AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1789
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Dim 8 Oct - 15:02

Les vacances ont commencé depuis quelques jours, ainsi tu devrais être soulagée d'être loin de Poudlard et de tous tes ennuis. C'est faux, complètement, parce que même après une randonnée de trois jours en famille tu n'es pas ressourcée. Il faut reconnaître que tomber nez à nez avec Mallory et Ode deux jours plus tard n'était pas au programme, et que c'est sans doute cela qui t'a conduite plus bas que terre. T'as le moral trop bas aujourd'hui pour laisser les choses se faire, et quitte à t'enfoncer dans des abîmes dont t'as pas idée, tu le feras en riant amèrement. Avec une amie, tant qu'à faire.

Alors t'as invité Willow, une Gryffondor que tu as connu par le biais du Quidditch mais aussi de quelques cours communs. Tu sais qu'elle ne te prendra pas la tête, et qu'avec elle tu pourras te détendre enfin – c'que tu demandes rien de plus, pour l'instant. Une lettre envoyée le soir-même de tes retrouvailles mouvementées avec le principal responsable de ton état, et te voilà à attendre dans le Londres moldu qu'elle daigne pointer le bout de son nez. Tu ne sais plus vraiment l'heure que vous avez convenu, faut dire qu'elle n'est pas toujours ponctuelle, et toi tu n'as pas la tête à cela. Tu te souviens simplement du lieu, le parc dans lequel tu te trouves à l'attendre, installée sur un banc, à regarder au loin deux adolescents si amoureux que ça t’écœure. Jalousie – ça t'pousse à détourner les yeux et à contempler un arbre pour que le temps s'écoule plus vite avant l'arrivée de ton amie. Pas que cela fonctionne, cela dit.

_________________
I might only have one match but I can make an explosion. And all those things I didn't say, wrecking balls inside my brain, I will scream them loud tonight. Can you hear my voice this time ? This is my fight song, take back my life song, prove I'm alright song. My power's turned on, starting right now I'll be strong. I'll play my fight song and I don't really care if nobody else believes 'cause I've still got a lot of fight left in me.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
gryffondor ◊ bold, honourable

gryffondor ◊ bold, honourable


Messages : 365
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Willow Zonko le Dim 15 Oct - 23:02, édité 1 fois
MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Ven 13 Oct - 19:12

Fuir la réalité
ABYLOW
••••

J’sais pas pourquoi j’ai proposé à Aby de venir dans ce coin. N’importe qui d’autre dans ma situation aurait tout fait pour ne jamais y retourner. Réaction logique, sauf que j’ai jamais prétendu l’être. Insondables mystères de l’âme féminine… ou sinon, c’est une manière de dire au revoir à ce quartier où je ne remettrait sans doute jamais les pieds. Ca me rappelle une époque de ma vie que j’aimerais mieux oublier. J’sais pas pourquoi j’ai choisi ce coin. P’tet que c’est pour lui dire au revoir définitivement – parce qu’apparemment j’remettrai jamais les pieds ici. A moins d’y être obligée. Ou de le faire visiter à Charles.
Aby, elle a pas l’air bien. Au bout du rouleau même, j’peux facilement le voir. Sauf que j’ai pas envie de lui rappeler ça, plutôt de passer un bon moment ensemble, alors j’décide de pas poser de questions sans qu’elle commence à parler. Mais j’sens qu’il y a quelque chose de différent chez elle, c’est les sens exacerbés de Hooper qui me le disent. J’suis incapable de savoir quoi. Et ça me va.

ABY – « Salut Low, moi ça va et toi ? »

J’souris. Pour une fois j’aime qu’on me pose la question, parce que j’ai envie de crier sur tous les toits à quel point ma vie est redevenue presque normale – sauf que j’ai pas le droit. Pas pour le moment. Pas tant que c’pas officiellement approuvé par le Ministère et que Charles soit d’accord pour qu’on le dise au monde entier.

WILLOW – « J’peux qu’aller bien vu que je passe pas les vacances à l’orphelinat mais que c’quand même dehors. »

Je parle en énigmes, comme d’habitude. A force de le faire ça vient tout seul.

ABY – « Une balade m'tente bien, si ça t'dit. Fais-moi visiter, que j'puisse un peu m'comporter en touriste. »

J’y ai réfléchi, à ce qu’on pourrait faire, alors j’lui montre comment sortir du square, parce qu’il est pas mal grand, la saleté. Ou au moins comment choisir la bonne sortie pour se retrouver dans les meilleurs coins de Blackpool.

WILLOW – « Perso, j’ai faim. Ca te dit un fish and chips ? C’est un truc moldu vraiment bon, aussi bon que la bouffe de Poudlard. Et dans ce coin y’a les meilleurs de Londres. »

J’avance dans les ruelles, ignorant les odeurs de drogues. Ca pue, dans l’coin. Le quartier est mal famé, et s’ils l’ont choisi c’parce que personne se douterait qu’un Orphelinat se trouverait là. Et surtout, c’est l’endroit de Londres où absolument tout le monde se fout que les gens soient bizarres ou pas. Alors c’est le coin idéal pour en cacher, des gens bizarres. Les enfants maudits du monde sorcier.

WILLOW – « Ca a beau être un trou moldu, y’a quand même un coin de chez nous du genre l’allée des embrumes. En plus louche. »

Et vu que c’est le repère des lycans, c’est pas là où j’emmènerai Aby. Ils m’accepteront peut-être, mais pas elle.

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1789
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Ven 13 Oct - 23:42

T'sais pas combien d'temps t'as attendu avant qu'elle n'arrive, même pas consciente que – pour une fois – elle est à l'heure. C'pas dans ses habitudes, à vrai dire, et c'pas non plus dans les tiennes d'avoir le regard si vide. Dans l'vague, amertume brisée par quelques paroles qui t'ramènent à la réalité, et t'f'rait presque sursauter si l'geste qu'elle a fait juste avant n't'avait pas légèrement sorti d'ta transe. « Salut, Aby. T’vas bien ? T’as passé une bonne semaine ? » T'tournes la tête vers elle, tentant d'sourire en entendant sa voix pleine de joie. T'aimerais être aussi heureuse qu'elle, mais tu l'peux juste pas. « Salut Low, moi ça va et toi ? » Mensonge, mais faut croire que même au bout du rouleau t'veux pas paraître faible si facilement. Par fierté, qu'importe que ce soit honteusement stupide.

T'tentes de t'concentrer sur elle seule, d'chasser d'ton esprit toutes ces songes qui te hantent depuis. L'bébé, Ode, les menaces, Mallory, l'statut d'bâtard – qu'est-ce qu't'as bien pu faire pour mériter tout ça ? « Si ça te dit, j’connais les meilleurs bars du coin. Ou sinon on peut se balader un peu partout, et j’te fais visiter. » T'voudrais dire oui aux bars, à l'alcool et aux abus à en perdre la tête, pourtant t'peux qu'baisser un instant les yeux. C'pas qu'tu réfléchis, juste qu'tu réalises qu'faire cela c'est un danger. Un risque qu't'es p't'être plus prête à prendre, même si tu l'as fait face à lui. « Une balade m'tente bien, si ça t'dit. Fais-moi visiter, que j'puisse un peu m'comporter en touriste. » T'es rarement v'nue dans c'coin-ci du Londres moldu, à vrai dire c'est Willow qui a choisi le lieu de rendez-vous. Vaut mieux contempler qu'boire, tu t'dis. Sauf qu'l'alcool t'aurais permis d'oublier, alors qu'marcher risque de délier ta langue – pas qu'tu l'réalises, c'la dit. T'acceptes juste, un mince sourire aux lèvres, juste de quoi la rassurer, ou du moins tenter.

_________________
I might only have one match but I can make an explosion. And all those things I didn't say, wrecking balls inside my brain, I will scream them loud tonight. Can you hear my voice this time ? This is my fight song, take back my life song, prove I'm alright song. My power's turned on, starting right now I'll be strong. I'll play my fight song and I don't really care if nobody else believes 'cause I've still got a lot of fight left in me.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
gryffondor ◊ bold, honourable

gryffondor ◊ bold, honourable


Messages : 365
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Dim 15 Oct - 23:10

Fuir la réalité
ABYLOW
••••

J’sais pas pourquoi j’ai proposé à Aby de venir dans ce coin. N’importe qui d’autre dans ma situation aurait tout fait pour ne jamais y retourner. Réaction logique, sauf que j’ai jamais prétendu l’être. Insondables mystères de l’âme féminine… ou sinon, c’est une manière de dire au revoir à ce quartier où je ne remettrait sans doute jamais les pieds. Ca me rappelle une époque de ma vie que j’aimerais mieux oublier. J’sais pas pourquoi j’ai choisi ce coin. P’tet que c’est pour lui dire au revoir définitivement – parce qu’apparemment j’remettrai jamais les pieds ici. A moins d’y être obligée. Ou de le faire visiter à Charles.
Aby, elle a pas l’air bien. Au bout du rouleau même, j’peux facilement le voir. Sauf que j’ai pas envie de lui rappeler ça, plutôt de passer un bon moment ensemble, alors j’décide de pas poser de questions sans qu’elle commence à parler. Mais j’sens qu’il y a quelque chose de différent chez elle, c’est les sens exacerbés de Hooper qui me le disent. J’suis incapable de savoir quoi. Et ça me va.

ABY – « Salut Low, moi ça va et toi ? »

J’souris. Pour une fois j’aime qu’on me pose la question, parce que j’ai envie de crier sur tous les toits à quel point ma vie est redevenue presque normale – sauf que j’ai pas le droit. Pas pour le moment. Pas tant que c’pas officiellement approuvé par le Ministère et que Charles soit d’accord pour qu’on le dise au monde entier.

WILLOW – « J’peux qu’aller bien vu que je passe pas les vacances à l’orphelinat mais que c’quand même dehors. »

Je parle en énigmes, comme d’habitude. A force de le faire ça vient tout seul.

ABY – « Une balade m'tente bien, si ça t'dit. Fais-moi visiter, que j'puisse un peu m'comporter en touriste. »

J’y ai réfléchi, à ce qu’on pourrait faire, alors j’lui montre comment sortir du square, parce qu’il est pas mal grand, la saleté. Ou au moins comment choisir la bonne sortie pour se retrouver dans les meilleurs coins de Blackpool.

WILLOW – « Perso, j’ai faim. Ca te dit un fish and chips ? C’est un truc moldu vraiment bon, aussi bon que la bouffe de Poudlard. Et dans ce coin y’a les meilleurs de Londres. »

J’avance dans les ruelles, ignorant les odeurs de drogues. Ca pue, dans l’coin. Le quartier est mal famé, et s’ils l’ont choisi c’parce que personne se douterait qu’un Orphelinat se trouverait là. Et surtout, c’est l’endroit de Londres où absolument tout le monde se fout que les gens soient bizarres ou pas. Alors c’est le coin idéal pour en cacher, des gens bizarres. Les enfants maudits du monde sorcier.

WILLOW – « Ca a beau être un trou moldu, y’a quand même un coin de chez nous du genre l’allée des embrumes. En plus louche. »

Et vu que c’est le repère des lycans, c’est pas là où j’emmènerai Aby. Ils m’accepteront peut-être, mais pas elle.

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1789
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Jeu 19 Oct - 23:17

T'sais pas où t'as trouvé la force de sortir de chez toi pour rejoindre Londres en transplanant alors que t'as le moral dans les chaussettes. Peut-être dans cette amertume qui brûle en toi depuis qu'il t'a rejetée, cette colère face à son regard dégoûté et son refus catégorique de t'aider qu'il a sans aucune hésitation exprimé dans ce stupide bar moldu. Au fond, t'as vu ça comme une échappatoire, une manière de fuir la réalité sans vraiment savoir comment faire. T'aurais voulu voire, sauf que l'alcool ça t'ramène au parasite qui grandit dans ton ventre, et t'veux pas qu'il t'abandonne. Pas alors que t'as l'impression qu'il est tout ce qu'il te reste, parce que même les MacFusty semblent te tourner le dos au profit d'Ysolte. Bâtarde ou pas, t'es persuadée d'pas mériter c'traitement, et t'refuses que ton enfant subisse la même chose. Comme si tu pouvais faire quelque chose contre, en vrai.

T'parles, t'discutes pour pas penser, et t'mens lorsqu'elle t'demande comment tu vas. Tu n'vas pas bien, mais t'veux pas y réfléchir. « J’peux qu’aller bien vu que je passe pas les vacances à l’orphelinat mais que c’quand même dehors. » « T'as visiblement pas fugué et t'es pas derrière les barreaux, donc c'est déjà pas mal... J'peux savoir ou même à moi tu veux cacher la vérité ? » qu'tu d'mandes en arquant un sourcil inquisiteur, même si t'as d'viné à son r'gard pétillant qu'c'était une bonne nouvelle. Elle a jamais aimé l'orphelinat ou elle a grandi, tu l'sais, mais tu t'doutes pas d'la manière dont elle a pu le quitter.

Puis tu la suis pour sortir du square, alors qu't'as même pas r'marqué qu'il était si grand qu'ça, bouffé par trop d'démons. T'sais pas où t'es, et tu t'en fous – t'veux juste t'balader et cesser d'penser. « Perso, j’ai faim. Ca te dit un fish and chips ? C’est un truc moldu vraiment bon, aussi bon que la bouffe de Poudlard. Et dans ce coin y’a les meilleurs de Londres. » T'souris avant d'hocher la tête en signe d'approbation. « J'te suis. » T'marches à sa suite sans savoir où vous allez, lui faisant simplement confiance pour l'trajet, et tentant d'ignorer ton ventre qui rugit d'supporter une autre vie qui grandit en toi. T'grognes toi aussi, mais en silence, et t'tentes de t'concentrer sur c'qu'Willow dit. « Ça a beau être un trou moldu, y’a quand même un coin de chez nous du genre l’allée des embrumes. En plus louche. » Impossible d'pas faire gaffe à l'odeur des lieux, et aux r'gards qu'on vous lance parfois d'puis certaines ruelles sombres – c'est terriblement glauque. « C'est vraiment là qu'tu comptes m'amener, ou c'est juste un passage obligatoire ? » Willow guide touristique – c'était vraiment une bonne idée, t'es sûre ?

_________________
I might only have one match but I can make an explosion. And all those things I didn't say, wrecking balls inside my brain, I will scream them loud tonight. Can you hear my voice this time ? This is my fight song, take back my life song, prove I'm alright song. My power's turned on, starting right now I'll be strong. I'll play my fight song and I don't really care if nobody else believes 'cause I've still got a lot of fight left in me.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
gryffondor ◊ bold, honourable

gryffondor ◊ bold, honourable


Messages : 365
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Lun 23 Oct - 19:47

Fuir la réalité
ABYLOW
••••

J’dois avoir l’air débile, à pas pouvoir m’empêcher de sourire. Certes, la pleine lune arrive. C’est dans vraiment pas longtemps – demain – et ça se voit, parce que j’ai des mouvements trop rapides, les sens trop aiguisés et une paranoïa encore plus forte que d’habitude. Et surtout, on sent dans l’air du quartier que les gens ne sont pas calmes. Du tout. Normal, vu qu’ils sont tout aussi lycans que moi.
J’remonte ma capuche sur mon visage, mal à l’aise. J’aurais pas dû choisir cette sortie-là, parce que le coin n’est vraiment pas génial. J’accélère, en faisant signe à Aby de faire pareil. Ce serait une mauvaise idée qu’on se fasse prendre par des lycans énervés à l’approche de la pleine lune. Parce que j’suis pas sûre qu’on s’en sorte entières.
Quelle idiote, vraiment.
ABI – « T'as visiblement pas fugué et t'es pas derrière les barreaux, donc c'est déjà pas mal... J'peux savoir ou même à moi tu veux cacher la vérité ? »
J’ai un sourire en coin, elle ne m’aura pas en faisant semblant. La faute au loup qui arrive à tout savoir ou presque, tellement que c’en est énervant.
WILLOW – « J’te le dis que si tu me dis ce qui ne va pas. » qu’je réponds, sans me laisser démonter par le quartier pourri qu’on traverse. Faut faire semblant d’être à l’aise, dans ces coins-là. Sinon on est foutues. ABI – « J’te suis. C'est vraiment là qu'tu comptes m'amener, ou c'est juste un passage obligatoire ?»
J’souris, contente qu’elle soit d’accord pour tester du moldu. C’est pas souvent que ça arrive, et j’peux qu’en profiter un max à chaque fois. WILLOW – « Alors dépêche toi pour qu’on avance, ce coin est franchement pourri. Mais on est obligées de passer par là, j’suis désolée Aby. »
Désolée, vraiment. Mais on n’a pas le choix.

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1789
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Mer 25 Oct - 18:52

L'endroit ne te plaît pas du tout, cela dit tu ne peux rien faire d'autre que suivre Willow à travers ce coin excessivement pesant. Tu ne peux pourtant pas ignorer le sourire que conserve ton ami tandis qu'elle remonte sa capuche sur sa tête. Oppressée par cette sombre rue que vous traversez, t'es tout de même intriguée par son air, tentant de lui tirer les verres du nez plus ou moins subtilement. Finalement plus tant qu'ça, mais tu t'en fiches à présent. « J’te le dis que si tu me dis ce qui ne va pas. » « Du chantage, sérieux ? » qu'tu grommelles, mécontente qu'elle la joue ainsi. Mais tu sais qu'tu gagneras pas contre elle, et tu veux savoir. « J'me suis engueulée avec Mallory avec les vacances, » qu'tu réponds alors en haussant les épaules. Mensonge par omission, c'est pas vraiment un mensonge, pas vrai ? « A ton tour. » Donnant-donnant comme on dit.

Ce coin craint, et t'hésites pas à lui dire, espérant qu'elle ne compte pas t'amener ici. « Alors dépêche toi pour qu’on avance, ce coin est franchement pourri. » Non, vraiment ? « Mais on est obligées de passer par là, j’suis désolée Aby. » Super, qu'tu grognes intérieurement. « C'est pas grave, marche plus vite, » qu'tu lui demandes à voix basse, t'saisissant par réflexe de sa main comme si ça pouvait te rassurer. Comme si elle pouvait te protéger, vous protéger maintenant que lui vous a abandonnés.

_________________
I might only have one match but I can make an explosion. And all those things I didn't say, wrecking balls inside my brain, I will scream them loud tonight. Can you hear my voice this time ? This is my fight song, take back my life song, prove I'm alright song. My power's turned on, starting right now I'll be strong. I'll play my fight song and I don't really care if nobody else believes 'cause I've still got a lot of fight left in me.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
gryffondor ◊ bold, honourable

gryffondor ◊ bold, honourable


Messages : 365
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Mer 25 Oct - 22:53

Fuir la réalité
ABYLOW
••••

J'vois qu'Aby n'est pas à l'aise - pas à l'aise du tout. Et j'me mordille les lèvres, gênée. C'était peut-être pas une bonne idée d'venir passer la soirée dans le coin. Rectification, c'est même nul comme plan, et j'me creuse la tête pour en trouver un nouveau. Y'a la culpabilité qui m'envahit d'un coup - une sensation habituelle mais désagréable. J'refuse que mon amie passe une soirée pourrie par ma faute alors qu'elle a visiblement vraiment besoin qu'on lui remonte le moral. En attendant mon idée de chantage fonctionne même si Aby repère la technique tout de suite. Pour changer l'ambiance, j'tire la langue. Autant tourner ça en plaisanterie.

ABY - « Du chantage, sérieux ? J'me suis engueulée avec Mallory avec les vacances.»

J'fais la moue, même si j'ai jamais compris c'que Aby peut bien trouver à Rowle, j'la comprends. Y'a rien de plus frustrant qu'une engueulade avec quelqu'un qui compte vraiment.
J'suppose qu'elle a besoin de parler, en vrai, mais qu'elle le fera jamais par elle-même.

WILLOW - «J'suis désolée pour toi... C'est arrivé comment ? Vous aviez l'air d'être trop proches pour pouvoir vous engueuler un jour.»

J'pense à voix haute, comme d'habitude. Mais ça la dérange pas, en général.

ABY - « A ton tour. »

J'lui offre un grand sourire vu que c'est officiel - ou presque, ça le sera après les vacances - et qu'à Aby j'peux me permettre de le dire. J'pense pas qu'elle ira cafter.

WILLOW - «J'passe mes vacances et le reste de ma vie chez mon grand frère», que j'annonce avec le coeur qui bat et les yeux qui brillent. «J'irai plus jamais à l'orphelinat.»

J'ai envie de danser partout, mais j'évite. C'pas le moment, pas l'endroit, et j'pense la même chose qu'Aby me dit ensuite.

ABY - « C'est pas grave, marche plus vite, »

Je me tends légèrement quand elle m'attrape la main, toujours pas à l'aise avec les contacts humains. Alors qu'en vrai c'est juste Hooper qui grogne à l'intérieur.

WILLOW - «T'es sûre ? Vu que j'ai mon permis d'transplanage on peut aussi aller chez mon frère. J'parie qu'il sera content de te voir, tu devinera jamais qui c'est.»

Elle devinera jamais parce que j'suis sûre que personne se doute que le propriétaire de Zonko's peut avoir une vie en dehors de sa boutique.

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1789
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Jeu 26 Oct - 11:40

Mentir par omission – ta stratégie actuelle face à la Gryffondor qui se serre du chantage pour t'avoir à l'usure. T'aimes pas ça, mais qu'est-ce que tu peux bien faire contre finalement ? « J'suis désolée pour toi... C'est arrivé comment ? Vous aviez l'air d'être trop proches pour pouvoir vous engueuler un jour. » Trop proches pour vous engueuler, qu'elle vous affirme. Trop – le problème il est bien dans ce mot. T'as pas envie d'en parler au fond, mais tu te vois pas non plus dire à Low que ce ne sont pas ses affaires. Grâce à elle tu vas pouvoir changer d'air, alors t'es pas indigne au p« C'est un sang-pur, et il paraît que ça a de l'importance. » Pourquoi ? Tu t'le demandes encore. « Alors il va se fiancer, et ça a créé des tensions. Fallait bien qu'une engueulade éclate à un moment, j'suppose. » Haussement d'épaules alors qu't'imites du mieux qu'tu l'peux l'indifférence. Ça a l'air crédible, alors surtout tu ne dois pas te démonter. Pas maintenant.

C'est à ton tour de te montrer curieuse, et au sien de dire ce qu'elle a sur le cœur. D'avouer ce qui la fait sourire à ce point, histoire d'égayer la conversation dans cet endroit que tu juges bien peu fréquentable. « J'passe mes vacances et le reste de ma vie chez mon grand frère. J'irai plus jamais à l'orphelinat. » Tu voudrais la serrer dans tes bras, mais le lieu n'est pas approprié pour que vous traîniez ainsi. et puis y'a cet immense sourire qui barre ton visage qui suffit à prouver à quel point t'es heureuse pour elle. « Strangulot c'est génial Low, j'suis tellement contente pour toi, » qu'tu lances, amusée d'voir ses yeux qui brillent ainsi. Sauf qu'bien vite tout c'qui vous entoure vous rattrape, et qu'tu prends sa main sans réfléchir au fait qu'elle n'aime pas les contacts. T'as juste besoin d'être rassurée alors qu'tu l'implores presque de marcher plus vite. « T'es sûre ? Vu que j'ai mon permis d'transplanage on peut aussi aller chez mon frère. J'parie qu'il sera content de te voir, tu devinera jamais qui c'est. » Involontairement, tes yeux s'écarquillent légèrement puis tu te ressaisis du mieux qu'tu l'peux. « Je... » Bouse d'hippogriffe, tu n'sais même pas si tu peux transplaner dans ton état. Sans doute oui, ça devrait pas présenter de risque... si ? T'as juste pas l'temps d'y réfléchir, en fait. « J'te suis, » qu't'affirmes en hochant brièvement la tête. Tu veux juste quitter ce coin à l'ambiance pesante, que ce soit en accélérant le pas ou en transplanant.

_________________
I might only have one match but I can make an explosion. And all those things I didn't say, wrecking balls inside my brain, I will scream them loud tonight. Can you hear my voice this time ? This is my fight song, take back my life song, prove I'm alright song. My power's turned on, starting right now I'll be strong. I'll play my fight song and I don't really care if nobody else believes 'cause I've still got a lot of fight left in me.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
gryffondor ◊ bold, honourable

gryffondor ◊ bold, honourable


Messages : 365
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Ven 27 Oct - 19:19

Fuir la réalité
ABYLOW
••••

J’ai jamais pu le saquer, Rowle, mais sans doute qu’le fait qu’on soit adversaires au Quidditch y est pour quelque chose. Parce qu’une fois sur le terrain, on oublie les amitiés et le reste, y’a plus que le match qui compte. La victoire et c’est tout, j’suis même sûre de ne pas en vouloir à Charles si on joue contre Serdaigle et qu’il vient, et qu’il supporte les bleus vu que c’est son ancienne maison à Poudlard, plutôt que me choisir et supporter Gryffondor. Y’a rien de plus logique au fond.
Du coup j’ai jamais tenté d’approcher Rowle plus loin que sur un terrain de Quidditch, et j’peux qu’être contente qu’Aby se soit engueulée avec lui – au moins j’aurai plus à m’arranger pour qu’on se voie quand il n’est pas dans les parages. Sauf que j’ai pas le droit de penser ça, et que je devrais me concentrer sur Aby au lieu d’inventer n’importe quoi.
ABY – « C'est un sang-pur, et il paraît que ça a de l'importance. Alors il va se fiancer, et ça a créé des tensions. Fallait bien qu'une engueulade éclate à un moment, j'suppose. »
Et j’me souviens – j’me disais bien qu’il y avait un truc bizarre, dans le schéma. J’me souviens d’un coup que le Rowle dont elle parle, c’est le fiancé de L., et que ça se trouve L. ne m’a pas tout dit et son rendez-vous galant d’avant les vacances s’est plus que bien passé ?
WILLOW – « ‘Sont tous pareils, de toute façon. A passer le statut du sang au-dessus du reste parce qu’ils ont que ça en tête. Fais pas gaffe, Aby, soit il reprendra ses esprits et il reviendra, soit il est aussi barré que les autres et faut laisser tomber. »
Y’a rien de plus simple dans ma tête, faisant pas partie d’cette soit-disant élite j’y connais rien – j’sais juste qu’ils sont suffisamment barrés pour envoyer un loup-garou détruire une famille entière. Alors ça m’étonne pas tant que ça qu’il ait jeté sa meilleure amie pour une inconnue – même si ça me dépasse. Mais l’sujet de Mallory Rowle s’fait vite oublier quand j’annonce à Aby la nouvelle. J’vais vivre chez Charles maintenant, et je verrai mes parents lundi. Et j’irai plus jamais dans ce quartier pourri.
ABY – « Strangulot c'est génial Low, j'suis tellement contente pour toi»
WILLOW – « J’suis encore plus contente si t’es contente. »
J’souris encore, j’peux pas arrêter quand ça parle de Charles, en vrai. Et je lui propose de rentrer à l’Auberge, vu l’endroit. Enfin c’est surtout que j’me sens coupable et que je déteste ça, et la seule solution que je vois c’est d’y aller.
ABY – « Je… J'te suis. »
J’fronce les sourcils, sans comprendre pourquoi elle hésite. Je passe un bras autour d’elle, me concentrant sur Pré-au-lard et surtout l’Auberge des Perdus. On arrive juste ensuite dans la rue principale, et j’me tourne vers elle.
WILLOW – « Et voilà, transplanage réussi ! Y’avait pas de quoi flipper. »

••••

by Wiise
[/quote]

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix ◊ soutien

staff & ordre du phénix ◊ soutien


Messages : 465
Date d'inscription : 23/05/2016
Localisation : quelque part dans Zonko, boutique de farces et attrapes

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Sam 28 Oct - 20:39

fuir la réalité
Il portait un tablier. C'était une chose récurrente quand il devait cuisiner un repas entier - un diner pour deux, ce soir, quand il sait qu'il y a des chances qu'il soit seul avec son fiancé. Fiancés - il sourit de toutes ses dents, et se remet à danser sur la musique qui passe sur sa radio sorcière - ensorcelée par les bons soins d'Adonis, qui sait combien il aime écouter de la musique quand il cuisine. Et il aime danser - aussi - en portant un tablier. Et rien en-dessous.  
La raison en est qu'il sait qu'Adonis devrait pas tarder, qu'Ares est chez une amie , qu'Aigneas sur son île, Lou et Alienor chez elles, et Willow dehors. Alors ils vont être seuls. En théorie
En théorie - sauf que le destin veut toujours s'amuser des espoirs de Charles qui voit sa vie sexuelle réduite à la chambre depuis un certain temps. Pas qu'il s'en plaigne, mais il aimait varier les plaisirS. Et quand il entend la porte d'entrée s'ouvrir il peut que exulter, la spatule en l'air, quittant la cuisine, pour rejoindre son fiancée -
Charles - « Chéri ! Enfin tu es là, j'ai préparé du chocolat pour pouvoir t'en mettre sur le - LOW ?? » Il s'arrête - le cul nul, la spatule en l'air, l'excitation qui redescend d'un coup. Choqué. Choqué - parce qu'en plus elle est pas seule, la petite soeur, mais a amené une autre gamine avec elle.
Charles - « J'pensais pas que tu rentrais je... Je suis Charles, Zonko. Enchanté. » Dit-il en tendant sa main libre à l'invitée, sans se soucier un moment de son manque de pudeur - pas que quiconque dans l'Auberge n'y sois pas habitué, et tous avaient déjà pu admirer son beau fessier. Même sa soeur. Oui. « Désolée pour la tenue, j'attends mon fiancé, parce que je pensais que nous serions seuls - mais puisque vous êtes là toutes les deux, entrez, et servez vous à boire. »


_________________
i love the way you love
◊ I can't tell you what it really is. I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife, in my windpipe. I can't breathe, but I still fight, while I can fight As long as the wrong feels right, it's like I'm in flight.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 1789
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : Poudlard

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Lun 30 Oct - 11:46

T'aurais voulu ne pas parler de Mallory, mais l'fait est qu't'as vraiment envie de savoir c'qui fait sourire ainsi la Gryffondor qui n'a jamais semblé aussi joyeuse qu'aujourd'hui. Alors tu cèdes, occultant néanmoins certaines informations que tu ne veux pas révéler, suffisamment habituée à cela pour que ton amie ne remarque rien. Elle est bien plus occupée à grommeler contre le responsable de ton état émotionnel, d'autant plus que tu crois te souvenir qu'elle et lui ce n'est pas le grand amour. « ‘Sont tous pareils, [...] soit il est aussi barré que les autres et faut laisser tomber. » « T'as sans doute raison, » qu'tu réponds alors, même si t'y crois qu'à moitié. T'es pas capable de laisser tomber, en vrai, mais tu tentes de penser à autre chose, indéniablement heureuse pour Willow lorsqu'elle t'annonce avoir retrouvé son frère. Parce qu'elle a une véritable famille désormais, et plus un orphelinat mal famé pour l'accueillir durant les vacances. « J’suis encore plus contente si t’es contente. » Tu souffles du nez d'la voir réagir comme ça, léger rire silencieux avant qu'elle ne te propose de transplaner.

Sauf que tu ne peux pas lui expliquer pourquoi tu hésites, préférant la laisser t'entourer d'un bras puis s'concentrer pour qu'tout s'passe bien. C'est l'cas d'ailleurs – saines et sauves vous arrivez toutes deux à Pré-au-Lard. « Et voilà, transplanage réussi ! Y’avait pas de quoi flipper. » Rassurée qu'elle pense que ton trouble vienne de son manque d'expérience, tu lui décoches un sourire avant d'répondre. « Fais pas comme si ça t'arrivait jamais, » qu'tu lâches avec un clin d’œil. C'là qu'elle se dirige vers une porte, et quand elle commence à l'ouvrir une voix s'fait entendre. « Chéri ! Enfin tu es là, j'ai préparé du chocolat pour pouvoir t'en mettre sur le - LOW ?? » T'plaques ta main sur ta bouche pour pas rire, mais c'pas une réussite – t'es déjà en train de pouffer. « J'pensais pas que tu rentrais je... Je suis Charles, Zonko. Enchanté. » « Enchantée monsieur Zonko, » qu'tu réponds sans pouvoir dissimuler l'rire dans ta voix lorsque tu lui sers la main. « Désolée pour la tenue, [...] et servez vous à boire. » « Quand Low m'a proposé de venir, je pensais pas qu'on dérangerait, » qu't'avoues, l'air qu'à moitié gênée – voire pas du tout. « Je pensais pas que ton frère était l'propriétaire d'la boutique de Pré-au-Lard. C'est... amusant. »

_________________
I might only have one match but I can make an explosion. And all those things I didn't say, wrecking balls inside my brain, I will scream them loud tonight. Can you hear my voice this time ? This is my fight song, take back my life song, prove I'm alright song. My power's turned on, starting right now I'll be strong. I'll play my fight song and I don't really care if nobody else believes 'cause I've still got a lot of fight left in me.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
gryffondor ◊ bold, honourable

gryffondor ◊ bold, honourable


Messages : 365
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   Mar 7 Nov - 10:09

Fuir la réalité
ABYLOW
••••

J'me sens coupable - coupable d'avoir emmené Aby dans ce coin-là alors que y'a pas pire dans Londres. Faut dire qu'ils avaient besoin de les cacher, les hybrides comme moi, alors quoi de plus utile qu'un quartier mal famé pile dans le coin des garous ? Des gens censés diraient que c'est trop évident - mais y'a rien de plus utile que les cachettes les plus évidentes pour dissimuler les enfants maudits du monde sorcier. C'est pour ça que je la fais transplaner, Aby, pour trouver un endroit plus agréable - et pour ça y'a rien de mieux que l'Auberge.
ABY - « T'as sans doute raison, »
WILLOW - « Evidemment vu que j'ai toujours raison. » J'fanfaronne - mais c'est pour arranger la situation. La rendre un peu moins glauque qu'elle ne l'est maintenant, même si c'est censé aller déjà mieux vu qu'on arrive devant la boutique de Charles.
ABY - « Fais pas comme si ça t'arrivait jamais, »
J'soupire, à croire que je suis la seule à retenir l'Histoire de Poudlard.
WILLOW - « J'te rappelle qu'on n'a pas le droit de transplaner dans Poudlard, alors j'en ai pas souvent l'occasion, mais j'ai jamais été désartibulée pour le moment - la preuve ! » J'fais un tour sur moi-même pour montrer qu'il ne manque rien, et j'finis par ouvrir la porte - avant de sursauter en voyant Charles se pointer.
Surtout dans la tenue où il est - mais si j'ai l'habitude de ça, Aby ne doit pas avoir un deuxième Charles chez elle.
CHARLES - « Chéri ! Enfin tu es là, j'ai préparé du chocolat pour pouvoir t'en mettre sur le - LOW ?? »
J'fronce les sourcils, curieuse de savoir où. Et en même temps non, mais si ça peut gêner Charles c'est utile.
WILLOW - «Tu voulais le mettre où le chocolat, Charlie ?» j'demande en faisant une tête innocente. «Nan en fait oublie, j'veux pas savoir.»
Vraiment pas savoir. J'ai pas envie de faire des cauchemars cette nuit.
CHARLES - « J'pensais pas que tu rentrais je... Je suis Charles, Zonko. Enchanté. Désolée pour la tenue, [...] et servez vous à boire. »
J'écoute à peine les excuses d'Aby - j'préfère m'amuser du fait que Charles soit quand même un peu gêné.
WILLOW - « Oublie le Monsieur, Aby, il aime pas les formalités. On va prendre un truc et aller dans ma chambre et mettre un sort de silence, t'as intérêt à faire pareil. Ça te va, Aby ?»
J'demande quand même, au cas où, histoire de pas rater mon coup cette fois.

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fuir la réalité – Abilow – Londres moldu – vacances d'avril 1978
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Retourneur de Temps :: Les RPs Vifs-
Sauter vers: