AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 tue-loup (aliénor & willow)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 76
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: tue-loup (aliénor & willow)   Mar 20 Juin - 0:13

tue-loup
willow & aliénor
••••

C'est la chance de ma vie peut-être, mais j'arrive consciente à l'infirmerie. Bon c'est pas comme si c'était le moment, ce moment c'est demain, et faut que je me tire vite de la Grande Salle avant le coucher du soleil. Dès que je me lève, Adonis sait. Je me lève et deux minutes après il part lui aussi. On se retrouve dans un passage secret qui emmène hors de Poudlard. Transplanage et en une seconde, c'est au ministère qu'on débarque, je tremble comme une feuille, le loup prend déjà le dessus plus ou moins en avance, mais la transformation ne débute qu'au moment où la lune sort des nuages, et passe au-dessus des cages. Ca peut varier. Il n'y a eu qu'une fois où j'ai dû attendre, vraiment attendre, avec la menotte en argent qui me brûlait le pied. A cause de ça la seule solution c'est de ne pas bouger. Rester debout ou accroupi, c'est le seul moyen de ne pas avoir mal. C'est fait pour, une des nurse de l'Orphelinat me l'a expliqué. Soi-disant ça s'adapte à la forme du pied, et c'est assez résistant pour ne pas céder. Et puis si le loup est trop fort, les barreaux, cette fois incassables, le retiennent et l'immobilise. Il est impossible de poser les mains dessus - les pattes - ou de s'en approcher, de cogner contre eux, ou on a de nouvelles brûlures en plus de la menotte qui entre en action. Le meilleur moyen de contenir les loups recensés. J'ai une grimace de dégoût rien qu'en y pensant, et mes nombreuses cicatrices, invisibles grâce à un sortilège de dissimulation me picotent. Tout mon corps s'indigne. J'ai bien fait de choisir de quitter le cours.
Je traverse les couloirs avec Arès. Un supplice. Six étages à descendre, je sens que cette pleine lune-là va être violente. C'est rare mais ça arrive. Et quand ça arrive, en récupérer est bien plus compliqué.
J'descends en silence. Je devrais parler, logiquement, histoire de penser à autre chose et essayer d'ignorer la douleur. Mais je peux pas. J'y arrive pas, impossible de débloquer mes dents serrées, comme si inconsciemment elles refusent de bouger pour éviter de mordre quelqu'un. Et puis il n'y a pas que ça.
Avancer dans les couloirs vides est déstabilisant. Vraiment.
Les minutes passent et on finit par arriver, enfin, au premier étage, devant la porte de l'infirmerie. Arès s'écarte pour me laisser passer, c'est moi qui ouvre timidement la porte. La poignée, elle au moins, n'est pas en argent. A croire qu'ils ont vraiment tout pris en compte.
Heureusement pour moi - pour nous. A ma connaissance on n'est que deux garous dans l'école, je n'en ai repéré qu'un seul. Remus je l'ai rencontré en attendant la Répartition. Il était déjà entouré par les futurs Maraudeurs, comme ils se surnomment. Mais il a suffit d'un regard pour comprendre qu'on était pareils. Deux garous, de la même espèce. On a souri. Ca aurait pu s'arrêter là - il n'y a jamais rien eu entre nous - mais pendant le festin, les deux assis parmi les rouges et or, on a échangé seulement deux mots, et un hochement de tête. "Toi aussi… ?"
Pas difficile à deviner, le hochement de tête venait de moi, petite chose récemment orpheline, abandonnée, lâchée au milieu de la jungle sans savoir quoi faire. J'ai quasiment rien mangé ce jour-là. J'étais vidée, je ne ressentais plus rien, depuis des jours.
J'ai pleuré le soir, en silence. Pour la première fois depuis mon arrivée à l'Orphelinat. Alors que j'avais cru ne plus avoir assez de larmes dans mon corps pour pleurer à nouveau…
Quand Arès me parle j'arrive à être assez réactive, quand même. Je passe la porte, dans un état second. Pour apercevoir la meilleure amie de mon frère, comme une sœur peut-être. J'ai toujours pensé qu'elle m'a remplacée dans le coeur de mon frère, magnifique et si pleine de vie, comblée comme je ne le serai jamais. Elle a tout ce dont Greyback m'a privée, à jamais.
Et une bouffée de jalousie m'envahit. Pourquoi, j'en sais rien, n'empêche que c'est toujours ça que je ressens quand je me retrouve devant elle.
J'ai une question, là, maintenant.
Est-ce que tu sais qui je suis vraiment, Aliénor ?


••••

by Wiise

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
 
tue-loup (aliénor & willow)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» Kit de loup
» [...]Dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. [Eliel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Premier Etage :: L'infirmerie-
Sauter vers: