AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 never give up (starbuck)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2093
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: never give up (starbuck)   Sam 1 Juil - 2:01

never give up
James Potter & Sirius Black

Il manquait cruellement d'envie pour quoi que ce soit, restant prostré dans un silence boudeur à l'idée de se retrouver le cul sur une chaise pour la journée entière. Pas qu'il s'en plaigne d'habitude, il trouvait en général le moyen de tuer l'ennuie de manière presque littérale en assassinant la tranquillité des cours avec quelques farces bien senties avec James. Mais aujourd'hui il avait l'esprit ailleurs, dans les méandres d'une enfance perdue à jamais. Il avait eut du mal à trouver le sommeil, se réveillant en sursaut à cause de rêve tortueux, le front recouvert de sueur et cherchant la présence réconfortante de Remus à ses côtés. Pas que son petit ami ne l'ait lâché de la nuit, mais à l'approche de la pleine lune il dormait d'un sommeil de plomb. Alors Sirius devait se contenter de se coller à son corps trop chaud pour tenter d'apaiser les battements de son coeur.
Mais dés qu'il fermait les yeux, le visage inexpressif de Regulus lui revenait en flash cuisant. Il était impossible pour lui de s'en défaire, ressentant encore le tiraillement du sortilège de magie noire sur son âme torturée. Son frère qui avait définitivement embrassé la cause des Mangemorts. Son frère qui avait attaqué le soir de la nuit pourpre, plongeant ses mains dans le liquide carmin pour lui jamais être capable d'être innocent. Se tuant dans un peu plus d'obscurité pour oublier ce que ca fait d'être lumineux. Regulus était devenu un monstre - et il ne pouvait pas s'empêcher de penser que c'était de sa faute.

Peu de sommeil, à la table du petit déjeuner les discussions autour de lui le laisse indifférent, comme enfermé dans le silence pesant de sa tête. Il n'y a que la main de Remus sur sa jambe qui le ramène à la réalité, alors qu'il en oublie même de manger pendant plusieurs minutes. Finalement se forçant à lever le regard de son café trop noir, il croisa celui de James qui semblait briller de trop de sincérité. Parce que James avait toujours compris sans avoir besoin de parler, et il avait bien remarqué que Remus et Sirius étaient rentrés tard de la retenue de ce dernier. Que c'était pas la première fois qu'il rentrait tard cette semaine, et qu'il était ailleurs - bien trop ailleurs - et agressif. Bien trop agressif. Et s'il y a bien une personne à qui il ne pouvait rien cacher c'était James.  
C'est une conversation silencieuse qui se joue entre eux - l'envie de ne pas perdre de temps à ne rien faire poussant Sirius à vouloir s'enfuir pour pas toucher un banc d'école. Fort heureusement il commençait avec un cours en tête à tête avec James - autant dire personne pour les empêcher de ne pas s'y rendre. Sauf peut être Lily Evans si elle trouvait de quoi se plaindre de leur comportement pour changer, mais Sirius n'en avait que faire pour dire.  
Alors quand le temps arriva de rejoindre sa salle de classe, offrant un baiser pour le moins langoureux à Remus, il le laissa disparaitre dans le couloir avant de faire demi-tour, et de prendre le partie de disparaitre par la grande porte pour se mettre à traverser le parc pour rejoindre le Terrain de Quidditch. Dans sa poche, le paquet de cigarettes qui pèse lourd, et qu'il prend pour s'en griller une une fois qu'il arrive sur l'herbe déjà trop verte. C'est presque aveuglant. C'est là qu'il se couche finalement, sentant que son corps exigeait de plus bouger, de plus avoir à penser, ou de plus - plus rien. Trop de pensés qui le torturent, qui tournent dans sa tête en flot incohérent. A plus savoir quoi en faire - il voudrait presque gueuler sur le monde, ou se mettre à courir en rond jusqu'à en être épuisé.

A la place il fume, en attendant que James le rejoigne. Il doute pas qu'il le fera et c'est pas long avant qu'une silhouette lui cache le soleil.
SIRIUS — « C'est mal de sécher les cours Potter. »  Qu'il sort avec un sourire en coin, ouvrant un oeil fermé pour pas brûler la rétine au soleil pour croiser la bel gueule de son meilleur ami. Et déjà il se sent plus léger de tension qu'il sait pas exorciser. « C'est qu'il y a les ASPICS à la fin de l'année. Tu voudrais pas finir concierge de Poudlard, dis ? » Qu'il demande avec plus de moqueries que d'autorité avant de prendre sa clope en bouche pour en prendre encore une taff et la passer à James -  c'est bien le seul avec lequel il se trouve être généreux et à tout partager s'il le peut.  
SIRIUS — « Cela dit être concierge ici ca serait le bon moyen de continuer à Marauder en toute impunité. » Qu'il se dit comme si l'idée faisait son chemin dans son esprit détraqué et fatigué. « Et on peut supposer que Pettyjohn a vu qu'elle pourrait pas compter sur nos belles gueules ce matin pour illuminer sa journée.»









_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 55
Date d'inscription : 20/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: never give up (starbuck)   Lun 10 Juil - 0:23


T’es pas le mec le plus observateur qui soit, ton regard glissant sur tout c’qu’il trouve inintéressant sans s’y arrêter- bien qu’depuis quelques mois t’essaie d’porter plus attention au monde qui t’entoure. T’es pas observateur mais conscient, et quand finalement tes prunelles s’arrêtent sur un détail, une chose ou une personne, elle avale tout ce qu’elle peut et analyse. T’es parfois lent à la détente avec ta tête en l’air et si t’es en général plus doué avec les gens auxquels tu tiens, y’a pas plus rapide qu’quand ça concerne Sirius. À voir la gueule qu’il tire c’matin, t’aurais peut-être dû porter plus d’attention à Remus hier quand il t’as demandé la carte en revenant d’sa ronde d’préfet, ça t’aurais probablement incité à l’suivre ou du moins, attendre leur retour qui depuis quelques soirs s’fait d’plus en plus tard. T’y portais pas attention car t’disais simplement qu’ils s’trouvaient des coins tranquilles pour passer du temps tous les deux- bien qu’ce matin t’sois convaincu qu’ça soit autre chose.
Installé à la table pour prendre l’petit déjeuner, Patmol est beaucoup trop tranquille, assez perdu dans ses pensées qu’il s’prend d’quoi à manger seulement au moment où Lunard lui attrape la cuisse sous la table. T’participes aux discussions sans les quitter des yeux, participant aux discussions autour jusqu’à ce qu’il lève les yeux d’son café et tombe dans les tiens. Ton attention reste sur lui et t’en oublie un instant la discussion qu’t’avais avec Pete- qui dit rien en avisant qu’tu fixes Sirius et qu’il t’le rend bien. Pas besoin d’mots entre vous deux, les frères d’cœur s’comprennent d’un regard. Pas d’cours, l’un qu’vous partagez tous les deux de plus c’qui est pas pour aider, comme vous avez pas besoin d’vous convaincre pour l’rater. C’que tu veux maintenant, c’est d’te rendre l’plus vite possible au point d’rendez-vous, alias l’terrain de Quidditch. Un des plus bels endroits du coin où t’es jamais déçu d’te rendre- avec la septième année qui se termine, vous aurez plus la chance d’en profiter, ni d’jouer au Quidditch devant foule, dans un stade, comme ici. Ça t’fait mal au cœur un peu, t’as encore la chance d’en profiter quelques temps encore donc t’vas pas t’mettre à pleurer non plus. Juste profiter d’l’endroit même quand il est vide d’joueurs, et c’toujours bien d’s’y étendre dans l’herbe longue aux côtés d’ton meilleur ami.

Quand t’arrives finalement à destination, Sirius est déjà là et à voir la fumée qui s’élève d’son corps étendu, t’en conviens qu’il s’est allumé une cigarette. T’as pris un peu plus d’temps à cause d’Lily, t’disant qu’prendre deux minutes de plus pour tenter d’trouver une réplique d’drague qui la ferait finalement sourire au lieu d’lever au ciel serait pas si grave, mais fidèle à ses habitudes t’es sortit d’votre très courte altercation bredouille. Quand t’arrives à sa hauteur, tu t’places d’façon à lui cacher l’soleil pour l’voir ouvrir un œil et laissant son visage s’tendre d’un coin. C'est mal de sécher les cours Potter. Ton visage s’tend d’la même façon, avant qu’tu laisses tomber à ses côtés, t’approchant un peu en position d’indien pour l’cacher encore du soleil. « Sauf quand c’cours à la prétention d’vouloir sécher l’vie hors d’nous, » qu’tu réponds d’un ton léger.
« C'est qu'il y a les ASPICS à la fin de l'année. Tu voudrais pas finir concierge de Poudlard, dis ? » T’laisses ton sourire s’agrandir et un sourcil s’lever alors qu’tu prends la clope qu’le brun t’tend, lâchant un ricanement du fond d’ta gorge alors qu’tu sors ta baguette pour t’allumer. « Cela dit être concierge ici ca serait le bon moyen de continuer à Marauder en toute impunité. » T’aspires une goulée, expirant la fumée au fil qu’tu lui réponds. « Emmerder Rusard et son chat jusqu’à ce qu’il foute le camp en hurlant, c’tentant. Arrête d’me faire rêver où j’pourrais bien tout échouer exprès, » qu’tu réponds avant d’te pencher vers l’avant, faisant danser tes sourcils au-dessus d’tes yeux sans perdre d’ton sourire, baisant légèrement l’ton quand tu reprends. « Dehors, y’aura l’reste du monde où on pourra Marauder. Tous les bons coups qu’on pourra faire sans danger d’se faire prendre, » qu’tu murmures avant d’tirer sur la cigarette une nouvelle fois. Sauf que dehors, y’aura aussi plus de guerre, plus de sang et d’misère. Une raison d’plus pour les Maraudeurs d’pas se lâcher, et trouver des façons d’mettre un peu d’lumière dans c’monde trop sombre. Mais avant qu’tu puisses demander à Sirius c’qui le tracasse, qu’tu deviennes relié à tout c’merdier d’une manière ou d’une autre, il t’devance. « Et on peut supposer que Pettyjohn a vu qu'elle pourrait pas compter sur nos belles gueules ce matin pour illuminer sa journée. » « Elle devait être déçue d’voir qu’on allait avoir d’autres chats qu’elle à fouette aujourd’hui. » Ta voix et visage reste détendu, bien qu’tes sourcils s’froncent légèrement, seul signe qu’tu deviens un peu plus sérieux soudainement. « J’sais pas si elle a vu c’qui t’travaille aussi, j’serais curieux d’le savoir par contre. »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2093
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: never give up (starbuck)   Dim 16 Juil - 20:04

never give up
James Potter & Sirius Black

C'est pas de Remus dont il avait besoin - certes il pouvait pas se passer de la présence apaisante de son petit ami, jouissant de sa tendresse pour calmer les battements douloureux de son palpitant - mais il ne pouvait pas parler de cela à Remus. Il n'y pouvait rien, depuis longtemps déjà il avait cette foutue habitude de se renfermer dans une bulle d'ignorance pour pas laisser son âme se déchirer d'émotions trop violentes. Il avait souffert, combattait la souffrance en feignant l'indifférence, et il en était plus brisé à chaque fois - il tentait de faire bonne figure, de ne pas montrer un visage défait à la face du monde. Le visage du gamin qui s'est retrouvé sans enfance. Le visage de l'élève qui se trouvait pas dans la bonne maison. Le visage du Black qui était plus à sa place dans sa propre maison. Le visage du sorcier qui s'embrase de magie noire dés que les choses deviennent trop compliqué. Le visage du frère qui a perdu ce droit de se dire ainé. Il ravale les sanglots, même si depuis deux jours ca éclate derrière les rideaux fermés et les sortilèges de silence. Il aime pas pleurer, le Black, il cache bien trop ses émotions comme des faiblesses qu'il sait pas gérer.
Mais il y a une chose qu'il a jamais pu faire, dans cette existence où il s'est toujours arrangé pour contrôler la moindre expression de son visage, c'est mentir à James Potter. Dés le premier regard dans le Poudlard Express, James a vu à travers de son masque sans le moindre effort. A rire de le savoir Black, qui devait finir à Serpentard - et Sirius qui répondait qu'il s'en fichait bien, que peut être il mettrait fin à cette tradition. Ce qu'il pensait pas alors c'est que effectivement ca arriverait. Et que le gamin aux cheveux décoiffés devant lui ca deviendrait son ancre pour pas sombrer dans la démence.

James il a toujours compris, plus vite que les autres. Parce qu'il sait ce que c'est qu'être de sang pur, au nom qui pèse trop lourd sur des épaules qui lâchent sous le poids des reproches. Pas que les Potter soient de ce genre, mais il a grandit dans le même milieu, avec les mêmes histoires. Remus ne pouvait pas comprendre ça. Il l'entendait de la bouche de Sirius depuis qu'il avait pu l'amener à souffrir sur l'enfance qu'il taisait jusqu'alors. Mais il ne trouvait pas les mots de James. James restait son frère, d'une autre mère, d'un sang qu'ils partagent pas, mais de deux coeurs qui battent le même rythme. Alors c'est non sans surprise qu'il cherche sa présence ce jour-là, alors qu'il y a rien autour de lui qui lui arrache le moindre intérêt. Morne, l'oeil du Black endeuillé de la trop lourde perte de Regulus.
JAMES - « Sauf quand c'cours à la prétention d'vouloir sécher l'vie hors d'nous » Sirius goute à la plaisanterie avec un timide sourire qui fait montre qu'il est pas totalement éteint. Il y a bien que James pour raviver sa flamme de maraudeur, lui rappeler qu'il est qu'un gamin et que tout ira bien. Qu'il y a rien qui pour le détruire tant qu'il sait qu'il peut compter sur son allié le plus fidèle. Que qu'importe même l'avenir, les ASPICS, ou le reste - ils peuvent de toute façon rire de tout. Rire, c'est bien une chose que James lui a apprit à faire - c'est pas comme si c'était habituel au Square Grimmaurd de se fendre la poire pour des conneries.
JAMES - « Emmerder Rusard et son chat jusqu'à ce qu'il foute le camp en hurlant, c'tentant. Arrête d'me faire rêver où j'pourrais bien tout échouer exprès. »
SIRIUS — « J'peux pas être blâmé si t'as l'esprit assez détraqué pour t'laisser tenter par ce genre de promesse. » Qu'il dit avec un sourire moqueur vers le bellâtre échevelé. C'est trop facile d'oublier, en même temps de savoir que ca reviendra assez vite. Mais pour le moment c'est plaisant, d'imaginer l'avenir qui sera pas si sombre. De savoir que tout ce qui compte c'est qu'il a pas tout perdu, qu'il lui reste un frère. Et son coeur qui se réchauffe quand il prend conscience de cela. Qu'il se rend compte que ce n'est que trop vrai. Que sans Regulus, son coeur se tord de douleur - mais que sans James c'est son monde entier qui aurait plus de sens, et qu'il aurait plus qu'à attendre que la mort vienne le prendre à son tour. C'est cruel - injuste sans doute pour son cadet, mais il y peu rien. A ce moment il se dit que James a été le meilleur frère qu'il aurait pensé avoir.
JAMES - « Dehors, y'aura l'reste du monde où on pourra Marauder. Tous les bons coups qu'on pourra faire sans danger d'se faire prendre. »
SIRIUS — « Sans ce danger là, marauder perd un peu de son charme non ? Quoi qu'on aura aussi un nouveau terrain de jeu en vivant près du Londres moldu… » Admet-il en relevant la tête, en même temps qu'il passe à James sa cigarette, un sourire en coin à l'idée de devoir aller contre les lois moldus en même temps qu'ils pourront ignorer celles des sorciers. Bien trop de promesses - finalement - bien loin de la guerre qui assombrit le ciel. Ils en parlent pas - pas quand ils sont que tous les deux.

Mais ils parlent du reste, de coeur ouvert à toute émotion. Et Sirius sait qu'il pourra rien cacher ou rien taire. James le saura - James le sait toujours, et quand y a l'expression du Potter qui devient à demi-sérieuse il sait. Il sait que le moment est juste venu de lâcher prise, et de faire tomber le masque.
JAMES - « Elle devait être déçue d'voir qu'on allait avoir d'autres chats a fouetter aujourd'hui. » Il tique à l'expression concernant les chats - c'est trop souvent que James utilise les phrases de moldus animalières qui intègrent les félins. Un jeu pour pousser Sirius à lever les yeux au ciel. Ce qui manque pas de réussir à chaque fois.
JAMES - « J'sais pas si elle a vu c'qui t'travaille aussi, j'serais curieux d'le savoir par contre.  » C'est là qu'il perd la face. Qu'il laisse tomber le sourire en coin, la moquerie dans le regard et le trop plein de jeu théâtral pour cacher qu'il a juste pas l'occasion de savoir quoi penser. Ou ce qu'il a le droit de ressentir. Qu'il a tout fait dés que Remus l'a sorti de ce nouveau duel avec Regulus pour pas revenir dessus. Que son amant a pu lui embaumé le coeur la veille à coup d'une affection réel et d'amour qui lui ont rappelé combien il l'aimait son loup-garou - mais qu'aujourd'hui il était temps d'affronter la réalité.
SIRIUS — « J'suis pas sûr de trouver les mots exactes, James. » Qu'il admet en s'asseyant dans l'herbe, reprenant la cigarette en faisant signe à son meilleur ami de prendre place près de lui. Que ca risque juste d'être long, en vrai, cette conversation. « J'imagine qu'il vaut mieux commencer du début. » Qu'il commence en faisant face à son ami, inspirant profondément et se plongeant dans les yeux de James pour trouver le courage pour parler. C'est toujours plus simple ainsi.
SIRIUS — « J'ai appris que c'était Oswin Feuerbach qui avait attaqué Marlène le soir de la nuit pourpre. Alors… Alors comme cet troll cramoisi à eut l'audace de jouer avec elle, j'ai juste été lui remettre les idées en place. Sauf que… Sauf que j'avais pas prévu que ca prendrait un tournant plus dramatique. » C'est un rire sans joie qui lui vient, alors qu'il baisse le regard, et se reprend une taff de cigarette. « J'ai fini par… J'ai finis par perdre Regulus pour de bon. Et j'sais pas… j'sais pas comment me sentir après ça. J'suis juste… Vide. Et je devrais pas être ainsi, n'est-ce pas ? J'veux dire… J'veux dire que hier soir j'me suis battu avec mon frère, et qu'il a pas sourcillé à m'foutant un Endoloris en pleine tronche. Et que j'sais pas comment… J'sais pas. »







_________________

let's be punk
Tell me your desire why you pulled me from the fire And we'll seal the deal with a kiss



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: never give up (starbuck)   

Revenir en haut Aller en bas
 
never give up (starbuck)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Anathéa — Do not give up your dream, you know you can go, you have to ...
» Get up and never give up... [PV Raphaël]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» TRISTAM ✎ nobody can give you equality, or justice, or anything. if you're a man, you take it.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Parc :: Terrain de Quidditch-
Sauter vers: