AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 we're all crucified in the end. ◄ regulus&lucius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: we're all crucified in the end. ◄ regulus&lucius   Lun 3 Juil - 1:59

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
Parfois, endosser de telles responsabilités est assez compliqué. Parfois, trop de poids pèsent sur nos épaules, nous les mangemorts. Cette épée de Damoclès qui menace de s'abattre sur notre tête, chaque fois que l'on dérape. Je ne me plains pas de cette vie, je l'ai choisi et je me sens particulièrement bien ainsi mais disons que parfois c'est assez dur, parfois on en deviendrait presque fou. Pas besoin d'un doloris, être mangemort suffit. Je sais que pour les nouveaux venus, ce n'est pas chose simple de se sentir bien dans nos rangs, de se sentir confiant. Je sais qu'une fois la marque gravée à tout jamais dans notre peau, c'est une lourde responsabilité qui pèse sur notre âme et notre coeur. Une lourde marque, qui noircit tout ce qui vit encore en nous, nous transformant de plus en plus en quelque chose d'inhumain, une machine de guerre. C'est comme si elle s'implantait réellement en nous, jusqu'à diriger ses racines jusqu'à notre coeur, et notre âme, les enveloppant de toute part, faisant disparaitre le peu d'humanité que l'on avait déjà en nous, ne nous laissant que la haine, la colère, le sadisme. Une marque qui ne cesse de vous tuer, doucement. Une marque qui ne résiste jamais à l'appel au sang et qui vibre chaque fois que l'on frôle la mort. J'sais plus ce que c'était, d'être innocent et de ne penser qu'à faire de petits bobos à ces enfants. J'sais plus c'que ça fait, d'avoir la conscience tranquille et ne pas sentir la mort, m'attendre sagement à chaque coin de rue. Parfois, j'me dis qu'elle veille juste sur moi, s'assurant que mon tour ne vienne pas trop rapidement parce qu'elle sait qu'on a encore trop de projets pour moi et que, même si j'suis le plus pourri, j'serais pas le premier à partir.


Les mots du Maître résonnent dans ma tête. Je n'ai rien dit à Narcissa, concernant Regulus, ne souhaitant pas l'inquiéter plus qu'à son habitude. Je n'irais pas jouer le gentil fourbe, à soutirer des informations comme je le fais généralement avec mes victimes, non. Regulus est bien plus que ça. Bien plus qu'un inconnu, qu'un jeune mangemort paumé qui ne sait pas à qui il a affaire. Dans ce milieu là, on s'en prend malheureusement parfois à ceux que l'on aime, et Regulus est bien la dernière personne que je souhaite voir écrouler au sol, souffrant de la main du Seigneur des Ténèbres. Si je peux l'épargner, autant le faire. J'enfile un costume de couleur noire, prenant soin de coiffer mes cheveux, les nouant. Je me saisis de ma baguette et transplane jusqu'à l'allée des embrumes, dans l'espoir de le croiser, bien conscient du règlement de Poudlard. Mais lui parler là-bas ne serait aucunement judicieux.


J'erre dans les ruelles, cherchant cette âme qui est bien loin d'être aussi noircie que la mienne. Cette âme qui n'a jamais encore ôté la moindre vie et qui ne sait probablement pas à quel point le danger la guette. Je glisse mon regard sur chaque visage présent, gardant cet air froid et glacial collé au visage, un regard prenant de haut chaque passant qui oserait glisser ne serait-ce qu'un seul regard sur moi. Des regards vides et dénués d'espoir ou de vie. Mais un seul regard m'interpelle. Un regard trop pur, dont la flamme semble ne vouloir jamais s'éteindre. Il me semble légèrement pressé, et semble fuir le moindre regard et le moindre contact avec les gens présents. Une fois qu'il arrive à ma hauteur, je glisse ma main sur son épaule pour le sortir de ses pensées abyssales. Lorsqu'il relève le regard vers moi, je me contente simplement de plonger le mien dans le sien, cherchant à déceler la moindre chose qui pourrait m'être utile sur son état actuel. Pas un mot, un simple regard. Je lui fais signe de me suivre, m'éloignant de toute activité humaine. Rien que moi, et lui. On se dissimule dans l'ombre, mais le seul à briller dans cette obscurité est ce jeune garçon, bien trop jeune pour supporter une telle responsabilité. Bien trop jeune pour subir un sort impardonnable. Bien trop jeune, pour mourir. "Quoi que tu aies à faire, je ne te retiendrais pas longtemps." Dis-je, brisant enfin ce silence à glacer le sang. Je regarde autour de nous, m'approchant suffisamment de lui, pour que seul Regulus entende le timbre de ma voix. Même si l'on parait seuls, nous ne le sommes jamais réellement. "Le Seigneur des Ténèbres m'a ordonné de te surveiller. Pourquoi, Regulus ?" Je soutiens son regard, cherchant des réponses, ressentant une légère inquiétude. "S'il me l'a demandé, c'est qu'il a des doutes sur toi. Est-ce qu'il t'a demandé de faire quelque chose ?" Ou aurait-il dit quelque chose, qui n'avait pas satisfait le Maître ? N'aurait-il pas été assez persuasif ? A-t-il eu de mauvais arguments ? J'ignore de quoi il en retourne.



©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 509
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: we're all crucified in the end. ◄ regulus&lucius   Sam 15 Juil - 7:09


Ces derniers jours n’ont rien eu de tranquille, comme si ta rencontre avec l’Diable avait sonné le début de ton enfer personnel. Lourdes journées avec des nuits bienfaitrices, qu’importe les bleus et les corps arrachés, au moins t’peux toujours compter sur les bras d’Os pour t’apaiser une fois que l’reste du monde dort. Vous avez versé tous les deux une quantité de sang dans les deux derniers jours, tous deux face aux coups du même adversaire : celui qu’tu n’peux plus considérer comme ton frère, Sirius Black. Qu’importe la raison qui l’a amené à s’en prendre à Oswin, tu n’as su réagir autrement qu’en attaquant à ton tour, ayant, en toute vérité, été terrifié à l’idée de le perdre. Qu’importe que ça soit irrationnel ou utopique, t’es jamais mieux qu’avec lui, et après c’qui vient d’arriver, t’peux pas -plus- le nier. T’as qu’à te remémorer la nuit dernière pour qu’ton tout corps soit parcouru d’un agréable frisson et qu’ton cœur commence à battre plus rapidement- rien à voir avec la réaction similaire qui s’produira immanquablement plus tard dans la soirée quand tu vas retrouver ton Maître. Trois jours, à la fin desquels tu te dois de lui remettre le Médaillon, celui que tu lui as dit ne pas avoir alors qu’depuis la veille de Noël Sirius te l’as remis. Il t’appartient depuis, comme il devait appartenir à l’héritier des Black. Contre toute attente, t’es parvenu à faire comme si tu ne l’avais pas, contrait toutefois de le rapporter 72 heures plus tard, car le Maître n’attend pas. Tu n’croyais pas qu’Il te le réclamerait si vite quand Sirius t’avais demandé de ne pas le remettre au sombre Lord le temps d’en apprendre davantage à son sujet, à savoir pourquoi il le désirait autant. T’avais même accepté de l’aider pour faire les recherches, bien que maintenant, il n’y a plus aucune chance que cela se reproduise.

C’est impossible de n’pas repenser à hier, et tu t’demandes si l’Diable t’en demandera. T’portes encore les marques des coups, le visage bleu et la bouche pas aussi succulente qu’en temps normal, mais heureusement la majeure partie d’tes blessures sont invisibles, dissimulées sous tes vêtements. T’as pas pensé à les dissimuler, y repensant devant le hoquet de surprise d’Averill que t’as visité tout l’après-midi. Elle s’est naturellement inquiété pour toi en premier, alors qu’c’est elle qui est couché dans un lit d’hôpital. La voir allongée à l’infirmerie est une chose, à Ste-Mangouste, s’en est une autre, t’faisant réaliser qu’tout ça est bien réel. Elle est sur l’point de mourir, et souhaite t’protéger toi- visiblement contre tes choix, te supportant et t’épaulant malgré tout. T’espères vraiment qu’le feu magique qui l’afflige la tuera pas, qu’une solution va s’trouver, qu’le cousin d’Oswin parvienne à créer une potion miracle- ouais, t’espères vraiment qu’elle va pas mourir. T’as beau être dingue de quelqu’un d’autre ça change pas qui est elle et comment t’la vois.
Heureusement c’moment avec elle t’as permis d’oublier l’temps de quelques heures c’rendez-vous sombre qu’tu n’peux pas échapper. Ta dernière -et première- rencontre avec lui s’est soldé sur ton corps traversé d’trop d’douleur, une aperçu d’toute celle qu’tu t’prendras dans la gueule s’tu devais ne pas t’montrer digne. L’échec n’est pas quelque chose qu’Il accepte, et tu commences mal ton épopée en lui mentant dès la première fois qu’tu Le rencontres seul à seul. Personne n’le sait, si c’n’est Sirius et Oswin, mais t’sais qu’il t’sera plus prudent -autant pour toi qu’pour les personnes auxquelles tu tiens- il vaut mieux qu’t’évites d’recommencer.

C’que tu t’attends pas en traversant les rues trop bondées à ton goût, c’est d’sentir une main arrêter ta course en serrant ton épaule. C’pas brutal mais c’est assez pour t’freiner, t’faire tourner la tête vers la personne intrusive. T’as tout l’intérieur qui sursaute mais t’parviens à rester impassible, jusqu’à ce ton regard tombe dans un qui t’es loin d’être inconnu, et tu t’détends immédiatement. Vous restez pas plus d’une minute ainsi avant que Lucius t’fasse signe d’le suivre sans dire un mot, c’que tu fais sans hésitation. T’as l’impression d’plus respirer une fois qu’vous êtes à l’abri des regards, installé dans une ombre à parler sans s’faire entendre. « Quoi que tu aies à faire, je ne te retiendrais pas longtemps. » « J’ai assez de temps devant moi, » qu’tu réponds en hochant d’la tête. T’aimes bien Lucius, levant un regard qu’t’essaie d’pas montrer trop impressionné, mais depuis l’départ d’Sirius il est l’seul qu’tu peux regarder en modèle, t’disant qu’si tu parviens à faire ton chemin comme lui y’a pas d’raisons qu’tu rendre pas les Black fiers, qu’t’arrives pas à redorer votre blason entaché.
Il s’rapproche un peu avant d’reprendre la parole d’une voix mesurée, sans doute qu’il veut s’assurer qu’personne vous entende. « Le Seigneur des Ténèbres m'a ordonné de te surveiller. Pourquoi, Regulus ? » La surprise doit clairement paraitre sur ton visage car tu figes devant les paroles du blond. C’est pas comme si votre Maître ne t’avais pas montré de méfiance, mais de là à demander à un d’ses Mangemorts de te surveiller… T’sais pas. Tu t’y attendais pas, à celle-là. « Je- je ne sais pas. J’imagine qu’il m’fait pas confiance, j’toutes mes preuves à faire encore, » qu’tu réponds en t’assurant d’parler faiblement toi aussi, avant d’passer une main nerveuse dans tes cheveux. Tu t’dérobes pas au regard de Lucius, sachant qu’tu peux lui faire confiance autant qu’à Narcissa- il serait pas venu t’parler d’la demande du Diable s’tu pouvais pas. Mais t’es sincère, t’sais pas pourquoi l’blond s’est vu donné c’devoir- Il t’aurait jamais laissé partir s’Il s’était douté que tu Lui mentais à propre du Médaillon, si? « S'il me l'a demandé, c'est qu'il a des doutes sur toi. Est-ce qu'il t'a demandé de faire quelque chose ? » qu’il t’confirme, et t’hoche la tête tout en jetant un regard circulaire autour d’vous, avant d’revenir sur lui. Voilà une question facile à répondre. « Il m’a demandé le Médaillon des Black. Il m’a laissé trois jours pour le lui rapporter- le voilà, » qu’tu dis en glissant ta main dans une poche intérieure de ta cape, sortant le bijou pour le montrer à Lucius. « J’le lui rapporte ce soir, alors vraiment, je ne comprends pas pourquoi Il t’as demandé ça. Tu crois que ça peut avoir un lien avec la traitrise d’Sirius? Il croit que j'vais faire comme lui? J’n’aie pas eu l’impression d’faire d’faux-pas lors d’notre rencontre, » qu’tu expliques d’une voix rapide toutefois toujours basse, l'esprit fonctionnant à deux cent à l'heure.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 200
Date d'inscription : 12/01/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: we're all crucified in the end. ◄ regulus&lucius   Lun 17 Juil - 14:53

Blow a kiss, fire a gun. All we need is somebody to lean on. What will we do when we get old? Will we walk down the same road? Will you be there by my side? Standing strong as the waves roll over. We were bold and young, all around the wind blows. We would only hold on to let go ...
Cette entrevue avec le Maître m'a complètement chamboulé, chose qui est rare mais lorsqu'on me demande de surveiller quelqu'un qui compte et qui fait parti de la famille, c'est une autre histoire. La peur gargouille au creux de mon estomac, que pourrais-je faire s'il lui arrivait malheur ? Je m'en voudrais, s'il lui arrivait quelque chose, et peut-être que certaines personnes m'en voudraient d'avoir été celui qui le surveille, et la cause de son malheur. Je n'ai aucunement envie que la famille Black m'en veuille, et surtout pas Cissy, ni Reg. Ce sont ceux pour qui j'ai le plus de sympathie dans cette famille, bien que j'en ai pour Bellatrix et mes beaux-parents, ce n'est pas la même chose. Et puis ne parlons pas des traîtres qui méritent tout simplement de mourir et de brûler au bûcher. J'ignore pourquoi ma conscience, mon coeur et mes pieds m'ont guidés jusqu'ici, peut-être qu'au fond, quelque chose m'a poussé à venir dans l'allée des embrumes parce qu'un être supérieur à nous et invisible savait que j'allais le trouver ici. Et, je n'ai pas mis longtemps à lui tomber dessus, à ce que mes yeux se glissent sur son doux visage aux traits fermes, mais encore angélique. Je l'interpelle, sans dire un mot et l'invite à me suivre à l'abri des regards. Cela ne regarde personne, et même si on se glissait dans un bar, les oreilles ne tarderont pas à se glisser dans nos conversations, et certains pourraient me balancer et ensuite, à mes risques et périls.

Je ne tourne pas autour du pot, je lui annonce d'entrée la couleur. Je ne suis pas un homme qui aime passer par quatre chemins lorsqu'il s'agit des gens que j'apprécie. Il m'a l'air surpris, sûrement aussi surpris que moi lorsque le Maître m'a demandé de le surveiller. Bien, même lui ignore pourquoi il doit se faire surveiller, et il me sort la même raison que le Lord Noir m'a dit.  Je me contente de hocher la tête, mais j'essaye d'aller plus loin quand même, de savoir réellement. Puis, il me révèle ce que le Seigneur des Ténèbres lui a confié comme mission. Il sort le médaillon et mon regard se pose sur ce dernier. Que voudrait-il faire avec ce médaillon ? Pourquoi cherche-t-il des objets qui auraient peut-être une certaine importance à ses yeux ? Mon regard se glisse à nouveau dans le sien. Je n'ai même pas la réponse à ses questions, mais je ne me laisse pas démonter par le manque d'informations pour autant. "Je pense que oui, il se méfie, au vue des traites dans votre famille. Mais je pense que le lui apporter serait déjà une preuve qu'il peut te faire confiance, même si tu te doutes que ce n'est pas assez et qu'il faudra du temps. " Et je comprends que le Seigneur des Ténèbres ne souhaite pas avoir un traitre ou quelqu'un qui ne sait plus sur quel pied danser dans ses rangs et qu'il souhaite avoir des mangemorts dignes de confiance. "Moi, je te fais confiance, et je sais que tu ne nous trahiras pas. Mais malheureusement, ce n'est pas ma confiance que tu dois gagner. Fais simplement ce qu'il te demande à chaque fois, et lors des réunions, tente de te démarquer des autres et montre-lui que tu as envie de faire parti de ses rangs. Montre lui ta motivation, et donne lui des informations dont il aurait besoin, le concernant, même s'il ne le demande pas. Surpasse-toi. " Dis-je d'un ton bienveillant, préférant le conseiller afin qu'il ne finisse pas en pâté pour Nagini pour un rien, surtout s'il n'a rien demandé et qu'il soit resté droit dans ses bottes à chaque fois. "Ca fait combien de temps, qu'il l'attend ? Plus de trois jours, ou moins ? Car tu sais qu'il n'aime pas attendre ..." Et que, même s'il dit trois jours, mieux vaut parfois lui ramener le jour même.



©Pando

_________________



She exists as in dreams. She has no sense of reality. She gets nervous because people are always interrupting her daydreams. — Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: we're all crucified in the end. ◄ regulus&lucius   

Revenir en haut Aller en bas
 
we're all crucified in the end. ◄ regulus&lucius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michael Lucius revoqué / Saintil est dechargé du dossier
» enfant battu
» Lucius n'est plus chef de la DCPJ:demission ou revocation ?
» L'inspecteur Lucius est toujours directeur de la PJ
» Rapport de bataille, chaos vs tau & space marines!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Le Chemin de Traverse :: Allée des embrumes-
Sauter vers: