AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 i've got to tell you something (pandossian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: i've got to tell you something (pandossian)    Mar 18 Juil - 20:07

C'est c'genre de jour où on voudrait qu'il pleuve sans cesse. Pas qu'la pluie soit de ce qui me fend le coeur ou me donne envie de rester a lit jusqu'à en oublier les heures qui défilent. J'suis bien au contraire de celles qui aiment s'y perdre, dans les flaques d'eau, y sautant à pied joints comme les enfants. Ceux qui chassent les escargots et les grenouilles pour les ramener dans des saladiers trop petit en arguant les sauver des flots - j'suis de ceux qui aiment la pluie, et qui se lassent pas de la regarder tomber.
Il pleut souvent sur Londres, encore plus durant le vacances de Printemps. Ca s'arrête pas, et les gens vivent comme si c'était rien - en somme ca l'est. Inéluctable; c'est pas comme si on possédait le pouvoir d'aller contre le fait qu'il pleuve. C'est impossible. C'est irréaliste. C'est presque tellement évident qu'il est pas besoin de le dire - faut juste vivre avec quand y a une averse qui vous tombe sur la tronche.

J'suis assise dans un salon de thé, dans le quartier de Candem Town. Là au dehors il y a des moldus qui portent des cheveux colorés, des piercings de partout, des tatouages excentriques. Il y a des jupes trop courtes, et des bottes trop hautes - il y a pas d'uniformes, pas de contraire, pas de jugement. C'est juste une foule qui s'amasse en gueulant liberté . C'est rassurant en somme. Quelque part ca l'est vraiment. Ca fait quelques heures que j'ai pu échapper à la surveillance fraternelle qui m'assiège depuis deux jours qu'on a quitté Poudlard. A croire que Darius a vraiment rien d'autre à faire - apparemment avoir couché avec Cassian ca a finit par se savoir sans que je comprenne pourquoi, et il me tient silencieuse en menaçant de tout révéler aux parents. Pas que j'ai honte - mais je voudrais pas que le beau bibliothécaire ait à assumé les conséquences de mes envies. De nos envies - Y pense pas Panda ; ca fait juste remonter plus d'feu dans mes hanches, et j'le retiens en serrant les cuisses fermement.
Et surtout pas penser à ce qu'il s'y cache entre ces cuisses. Ou plus haut - j'ai la main qui caresse le tissu sur le ventre, d'une robe qui m'ira bientôt trop serrée. Alors autant la porter maintenant, d'une blanche indécente, qui révèle trop de cuisses et assez peu de retenue. Mais j'peux pas être sure - pas encore. Y a bien Rhaegar qui a ses doutes depuis qu'un de mes cheveux a pas eut l'effet escomptée dans une potion. Ou encore Triss qui a débarqué en se pensant enceinte de mon frère, pointant du doigt que du retard c'est souvent significatif - du retard c'est le genre de truc typiquement féminin que je rate pas. Pas d'une journée, réglée comme une horloge, mais pas cette fois. Cette fois c'est un manquement à l'appel, et une angoisse qui s'fend dans le ventre.

Ou un peu trop d'joie et d'espérance.
Pas que j'ai déjà pensé à être mère, mais j'mens pas en disant qu'toute vie est bonne à sauver. Encore plus celle qui a pas encore vécu. C'est facile d'se pencher sur une potion de contraception ou d'pire que ca - surtout avec un meilleur ami qui jongle si bien avec les chaudrons. Mais c'est impensable. Impensable est flippant. Alors j'suis là, dans ma robe d'jeune fille encore trop jeune, un thé fumant dans les mains, et une potion de révélation à côté. Une éprouvette que juste un sorcier peut comprendre, les moldus trouvant juste ca étrange. Mais pas ici - ici l'étrangeté c'est la norme. Et en excuse le fait d'être avec Rhaegar - qui s'trouve à faire ses affaires avec Peter Pettigrow dans un coin - pour pouvoir rentrer tard. Ou rentrer le lendemain seulement.

Et l'angoisse. Pas de ce que la potion va révéler, mais d'être seule au moment de le découvrir. Alors quand y a la cloche du salon de thé qui s'déclenche, chaque fois c'est un regard d'plus vers la porte, et un soupire quand c'est pas la silhouette désirée qui apparait. Jusqu'à ce que je me retourne plus - et que je fixe juste l'éprouvette sans oser plus bouger.

_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 141
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Lun 31 Juil - 4:53


C’le visage bien bas qu’tu termines d’ensorceler les derniers grimoires afin qu’ils s’rangent tous seuls et qu’tu soupires en prenant place d’une fesse sur ton bureau. T’sais que Pandora n’est plus à Poudlard, et ce, pour les quelques jours à venir. C’est Pâques qui a vidé les trois-quarts de l’école, et si tu aurais habituellement pris la nouvelle avec un sourire de paix, c’est différent comme t’as pas eu la chance de voir ta belle avant son départ. T’comprends aussi, t’doutais bien qu’la visite de Darius et son poing dans ta gueule aurait inévitablement des conséquences. T’avais l’air d’prendre bien sa visite loin d’être bienvenue avec ton sourire arrogant, comme si tout t’passais dix pieds au-dessus de la tête. C’est parce qu’en général c’est l’cas qu’ça a été si facile d’mettre l’air approprié sur ton visage, alors qu’tu dois avouer qu’à partir d’ce moment t’as commencé à t’demander si t’allais pas la perdre, Pandora. T’pourrais pas lui demander de choisir entre sa famille ou toi, sachant en bout d’compte que t’es pas bon pour elle. Qu’est-ce qu’un vampire pourrait offrir à une fille rêvant d’trouver l’prince charmant? T’peux pas lui offrir ce qu’elle peut, c’impossible qu’tu puisses lui apporter l’bonheur, même si t’as cru l’voir briller dans ses trop belles prunelles quelques fois. C’est qu’en-dedans, t’es mort, pourri dans un corps qui s’décompose pas, qui s’contente qu’du sang pour étancher sa soif insatiable. Ta soif, celle qui t’gère depuis aussi longtemps que t’es figé dans l’éternité.

Puis, dans ta triste journée il y a eu un moment magique, amené par un oiseau aux plumes aussi douces que le message qu’il t’as apporté. Demain, t’pourras voir Pandora, comme elle te dit exactement où elle sera et t’demande de l’y retrouver. L’impatience t’habite déjà, et tu t’empresses de répondre pour ne pas laisser le volatile s’enfuir sans confirmer que tu seras bel et bien présent. Après ça, y’a un retour d’sourire qui revient sur ton visage et tu t’dis que peut-être finalement, t’as laissé l’pessimisme prendre le dessus sur le reste. Malgré c’petit moment d’joie, t’peux pas refréner c’drôle de sentiment qui s’est déclaré dans ton corps, glissant d’ton palpitant à tes tripes. Un espèce d’mauvais pressentiment, mais pas tout à fait. Qu’demain va apporter quelque chose de particulier, ça veut pas dire qu’ça sera mauvais cependant. T’vois donc pas l’intérêt d’y penser plus que cela, préférant enfiler ta fourrure pour la nuit, oublier ta nature humaine pour laisser la bête prendre le dessus. Et à défaut d’pouvoir sortir tes crocs, c’est l’esprit du coyote qui prend toute la place.
Il va sans dire qu’t’as pas un tas d’amis à Poudlard, même avant s’tu peux t’remémorer quelques connaissances vampires, la seule amie qu’t’es vraiment gagné, c’est Vilde. Les autres t’sont venu par l’intermédiaire d’Lilith, expliquant pourquoi t’as banque est autant vide aujourd’hui. Tu n’voyais pas l’intérêt d’garder les gens d’son monde à elle dans l’tien. Mais c’que t’as trouvé par toi-même, sans elle t’pourrir l’existence, un morceau d’paradis aussi radieux qu’un ange. Avec celle ayant du sang d’vélane ton monde n’est plus si fade, elle t’montre une face nouvelle d’cette vie qu’tu croyais connaître déjà par cœur.

Puis demain est là, pas assez vite et s’écoule doublement plus lentement avant qu’le temps d’rejoindre Pandora arrive. Sauf que le temps arrive finalement, bien qu’tu sois retardé par les derniers rayons d’soleil d’la journée. T’restes dans l’ombre et porte un pull à capuche afin d’recouvrir au mieux ton visage. T’as du transplaner dans un coin isolé, avant t’prendre ton temps pour rejoindre un café dans l’quartier de Candem Town, c’qui est pas aussi aisé qu’t’aurais d’abord cru. Sauf qu’tu fini par arriver à destination, l’soleil presque couché et d’toute manière, dissimulé entre les nuages et les quelques bâtiments autour, la lumière t’touche plus. T’peux t’permettre de figer en la voyant à travers la vitrine, aussi magnifique que toujours. Elle semble un peu triste, moins pétillante qu’à son habitude- et ça t’fait serrer l’cœur qui bat plus depuis longtemps dans ta poitrine.
Poussant la porte une petite minute plus tard, la blonde relève pas la tête et tu t’approches doucement. « Miss Panda, » qu’tu t’annonces en glissant sur le banc en face d’elle. Y’a ta main qui s’allonge pour rejoindre la sienne, et c’est à ce moment que tu remarques l’éprouvette qui git sur la table. Tes sourcils s’froncent alors qu’tu reportes ton attention sur l’étudiante. « Tu m’semble un peu éteinte, est-ce que tu vas bien? » qu’tu demandes d’une voix concernée, détendant les traits d’ton visage qui montre toutefois un début d’inquiétude. Mais t’as du mal à ignorer l’éprouvette, qui t’ramène c’drôle d’sentiment quand t’oses lui jeter un nouveau coup d’œil.
« À quoi t’sert cette éprouvette? » qu’tu demandes finalement, glissant tes doigts contre sa peau, espérant qu’le toucher léger serait un geste jugé réconfortant. T’veux la voir s’illuminer, et t’feras c’qui faut pour voir un sourire éclairer même ses yeux.

_________________

castle in the sky
we found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Sam 5 Aoû - 23:50

Soudainement il s'trouve là - il entre dans l'café avec trop d'grâce et de prestance pour que j'zieute pas son arrivé. J'peux pas décrocher d'son regard, en vrai, ou d'sa silhouette qui semble presque flotter plutôt que marcher lourdement au sol comme tous les autres autour. Il glisse sur l'sol sans aucun bruit, entre dans les lieux en ayant tous les regards sur sa personne et j'doute qu'il en soit conscient en vrai - d'son foutu pouvoir d'attraction. D'ce truc qui fait qu'une fois qu'on le voit vraiment, qu'on passe outre sa discrétion qui l'fait passer pour une ombre dans un recoin de pièce, on s'rend compte qu'il est hypnotique. Qu'il y a plus que lui, que l'univers s'fond dans son regard, et plus rien n'accroche ailleurs son attention. Pas même cette éprouvette qui me nargue en s'moquant royalement de tout ce qui me tord les boyaux de l'intérieur. Pas que j'sois pas habituée à éprouver ou ressentir - c'bien le contraire à dire vrai, et j'toujours été de ceux qui suivaient le cours de leur passions. Mais dans l'cas présent j'avoue que j'suis plus perdue que j'sais ce que je veux. Alors j'attends juste devant une tasse d'thé en attendant d'continuer sur mon chemin.
Et peut être pas m'y retrouver seule.

C'pas normale de penser ainsi - j'peux pas m'empêcher de repenser à ma promesse faite à Darius d'pas merder avec Cassian, d'pas être plus qu'amis ou même être moins que ca s'il faut. Mais c'juste impossible - n'est-ce pas ? Que j'suis pas censée pouvoir résister à cet homme-là. Pas quand il trouve l'exacte mot que j'veux entendre pour pas sombrer dans l'doute. PAs quand il m'caresse de cette tendresse, de ces mots qui s'font silence dés qu'il s'trouve près de moi - parce qu'ils sont inutiles. J'reste immobile alors qu'il trouve ma table, et qu'il m'a pas lâché du regard. Et quand il s'trouve proche tout à coup c'plus simple de respirer normalement et même d'foutre un sourire idiot sur mon visage.
cassian - « Miss Panda,  » J'opine, sentant la rougeur d'mon visage m'envahir à cette élocution plus intime maintenant étrangement - d'une courtoisie qui m'fait fondre comme neige au soleil. Y a sa main qui s'approche d'la mienne et j'suis pas longue à m'en saisir, entrelaçant nos doigts, et me raccrochant à lui comme si j'voulais plus l'laisser partir. A dire vrai - il m'a bien trop manqué. J'ressens ca maintenant - c'vide qui s'trouvait dnas mon ventre et s'comble dés qu'nos corps se touchent. Alors j'vais juste plus - mais avant qu'je bouge il s'penche vers moi et j'me rends compte que j'pas encore ouvert la bouche. A l'inquiétude qui barre son front.
cassian - « Tu m’semble un peu éteinte, est-ce que tu vas bien? » J'peux pas - j'peux pas mentir en disant qu'oui tout est parfait. Qu'mon visage s'tord de doute en même temps que j'quitte ses yeux pour l'éprouvette. Avant d'quitter ma chaise pour glisser près d'son banc plutôt.
pandora - « C'juste que tu m'as manqué. » qu'je dis avant d'couler une main sur son visage, et d'attirer sa bouche sur la mienne pour m'saisir de ses lèvres en un baiser rapide - c'est tout ce qu'il me faut pour que mon corps lâche plus de pression, et que j'me dise que c'est pas si pire - que j'oublie un temps pourquoi jl'ai fait venir aussi. « bonjour Cassian. » j'finis par lâcher en même temps que j'le lâche lui, m'retrouvant à l'coller sans me soucier qu'il le veuille ou non - bien qu's'il le demandait j'lui laisserait sa part de liberté sans hésiter.
cassian - « À quoi t’sert cette éprouvette?  » Qu'il demande alors avant d'me faire revenir durement à la réalité. Qu'mon souffle s'perd de nouveau, en vague de panique et que j'prenne la dite potion dans la main avant d'me perdre dans le liquide qu'elle contient.
pandora - « à savoir si j'suis enceinte. » Qu'je dis sans plus vouloir faire attendre ou durer l'suspens - j'peux pas à dire vrai, et si l'choc est violent au moins c'est dit à présnt. J'ose plus m'tourner vers lui, j'lâche juste pas l'éprouvette bien que ca soit l'vide que j'regarde.  « j'voulais faire l'test mais pas seule... Et t'es... Enfin. T'es l'seul aussi d'puis longtemps. Alors si ca s'trouve être positif... »

_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 141
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Lun 4 Sep - 5:46


Quand t’ouvres la porte du café pour t’mêler au reste des clients, ils s’effacent tous. Pas de bruit, pas de son, pas d’odeur ou d’couleur, rien d’autre que Pandora. Et toute la tension qui t’habitais dernièrement s’évapore, malgré qu’la blonde n’semble pas dans la meilleure des formes. Ignorant toute existence autour d’eux, t’reprends finalement tes pas pour rejoindre en quelques enjambées sa table, glissant face à elle avec grâce. Aussitôt qu’tes phalanges glissent contre ses doigts, t’expires un souffle plein d’poison pour garder qu’les bons sentiments qui t’viennent toujours quand t’es en compagnie d’la jeune Sutherland. Flippant d’te dire qu’une étudiante d’seize ans a autant d’pouvoir sur toi, après si peu d’temps. Doublement flippant d’te dire que ça t’dérange même pas. Y’a rien d’logique entre c’qui s’passe entre vous, et c’est parfait. Tu vie pour la première fois depuis ta mort, et même si c’est un bonheur qui n’tient qu’à un fil, tu t’y accroches avec toute l’énergie du désespoir. Car y’a qu’les circonstances autour d’vous qui font en sortent d’compliquer cette histoire, alors qu’t’as jamais ressenti quelque chose d’plus évident. Tous les murs qu’t’as érigé autour d’toi elle les fait tomber sans le moindre effort, et t’la laisses faire sans t’inquiéter. C’est dangereux, imprudent, c’est aussi cinglé que tu l’es et c’pourquoi qu’tu prends pas la peine d’te protéger – c’pas l’terme exact, c’même loin du compte quand t’y pense en vérité. T’as pas besoin d’protection contre Pandora car t’sais qu’elle t’fera pas d’mal, elle est pure et parfaite et c’grâce à elle qu’tu trouves un semblant d’humanité. Surtout car l’regard qu’elle porterait sur toi si elle savait tout l’sang qu’t’as fais versé… t’es convaincu qu’son regard serait différent. Elle pourrait pas accepter, pas avec ta condition. C’pas la guerre qui t’as amené à tuer encore et encore, c’est juste le désir et l’plaisir. T’as beau avoir une puce dans la tête qui t’empêche d’le faire, t’as beau craquer devant les yeux doux d’la blonde, l’envie n’en demeure pas moins présente, moins forte.

Alors tu feras avec les obstacles, même celui qui prend la forme de Darius Sutherland, l’frère aîné à la touche vélane. Un opposant de taille qui t’as déjà fait comprendre qu’il vaudrait mieux pour toi d’foutre la paix à sa petite sœur, et t’sais qu’tu risques beaucoup en continuant d’la voir. Après tout, t’es un membre du personnel, et elle est une étudiante. Elle n’est pas encore majeure, ce qui pourrait t’en faire prendre plein la gueule. Sauf que tu t’en fous d’ce qu’on peut bien penser de toi, t’es prêt à prendre toutes les conséquences si ça t’permet d’passer un peu plus d’temps avec Pandora. C’que tu peux pas concevoir cependant, c’est qu’du mal elle en ressente trop, elle.
Quand t’lui demandes avec inquiétude si elle va bien, elle quitte sa chaise pour rejoindre ton banc, s’glissant contre toi pour t’réchauffer. « C'juste que tu m'as manqué, » qu’elle glisse comme sa main contre ton visage, qu’tu penches dans cette direction pour profiter plus encore d’son touché. Mais une seconde après elle t’tire contre sa bouche, t’faisant glisser un bras autour d’ses épaules pour bannir l’reste de distance entre vous. C’vrai qu’ici, ça choque personne d’vous voir vous accrocher l’un à l’autre comme si vos vies en dépendaient. Et t’sens vivant alors qu’tu lui rends son baiser, bouche contre bouche à danser un rythme rapide mais passionné. « bonjour Cassian. » La remarque t’fait sourire, vous séparant sans mettre plus d’espace entre vous. « En voilà une bonne nouvelle, car tu m’as manqué également, » qu’tu réponds d’une voix qui ne cache pas son affection, tandis que tes doigts glissent dans ses mèches pour le dégager d’une ou deux mèches rebelles.

Y’a cette bulle blanche et rose autour d’vous qui goûte le bonheur, t’aimerais qu’elle n’se brise jamais mais t’sais qu’c’est rêver en couleur. Y’a cette éprouvette vers lequel ton regard revient constamment, et t’en viens à plus pouvoir retenir la question qui quitte tes lèvres rapidement. T’sens qu’Panda s’tend contre toi avant qu’sa main rejoigne la fiole qu’elle prend, regardant l’liquide à l’intérieur. Elle t’laisse pas dans l’doute longtemps avant d’lâcher son utilité sans n’faire d’détour. « à savoir si j'suis enceinte. » C’ton tour de figer, une statut d’pierre glacée qui en oublie ses membres, les yeux qui s’ouvrent trop grands, alors qu’les paroles d’la blonde tourne dans ton esprit. T’sais que t’as pas mal entendu, tu n’doutes plus d’ton ouïe depuis longtemps déjà. Mais ce sont des paroles que t’aurais jamais penser entendre, alors t’as du mal à croire que t’as bien entendu. « j'voulais faire l'test mais pas seule... Et t'es... Enfin. T'es l'seul aussi d'puis longtemps. Alors si ca s'trouve être positif... » T’penses pas à douter d’ses paroles une seconde, t’sais qu’elle dit la vérité. Ç’veut pas dire qu’tu sais comment prendre la nouvelle, car t’as, en toute franchise, jamais envisagé la possibilité d’être père. « Et on- on va l’savoir dans combien de temps? » qu’tu croasses après c’qui t’semble être une éternité, sans pouvoir dire s’il y a eu tant de temps qui a passé entre ses paroles et les tiennes. C’la première chose qu’tu parviens à demander même si l’temps est bien l’dernier détail qui t’importe en c’moment – ou pas vraiment. Car l’temps, c’est ce que les vampires ont à l’infini, ta nature qu’tu caches à tous et qui est un détail qu’tu ne peux pas tasser dans les circonstances. « J’ai depuis longtemps accepté l’fait que je n’pourrais pas avoir d’enfants. Je ne me suis jamais arrêté à en être triste, et bien que je ne sois pas un fervent admirateur d’un trop plein d’étudiants, avoir mes gosses… » Tu ne termines pas ta phrase, car t’as aucune idée en fait d’comment Pandora prendrait la nouvelle si elle était enceinte. Du bibliothécaire de Poudlard.

T’passes tes doigts sous son menton pour relever son visage, plongeant son regard dans le sien. T’essaie d’fendre ton visage d’un sourire mais tous tes gestes trahissent que t’es encore tendu. « Qu’importe le résultat de cette éprouvette, qu’importe ce que tu choisis de faire après ça, je vais être là pour toi. Je vais accepter et te supporter- j’sais que ça ne sera pas une situation facilement accepté mais… Qu’importe ce que tu veux Pandora, j’te le donnerais du mieux que je peux. » Et tu penses chaque mot, t’apaisant au fil qu’tu les dit. T’laisses pas penser à ce que Pandora ignore de toi, préférant voir comment elle avale la nouvelle en premier lieu. Et t’sais pas encore, t’es pas encore certain d’ce qui va ressortir de cette éprouvette. T’sais même pas ce que t’as envie qu’elle dise – car c’pas l’avis du reste d’monde sorcier qui t’importe, c’est Pandora, son bonheur à elle et peut-être, seulement peut-être, l’bonheur d’un troisième être.
Et t’demande bien d’quoi il aura l’air, ce bébé. Ça t’parais impossible d’pas lui dire c’que t’es, et t’peux pas concevoir d’lui cacher ta nature plus longtemps avec c’qui s’passe. C’n’est toutefois pas encore officiel, votre avenir s’jouant sur l’résultat d’une minuscule éprouvette.

_________________

castle in the sky
we found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Mar 5 Sep - 2:03

Y a cette chaleur que je retrouve avec plaisir - me collant contre le corps de Cassian sans attendre plus longtemps. J'peux pas être raisonnable, oubliant bien vite les conseils d'Darius qui exigeait que j'reste loin d'lui, ou que j'garde mes mains pour moi. Que j'fasse preuve de raison, et que j'me souvienne qu'il y a rien d'normal à un adulte qui s'prend de passion pour une simple étudiante. Etudiante d'seize ans, pas même majeure, comme si c'tait un mal - ca l'est aux yeux de la loi du Ministère, mais pour c'qui me concerne j'crois avoir jamais été aussi bien. J'en suis même sûre, et j'vois pas pourquoi un truc qui m'fait me sentir si vibrante d'plaisir ca peut être jugé si sévèrement. J'voudrais être idéaliste et qu'le monde l'soit autant qu'moi. Mais j'peux pas prétendre penser que le monde changera pour les idéaux romantiques d'jeunes innocents. J'préfère croire qu'il reste des moments où on peut juste prétendre être nous sans s'soucier du monde autour - et quand j'glisse contre Cassian pour m'pencher sur ses lèvres c'que je pense qu'là c'est un de ces moments. Qu'personne dans un café moldu se soucie de savoir qui il est - ou qui moi j'suis. Qu'on est juste deux inconnus dans un café, qui s'embrasse avec plus d'passion qu'dans mes souvenirs.
C'que ca fait trop longtemps que j'ai pas gouté à ses lèvres, et que l'espace d'un moment je m'y perds. A son gout sucré, à sa langue taquine, à c'moment d'suspend du temps où il s'trouve à moi à nouveau. Ca m'rappelle la bibliothèque, et ce moment où on n'faisait qu'un. Le coeur battant à tout rompre, et le sourire qui souffrait pas d'disparaitre.
cassian - « En voilà une bonne nouvelle, car tu m’as manqué également, »  J'reste un moment à m'perdre dans son regard, et à sentir mon coeur qui bondit à l'aveu. L'aveux que j'ai passé des années à rêver d'recevoir. C'est qu'il a tout c'que je rêve depuis toujours; d'la beauté fulgurante à plus important encore c'te douceur qui m'enveloppe de bien être. D'envie d'juste resté contre lui.

Et j'fais rien pour me séparer d'lui - même quand il s'tourne vers la fiole me rappelant pourquoi justement il était là. Pourquoi après trop longtemps d'silence j'avais envoyé un hibou avec urgence. Alors qu'Triss faisait l'test pour s'découvrir bientôt mère d'mon neveux. Alors qu'Darius répéter - Père - avec une révérente adulation pour la jeune serdaigle qu'il tenait contre lui. C'moment d'bonheur familiale qui m'a fait vibrer un truc dans l'estomac. Une jalousie brûlante - parce que s'il s'trouve que la couleur d'la fiole tourne au rose pour moi aussi j'doute que ca sera dans un flot d'joie et de félicitations.
cassian - « Et on- on va l’savoir dans combien de temps ? »  J'frissonne avant de me tourner vers lui encore, osant pas vraiment croiser son regard d'peur d'y voir plus de déception - déjà qu'il se tend. Tendu, alors qu'son bras retombe plus contre moi. Qu'il m'sert plus contre lui bien qu'nos corps soient toujours l'un conter l'autre. Et j'ai la peur qui m'prend le ventre et la gorge.
pandora - « Dés que j'prendrais l'temps d'aller aux toilettes pour l'faire comme il faut. » Comme l'a fait Triss - j'doute que j'puisse faire autrement. Peut être un peu d'sang - ou un cheveux comme pour la potion d'Rhaegar au lendemain d'l'aventure avec Cassian. A croire qu'mon meilleur ami est toujours l'plus brillant. Qu'il voit toujours d'abord c'que je mets des mois à admettre. Et j'sens que mon coeur manque encore un battement. J'ai un bourdonnement à l'oreille et la panique qui commence à monter.

J'voudrais partir en courant et plus jamais avoir à m'trouver dans c'lieu. J'voudrais être contre Cassian, l'être vraiment. Pas dans cette fâcheuse attente. Peut être que c'pour maintenant - mais j'pas le temps de me lever qu'il s'remet à parler et j'reste suspendu à ses lèvres, l'souffle attrapé dans ses réactions.
cassian - « J’ai depuis longtemps accepté l’fait que je n’pourrais pas avoir d’enfants. Je ne me suis jamais arrêté à en être triste, et bien que je ne sois pas un fervent admirateur d’un trop plein d’étudiants, avoir mes gosses… »   Ca m'retourne l'bide qu'il parle d'la sorte - sachant pas si c'tait un aveu d'vouloir être père ou de justement surtout pas l'être. J'déglutis, en essayant d'mettre un peu d'cohérence dans mes idées, et dans c'qu'il peut m'dire.
pandora - « Pourquoi t'pensais ne jamais être père ? » Et j'dis pas que - j'ose pas même penser qu'il le sera jamais, et que j'me trompe parce que j'en doute, d'me tromper. Pas avoir tout c'qui a été dit et fait autour d'moi depuis un mois. Pas avec tous les signes, et l'assurance d'Rhaegar qui me quitte plus.

Soudainement j'pense plus - j'ai les mains d'Cassian qui me ramène vers osn visage, et j'retrouve sa douceur. Ca m'rend l'souffle, et l'coeur qui bat plus lentement. Plus surement.
cassian - « Qu’importe le résultat de cette éprouvette, qu’importe ce que tu choisis de faire après ça, je vais être là pour toi. Je vais accepter et te supporter- j’sais que ça ne sera pas une situation facilement accepté mais… Qu’importe ce que tu veux Pandora, j’te le donnerais du mieux que je peux. »  
pandora - « C'toi que je veux, même si on s'évertue à m'dire de pas être aussi déraisonnable. » Qu'je murmure sans même réfléchir à autre chose à dire pour l'coup. A lui dire que même si c'positif j'penserai jamais à d'autres alternatifs que d'le garder. Ca m'a pas traversé l'esprit mais j'crois qu'il le sait déjà - qu'je lui ai avoué que dans ma vision d'la chose y a toutes les vies qui sont précieuseS. Même celles qui sont pas encore d'ce monde. Ou l'sont presque. Alors j'inspire profondément, j'prends la fiole et j'prends le partie d'me lever en essayant d'pas m'effondrer. « J'vais l'faire, j'imagine, au moins on s'ra plus dans des et si - j'en ai pas pour longtemps. » Que j'assure avant d'prendre la direction des toilettes.

C'rapide - plus que je pensais - d'faire pipi dans l'éprouvette, d'sortir avant la main qui l'entoure après s'être assuré qu'il y a rien d'dégueu dessus; et d'sortir pour retourner vers la table. Pas même deux minutes. L'souffle pourtant court. Court parce que c'tout une vie qui s'joue sous ma main. Y a la paume qui cache le résultat.
pandora - « C'est stupide si j'ai envie d'prendre mon courage en comptant jusqu'à trois ? »

_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 141
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Lun 11 Sep - 5:54


Tu t'tirais la gueule comme c'jeune de vingt-et-un ans que t'es, au fond. T'as beau pouvoir ajouter un paquet d'siècles à ton compteur depuis cet anniversaire, t'es figé depuis c'temps et parfois, au-travers la prudente maturité qu't'as gagné, ressort c'gamin malade aux rêves trop grands. Tu l'as ressenti en t'laissant gagner par l'ennui, c'sentiment que t'essaie d'faire fuir encore et encore - mais Pandora Sutherland elle a cet effet sur toi, d'te foutre à l'envers sans avertissement, s'faire maître dans ton palpitant putréfié sans que t'aie rien demandé. Rien demandé, sauf qu'tu voudrais plus te passer d'elle. De tout c'temps que t'as parcouru la terre, c'est la première fois que tu rencontres quelque chose portant autant de lumière. C'est la manière qu'elle te regarde aussi, comme si t'étais précieux et magnifique, unique, et dans son regard tu t'sens vivant, vibrant. Quand Darius est venu t'confronter sur l'sujet de sa petite sœur, t'demandant c'qui va pas chez toi pour t'intéresser à une adolescente de seize ans, t'as pu qu'prendre un visage arrogant en lui assurant qu'tu n'regrettes pas - et tant que ce n'est pas Pandora qui t'demande de te tenir loin d'elle, t'as aucune intention de le faire.
Mais depuis cette altercation, tu n'as pas repassé d'vrais moments avec la principale concernée. Avec le début des vacances et toujours aucune nouvelle de ta belle, t'as crains d'la voir s'éloigner pour de bon. Y'a cette boule d'sentiments négatifs qui a fait qu's'épandre dans tes veines après ça, s'calmant aussitôt que t'as reçu l'invitation d'la vélane. De là, t'as qu'attendu que l'temps s'évade avec impatience et un sourire impatient sur les lèvres.

Puis quand vous vous lovez l'un contre l'autre dans c'petit café moldu et qu'elle t'glisse de sa voix mélodieuse qu'elle s'est ennuyée d'toi, tu ressens les mots qui t'apaise autant qu'son corps qu'elle a ramenée près d'toi quelques secondes avant. T'profites du moment ainsi qu'ses lèvres sucrées pour t'détendre, soulagé d'la retrouver et voir tes mauvaises pensées s'évanouir comme si elles n'avaient jamais existées.
Jusqu'à ce que tu aperçoives l'éprouvette qui semble être la raison du manque d'pétillement d'la blonde, tu ne peux donc que lui demander c'qui en retourne - sans t'douter que ça faisait plus que te concerner. Tu figes, mais probablement pas pour les raisons typiques qu'amènent une nouvelle semblable. C'que t'es un vampire, et t'croyais pas que t'pourrais un jour la chance d'avoir ta propre famille. T'as fait une croix sur ça depuis longtemps, et ça t'fout à l'envers qu't'as pu mettre une vélane enceinte l'temps de cligner des yeux. Par Merlin, quel genre de bébé peut donner un vampire et une demi-vélane? C’est qu’en plus d’tout, elle est pas au courant d’ta véritable nature. C’te fille douce qui ferait pas d’mal à une mouche, l’visage brillant et l’sourire si immense qu’elle parvient à réchauffer ton corps éternellement glacé. « Dés que j'prendrais l'temps d'aller aux toilettes pour l'faire comme il faut. » T’lâches l’éprouvette pour tourner ton attention vers Miss Panda, qui pour sa part, évite d’ton regard. T’acquiesces d’la tête en humant un bruit du fond d’ta gorge, elle pourra choisir ce moment quand elle se sentira prête, et pas avant. Tu n’allais certes pas la presser, t’sentant dans un état second depuis qu’elle t’as annoncé qu’elle pense être enceinte – de toi.

Tu t’accroches à Pandora comme pour éviter l’monde de tourner sous tes pieds. Tu n’sais pas trop ce qui serait adéquat comme réaction en ce moment, y’a trop d’choses auxquelles tu penses en même temps et tu n’sais pas comment gérer, comment digérer. À la place, tu lui confie une partie d’ce qui t’travaille, l’fait que tu croyais être fertile. Tu commences à parler d’enfants avant de t’arrêter, ignorant en fin d’compte c’que tu veux vraiment. T’y a juste jamais pensé, mais l’idée d’avoir ton propre gosse est pas déplaisante, en réalité. « Pourquoi t'pensais ne jamais être père ? » Car j’suis un vampire, serait une façon horrible d’lui annoncer, pendant qu’elle attend d’savoir si elle est enceinte de toi n’fait que rajouter dans l’horreur. En même temps, si elle l’est, tu n’auras pas l’choix de lui dire la vérité. Et ça sera tout aussi pire d’lui annoncer qu’elle porte l’bébé d’un vampire, un sombre monstre qui n’a les mains teintées d’rouge que parce que tu as tué, encore. Et encore. Pandora, tu ne la mérites pas, tu ne mérites pas de t’imprimer dans sa vie et la changer à jamais et pourtant, c’est ce que tu as fait par manque d’connaissance – sur ta propre espèce.
« Je t’aie parlé d’cette affliction que j’avais, dans mon enfance, et de mon système immunitaire pourri. J’ai beau y avoir y avoir survécut, j’ai hérité d’quelques conséquences – l’infertilité devait en faire partit, mais j’ai été mal informé. » À défaut de profiter de son visage rayonnant face au tien, tu gardes ton attention sur ses longs cheveux blonds, tes doigts y glissant pour s’relaxer dans leur douceur. Tu surprends un sourire à étirer ta bouche tandis qu’tu prononces les derniers mots, t’disant que ouais, avoir une progéniture t’ferait plaisir.
C’petit moment d’joie reste court puisque tu reprends une expression plus sérieuse avant d’attraper les traits d’Pandora entre tes mains pour la tourner vers toi. Au final tout c'qui t'importe, c'est elle, c'est son bonheur à elle et c'qu'elle veut, elle. Toi, toi tu feras avec et c'est tout, tant qu'tu peux continuer d'regarder son doux visage autant d'fois que tu le veux, et qu'elle t'rends les regards avec autant d'pétillement que maintenant. C'est ce que tu lui dis d'une voix qu'tu veux autant ferme que douce, qu'elle doute pas que tu seras là pour elle, qu'importe le résultat de cette éprouvette. Qu'importe ce que devras faire pour la rendre heureuse. « C'toi que je veux, même si on s'évertue à m'dire de pas être aussi déraisonnable. » « T'peux compter sur cette constante dans toute cette histoire - j'me suis jamais donné à quelqu'un comme j'peux pas m'en empêcher avec toi, » qu't'assures en déposant un baiser à la commissure de ses lèvres.

« J'vais l'faire, j'imagine, au moins on s'ra plus dans des et si - j'en ai pas pour longtemps. » Elle disparaît quelques secondes après, t'laissant seul devant l'attente, devant cette nouvelle qu'tu sais toujours pas comment digérer. Tu la regardes jusqu'à ce que tu ne le puisses plus, malgré ton statut d'vampire t'as pas encore appris à regarder à travers les murs. Tu forces des respirations à t'échapper, les forces longues comme t'sais que ça apaise habituellement les vivants. Ça marche pas vraiment pour toi car plus l'absence de Pandora dure, plus ton système panique et ça t'prend d'court. T'as l'habitude de pouvoir tout contrôler d'ce qui se passe en toi, n'ayant depuis longtemps pas d'soucis avec tes sentiments. Souvent oubliés, t'as pourtant envie d'en vomir encore et encore depuis qu'la blonde est dans ta vie, ranimant en toi tout ce qui Lilith a tué en t'transformant et en t'usant pendant des siècles. La mauvaise qui t'as vidé d'toutes bonnes intentions, la belle qui ramène même la mort à la vie. T'es pas à plaindre, car si t'avais à tout refaire tu ferais exactement pareil si c'est la seule façon d'te rendre dans les bras d'ta Miss Panda.
Elle te revient dans un rapidement qui t'as tout de même semblé trop long, s'glissant à tes côtés sans relever la main de l'éprouvette - c'est ainsi impossible d'savoir ce qu'elle dit. « C'est stupide si j'ai envie d'prendre mon courage en comptant jusqu'à trois ? » Tu laisses échapper un rire, mais t'saurais dire si c'est pas juste d'la nervosité. Tu secoue la tête en passant un bras autour des épaules de Pandora pour la rapprocher d'toi à nouveau. « Non, du tout. Je compte avec toi? » qu'tu murmures contre ses cheveux, n'osant pas regarder l'éprouvette même si la main d'la blonde la recouvre.

« Un, deux, » qu'tu commences à compter avec elle, prenant votre temps entre chaque chiffre et une éternité entre le deux et le trois. « Trois, » qu'tu lâches encore moins fort que les deux première fois. Lentement, t'tournes les yeux vers c'qui tient votre avenir entre ses mains inanimées, cette minuscule éprouvette qui vous rend tendu - peut-être fébrile, aussi, peut-être. T'connais assez Panda pour t'douter qu'elle fera pas d'mal à c'potentiel fœtus, et qu'elle l'mènera au moins à terme. Alors, alors t'as cette lumière d'espoir dans l'fond d'la gorge, tu réalises que t'espères plus que ça dise oui, que non. Même si ça risque de compliquer la vie de Pandora.
« Est-ce que... est-ce que ça veut dire que t'es enceinte? » qu'tu questionnes alors qu'tes yeux s'posent sur l'éprouvette. Tu sens à la dérive, sans connaissance et nu, pour une des rares fois de ta vie. C'pas un sentiment désagréable cependant, d'pas être au contrôle d'une situation comme celle-ci, une qui t'fait connaître un autre genre de magie.

_________________

castle in the sky
we found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Mar 12 Sep - 17:20

Être mère -
badoum badoum j'sens que j'ai l'coeur qui bat trop vite, alors que je réalise que ces mots prennent un sens alors qu'ils en avaient jamais eut. Être mère - c'pas une chose qui m'avait fait envie, bien que j'rêvais du prince charmant depuis gamine quand Darius me lisait des contes de fée. Être amoureuse, et s'faire aimer - au moins ca si c'était pas l'amour éternel qu'on lisait dans les romans. Être aimée, comme Rhaegar au début d'notre adolescence, à s'mettre nus pour découvrir qu'on s'trouvait pas autant d'affinité. Faire l'amour avec son meilleur ami, pour que la première fois soit pas brisé par une perte de confiance en un possible inconnu. Et sentir que Rhaegar m'donne ce qu'il peut, sauf qu'on est pas ce qu'on veut pour toujours. Pas comme ca - c'un bon moment, qui s'perd dans une amitié qui a tout d'platonique. Les hommes d'ma vie - au nombre de trois. Darius, l'frère protecteur, héros sans défaut que j'vois toujours comme le modèle à suivre. Rhaegar, le meilleur des amis, bienveillant au coeur tendre, qui sait tout d'moi comme je le connais par coeur. Et Cassian - c'soudaine apparition qui m'vole plus qu'ma raison, mon coeur avec. Et ca peut être parfait - parfait sauf que soudainement j'le coeur qui bat trop fort à cette réalisation : être maman. Ca devient soudainement pas seulement une pensée mais une possible réalité.
J'sais pas être maman. J'sais déjà pas être enfant, heureuse ou amoureuse. Je laisse l'angoisse se fondre un chemin dans mon bide, et me concentre sur l'fait que j'sois pas seule. Qu'il y a Cassian à côté, s'trémoussant sur lui-même d'inconfort quand lui réalise qu'il peut être papa - sauf que plus que moi il s'pensait infertile.
cassian - « Je t’aie parlé d’cette affliction que j’avais, dans mon enfance, et de mon système immunitaire pourri. J’ai beau y avoir y avoir survécut, j’ai hérité d’quelques conséquences – l’infertilité devait en faire partit, mais j’ai été mal informé. »  J'le coeur qui m'tombe dans la poitrine, à me demander si c'est vrai. Si c'qu'on est peut aller à l'encontre de la nature - avec un peu d'magie tout n'est-il pas possible ? C'presque un conte de fée, comme de réaliser un voeu que tu savais pas avoir formulé. Pas comme ca. Pas si tôt. Mais si c'tait vrai ? Si c'tait vrai, que les miracles existent, alors peut être qu'il faut juste s'dire que la vie mène à un nouveau Destin. L'embrasser pour pas sombrer - pas mourir de regret, et préférer vivre juste c'que la vie offre.
pandora - « Alors c'une sorte de miracle. Sauf si c'tait un truc qui t'arrangeait... » J'souffle avec la voix qui s'coupe de peur - d'peur de lui imposer une chose qu'il veut pas. De le mettre devant le fait accompli et trop de complications. D'notre âge, du statu d'chacun, l'école, les ragots, et Darius qui pense toujours du mal de cette relation - trop d'chose qui m'tourne la tête. Jusqu'à ce que Cassian la tourne lui aussi et m'fige sous son regard plein de tendresse.
cassian - «  T'peux compter sur cette constante dans toute cette histoire - j'me suis jamais donné à quelqu'un comme j'peux pas m'en empêcher avec toi »  Sa déclaration prend mon souffle et j'me sens sourire - rassurée. Rassurée d'savoir qu'il sera là. Rassurée de savoir que je suis pas la seule à perdre la tête quand cette histoire. Qu'la déraison on la partage, et qu'soudainement ce que pense le reste hors d'nous ca compte pas. Parce qu'il y a ce nous prometteur qui s'effondre pas. ALors c'tout ce qu'il me faut pour que j'prenne le courage que j'ai et m'mette à faire le test.

Revenant sans l'montrer, sans savoir. Et j'retrouve ma place contre lui, savourant l'impression de son corps contre le miens. Mais j'peux pas croiser son regard. J'peux pas respirer. J'peux pas penser - j'peux rien faire d'autre que fixer ma main et la fiole qui s'y cache. Compter jusqu'à trois - ca m'semble un bon choix.
cassian - « Non, du tout. Je compte avec toi?  »  J'opine - m'sers plus encore, et j'sens qu'il a son souffle dans mon cou; le coeur qui bat plus vite, et un frisson qui m'fout à l'envers. J'ai les cuisses qui se serrent et du mal à avoir du souffle pour compter avec lui; alors je le laisse faire pour l'début.
cassian - « Un, deux, »  J'ouvre les yeux et inspire profondément. En une seconde je vois le monde comme il pourrait être - si j'suis pas enceinte pour sera comme avant. Y aura plus d'crainte à avoir, d'savoir de quoi l'avenir sera fait, et juste attendre Juin pour m'fondre dans plus de sentiments avec Cassian. Une fois l'âge majeure atteint qui pourra s'mettre entre nous ? Sauf mes parents - qui devraient pouvoir être convaincu du bien d'cette relation non ? Mais - mais y a encore l'trois à prononcer, et on l'fait dans un même souffle.
pandora - « Trois »
cassian - « Trois »  Alors j'ouvre. Et c'rose - rose d'vie, d'cette infinie promesse d'une chose qui va grandir pour respirer. Pour marcher. Pour exister. Rose - d'cette délicate couleur qui devient soudainement ma favorite. J'peux pas l'empêcher, j'reprends mon souffle que je savais pas avoir contenue, et j'sens qu'il y a un truc qui grandit d'chaleur dans mon corps. D'la joie - d'la joie d'apprendre qu'être mère c'plus une idée - c'une promesse.
cassian - « Est-ce que... est-ce que ça veut dire que t'es enceinte?  » 
pandora - « Oui... Oui j'suis enceinte. »  J'souffle avant de me tourner vers lui - et y a un truc froid sur ma joue qui coule, avant que je souris d'toute mes dents. Je savais pas à quel point j'avais peur - peur d'pas l'être en vrai. D'mettre fait des idées pour un possible enfant qui pourrait pas exister. Une enfant avec l'visage anguleux d'Cassian, et la douceur d'son regard - j'fonds sur sa bouche pour l'embrasser. Pas d'dévorer, d'gourmandise ou d'passion cruelle. D'promesse, tendre et amoureuse. D'choses qui se disent pas avec des mots. J'pose la fiole dans sa main à présent, avant d'me retirer d'son visage et d'reprendre une respiration.
pandora - « J'arrive pas à réfléchir; je - je savais pas... J'savais pas ce que ca me ferait de l'apprendre. »  J'dis en posant une main sur mon ventre, comme pour tenter de réaliser.

Pandora. Seize ans. Enceinte - d'un type dont elle sait presque rien, sauf qu'son coeur bat vite et fort quand il est là, et qu'elle sait pouvoir rien lui refuser.
C'tout ce que c'est - et ca m'va en vrai.
pandora - « Ca va pas être simple, n'est-ce pas ? Je... J'sais pas même ce qu'on est nous deux. Ce qu'on peut être en vrai. Avec Poudlard, mes parents, Darius, l'reste... ET j'veux pas... j'veux pas t'obliger à quoi que ce soit. J'sais que tu pensais pas que ca arriverait. J'pas été prudente, d'mon côté, et c'est... T'sens pas obligé d'quoi que ce soit envers moi. » 


_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 141
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Lun 18 Sep - 5:30


Pandora Sutherland. Un nom, deux mots. Une fille aux cheveux blonds, au sourire radieux, au regard clair, qui t’fige droit sur tes pieds quand il s’pose sur toi avec émotion. C’parfois difficile d’assimiler qu’elle a développer des sentiments pour toi, l’bibliothécaire mystérieux, sur qui rode un tas d’sombres rumeurs. Pourtant quand elle t’regarde t’y vois aucune crainte- et c’est là tout le problème. Elle se méfie pas de ce que tu es, alors qu’elle le devrait. Surtout avec cette nouvelle pour le moment incertaine qui pèse sur vos épaules. C’est presque irréel, comme instant, sentiment qui ne te prend que rarement. Rare aussi que tu es aussi pris d’court, bien qu’avec Pandora ça ne devrait pas te surprendre.
C’qui t’frappe dans l’estomac assez pour t’couper l’souffle que t’as pas, c’est qu’si elle est bel et bien enceinte, ça veut dire que t’es fertile. Qu’les vampires, du moins les hommes, sont fertiles. Six ans plus tard, t’apprends la nouvelle. Tu maudirais Lilith et son plaisir d’éduquer l’moins possible, pour qu’ses joujoux soient dépendants, sauf qu’t’as bien mieux à penser et profiter en ce moment qu’elle.

Elle t’demande pourquoi tu pensais être infertile, bien qu’tu souhaites lui dire la vérité à ton sujet, tu doutes qu’en plein milieu d’ce café ça soit le meilleur endroit. T’expliques donc à demi-vérités, c’qui semble contenter la blonde à tes côtés. « Alors c'une sorte de miracle. Sauf si c'tait un truc qui t'arrangeait... » T’secoue la tête aussitôt, qu’elle comprenne avant qu’tu trouves les mots que c’était pas l’cas. Au contraire. T’viens d’une grosse famille, c’est ce que t’aurais voulu avoir à ton tour, avoir eu une existence différente. En même temps, tu n’aurais sans doute jamais rencontré Pandora, pensée qui est suffisante pour t’faire frissonner d’déplaisir. « Ça m’arrangeait pas- même si l’opportunité ne s’est jamais présenté… par l’passé. » Y’a les trois derniers mots que t’ajoutes comme pour préciser qu’si ça c’est pas présenté avant, ça n’veut pas dire que c’est le cas maintenant. C’pas les bonnes circonstances ni le bon timing pour Pandora qui est encore jeune, sauf qu’si c’est pour arriver t’peux pas être déçu qu’ça soit avec elle. C’la seule a jamais t’avoir mis à l’envers -d’une bonne façon car autrement, t’as eu Lilith- d’cette manière, à t’emplir d’ce qui ressemble d’plus en plus à de l’amour. Tu lui affirmes qu’elle peut compter sur toi comme constance dans sa vie, parce que cette façon qu’tu présentes à ta Miss Panda c’comme jamais auparavant, et un gamin ça t’fera pas prendre la fuite, bien au contraire.
Elle se lève pour rejoindre la salle de bain et faire le test, t’laissant avec cette impression d’froideur dans les tripes. L’froid t’y es habitué depuis longtemps, t’es mort alors ta carcasse n’peut qu’être glacé : t’as aucun sang qui circule dans tes veines. C’est elle qui glisse en toi plus d’chaleur que t’en as jamais ressentit, t’laissant cette impression glacée quand elle t’quitte- ne serait-ce que quelques minutes.

Quelques minutes qui ne sont même pas aussi longues avant qu’elle ne revienne s’installer dans tes bras, et qu’elle t’demande si c’est stupide pour elle d’vouloir compter. T’secoue la tête, t’invitant à compter avec elle, même. Pour les deux premiers chiffres, elle reste d’ailleurs silences, t’laissant faire le décompte- et pendant qu’tu le fais tes yeux s’tournent enfin vers l’éprouvette qu’tu refuses d’regarder depuis tout à l’heure. Puis il n’reste plus que le dernier chiffre à souffler, et comme il t’échappe elle l’prononce aussi, peut-être pour s’donner la force d’ensuite ouvrir sa main.
« Trois. » T’as jamais été aussi nerveux, ton corps y répondant avec une raideur presque inhumaine. Et tes prunelles s’fixe dans une pâle couleur rose, une teinte réconfortante bien qu’ça n’soit pas ta favorite. Ça t’dit si elle l’est ou pas, t’as pas lu les instructions et t’peux que poser la question à Panda d’un ton fébrile. « Oui... Oui j'suis enceinte. » Tu n’réagis toujours pas, alors qu’les mots essaient d’se faire un chemin au travers l’brouillard d’ton esprit. Mais t’as pas besoin d’analyser plus qui faut avant qu’elle s’tourne vers toi et qu’automatiquement tu te retournes pour la regarder, apercevant une unique larme glissant sur sa joue. Pandora a un air du ciel sauf que quand y’a un sourire plus brillant qu’le soleil qui prend place sur son visage après son unique pluie, y’a pas d’arc-en-ciel qui s’dessine sur ses joues- sauf que t’as pas d’mal à en voir dans ses yeux.

Après ça tu perds l’cap car y’a sa bouche qui recouvre la tienne et ça t’brûle plus que jamais. Mais pas d’flammes dévastatrices, c’genre de chaleur propre aux promesses, à ce qu’on est prêt à offrir, à recevoir aussi. Ça s’glisse entre vos lèvres et t’entoure tes bras pour autour de Pandora, t’assurant d’la garder le plus prêt possible d’toi. Avant d’se reculer elle dépose la fiole dans ta main, t’entoure tes doigts autour et tu serres doucement. « J'arrive pas à réfléchir; je - je savais pas... J'savais pas ce que ca me ferait de l'apprendre. » Tu secoue la tête mais c’pas pour dire non, t’essaie juste d’te réanimer, d’comprendre ce qui se passe et gérer c’feu qui t’consume d’bonheur. Parce que ouais, ouais, t’es content qu’elle soit enceinte, content aussi qu’elle prenne si bien la nouvelle- c’veut dire qu’elle est contente elle aussi. T’vois sa main sur son ventre et t’peux pas t’retenir et aller poser ta paume sur l’dos d’sa peau. T’finis par sourire aussi fort que l’étudiante. « J’suis content, Panda, j’pensais pas qu’ça pourrait m’faire autant plaisir. Réfléchir? J’y arrive pas non plus, j’peux juste tenter d’contenir ma joie- pardon, ce n’est peut-être pas approprié… » T’passe une main dans tes cheveux, un geste que tu ne fais pratiquement jamais mais t’veux être certain d’pas offenser ou mettre d’pression sur Pandora- même si c’pas elle qui s’inquiétait qu’tu prennes mal la nouvelle? Et n’devrais-tu pas? Faudrait au moins qu’tu lui dises la vérité sur toi, c’qui pourrait -plus oui que non, selon toi- influencer sur la réaction d’Pandora face à sa grossesse.

« Ca va pas être simple, n'est-ce pas ? Je... J'sais pas même ce qu'on est nous deux. Ce qu'on peut être en vrai. Avec Poudlard, mes parents, Darius, l'reste... ET j'veux pas... j'veux pas t'obliger à quoi que ce soit. J'sais que tu pensais pas que ca arriverait. J'pas été prudente, d'mon côté, et c'est... T'sens pas obligé d'quoi que ce soit envers moi. » Y’a ta nature d’vampire qui prend l’bord soudainement – t’fais que te concentrer sur ce qu’elle t’dit et tu veux la rassurer, qu’elle sache que t’sens forcé d’rien et qu’au contraire, si elle t’veut avec elle y’a rien au monde qui t’en tiendras loin. « Écoute moi bien, Panda, je me suis obligé d’rien. J’veux être là pour et avec toi- qu’on prenne le temps de découvrir ce qu’on est, et c’qu’on va devenir, ensembles. Non, ça sera pas simple, ça risque d’être un combat quelques fois, sauf qu’on va s’en sortir, j’nous fait confiance. » Ta voix s’veut assurée, et tu l’es, convaincu. Convaincu d’ce que tu avances et qu’vous parviendrez au bout des obstacles pour vivre comme vous l’entendez. Sauf que pour ça, pour ça tu dois lui dire la vérité.
« Est-ce que tu voulais manger ou boire quelque chose? Après on pourrait trouver un coin plus… intime. » Ou t’pourras lui parler franchement, où elle pourra réagir comme elle veut, en espérant qu’elle n’prenne pas la fuite en hurlant. Ça a beau jeter un vent d’nervosité dans ta carcasse, mais quelque part, quelque part t’as pas l’impression que t’as nature sera votre plus gros obstacle dans les mois à venir.

_________________

castle in the sky
we found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Lun 25 Sep - 23:50


Cassian - « Ça m’arrangeait pas- même si l’opportunité ne s’est jamais présenté… par l’passé. » J’souris, sans savoir si ca illumine mon visage comme j’ai le cœur qui se dit que c’est peut être pas si mal. Que finalement j’aurai à la vivre ce conte de fée. Qu’il s’y trouve un garçon d’une beauté sombre, avec quelques mystères qui l’entourent pour le rendre plus délicieux encore. Une fille qui a toujours voulu aimer sans savoir jamais le faire correctement. Et quelques doses de miracles magiques qui étaient pas au programme – de ce genre de choses qu’on maitrise jamais, qui tombe sur la gueule comme des jeux du Destin. Et il reste qu’à savoir si on veut les embrasser avec tout ce qu’on a, ou se battre pour pas vivre ca. Pour pas vivre- se donner le sentiment que si on choisit où et quand ca rend les choses meilleures. Ca donne le sentiment d’être le maitre du Destin – mais j’toujours cru que le Destin suivait son chemin,et qu’importe ce qu’on pouvait tenter pour se persuader d’être les maitres, c’est toujours le chemin qui est le notre qu’on suit. Alors j’ai pour habitude de pas lutter, de prendre chaque chose à bras le corps pour dévorer la vie avec gourmandise.
Mais c’est peut être ce que se disent tous les gamines de seize ans qui ont jamais vécu hors du monde de confort et de sécurité de la maison, des parents, ou de Poudlard. C’une famille toujours, mais il se trouve pas de dure réalité entre ces quatre murs. Y a pas de danger à combattre si ce n’est les agissements affligeants de quelques étudiants, et les drames qu’on se créer à se laisser aller à ses émotions. Les drames – c’une chose qui se forment à Poudlard, tout aussi facilement que ca se défait. De toujours penser qu’on met son cœur dans la balance, à chaque action, à chaque fois qu’il se brise en gueulant « injustice ». Les émotions, les sentiments – c’le genre de chose qui se maitrisent pas quand on a seize alors.
Alors comment on doit réagir quand on apprend qu’on va être maman ? C’est énorme, assez pour me faire tourner la tête alors que je vois que la potion dans ma main elle ment pas. C’un truc magique qui souffre pas de pouvoir mentir – de pas dire exactement ce qu’il en est.
Je suis enceinte.

Ca met du temps à faire son chemin, et j’ai l’impression qu’il y a plus rien autour. Plus rien que les bras d’Cassian qui m’entourent, ou qui s’font proche. Ou alors c’moi qui veut qu’il m’entoure. Et je fonds sur lui- je me raccroche à lui. Affamée, gourmande de vie, de toujours vivre, de toujours accepter ce que le Destin place sur ce foutu chemin. Et s’il veut m’voir porter la vie si tôt – alors pourquoi pas. La vie c’le plus beau de tous les cadeaux qui soit dans ce monde-là. D’autant avec tout ce qu’il se passe au-dehors. Alors pourquoi pas, si d’une nuit de perdition qui m’a fait ressentir plus d’choses que j’ai jamais ressentit dans n’importe quels bras, alors nait un être qui saura représenter ca. Qu’importe ce que sera Cassian, ou c’qu’il sera pas. J’porte une main à mon ventre et j’sais. J’sais que j’pourrais pas jouer à prendre le contrôle de mon destin en refusant un miracle magique.
Cassian- « J’suis content, Panda, j’pensais pas qu’ça pourrait m’faire autant plaisir. Réfléchir? J’y arrive pas non plus, j’peux juste tenter d’contenir ma joie- pardon, ce n’est peut-être pas approprié… » Appropriée – j’suis pas sûre d’avoir un joue eut envie d’être dans les règles, de me soucier de ce qu’il convenait de faire ou de penser. De me demander comment plutôt que de juste faire comme je le voulais. De suivre l’instinct et le cœur, le cœur qui bat plus fort. Qui bat trop fort, et efface toute pensée logique de mon esprit. Y a juste lui, et son regard qui quitte pas le miens. Il y a juste lui. Moi. Et ca – entre nous. Ce ventre plat qui le restera pas. C’est juste nouveau, terrifiant, et exaltant. D’un miracle que j’embrasse avec passion. Avec ce truc qui me réchauffe instantanément et me fait sourire stupidement.
Content c’est même pas le mot. C’un autre sentiment qui exalte de toute part, et me fait douter autant que je voudrais m’y raccrocher. Raccrocher à un possible – mais je ne sais pas trop quoi encore. Avec lui. Avec eux.
Cassian - « Écoute moi bien, Panda, je me suis obligé d’rien. J’veux être là pour et avec toi- qu’on prenne le temps de découvrir ce qu’on est, et c’qu’on va devenir, ensembles. Non, ça sera pas simple, ça risque d’être un combat quelques fois, sauf qu’on va s’en sortir, j’nous fait confiance. »
Pandora – « Est-ce que tu crois qu’c’est normal de vouloir autant se raccrocher l’un à l’autre quand ca fait si peu d’temps ? J’ai l’impression d’te découvrir, et d’te connaître depuis longtemps. » Qu’je lance sans l’quitter du regard quand y a ces mots qui m’touchent droit dans la poitrine pour la faire bondir de ravissement. Qu’il sera là, prêt à essayer aussi, sans se soucier de tout c’qui devrait le faire fuir en avant. J’ai qu’seize ans. J’suis qu’élève portée par ses rêves d’enfants. J’ai des parents qui seront sans doute pas du genre conscilliants.
Mais j’doute pas de le vouloir lui. D’vouloir voir son visage illuminé d’joie, ou d’pur bonheur. De l’avoir si proche au plus longtemps possible. Et d’virer cette inquiétude de son beau visage.
Cassian - « Est-ce que tu voulais manger ou boire quelque chose? Après on pourrait trouver un coin plus… intime. » J’secoue la tête, avant d’mettre sur la table un billet moldu pour la tasse que j’ai prise tantôt, et que j’ai pas terminé, m’ levant pour remettre le manteau que j’avais et lui tendre la main pour qu’il se saisisse de la mienne.
Pandora – « Allons-y, j’connais un endroit où on s’ra tranquille. » J’dis avant de le mener hors de l’établissement, sans m’soucier de regarder en arrière. Voyant juste au-devant, l’chemin qu’on prend ensemble. Ensemble. Ca m’semble trop grand, trop intense pour être vrai. Pourtant c’est là et ca m’fout le ventre en l’air d’joie et d’papillons qui y volent avec frénésie. On marche pas longtemps avant d’atteindre les docks, et une vieille usine où s’trouve plus personne maintenant. J’perds sa main le temps de trouver l’échelle de secours, d’continuer dans le silence à l’inviter à m’suivre, et à monter pour rejoindre le toit. C’pas long, avant qu’on s’y retrouve pour être qu’tous les deux perchés au sommet du monde. Avec la vue sur la tour de Londres, et le London Bridge plus loin. L’calme, et nous. Juste nous.
Pandora – « Rhaegar venait là pour fuir son père avant. Y a jamais personne qui s’y trouve. Alors si tu veux qu’on discute on peut l’faire sans souci ici. »



_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 141
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Mar 10 Oct - 7:02


i’ve got to tell you something
pandora sutherland & cassian aquila (pandossian)
Tu brûles, toi l’glacial cadavre qui devrait être pourrit depuis longtemps. Toi, qui marche encore cette terre parce que t’as saigné presque autant d’gens qu’tu portes de siècles- bien que ça pourrait être beaucoup plus, sauf que tu t’es jamais arrêté compter. T’apprends qu’cette fille que tu… que tu quoi, en vérité? Vous avez convenu de rien, parce que c’est tout neuf, tout frais, tout beau et tout parfait. Tout, tout, tout. C’est qu’tu voudrais lui offrir à Pandora, parce que quand tu la regarde ton monde semble finalement faire du sens. Comme si tu comprenais enfin ce que t’étais vraiment mort avant, qu’tu faisais qu’goûter à nouveau à la vie qu’en présence d’ta belle blonde.
Elle est enceinte, enceinte de toi. Ça t’parait irréel, sauf que t’es convaincu jusque dans ta moelle nécrosée qu’elle t’ment pas, t’sais que l’irréel il est réel cette fois. T’sais pas vers quoi ça s’en va, t’sais pas c’qui adviendra d’un bébé né d’une union entre une vampire et part d’vélane, t’sais qu’tu vas l’aimer autant qu’tu peux, t’sais qu’tu vas sentir c’amour diffuser d’la vie dans tes veine. T’sais aussi qu’tu ressentiras pas moins pour Pandora.
Ça t’devrait t’effrayer, non? Toi qui a plus touché à une parcelle d’douce émotion depuis que t’as quitté ta famille pour la mort, toi, qui s’est plus qu’donné dans la dangereuse passion du sang.

Tu vas être papa.
Possiblement qu'tu finiras dans une relation sérieuse avec Panda- si elle veut toujours d'toi, quand elle saura.
Et t’espères vraiment qu’tu parviendras à faire quelque chose d’bien de tout ça, qu’tu sauras t’montrer digne d’cette famille offerte sur un plateau d’argent. Peut-être que ça devait t’faire peur, mais là t’ressens qu’une explosion d’bon. T’sais pas trouver les mots pour l’exprimer, et c’rare qu’tu peux pas en trouver. T’as lu des millions d’livres, des milliers d’mots, pourtant t’sais pas lesquels offrir pour exprimer c’que tu ressens.
Sauf que tu trouves les mots pour lui dire que t'es là, et qu'tu t'en vas nulle part. Elle l'sait pas, pas encore, sauf que c'est une promesse qu'tu sais que t'auras pas à briser- t'pourras probablement être là pour toute la vie d'votre bébé aussi, bien que ça soit pour l'instant impossible d'savoir si c'petit sera immortel. Sans aucun doute, t'devras faire des recherches à ce sujet l'plus vite possible. C'est aussi ce qui t'contraint à parler d'ta vraie nature à Pandora, comme elle porte en elle un embryon par ta faute, la moindre des choses c'est de l'aviser qu'on ne sait pas, pas du tout, ce qui grandit au chaud non loin d'son estomac.

« Est-ce que tu crois qu’c’est normal de vouloir autant se raccrocher l’un à l’autre quand ca fait si peu d’temps ? J’ai l’impression d’te découvrir, et d’te connaître depuis longtemps. » T'as un fantôme d'sourire qui étire tes lèvres, alors qu'tu glisses tes doigts dans les cheveux doux d'la blonde sans quitter son regard dans lequel t'sens un grand confort. « Normal n'est pas trop ma tasse de thé, alors peut-être que ça ne l'est pas. Ça m'importe peu, en vérité, car plus j'en découvre sur toi et plus je tombe sous ton charme. J'veux jamais que ça s'arrête, » qu'tu lui confie en laissant ta bouche s'dessiner plus tendre, ton regard s'adoucir sous l'émotion.
T'es un monstre, sauf qu'entre les mains d'Pandora, tu redeviens qu'un homme. Un homme face à ses sentiments, à son existence, à une éternité qui change radicalement, t'offrant une chance que t'aurais jamais crû mériter.

« Allons-y, j’connais un endroit où on s’ra tranquille. » Elle dépose un billet sur la table en parlant, avant d'attraper son manteau qu'elle enfile puis glisse sa main dans la tienne quand tu te lèves à ton tour. Tu la suis en silence, chaque pas t'rapprochant du moment où t'vas lui annoncer c'que t'es. T'es silencieux bien que chaque fois que son regard s'tourne vers toi, tu lui souris- t'peux pas t'retenir de toute manière.
Elle lâche ta main qu’une fois qu’vous arrivez près d’un vieux bâtiment, du côté duquel elle s’accroche à une échelle d’secours. Pandora t’fait signe d’la suivre et c’que tu fais- laissant l’silence qui est loin d’être inconfortable s’étirer un peu plus longtemps entre vous deux. T’sais qu’votre destination n’est plus très loin, ça sera plus très long avant qu’tu t’en sois à prononcer ces mots justes que tu n’arrives pas à trouver.
T’es soulagé quand c’est sur le toit qu’vous terminez, et qu’tu peux lever ton regard vers l’ciel pour t’perdre dans les étoiles, ou vers Londres qui brille sous sa propre lumière. « Rhaegar venait là pour fuir son père avant. Y a jamais personne qui s’y trouve. Alors si tu veux qu’on discute on peut l’faire sans souci ici. » Tu tournes ton attention vers Pandora à nouveau, essayant d’faire fi d’cet inconfort qu’tu ressens à l’idée de discuter. T’ignores comment elle va réagir, mais tu t’dis qui a peu d’chances qu’elle accueille l’tout avec l’sourire. « C’est magnifique, mais pas autant qu’toi. » Tu l’attires à toi alors, lui volant un baiser où t’mets toute ta passion, glissant ta langue dans sa bouche quand elle t’donne accès, y mettant tout ce que t’as afin d’lui permettre d’respirer. Puis tu rejoins un mur d’brique non loin et tu y prends appuie, gardant tes prunelles fixées sur elle.

« C’est rare que j’trouve pas les mots, j’suis un peu à court en ce moment, sauf qu’on peut pas reporter cette discussion. Pas alors que t’es… enceinte de moi. J’aurais aimé pas ruiné ta bonne nouvelle avec ça, t’le dire dans d’circonstances différentes... » T’as commencé l’visage sérieux, t’as pourtant une lumière qui illumine ton visage quand t’penses qu’t’as peut-être encore une chance d’goûter à ce qu’on appelle l’humanité. Sauf que tu sais pas, t’sais pas c’qui poussera les parois d’son estomac, t’sais pas si ça sera bon, mauvais, t’sais pas- t’sais rien. Cette lumière, t’veux qu’elle grandisse et s’installe dans tes yeux, dans ta poitrine pour y rester sauf qu’pour ça, faut qu’tu mettes carte sur table avec Pandora.
« La nuit où on s’est rencontrée, on a parlé des rumeurs qui courent à mon encontre. Elles sont plus qu’de simples murmures plaisantins, certaines ont leur fond de vérité- c’pas pour rien que je m’en amuse autant. Le problème avec les mythes, c’est qu’il est difficile de discerner le vrai du faux. Du mien, j’pourrais tout t’raconter. » T’veux pas la faire languir avant d’lui dire, bien que t’ignores si elle t’croiras avec d’simples mots. Tes yeux sont toujours dans les siens quand tu dévoiles tes crocs. Relevant les lèvres pour dévoiler tes droites dents blanches, la laissant apercevoir ta canine qui s’allonge, efface l’mystérieux bibliothécaire pour dévoiler l’monstre charmé. « Je suis un vampire. »



_________________

castle in the sky
we found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Jeu 12 Oct - 13:45

Il y a juste la clameur de Londres, le bourdonnement constant de la vie qui s'échappe de toute part, et qui monte en musique assourdissante. Mais loin, en sourdine, comme au-dessus du reste de l'humanité, à la voir bouger sans y prendre part. Témoin de l'existence sans en être acteur, c'était l'endroit idéal pour juste profiter. S'arrêter un instant de courir après le temps, et vivre le moment sans conséquence. Juste vivre - sentir l'air qui entre dans les poumons, le coeur qui s'affole, les émotions qui prennent le dessus. Je connais pas de meilleurs endroits sur terre pour ca - j'en connais pas de plus apaisant à ce moment-là. Sur le toit du monde, là où Rhaegar venait gueuler sa rage, là où je venais lui rappeler qu'il n'était plus seul à présent. Là je me perdais quand Darius était affligeant de cruauté. Ou qu'on venait se retrouver pour fêter de belles nouvelles. C'est ici qu'on a ouvert les enveloppes avec les résultats de nos BUSES. Ici qu'on a parlé d'amour la première fois. Ici qu'on s'est embrassé juste pour voir ce que ca fait .
C'est ici que je veux être avec Cassian, avec ce que j'ai en moi qui est une part de nous deux. J'ai encore du mal à y croire, à savoir quoi y penser. Alors je pense plus, je me laisse juste emporter par les brides de notre conversation passé -
Cassian - « Normal n'est pas trop ma tasse de thé, alors peut-être que ça ne l'est pas. Ça m'importe peu, en vérité, car plus j'en découvre sur toi et plus je tombe sous ton charme. J'veux jamais que ça s'arrête, »
- Souriant de la chance que j'ai de vivre ce moment. Et me laissant aller au silence pour profiter des battements de mon coeur quand je me tourne vers lui après avoir embrassé la vue.
Parce qu'il est la seule chose que je veux embrasser présentement.
Cassian - « C’est magnifique, mais pas autant qu’toi. »
Padora- « A force de compliments tu vas réussir à me faire rougir à nouveau. »  J'glisse, mais s'est sa bouche qui recouvre la mienne que j'ai en réponse. Un gémissement s'échappe de ma gorge, alors que je me laisse aller à son étreinte. Que je l'embrasse sans retenue, l'attirant plus vers moi encore comme pour faire disparaitre tout ce qui nous sépare encore. Chaque mouvement m'électrisant, sa langue jouant avec la mienne en bataille furieuse. Et à nouveau ce feu passionnel, ce désir immuable. Ce besoin irrépressible de le vouloir plus proche encore. Persuadée que rien ne peut briser ce parfait moment.

Pas même lui qui s'éloigne pour s'adosser au mur, et moi qui le suit du regard, avec un sourire rêveur sur les lèvres, le frôlant de la main comme pour embrasser le souvenir de notre baiser.
Cassian - « C’est rare que j’trouve pas les mots, j’suis un peu à court en ce moment, sauf qu’on peut pas reporter cette discussion. Pas alors que t’es… enceinte de moi. J’aurais aimé pas ruiné ta bonne nouvelle avec ça, t’le dire dans d’circonstances différentes... » J'sens alors mon corps se figer dans l'expectative, fronçant les sourcils en me demandant bien ce qu'il va m'apprendre, et l'esprit plus prompt encore à imaginer les mots qui vont passer la barrière de ses lèvres : il est marié, il a déjà une famille, il part à l'autre bout du monde, ou ce n'était qu'une fois. Je sens déjà mon coeur qui s'affole et l'envie de lui gueuler d'pas le briser. Mais je me tais, j'dis rien en restant immobile les bras ballants et la bouche à moitié ouverte sans qu'aucun son ne filtre.
Cassian - « La nuit où on s’est rencontrée, on a parlé des rumeurs qui courent à mon encontre. Elles sont plus qu’de simples murmures plaisantins, certaines ont leur fond de vérité- c’pas pour rien que je m’en amuse autant. Le problème avec les mythes, c’est qu’il est difficile de discerner le vrai du faux. Du mien, j’pourrais tout t’raconter. » La nuit de notre rencontre - où c'était presque aussi naturel de lui parler que de vouloir le sentir proche déjà. Avant de passer par la poésie et l'aveux rapide d'un intérêt commun. Puis d'autres choses, des rumeurs de vampires ou de meurtrier. De loup-garou, de mages noirs, de cracmols devenus fous - quoi d'autres encore. Les rumeurs sont légions, la vérité unique.
J'suis pas sûr de vouloir la connaitre, pas quand Cassian arbore un air aussi peu confiant. Pas quand chacun de ses mots m'envoient une décharge électrique dans l'corps et m'donnent envie de fuir. Fuir en courant. Cassian qui a le gout du sang sur les mains, toujours l'air affligé par le monde autour, et d'inquiétante manières de se comporter qui font très ancien siècle. Cassian - si honnête, sincère, franc. J'suis pas capable de m'arrêter de donner ma confiance.
J'suis pas capable d'être déçue constamment.
Cassian - « Je suis un vampire. » Ca claque dans l'air, à mes oreilles, m'fait perdre la notion de temps. Vampire - comme meurtrier. Au gout du sang sur les lèvres. Vampire - c'pas un mythe, c'est une vérité. Créature joueuse, vile, manipulatrice - des prédateurs aimant jouer de leurs proies. Y a tout qui se mélange et la seule et unique pensée qui m'fait arrêter le coeur et m'assèche la gorge me fait reculer d'un pas.
Pandora - « Tu.... Tu m'as menti. » C'ca le plus douloureux soudainement. D'penser avoir tout donné à Cassian, tout dit rapidement, de m'être dévoilée sans concession. De lui avoir donné plus qu'à quiconque pour porter à présent... Son enfant. L'enfant d'un vampire. Je tremble, les bras qui m'entourent comme pour arrêter les incontrôlables mouvements. Mais je tremble - la peur soudainement qui attaque les poumons, m'fait perdre le souffle qui s'accélère. J'le vois rouge de sang, le regard assoiffé, le sourire narquois - j'le vois avec le visage d'un monstre. Celui d'un menteur - l'pire de tous pour moi. Un jeu, n'est-ce pas ? Tout cela n'était qu'un jeu. « C'pas... J'peux pas... » Ca se mélange. Ca se mélange, et ca m'fait perdre le nord - y a plus rien de silencieux, tout à coup. Tout est trop bruyant et bourdonnant. Tout est trop présent et cruel. Lui - cruel. Menteur aux dents pointues. Monstre - et moi, sa prochaine proie ? J'sais plus quoi penser soudainement.

Pandora - « J'donne toujours ma confiance aux autres trop rapidement, mais toi... Toi j'pensais que ca serait différent. J'peux pas croire.. J'peux pas croire que t'ai pu m'cacher... ca. Et m'le cacher sans remord - pour combien d'temps encore? Si j'portais pas... T'aurais joué avec moi longtemps ? » J'tourne et détourne, le regard, et la voix qui s'affaiblie en octaves blessées, avant de secouer la tête. « Attends, j'pas sûre de vouloir que tu répondes à ca. »



_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 141
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Lun 6 Nov - 5:13


i’ve got to tell you something
pandora sutherland & cassian aquila (pandossian)
Rose. Joie. Sourire éclatant puis sa bouche goûteuse danse contre la tienne, son corps chaud contre le tien, un rêve éteint qui prend vie dans des circonstances impossibles, mais bien réelles. Pandora est enceinte, c'est à toi qu'reviendra l'honneur d'te faire appeler papa. T'as du mal à t'faire à l'idée, t'demandes sans arrêt quand tu vas t'réveiller. Sauf que l'temps file et tu restes là, rien s'efface pour laisser place à la fade réalité, c'est elle ta nouvelle vérité. Lilith t’as fais connaître un monde de passions violentes, des siècles d’sentiments à vifs, tout ça s’efface contre les mains douces de Pandora. Elle t’anime, donne vie à ton corps d’marionnette désarticulé, t’prenant dans ta pire condition pour t’rendre meilleur que jamais. Car t’as jamais semblé si triste et fané qu’avec tes crocs sous verrous, ton chemin s’est séparé d’ta créatrice certes mais l’goût du sang tu l’as jamais perdu.
« A force de compliments tu vas réussir à me faire rougir à nouveau. » Depuis c’première nuit dans la bibliothèque tu t’évertue à la faire rougir, pouvant pas t’lasser d’voir le sang colorer ses pommettes. T’aimes c’liquide carmin, certes, sauf qu’ce que Panda t’fait ressentir c’est presque plus grisant encore, c’qui n’est pas peu dire. La vie pour les morts, n’est-ce pas bien plus alléchant qu’un océan de sang? « T’sais que je ne me lasserais jamais de voir tes joues se colorer. » qu’tu réponds d’un sourire, levant tes phalanges pour les passer justement là, contre la peau douce d’son visage d’ange.

Un ange, si magnifique dont on ne peut détourner les yeux, qui s’amourache d’un vampire. La belle et la bête, tout comme c’contre pour enfants moldus dont t’as déjà fait la lecture. Au contraire d’la bête qui n’peut cacher sa nature à sa belle, toi c’après un baiser passionné qu’tu lui révèles qu’derrière tes airs magnifiques s’cache une créature sanguinaire. L’histoire à l’envers, alors tu t’demandes si t’auras droit d’garder ta princesse ou si elle s’sauvera une fois qu’elle saura. Tu l’embrasses donc d’tout ton saoul avant d’reculer, prenant appuie contre l’mur comme si t’avais besoin d’ça pour t’tenir droit. Comme s’tu t’sentais faible, nerveux, c’qui t’es plus arrivé depuis… depuis toujours, ou presque. Tes années d’vivant elles comptent pas, t’étais malade et inutile, un simple dévoreur de livres bien avant d’être un dévoreur d’artères.
T’es grisé d’joie quand t’penses à c’nouvelle qu’elle vient d’apprendre et t’annoncer tout en même temps, voyant comme seule ombre au tableau l’devoir d’lui annoncer c’qui en est vraiment avec toi. T’cherches tes mots, un peu, sauf qu’tu veux pas tourner autour du pot. T’fais juste annoncer qu’tu vas annoncer quelque chose, avant d’finalement lâcher l’bout important. L’bout qui parle d’toi, et l’fait qu’t’es un vampire. T’oses plus la regarder ton ange, t’oses plus car t’sais qu’elle va pas continuer d’te regarder avec l’sourire, l’visage rayonnant car elle est enceinte, et qu’vous en êtes contents. Non, parce que t’es un buveur d’sang, un monstre qui a envoyé un paquet d’âmes trop tôt au paradis- ou certains droit en enfer. T’es un monstre mais pas que, tu t’es perdu longtemps, trop longtemps, mais t’sais que t’es plus que juste ça. T’as besoin de l’être, pour Panda, pour votre bébé.
Sauf qui a pas façon qu’elle puisse encore vouloir d’toi maintenant qu’elle sait, si?

Et au final, elle réagit pas du tout comme t’pensais. En fait, elle dit pas du tout ce à quoi tu t’attendais. « Tu.... Tu m'as menti. » Ça t’fait relever les yeux vers elle immédiatement, bien qu’son expression t’laisse à court de mots. Mais oui, oui ça tu l’cris par tes yeux qu’tu lui as mentit, qu’t’as caché la plus grosse part d’toi. « Je… Oui, j’pouvais pas m’annoncer vampire pour travailler à Poudlard. Mentir c’était non négociable, bien que j’aurais pas dû laisser les choses aller si loin sans t’parler d’ma nature. Tu comprends pourquoi j’pensais pas pouvoir avoir d’enfants. » Tu réalises qu’tu parles trop, qu’les mots t’échappent car t’peux pas t’permettre d’la voir prendre la fuite. « C'pas... J'peux pas... » Ton cœur, tu l’sens qui s’tord dans ta poitrine, même s’il n’bat pas. Elle est perdue, elle tangue et tout c’que tu veux, c’la prendre contre toi pour la protéger d’la chute. Mais t’doutes qu’elle l’prendra bien, t’doutes qu’elle t’laissera faire. C’pas pour rien que t’as fondu sur sa bouche avec passion quelques minutes plus tôt, voulant profiter une dernière fois, juste au cas…
« J'donne toujours ma confiance aux autres trop rapidement, mais toi... Toi j'pensais que ca serait différent. J'peux pas croire.. J'peux pas croire que t'ai pu m'cacher... ca. Et m'le cacher sans remord - pour combien d'temps encore? Si j'portais pas... T'aurais joué avec moi longtemps ? » Les mots t’figent sur place pendant qu’elle s’détourne, qu’elle parle d’jouer avec elle d’un ton qui laisse pas place à un autre scénario- et c’tellement loin d’la vérité. « Attends, j'pas sûre de vouloir que tu répondes à ca. » Sa voix, t’ressens la douleur dedans et ça t’aide pas à reprendre l’contrôle d’tes membres statufiés sauf qu’une seconde après t’as franchit les pas qu’elle vient d’faire pour s’éloigner d’toi, t’arrêtant tout d’même à un mètre d’elle en levant une main vers ses cheveux, puis t’ravisant en la laissant retomber contre toi.
« T’devras écouter c’que j’ai à répondre quand même. Regarde-moi Panda, s’il-te-plaît. » T’veux qu’elle l’voit dans tes yeux, l’émotion qu’elle provoque en toi. Qu’elle t’regarde pour pas qu’elle oublie que t’es toujours toi pour elle, qu’t’en es toujours fou et qu’ça n’change rien pour toi. T’partiras qu’si c’est trop pour elle.  « Ça n’a jamais été question d’jouer avec toi, tout c’que je ressens pour toi… y’a rien d’plus vrai. J’sais que ça n’compense pas, sauf que outre ça, outre ça c’est honnête que j’me suis présenté toi. C’est différent toi et moi, tu l’sens aussi non? J’joue pas avec toi, tu m’as redonné vie, et pour un vampire c’pas rien ça. Je sais pas quand je t’en aurais parlé, j’le fais maintenant car tout c’que j’veux c’est continuer d’avancer avec toi. Nous trois, si tu l’veux. » T’es déterminé au début d’ton discours, ta voix bien moins forte à la toute fin. Car tu lui laisses l’choix naturellement à ta Miss Panda, d’prendre le chemin opposé si elle veut rien avoir affaire avec toi. Qu’elle l’fasse maintenant si elle a besoin d’air, d’être loin d’toi pour digérer la nouvelle. Qu’elle reste, pour qu’tu puisses lui en dire davantage et la rassurer, lui montrer que t’es pas si horrible que ça.
Ou plutôt, qu’t’es plus si horrible que ça. Elle est devenu l’meilleur de toi, et t’es pas prêt d’la laisser allé. Même s’tu la mérites pas, c’ange au sang d’charmeur. « Seulement si tu l’veux. » Faut qu’tu veuilles, qu’tu penses avec désespoir, n’osant pas franchir l’reste de distance qui t’sépare d’elle. T’voudrais pas voir d’la peur s’insinuer dans ses prunelles, après sa lourde déception.


_________________

castle in the sky
we found love in a hopeless place
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF. - dedicated, loyal, patient

STAFF. - dedicated, loyal, patient


Messages : 291
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    Sam 11 Nov - 23:05

« Tu sais, il dise que les vélanes tombent amoureux qu'une fois. Ils tombent amoureux pour toujours, totalement. Corps, coeur et âme. Parce qu'il se trouve toujours une personne pour nous voir comme on est. Alors tu crois qu'un jour j'pourrais être aimée comme ca ?
- C'est une légende, Panda. Pour une seule et bonne raison : c'est un mensonge de croire que les autres peuvent nous voir comme on est véritablement. Ils préfèrent aimer ce qu'ils voient. Alors protège ton coeur, s'il te plait. Protège le, avant qu'il te soit arraché.
- J'veux croire que les légendes sont vraies. J'veux pouvoir aimer dans mon monde, Dadou.
- Moi je t'aimerais toujours. Moi j'serais toujours là. Chaque fois que tu donneras ton coeur, et qu'on te le rendra en pièce, j'serais là pour t'aider à le réparer. » 


J'ai peur.
J'ai peur parce que j'ai le coeur qui bat trop vite. Parce qu'il bat comme un détraqué, galopant dans ma poitrine à en devenir douloureux. J'ai peur. J'ai peur parce que j'ai les yeux qui deviennent humides, que j'ai la gorge serrée, que j'ai envie de partir en courant. Mais j'suis figée. J'suis figée et je prends conscience de tout. Des mensonges, du silence, et de la révélation soudaine qui explose comme un aveu coupable. Je suis un vampire . Ca claque comme un mensonge soudainement véritable, comme une preuve - comme. Comme.... C'est effrayant. C'est horriblement, terriblement effayant.
Cassian - « Je… Oui, j’pouvais pas m’annoncer vampire pour travailler à Poudlard. Mentir c’était non négociable, bien que j’aurais pas dû laisser les choses aller si loin sans t’parler d’ma nature. Tu comprends pourquoi j’pensais pas pouvoir avoir d’enfants. » Oui.
Oui j'comprends. J'comprends comme j'ai appris les cours sur les vampires y a trois ans. J'comprends comme je les ai appris comme s'ils étaient légendaires aussi. Des monstres, dans l'ombre des romans, trop loin pour être effrayant. Pas si loin comme il s'en trouve un là - là dedans, qui fait taper mon palpitant trop vite. Trop vite, et douloureusement. Les vampires sont des chasseurs, traquant leurs proies. Ils ont cette capacité à les hypnotiser, endormant les conscience pour voir - pour voir le regard parfait d'un homme. C'est le parfait prédateur, qui exalte sa proie en sentiments obsédant. Il rend fou, le vampire, s'assurant de ne pas perdre la trace de sa victime - Victime. J'vois tout en rouge carmin, me demandant ce qu'il se trouve de vrai.

Est-ce qu'on peut faire confiance à un vampire ?

Cassian - « T’devras écouter c’que j’ai à répondre quand même. Regarde-moi Panda, s’il-te-plaît.  » Alors j'relève les yeux - c'est peut être dans le regard que se trouve sa parfaite maitrise des émotions. Qu'il y a cette lueur languissante qui me fait tomber dans ses bras chaque fois. Chaque fois - elle me suit dans les rêves que je chasse au matin avec déception. Il est là son regard, il s'accroche à ma mémoire et m'fait perdre les pédales. Alors j'souffle avant de m'y plonger. Me donner le coeur à ne pas m'y accrocher - mais c'trop tard. Si tôt que son regard me happe j'suis attrapée.
Cassian - « Ça n’a jamais été question d’jouer avec toi, tout c’que je ressens pour toi… y’a rien d’plus vrai. J’sais que ça n’compense pas, sauf que outre ça, outre ça c’est honnête que j’me suis présenté toi. C’est différent toi et moi, tu l’sens aussi non? J’joue pas avec toi, tu m’as redonné vie, et pour un vampire c’pas rien ça. Je sais pas quand je t’en aurais parlé, j’le fais maintenant car tout c’que j’veux c’est continuer d’avancer avec toi. Nous trois, si tu l’veux.  » Nous trois.
C'terrifiant.
Cassian - « Seulement si tu l’veux. » Le veux - qu'est-ce que je veux maintenant ?

Toi. Moi. Nous trois. Vampire. Vélane. Sorcier - t'as la magie dans ton regard, Cassian, qui se fond dans mon âme et m'donne envie de m'effondrer dans tes bras pour plus te quitter.
Eternité - il a pas de coeur qui bat, Cassian. Il est plus froid que la normale, et c'est pas à cause de la température de la bibliothèque. Il vivra toujours Cassian. Il vivra toujours - et moi j'crèverais à petit feu. Et ca en moi.
En moi. Nous trois. J'arrive plus à respirer, à réfléchir, à savoir - ce que je veux. Qu'est-ce que je veux ? J'veux - j'veux. J'veux que tout s'arrêter, que plus rien ne tourne aussi vite. J'ai la tête qui s'échappe, et j'reste fixée dans son regard, la bouche ouverte, figée. Immobile. Puis j'sens un truc qui glisse sur ma joue, et j'le prends avec ma main. Ce que je veux.

Pandora - « Laisse moi. »

C'est différent toi et moi.
Oui c'est différent. Ca m'fait cogner le coeur trop vite. Ca m'fait cogner le coeur trop vite, et trop fort. C'est terrifiant, et douloureux. Toi et moi - nous trois. C'est trop, c'est lumineux au point d'être aveuglant. C'est plaisant au point d'être brûlant. C'est apaisant, au point d'effacer l'reste du monde. C'trop - Cassian. C'est trop - c'est plus que ce que je veux.
C'est ce que je suis.

Sauf que c'est effrayant, pour une mortelle amoureuse de la nuit éternelle. Pour une mortelle amoureuse de la mélancolique lune, qui voit s'effacer les étoiles sans les retenir. C'est trop - alors j'laisse le monde s'échapper - et c'est moi qui prend la fuite.
J'ai toujours rêvé du Grand Amour - celui qui durerait éternellement. Mais j'avais pas imaginé que l'éternité serait un amant au regard glacé dont j'éclairerai le ciel comme une étoile filante vouée à disparaitre soudainement.
the end.


_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: i've got to tell you something (pandossian)    

Revenir en haut Aller en bas
 
i've got to tell you something (pandossian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Londres Moldu-
Sauter vers: