AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 HOT. Rien à faire ensemble (dormi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Mer 18 Oct - 22:58


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais, j'en rêve parfois. Je sais que je répète que je peux pas, que je veux pas, que c'est mal. Mais je peux pas l'empêcher, je t'ai dans la tête, dans la peau, dans le coeur. On a rien à faire ensemble, mais j'veux que toi. Alors j'aimerai, juste une fois, rester contre toi. Pour une nuiT. Pour cette nuit.

Elle travaillait au Trois balais pendant les vacances. Elle n'avait pas l'âge de boire, mais apparemment elle pouvait faire assez âgée pour pouvoir servir les verres aux sorciers qui venaient se retrouver dans le bars pour profiter de l'activité de Pré-au-Lard et des vacances. Alors Dorcas Meadow était derrière le bar, profitant de la chaleur dans l'établissement pour n'avoir rien de plus qu'un débardeur noir, et un pantalon large rouge. Elle souriait aux clients, servant les Whiskey purfeu et les Bièraubeurres comme si elle avait toujours fait cela. En somme c'était le cas - depuis plus d'une semaine à présent. Le travail lui permettait d'avoir un peu d'argent de côté, de pouvoir s'amuser parfois, de pouvoir piquer des bouteilles dans la réserve aussi, en prétendant que son patron n'en savait rien - ca pourra toujours être utile à la rentrée.
Et surtout c'était une bonne occasion pour avoir Maemi qui l'attendait pour la raccompagner chez elle à la fin de son service.

Samedi soir - pour une fois elle restait tard dans le bar, servant les clients qui étaient plus nombreux. Il régnait cependant une ambiance agréable, et Dorcas se sentait sourire - Maemi était dans un coin de la pièce, et elle la devinait sourire de là où elle se trouvait. Elle lui avait offert sa boisson, mais le monde ne lui avait pas permis de la rejoindre. Cinq minutes avant de pouvoir s'enfuir. Cinq minutes, avant qu'elles ne sortent pour rejoindre un portoloin qui les ramèneraient chez elles. Dans le quartier où elles s'étaient rencontrés. Leur enfance, ensemble. Là où elles étaient devenues tout l'une pour l'autre.
Dorcas avait accepté plusieurs verres, avait trinqué avec quelques habitués, et elle avait la tête qui tournait. Définitivement, elle ne devra pas recommencer cela. Mais elle se sentait aussi flotter, plus légère. Prête à tout. Capable de tout. Alors à la fin de son service, elle sauta par dessus le bar, et n'attendit pas pour rejoindre Maemi, et lui prendre la main avant de l'embrasser sur la joue - presque sur les lèvres.
Dorcas - « Bonsoir Beauté, tu viens souvent dans le coin ? » Demanda-t-elle avec un sourire séducteur, avant de lâcher un rire claironnant, et de regarder autour d'elle, le monde qui commencer à disparaitre pour abandonner le bar. « On rentre maintenant ou tu veux boire un dernier verre ? C'est la maison qui offre - et par la maison je veux dire moi. »


_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Jeu 19 Oct - 22:11

Rien à faire ensemble
Dormi
Les odeurs se mélangent lorsqu'elle ouvre la porte du bar et s'engouffre dedans. Le vigile devrait lui dire qu'elle est trop jeune pour venir boire des verres mais c'est la meilleure amie de Dorcas alors on dit rien, on laisse Maemi s'installer au bar avec un sourire vers les clients qu'elle connaît. C'est que Dorcas a du boulot ce soir alors elle lui offre son verre de sirop de salsepareille rapidement avant de partir servir toujours plus de client, sous le regard amusé de l'Asiatique qui la regarde faire encore et encore. Ses gestes, ses sourires, ses éclats de rire, tout pour que son cœur batte plus vite et son ventre ne se réchauffe. Les petits papillons déploient leurs ailes pour s'envoler et chatouiller sa raison, alors qu'elle baisse les yeux pour fixer le fond de son verre et boire une autre gorgée fraîche. Elle ne peut ps la fixer comme ça, pas après leur dernière discussion après avoir fait l'amour qui c'est soldé par un échec. Dorcas est partie, elle a fait comme si rien n'était le lendemain. Et ensuite tout le long des vacances, elles se retrouvent tous les jours évidemment mais l'envie de céder à leur pulsion n'a pas été plus forte. Voila presque une semaine qu'elle n'a pas goûtée à sa peau et ça lui manque, même si elle se dit elle aussi qu'elle doit arrêter pour ne plus la faire souffrir à son amie. Elle semblait si mal ce soir là, elle semblait tellement ressentir de chose que Maemi c'est jurée de ne plus jamais lui imposer ça. Elle a pas l'droit de la faire souffrir comme ça, pas sa meilleure amie. C'est avec une résolution nouvelle que la soirée se passe et que le bar se vide petit à petit, alors que Maemi repousse son verre vide cette fois. Et que Dorcas saute le bar dans un geste incroyablement fluide. Elle vient l'embrasser sur la joue, frôlant les lèvres de la Serpentarde qui en frissonne. « Bonsoir Beauté, tu viens souvent dans le coin ? » Elle éclate de rire et lève les yeux au ciel, remarquant le regard embrumé de sa meilleure amie. « Toi t'as avalée trop de verre ! » Qu'elle dit lorsque son rire se calme, avec douceur. « On rentre maintenant ou tu veux boire un dernier verre ? C'est la maison qui offre - et par la maison je veux dire moi. » « J'pense qu'on peut rentrer tu ne penses pas ? Tu as déjà assez bu et j'ai bien envie de me dégourdir les jambes... » Qu'elle lui dit avant de sauter de son tabouret. Elle prend le verre et passe derrière le bar pour aller le laver, évitant ce travail à sa meilleure amie qui bosse déjà assez. « La nuit est claire et le ciel dégagé, nous pourrions allez nous installer quelque part tu ne penses pas ? » Qu'elle demande gentiment avec un petit sourire. Elle a envie de profiter d'elle, de se retrouver avec sa meilleure amie en tête à tête un peu alors que depuis plusieurs jours, elles ne ce sont pas accordés un moment uniquement à elles.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Mer 25 Oct - 19:28


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais, j'ai rêvé de toi - je rêve de toi souvent. Je te rêve rieuse, souriante, poète, nue, douce. Je te rêve amoureuse, aux yeux brillants de malices, cette fossette contre ta joue pour preuve de ton plaisir. Et qui se miroite sur mon visage - parce que son plaisir, c'est le miens. Mon bonheur, c'est toi.

Elle réfléchit plus vraiment, quand elle quitte l'arrière du bar pour rejoindre la belle asiatique. Elle peut pas détacher son regard de Maemi - c'est toujours ainsi. La la dévore des yeux, fascinée par sa beauté, séduisante sorcière aux courbes avantageuses. Elle n'a jamais vu de femmes plus belles que celle-ci. Sa meilleure amie était parfaite, sur tous les points. Parfaite - sauf qu'elle l'était trop sans doute, et qu'elle la méritait pas. Mais pour ce soir elle faisait taire cette voix dans sa tête - emplie de doute et d'angoisse. Cette peur qui veut pas approcher Maemi, sachant qu'elle était trop bien, sachant que Dorcas ne pourrait que la briser plus encore.
Ce soir elle voulait pas la briser. Elle voulait l'embrasser - sans doute la preuve qu'elle avait assez bu, bien qu'elle en voulait encore si c'était une excuse pour avoir Maemi pour elle encore un peu.
Maemi - « Toi t'as avalée trop de verre !  » Elle laisse s'échapper un rire joyeux, avant de se glisser près de la jolie brune, et d'embrasser sa joue - comme elle le fait toujours, bien qu'elle est plus tactile. Bien qu'elle est plus tendre, plus entreprenante aussi. Elle a la tête qui tourne, le parfum de Maemi l'entourant avec cette chaleur brûlante. Passionnée.
Dorcas - « J'en ai jamais assez ! »  Mais elle tient pas la distance, espérant toujours qu'à force de profiter des soirées où elles sont invitées elle finira par le tenir l'alcool. Elle finira par pouvoir être presque totalement alerte après deux ou trois verres - c'est pas le cas pour le moment, et elle sait pas combien elle en a eut.

Maemi - « J'pense qu'on peut rentrer tu ne penses pas ? Tu as déjà assez bu et j'ai bien envie de me dégourdir les jambes... » Mais si Maemi veut pas alors elle va pas l'y contraindre. Elle opine plutôt, et lui fait un geste pour qu'elle la suive hors du bar. Tant qu'elle veut pas juste s'enfoncer dans la nuit, ou prendre un portoloin ou le Magicobus pour rentrer cela lui convenait. Elle voulait profiter d'elle, encore. Elle voulait profiter d'elle, toujours.
Dorcas - « Je te suis, beauté. » Dit-elle avant de la suivre dans la rue, soupirant d'aise en sentant l'air lui fouetter le visage, et des odeurs douces de fritures, et de sucre l'envahir. Il se trouvait encore quelques pâtisseries ouvertes à Pré-au-Lard, profitant des vacances pour fermer plus tard.
Maemi - « La nuit est claire et le ciel dégagé, nous pourrions allez nous installer quelque part tu ne penses pas ? » Elle a son coeur qui bat plus fort Dorcas, et elle est joyeuse quand elle prend la main de Maemi. Elle la prend, comme elle a souvent envie de le faire mais se le permet pas. Elle le fait parce qu'elle a plus rien pour l'empêcher à ce moment précis, et elle se met à marcher dans le village sorcier où se trouve encore pas mal de monde au-dehors. Elle marche, sans savoir où elle va, avant d'approcher un coin plus tranquille, comme un parc avec un banc pour faire face à un beau paysage - et des fleurs sauvages de nuits qui sortent du sommeil.
Dorcas - « On peut s'mettre là si ca t'va ? »  Proposa-t-elle alors qu'elle s'assoit déjà, et attire Maemi contre elle - assez pour pouvoir s'tourner vers la jeune femme et mettre ses jambes à moitié sur elle. Proche, trop proche. « T'es belle, Maemi. Pourquoi faut qu'tu sois si belle ? Ca rend difficile de pas penser à... Tu sais. On ne parle pas, je sais, mais sous la lune comme ca, t'as jamais été aussi belle. »


_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Jeu 26 Oct - 21:18

Rien à faire ensemble
Dormi
Elle ne veut pas laisser sa meilleure amie boire encore, car elle veut profiter d'elle dans le silence et le calme qu'un parc dans pré-au-lard peut leur offrir. Elle aime les soirées avec Dorcas c'est vrai à juste rire et s'amuser, mais là elle veut profiter d'elle sans se poser plus de question, juste savourer l'instant avec sa meilleure amie alors que ces moments sont devenus de plus en plus rare, surtout depuis la dernière fois qu'elles ce sont avoués en face que c’était si mauvais, de se retrouver très souvent pour assouvir leurs pulsions. Elles s'évitent en quelque sorte et Maemi vit mal cela, refoulant au plus profond de son être l'envie d'aller voir sa meilleure amie et lui dire de tout oublier, de la garder dans sa vie pour peu qu'elle existe même un minimum. Elles se parlent mais très peu et c'est souvent gêné, comme si Dorcas luttait à tout moment avec une vague intérieure qui menace de tout englober. « Je te suis, beauté. » Mais l'alcool lui fait dire des folies alors que Maemi éclate de rire et saute de son tabouret, pour suivre sa meilleure amie hors du bar. Elles marchent un temps et Dorcas vient attraper la main de la serpentarde, qui reste surprise sous le geste. Mais elle ne dit rien, ne voulant pas briser l'instant qui est bien trop agréable. Elle serre plus longtemps les doigts de sa meilleure amie en se rapprochant d'elle, avec un petit sourire gêné, espérant ne pas aller trop vite et ne pas briser l'instant. « On peut s'mettre là si ca t'va ? » Elle hoche vivement la tête lorsque la métisse lui montre un endroit au calme, tranquille et où elles peuvent s'étendre sans se gêner. Elle s'assoit dans l'herbe et reste d'autant plus surprise lorsque sa meilleure amie vient se positionner presque sur elle, très proche d'ailleurs dans une position on ne peut plus équivoque. « T'es belle, Maemi. Pourquoi faut qu'tu sois si belle ? Ca rend difficile de pas penser à... Tu sais. On ne parle pas, je sais, mais sous la lune comme ca, t'as jamais été aussi belle. » Troublée, elle sent ses joues se colorer alors qu'elle tente de sourire comme si elle était sereine, alors que son cœur bat si vite qu'elle en a un sifflement dans les oreilles.

« T'es ivre Do'... On voit tout beau sous l'effet de l'alcool. » Qu'elle dit avec un petit rire qu'elle veut moqueur mais qui ne sert qu'à cacher la gêne et la chaleur qui grossit dans son abdomen. Elle voulait entendre ça depuis longtemps, dommage que ce soit sous l'effet de l'alcool. Sauf que derrière elles, Maemi entend des pas et des rires qui ne cessent de se faire de plus en plus sonore. Elle se tourne pour voir un groupe de garçons qui s'approche, visiblement éméchés eux aussi car l'un d'eux ne marche pas droit. Ils se poussent, chahutent, se chamaillent ouvertement. Puis l'un d'eux siffle en direction des deux filles et Maemi sent l'angoisse monter. « Lève toi, on s'en va. » Qu'elle ordonne mais elle a pas le temps, que derrière elles la première remarque fuse. « Alors les filles vous voulez pas nous attendre ?! » Qu'il lance l'un deux alors que Maemi attrape la main de Dorcas pour l'aider à se lever. « Ou vous préférez rester entre vous ? » Qu'il rajoute en riant, d'un rire gras, tout en faisant des bruits de bouche infects. Maemi serre les dents mais jette un regard à sa lionne de meilleure amie. « Ne dis rien, ne répond pas. Ils ont bus... Ils nous cherchent. Tais toi s'il te plaît. » Qu'elle lui murmure avec un regard suppliant. « Alors les inverties on veut pas savoir ce que ça fait un véritable homme ?! » Mais ce mot habituel pour définir les homosexuels, semble être la pire insulte dans sa bouche.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Dim 29 Oct - 2:08


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais, j'voudrais que tu te vois comme je te vois. Qu'à un moment tu puisse juste te voir belle, téméraire, intelligente, éloquente; riant aux étoiles un bonheur que tu porte sur tes pommettes, les larmes de rire qui perlent à tes yeux, et ce parfait rictus de plaisir sur des lèvres. J'voudrais que le monde te vois comme je te vois; parce que c'est si facile de t'aimer.

Elle était belle, sous la lumière artificielle des lampadaires qui brillaient à Pré-au-Lard, et Dorcas était bien incapable de tirer son regard de sa meilleure amie. Elle la fascinait, lorsqu'elle était sobre, ayant déjà du mal à résister à l'envie de la fixer constamment pour se répandre en compliments. Maints et maints compliments - et lorsqu'elle a l'alcool qui délit sa langue et lui fait oublier ses promesses de repentance elle les contient, plus. Elle peut pas résister à lui dire combien elle est magnifique sous la lumière des étoiles, Maemi.
Maemi - « T'es ivre Do'... On voit tout beau sous l'effet de l'alcool. » Elle lâche un rire, la métisse, pour venir se coller un peu plus au corps de sa meilleure amie et caresser sa joue avec toute la tendresse dont elle peut être capable au vue de son état.
Dorcas - « Toi t'es belle même quand j'ai pas bu. Comment t'explique ca ? » Demanda-t-elle avec un air de défis, arquant un sourcil interrogatif, comme pour demander à Maemi de la contredire. Et comment ne pas la trouver parfaite avec ses yeux à peu félin, son sourire charmeur, son visage de princesse, son corps de déesse - elle avait tout pour enflammer les sens de la jeune Meadowes qui avait du mal à garder ses mains pour elle.

Mais elle a pas le temps d'y penser ce soir-là, parce qu'il y a soudainement une ombre sur le chemin des deux jeunes femmes, qui obstruent la lumière de la lune et fait grimacer la jeune métisse. Elle se tourne pour voir le pauvre fou qui a osé les approcher, qui les fixe avec un air moqueur - et elle sent son coeur qui bat fort, le courage et la témérité - voir l'imprudence - qui s'emparent de ses veines alors qu'elle se tourne vers les inconnus en oblitérant la demande de Maemi à ses côtés, qui s'est tendue.
Maemi - « Lève toi, on s'en va. » Elle se lève pas, la lionne, elle fixe sa proie avec intensité.
Mike - « Alors les filles vous voulez pas nous attendre ?! » Non, pourquoi vous attendre ? « Ou vous préférez rester entre vous ? » Exactement.
Elle répond pas cela dit - pas encore - parce qu'elle sent le souffle de Maemi qui est proche d'elle tout à coup et ca lui fait perdre le nord. ALors elle reste là, dans ses bras, à rester bercer par sa présence.
Maemi - « Ne dis rien, ne répond pas. Ils ont bus... Ils nous cherchent. Tais toi s'il te plaît. » Elle l'entend - ne saisit pas tout à fait ses mots qui font écho à sa propre réflexion. Ils ont pu - ce qui explique pas qu'ils viennent ici pour les chercher. Les chercher, et aller où par la suite. Elle a pas à se poser la question qu'ils sont proches soudainement, et Dorcas se lève pour faire barage entre eux et Maemi.
Mike - « Alors les inverties on veut pas savoir ce que ça fait un véritable homme ?! » Le mot claque comme un insulte - et c'est la première fois qu'elle le reçoit pour elle... Et c'est pas si étonnant, en vrai. Pas si étonnant, c'est l'intonation qui excite son sang de Gryffondor, et la fait rire moqueuse.
Dorcas - « Si t'en vois un tu m'feras signe ? » Qu'elle demande avant qu'il se tourne vers elle avec la même lueur cruelle dans le regard.
Mike - « Sinon j'vous prends toi et ta copine et j'vous fais une démonstration ? »
Dorcas - « La touche pas. » Elle a des éclairs qui le foudroient, grognant entre ses dents alors qu'il approche un peu plus.
Mike - « T'as raison je devrais pas toucher un monstre comme elle ou comme toi. Vous êtes juste abjectes, j'vois pas pourquoi on vous filerait pas le même traitement qu'aux sang-de-bourbes et aux traitres à leur sang. » Ca part - d'un coup - y a le poings d'la lionne qui vient se fracasser contre la machoire du chien galeux. Elle le fracasse le poing, dans un bruit sourd, avant de grogner parce qu'elle s'est tué la main d'un même geste - fuck fuck fuck.
Dorcas - « Ok on s'casse ! » Qu'elle gueule en prenant la main de Maemi - finalement - et profite de l'adrénaline pour se mettre à courir comme une dératée enter les bancs et les buissons pour retrouver son chemin dans l'obscurité, à bout de souffle. La main de sa meilleure amie fermement tenue dans la sienne.




_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Lun 30 Oct - 2:11

Rien à faire ensemble
Dormi
« Toi t'es belle même quand j'ai pas bu. Comment t'explique ca ? » Elle l'explique pas, elle peut pas mettre de mot alors que son cœur bat plus vite et que son sang pulse dans ses veines. Alors qu'elle a l'estomac qui se retourne d'appréhension, qu'elle ne doit pas espérer plus de mots, de tendresse, de tout ce qui lui donne l'impression qu’elles viennent de franchir un seuil, un stade. Et elle a l'espoir mais rapidement ce sentiment la quitte, alors qu'elle ouvre les yeux sur le fait que sa meilleure amie est ivre, qu'elle affiche un sourire trop grand sur sa bouche pour donner l'illusion qu'elle est consciente de ce qu'elle dit. Mettre cela sur le compte de la boisson, il y a rien de mieux pour éviter d'espérer quelque chose de fou entre elles qui ne devrait pas exister, c'est ce que Dorcas a dit la dernière fois. Pas normal, prohibé, interdit, c'est l'espoir des fous qui anime Maemi alors qu'elle baisse le visage et savoure la caresse sur sa joue. Elle n'est pas douce car ses gestes sont approximatifs, mais ça reste agréable et inédit pour elle. Sauf que l'instant de calme, de douceur est vite oublié alors que des porcs s'approchent en ricanant, puant l'alcool, l'orgueil et tous les pires défauts de la terre. L'un d'eux est en tête, la petite bande s'agite en se poussant, comme pour s'inviter à dire pire encore si c'est possible. Maemi est sur ses gardes, elle a sa baguette qui glisse dans sa main et elle se prépare à lancer le premier sort qui viendra dans son esprit si l'un d'eux s'approche un peu trop. Elle a interdiction à quinze ans d'utiliser la magie, sauf en cas de danger qui menace sa propre vie ou celle d’autrui. Et l’interdiction lui passe au dessus là, alors que Dorcas est proche d'elle et que l'idée de la défendre l'obsède.

Mais sa meilleure amie comme tout bon lion n'écoute pas, elle ne se lève pas pour s'enfuir, elle reste là plantée devant eux en grognant aux fous qui oseraient approcher les deux filles. Mike - « Alors les inverties on veut pas savoir ce que ça fait un véritable homme ?! » Dorcas - « Si t'en vois un tu m'feras signe ? » Elle éclate de rire en levant les yeux au ciel, lorsque le garçon en question perd la face. Il fait une drôle de mine avant qu'une lueur de colère, de haine ne s'illumine dans son regard et annonce le pire à venir. Elle voudrait demander à Dorcas de se calmer et de partir avec elle mais sa meilleure amie ne cesse de s'opposer au groupe, pendant que Maemi vient coller sa baguette contre sa cuisse et se prépare à lancer un sort. Il vient cracher son venin le jeune homme, parlant de la pureté du sang alors qu'elle voit Dorcas serrer le point. Il ne faut qu'une seconde avant qu'il ne parte et ne vienne s'écraser contre la mâchoire de l'homme en face, le faisant taire alors qu'il recule d'un pas sous le coup, surpris par ce qu'il vient de prendre. Maemi aussi reste surprise sous la force que Dorcas vient de déployer alors que cette dernière se tourne, attrape sa main et commence à s'en aller. « Ok on s'casse ! » Et elles se mettent à courir dans le parc, évitant un ou deux couples, passant entre les buissons et ratant de peu une collision avec un banc. Elle éclate de rire Maemi, car ça l'amuse cette course alors que derrière elles, des insultes fusent et leur font comprendre qu'ils sont toujours derrière à leur courir après comme des détraqués. Et Maemi balance sa baguette derrière elle, lance le premier sort qui lui vient alors qu'elle entend l'un d'eux s'écraser au sol. Un stupéfix leur permet de ralentir considérablement, assez pour que les filles puissent venir se perdre jusqu'au manoir des Feuerbach qui se trouve au milieu des autres demeures de sang-purs. « T'es... Folle... »

Qu'elle dit en reprenant son souffle encore et encore, les poumons en feu d'avoir trop vite couru. Elle prend le temps de chercher ses clefs qui sont dans sa poches et sans bruit, elle déverrouille la porte d'entrée avant de s’effacer, pour que Dorcas entre la première. « Mes parents ne sont pas là et Oswin est de sorti avec des amis. Nous pouvons faire du bruit. » Dit-elle avec un petit sourire avant de verrouiller la porte derrière elle et d'allumer toutes les lumières de l'entrée et du salon. « C'était dangereux ce que tu as fait mais... Merci. » Qu'elle lui dit avec douceur, avant de se diriger vers la cuisine et de servir deux verres d'eau. « Veux-tu manger quelque chose ? Ma mère a cuisinée une délicieuse tarte aux pommes... Tu devrais la goûter. » Dit-elle en sortant du four une moitié de tarte aux pommes, avec un regard gourmand. Elle sait que Dorcas ne résiste jamais face aux petites douceurs que sa mère cuisine.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Sam 4 Nov - 1:33


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais, il a eut ce moment entre nous. Ce moment où on était à bout de souffle, le souffle coupé dans nos gorges étreintes d'émotions. Ce moment, suspendu, avant qu'on se retrouve à faire plus qu'une. Un moment - c'est ce moment que je préfère. C'est ce moment où j'ai plus à m'inquiéter, parce qu'il y a plus que toi. Plus que moi. Et que finalement, le reste, ca compte pas.

Elles courent, les étoiles filantes dans le village de Pré-au-Lard. Elles courent, évitant les bancs, les trottoirs, les passant. Elles courent, en ignorant que derrière se trouvent encore leurs assaillants - parce qu'elles sont l'une avec l'autre, et Dorcas elle peut pas voir le reste. Elle sent que la main brûlant de Maemi dans la sienne. Elle sent que cela, et il y a que ca qui compte - elle veut la garder, la sert plus fort, et elle la traine derrière elle, riant, riante, s'arrêtant pas. Elle peut pas s'arrêter, elle a le coeur qui cogne fort dans sa poitrine, et elle veut juste ca - elle veut juste continuer de courir. Courir après le temps, contre le temps, courir - sans savoir même où elle va parce que ca compte pas. Tant qu'elle court avec la main de Maemi qui se trouve dans la sienne.
Elle a le coeur qui cogne fort dans sa poitrine, quand elles s'arrêtent. Elle s'essouffle, inspire profondément, avant de partir dans un rire amusé - elle a l'adrénaline qui circule dans ses veines. Le sang qui pulse dans ses veines.
Maemi - « T'es... Folle... » Elle rigole, avant de se tourner vers sa meilleure amie - le terme sans pas si juste. Il semble plus jamais être si juste. Elle sait que c'est plus - même si elle est pas sûre de pouvoir. De pouvoir l'accepter, de pouvoir vivre en suivant son coeur - ou peut être que si. Elle cesse pas d'y penser, depuis des jours. Des jours, et des jours - depuis la conversation avec Winfred, la dispute avec Maemi, le dernier sermon de son père. Tout se mélange, et elle sait plus quoi penser. Elle est pas sûre de vouloir penser.
Maemi - « Mes parents ne sont pas là et Oswin est de sorti avec des amis. Nous pouvons faire du bruit. »
Dorcas - « Faire du bruit c'est un bon argument pour m'attirer chez toi. » Qu'elle répond avec un sourire amusé, avant de la suivre dans la rue - leur rue. C'est là qu'elles se sont parlées la première fois. C'est là qu'elles se sont embrassées la première fois. C'est là que Dorcas s'est cassé un bras une fois - c'est là qu'elles ont ouvert leurs lettres pour Poudlard. Leur rue. Leur monde.

Alors elle hésite pas pour monter l'escalier jusqu'à la porte de Maemi. Elle ne pense pas que ses parents s'inquièteront. Elle leur enverra une lettre - le hibou de Maemi sera jamais loin de toute façon - et même si'l lui suffirait de traverser la rue. En réalité - elle n'en a pas envie. Elle veut pas laisser Maemi, pas même une seconde. Pas après ce qu'il s'est passé - elle doit être là. Elle doit la protéger.
Maemi - « C'était dangereux ce que tu as fait mais... Merci. »
Dorcas - « C'était pas si dangereux, c'était... C'était normal. Il avait pas à t'parler ainsi. A t'dire ce genre de trucs - c'tait faux, en plus. Y a rien d'monstrueux chez toi. » Qu'elle dit sans même y réfléchir. Elle réfléchit pas, mais elle fixe Maemi dans les yeux avec intensité.
Elle le dit à voix haute, autant pour Maemi que pour elle. Pour s'entendre le dire, pour savourer ces mots dans sa bouche. Il y a rien de monstrueux chez Maemi; ni quand elle l'embrasse, ni quand elle la touche. Alors pourquoi ca serait monstrueux chez elle ?
Maemi - « Veux-tu manger quelque chose ? Ma mère a cuisinée une délicieuse tarte aux pommes... Tu devrais la goûter. » Elle opine, la suit simplement dnas la cuisine, et alors que Maemi prépare les gâteaux, elle met en marche de quoi faire du thé. Silencieuse, jusqu'à ce qu'elles s'assoient sur le comptoire pour manger toutes les deux.
Dorcas - « Y a rien de monstrueux chez toi. J'peux pas accepter qu'on t'dise ce genre d'choses, tu sais ? » Qu'elle reprend comme s'il s'était pas passé des minutes longues entre ces deux déclarations. « T'sais j'ai... J'ai réfléchis. A pas mal de choses, et peut être que j'en parle parce que - ouais - j'ai bu, mais c'pas pour ca que c'pas sincère. J'ai réfléchi, et Winfred dit qu'chez les animaux, des couples d'mêmes sexes c'naturel. C'pas... t'es pas monstrueuse. Et si t'es pas un monstre quand t'veux m'embrasser, alors peut être - peut être j'pas un monstre parce que maintenant j'veux t'embrasser, pas vrai ? »


_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Lun 6 Nov - 18:04

Rien à faire ensemble
Dormi
Ce n'est pas pour elle qu'elle a craint une seule seconde. Elle s'en moque de sa vie, de ce qu'on lui fait et de ce qu'elle peut subir. Elle s'en moque car elle sait au fond d'elle que si il lui arrive des mauvaises choses c'est qu'elle l'aura méritée, que la roue aura tournée et qu'elle finira par se faire écraser le pied. Elle sait Maemi qu'elle est pas une fille gentille, que parfois sa verve est plus violente qu'une lame et qu'elle poignarde la moindre personne qui ne sera pas dans ses petits papiers. Elle sait, elle en a conscience et elle assume pleinement. Il suffit de la voir avec son aîné pour comprendre que ce petit jeux dure depuis des années, depuis le début de sa première année et qu'elle prend trop de plaisir pour envisager une fin. Quoi qu'il est vrai depuis quelques temps Oswin semble plus souple, plus léger et elle se prête à croire à quelque chose de plus doux entre eux, une possibilité de discussion sans se sauter à la gorge dés qu'un mot sera prononcé. Mais c'est Oswin et il est sous la main ferme de leur père, elle a conscience qu'elle se fait sans doute des idées et que ce n'est pas fait pour durer. Rien d'agréable ne dure jamais, elle aurait du le savoir.

« Faire du bruit c'est un bon argument pour m'attirer chez toi. » « Ha ça quand il s'agit de se faire remarquer, vous êtes là les lions ! » Qu'elle dit avant d'éclater de rire, taquinant sa meilleure amie comme toujours sans chercher à la vexer tout de même. Elle en aurait fait de même pour elle, balançant sans aucun doute quelques sorts au passage pour leur faire ravaler leurs noix. Mais Dormi a très bien agit et elle vient sans doute de leur sauveur si non la vie, leur soirée oui. « C'était pas si dangereux, c'était... C'était normal. Il avait pas à t'parler ainsi. A t'dire ce genre de trucs - c'tait faux, en plus. Y a rien d'monstrueux chez toi. » Elle se tourne vers elle et ne dit rien, elle hoche juste la tête. Elle ne veut pas relancer le sujet, elle ne veut pas encore voir Dorcas se dénigrer et dire qu'elle est une monstruosité. Elle ne veut pas, elle ne peut pas le supporter. Alors elle hoche juste la tête, la discussion de l'autre soir lui revenant par vague. « Y a rien de monstrueux chez toi. J'peux pas accepter qu'on t'dise ce genre d'choses, tu sais ? » « Alors pourquoi toi tu te vois comme un monstre ? » Qu'elle dit avant de se mordre la langue aussitôt, n'ayant pas eu le courage de se retenir une seconde de plus. C'est parti tout seul, si vite qu'elle en perd conscience de ce qu'elle fait et elle sert deux parts sans même voir les quantités, ni même voir si elle n'oublie rien. Elle rajoute sur le morceau de tarte une crème fouettée que sa mère a fait tantôt, en rajoutant un peu trop d'ailleurs sur la part de sa meilleure amie. Elle elle vient s'installer et donne à Dorcas sa part avec un petit sourire d'excuse, n'ayant pas voulue reparler de cela.

« T'sais j'ai... J'ai réfléchis. A pas mal de choses, et peut être que j'en parle parce que - ouais - j'ai bu, mais c'pas pour ca que c'pas sincère. J'ai réfléchi, et Winfred dit qu'chez les animaux, des couples d'mêmes sexes c'naturel. C'pas... t'es pas monstrueuse. Et si t'es pas un monstre quand t'veux m'embrasser, alors peut être - peut être j'pas un monstre parce que maintenant j'veux t'embrasser, pas vrai ? » Elle s'arrête de respirer, sa cuillère tenant son morceau de tarte en l'air, a quelques centimètres de sa bouche. « T'as jamais été un monstre et tu le seras jamais. Surtout pas parce que tu as envie d'embrasser quelqu'un d'autre. Le... L'envie ça se commande pas, c'est comme ça. Tu peux pas lutter... Et si t'en a tant envie c'est aussi parce que ton corps en a besoin, non ? » Qu'elle dit en reposant sa cuillère. « Qu'est ce qui t'a fait penser ça ? » Qu'elle demande avant de venir glisser sa main droite vers celle de Dorcas pour attraper ses doigts. « On fait rien d'mal Do' tu sais... » Qu'elle dit dans un souffle, espérant et priant toutes les entités possibles pour pas se faire envoyer sur les autres et ne plus entendre parler de ce dieu, qui sépare ceux qui ne doivent pas être séparés.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Jeu 9 Nov - 23:21


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais que j'ai toujours eut peur des monstres. Gamine quand j'entendais des bruits dans le placard de la chambre, ou sous le lit, je me réfugiais sous les draps en espérant être assez discrète pour qu'il se mette à fuir. J'ai grandit maintenant, mais c'est pas pour autant que j'ai moins peur - j'ai juste peur que le monstre ce soit moi à présent, et qu'en me réfugiant dans tes bras, un jour, tu finisse par prendre peur et me détester à ton tour.

Maemi - « Ha ça quand il s'agit de se faire remarquer, vous êtes là les lions ! » Elle s'empêche pas d'imiter le lion qui se met à rugir - comme elle est parfois douée pour le faire. Plus encore quand il y a l'alcool dans ses veines qui peut lui faire faire n'importe quoi - mais pas assez pour oublier chaque détails de la soirée. Sans doute ne voudrait-elle jamais oublier aucun détail des moments qu'elle passe avec Maemi. Elle peut pas - c'est ancré en elle ce besoin de la suivre partout, de la voir sourire, de la toucher, d'être simple à ses côtés. Constamment. Elle peut pas souffrir d'y voir d'autres filles, d'imaginer un moment qu'elle va lui annoncer que - comme la plupart des filles de leurs âges - elle a quelqu'un. Qu'elle a finit par avancer, laissant en arrière une Dorcas pour le moins perdue - et sans aucun doute jalouse. Elle a essayé, quand Maemi se trouvait loin d'elle, à la table des Serpentards entourée de ses autres amies. Elle a essayé, de ne pas se mettre à grincer des dents, et d'avoir envie de foutre le bordel dans la grande salle pour que plus personne ne la regarde - parce que c'était irrationnelle. C'était illogique. Mais elle voulait la proclamer sienne depuis longtemps.
Et sans doute si elle n'avait pas pu elle n'aurait pas laissé ses pensés prendre ce genre de chemin, parce qu'elle savait que ce n'était pas ce qu'il fallait penser. Elle savait qu'à la vouloir ainsi elle était simplement contrenature. Sauf qu'à entendre ces mots là tournés vers Maemi elle a senti quelque chose vriller ce soir - elle a rien d'un monstre, sa meilleure amie. Elle est même tout le contraire.
Maemi - « Alors pourquoi toi tu te vois comme un monstre ? » Elle sait pas - la tête bourdonnante de question, et elle répond autre chose. Elle répond plutôt que Winfred il le pense pas non plus que c'est monstrueux. Qu'il pense pas non plus qu'elle devrait se finir sur un bûcher ou dans les flammes de l'enfers à cramer pour le restant de l'éternité. C'est foutrement long, du reste, et effrayant. Mais à voir s'agiter les lèvres de Maemi en sourire, et son regard brillant, elle en vient à se dire que c'est un sacrifice qui vaudrait le coup.
Maemi - « T'as jamais été un monstre et tu le seras jamais. Surtout pas parce que tu as envie d'embrasser quelqu'un d'autre. Le... L'envie ça se commande pas, c'est comme ça. Tu peux pas lutter... Et si t'en a tant envie c'est aussi parce que ton corps en a besoin, non ? »
Dorcas - « C'est pas quelqu'un d'autre, c'juste toi que j'ai envie d'embrasser. J'sais pas si c'est mon corps ou mon coeur qui en a le plus besoin, et j'suis pas sûre d'être en état de me poser la question. » Qu'elle répond, parce qu'elle a plus rien qui l'empêche de parler - absolument rien. Y a rien qui l'empêche de laisser ses pensés prendre le même chemin que Winfred - et c'est une chose rare, parce que son frère il est doué pour tout intellectualiser. Elle, elle pense avec ses tripes en général.
Maemi - « Qu'est ce qui t'a fait penser ça ? » Elle met un moment à se souvenir de ce qu'est ce ca et elle inspire quand elle s'rend compte que ca parle de monstre de nouveau.
Dorcas - « C'à force d'entendre le Pasteur le répéter constamment tu sais. On finit par y croire, et j'suis pas aussi doué qu'mon frère pour prendre du recul. Alors j'en prends pas, et j'flippe. Et après je regrette. » Regrette - elle dit pas quoi, parce qu'elle sait pas. Est-ce qu'elle regrette ce qu'elles font, ou de flipper à cause de cela ? Sans doute un peu les deux finalement. Elle regrette de flipper, et elle regrette de le faire avec cette culpabilité latente. Elle voudrait l'faire avec la libre pensée d'être là où elle le doit.
Maemi - « On fait rien d'mal Do' tu sais... » Elle a chaud soudainement, en se rendant compte d'où elles se trouvent - ou plutôt de l'espace si minime qui les sépare. Elle oublie rapidement les tartes - en vrai elle y a pas fait attention du tout tellement Maemi l'hypnotise.
Dorcas - « C'pas si mal quand c'est si bon. » Qu'elle dit avant de fondre sur les lèvres de Maemi, de gouter à sa bouche sucrée et humide, quémander l'accés à sa langue en venant y glisser la sienne - elle gémit, sentant que son coeur s'emballe et son coeur se liquéfie. « J'dis pas... J'suis une Gryffondor, j'suis courageuse, tu sais. Et j'peux combattre l'idée d'monstre et d'enfer; j'dis pas que ca va être facile mais pour ca - pour toi - pour t'prouver que ces connards d'tout à l'heure disait n'importe quoi, alors j'vais tâcher de pas fuir. »



_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Dim 19 Nov - 22:20

Rien à faire ensemble
Dormi
Elle rugit sa meilleure amie avec un sourire rayonnant et le regard brillant de la fille qui a trop bu mais qui est encore dans la phase joyeuse, qui n'a pas bu au point d'en avoir mal partout et d'avoir la nausée. Elle vit le meilleur moment là, sa langue se délie toute seule et elle prononce des mots qu'elle va regretter dés le lendemain sans doute, mais qu'elle ne peut pas retenir car ça part tout seul. Et ça la fait rire Maemi, étant habituée à voir sa meilleure amie comme ça. Mais ça a toujours quelque chose chose d'attendrissant et de mignon à voir Dorcas un peu saoule, elle ne cesse de parler, de s'agiter, de bouger et de faire des grands gestes comme si l'espace autour d'elle n'avait aucune limite et qu'elle pouvait se grandir encore plus. Elle est très belle, malgré son air fatigué et ses yeux brillants, elle est tout ce qu'il y a de plus beau et de plus désirable au regard de l'Asiatique. Mais elle laisse justement son regard traîner une seconde de trop et, troublée, détourne les yeux pour regarder devant elle et préparer les deux assiettes.

Elle ne veut pas se laisser aller à l'espoir, car ça détruit tout sentiment de bonheur et de bien être et à cause de l'espoir, on vit dans l'attente de quelque chose qui ne viendra pas. Après tout Dorcas a été très claire, ce qu'elles font ne se fait pas justement, c'est interdit, proscrit, prohibé. « C'est pas quelqu'un d'autre, c'juste toi que j'ai envie d'embrasser. J'sais pas si c'est mon corps ou mon coeur qui en a le plus besoin, et j'suis pas sûre d'être en état de me poser la question. » Elle voudrait lui dire d'écouter son cœur mais elle garde la bouche close, elle ne répond rien, hoche simplement la tête avec un petit sourire flottant sur ses lèvres roses. « C'à force d'entendre le Pasteur le répéter constamment tu sais. On finit par y croire, et j'suis pas aussi doué qu'mon frère pour prendre du recul. Alors j'en prends pas, et j'flippe. Et après je regrette. » « Tu regrettes trop de chose Dorcas, faudrait que tu apprennes à relâcher la pression tu sais. » Qu'elle dit avant d'attraper son verre et de boire deux longues gorgées, se rendant compte que sa bouche est sèche à force d'écouter sa meilleure amie.

« C'pas si mal quand c'est si bon. » « Pourtant les religions interdisent tout ce qui est bon et agréable, n'est-ce pas ? » Qu'elle murmure avec un petit sourire avant de rire, pas moqueuse. « Et oui je me suis aussi renseignée et je me rends compte qu'on vous laisse peu vivre à vous, les croyants. Qu'on vous interdit beaucoup de chose... Sans trop vous expliquer pourquoi. » Sauf que son discours est coupé par la bouche de sa meilleure amie qui s'écrase sur celle de l'Asiatique, la faisant râler d'envie alors qu'elle vient se coller plus fort contre le corps chaud de la belle à la peau ébène. Elle vient fourrer ses mains dans sa crinière de lionne et sent son corps se mouvoir contre celui de Dorcas. Lentement elles se détachent et elle en pousse un râle de satisfaction. « J'dis pas... J'suis une Gryffondor, j'suis courageuse, tu sais. Et j'peux combattre l'idée d'monstre et d'enfer; j'dis pas que ca va être facile mais pour ca - pour toi - pour t'prouver que ces connards d'tout à l'heure disait n'importe quoi, alors j'vais tâcher de pas fuir. » « Et j'te promet d'essayer, de tout faire pour te comprendre et pour aller à ton rythme. » Qu'elle dit avec douceur avant d'ouvrir les yeux et de regarder sa meilleure amie. « J'sais que c'est ton éducation, ce en quoi tu crois depuis toujours. Alors j'peux faire un effort aussi pour le comprendre. » Qu'elle dit avant de venir picorer le cou de sa meilleure amie, du bout des lèvres. « Tu veux... Monter ? » Qu'elle lui murmure à l'oreille après quelques secondes avant d'en mordiller le lobe avec envie, tout en collant son corps à celui de la belle pour ressentir sa chaleur.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Ven 1 Déc - 21:12


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais, souvent quand je me retrouvais allongée à côté de toi la nuit je me demandais ce que ca ferai si c'était constamment ainsi. Toi et moi, rien de plus que nous dans ce monde trop sombre. Rien de plus que toi et ton sourire fantastique, ton regard enflammé, ses gestes tendres. Et je me mettais à voir le monde en rouge et vert, en brillants couleurs éclatantes. Aveuglantes, jusqu'à ce que je me souviennes que la nuit c'est le noir qui gagne toujours.

Ca a toujours été simple de parler avec Maemi - peut être parce qu'elles se connaissent depuis toujours, ou parce qu'elle a ce sentiment qu'elle ne serait pas celle qui la jugera. C'était pourtant une chose habituelle autour d'elle - elle s'en rendait bien compte. D'être regardée de travers comme elle a la peau foncée, dans l'école pour moldu où elle a été durant son enfant. Être regardée de travers, comme son frère est blanc, qu'il est adopté, qu'il est pas vraiment son frère. Être regardée de travers, à l'église, alors qu'elle avait le regard baladeur parfois, s'arrêtant sur les filles autour d'elle - peut être qu'elle n'était pas discrète. Ou peut être que si, qu'elle rêvait plutôt les regards et les murmures sur son passage. Être jugée, par le Pasteur, répétant les mêmes sermons qui sont devenus des lignes de conduites.
Maemi - « Tu regrettes trop de chose Dorcas, faudrait que tu apprennes à relâcher la pression tu sais. » Elle reste un moment sans parler, à se demander si elle ne devrait pas - en effet - plutôt que de vivre en équilibre, espérant ne pas sombrer dans le mal du jour au lendemain. Comme cela semblait si simple, de soudainement s'abandonner à ses pêchers, ne plus être quelqu'un de bien et de constant, et oublier - oublier ce que cela faisait d'être humain. Ne plus être que sauvagerie et abandon. Elle se demande parfois si ce n'est pas exagéré. Si c'était si mal lorsque c'était si tendre.
Dorcas - « T'as toujours été plus douée que moi pour faire baisser la pression. » Dit-elle avec un sourire sur les lèvres, parce que ce n'est que trop vrai - elle respirer la liberté et la joie de vivre, Maemi. Laissant de côté toute la bouse d'hippogriffe qu'elle a amassé durant les années pour ne vivre que pour elle, qu'en étant fière de qui elle est. Confiante - elle était lumineuse, où Dorcas était effacée. Ne sachant qui elle était vraiment.

Maemi - « Pourtant les religions interdisent tout ce qui est bon et agréable, n'est-ce pas ? »
Dorcas - « Pas tout non… mais depuis quand tu t'y connais en religions moldus ? »
Maemi - « Et oui je me suis aussi renseignée et je me rends compte qu'on vous laisse peu vivre à vous, les croyants. Qu'on vous interdit beaucoup de chose... Sans trop vous expliquer pourquoi. » Elle reste un moment silencieuse, avant de froncer les sourcils, de fixer ses mains comme pour être sûre qu'elle ne va pas flancher sous le regard de Maemi. Elle a l'esprit encore embrumée, n'étant pas sûre de pouvoir être claire et censée ou de vraiment savoir quoi en dire. Elle voudrait répliquer qu'elle a tord, qu'elle est heureuse ainsi. Heureuse - sauf qu'elle renie ce qu'elle est. SAuf qu'elle se fait taire par culpabilité. Aussi - mais c'est pas seulement désagréable de croire. Pas seulement.
Dorcas - « Pour nous pousser à être meilleurs, à nous concentrer sur ce qui importe vraiment et oublier le superflus. Oublier ce qui nous détourne du Bien, de l'accomplissement de notre humanité, de nos vertus. Ce qui nous rend bons… Mais je me demande… »  Elle inspire profondément, se relevant pour croiser le regard de Maemi. « Tu es ce que j'ai de meilleur, ce qui me rend forte. Alors tu ne peux pas me détourner du Bien - tu es ma raison de vouloir être meilleure. » Là était sans doute tout le paradoxe de ses émotions. De vouloir fuir ce qu'elle pensait malsain, alors qu'elle se savait prête à être quelqu'un de bon pour Maemi. Elle ferait le bien pour elle.

Alors elle devait lâcher prise, laisser parler son instinct, écouter son coeur qui battait trop vite dans sa poitrine. Le baiser qu'elles échangent à ce gout sucré de désir, de revient-y, d'envie. Elle s'y perd, s'y abandonne, s'y fond pour ne plus être elle. Pour penser à l'unisson. Et si elle s'ignore forte, au point de pouvoir renier ce qu'elle a passé sa vie jusqu'à présent à vouloir adopter, elle ne veut plus se battre contre elle-même.
Maemi - « Et j'te promet d'essayer, de tout faire pour te comprendre et pour aller à ton rythme. » Elle opine, avant que son regard ne tombe sur les lèvres de Maemi encore une fois - désireuse de la sentir contre elle, plus étroitement encore.
Maemi - « J'sais que c'est ton éducation, ce en quoi tu crois depuis toujours. Alors j'peux faire un effort aussi pour le comprendre. » Elle vient dans son cou, mordant doucement la peau de la jeune Meadowes qui rapidement perd le nord et la logique de toute cette conversation - touchée elle l'était par les paroles de Maemi. Plus encore par ses actions, ses caresses qui lui faisaient tourner la tête.
Maemi - « Tu veux... Monter ? » Elle est trop proche, ses mains caressant les côtes de Dorcas, cette dernière la tenant par les hanches pour la serrer contre elle - rentrant ses ongles dans la peau délicate. Elle gémissait quand la brune lui mordait l'oreille, lui faisant naitre des frissons de partout -
Dorcas - « Ouais… Ouais j'veux monter. » Dit-elle dans un souffle avant de suivre Maemi dans les escaliers, connaissant déjà le manoir, mais n'ayant d'oeil - de toute façon - que pour la belle asiatique. Et arrivée devant la porte de sa chambre, c'est Dorcas qui l'ouvre pour la pousser à l'intérieur et venir contre elle en claquant la porte derrière elle. Elle vient la saisir, entourant son visage entre ses mains et plaquant ses lèvres durement sur les siennes. C'est pas long avant qu'elle vienne trouver le bas de son t-shirt, et ne réussisse à lui ôter.
Dorcas - « Plus de fuite… plus de fuite, j'veux rester ce soir… « Dit-elle entre deux souffles entrecoupés de baisers humides - elle a du mal à réfléchir avec cohérence, mais cette phrase s'insinue en elle comme une évidence. Pas de regret, pas de remord, ce soir c'est simplement l'abandon.




_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Dim 3 Déc - 23:10

Rien à faire ensemble
Dormi
« T'as toujours été plus douée que moi pour faire baisser la pression. » Elle ne sait pas si c'est vraiment un compliment au fond, ou une simple constatation. Il est vrai qu'elle a le don pour prendre à la légère pas mal de chose. En apparence plutôt, on pense souvent qu'elle se fou de tout Maemi car elle sourit d'un rien et elle prend tout à la rigolade. Elle balance quelques piques et l'affaire est dans le sac, sans qu'elle n'ai ce besoin de se prendre la tête. Sauf que c'est en apparence souvent, qu'elle prend les choses à cœur mais que c’est plus facile de faire comme si rien ne la touchait, comme si rien ne pouvait l'atteindre. Car si les gens pensent qu'ils ne peuvent pas vous faire de mal alors ils lâchent l'affaire et vous foutent une paix royale. Il suffit de la voir s'enflammer contre Oswin et son père pour comprendre que non il y a des choses qui la touchent mais qu'elle ne peut vraiment pas se laisser atteindre, car ça signerait son arrêt de mort. Elle se boufferait de colère, de rage et d'angoisse. Alors elle montre rien et elle est satisfaite de voir que même sa meilleure amie tombe dans le panneau. Enfin en apparence, car personne ne la connaît mieux que Dorcas. « Pour nous pousser à être meilleurs, à nous concentrer sur ce qui importe vraiment et oublier le superflus. Oublier ce qui nous détourne du Bien, de l'accomplissement de notre humanité, de nos vertus. Ce qui nous rend bons… Mais je me demande… »  Elle tend l'oreille, intéressée par la vision d'une croyante qu'elle a sous les yeux. La vision d'une femme qui est née, qui a grandie dans ces idées là et qui n'a jamais pu s'en sortir avant aujourd'hui. Qui buvait les paroles de son père pasteur, sans jamais le remettre en question. Avant que l'étincelle du doute s'infiltre dans son regard et ne fasse briller celui de Maemi, de pouvoir enfin parler d'un sujet sans juste se heurter à l'endoctrinement. « Tu es ce que j'ai de meilleur, ce qui me rend forte. Alors tu ne peux pas me détourner du Bien - tu es ma raison de vouloir être meilleure. » Elle sent qu'elle baisse la tête et remet derrière son oreille une mèche de cheveux, sentant le rouge lui monter aux joues et colorer son visage. « Arrête dis pas ça, j'veux pas être la raison de ta damnation. Si damnation existe, tout de même. » Dit-elle avec un petit sourire complice avant de se lever et de jurer qu'elle fera des efforts. Elle peut bien faire ça non ? Tenter de comprendre et de saisir les nuances d'une autre vision du monde, des gens, de leur façon de ressentir et d'appréhender les événements. Car nul doute qu'en pensant qu'il existe un enfer et un paradis, une damnation éternelle, ils n'agissent pas comme les autres, sans cette sérénité qui est pourtant caractéristique des sorciers.

Elles s'embrassent un moment, s'embrasent même et c'est rapidement qu’elle lui demande si elle veut monter. Et la réponse ne se fait pas attendre, dans une vague hésitation avant qu'elles ne grimpent à l’étage et que Maemi se retrouve poussée dans sa propre chambre. Elle qui hésitait sous les doutes de sa meilleure amie, elle oublie tout lorsque la bouche chaude de Dorcas vient s'écraser sur la sienne. « Plus de fuite… plus de fuite, j'veux rester ce soir…» Qu'elle lui dit en lui ôtant son haut, faisant frissonner d'envie l'Asiatique qui met une seconde avant de réaliser ce qu'elle dit. « Pas ce soir, tu t'enfuis pas d'mon regard cette nuit... » Qu'elle dit avant de glisser ses mains sur le corps de sa meilleure amie, pour lui ôter aussi son pull. Et dévoiler sa peau ébène, qui sent la framboise et le chocolat. Pour venir pencher sa tête et la goûter cette peau si bonne, si délicieuse, au goût à peine salé et un peu sucré parfois. Elle vient la faire reculer pour qu'elle butte contre son lit, avant de la pousser pour qu'elle s'allonge dessus. Et une fois fait, elle grimpe sur le corps de la belle pour la dominer un instant, avant que sa bouche ne reparte à l'assaut de sa jumelle. Elle l'embrasse un moment, jouant avec sa langue avant de lâcher sa bouche pour partir à l'assaut de sa peau. Elle dépose ses lèvres partout où elle peut l'atteindre, elle mordille parfois avant que sa bouche ne s'arrête sur le ventre de la belle. D'un dernier regard elle lui demande son approbation avant d'ouvrir le jean qu'elle porte et sans le lui ôter, de glisser sa main droite entre les jambes de sa meilleure amie pour toucher et juger de son désir qui trempe déjà sons sous-vêtement.

Elle en pousse un râle d’envie lorsqu'elle retire sa main et que le bout de ses doigts est trempe, luisant d'envie et d'attente d'un plaisir qui va bientôt arriver. « Merlin, Dorcas... Tu peux pas laisser ton corps réagir comme ça et penser que j'vais rester sage... » Qu'elle dit avec cette envie qui brûle ses seins, qui la pousse à ôter le pantalon de sa meilleure amie après avoir quittée sa place sur son corps. Elle dévoile à son regard gourmand deux jambes quasiment imberbes, avec des chaussettes portant comme motif une licorne et la fameuse culotte jaune moutarde. Ce qui la fait éclater de rire alors qu'elle pose son regard sur le sous-vêtement de la belle. « J'vois que tu pensais pas que ça finirait comme ça hein... ? » Qu'elle dit avant de reposer sa main droite sur l'entre-jambe de son amante, pour juger encore une fois de son désir. « C'est celle que je préfère. »

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Ven 8 Déc - 23:18


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais j'ai rêvé de toi. J'ai rêvé de toi comme guerrière, comme chevalière, comme dresseur de dragons. Je t'ai rêvée enflammée, en flanelle, en longues robes de courtisanes. J'ai rêvé de toi, comme on rêve d'une princesse, d'une reine, d'une démone. Je t'ai rêvé lumineuse, toujours, colorée, sans cesse. J'ai rêvé de ton regard, et j'en rêve encore. Mais y a rien que je préfère, à la toi dans le monde réelle. De savoir que même en quittant le rêve, tu seras toujours là.

Elle se perd dans son regard, le coeur battant - trop vite, trop fort. Elle se doute que c'est pas juste la présence de Maemi, mais qu'il y a tout. La peur, l'adrénaline, l'alcool qui circule encore dans ses veines - y a tout, qui exacerbe ce qu'elle peut pas s'empêcher de constamment ressentir. Et si elle tente d'être la plus sincère avec elle-même, avec sa meilleure amie , y a qu'à présent, dans cet état, qu'elle oublie ce qui la retient. Qu'elle oublie les peurs, les angoisses, l'écho du Pasteur dans son esprit coupable. Elle est plus coupable - elle est rougissante, s'approche de Maemi, et veut s'y retenir. S'y accrocher pour plus jamais la lâcher. Et si son coeur bat aussi vite, c'est que Maemi elle la met à l'envers. Alors comment une chose si bonne peut être interdite - comment elle peut croire que c'est une damnation de vouloir l'embrasser, cette femme fantastique. De jamais vouloir l'abandonner, de jamais vouloir la laisser. Jamais - elle pense comme avec l'éternité. Parce que c'est ainsi avec Maemi - c'est déraisonnable, c'est illogique. Mais vitale.
Maemi - « Arrête dis pas ça, j'veux pas être la raison de ta damnation. Si damnation existe, tout de même. »
Dorcas - « Tu le seras pas. Tu peux pas l'être alors que tu me rends meilleure... » Qu'elle murmure, avant de s'approcher. Elle sent que quelque chose change. C'est dans l'air, une chaleur qui l'enveloppe et lui donne le sentiment d'être exactement où elle doit. Qu'elle voudrait pas se trouver ailleurs. Qu'elle veut tenir Maemi - parce que c'est là qu'elle appartient. C'est là qu'elle doit rester, c'est là qu'elle est elle-même. Et c'est nouveau, cette évidence. Elle s'inscrit dans son coeur battant à la chamade. Ca s'inscrit, ce sentiment d'évidence. Ce sentiment d'éternité.

L'amour. Ca claque dans sa tête - c'est trop tôt pour être un mot dans son esprit, mais le sentiment est là. Il est déjà en elle, et elle l'embrasse. Elle se laisse envelopper cette fois. Elle se laisse emporter - ce laisse emporter dans la chambre de Maemi pour venir la prendre contre elle, posant ses lèvres contre celles de la belle asiatique, lâchant un gémissement heureux.
Maemi - « Pas ce soir, tu t'enfuis pas d'mon regard cette nuit...  » Elle demande pas mieux. Elle se bat simplement avec les vêtements devenus encombrant. Les vêtements qui lui semblent de trop - rapidement elle se retrouve sans pull, reculant contre le lit où elle bute pour tomber. C'est pas pour autant qu'elle lâche Maemi, la tenant contre elle constamment pour la faire chuter avec elle. Et elle lui ôter son pull également - faisant passer au-dessus de sa tête son chemisier qui se cache dessus. Et elle est là contre elle, avec sa peau laiteuse qu'elle voudrait embrasser - chaque foutu parcelle. Elle veut sentir le gout de sa peau, sous l'excitation. Elle veut son gout sur la langue - le gout même de son désir.

Elle oublie - tout. Absoluement tout, quand la main de Maemi trouve le chemin vers son jean pour l'ouvrir et venir appuyer son désir déjà apparent. Elle a le coeur qui s'emballe, roule les hanches pour avoir plus - mais c'est un frôlement qu'elle lui offre son amante. Un frôlement qui lui arrache une plaindre frustrée.
Maemi - «  Merlin, Dorcas... Tu peux pas laisser ton corps réagir comme ça et penser que j'vais rester sage... »
Dorcas - « Qui te dit que j'te veux sage ? » Qu'elle geint comme elle peut, avec une pointe de caprice, les hanches qui roulent toujours - et elle gagne quand Maemi lui ôte son jean pour dévoiler la ridicule culotte qu'elle porte, et lui laisse ses chaussettes - en sachant combien elle peut être frileuse. Une blague entre elle. Une blague qui s'explique que parce qu'elles sont amies, avant tout. En plus du reste - mais elle réfléchit plus, quand elle croise le regard de Maemi, et elle veut lui gueuler d'revenir contre elle. De la toucher. De l'enflammer.
Maemi - «  J'vois que tu pensais pas que ça finirait comme ça hein... ? »
Dorcas - « Ou peut être que j'en rêvais quand même. Et j'sais que tu adores cette culotte, tu peux pas prétendre avec moi. » Dit-elle avec un sourire en coin, se redressant sur ses coudes pour s'approcher de son amante, l'attirant d'une main pour qu'elle s'assoit sur elle.
Maemi - « C'est celle que je préfère.  »
Dorcas - « J'le savais. » Glisse-t-elle en même temps qu'elle glisse sa langue contre les lèvres de Maemi, ou sa main vers son soutien-gorge qu'elle décroche avec souplesse, dévoilant la poitrine pointée. Et elle lâche la bouche pour se lécher les lèvres, et venir embrasser le cou de son amante, avant de descendre sur la peau blafarde - trouvant rapidement les globes de chair qu'elle lèche doucement, laissant de côté les tétons pointés - dans un premier temps. Avant d'y poser un baiser rapide. Sur l'un, puis l'autre - et l'englober dans sa bouche, le suçant doucement, doucement - comme une délicieuse torture, alors qu'elle sent elle-même son sexe se liquéfier. D'entendre les gémissements de Maemi. De toucher ses magnifiques seins, ainsi. Et de sa main elle prend l'autre, roulant le téton sur son pouce, espérant la rendre aussi impatiente qu'elle.




_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Jeu 21 Déc - 19:10

Rien à faire ensemble
Dormi
C'est tout son corps qui s'enflamme, en même temps que sa tête et que son cœur, dés que sa meilleure amie pose sa main sur une partie de sa peau. Maemi sent que son cœur va exploser, que son visage est rouge de chaleur, d'envie et d'excitation de la sentir proche, si proche contre elle. Elle ne se souvient pas d'une fois meilleure, d'une fois où elle aurait sentie Dorcas encore plus proche d'elle qu'à cet instant. Les autres fois sa meilleure amie est en proie aux doutes, aux tourments et à l'angoisse de faire quelque chose de terrible pour sa religion et pour l'éducation qu'elle avait eu. Mais cette fois-ci elle sent quelque chose de plus libre en Dorcas, comme si chaque baiser ne renfermait pas une vague de honte et de tristesse. Comme si quelque chose en elle se brisait et acceptait enfin les gestes, la tendresse et les sentiments de l'une et de l'autre, Bien-sûr il y a encore un soupçon de crainte et de la méfiance, mais ce n'est rien ce soir contrairement aux autres fois. C'est si minime, et elle espère au fond que ce n'est pas uniquement l'alcool qui aide sa meilleure amie mais bien un désir plus profond, une réelle envie d'être avec elle. Et que dés le lendemain le réveil après tous ces verres, ne la fera pas fuir là aussi. Pas comme les autres fois. Elle ressent en elle une profonde angoisse à l'idée de se retrouver seule dans son grand lit le lendemain matin, la place vide et le coussin sentant l'odeur de sa meilleure amie sans même pouvoir toucher son corps une seule fois.

Elle l'espère et les mots de Dorcas ne font que la rassurer, lorsque sa meilleure amie lui dit que demain elle ne fuira pas. Un beau sourire naît sur la bouche de Maemi avant qu'elle ne s'oublie et ne vienne écraser ses lèvres contre celles de sa meilleure amie, oubliant le fil de ses pensées et de ses angoisses. Elle se met sur elle et bientôt, elle s’effeuillent lentement en envoyant valser dans la pièce les vêtements devenus encombrant. « Qui te dit que j'te veux sage ? » Qu'elle lui dit en venant bouger des hanches dans une invitation à la débauche. Maemi se met à sourire et se mordre la lèvre, avant que ses mains ne repartent à l'assaut de ce jean qu'elle ouvre, avant d'appuyer sur la zone sensible une fois encore, pour voir la belle princesse Nubienne se tendre encore. C'est en dévoilant son horrible culotte que Maemi se met à rire de plus belle, ne cachant rien à son amusement tout en sachant que d toute façon Dorcas ne se vexera pas. « Ou peut être que j'en rêvais quand même. Et j'sais que tu adores cette culotte, tu peux pas prétendre avec moi. » Elle marque une petite mine mystérieuse avant d'affirmer que cette culotte éveille ses sens, en effet. De toute façon n'importe qu'elle tenue aurait grâce à ses yeux, simplement car elle la trouvera attirante quoi qu'elle mette. Sauf que son sourire se perd lorsque sa meilleure amie, son amante, glisse sa bouche dans son cou, sur sa peau avant de venir se perdre sur ses seins qu'elle cajole.

Maemi se tend et pousse un râle de plaisir lorsque la bouche brûlante de la belle princesse, attrape un de ses tétons pour le suçoter comme elle le ferait avec un bonbon délicat, qu'on veut faire durer en le mangeant lentement. Elle pousse un gémissement plus fort que les autres lorsque la main libre de son amante attrape son deuxième seins et lui impose le même traitement, pendant qu'elle s'accroche aux cheveux et aux épaules de sa belle. Sentant l’excitation monter d'un cran encore, elle pousse Dorcas pour la faire s'allonger encore et bientôt, elle ôte le soutien-gorge de son amante pour dévoiler une même poitrine magnifiquement gonflée et pointée. Là, de sa bouche, elle vient honorer chacun de ses seins avec douceur, rendant un peu de l'attention qu'elle vient d'avoir. Grisée par les râles de son amante, elle glisse sa main droite entre ses cuisses jusqu'à atteindre l'élastique de cette culotte horrible et pourtant rigolote.

Un dernier regard et, guidé par les gémissements de la belle princesse, sa main se glisse sous le tissu jusqu’à se perdre entre les plies de sa petite fleur, pour venir la caresser lentement, mouillant ses doigts et sa main de cette excitation toute chaude. « T'es trempe... » Qu'elle murmure d'une voix rauque, avant de lâcher la poitrine de sa meilleure amie et de glisser entre ses cuisses. Là elle ôte totalement le dernier sous-vêtement de son amante avant de déposer plusieurs baisers sur les cuisses imberbes de la belle, jouant à faire durer le plaisir sans jamais lui donner ce qu'elle veut. L'odeur de sa peau, de sexe, vient doucement lui faire tourner la tête alors que sa bouche remonte lentement sur la zone chaude, brûlante même et qu'elle vient poser sur le sexe de sa meilleure amie, sa langue joueuse et taquine.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF.  - bold, honourable, strong-willed

STAFF. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 41
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Jeu 4 Jan - 18:37


Rien à faire ensemble
Maemi Feuerbach & Dorcas Maedow
Tu sais, je me souviens de la première fois que tu m'as retournée complètement le cerveau. Je me souviens que tu étais magnifique, allongée sur les draps, les yeux à moitié clos, et des bruits délirants sortant de ta bouche. T'as avoué plus tard que tu étais tendue, mortifiée, stressée, le corps enflammé mais l'esprit sensible. T'as enflammé mes sens, ce soir-là, et chaque fois que je recroise ce regard, je prends feu.

C'était impossible, d'être si faible devant une autre personne et tout à la fois si forte. Savoir qu'elle pouvait faire tout pour Maemi Feuerbach, qu'elle serait capable de soudainement déplacer des montagnes, ou affronter des géants. Elle ne craignait rien, sous le regard enflammé de passion de sa meilleure amie - le terme n'était pas si bon que cela, sonnait faux même dans son esprit, mais à ce moment précis son esprit n'était pas capable de la moindre cohérence. Il n'y avait qu'elle- elle et elle encore. Il n'y avait qu'elle quand leurs bouches se rencontrèrent, se découvrant une fois encore sans aucune pudeur, se dévoilant une sensualité qui fit fondre son coeur. Il battait fort, plutôt, tant qu'elle crut un moment qu'il allait lui briser la cage thoracique.  
Bientôt il n'est plus temps de réfléchir - son corps dévoilé par Maemi tremble de pouvoir être touché, caressé, léché - elle a envie de tout, a envie d'elle, et elle ne perd pas de temps pour ôter à la jeune asiatique ses vêtements aussi. Dévoilant une poitrine enserrée dans un prison de tissu en dentelle, et un sexe déjà trempé. Elle est sur elle, la jambe de Dorcas entre ses cuisses, et il est impossible d'ignorer sa cyprine qui mouille la cuisse découverte de la métis. Elle peut pas l'ignorer, les mains trouvant rapidement l'attache du soutien-gorge pour le faire sauter- alors qu'avec autant d'impatience y a la bouche de Maemi sur son sein.

Electrique, elle se tord sous l'attention qui fait pointer durement son téton. Elle gémit, se tortille pour plus de contact encore. Elle geint, gémit, grogne presque - animal, alors qu'elle trouve le moyen de faire partir de l'autre côté de la pièce le soutien-gorge de son amante pour espérer toucher sa poitrine délicieuse. Elle trouve son chemin, entre les membres entrelacés pour toucher un sein, trouvant le téton qu'elle sert doucement.  
Dorcas - « T'es tellement sexy. » Murmura-t-elle avant que sa voix ne se fasse gémissement, quand une main vient trouver son propre sexe. Et elle veut plus, se dandinant comme elle peut en espérant être comblée de plus d'attentions encore rapidement. Impatiente - impatiente - incapable de savourer plus longtemps si elle n'a pas les doigts joueurs de Maemi en elle.
Maemi - « T'es trempe... »
Dorcas - « Pour toi, Mae… plus, j'veux plus… » Supplia-t-elle, la tête renversée, une main trouvant son sein délaissé pour le caresser impudiquement, et les lèvres devenues rouges à force d'être mordues sans retenues.
Et elle attend pas longtemps avant de voir la belle allemande descendre sur son corps pour la mettre totalement nue, et venir lécher son sexe  - soudainement l'odeur de désir est plus forte, et Dorcas ne retient pas un cri de plaisir, et de surprise mêlé. Rien n'est meilleur que cela - aussi doux, chaud et passionnel. Alors que la langue se fait taquine, allant et venant sur sa boule de plaisir, ses mains viennent se perdre dans la chevelure de Maemi - et rapidement ses gestes se font commandement, faisant aller et venir dans son rythme la tête de sa petite amie. Elle grogne -
Dorcas - « Prends moi. » Ordonne-t-elle, alors qu'elle ouvre les yeux pour voir l'image insolente de sa tendre poupée entre ses cuisses, l'honorant avec délice. Et elle se mord la lèvre, l'esprit embrumé par le désir, le plaisir, et l'envie. « Tout ce que je vais te faire, Mae… après ca… J'vais te prendre si fort… Hm. T'es douée, bordel. » Répétait-elle, avant de sentir le feu devenir de plus en plus fort, de voir les images du corps de MAemi, tordu de plaisir, son sexe ouvert, ses lèvres rouges, son cul offert - Elle explosa en millier d'étoiles, la jouissance la saisissant violemment dans un cri qu'elle ne put contenir, toujours serrant la chevelure pour ne pas voir sa maitresse bouger. Elle tremblait, relâchant le plaisir en vague de bonheur.

Merlin. Comme elle était délicieuse.
Elle usa de sa poigne pour faire remonter Maemi à sa bouche, vint gouter à son propre gout avant de la retourner, de ne pas perdre de temps pour venir perdre un doigt entre ses propres lèvres pour le mouiller - sachant comme l'image pouvait exciter son amante, et vient rapidement le perdre dans le sexe de Maemi.
Dorcas - « T'aime ca me prendre hum ? Ca t'a follement excitée, Chaton… »



_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 41
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   Mar 16 Jan - 1:43

Rien à faire ensemble
Dormi
Elle met cela sur le compte de l'alcool, de voir sa meilleure amie se lâcher de la sorte et se laisser aller aux baisers et aux caresses, qui ressemblent plus à des gestes que l'on peut avoir envers l'être aimé et moins comme ceux que l'on a face à quelqu'un avec qui on s'amuse, simplement. Elle ne veut pas penser à cela, à son cœur qui bat plus fort lorsque Dorcas la touche comme si elle était la plus belle et plus fragile des choses qui puisse exister. Ni à ce regard, fiévreux et enflammé qui laisse passer une émotion nouvelle alors que l'Asiatique n'est pas habituée à cela. Ni même à cette bouche qui lâche quelques soupirs, hautement addictifs alors qu'elle se serre plus fort contre elle pour ne faire qu'un, si c'était possible de se perdre réellement dans son corps nul doute qu'elle l'aurait déjà fait. L'alcool permet à Dorcas de se lâcher et pourtant une petite voix, pernicieuse lui murmure à l'oreille que l'alcool permet surtout aux gens d'assumer ce qu'ils sont sur l'instant, avant que l'euphorie ne les quitte et que le lendemain fasse revenir les aléas de la vie, la vraie vie du moins. Elle ne peut se mettre cette idée en tête, surtout si elle ne tient pas sa promesse et que demain Maemi s'éveille dans un lit vide et froid. Alors elle ferme les yeux et vient l'embrasser, autant pour la faire taire que pour faire cesser les mots dans son oreille.

Ses oreilles se mettent à bourdonner lorsque son amante lui murmure des insanités, qui ne cessent de faire grimper son excitation si c'est encore possible. Elle ne met que quelques secondes avant d'embrasser le corps ébène de la belle avant de se glisser entre ses cuisses et de venir l'honorer, d'une langue taquine et joueuse. Elle en ferme les yeux pour savourer l'instant, avant d'entendre quelques mots être murmuré d'une voix aussi chaude que pleine de luxure. « Tout ce que je vais te faire, Mae… après ca… J'vais te prendre si fort… Hm. T'es douée, bordel. » C'est avec des gestes plus fort qu'elle s'enfonce en elle, pendant que sa langue vient téter ce bouton de chair qui semble prêt à exploser tellement il devient dur et solide. Bientôt c'est les hurlements de Dorcas qui remplissent le silence de la chambre, pendant que Maemi calme lentement ses gestes pour laisser à son amante le temps de redescende. Elle vient l'embrasser, jouant avec sa bouche chaude sur celle offerte de son amante alors que cette dernière la repousse et vient mouiller deux de ses doigts. « Tu sais comme ça m'plaît quand tu fais ça... » Qu'elle murmure en écartant les cuisses dans un geste obscène, tout en laissant sa tête reposer entre les coussins. « T'aime ca me prendre hum ? Ca t'a follement excitée, Chaton… » « C'est que l'début, tu vas voir c'que... » Mais sa phrase se perd dans un râle de plaisir lorsqu'elle sent les doigts de son amante entrer dans son sexe sans douceur.

Aussitôt sa poitrine se soulève avec qu'elle ferme les yeux, prise par le plaisir et le désir de hurler. Mais elle n'est pas du genre à se laisser facilement aller, surtout parce qu'elle craint toujours que quelqu'un les entende alors elle vient mordre la chair tendre de sa lèvre, pour ne laisser échapper aucun autre son que des petits râles et gémissements. Bien vite elle laisse sa main droite partir entre les cuisses de son amante, pour que deux de ses doigts viennent eux aussi se perdre dans les plis trempes de Dorcas. L'envie de lui rendre la pareille, de lui faire ressentir le même plaisir la pousse à se glisser dans son antre brûlante, avec un souffle de plaisir et d'excitation, à l'idée d'être complète. « Encore... Encore continue... » Qu'elle parvient à murmurer en perdant pied, de plus en plus, alors que son corps se met à bouger en rythme avec les mouvements de Dorcas et que ses seins se soulèvent, à mesure que sa respiration devient de plus en plus forte. Sans prévenir, le cœur prêt à exploser, elle se tend et lâche un crie à peine étouffée par la morsure qu'elle inflige à sa lèvre avant de retomber entre les coussins, sans que sa main ne cesse de bouger entre les cuisses trempe de son amante. Là elle reprend ses esprits et croise le regard de Dorcas, bien décidée à la faire venir une fois encore.

_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HOT. Rien à faire ensemble (dormi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
HOT. Rien à faire ensemble (dormi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ai vrm rien na faire :P
» Luna, l'exploratrice qui n'a rien à faire ici [terminé]
» J'peux pas, j'pas l'temps j'ai rien à faire
» Je comprends plus rien là...
» Une taffe, une taffe ! [Turner]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pré-Au-Lard :: Les Trois Balais-
Sauter vers: