tu vendes totalement ton cœur à Silent. J’suppose que tu voudras bien être mon témoin non ? Donc tu dois m’organiser un enterrement d’vie d’garçons mon vieux… » J'souris - totalement extatique à l'idée qu'la question se pose sans trop d'émotion - comme si c'tait normal. comme si c'tait rien et qu'il se pendait pas à mes lèvres en espérant que j'accepte d'être son témoin. D'être le type qui enterrera son innocence et sa liberté pour l'foutre dans les bras d'ma soeur pour l'restant de ses jours.
ODE — « C'ta manière de me faire ta demande ? Je m'attendais au moins à un genou à terre - ou les deux carrément. » Dis-je avec un clin d'oeil lubrique en imaginant c'que ca serait d'avoir Mallo agenouillé d'vant moi pour d'autres activités - toujours c'te balance entre débauche et sentiments. « J'accepte d'être ton témoin, ou tout c'que tu voudras d'autres. Et l'enterrement sera assez mémorable pour qu'tu boives trop pour t'en souvenir ! » La promesse est faite avec un sourire immense sur la gueule parce que c'une évidence - qu'Mallory sera trop ivre et trop bourré d'truc pas net pour savoir c'qu'il va lui arriver. Qu'il faudra juste des photos pour qu'il en garde une trace - ainsi qu'une gueule d'bois et un corps nu ou plusieurs près d'lui au réveil. « Une soirée où tout s'ra permis j'imagine. Tout c'que tu rêves d'avoir. Alors dis moi tout d'suite si j'dois prévoir un truc en particulier ? C'Open, t'as qu'à demander. »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 326
Date d'inscription : 09/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Lun 21 Aoû - 17:04



Qu’Ode soit son témoin était une évidence pour Mallory, d’autant plus que sa sœur était la mariée, cela tombait sous l’sens pour le Serpentard. Ce serait son frère qui serait chargé de l’traîner de force à l’hôtel s’il le fallait et il ne doutait pas qu’il soit parfait pour ce rôle qu’il le remplirait grade ou non. Il était comme ça Ode, dévoué à ceux qu’il aimait et Mallory faisait partie des quelques chanceux trouvant grâce à ses yeux. Il ne s’était jamais demandé ce qui les unissait réellement parce que la vraie question était : Qu’est-ce qui ne les unissait pas ? Ils partageaient tout, ou presque car Mallory ne connaissait pas tous les secrets enfouis du Gryffondor. Mallory quant à lui n’avait jamais partagé les histoires de son enfance et ses étés au manoir mais il n’en avait pas besoin, Ode devait s’en douter appartenant lui-même à une famille similaire. Pourtant Ode en avait bien plus bavé que lui et le terme était bien loin d’être approprié à l’horreur de la situation.

Il regardait son meilleur ami et se glissa de quelques centimètres vers lui pour déposer sa tête sur son épaule en fixant l’horizon comme s’ils attendaient quelque chose. Seul l’avenir finirait par les rejoindre, inévitable, indéniable et inconnu. La guerre était déjà-là et il la sentait s’infiltrer dans leur vie que ce soit par les attaques survenues dans les murs de Poudlard que par les murmures qu’il entendait durant les réunions de famille, son heure arriverait bien plus vite, trop vite. Mallo ne s’était jamais demandé quel serait le côté d’Ode dans tout ça mais il ne l’imaginait pas ailleurs qu’à ses côtés, dos à dos baguette à la main et prêt à protéger l’autre. Il l’espérait en tout cas… Il ne s’était jamais laissé imaginer une situation différente dans laquelle ils seraient confrontés l’un à l’autre et il n’allait pas le faire maintenant.

ODE – « T’sais comme moi que la vie s’ra une chienne qui nous foutra d’quoi nous séparer sur l’chemin. Mais on surmontera toujours ces obstacles ensemble. »

Il opina, il n’était pas question de perde Ode pour quelques raisons stupides et encore moins pour d’autres problèmes majeurs qui pourraient survenir. Ils se disputeraient sans doute mais sa vie sans son meilleur ami, son frère, n’existait pas ou en tout cas il ne la concevait pas au même titre que vivre sans poumons, c’est con et on vit pas très longtemps.

MALLO – « J’aurais toujours tes arrières bro’. »

Le joint passait de ses mains à celles d’Ode alors qu’il reprenait le whisky pour s’arroser à nouveau la gorge du liquide brûlant lui donnant l’impression d’être un dragon cracheur de flammes. Si la matinée n’avait pas commencé comme il l’aurait souhaité, l’après-midi quant à elle promettait d’être délirante. La proximité d’Ode, le joint, l’alcool, il ne savait pas des trois lequel lui faisait tourner l’plus la tête alors il lui avait d’mandé d’être son témoin.

ODE – « C’ta manière de me faire ta demande ? Je m’attendais au moins à un genou à terre – ou les deux carrément. »

MALLO – « Tu sais que si je mets les deux genoux parterre ce s’ra avec ton pantalon et boxer aux ch’villes ? »

Il répondit au clin d’œil lubrique d’Ode avec un petit sourire pervers, le jeu pourrait bien finir par lui brûler les lèvres. C’était une chose de partager la même femme mais une bien différente de partager le même lit juste avec lui.

ODE – « J’accepte d’être ton témoin, ou tout c’que tu voudras d’autre. Et l’enterrement sera assez mémorable pour qu’tu boives trop pour t’en souvenir. »

MALLO – « Y’a-t-il une autre façon d’passer une soirée que dans un gigantesque trou noir de souvenirs embrumés par les vapeurs de l’alcool ? »

Il savait qu’il pouvait compter sur son frère pour lui organiser la soirée de débauche idéale pour terminer sa vie de célibat. Mallo savait qu’il n’en garderait que peu de souvenirs si ce n’est quelques photos douteuses qui ne seraient qu’à eux pour ne jamais oublier qu’ils avaient tout oublier. L’image était pour le moins cocasse et drôle mais c’était exactement ce qu’il souhaitait.

ODE – « Une soirée où tout s’ra permis j’imagine. Tout c’que tu rêves d’avoir. Alors dis-moi tout d’suite si j’dois prévoir un truc en particulier ? C’Open, t’as qu’à demander. »

MALLO – « Je crois qu’il faudra inviter Darius, je sais que vous êtes pas forcément les plus proches mais il se sent déjà assez exclu de par ses origines je dois encore forcé l’truc pour qu’il puisse assister au mariage, quitte à m’faire passer le corde au cou autant souffrir devant une audience parfaitement sexy. Du reste tu as cartes blanche sur la guest list, le ou les lieux, surprends moi Shackelbolt. »

Il se sentait désolé pour Darius pour qui ses origines n’étaient pas forcément un cadeau puis après tout ce n’était pas certain qu’il accepte de se joindre à eux maintenant que les choses se précisaient avec Triss, mais, par principe il méritait une invitation.



_________________
Parfait-en-Chef & Manwhore à plein temps

Why is everything so heavy
I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. And I drive myself crazy, thinking everything's about me. Yeah, I drive myself crazy. 'Cause I can’t escape the gravity

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 234
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    Dim 27 Aoû - 14:17

Love to hate it
Mallory & Ode

MALLORY — «  J’aurais toujours tes arrières bro’. » J'souris - parce que ca fait du bien d'savoir ca. D'l'entendre dire qu'malgre tout y aura toujours Mallory pour s'soucier d'moi. Toujours - sauf s'il sait qu'il parle pas à un tel égal qu'il peut l'penser. En vrai j'doute que si Mallory savait toute la vérité il s'rait aussi attentionné. Alors j'qu'à le cacher l'plus longtemps possible et m'soucier juste d'être l'égal frère d'coeur que j'suis pour lui depuis toutes ces années. Mentir c'une seconde nature qui m'colle tant à la peau qu'parfois j'en viens à oublier l'existence d'la vérité. C'plus facile, d'jouer au jeu d'dupes. Encore plus si c'pour avoir droit à c'genre de relation qui sont réservés qu'aux purs qui ont accés à c'cercle d'élite.
MALLORY — «  Tu sais que si je mets les deux genoux parterre ce s’ra avec ton pantalon et boxer aux ch’villes ? » J'lâche un gémissement joué, plus un clin d'oeil lubrique vers l'beau garçon qui s'tient à mes côtés. C'le jeu qui veut ca - mais j'doute qu'un jour on passe la barrière. Qu'peut être c'pas notre amitié qui doit s'nourrir d'cette passion. Qu'à force d'flirter d'une seconde nature. Qu'embrasser Mallory c'pas un truc qui m'dérange, mais qu'même dans les parties à plusieurs c'jamais allé plus loin. Peut être parce qu'il est trop précieux pour être brisé d'la sorte - qu'je peux pas l'consumer avec ma dépravation.
MALLORY — « Y’a-t-il une autre façon d’passer une soirée que dans un gigantesque trou noir de souvenirs embrumés par les vapeurs de l’alcool ? »
ODE — « Si c'le cas j'en ai jamais entendu parlé. OU alors j'ai jamais pu m'en souvenir. » Qu'je réponds avec l'même regard complice, rempli d'sous-entendus qui s'perdent entre nous, alors qu'je réfléchis déjà à tout c'qu'il pourra expérimenter avec d'faire porter à Light l'nom d'Rowle.
MALLORY — «  Je crois qu’il faudra inviter Darius, je sais que vous êtes pas forcément les plus proches mais il se sent déjà assez exclu de par ses origines je dois encore forcé l’truc pour qu’il puisse assister au mariage, quitte à m’faire passer le corde au cou autant souffrir devant une audience parfaitement sexy. Du reste tu as cartes blanche sur la guest list, le ou les lieux, surprends moi Shackelbolt. » Darius Sutherland et moi c'pas qu'on s'supporte pas - j'crois qu'surtout on s'connait pas tant qu'ca. Alors c'dur de savoir si ca peut passer entre nous ou pas. Mais pour Mallory j'suis prêt à aimer tout ceux qu'il m'dira d'aimer. Alors va pour l'vélane. en plus son attraction peut juste être parfait pour nous faire faire tout c'qu'on voudra c'soir là.
ODE — « Au pire on l'fait prendre l'apparence d'quelqu'un d'plus pur et l'tour sera joué. On trouvera toujours d'quoi te satisfaire, Mallo. » Dis-je avec un sourire en coin - pas qu'l'idée soit stupide bien au contraire. ET ca évitera d'devoir se justifier snas cesse. « J'te promets qu'tu seras surpris. Et qu'tu regretteras pas ton choix d'me donner cette chance d'faire de la fin d'ta vie d'adolescent quelque chose d'épique. » Qu'je termine avant d'pencher vers lui et d'poser un baiser sur la commissure d'ses lèvres, d'me mettre à rire, et d'mallonger sur l'herbe pour l'reste de l'après midi à m'perdre en discussions idiotes avec Mallory.
Tout c'qu'il y a d'plus parfait.

the end



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: love to hate it (Mallode)    

Revenir en haut Aller en bas
 
love to hate it (Mallode)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Love me, hate Me [PV Aarhyel]
» [M/ FREE] Cory Monteith | | My love, I hate you.
» I guess it's just love & hate at the same time - mackenzie & ses potes
» Maé || there's only a thin line between love and hate
» Love me now or hate me forever!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: