AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Funfair and best friend ♦ Blackinnon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 887
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Jeu 31 Aoû - 17:36

Funfair and best friend
Blackinnon

Londres, capitale de l'Angleterre, ville de débauche, de mixité, de rire. C'est ici, du côté moldu, que Sirius m'a donnée rendez-vous. Il ne m'a pas dit pourquoi, il me n'a pas dit ce qu'il avait prévu mais j'ai hâte. En référence à une de nos dernières après-midi, j'ai décidé de me faire des mèches de couleur dans les cheveux. Des roses, des bleues, des violettes, il y a un peu de tout. En plus de cela, j'ai enfilé les vêtements que Sirius m'a apportée pour passer plus inaperçue. Un jean serré noir, un haut vert foncé et des boots en cuir bordeaux et aux lacets jaunes. Il faut dire qu'à Camden, ce quartier typiques de Londres, je passe inaperçue, ils sont tous comme moi. Avec des cheveux colorés, les mêmes boots, tout. C'est magnifique, il y a de la couleur partout et je peux jurer qu'au loin, j'entends une douce musique, des rires d'enfants, des cris de joie. Une fête foraine. J'ai déjà entendu parler de ces fêtes moldues, je n'y suis jamais allée et j'ai déjà dit à mon meilleur ami que j'aimerais y aller, un jour. Il s'en est rappelé. Je souris toute seul avant de m'avancer dans les rues de Camden Town, avec ses boutiques aux façades colorées, en reliefs, ces personnes de tous horizons. C'est magnifique.

J'avance doucement, je déambule entre les moldus et j'arrive finalement au lieu de rendez-vous. Repère la boutique avec le dragon en relief, je t'y attendrais. J'y suis, il est en retard, ça ne m'étonne. Alors j'attends, je regarde la boutique et l'homme qui se trouve derrière le comptoir, les cheveux relevés sur le dessus du crane, le visage ancré de bijoux. Je lui fais un sourire, il me le rend et je vois aussi que sa peau est tatoué, colorée, comme celle de Pandora Sutherland.  Je m'avance dans la boutique, je regarde ses tatouages, cela ne semble pas le déranger. J'aimerais en avoir un, un qui représente la magie, l'Ordre, ce que pour quoi je me bats. Je m'apprête à demander s'il peut m'en faire un mais deux bras m'entourant de derrière me coupent nets. Je ris doucement avant de lancer :

"Sirius, tu m'étouffes"

Je me retourne et lui fais un rapide câlin. Mon meilleur ami, il me rend tellement heureuse, je suis chanceuse de l'avoir.

"Figure toi que j'allais demander à ce brave Monsieur de me faire un tatouage. On a le temps avant ce que tu as prévu ?"

Je lui souris, un air faussement angélique sur le visage. J'espère qu'il acceptera, de toute façon on a tout l'après-midi et je doute qu'un petit tatouage minuscule demande beaucoup de travail et de temps.

"D'ailleurs j'ai découvert ton secret. J'ai vu cette ... roue, comme on a vu en cours d'étude de Mol..."

Je m'arrête en me rendant compte qu'on est chez les moldus, qu'on ne doit révéler ce que nous sommes, que j'ai failli faire une bourde. J'hausse les épaules, me retenant de rire de la situation.
Made by Neon Demon

_________________
we were not meant to be
My biggest mistake wasn't falling for you. It was thinking that you had fallen for me too.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2411
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Dim 3 Sep - 0:00

funfair and best friend
blackinnon
La première fois qu’il s’était rendu à Candem town c’était en compagnie des Maraudeurs l’été précédent. Il en avait souvent entendu parlé, par les récits de Marlène, de Mary, ou de Remus. Un endroit qui ne souffrait d’aucun préjugé, où on pouvait croiser des gens avec des cheveux de toutes les couleurs, et des vêtements étranges. Des moldus qui semblaient constamment déguisés mais n’en étiaent nullements gênés. Où on pouvait deviner de la musique rock, et trouver des cigarettes partout. Un endroit où on peut boire dans les rues, ou se comporter comme des enfants. Et ne pas être regardés de travers. Un endroit sans jugement.
Le paradis sur terre selon Sirius Black.

Depuis la première fois où il s’y était rendu, il n’avait de désir que de trouver des excuses pour y revenir. S’il n’avait pas pu souvent motiver James ou Remus de l’y suivre, il y était venu pour trouver une moto durant les vacances de Noël. Et à présent que le printemps était revenu sur l’Angleterre, il avait appris qu’il s’y trouvait une fête forraine. Il en avait discuté avec Andromeda lors du dernier cours avant les vacances. Une fête forraine était un lieu d’amusement, pour les enfants et les adultes, avec des manèges et des sucreris à manger. S’il n’ignorait pas ce qu’était un manège, il avait malgré tout le désir de voir cela de plus près. Comme souvent, il ne pouvait pas se contenir de vivre une nouvelle expérience moldue.
Mais Remus se trouvait avec Lily. James était rentré à Godric’s Hollow, et il n’avait aucune envie de tenir la chandelle entre Peter et Rhaegar. Du reste il avait appris qu’il se trouvait dans les fêtes forraines des Grandes roues. Et il savait que Marlène voulait en voir une depuis longtemps.

Alors il lui avait envoyé une lettre, lui donnant rendez vous dans le quartier tant aimé dés le début de soirée. Il avait mit un jean noir, un t-shirt des Doors offert par Remus, et des bottes en peau de Dragons. Se rendant rapidement dans un point de Transplanage, il ne met pas longtemps à rejoindre la rue et de trouver le grand dragon près duquel il devinait se trouver Marlène. Il eut le temps de la voir qui entrer dans le magasin, courant derrière elle pour la prendre contre lui dans une étreinte amicale mais peu douce.
Marley – « Sirius, tu m'étouffes » Pour toute réponse il se met à rire à l’oreille de la jeune fille, ignorant le regard du moldue devant eux. Il n’ignore cependant pas ses tatouages et son look pour le moins extravagant qui ne fait que faire bondir de joie le cœur du Black. Comme un chien fou, il avait plus que hâte de découvrir ce nouveau monde ce soir.
Marley – « Figure toi que j'allais demander à ce brave Monsieur de me faire un tatouage. On a le temps avant ce que tu as prévu ? »
Sirius – « Pourquoi le faire ici ? Pandora en fait des fantastiques, et j’suis sûre qu’on peut la faire venir à la maison demain si t’en a envie. Regarde. » Sceptique, et surpris de la voir désirer un simple tatouage moldue, il perd pas de temps à pousser le haut de son t-shirt, pour dévoiler les sept lunes qu’il s’était fait tatoué sur le haut du torse, côté gauche, représentant les facettes de la lune, et se mouvant terriblement lentement. Sauf la pleine, au centre, qui semblait narguait les autres.

C’était sa manière de faire amende honorable auprès de Remus et Pandora. D’enfin accepter cette histoire d’une nuit, en demandant à la jeune femme de lui graver la peau. Il comptait pour l’heure trois tatouages dont il était extrêmement fier mais n’avait nullement eut le temps de les montrer à d’autres que Remus.
Marley – « D'ailleurs j'ai découvert ton secret. J'ai vu cette ... roue, comme on a vu en cours d'étude de Mol... » Il arque un sourcil, amusé de la voir qui perd si facilement le sens du secret. Et se met à rire, stupidement, passant une main sur les épaules de la jeune femme et faisait signe d’au revoir au vendeur pour la faire retourner dans la ruelle où s’amassait plus de moldus encore en direction de la grande roue.
Sirius – « C’est Andromeda qui nous a dit qu’il se trouvait une fête forraine à Londres, je ne pouvais pas passer à côté. Et toi non plus. J’ai même pris de l’argent moldu pour l’occasion ! » Dit-il en montrant la bourse qui se trouvait dans sa poche. Alors seulement il nota les mèches de couleurs dans les cheveux de sa meilleure amie et en prit une entre ses doigts pour les contempler. Le sourier aux lèvres.
Sirius – « Ca te va foutrement bien Mckinnon. Comment se sont passés l’début de tes vacances dis moi ? » Demanda-t-il sans ôter son bras des épaules de la jeune femme, aimant retrouver leur complicité et l’entente amicale qui lui avait malgré tout manqué.




_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 887
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Dim 3 Sep - 23:39

Funfair and best friend
Blackinnon

Sirius, je ne sais pas ce que je serais sans lui. Il m'a sauvée de la noirceur, de l'obscurité. Il a toujours été là, depuis le début et il me connait réellement. Il connait la vraie moi, celle qui enlève le masque d'élève parfaite, son masque de fille impassible aux grands airs, qui ne se laisse pas faire. Ces masques, que j'enfile les uns sur les autres pour ne pas qu'on vienne m'embêter, pour ne pas me plier à ces sang-pur que je dénigre. Enfin, pas tous. Il y a Sirius et James, mais ils ne sont pas comme les autres. Ils sont de mon côté. Sirius est là depuis le début, je l'en remercie tellement, j'aimerais tant faire pour lui. Il m'a apporté de la lumière après la noirceur qui m'entourait après la trahison d'Oswin. Au final, je me suis rendue compte que mon véritable ami, c'est lui. Lui, j'ai confiance en lui et je sais qu'il ne me trahira jamais, je peux avoir confiance en lui. Malgré ce que nous avons pu traverser, je suis heureuse de l'avoir encore à mes côtés. On est une équipe, un duo, inséparable. Alors je suis heureuse de le retrouver aujourd'hui pour sa surprise et je suis heureuse qu'il me prenne dans ses bras, même s'il manque de m'étouffer. Il se contente de rire franchement à mon oreille, manquant de me percer le tympan. Je lui demande ensuite si je peux me faire faire un tatouage. Il me regarde d'un air perplexe avant de me dire que Pandora serait préférable à ce moldu et qu'elle pourrait même venir demain. Mon sourire s'agrandit :

"Oh Sirius ça serait gé... attends, pourquoi tu me montres ton torse ?"

Mais soudain, je le vois. Son tatouage. J'ignorais qu'il en avait un nouveau et il est magnifique. Les phases de la lune, je ne sais pas trop ce que cela représente mais il est sublime, je ne peux pas le nier.

"Il est ... extraordinaire Sirius, j'ignorais que tu en avais un nouveau"

Je lui confie alors que j'ai découvert son secret mais je me stoppe avant de parler des moldus et des cours que l'on pouvait avoir sur eux. Il semble amusé lui aussi, on a échappé à la catastrophe, même si je doute que ce brave monsieur aurait pu comprendre quelque chose. Il semble un peu ailleurs, avec ses yeux rouges et son sourire béat un peu perdu. C'est ça,perdu, il avait l'air complètement perdu et dans son monde. Il passe une main sur mes épaules et on part en direction de la ruelle et de la fête foraine tant attendue. Il me dit que c'est Andromeda qui en a parlé, et c'est vrai que ce passage du cours me revient à l'esprit.

"Tu as pris de l'argent moldu ? Tu en as trouvé où ? Je veux savoir !"

Je suis curieuse comme une enfant, je tire sur sa manche pour qu'il me réponde rapidement avant de rire doucement. On marche, et il remarque enfin les mèches de couleur dans mes cheveux. Il en prend une entre ses doigts avant de me complimenter dessus et de me demander comment se passe mes vacances.

"Je sais que ça me va, tout me va depuis nos expériences capillaires."

Je pouffe doucement avant de continuer :

"Sinon mes vacances se passent à merveilles ! Ça m'a fait du bien de retourner au Manoir McKinnon et de revoir ma mère, bien qu'elle soit toujours occupée."

Ma mère n'arrête jamais, elle passe ses journées à l'entreprise de capes pour faire les comptes, gérer les employés, tout gérer. Elle fait tout, toute seule, du matin jusqu'au soir. Alors quand je rentre pendant les vacances, je l'aide.

"Et les tiennes ? L'appartement est comment ? Et tu m'y emmènes quand d'ailleurs ?"

Je me stoppe et le regarde en fronçant les sourcils, les mains sur les hanches. Je suis la meilleure amie, normalement je devrais déjà y avoir posé un pied dedans. Et en retournant la tête pour regarder devant moi, je la vois. La grande roue, elle scintille déjà de son vêtement nocturne, c'est magnifique l'électricité. Je l'admire, la bouche entrouverte, les yeux qui pétillent.

"Tu vois ce que je vois pas vrai ? Merlin les moldus sont géniaux, je crois que je suis amoureuse de cette grande roue"

Je le prends alors par le bras et je me mets à accélérer le pas, doublant les moldus qui se pressent aussi à la fête foraine. J'entends la musique, les cris de joie, les cris de peur.

"Je veux TOUT faire sur cette fête Sirius ! On est obligés de tout faire "

Je suis comme une enfant, c'est magique. La vraie magie c'est ça.
Made by Neon Demon

_________________
we were not meant to be
My biggest mistake wasn't falling for you. It was thinking that you had fallen for me too.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2411
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Mar 5 Sep - 22:32

funfair and best friend
blackinnon
marley - « Oh Sirius ça serait gé... attends, pourquoi tu me montres ton torse ? »  il lâche un rire canin, alors que le visage décomposé de Marlène semble ignorer le fait qu'ils se soient déjà vus nus tous les deux, de manières assez rapprochés et répétés. Il la connaissait par coeur - que ce soit parce qu'il la comprenait parfaitement, ou parce qu'ils avaient si souvent couché ensemble qu'il ne doutait pas de pouvoir encore dessiner ses formes les yeux fermés. Cela dit, la partie charnelle de leur relation passé ne lui manquait nullement. Peut être parce qu'ils avaient su se lier d'une autre manière - sans aucune ambiguité, et avec une confiance aveugle l'un envers l'autre. C'était rare que Sirius accorde sa confiance en dehors des Maraudeurs. il n'était pas quelqu'un de particulièrement ouvert et sociale - ou du moins il se méfiait tant des autres qu'ils ne laissaient pas avoir une place de choix dans son existence.
Mais avec Marlène c'était différent. Peut être parce qu'ils partageaient les mêmes peur de l'abandon et des cicatrices semblables. Ils s'étaient d'autant plus rapprochés qu'elle venait de subir la perte cruelle d'un ami - un véritable ami pensait-elle avant qu'il ne la poignarde dans le dos.
marley - « Tu as pris de l'argent moldu ? Tu en as trouvé où ? Je veux savoir ! » 
sirius - « Je sors avec un sang mêlé qui adore me montrer à quel point je suis ignorant - Remus m'a amené changer mon argent sur le chemin de Traverse hier. »  Dit-il en levant les yeux au ciel comme si c'était une évidence. Un moment hilarant pour son amant qui ne cesse de se réjouir de le voir pétiller du regard dés qu'il se trouve en présence de quelque chose de moldu. Sans compter que passer quelques jours avec Rhaegar l'avait plus qu'enchanté, et lui avait ouvert de nouvelle perspective : il voulait à présent apprendre à faire du ski, et monter dans un avion.

marley - « Sinon mes vacances se passent à merveilles ! Ça m'a fait du bien de retourner au Manoir McKinnon et de revoir ma mère, bien qu'elle soit toujours occupée. »  Il sourit - ravie de retrouver la lueur de plaisir et de bonheur dans le regard de Marlène. Il n'avait craint à un moment que la trahison d'Oswin ne la lui fasse perdre pour de bon. Mais il était ravi de constater que le Serpentard l'avait blessé - non pas tuée. Et qu'elle restait toujours la même Marlène malgré cela. Alors c'est naturellement qu'il passe un bras sur ses épaules et l'emporter hors du magasin pour rejoindre la foire.
marley - « Et les tiennes ? L'appartement est comment ? Et tu m'y emmènes quand d'ailleurs ? »  Il se met à sourire, et opine frénétiquement.
Sirius - « La maison est fantastique et nous l'aurons terminé sans doute demain. Tu seras dés à présent la bienvenue. James, Peter et Rhaegar y seront encore jusqu'à la fin de la semaine. Comme Remus. Alors on devrait se faire une soirée ou quelque chose pour fêter ca j'imaginer. » Dit-il sans expliciter le ca qui pouvait être toute raison pour se mettre à boire en bonne compagnie. Pas que Sirius ait besoin de raison pour sortir une bouteille de purfeu et des jeux stupides comme Action ou Vérité. « Du coup ce début de vacances est parfait. Même si quitter la maison des Potter est plus difficile que je ne le pensais. Ca fait... Bizarre. » Termina-t-il sans avoir besoin d'expliquer le sentiment - il ne doutait pas que Marlène le comprendrait parfaitement.

C'est pas long avant qu'ils atteignent la fête forraine. Soudainement il y a autour d'eux des centaines de moldus - surtout des enfants - qui courent partout et gueulent quand ils sont sur les manèges. Il comprend alors ce que c'est - de grandes machines où les moldus s'enferment et qui tournent dans tous les sens avec de la musique très forte. Un rêve - peut être même plus délirant que faire du Quidditch.
marley - « Tu vois ce que je vois pas vrai ? Merlin les moldus sont géniaux, je crois que je suis amoureuse de cette grande roue »  Alors c'est naturellement qu'il lui saisit la main pour la guider jusqu'à la grande roue - autant commencer par le plus évident, et puis il sent bien qu'il sera fier d'utiliser l'argent que Remus lui a fait retirer.
marley - « Je veux TOUT faire sur cette fête Sirius ! On est obligés de tout faire » 
Sirius - « C'est le but de la soirée Marlène ! Mais commençons par la Grande roue puisque tu l'aime tant. » Dit-il avant d'arriver devant le guicher - surpris de n'y trouver personne, et de quémander deux billets fièrement, avant de donner au hasard un billet moldu. Un regard ébahit du marchand le fait sourire grandement, avant qu'il ne lui rende un tas de pièce de toute forme. Tapotant dans ses mains, Sirius les récupère avant de voir une cabine de la roue s'arrêter devant eux.
Sirius - « après toi très chère. » Dit-il avant de la faire entrer et de faire de même avec elle. Il sort alors du sac qu'il tient l'appareil photo de Peter qu'il avait emprunté. « On immortalise notre soirée, veux-tu ? » Demanda-t-il avant de la prendre par l'épaule et de prendre le clichet non sans tirer la langue vers l'appareil avant. Partant dans un rire immense avant de voir que la cabine bouge - effectivement - et qu'ils s'élèvent au-dessus de Londres.
« J'oublie toujours comme c'est grand, Londres. Vu d'en haut c'est encore plus impressionnant... »

_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 887
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Mer 13 Sep - 22:36

Funfair and best friend
Blackinnon

Sirius et moi, ça a toujours été une amitié complice. On a toujours été proches, du genre à se comprendre en un regard. Il me connaît par cœur, mieux que quiconque, peut-être même mieux que moi-même. Je n'oublierais jamais mes moments avec lui, ces moments où l'on se confessait, où l'on s'est peut-être trop confiés. On a failli déraper, tout a failli être chamboulé par des sentiments. Alors on a arrêté, parce que c'était mieux, parce qu'à l'époque on ne recherchait pas ce genre de relation, ni lui, ni moi. Mais on a conservé cette même complicité, cette même amitié. Amitié à laquelle je suis attachée, amitié que jamais je ne voudrais perdre. Disons qu'il est comme mon âme sœur amicale et que jamais je ne pourrais vivre sans lui, sans sa joie de vivre, sans son humour et ses mots qu'ils m'ont tant réconforté, qu'ils me réconforteront encore. C'est Sirius, il est là pour me changer les idées, pour me dire que je reste Marlène en dépit de quoique ce soit. Je suis Marlène, il est Sirius, ça ne pourra jamais en être autrement. On se complète. Lorsqu'il se découvre dans cette boutique, je ne sais pas pourquoi je suis limité choquée. Je l'ai déjà vu nu de nombreuses fois, lui aussi, je n'ai pas de quoi être choquée. Disons surprise, de le voir le faire en publique, chez ces moldus, pour me montrer ce tatouage que je vois bouger. Le tatoueur n'a pas du le remarquer tant il a l'air ailleurs. Il me dit ensuite qu'il a de l'argent moldu, je lui demande où il l'a trouvé. Remus, bien évidement.

"Je n'ai pas vraiment réfléchis, je te l'accorde. Mais pourtant, je suis une sang-mêlée moi aussi, et je sors avec un sang-mêlé. Mais je ne savais ... comment changer la monnaie."

Je ris doucement, je me sens bien, je me sens moi quand je suis avec lui. Nous en venons ensuite à parler de nos vacances respectives, de mon retour au manoir familial, des retrouvailles avec ma mère qui semble aller mieux. Il me sourit de son sourire chaleureux, ce sourire qui chasse les démons, qui les chassera toujours. Je lui retourne la question, je lui parle de sa nouvelle maison à lui et à Remus. Je suis tellement heureuse de voir leur relation, de les voir heureux ensemble. Il commence par me parler de la maison et mon sourire s'agrandit au fil qu'il me parle de la demeure.

"Les Maraudeurs, tous ensemble dans une maison, ça doit être un sacré bordel"

Je ris doucement avant de reprendre :

"Je serais heureuse de venir arroser cette maison avec vous. Un peu de féminité, ça n'a jamais tué"

Je rejette mes cheveux en arrière dans un geste théâtral avant de rire de bon coeur. Il termine en me parlant de la maison des Potter et d'au combien c'est compliqué de la quitter. Je le comprends, je connais son histoire, je sais que les Potter ont été une famille pour lui, qu'ils le resteront, qu'ils le seront bien plus que les Black.

"Je sais que ça doit être compliqué mais une nouvelle vie s'offre à toi, avec l'indépendance. Et puis tu pourras toujours retourner chez eux quelques fois"

Je lui souris, je me demande pourquoi tout est si simple avec lui. J'aime ces moments avec lui, j'aime être avec lui, j'aime la lumière qu'il m'apporte. Puis soudain, je la vois. La grande roue, celle que j'ai tant rêvée. Ces lumières, ces cris de joie, cette joie ambiante. Je suis comme une enfant, j'ai l'impression d'être au paradis. Je lui prends alors la main pour le tirer entre les passants qui vont ou reviennent de la fête. C'est génial, je sais que ça l'est en voyant que je vois. Je lui annonce alors que je veux tout faire, tout faire, tout tester. Il me dit que l'on va tout faire et commencer par la grande roue que j'aime tant.

"On ne pouvait pas mieux commencer"

On arrive devant le guichet et je suis en retrait, je me cache derrière Sirius. Je n'ai pas peur des moldus, disons que je ne sais juste pas comment agir avec eux. Le marchant redonne des pièces à Sirius avant qu'on se dirige vers le petit quai qui permet d'accéder aux petites cabines. Une d'elles s'arrête finalement devant nous et en parfait gentleman, il m'ouvre la porte.

"Oh merci Monsieur Black"

Une révérence, un grand rire et on s'installe finalement sur les bancs et il me demande d'immortaliser ce moment. Il sort alors de sa besace l'appareil photo de Peter, qu'on a déjà utilisé, qu'il utilise plus que Peter lui-même je suis sûre. Il me prend par l'épaule pour me rapprocher de lui, prend l'appareil à bout de bras et je fais une grimace en louchant et en tirant la langue avant d'exploser de rire. La photo qui en sort se met à bouger sous nos yeux, nous montrant lui et moi faisant une grimace avant de rire en silence. Ce moment est éternel pour toujours. Puis soudain on bouge, et l'on s'élève. Mon coeur se met à battre rapidement, il me parle de la grandeur de Londres.

"Sirius c'est ... magnifique, c'est géant, merveilleux. Regarde moi toutes ces lumières"

Je me penche légèrement, je n'ai pas le vertige, c'est comme voler sur un balai. Le vent nous fouette le village et nous nous arrêtons en haut pour laisser monter d'autres personnes.

"Merci pour tout ça Sirius, je ne pouvais rêver mieux, c'est mieux que l'idée que je m'en faisais. Je voudrais rester là pour toujours" "

Nous voyons toute la fête foraine de là où on est et je remarque alors un manège en forme d'arbre, où des vingtaines de pommes tournoient comme des balançoires. Puis l'arbre monte et descend pour encore plus de sensations. Je le montre du doigt à mon meilleur ami.

"Ce manège a l'air génial ! Mais je ne vais pas tout décider, alors le prochain manège, c'est à ton tour de décider"

Je me tourne vers lui en souriant et nous commençons à redescendre, avant de monter de nouveau doucement. Nous profitons encore de la vue de Londres un instant, je ne cesse de sourire, je ne peux pas m'arrêter de sourire.

"Tu ne me lâcheras jamais Sirius, n'est-ce pas ?"
Made by Neon Demon

_________________
we were not meant to be
My biggest mistake wasn't falling for you. It was thinking that you had fallen for me too.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2411
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Dim 17 Sep - 23:24

funfair and best friend
blackinnon
Il avait le cœur en joie oubliant un moment tout ce qui a pu ternir son esprit ces derniers temps. Il était loin de Regulus, de la guerre, des Black, ou de l’enterrement de son oncle. Il voulait pas y penser – ce soir – il voulait juste profiter de pouvoir être avec sa meilleure amie. Et rien de plus. Il voulait juste laisser le sourire de Marlène lui fait vriller le cœur de plaisir, et la suivre dans ses conneries de gamine. Juste ce soir – ce soir jouer à être des moldus, ou des enfants. Qu’importe, tant qu’ils pouvaient s’oublier.
Marlène – « Les Maraudeurs, tous ensemble dans une maison, ça doit être un sacré bordel » Il peut pas le nier – c’est presque un rêve de gamin qui se réalisait. Un rêve qu’il avait longtemps cru qu’il avait pas le droit d’avoir. Dans lequel il pouvait être entouré d’une famille aimante, qui souhaitait juste être tous ensemble. Un rêve dans lequel il pouvait se sentir heureux, être juste lui même et ne pas voir les regards réprobateurs ou déçus des autres autour. Il mentirait en disant que tout était parfait – il gardait cette part d’ombre en lui qui risquait à tout moment de l’enflammer et de lui faire perdre pied. Mais ils avait qu’il ne verrait pas les Maraudeurs lui tournaient le dos. Jamais, et c’est tout ce qui comptait pour lui.
Marlène – « Je serais heureuse de venir arroser cette maison avec vous. Un peu de féminité, ça n'a jamais tué »
Sirius – « Une touche de féminité – j’suis pas sûre que tu sois la mieux qualifiée pour cela alors. » Dit-il avec un air faussement perplexe soudainement, recevant un cou derrière la tête qui lui fait lâcher un rire canin. Il doutait pas que Marlène avait pas grand chose de féminin – elle manquait clairement de subtilité et de délicatesse bien souvent. Mais elle était aussi son amie la plus proche, et il ne fêterait pas cette nouvelle vie sans elle – c’était pas plausible une seconde. Une nouvelle vie, qui débutait en tournant une page – celle du Square, de sa fugue, des années chez les Potter. Cette adolescence révoltée qui a vu son monde s’effondrer.
Marlène – « Je sais que ça doit être compliqué mais une nouvelle vie s'offre à toi, avec l'indépendance. Et puis tu pourras toujours retourner chez eux quelques fois » C’était le cas – il doutait pas que pour les familles « normales » c’est ainsi que les choses se déroulaient. Quand les enfants quittaient la maison ils pouvaient toujours y revenir un jour. C’était pas le cas pour lui : quand il a quitté le Square c’était en sachant qu’il y remettrait plus jamais les pieds. Mais chez les Potter il sera toujours comme chez lui, et c’était encore quelque chose d’étrange que de pouvoir y penser de la sorte.

Marlène – « Sirius c'est ... magnifique, c'est géant, merveilleux. Regarde moi toutes ces lumières » La soirée débutait enfin, alors qu’ils entraient dans l’espace de la fête forraine avec toutes ses lumières, ses odeurs, et ess moldus qui couraient partout en hurlant fort. Il était aux anges, extatique alors qu’il prit la main de Marlène pour la faire venir jusqu’à la grande roue. Il leur faut pas longtemps avant qu’ils ne montent sur le manège, et se mettent en route vers le ciel – au plus haut qu’ils peuvent en tout cas – voyant Londres se dessiner devant eux.
Marlène – « Merci pour tout ça Sirius, je ne pouvais rêver mieux, c'est mieux que l'idée que je m'en faisais. Je voudrais rester là pour toujours »  
Sirius – « On risque d’avoir faim au bout d’un moment. » Dit-il avec un sourire moqueur sur les lèvres. Pour pas faire preuve de trop de sentimentalisme, après tout il avait une réputation à tenir. Et puis il était Sirius Black, autant dire qu’il pouvait pas faire de belles déclarations trop souvent. Il savait pas le faire, même s’il ne doutait pas que Marlène le connaissait assez bien pour dire qu’il était tout aussi ravi qu’elle de se retrouver ici. Sauf qu’il laissait pas son cœur parler – rarement en tout cas.
Marlène – « Ce manège a l'air génial ! Mais je ne vais pas tout décider, alors le prochain manège, c'est à ton tour de décider »  Il tourne le regard pour voir le manège en question – qui tourne assez pour faire voler les sièges et leurs passagers. Il sent l’excitation qui bondit dans son palpitant à l’envie de faire ca – aussi. En plus de tout le reste.
Sirius – « Moi je veux faire les stands pour gagner les peluches ! Remus m’en a parlé. Il y en a où tu dois tirer avec des fléchettes sur des ballons et les exploser. Il dit qu’il rate jamais sa cible, alors je veux être sûr que je peux faire au moins aussi bien. » Dit-il en trépignant d’impatience sur sa place, avant de se tourner vers Marlène et de lui offrir un clin d’œil. « Comme ca tu pourras ramener un ours énorme chez toi ce soir. »  Rajouta-t-il avant de croiser un regard plus lumineux, brillant d’émotions et d’angoisse chez Marlène. Fronçant les sourcils, alors, il peut pas s’empêcher de se rapprocher d’elle pour passer un bras protecteur autour d’elle.
Marlène – « Tu ne me lâcheras jamais Sirius, n'est-ce pas ? »
Sirius – « Y a pas de raisons pour que ca arrive, Marlène. » Dit-il pour toute promesse, avant de la serrer contre lui comme pour joindre la parole aux actes.

Ils sont arrêtés par la fin du tour, lui ouvrant la porte pour les faire descendre et rejoindre le grand manège qui tourne, et où tout le monde gueule – sauf qu’ils ont pas encore terminé et que pour le moment Sirius a le regard qui se tourne vers un stand de tir. De tir à la carabine.
Sirius – « Viens, allons tenter cela en attendant ! » Dit-il en tirant Marlène derrière lui pour arriver devant le Stand.
Moldu – « Bonsoir jeunes gens ! Vous avez le droit à trois essais chacun ! Si vous réussissez à toucher au moins quatre ballons vous remportez un lot. Tentez ? » Il lance un regard de défis à Marlène avant d’acquiescer. De prendre la carabine en échange des billets et de tirer ses trois essais.



_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar

STAFF — compte fondateur


Messages : 1181
Date d'inscription : 16/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Dim 17 Sep - 23:24

Le membre 'Sirius O. Black' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Oui/Non' :


--------------------------------

#3 'Oui/Non' :

_________________
votez pour maraudeurs era

maraudeur 039 eratopsite des jeux role par forummaraudeur 039 era
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 887
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Marlene E. McKinnon le Mer 27 Sep - 12:48, édité 1 fois
MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Mer 27 Sep - 12:40

Funfair and best friend
Blackinnon

Le temps passe, inlassablement, sans nous attendre, sans entendre nos supplications pour qu'il se stoppe, s'arrête pendant une minute. Le temps passe et c'est grâce à lui malgré tout que l'on se rend compte qui restera avec nous jusqu'à la fin et qui partira. Sirius, lui, il fait parti de la première option. Sirius, je suis certaine qu'il sera avec moi jusqu'au bout, jusqu'à la fin. Il est celui qui me connaît le mieux, celui qui a su remettre de la lumière dans mon coeur alors que j'étais au plus bas. Il m'a trouvée, il m'a fait remonter vers la surface de ces eaux trop sombres. Et je me suis rendue compte, bien trop tard, qu'il est le seul qui ne m'a jamais tourné le dos. Parce qu'au final, c'est moi qui lui ai tourné le dos quand il a commencé à vriller, parce que je ne voulais pas le voir comme ça, comme mon père. Mais il ne m'a jamais trahie et pour ça, je lui en suis à tout jamais reconnaissante. Et bien trop tard, je me suis rendue compte qu'il est mon seul véritable ami, au sens masculin du terme. Oswin, lui, il n'était là qu'en tant qu'acteur, tout n'était qu'un jeu pour lui. Sirius ne joue pas, Sirius est vrai. Alors j'aime ces moments que nous partageons tous les deux, j'aime qu'on nous nous racontons nos vies là, perdus au milieu des moldus qui ne prêtent pas attention à nous. Je lui dis finalement que je veux visiter leur maison, je veux voir à quoi tout ça ressemble. Pour sûr que ça doit déjà sentir le fauve. Et qu'il faudra que j'emmène de mon doux parfum fleuri. Taquin, il me lance que je suis pas la mieux placée pour la touche de féminité. Faussement outrée, je lui frappe l'épaule pour lui montrer l'étendue de ma féminité avant de lancer :

"Il est que comparée à toi, je suis plus dans la masculinité."

Je ris doucement de ce rire enfantin que je pensais avoir perdu. Mais non, il est toujours là, il y a toujours une part d'innocence en moi, une part d'enfance que je ne souhaite perdre pour rien au monde. Je le rassure ensuite sur son futur, sur le fait qu'il pourrait quand même retourner chez les Potter, certaine que leur porte lui sera toujours ouverte. Il acquiesce de la tête avant que je m'emporte en voyant la grande roue. Ça peut paraître débile, idiot, complètement con, mais c'est pour moi un rêve qui se réalise. On n'a pas ça, du côté des sorciers. Et puisque j'ai passé la majorité de ma vie de ce côté, je n'ai jamais eu la chance d'en voir une en vrai. Les images, les photos, les dessins, ce n'est rien comparé à la grandeur de ce manège. On fait la grande roue en premier, bien évidemment, et arrivés en haut, j'ai l'impression d'être le maitre du monde. Invincible, innocente, comme si la guerre n'existait pas. Elle n'existe pas de ce côté, ils n'ont aucune idée de ce qu'il se trame de l'autre côté, la majorité d'entre eux n'ont même pas conscience de la magie. C'est beau, l'innocence. J'lui lance que je voudrais rester là pour toujours, il rétorque, moqueur, qu'on risque d'avoir faim. Je le pousse légèrement, ce qui fait tanguer la nacelle, ce qui me fait perdre mon sourire.

"Je te mangerais. T'as pris du gras"

Taquine, moqueuse, je retrouve mon sourire en coin quand la nacelle se stabilise enfin. Je lui montre ensuite un manège, une sorte d'arbre avec des balançoires qui gravitent autour. Mais c'est à Sirius de choisir après, et il me parle de stands pour gagner des ours en peluche. Peluche. Il ne m'en fallait pas plus.

"Alors va pour les peluches, en espérant qu'on puisse en gagner. Et je suis sûre que tu feras mieux que lui, si je ne te déconcentre pas ..."

Je termine avec un sourire joueur, avant de siffle doucement dans un air faussement innocent. Je ne le ferais pas, il le sait, je veux un ours énorme à ramener au dortoir. Et un plus petit pour lui, il le mérite. Mais un moment de doute me traverse l'esprit et vient briser ce moment si magique. J'ai peur, j'aurais toujours peur de perdre ceux qui me sont chers. Et lui, je ne veux pas le perdre. Alors je lui demande, alors que nous sommes trois mètres au dessus du ciel. Il se rapproche de moi pour passer son bras autours de mes épaules. Je me blottis contre lui alors qu'il me dit que ça n'arrivera jamais, que jamais il ne me laissera tomber. Je souris contre lui, on commence à redescendre, à se rapprocher du sol, de la réalité.

"Merci pour tout"

Que je lui dis d'une petite voix, comme si parler trop fort pourrait faire exploser cette petite bulle dans laquelle nous sommes. Mais elle explose, alors qu'on redescend de la nacelle et qu'on retrouve la terre ferme. Il me montre une stand de tir, avec des fusils, que nous avons étudié en cours d'études des moldus. Je le regarde perplexe.

"Ces fusils là ne sont pas dangereux hein ?"

Mais je suppose que non quand nous nous dirigeons vers le stand et que nous sommes accueillis, trop chaleureusement par un homme qui nous explique le principe. Je reste en retrait, planquée derrière Sirius. Il me lance un regarde de défi avant de tendre un billet à l'homme derrière le comptoir et de commencer. Il tire trois coups, et explose trois ballons. Je reste la bouche ouverte.

"Où as-tu appris à faire ça ? Trois tirs, trois ballons. J'en reviens pas."

L'homme me tend ensuite une autre carabine et je regarde Sirius avec ce même air de défi. Je n'ai jamais essayé, mais ça ne doit pas être sorcier. Ha ! Je prends l'objet en main, me plaçant comme Sirius précédemment. J'appuie sur la gâchette, je me souviens des mots du professeur Tonks et je tire. Un ballon explose. Puis un deuxième. Mais à la vue de mon succès étonnant, je loupe le dernier tir. Je suis quand même fière. Je me tourne vers mon meilleur ami, victorieuse.

"T'as vu ça ! C'est génial ! Presque aussi bien que toi"

Que je lance avec un sourire en coin avant de me tourner vers l'homme qui nous regarde, semblant attendre après nous.

"Nous avons le droit à une grosse peluche c'est bien ça ? Alors je vais prendre l'ours brun là-haut !"

Je lui montre du doigt et il le décroche pour me le tendre. Presque aussi grand que moi. On me voit à peine derrière lui. Je me penche ensuite vers le forain pour lui dire sur le ton de la confidence :

"Il va être grognon s'il n'a rien. Vous n'auriez une petite peluche ? Vu qu'on a eu cinq ballons sur les six ..."

Il rit doucement avant de se pencher pour chercher dans un carton. Il en sort un petit loup en peluche que je tends aussitôt à Sirius, un grand sourire sur le visage. Je remercie le forain chaleureusement.

"Il te fallait aussi un souvenir. Et puis ce petit loup est mignon, non ? "

Je viens claquer un baiser sur sa joue avant de le reprendre par le bras et de l'entrainer à travers la foule de moldus, prenant toute la place de l'allée avec mon ours énorme.

"Il y a trop de monde qui attend pour le manège. On va manger ?"

Un grand sourire étire mes lèvres, mon estomac se réveille alors que je sens l'odeur de nourriture. Cacahuètes grillées et autre friandises du genre.
Made by Neon Demon

_________________
we were not meant to be
My biggest mistake wasn't falling for you. It was thinking that you had fallen for me too.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

STAFF — compte fondateur


Messages : 1181
Date d'inscription : 16/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Mer 27 Sep - 12:40

Le membre 'Marlene E. McKinnon' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Oui/Non' :


--------------------------------

#2 'Oui/Non' :


--------------------------------

#3 'Oui/Non' :

_________________
votez pour maraudeurs era

maraudeur 039 eratopsite des jeux role par forummaraudeur 039 era
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2411
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Jeu 19 Oct - 21:00

funfair and best friend
blackinnon
Marlene - Ces fusils là ne sont pas dangereux hein ? Il sourit, se tournant vers sa meilleure amie avant de saisir l'un des fusils qui se trouvait devant lui. Les Fusils - c'était une de ces choses qu'il avait étudié lors de ses cours d'études des moldus. Ils s'en servaient pour tuer, aussi violemment qu'un Avada Kedavra. Très utilisé pour la chasse - le principe de tuer des animaux pour manger n'était pas ce que Sirius préférait cela dit. Peut être depuis que James avait pris l'habitude de se transformer en Cerf pour courir dans la forêt interdite. Peut être depuis qu'il avait vu des images de fourrure de loup devant des cheminées - des images barbares, preuve qu'il y avait quelque chose de sanglant chez les moldus aussi. Mais rien de tel ici - il s'agissait surtout de tirer dans des ballons pour pouvoir les faire exploser et remporter une peluche.
Une motivation suffisante pour qu'il calme sa respiration, se concentre sur son objectif, et vise - il respirait lentement, se souvenant des conseils de Remus en matière de tir. Il se trouvait plutôt doué - finalement - visant et tirant sur les ballons qui explosèrent dans un bruit sourd, à peine audible dans la foule environnante.
Marlene - Où as-tu appris à faire ça ? Trois tirs, trois ballons. J'en reviens pas. Il lâcha un rire fier, se tournant vers elle pour lui faire un clin d'oeil et lui tendre à son tour le fusil.
Sirius - « J'suis un bon viseur, tu devrais te souvenir ca, Marley. » Qu'il lâche avant de lui laisser sa place - et il l'observe, alors qu'elle se positionne. Le temps se suspend, aux lèvres de Marlène. Visant sa cible, avant de lâcher le premier tir - et le ballon qui explose, sous le regard rieur de Sirius. Le temps s'arrête encore une fois, et il sent son coeur battre plus vite d'excitation. Second tir - le ballon explos, et il lâche un rire canin, de joie de savoir qu'ils vont repartir avec un cadea- au moins. Et sans doute son exubérance a-t-elle raison de la concentration de la jeune femme parce que son dernier tir est un échec.
Marlene - T'as vu ça ! C'est génial ! Presque aussi bien que toi
Sirius - « Presque en effet. Tout est là ! » Dit-il avant de passer un bras protecteur autour de la jeune femme, faisant face au forains pour récupérer leur peluche. Et il regardait toutes celles qui étaient suspendus, appréciant les couleurs et l'esprit enfantin qui s'en dégageait. Il n'avait jamais eut de peluche à proprement parlé - en tout cas jamais chez lui au Square Grimmaurd. Les Maraudeurs lui avait offert un chien noir lors de sa troisième année, lorsqu'il avait réussi sa première transformation en Padfoot. Plus rien depuis - pas qu'il en soit navré, mais il y avait quelque chose d'agréable à pouvoir tenir un objet aussi doux contre soi.
Marlene - Nous avons le droit à une grosse peluche c'est bien ça ? Alors je vais prendre l'ours brun là-haut ! Il regarda l'animal - la peluche - ou une espèce de chose monstrueuse qui devait avoir la taille de Marlène. Ce qui n'empêcha pas la jeune femme de tendre les bras pour la quémander avec un sourire conquis sur les lèvres. Une enfant, avec un regard lumineux, et un sourire immense sur les lèvres. Il la regardait avec attendrissant, aimant ces instants où Marlène n'avait plus ce voile de tristesse devant elle. Ces moments où elle était juste elle - et c'était suffisant.
Marlene - Il va être grognon s'il n'a rien. Vous n'auriez une petite peluche ? Vu qu'on a eu cinq ballons sur les six ...
Sirius - « J'suis pas grognon ! » Lançant en grognant, croisant les bras sur la poitrine en feignant d'être vexé par les propos de la jeune femme. PAs qu'il assumerait de vraiment - vraiment - vouloir une peluche pour lui aussi. Bien qu'il doutait de pouvoir se satisfaire d'une chose aussi énorme que ce que Marlène tenait dans les bras.

C'est pas long avant que le forain ne lui présente une autre peluche, et qu'il perde tout à coup son envie de bouder - prenant l'objet entre ses mains pour le regarder. Une émotion se formant dans sa gorge au vue du loup aux pelage doré.
Marlene - Il te fallait aussi un souvenir. Et puis ce petit loup est mignon, non ? Il souriait, passant une main caressant sur l'objet. Un loup - un loup, sans doute était-ce l'animal le plus approprié. Et parmi tous les oursons, les licornes, les dragons, et les phoques, un loup c'était ce qu'il préférait. Sans aucun doute.
Sirius - « Merci Marley. C'est parfait. » Dit-il en gardant l'animal dans une main, passant l'autre autour des épaules de la jeune femme, pour venir la prendre contre lui et embrasser le sommet de son crâne. Il l'adorait, ne pouvait nier cet état de fait. Si leur relation avait été autre chose, fut un temps, il savait qu'elle ne devait être autre chose que cela : une franche amitié. Sincère, honnête; Sirius donnait plus de valeur à l'amitié qu'à tout autre chose. Il était incapable de briser un lien si important pour lui.
Marlene - Il y a trop de monde qui attend pour le manège. On va manger ? Pour toute réponse il sent son ventre qui se met à gargouiller et lâche un rire joyeux.
SIrius - « J'pensais que tu le proposerais jamais. Allons y ! » DIt-il en montrant un stand de nourritude immense avec Hot Dog, Churros, et autres joyeusetés. C'est sans surprise d'ailleurs qu'il se retrouve à pas savoir ce qu'il veut vraiment.

Sirius - « Deux hot Dog avec oignons fris, un double burger, avec des frittes. Des Churros, et un grand coca. ET toi Marley ? »  Demanda-t-il avec un sourire qui n'avait rien d'innocent - la malice et l'amusement se lisant sur son visage. Et une fois qu'ils sont servis il la saisit à nouveau pour la faire s'assoir un peu à l'écard, montant sur un mur d'enceinte pour voir la fête forraine s'étendre devant eux, et mangeant goulument sans rien perdre de la fête. « J'suis content d'être là avec toi Marley. J'voulais... J'ai besoin de ton avis sur un truc. » Dit-il en grimaçant, toujours peu enclin à laisser ses émotions parler pour lui ou d'avoir des "conversations de filles".
Sirius - « Depuis qu'on est ensemble, Remus et moi on a pas eut... Un vrai rendez-vous. Et j'sais pas je me disais que peut être ca serait bien de profiter des vacances pour... ca. T'en penses quoi ? »


_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 887
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Dim 29 Oct - 0:56

Funfair and best friend
Blackinnon

Quand je suis avec Sirius je me sens bien, rassurée, en sécurité. Il est mon bouclier contre le monde sombre dans lequel nous sommes. Il me protège, me rassure, me distrait, et je ne sais pas ce que je ferais sans lui. Il a tellement d'importance pour moi et je profite de chaque instant avec lui, pleinement. Aujourd'hui, c'est la fête foraine et alors que je m'inquiète sur les fusils que nous nous apprêtons à tenir, il me rassure en me disant qu'ils ne sont pas dangereux, que je ne risque rien. Et tout ceci, en un regard. Parce qu'on se comprend en un regard, il lit en moi comme dans un livre ouvert, la réciproque est toute aussi vraie. Il se saisit d'un de ces fusils en premier et se concentre pour tenter d'exploser les ballons. Trois sur trois. Un sans faute. Bluffée, je lui demande alors où il a apprit à tirer comme ça. Je veux dire, nous n'avons pas ça dans notre monde alors c'est plutôt impressionnant. Il me dit qu'il est bon viseur. Je roule des yeux, avant de lui frapper doucement l'épaule.

"A d'autres Black, je ne me souviens pas que tu l'aies été un jour"

Que j'lance l'air taquin, un sourire sur le visage, avant de me saisir du fusil pour à mon tour tenter d'exploser le plus de ballons possibles. J'en explose un premier. Je ne m'emballe pas, je garde ma concentration, sentant le regard de Sirius sur moi. J'en explose un deuxième. Encore un et ça sera parfait. Mais Sirius rigole et je ne doute pas que ça soit de sa faute si j'ai raté mon troisième tir. Mais je suis quand même joyeuse et fier, alors je le lui dis, je le lui fais savoir, je le lui montre. Il me dit que oui, c'est presque aussi bien que lui, avant de passer un bras autours de mes épaules.

"C'est de ta faute, si j'ai raté le troisième. Tu m'as déconcentrée avec ton rire"

Que je lance en riant doucement, avant de choisir ma peluche. Puis je marchande avec le forain pour avoir une autre peluche pour Sirius, parce qu'il sera grognon et jaloux de ma peluche. J'en suis sûre et certaine. Il riposte qu'il n'est pas grognon, je le regarde avec un sourire en coin. Oh que si tu l'es, Black. Le forain me tend alors un petit loup en peluche que je donne aussitôt un Sirius. Il sourit comme un idiot, je lui souris à mon tour. Il me remercie, me dit que c'est parfait.

"Tu vois, tu n'es plus grognon"

Je le taquine, c'est toute la base de notre amitié. On se chamaille, on se taquine, mais on s'adore comme deux frères et soeurs. Il est mon meilleur ami, une partie de moi, sans doute la meilleure partie de moi. Parce que sans lui je ne serais pas Marley, je serais ordinaire. Il me rend extraordinaire. Il m'embrasse le haut du crâne et nous continuons à marcher. Je fais un signe de main au forain, difficilement avec mon énorme ours, mais il me répond avec un sourire franc. Je lui propose alors d'aller manger, vu la file d'attente pour le manège que nous avions repérer du haut de la grande roue. Il lâche alors un rire joyeux en me disant qu'il n'attendait que ça. Je ris à mon tour et nous nous dirigeons vers un stand immense de nourriture. Il fait sa commande et je me tourne vers lui, un sourcil arqué.

"Quoi ? Tout ça pour toi ?"

Je ris doucement avant de reporter mon attention sur la pancarte où sont inscrit les plats et les prix :

"Alors je prendrais ... un grand hamburger avec frites, du ... coca ? Ouais du coca et deux beignets fourrés au chocolat. Ah et une pomme d'amour ? Je suppose que c'est bon avec un nom pareil"

Que j'lance à la dame derrière le stand qui rit doucement. Elle nous tend nos plateaux et Sirius m'entraîne vers un mur où nous grimpons pour commencer à manger. Je meurs de faim. Je suis certaine que j'en ai partout. Mais je m'en fiche. On commence à manger en silence, avant qu'il ne le brise en me disant qu'il souhaite me parler d'un truc. J'avale ma bouchée et me tourne vers lui, l'air inquiète.

"Rien de grave je l'espère ? Et je suis contente aussi d'être avec toi Sirius, je me sens bien, à ma place. Je t'écoute, que se passe-t-il ?"

Il m'explique alors, il me parle de Remus, de premier véritable rendez-vous. Je lui souris doucement, je sais que ce n'est pas facile pour lui de parler de ses sentiments et qu'il a souvent du mal à en parler. Que ce sont trop des "conversations de filles". Il me demande ce que je pense, alors je me tourne vers lui, je capte son regard.

"Écoute moi bien Sirius Orion Black. Etre en couple, c'est séduire son compagnon tous les jours, c'est le faire tomber amoureux encore et encore."

Je m'arrête un instant, je réfléchis à mes mots.

"Alors j'en pense que c'est une excellente idée. Tu pourras lui préparer un repas aux chandelles, dans votre nouvelle maison. Tu pourrais l'emmener en Ecosse, dans un château, loué une chambre. Tu pourrais même l'emmener au Chaudron Baveur qu'il serait tout aussi heureux, parce que tu seras avec lui."

Je ris doucement, heureuse de le voir si heureux avec Remus. C'était une évidence entre les deux, ça ne pouvait pas en être autrement.

"Mais juste, préviens moi si tu décides de lui préparer un repas. Je t'aiderais pour la cuisine, je connais tes talents culinaires et ce n'est pas fameux"

Je ris doucement avant de me remettre à manger. Je termine pour burger et je reprends alors, le regard perdu dans la fête foraine et ses lumières.

"Je suis sûre que ça sera parfait, ce premier rendez-vous. Crois en toi autant que moi je le fais, bon sauf pour la cuisine, mais Remus sera plus que ravi"
Made by Neon Demon

_________________
we were not meant to be
My biggest mistake wasn't falling for you. It was thinking that you had fallen for me too.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2411
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Lun 30 Oct - 1:28

funfair and best friend
blackinnon
La foule autour d'eux l'hypnotise littéralement - presque aussi distrayante que les attractions qu'ils se promettent d'essayer jusqu'à ce que la fête se termine. Il a le regard qui dérive d'un groupe d'amis à une famille moldus, savourant les rires, les plaisanteries, les fringues, les couleurs, les odeurs. Il a le ventre à l'envers, retourner par l'appétit, le désir de tout essayer, de voir quel gout a tout ce qu'il a pu étudier lors du cours d'Andromeda. Il suit l'option d'étude des Moldus depuis deux ans à présent, depuis qu'il a quitté sa famille pour s'offrir un peu plus de liberté, et il manque pas d'envie de tout essayer. De toute découvrir - voir de vivre comme un moldu un jour.
Marlene - Quoi ? Tout ça pour toi ? Il lâche juste un ricanement avant de voir qu'elle se concentre à son tour sur la carte où est dessiné la nourriture avec les prix de chacun - et il reste un moment totalement fasciné par les couleurs et l'aspect de toute cette nourriture foutrement exotique. Il aurait le désir de tout tester, se promettant de revenir pour en jouir autant qu'il le faudra pour cela.
Marlene - Alors je prendrais ... un grand hamburger avec frites, du ... coca ? Ouais du coca et deux beignets fourrés au chocolat. Ah et une pomme d'amour ? Je suppose que c'est bon avec un nom pareil
Sirius - « Tout ca pour toi ? » Demanda-t-il en réponse, attendant quelque temps que leurs plats arrivent et qu'ils puissent repartir avec les sacs plein pour se percher sur un mur et se mettre à dévorer.

C'était ce genre de moments qu'il préférait avec Marlène. Ces moments où il se sentait capable de lui parler de tout - des choses adolescentes qui semblaient bien loin des considérations plus sombres qui marquaient leurs existences.
Marlene - Rien de grave je l'espère ? Et je suis contente aussi d'être avec toi Sirius, je me sens bien, à ma place. Je t'écoute, que se passe-t-il ? Et il sourit - parce que c'était simple de parler à Marlène. Peut être parce qu'ils se connaissaient bien tous les deux. Peut être parce qu'il s'agit qu'elle ne viendrait pas le juger, ou qu'elle était une fille - alors elle serait de meilleurs conseils que James et Peter sur la question. James qui courait après Evans depuis des années, et Peter qui se découvrait à peine un intérêt pour le même sexe - pas qu'ils fussent des flêches dans la matière. Remus aurait pu l'aider - mais il voulait le surprendre. Agréablement. Et pour ce qui le concernait, Sirius était plus doué pour le sexe que pour l'amour.
Marlene - Écoute moi bien Sirius Orion Black. Etre en couple, c'est séduire son compagnon tous les jours, c'est le faire tomber amoureux encore et encore.
Sirius - « Comment on fait ca quand on a pas idée de comment l'amour est venu au départ ? » demanda-t-il en fronçant les sourcils, se demandant encore par quel miracle il avait le droit aux sentiments de Remus à son écart ? Pas qu'il n'en fut pas heureux - il ne l'avait jamais autant été de toute sa vie. Mais il ignorait encore par quel miracle il avait réussit à faire tomber Remus Lupin amoureux de lui.
Marlene - Alors j'en pense que c'est une excellente idée. Tu pourras lui préparer un repas aux chandelles, dans votre nouvelle maison. Tu pourrais l'emmener en Ecosse, dans un château, loué une chambre. Tu pourrais même l'emmener au Chaudron Baveur qu'il serait tout aussi heureux, parce que tu seras avec lui.
Sirius - « On parle de Remus, pas d'une midinette vierge de quinze ans. C'est un Maraudeur, Marlène, je vais pas le traiter comme une fille. » Dit-il en grimaçant, peu certain qu'un repas au chandelle serait une belle idée pour Remus. Ou peut être - après tout il n'avait strictement aucune idée de ce que pourrait être le rendez-vous parfait pour son petit ami. Il n'avait aucune idée de comment le plaire - ainsi. En étant romantique, attentionné, amoureux. Il savait - surement - le lui montrer de toutes les façons possibles dans l'intimité. Mais il refusait que Remus ne pense qu'il ne voulait que cela. Il aimait le sexe, mais il aimait Remus bien plus encore.
Marlene - Mais juste, préviens moi si tu décides de lui préparer un repas. Je t'aiderais pour la cuisine, je connais tes talents culinaires et ce n'est pas fameux
Sirius - « Je l'inviterai au restaurant, certainement pas à la maison. » dit-il en levant les yeux au ciel - après tout c'était évident qu'il avait ce genre de base de notion de rendez-vous. Un rendez-vous se faisait à l'extérieur, avant tout.
Marlene - Je suis sûre que ça sera parfait, ce premier rendez-vous. Crois en toi autant que moi je le fais, bon sauf pour la cuisine, mais Remus sera plus que ravi
Sirius - « C'est pas que je ne crois pas en moi, c'est juste... Je veux pas que Remus doute de mes sentiments pour lui. Ou qu'il pense que c'est surtout sexuel entre nous. Le sexe est démentiel mais - mais il est tout pour moi. Je voudrais le lui faire comprendre, et si possible sans passer pour un sombre crétin. » Dit-il en grimaçant à l'idée de se rendre ridicule. Il n'avait aucune expérience là-dedans. Il avait déjà du mal à faire des cadeaux romantiques, alors un rendez-vous entier était un véritable challenge pour lui.

Sirius - « Peut être que je devrais l'amener ici. Ou dans un de ces bars où on passe de la musique live. » Proposa-t-il avant de sourire, et de se tourner vers Marlène. « Tu serais du genre à aimer des diners aux chandelles et des bouquins de fleurs Marley ? Vraiment ? C'est tellement... banal. »



_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 887
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Mer 8 Nov - 21:57

Funfair and best friend
Blackinnon

Je commande ma nourriture sans trop à quoi m'attendre. Je ne connais pas la nourriture moldue, je n'y ai jamais goûté, j'ai grandi dans le monde des sorciers, fille d'une sang-pur et d'un sang-mêlé. Je vais rarement dans le monde des moldus, je le connais à travers les cours, les livres que je lis et les récits de Lily. Il m'attire, m'obsède et ce soir, à ma première fête foraine, j'ai l'impression d'être à ma place. Je veux le défendre ce monde, je veux le protéger de la guerre, me battre pour eux. Sirius me lance la même chose que moi, ce qui me décroche un rire. Une fois nos plateaux en main, on se dirige vers un muret qui domine la fête foraine et on s'installe pour manger. C'est une première pour moi, et je trouve ça délicieux. Je remarque que mon meilleur s'arrête de manger et je me doute, je sais, je le sens, qu'il veut me parler d'une chose sérieuse. Alors je m'arrête moi aussi, au beau milieu de mon hamburger. Il me parle d'amour, de lui et Remus et je souris tellement je suis heureuse pour eux. Il a trouvé sa moitié. Je commence par lui dire qu'être en couple,c 'est séduire l'autre tous les jours, le faire tomber amoureux tous les jours. Il me demande alors comment on sait comment et quand l'amour est venu on départ. J'hausse les épaules.

"Tu ne le sais pas vraiment, tu le sens, c'est ancré en toi. Je suppose que c'est progressif aussi. On peut parler d'amour lorsque ton cœur s'emballe en le voyant, lorsque t'as les mains moins, les papillons dans le ventre."

On a rarement des conversations sur ce sujet tous les deux, parce qu'il m'a répété mainte et mainte fois qu'il refusait d'être ce cliché de meilleur ami inverti qui parle mecs avec sa meilleure amie. Alors qu'il n'est pas comme ça, il n'est pas un cliché. Il est Sirius Black, celui qui compte le plus pour moi. Il me demande ensuite si un vrai premier rendez-vous serait une bonne idée. Bien-sûr que oui espèce d'idiot. Je lui parle alors de ce qui pourrait plaire, de mon point de vue de fille de dix-sept ans. Il rétorque que nous parlons de Remus, pas d'une adolescente et qu'il ne va pas le traître comme une fille. Je lève les yeux au ciel dans un ricanement.

"Ah parce que pour toi il y a des rendez-vous pour les filles et des autres pour les garçons ? Bien,
invite la à un combat de boxe moldu, bien virile, avec de le sueur et de la bière"


Je ricane de nouveau. Je sais qu'il peut être romantique, même s'il ne veut pas le montrer, même s'il ne veut pas se l'avouer. Mais il peut l'être, j'en suis certaine. Et une fois de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal ou tuer après tout. Je lui lance une pique sur ses talents culinaires, parce que je sais ô combien ils sont terribles. Il me lance qu'il l'invitera au restaurant de toute façon, je ris doucement.

"Un restaurant c'est bien aussi tu sais. Banal, mais ça a son effet. Et j'ai entendu dire qu'il y a beaucoup de restaurants mignon du côté des moldus"

J'ai vu des photos de Lily, des photos dans des magasines qu'elle me ramène souvent pour ma curiosité, des photos dans le cours du professeur Tonks. Je le rassure en lui disant que ça sera parfait dans tous les cas, que Remus sera plus que ravi. Il me dit alors qu'il veut juste que Remus sache qu'il l'aime, que ce n'est pas juste pour le sexe.

"Mais tu es un sombre crétin Black"

Je ris doucement, tentant de le détendre.

"Sérieusement, comment tu peux penser à ça, au fait qu'il pense que c'est juste pour le sexe ? Je suis une fille, je vois ces choses là. Entre vous deux c'est une évidence, j'aimerais que Craig me regarde de la façon dont il te regarde, dont tu le regardes."

Je picore quelques frites en l'écoutant parler, me proposant des idées de rendez-vous. J'acquiesce en regardant de la tête avant de répondre doucement.

"La fête foraine et les bars il connait déjà ça. Montre lui quelque chose de ton monde, quelque chose qu'il n'a peut-être jamais vu. Comme la mythique Grotte aux Fées dans les Highlands où certains prétendent en avoir vues."

Il se tourne vers moi et je fais de même, une frite entre les doigts. Dans un sourire, il me demande si je suis vraiment du genre à aimer les dîners romantiques et les fleurs, si je suis du genre à être banale. Je prends un air outré avant de rétorquer :

"Je pensais que tu me connaissais mieux que ça. Tu sais que je ne suis pas comme toutes les autres filles, je suis outrée. Non, moi je préfère les bouquets de carottes."

Je ris franchement avant de boire une gorgée de ma boisson qui me pique la gorge, le nez et provoque une grimace et un frisson qui me parcoure le corps.

"Je ne suis pas banale. Mais parfois, un rendez-vous cliché me fait plaisir, surtout s'il y a du sexe après"

Que je lance dans un éclat de rire. Je termine rapidement mon hamburger, poussée par la faim, avant de m'essuyer la bouche et de conclure sur ce sujet :

"Crois en toi, c'est tout ce que je peux te dire. Montre lui ton monde, je suis sûre qu'il ignore encore beaucoup de choses. Je suis certaine que tous rendez-vous sera parfait. Et tu n'oublieras pas de me raconter surtout"

Je frotte mes mains pour faire partir le gras et le sel des frites et du burger. Je me tourne vers lui, un sourire sur le visage avant de le prendre par les épaules et de lui frotter les cheveux comme on le ferait à un enfant.

"T'es parfait Black, ne te tracasse pas. Et si tu doutes, je serais là pour te remettre d'aplombs, tu le sais."

La soirée ne fait que commencer, des gens arrivent pour profiter des manèges et de la douceur de ce printemps. Les manèges se vident, puis se remplissent et sur ce mur, j'ai l'impression que nous sommes invincibles.
Made by Neon Demon

_________________
we were not meant to be
My biggest mistake wasn't falling for you. It was thinking that you had fallen for me too.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 2411
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   Dim 12 Nov - 16:38

funfair and best friend
blackinnon
Il ne savait pas être romantique - il n'y pouvait rien, sans doute n'avait-il jamais eut à apprendre comment l'être finalement. Quand enfant et adolescent vous étiez préparé à un mariage sans amour, alors les choses romantiques n'avaient pas d'importance. Ca ne comptait pas de tomber amoureux ou de charmer l'autre - en était l'héritier des Black, Sirius était charmant naturellement. Ou quelque chose dans ce gout-là - alors il n'avait jamais cherché à créer une relation. Il n'avait jamais été attaché à l'idée de - justement - s'attacher à quelqu'un durablement. Mais il n'avait pas pu nier, finalement, ses sentiments pour Remus. Qu'importe les filles, qu'importe leurs aptitudes à le combler, ou à la décevoir, qu'importe qu'elles lui fassent de grandes déclarations, ou tentent de devenir la bonne il ne les voyait pas. Il ne les voyait jamais - il revenait constamment au dortoir pour rejoindre les Maraudeurs. Il allait se glisser dans le lit de Remus quand les cauchemars le maintenaient éveiller. Il était auprès de lui les lendemains de pleine lune. Il était auprès de lui constamment.
Il voudrait l'être constamment.
Marlene - « Tu ne le sais pas vraiment, tu le sens, c'est ancré en toi. Je suppose que c'est progressif aussi. On peut parler d'amour lorsque ton cœur s'emballe en le voyant, lorsque t'as les mains moins, les papillons dans le ventre » Il sourit en coin - aimer c'était un profond mystère pour lui mais à entendre Marlène en parler il ne pouvait pas nier que c'était cela très justement qu'il ressentait pour Remus. Pas uniquement les papillons dans le ventre, ou les mains mointes - il avait ce besoin de le toucher, cette facilité à sourire, ce sentiment d'être chez lui. Dans les bras de Remus, il était chez lui - après n'avoir jamais ressenti cette impression d'être à sa place, il y était très justement avec son petit ami.
Sirius - « J'imaginais que c'est le Destin, alors, ou un truc du genre ? » Qu'il lance avec un sourire dans la voix. Et il voudrait le lui montrer à Remus, combien il l'aime. Il voudrait lui montrer combien tout cela est parfait pour lui.

Marlene - « Ah parce que pour toi il y a des rendez-vous pour les filles et des autres pour les garçons ? Bien, invite la à un combat de boxe moldu, bien virile, avec de le sueur et de la bière »
Sirius - « Ca serait pas une mauvaise idée. J'ai entendu dire que les sports de combat moldus étaient assez aphrodisiaques. Ca serait un bon moyen de le constater. Ou alors un groupe de rock - peut être un concert. » Déclara-t-il, refusant de s'imaginer dans un restaurant chic - comme ses Parents cotoyaient quand il était enfant - à manger avec Remus en face, habillé dans une robe de sorcier traditionnel et des chandelles les éclairant d'une lueur orangée. Il en vomissait d'avance.
Marlene - « Un restaurant c'est bien aussi tu sais. Banal, mais ça a son effet. Et j'ai entendu dire qu'il y a beaucoup de restaurants mignon du côté des moldus »
Sirius - « Un Restaurant - ou un pub anglais. Il parait qu'il y a des pubs fantastiques à Candem. » Dit-il avec une forme d'excitation dans la voix. Il ne voulait pas agir avec Remus comme s'il était - comme s'il n'était pas son meilleur ami depuis six ans. Comme s'il ne lui connaissait pas cet amour pour les farces, pour le rock, pour la vie qu'il embrassait avec autant de passion que James ou Sirius - bien qu'il soit plus discret sans doute. Il voulait que leur vie soit ainsi - électrique.

Mais il ne voulait pas - il ne voulait pas que Remus se fasse de fausses idées. Il ne pouvait pas oublier la dispute après cette matinée avec James. Il n'en parlait pas - il n'avait rien raconté à Marlène. Cette partie à trois avait été délectable mais avait placé des inquiétudes dans l'esprit de Remus. Sirius en était persuadé, et il voulait faire en sorte de les faire oublier.
Marlene - « Sérieusement, comment tu peux penser à ça, au fait qu'il pense que c'est juste pour le sexe ? Je suis une fille, je vois ces choses là. Entre vous deux c'est une évidence, j'aimerais que Craig me regarde de la façon dont il te regarde, dont tu le regardes. »
Sirius - « Comme si le perdre me ferait devenir fou ? J'sais pas même si c'est vraiment sain d'être aussi dépendant de quelqu'un d'autre. Et puis profite de ce que t'as avec Craig - il semble tenir à toi. » Dit-il avec un sourire en coin - pas certain d'être le mieux placé pour en parler, mais le Keegan était même venu lui en parler à lui. Alors pour oser faire cela il ne devait pas être totalement indifférent au bonheur de Marlène. Et du reste, Sirius était là pour elle. Il sera toujours là pour elle.
Marlene - « La fête foraine et les bars il connait déjà ça. Montre lui quelque chose de ton monde, quelque chose qu'il n'a peut-être jamais vu. Comme la mythique Grotte aux Fées dans les Highlands où certains prétendent en avoir vues. » Il resta un moment à y penser - il ne doutait pas que c'était une bonne idée, cette fois, et sentit un sourire immense lui traverser le visage.
Sirius - « Ca, McKinnon, c'est une idée de génie ! Mon oncle Alphard avait un manoir dans les Highlands, et comme je suis son seul héritier... Je devrais pouvoir m'arranger pour cela. » Décida-t-il, pensant un moment que s'organiser des vacances d'été dans ce genre d'endroit ne pourrait que plaire à Remus - n'est-ce pas. Quelque part, juste eux deux, et personne autour personne - la magie qui vibrait dans l'air de ces régions-là. Il avait entendu des histoires, rapportées par son oncle, et il en était friand quand il était gamin. Il n'avait jamais eut l'occasion de s'y rendre, cela dit. Et sans doute Remus non plus.

Mais il finit par se questionner sur la jeune femme, n'ayant jamais vu Marlène comme quelqu'un de romantique. Bien qu'il n'était pas capable de voir quiconque comme quelqu'un de romantique après tout.
Marlene - « Je pensais que tu me connaissais mieux que ça. Tu sais que je ne suis pas comme toutes les autres filles, je suis outrée. Non, moi je préfère les bouquets de carottes. »
Sirius - « Ca rend aimable, t'en aurais bien besoin. »  lança-t-il se souvenant soudainement de cette déclaration sortie de la bouche de la mère de Remus, une moldue avec un esprit profondément éclairée que Sirius ne pouvait qu'adorer. Et l'affection était totalement partagée, d'autant depuis qu'il était le petit ami de son fils.
Marlene - « Je ne suis pas banale. Mais parfois, un rendez-vous cliché me fait plaisir, surtout s'il y a du sexe après » Il sourit en coin, retrouvant là sa meilleure amie, et lâchant un ricanement en terminant de manger les frittes qu'il avait dans son sac.
Marlene - « Crois en toi, c'est tout ce que je peux te dire. Montre lui ton monde, je suis sûre qu'il ignore encore beaucoup de choses. Je suis certaine que tous rendez-vous sera parfait. Et tu n'oublieras pas de me raconter surtout »
Sirius - « Je te raconterai. Et tu sais... Je crois pas qu'il voudrait voir le monde d'où je viens Marlène. Dans mon monde, il se ferait sans doute tuer avant de passer le palier de la porte. » Dit-il en essayant de prendre un air détaché. Et s'il ne pouvait pas balancer à Marlène que Remus était un loup-garou, expliquant le fait que Sirius refusait de lui montrer son monde , il ne pouvait pas le nier. Ils venaient de deux mondes différents, et n'avait plus qu'à se forger le leur à présent.
Marlene - « T'es parfait Black, ne te tracasse pas. Et si tu doutes, je serais là pour te remettre d'aplombs, tu le sais. »
Sirius - « Ouais, je sais, c'est pour cela que je te garde encore sous l'coude. T'es assez utile dans ton genre. » dit-il avec un grand sourire, prenant son hamburger pour croquer dedans, laissant la sauce lui couler sur les doigts. « C'est fantastique c'est trucs ! » Lança-t-il joyeusement, avant de regarder autour d'eux les aller et venus des moldus dans une marre immense.
Sirius - « Et entre toi et Keegan, tout va bien ? » demanda-t-il avec l'air le plus curieux qui soit - autant jouer la fille jusqu'au bout.
Sirius - « T'sais, on devrait terminer, et rechercher le train fantôme. Remus m'a parlé de ce genre de manège, il parait que c'est hilarant ! »


_________________

you see all my lights and love all my dark
wolfstar



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Funfair and best friend ♦ Blackinnon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funfair and best friend ♦ Blackinnon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» 01. My friend, mes amis ♪ [Fe Brittany]
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}
» Goodbye my friend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Londres Moldu-
Sauter vers: