AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Sam 14 Oct - 3:04

Cassyde

Trois semaines hors d'Azkaban, de cette prison infâme qui ôte toute humanité, toute envie de vivre et de se battre. Sa seule obsession était de revoir Eden, sa sœur et de trouver Cassian, à l’image de ce qu'on lui a enseigné depuis qu'il a dix ans. Trouver Cassian, son ancêtre, une seule et unique idée et pas de repos tant qu'il ne saura pas ce qui lui est arrivé. Et c'est cela qui l'a maintenu en vie, l'idée de retrouver tout le monde et de poursuivre ses recherches. Ainsi depuis trois semaines il a recommencé ses entraînements, tous les jours pendant plusieurs heures il crée à l'aide de sa baguette, des cibles qu'il peut combattre. Il en sort souvent avec des marques et la bouche qui lui fait mal d'avoir pris des coups mais déjà, il ressent les bons effets d'une reprise intensive. Heureusement ses aptitudes font qu'il n'a pas totalement perdu et qu'il ne perdra jamais totalement, le reste d'une mémoire génétique de chasseur qui lui permet de retrouver chacun de ses gestes et de ses pensées. Alors ce soir il a décidé de partir à la chasse. Ce n'est pas le premier soir qu'il part chasseur, il y a trois jours déjà il c'est rendu dans une antre de goules qui apparemment, attaquaient quelques moldus dans le Londres mal famé. Il leur a principalement fait peur afin qu'ils arrêtent leurs attaques, il sait d'expérience que la menace fonctionne assez bien. Bon il a été obligé de tirer une flèche sur le chef du petit groupe qui montrait un peu trop les crocs mais en soit rien de bien grave. Et il est rentré chez lui le sourire aux lèvres et l'envie de recommencer, dés que possible.

Ce soir est un bon moment pour recommencer alors, il enfile une tenue sombre et n'oublie pas sa baguette avant d'accrocher dans son dos, son ninjatô et ses autres armes. Il se regarde dans le miroir et pendant un instant, l'ombre d'un sourire naît sur sa bouche. Il se sent enfin en sécurité, complet, comme si il lui avait manqué un morceau de lui même. C'est un peu le cas, il est habitué à sentir contre son avant bras gauche cette lame froide, glacée, lui rappelant qu'à tout moment il peut la lancer contre un ennemi potentiel. Puis sans bruit il quitte l'appartement et après avoir remonté sur sa tête sa capuche, il se laisse traîner en ville. Ce soir il n'a pas de cible particulière, il sait que l'allée des embrumes pullule de créatures en tout genre et c'est vers là que ses pas le mènent, alors qu'il évite quelques sorciers et se serre contre les murs, pour se faire le plus discret possible. Puis après un moment, il s'installe sur une pierre donnant sur une grande ruelle fréquentée, pour poser ses yeux sur les passants qui ne le voient même pas. Quelques minutes, une heure peut-être il ne sait pas, il ne compte pas lorsqu'il observe mais au bout d'un moment une silhouette bouge non loin et il s'arrête de respirer. Un vampire, il reconnaît la démarche. Ils ont une façon de se mouvoir qui est différente des humains, ils sont plus aériens, plus légers dans leur pas, comme si ils sautaient au lieu de marcher. Clyde se lève doucement pour le suivre, voulant s'assurer que le vampire en question ne chasse pas un être humain mais alors qu'il entame un premier pas, un sorcier peu recommandable se pose devant lui en lui agitant sous le nez, un sachet de poudre verte. « C'est deux gallions ! » Lui annonce le sorcier à l'haleine putride. Clyde l'attrape par le col et le balance dans le décor, sans douceur. « J'consomme pas. » Qu'il grogne avant de reprendre sa route, d'un pas rapide, suivant le vampire qui se perd dans les ruelles.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 182
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Sam 4 Nov - 16:24


nous n'avons jamais cessé de te chercher
clyde greengrass & clyde aquila (cassyde)
Vide, comme si la vie que t'as eu l'impression d'retrouver avec Pandora t'as été brutalement arraché avec sa fuite. T'sais pas à quoi t'en tenir maintenant, t'brûlais d'impatience d'la revoir, l'regard triste d'la voir partir en vacances sans avoir la chance d'venir te dire au revoir. Puis elle t'as contacté, c'qui t'as redonné le sourire en un instant, c'qui t'as rendu extatique quand t'as appris que l'impossible ne l'est pas toujours. Elle est enceinte, de toi. Toi, un vieux vampire qui s'fait passer pour un jeune adulte, un bibliothécaire amoureux des livres et aussi mystérieux qu'les milliers d'pages que t'as lu au-travers des siècles.
T'as vécu ton lot d'aventures, t'as plus belle tu lui as goûté rapidement avec ta Miss Panda. D'un regard t'es tombé sous son charme, et t'as pas mis long avant d'le réaliser, qu'cette fille elle était différente. T'fais pas référence au fait qu'elle soit une vélane, son charme n'a pas d'effet sur toi et pourtant, pourtant t'es sa plus grande victime. Victime consentante au palpitant enthousiaste, jusqu'à ce qu'elle parte et t'laisse seul avec ta carcasse. T'sais pas à quoi tu t'attendais, sauf qu'tu réalises que t'avais de l'espoir naïf, celui d'croire qu'elle accepterait ta nature d'un haussement d'épaules. Sauf que l'embryon qui s'développe dans ses tripes ça rend pas la situation plus acceptable, au contraire.

T'as erré après son départ, et alors qu'la nuit est bien installée, qu'les honnêtes sorciers sont couchés, tu t'laisses porter dans les ruelles sombres de l'Allée des Embrumes. T'as faim, c'soir, et t'as pas chassé depuis qu'Aasen a désactivé la puce dans ta tête. Libre à nouveau, du moins, en partie. Ici, t'es certain d'pouvoir te trouver d'quoi t'mettre sous la dent, une âme pourrie qui demande qu'à s'faire sucer toute trace d'hémoglobine, jusqu'à la dernière goutte.
T'jettes un regard par-dessus ton épaule quand t'entends des paroles échangées entre deux hommes, un revendeur qui disparait trop vite d'ton champ d'vision quand l'autre lui indique qu'il n'veut rien. Tes orbes bleues s'accrochent à lui un millième de seconde sauf qu'il est d'tout noir vêtu et ton attention glisse rapidement ailleurs.
Tu t'engouffres dans les ruelles, à la recherche d'une proie potentielle dans les coins les plus reculés. T'veux être certain d'pas être dérangé, et d'pouvoir profiter d'boire directement à la veine tranquille. T'as l'impression qu'ça fait une éternité depuis la dernière fois que t'as pas été foudroyé d'douleur en voulant t'nourrir convenablement- pour un vampire en tout cas. T'sais que ça n'plairait sûrement pas à Pandora, qui n'a pas eu besoin d'un dessin pour comprendre qu'si tes mains sont tâchées d'sang, c'pas à cause d'la guerre. C'probablement ta principale raison d'pas encore avoir craqué, Pandora, car t'veux être meilleur pour elle. T'as du mal à résister à l'appel du sang cependant, surtout maintenant qu't'as brisé ses illusions d'bonheur en t'révélant.

L'homme a du mal à se tenir debout, est d'ailleurs incapable d'se relever depuis qu'il a été jeté en-dehors d'une taverne miteuse. D'coins miteux ça manque pas par ici, encore moins d'sorciers ratés qui hurlent leur mécontentement. En vrai tu l'sais pas si celui-là est sale au point qu'tu puisses planter tes canines dans tes artères, t'sais qu'la seule façon d'le découvrir c'est de t'essayer- et espérer n'pas être frappé d'douleur. T'essaie d'pas penser au visage défait de Panda, quittant finalement ton recoin d'ombre pour t'avancer vers ton futur repas.
Puis tu tournes brusquement, certain d'ne pas être seul, d'sentir... quelque chose, quelqu'un, derrière toi. Alors qu'une minute plus tôt, tu t'croyais seul, invisible. C'est l'ombre de tout à l'heure, t'en es presque convaincu, qui s'approche silencieusement derrière toi- trop silencieusement. T'attends pas avant d'agripper l'devant des vêtements de l'homme et l'plaquer sur le mur d'pierre près d'vous, les crocs dévoilés et l'regard meurtrier. « Pourquoi tu m'suis? » qu'tu feules d'une voix froide, profitant d'ce plaquage pour observer son visage, son regard... Étrangement ils t'semblent familier, mais t'es convaincu d'jamais l'avoir vu auparavant. « Qui es-tu? » qu'tu ne peux pas retenir de demander.
T'pourrais très bien prendre lui comme casse-croute, essayer d'plonger vers ses veines en premier et prendre l'risque qu'il soit pas assez sombre pour qu'tu puisses l'dévorer. T'pourrais faire ça au lieu d'le questionner, mais t'peux pas empêcher c'drôle de sentiment, c'vieux déjà-vu qui t'semble improbable comme t'sais qu'le sorcier devant toi est pas immortel. Alors qui est-il?


_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Mer 15 Nov - 19:31

Cassyde

C'est le froid qui tombe sur la capitale Anglaise, la plus grande ville du monde des sorciers. Mais il ne sent pas le froid quand il porte cette tenue, doublée pour lui permettre de ne rien sentir d'autre que son cœur qui bat d'excitation et que ses veines qui pulsent dans ses oreilles. Il cherche des yeux quelque chose auquel se raccrocher, une raison de sortir sa lame et d'aller chercher des noises à une créature qui n'aura pas respectée le protocole. Il la connaît par cœur la loi sur les créatures, par cœur car lorsqu'il était gamin c'est à coup de claquette que son précepteur la lui faisait apprendre. Et si il se trompait d'un mot il avait droit à un coup de plastique s'abattant sur sa peau ferme et douce, lui arrachant un sursaut de douleur alors que la peau était douloureusement malmenée. Il a fini par avoir l’habitude et c'était la seule chose qui justifiait au regard de ses parents, l'utilisation de coups et de douleur. Parce que la loi il doit la connaître par cœur afin de ne jamais l’enfreindre, de ne jamais la mettre à mal. La loi c'est en quelque sorte lui, le bras de la justice qui s'abat sur la créature qui tentera de contourner les règles du ministère pour assouvir ses pulsions de bête. Alors il la connaît par cœur pour ne jamais avoir à la contourner, pour toujours savoir quand et comment il flirte avec la limite. Ça l'a quand même pas empêché de se retrouver à Azkaban mais il avait sa conscience pour lui, il n'avait rien fait et pouvait se présenter comme innocent.

Il n'a pas enfreint la loi, c'est rien pour d'autres mais pour lui ça prouve qu'il n'est pas allé à l'encontre de son éducation, celle que ses parents lui ont donnés avec parfois quelques douloureuses expériences. Il a sa conscience, il a son honneur. Chez les Greengrass tout est une question d'honneur aux siens, en ses idées, en ce que nous sommes. On ne lui aurait jamais pardonné de ne pas avoir respecté son éducation. Et la créature qui flirte un peu trop avec l'illégalité il la voit de loin, se perdre dans les ombres pour venir se cacher comme si il était traqué. Clyde évite deux ou trois sorciers qui eux aussi essayent de lui vendre des babioles et déjà, il cherche des yeux la créature qui a disparue, qui c'est apparemment trop bien fondue dans le décor pour que Clyde ne puisse le retrouver. Sauf que la créature vient l'attraper et le plaquer contre un mur, le regard brillant et les crocs aiguisés dans une posture menaçante qui fait soupirer le chasseur. Il a eut le réflexe de sortir une petite lame qu'il gardait contre son avant bras droit. Pointée vers le cou de la créature, il plantera si il sent l'emprise se resserrer contre sa gorge. Il ne l'a pas entendu arriver tout de même, après tout il sort à peine de prison, il est un peu rouillé après quatre années sans avoir chassé le moindre vampire, fantôme ou même goule. Il va devoir travailler sur sa furtivité

« Pourquoi tu m'suis? » Et l'autre expire une haleine à l'odeur de sang, le parfum du fer vient chatouiller ses narines alors qu'il pose ses yeux sur lui. Il a soif, il veut se nourrir ce soir, ça se voit dans sa façon de bouger, de respirer, de se comporter. Et surtout avec la belle paire de crocs qu'il affiche. « Parce que t'allais attaquer cet homme. » Qu'il dit en désignant le sorcier non loin qui cuve mauvais vin, une sale piquette juste bonne à désinfecter le sol du château. « Enfin si on peut appeler ça un homme. » Qu'il dit en faisant référence à l'autre sorcier, à moitié mort suite à une vie d'excès en tout genre sans doute. « Qui es-tu? » « Toi qui es-tu ? » Et son regard vient détailler le visage de l'autre, son regard si on passe au dessus du rouge de ses yeux, semble étrangement familier. Sa bouche bien dessinée aux lèvres roses, son nez fin et pointu, la forme de son visage qui lui donne l'impression d'être un adolescent à peine sorti de l'enfance. Un chérubin, il serait aussi beau et doux qu'un de ces bébés divins si seulement il n'avait pas l'air si féroce. Doucement Clyde le repousse pour se dégager de son étreinte, conscient que le souffle vient à lui manquer et que ce n'est pas l'emprise d'un vampire qui l'empêchera de s'étouffer. « Clyde Greengrass et toi ? » Il lui lance un signe de tête, lui demandant de se présenter à son tour. « Si t'as besoin de te nourrir j'peux t'aider en te filant une ou deux poches. Mais si tu veux quand même attaquer ce sorcier, sache que j'devrais te faire la peau avant. Et ce serait dommage avec un visage si parfait, non ? » Qu'il dit avec un sourire en coin, rangeant sa lame cette fois-ci.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 182
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Dim 10 Déc - 21:51


nous n'avons jamais cessé de te chercher
clyde greengrass & clyde aquila (cassyde)
Tu l’sens, le monstre, tu le sens qui t’mords les entrailles, réclame sa part de sang. Il veut pas boire à même une poche pleine d’épais liquide carmin, comme toi il réclame un verre droit à la veine. Pour fêter c’semi liberté, pour pleurer le départ de Pandora. La peine c’pas ta tasse de thé, et tu te retiens à chaque seconde d’pas courir retrouver la vélane pour lui faire entendre raison- elle a eu raison d’prendre la fuite, mais t’peux pas empêcher cet égoïste désir d’la vouloir près d’toi malgré tout. Comme tu peux pas l’avoir, comme t’veux pas craquer et aller la chercher, c’est l’heure de la chasse. Tu mets ton esprit, ton cœur en pause pour laisser que ton instinct en marche, laissant tes yeux de prédateur glisser sur les visages des sorciers qu’tu croises en attendant d’trouver la cible idéale.
T’trouves une âme pourrie après t’être glissé d’une ombre à l’autre dans les rues des embrumes. C’qui frappe tes narines en premier c’est l’puissant odeur d’alcool qu’il dégage, c’qui te fait retrousser l’nez. Tu l’regardes gueuler contre la porte close du bar duquel il vient d’se faire mettre dehors, avant d’te retourner en roulant des yeux. Loin d’être le repas rêvé qu’tu t’attendais avec un niveau d’alcool si haut- si ça s’trouve après l’avoir bu jusqu’à la dernière goutte, c’toi qui va être bourré.

T’es pas l’seul à garder un œil sur quelqu’un cependant, t’jettes un regard par-dessus ton épaule, oubliant momentanément l’détritus humain dans lequel t’es qu’à moitié motivé d’planter tes crocs. Revenant sur tes pas, t’croises une ombre qui ne t’es pas tout à fait inconnue… ça ne te prend pas longtemps avant d’te souvenir de l’avoir vu un peu plus tôt cette nuit. C’est pas une surprise qu’tu apprécie pas d’te faire suivre, alors c’est sans douceur qu’tu attrapes l’inconnu par le col avant d’le plaquer contre un mur glacé, lui demandant ce qu’il fait là. Ton visage est sauvage, tes lèvres retroussées pour dévoiler tes canines. « Parce que t'allais attaquer cet homme. Enfin si on peut appeler ça un homme. » Il fait un mouvement du menton en direction d’ton potentiel repas. T’le regardes un instant, interdit, avant d’secouer la tête, un début d’sourire adoucissant ta grimace menaçante juste un petit peu. « J’me suis posé la question. » qu’tu murmures en allégeant ta prise sur ses vêtements – à peine.
Sauf que t’baisses pas ta garde pour autant. « Toi qui es-tu ? » T’réponds pas, ton regard durcissant à nouveau avant d’parcourir à nouveau son visage, toute pensée concernant l’sorcier bourré envolée. C’bien s’il sait pas tu es qui -bien qu’il est peut-être qu’un bon acteur, possibilité que tu n’écartes pas encore- car si c’est vraiment l’cas, c’est qu’il n’est pas un envoyé du Ministère. Depuis que la puce est désactivée mais toujours présente dans ta tête, tu t’fais un peu parano. N’empêche qu’il t’suivait, c’gars, et t’veux savoir pourquoi. Vous vous jugez du regard sans qu’tu fasses un autre mouvement, sentant l’début d’une lame contre ta gorge. Une lame, c’qui n’fait rien pour t’calmer, sauf qu’éventuellement, tu ne la sens plus et l’autre s’dégage doucement d’ta poigne, c’que t’empêche pas. « Clyde Greengrass et toi ? » Greengrass, un sorcier d’sang-pur, donc. T’connais cette famille, conscient qu’une élève à Poudlard en fait partit, et t’as l’souvenir d’avoir lu quelque chose dans les journaux à propos d’eux… ou de lui, peut-être, mais t’avoue n’pas avoir été très concentré dans cette lecture. « Cassian. » que tu réponds simplement, croisant tes bras sur ton torse. Techniquement, à Poudlard, t’as pas encore été révélé vampire et t’aimerais bien que ça reste comme ça, peu envieux d’devoir quitter Pandora. Surtout alors qu’elle est enceinte.

« Si t'as besoin de te nourrir j'peux t'aider en te filant une ou deux poches. Mais si tu veux quand même attaquer ce sorcier, sache que j'devrais te faire la peau avant. Et ce serait dommage avec un visage si parfait, non ? » Un lent sourire moqueur étire ta bouche, terminant d’alléger ton visage sinistre. Tu l’vois qui range sa lame, et tu lèves un sourcil curieux, il t’menace mais range son arme, c’qui t’laisse demander s’il en cache pas d’autres. « C’est une gentille proposition, mais je passe déjà mon temps à satisfaire ma soif d’cette façon- j’vais donc passer mon tour. » T’as une autre question pour lui qui t’brûle la langue en voyant son attitude générale, t’as rarement vu un sorcier typique surveiller un vampire et vouloir l’empêcher d’manger. Sauf qu’t’as pas croisé d’chasseurs depuis des siècles. « T’sembles bien confiant d’pouvoir m’arrêter. C’plutôt rare, chez les mortels. » Ta voix s’fait moqueuse, mais il y a de l’interrogation qui s’y glisse également. Tu n’fais aucun mouvement pour l’attaquer lui ou l’soulon, préférant pour le moment rester et discuter- bien qu’tu sentes encore l’monstre d’la faim dans tes tripes.


_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Jeu 21 Déc - 19:32

Cassyde
Nous n'avons jamais cessé de te chercher.
« J’me suis posé la question. » Tout l'monde se la pose non, en voyant et en croisant quelqu'un qui se met dans cet état. Il n'y a plus rien d'humain ou d'honorable lorsqu'on est incapable de passer une journée sans finir comme une loque, la face contre terre et l'corps pris sous les sursauts d'alcool. L'esprit brouillé, la peau poisseuse de crasse car plus rien n'existe que cette foutue bouteille et la dernière goutte qui semble rester au fond. Clyde jette un  dernier regard à l'homme qui part en titubant, après avoir comaté un instant dans un coin. Finalement il devrait laisser le vampire planter ses crocs dans la jugulaire de l'homme, du sorcier, car ça ne serait pas une grosse perte si ? Un sorcier de plus qui arrêterait de déshonorer le noble don qu'ils ont reçus. Et qu'il préfère gâcher en avalant jour après jour des verres, plutôt que de lever fièrement sa baguette. Sauf que c'est un être humain et même si Clyde déteste ce genre de penchant pour la boisson, son honneur, son éducation l'empêchent de lâcher le vampire sur son futur repas en tournant la tête, pour ne pas voir en face ce qui pouvait se passer sous ses yeux. Il le laisse partir, sans s'offusquer de n'entendre même pas un merci, venant de l'homme à qui il a sans doute sauvé la vie à cet instant.

Sauf qu'il l'oublie vite pour juste demander le prénom de la créature qui le tient toujours fermement. Il parvient à se dégager doucement de sa prise, car il commençait à avoir un léger manque d'air. « Cassian. » Et il retrouve ses pieds, sauf qu'il fixe longtemps le visage blafard de la créature. Un prénom pas banal, peu habituel et qu'il n'a jamais entendu ailleurs que dans les légendes familiales. Il l'fixe sans savoir quoi dire, se demandant si c'est une blague ou si il vient vraiment de tomber sur une coïncidence. Et l'autre homme a le temps de le regarder en retour et de croiser ses bras sur son torse, dans une posture défensive. « C’est une gentille proposition, mais je passe déjà mon temps à satisfaire ma soif d’cette façon- j’vais donc passer mon tour. » « Comme tu veux, c'était avec plaisir. » Qu'il répond, son trouble grimpant encore d'une marche alors qu'il range ses armes et qu'il en profite pour laisser la victime potentielle filer. Faut dire que si le vampire veut l'attraper il pourra sans difficulté mais Clyde a bien l'intention d'penser qu'il aura assez de temps pour se mettre à l'abri. Au moins pour ce soir. « T’sembles bien confiant d’pouvoir m’arrêter. C’plutôt rare, chez les mortels. » « C'que j'suis pas un mortel comme les autres. » Qu'il répond avant de refermer sa cape de sorcier et de fourrer dans ses poches, ses mains rendues froides par le temps et la pluie qui menace au dessus de leur tête.

A croire qu'il ne fait que ça dans ce pays, pleuvoir encore et encore. C'est quelque chose qui ne lui manquait pas ça, la pluie, lorsqu’il était enfermé à Azkaban. Il avait oublié toute cette humidité qui s'engouffre partout et qui le fait frissonner. « J'suis un chasseur du clan Aq'... » Mais il s'arrête avant d'en dire plus. Et l'idée se fait dans son esprit, sournoise, glissant en lui en même temps que son angoisse qui ne cesse de grossir. Et si c'était lui ? Sa mère lui disait lorsqu'il était enfant que si un jour il avait un doute il devrait toujours demander, surtout en croisant des créatures. Les recherches ne cessent jamais, même aux portes de la mort on doit encore et toujours le chercher. C'est pour lui qu'ils sont tatoués, qu'ils ont la marque, qu'ils existent encore. « Tu pourrais m'donner ton nom de famille ? J'veux dire, Cassian ça m'rappelle quelqu'un. » Qu'il demande avant de se dire que c'est peu convaincant. « Enfin j'me doute que t'en a eu plusieurs au fil des années n'est-ce pas ? Donc... Le vrai. S'il te plaît, c'est très important... » Et il lui sourit doucement, amusé par les mots qui vont venir. « Tu pourras m'mordre après s'tu veux, en remerciement. »

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 182
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Lun 22 Jan - 3:57


nous n'avons jamais cessé de te chercher
@L. Clyde A. Greengrass & Clyde Aquila (cassyde)
Toute ton attention semble tourner vers l’inconnu non bienvenue, ça t’empêche pas d’entendre ton soulon qui grouille sur le sol, probablement dans l’vain espoir d’se lever et partir. Tu l’entends plus baragouiner des injures, c’déjà ça. Pas que ça t’donne plus envie d’le manger, le problème, c’est que t’es affamé est t’es sur le point d’plus avoir d’options. Tu te dis que d’croquer dans un vieux bout d’chaire ayant autant d’alcool que d’sang dans les veines, après ça, tes prochains mets pourront pas goûter pire. Naturellement, l’type devant toi semble l’entendre d’une autre oreille. Il va même jusqu’à t’proposer des poches de sang, si ça voulait dire qu’tu laisses l’cadavre ambulant tranquille- ce qu’il sait pas, c’est que tu t’tapes ça depuis des mois, depuis que t’es revenu en Angleterre et qu’le Ministère t’as pucé. T’transformant en bête forcé d’obéir ou sinon, elle s’fait électrocuter. T’es libre maintenant, et t’as bien l’intention d’croquer dans ta liberté à plein crocs. « Comme tu veux, c'était avec plaisir. » L’comme tu veux, par contre, risque de coûter la vie à quelqu’un, c’que c’sorcier semble vouloir éviter, même pour une loque humaine. Il est convaincu d’pouvoir t’arrêter, en plus, tout en sachant ce que t’es réellement. Et ça, c’est une rare vision.
« C'que j'suis pas un mortel comme les autres. » Étrangement, t’as pas d’mal à l’croire. Mais s’il est ce que tu crois, alors étrange n’est pas l’terme approprié. « C’qui fait d’vous un être intéressant, ou doublement ennuyant. » qu’tu railles avec un petit sourire aux lèvres. « Mais comme vous m’avez potentiellement fait perdre mon repas, pour l’instant vous penchez plus vers le ennuyant. »

Ennuyant, sauf qu’tu vois quelque chose d’attrayant, chez lui, d’attirant. T’peux qu’rester là et t’demander c’que c’est, la tête penchée sur l’côté, bras cependant croisés sur ton torse en signe d’fermeture. T’as beau être curieux, c’impossible d’lui faire confiance. « J'suis un chasseur du clan Aq'... » Il confirme tes doutes, s’prononçant chasseur sans toutefois préciser d’quel clan. Il cesse d’parler brusquement, comme s’il venait d’réaliser quelque chose. T’as eu l’temps de saisir un A, saisir aussi qu’si vous décidez d’vous battre tous les deux l’issue sera pas aussi facile qu’tu l’aurais cru d’abord. Ils sont doués, les chasseurs, d’fiers combattants ayant subit un entrainement rigoureux- tu l’sais très bien, ça. « Chasseur, hm? Ça fait tellement longtemps que j’en avais pas vu un, j’vous croyais disparu. » qu’tu commentes, n’changeant pas ta position, immobile comme une statue si c’n’est ton regard qui s’fait scrutateur.
« Tu pourrais m'donner ton nom de famille ? J'veux dire, Cassian ça m'rappelle quelqu'un. Enfin j'me doute que t'en a eu plusieurs au fil des années n'est-ce pas ? Donc... Le vrai. S'il te plaît, c'est très important... » T’lèves un sourcil, comme pour lui demander s’il est sérieux, là. T’vois pas comment ton nom pourrait lui être si utile qu’ça, puis, Cassian, c’est plus ou moins courant. C’pas comme le lui révéler le ferait te reconnaitre, t’es clairement trop vieux pour être une d’ses connaissances- et tu doutes qu’il te sorte que son arrière, arrière, arrière-grand-père voulait t’faire la peau. Comme tu disais, ça fait longtemps que t’as pas croisé d’chasseurs.

Y’a c’drôle de sentiment qui t’as pas quitté, qui t’fait regarder l’chasseur sans parvenir à mettre le doigt dessus. Dessus quoi, d’ailleurs? Mais malgré l’fait qu’la prudence est plus que de mise en c’moment, c’est ce pressentiment qui te fait picoter la langue, l’envie d’lui dire ton nom sans [strike]chigner[/striker] grogner au préalable. « J’doute que ça soit tant important- d’la façon qu’vous parlez on dirait que l’destin du monde est en jeu. » qu’tu réponds en roulant des yeux. « Oui, j’ai effectivement vu un nombre incalculable de noms s’accrocher à mon visage au cours des siècles. Ce qui rend mon véritable nom peu significatif à mon avis. » qu’tu insistes, n’pouvant pas t’défaire de tes vieilles habitudes malgré tout. Ou pas. « Tu pourras m'mordre après s'tu veux, en remerciement. » Tu sais qu’ton repas est déjà partit, ce n’est donc pas une offre qu’tu veux prendre à la légère. Un chasseur après tout, ne peut pas être un sorcier considéré comme bon, pur, n’est-ce pas? Il te le propose, et t’devine le sourire qu’il ne cherche pas à cacher, qui étire sa bouche. « Je vous tiens à votre parole, monsieur le chasseur, mon nom contre du sang. » qu’tu résumes, répondant à son sourire en laissant ton visage montrer son contentement face à c’deal. T’présentes ta main pour conclure le tout d’une poignée.
Puis c’est l’heure de la révélation. « Mon nom est Aquila. Cassian Aquila. »


_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Dim 4 Fév - 19:23

Cassyde
Nous n'avons jamais cessé de te chercher.
« C’qui fait d’vous un être intéressant, ou doublement ennuyant. » Il relève un sourcil, attiré par les mots de l'immortel qu'il a devant lui. Nul doute qu'il en est un, cette couleur de peau, ce regard envoûtant et cette bouche rouge carmin, il n'y a que les autres vampires qui peuvent se vanter d'avoir cette beauté froide et tout aussi attirante, aucun autre être sur terre ne peut avoir une telle beauté aussi magnétique que dangereuse. « Mais comme vous m’avez potentiellement fait perdre mon repas, pour l’instant vous penchez plus vers le ennuyant. » Ca lui fait lâcher un petit ricanement alors qu'il lève les yeux au ciel, se disant que tant qu'il est simplement ennuyant il ne risque pas grand chose et que de toute façon il n'a pas assez d’ego Clyde, pour se vexer d'une seule remarque lancée d'un air aussi agacé. Si il l'embête c'est vrai, il attire tout de même son attention sinon l'immortel ce serait enfuis à toute vitesse, il ne leur faut pas grand chose pour se faire discret et pour s'envoler sans un bruit, sans qu'on ne puisse leur remettre la main dessus. « Chasseur, hm? Ça fait tellement longtemps que j’en avais pas vu un, j’vous croyais disparu. » Il hoche la tête sur le côté avec une p'tite mine, car c'est pas le premier à lui dire ça depuis qu'il a enfilé sa tenue. « On l'était. Mais nous sommes de retour. » Qu'il répond sans parler plus de son emprisonnement, car il a été en sommeil pendant quatre longues années avant de voir la lumière au bout du tunnel et de se dire que peut-être, il pourrait reprendre ses activités.

Sauf que l'prénom lui dit quelque chose et que la voix, la p'tite voix qui lui a permis de pas sombrer dans la folie dans sa geôle d'Azkaban, elle lui dit que ce prénom n'est pas si répandu que ça. Il l'est c'est vrai mais ça fait bien longtemps qu'il ne l'a pas entendu raisonner dans ses oreilles. Aussi vieux que presque démodé, on pourrait dire que les Cassian du pays se comptent sur les doigts d'une seule main. Alors il écoute sa p'tite voix, car elle ne lui a jamais fait de fausses joies et que nul doute que ce soir encore, elle tapera au bon endroit pour prouver à Clyde que l'instinct, il y a que ça de vrai. Tellement vrai qu'il a empêché une créature de céder au sien. Foutu paradoxe quand tu nous tiens, hein ? « J’doute que ça soit tant important- d’la façon qu’vous parlez on dirait que l’destin du monde est en jeu. » Il se retient de lui dire que le destin du monde ne l'est pas, mais le sien, sa vie ainsi que l'avenir de leur clan l'est par contre. Et qu'il n'a rencontré qu'un seul Cassian depuis qu'il est chasseur, c'était un vieil homme presque mourant et qu'il a douté un instant que son ancêtre 'ai été transformé aussi vieux et en mauvais état. Alors nul doute que cet homme là n'est pas le Cassian recherché, mais ça lui coûte pas cher de demander si ? Après tout la vie serait bien fourbe de lui donner son ancêtre sur un plateau en argent, simplement quelques semaines après sa sortie. Après l'avoir cherché tous les soirs pendant des années, sans jamais le trouver. Après que sa mère n'ai donnée sa vie elle aussi pour le chercher ainsi que tous les autres membres du clan. « Oui, j’ai effectivement vu un nombre incalculable de noms s’accrocher à mon visage au cours des siècles. Ce qui rend mon véritable nom peu significatif à mon avis. » « Il fait c'que vous êtes, vous devriez en être fier. » Qu'il répond d'un même ton avant de promettre que si nom donné il y a, c'est son sang qu'il offrira de bon cœur. Alors ils échangent une belle poignée de main virile, quoi que légèrement plus froide venant du vampire signe qu'il a effectivement faim.

Puis c'est le temps suspendu, comme lorsqu'une tempête menace se s'abattre sur un château trop longtemps inoccupé et mal entretenu et que le chandelier, sous la force du vent, se décroche et vient se fracasser au sol avec un bruit sourd. Que le verre ou le cristal se repend et que les spectateurs si il y a, sont trop choqués par l'instant pour faire quoi que ce soit. C'est qu'il voit la bouche de l'autre homme bouger et lâcher quelques mots d'un air désinvolte. « Mon nom est Aquila. Cassian Aquila. » Comme si ça n'avait pas d'importance, comme si une explosion ne venait pas de se produire dans l'esprit du chasseur qui en a le souffle coupé. Il le fixe sans le voir, il est statufié comme si l'autre homme allait lui annoncer que c'est juste une bonne blague. Et d'un coup il fronce les sourcils, sortant rapidement sa lame en argent qu'il vient brandir contre la gorge de l'immortel avec un regard dur. « C'est une blague n'est pas ?! » La voix s'élève, plus forte et plus menaçante. « Si tu es bien celui que tu prétends, dis moi en qu'elle année tu es né, ainsi que le jour ! Donne moi ta maison à Poudlard... Avais-tu des frères et des sœurs ? Étais-tu l’aîné ou le cadet ? » Il approche un peu plus la lame, qui se mettra bientôt à brûler la peau immortelle si elle vient à le toucher.

Et pendant un moment il attend, il écoute, il respire difficilement, se calmant à mesure qu'il croise le regard de la créature et qu'il semble y lire de la sincérité. Et Clyde baisse enfin sa lame après un instant d'hésitation, la gardant tout de même contre sa cuisse. Sans un mot il pose sa main droite sur son poignet gauche et remonte la manche de sa tenue, dévoilant son avant bras et le tatouage qui marque sa peau. Nous ne cesserons jamais de chercher Cassian. Il en a le souffle coupé, le palpitant qui ne cesse de faire des bons, le sang dans son crane lui donne l'impression qu'il fait une chaleur à étouffer. « Je m'appelle Clyde Aquila et ça fait 600 ans que le clan te cherche. » Les mots qui sonnent comme une sentence. La promesse d'une mission terminée, d'une famille réunie.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 182
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Lun 12 Mar - 1:28

 
nous n'avons jamais cessé de te chercher  
@L. Clyde A. Greengrass & Clyde Aquila (cassyde)  
D’aucune façon t’aurais pu prévoir cette soirée. Tout c’que tu voulais, toi, c’est d’trouver un sombre sorcier à t’mettre sous la dent. Enfin retrouver tes habitudes qui t’ont manquées- en toute raison. T’as toujours adoré planté tes crocs dans une veine juteuse, un plaisir qu’tu sais qu’tu pourras pas t’passer même si ton cœur inerte trouve une façon d’battre pour Pandora. C’un coup d’œil vers l’endroit où ta sale poche de sang sur deux pattes s’tenait y’a pas si longtemps qui t’fait confirmer que le perturbateur est ennuyant. Retour à la case départ une fois qu’tu seras parvenu à t’débarrasser d’ce type collant. À moins qu’tu t’serves sur lui… si t’es pas foudroyé d’douleur. Y’a qu’les bons qui interviennent entre un vampire et sa proie, non? 
« On l'était. Mais nous sommes de retour. » « Nous? » qu’tu demandes, comme pour confirmer qu’il est pas seul, l’chasseur. C’est intriguant comment il présente ta fausse idée, t’en viens à t’demander s’il a pas décidé de s’inventer chasseur pour le plaisir. Sauf qu’il sent quelque chose chez lui qui t’fais l’prendre au sérieux. C’que les rares wannabe chasseurs d’suceurs de sangs oublient bien souvent, c’est qu’vous pouvez sentir la peur. Ton nouvel ami cependant, il semble tout n’simplement pas avoir peur, pas être inconscient- comme les autres. Alors t’penches la tête sur le côté, croise les bras sur ton torse pour perdre ton air menaçant, laissant place à ta curiosité. 

Ça semble si important, d’savoir qui tu es. T’as rarement vu quelqu’un si intéressé par tes origines… outre le Ministère. Au contraire d’te mettre sur tes gardes, tu continue d’prendre ton temps et faire la discussion avec lui. Pourquoi, par Merlin, tient-il tant à savoir ton nom d’origine, celui que t’as porté des siècles plus tôt? Aquila, un patronyme qu’on ne trouve pas dans bien des livres d’histoires, passant plus sous silence qu’autre chose. « Il fait c'que vous êtes, vous devriez en être fier. » T’hoches la tête lentement, car il a pas tort, c’inconnu. Aquila, c’est la dernière chose qui t’reste d’une famille oubliée, une pureté oubliée également. Pas que ça soit l’temps d’te laisser gagner par les souvenirs, alors qu’on n’fait qu’te demander ton vrai nom. T’pourrais simplement lui arracher la gorge, terminer toute cette histoire et faire la seule chose à laquelle tu tiens ce soir : planter tes veines dans une veine fautive, sentir l’chaud sang couler dans ta gorge, n’en laisser aucune goutte- 
Expirant lentement, t’passes ta langue sur une canine pour ouvrir l’dessus d’ton muscle et ainsi calmer ta faim qui s’impatiente. À la place, tu finis par abdiquer, ouvrir la bouche, et laisser la vérité glisser d’tes lèvres rosées. Hors d’question qu’tu le quittes une seconde des yeux, tu manques pas d’le voir figer- et cette fois t’es presque certain qu’il a reconnu ton nom d’famille, mais c’est impossible, non? 

C’pas long qu’il reprend vie, Clyde l’chasseur, sortant et pointant une lame sous ta gorge tout en fronçant les sourcils. Tu peux pas t’empêcher d’sourire un peu, car il est plutôt rapide sauf que c’qui t’tient tranquille, c’est la lueur dure qui change son expression facial. « C'est une blague n'est pas ?! » Plus d’calme dans sa voix, t’fronces tes sourcils sans ouvrir la bouche. « Si tu es bien celui que tu prétends, dis moi en qu'elle année tu es né, ainsi que le jour ! Donne moi ta maison à Poudlard... Avais-tu des frères et des sœurs ? Étais-tu l’aîné ou le cadet ? » T’es perdu, même s’tu demeures impassible et glacé sur place. Y’a la lame argenté qui s’rapproche, bientôt elle va t’brûler, mais c’pas ça qui t’pousse à répondre, c’pas la possible douleur- t’veux comprendre, et t’sais qu’ça va arriver qu’si tu lui réponds. « Si t’voulais mon CV, chasseur, fallait me l’demander. » qu’tu feules avec un petit sourire arrogant. « Un quatorze décembre il y fort trop longtemps, c’est à Gryffondor qu’on m’a répartie bien que j’étais le moins fort d’tous les fils Aquila, en plus d’être le cadet. » qu’tu énumères lentement, mais clairement, afin d’pas avoir de quiproquo. C’chasseur oserait pas t’dire que tu mens, n’est-ce pas? 
Sauf qu’il remet rien en cause, t’fixant un long moment avant qu’finalement, tu sentes la pression sur tes membres et la lame s’éloigner. Tu bouges pas encore, regardant l’humain curieusement, observant ses réactions qu’tu n’arrives toujours pas à saisir. Tu te méprends pas par contre, il a l’souffle court… mais qu’est-ce qui se passe? « Je m'appelle Clyde Aquila et ça fait 600 ans que le clan te cherche. » 

Y’a plus rien, autour de toi. Autour de vous, plus précisément. Ça s’peut pas, c’que tu viens d’entendre, ça peut tout simplement pas. Alors c’est que t’as mal entendu, sauf que t’entends jamais mal. Pas avec ton ouïe légendaire. « Clyde… Aquila. » qu’tu répètes après ce qui t’semble être une éternité, d’une voix rocailleuse, comme pour tester les syllabes sur ta langue. « C’est… une mauvaise blague? T’es qui, vraiment? » renchéris-tu, soufflé d’vie par l’incrédulité qui t’rend furieux. « J’doute que 600 ans passent sans qu’ils me retrouvent jamais, sans que j’en entende parler au moins une fois. Tu crois qu’un tatouage avec mon prénom est assez pour que j’te crois? Comme j- » Tu figes soudainement, frapper d’une idée qui est loin d’te faire plaisir… mais qui serait pas surprenante, en toute honnêteté. « Si t’es vraiment un Aquila… t’peux me le prouver plus adéquatement? Si je dis… Lilith. » T’sais pas si tu peux le croire, tu sais cependant que tu le veux. Ne serait-ce pas magnifique, d’réaliser que t’es pas seul au monde, d’voir que ta famille t’as jamais oublié? Des siècles ont passé et ils sont toujours à ta recherche, n’connaissant pas le visage, mais que le nom. La lueur au fond des yeux d’Clyde te semble brillante, franche, c’qui t’fait danser d’un pied à l’autre- comme un mortel nerveux. 
Ou perdu. Car tu ne te souviens pas la dernière fois où t’as perdu aussi rapidement tes repères, allant jusqu’à oublier ta lancinante faim.  
 

_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Jeu 22 Mar - 20:38

Cassyde
Nous n'avons jamais cessé de te chercher.
« Nous? » Nous, les chasseurs, la famille qu'il représente en étant droit et fier devant la créature. « Le clan. » Qu'il répond simplement, une réponse qu'il a conscience d'être vague et un peu mystérieuse mais il ne veut pas en dire plus, pas à une créature qu'il ne connaît de nulle part. C'est vrai qu'il ne les méprise pas, contrairement à ce qu'on peut penser il n'a rien contre eux, tant qu'ils respectent la loi imposée par le ministère. Et pour le bien être de leur monde, pour la préservation du secret qui concerne les créatures mais aussi les sorciers. Alors il reste vague mais il ne cesse pas une seconde de tenir son arme d'une manière discrète, le plus possible, car à tout moment la créature peut montrer les crocs et il peut risquer de se faire attaquer. Et il veut voir venir quoi qu'il se passe, toujours avoir un temps d'avance sur les ennemis qu'il a devant lui, ça lui permet de tout envisager même le pire. Surtout le pire d'ailleurs.

C'est lorsqu'il entend ce prénom qui obsède les siens depuis des siècles qu'il reste pétrifié une seconde, avant d'en demander plus. C'est que Cassian c'est assez rare pour que ça l'étonne, mais pas assez pour se dire que la vie a osée lui faire un coup pareil. Sauf que la vie lui fait ce coup là et qu'il reste tellement étonné pendant une seconde, qu'il ne bouge pas, le souffle coupé et le regard dans le vide. Et c'est là qu'il fait l'pire, qui vient le plaquer en lui demandant si tout cela est une vaste blague montée par Lilith en personne. Il sait qu'elle n'est pas loin de l'Angleterre, sa marque rode et son odeur pestilentielle flotte dans l'air de la ville de Londres. Et puis Cassian est un des siens, il n'oublie pas cela, même si il n'est pas au courant de plus concernant l'histoire qui lie celui qui porte le prénom de son ancêtre, ainsi que celle qui cause la mort et la désolation depuis des siècles. L'vampire joue la forte tête en lui disant que si il voulait le cv il pouvait aussi demander, mais Clyde n'est pas d'humeur alors il se met à approcher sa lame plus prêt, jusqu'à sentir l'argent trembler au presque contact de la peau maudite. « Un quatorze décembre il y fort trop longtemps, c’est à Gryffondor qu’on m’a répartie bien que j’étais le moins fort d’tous les fils Aquila, en plus d’être le cadet. » Il en a l'souffle coupé, l'esprit qui bouillonne et l'regard tellement perdu, qu'il le lâche et vient se reculer en rangeant sa lame. Il n'y croit pas et pourtant l'fait est là, ils sont rares ceux qui peuvent se vanter d'savoir ça.

Il fini pas décliner son identité et si il ne le voyait pas lui même, il pourrait jurer que les vampires ne peuvent pas être en état de choc. Et si, apparemment, car il devient blême son ancêtre. « Clyde… Aquila. » « C'est cela. » Répond Clyde avec le souffle tout aussi court que la créature en face de lui. Ils se regardent comme deux étrangers, alors que c'est l'même sang qui remplit leurs veines. « C’est… une mauvaise blague? T’es qui, vraiment? » « Clyde Aquila, fils de Cécile Aquila, petit fils de Conrad Aquila et ainsi de suite, ça remonte plus de six siècles. » Et il n'a pas tous les noms en tête, alors il espère ne pas avoir l'obligation de devoir tout expliquer, car il lui faudrait pour ça son livre familial. « J’doute que 600 ans passent sans qu’ils me retrouvent jamais, sans que j’en entende parler au moins une fois. Tu crois qu’un tatouage avec mon prénom est assez pour que j’te crois? Comme j- » « Nous n'avons jamais cessé d'te chercher, mais tu disparaissais avant qu'on arrive à t'mettre la main dessus. » Qu'il dit pour s'expliquer mais l'ancêtre a l'idée qui vient dans son regard, qui l'illumine, la question au bord des lèvres et Clyde n'a qu'une hâte, c'est de l'entendre pour pouvoir y répondre tout d'suite. « Si t’es vraiment un Aquila… t’peux me le prouver plus adéquatement? Si je dis… Lilith. »

Il devait évidemment entendre parler d'elle. Il pousse un soupir, ayant toujours cette pointe au cœur lorsqu'il entend parler d'elle. « Elle t'a transformée pour se venger, car son clan avait été décimé par le notre. Et quelques siècles après, elle a fait de même avec ma mère. Elle a jurée de faire disparaître les Aquila et ça l'a apparemment beaucoup faite rire de transformer l'un d'eux. » Qu'il dit en levant sa main pour désigner Cassian, avec le coin de la bouche se relevant dans un sourire qu'il veut charmant, mais qui se retrouve juste être perdu. « Le plus petit et le plus chétif de tous les fils. Mais le plus brillant, stratège et vif, celui qui devait reprendre la tête du clan. Depuis que tu as été transformé nous avons juré de te retrouver, que pour ça chacun de nos futurs chasseurs devrait porter un prénom commençant par la lettre C, pour ne jamais oublier notre quête principale. Plus d'une fois le clan a été proche de te trouver mais à chaque fois, elle se déplaçait et t'emmenait avec elle. Le temps a passé et Lilith revenait à la charge contre les Aquila. Si au début nous étions un clan composé de plus d'une cinquantaine de membres, les attaques incessantes ont fragilisés notre famille. Nous étions les meilleurs chasseurs qui puisse exister et pourtant nous n'avons pas réussi à éviter notre presque disparition. Plus le temps passait, plus elle nous attaquait avec des hordes de vampires toujours plus assoiffés. » Il ferme les yeux, douloureusement, n'aimant pas raconter cette partie de l'histoire.

« Lorsque je suis né il ne restait que trois Aquila. A présent, je suis le dernier des chasseurs. » Il pose enfin ses yeux sur celui qui est son ancêtre, s'attendant à tout moment à s'faire envoyer sur les roses.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 182
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Jeu 19 Avr - 1:23


nous n'avons jamais cessé de te chercher
@L. Clyde A. Greengrass & Clyde Aquila (cassyde)
« Le clan. » C’que t’as déjà eu, dans un passé qu’si t’semble n’même plus t’appartenir à présent. T’as parfois du mal à t’souvenir du visage d’tes parents, d’tes frères. L’parfois qui s’fait fréquent depuis des siècles, mais tu t’entêtes à t’le remémorer, relisant un parchemin qu’tu gardes dissimuler, qui indique chaque trait que tu peux t’rappeler sur chacun des membres des Aquila. Afin qu’tu les oublie jamais, qu’tu gardes une part d’eux en toi qu’importe c’qui se passe. Qu’importe le monstre que t’es devenu. T’hoche la tête sans en rajouter sur c’sujet, comme d’son clan, tu t’en balances pas mal.
Sauf quand il entend ton prénom, ton patronyme, t’vois qu’il y a quelque chose qui change dans l’comportement du chasseur. T’sais pas dire pourquoi il s’énerve comme ça, t’sais cependant qu’il commence fortement à t’taper sur le système. Sauf qu’tu sais qu’rester là est synonyme d’possible repas à la fin de l’entretien. Et t’comptes bien y avoir droit, coûte que coûte.

Sauf qu’il s’fait pas patient l’chasseur, t’plantant une lame sous ta gorge afin qu’tu t’expliques. Qu’tu expliques ta propre vie, alors qu’elle compte plus aux yeux d’personne depuis des siècles. T’es mort, alors pourquoi soudainement il est si intéressé d’connaitre l’passé d’Cassian Aquila? Au moins, y’a la lame qui t’fout la paix, il fait quelques pas vers l’arrière et fixe l’vide. Serait sans doute une bonne occasion pour l’attaquer, pour l’prendre surprise mais… c’pas dont t’as envie maintenant. T’es d’plus en plus intrigué d’comprendre c’qui s’passe, car là, franchement, tu n’suis pas grand-chose.
Sauf qu’tout finit par faire son sens, enfin, dans l’optique qu’tu crois c’que c’type raconte. T’répète son nom, Clyde Aquila, dans l’vain espoir d’le faire entrer dans ta tête. C’pas possible. « C'est cela. » Il dit l’contraire, l’supposé Clyde, mais t’as pas envie d’le croire pour autant. Ça t’parait ridicule, comment t’aurais fait pour perdre leur trace aussi longtemps? Pourquoi auraient-ils pris près d’six siècles pour te retrouver? Qui inventerait une histoire pareille, en même temps? C’que tu parviens pas à entourer ton esprit autour d’cette idée, alors t’insiste pour en savoir plus sur lui. Sur qui il est, vraiment. « Clyde Aquila, fils de Cécile Aquila, petit fils de Conrad Aquila et ainsi de suite, ça remonte plus de six siècles. » T’savais pas que les vampires pouvaient avoir le tournis, pourtant, t’as l’impression qu’le monde tangue autour de toi, la prochaine étape c’est qu’la terre s’ouvre sous tes pieds pour qu’tu tombes indéfiniment. T’peux pas dire quoi que se soit car t’es à court de mots, à court d’pensées.

Alors si c’Clyde te dit la vérité, pourquoi ne t’ont-ils jamais trouvés? Pourquoi t’as même pas eu vent d’leur existence, surtout que t’es revenu en Angleterre -quelques fois- et plus tu creuses, plus la réponse semble s’dessiner devant tes yeux. Mais t’repousse le moment, encore un peu. « Nous n'avons jamais cessé d'te chercher, mais tu disparaissais avant qu'on arrive à t'mettre la main dessus. » Disparaitre. C’une main lente qu’tu te passes sur le visage, l’regard dans le vague. Pour le moment t’préfères n’plus le regarder, pour digérer l’information donnée, pour poser la question fatidique. Ça te semble une évidence, maintenant.
« Elle t'a transformée pour se venger, car son clan avait été décimé par le notre. Et quelques siècles après, elle a fait de même avec ma mère. Elle a jurée de faire disparaître les Aquila et ça l'a apparemment beaucoup faite rire de transformer l'un d'eux. » T’es pas surpris, en même temps que l’être. Elle t’as mentit, y’a rien d’surprenant là-dedans, sauf que le sous-entendu est lourd, s’hurle dans tes oreilles alors qu’tu t’retournes, quittant toute position défensive ou attaquante pour prendre appui contre le mur. Sauf que c’pas terminé, Clyde en a beaucoup encore à t’raconter, car tu veux, tu dois, savoir. T’assurer qu’il t’raconte pas des conneries mais… mais il parle d’toi, l’plus jeune et ridicule des fils Aquila, celui qu’on attendait toutefois d’voir succéder à son père. T’as jamais compris pourquoi ça aurait dû être toi, mais même c’supposé descendant est au courant.

C’pas tout ce qu’il t’raconte, affirmant que depuis, ils te cherchent. Le C devenu la lettre à prendre pour nommer les chasseurs, t’as la tête qui tourne à t’dire qu’ils ont fait tout ça, pour t’retrouver toi. Que t’as passé des siècles à t’sentir seul, incapable d’combler c’vide alors que ta famille était juste là, à t’chercher sans fin. Puis la raison, d’cette séparation éternelle, elle porte qu’un nom. Lilith. Chaque fois qu’tu trouves façon d’apaiser ton ressentiment, ta haine envers elle, y’a autre chose qui arrive pour brûler toute résolution. Tu l’imagines présentement, hurlant alors que les flammes lèchent sa peau parfaite. T’arrivais à lui pardonner les torts qu’elle t’faisait à toi, ceux qu’elle a fait à ta famille, ta famille décimée, t’pourras jamais. Elle t’as arraché deux fois à eux, une officiellement, l’autre officieusement, en t’empêchant d’retrouver c’qui te manquait le plus. S’doutait-elle qu’tu les choisirais à sa place?
« Ça fait… beaucoup à avaler. D’se dire que pendant tout c’temps… vous étiez tous là. Depuis le premier jour. Et vous aviez l’intention de faire quoi, une fois m’avoir retrouvé? Comme j’suis exactement comme elle, maintenant. » Tu finis par relever la tête, essayant d’avaler l’information tranquillement. T’croises les bras sur ton torse dans l’vain espoir d’tout contenir en dedans. « Vous avez sûrement eu vent d’tout l’sang que j’ai fais couler, avec Lilith. Aviez-vous l’intention d’me tuer avec elle? Est-ce ton intention? » Car la vérité est trop belle, trop sale et dramatique pour n’être que ça. Ils pouvais pas vraiment être là pout te ramener à la maison et chanter autour d’un verre de vin – un verre d’sang pour toi, non?

« Lorsque je suis né il ne restait que trois Aquila. A présent, je suis le dernier des chasseurs. » T’sais même pas encore s’tu peux le croire, sauf qu’tu dis que ça, c’possible. Que Lilith aille tué chaque dernier membre d’ce type, Aquila ou pas. Encore plus, s’tout ça est vrai, si c’un Aquila. « J’suis navré de l’apprendre bien que franchement… j’ai du mal à m’dire qu’tout ça est vrai. Après presque six cents ans, ça fait conte de fées sanglant. » qu’tu rajoutes en levant les yeux pour croiser l’regard… d’ton descendant.



_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Mer 25 Avr - 3:02

Cassyde
Nous n'avons jamais cessé de te chercher.
Le clan, le mot qu'il prononce sonne comme une promesse d'un jour nouveau. Il se souvient de quand il était gamin, de sa mère qui lui parlait encore et encore de ce clan, de l'age d'or de cette famille et de la fierté qu'il pouvait ressentir d'en être un membre. Il se souvient d'un soir où il a encore demandé à la belle Cécile de lui lire l'histoire des Aquila, de lui raconter encore comment le clan a réussi à relever la tête malgré le temps, les guerres, le monde magique persécuté et les créatures qui réclamaient vengeance. Mais il ne demandait jamais l'histoire de leur chute, car c'était la partie qu'il détestait plus que tout. Il ne voulait jamais savoir cela, comment les Aquila étaient tombés dans l'oublie à cause d'attaques successives. Comment le chef du clan a été dévasté d'apprendre que son fils, celui qui devait en reprendre la tête avait été transformé. Comment une nuit la famille a été attaquée, la maison prise d'assaut par des créatures qui avaient formés une ligue. Comment petit à petit, le clan a perdu en force, en membres, en intensités. Jusqu'à ne former qu'un trio le jour où il est arrivé au monde. Avant qu'il ne soit plus que lui aujourd'hui, alors que le monde sombre et que les créatures font toujours plus parler d'elles.Pourtant les Aquila n'ont jamais été injustes, ils faisaient respecter la loi et voulaient que les créatures, comme tout l'monde, s'y plient. Comme ça devait être fait normalement. Mais elles ont trop laissés parler leur plus bas instincts et ont refusés de respecter la loi, alors les Aquila sont devenus les ennemis. Et personne n'a tenté de les aider, alors que les autres clans savaient pour l'attaque. Ils sont restés seuls, et ont vus leur nom tomber dans l'oublie. Ca arrangeait pas mal les autres familles, c'est que les Aquila étaient la meilleure et la plus efficace des familles de chasseurs. Alors les voir chuter, ça a été une grande joie pour les ennemis.

Et devant lui c'est un peu d'espoir qui prend forme, pourtant l'vampire perd ses rares couleurs pour devenir blême, pour devenir cadavérique alors que le flot de nouvelles déferlent sur lui par vague. Il est prêt à s'excuser, mais les excuses se meurent dans sa bouche alors qu'il le voit s'éloigner pour aller s'adosser. Clyde s'approche et lui pose une main sur l'épaule. Rassurante la main, chaude, sur peau froide. « Ca va aller ? J'suis bien désolé d'te dire ça... Ca fait beaucoup. » Qu'il accepte de reconnaître. Beaucoup mais nécessaire. « Ça fait… beaucoup à avaler. D’se dire que pendant tout c’temps… vous étiez tous là. Depuis le premier jour. Et vous aviez l’intention de faire quoi, une fois m’avoir retrouvé? Comme j’suis exactement comme elle, maintenant. » « Tout te dire, parce que tu as l'droit de savoir que ta famille a toujours été là. Et que ta transformation a pas fait d'toi un paria. Viens, allons marcher hors de c'te ruelle. » Qu'il dit en voulant s'éloigner de l'allée des embrumes. Il lui fait signe et bien vite ils se retrouvent sur un grand axe du chemin de traverse, vide évidemment à cause de l'heure tardive. « Vous avez sûrement eu vent d’tout l’sang que j’ai fais couler, avec Lilith. Aviez-vous l’intention d’me tuer avec elle? Est-ce ton intention? » « Jamais d'la vie. Elle ouais, j'te cache pas que je lui ferais la peau si j'pouvais. Mais toi, il a été décidé que tu serais pardonné pour ce que tu pouvais causer. On a bien conscience que Lilith est l'genre de créature... Qui allait faire sortir le pire en toi on est d'accord ? Tu devais reprendre la gestion du clan, comme ça devait l'être de ton vivant... Si j'peux m'exprimer ainsi. » Qu'il dit en hochant la tête. « Puis maintenant que t'es loin d'elle, tu causes toujours autant d'mal ? » Qu'il demande avant d'se reprendre. « J'sais que t'es loin d'elle, car les rumeurs courent comme quoi elle est en Angleterre et qu'elle cherche son Infant. »

« J’suis navré de l’apprendre bien que franchement… j’ai du mal à m’dire qu’tout ça est vrai. Après presque six cents ans, ça fait conte de fées sanglant. » « Lilith savait qu'on t'cherchait. Elle a changée d'place a chaque fois qu'on approchait. Mais vous courrez si vite, c'est presque impossible d'vous suivre et d'avoir un temps d'avance sur vous. Surtout avec le clan qui se vidait petit à petit. Si tu veux pour t'prouver que j'dis vrai... J'ai le livre des Aquila chez moi. Il raconte toute notre histoire et bien-sûr tout ce que tu ne sais pas après ton départ. Tu veux l'voir ? » Il lève la tête et observe Cassian pendant quelques secondes. « J'craignais d'mourir sans t'avoir trouvé. J'peux pas croire que tu sois là... On m'parle de toi depuis que j'suis né, on m'a conçu, élevé, entraîné pour que j'te cherche. C'est... Fantastique ! » Dit-il avec plus de joie qu'il n'en a montré jusque là. « Bon et sinon j't'avais pas promis un peu d'sang ? »

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 182
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Mer 18 Juil - 6:21


nous n'avons jamais cessé de te chercher
@L. Clyde A. Greengrass & Clyde Aquila (cassyde)
D’vide, d’véritable mort-vivant à marcher sans but outre d’se nourrir, à un choc qui t’fait trembler jusque dans c’âme que t’as perdu des siècles auparavant. Dur d’avaler cette nouvelle, d’comprendre au fil d’la discussion, qu’les faits s’placent un derrière l’autre, d’voir que vraiment, Lilith t’as manipulé sur chaque foutu détail. T’cesseras jamais d’trouver de nouvelles façons d’la détester, bien que celle-ci soit particulièrement horrible. Car elle savait à quel point ta famille t’manquait- elle savait aussi qu’tu l’aurais pas suivi deux fois. Tu ne peux pas t’empêcher de penser à tout ce que tu as manqué ces derniers siècles, pour n’finir qu’par connaitre le tout dernier sorcier d’la lignée des Aquila.
« Ca va aller ? J'suis bien désolé d'te dire ça... Ca fait beaucoup. » Même la main sur l’épaule te remue pas, pas sur le coup en tout cas. T’peux que lever la tête pour l’regarder dans les yeux, surpris qu’à la fin d’ses confessions il s’excuse. Peut-être pour ça qu’tu l’repousses pas, lâchant définitivement ton attitude agressive afin d’discerner l’vrai du faux. T’voudrais l’croire d’toute pièce mais… n’serait-ce pas trop beau pour l’être, vrai, justement?

« Tout te dire, parce que tu as l'droit de savoir que ta famille a toujours été là. Et que ta transformation a pas fait d'toi un paria. Viens, allons marcher hors de c'te ruelle. » T’es en train d’rêver, c’une explication plausible. Autrement, comment tu pourrais trouver un d’tes héritiers après autant d’temps sans en nourrir l’espoir, et l’entendre te dire exactement c’que tu rêves secrètement d’entendre d’la part des Aquila… alors tu vois pas d’autres explications. Tu l’suis hors d’la ruelle, tes mouvements lents, pour un vampire, un à la fois alors qu’tu tentes de poser un mot devant l’autre dans ta tête, afin d’pouvoir continuer d’parler à Clyde.
Et savoir, aussi, s’il est là pour te tuer. Après tout, ils auraient pu se faire un devoir d’te retrouver pour t’amener leur vision d’la paix, t’libérer pour qu’tu n’sois plus un monstre. « Jamais d'la vie. Elle ouais, j'te cache pas que je lui ferais la peau si j'pouvais. Mais toi, il a été décidé que tu serais pardonné pour ce que tu pouvais causer. On a bien conscience que Lilith est l'genre de créature... Qui allait faire sortir le pire en toi on est d'accord ? Tu devais reprendre la gestion du clan, comme ça devait l'être de ton vivant... Si j'peux m'exprimer ainsi. » Soulagement, presque double, en sachant qu’il veut cependant liquider la blonde. T’sais que t’y parviendras sans doute jamais par toi-même, car malgré la haine qu’tu nourris pour Lilith… il n’y aura jamais que cela. « Et bien tant mieux, dans les deux cas. J’ai déjà tenté d’la tuer, t’sais. Mais c’impossible pour moi. » qu’tu dis dans un haussement d’épaules. T’as jamais discuté avec quelqu’un d’tes histoires avec Lilith, comme t’as vis et connaissances tournaient autour d’elle.

« Puis maintenant que t'es loin d'elle, tu causes toujours autant d'mal ? J'sais que t'es loin d'elle, car les rumeurs courent comme quoi elle est en Angleterre et qu'elle cherche son Infant. » Ton air interrogatif s’évanouit quand il t’précise comment il a su que t’étais plus avec elle. « Autant, non. Mais c’pas à cause d’elle que j’ai cessé, ou eu envie d’cesser. » qu’tu avoue, bien qu’cette raison, il t’sois pas possible d’dire si elle t’reviendra ou non.
« Lilith savait qu'on t'cherchait. Elle a changée d'place a chaque fois qu'on approchait. Mais vous courrez si vite, c'est presque impossible d'vous suivre et d'avoir un temps d'avance sur vous. Surtout avec le clan qui se vidait petit à petit. Si tu veux pour t'prouver que j'dis vrai... J'ai le livre des Aquila chez moi. Il raconte toute notre histoire et bien-sûr tout ce que tu ne sais pas après ton départ. Tu veux l'voir ? » « Naturellement, j’sais pas pourquoi j’posé la question. La réponse, c’trop souvent Lilith. » qu’tu grognes en foutant tes mains dans tes poches, fronçant les sourcils en pensant à ta créatrice. « Je- oui, j’aimerais bien l’voir. Ça a été une grande déception pour moi d’jamais le retrouver. » T’es curieux également d’voir tout ce qui a été rajouté depuis, d’voir si le feuilleter t’seras un minimum familier, puisque tu l’as touché en tant qu’humain.

« J'craignais d'mourir sans t'avoir trouvé. J'peux pas croire que tu sois là... On m'parle de toi depuis que j'suis né, on m'a conçu, élevé, entraîné pour que j'te cherche. C'est... Fantastique ! » Tu peux pas manquer l’regain d’enthousiasme joyeux chez Clyde, ni retenir tes lèvres qui s’étire pour sourire. « J’craignais d’finir vieux vampire seul et amer, noyé dans l’oubli. S’tout cela est vrai… j’vais voir un rêve prendre forme. » Un deuxième, puisque l’amour d’Pandora aura insufflé la vie d’nouveau en tête. Une parcelle d’humanité, qu’t’ignores avoir droit encore. T’espères, comme t’espérais retrouver d’ta famille.
« Bon et sinon j't'avais pas promis un peu d'sang ? » Tu arrêtes de marcher, l’regardant les sourcils relevés mais surtout- surtout foutument affamé tout à coup. Toute la discussion t’as coupé l’envie, mais juste prononcer l’mot, alors qu’tu brûles d’planter tes crocs dans une veine palpitante… ça t’fait sortir les canines sans qu’tu puisses les retenir. T’penses même pas à dire non, juste t’assurer qu’tu vas pas t’prendre une mauvaise surprise. « On t’considère pas comme un homme tout à fait bon, j’me trompe? En tant qu’chasseur, faut souvent faire d’sales choses. » qu’tu demandes en penchant la tête sur le côté, essayant d’garder tes yeux dans les siens et pas sur ses veines. « J’demande car l’Ministère m’a mis une puce dans la tête. J’ai pu m’débarrasser du problème qu’à moitié, j’peux maintenant qu’me nourrir sur la racaille. »



_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 165
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   Mer 8 Aoû - 21:19

Cassyde
Nous n'avons jamais cessé de te chercher.
« Et bien tant mieux, dans les deux cas. J’ai déjà tenté d’la tuer, t’sais. Mais c’impossible pour moi. » Il le sait. Enfin non il ne sait pas pour la tentative de meurtre mais ouais il sait que c'est impossible de la tuer pour lui. « Le lien entre le Sir et l'Infant. C'normal. » Qu'il dit simplement avec un hochement de tête, sachant que si Lilith doit mourir un jour c'est bien un chasseur qui devra mettre fin à sa longue, très longue, trop longue vie sur cette terre. Il ne juge pas, c'bien déjà d'avoir cessé d'être avec elle, comme il l'était avant. Ca faisait de lui un être aussi violent et plein de rage qu'elle, alors il est assez fier et satisfait de savoir qu'il est seul maintenant, sans la mauvaise conscience pour l'rendre monstrueux. « Autant, non. Mais c’pas à cause d’elle que j’ai cessé, ou eu envie d’cesser. » Il n'pose pas plus de question, il hoche simplement la tête en l'observant son ancêtre. Il l'a souvent vu sur des dessins et même sur une vieille toile familiale qui est toujours en Italie, dans le coffre des Aquila qui réside dans une vieille banque à Rome. Il a souvent observé le tableau lors de ses passages dans la belle capitale Italienne, il a souvent imaginé ses retrouvailles avec cet ancêtre sans oser vraiment y songer. La déception aurait été trop forte si a la fin de sa vie il c'était rendu compte que Cassian était encore introuvable et que sa mission devait encore perdurer. Mais il est là, en chair et en os, bien vivant et surtout aussi jeune que sur les dessins qu'il a longtemps observé. « Naturellement, j’sais pas pourquoi j’posé la question. La réponse, c’trop souvent Lilith. » « Elle trempe dans l'moindre truc louche. Ca m'agace que son prénom revienne autant lorsqu'on pose des questions. » Qu'il répond en haussant les épaules, ne se voilant pas la face sur la véritable ennemie de sa famille. Lilith elle trempe dans tout ce qui est mauvais, dans la moindre histoire sombre ou dans l'moindre problème. Elle revient à chaque fois, comme pour jurer qu'elle n'abandonnera pas et que son spectre ne disparaîtra jamais. « Je- oui, j’aimerais bien l’voir. Ça a été une grande déception pour moi d’jamais le retrouver. » « Tu viens chez moi quand tu veux. J'te donnerais l'adresse, ma porte est ouverte. » Qu'il dit avec un hochement de tête, incapable de toute façon de refuser quoi que ce soit à cet ancêtre cherché depuis des siècles.

« J’craignais d’finir vieux vampire seul et amer, noyé dans l’oubli. S’tout cela est vrai… j’vais voir un rêve prendre forme. » « Il prend forme alors. » Qu'il dit en marchant dans la ruelle, sortant de l'endroit sombre et puant que représente l'arrière du Londres moldu. Mais il a promis d'offrir de quoi se restaurer et il n'est pas homme à manquer de parole. Alors il s'empresse de lui rappeler ça, faisant sortir les crocs pointus du vampire en face de lui. C'est que ça l'fait rire de voir le sourire du monstre, le sourire mordant. « On t’considère pas comme un homme tout à fait bon, j’me trompe? En tant qu’chasseur, faut souvent faire d’sales choses. » « Je ne tue qu'en dernier recours. Avant cela, je rappelle la loi plusieurs fois ainsi que l'obligation de rester discret et de ne pas ôter la vie. J'me moque qu'un vampire croque un humain, si l'humain est d'accord et qu'il reste en vie ça m'va. Si par contre l'humain est tué alors là ça commence à m'faire grincer des dents. Justicier pour les sorciers, monstre pour les créatures, ça dépend de quel côté on se place concernant ma bonté. Je soutiens plus les créatures qu'on ne le croit, le travail des chasseurs leur permet de ne pas oublier d'être discret. Car si le ministère envoi ses hommes toutes les créatures seront tués, sans exception. Les chasseurs préfèrent le dialogue avant de sortir les armes. » Dit-il en lui faisant un signe de la main vers une porte sombre en chêne, dans une sorte de bâtiment qui ressemble à une vieille maison abandonnée. « J’demande car l’Ministère m’a mis une puce dans la tête. J’ai pu m’débarrasser du problème qu’à moitié, j’peux maintenant qu’me nourrir sur la racaille. » « Tu vois c'est justement ça que les chasseurs veulent éviter... Que vous soyez traqués et pucés comme des animaux. Viens, cette taverne sert de quoi se restaurer aux créatures. Tu trouveras de quoi calmer ta soif avec du bon sang, pas cette piquette qui coule dans les veines d'un ivrogne. C'moi qui t'invite. » Qu'il dit en ouvrant la porte, dévoilant une petite taverne éclairée par plusieurs bougies, occupée par des créatures aussi rares qu'étrange. Mais c'est ici leur monde et il y a bien longtemps qu'il a appris à s'y faire.

FIN

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous n'avons jamais cessé de te chercher. Cassian/Clyde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous n'avons pas fini notre conversation [PV Léa]
» Minerva McGonagall ▬ Nous n'avons jamais recours à la métamorphose pour infliger des punitions !
» Le règlement
» Les questions que nous vous avons posées : compenser la mort rp
» Nous vous avons compris ► news en folie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde magique :: Allée des embrumes-
Sauter vers: