AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 fragile world (wolfstar - hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Sirius O. Black le Dim 23 Juil - 13:56, édité 1 fois
MessageSujet: fragile world (wolfstar - hot)   Sam 24 Juin - 2:27

fragile world
remus lupin & sirius black

Remus, Remus, reviens - je suis là, tout ira bien, je te le promets.
Rouge carmin, y a du sang qui brille dans les pupilles de Lunard. C'est plus vraiment Remus, qui se tient au centre de la salle des Trophées. C'est Dante, au premier cercle de l'enfer, qui laisse le monstre sortir ses crocs et mordre son ennemi. Regulus est parti - cela dit - et il reste dans l'air que l'électrique colère de l'Alpha qui se perd dans le regard du Black. Il oublie ce qu'il venait faire ici - la retenue qui est sans doute pas encore terminée, mais qui a plus d'importance. Il prend plutôt le visage de Remus entre ses mains pour le rechercher dans les orbes délirantes du loup. Il sent que son coeur bat plus vite, croit un instant qu'il a peut être la peur de sa vie de se retrouver si proche du loup-garou. Mais c'est plus que cela - il l'a déjà dit et répété, réalisant depuis longtemps qu'il était simplement fou. Mais du loup, il en a nullement peur.
Reviens moi, Remus. Je suis là. Il le voit, cette puissance qui émane de son amant, qu'il découvre dans des iris félines, des crocs carnassiers, et des griffes gigantesques. Alors il prend conscience que le loup est sorti - pas qu'il le soit totalement mais Dante était sorti à présent, le jumeau maléfique sur les traits aimants de Remus. Perturbant - mais Sirius voyait aussi la créature dans ce qu'elle avait de superbe, et il se sentait fasciné. Totalement fasciné. Il en oubliait la douleur qu'il ressentait, dû aux coups et aux sortilèges de son frère. L'Endoloris qui lui a mis la tête à l'envers, et si son coeur bat dans ses tempes, il l'ignore. Il se concentre que sur Remus - il restait le centre de son univers. Le désir impérieux de prendre soin de Remus, le faisant passer avant tout le reste, lui faisait oublier son propre mal. Et il s'emparait de la main de son petit ami pour le sortir de la pièce.
SIRIUS — « Sortons d'ici avec que Rusard revienne pour la fin de ma retenue. On doit retourner au dortoir sans être vus. » C'est qu'il ignorait si l'état physique de son amant avait quelque chose de permanent. Il était pris dans un étau, ignorant ce qu'il devait faire, ou quoi penser des évènements. Il sortit plutôt de la pièce, prenant les couloirs et les raccourcis qu'il connaissait, pour se retrouver dans les couloirs déserts.

L'épuisement le gagnait cependant, et il s'accrochait à Remus pour pas sombrer juste dans l'inconscience. Trop d'émotions, de la colère, à la tristesse, au désespoir et l'injustice - à la stupeur, la fascination, le plus - quelque chose qu'il devrait sans doute pas ressentir devant Remus sous forme lupine mais qu'il contrôlait pas. Une excitation qui le saisissait entièrement, lui donnait envie de se soumettre aux envies du loup pour sentir sa puissance l'embraser entièrement. C'est qu'il était incroyablement beau, Remus, quand il se laissait aller à ses instincts. Mais il pensait pas que le voir ainsi le retournerait à ce point-là, au point de lui faire oublier que le reste du monde existait.
SIRIUS — « Comment tu te sens, Moony ? » Qu'il demande en se rapprochant de son amant, marchant dans les couloirs à présent déserts, parce que la majorité des étudiants se trouver à diner, ou à étudier dans les salles communes. Ce qui signifiait sans doute que celle de Gryffondor se trouverait pas vide, alors il fallait - évidemment - que Remus retrouve sa forme humaine. Et trouvant un coin de couloir plus désertique, Sirius y guida son amant pour le faire s'arrêter dans un coin plus sombre, et lui caresser le visage avec tendresse.
SIRIUS — « Comment tu fais ça, Remus ? Qu'est-ce que... Comment ? » Il était perdu, à observer le magnifique profil de la bête sortie alors que la pleine lune se trouvait encore loin. C'était majestueux, de cette beauté qui l'hypnotisait et le rendait dingue. De voir son amant ainsi exposé, de le voir qui se jeter au devant du danger - pour lui. Parce que c'est Regulus qu'il avait attaqué. Regulus - qui avait levé sa baguette contre son ainé, ce soir, pour lui faire regretter d'avoir attaqué Feuerbach en premier. Et qui a présent avait vu ce visage-là, aussi. Et maintenant ? Maintenant c'était une peur sournoise qui s'insinuait dans le corps de Sirius, à l'idée que Regulus comprenne, qu'il sache - et qu'il parle ensuite. S'il voulait le détruire, il y avait pas de meilleurs moyens, que de s'en prendre à Remus. Mais il secoua la tête, refusant de croire que c'était une possibilité. Refusant d'y penser pour le moment - la nuit portait conseil, et du reste ce qui importait pour l'heure, c'était Remus.

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Mar 27 Juin - 2:06

Fragile world
Sa tête pulse encore, ses yeux semblent à deux doigts de sortir de leur orbite. Tout son corps lui tire, lui fait mal, sa peau brûle et ses membres semblent brisés tellement il a du mal à avancer correctement. Il traîne la patte, c'est le cas de le dire alors que ses muscles pèsent une tonne. Il ne réalise pas très bien ce qui c'est passé, il se souvient juste de la panique dans son cœur, de l'angoisse dans chacun de ses membres et de l'appel de son jumeau, la supplique de Dante alors que Sirius était en danger. Il se souvient d'avoir accepté l'aide de son jumeau avant que son corps ne change. Ses bras sont devenus plus gros, ses jambes et cuisses plus longues, ses doigts ont changés douloureusement pour devenir des griffes aussi pointus et acérés que des lames de rasoir. Il n'a pas bien réalisé, il se souvient juste du visage effrayé de Regulus après avoir repoussé celui-ci pour qu'il laisse Sirius en paix, pour qu'il arrête de torturer son homme, de se venger, de demander réparation pour le visage en sang d'Oswin. Il n'a pas cherché à savoir si Sirius méritait cette raclée ou pas, le loup a seulement vu son compagnon se faire attaqué alors il a sorti les crocs, les griffes et sa taille immense pour protéger de sa carrure son homme. Sa chemise blanche déchirée laisse entre-voir un torse un peu plus poilu que d'habitude et son visage aussi est diffèrent, il le sent alors qu'il fronce les sourcils. Sa bouche, en feu, en sang même, ses lèvres ouvertes à cause de 4 crocs qui ne devraient pas être là mais qui meurtrissent sa chair tendre. Le sang dégouline de son menton jusqu'à son cou et vient se perdre sur sa chemise tachée mais il n'y fait pas attention, il se dit qu'il y a pire que cela en ce moment. Si il se fait attraper dans cet état, il sera tué sur le champ. Hors il a besoin de calme, d'apaisement pour reprendre ses esprits. Tout s’enchaîne et se déroule dans son esprit, il revoit le film de l'attaque et il ne parvient pas à reprendre sa forme physique initiale. Il faut se cacher, fuir, trouver un endroit au calme ou Rusard ne pourra pas tomber sur eux. « Sortons d'ici avec que Rusard revienne pour la fin de ma retenue. On doit retourner au dortoir sans être vus. » Il ne sait pas, ne sait plus, il suit simplement lorsque son bras est tiré hors de la pièce et qu'il est guidé. Sa vision est floue, mélange entre sa forme humaine et animale.

Il sent plusieurs odeurs, il a déjà un odorat poussé en temps normal mais là c'est pire que tout, tous ces parfums lui viennent d'un coup et il marque un temps d’arrêt pour s'y habituer. « Comment tu te sens, Moony ? » Le surnom pousse Remus à relever la tête. « Je... C'est bizarre... » Murmure doucement le lycan en s'ouvrant la lèvre une fois encore. Il devra s'habituer à avoir des crocs, ce soir c'est expérimental. Ils s'arrêtent dans un coin au calme, désert, dans l'ombre de deux piliers. Personne ne passera ici, ils ont un peu de paix. Remus se laisse glisser contre le mur et pose ses mains devant lui. Des griffes, des poils, il a l'air d'être un mélange de loup, d'humain et de yéti. « Comment tu fais ça, Remus ? Qu'est-ce que... Comment ? » « Magie du sang. » Dit-il sans cesser de fixer ses mains. « Comment tu vas toi ? » Dit-il sans approcher ses mains griffus du visage de son homme. Puis doucement il pose sa tête contre le mur en pierre. Il souffle, il entend presque la voix d'Oswin lui murmurer de rester calmer, de faire corps avec le loup en lui. Il se souvient des séances d'hypnose, il se souvient de son jumeau aux cheveux longs le regardant et acceptant de faire des efforts pour aider Remus. Alors lentement un léger picotement se faire sentir dans ses jambes qui reprennent leur forme doucement ainsi que ses mains. Sirius va bien, il n'a plus besoin de faire sortir son jumeau pour protéger l'amour de sa vie. Mais il faut encore attendre un peu pour les crocs, il doit encore se concentrer pour que son visage redevienne normal. « La magie du sang me permet de défendre ceux qui me sont cher. Elle est utilisée souvent pour donner sa vie, ce qu'on a de plus précieux afin de sauver un être aimé. Pour moi, ce n'est pas ma vie qui est le plus précieux mais bien Dante. Alors... C'est lui qui sortira à chaque fois que vous serez attaqués. » Ses amis, il se rend compte qu'il tuerait sans hésiter pour eux. « Ne me regarde pas comme ça, je suis horrible sous cette forme. » Dit-il en baissant les yeux et en se blottissant contre le mur, en espérant que sa forme revienne enfin.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Mer 28 Juin - 21:02

fragile world
remus lupin & sirius black

Il se souvenait la première fois qu'il avait fait face au loup - alors qu'ils se trouvaient pour la première fois embusqués dans la Cabane hurlante, à attendre fébrilement qu'il se passe quelque chose ignorant encore la douleur, l'agonie par laquelle Remus passait chaque fois que son corps se brisait pour laisser la bête prendre sa place. Son âme fissurée par l'animal, brisé en mille pièces de folie sanguinaire qui n'appelait qu'à tuer. Mais c'était le hurlement de la bête enfermée avec sa seule présence, ne pouvant que retourner sa rage d'être privée de liberté contre elle-même. L'odeur du sang était alors omniprésente dans la cabane, et il se souvenait des effluves écoeurantes qu'il avait senti sous la forme de Padfoot - le haut le coeur en se rendant compte qu'il s'agissait du sang de Remus. Il imprégnait les murs, des larmes de sang enragés, éclaboussures de morsures violentes, et de désir de mourir - d'hurlement à la lune solitaire. Du désespoir de la bête. Il se souvenait - il se souvenait des hurlements de douleur, des cris d'agonie de Remus, et de la peur qui l'avait tétanisé sur place. La peur de pas être assez, de le voir mourir devant lui et de n'avoir rien fait. La première fois il avait eut du mal à prendre la forme de Padfoot, totalement perdu dans les hurlements, totalement choqué et brisé - les craquements des os de son ami et son corps qui s'allongeait et se recouvrait de poils. Il se souvenait soudainement du loup. Le loup, immense et sauvage, d'une beauté irréaliste, fantastique. Diabolique.
Il en retrouvait les traits aujourd'hui, dans les couloirs de Poudlard, alors que le quartier de lune illuminait le ciel d'une lueur rassurante. Pourtant c'était les oreilles, les crocs, et le faciès du Loup. De Dante - le jumeau maléfique. Pas d'odeur de sang, pas d'agonie ou de hurlements. Mais il reconnaissait la lueur de douleurs dans le regard de Remus. Alors il s'arrêta dans un couloir, le coeur battement follement - cette fois il avait la folie de croire qu'il pouvait aider son amant. Cette fois il ne restera pas tétanisé.
REMUS — « Je... C'est bizarre... »  Penchant la tête de côté, il l'observait, totalement fasciné par la puissance qui émanait de Remus. Mais c'était illogique - jamais il n'avait lu quoi que ce soit sur un tel évènement, pourtant il avait la prétention de croire qu'il savait pas mal de choses sur le sujet. Qu'à force de parcourir les ouvrages sur les loup-garous il avait finit par tout savoir sur le sujet. Et s'il était rapporté que certains lycanthropes prenaient les traits de leur bête, c'était en toute sauvagerie - lorsqu'elle prenait le pas sur leur humanité. Mais ce n'était pas le cas de Remus, il gardait cette douceur dans le regard. Il était toujours son Remus. Alors comment ?
REMUS — « Magie du sang » 
SIRIUS — « Incroyable... » Murmura-t-elle, s'avançant toujours plus, comme attiré inexorablement par cette magnificience. Il en oubliait que la Magie du sang c'est ce qu'il étudiait avec Feuerbach. Feuerbach qu'il avait attaqué de rage la veille, et qui était à l'origine du duel avec Regulus aussi - son coeur manqua un battement il se sentit flancher un moment. Le corps endolorie par les sortilèges, et l'esprit embrumé. Il ne pouvait alors que se rattacher à Remus pour ne pas se voir sombrer. Pour ne pas prendre conscience de tout ce qu'il s'était passé ce soir.
REMUS — « Comment tu vas toi ? »  Secouant la tête, Sirius signifiait bien à son amant qu'il ne pouvait pas répondre. Il ne saurait quoi dire - il se sentait fatigué physiquement et psychologiquement, ignorant s'il était blessé après l'attaque, autrement qu'à cause des sortilèges de magie noire - mais pour ce qui les concernait il argumenterait qu'il en avait l'habitude. Que la rage de son frère équivalait à peine celle d'Orion à ses heures de colères.

Remus - c'était Remus sa salvation, qu'importe ce qu'il faisait pour se persuader du contraire, il y revenait toujours, voyant dans le lycanthrope la lueur de douceur. Le protecteur, l'ami, le confident, l'amant; il n'y avait pas un rôle que Remus ne jouait pas pour lui, même si Sirius aimait à penser qu'il n'avait pas besoin d'être protégé, et qu'il savait bien le faire tout seul. Mais il n'y avait que Remus pour le protéger de lui-même et de sa propension à s'auto-détruire chaque fois que son passé lui revenait en pleine gueule.
Il préférait alors ne rien dire, se concentrer plutôt sur la lueur de souffrance dans le regard de son amant, alors que son visage redevenait le sien - la douceur, la virilité des traits dont la rondeur enfantine avait définitivement disparu, ses mains robustes, et son corps d'athlète. Il le retrouvait, regardant avec fascination chaque changement; totalement obnubilé.
REMUS — « La magie du sang me permet de défendre ceux qui me sont cher. Elle est utilisée souvent pour donner sa vie, ce qu'on a de plus précieux afin de sauver un être aimé. Pour moi, ce n'est pas ma vie qui est le plus précieux mais bien Dante. Alors... C'est lui qui sortira à chaque fois que vous serez attaqués. »  Surprit d'apprendre que Remus n'a pas mis si longtemps à maitriser le Loup- qu'il en est le maitre à présent, ou du moins qu'ils sont sur la même longueur d'ondes. Et plus encore, que pour lui il deviendrait sauvage, que pour lui il sortirait les crocs - littéralement - il peut pas empêcher une vague d'affection se propageait dans son corps et le faire sourire.
SIRIUS — « C'est une magie ancienne, la magie du sang, pour ce que j'en sais même si j'admets que les Black sont pas les plus experts en la matière. J'ignorais que tu la maitrisais... Je savais que tu... travaillais sur ça mais je... Tu es vraiment surprenant, Remus Lupin. » Ne pouvait-il s'empêcher d'ajouter, totalement éblouie, le coeur battant à tout rompre et quelque chose de terriblement chaud et rassurant qui grossissait dans sa poitrine.
REMUS — « Ne me regarde pas comme ça, je suis horrible sous cette forme.  »  Il arqua un sourcil alors que Remus s'éloignait pour se blottir contre le mur, son visage changeant encore.
SIRIUS — « Te regarder comment ? » Demanda-t-il avec un amusement non feint dans la voix, incapable de détacher son regard, et l'envie de s'en approcher, de le toucher devenant brûlant. Comme toujours, lorsque Remus et lui se retrouvaient seuls, il ne voyait que lui, oubliant le reste. « Tu n'es pas horrible. Tu es le paroxysme de la puissance, de la beauté sauvage, du courage. Bordel Remus est-ce qu'un jour t'aura conscience de ça. J'crois que... » Il se mord la lèvre, le ventre faisant des loopings alors qu'il s'approchait de son amant pour poser une main sous son menton et le contraindre à lever le regard vers lui, leurs visages à quelques centimètres l'un de l'autre.
SIRIUS — « J'ai envie de toi. Je dois avoir un faible pour la sauvagerie. Appelle ca du masochisme, mais te voir aussi protecteur et violent, ca me rend dingue. » Dit-il, en se penchant pour poser ses lèvres d'un baiser léger et presque chaste sur les lèvres de Remus. « Tu as mal ? » 

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Mer 5 Juil - 2:14

Fragile world
Il ne pensait pas en être réellement capable, pas alors que les séances avec Oswin sont devenus inexistantes depuis qu'il sait que ce dernier est mangemort. Mais apparemment le loup est bien là et l'accord avec son jumeau maléfique fonctionne. Dante accepte de venir, de se dégourdir les jambes tout en laissant à Remus, le contrôle sur son esprit. Ce qui est un avantage considérable car il ne se voyait pas perdre le contrôle sur son esprit, sur ses gestes et laisser l'envie et le besoin de chair humaine prendre le dessus. Ca le rassure en même temps, de se dire qu'il est capable de laisser le loup montrer son visage sans pour autant vouloir attaquer n'importe qui. Remus souffle un peu, soulagé même lorsque ses yeux tombent sur ses mains, ses griffes et les poils qui peuvent se trouver dessus. Animal, la bête est de sortie pour défendre un être cher à son cœur. Hors il doit trouver un moyen de la contrôler, de ne pas la laisser sortir à tout moment. Car sinon dés qu'ils seront en danger Dante montrera le bout de son nez et le danger est là, réellement. Il veut encore garder sa couverture pour les 2 mois de cours qui restent. Et pour les années à venir, il ne peut pas se permettre de tout perdre et de dire adieu à sa formation d'auror.

« C'est une magie ancienne, la magie du sang, pour ce que j'en sais même si j'admets que les Black sont pas les plus experts en la matière. J'ignorais que tu la maitrisais... Je savais que tu... travaillais sur ça mais je... Tu es vraiment surprenant, Remus Lupin. »
Il hoche la tête en entendant cela sur la magie du sang, connaissant déjà les bases de cette magie qu'il parvient à maîtriser avec du travail, de la concentration et de l'acharnement. Doucement, il sent les poils de son visage disparaître ainsi que ses griffes qui redeviennent des ongles. Son corps change, il reprend sa forme humaine au son de voix de Sirius. « Je voulais garder ça pour moi, surtout si j'échouais. Vous avez tellement fait pour moi, je pouvais réussir enfin quelque chose tout seul. » Dit-il même si il reconnaît que sans Oswin il n'aurait rien fait de bien particulier. « Oswin m'a aidé. Il m'a plusieurs fois hypnotisés... J'ai fini par trouver Dante et par lui demander son aide. Il me laisse ma tête en échange de... » Il écarte les bras et pose ses yeux sur son corps subissant encore le changement de la demi transformation. « D'une liberté provisoire. » Dit-il en se souvenant du visage de son jumeau. Le même que lui mais avec un regard différent, le regard de l'animal si seulement il avait laissé le loup en lui prendre le dessus. Heureusement Remus a eu ses amis pour garder sa tête, pour se maintenir hors de l'eau et pour ne jamais finir comme ce monstre de Fenrir Greyback.

« Te regarder comment ? » « Comme si j'étais beau... » Dit-il en relevant les yeux vers Sirius, le regardant doucement alors que ses crocs aussi finissent par se rétracter. Il n'a rien de beau, il laisse simplement son instinct primaire prendre le dessus pour défendre son amant. Rien de plus, rien d'agréable ou de sexy à regarder. Juste l'animal, dans sa forme la plus violente. « Tu n'es pas horrible. Tu es le paroxysme de la puissance, de la beauté sauvage, du courage. Bordel Remus est-ce qu'un jour t'aura conscience de ça. J'crois que... » Sirius s'approche et vient glisser sa main sous le menton du loup garou. Il relève la tête, ce dernier se sent rougir sous l’intensité de ce regard plein d'amour et de désir. « J'ai envie de toi. Je dois avoir un faible pour la sauvagerie. Appelle ca du masochisme, mais te voir aussi protecteur et violent, ca me rend dingue. » Il soupire et lève les yeux au ciel. « Il n'y a que toi pour avoir envie de moi dans ce moment là. » Dit-il dans un soupir avant de se lever enfin en se tenant au mur. La douleur de ses membres irradies dans tout son corps, il sent que ses muscles ont été tirés comme jamais auparavant. « Tu as mal ? »  « C'est rien, j'ai l'habitude ! » Dit-il avant de glisser ses mains sur le visage de son amant. « Et toi, tu as mal quelque part ? » Demande Remus avec douceur avant de s'adosser contre le mur derrière lui. « J'ai les yeux de quelles couleurs ? Et mon corps, il a encore les traces du loup ou pas ? » Dit-il en écartant les bras, voulant rentrer le plus vite possible dans leur dortoir pour soigner correctement son amant qui semble épuisé, autant mentalement que physiquement.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Jeu 6 Juil - 17:10

fragile world
remus lupin & sirius black

Quand les Maraudeurs avaient découvert ce qu'était Remus Lupin ils n'avaient eut de cesse de trouver une solution. Pas un remède, ils n'étaient pas stupide au point de considérer la nature de Remus comme étant une maladie dont il pourrait être soigné. Les trois sang purs savaient d'avance que le loup serait toujours là, qu'il était une part de leur ami et qu'ils ne pourraient rien y changer qu'importe les efforts qu'ils pourraient fournir. Mais les lendemains de pleine lune, Remus était allongé sur le lit d'infirmerie, les bandages cachant à peine le sang qui coulait encore de ses plaies béantes, et ils ne pouvaient pas décemment le laisser ainsi. Seul. Il n'avait jamais été question de se battre contre le loup, mais de l'accepter, et d'aider Remus à s'accepter. Le secret pesait sur ses épaules depuis son enfance, et il n'y avait eut que l'amitié des Maraudeurs pour lui permettre de relever la tête, et de ne plus avoir peur. A présent il était sans doute l'un des étudiants les plus confiants, courageux et appréciés de l'école. Pas que Sirius en soit étonné, à présent que Remus avait accepté le loup, embrassé sa nature au point d'en être physiquement transformé. Les Animagus avaient permis à Dante de frôler sa liberté; le reste du chemin Remus devait le parcourir seul apparemment, et il l'avait caché à son amant qui se retrouvait à présent muet d'une admiration qu'il ne cachait même pas.
REMUS — « Je voulais garder ça pour moi, surtout si j'échouais. Vous avez tellement fait pour moi, je pouvais réussir enfin quelque chose tout seul.  » Fronçant les sourcils, peu enclin à laisser Remus prétendre n'avoir rien réussi tout seul , le Black s'approcha de son petit ami pour chercher son regard et lui offrir un sourire en coin moqueur.
SIRIUS — « Quand est-ce que tu auras pleinement confiance en toi, Remus ? » Demanda-t-il, se battant sans cesse contre les doutes du lycanthrope, essayant depuis toujours de lui montrer qu'il n'avait pas de raison de douter. Qu'importe ce qu'il avait en tête, il pouvait arriver à bout de tout. Il était Remus Lupin, et aux yeux de Sirius personne n'était meilleur sorcier que lui. Ni meilleur homme. Et il n'avait de désir que Remus se voit comme lui le voyait.
REMUS — « Oswin m'a aidé. Il m'a plusieurs fois hypnotisés... J'ai fini par trouver Dante et par lui demander son aide. Il me laisse ma tête en échange de...  » Au nom de l'Allemand, le corps de Sirius se tend - violemment. Soudainement comme une claque dans la gueule qui le ramène à la réalité. Loin de la chaleur protectrice de Remus. Loin de son regard brillant, de son corps élancé et sauvage, de sa transformation. De toute ce qui apaise l'âme de Sirius, et pendant une seconde la colère noire est à nouveau là, à lui faire perdre les pédales et le sens des réalités. A lui faire perdre pied. Regulus... Petit frère, frère contraire. Ennemi. « D'une liberté provisoire.  » Y a les mots qui se perdent dans le tumulte des sentiments et des pensés de Sirius et il ferme les yeux pour pas y penser. Il ferme les yeux pour voir le regard vide d'humanité d son frère. De son ennemi.

Pour retrouver Remus, se rattacher à lui pour pas sombrer dans la démence ou dans la souffrance - qu'importe il veut pas sombrer, se retrouver dans l'abysse pour plus savoir comment en sortir. Il préfère regarder Remus qui redevient lui. De sa beauté sauvage et indocile qui excite ses sens.
REMUS — « Comme si j'étais beau...  »
SIRIUS — « T'es bien plus que ça. » Qu'il assure d'une voix qui prétend pas pouvoir être contredite. Il l'était, vraiment, et Sirius était sans doute pas le seul dans cette école à l'avoir remarqué. Remus et le mystère qui l'enveloppait, cette aura de puissance exaltée, qui se retranche derrière un sourire adorable. Remus qui allie l'ombre et la lumière dans un équilibre parfait, contrôle chaque émotion comme un chef d'orchestre. Remus était une symphonie, un opéra de mille couleurs que Sirius n'avait de cesse d'écouter.
REMUS — « Il n'y a que toi pour avoir envie de moi dans ce moment là.  » Il sourit en coin, haussant les épaules parce qu'il ne pouvait pas le nier. Et il ne pouvait pas le combattre.
SIRIUS — « Il n'y a surtout que moi qui peut t'voir dans ces moments-là, et ca me convient très bien. Je supporte mal la concurrence. » Dit-il avec le même sourire carnassier, prét à tout moment à se jeter sur la bouche sur lycanthrope si ce dernier lui laisser l'occasion.

Mais Remus était redevenu humain, et il y avait cette grimace tordue sur son visage que Sirius reconnaissait. Celle de la douleur des transformations - bien qu'à ce moment il se torde pas en hurlant.
REMUS — « C'est rien, j'ai l'habitude !  » Un voile de tristesse assombrit un moment le regard du Black qui trouve rien à dire, préfère passer un bras autour de la poitrine de Remus pour le soutenir de l'inviter à sortir de leur cachette pour reprendre le chemin du dortoir. Sauf que Remus s'accroche à lui plutôt et son regard se fait tout aussi inquiet.
REMUS — « Et toi, tu as mal quelque part ?  » Partout. Nul part. Il sait pas vraiment quoi dire - il s'est pas arrêté pour chercher ses propres blessures, et il se rend compte que maintenant qu'il a des plaies qui saignent. Il s'est mangé plusieurs vitres en verre qui ont laissé des morceaux dans son dos, sur ses épaules, et sur sa nuque, où il passe une main pour trouver un morceau de verre qu'il arrache quand Remus reprend la parole.
REMUS — « J'ai les yeux de quelles couleurs ? Et mon corps, il a encore les traces du loup ou pas ?  »
SIRIUS — « Tes yeux mordorés me manquent quelque fois. Il reste une flamme rougeoyante mais c'est toute trace du loup qu'on peut voir. » Dit-il en prenant le morceau de verre, grognant de douleur quand il l'amène devant ses yeux. Rouge sang. Le sang pur qui se répand entre les deux frères. Et soudainement un trou béant dans sa poitrine qui lui coupe le souffle. Regulus - il avait définitivement perdu son frère. Il a mal, il hurlement d'agonie à la perte cruelle. Ce destin qui les sépare constamment, ignorant l'affection qu'ils peuvent pas s'empêcher d'avoir l'un pour l'autre. Parce qu'il existera pas un monde où il n'aimera pas Regulus malgré tout.
SIRIUS — « J'ai... Du verre coincé je pense. Faut que je prenne une douche pour voir les dégâts. Je... Tu m'aideras ? » demanda-t-il en tournant vers Remus un regard voilé de cette tristesse qui l'afflige et qu'il sait pas exprimer. Pleurer - encore - la perte de Regulus, cette fois définitive, en deux soirs c'était trop. Il pouvait pas juste faire cela. Impossible. « Rentrons au dortoir, allons prendre une douche. » Proposa-t-il plutôt, traversant les couloirs qui leur restait en silence pour montrer dans la salle commune de Gryffondor, et passer en coup de vent jusqu'à la salle de bain sans jamais lâcher la main de Remus.

Il ferma la porte derrière eux, et se laissa appuyer sur elle un temps. Le souffle saccadé, comme pour le rechercher - le manque d'oxygène soudain lui enserrant la poitrine d'un étau. La perte trop soudaine. Et la douleur qui le fait encore saigner. Avec pour seul phare dans l'obscurité, la présence de Remus.

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Jeu 13 Juil - 1:17

Fragile world
« Quand est-ce que tu auras pleinement confiance en toi, Remus ? » Jamais. Lorsqu'ils étaient plus jeune les filles allaient plus souvent vers James et Sirius, véritable beaux gosses de la bande ils attiraient toutes les plus belles et ne se privaient pas pour se pavaner avec quelques heures, avant de les relâcher aussitôt pour rejoindre leur bande de garçns qu'ils formaient et forment toujours. Mais Remus et Peter étaient les deux à manquer de confiance et c'est encore vrai aujourd'hui, alors que Peter est souvent vu à défaut comme le simple suiveur et Remus, comme la voix de la sagesse. Peter, si seulement les gens savaient à quel point il est essentiel dans la bonne cohésion du groupe. James et Sirius sont les deux trublions de la bande, avec eux tout part toujours en catastrophe et ils ne restent pas sage bien longtemps. Mais Peter et Remus sont les deux plus calmes, sont ceux qui réfléchissent, se posent et souvent sortent leurs amis d'une mauvaise impasse où ils ce sont encore fourrés. Peter est un as des échecs et de la stratégie, il n'est pas rare qu'on lui demande de formater un plan lorsqu'une grosse farce se prépare. Il est essentiel dans leur groupe, tout comme Remus et sa bouille d'ange qui cache en réalité, un véritable petit démon qui n'hésite pas à participer aux pires blagues que les maraudeurs puissent faire. Car on le prend trop souvent pour le plus gentil, sans se rendre compte que pour être dans les maraudeurs il faut réellement avoir une part de folie et de sournoiserie, sinon on ne peut pas se fondre dans le groupe.

Mais la confiance il ne l'aura jamais, il est incapable d'avoir confiance en lui, de savoir que sa magie fonctionnera et qu'il peut-être un grand sorcier et un grand auror. Il doute, toujours et parfois cela lui a sauvé la vie. Comme ce soir lorsqu'il a craint de retrouver son amant défiguré et qu'il est parti à sa suite. « Il n'y a surtout que moi qui peut t'voir dans ces moments-là, et ca me convient très bien. Je supporte mal la concurrence. » Il se permet de sourire doucement et de hocher la tête, n'ayant jamais pensé de toute façon, à imposer une quelconque concurrence à Sirius. Ce n'est pas comme si quelqu'un avait un jour la prétention de pouvoir égaler le grand Sirius Black. « Tes yeux mordorés me manquent quelque fois. Il reste une flamme rougeoyante mais c'est toute trace du loup qu'on peut voir. » Dit-il en allant fouiller dans son dos et en sortant un morceau de verre, que Remus examine au même moment. Sirius est mal en point il s'en doute, plus vite ils seront rentrés mieux ce sera. « Parfait, on peut rentrer. J'espère quand même que tu t'habitueras un jour à mon nouveau regard... » Dit-il avec un sourire, sous entendant que de toute façon ils vont passer leur vie ensemble et que Sirius devra s'habituer. « J'ai... Du verre coincé je pense. Faut que je prenne une douche pour voir les dégâts. Je... Tu m'aideras ? » « Évidemment Patmol... » Murmure Remus avec un pauvre sourire avant de croiser le regard de son amant, infiniment triste comme l'expression sur son visage. Sirius souffre de la perte de son frère et Remus ne pourra rien faire contre cela. Le temps fera, apaisera la douleur sans effacer. Il sait comme les frères ont été proches, comme ils ce sont aimés et rien ne pourra faire oublier tout cela. .

« Rentrons au dortoir, allons prendre une douche. » Il hoche la tête avant de suivre son amant sans lâcher sa main, montant les marches jusqu'à atteindre leur salle commune, leur dortoir et surtout leur salle de bain. Il regarde autours de lui, l'odeur du produit pour cheveux de James, la brosse de Peter, un tee-shirt sale appartenant à un autre élève. Tout est en place, tout est parfait. Alors doucement il s'approche de son amant et entreprend de le déshabiller en faisant attention aux coupures et aux morceaux de verre qui tombent. Il les fait disparaître d'un coup de baguette avant de se concentrer sur les plaies de Sirius, qui s'étendent sur la totalité de son dos. « Mais qu'est ce qu'il t'a fait pour que tu sois dans cet état ? » Demande Remus avant d'entreprendre d'enlever les morceaux de verre, après avoir donné à son amant une potion anti-douleur qui restait dans son sac à potions, le sac qu'il a toujours sur lui après les pleines lunes. La tache est longue, douloureuse et elle laisse des traces dans le dos de son amant qui se remet à saigner lorsque les morceaux de verre ne sont plus là pour faire tampon.

« Je vais te laver et je te mettrais du baume pour que ça cicatrice. Maintenant fais voir ton visage. » Dit-il en incitant son homme à se tourner d'une pression sur la hanche, avant de découvrir que son torse est recouvert d’ecchymoses et que son visage n'est pas mieux. Il ne le voyait pas dans le manque de lumière des couloirs mais là, sous la lampe de la salle de bain il se rend compte que le visage de son amant est recouvert de sang, que son nez saigne et que son arcade sourcilière droite est tout aussi ouverte. Il prend la main de son amant et après avoir ôté ses propres vêtements, se glisse sous le douche pour laver Sirius de tout ce sang qui lui colle à la peau. Doucement, lentement, il glisse le jet d'eau sur le corps de son amant et lui passe les mains sur la peau, pour retirer la transpiration, le sang et les petits morceaux de verre restant. « Je suis désolé pour ton frère Sirius... Si je peux faire quelque chose pour t'aider, n'hésite surtout pas. » Dit-il en offrant un sourire d'excuse à son amant, totalement impuissant face à ce qu'il se passe entre les deux frères.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Dim 16 Juil - 20:05

fragile world
remus lupin & sirius black

Il se perd dans le regard de Remus, où y a le monde qui se reflète d'une lueur espiègle. Il peut pas s'empêcher de penser qu'il est parfait, que son amant à cette lueur de vie qui le rend si attirant - que dans ses bras il peut se perdre, s'abandonner totalement et plus jouer à être fort, indifférent ou insensible. Que dans les bras de Remus il peut se mettre à pleurer, à douter, ou à craindre - craindre l'avenir, ou ce qu'il ressent. Juste être faible comme ses parents le dénoncer - être humain en réalité. Aussi ironique que ca puisse être, y a personne dans ce monde qui le fasse sentir plus humain que Remus Lupin - qu'un loup-garou. Le monde dans lequel ils vivent anéantirait le gryffondor en découvrant son regard carmin, en le dénonçant de monstre dont l'âme a été dévorée par la bête. Mais jamais Sirius n'avait rencontré plus belle âme. Jamais il n'avait été aussi vivant que dans les bras de cet homme; et même le spectre du loup dans ses iris arrivent pas à lui faire penser le contraire. Qu'il y a pas meilleur homme que Remus Lupin.
REMUS — « Parfait, on peut rentrer. J'espère quand même que tu t'habitueras un jour à mon nouveau regard… » Il peut que sourire, opiner pour assurer à Remus qu'il en doute pas. Ca l'a toujours fasciné, ce regard ambré, où il pensait que l'or en fusion jouait dans les iris pour dévoiler les sentiments de Remus. C'est devenu simple à mesure des années de lire en lui, à la lueur de la couleur de son beau regard. A présent ses pupilles étaient plus souvent couleurs noisettes, aux flammes rouges de colère ou de passion quand ses émotions prenaient le dessus. C'est une puissance bestiale et sauvage que Sirius manque pas d'aimer plus que tout - mais avec cette pointe de nostalgie en se souvenant que plus jamais l'argent de son regard gris se perdra dans l'or de l'âme de Remus. Il brûlera plutôt dans le feu de ses iris rougeâtres.
SIRIUS — « J'espère pas m'y habituer et toujours être fasciné de le croiser au contraire. » Qu'il ajoute avec un sourire tendre qui appartient qu'à Remus - parce qu'il y a que lui qui puisse voir ce côté là du Black. Il le montre à personne, cette tendresse, ce besoin de le sentir contre lui, d'être toujours celui qui lui arrache ses sourires. D'aimer; d'aimer avec tout son être. Y a personne qui voit Sirius ainsi.

Faible. Ou plut vulnérable, parce qu'il veut pas le penser comme ses parents jadis. Faible - pour pousser les gamins Black à toujours ravaler leurs émotions, à pas se laisser aller à aimer, ou pleurer ou craindre. A être de parfaites poupées de porcelaines, aux traits aristocratiques sans défaut, et aux paroles mesurées, mais d'une sombre indifférence qui les font passer pour ds monstres sans coeur.
Alors il refuse de se penser faible, préfère vulnérable mais n'aime ps plus cela - il est comme mis à nu, trop facilement blessé. Alors il cherche juste à savoir si Remus le soignera, s'il pourra être celui qui panse ses plaies - et c'est une chose qu'il a jamais fait avant de demander à ce qu'on soigne ses blessures affligées par un énième duel contre son passé.
REMUS — « Evidemment Patmol… » Le surnom agit comme un baume sur son coeur affolé, et il point alors qu'ils se rendent au dortoir dans un silence confortable.

Ils entrent finalement dans la salle de bain en prenant garde de pas réveiller les deux autres. C'est là que Sirius s'arrête, refusant de croiser son reflet, et combattant ses pensés volatiles. Refusant de fermer les yeux de peur de se retrouver devant le regard sans vie de Regulus - de peur de ressentir encore l'éclair qui lui foudroie la poitrine pour le faire hurler. Endoloris. Mais c'est maintenant que la douleur est presque insupportable.
REMUS — « Mais qu'est-ce qu'il t'a fait pour que tu sois dans cet état ? » Il frissonne, se rendant compte que Remus a commencé à lui ôter ses vêtements. Qu'il dévoile les ecchymoses, et les coupures du verre qu'il s'est rentré dans la peau. Mais c'est que le sortilège de torture laisse peu de trace visible, si ce n'est l'odeur putride de la magie noir. Pas qu'il doute que le lycanthrope pouvait le ressentir - c'était presque cuisant dans la pièce, ou alors était-ce lui qui se l'imaginait. Il sentait sa gorge se serrer en entendant la voix de son cadet qui retentit de rage noire dans sa tête - endoloris - comme ce fourbe Orion qui brille dans la lignée de Regulus. De la même étincelle obscure. Les étoiles qui deviennent rouges sous l'éclat de la lune.
SIRIUS — « J'aimerai dire qu'il est dans un pire état que le miens mais… » Peut être qu'il le voudrait pas vraiment. Peut être que si d'habitude son orgueil lui fait gueuler que son adversaire lui s'en relèvera pas, cette fois il est presque ravi de pas avoir touché l'abysse dans lequel s'est perdu REgulus. Sauf que le problème est aussi là - c'est qu'il a perdu Regulus. Il sent à peine les plaies qui s'ouvrent quand Remus lui ôte le verre - il réagit pas, le souffle qui se coupe des sanglots qu'il ravale.

REMUS — « Je vais te laver et je te mettrais du baume pour que ca cicatrise. Maintenant fais voir ton visage. » Il se tourne, sous la lumière qui blanche de la salle de bain, et il croise de nouveau le regard de Remus, s'y perd pour pas se perdre sous le reflet du souvenir de son cadet. Il doit l'éloigner, pas avoir à y penser, se foutre ce masque d'indifférence au besoin - parce qu'il peut pas pleurer la perte d'un mage noir. Parce que son frère est l'ennemi. Parce que son frère a voulu le mettre à terre en usant de ce que Sirius doit combattre. Il comprend mieux - sans doute - ce qui terrifiait Remus à le voir embrasser la magie noire. Il comprend mieux pour le voir qui détruit Regulus de l'intérieur - mais il doit pas y penser. Il doit pas - y a une vague de souffrance qui risque de l'anéantir pour de bon sinon.
REMUS — « Je suis désolé pour ton frère Sirius… Si je peux faire quelque chose pour t'aider, n'hésites surtout pas. » Il secoue la tête, alors qu'il sent que l'eau chaude fait disparaitre le sang - il voit le liquide qui coule à leurs pieds, et il sent que l'air lui manque.
SIRIUS — « Fais moi oublier, Remus… » Qu'il souffle en cherchant à attirer le corps de son amant contre lui. C'est qu'il y a trop de désespoir, de cette peur qui le tiraille depuis qu'il est parti de chez lui, et la réalité qui l'a foudroyé sur place. C'est trop - juste trop - et il veut pas faire face à la réalité. Il veut juste se retrouver dans son coin de paradis, dans le bras de l'homme qu'il aime pour oublier qu'il y a la guerre qui lui vole tout ce qu'il a aimé jadis. « J'veux plus être capable de penser… Je t'en pries… Je t'en pries, aide moi à plus penser. » Qu'il souffle en litanie suppliante, avant de perdre son regard sur la bouche de Remus qu'il saisit entre ses lèvres, l'embrassant avec plus d'urgence, de désir, de désespoir et d'abandon qu'il ne l'avait jamais fait auparavant.


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Dim 23 Juil - 3:36

Fragile world
« J'espère pas m'y habituer et toujours être fasciné de le croiser au contraire. » Le romantisme qui l'fait sourire doucement alors qu'il sent son cœur battre plus fort dans son abdomen. Il aime ce genre de déclaration mielleuse, il aime sentir, entendre que Sirius l'aime toujours autant. Remus est un véritable romantique au fond de lui et chaque instant où Sirius fait preuve de douceur avec des mots mielleux, il sent que quelque chose se réchauffe en lui. C'est rare et c'est pour cela que c'est précieux. Il en entendrait trop il deviendrait blasé et ça par contre, ce serait bien pire que tout l'reste. Mais il respecte le besoin de silence de son homme lorsqu'ils remontent dans leur chambre et qu'ils commencent à doucement se doucher, se glissant sous l'eau avec délice alors que Remus entreprend d'ôter du corps de son homme, les traces de son combat avec son petit frère. Visible du moins, car les plus grosses blessures sont bien dans son cœur et pas dans son corps. « J'aimerai dire qu'il est dans un pire état que le miens mais… »

Mais il ne peut pas et ça Remus le comprend. Il ne dit rien, hoche simplement la tête et fait encore et encore disparaître des morceaux de verre tout petit, dans le siphon de la douche et dans l'eau qui s'écoule lentement de leur corps. Et puis il se doute que Regulus a attaqué avec des armes de mangemort, des armes digne d'Orion Black et qu'il n'a pas ménagé sa rage pour venger son petit ami bafoué et mal en point suite à sa rencontre avec Sirius. Il sait mais il ne dit rien, comme toujours il garde cela pour lui comme un mensonge honteux qu'il ne cherche pas à exprimer de vive voix. Enfin son homme se retourne et il lave aussi son visage, referme à l'aide d'un sort la plaie de sa joue et parvient à cesser l'écoulement de sang venant de sa paupière. Sirius en aura pour quelques jours mais il devrait aller mieux d'ici la fin de la semaine, nul doute que de toute façon sa gueule cassée le rendra encore plus beau, comme toujours. « Fais moi oublier, Remus… » Qu'il lui dit en tirant Remus contre son corps, alors que ce dernier vient l'enrouler de ses bras doucement, embrassant le sommet de son crane avec tendresse. « Comment ? » Dit-il en relevant le visage de Sirius pour le croiser, écartant une mèche de cheveux rebelle qui tombe devant ses yeux. « Tu es si beau... Même avec ta gueule cassée... » Murmure Remus avant de venir l'embrasser doucement. « J'veux plus être capable de penser… Je t'en pries… Je t'en pries, aide moi à plus penser. » « T'épuiser jusqu'à ce que tu t'endormes comme une masse... J'suis capable de faire ça... »

Dit le loup garou avec une vague de désir déferlant dans son hanches, lorsqu'il sent son homme l'embrasser avec une ferveur nouvelle. Un désir fou, impérieux, de se sentir vivant dans les bras du lycan. Et ce dernier ne peut que céder, ne peut qu'accepter alors que son membre se fait plus dur lorsqu'il se colle au corps chaud de Sirius. Il l'embrasse avant de quitter sa bouche, laissant ses lèvres parcourir le cou de son homme, son torse, son épaule gauche sur laquelle il marque un superbe suçon. Puis il descend encore le long de son corps, vient flatter ses belles cuisses fermes grâce au Quidditch, légèrement velue jusqu'à se retrouver devant l'objet de tous ses désirs. Son membre qui ne cesse de grossir, pointant vers lui comme une sucette qui attend qu'on vienne la flatter. Alors il ne se fait pas prier et doucement, l'avale dans sa bouche chaude alors que sa main gauche vient jouer avec les bourses de son amant et sa main droite, le préparer lentement à une future intrusion. Il en pousse un râle de désir qui fait trembler le membre de Sirius sur sa langue, lorsqu'il sent perler au bout de son érection quelques gouttes de désir, preuve qu'il est déjà excité pour lui. Puis il relève les yeux et vient perdre son regard dans celui de son homme, lisant tout l'amour qu'il peut lui porter.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Dim 23 Juil - 13:55

fragile world
remus lupin & sirius black

C'est un combat de sa raison contre sa passion, de son coeur qui bat douloureusement dans sa poitrine pour expier les émotions qu'il n'arrive pas à contrôler. La douleur, profondément encrée en lui qui tiraille sa poitrine comme s'il pouvait s'arracher la peau pour plus avoir à la ressentir - celle du deuil d'une relation qu'il n'avait que trop aimé. De Regulus, de son frère qu'il s'était promis de protéger, du monde extérieur, de leurs parents, ou de la guerre - qu'importe tant que son petit frère pouvait jouir de sa liberté et du bonheur. D'être heureux - durant des années il s'était fichu de ce qu'il pouvait bien lui arriver, préférant voir sa vie se propager dans les rires d'enfant de Regulus. Et aujourd'hui, il avait fait le choix égoïste de tout quitter pour être libre à son tour, condamnant Regulus à devenir le soldat que lui-même n'avait pas pu se résoudre à devenir. Il avait condamné son frère à crever dans la guerre, ou si ce n'était pas en étant tué, c'était en sombre dans les abysses de la magie noire. La culpabilité le foudroyait, autant que la douleur d'avoir vu Regulus l'attaquer ce soir. Un deuil, la mort qui se propageait entre les deux frères contraires - la mort de cet amour fraternel qu'il peut pas s'empêcher de ressentir encore alors qu'il le devrait plus. Sa raison lui disait d'oublier, son coeur ne pouvait s'empêcher de saigner.
Alors il se rattachait à ce qu'il avait de meilleur dans sa vie. Mis à nu sous la douche, l'eau emportant avec elle le sang si pur de l'ancien héritier, il tentait de reprendre son souffle. Il tentait de se concentrer sur autre chose et d'oublier - juste oublier parce qu'il était incapable de penser, il était incapable de savoir comment réagir, ou que ressentir. Alors il s'accrochait à Remus pour ne pas s'effondrer.
REMUS — « Comment ? »  Il secoua la tête, incapable de la moindre parole logique, gelé par les émotions - le corps figé dans l'horreur de ce qu'il s'était passé ce soir. Il savait qu'il était sur le point de craquer, de voir sa raison se disloquer. Et il ne le voulait pas. Il ne voulait pas laisser l'hystérie prendre le pas sur le reste. Il voulait rester les pieds sur terre, ou voir le monde autour de lui disparaitre pour retrouver la bulle de confort que lui procurait toujours ses étreintes avec Remus. Et ce dernier lui caressait le visage avec tendresse, le Black se laissant aller à l'étreinte avec un soupire, reprenant le contrôle de son souffle hiératique.
REMUS — « Tu es si beau... Même avec ta gueule cassée... »  Il ouvre les yeux, les iris grises rageant de trop de désespoir. Et de cet appel irrationnel à s'oublier dans les bras de Remus. Il prend le compliment avec un sourire sur les lèvres, avant de se pencher sur celles de Remus qu'il attaque de nouveau comme une supplique qu'il est incapable de répéter. Le suppliant de lui faire oublier. Le suppliant de lui faire ressentir quelque chose qui ne soit pas meurtrier, qui ne lui enserre pas le coeur dans cette étreinte atrocement carnassière qui le fait grimacer.
REMUS — « T'épuiser jusqu'à ce que tu t'endormes comme une masse... J'suis capable de faire ça...  »  C'est tout ce qu'il lui faut pour n'avoir d'oeil que pour Remus, que le reste du monde s'évanouisse dans une brume imprécise. Il ne voit que le loup-garou, son regard de braise, sa nudité magnifique, son sourire lubrique.
SIRIUS — « Ca me semble un bon plan. » Approuve-t-il alors que Remus vient embrasser son corps, laissant des traces violacées que Sirius ne serait que trop heureux d'exhiber le lendemain - c'est bien qu'avec Remus qu'il est fier d'être dit à quelqu'un alors que jusqu'alors il cachait les suçons et autres morsures détestant se sentir prisonnier d'un autre être. Il appartenait à Remus, le revendiquait haut et fort, le clamait sans honte. Il était entièrement à lui. Et le sentir si proche, sa chaleur l'enveloppant, ses lèvres aventureuses, le faisait grossir de désir. Il se sentait devenir dur et impatient, son être entier tourné vers son amant, qu'il ne lâchait pas du regard. Magnifique, chaque geste du bellâtre maitrisés et érotiques lui envoyaient des frissons de plaisir. Le voir alors prendre son sexe en bouche le fit gémir, la main experte jouant avec ses bourses pleines le faisant chavirer. Et en baissant le regard il pouvait voir celui de Remus, brillait d'amour et de désir, sa bouche le baisant délicieusement.
SIRIUS — « T'es foutrement sexy, Moony. » Dit-il d'une voix roc, alors que le doigt de son amant ne vienne le fouiller, le préparant à ce qu'il suivra et lui faisant perdre la tête. Une main se perdit dans la chevelure de Remus pour accompagner ses mouvements, alors que le reste du corps de Sirius se retrouva contre le mur glacé de la douche. Il ne fit pas cas de la morsure du marbre, le corps en fusion, le sexe grossissant encore, se gorgeant de désir autant que de sang. Incapable de penser à autre chose. « Dévore moi, babe , tu me prends si bien... » Gémissait-il en laissant sa tête chavirer en arrière, alors qu'il sentait la jouissance venir le cueillir en une vague intense et brûlante. L'étreinte emprunte de tendresse et de passion le faisant venir dans la bouche chaude de Remus, alors qu'il perdait le souffle, incapable de rester debout sans l'aide du mur derrière lui.

Il ne s'arrêta pas là cependant, faisant remonter son amant à sa hauteur pour dévorer ses lèvres, lascivement et se gouter dans la bouche de Remus, en gémissant de bonheur. Rien n'était plus érotique que cela, et il doutait de pouvoir s'y habituer un jour. Il ne le voudrait pas - toujours exalter par les sensations que Remus lui causait. Il se tourna cependant face au mur, le regard tourné vers Remus, et la main le cherchant pour l'attirer contre son intimité à peine ouverte. Il se fichait d'avoir mal, sachant que la douleur ne laisserait place qu'à plus de délire encore.
SIRIUS — « Prends-moi, Remus... »  Supplia-t-il en basculant sa croupe vers le loup-garou, trouvant dans cette position un plaisir malsain et sauvage - comme si l'alpha le prenait bestialement.


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Dim 23 Juil - 22:53

Fragile world
Il sent lorsque son amant est au bord de la rupture, de la brisure mentale et qu'il va céder, tomber même si seulement il ne se focalise pas sur quelque chose d'autre. Sirius a tellement souffert, tellement eu mal dans sa vie et a tellement du compartimentaliser ses pensées que lorsque tout ceci lui revient trop fort, trop vite, alors il se met dans un état proche de l’hystérie. Seul les maraudeurs peuvent le calmer dans ce cas là, c'est cet état de nerfs qui l'a poussé à révéler le secret à Severus ce qui aurait put tuer ce dernier, sous les griffes de Dante le soir de la pleine lune. Il sait que dans cet état Sirius est dangereux, mal, et qu'il pourrait se blesser et surtout blesser les autres. Alors Remus commence à le câliner, lui masser les épaules et lui passer les mains dans les cheveux pour le calmer, l'apaiser, le soulager de toute cette tension. Il vient l'embrasser alors que Sirius lui fait comprendre qu'il veut plus, qu'il vous s'oublier et se perdre jusqu'à s'endormir aussitôt après un trop plein d'amour, de tendresse et de passion. Remus ne se fait pas prier alors qu'un petit sourire éclaire son visage et fait apparaître ses pommettes. Il s'agenouille enfin devant son homme et vient le cajoler, d'un regard qui en dit long alors que sa bouche s’affaire à suçoter cette douce friandise. « T'es foutrement sexy, Moony. » « C'est ça qui m'rend sexy... » Dit-il alors que sa langue vient laper doucement le bout de son sexe avec envie. Il le reprend en bouche en fermant les yeux et en poussant un râle d'envie, faisant vibrer le membre au fond de sa gorge par la même occasion. C'est si bon de le sentir, d'avoir ce pouvoir sur lui, de le voir se tendre et de ressentir chaque parcelle de son corps trembler sous la douce caresse qu'il lui offrir. Sirius est magnifique, chacun de ses muscles est tendu, son ventre redessine a la perfection ses abdominaux qui se contractent sous l'effort pour ne pas succomber.

« Dévore moi, babe , tu me prends si bien... » Il pousse un râle lorsque le membre frétille sur sa bouche, signe que son homme est proche de la délivrance qui finit par venir, attrapant Sirius dans une étreinte douce alors qu'il se laisse aller contre le mur. Remus l'accueille avec envie avant de remonter jusqu'à la bouche de son amant pour l'embrasser. Ce dernier se tourne et lui offre sa croupe, dans un mouvement terriblement sexy alors que ses hanches tendent vers le lycan. Il pose ses mains sur les fesses de Sirius et commence à les malaxer, glissant un doigt doucement pour le préparer. « Prends-moi, Remus... »  « Pas encore... J'veux que tu te souviennes comme c'était bon à chaque fois que ton petit cul se posera sur une chaise... » Qu'il dit avec un soupir, sachant comme cela peut exciter son homme. Enfin il s'agenouille encore une fois et tout en venant malaxer les fesses de son amant, il glisse sa langue en lui pour venir le préparer. Quand il juge que c'est assez il se relève, attrape son propre membre et vient enfin le glisser avec douceur dans l'antre de son homme, avec un râle qui ne cache rien de son plaisir. « T'es tellement bon... » Qu'il murmure en entrant à l'intérieur de son homme entièrement, poussant des gémissements à mesure que cette chaleur l'englobe et l'enserre doucement. Il s'arrête enfin pour laisser à son homme le temps de s’habituer puis enfin, lorsqu'il sent que c'est le bon moment, il vient bouger en lui. Lentement ses bras s'enroulent autours du torse de Sirius pour le maintenant contre lui, refusant de se tenir trop loin alors qu'ils ne font qu'un de la plus belle façon qu'il soit.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Sam 29 Juil - 14:28

fragile world
remus lupin & sirius black

Fébrile, il se tenait en tremblant aux parois de la douche, tentant de contrôler sa respiration de plus en plus hâchée alors que le corps nu de Remus s'offrait à sa vue. Les orbes lubriques, qui le dévoraient - et l'impatience qui irradiait de toute part en espérant que ce qu'il désirait il l'obtiendrait rapidement. Il n'y avait que Remus pour le soumettre de la sorte à ses désirs, faire de lui un être de passions qui en oubliait toute raison et toute retenue. Il n'en avait aucune avec son petite amie, n'hésitant ni à le supplier, ni à le monter durant des heures jusqu'à ce que son corps se torde de douleur à ne plus supporter son propre poids. Insatiable, il ne pouvait pas simplement se passer de l'érotique étreinte de son amant, appréciant chaque fois plus encore que la précédente ses attentions et ses caresses.
REMUS — « C'est ça qui m'rend sexy...  »  Il ne pouvait pas prétendre le contraire, avant que la bouche de Remus ne l'englobe et qu'il perde pied. Enserré dans la bouche chaude, le sexe serré et caressé par sa langue taquine, il gémissait sans retenue et sans se soucier que leurs amis ne les entendent dans l'autre pièce. Comme souvent il en oubliait d'être mesuré, ou même la présence des autres. Pas que Sirius soit quelqu'un de pudique de toute façon, et il ne cachait bien de sa satisfaction quant au sexe avec Remus. Parfait - il ne trouvait pas d'autres mots pour le désigner, alors que sa main fourrageait les cheveux de son petit ami, l'invitant à le prendre plus profondément, jusqu'à ce que son sexe imposant se perde entièrement dans l'antre chaud. L'orgasme dévastateur le fit hurler, fermant les yeux pour crier le nom de Remus en se répandant dans sa bouche.
Et rien ne saurait être plus excitant encore que de voir Remus savourer sa semence, le dévorer pour remonter sur ses lèvres et les prendre à son tour - lui faisant gouter son propre plaisir. Il était presque dur de nouveau, appréciant ce moment où rien ne comptait d'autre que l'homme dans ses bras. Ce moment où il n'était ni en souffrance, ni à l'agonie - simplement sous les affres de l'amour et de la passion. Il en voulait plus, déjà, se tournant face à la paroi pour offrir à Remus la vue de ses reins - et de ses fesses offertes que le bellâtre a tôt fait de trouver pour les caresser.

Il le voulait, qu'importe la douleur ou l'imposant sexe de Remus, il voulait le sentir se perdre en lui et le déchirer pour lui faire oublier le reste du monde. Le déchirer pour le remplir, le combler alors qu'il sentait le néant des émotions sur le point de le saisir. Il ne savait plus quoi ressentir, comment réagir - totalement perdu face à la fatalité qui le clouait sur place une fois encore. Mais avec Remus s'était une évidence - il voulait l'aimer jusqu'à en perdre la raison. Sauf que son amant a d'autre idée en tête, et se refuse de le prendre préférant se mettre à genou encore pour le lécher.
REMUS — «  Pas encore... J'veux que tu te souviennes comme c'était bon à chaque fois que ton petit cul se posera sur une chaise... »  Gémissant devant l'image scandaleuse, Sirius ne peut que trembler encore de plaisir quand la langue taquine vient trouver son petit trou pour le préparer. Salivant pour le préparer, la langue vient lui donner la satisfaction d'un contact à la fois doux et affriolant, lui causant des vagues de plaisir dans le corps entier, et faisant de lui un être en fusion. Sur le point de prendre feu - s'enflammer pour de bon, et perdre tout sens de la réalité. Il gémissait le nom de Remus en litanie, comme pour l'inviter à plus tout en aimant le traitement qu'il lui donnait. C'est à la fois trop vite et pas assez qu'il se releva, et qu'il sentit alors la tête du sexe en érection, avançant ses hanches pour l'inviter à le prendre sans plus de cérémonie.
REMUS — « T'es tellement bon...  » 
SIRIUS — « T'es meilleur encore... » Répondit-il d'une voix sans souffle, hachée de la douleur de l'intrusion, et de plus plaisir d'être pris. Le sexe du loup-garou ne pouvait pas être dit raisonnable, et il le serrait avec douleur autant que désir - le sentant le remplir si fortement qu'il en était retourné. Ils restèrent un temps ainsi, Remus en lui qui attendait qu'il s'habitue à sa grosseur, et lui qui retenait l'envie de lui dire de le démonter promptement. Il finit par bouger des hanches pour signifier qu'il était prêt, qu'il pouvait faire de lui ce qu'il voulait.
SIRIUS — « Te retiens pas, Moony, prends moi durement... » Souffla-t-il pour l'inviter, alors qu'il sentait les bras qui l'entouraient pour le maintenir dans l'étreinte réconfortante. Et il en était apaisé, à la fois qu'excité, de savoir Remus si tendre et à la fois si passionné. Il passa sa main sur celle du loup-garou pour le maintenir si proche, bouger des hanches contre lui pour rencontrer son sexe à chaque poussée et gémir de plus en plus fort en sentant son propre pénis reprendre de sa vigueur quant bien même il avait déjà jouit. Il sentait alors que le plaisir était plus lent à monter, savourer l'étreinte avec un sourire extatique sur le visage - jusqu'à ce qu'il sente que Remus était prêt -
SIRIUS — « J'veux te voir, Rem... J'veux te voir quand tu vas venir en moi. » Supplia-t-il, toujours soumis aux coups de hanche de son amant, mais prenant le parti de se défaire du sexe turgescent pour se retourner dans ses bras, et en une seconde enrouler ses jambes autour de ses hanches pour glisser sur la hampe luisante d'excitation - gémissant de nouveau, totalement soumis à présent aux gestes de Remus qu'il tenait au plus prêt de lui.

_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Jeu 3 Aoû - 21:38

Fragile world
C'est de mieux en mieux à chaque fois qu'ils font l'amour, qu'ils s'aiment jusqu'au petit matin. Bien souvent ils ne dorment que deux ou bien trois heure, épuisés et le corps douloureux d'avoir trop bougé, trop caressé, trop frotté l'un contre l'autre. Bien souvent ils partent en cours avec des valises sous les yeux mais le sourire amoureux et bête sur les lèvres. Bien souvent ils se regardent de loin toute la journée, les joues rouges aux souvenirs de la nuit dernière et de ce qu'ils ont put dire, faire, murmurer. Car si Sirius est celui qui se laisse le plus facilement aller et qui assume ses hurlements de plaisir, Remus est bien celui qui taquine le plus. Il sait comment rendre fou son homme d'un regard, d'un claquement de langue sur le palais. C'est presque trop facile et il s'en amuse, au grand déplaisir de Sirius qui est un être soumis à ses pulsions et ses désirs. Pour preuve alors qu'il agite des hanches, tout doucement alors que Remus le prépare avec tendresse. Incapable de faire preuve de patience, le Black fini rapidement par demander d'être enfin possédé, poussant le lycan à se lever et venir se positionner contre lui. Il en pousse un râle d'envie lorsque les fesses galbées du sang pur viennent caresser son membre dur, juste avant qu'il ne le prenne tout en poussant un long gémissement qu'il retenait jusque là. C'est chaud, étroit, délicieux et tellement addictif qu'il ne met pas longtemps avant de bouger, le tenant par les hanches et le torse alors qu'il s'enfonce ne lui pour lui faire oublier sa douleur, ses problèmes et ses blessures qui cessent de saigner. « T'es meilleur encore... » Il pousse un râle en guise de réponse avant de bouger plus fort, s'enfonçant dans on antre accueillante qui devient de plus en plus chaude à mesure que leur peau frottent l'une contre l'autre. « Te retiens pas, Moony, prends moi durement... » Il se recule un peu et lâche le torse de son homme, pour poser ses mains dans son dos et le pencher en avant. Là il se met à bouger plus violemment, ses hanches claquant contre les fesses fermes de son homme alors qu'il pousse des râles qui montent en crescendo.

Il ferme les yeux pendant que ses mains explorent le corps de son amant, savourant la douceur de sa peau sur ses doigts alors que les muscles roulent contre ses paumes. « J'veux te voir, Rem... J'veux te voir quand tu vas venir en moi. » Sirius s'éloigne alors que Remus soupire de se sentir libéré, comme vidé de son enveloppe essentielle. « Tout ce que tu veux tant que tu m'laisses te prendre... » Dit-il en venant poser ses mains sur les fesses de Sirius pour le soulever alors que ce dernier enroule ses jambes autours des hanches du lycan. Et aussitôt son membre vibrant retrouve sa cachette, glissant dans son antre humide qui l'accueille alors qu'il pousse un gémissement plus violent encore. « Embrasse moi... » Ordonne le lycan alors que leur bouche s'écrasent et que son érection pousse encore et encore en lui, sans douceur, s’enfonçant comme si sa vie en dépendant. Doucement et tout en le tenant, sa main gauche de faufile entre eux et vient attraper l'érection abandonnée de son homme qu'il caresse de haut en bas, en rythme avec ses pénétrations. « C'est bon mon bébé ? C'est si bon d'être en toi... Tu es tellement chaud et étroit... Merlin j'vais pas me retenir longtemps... » Qu'il murmure en fermant les yeux, sa main s’activant en rythme avec ses hanches alors qu'il l'embrasse encore, voulant faire taire les hurlements qui menacent a tout moment de sortir de sa bouche.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2129
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Dim 6 Aoû - 10:35

fragile world
remus lupin & sirius black

Y a le monde autour d'eux qui s'évanouit, n'existe plus que dans le regard et les caresses malicieuses de Remus. Il oublie le reste - peu désireux de rester focaliser sur le trou béant dans sa poitrine, ou l'angoisse de savoir qu'à présent il ne pouvait plus dire Regulus son frère - il ne voulait pas y penser. Pas ce soir. Il n'était pas fou, cependant, savait que la douleur reviendrait à un moment et qu'il devra la combattre. Il savait que c'était déjà trop, que cette plaie en plus des autres étaient plus sanglante encore. Il savait qu'il ne pourrait pas penser avec cohérence, sans doute dés le réveil. Qu'il aurait besoin d'exorciser ce qu'il tâchait de ravaler depuis longtemps, de bile noire et de regrets, de remords envers son propre comportement, et sa manière d'être avec son cadet. Il devra de nouveau combattre son passé, et tâchait de ne pas devenir fou. Mais pour l'heure - pour l'heure il était épris dans l'étreinte de Remus, dans la passion de ses baisers, de sa manière de le saisir pour s'enfoncer en lui d'un coup de hanche expert; il gémit. Il gémissait à chaque aller et venu en lui, son intimité serrant le sexe énorme, et désireux de l'avoir qui tapait sur sa prostate pour lui faire voir les étoiles.
Mais pas sans le voir lui, exigeant qu'il le regarde dans les yeux au moment de jouir - pour pas perdre pied à la réalité, pour savoir que c'était bien REmus qu'il tenait contre lui, qu'il était son phare, son sauveur. Qu'il était là pour pas le laisser s'effondre dans le gouffre d'abysses de trop d'émotions négatives.
REMUS — « Tout ce que tu veux tant que tu m'laisses te prendre... » Il l'en empêcherait pas, se retournant pour enrouler ses jambes autour de ses hanches, totalement soumis à ses mouvements. C'était nouveau - cette position - et il ne s'en plaignait pas. Rattaché à Remus par ses bras autour de son cou, ses jambes autour de ses hanches, et son sexe qui le prenait comme un beau diable, le remplissant parfaitement. Il ne pouvait sentir que cela, descendant sur la hampe luisante d'existation, et gémissant à chaque fois que Remus allait plus loin encore. Son dos cogna contre la paroi de la douche, et il ne frémit pas même du froid qui envahit une partie de son corps. Il était brûlant, de toute façon.
REMUS — « Embrasse moi... » Il s'exécuta, embrassa passionnément Remus, avant de ne pouvoir rien faire d'autre que rester collé à ses lèvres, tâchant de reprendre son souffle - mais c'était trop bon, et un mouvement plus décidé que les autres lui fit voir les étoiles.
SIRIUS — « Encore... encore, Rem... comme ca. » Gémissait-il alors que l'angle donnait accès à sa prostate, le point sensible de son être entier qui frissonnait de plaisir à chaque pousser de Remus en lui. Il gémit, encore, avant que cela ne devienne de violents hurlements - sans se soucier d'être entendu de James et Peter dans la pièce d'à côté. Sans se soucier de rien, en réalité, parce que rien ne comptait autant que Remus et lui à ce moment. Que ces deux corps qui en faisaient qu'un, et de ce coeur qui battait à la chamade - à moins que ca soit l'écho du palpitant de Remus contre lui. Il ne saurait le dire, et finalement il s'en fichait. Il était plus que pulsions et passions, s'abandonnant totalement.
REMUS — « C'est bon mon bébé ? C'est si bon d'être en toi... Tu es tellement chaud et étroit... Merlin j'vais pas me retenir longtemps... » Le surnom lui envoya une autre vague d'excitation et son sexe était douloureux, frottant entre leurs deux corps à chaque mouvement, lui donnant envie de jouir sur le champ. Il aimait que Remus utilise quelques surnoms, surtout durant l'amour - de cette voix chaude et excitée. Il était foutrement séduisant, parfaite, diaboliquement sexy.
SIRIUS — « Te retiens pas, viens en moi, remplis moi Moony... » Murmura-t-il à son oreille, le serrant plus fort alors qu'il se sentait lui-même proche de la délivrance - et ils furent pas long, avant que Remus n'explose en lui, le remplissant de sa semence chaude, et que Sirius ne jouisse sur leurs poitrines, en longues vagues intenses. Il resta un moment dans cette position, serrant Remus contre lui, les larmes coulant de ses yeux sans qu'il puisse les contenir. Il voulait pas le lâcher. Il voulait le garder ainsi, et ne pas avoir à parler de ce qu'il ressentait. Il ne voulait pas parler du tout.
SIRIUS — « J'veux que tu me prennes encore. Mais pas ici. » Dit-il finalement, en lâchant ses jambes pour retrouver son équilibre au sol, obligeant Remus à quitter son intimité. Il prit du savon pour laver le corps de Remus et le sien, fit bien attention à ne pas abandonner son sexe, le caressant plus longtemps que nécessaire pour lui faire retrouver de sa vigueur, un air lubrique - et perdu - sur le visage. Il voulait pas penser, il voulait pas parler, il voulait pas avoir à repasser les images dans sa tête. Il voulait que Remus. Remus, Remus, Remus. Il sortit de la cabine, et prit sa baguette pour les faire sécher d'un sortilège, avant de prendre la main de Remus et de l'attirer dans son lit - il en ferma les rideaux, apposa un sortilège de silence, et fit allonger son amant sur les draps.
C'est là qu'il prit la peine de caresser son sexe avec plus d'insistance jusqu'à ce qu'il soit assez dur - et qu'il se mit sur lui, pour l'enfoncer encore dans ses entrailles, gémissant de nouveau, fermant les yeux et souriant stupidement.
SIRIUS — « Fais moi voir les étoiles. »


_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 1501
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   Sam 19 Aoû - 17:54

Fragile world
« Encore... encore, Rem... comme ca. » Il s’exécute aussitôt, bien trop heureux de voir que son amant perd pied à la réalité, à la moindre de ses pensées et qu'il ne reste qu'un homme troublé par le plaisir et par l'envie. C'est que Remus bouge comme un beau diable pour le faire hurler, pour qu'il ne pense plus à la trahison de Regulus et au regard noir de ce dernier, le regard du frère qui a embrassé la cause ennemie. Le regard du petit frère qui va bientôt porter la marque, si ce n'est déjà fait de toute façon. Remus se souvient d'avoir aperçu de loin le regard de Regulus et jamais il ne pourra oublier les deux orbes devenus noires de haine à présent, car l'amour de sa vie a été touché. Parce que tout ceci vient de l'attaquer contre Oswin, nul doute qu'il n'aurait pas réagit comme ça si un autre avait été touché. Mais Regulus défend Oswin, comme Sirius défendrait Remus avec la même violence si seulement il le devait. Nul doute qu'ils s'aiment presque de la même manière, la possibilité de le faire au grand jour comme un plus que les deux Gryffondors ont, alors que les deux Serpentards vivront toute leur vie dans l'ombre. Il relève le visage pour regarder celui de son homme, perdu entre le plaisir et la folie qui se met à hurler sans se retenir, en cadence avec les coups de hanches que Remus administre à son intimité offerte. Il est bien trop heureux de voir Sirius s'abandonner alors sans attendre, au même moment, il se laisse aller à quelques râles plus violent que les autres alors qu'il sent le plaisir grossir dans ses hanches, balayer sa raison et exploser dans un presque hurlement qu'il retient tant bien que mal. « Te retiens pas, viens en moi, remplis moi Moony... » Ces quelques mots terminent de le faire hurler plus fort alors qu'il se déverse dans l'antre chaude de son amant, dans des râles qui s’atténuent en quelques secondes. Doucement, il repose Sirius au sol et vient l'embrasser avec tendresse avant de diriger le jet d'eau sur eux et d'effacer les traces de jouissance sur son torse. « J'veux que tu me prennes encore. Mais pas ici. » « Tu peux encore... ? »

Qu'il dit dans un murmure avant de l'embrasser et de se laisser savonner, avec un petit couinement appréciateur. Il prend aussi un peu de savon pour laver son son homme, frictionner son dos et masser ses muscles avec douceur car son corps est encore abîmé. Puis avec tout autant de douceur ils se rincent avant que Sirius ne le prenne par la main et qu'ils ne se dirigent vers leur lit. Son amant a la bonne idée de lancer un sort d'insonorisation et voilà qu'ils se couchent au milieu des coussins avec souplesse, Remus venant caresser le flanc droit de son homme. Il vient l'embrasser encore alors que son amant vient flatter son membre au repos. Il pousse un petit râle alors que sa main gauche s'aventure entre eux et qu'il vient aussi saisir l’érection presque dure de son amant, qui ne semble appeler que lui. Mais Sirius se relève et vient doucement s'empaler sur le membre de Remus, qui vient glisser ses mains sur ses hanches pour le maintenir. « Fais moi voir les étoiles. » Lentement il le soulève par les hanches avant de le laisser glisser encore sur son érection pleine de vigueur, alors qu'il ferme les yeux et laisse sa tête partir en arrière. Il recommence le même mouvement de plus en plus fort avant de prendre appuis sur ses pieds et de pencher son homme en avant. Là il se met à donner des coups de hanches en lui, tout en venant chercher sa bouche pour un baiser brûlant. Puis sa main droite quitte la hanche de son amant et vient se perdre entre eux, alors qu'il saisit le membre de son amour pour le caresser d'un geste ample, passant ses doigts sur son gland pour caresser cette zone si sensible. « Tu es tellement beau... Regarde moi... » Qu'il dit en venant récolter du bout de sa langue, une goutte d'eau qui se perd sur le menton de son amant.


_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: fragile world (wolfstar - hot)   

Revenir en haut Aller en bas
 
fragile world (wolfstar - hot)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Troisième étage-
Sauter vers: