AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 189
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Jeu 26 Oct - 16:35

Match de Quidditch. Je me demande bien ce qui m'a pris de venir y assister. Passer du temps auprès des élèves très peu pour moi... je préfère rester cloîtré dans mon coin. Surtout avec les rumeurs qui circule à mon encontre. Et en même temps, je n'ai pas résister à l'envie d'assister au match. Gryffondor jouait et Willow faisait partie de l'équipe et j'avais envie de la voir à l’œuvre.

Les équipes font leur entrées et je resserre ma veste autour de mon cou. Le vent est affreux. Se cailler pour un match... quelle idée ! Tout cela pour une jolie lionne.... je secoue la tête à cette pensée puis la cherche dans le flot qui vient d'arriver. Je la repère assez rapidement et un sourire s'étire sur mes lèvres. Willow semble déterminée... le coup de sifflet est lancé et le match commence. Les cognards commencent leur cirque et s'attaque à Sirius et Remus. Mais, les serpentards n'ont pas un meilleur départ que les rouge et or. Le souaffle est chez eux mais Abigaelle s'interpose et la foule de Gryffondor hue  la jeune fille. Le match allait être animé. Et d'ailleurs, les verts marque le premier but. Ça commençait pas très bien pour les lions mais ce n'était que le début.

Je suis plus ou moins le match... mais, je suis focalisé plus que de raison sur la jolie brune qui virevolte dans le ciel. Et alors que le match continue son chemin, deux cognards sont envoyés par les batteurs des verts sur la jeune femme et j'étouffe un grognement. Sale morveux ! Je m'occuperais de leur cas en classe... un prétexte est vite trouvé pour mettre une retenue... Je me mords la lèvre. Voilà que je veux coller des élèves parce qu'ils ont eu le malheur de s'en prendre à Willow. Après tout, cela fait parti des risques du Quidditch mais cela m'agace au plus haut point. D'autant plus, qu'ils ont percuté la jeune fille au niveau de la tête. Je serre machinalement les poings et je sens qu'il faut que je me calme ou je pourrais lancer un sort à ces sales gamins. Heureusement, Willow semble aller bien et je suis donc soulagé. Le match finit par être terminé et remporté par Gryffondor. Honnêtement, je suis ravi qu'ils aient gagné. Je quitte les gradins comme le reste des spectateurs et cherche la jeune fille. Cependant, je ne la trouve nul part et j'imagine qu'on lui a demandé de se rendre à l'infirmerie. C'est donc naturellement que je prends la direction de celle-ci.


Lorsque j'entre dans la pièce, Aliénor est occupé avec les élèves blessés durant le match. Je cherche Willow et parcourt le couloir sans me préoccuper des personnes présentes. Je finis par trouver la jeune femme vers le fond de la pièce près d'une fenêtre.« Salut » dis-je, alors que je m'arrête près de son lit. « Félicitations pour la victoire. » ajoutais-je, un sourire en coin. « ça va, pas trop cassée par les cognards ? » demandais-je, également tâchant de détacher mes mots et de ne pas montrer une once d'inquiétude. Je m'avance et m'installe sur une chaise près de son lit. « Tu te débrouilles plutôt bien... tu es douée. » Je l'observe toujours ne la quittant pas des yeux puis je jette un œil autour de nous, l'air de rien, mais je voulais m'assurer que nous étions seuls. « La reprise des cours commence bien si on t'arrache des neurones... » dis-je assez taquin. « Je ne voudrais pas qu'une si brillante élève devienne soudainement nulle en classe. » Je pose ma main sur le bord de son lit me rendant pas vraiment compte que sa main se trouve pour le coup proche de la mienne.

Le fait de me trouver en face de Willow me fait soudainement oublier le lieu ou je me trouve. J'oublie que nous sommes à l'infirmerie et que nous pourrions être vu à tout moment par Aliénor ou tout autre élève présent. « Tu vas rester longtemps à l'infirmerie ? » Si je pouvais l'embarquer tout de suite, je le ferais sans hésitation. J'espérais même que ça puisse se produire. Willow me manque. Cela me manque de ne plus l'avoir près de moi à l'auberge... je la voyais tous les matins durant les vacances à l'auberge. Nous avons passé du temps ensemble et cela m'avait plu. Et depuis son départ à l'école, ce rituel me manquait déjà. Je m'étais habitué à sa présence. Je me sentais à nouveau seul. Certes, je ne l'étais pas avec Charles, Adonis et Aigneas puis désormais la présence de la petite Delihah. Mais, avec Willow, c'était différent. Je me mords la lèvre inférieur. Willow occupait tout le temps mes pensées et je n'osais pas l'avouer... me l'avouer pour être plus exact. Et pourtant, je devais me rendre à l'évidence...

J'ai envie de passer du temps avec Willow et j'espère que personne ne viendra nous déranger. J'aimerais que nous puissions passer du temps ensemble sans interruption. Depuis la rentrée, je n'ai pas eu l'occasion de voir Willow mis à part en classe. Cependant, je prends soin de rester à l'écart lorsqu'il s'agit des cours. Les rumeurs circulent déjà à notre encontre. Je ne veux pas en rajouter une couche. Mais, le pire c'est que les rumeurs allaient finir par être plus que vraie que nature. En débarquant à Poudlard, Zonko avait provoqué l'effet inverse. Willow m'attirait depuis qu'il était venu et que j'avais eu la bonne idée stupide de l'embrasser devant lui. Depuis, je cherchais des prétextes pour pouvoir l'apercevoir et lui parler. Le coup du terrain de Quidditch restait un de mes meilleurs souvenirs. Je passe ma langue sur ma lèvre alors que je songe au baiser échangé à l'auberge. Je n'avais pas réussi à me contenir et à cet instant, je n'étais pas sûr d'être en mesure de pouvoir le faire. Pas sûr non plus d'avoir envie de me contenir. Je frôle la main de Willow alors que je tapote la couverture du bout des doigts. Mon regard croise automatiquement celui de la jeune lionne. La seconde suivante, je me retrouve penché au-dessus du lit et donc au-dessus de la jeune femme et mes lèvres viennent embrasser la jeune femme. Non, je ne suis pas en train d'embrasser Willow mais c'est ce que je vois dans ma tête à cet instant. Je déglutis et me force pour ne pas céder à cette nouvelle pulsion, cette nouvelle envie à son encontre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 309
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Jeu 26 Oct - 19:56

le coeur a ses raisons que la raison ignore
arillow
••••

C’est long l’temps que je passe dans le noir, bloquée par Hooper qui grogne de douleur à ma place. On grogne tout les deux, moi surtout de honte d’être tombée, et de fureur contre Yaxley et Rowle qui m’ont foutue à terre. J’sais pas si on a gagné ou pas, mais si c’est le cas c’pas grâce à moi. Et y’a rien de plus frustrant que ça, du coup j’préfère faire semblant de dormir, rester inconsciente pour faire genre et qu’on me laisse tranquille. J’veux pas savoir le score final, parce que ça peut seulement être un score pourri tant les vert et argent se sont acharnés sur nous – pour pas changer au final. Depuis la fin du match – ou plutôt depuis que j’me suis ramassée au sol comme une idiote – j’suis restée sans bouger en faisant semblant d’être vraiment mal en point, ça dépendait des gens en vrai. J’me suis réveillée quand L. est passée vite fait, mais quand les autres sont venus, j’avais pas la tête à bouger. C’le cas de la dire, ma tête fait mal. On se croirait presque pendant un matin de pleine lune et Aliénor devrait en avoir marre de me voir traîner dans son infirmerie en permanence.
J’ai pas le souvenir de m’être autant blessée les autres fois, et j’peux même pas serrer les dents pour montrer mon mécontentement, vu qu’il en manque quelques unes, il paraît. Et qu’il paraît aussi que j’vais devoir rester pas mal de temps et passer la nuit avec du Poussos dans le bide, ce qui ne m’enchante pas particulièrement.
Sauf que j’suis solide, et que je suis persuadée que j’pourrai jouer la semaine prochaine. C’est qu’on guérit vite, quand on est mordu – et maudit. C’est le seul bon côté de la malédiction, de ma condition, que de savoir qu’à la moindre blessure on sera remis sur pied plus vite que la moyenne.
En attendant de changer d’avis j’me concentre sur les bruits de l’infirmerie trop remplie. Aliénor donne de la voix pour faire partir le trop plein d’élèves inquiets ou juste espions. J’parie qu’il y a dans l’infirmerie des serpents qui viennent voir leurs soit disant amis pour faire semblant, alors qu’ils viennent juste vérifier l’état des troupes de l’ennemi – soit l’état dans lequel on se trouve actuellement, Loukia et moi. J’l’ai vue se prendre un cognard et j’ai pas de nouvelles depuis, ce qui me donne presque envie d’ouvrir les yeux. Sauf que la gamine aime pas qu’on s’inquiète pour elle, alors j’vois pas pourquoi je devrais me lever pour aller lui demander. Surtout que rien qu’à l’idée de bouger j’ai la tête qui tourne, alors vaut mieux pas imaginer de monter jusqu’à la lune.
J’sais pas combien de temps il se passe depuis la fin du match, tout ce que je sais c’est qu’Aliénor ne viendra pas me libérer de ma prison du moment tant que j’aurai pas ouvert les yeux – c’est le seul argument qui me donne l’envie de les ouvrir. L’envie de me redresser même si ça fait tourner le monde entier, et que ça fait mal à l’arrière de la tête.
Parce que c’est là que le Cognard a frappé.
J’grimace, je dois pas être belle à voir.
Si j’le suis pas autant être un minimum présentable, et si j’dois faire un effort énorme de volonté pour remonter les oreillers et me mettre en position assise, c’est seulement parce que j’viens de voir une silhouette connue au fond de l’infirmerie, vers la porte d’entrée. Et j’fronce les sourcils, qu’est-ce qu’il viendrait faire là ? Pas moyen que ce soit pour moi – qu’ce soit Arès ou Adonis ils viendront pas venir voir une Gryffondor même si c’est presque la famille. Au Quidditch c’est la maison avant tout, qu’on en soit membre ou qu’on vienne juste parce qu’on l’était.
Y’a pas de raison – sauf qu’il ignore tous les lits occupés et que j’peux qu’essayer de trouver une porte de sortie ou supplier Aliénor du regard pour qu’elle me sauve histoire d’y échapper. J’veux pas qu’il me voie comme ça même si par rapport à la pleine lune c’est rien. J’aime juste pas paraître vulnérable et dans un lit de l’infirmerie c’est que comme ça qu’on me voit. J’aime pas qu’on me demande comment je me sens, ça m’énerve. Ça me rappelle juste que j’suis dans l’incapacité d’aller courir dehors dans les bois alors que Hooper ne demande que ça.

En même temps j’peux pas m’empêcher de guetter, vérifier pour voir si c’est bien vers moi qu’il se dirige, et j’reconnais la démarche d’Arès de loin. Ils ont beau être exactement les mêmes physiquement, ils ont des différences qu’on remarque facilement, Arès et son frère. Ou faut les chercher et se dire que y’a peut-être une différence, et avoir le temps d’faire ces recherches-là pour les différencier – j’ai eu tout le temps de le faire pendant les vacances, alors j’peux dire qui est qui maintenant. Même si ils sont plus si pareils que ça, parce que maintenant pour savoir qui est Adonis suffit d’chercher la bague qui brille à son doigt. Ca me fait sourire à chaque fois que j’vois ça en cours quand il agite sa baguette pour écrire au tableau, ça me fait penser à Charles qui n’est plus si loin que ça. Il est en salle de Sortilèges et j’peux le voir plusieurs fois par jour maintenant, et le déconcentrer en faisant des têtes bizarres ou faire exprès de ne pas faire attention au cours du professeur qu’il est censé assister. Parce que c’est drôle de le voir s’énerver alors qu’il est incapable de le faire en vrai, et qu’après il vient me voir à la fin de l’heure pour me demander d’arrêter en sachant que j’le ferai pas.
Et puis j’finis par me rappeler qu’on est dimanche, que j’ai intérêt à être sur pied demain – parce que demain soir c’est direction Sainte-Mangouste pour aller voir maman la deuxième fois depuis six ans, et que si j’peux pas sortir de l’infirmerie à ce moment-là elle sera peut-être jamais guérie.
J’fais semblant d’aller bien, parce que l’auto persuasion ça fonctionne pour moi.
Ca fonctionne facilement, même.
Et j’souris comme une idiote quand Arès se pose sur une partie du lit, contente d’avoir de la visite et autre chose à faire que de me morfondre en attendant qu’Aliénor arrive avec sa potion miracle.

ARES – « Salut. Félicitations pour la victoire. »

J’lui offre un sourire – mais pas un vrai, parce que sourire avec la bouche grande ouverte ça serait moche. L’intention est là, au moins. On a gagné, alors ? C’est le genre de nouvelle qui donne envie de danser partout.

WILLOW – « Merci ! C’quoi le score ? » que j’demande avec la voix d’une gamine surexcitée qui vient d’avoir ses cadeaux de Noël. Sauf qu’elle est un peu rauque, ma voix, et j’ose pas ouvrir la bouche – on sait jamais. Alors ça donne un résultat étrange à entendre.

ARES – « ça va, pas trop cassée par les cognards ? »

J’grimace, si il pose la question ça doit pas se voir dehors que ça a fait beaucoup trop mal et que j’dois avoir le corps couvert de bleus à cause de la chute. Pour pas changer.

WILLOW – « J’ai l’impression qu’un Eruptif s’est roulé sur moi. Mais c’pas grave, j’ai l’habitude, et puis j’suis solide. Vous avez des nouvelles de Loukia ? J’ai rien pu demander pour le moment. Faudrait que quelqu’un leur rappelle ce que ça veut dire, jouer fair-play, aux verts. »

Parce qu’en pensant à ce qu’elle s’est injustement pris j’ai des envies de meurtres, au point que j’me demande si aller faire une frayeur à un vert en utilisant l’une des nouveautés de Charles ce serait pas une bonne idée.

ARES – « Tu te débrouilles plutôt bien... tu es douée. »
WILLOW – « Vous m’avez déjà dit ça, mais j’suppose que voir un vrai match c’est pas pareil qu’un simple entraînement. »

j’réponds ça avec un sourire et les joues qui rougissent de plaisir, c’est pas souvent qu’on me fait des compliments. La plupart du temps ils finissent par se transformer en des regards dégoûtés – monstre monstre monstre – et j’ai le coeur qui se serre rien qu’à l’imaginer. Parce qu’on peut jamais prévoir la réaction des gens quand ils le savent.

ARES – « La reprise des cours commence bien si on t'arrache des neurones...Je ne voudrais pas qu'une si brillante élève devienne soudainement nulle en classe. Tu vas rester longtemps à l'infirmerie ?»

Je hausse les épaules, c’pas un coup de Cognard qui va me changer mon envie si illogique de travailler.

WILLOW – « Il en faut plus qu’un Cognard pour faire perdre la tête aux gens et les enfermer à Sainte-Mangouste ,» J’me rends compte trop tard que j’ai parlé trop vite, et j’grimace – si je pense à ça c’est sûrement parce qu’on est dimanche.  « J’ai aucune idée de quand je vais sortir, j’ai pas encore vu Aliénor. Mais y’a intérêt que je puisse être dehors demain soir. »

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 189
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Mer 1 Nov - 15:14

Je me retrouve à l'infirmerie en compagnie de Willow. Je m'installe sur la chaise près du lit mais je ne suis pas vraiment à l'aise. Ils devraient penser à changer les chaises ici. J'opte pour me mettre sur le lit près de la jeune lionne. Je suis peut-être un peu trop proche de celle-ci. Mais, ça m'est bien égal ce qui peut se dire derrière notre dos. Je suis habitué aux ragots de toute façon. Je souris à la jeune fille alors qu'elle me demande le score. « Vous avez battu les verts.... le score est de 170 points contre seulement 20 points pour ma maison enfin ancienne maison. »  Honnêtement, je me fiche pas mal du résultat et que les serpentards aient perdu mais je n'allais pas non plus le dire.

Je m'inquiète plutôt de son état de santé. « J'ai l'impression qu'un Eruptif s'est roulé sur moi. Mais, c'pas grave, j'ai l'habitude, et puis j'suis solide. Vous avez des nouvelles de Loukia ? J'ai rien pu demander pour le moment. Faudrait que quelqu'un leur rappelle ce que ça veut dire, jouer fair-play, aux verts. » Je hausse les épaules. « Je ne peux pas t'aider pour Loukia. Je n'en sais pas plus que toi pour l'instant. » Je ne m'étais pas arrêté pour savoir quel était l'état des autres blessés. J'avais filé tout droit près de Willow afin de m'assurer qu'elle allait bien. « Quant aux verts... tu sais bien que c'est trop demandé... » dis-je alors que je serre les poings en songeant à ces deux élèves. Une retenue me démangeait mais je ne pouvais pas me permettre... on ne comprendrait pas mon attitude. Mais, je pouvais toujours trouver un prétexte plus tard. Je me mords la lèvre, fallait que j'arrête de vouloir la venger. Ce n'est qu'un match de Quidditch, et ce sont les risques. Bien que ces sales botrucs avaient été un peu loin à mon goût.

Je préfère changer la direction de la conversation en évoquant le fait qu'elle se débrouillait bien. « Vous m'avez déjà dit ça, mais j'suppose que voir un vrai match c'est pas pareil qu'un simple entraînement. » J'ai un sourire à sa remarque alors que je remarque ses joues virer de couleur. Elle est tellement mignonne ainsi... « non, en effet, ce n'est pas la même chose. Voir une personne au cœur de l'action est bien différente. A l'entraînement, on ne voit pas tout. » 

Je la taquine un peu en disant qu'il serait dommage qu'elle perde des neurones. « Il en faut plus qu'un cognard pour faire perdre la tête aux gens et les enfermer à Sainte-Mangouste. » Je sens que j'ai jeté un froid en voyant sa grimace. « Désolé, je ne voulais pas évoquer ce sujet. Excuse-moi » Je prends sa main dans la mienne pour la rassurer et je me sentais stupide. Je ne voulais pas la mettre mal à l'aise. Cela devait déjà être assez difficile comme ça. « Je suis sûr que tu seras très vite remise sur pieds. Après tout, tu as la tête dur » Je lui fis un clin d’œil. Et je ne doutais pas qu'Aliénor ferait en sorte qu'elle puisse sortir pour demain. Et en apparence, Willow ne semblait pas en trop mauvaise posture. De toute façon, elle est coriace. Je ne doute pas qu'elle se remettrait assez vite de ses blessures. « Je t'aurais bien proposé de faire un tour... mais je doute qu'Aliénor veuille te laisser sortir avant demain matin. » Une petite balade lui aurait changé un peu les idées... Et surtout, nous serions plus tranquille pour discuter. Ici, je dois faire attention à chacun de mes mots et également faire attention à mes gestes. Ce qui me fait penser que je tiens encore la main de la jeune femme. Pourtant, je n'ai aucune envie de lâcher sa main. D'ailleurs, l'idée précédente me taraude et je baisse les yeux sur nos mains. Mon cerveau semble ne plus vouloir fonctionner normalement. Je fixe ma main serrant celle de la lionne allongée dans son lit. Je donne un coup de baguette dans la foulée sans un mot prononcé pour que le rideau se referme et nous cache à la vue des autres. Un peu d'intimité ne faisait pas de mal. « Charles est passé te voir ? »demandais-je, l'air de rien. Comme si je n'avais aucune idée derrière la tête du fait d'avoir fermé le rideau.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 309
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Mer 1 Nov - 23:56

le coeur a ses raisons que la raison ignore
arillow
••••

J'ai plus mal soudainement - comme si j'avais simplement besoin de la présence de quelqu'un pour aller mieux. C'était déjà le cas tout à l'heure quand Charles est passé avec Delilah - qui en a profité pour avoir sa dose de câlins habituelle avant de quasiment s'endormir sur moi. Elle est adorable, la gamine, et le simple fait qu'elle aime le Quidditch, ça me rend plus proche d'elle encore - comme une vraie grande soeur. J'lui ai promis de lui apprendre comment jouer même si Charlie a grimacé à l'idée, et elle lui a tiré la langue juste avant qu'ils partent pour rentrer à l'Auberge. Endroit qui me manque affreusement, même si je peux voir mon frère tous les jours ou presque à Poudlard grâce à son nouveau poste d'assistant. C'est un endroit où je me sens vraiment bien, et c'est la même chose quand je suis avec ses habitants. C'est le cas avec Arès - et j'crois bien être la seule à ne pas stresser avant un cours de défense contre les forces du mal.
Du coup j'souris à Arès, pas forcément à cause du score glorieux qu'on a apparemment eu.
ARES - « Vous avez battu les verts.... le score est de 170 points contre seulement 20 points pour ma maison enfin ancienne maison. »
J'lui tire la langue, pour la forme. Parce que y'a rien qui fait plus plaisir qu'une victoire au Quidditch alors que la saison est lancée. Et j’lâche un cri victorieux – une victoire faut la fêter, et bien. Ca doit déjà être n’importe quoi dans la Salle commune. Les connaissant, les Maraudeurs doivent être partis chercher de quoi bien se déchirer pour ce soir dans des endroits inconnus de tout le monde, d’autres doivent être allés descendre jusqu’au sous-sols et aux cuisines, dire bonjour aux elfes de maison pour avoir de quoi fêter dignement la première victoire de la saison.
J’grimace – et dire que je vais devoir louper ça.
Sauf que si j’arrive à garder Arès dans le coin pour un moment, ça réparera la soirée ratée, j’suppose. 170 points contre seulement 20, ça va être génial là-haut, et j’enrage d’avance de devoir rester coincée dans l’infirmerie sans pouvoir rien faire.
WILLOW – « Ca nous garantit une place pour la prochaine sélection, alors, » que j’réponds sans perdre mon sourire – plus je joue mieux je me porte. C’est sans doute le cas pour tous les membres de l’équipe, mais j’aime vraiment montrer à tout le monde que c’est le cas.
Parce que c’est un des rares moments où Hooper ne s’invite pas dans ma tête à gâcher mes journées. Il a le vertige, et préfère se replier dans un coin pour éviter de réaliser qu’on vole et qu’il ne peut rien contre ça, parce qu’à moins d’être une nuit de pleine lune c’est moi qui ai le contrôle. J’demande ensuite des nouvelles de Loukia, parce que pendant les vacances j’ai appris à la connaître un peu plus qu’avant où j’la voyais seulement comme le cliché de l’attrapeur qui joue solo et se fout du reste du monde. J’lui parlais pas, elle me parlait pas, ça s’arrêtait là. Plus maintenant, même si en dehors de l’Auberge on ne le montre pas.
ARES – « Je ne peux pas t'aider pour Loukia. Je n'en sais pas plus que toi pour l'instant. »
Je hausse les épaules.
WILLOW – « C’pas grave, je demanderai à Aliénor quand elle reviendra. »
Parce que Loukia dira jamais si elle va mal, elle parle pas d’elle à moins d’être vraiment dans la bouse d’hippogriffe. Et même là c’est rare – j’sais pas grand-chose d’elle à part qu’elle est très certainement hyperactive.
ARES – « Quant aux verts... tu sais bien que c'est trop demandé... »
J’ricane, et j’essaie pas de me retenir pour le coup. Le jour où ils sauront ce que fair-play veut dire, ça sera le jour où les dragons cracheront de l’eau.
WILLOW – « Pas faux. En tout cas ils savent comment frapper, ça on peut pas le nier. »
Par réflexe j’me masse l’arrière du crâne, même si la douleur a disparu depuis un moment.
ARES – « non, en effet, ce n'est pas la même chose. Voir une personne au cœur de l'action est bien différente. A l'entraînement, on ne voit pas tout. »
Ce compliment m’fait rougir de plaisir – et j’réagis toujours comme ça, parce que les moments où j’en reçois sont vraiment rares.
Et il enchaîne sur une blague, qui n’est pas censée faire du mal. Sauf que manque de bol, j’peux pas réagir en rigolant.
J’aime pas qu’on parle de ça légèrement, Arès. J’aime pas qu’on parle de perdre des neurones comme si c’était une blague – c’est une blague qu’on ne fait pas. Pas à moi, Arès. C’est pas le moment. J’en reviens toujours pas que ma mère ait parlé, et que je puisse pas rester à Sainte-Mangouste pendant un moment sans en bouger pour qu’elle soit convaincue que c’est vrai. Que c’est pas un rêve stupide, une autre réalité parallèle, faut la convaincre que j’suis vraiment là. Et même avec le Quidditch qui rythme la vie à Poudlard j’me sens comme une lionne en cage, impuissante. Sauf que ça, tu peux pas le comprendre. Tu peux juste penser qu’tu le comprends – alors que ce sera jamais vraiment le cas. C’est jamais le cas quand on ne le vit pas. Quand on est seulement un spectateur de ce qui se déroule à l’hôpital sorcier. Pare que j’sais très bien qu’une visite par lundi soir ça suffira pas pour qu’elle redevienne elle-même, ma mère. Qu’elle a toujours eu cette folie douce qui a fini par la bouffer – comme le loup m’a bouffée ce soir-là. Et si j’suis pas avec elle, elle pensera que rien a changé. Qu’elle a rêvé, et elle se taira à nouveau. Et ça se trouve on la perdra définitivement, cette fois.
Sauf que ça j’peux pas le dire – à personne sauf à Charles. Même pas à Light – et encore moins à toi.
ARES – « Désolé, je ne voulais pas évoquer ce sujet. Excuse-moi »
WILLOW – « C’pas grave. C’est juste pas le moment de faire ce genre de blagues. »
Et j’ai un haussement d’épaules pour faire genre que c’est vraiment pas grave – j’imagine que c’est pas convaincant du tout.
ARES – « Je suis sûr que tu seras très vite remise sur pieds. Après tout, tu as la tête dure. Je t'aurais bien proposé de faire un tour... mais je doute qu'Aliénor veuille te laisser sortir avant demain matin. »
J’me redresse directement, pleine d’espoir qu’il m’offre un échappatoire possible, parce qu’en vrai j’en peux déjà plus d’être bloquée dans ce foutu lit sans pouvoir rien faire à part recevoir des visites de gens. Pas que j’aime pas être chouchoutée, j’aime surtout pas être bloquée – enfermée entre quatre murs. J’ai envie de courir, Hooper aussi, et si Arès le propose j’suis prête à m’opposer à Aliénor si elle refuse.
WILLOW – « Excellente idée, j’en ai déjà marre de devoir rester bloquée ici ! »
Genre vraiment marre – tellement que j’fais en sorte d’essayer de sortir du lit. Et j’ai même pas la tête qui tourne, preuve que je peux bouger sans problème et que j’suis déjà presque remise sur pied.
ARES – « Charles est passé te voir ? »
J’souris rien qu’en y pensant – et ça me fait revenir à la réalité, et réaliser qu’Arès a fermé le rideau. Ca veut dire quoi, ça ? J’sens sa main sur la mienne aussi, et étrangement j’me rends compte que j’y ai pas pensé du tout – ça m’a paru presque normal, comme geste, et j’y ai même pas songé jusqu’à maintenant.
WILLOW – « Il est passé avec Delilah, mais ils sont pas restés longtemps parce qu’elle s’était presque endormie à la fin. T’as vu son déguisement de lionne ? »
Et voilà l’tutoiement qui revient naturellement – vu que le rideau est fermé, c’est comme si on était revenus dans la bulle confortable de l’Auberge, où on peut faire ce qu’on veut. J’choppe un des patacitrouilles que Charles a laissés sur au bout du lit, et j’en lance un à Arès – pendant les vacances j’ai cru comprendre qu’il aimait ça.

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 189
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Jeu 2 Nov - 11:24

J'annonce le score à Willow vu qu'elle me l'a demandé et faut reconnaître que Serpentard c'est pris une bonne raclée. Mais, au fond, je m'en fiche pas mal. Bien fait quelque part.. parce qu'agir comme ils l'ont fait n'est vraiment pas fair-play. Je ris alors qu'elle lâche un cri victorieux. Ça fait plaisir de la voir heureuse. Je me rends compte que ce n'est pas souvent que je la vois dans cet état. « ça nous garantit une place pour la prochaine sélection, alors. » Je hoche de la tête.« Effectivement, on ne peut pas dire le contraire vu le score. » Willow demande des informations au sujet de Loukia mais je n'en sais pas plus vu qu je me suis pas du tout arrêté pour savoir comment se porter la gamine. Mais, il est vrai que j'irais me renseigner vers Aliénor. J'apprécie Loukia... elle est dynamique et très inventive en matière de bêtises. Elle aime jouer et je suis plus du genre à vouloir la couvrir qu'à la sermonner. Elle est un peu comme moi mais en plus déjantée... j'étais pas aussi plein de vie à son âge. Il faut dire qu'un sang-pur se doit se tenir en société et je faisais donc en sorte de ne pas me faire prendre pour ne pas m'attirer les foudres de mon paternel. « Je comptais lui demander également en partant... »

Le sujet revient sur les verts et leur manque de fair-play au Quidditch et je souris en coin alors qu'elle ricanait. « oui, on sait frapper chez les verts... surtout là, ou cela fait mal.. » dis-je, songeur en pensant à mon passé... et aux matchs que j'avais eu l'occasion de faire. Mes parents n'avaient pas tellement apprécié mon passe-temps. Mais, je ne veux pas m'épancher sur cela et préfère changer de sujet pour éviter d'y songer. Willow est vraiment douée au Quidditch et je ne peux m'empêcher de lui en faire part. Et je la vois rougir ce qui me fait à nouveau sourire. Tellement mignonne ainsi...  Par la suite ma blague refroidit la bonne ambiance entre nous et je m'en veux. Je m'excuse aussitôt.« C'pas grave. C'est juste pas le moment de faire ce genre de blagues. » Je déglutis ne sachant pas vraiment ce que je pourrais dire de plus. Je me contente de poser ma main sur la sienne et de lui affirmer qu'elle serait sur pieds pour demain, car j'en suis sûr. Elle est coriace. Cela la fait réagir aussitôt car elle se redresse dans le lit et s'apprête à se lever « Excellente idée, j'en ai déjà marre de devoir rester bloquée ici ! » rétorque t-elle ; alors que je lui demande si Zonko est venu. Sauf que je sais pertinemment qu'il était passé... le connaissant, ça ne pouvait pas être autrement.  Je l'écoute à moitié me répondre parce que je lutte contre moi-même me disant que je ne peux pas suivre mon idée... je joue avec le feu... à croire que j'aime ça, me brûler... Willow me tutoie à la fin et ça m'est complètement égal... à l'auberge, elle le faisait déjà et je me fichais en temps normal que les élèves me tutoie même si ce n'était pas recommandé  étant professeur. « Ouais, je l'ai aperçu dans la foule. Elle est trop chou » J'attrape au vol la patacitrouille qu'elle me lance. Elle retient vite... j'avale la friandise en moins deux alors que pose à nouveau les yeux sur la jeune fille. Je croise son regard. Je ne peux détacher mes yeux des siens. Je me sens comme hypnotisé et je cède à l'envie qui me tiraille depuis que je suis arrivé auprès d'elle. Je m'approche en me penchant pour finalement écraser mes lèvres sur celles de la lionne. J'ai trop envie de goûter à nouveau ses lèvres donc je cède.Ce n'est certes pas une bonne idée, mais à cet instant, je m'en fiche totalement.

Je sens malencontreusement que le baiser ne suffira pas cette fois-ci et me maudit d'avoir cédé... alors que je glisse une main dans la chevelure de Willow. Le baiser dure plus qu'à l'accoutumé ou j'ai pu l'embrasser par le passé avant que je ne me recule légèrement et aille l'embrasser dans le cou. J'inspire et sens l'odeur de son parfum qui m'entête et me donne envie de la mordiller ce que je ne mets pas longtemps à faire d'ailleurs... Je lance dans la foulée un sort autour de nous pour ne pas être entendu parce que je prends de gros risques à provoquer ainsi la jeune femme. D'ailleurs, il semble y avoir moins d'agitation autour de nous. Je pense que les élèves ont dû être congédiés. En tout cas, ceux qui se portent bien afin que les blessés se reposent. Sauf que Willow semble en bonne forme et je ne me prive pas pour en profiter un peu oubliant qu'à tout moment Matthew ou Aliénor peuvent débarquer pour venir auprès d'elle pour s'assurer que tout allait bien. Je poursuis mes baisers dans son cou alors que je glisse mes mains le long de son ventre. Je sens mon corps bouillonner intérieurement et je ne parviens pas à m'arrêter. Cela fait déjà longtemps que je désire Willow plus que de raison. Ça me fout la trouille en même temps... étant donné qu'il s'agissait de la sœur de Charles et que je ne voulais pas jeter un froid bien que Zonko ne semble pas totalement contre l'idée que je puisse être avec sa sœur de ce que j'ai compris. Je sais qu'il se retient de ne pas intervenir mais il veille comme un grand frère veille sur sa petite sœur. Je le comprends. Et je ne sais pas moi-même, dans quoi je m'engage, surtout en agissant de cette manière, en ce moment. Tout ce que je sais, c'est que Willow m'attire mais ce n'est pas que physique. Sinon, j'aurais sûrement déjà couché avec elle. Je ne veux pas qu'une relation de sexe. Mais, je ne suis pas doué niveau relation de couple donc je ne sais pas m'y prendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 309
Date d'inscription : 22/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Ven 3 Nov - 15:54

le coeur a ses raisons que la raison ignore
arillow
••••

Le score me réjouit, parce que j'ai qu'une envie c'est de jouer encore une fois. Jouer pour lancer un pari avec Charles et gagner - jouer pour faire la fière devant Delilah. Jouer pour me retrouver une nouvelle fois en tête à tête avec Arès comme en ce moment, à croire que j'serais presque capable de faire exprès de me prendre un Cognard pour finir à l'infirmerie une deuxième fois. Parce que j'aime être là, dans notre bulle. Protégés du monde grâce au rideau et au sort de silence qu'il vient de lancer. C'est comme si on est de retour à l'Auberge et ça fait un bien fou. J'ai envie de rester comme ça le plus longtemps possible - ou de rester avec lui tout court.
ARES - « Effectivement, on ne peut pas dire le
contraire vu le score. »
Des fois, j'me demande surtout si il parle de Quidditch pour retarder le moment de partir. On dirait une conversation totalement anodine - sauf que pour moi, elle ne l'est pas. Elle est tout sauf anodine et j'peux pas m'empêcher de continuer de sourire. C'est pas la victoire qui me rend heureuse, Arès. C'le simple fait que tu sois là.
Bon, aussi la victoire. Mais toi c'est plus important.

WILLOW - «On est bien partis pour tous les défoncer,» que j'lance avec une voix joyeuse.

J'espère peut-être un peu trop - mais la première victoire est une des plus importantes.
Pour le moral, et aussi l'image qu'on donne aux autres équipes. Et ce soir, pendant que les serpents seront entrain de noyer leur peine dans du purfeu, nous on fera la fête avec le reste du purfeu qu'ils nous laisseront.

ARES - « Je comptais lui demander également en partant... »

J'souris, il n'a pas compris mon manège. Si je demande des nouvelles de Loukia, c'est pas uniquement parce que je l'aime bien.
C'est surtout pour te faire rester encore plus longtemps.

WILLOW - «Normalement elle est solide, elle aussi, ça devrait aller. Et de toute façon, le remplaçant est pas mal doué donc ça ira aussi. J'suppose.»

J'le connais pas, l'remplaçant - paraît que c'est le jumeau de James qui est apparemment revenu miraculeusement d'entre les morts - mais si James l'a foutu dans l'équipe même en temps que roue de secours ça veut dire qu'il est doué. J'finis par hausser les épaules - on n'est pas là pour parler du Potter miraculé. On est là pour autre chose - même si j'sais pas quoi. J'ai juste pas envie de parler d'autres gens alors qu'il est avec moi et que les personnes dans l'infirmeries sont trop occupées ou trop amochées pour s'en soucier.
Prof et élève, m'en fiche. C'est pas comme si j'risquais déjà la prison rien qu'en étant vivante. Alors un peu plus, un peu moins... Le résultat sera le même.
J'savais pas pourquoi il est venu mais j'aurais dû m'en douter - parce qu'au moment où il pose ses lèvres sur les miennes y'a le feu habituel qui m'envahit de nouveau.
C'tait donc pour ça le rideau fermé, j'aurais dû m'en douter. L'impatience m'fait bouillir de partout - et la surprise aussi. Je me rapproche de lui parce que j'peux pas faire autrement. J'ai jamais pu lui résister, j'ai pas envie de résister. Y'a déjà plus aucune cohérence dans ma tête alors que la prudence m'ordonne de dire non. Non parce qu'au milieu de l'infirmerie c'trop risqué, c'pas comme si on était dans la Salle sur Demande avec toute la tranquilité qu'on peut y avoir. Ici on risque de se faire prendre n'importe quand, et c'est pas comme si j'avais besoin d'un scandale qui afficherait à coup sûr ma condition aux yeux du monde entier. Et aux siens qui me regarderaient alors plus jamais comme ils me regardent maintenant - ça fait que j'me fige alors que Hooper grogne. Attention, danger. Ça me donne encore plus envie de sortir de l'infirmerie, pour qu'on soit seuls - et plus flipper à l'idée que quelqu'un arrive.
On peut pas, pas ici.
Et c'est à contre coeur et la gorge nouée que j'le repousse gentiment.

WILLOW - «Arès,» j'souffle - la voix rauque par l'manque d'air. «C'est pas le moment. On va se faire prendre.»

••••

by Wiise

_________________

faith a. thornton
Even if we wander in unfamiliar places, even if we get lost I’ll follow my heart that’s more honest than anyone else’s Because I can’t resist your quiet movements that strike me, and your sharp and soft gaze..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 189
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   Mar 7 Nov - 9:16

Me retrouver en compagnie de Willow me fait énormément de bien. J'ai la sensation d'être à nouveau entier et de me trouver à ma place. C'est assez fou de voir l'effet qu'elle peut avoir sur moi. Je parle Quidditch mais honnêtement c'est pour faire la conversation et aussi me forcer à rester neutre. J'ai une envie folle de l'embrasser mais je me retiens tant bien que mal. Je souris à son air enjoué, elle est heureuse... Son équipe a gagné le match. Je me doute pas que je fais aussi parti de ce bonheur. « On est bien partis pour les défoncer. » Je ne peux m'empêcher de rire. « J'attends de voir » dis-je, toujours taquin.


Le sujet dévie sur la jeune Loukia qui s'est faite amoché par les verts. Comportement inadéquat également à son égard mais la jeune fille se remettra vite sur pied, j'en suis certain. Loukia est un électron fou plein d'énergie mais j'étais pareil à son âge mais en plus contenu étant sang-pur. Elle me fait rire et j'ai tendance à suivre dans ses bêtises et à la couvrir plutôt que de l'arrêter. Je ne sais pas comment elle se porte mais j'irais me renseigner vers Aliénor tout à l'heure. « Je suis certain que ça ira aussi pour elle. Vous êtes des lions après tout. » dis-je, alors que je lui fais un clin d'oeil.


Cependant, le sujet du Quidditch n'est pas ce qui m'amène. Je ne suis pas venu pour en parler, mais pour m'assurer qu'elle allait bien. Au départ, c'était une visite de courtoisie pour me rassurer. Rien de bien méchant et quelque d'assez banal. Sauf que j'ai eu la mauvaise idée de fermer ce rideau et du coup, mon envie est revenue encore plus forte et sachant qu'on est dans une espèce de bulle... j'ai craqué et j'ai fini par céder à l'irrésistible envie de l'embrasser. Willow ne semble pas contre l'initiative mais elle est plus raisonnable que moi. Elle me repousse.  « Arès... c'est pas le moment. On va se faire prendre. » Je l'observe et je ne peux ^pas la contredire. Elle a raison, malheureusement. « Dans ce cas... je dois t'emmener ailleurs. » dis-je, un sourire en coin. Je n'ai pas envie de m'en aller. Pas envie de la quitter, pas maintenant, alors qu'on vient à peine de se retrouver. Depuis la rentrée, je n'avais pas eu l'occasion de passer un seul moment en sa compagnie et cela me manquait. A l'auberge, je m'étais habitué à passer du temps avec elle. Et nous étions tranquille. Personne pour nous voir et nous reprocher quoi que ce soit... Je pose à nouveau mes lèvres doucement sur les siennes avant de me reculer complètement. « T'es en état de marcher, non ? » ajoutais-je, une lueur traversant mes pupilles. A vrai dire, je serais bien capable de la porter s'il le fallait mais ce ne serait pas très discret. Et il est vrai que je me dois de faire attention. Après tout, je reste son professeur. C'est assez frustrant pour moi de ne pas pouvoir faire ce que je veux. Mais, l'année était bientôt fini. Je devais rester patient. Et Charles m'a bien fait comprendre de rester raisonnable, et à cet instant, je ne le suis pas du tout. D'ailleurs, je devrais peut-être me forcer et m'en aller au lieu de la tenter davantage. Zonko va m'étriper de jouer ainsi avec sa sœur. Son rôle de grand-frère lui tient à cœur et je sais très bien qu'il fera en sorte de protéger Willow. Pas que je sois un mauvais bougre mais niveau idées peu catholiques je suis le premier. « Les vacances me manque... c'était plus facile à l'auberge... ne serait-ce que pour discuter. Ici, je ne peux même pas rester près de toi sans que ça paraisse louche. » soupirais-je, plutôt frustré.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le coeur a ses raisons que la raison ignore.... - Low
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAËLLE ∆ car le coeur a ses raisons, que la raison ignore
» Léna - Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» "Le cœur a ses raisons que la raison même ignore" - Avec Aaron S. Hill et Oka Rules [Event Eclipse]
» Jules || Le coeur a ses raisons que la raison ignore
» Le coeur a ses raisons que la raison ignore [Gizeh]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Premier Etage :: L'infirmerie-
Sauter vers: