AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 59
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Ven 13 Oct - 20:08

Allyde
Les retrouvailles
Devant lui ses mains jointes tremblent un peu. D'appréhension bien-sûr ais surtout du jugement qui ne va plus tarder maintenant. Il est debout contre un bureau et devant lui, son père et sa mère se regardent un bon moment. C'est la première chose qu'il devait faire même avant de voir Eden ou Allegra, surtout cette dernière. Ne pas voir sa sœur sans l'aval des parents, c'était un passage obligatoire pour lui. Ses parents adoptifs certes, mais ses parents quand même finissent par se lever et le père s'approche. Doucement il enlace Clyde qui sans pouvoir se retenir, se met à verser quelques larmes de libération sur l'épaule de son père. Il a eut peur d'être rejeté, d'être envoyé sur les roses pour la honte qu'il a causé à cette famille. Ils ne sont pas ses vrais parents, il n'est qu'un gosse perdu récupéré pour en faire un homme et lui donner une bonne éducation, il n'aurait jamais du leur causer un tel tord. Sauf qu'aujourd'hui et pour la première fois il a avoué que le sort de magie noire ce n'était pas sa faute, de toute façon ce n'est pas son style. Et ses parents le croient bien volontiers. Alors il se sent respirer, soulagé avant d'essuyer ses larmes et d'enlacer sa mère. Il demande pardon mais elle le fait taire, lui disant que si ce n'est pas sa faute il n'a rien à se faire pardonner. C'est la règle entre Greengrass, on ne remet pas la parole d'un membre de la famille en doute, là repose la confiance entre tous les membres et l'équilibre. Et il ne ment pas, ce foutu sort envoyé n'était pas de lui. Il aurait préféré mourir que de causer un tel préjudice aux siens.

Voila bientôt deux semaines qu'il est sorti de prison et il ne pouvait plus tenir, il devait venir s'excuser dans l'immense manoir Londonien des Greengrass. Il avait peur c'est vrai mais il savait que ses parents allaient l'écouter. « Ta sœur ne devrait plus tarder. » Il hoche la tête doucement et s'écarte de ses parents, leur offrant un sourire d'excuse pour les quelques larmes versées, unique signe de faiblesse qu'il s'accorde de temps en temps. « Dites lui que je suis déjà reparti... J'aimerais lui faire une surprise. » Ils acceptent aussitôt et sans un bruit il monte à l'étage, jusqu'à ce qui était sa chambre autrefois. Là il trouve un beau costume blanc de mariage, fait sur mesure qu'il a commandé dés sa sortie d'Azkaban. Il ne dit rien et tout doucement ôte les vêtements qu'il porte, pour enfiler ce costume blanc. Une surprise pour Allegra, il espère que cela lui fera plaisir. Puis il verrouille la porte de sa chambre et bientôt il entend du bruit, signe que sa sœur est rentrée et a sans doute demandée où il était. Sauf qu'il l'entend monter les marches et s'installer dans une pièce non loin. Au bout de quelques secondes c'est un son de violon qui vient jusqu'à ses oreilles et il comprend qu'elle joue sa tristesse, pour lui. Refusant de la laisser plus longtemps comme ça il déverrouille sa chambre et sort pour aller à l'encontre de sa sœur qui joue sur son instrument, mais de dos. Le souffle coupé par la hâte de ne pas l'avoir vue depuis quatre ans, il reste un instant dans l'embrasure de la porte, à regarder la chevelure noire de sa cadette. Puis ses mains se glissent dans les poches de son pantalon blanc tout aussi immaculé que le reste des vêtements. « J'ai entendu dire que tu te mariais, crois-tu que ce costume convienne ? » Qu'il demande au bout d'un moment, le sourire aux lèvres. « Bonjour petite sœur. »

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 317
Date d'inscription : 29/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Dim 15 Oct - 22:07


Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère.
Clyde et Allegra Greengrass
Mère - « Inutile d'attendre ta lettre plus longtemps Allegra. »
Allegra - « Et pourquoi cela ? Jamais Clyde n'a oublié ma lettre en quatre ans. »
Mère - « Parce qu'il est sorti d'Azkaban à présent. »
Allegra - « Impossible. »
Mère - « C'est pourtant le cas, Allegra. »
Allegra - « Si c'était le cas, mon frère serait là. Alors où est-il ? »


Elle essayait de ne pas y penser, agissant comme de coutume sans se laisser le temps de s'arrêter. Elle revenait de Londres, où elle avait passé la journée à visiter des locaux pour la belle Effie. Elle aimait avoir cette excuse pour ne pas penser à son frère. Elle aimait passer son temps à refuser des lieux proposés par l'agent immobilier, pour des raisons stupides. Elle hurler, parfois, excédée de ne pas trouver ce qui lui fallait. Jusqu'à ce que le sorcier se tourne pour lui assurer qu'elle devrait réfléchir à ce qu'elle recherche avant de venir l'importuner. Elle n'avait pu répondre qu'en tournant sur elle pour sortir de la pièce en claquant la porte derrière elle. Elle avait retrouvé Evan, plus tard, le découvrant dans le salon des Goyle à torturer un impurs - elle avait trouvé là une occasion de ne plus s'affliger de ses problèmes. Pour aider Evan avec les siens.
Et assurément il n'y avait personne de mieux qu'Evan pour lui faire retrouver le sourire et le sentiment d'être quelqu'un de bien. Elle le quittait avec le coeur plus léger, et le sourire aux lèvres. Mais trop rapidement l'amertume la regagna, lui faisant grincer les dents quand elle se trouvait sur le chemin pour rentrer chez elle. Il commençait à faire nuit, et elle n'avait plus de raison d'éviter ses parents. Pas que l'envie lui manquer depuis deux jours - depuis qu'elle avait appris par sa mère que Clyde était sorti de Prison. Alors qu'elle attendait sa lettre - jour après jour, surveillant son hibou et perdant patience. S'inquiétant au point de ne plus dormir sans l'aide de potion.

Mais Clyde n'était pas venu la voir.
Elle devait se rendre à l'évidence : il ne reviendrait pas pour elle.
Quand elle transplana devant le manoir londonien des Greengrass elle sentit son ventre se tordre, et l'envie de pleurer la prendre. Elle se demanda si Clyde était retourné auprès d'Eden Shacklebolt, et sentit brûler en elle une émotion qu'elle ne connaissait que trop bien après des années à voir Evan flirter avec d'autres filles : la jalousie. La haine, envers la Shacklebolt. La conviction qu'elle pourrait la tuer si le besoin s'en faisait sentir. Elle serrait les dents, entra chez elle sans offrir à ses parents un seul regard - c'était facile de leur en vouloir à eux aussi pour ne lui avoir rien dit plus tôt. A la place, elle prit son violon et rejoignit rapidement le petit salon qui se trouvait près des chambres. Elle aimait cet endroit, plus d'aucun autre ici - elle pouvait voir la nuit par la baie vitrée. Elle sortit l'instrument, et se mit à jouer, laissant ses émotions l'envahir alors. Elle faisait cela depuis longtemps - elle jouait du violon pour cela. Pour laisser ses émotions l'étreindre et s'exprimer par la musique. Pour se libérer de ses peines, de ses maux, de ses regrets. De ses pourquois.  
Pourquoi Clyde n'était-il pas ici ?
Pourquoi Clyde n'avait-il pas prévenu par lettre qu'il sortait ?
Pourquoi Clyde était-il sortit plus tôt de prison ?
Pourquoi Clyde était-il parti en prison au début ?
Quatre ans. Quatre ans. Et elle sentait ses barrières tomber, le masque s'effacer, et sur ses joues des larmes libératrices couler.
Clyde - « J'ai entendu dire que tu te mariais, crois-tu que ce costume convienne ? » Elle se fige, l'archer maintenant en l'air, le son grinçant pour s'arrêteR. Et le silence. Le silence, et elle qui pense à une illusion. Le coeur qui bat trop vite, jusque dans ses tempes lui causant un mal de tête horrible. Et cette voix, revenue d'un passé qu'elle pensait révolue. Elle avait treize ans lorsque son frère a été envoyé à Azkaban. Que dit-on à une enfant de treize ans qui voyait son héros lui être arraché sans comprendre comment, pourquoi ? Clyde n'était pas un méchant dans son histoire. Il était l'homme qu'elle aimait le plus - il était son modèle, son protecteur, son héros, son prince. Il lui avait été arraché injustement, cruellement. Il lui avait horriblement manqué.
Il se trouvait là. Et elle était figée - si c'était une illusion ? Si elle devait le perdre à nouveau ? Mais rien ne pourrait être meilleur encore que de le retrouver. Alors elle fit volte-face.

Et il apparut. Dans son habit blanc - beau. Magnifique. Sublime. Parfait. Elle resta les bras ballants, le violon touchant presque le sol, incapable du moindre mouvement, et les larmes coulant encore sur ses joues.
Clyde - « Bonjour petite sœur. » Elle finit par rire - un rire silencieux, un souffle d'air qui la libère de son immobilité. Et soudainement y il n'y a plus que le bruit sourd du violon qui tombe sur le sol, des pas de courses de la gamine, et ses bras qui entourent le cou de son frère pour le serrer contre elle.
Allegra - « Tout ce que tu trouve à me dire au bout de quatre années, c'est que tu veux venir habillé en blanc à mon mariage ? T'es con, Clyde. » Il n'y a qu'à lui qu'elle parle ainsi. Il n'y a qu'avec lui qu'elle a toujours été libre d'être, de parler, d'agir comme elle l'entendait. ALors elle reste à le serrer contre elle, sur la pointe des pieds pour être à sa hauteur, et elle cache son visage dans son cou, se fichant de parler comme un murmure qu'il comprendrait à peine. « Tu ne sais donc pas qu'il n'y a que les mariés qui seront en blanc, grand frère ? Evan te le pardonnerait jamais. » Rajouta-t-elle avant de finalement se desserrer et de l'étreinte.

ET dans un geste compulsif, de frapper l'arrière de la tête de son frère - le punir de son injustice, le punir pour sa stupidité. LE punir parce qu'elle l'attendait, en s'imaginant qu'il lui reviendrait jamais.
Allegra - « Je peux savoir pourquoi je suis la dernière à être au courant que tu es sorti de prison ? Je mérite pas d'être dans la confidence ? »  


_________________

don't let this feeling fade
What really matters in life? Is it a sprint or a marathon? And what if finish lines make us happy? Or are we glad we can run at all? Can't fall, when I'm sleep, I'm chasing a dream When I wake up and it's over, what did I gain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 59
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Mar 17 Oct - 3:28

Allyde
Les retrouvailles
Les lettres de sa petite sœur, ils les a toutes gardées dans sa cellule humide et couverte de crasse. Il les relisait tous les jours, les unes après les autres et si bien qu'après une année seulement, il les connaissait toutes par cœur et pouvait les réciter les yeux fermés. Cela a été son seul ancrage dans cette prison, le seule chose matérielle qui pouvait le raccrocher à la vie. En dehors de son obsession de revoir tout le monde et de trouver Cassian, ces lettres ont été une bouffée d'air frais qui lui a permis de ne pas sombrer alors que d'autres se laissaient couler dans la folie sans lutter. Il y a de quoi devenir fou à Azkaban, entre les détraqueurs et le sentiment de peur, d'horreur, d'effroi qu'ils transmettent et transportent partout où ils vont et l'enfermement, les hurlements des autres détenus qui ne sont plus eux même et qui n'ont qu'une envie c'est de se jeter dans l'eau qui borde la prison, pour se noyer et sombrer à tout jamais.Tout le monde devient fou dans cette prison et sans la lueur d'espoir que représentaient les lettres de sa petite sœur, lui aussi serait devenu fou à lier. Alors lorsqu'il entend qu'elle joue un air triste pour lui, en son honneur, il ne peut s'empêcher de sortir de sa chambre pour venir l'accueillir, refusant de la laisser encore triste de la sorte. Il s'en veut de s’être caché et d'avoir demandé aux parents de rentrer dans son jeux, mais la surprise en valait la chandelle alors qu'il arrive derrière elle et lui parle. Elle arrête tout mouvement, ne bouge plus, ne semble même plus respirer.

Il sourit, sentant les larmes monter dans ses yeux alors qu'il a imaginé ce moment pendant 4 années, sans savoir que ça serait encore plus beau que dans son imagination. Il n'aurait jamais pu penser que ce serait si fort, qu'elle lui aurait tant manquée sa petite sœur adorée, adorable. Elle se retourne et court vers lui alors qu'il la rattrape dans une étreinte puissante, forte, protectrice, fourre son nez dans les cheveux de sa petite sœur pour respirer son parfum comme si sa vie en dépendait. Il laisse couler une larme, une seule, unique, de trop d'émotion de la retrouver enfin. Il l'aime tant sa sœur, il a juré tant de fois de la protéger. « Tout ce que tu trouve à me dire au bout de quatre années, c'est que tu veux venir habillé en blanc à mon mariage ? T'es con, Clyde. » « J'me disais que ce serait mieux qu'un : Salut, ça va? » Dit-il avec le même éclat de rire avant de la regarder et d'essuyer d'une main, les larmes qui maculent les joues de sa petite sœur. « Tu ne sais donc pas qu'il n'y a que les mariés qui seront en blanc, grand frère ? Evan te le pardonnerait jamais. » « Le blanc représente la pureté. Laisse moi douter de cela, vu les rumeurs de baisers fougueux que vous vous échangez. » Qu'il dit avec le même rire car même si il n'est pas avec elle, les rumeurs arrivaient toujours à ses oreilles. « L'aimes-tu ? Es-tu heureuse avec lui ? » Qu'il demande cette fois-ci, plus soucieux, ne voulant pas que sa petite sœur s'engage dans un mariage sans amour. Certes elle lui a dit plusieurs fois dans ses lettres que Evan était le bon mais maintenant en face d'elle il a besoin de l'entendre. « Je sais qu'il la porte... J'espère qu'il te laisse en dehors de toutes ces histoires, ce n'est pas ta place, n'est-ce pas ? » Qu'il demande cette fois-ci en faisant référence à la marque que Evan porte sur le bras. Il ne veut pas que Allegra soit mélangée à cela et qu'elle prenne des risques, il le refuse expressément.

« Je peux savoir pourquoi je suis la dernière à être au courant que tu es sorti de prison ? Je mérite pas d'être dans la confidence ? » Pris sur le fait il baisse la tête et lui offre un pale sourire d'excuse, fuyant son regard pendant un instant. Il se doit d'être honnête, c'est la base de leur éducation. Ne jamais mentir à un membre de la famille, car c'est uniquement en la famille qu'on peut avoir une confiance aveugle. « J'avais honte de me présenter devant toi. Je devais avant cela... Demander pardon aux parents. J'ai jeté le déshonneur sur notre nom, ils ne méritaient pas cela. » Qu'il dit en se détachant et en s'approchant d'un bar, dont il sort deux verres. Il se tourne vers Allegra et lui demande silencieusement ce qu'elle veut boire avant de se retourner et de servir la boisson de sa sœur et pour lui, un verre de scotch. « Je devais leur dire que ce n'était pas moi. Ce sort de magie noire... Jamais je n'aurais fait ça. Et je devais avoir leur pardon avant de venir te voir. Tu sais que leur jugement est... » Il s'arrête et s'approche d'elle avec son verre, qu'il lui tend. « Vital. »

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 317
Date d'inscription : 29/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Mer 18 Oct - 23:25


Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère.
Clyde et Allegra Greengrass
Elle a le coeur qui bat fort, les barrières qui s'effondre, et elle se laisse aller contre le torse de son frère. Son frère. Elle sourit stupidement, enfouie son visage dans le cou de Clyde Greengrass et laisse son parfum l'envahir. Elle se sent pleurer, mais retiens pas les larmes. Elle a plus de raison de les retenir, de faire croire au reste du monde qu'elle comprend, qu'elle se montre forte, qu'elle ne peut qu'accepter le destin tragique de son frère parce qu'un Greengrass accepte toujours les conséquences. Qu'il se trouve pas de juste milieu, dans la famille à laquelle ils appartiennent - qu'ils ont toujours la conviction de leurs actes, et affrontent toujours les conséquences. Si ils font des erreurs, alors ils doivent être punis. Les règles ne sont pas faites pour être brisées, et si jamais ils s'y amusent alors ils doivent aussi se soumettre aux lois. Accepter les conséquences.
Ca signifie pas être plus fort. Ca signifie pas être meilleurs. Ca signifie pas ne pas en souffrir. Et lorsqu'à treize ans elle a vu son grand frère lui être arraché elle en a souffert, Allegra. Elle s'est forgée cette carapace, jouant la grande dame, et refusant de laisser aux autres les armes pour la blesser parce que c'était devenue facile. Parce qu'ils prononçaient le nom de Clyde avait mépris. Parce qu'elle a failli en devenir folle, de rage, de colère, de chagrin. Parce qu'elle en a frappé, des étudiants qui osaient l'affronter. C'est ainsi qu'elle est devenue reine dans son royaume. C'est ainsi qu'elle a forgé son empire, auprès d'Evan. En détruisant les autres, autant qu'elle se sentait détruite.

Mais il était là, à présent. Elle le serrait contre elle, et les quatre dernières années disparurent soudainement. Il ne restait qu'eux. Eux, et un sourire stupide qui berçait à travers les larmes.
Clyde - « J'me disais que ce serait mieux qu'un : Salut, ça va? » Elle lâche un rire, mais se défait pas de son étreinte, restant contre lui malgré l'inconfort dû la taille immense de son frère. Il était encore plus grand dans son souvenir, la rendant incapable de le prendre contre elle sans la porte. Mais elle avait grandit depuis. Ils avaient grandit tous les deux.
Clyde - « Le blanc représente la pureté. Laisse moi douter de cela, vu les rumeurs de baisers fougueux que vous vous échangez. »
Allegra - « Parce que toi tu es assurément un exemple de pureté et de chasteté, Grand frère. » Dit-elle en se détachant, restant malgré tout proche de lui, le regardant avec des yeux brillants de larmes et de malice. Elle ne pouvait pas nier qu'elle n'avait plus rien de chaste, et qu'Evan était sans doute pire qu'elle - mais elle n'en avait cure. Elle porterait un blanc immaculé, teintée de reflet vert. Et elle ne doutait pas qu'il en serait de même pour son amant. Son fiancé. Et l'idée la faisait toujours sourire, la rendant rayonnante.
Clyde - « L'aimes-tu ? Es-tu heureuse avec lui ? » Elle retrouve la ride d'inquiétude sur son front, les intonations menaçantes dans sa voix, ce sentiment de protection - l'impression de ne pas être seule. De n'avoir jamais à l'être. Plus jamais.
Allegra - « Je l'aime autant qu'il m'aime, et jamais je n'aurai pensé être aussi heureuse dans ma vie, Clyde. C'est lui. C'est le bon, je n'ai aucun doute à ce sujet. » Assure-t-elle avec conviction, ne pouvant mentir quand il s'agissait de ses sentiments pour Evan. Incapable de les ignorer, incapable de les renier. Elle allait l'épouser, et rien ne pouvait la combler plus - sauf peut être que de voir son frère le jour de son mariage se tenir à ses côtés.

Clyde - « Je sais qu'il la porte... J'espère qu'il te laisse en dehors de toutes ces histoires, ce n'est pas ta place, n'est-ce pas ? » La question la prend de court, et il lui faut un moment pour comprendre de quoi il s'agit - la marque. Elle baisse les yeux, sur leurs mains enlacées, et opine.
Allegra - « Je sais où est ma place, Clyde. Je l'ai toujours su. Je ne suis pas une soldat, je laisse aux autres le soin de porter les armes. Et Evan ne me contraindrait pas à faire ce choix. C'est quelqu'un de bien. Tu l'adoreras. » Dit-elle avec un sourire confiant - ne doutant pas que son frère et son fiancé pourraient être proches. Pourraient s'entendre à merveille - après tout ils étaient les deux hommes les plus importants de sa vie.
L'homme de sa vie - son héros, son modèle, son tout. Elle avait toujours donné son amour à son frère sans rien attendre en retour, mais l'avoir cru incapable de la retrouver, avoir pensé qu'il ne désirait pas la voir l'avait torturé. Elle ne pouvait pas comprendre, ou penser qu'il avait eut ce genre d'idées - de couper les ponts avec elle. ALors elle peut pas s'empêcher de se poser la question.
Clyde - « J'avais honte de me présenter devant toi. Je devais avant cela... Demander pardon aux parents. J'ai jeté le déshonneur sur notre nom, ils ne méritaient pas cela. » Elle le voit qui s'éloigne, croise les bras alors qu'il va vers un bar et lui demande silencieusement si elle veut un verre.
Allegra - « Rien merci, ce n'est pas bon pour le bébé. » DIt-elle avec tout le sérieux qu'elle peut contenir, avant de laisser échapper un rire, et de secouer la tête - malicieuse, joueuse, heureuse. Ne donnant que peu d'importance aux dires de son frère. Après tout il n'avait pas été déshonorant. Il avait agit comme un Greengrass, embrassant les conséquences de ses actes sans chercher à aller à l'encontre. « Je plaisante, mais je ne prendrais qu'un jus de citrouille s'il te plait. » Dit-elle avant de rejoigne le canapé où il s'installe bientôt, passant sa main dans la chevelure de son frère machinalement.
Clyde - « Je devais leur dire que ce n'était pas moi. Ce sort de magie noire... Jamais je n'aurais fait ça. Et je devais avoir leur pardon avant de venir te voir. Tu sais que leur jugement est... Vital. » Le silence tombe, alors qu'elle arrête tout mouvement, et laisse son coeur dériver. Innocent. Le mot tombe comme une condamnation sur son ventre, et elle secoue la tête, essayant de reprendre ses esprits.
Allegra - « Qu'est-ce qu'il s'est passé dans ce cas ? Comme tu es innocent... C'est... C'est elle la coupable ? Elle t'a laissé prendre le blâme à sa place, et subir l'emprisonnement ? » Demanda-t-elle en grondant - car si un Greengrass acceptait toujours les conséquences il n'en était pas de même des autres familles qui manquaient cruellement d'honneur. Et Eden Shacklebolt semblait être l'exemple même de cette déviance abjecte. inspirant profondément, Allegra tenta plutôt de contenir ses émotions, prenant son frère par les épaules pour le contraindre à s'allonger sur elle, et caressant ses cheveux à présent que sa tête était posée sur ses genoux.
Allegra - « Tu n'as pas déshonoré notre nom, Clyde. Tu as accepté les conséquences, et tu l'as fait avec dignité. Tu es un parfait Greengrass, n'en doute jamais, je t'en pries. Je suis tellement heureuse de te retrouver... Je craignais que ce jour ne vienne jamais tu sais... »

_________________

don't let this feeling fade
What really matters in life? Is it a sprint or a marathon? And what if finish lines make us happy? Or are we glad we can run at all? Can't fall, when I'm sleep, I'm chasing a dream When I wake up and it's over, what did I gain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 59
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Jeu 19 Oct - 22:26

Allyde
Les retrouvailles
Il la serre fort contre lui, si bien qu'un instant il calme les pressions sur sa sœur car il se dit qu'il va l'étouffer. Mais il respire son parfum qu'il avait oublié en 4 ans enfermé à ne sentir que l'odeur de la pourriture, de la saleté et de l'humidité. La pluie aussi, jamais l'eau n'a semblé plus désagréable qu'enfermé entre les murs d'Azkaban. Alors il fourre son nez dans la chevelure de sa sœur et respire son parfum agréable pendant un long moment, comme il l'a fait avec sa mère lorsque cette dernière est venue le serrer fort. Et son père, il avait oublié le parfum masculin que son père s'appliquait tous les matins après son rasage, une odeur agréable qui reste dans la salle de bain de l'étage, là où il fait sa toilette avant de partir travailler. Clyde avait tout oublié et aujourd'hui il se rend compte comme ses souvenirs ont été arrachés sans douceur, il en pleure sans pouvoir se retenir et sans honte, Allegra ne l'a jamais jugée même pour quelques larmes. Un homme ça doit rester fort et fier mais parfois, à force de se comporter comme un roc on finit par craquer. Et la dizaine de larmes qui coulent sur ses joues ont le pouvoir d'apaiser ses troubles, ses tensions et la honte qui enserre son cœur.

« Parce que toi tu es assurément un exemple de pureté et de chasteté, Grand frère. » Il se laisse aller aux rires, un son qu'il avait oublié lui aussi. Il lève les yeux au ciel avant de passer une main sur son visage et d'effacer les larmes qui c'étaient accumulés sur ses joues. « Je l'aime autant qu'il m'aime, et jamais je n'aurai pensé être aussi heureuse dans ma vie, Clyde. C'est lui. C'est le bon, je n'ai aucun doute à ce sujet. » Il se sent sourire en voyant le regard brillant de sa petite sœur, de son adorée. Alors il hoche la tête avant de poser une dernière question, savoir si oui ou non il l'emporte dans la cause. « Je sais où est ma place, Clyde. Je l'ai toujours su. Je ne suis pas une soldat, je laisse aux autres le soin de porter les armes. Et Evan ne me contraindrait pas à faire ce choix. C'est quelqu'un de bien. Tu l'adoreras. » « Alors c'est un homme bien. Il fait la part des choses entre son cœur et sa raison, c'est très bien. Je suis heureux pour toi Allegra... » Qu'il murmure en venant l'embrasser sur le front, tendrement. « Je le rencontrerais bientôt, nul doute que nous serons de bons amis. » Il ne peut en être autrement avec l'homme qui va épouser sa petite sœur, il doit avant cela parler à Evan Rosier et être sur que ce dernier est un homme correct. Ce n'est pas parce qu'il a été emprisonné qu'il ne fait pas attention aux siens, il a toujours fait en sorte d'avoir des nouvelles d'Allegra et d'écouter les rumeurs.

Il se détache et part se servir un verre qu'il propose à sa sœur. Mais cette dernière refuse en posant sa main sur son ventre. « Rien merci, ce n'est pas bon pour le bébé. » Il se tourne vers elle et arrête de respirer. « Je plaisante, mais je ne prendrais qu'un jus de citrouille s'il te plaît. » Il reprend son souffle et se laisse aller à sourire en même temps qu'elle rit plus fort encore. « Tu es horrible et cruelle ! » Qu'il dit avant de servir un jus de citrouille comme elle le demande et de le refroidir d'un coup de baguette. Puis il revient sur le canapé et donne son verre à sa petite sœur avant de trinquer. A leur retrouvailles ! Sauf qu'elle demande des explications et comme tout bon Greengrass, même si il ne l'est pas par le sang, il se décide à être parfaitement honnête. Il doit l'être avec ceux de sa famille, sinon il ne sera plus bon à rien. « Qu'est-ce qu'il s'est passé dans ce cas ? Comme tu es innocent... C'est... C'est elle la coupable ? Elle t'a laissé prendre le blâme à sa place, et subir l'emprisonnement ? » Elle le contraint à s'allonger sur le canapé pour qu'il laisse sa tête reposer sur les genoux de sa sœur, ce qu'il fait après avoir posé son verre au sol sans un bruit. Il soupire, prend le temps de réfléchir. « Ca n'aurait pas du se passer de la sorte... » Qu'il murmure doucement en fermant les yeux sous la sensation que sa sœur exerce sur son crane, par ses douces caresses. « Tu n'as pas déshonoré notre nom, Clyde. Tu as accepté les conséquences, et tu l'as fait avec dignité. Tu es un parfait Greengrass, n'en doute jamais, je t'en pries. Je suis tellement heureuse de te retrouver... Je craignais que ce jour ne vienne jamais tu sais... » Il ouvre les yeux et la regarde, tristement.

« J'ai pris perpétuité justement parce que je suis un Greengrass et qu'ils voulaient faire un exemple... »
Qu'il dit en haussant les épaules avant d'expliquer un peu plus les raisons de cet aveux. « On était de sortie avec Eden ce jour là, on cherchait de quoi meubler notre appartement. Et nous avons surpris des jeunes sang-purs attaquer des moldus. Ils... Les auraient tués. Je sais qu'en somme les moldus tu t'en moque oui mais... Cela risquait de créer un mouvement de colère entre nos deux mondes. Je suis intervenu et malgré que le combat tournait en ma faveur ils ont attaqués avec leur baguette. Je n'ai pas eu le temps de sortir la mienne. Eden... M'a protégée en envoyant le premier sort qui lui passait pas la tête et malheureusement c'était de la magie noire. J'ai été emprisonné pour usage de la magie devant des moldus mais aussi pour utilisation de magie interdite. » Il s'arrête un instant, serrant les dents sous le souvenir du procès qui lui revient en plein visage. Et il avoue quelque chose que sa sœur ne savait pas aussi.

« J'étais dans une organisation à l'époque... Une qui combat les mangemorts. Pas uniquement pour cela car au fond je me moque de cette guerre mais plutôt pour avoir les noms des créatures car cette organisation est plutôt favorable concernant les hybrides. J'étais un membre actif... Présent, bon combattant. Pour Eden aussi je m'étais engagé dans cette cause en pensant qu'elle était juste. Que notre monde devait en effet être débarrassé de quelques nés-moldus impolis mais que cela ne justifiait pas les massacres. » Il s'arrête et se relève cette fois-ci. Un peu mal à l'aise en sachant que le petit ami de Allegra est dans la cause, il espère qu'elle ne se vexera pas le moins du monde pour ce qu'il dit. « Sauf que lorsque j'ai été emprisonné je m'attendais à une aide venant de cette organisation. Mais personne ne m'a aidé. C'est pour cela que je suis resté stoïque au procès, je pensais que la peine à perpétuité serait ramenée à 2 ou 3 ans. Les mois ont passés, je n'ai eu de nouvelle de personne. Pas même de ceux que j'avais sauvé, aidé. Personne sauf toi... Et j'ai compris que j'étais seul. Alors que ce sort ce n'était pas moi... Et il n'a tué personne en plus ! » Qu'il dit avec un rire sans joie, avant de tourner son visage vers sa sœur et de lui offrir un pauvre sourire. Il prend la main d'Allegra et la serre doucement. « Eden a été innocentée c'est pour ça qu'elle est sortie. Ce n'est pas grave, j'ai été accusé pour l'exemple, je le comprends à présent. »

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 317
Date d'inscription : 29/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Sam 21 Oct - 0:57


Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère.
Clyde et Allegra Greengrass
Clyde - « Alors c'est un homme bien. Il fait la part des choses entre son cœur et sa raison, c'est très bien. Je suis heureux pour toi Allegra... » Heureuse - elle pouvait l'être à ce moment, serrée contre les bras d'un frère qu'elle n'espérait pas revoir. Ou plutôt si elle l'espérait, elle savait aussi que c'était un rêve qu'elle ne verrait jamais se réalisr. Son frère était en prison, condamné pour une faute dont elle n'avait pas la moindre idée, alors trop jeune pour se souvenir des détails de l'affaire. Ou alors ne les avait-elle jamais connu, à dire vrai, ses parents la préservant de cette obscurité. La justice, c'était tout aussi nécessaire que cruelle quelque fois. Mais elle n'avait jamais voulu s'élever contre les règles, elles étaient faites pour être suivies. Et si Clyde avait été à l'encontre des lois ils devaient en payer le prix.
Cela dit elle n'irait pas se plaindre de le retrouver, de pouvoir l'avoir contre elle à nouveau. Elle se sentait heureuse, apaisée pour la première fois depuis bien longtemps. Pas qu'elle était incapable de gouter au bonheur, et assurément Evan faisait le sien. Mais elle avait Clyde, ce soir, et Clyde était son héros. Il avait été l'homme le plus important de sa vie pendant longtemps, et aurait toujours un place de choix dans le coeur de la jeune serpentarde. Elle se sentait le coeur léger, capable de rire de tout - même des choses les plus stypides.
Clyde - « Tu es horrible et cruelle ! » Elle s'empêche pas de rire à gorge déployée, posant une main ami sur l'épaule de son frère.
Allegra - « Ca arrivera un jour tu sais, alors commence à t'y préparer. » Dit-elle avant de rejoindre le canapé, et de s'y glisser avec élégance, tandis que son frère leur servait des boissons. De quoi s'installer confortablement pour discuter.

Discuter de sujets fâcheux. Et apprendre qu'elle avait perdu son frère injustement mettait Allegra dans un sombre colère. Elle était prête à se plier aux règles sans broncher, certainement pas à laisser les autres lui prendre ce qu'elle avait de plus précieux pour sauver leur peau.
Clyde - « Ca n'aurait pas du se passer de la sorte... » Elle fronce les sourcils, l'observe sans comprendre, et sans rien, attendant simplement qu'il lui explique. Aucun secret pour les membres de sa famille, et si Allegra était trop jeune à l'époque, elle était une adulte à présent. Alors elle était prête à écouter, à comprendre ce qu'il s'était passé quatre ans auparavant. Ce qui avait brisé la vie de son frère, lui ôtant sa liberté.
Clyde - « J'ai pris perpétuité justement parce que je suis un Greengrass et qu'ils voulaient faire un exemple... » Elle grimaça, refusant d'accepter que son frère ait juste été un bouc émissaire pour le ministère - bien qu'elle ne mettait pas non plus sa parole en doute, loin de là. C'était simplement atroce de le penser ainsi. Preuve une fois encore de la décadence de ce monde qui devenait de plus en plus abjecte envers ses enfants purs. Mais elle se retient de tout commentaire acerbes pour laisser à son frère l'occasion de vider son sac. DE partager son fardeau avec elle.
Clyde - « On était de sortie avec Eden ce jour là, on cherchait de quoi meubler notre appartement. (...) J'ai été emprisonné pour usage de la magie devant des moldus mais aussi pour utilisation de magie interdite. » Elle écoutait attentive, fixant le vide devant elle pour se représenter la scène sous ses yeux, l'imagination fertile - elle se souvenait d'Eden, et des sentiments plus qu'évident qu'elle portait à son frère, et qu'il lui rendait. Alors pourquoi ? Pourquoi l'avoir laissé prendre le blâme à sa place ? Elle ne pouvait pas admettre avoir gardé le contact avec la jeune femme après l'emprisonnement de Clyde - il était évident dans les lettres de ce dernier qu'Eden ne le lui en envoyait pas. Alors à quoi bon rester attacher à une parfaite hypocrite ?
Clyde - « J'étais dans une organisation à l'époque... Une qui combat les mangemorts. (...) Que notre monde devait en effet être débarrassé de quelques nés-moldus impolis mais que cela ne justifiait pas les massacres. » Son frère passerait toujours en premier, bien avant la cause qu'elle supportait ou Evan - qu'importe. S'il était contre les mangemorts à l'époque, ou même s'il l'était encore aujourd'hui. Allegra savait qu'il ne ferait rien pour lui faire du mal à elle. Il ne s'en prendrait jamais à Evan.
Clyde - « Sauf que lorsque j'ai été emprisonné je m'attendais à une aide venant de cette organisation. Mais personne ne m'a aidé. C'est pour cela que je suis resté stoïque au procès, je pensais que la peine à perpétuité serait ramenée à 2 ou 3 ans. Les mois ont passés, je n'ai eu de nouvelle de personne. Pas même de ceux que j'avais sauvé, aidé. Personne sauf toi... Et j'ai compris que j'étais seul. Alors que ce sort ce n'était pas moi... Et il n'a tué personne en plus ! » Seul - ou plutôt simplement avec elle. Sauf qu'une gamine de treize ans ne pouvait pas faire grand chose pour l'aider, et elle sentit le poids de cette solitude sur ses épaules, s'imaginant à la place de son frère. S'imaginant vivre cela à sa place, et grognant de colère.
Clyde - « Eden a été innocentée c'est pour ça qu'elle est sortie. Ce n'est pas grave, j'ai été accusé pour l'exemple, je le comprends à présent. »
Allegra - « C'est grave que tu ai été condamné à sa place, alors que tu étais innocent. » Dit-elle avec cette verve qui lui correspondait - incapable d'être indulgente avec une pareille manipulatrice. « Si j'avais su... Sans doute encore une manipulation de la part de ces Shacklebolt. Ont-ils autant d'honneur qu'ils ont de courage, ces fourreurs d'éclairs. » Dit-elle avec sarcasme, incapable de croire à leurs bonnes volontés. Incapable d'avoir un semblant d'estime restant pour le professeur de magie élémentaire.

Elle se tourna cependant vers Clyde, et lui sourit, caressant sa joue avant de venir le bras contre elle à nouveau.
Allegra - « Je suis contente que tu me raconte tout cela, Clyde. Merci. Et sache que tu n'es pas seul. T'es à la maison maintenant, alors tu seras plus jamais seul. Je te le promets. » Dit-elle en caressant les cheveux de son frère, avant d'embrasser sa joue pour le relâcher mais prendre le temps de se coller à lui encore un peu. « Comment se fait-il que tu ai été libéré finalement ? Pas que je m'en plaigne, cela dit, j'en suis vraiment heureuse. »



_________________

don't let this feeling fade
What really matters in life? Is it a sprint or a marathon? And what if finish lines make us happy? Or are we glad we can run at all? Can't fall, when I'm sleep, I'm chasing a dream When I wake up and it's over, what did I gain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 59
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Mar 24 Oct - 3:41

Allyde
Les retrouvailles
« Ca arrivera un jour tu sais, alors commence à t'y préparer. » « J'ai dit adieu à une enfant et c'est une femme prête à enfanter que je retrouve. » Qu'il dit avec un petit sourire en posant sur elle un regard fier, protecteur, plein d'amour et de tendresse pour celle qui est sa petite sœur. Il a quitté une petite fille qui serrait fort contre elle la peluche qu'il lui avait offerte, lui disant qu'elle ne devait pas la quitter car elle portait son odeur et que ce serait la seule chose qui allait rester. Et c'est une belle jeune femme qui porte une belle bague de fiançailles qu'il a devant lui, alors qu'elle est bientôt mariée. Et qu'elle sera bientôt enceinte de l'enfant d'Evan Rosier, car les deux amoureux ont la réputation de vouloir faire les choses vite, de vouloir s'aimer et s'adorer tout aussi vite. Jeune mère, jeune femme, jeune épouse, sa sœur a vécue tellement de chose alors que lui même a arrêté sa vie à son point de départ. Il avait seulement quelques années de plus qu'elle lorsqu'il a été enfermé. Deux ans de plus, ce n'est rien pour dire adieu à sa vie et pour accepter l'inacceptable. Et c'est à une adulte qu'il peut se confier maintenant alors qu'elle l'écoute sagement, il en reste étonné de la voir si calme, si posée, le visage serein alors qu'il parle et se laisse aller à la vérité. Ce n'était pas lui et c'est cher payé pour quelque chose qu'il n'a pas fait. « C'est grave que tu ai été condamné à sa place, alors que tu étais innocent. » Il lève les yeux et la regarde, haussant les épaules. « C'est fait Allegra, je ne retrouverais pas ces 4 années. » Qu'il dit doucement avant de baisser le regard. Il se souvient de tout, de toutes les lettres qu'il a écrit à sa sœur à la lueur de la lune, sur un papier de mauvaise qualité et avec une plume abîmée, à l'encre tachant ses doigts.

Il se souvient et ça lui fait mal, son esprit hurle à l'injustice pour ce qu'il n'a pas fait. Jamais il n'aurait utilisé cette magie, jamais il n'aurait osé mettre en péril son nom et celui de ses parents. Ca ne lui ressemble pas mais ce n'est pas étonnant, il a simplement été un bouc émissaire pour ce ministère et ce ministère siégeant fièrement sur son trône doré. Comme si il était intouchable, personne ne l'est pas même un Greengrass. « Si j'avais su... Sans doute encore une manipulation de la part de ces Shacklebolt. Ont-ils autant d'honneur qu'ils ont de courage, ces fourreurs d'éclairs. » « Nous étions jeunes, elle aussi devait penser que j'allais être aidé. Nous étions idéalistes... » Qu'il dit avec un petit rire, se trouvant tellement idiot. Il pensait que l'ordre allait l'aider, que Dumbledore n'allait pas laisser derrière les barreaux un innocent. Mais personne n'a daigné lui tendre une main amie à lui, le sale sang pur ayant utilisé une magie noire dont il ne maîtrise rien. Lui le bâtard que tout le monde voit comme un Greengrass, car c'était facile d'envoyer un message aux autres sang-purs. Personne n'est intouchable, tout le monde peut terminer derrière les barreaux si la justice n'est pas respectée. Elle vient caresser son visage, il en pousse un soupir de bien être. Voila longtemps que la douceur a désertée son corps, ce n'est plus quelque chose dont il est habitué maintenant. « Je suis contente que tu me raconte tout cela, Clyde. Merci. Et sache que tu n'es pas seul. T'es à la maison maintenant, alors tu seras plus jamais seul. Je te le promets. » Elle vient l'embrasser et se coller à lui, il la prend dans une étreinte douce et protectrice, comme le grand frère qu'il aurait du être toutes ces années loin d'elle, ce temps perdu qu'il ne retrouvera jamais.

Une potion d'immortalité n'effacerait pas la douleur qu'il ressent de ne pas avoir assisté à l'évolution de sa petite sœur. « Je suis content d'être là. Merci d'avoir écouté, ça me soulage de te parler. » Qu'il dit avec cette même douceur avant de tourner son visage vers elle. « Comment se fait-il que tu ai été libéré finalement ? Pas que je m'en plaigne, cela dit, j'en suis vraiment heureuse. » Il se rend aussitôt et baisse les yeux, refusant d'affronter un peu plus le regard de sa sœur. Puis il se penche et reprend son verre dans lequel il trempe ses lèvres pour avaler une longue gorgée alcoolisée. « Disons qu'on a eu besoin de moi. Et que certaine personne ont passés un marché afin que je sois libéré... » Il ne sait pas comment présenter les choses et il espère que ces quelques mots feront l'affaire. « En échange de mon obéissance et d'une certaine implication dans une cause... » Qu'il dit en tournant son visage vers elle et en lui offrant un sourire qu'il veut rassurant. Il ne peut pas parler des tortures, Allegra ne le supporterait pas si elle savait. Elle rage déjà de savoir que Eden n'a rien fait pour l'aider, pour le sortir de là alors qu'il n'était pas fautif. Si elle savait pour le reste alors sa sœur brûlerait le monde entier sans doute.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 317
Date d'inscription : 29/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Mer 25 Oct - 23:11


Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère.
Clyde et Allegra Greengrass
Quand elle était enfant, elle se glissait parfois dans la chambre de son grand-frère, faisant garde à ne faire aucun bruit pour ne pas risquer de recevoir les foudres de leurs parents. Pas qu'ils soient contre cet amour évident entre eux, mais une enfant de huit ans ne devrait pas avoir besoin de son grand frère pour dormir. Seule dans le noir, elle combattait des démons angoissant, toujours profondément marquée par les histoires que Clyde pouvait lui raconter. Des histoires de chasseurs - et elle revivait ces combats épiques contre les ombres effrayantes qui venaient s'inviter dans sa chambre la nuit. Elle préférait dormir avec Clyde, de toute façon. Alors elle venait, se blotissait contre son torse, et exigeait des histoires, sachant que lui la protègerait toujours.
La première nuit qu'il avait passé à Azkaban, elle s'était glissée dans sa chambre, avait trouvé sa place près du souvenir de son grand frère. Et elle avait observé les ombres grandir autour d'elle pour la dévorer - ses parents l'avaient retrouvé gémissant de peur, la crise d'angoisse la faisant délirer, et l'empêchant de dormir, les yeux baignaient de larmes.
Jamais plus elle n'était entrée dans la chambre de son frère. A présent elle combattait seule ses démons.
Clyde - « J'ai dit adieu à une enfant et c'est une femme prête à enfanter que je retrouve.  » 
Allegra - « Et ce n'est que la date du mariage qui me retient. J'aurai sans doute déjà un ventre rond sinon. » Dit-elle toujours sur le ton taquin - refusant de regarder en face la vérité qui lui tirailler le ventre. Que son frère ne l'avait pas vu grandir, parce qu'il lui avait été arraché. Quatre années - un battement de cil dans l'univers, mais assurément les quatre années les plus douloureuses pour eux. Elle aurait aimé que son frère soit là, mais elle avait été forcée de grandir sans lui - lui envoyant des lettres chaque semaine pour qu'il soit toujours cette constance. Qu'il ait toujours sa place, malgré les moqueries à Poudlard, malgré l'évidence qu'un frère à Azkaban aurait pu nuir à son image. Mais Allegra était douée pour se rire des foules, et elle l'avait prouvée.

Elle refusait de croire, d'entendre, cependant, qu'une autre famille s'était rie de la sienne. Et les Shacklebolt étaient souvent bien plus abjectes encore qu'elle ne l'avait pressenti.
Clyde - «  C'est fait Allegra, je ne retrouverais pas ces 4 années. »  Elle se tourna vers lui, le visage marqué par la colère et une détermination - ne sachant ce qu'elle voulait, ce qu'il faudrait pour réparer l'injustice causé à Clyde. Mais assurément, il y aurait quelque chose à faire. Assurément elle pourrait brûler l'ensemble du monde pour sauver l'honneur de son frère. L'honneur et laver le nom - elle refusait de le voir affubler du titre de criminel, avec qu'il restait un innocent. Et elle s'en voulait, elle-même, d'avoir pensé à lui en ces termes. Elle ignorait - se disait-elle - alors comment aurait-elle pu clamer son innocence ? Mais Eden - Eden savait.
Allegra - « Ce qui n'est pas une raison pour laisser les Shacklebolt impunis. » Dit-elle en grondant, clamant oeil pour oeil, dent pour dent - et il était temps de leur faire ravaler les leurs sans doute.
Clyde - « Nous étions jeunes, elle aussi devait penser que j'allais être aidé. Nous étions idéalistes...  » 
Allegra - « Elle n'aurait pas dû souhaiter que tu serais aidée par d'autres. Elle aurait dû assumer ses actes, et prendre le blâme pour sa faute. Quand on donne un coup on en assume les conséquences, on ne tourne pas le dos à ses responsabilités. N'est-elle pas donc capable d'agir en adulte ? » Demanda-t-elle en fronçant les sourcils. Elle avait grandit avec cette doctrine en tête, refusant de voir le monde autrement qu'ainsi. La justice devait toujours être rendu, et quand une faute était avouée, elle devait être punie - puis pardonnée. Le mensonge, et la trahison ne faisait pas partie des habitudes d'Allegra - sauf quand il s'agissait des affaires publiques - jamais criminelles. Pas de son point de vue - ou alors était-elle aveuglée, et cette affaire ne lui remontait le coeur que parce qu'elle avait eut le sentiment de perdre son frère, et apprenait que c'était par injustice.
Clyde - « Je suis content d'être là. Merci d'avoir écouté, ça me soulage de te parler. »  Elle sourit, finalement, se laisse aller contre son torse pour s'extasier de son parfum si masculin. Elle pouvait pas s'en passer, elle pouvait plus le laisser lui échapper.

Alors elle veut être sûre qu'il est sorti pour de bon. Elle veut être sûr qu'il y a une bonne raison pour qu'il soit dehors - mais dans leur monde une bonne raison demandait toujours des sacrifices.
Clyde - «  Disons qu'on a eu besoin de moi. Et que certaine personne ont passés un marché afin que je sois libéré... »  Elle fronça les sourcils, se tournant vers lui - et s'il ne désirait pas en dire plus elle ne l'y contraindrait pas. Elle entendait les limites, savait qu'il lui parlait à coeur ouvert, alors s'il ne parlait pas de cela c'était pour une bonne raisons ans doute. La protéger - peut être - et elle ne se battrait pas contre ca. Elle ne se battait jamais contre lui.
Clyde - « En échange de mon obéissance et d'une certaine implication dans une cause...  »  Elle sentit son coeur rater un battement, essayant de trouver un sens à ce que disait son frère. Elle n'ignorait pas qu'il ne partageait pas son idéologie mangemorte- mais elle ne le ferait pas changer, et lui non plus. Mais s'il jouait à l'espion... Elle avait plus à perdre soudainement.
Allegra - « Es-tu un espion, Grand frère ? Espionnes-tu... Les mangemorts ? » demanda-t-elle en se redressant, lui faisant face avec toute son inquiétude, avant d'inspirer profondément, et de poser un baiser sur le front de son frère. « Ne m'en dis pas plus, si tu ne le peux pas... Mais ne m'arrache pas Evan, je t'en pries. Il est... La raison pour laquelle j'suis encore là devant toi. Sans lui j'aurais pas survécu à ces quatre années. Je pourrais pas supporter de le perdre. Tout comme je veux pas te perdre toi à nouveau. » Dit-elle dans une supplique, espérant que sa vie ne se réduirait pas à la perte de ceux qu'elle aimait - aussi peu nombreux soient-ils.
Allegra - « Reviens tu vivre ici au Manoir ? As-tu... Vas-tu revoir Eden ? »



_________________

don't let this feeling fade
What really matters in life? Is it a sprint or a marathon? And what if finish lines make us happy? Or are we glad we can run at all? Can't fall, when I'm sleep, I'm chasing a dream When I wake up and it's over, what did I gain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 59
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   Lun 30 Oct - 3:04

Allyde
Les retrouvailles
Tout lui semble identique et pourtant rien ne l'est. Tout a changé dans cette maison où il venait lorsqu'il était enfant. Le manoir Greengrass, ce n'était pas leur demeure principale mais parfois pendant les vacances il leur arrivait de venir passer quelques jours ici, surtout lorsque les parents avaient besoin de rencontrer d'autres sang-purs. La décoration est quasiment la même sauf quelques photos d'Allegra adulte, une de Evan qui pose avec Adriel également, preuve de la tendresse que portent les parents envers le jeune Rosier qui va devenir leur beau fils. Il y a des photos de lui, Clyde avant qu'il ne soit emprisonné, l'air plus serein, plus doux, moins marqué par les années en prison. Il y a également des fleurs fraîches qui n'étaient pas là, ainsi qu'un piano blanc et une violon de la même couleur, signe que sa petite sœur s'exerce encore et toujours dés qu'elle le peut. L'odeur est la même, celle de ses parents, du ragoût de bœuf qu'ils aiment tant qui flotte dans l'air, le parfum de sa sœur mélangé au reste et qui donne une note plus douce. Tout est identique, sauf le visage de sa mère. Plus marqué, quelques rides et deux ou trois cheveux blancs qui trahissent le choc que cela a du lui faire lorsqu'il a été envoyé en prison. Son père aussi affiche la fameuse ride du lion entre les deux yeux ainsi qu'un regard plus froid, quelques cernes qui parlent pour lui, témoignage des nuits sans sommeil qu'il passe depuis quelques années. Sa sœur semble plus fort, plus fière mais dans les bras de son frère elle redevient la gamine de treize ans qu'il n'a jamais revu, qu'il a imaginé plusieurs fois. Mais tout était vain, il n'aurait jamais pu la penser si belle que ce qu'elle est réellement. « Et ce n'est que la date du mariage qui me retient. J'aurai sans doute déjà un ventre rond sinon. » Elle parle déjà comme une adulte et cela le fait sourire. Ce bébé à venir, il sera là pour le voir grandir, il pourra poser ses yeux sur lui ou elle et il fera tout pour ne pas se refaire envoyer en prison. Il veut être un oncle exemplaire à défaut d'avoir été un frère parfait.

Il avoue tout et essayer de tempérer sa sœur, car il voit dans le regard de la plus jeune s'illuminer la flamme de la justice. A l'image des Greengrass qui sont des fiers défenseurs de ce qui est juste, Allegra veut redorer le blason de son frère qui tente de la calme, en lui disant que de toute façon les années perdues ne reviendront jamais. Il a raison, mais sa sœur semble bien plus butée. « Elle aurait pu si. Mais je ne sais pas encore pourquoi elle n'a rien fait... Nous n'avons pas échangé un mot depuis 4 ans. » Qu'il dit avec un geste de la main, espérant qu'il ne cédera pas à l'envie d'aller lui parler. Il ne doit pas il le sait, mais plus il l'observe de loin, plus c'est difficile pour lui de simplement tenir et de ne pas aller se présenter devant elle. La peur sans doute, de l'affronter elle et son père. Moses a été formel. « Es-tu un espion, Grand frère ? Espionnes-tu... Les mangemorts ? » Qu'elle lui demande mais il ne répond pas, il se contente d'une vague grimace devant la logique que sa sœur exerce. « Ne m'en dis pas plus, si tu ne le peux pas... Mais ne m'arrache pas Evan, je t'en pries. Il est... La raison pour laquelle j'suis encore là devant toi. Sans lui j'aurais pas survécu à ces quatre années. Je pourrais pas supporter de le perdre. Tout comme je veux pas te perdre toi à nouveau. » « Hé... Calme toi... » Qu'il murmure en venant poser ses mains sur le visage de sa petite sœur pour qu'elle le regarde, pour ancrer son regard dans celui de la petite Greengrass. « Je ne te prendrais ni Evan, ni Adriel. Je sais comme ils te sont proches, comme ils ont assurés mon rôle lors de mon absence. Je te jure Allegra qu'ils ne risquent rien avec moi. Pour l'instant mon rôle est minime, je suis chargé de faire quelques rapports. Je... Falsifie quelques noms, je passe sous silence certaine de nos connaissances. Je n'approuve pas les mangemorts mais je ne veux pas voir certain de nos amis tomber, ni même la famille de ton fiancé. Il ne risque rien... Je ferais en sorte de toute façon, de garder un rôle de subalterne tant que je le pourrais. Je suis obligé tu le sais, sinon je n'aurais jamais approché cette cause. » Qu'il lui dit tendrement avant de l'embrasser sur le front, pour clore les angoisses qui ne cessent de grandir dans le regard de sa sœur. Jamais son futur époux ne lui sera arraché, pas par lui en tout cas. Evan et Adriel ont agis comme des soutiens lorsqu'il a été emprisonné, il est inconcevable pour lui de les envoyer à Azkabann.

« Reviens tu vivre ici au Manoir ? As-tu... Vas-tu revoir Eden ? » « Non j'ai un petit appartement sur le chemin de traverse, ce sera très bien. Je ne vais pas déranger les parents et puis toi... Tu es à l'école jusqu'à la fin de l'année. Ensuite tu vas t'installer avec Evan non ? Je ne vais pas rester dans cette grande maison tout seul. » Qu'il dit avec un petit rire, avant de venir glisser sa main gauche dans la chevelure de sa sœur, pour jouer avec quelques mèches. « Et pour Eden... J'ai interdiction de la revoir de toute façon. » Qu'il rajoute sans s'étaler sur le sujet.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les retrouvailles d'une soeur et d'un frère. Allegra/Clyde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Soeur Sourire
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Londres Moldu-
Sauter vers: