AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Sam 29 Juil - 2:05

OsNaël
Des regards qui se perdent.
Veille des vacances alors qu'il ouvre les yeux qui se posent sur les rideaux qui entourent son lit. Il baille longuement avant de s'étirer et de se relever, ouvrant les voiles qui lui permettent de se cacher des regards indiscrets. Il faut dire que sa maison, le Gryffondor, renferme peu de mangemorts et il voudrait éviter d’avoir à se justifier sur le pourquoi du comment il est rentré tard la veille. Il porte encore sur lui quelques cicatrices de combat, heureusement atténuée par les bons soins de ses potions qu'il achète à un petit revendeur qui est chez les Poufsouffle, dont il a oublié le nom. Pour le moment il se lève en boxer et rejoint la salle de bain en lançant un vague bonjour à ses camarades. On ne peut pas dire qu'il s'entende vraiment avec ses camarades bien au contraire. Solitaire et renfermé, Anaël ne traîne qu'avec ceux de son sang ou au pire, ceux qui acceptent l'idée que les sang-purs se tiennent au dessus des autres. Il n'est pas question pour lui de s'approcher des traîtres, des sangs de bourbe et des infâmes moldus. Et étant donné que les Gryffondor renferment un peu tout cela et bien il ne parle que très peu avec ceux de sa maison. Ainsi il file sous la douche, se lave et prévoit d'avance le programme de sa journée. Il ira sans doute travailler dans la bibliothèque, un endroit calme où il devrait avoir la paix. Le soleil est haut dans le ciel aujourd'hui, les élèves iront prendre l'air et ne viendront pas s'enfermer entre les vieux murs de la bibliothèque ainsi il pourra continuer son livre qu'il avait commencé, avant d’être interrompu par Echo il y a quelques jours.

Il sort de sa douche, se sèche et s'habille d'un sort avec un simple jean moldu et une chemise blanche légèrement transparente. Il a gardé un amour certain pour les vêtements moldus, n'aimant pas vraiment traîner avec les robes de sorcier. C'est l'unique chose qui lui reste de l'autre monde, hors sa sœur bien-sûr. Enfin il quitte la salle de bain et prend son sac après avoir fourré dedans, son livre de magie noire. Il c'est assuré avant cela qu'aucun camarade ne le regardait, car il y a des yeux indiscrets dans ce dortoir. Puis sans même un dernier mot il quitte son dortoir et se dirige vers les cuisines pour demander gentiment aux elfes de maison, un petit déjeuner consistant. Heureusement les elfes sont aimables et bien vite il se retrouve avec un morceau de tissu fermé en baluchon, contenant des viennoiseries ainsi qu'une petite bouteille de jus d'orange. Il remercie l'elfe qui lui a préparé ça et quitte les cuisines pour se rendre à la bibliothèque, cachant son petit paquet des yeux de Cassian Aquila tout de même pour éviter de se faire envoyer sur les roses. Au cas où il tache un livre, on ne sait jamais ! Il s'installe à une table, dans un coin au calme et loin des regards avant d'ouvrir son pique nique, de sortir son livre de magie noire et de l'ouvrir tout doucement sans bruit. Absorbé par son bouquin il relève les yeux quelques fois pour apercevoir non loin de lui, un camarade qui était présent la veille lors de la mission pour le maître. Il fronce les sourcils avant de baisser la tête une seconde fois et de le lire. Mais il se sent observé, étrangement, alors il relève le visage pour remarquer que l'Asiatique le regarde.

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Sam 29 Juil - 15:38

T'as besoin d'calme. De te sortir de la tête les images d'hier soir, quand t'as couru comme un détraqué à la recherche d'une chimère. T'es essouflé, pourtant tu trouve l'moyen de te lever d'ton lit - ou plutôt de celui d'Regulus - pour récupérer tes affaires, et trouver le chemin d'la Grande Salle. T'as pas réveillé l'bellâtre, préférant que le Black reprenne des forces alors qu'le soleil se lève à peine. T'as pas beaucoup dormi c'te nuit, ton esprit te laissant peu de repos. T'peux pas t'arrêter de repenser à tout c'qui arrive dans ta vie depuis des semaines. Entre Reg et toi qui vous êtes déclarés plus d'sentiments que tu pensais t'autoriser, Averill qui s'trouve malade et d'plus en plus mal en point, Elena qui t'séduit par sa beauté et ses qualités nombreuses, et finalement l'médaillon que Reg a balancé à son maitre en brisant l'dernier lien avec son frère. Tu penses à c'médaillon ce matin, l'esprit occupé d'savoir ce à quoi il peut bien servir. C'pas du genre du Seigneur noir d'faire un coup pour rien, t'en ai persuadé, t'comprends juste pas à quoi celui la va lui servir.
Au déjeuner y a pas grand monde, et t'es prit dans tes pensés toujours. T'reçoit à peine la Gazette du sorciers, qu'tu feuillette sans vraiment y porter attention. D'nouvelles lois qui passent pour cerner plus d'territoire de créatures obscrures - vampires ou loup-garou. T'sens qu'elles seront prêtes à s' battre pour l'maitre elles aussi quand l'temps viendra. La guerre s'prépare et le Ministère n'fait que des coups pour rien. Ca sera sans doute pas long avant qu'il soit assez infiltré pour finalement s'tourner contre les impurs qu'il veut combattre. Les nés moldus les premiers - alors t'as pas trop d'inquiétude à avoir.

Lors du déjeuner, t'remarque cependant qu'il s'trouve un garçon qui t'lance quelques regards parfois. A la table d'Gryffondor, loin d'la cohue. Tu l'as déjà remarqué avant, et t'presque sûr de l'avoir vu à une réunion de mangemort ou deux. Peut être - faut dire que REg s'assure d'te garder loin d'ca autant qu'il peut. tout comme tu fais avec lui. T'sais que quand vous sombrerez dans l'chaos aucun d'vous sera capable d'toucher la surface de nouveau. T'vois que le gamin sort d'la pièce, suit l'moindre de ses mouvements en l'trouvant assez gracieux - vraiment - et sourit à la pensé. Reg est toujours pas descendu quand tu quittes ta table à ton tour, en ignorant l'regard amusé d'Rosier qui t'a pas lâché.
Tu quitte la Grande salle pour rejoindre la bibliothèque, où tu trouve rapidement Cassian Aquila et lui montre ton autorisation d'prêt dans la section réservée.
Cassian — « pourquoi c'besoin d'ouvrages particuliers ? »
Oswin — « un devoir d'runes couplé à quelques recherches pour la défense. Les cours que j'prends en avancé. » Il goute à peine l'excuse mais t'en a rien à ciré - pour dire vrai - t'prends juste quelques ouvrages assez sombres pour être cachés - mais pas assez pour être interdits - et t'lance à la recherche d'une table où y a pas trop d'monde.

C'est là que t'aperçoit d'nouveau le Gryffondor, qui s'est perché aussi dans un coin tranquille de la pièce, avec un ouvrage qu't'as pas vu dans l'coin. Jamais. Pourtant tu l'connais pour l'avoir dans la bibliothèque familiale d'puis de nombreuses années - en version allemande d'sorte que t'as pas idée qu'il se trouvait en Angleterre aussi. T'fixe l'ouvrage, puis le jeune homme qui s'trouve avoir l'type qui t'sied - ton type de gars aux regards ténébreux, la chevelure brune, et l'air d'savoir qu'il plait d'un regard. Ca t'surprend toujours d'te rendre compte qu't'es attiré par l'même genre de type. Même si ton coeur s'affole qu'pour un. La preuve sans doute qu't'es juste inverti et rien d'autre que ca. C'est qu'aucune fille t'a fait c'genre d'effet.
Oswin — « Grimoire de défiance : maléfices et malédictions obscures - la traduction anglaise est plutôt décevante j'dois dire. »  Qu'tu peux pas t'empêcher de commenter, avec d'tasseoir en face de l'inconnu, avec ta souplesse habituel - t'porte toujours une robe d'sorcier colorés, tes cheveux en pique d'même couleurs, et ton maquillage plus sobre qu'à l'habitude. Sombre, d'noir cerclant tes yeux pour les faire paraitre plus grand. « Assurément pas l'genre d'ouvrage qu'on rencontre dans la bibliothèque de Poudlard cela dit. Une lecture plus personnelle pour passer l'temps j'imagine ? »

_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Jeu 3 Aoû - 21:54

OsNaël
Des regards qui se perdent.
Ses yeux glissent sur les lignes comme un affamé, voulant en apprendre toujours plus comme si l'ouvrage allait lui être enlevé en une seconde. Mais il est seul et heureusement, car ce genre de bouquin est scrupuleusement interdit dans l'enceinte de cette école. Il le sait et pourtant il préfère oublier la règle, simplement car il ne peut pas réviser cela en dehors de Poudlard. Il ne rentre chez lui que demain et il sait que son père et sa sœur voudront le voir, passer du temps avec lui et qu'il n'aura pas une seconde à lui pendant des jours. Et puis Adriel lui a explicitement demandé de travailler et d'en apprendre encore plus afin qu'il puisse porter la marque rapidement, fièrement. Et Anaël n'est pas du genre à oublier les conseils qui sont donnés, surtout venant de son mentor. Ainsi il ne relève pas la tête lorsque ce même Asiatique passe devant lui et marque un temps d’arrêt en le regardant, il ne le voit pas, trop absorbé par les effets d'un sort. Lentement il répète le mouvement de baguette avec sa main, mais ans sa baguette cependant pour éviter que le sort ne porte. « Grimoire de défiance : maléfices et malédictions obscures - la traduction anglaise est plutôt décevante j'dois dire. » Il referme aussitôt le bouquin et relève la tête pour tomber sur l'Asiatique et lui offrir un regard noir, pendant un instant. Deuxième fois qu'il se fait déranger en 24 heures, cela commence à vraiment lui taper sur le système. Il serre les dents avant qu'une lueur se fasse dans son esprit. « Tu connais ? » Qu'il dit en fronçant les sourcils. Si il connaît ce genre de livre, il doit lui même pratiquer un genre de magie interdit. Ce livre est uniquement basé sur la magie noire, aucun sorcier pratiquant la magie blanche ne peut en avoir entendu parler. Doucement il ouvre son bouquin sur sa page qu'il lisait tantôt avant de hocher la tête.

« Je connais assez bien la traduction française aussi, mais je trouve l'anglaise bien plus développée. » Dit-il en regardant l'autre garçon. Il l'a déjà vu lors des réunions de mangemort, assez rarement tout de même car il ne semble pas vraiment assidu. Mais il l'a remarqué, assez pour taper dans l’œil du sang pur. Ce qui est étonnant, on ne peut pas dire que Anaël s'occupe des autres. Il prend place en face du jeune homme qui en profite pour le détailler, dans sa tenue colorée et excentrique mais aussi son maquillage original. « Assurément pas l'genre d'ouvrage qu'on rencontre dans la bibliothèque de Poudlard cela dit. Une lecture plus personnelle pour passer l'temps j'imagine ? » « Et honorer le cadeau d'un père fier de son fils. » Dit-il avec un sourire avant de poser sur la page un marque page, afin de continuer sa lecture après. « Nous n'avons pas été présenté je crois bien... Anaël Grimaldy et toi ? Comment t'appelles-tu ? » Dit-il en cherchant dans son esprit avec qui il l'a également vu. Puis le souvenir lui revient. « Le meilleur ami de Regulus... Je savais que je t'avais vu quelque part. Ton dévouement envers lui est exemplaire, il fait des envieux. » Termine Anaël avant d'ouvrir son baluchon, de prendre une viennoiserie et d'en proposer une à Oswin, poliment.

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Dim 6 Aoû - 19:20

T'pensais pas trouver une âme si sombre dans la bibliothèque de Poudlard. T'es pas stupide au point d'penser être le seul lecteur assidue d'ouvrages noirs, mais t'as jamais été tenté d'les lire à la vue et su de tous. Ou en tout cas en prenant l'risque que le si flegmatique bibliothécaire te croise, ou un quelconque étudiants en mal de justice - ou de tentation à l'héroïsme. Alors t'préfère lire ce genre de chose dans le dortoir, sur ton lit, ou lové contre le corps endormi de Regulus. C'pas si rare que ce genre de chose arrive - t'aime lire, tu l'cache pas. T'as toujours un livre sous la main ou sur ta table de chevet, et y a tout qui passe, du livre de cours aux contes pour enfants. Tu t'lasse jamais d'en découvrir plus, d'tout savoir sur l'monde qui t'entoure. Et quand tu rencontre quelqu'un qui a la même soif d'apprendre t'as juste l'besoin de mener la conversation et d'faire ami-ami.
Anaël - « Tu connais ? » T'opines, t'assois près du bellâtre - qu'tu devines plus jeune qu'toi par ses traits encore puérils et enfantins, et t'souris en assurant qu'la traduction laisse à désirer.
Anaël - « Je connais assez bien la traduction française aussi, mais je trouve l'anglaise bien plus développée. »
Oswin - « Y a pas d'meilleure que l'allemande originelle pour le coup. » qu't'assure avec une nonchalance et une confiance en toi qu'tu montres assez souvent - surtout quand il s'agit d'ouvrage. Tu souris cependant au gamin, t'demandant comment il en vient à lire c'genre de chose un jour d'week-end. Alors qu'il pourrait s'trouver autre chose à faire - comme tous les autres qui rattrapent leurs devoirs, ou sont encore dans leurs lits au chaud. Il sent l'regard du jeune homme sur lui sans s'en offusquer - étrangement il est pas rare qu'Oswin passe inaperçut, même avec ses tenues excentriques et son maquillage qui n'est pas des plus réussis aujourd'hui. Mais il avait pas la tête à s'faire beau, juste l'désire d'voir l'extérieur pour souffler un peu.

Et rencontrer donc un jeune homme qui s'trouve à lire un livre d'magie noire.
Anaël - « Et honorer le cadeau d'un père fier de son fils. » Il cache pas sa surprise à l'annonce - s'dit que peut être le jeune homme s'trouve être dans son camp pour avoir un père qui l'encourage à lire c'genre de chose. Il voit alors qu'il s'agit d'un gryffondor au blason laissé sur la poitrine d'sa robe de sorcier sur la chaise, et il sourit. Il sait - c'évident - qu'tous les rouges et ors s'jouent pas justiciers. Et qu'd'autre ont le sens de l'honneur tout d'même.
Oswin - « Un père qui a des gouts très sûrs en matière d'lecture. » Qu'tu complimente avec un hochement de tête, avant qu'l'autre termine de te relooké pour finalement s'arrêter sur ton regard.
Anaël - « Nous n'avons pas été présenté je crois bien... Anaël Grimaldy et toi ? Comment t'appelles-tu ? »
Oswin - « Oswin Feuerbach. » réponds-tu avec plus d'modestie que tu l'fais d'habitude, pas d'grandes éloquences, et juste l'souvenir de ce nom qui tourne dans ton esprit. Grimaldy - c'pas le genre de nom qui s'trouve très souvent en Angleterre, et t'sais que t'as lu un truc sur le sujet dans un ouvrage d'histoire d'la magie y a pas si longtemps qu'ca.
Anaël - « Le meilleur ami de Regulus... Je savais que je t'avais vu quelque part. Ton dévouement envers lui est exemplaire, il fait des envieux. » T'surpris de l'entendre parler d'la sorte, et flâtté aussi - t'pensais pas que ton amitié pour Regulus avait été remarqué d'la sorte, et t'es fier d'savoir que ton allégeance s'voit comme le nez au milieu d'la figure. A défaut d'montrer tout ce que tu ressens pour l'Black. T'accepte une viennoiserie d'Anael avant d'répondre.
Oswin - « J'ignorais qu'mon amitié était enviée - pas qu'ca m'étonne à une époque d'grandes suspicions envers tout l'monde. Savoir qu'on peut avoir une confiance aveugle en quelqu'un c'un cadeau précieux j'imagine. » qu'tu dis avec un sourire en coin, sachant qu'toi tu ferais jamais rien pour que Regulus soit mal. Bien au contraire. « C'vrai que j'suis Regulus comme son ombre. C'moi en effet - l'meilleur ami du Black. » termine-tu, amusé d'être désigné d'la sorte.
Oswin - « Quant à Grimaldy, j'suis presque sûr d'connaitre le nom sans réussir à l'replacer. Z'êtes pas d'Angleterre j'me trompe. Vu ton accent j'dirais pas d'France non plus. Alors Amérique ? Québec ? »

_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Sam 19 Aoû - 17:16

OsNaël
Des regards qui se perdent.
« Y a pas d'meilleure que l'allemande originelle pour le coup. » Il sait pas, il parle pas l'allemand de toute façon. C'est une langue qui ne l'attire pas et déjà que son père lui a fait travailler l'Espagnol et le Russe dans un espoir fou de l'envoyer à Durmstrang, il va pas se pencher sur la langue de Goethe simplement car il n'a pas le temps. Et l'envie, réellement. « J'parle pas Allemand mais si tu le dis, je veux bien te croire. » Qu'il dit dans un sourire avant de ranger son ouvrage et de prendre son petit déjeuner, en piquant un morceau de viennoiserie qu'on appelle croissant et qui vient de France. C'est ça l'avantage à Poudlard, l’impression que la nourriture Européenne est réunie autours d'une seule et même table. « Un père qui a des gouts très sûrs en matière d'lecture. » Qu'il lui dit l'Asiatique alors que son torse se gonfle de fierté en entendant cela. C'est qu'il aime son père Anaël, vraiment beaucoup et qu'en entendre parler de cela avec une sorte de compliment, ça satisfait son orgueil de fils dévoué et aimant. C'est qu'il est un grand homme son père et que ça lui plait de trouver des gens qui le savent, d'un coup d’œil sur un bouquin. Il l'admire en quelque sorte, et il le sait son père, le rendant bien à son fils avec des conseils et des gestes qui font plaisir à son fils. Héritier, le seul à porter son nom. Faut dire qu'il a pas eut la chance d'enfanter un autre garçon et malheureusement d'ailleurs, car avec la guerre il faudrait toujours prévoir un autre couillu pour perpétuer le nom. Il se présente et demande le nom du jeune homme qui lui répond sans fierté. Oswin Feuerbach, cela ne lui dit rien et il mentirait que de dire qu'il a déjà entendu le nom Feuerbach quelque part.

« J'ignorais qu'mon amitié était enviée - pas qu'ca m'étonne à une époque d'grandes suspicions envers tout l'monde. Savoir qu'on peut avoir une confiance aveugle en quelqu'un c'un cadeau précieux j'imagine. » « Disons qu'il avait besoin d'une épaule pour se reposer de toutes ses obligations et que tu as été cette épaule j'imagine. C'est admirable à l'heure où les héritiers sont trop souvent laissé seul. » Qu'il dit avant de prendre sa bouteille de jus d'orange, deux verres et d'en servir un à Oswin, nouvel allié dans cette école alors qu'il s'accorde peu souvent le temps de parler aux autres. C'est un sauvage Anaël, il parle peu et souvent il parle pas si c'est pour dire des bêtises. Son père dit toujours qu'un homme intelligent sait se servir de sa langue, c'est justement à cause de ça qu'on voit de loin les idiots. Comme il a raison. « C'vrai que j'suis Regulus comme son ombre. C'moi en effet - l'meilleur ami du Black. » « Le Black... Très très grande famille. » Qu'il dit bien plus pour lui même que pour Oswin. Les Black il en a entendu parler, tout autant que la trahison du fils aîné rebelle. Cela a attristé son père qui s'entend très bien avec Orion Black, partageant sa colère et sa peine alors qu'un enfant se détourne de vous alors que vous l'avez élevé. « Quant à Grimaldy, j'suis presque sûr d'connaitre le nom sans réussir à l'replacer. Z'êtes pas d'Angleterre j'me trompe. Vu ton accent j'dirais pas d'France non plus. Alors Amérique ? Québec ? » « Québec. Montréal pour être précis. C'est rare qu'on entende mon accent, tu dois avoir l'ouïe fine... » Qu'il dit avec un geste de la tête, souriant de plus belle. Il a déménagé en Angleterre lorsqu'il était encore enfant, il parle peu souvent avec son accent et il est rare qu'on réalise que ce n'est pas cette terre qui l'a vue naître. « Grimaldy, nom de famille d'une des sorcières brûlée vive à Salem. Inconnu ici, renommé chez moi. » Car c'est le Québec sa terre et qu'un jour, il le jure, il retournera chez lui. « Tu dois avoir quelque chose de spécial pour être si proche du Black. C'est qu'il ne se laisse pas facilement aborder. Alors Oswin, qui es-tu ? »

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Jeu 24 Aoû - 22:30

C'est pas rare que tu te retrouves à faire connaissances de nouvelles personnes - t'as toujours été un être curieux, qui cachaient pas sa fascination pour tout ce qui peut être à découvrir. Tout ce qui est nouveau. Tout ce qui te sors de l'ennui ou de la monotonie - t'es toujours à la recherche de nouveaux centres d'intérêts ou d'interlocuteurs qui t'font naitre quelque chose dans le ventre d'une passion que tu voudrais jamais voir se tarir. L'excitation pour la découverte, l'impression d'apprendre quelque chose que tu savais pas, et cette fierté que tu ressens quand tu t'rends compte que c'est le cas - t'apprends. T'es quelqu'un de studieux, qui savoure chaque moment que tu peux passer en cours, mais tu as depuis longtemps appris que ce sont les autres autour qui t'apprennent plus que tu peux l'croire au départ. Les autres étudiants, qui ont de quoi raconter en anecdotes et expériences qui t'illustrent la nature humaine de manière diverses et variés. T'aime ca, tu peux pas t'en lasser.
Alors dés que tu vois l'occasion d'entamer une nouvelle conversation tu fais pas preuve de timidité - pas que tu en ai de toute façon. T'es du genre à dire juste ce que tu penses sans chercher à t'faire accepter ou pas. T'es juste toi - et si ca dérange les autres tu passes ton chemin sans rien de plus. Mais Anaël Grimaldy semble être le genre de personne que t'apprécie - d'autant qu'il sait amener sur la table un sujet sur lequel tu peux pas tarir : Regulus Black.
Anael — « Disons qu'il avait besoin d'une épaule pour se reposer de toutes ses obligations et que tu as été cette épaule j'imagine. C'est admirable à l'heure où les héritiers sont trop souvent laissé seul. » T'arques un sourcil parce que tu sais pas trop si ce qu'il dit se voit tant que cela. Sans doute - tu fais preuve d'une loyauté qui se terni pas même avec les années quand il s'agit de Regulus. Y a rien que tu ferais pas pour lui, rien que tu pourrais lui refuser. Il peut faire ce qu'il veut de toi, te piétiner ou t'arracher coeur et raison tu le laisserais faire. C'est sans doute extrême - en vrai - mais tu sais pas être autrement avec lui.
Oswin — « Il porte la couronne seul, je suis là simplement pour qu'il garde l'équilibre. Cette idée que les héritiers doivent rester au sommet par eux-mêmes est stupide. Un roi ne reste sur le trône que s'il est entouré de Ministres et conseillers loyaux - qui ont appris à l'aimer en tant que roi. Un roi seul se fera renverser sans avoir le temps de toucher à sa couronne. » Que tu dis, bien que tu sois pas sûr que ca fasse de sens pour l'autre en face. Qu'importe - tu admets juste finalement que c'est bien toi le meilleur ami du Black. Et bien plus que cela encore, mais ca tu l'garde pour toi.
Anael — « Le Black... Très très grande famille. » T'opines - tu peux pas dire le contraire bien que tu saches que les Black c'est plus ce que c'était. Que le départ de Sirius les a trop ébranlé et que si jamais il se sait qu'Averill est mourante ils seront une fois encore déséquilibrés - au risque de s'effondrer comme un château de cartes. Cela dit tu sais qu'Orion est un manipulateur de génis. T'as juste hâte d'le voir à l'oeuvre.

A la place des Black, cela dit, tu enchaines en demandant d'où vient ton interlocuteur. T'as bien remarqué qu'il était pas du coin parce que t'as pas souvenir qu'il y ait ce genre d'accent à Pré-au-Lard. Alors d'où il vient ?
Anael — « Québec. Montréal pour être précis. C'est rare qu'on entende mon accent, tu dois avoir l'ouïe fine... » Tu souris - Montréal c'est une ville que t'as jamais eut à l'idée d'aller visiter, peut être parce que ca te semble être juste un autre monde. Que le tiens c'est la vieille Europe, l'Asie parfois, mais jamais du côté de l'amérique où tu regardes même pas.
Oswin — « Peut être que j'ai l'oreille parce que je suis aussi étranger ? Tu accentue à des endroits étranges parfois, c'est tout, mais c'est infime. »  T'explique avec un sourire presque pour le rassurer. « Montréal, c'pas la porte à côté. Pourquoi être venu jusqu'ici ? »  C'est indiscret - tu t'en rends compte rapidement. Mais tu peux pas l'empêcher, et tu sors la question en te disant qu'il sera juste pas obligé d'y répondre. Tu vas pas insister sur cette question-là.
Anael — « Grimaldy, nom de famille d'une des sorcières brûlée vive à Salem. Inconnu ici, renommé chez moi. » Salem - t'as lu pas mal de choses à se sujet, tu ignorais cependant que le nom Grimaldy avait été associé à cela.
Oswin — « Une famille qui a d'quoi écrire l'histoire alors. Impressionnant. » Tu dis avec toujours l'sourire avenant aux lèvres, et l'envie d'rire un peu de ton interlocuteur. Bien qu'en vrai tu saurais pas te moqueur de lui - bien au contraire. Qu'il soit d'un nom si illustre ca doit vouloir dire qu'sa famille l'est tout autant. Et tu connais pas les sorcières de Salem plus que ca pour juger.
Anael — « Tu dois avoir quelque chose de spécial pour être si proche du Black. C'est qu'il ne se laisse pas facilement aborder. Alors Oswin, qui es-tu ? » Tu souris en coin en te demandant si c'est si exceptionnel que cela d'être proche de Regulus. Pas qu'il soit du genre à être sauvage, mais c'est vrai qu'il s'ouvre pas pour n'importe qui. Il s'est ouvert que pour toi - dans ton imagination. Et ca te convient parfaitement.
Oswin — « Rien de plus qu'un étudiant qui veut se faire sa place. J'ai eut la chance d'être dans la même année et la même maison que Regulus, alors nous nous sommes entendus rapidement. Je vois pas quel mérite je peux avoir pour cela. C'est pas le type le plus frigide du monde, et il a des qualités qui se montrent quand on apprend à le connaitre. »  Dis-tu avec un sourire en coin, presque rêveur quand il s'agit de parler de Regulus. « D'autant qu'en plus d'être sang mêlé, je suis étranger, alors se faire une place c'est pas la chose la plus aisée. Mais si tu tiens à me découvrir, j'suis pas contre répondre à quelqu'unes de tes questions. S'tu m'autorise à te demander d'autres titres d'ouvrages si t'as l'habitude d'en lire. »

_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Lun 28 Aoû - 0:50

OsNaël
Des regards qui se perdent.
C'est qu'il est plutôt solitaire Anaël, qu'il n'engage pas facilement la discussion avec ceux qu'il ne connaît pas. Une fois qu'il a été présenté c'est bon, le courant passe et il se laisse aller aux paroles en tout genre mais avant cela, il ne reste pas longtemps avec quelqu'un si l'autre n'engage pas la conversation en premier. C'est une sorte de timidité mais aussi d'habitude, car Anaël n'a jamais été habitué à se retrouver avec des inconnus. Sa sœur est exclusive avec lui tout autant qu'il l'est avec elle donc leur enfance a été uniquement tournée vers l'autre, sans qu'ils n'échangent énormément avec leur camarade à l'école ou bien simplement les autres enfants du quartier. Et puis Anaël a été élevé comme un sang pur, un fier héritier et il ne pouvait pas passer ses journées à jouer sur le trottoir. Même si son père a accepté pendant longtemps qu'il côtoie des moldus. En temps normal il étudiait le matin et jouait l'après midi et surtout pas l'inverse, car le cerveau est bien plus réactif le matin avant la pause de midi. Alors il ne fallait pas perdre de temps pour éduquer l'enfant, surtout que son père l'éduquait seul après son divorce. Seul comme les héritiers des grandes familles, qui sont souvent entourés de vipères qui n'aident en rien en leur destinée. « Il porte la couronne seul, je suis là simplement pour qu'il garde l'équilibre. Cette idée que les héritiers doivent rester au sommet par eux-mêmes est stupide. Un roi ne reste sur le trône que s'il est entouré de Ministres et conseillers loyaux - qui ont appris à l'aimer en tant que roi. Un roi seul se fera renverser sans avoir le temps de toucher à sa couronne. » « Nous avons l'exemple avec plusieurs monarques moldus qui sont tombés après avoir approché la couronne. » Dit-il avec un sourire ravi. De celui qui a trouvé un complice, un copain, quelqu'un avec qui discuter et échanger, quelqu'un qui est à son niveau et qui semble en savoir énormément. L'Asiatique lui demande pourquoi il est venu jusqu'ici, suite à son accent légèrement prononcé. Anaël réfléchit un instant sur la question qui est un peu indiscrète, sans être réellement intrusive. Il a le choix de répondre ou pas, il décide de le faire. « Mes parents ont divorcés, mon père est venu ici pour que je puisse bénéficier de cette excellente école. » Et surtout e l'influence des mangemorts sur cette terre, car son père est un fervent opposant aux moldus et qu'il embrasse la cause sans une once d'hésitation, tout comme le fils.

« Une famille qui a d'quoi écrire l'histoire alors. Impressionnant. » C'est qu'il sait flatter l'étranger aussi, tout autant que lui même. Il aime ça Anaël, il penche la tête en avant comme pour le remercier. « Rien de plus qu'un étudiant qui veut se faire sa place. J'ai eut la chance d'être dans la même année et la même maison que Regulus, alors nous nous sommes entendus rapidement. Je vois pas quel mérite je peux avoir pour cela. C'est pas le type le plus frigide du monde, et il a des qualités qui se montrent quand on apprend à le connaitre. » Nul doute qu'il a raison mais Anaël n'a jamais pris le temps de lui parler. Et puis Regulus, même si Oswin dit le contraire, est quelqu'un de froid au premier abord. Distant aussi, un héritier sang pur dans toute sa prestance en somme. « D'autant qu'en plus d'être sang mêlé, je suis étranger, alors se faire une place c'est pas la chose la plus aisée. Mais si tu tiens à me découvrir, j'suis pas contre répondre à quelqu'unes de tes questions. S'tu m'autorise à te demander d'autres titres d'ouvrages si t'as l'habitude d'en lire. » Il sourit doucement et attrape son sac pour en sortir quelques bouquins de poche qui renferment des titres aussi sombre que le livre qu'il tient entre ses mains. « Malédiction et magie noire, le mal et ses effets et bien-sûr le très connu livre des Black, basé sur la vieille magie antique. Tu dois connaître j'imagine ? » Dit-il avec un petit sourire, presque complice. « Enfant j'en lisais énormément mais j'ai oublié les titres. Je devrais pouvoir retrouver ça aux prochaines vacances. Et toi ? Tu es un grand lecteur alors ? C'est rare de trouver la bibliothèque occupée alors qu'il n'est pas encore midi. »

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Sam 2 Sep - 23:56

T’as toujours été fasciné par l’histoire des familles de sang purs, et quand t’étais gamin tu passais des heures dans la bibliothèque de ton père à étudier les arbres généalogique des grandes familles que t’espérais pouvoir rencontrer un jour. T’en rêvais – tu le cache pas – d’être un jour en présence des Rosier, des Black ou des Gaunt. Ces histoires dont l’nom ont marqué l’histoire de la magie, et que tu rencontrais à chaque fois que tu posais ton regard sur un nouvel ouvrage. T’es aussi un amateur de romans et de contes – pour le plaisir de te voir l’esprit s’aléger de tout ce que tu engloutis ailleurs d’informations pour te faire une place dans cette société. T’es sûr d’être un simple papillon d’nuit, en présence des étoiles brillantes. Et Regulus dans ton monde c’est la plus brillante de toute – alors tu t’vois pas servir quelqu’un d’autre, même si tu manque pas d’intérêt pour les autres héritiers que tu rencontres. Ton allégeance et ta vie tu les as placé entre les mains de l’héritier maudit des Black et t’entends bien le servir du mieux que tu le peux, pour qu’il touche le sommet auquel il a l’droit. Et t’es persuadé que seul y a pas monarque qui tienne la route. T’es sûre que si t’enlève à Dumbledore ceux qui le soutiennent, il tombera aussi sûrement qu’un jeu de carte sous l’vent. Que si y avait pas les mangemorts, même tout puissant Voldemort pourrait pas faire face à ceux qui se sont jurés d’le voir détruit. T’es sûr qu’un homme seul peut pas s’tenir face à la foule.
Anaël — « Nous avons l'exemple avec plusieurs monarques moldus qui sont tombés après avoir approché la couronne. » T’arque un sourcil, surpris du rapprochement – bien que réel. T’as jamais nié l’histoire moldu, y trouvant plutôt des choses intéressantes, surtout qui prouve que sorcier ou non, la nature humaine reste la même. Et que les hommes sont tous assoiffés d’violence, de pouvoir et de sexe – sans doute. Que ce soit pour plus de richesse ou pour des femmes, y a toujours une excuse pour une homme de chercher à se battre. Et plus l’excuse est stupide, plus il se battra avec force. T’es persuadé de cela depuis toujours.
Oswin — « Un sang pur qui s’intéresse à l’histoire moldue. Voilà qui est intéressant… » Que tu lâche avec un sourire ravi, sentant que ton intérêt ne fait qu’augmenter à mesure que vous vous mettez à discuter tous les deux. Il y a un truc chez ce garçon que tu trouver fortement agréable.

Et quand tu demandes c’que fait un sang pur québécois en Angleterre, tu réagis qu’trop tard à ton manque de discrétion. Il a pas de raison de te répondre, et pourtant – te surprenant encore – il se retient pas de le faire, et tu reste silencieux à s’expliquer.
Anaël — « Mes parents ont divorcés, mon père est venu ici pour que je puisse bénéficier de cette excellente école. » Un divorce – t’peux pas t’empêcher d’être de plus en plus intrigué par c’qu’il te raconte. C’est encore plus rare d’entendre ce genre de chose dans les familles de sorcier. Le divorce chez les moldus c’est devenu une presque-habitude. Mais chez les sorciers – t’as pas souvenir d’en avoir entendu parler un jour. De deux sorciers qui s’mettent à se séparer. Encore moins avec des enfants au milieu.
Oswin — « Loin de moi l’envie d’être indiscret, alors je poserai ps plus de questions à ce sujet, je suis navré » Dis-tu malgré tout parce que tu peux juste assumé avoir outre-passé tes droits en demandant cela. C’pas ton rôle de t’intéresser ainsi à la vie privée des autres et encore moins à c’qu’il ont d’plus personnel.

Alors tu préfères t’intéresser plutôt aux ouvrages qu’il lit – à la magie noire qui semble l’intéresser et qui te laisse pas indifférent tu l’admets. C’est que pour t’battre auprès de Regulus tu sais que tu devras pourfendre ton âme, alors autant n’pas jouer l’innocent, et demander plutôt à Anaël s’il y a des choses que tu peux apprendre de lui.
Anaël — « Malédiction et magie noire, le mal et ses effets et bien-sûr le très connu livre des Black, basé sur la vieille magie antique. Tu dois connaître j'imagine ? » T’opines – tu peux pas être ami avec Regulus et pas lui avoir demandé de jouir de sa bibliothèque familiale.
Oswin — « Ils en sont encore assez fiers pour m’avoir permis de le lire y a quelques années en effet. J’dois dire qu’ils ont une sacré collection, mais parfois j’ai le sentiment d’avoir pas vu tout ce que j’avais à découvrir. » Qu’tu dis avec honnêteté. Qu’tu te lasse jamais de découvrir de nouveaux ouvrages, et tu note celui qu’il te donne dans un coin de ton esprit. Tu entends bien trouver le moyen de pouvoir le trouver rapidement pour jouir de cette nouvelle lecture. Il a un sourire complice – Anaël – quand il te parle, et tu t’retrouve à le lui rendre presque naturellement. C’qui a rien de naturel chez toi, d’être ainsi avec un parfait étranger.
Anaël — « Enfant j'en lisais énormément mais j'ai oublié les titres. Je devrais pouvoir retrouver ça aux prochaines vacances. Et toi ? Tu es un grand lecteur alors ? C'est rare de trouver la bibliothèque occupée alors qu'il n'est pas encore midi. » Une fois encore ton sourire s’agrandit alors qu’tu regarde autour de vous pour voir qu’en effet il se trouve juste trois étudiantes qui dorment à moitié sur des parchemins qu’elles doivent surement rédigées avant d’partir en vacances.
Oswin — « Un grand lecteur je l’ignore, mais je passe rarement longtemps sans un livre en main c’est sûr. Sur tous les sujets, du reste, que ce soit sorcier ou moldu. D’histoire, ou de romans. Mon père m’a toujours appris que le savoir était le plus grand des pouvoirs alors j’ai décidé il y a longtemps d’être un érudit. » Qu’tu dis sans cacher sa fierté quand tu parle de ton propre père. C’que tu sais qu’il met pas mal d’espoir sur tes épaules, mais t’as accepté la charge y a longtemps, alors tu t’mets pas de pression plus que cela. T’es même fier d’être l’héritier des Feuerbach. « Cela dit je viens pas souvent ici pour lire, en général je trouve mes ouvrages ailleurs. Mais tout le monde dormait dans le dortoir, et j’avais pas d’envie d’y rester – étrangement. » Qu’tu dis encore une fois sans cacher ta franchise en lui parlant. C’pas ton genre de parler de banalité, mais à croire qu’Anaël te met assez à l’aise pour cela.
Oswin — « Ce qui a été plutôt une bonne chose, sinon je serais pas tombé sur toi. Anaël Grimaldy – j’suis presque surpris que ca soit pas arrivé avant. Un visage comme l’tiens ca semble pas s’oublier, mais j’assume que t’es plutôt du genre à être discret non ? »




_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Mer 6 Sep - 2:07

OsNaël
Des regards qui se perdent.
« Un sang pur qui s’intéresse à l’histoire moldue. Voilà qui est intéressant… » C'est un sourire faussement mystérieux qui accueille l'annonce d'Oswin. Il s'adosse dans sa chaise et pendant un instant se demande si il peut vraiment lâcher la phrase qui lui brûle les lèvres. De toute façon il ne risque rien, ce jeune homme a tout autant que lui porté le masque et la cape noire, signe que si ils ne sont pas aussi extrêmes l'un que l'autre dans leurs idées, elles se rapprochent assez pour que la cause leur donne envie de l'embrasser. « Ce n'est pas parce que leur monde regorge d'idiots, qu'il est forcément sans intérêt. » Dit-il alors qu'enfant son père lui disait souvent que pour connaître un ennemi il faut tout savoir sur lui, ses habitudes, son monde, ses pensées, ses joies et ses peines. Qu'on ne peut pas se vanter de pouvoir détruire quelqu'un si on ne sait rien de lui/elle, car il faut tout savoir sur quelqu'un pour pouvoir entièrement le détester au plus profond de notre âme. Et Anaël a été assez souvent prés du monde moldu pour savoir que si ils ne méritent pas tous la mort et la torture, beaucoup n'hésiteraient pas à hurler à la sorcellerie auprès des sorciers et à envoyer tout le monde dans les flammes. C'est qu'ils réagissent très mal dés qu'ils ont peur de quelque chose et qu'ils ne peuvent pas expliquer un phénomène. C'est pour cela qu'ils se cachent comme des animaux les sorciers, alors que pourtant si seulement ils s'en donnaient la peine, ça ferait bien longtemps qu'ils domineraient le monde. « Loin de moi l’envie d’être indiscret, alors je poserai pas plus de questions à ce sujet, je suis navré » Il reste surpris pendant un instant devant la soumission du jeune homme et un sourire rassurant naît sur la bouche du plus jeune. « Aucun problème. Il n'y a pas de honte à poser des questions, cela veut dire que l'on suscite l'intérêt et c'est toujours appréciable. » Qu'il dit sans pour autant être vexé. « Et je me doute toi aussi que tu n'es pas totalement Anglais... J'entends dans ta voix un petit accent un peu sec... Pays du nord ? Et concernant tes origines laisse moi deviner... » Il se passe la main dans les cheveux en perdant son regard dans celui de l'autre homme. « Chinois serait trop simple et puis tu n'as pas du tout le visage dur des Chinois, des Thaïlandais ni même des Cambodgiens... Alors je dirais Coréen ou bien Japonais, non ? » Demande Anaël avec intérêt en espérant ne pas s'être trompé dans sa description.

L'autre jeune homme se laisser aller en parlant de la bibliothèque des Black et Anaël n'a pas de mal avant d'imaginer un immense meuble plein de bouquins en tout genre. « Ils en sont encore assez fiers pour m’avoir permis de le lire y a quelques années en effet. J’dois dire qu’ils ont une sacré collection, mais parfois j’ai le sentiment d’avoir pas vu tout ce que j’avais à découvrir. » « Comme toutes les vieilles familles. On a tellement à dire que l'on oublie nous même. » Répond Anaël avant d'écouter le jeune homme parler de son père et du pouvoir que le savoir apporte. Il est vrai que les érudits sont au sommet de tout, que ce sont ceux qui ont le plus de pouvoir et que jamais cela ne changera, car la connaissance est la clef de toute chose. Que c'est bien triste, alors que nous avons un cerveau en bon état, de l'avoir sans l'utiliser. Ne pas vivre petit, chercher à s'élever toujours un peu plus même si l'on est déjà au sommet. Aucune couronne n'est éternelle et la chute est toujours possible même pour les meilleurs. « Cela dit je viens pas souvent ici pour lire, en général je trouve mes ouvrages ailleurs. Mais tout le monde dormait dans le dortoir, et j’avais pas d’envie d’y rester – étrangement. Ce qui a été plutôt une bonne chose, sinon je serais pas tombé sur toi. Anaël Grimaldy – j’suis presque surpris que ca soit pas arrivé avant. Un visage comme l’tiens ca semble pas s’oublier, mais j’assume que t’es plutôt du genre à être discret non ? » Il hoche la tête, amusé d'être aussi facilement démasqué alors qu'il est plutôt discret en effet, qu'il passe souvent pour l'élève qu'on oublie. « Je n'aime pas me mettre dans la lumière. Pas comme on l'entend du moins. Le faste, les paillettes, cela convient bien à Evan Rosier ou à tout ceux qui sont nés pour être adulés. Mon père me disait que ceux qui ont le plus de pouvoir sont ceux qui savent rester discret. Je crois que cet adage m'est resté, car je préfère tisser ma toile dans l'ombre. Tu es un peu pareil non ? Nous te connaissons comme l'ami de Regulus mais au final, personne ne sait qui tu es vraiment. » Dit-il avec un sourire complice. « Et puis je suis un étranger dans ce pays, je dois encore attendre avant de faire connaître mon nom. Le bon moment arrive, mais ce n'est pas pour l'instant. »

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Mer 6 Sep - 23:47

C'est rare que tu trouve un sang pur - ou même un sorcier qui soit pas né moldu - pour parler d'ces derniers. C'est que souvent les sorciers se sont enfermés dans leur monde sans se soucier de ceux qui vivaient de l'autre côté des sortilèges de protection pour garder secret cette existence magique. Qu'ils se soucient pas de ce que font, disent, ou vivent les moldus - comme s'ils n'étaient pas sur la même planète ou qu'ils n'étaient vraiment pas digne d'intérêt. Pas même de curiosité sur ce qui fait leur histoire, à ceux qui sont désignés de plus en plus souvent comme des ennemis.
Anaël - « Ce n'est pas parce que leur monde regorge d'idiots, qu'il est forcément sans intérêt.  » T'reste un moment perplexe, avant de lâcher un rire conquis. C'est que le sorcier sait exactement quoi dire pour t'charmer, et qu'il manque pas de belles remarques pour montrer qu'il est loin d'être idiot. C'est tout ce qu'il te faut pour chercher à faire la conversation plus avant. D'autant s'il a autant de centre d'intérêt que toi. Ca t'rend extatique, et tu sens déjà que ton humeur morose s'évapore pour t'faire sourire plus facilement à ce nouvel allier.
Oswin - « On peut pas prétendre non plus qu'le notre en soit dénué - d'idiots. » Qu'tu ajoute comme pour assoir son argument. Que si un monde devait se faire ignorer à cause d'idiots admis - alors le monde sorcier devrait pas avoir autant d'beaux soutiens. A vrai dire, c'pas rare que tu te demande comment certains de tes camarades se sont retrouvés à avoir réussi leur BUSES et à prétendre pourquoi se forger un bel avenir dans le Ministère ou ce genre de chose. L'idiotie est sans doute plus dangereuse que l'impureté du sang - sauf que personne cherche à la mettre au placard.

Et l'idiotie est l'ennemi de la curiosité - dont tu fais un peu trop preuve devant ton nouvel ami - t'excusant de ce fait bien justement.
Anaël - « Aucun problème. Il n'y a pas de honte à poser des questions, cela veut dire que l'on suscite l'intérêt et c'est toujours appréciable.  »
Oswin - « Loin de moi l'idée d'entraver sur ton intimité cela dit. » T'assure en le remerciant de pas te tenir rigueur de ton comportement. C'que c'est rare que tu fasse de nouvelles rencontres si agréables ces derniers temps. Surtout avec tout le monde qui se méfie de tout le monde depuis la nuit pourpre. C'est rare d'oser venir parler à quelqu'un qu'on a jamais vu sous prétexte de l'ennui.
Anaël - « Et je me doute toi aussi que tu n'es pas totalement Anglais... J'entends dans ta voix un petit accent un peu sec... Pays du nord ? Et concernant tes origines laisse moi deviner...  » T'arque un sourcil, surpris qu'ton faciesse l'ait pas mis sur la voix puisqu'il prétend que c'est ton accent qui le fait réagir. Pourtant tu sais que t'as pas l'type absolument occidental - t'es les yeux bridés, même légèrement, un trait qui fait aussi reconnaitre à beaucoup ta petite soeur qui a le même regard que toi. Maemi a plus du côté d'ton père cependant, alors l'asiatique génétique se devine moins chez elle.
Anaël - « Chinois serait trop simple et puis tu n'as pas du tout le visage dur des Chinois, des Thaïlandais ni même des Cambodgiens... Alors je dirais Coréen ou bien Japonais, non ?  » T'opine avec un sourire rayonnant.
Oswin - « Ma mère est japonaise. Je m'étonne cela dit que tu le reconnaisse à mon accent plutôt à qu'à mes yeux. Et qu'tu reconnaisse le japonais du reste. C'est pas souvent que je vois quelqu'un aussi sensible à ces détails. » Qu'tu dis presque en ronronnant de plaisir de voir quelqu'un qui vient pas te traiter de chinois parce qu'ils savent pas se faire à l'idée que de l'autre côté du soleil levant se trouve plus d'un pays. Une chose que tu prends souvent à coeur, parce que même si t'as pas toujours été fier du sang de ta mère, ses origines t'ont toujours assurément plu. Et tu t'lasse jamais d'en apprendre plus sur tes deux pays d'origine, bien que plus souvent tu te sois retrouvé en Allemagne.

Anaël - « Comme toutes les vieilles familles. On a tellement à dire que l'on oublie nous même.  » Tu peux l'nier - c'souvent une chose qui arrive, surtout avec des familles qui se sont établies depuis des siècles.
Oswin - « Du coup ca donne le gout de la redécouverte. » Dis-tu avec un sourire qui en dit long sur ton gout à toi pour ce genre de chose - c'pas que tu le partage avec beaucoup, cette curiosité intellectuel. Qu'même si Regulus adore t'écouter parler de ce que tu sais durant des heures, tu sais qu'il a pas le temps pour se perdre dans l'histoire de sa famille. En vrai, si t'amasse autant d'choses c'est aussi poru l'aider lui. Pour pouvoir au mieux le conseiller et être là pour le protéger de ses ennemis que tu crains de deviner trop nombreux. Que la connaissant ca t'ouvre la porte d'armes que d'autres doutent pas que tu possède.
Anaël - « Je n'aime pas me mettre dans la lumière. Pas comme on l'entend du moins. Le faste, les paillettes, cela convient bien à Evan Rosier ou à tout ceux qui sont nés pour être adulés. Mon père me disait que ceux qui ont le plus de pouvoir sont ceux qui savent rester discret. Je crois que cet adage m'est resté, car je préfère tisser ma toile dans l'ombre. Tu es un peu pareil non ? Nous te connaissons comme l'ami de Regulus mais au final, personne ne sait qui tu es vraiment.  » T'souris - ca t'fait étrange de t'entendre si bien avec quelqu'un que tu connais à peine, mais tu sais que tu peux y prendre gout rapidement.
Anaël - « Et puis je suis un étranger dans ce pays, je dois encore attendre avant de faire connaître mon nom. Le bon moment arrive, mais ce n'est pas pour l'instant.  »
Oswin - « T'attends le bon moment pour sortir de l'ombre et te faire briller dans la lumière. J'retiens la remarque sur les paillettes, cela dit - ca veut dire que j'dois être adulé ? » Qu'tu demande en faisant valoir le fait que t'en a un peu partout - des paillettes - c'un de tes pêchers mignons que t'arrives pas à te débarrasser. « Mais pour ce qui me concerne je doute pas que ma place y soit - dans l'ombre. J'ai pas le nom pour briller ou me faire aduler, et ma tête sera jamais couronné comme peut l'être celle des héritiers de sangs purs. La connaissance ca me permet juste de savoir ce que je dois pour conseiller au mieux Regulus - ou plus tard l'ministre que je pourrais servir. C'que je disais sur le fait de ne pas pouvoir gouverner seul. »  Qu'tu redis avant d'pencher ta tête sur le côté toujours avec un grand intérêt.
Oswin - « Ca me fait étranger, tu sembles vraiment être plein de surprises, et plus j'en apprends - plus j'ai envie d'en apprendre à ton sujet. Tu cache d'autres secrets, Anaël Grimaldy ? » 

_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Sam 16 Sep - 1:17

OsNaël
Des regards qui se perdent.
« On peut pas prétendre non plus qu'le notre en soit dénué - d'idiots. » Il approuve les mots de l'Asiatique d'un geste de la main et d'un clin d’œil appuyé. Malheureusement si tous les idiots étaient enfermés alors la terre serait plus légère. Et plus vaste aussi. Pas qu'il se pense supérieur de toute façon, les plus idiots ne savent pas se reconnaître eux même. C'est que la conversation lui plaît alors que pour une fois il trouve quelqu'un d'intéressant à qui parler. C'est pas que l'école regorge d'idiots justement, mais les étudiants de son année ne pensent qu'à flirter et planter leur courge, et vu que lui même est plutôt attiré par le savoir et l’élévation et bien il se sent rapidement déconnecté. Bon il n'y a pas que son année, Poudlard est un collège qui renferme tous les ages de l'adolescence alors les hormones il connaît et malheureusement, autant chez les garçons que chez les filles, les hormones ça rend un peu bête. Au grand déplaisir d'Anaël qui se retrouve rapidement sans centre d’intérêt lors d'une discussion, sauf la nouvelle coupe de cheveux d'un tel ou bien les fesses d'une autre fille. Et ca, autant dire que ça a vite fait de lui faire lever les yeux au ciel. Alors trouver une camarade intéressant qui sait écouter et qui sait répondre, et bien répondre justement, ça lui colle un sourire aux lèvres qui ne cesse de s'agrandir à mesure qu'ils discutent. Et humble en plus de ça, lorsqu'il s'excuse pour son intrusion trop rapide. Anaël lui dit que ce n'est rien mais l'autre continue sur sa lancée, poussant le jeune homme à hausser les épaules. Nullement vexé, il arrive que parfois on se montre curieux sans pour autant que ça soit de l'impolitesse. « Ma mère est japonaise. Je m'étonne cela dit que tu le reconnaisse à mon accent plutôt à qu'à mes yeux. Et qu'tu reconnaisse le japonais du reste. C'est pas souvent que je vois quelqu'un aussi sensible à ces détails. » « Il m'est arrivé de voyager au Japon et en Chine pour en apprendre un peu plus concernant leur magie. Et à force je me suis rendu compte tout seul que si vous partagez les même yeux, tout est différent entre vous. Et puis il n'existe pas que les Chinois n'est-ce pas ? » Qu'il dit avec un sourire complice, comme si il partageait avec Oswin un secret inconnu du reste du monde. Comme si ils se connaissaient depuis longtemps alors que ça fait peut-être un quart d'heure qu'ils discutent, passionnément cela dit.

« Du coup ca donne le gout de la redécouverte. » « Et c'est qu'il doit y en avoir de la redécouverte ! » Dit-il avec un petit rire en pensant à l'arbre généalogique de toutes ces familles de sang-purs. « T'attends le bon moment pour sortir de l'ombre et te faire briller dans la lumière. J'retiens la remarque sur les paillettes, cela dit - ca veut dire que j'dois être adulé ? » Il sourit alors qu'un sourcil se lève et qu'il prend le temps de répondre. « Ca dépend ton talent... Il doit être exceptionnel pour mériter une adoration. » Qu'il rajoute avec un petit sourire qui ne le lâche pas, comme si il s'amusait de la situation où qu'à tout moment ils allaient tous deux partir pour un éclat de rire. Puis il regarde Oswin et admire les paillettes qui sont un peu partout sur lui, autant dans ses cheveux qu'au coin de ses yeux. Et même si il voit cela comme une excentricité originale, il reconnaît que ça lui va très bien. Ca ne fait pas trop, ça ne fait pas tapageur ou criard, ça lui va juste très bien. « Mais pour ce qui me concerne je doute pas que ma place y soit - dans l'ombre. J'ai pas le nom pour briller ou me faire aduler, et ma tête sera jamais couronné comme peut l'être celle des héritiers de sangs purs. La connaissance ca me permet juste de savoir ce que je dois pour conseiller au mieux Regulus - ou plus tard l'ministre que je pourrais servir. C'que je disais sur le fait de ne pas pouvoir gouverner seul. » « Derrière chaque grand homme se cache un serviteur dévoué. Et tu sais, c'est eux qui ont réellement le pouvoir au final. » Qu'il dit d'un geste accompagné d'un sourire. « Regulus doit avoir de la chance. Tu sembles... Totalement désintéressé. C'est très rare, souvent les héritiers ont une cour avec eux mais elle n'est là que pour grignoter les miettes qu'ils laissent derrière eux. » Et ils se retrouvent bien trop seul pour régner, on en revient à la chute inévitable quand ils n'ont pas quelqu'un de confiance sur qui se reposer. « Ca me fait étranger, tu sembles vraiment être plein de surprises, et plus j'en apprends - plus j'ai envie d'en apprendre à ton sujet. Tu cache d'autres secrets, Anaël Grimaldy ? » 

Il sourit et affiche une petite mine mystérieuse. Que dire sur lui, il y en aurait beaucoup mais il ne veut pas trop en dévoiler. Surtout, il ne parle pas facilement du reste et encore plus de ce qui est difficile. Il ne connaît pas assez Oswin alors il reste sur un sujet qui n'est pas trop délicat. « J'ai une sœur jumelle, Léana. Elle est moldue et vit avec notre père. Elle est plus excentrique que moi et sans doute... Ce qu'on pourrait qualifier de fun tu vois ? Elle aime la musique, les graffitis, la danse et faire le mur. Elle est mon contraire mais... » Il s'arrête et prend une seconde, un doux sourire naît sur sa bouche. « On est identiques au fond. Mon père travaille au ministère, il est chargé des accords entre le monde magique Quebecois et Britannique. Pour le reste... Je ne suis qu'un étudiant de plus dans cette école qui en accueille déjà beaucoup. » Beaucoup trop à son goût.

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Dim 24 Sep - 20:50


T’es pas de ceux qui jouent à se draguer, à flirter, ou à accumuler les conquêtes pour se donner le sentiment d’être constamment aimé. Sauf que t’as pas besoin de ca pour te sentir exister, et t’as jamais eut l’envie de vraiment être aimé pour tes charmes. T’es même pas sûr de pouvoir être charmant – vraiment – te complaisant plutôt à te faire passer pour intransigeant et insensible devant le reste du monde. Ils sont pas nombreux à t’voir rire ou sourire, en général c’est uniquement pour Regulus que tu reste aussi humain. Y a que lui qui te fasse ressentir le besoin de laisser aller tes émotions, avec le reste t’es plus tourné vers la belle conversation, vers une curiosité pour le monde, ou vers l’envie de partager autre chose qu’un moment d’intimité volé dans un placard à balais. Sauf que c’est rare que ca arrive dans cette école, à croire que vivre si rapprocher les uns des autres ca existent les hormones des adolescents, et leurs font oublier qu’ils sont là pour apprendre. T’oublie pas toi, tu te lasse pas de perdre des heures à la bibliothèque, ou de discuter avec les Serdaigles qui sont connus pour leurs éruditions. Mais Anaël c’est une rencontre qui te plait assez – assez pour que tu reste à ses côtés, et que tu tâches de profiter de cette présence soudaine. Surtout qu’il prouve être moins aveugle et stupide que les autres, tout ce que tu apprécie vraiment.
Anaël - « Il m'est arrivé de voyager au Japon et en Chine pour en apprendre un peu plus concernant leur magie. Et à force je me suis rendu compte tout seul que si vous partagez les même yeux, tout est différent entre vous. Et puis il n'existe pas que les Chinois n'est-ce pas ? » Tu réponds à sa malice par un véritable sourire – de ceux qui font briller ton regard de délice. T’es vraiment ravie d’entendre cela, enfin une chose qui n’est que trop vrai. D’te faire traiter de chinois c’est tout ce qui t’agace le plus, tant et si bien que Regulus commence à sortir les poings quand ca arrive à présent, sachant le désagrément que ca te crée. Alors t’es ravie de voir quelqu’un d’assez ouvert pour comprendre la différence entre deux asiatiques.
Oswin – « Tu t’intéresse à la magie de l’air et l’art de lancer des sortilèges sans baguette alors ? » Tu demandes en t’arrêtant sur ce que t’apprends de lui, et qui te plait de plus en plus. Assez pour te détendre, et te faire oublier ton masque insensible et intransigeant. T’oublie même que t’es à la bibliothèque et que discuter c’est pas une chose autorisée d’habitude.

Surtout qu’il se glisse entre vous quelque chose que tu pensais pas connaître avec quelqu’un d’autres que Regulus – des blagues et jeu d’langues qui viennent naturellement. Tu t’plais à te glisser dans les termes qu’il emploi pour décocher quelques amusantes insinuations, sur ta magnificience, jouant à ne pas être humble pour lui décrocher quelques sourires complices. Ce qui ne manque pas de fonctionner du reste.
Anaël - « Ca dépend ton talent... Il doit être exceptionnel pour mériter une adoration. »
Oswin – « Peut être que je me contente pas d’un talent unique. » T’ajoute en l’fixant sous tes cils maquillés, un sourire au coin des lèvres. Cela dit t’es pas sûr de vouloir être admiré – tu préfère que les yeux soient vers Regulus, parce qu’il le mérite plus que toi à ton humble avis. Surtout que dans l’ombres tu as plus de chance de faire ce dont tu es doué – trouver les secrets enfouis pour en faire des armes.
Anaël - « Derrière chaque grand homme se cache un serviteur dévoué. Et tu sais, c'est eux qui ont réellement le pouvoir au final. » T’as pas sûr que ce soit le cas, mais t’aime à l’entendre. Peut être que c’est pour cela que ton père t’a appris à être dévoué dans l’ombre – comme ca tu pouvais tout aussi bien tirer les ficelles. Sauf que ca t’intéresse pas d’être le détenteur de la couronne, vraiment. T’es juste dévoué à ce qui compte pour toi. A celui qui compte pour toi.
Anaël - « Regulus doit avoir de la chance. Tu sembles... Totalement désintéressé. C'est très rare, souvent les héritiers ont une cour avec eux mais elle n'est là que pour grignoter les miettes qu'ils laissent derrière eux. »
Oswin – « Je préfère me satisfaire du gâteau plutôt que des miettes personnellement. Mais tout le monde n’a pas un gout aussi prononcé j’en ai conscience. » tu rétorque en imaginant Regulus comme une foutue patisserie à laquelle tu saurais pas résister. C’est bien le cas, en réalité, et tu sais pas pourquoi tu laisse ce genre d’insinuations filtrées.

Avant de finalement te tourner vers l’étudiant et de chercher à le comprendre lui. A le connaître lui. Et tu pose des questions qui sont sans doute indiscrète, lui laissant la porte ouverte pour juste pas répondre s’il veut. Après tout t’es personne pour exiger quoi que ce soit de lui. Et il y a un temps de flottement, où juste le silence se fait entre eux, avant qu’Anaël trouve ce qu’il veut bien le laisser savoir de lui.
Anaël - « J'ai une sœur jumelle, Léana. Elle est moldue et vit avec notre père. Elle est plus excentrique que moi et sans doute... Ce qu'on pourrait qualifier de fun tu vois ? Elle aime la musique, les graffitis, la danse et faire le mur. Elle est mon contraire mais... » T’fronce les sourcils, comprenant pas comment il peut avoir un « sœur jumelle moldue » - tu te doute qu’il se cache une histoire croustillante la-dessous, et tu sais aussi que t’arriveras pas à te contenir de poser la question. Surtout que lorsqu’il en parle il a une douceur dans la voix que tu manque pas de repérer.
Anaël - « On est identiques au fond. Mon père travaille au ministère, il est chargé des accords entre le monde magique Quebecois et Britannique. Pour le reste... Je ne suis qu'un étudiant de plus dans cette école qui en accueille déjà beaucoup. »
Oswin – « T’es pas du genre à aimer la foule de dépravés shootés aux hormones adolescentes alors ? » tu demande avec un rire dans la voix, toujours cette complicité qui est venue naturellement entre vous. Mais tu oublie pas c’qu’il vient de t’apprender. Pas que son père est au Ministère comme le tiens – sans doute collègue – mais plutôt sur sa sœur jumelle, ce qui retient ton intérêt. Toi qui a eut du mal longtemps à assumer la nature moldue de ta mère ca te fait étrange que lui cache rien de sa sœur.
Oswin – « J’peux pas me retenir de demander comment tu peux avoir une sœur jumelle moldue. Surtout qu’elle a l’air d’être une boule de nerfs – et que tu semble l’adorer. Y a que vous deux ? »



_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Mer 11 Oct - 23:50

OsNaël
Des regards qui se perdent.
« Tu t’intéresse à la magie de l’air et l’art de lancer des sortilèges sans baguette alors ? » Il se met à sourire et hoche la tête doucement, reconnaissant que l'autre marque un point cette fois-ci. Il apprécie que l'autre en sache autant, qu'il semble plein de ressource et de connaissance. Rien d'étonnant tout de même quand ça parle de magie de l'air et de magie sans baguette, car ce sont les spécialités Asiatiques que Oswin porte dans ses beaux yeux bridés. Et Anaël prend le temps de répondre, laissant sa tête tomber en arrière alors qu'il réfléchit. « Les Grimaldy ont un rituel familial, comme toutes les autres familles de sang-purs j'imagine. Nous, avant notre majorité, nous sommes dans l'obligation d'apprendre une magie particulière. Un moment je me suis intéressé à la magie de l'air mais... Je n'avais pas la patience pour cela. C'est finalement la magie de la glace que j'ai appris. Et concernant les sortilèges sans baguette, disons qu'il me faudra encore du travail mais oui je vise leur pratique aussi. » Dit-il avec un petit sourire avant de se laisser aller dans sa chaise sans lâcher le regard de l'autre jeune homme. Il parle pas souvent Anaël mais là il prend du plaisir à discuter et sa place, il n'est pas prêt de la laisser à quelqu'un d'autre. « Peut être que je me contente pas d’un talent unique. » Un de ses sourcils se soulève doucement alors qu'un fin sourire naît sur sa bouche, étirant ses lèvres roses dans un rictus amusé. « Quels sont les autres ? » Qu'il demande en croisant les bras, ayant hâte d'en entendre, d'en apprendre d’avantage. Surtout si le reste est autant passionnant que Oswin. Il hoche la tête lorsque ce dernier réplique en disant qu'il préfère se contenter du gâteau plutôt que des miettes. Après tout c'est normal, c'est dans l'espèce humaine que de vouloir la plus grosse, la plus belle des parts.

Il se laisse aller à parler de sa sœurs, des siens et trop tard lorsqu'il se rend compte que l'information a fuitée, comme quoi elle est moldue sa jumelle. Tant pis, pas qu'il a honte mais disons qu'il préfère la préserver, qu'elle ne se fasse pas embêter par les autres sang-purs. Et lui aussi au passage, il n'a pas envie d'entendre que sa jumelle est une sale moldue ou quelque chose comme ça, car il sait que cela va l'agacer et que malgré la naissance de sa jumelle, elle n'est pas non plus une fervente admiratrice du monde moldu. « T’es pas du genre à aimer la foule de dépravés shootés aux hormones adolescentes alors ? » Il sourit et bouge la tête de droite à gauche avant de serrer ses lèvres l'une contre l'autre, en faisant une petite moue. « Pas vraiment non. Au contraire, ça a vite le don de m'agacer ! » Qu'il rajoute avant que son regard ne se pose sur Cassian qui fixe le duo d'un regard sombre. Car c'est presque interdit de discuter dans la bibliothèque. Mais elle est déserte, alors transgresser le règlement ne sera pas un réel problème pour le moment. Tant que d'autres étudiants ne viennent pas étudier alors ils auront la paix. « J’peux pas me retenir de demander comment tu peux avoir une sœur jumelle moldue. Surtout qu’elle a l’air d’être une boule de nerfs – et que tu semble l’adorer. Y a que vous deux ? » « Ouais que nous deux. Nos parents.. » Il s'arrête un moment, serrant les dents alors qu'il doit nommer sa folle de mère adoptive, comme sa mère officielle alors qu'elle l'est pas. Que sa mère est une Québécoise sang-pur elle aussi, que son père a déjà contactée et qu'elle a acceptée de voir Anaël un jour à sa majorité. Parce qu'elle veut le voir devenu un homme et pas un gosse et que Anaël travaille dur aussi, pour faire honneur à sa mère qui a juste fait que le pondre au final.

Foutu gosse en manque d'amour, comme si il avait besoin de cette reconnaissance idiote. Il en a besoin, même si ça lui arrache la langue de se l'avouer comme un secret honteux. « Mes parents n'arrivaient pas à avoir d'enfant ensemble. Alors mon père, un sang-pur, a été voir ailleurs. Il m'a fait avec une autre sang-pure. Et ma mère adoptive a fait de même mais avec un moldu, ce qui fait que ma sœur jumelle, qui est pas vraiment ma jumelle, n'a aucun pouvoir. Après neuf mois mon père est revenu vers ma mère adoptive avec moi dans les bras et ma mère adoptive, elle a accouchée de Léana quelques jours après. C'qui fait qu'ils nous ont élevés comme des jumeaux et ont préférés taire leur adultère en se pardonnant, car l'autre aussi était fautif dans l'histoire vu qu'ils ce sont mutuellement trompés. C'comme ça qu'on est arrivé et que si on est différent Léana et moi, on n'en reste pas moins complémentaire. » Dit-il avec un petit sourire lorsqu'il repense à sa sœur. « Et toi ? Tu es fils unique ? »

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Dim 15 Oct - 17:58

T'es pendu aux lèvres du bellâtre, et c'une chose nouvelle pour toi d'accorder autant à d'attention à un presque-inconnu. Tu mets un point d'honneur à connaitre le plus de choses que tu peux sur les dynasties de sangs purs, et t'es presque sûr d'avoir lu quelque chose sur les Grimaldy - ce qui remonte à trop loin pour que tu sois parfaitement sûr de toi. D'autant que t'as l'esprit un peu embrumé ce matin ce qui t'aide en rien pour avoir l'air aussi intelligent que tu te targues de l'être. Cela dit ca semble pas déranger Anaël qui est heureux de parler et de partager tout ce qu'il peut sur les siens avec toi - ce que tu apprécie énormément.
Anaël - « Les Grimaldy ont un rituel familial, comme toutes les autres familles de sang-purs j'imagine. Nous, avant notre majorité, nous sommes dans l'obligation d'apprendre une magie particulière. Un moment je me suis intéressé à la magie de l'air mais... Je n'avais pas la patience pour cela. C'est finalement la magie de la glace que j'ai appris. Et concernant les sortilèges sans baguette, disons qu'il me faudra encore du travail mais oui je vise leur pratique aussi. » Tu ignorais qu'un tel rituel existait mais t'es ravi de l'apprendre - ca te rappelle pas mal de choses que t'as pu lire sur les sangs purs, et t'es presque tremblant d'excitation quand tu reprends la parole.
Oswin - « C'était une chose qui se faisait à Poudlard il y a des siècles. Chaque étudiant devait... découvrir sa magie élémentaire. Et chaque famille de sang pur à sa propre tradition, effectivement. Certaines sont plus... Impressionnantes que d'autres j'imagine. » Dis-tu sans cacher la lueur d'intérêt qui brille dans ton regard quand tu l'pose sur le Gryffondor.

Te targuant d'avoir tes propres talents - t'as pas d'magies à toi, quoi qu'en vrai t'as jamais chercher à le découvrir. T'es pas non plus le premier en duel même si t'es pas si mauvais. Tu t'débrouille, restant dans l'ombre des puissants comme pour tout l'reste. Ce qui t'empêche pas d'te faire ta place dans l'monde des sangs purs britanniques.
Anaël - « Quels sont les autres ? »
Oswin - « Peut être que je t'en ferai découvrir d'autres... une autre fois. » Qu'tu dis avec un sourire qui se veut mystérieux mais prometteur sur les lèvres. T'as vite apprit à pas dévoiler toutes les cartes de ton jeu, et c'est devenu amusant pour toi d'en jouer. Même si t'admet qu'il y a dans ta voix un truc qui est pas totalement innocent.

C'est rapidement qu'vous vous mettez à parler de la famille d'Anaël, après qu'il ait avoué avoir une soeur qui s'trouve pas à Poudlard. Qui s'trouve pas avoir de pouvoirs - et il a cette adoration dans le regard quand il parle d'elle que tu manques pas de noter, bien qu'elle brille jamais chez toi quand tu parles de Maemi.
Anaël - « Mes parents n'arrivaient pas à avoir d'enfant ensemble. Alors mon père, un sang-pur, a été voir ailleurs. Il m'a fait avec une autre sang-pure. Et ma mère adoptive a fait de même mais avec un moldu, ce qui fait que ma sœur jumelle, qui est pas vraiment ma jumelle, n'a aucun pouvoir. (...) C'comme ça qu'on est arrivé et que si on est différent Léana et moi, on n'en reste pas moins complémentaire. » Tu reste un moment la bouche ouverte, essayant d'enregistrer toutes les informations qu'il vient de te balancer sans égard pour ton état de fatigue. t'es pas sûr d'avoir tout compris - en somme ses parents se sont trompés pour avoir chacun un enfant de leurs côtés. L'une moldue. L'autre sorcier de sang pur. Jumeaux de parents différents, mais il la considère pas moins comme sa soeur. Ce qui te donne matière à sourire, trouvant toujours étonnant de voir où s'glisse l'amour quand il doit s'trouver un chemin.
Anaël - « Et toi ? Tu es fils unique ? » Tu t'redresse et t'es presque tenté de lui mentir un moment - c'pas rare que tu évites la question de la famille. Mais il a fait preuve d'une parfaite honnêteté avec toi, alors après tout pourquoi pas.
Oswin - « Non même si souvent j'le ressens comme ca. » Qu'tu dis parce que c'le cas. T'as pas de souvenir de grandes retrouvailles autour d'un repas de famille. Il y en a eut, certes, durant lesquels ton père discutait surtout avec toi de la vie en dehors. DE la politique. De ce que tu devras devenir, en ignorant ta soeur. Des souvenirs d'une enfance durant laquelle t'as jamais rien partagé avec elle, bien que vous soyez proches - sauf des disputes, et des bagarres de magies enfants. Des bagarres qui avaient rien de tendre - et t'as l'souvenir du sourire fier de ton père quand tu prenais le dessus sur ta petite soeur. « J'ai une petite soeur, Maemi. Elle est à Serpentard, cinquième année. On est pas... proches. Du tout. »  Qu'tu dis sans animosité, plus en fronçant les sourcils. Comme si soudainement tu t'rendais compte qu'effectivement, t'es pas proche de ta petite soeur.
Oswin - « Mon père est d'sang pur, il a toujours fait en sorte d'me prendre comme héritier, et de m'éduquer comme lui l'a été. Alors j'suis plutôt proche de lui. Alors qu'il a... jamais donné d'intérêt à Maemi, et elle s'est rapprochée de notre mère. J'peux pas dire que j'suis proche d'elle non plus d'ailleurs. J'laisse pas qui que ce soit faire d'mal à ma soeur, cela dit. Sauf moi. » Dis-tu avec un sourire en coin, comme si c'tait un jeu entre vous. en sommes, ca l'est. Vous êtes jamais meilleurs tous les deux que lorsque vous devez venger l'un ou l'autre d'un tiers qui s'est immiscé dans votre duel.
Oswin - « T'maitrise la magie de la glace alors ? Tu me montreras un jour ? » T'pas à l'aise quand on parle d'ta soeur, alors c'est rapidement ue tu trouve le moyen de parler d'autre chose.

_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 75
Date d'inscription : 30/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Jeu 19 Oct - 21:59

OsNaël
Des regards qui se perdent.
« C'était une chose qui se faisait à Poudlard il y a des siècles. Chaque étudiant devait... découvrir sa magie élémentaire. Et chaque famille de sang pur à sa propre tradition, effectivement. Certaines sont plus... Impressionnantes que d'autres j'imagine. » Il sourit doucement, enchanté de voir qu'une autre personne s’intéresse tant aux façons de faire des sang-purs. C'est rare, assez pour être souligné et pour flatter le jeune Anaël. Depuis quelques années les sang-purs sont plus facilement moqués qu'admirés, ce qui est une véritable honte mais ce n'est que la conséquence d'avoir ouvert leur monde à tout et rien. Résultat les grandes familles sont regardés de travers alors que les né-moldus et sang-mêlés sont adulés, aimés et favorisés. Il n'existait pas à Poudlard ce genre de question sur le sang à l'époque, simplement car les sorciers restaient entre eux et refusaient de se mélanger avec le reste du monde, surtout avec les moldus qui n'en étaient pas digne. « Peut être que je t'en ferai découvrir d'autres... une autre fois. » Il note cela et répond d'un sourire enjôleur, sans cacher qu'il a presque envie d'être à une prochaine fois, pour en savoir et en découvrir d'avantage. Il aime ce genre de petit défis.

Il parle sans retenue de Léana, se sentant étrangement en confiance alors que pourtant son père lui a dit plus d'une centaine de fois de ne jamais parler d'elle, qu'elle est prohibée dans leur monde et qu'il doit taire son existence. Mais cette fois-ci il se laisse aller et un instant il craint que cela ne se retourne contre lui, que Oswin se moque du sang-pur à la sœur moldue, normale, banale pour eux. Mais c'est un Oswin tout à fait normal qui lui sourit, sans moquerie, sans venin au bout de la langue. Etrange qu'il parle si facilement, il ne ce serait pas laissé allé en d'autre temps. A croire que le ton de confidence que Oswin utilise fasse parler le plus jeune. « Non même si souvent j'le ressens comme ca. » Il hoche la tête, comprend qu'il n'est pas proche de son frère ou de sa sœur. Et la réponse ne tarde pas alors que Anaël apprend l'existence d'une petite sœur dans la même maison qu'Oswin. Il note de se renseigner et de savoir à quoi elle ressemble, la réponse ne devra pas tarder sans doute, le sang-pur est réputé pour être un bon fouineur lorsqu'il s'accorde le temps pour cela. « Mon père est d'sang pur, il a toujours fait en sorte d'me prendre comme héritier, et de m'éduquer comme lui l'a été. Alors j'suis plutôt proche de lui. Alors qu'il a... jamais donné d'intérêt à Maemi, et elle s'est rapprochée de notre mère. J'peux pas dire que j'suis proche d'elle non plus d'ailleurs. J'laisse pas qui que ce soit faire d'mal à ma soeur, cela dit. Sauf moi. » « J'comprends. Mon père est bien plus proche de moi que de Léana. Injustement d'ailleurs... Donc j'sais ce que c'est. » Qu'il dit avec un petit sourire, voulant changer de sujet car il est délicat. « C'est très beau Maemi comme prénom. C'est Allemand ? » Demande Anaël doucement.

« T'maitrise la magie de la glace alors ? Tu me montreras un jour ? » « J'peux même te montrer maintenant si tu veux. » Qu'il dit avant d'attraper sa bouteille d'eau et de l'ouvrir. Il en verse doucement dans le creux de sa main droite et en se concentrant, il ferme doucement la main. Puis il la retourne et la pose contre la table avant de l'ouvrir et de dévoiler une petite fleur de glace. Il sourit, heureux encore et toujours de voir qu'il maîtrise si bien cette magie. Puis il relève le visage vers Oswin et sourit de plus belle. « Autant dire que j'vis beaucoup mieux le froid polaire, que la chaleur tropicale. » Qu'il rajoute dans un éclat de rire avant de toucher du bout de son index sa bouteille en plastique, transformant l'eau qui reste en glace solide.

_________________
Immortel
Si les mots sont des traces, je marquerais ma peau de ce qu'on ne dit pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 710
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   Jeu 26 Oct - 0:25

Tu reste autant que tu peux à profiter de la présence du sang pur. T'as toujours aimé leur conversation qui a toujours quelque chose de raffiné dont tu es fou - et assurément Anaël Grimaldy manque pas de raffinement. T'en vient à te dire qu'il est le genre de type que tu saurais apprécier - sans compter qu'il est foutrement séduisant. Il lui manque rien - ni l'esprit, ni la beauté, ni la réparti. Tout qui te charme et te faire oublier l'état d'angoisse, et de fatigue dans lequel t'es arrivé à la bibliothèque. C'est pour ces moments qu'tu aime à te lever tôt, et à venir te retrouver dans l'antre du savoir, au lieu d'être dans ton lit à attendre que les heures tournes, et se disloquent. Tu préfère être là en sa présence, et tu t'dis que tu pourrais faire cela plus vouent, de venir profiter de la présence d'Anaël.
T'sais pas pourquoi t'es pensée tourne en rond, peut être parce que tu commence à te réveiller, et que t'as besoin d'un nouveau café. Alors quand la conversation passe de vos cours, à la magie, à vos familles, et les voyages, tu sens qu'il est bientôt l'temps de sortir de la pièce pour rejoindre la Grande Salle, espérant que Regulus soit levé, pour parfaire ce début de journée.

Parfaire, après cette rose glacée qu'Anaël fait apparaitre presque de nul part, pour la poser sur la table entre nous, assurant qu'il préfère le froid polaire à la chaleur tropicale, et t'peux pas t'empêcher de sourire en coin, moqueur et amusé par la déclaration, prenant la rose entre tes mains pour en savourer la finesse et la beauté. Tu devine chaque contour de chaque pétale, le froid engourdissant tes mains, sans que tu t'en offusque juste pour le plaisir de regarder la création de plus près. Tu peux pas t'empêcher de le savourer, de le regarder avec des étoiles dans les yeux en te disant que c'était fantastique.
Oswin - « Merci pour tout, Anaël. J'espère qu'on se recroisera bientôt. » T'assure quand tu reprends tes affaires, et quitte la pièce - gardant la rose avec toi, que tu t'lasseras pas t'observer jusqu'à ce qu'elle soit plus de des gouttes d'eau quelques part dans le château.

the end.

_________________

your golden heart
Vous êtes deux gamins d'seize ans, dix-sept ans, au début d'votre vie d'adultes, à pouvoir encore être brûlant d'désirs qu'il vous faut pas combattre. Pourquoi les combattre quand c'si bon d'y céder. Quand vous faites d'mal à personne, et à vous moins qu'au reste du monde - c'est si bon de t'oublier, d'laisser parler tes envies, et d'pas te poser trop de questions. C'pas toi - et pourtant tu t'es jamais si bien sentie d'ta vie. D'm'être ton esprit si off et juste profiter. carpe diem, damn it.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des regards qui se perdent. Oswin&Anaël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les USA perdent la guerre en Irak
» présentation de anaïs granger [validée]
» Anaïs Haynes (Serpy)
» Enterrement de notre Anaïs...
» Anaëlle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Quatrième étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: