AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 angel by the wings (pandossian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 364
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: angel by the wings (pandossian)   Lun 6 Nov - 23:37



Angel by the wings
@Cassian Aquila & @Pandora L. Sutherland
J'ai l'impression que chaque fois que j'vais passer la porte d'cette pièce ma vie va s'retourner. J'ai l'sentiment que chaque moi j'ai le coeur qui s'met à voler contre ma poitrine pour s'mettre à filer droit dans l'septième ciel et plus en revenir. J'ai l'sourire aux lèvres, pourtant j'suis figé devant l'entrée de la bibliothèque et j'bouge pas. Il s'fait tard, mais pas encore assez pour qu'les étudiants dans l'lieux du savoir ils soient mis à la porte. Alors j'reste devant encore un peu, avec l'envie d'me mettre à courir - j'sais juste pas encore si c'est pour fuir ou m'y rendre plus vite. Alors pour l'moment j'reste là comme pour savourer l'enivrance de l'incertitude. Ca serait peut être pas si dure s'il s'était pas déroulé presque deux semaines depuis la dernière fois qu'j'ai cru me retrouver devant Cassian, qu'je me répétais sans cesse qu'il fallait qu'je sois patiente, qu'le souaffle était sans son camp - il s'trouvait en vérité dans les mains d'Andrew Reece qui a finit par l'avouer.
J'me sens stupide- stupide et fiévreuse, avec plus d'espoir soudainement qu'avant quand j'voyais pas Cassian revenir. J'me dis d'nouveau qu'il peut s'trouvait quelque chose, qu'les mots que j'ai prononcé il l'ont pas fait flippé - ou j'sais pas trop en fait. J'sais pas quoi penser, la tête qui bourdonne d'trop de choses. Et du discours pas plus rassurant qu'ca de Zack Aasen - à m'demander si vraiment j'bien fait de lui poser les questions que j'avais. J'ai la peur d'me faire manger d'en dedans maintenant parce l'être qu'je veux pas tuer - j'le veux pas, bien qu'il m'ait poussé à y réfléchir comme si c'tait la solution la plus simple d'abandonner. La vérité c'que j'ai jamais prétendu aimer faire les choses simplement - j'préfère les faire justement.

Alors j'finis par rentrer, me glissant entre les allers avec l'regard qui circule pour tenter d'le trouver quelque part - j'fixe tous les coins, et recoins les étudiants qui s'trouvent là à travailler, et - Il s'trouve là. J'ai l'coeur qui manque un battement, puis j'me fige pour l'regarder qui s'occupe d'un étudiant. J'le fixe, détourne le regard gênée d'le regarder ainsi, avant d'me trouver une place plus loin - dans l'fond, dans l'fond où j'doute pas qu'il me trouvera comme il est un vampire. J'suis devenue familière avec l'idée - comme dit, finalement ca change pas plus qu'ca, n'est-ce pas ? Et si c'terrifiant, alors autant avoir peur bien entourée. Avec la chance d'avoir quelqu'un pour m'empêcher d'tomber. Et c'quand j'entends des pas, quand j'suis en train d'fixer les vitres où s'fracassent une pluie fine, et l'reflet des lumières d'la pièce qu'je me mets à parler -
Pandora - « Ca a un reflet un vampire ? »  Qu'je demande sans aucune mauvaise pensé, une réelle curiosité dans la voix - puis comme l'disait Vilde durant les vacances, y a peu d'doutes que Cassian répondra pas à mes questions.

J'me permets finalement d'me tourner vers lui, m'redressant pour m'mettre à sa hauteur, avançant avec timidité, et c'te gêne honteuse qu'je ressens depuis l'aveux d'Andrew. J'du mal à l'regarder dans les yeux avant d'me mettre à inspirer profondément.
Pandora - « Je t'évitais pas - je... J'suis venue à Pré-au-Lard, la veille d'la rentrée. J'voulais m'changer d'air, et j'ai - j'ai croisé c'foutu coyote par loin d'la Cabane hurlante, et j'me suis mise à dire des choses qui m'semble totalement insensée parce que j'aurais dû être plus prudente - en vrai. »  Qu'je dis avec un rire nerveux, avant d'fermer les yeux un instant, et d'me redresser vers lui, pour l'fixer dans les yeux. « L'coyote c'était Andrew Reece, et c'lui qui a eut l'droit à la plus belle des déclarations qu'j'ai jamais faite à quelqu'un d'ma vie. Sauf qu'elle était pas pour lui - mais pour toi - et j'ai attendu en m'disant qu'tu voulais du temps pour y réfléchir. Sauf qu'en vrai t'as jamais entendu c'que j'avais à t'dire alors j'attendais pour rien en perdant espoir. » J'continue, sans vraiment reprendre mon souffle, m'sentant attiré contre Cassian alors l'seul désire d'me perdre dans son étreinte et d'plus en bouger.

J'me sens stupide - d'être partie comme une furie avec l'idée qu'il pouvait avoir joué d'mon esprit trop romantique, et d'belles paroles comme tant d'autres avant lui pour avoir c'qu'il voulait. Stupide. Et Stupide, d'avoir donné mes sentiments, et trop d'aveux à Andrew, en étant persuadée c'comme dans les contes moldus ca pouvait pas être un autre qu'Cassian - le hasard est toujours trop bien fait dans les romans. Mais maintenant -
Pandora - « Mais maintenant j'ai la certitude qu'c'est toi. Ou alors t'es un type sous polynectar et j'vais me ridiculiser pour la seconde fois. C'pas si grave, en vrai, j'préfère prendre le risque. »  J'décide avant d'prendre ses mains contre les miennes, d'le ramener contre moi, et d'poser ses paumes sur mon ventre qui a rien d'bien rebondit pour l'moment, fermant les yeux un court instant, avant d'me fixer dans ses pupilles. « J'suis désolée de la réaction que j'pu avoir. D'avoir pris la fuite, et - et d'm'être déclarée à un autre. »  J'rajoute en levant les yeux au ciel, avant d'regarder ses mains contre ma peau, et d'me prendre à sourire.
« Ca compte, qu'tu sois vampire, et qu't'ai plusieurs siècles d'vie derrière toi - ca compte, parce qu'tu compte pour moi. Mais c'pas important - c'pas ca qui m'fera moins avoir envie de t'offrir cette famille si tu la veux encore avec moi. » 


_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air. - enceinte 4 mois

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 169
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Mar 28 Nov - 6:47


angel by the wings
pandora sutherland & cassian aquila (pandossian)
Misérable. Vivre dans la noirceur n’a rien d’nouveau pour toi, sauf qu’celle qui t’engloutit depuis la fuite de Pandora est plus lourde. C’différent, t’laissant glacé, à marcher comme un automate. T’as pas tenté d’la retenir, quand elle t’as demandé d’la laisser puis d’tourner les talons, non. T’aurais pu la retenir, t’aurais pu, oui, mais tu l’as juste regardé partir -s’enfuir- en la laissant prendre ton palpitant maladroit avec elle. C’est qu’tu peux pas lui en vouloir, c’pas rien c’que tu lui a annoncé, juste après qu’elle t’ait dit être enceinte de toi. C’que tu croyais impossible, un rêve qu’t’as oublié depuis une éternité. Sur le point d’se réaliser avec la seule fille qui t’as fait ressentir d’vrais sentiments, d’pures émotions.
Maintenant il t’reste plus rien. Plus que le vide et une nuit qui t’semble plus si réconfortante à présent. Sans le réaliser, tu t’es trouvé un nouvel endroit à appeler maison, ou plutôt, une personne. C’est Pandora et ses sourires immenses, Pandora et sa voix chantante, Pandora et sa magnifique chevelure phosphorescente, Pandora et l’tout d’perfection qu’elle forme. Elle t’manque, alors qu’plus ou moins un mois est passé depuis cette dernière fois où tu l’as vu – et pas qu’aperçu au détour d’un couloir ou retracer son odeur printanière. Un mois et t’en peux déjà plus d’te languir d’ta demi-vélane.

Malgré cela, tu dois continuer d’accomplir ton devoir de bibliothécaire. Pas qu’le désir soit fort, t’trouvant d’mauvais poil plus souvent qu’autrement. Ça empêche pas les étudiants d’parfois venir t’voir quand ils recherchent un grimoire en particulier. Comme c’étudiant devant toi, qu’tu écoutes d’une oreille distraite. Il l’sait pas lui, mais toi tu la sens. Tu la sens aussitôt qu’elle met un pied dans la bibliothèque, et même avant quand elle hésite avant d’pousser les portes, comme un pressentiment qui s’insinue dans tes veines, un souffle de vie, amené uniquement par Pandora Sutherland.
Alors quand elle entre, c’impossible pour toi t’concentrer sur autre chose. T’vois les lèvres qui bougent, y’a plus d’son cependant qui s’rend à tes oreilles. T’es figé, incertain d’pas la voir du coin de l’œil, sauf qu’ça prend un long instant avant qu’tu arrives à bouger à nouveau, t’secoue l’air de ta main avant d’affirmer au malheureux qu’il a l’grimoire le plus complet sur le sujet qu’il étudie, suffit qu’il prenne l’temps d’le lire. Puis tu l’quittes sans plus d’politesse, partant vers l’fond d’la bibliothèque où t’es certain d’la trouver.

Et elle est là, t’tournant l’dos à regarder l’eau qui s’écrase contre les fenêtres. T’croyais pas pouvoir perdre l’moyen d’respirer, ou penser proprement, t’croyais pas qu’tu pourrais t’sentir mal, mal au point d’avoir l’cœur qui s’lève. Ça t’parais niais, mais t’as la nausée, t’es nerveux. Jusqu’à ce qu’elle ouvre la bouche, et qu’les notes mélodieuses d’sa voix agisse comme un baume sur c’qui reste d’ton âme. « Ca a un reflet un vampire ? » T’entends d’la curiosité dans sa voix, d’la gêne aussi, pas de… peur? Elle semble pas effrayée, et c’suffisant pour t’garder pétrifié sur place. Sauf qu’elle t’as posé une question, alors t’secoue la tête pour t’ramener sur Terre, et lui répondre. « Non, aucune réflexion, jamais. C’est pour ça que j’étais si enthousiaste à l’idée que tu fasses mon portrait. » qu’tu murmures doucement, juste assez pour qu’tes paroles s’rendre jusqu’à elle. Elle, dont tu n’arrives plus à décrocher l’regard.
Enfin elle s’retourne, t’sais pas s’tu fais un pas vers la blonde ou si c’est elle qui s’rapproche – c’la première fois qu’t’as l’impression d’être victime d’son pouvoir, ensorcelé d’son regard qui prend un moment avant de s’arrêter sur toi. « Je t'évitais pas - je... J'suis venue à Pré-au-Lard, la veille d'la rentrée. J'voulais m'changer d'air, et j'ai - j'ai croisé c'foutu coyote par loin d'la Cabane hurlante, et j'me suis mise à dire des choses qui m'semble totalement insensée parce que j'aurais dû être plus prudente - en vrai. L'coyote c'était Andrew Reece, et c'lui qui a eut l'droit à la plus belle des déclarations qu'j'ai jamais faite à quelqu'un d'ma vie. Sauf qu'elle était pas pour lui - mais pour toi - et j'ai attendu en m'disant qu'tu voulais du temps pour y réfléchir. Sauf qu'en vrai t'as jamais entendu c'que j'avais à t'dire alors j'attendais pour rien en perdant espoir. » Ça t’prend un certain temps avant d’comprendre c’qu’elle te dit, d’assimiler qu’elle parle d’ses sentiments pour toi. Si elle parle d’déclaration, d’te laisser l’temps d’y penser, d’perdre espoir- de s’être déclaré à un coyote en croyant que c’était toi. T’lâches un rire là-dessus, à l’entendre qui parle du monde comme s’il est un conte d’fées, et qu’au final vous étiez chacun d’votre côté, malheureux, comme dans une mauvaise comédie romantique moldue.

Elle est si proche, et t’as toujours pas retrouvé l’usage d’la parole. Mais t’souris, t’laisse finalement un brin d’lumière éclairer tes traits morts, t’redonner un peu d’vie et comme l’a dit Pandora, de l’espoir. C’que t’avais plus, elle non plus, jusqu’à vous retrouver là où vous vous êtes rencontrés, quand tout a changé sans même qu’tu l’réalises. « Voilà un coyote que je n’aime déjà pas, pour m’avoir volé cette belle déclaration. » qu’tu arrives à dire, la voix rauque, rauque d’émotions, oui. D’savoir qu’elle est revenue, qu’elle a pris c’te décision depuis un bout d’temps. D’quelques mots pour répondre à la multitude qu’elle vient de t’offrir, qui sont peut-être pas la déclaration qu’elle a faite par mégarde au mauvais coyote, mais qu’elle n’est pas moins belle, comme elle fait fleurir un bouquet d’espoir dans ton corps qui reprend vie.
Sauf qu’elle a pas besoin d’plus de mots Panda pour continuer, t’faire sourire doucement alors qu’tu regardes les traits d’son visage parfait sans t’lasser. Jamais t’pourrais t’lasser d’la regarder. « Mais maintenant j'ai la certitude qu'c'est toi. Ou alors t'es un type sous polynectar et j'vais me ridiculiser pour la seconde fois. C'pas si grave, en vrai, j'préfère prendre le risque. » Tu t’dérouilles aussitôt d’un rire, secouant la tête devant la remarque d’la blonde. « C’est bien moi, amour, je le confirme. » Ta voix est plus chaude maintenant, allégé devant ta magnifique amour- surnom qui t’glisse sur la langue avec une facilité déconcertante. En même temps c’tout ce que tu veux qu’elle soit pour toi, ton amour.

Y’a soudainement ses mains brûlantes qui prennent les tiennent, elle t’tire dans sa direction puis dépose tes paumes sur son ventre. T’saurais pas expliquer c’qui explose dans tes tripes, picote ta peau… ou ouais, t’as l’impression qu’elle t’insuffle la vie – avant d’te la retirer à nouveau en plongeant son regard éclatant dans l’tien. « J'suis désolée de la réaction que j'pu avoir. D'avoir pris la fuite, et - et d'm'être déclarée à un autre. » T’secoue la tête cette fois d’gauche à droite, tes doigts qui s’serrent à peine contre son estomac. T’veux pas lui faire mal, juste t’imprimer dans sa chaire, ressentir c’te nouvelle vie présente en elle. « T’excuse pas, t’as pas besoin- pour rien. J’peux pas t’en vouloir alors que j’ai été égoïste, que j’aurais dû t’en parler avant. »
T’manque aucun d’ses gestes, pas ses yeux qui s’lèvent quand elle confesse s’être déclarée au mauvais animagus, ni quand son regard revient sur son estomac, là où tes mains dégagent la haute température qu’ton corps n’ait jamais dégagée. « Ca compte, qu'tu sois vampire, et qu't'ai plusieurs siècles d'vie derrière toi - ca compte, parce qu'tu compte pour moi. Mais c'pas important - c'pas ca qui m'fera moins avoir envie de t'offrir cette famille si tu la veux encore avec moi. » Ça finit de t’achever, tes yeux s’fermant et ta tête s’penchant qu’ton front s’appuie contre le sien. « J’dois avouer être en désaccord avec toi, sur c’que t’as dit tout à l’heure. C’pas à c’coyote que t’as fait t’as plus belle déclaration, c’était là, maintenant. Bien sûr que j’veux d’cette famille avec toi, c’est tout c’que je veux, j’ai jamais voulu quelque chose autant que ça. Autant qu’toi. » Tu t’penches encore, glissant tes mains plus amplement sur son ventre avant de l’embrasser avec toute la passion qu’elle a fait naître en toi dans les dernières minutes. C’si bon d’sentir ses lèvres contre les tiennes, d’sentir la chaleur réchauffé ton immortel froideur. Rien n’est moins fort ou froid qu’quand Pandora est tout contre toi, qu’au contraire du baiser des Détraqueurs les siens t’font ravaler ton âme, perdue depuis des siècles, bout par bout.


_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 364
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Ven 1 Déc - 20:45


Angel by the wings
@Cassian Aquila & @Pandora L. Sutherland
Y a des murmures venant de toute part - des chuchotements, des rires étouffés, des exclamations - les étudiants assis autour des grandes tables, essayant de travailler; ou de faire comme s'ils étaient en train de travailler. Il régnait une atmosphère chaleureuse, presque étouffante. Les murmures devenaient des hurlements, soudainement, le monde autour vibrant de trop de couleurs, de mouvements rapides, de possibles. Le monde était trop - je perdais le souffle, essayant de faire abstraction de ce qui pouvait m'entourer. Alors que je le sentais - lui - son regard suivant mes mouvements. Le coeur qui s'agite, le corps tendu, le souffle court. Immobile, tournée vers les hautes fenêtres pour espérer que tout devienne plus simple, plus évident. Et le silence soudainement. Comme un écho aux pas discrets, sa démarche subtile sur les pierres froides du château. J'ferme les yeux un moment, soufflant doucement, comme pour reprendre contenance. Et il reste un sourire, quand je le sais derrière - je doute pas que ce soit lui. Je le sais, instinctivement. Je le sais - parce que j'ai le corps qui devient brûlant d'envie. Celui de me retourner, de me fondre dans ses bras pour m'oublier - oublier ce dernier mois. Oublier les semaines, les journées à se poser trop de questions idiotes.
Finalement tout deviendra plus simple - alors j'ouvre les yeux, cherche son regard sans le trouvé dans le reflet des hautes fenêtres. Il n'y a que la pluie qui laisse ses traces de gouttes sur la vitre - tombant en larmes délicates. Et moi, reflet au regard perdu, cherchant un écho. Cherchant de quoi me rattraper, et arrêter la chute. Il se trouve pas là - un moment alors j'imagine les pas comme un écho à mon coeur battant; Comme le sien il ne bat plus depuis longtemps. Alors peut être qu'il se reflète pas dans la réalité, parce qu'il appartient qu'à un foutu rêve qui m'appartiendrait qu'à moi.
Cassian - « Non, aucune réflexion, jamais. C’est pour ça que j’étais si enthousiaste à l’idée que tu fasses mon portrait. » J'lâche un sourire, en même temps que mon souffle contenu depuis que j'suis là à l'attendre. j'inspire mieux, comme preuve que tout cela n'est pas l'effet de mon esprit trop solitaire parfois - solitaire parce que le monde autour me semble pas être le miens souvent. Il s'y trouve des silhouettes souriantes, riantes et moqueuses. Il s'y trouve des enfants qui se battent pour être heureux - cherchant chez les autres un alter égo - sauf que mon regard touche pas mon âme, seulement un filtre de beauté hypnotique. Et ils voient que cela, aveugle au reste.
Ils voient chez Cassian la même hypnotique beauté, devenue une inquiétante étrangeté. Mais lui, à mes yeux, c'est juste ce que le monde porte de plus parfait.
Pandora - « C'est une promesse qui tient toujours. Il nous faudra trouver du temps pour cela. » Dis-je avec la promesse au bout de la langue, sachant que dessiner Cassian serait un plaisir évident. Surtout si lui n'a pas le plaisir de se voir en reflet - qu'il puisse se contempler avec la même sincérité qu'il se trouve dans mon regard épris.

Soudainement ne pas le voir devient un supplice, alors aussi lentement que possible, comme pour savourer l'instant, je viens lui faire face pour le redécouvrir. Il est le même, inchangé, pourtant différent. En retrait, au lieu d'être proche. Hésitant au lieux d'être assuré. Brisé - en un sens - par les mots et la fuite. La mienne - et si mon coeur manque un battement, je doute pas qu'il en aurait de même pour lui. Parce qu'à peine nos regards se croisent qu'il bouge imperceptiblement. Il s'agrandit comme pour retrouver sa prestance, se met à caresser mon corps des yeux à défaut de le couvrir de son étreinte, et son sourire se reflète au miens, comme je voudrais lui rendre les mêmes tendres attentions.
D'belles attentions, rendues à un autre par mégarde. L'sentiment de culpabilité me fait tout avouer, en même temps que je réalise que c'est pas si grave - finalement passer des jours à l'attendre n'a fait que m'inquiéter sans raison. Et il se trouve ce sentiment chaleureux, l'espoir que tout n'est pas encore perdu, alors qu'en réalité lui n'a rien entendu des mots amoureux perdus dans la neige de Pré-au-Lard. Au creux de l'oreille d'un autre coyote, devenu allié à présent. Et l'rire de Cassian est une musique pour teinté d'joie cette déclaration. Comme reprenant vie par ma maladresse, reprenant vie dans c'conte qui s'écrit à mesure du temps passé l'un avec l'autre. Vivant dans ce monde où se déclarer à un animal n'est pas si étrange, comme dans mon esprit il s'y trouve un esprit humain emprunt d'une beauté fatale.
Cassian - « Voilà un coyote que je n’aime déjà pas, pour m’avoir volé cette belle déclaration. »
Pandora - « Il a juste été la victime de ma maladresse. Mais avec de la chance j'aurais d'autres occasions d'être romantique. » J'lâche avec cette complicité qui s'retrouve chez lui. Et j'perds le souffle, alors qu'il s'approche encore - l'temps s'arrêtant dés que nos corps s'agitent, se rapprochant l'un vers l'autre désespérément. Inexorablement.

Il est temps d'être romantique, justement, alors qu'il est là - pour moi - l'regard qui me lâche pas au risque d'me voir irréelle ou disparaitre. Et moi qui tend à parler trop vite, toujours avec c'risque de voir la malchance venir se jouer de moi. Pas que j'ai pas l'habitude, des situations où je tourne au ridicule, mais j'voudrais pas avoir à ouvrir encore mon coeur à qui n'y a pas le droit. Et son rire encore, qui m'fait sourire avec plaisir, alors que j'reste stupéfaite de le trouver si vibrant de joie.
Cassian - « C’est bien moi, amour, je le confirme. » Amour - l'surnom s'encre en écho dans mon esprit. Amour - c'est la première fois qu'un si tendre mot m'est assigné avec un sourire conquis. Avec une telle évidence, l'assurance de pas le regretter. Qu'il ne signifie pas "rien" mais bien ces sentiments qui me font manquer un battement de coeur une fois encore. L'entendre à nouveau, l'entendre encore. Amour, amour, amour. Être le sien, pour le temps qu'il me reste sur terre. - n'pas penser à cela, pas encore - le temps s'élance au dehors mais ne tient pas d'emprise sur nous en ce moment. Un temps, un moment suspendu, avec nos lèvres entrouvertes de souffles silencieux. Avant que je ne la reprenne, la parole sincère, pour retrouver la déclaration faite des jours auparavant, et l'offrir avec sincérité à l'homme qui la mérite vraiment.
Cassian - « T’excuse pas, t’as pas besoin- pour rien. J’peux pas t’en vouloir alors que j’ai été égoïste, que j’aurais dû t’en parler avant. » J'secoue la tête - avec le temps y a la maturité qui a prit sa part de la colère, pour en faire des paroles raisonnables.
Pandora - « Tu pouvais pas risquer de ce secret et ca j'montre nous deux d'un mouvement gracieux de la main. C'était encore trop nouveau. Pas qu'on ait le temps de parler avant que je vienne te demander plus de toute façon. » J'dis en arquant un sourcil, l'regard qui se perd sur une table plus loin. Une table, et l'coeur qui palpite au souvenir de la délicieuse étreinte. Comment lui en vouloir d'pas avoir arrêté mon élan pour m'signifier "j'suis un mort vivant" alors que j'avais d'envie que de le faire taire ce soir-là. J'ai pas été plus prudente que lui, ignorant les rumeurs, et les "on dit" qui me venait de toute part. J'ai rien écouté, et j'me retrouve maintenant contre lui, avec ses mains sur l'ventre qui porte son bébé. Le notre - et il semble pris d'court, en manque de mots - pas qu'émoi j'en manque cela dit.
Cassian - « J’dois avouer être en désaccord avec toi, sur c’que t’as dit tout à l’heure. C’pas à c’coyote que t’as fait t’as plus belle déclaration, c’était là, maintenant. Bien sûr que j’veux d’cette famille avec toi, c’est tout c’que je veux, j’ai jamais voulu quelque chose autant que ça. Autant qu’toi. » Il s'penche, et c'est moi qui perd le souffle, soupirant avant qu'il pose ses lèvres sur les miennes - offertes, outrouvertes d'un souffle chaud. Souffle d'vie, qui reprend son droit quand y a Cassian qui m'entoure de ses bras. J'saisis la chance au vol d'être plus proche de lui encore, entourant son cou d'mes mains pour le tenir au plus serré, lui offrant mes lèvres - avant d'venir taquiner l'entrer des siennes pour approfondir l'échanger.
Gémissant dans la danse effrénée de nos langues gourmandes et taquines. J'ai l'coeur qui s'emballe, l'corps qui s'arque contre le sien, et l'envie d'sourire pour un rien qui m'saisit - l'envie d'pas le quitter, jamais.

Mais c'est le manque d'air qui m'pousse à le repousser, quittant sa bouche avec lenteur, posant mon front contre le siens, et essayant de reprendre mon souffle. Les yeux fermés, une main contre sa joue, et l'autre qui s'perd entre nous pour saisir sa paume.
Pandora — « T'embrasser c'une des choses que je préfère dans c'monde. » J'dis une fois que j'retrouve le moyen de parler, avec d'ouvrir les yeux pour m'perdre dans les siens. A j'réalise pas encore, bien que mon coeur lui sait déjà ce qu'il advient. Qu'il sera avec moi l'temps de la grossesse. Là tout l'long, pour élever ce que j'ai - pour m'faire ressentir plus d'choses pour lui encore qu'aujourd'hui.
Pandora - « Cass - je… je sais pas ce qu'il va advenir. J'ai l'impression que c'est trop, et je… »  J'inspire profondément, avant de me détacher de lui pour le faire venir près des fenêtres, sautant pour m'assoir sur une des tables sans m'soucier que ce soit admis ou pas. J'vais juste tenter d'retrouver mon calme, mon souffle, alors qu'tout tourne dans ma tête. J'sais pas par où commencer - Vilde, Zack, mes parents, ou l'envie d'le connaitre lui. D'savoir tout sur son passé - d'quel âge il a, a combien d'femmes ou hommes il a pu aimer avant. J'veux tout savoir, et en même temps ca m'semble être trop gros pour mon coeur, pour mon esprit.
Pandora - « J'sais même pas par où commencer… L'fait que j'ai peur d'annoncer ma grossesse à mes parents, qu'je sais pas à quel point j'peux en dire sur toi, ou l'fait que j'ai parlé à Zack Aasen d'cette situation, ou encore à Vilde - aussi - et tout ca c'est… c'est juste… terrifiant. »  J'lâche dans un souffle avant d'me tourner vers lui, m'y accrochant à sa main comme pour m'assurer qu'il va pas m'laisser dans la peur toute seule, qu'maintenant il est avec moi. « J'contente que tu sois là avec moi. »

 


_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air. - enceinte 4 mois

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 169
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Jeu 4 Jan - 5:11


angel by the wings
@Pandora L. Sutherland & Cassian Aquila (pandossian)
Trop de bruit dans un endroit réclamant le silence. Peut-être que c’est pour ça que t’y es si bien, sombre créature à l’ouïe trop développé, quand t’es d’une humeur massacrante une page qui tourne dans un grimoire est pareille à un verre qui se brise contre la froide pierre. Puis quand tes sens remarquent la présence de Pandora, l’élève devant toi se transforme aussitôt en insecte nuisible dont notre seule envie est de l’écraser sous la semelle d’une botte. Alors tu t’arranges pour t’en débarrasser le plus vite possible et rejoindre la lumière de ton existence qui a rejoint le fond de l’imposante bibliothèque. Là, tu ne peux que te figer en arrêtant ton regard sur le dos de la vélane, convaincu d’entendre l’écho d’un cœur énervé battre dans ta poitrine en vérité vide de vie et ce, depuis des siècles. Oh, combien de fois t’es tu demandé si ce que tu ressentais pour Lilith c’était ça, l’amour? Mais qu’vous le compreniez pas, vous les démons de la nuit. Une centaine de fois au moins, c’est seulement aujourd’hui qu’tu arrives à y répondre franchement. Car ça n’a beau pas faire longtemps que tu as rencontré la belle étudiante, tu sais que t’as pas besoin d’te poser la question. Tu sais qu’elle est la définition même du mot Amour, dans ton dictionnaire.
Elle t’accueille en parlant de réflexion, t’laissant te sentir juste un peu plus léger par la suite. T’ressens pas d’effroi émanant d’elle, au contraire d’ce que t’as ressenti, vu sur son visage avant qu’elle prenne la fuite la dernière fois qu’vous vous êtes vu- outre que par hasard dans les couloirs. « C'est une promesse qui tient toujours. Il nous faudra trouver du temps pour cela. » Ton sourire qui s’allonge devant les mots qui te rassure quant à la raison de sa présence ici. T’as pas écarté la possibilité qu’elle vienne pour te dire au revoir pour de bon, officiellement. Sauf qu’avec de telles paroles, peut-être que tu pourras encore trouver ta place à ses côtés. « Je suis toujours enchanté de passer du temps avec toi, ça ne devrait pas être trop difficile. » qu’tu réponds avec chaleur.

Puis enfin, enfin elle s’tourne vers toi, pour qu’tu puisses boire toute sa beauté, et d’la voir là, si proche, semblant si sereine, c’tout ce que ça prend pour qu’tu reprennes toute ta place. Tes muscles et tes membres qui perdent d’leur raideur, t’laissant reprendre ta grandeur. Tu brilles, sous le regard de Pandora Sutherland, tu t’sens vivant, finalement. Y’a encore trop de distance entre vous sauf qu’tu sens une boule d’chaleur s’former autour de vous- ou c’toi qui brûle en entendant ta Miss Panda parler d’ses sentiments -pour toi- d’cette déclaration qu’elle a offert au mauvais coyote. Tu peux qu’rire devant c’maladroit faux-pas, rire d’soulagement aussi, si t’es tout à fait honnête. « Il a juste été la victime de ma maladresse. Mais avec de la chance j'aurais d'autres occasions d'être romantique. » C’te distance entre vous s’amenuise d’plus en plus, c’est ainsi qu’tu parviens à panser la douleur lancinante qui t’gardait constamment sur le nerfs. « T’auras tout le temps du monde. On va s’en assurer. » qu’tu glisses avec affection.
Elle te fait rire encore, espérant ne pas s’tromper cette fois-ci en s’déclarant. Tu la rassures, ton Amour avec un grand A, car malgré que ça t’semble inconcevable d’aimer quelqu’un si vite, ça t’semble naturel avec Pandora. C’le jeune homme de 21 ans en toi qui tombe amoureux pour la première fois, éperdument, sans savoir garder une miette d’contrôle.

« Tu pouvais pas risquer de ce secret et ca -elle vous montre l’un et l’autre du doigt- C'était encore trop nouveau. Pas qu'on ait le temps de parler avant que je vienne te demander plus de toute façon. » Sourcil fin qui se relève, regard clair qui s’échappe pour s’poser sur une table plus loin- que tu reconnais en tournant tes yeux dans la même direction, frisson remontant le long d’ton échine au souvenir. « T’as sans doute raison. Quoique j’me plaindrais jamais d’toi qui vient réclamer plus. » qu’tu peux pas t’empêcher de préciser en t’tournant d’nouveau vers elle. « J’quand même content que tu sois au courant, maintenant. » Qu’elle veuille bien d’toi malgré ta sombre nature.
T’fini par plus tenir, trop d’belles paroles à ton égard, des sentiments qu’tu croyais plus avoir droit qu’elle t’glisse sous l’épiderme. Puis un baiser, tes mains qui prennent possession d’son ventre encore plat, les siennes qui s’entourent autour de toi. Y’a plus aucune distance entre vous, une connexion intense à travers une danse d’bouches et d’langues et d’dents. Rien d’meilleur, rien d’plus parfait que c’moment juste là, qui vous appartient à tous les deux. Et une promesses de pleins d’autres à venir.

T’aurais pu l’embrasser pendant des heures, sans jamais décoller tes lèvres des siennes. Elle a besoin d’air, au contraire de toi, alors quand elle te repousse doucement, tu la laisses faire sans toutefois t’éloigner plus qui ne le faut. « T'embrasser c'une des choses que je préfère dans c'monde. » « Heureusement. Ainsi, on pourra s’en donner à cœur joie sans s’en lasser. » Car embrasser la vélane est un passe-temps qui ne fait qu’monter dans ta liste de favoris. Il y a peu d’choses dans cette triste éternité qui a su t’chambouler, sa bouche à elle, son tout à elle, cependant, y parvient trop bien. Tu te lasses pas à l’embrasser, désireux d’toujours ressentir cette marée d’émotions vives quand ça arrive.
« Cass - je… je sais pas ce qu'il va advenir. J'ai l'impression que c'est trop, et je… » Ce moment de douceur n’empêche pas le reste de la discussion qu’vous vous devez d’avoir. T’hoches lentement la tête alors qu’elle s’recule, t’guidant jusqu’aux fenêtres pour s’installer sur une table. Tu glisses aussitôt un bras autour d’ses épaules, autant pour la rassurer elle que toi. « Je n’vais pas te mentir, j’en aie aucune idée non plus et… et je ne suis pas habitué, de ne pas savoir. C’est terrifiant, sauf qu’ensemble, tous les deux, on saura rendre cette aventure merveilleuse, je n’en doute pas. »

« J'sais même pas par où commencer… L'fait que j'ai peur d'annoncer ma grossesse à mes parents, qu'je sais pas à quel point j'peux en dire sur toi, ou l'fait que j'ai parlé à Zack Aasen d'cette situation, ou encore à Vilde - aussi - et tout ca c'est… c'est juste… terrifiant. » Flot d’informations qu’tu dois digérer, qui t’laisse figé autour d’elle alors qu’tu la fixes d’un regard surpris. Sauf qu’ça explique pourquoi elle est venu d’voir pour t’parler de déclaration, au lieu de rester méfiante et pleine de questions. « Tu as parlé avec… Zack? Il t’as appris des choses intéressantes? » qu’tu commences par demander, bien qu’ce ne soit pas la seule interrogation qui t’vienne en tête. « J’imagine que tu devras la vérité à tes parents. J’ai ce drôle de sentiment qu’mon secret ne le restera plus pour bien longtemps encore, alors aussi bien que tu sois honnête avec eux. Tu es au courant, pour Vilde? » Tu veux pas l’assommer de questions bien qu’tu n’puisses pas contenir ta curiosité. Surtout en ce qui concerne Aasen, et ce qu’il a bien pu apprendre à Pandora concernant sa grossesse particulière.

« J'contente que tu sois là avec moi. » Tu souris, t’penchant ensuite sur ses lèvres pour l’embrasser doucement. « J’pas envie d’être ailleurs. Le dernier mois a été une torture, j’demande qu’à plus te quitter. » qu’tu souffles doucement avant d’baiser sa joue, puis sa mâchoire, sa bouche une nouvelle fois avant qu’tu recules pour observer son magnifique visage.
Maintenant qu’tu l’a entre les bras, y’a plus personne qui pourrait te l’arracher, ta Miss Panda.



_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 364
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Mer 10 Jan - 23:45


Angel by the wings
@Cassian Aquila & @Pandora L. Sutherland
C'est le temps qui s'arrête, sous le regard glacé de Cassian Aquila. Le temps qui s'arrête - à ses lèvres scellées se joue tout un monde, le miens s'y pendant pour ne pas sombrer plus encore. Il est plus le temps de jouer à se cacher, à l'éviter alors que j'ai le corps entier qui exige juste sa présence. Sa présence, son regard gelé, sa vie éternelle - lui seulement, avec cette beauté irréelle, ses mots tendres, ses silences apaisants. Les murmures s'estompent pour un instant d'éternité, quand nos regards se croisent après trop longtemps passés l'un loin de l'autre - ca m'semble trop long, rêve étendu trop longtemps. Tout à coup j'ai le coeur qui s'envole d'un joie trop intense, et le désir de faire disparaitre cet espace entre nous m'rend presque dingue. Mais pas autant qu'sa simple présence me fait sourire stupidement. Facilement. Parce qu'être près de lui ca m'semble toujours incroyablement facile.
Cassian - « Je suis toujours enchanté de passer du temps avec toi, ça ne devrait pas être trop difficile. » D'trouver du temps à deux, pour éterniser son reflet à mes yeux - parce qu'il y a jamais rien qui pour briser cette beauté angélique. Figé dans le marbre, au sang gelé par l'immortalité - il est un vampire, privé de son reflet, incapable de connaitre son visage alors qu'il est offert au monde sans pudeur. Beau, à n'en pas doute, s'il ne semblait pas si mystérieux et inquiétant au reste des étudiants, j'doute pas qu'il y en aurait d'autres dont le coeur battrait trop vite. Il m'a jamais semblé effrayant à dire vrai - mais mystérieux et intriguant il le sera sans doute à jamais. Alors le portrait était une promesse, une promesse de renouveau, d'plus de temps à deux - un temps dont j'nous ai privé par peur. Fuyant avant d'prononcer le moindre mots censés.
Cassian - « T’auras tout le temps du monde. On va s’en assurer. » C'des paroles qui prennent un sens que j'pouvais pas leur conférer avant. On va s'en assurer de m'offrir du temps - c'est des promesses d'éternité que j'entendais pas autrement qu'en romantiques déclarations avant. Et maintenant ? J'ai le coeur qui s'emballe, mais j'peux pas imaginer un jour n'plus le sentir battre dans ma poitrine. Figée - dans le marbre, auprès du vampire. J'peux pas - alors j'préfère l'entendre comme le temps qui nous est donné. Celui d'un existence humaine - de la mienne.
Pandora - « On va pas l'gâcher plus longtemps loin l'un de l'autre alors. » J'souffle pour scellé ces non-dits, ces promesses d'plus ensemble. Ensemble - et c'pas plus que j'désir à dire vrai.

J'le vois plus jeune, plus beau, plus - l'rire qu'il offre est libérateur, libéré, et j'sais pas me souvenir de l'avoir vu ainsi auparavant. Persuadée que j'veux le voir encore. Il est si proche, soudainement, qu'il m'suffirait de tendre le bras pour le toucher. Pas que j'en meurs pas d'envie, mais il s'trouve des choses à dire encore - des blessures à refermer, comme le temps qui a passé à pu me faire voir mes erreurs, et l'comprendre mieux lui. Ce secret, qu'il a gardé loin d'moi, loin du monde - et c'une chose normale. Une chose normale dans un monde qui sait pas accepter aussi facilement qu'il le devrait ce que chacun peut être. Ma réaction l'prouve sans doute - pas que j'craigne les vampires, c'le mensonge que j'fuis plutôt. J'pas sûre que ca ait été bien interprétée. J'pas sûre - mais j'ai tout l'temps du monde pour m'faire comprendre à présent.
Cassian - « T’as sans doute raison. Quoique j’me plaindrais jamais d’toi qui vient réclamer plus. » J'sens mes joues qui deviennent plus chaudes, lâchant un rire avant de l'éviter du regard - gênée - comme plus c'est bien une chose que je pourrais demander constamment.
Pandora - « J'saurais me souvenir de ca. » J'souffle avant de lui rendre mon attention - et mon regard par la même occasion.
Cassian - « J’quand même content que tu sois au courant, maintenant. »
Pandora - « J'vais passer pour naïve ou stupide si j'sors quelque chose comme : plus d'secrets entre nous à présent ? » J'glisse avec un sourire en coin - et plus d'espoir dans la voix que j'le voudrais. Parce que c'ca, plus que le reste, que j'voudrais. Pas d'secret, une honnêteté parfaite - et possiblement m'donner entièrement à lui, comme j'en rêve depuis longtemps. Comme j'rêve d'aimer en étant parfaitement moi, lui mettre entre les mains tout ce que j'ai à offrir, et lui accorder une confiance aveugle qu'personne ne peut prétendre avoir eut de moi jusqu'à présent. Sauf Rhaegar - l'ami parfait.

Alors l'espace disparait, c'est rapidement que j'me retrouve pendue à ses lèvres, à quémander une attention séduisante qui m'met la tête à l'envers. Les lèvres de Cassian douces et cajoleuses contre les miennes presque désespérée. Affamée, assoiffée de sa présence, de lui, de son étreinte. Dans une vie faite de plaisir, d'choses à aimer, sans doute qu'embrasser Cassian ferait partie du haut de la liste - une chose que j'pourrais faire sans cesse, tant ca m'fait toucher l'nirvana de plaisir.
Cassian - « Heureusement. Ainsi, on pourra s’en donner à cœur joie sans s’en lasser. »
Pandora - « J'pourrais te prendre au mot et n'plus faire rien d'autre de ma vie. » j'souffle avec un sourire lumineux aux lèvres - et j'sens mes joues devenir douloureuses à force d'sourire ainsi.

Proches - j'le veux au plus proche, l'voyant venir contre moi quand soudainement tout s'fait plus silencieux autour de nous. J'pas sûr qu'il reste quelqu'un dans la bibliothèque - puis j'pas sûr que ca soit forcément important. PAs quand y autant d'mots qui s'trouvent au bord de mes lèvres, que j'peux plus retenir en vague angoissée. Angoissante. L'avenir incertain, devenu moins inquiétant à présent qu'Cassian m'tient contre lui - certes - mais incertain malgré tout. Et j'peux pas le contenir, pour de vrai. J'peux pas le contenir, alors j'me rattache à lui.
Cassian - « Je n’vais pas te mentir, j’en aie aucune idée non plus et… et je ne suis pas habitué, de ne pas savoir. C’est terrifiant, sauf qu’ensemble, tous les deux, on saura rendre cette aventure merveilleuse, je n’en doute pas. » Ses bras autour d'moi m'empêchent d'sombrer - soudainement j'me tourne vers lui et j'veux croire que ca sera si simple. Qu'il suffit d'juste être tous les deux pour qu'tout trouver sa place logique. Et j'me souviens aussi d'Kimmy River - et sa liste d'choses à faire avant d'voir le bébé arriver. C'trop, vraiment, c'trop et les recherches qu'on fait avec Rhaegar aident pas à avoir moins peur.
Il s'agit d'tout dire à Cassian à présent, et j'cherche mes mots essayant d'pas déballer autant d'peur que j'en ressens vraiment.
Cassian - « Tu as parlé avec… Zack? Il t’as appris des choses intéressantes? » J'inspire profondément, opinant sans pour autant trouver d'quoi répondre. Il a ouvert des pistes - plutôt - bien qu'lui-même il ait pas eut l'droit à avoir un tel cas devant lui avant. C'pas une chose qui doit arriver souvent une vélane enceinte d'un vampire même dans notre monde.
Pandora - « Il a promit d'suivre la grossesse tout du long. J'crois qu'il me voit comme une sorte de… cas d'école. » J'dis en tâchant d'mettre une pointe d'humour - pour pas balancer tout d'suite toute l'horreur qui est ressortie d'cette conversation-là.
Cassian - « J’imagine que tu devras la vérité à tes parents. J’ai ce drôle de sentiment qu’mon secret ne le restera plus pour bien longtemps encore, alors aussi bien que tu sois honnête avec eux. Tu es au courant, pour Vilde? »
Pandora - « J'suis au courant pour Vilde. Pas qu'elle est essayée de le cacher bien longtemps à dire vrai. Elle s'est présentée les dents en avoir en s'clamant ton amie d'éternité. » Dis-je en sentant cette facilité à avoir l'sourire, à tout prendre avec moins de dramatisme comme il se trouve Cassian à mes côtés. J'pas faite pour le drame, en vrai, la vie est trop courte pour l'assombrir d'sentiments mals contrôlés. « Elle était pas capable d'répondre à tous les questions que j'avais mais elle m'a affirmée qu'tu serais ravie de… me parler de ton passé. Un jour. » J'continue en me perdant dans son reflet, une fois encore, caressant du regard chaque détails d'son beau visage. « Et puis elle m'a dit qu'elle pouvait entendre son coeur qui bat. Alors peut être que toi aussi. »

L'sourire qui devient tendre, alors qu'ma main trouve sa joue, et qu'je peux qu'être ravie de le retrouver.
Cassian - « J’pas envie d’être ailleurs. Le dernier mois a été une torture, j’demande qu’à plus te quitter. » j'peux pas contenir le flot d'émotions qui m'prend soudainement. Alors j'essaie d'garder un sourire, mais c'plus dur qu'mes yeux qui deviennent humides. J'penche sur ses lèvres pour y poser un baiser plus chaste, avant d'poser mon front sur le sien un moment - inspirant son parfum qui envahie l'espace autour d'nous. Y a tout chez lui d'ensorcelant, c'dur d'y résister.
Pandora - « J'voudrais être certaine d'plus avoir à t'quitter. » J'souffle avant de me reculer, d'trouver mes mots une fois encore. « J'suis pas sûre que le terme intéressant soit parfait, mais j'ai voulu savoir c'que Zack Aasen savait des grossesses d'immortels. Et je… » J'inspire profondément, prends le temps de calmer la boule d'émotions qui tente d'prendre le dessus. Pas de drame, y a pas de raison n'est-ce pas ? C'juste une peur que j'ai du mal à contrôler - c'pas la peur qui m'empêchera d'sourire encore. D'vivre ce temps qui m'a été donné.
Pandora - « C'était rien de très rassurant. Y s'trouve pas de mortelles pour… témoigner de leur grossesse. En générale, elles se font littéralement… dévorées de l'intérieur. Le manque de sang finit par détruire le corps, et l'enfant c'est tout ce qu'il reste au final. » Dis-je d'une voix plus petite - espérant m'faire entendre. Mais j'doute pas. J'doute pas comme c'est un vampire avec une ouïe plus fine qu'la moyenne. « Mais il s'agit d'mortelle. Il connait pas de cas de vélanes et peut être qu'on pourrait trouver… une potion, ou une formule pour palier au manque de sang. Peut être - » 


_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air. - enceinte 4 mois

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 169
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Dim 11 Fév - 23:22


angel by the wings
@Pandora L. Sutherland & Cassian Aquila (pandossian)
T’as beau pouvoir observer ton corps en descendant les yeux vers le bas, avec les siècles, ton visage n’est plus qu’un vague souvenir. Suite à la proposition de Pandora, tu t’es demandé pourquoi t’as jamais pensé à ça auparavant. T’as jamais voulu laisser de place à des preuves de ton existence, enfilant personnalité et vie comme un sorcier le fait de ses robes. Mais te connaitre au-travers des yeux de ta Miss Panda te laisse frissonnant d’une agréable sensation, du genre que t’as pas connu souvent, pour n’pas dire jamais. L’bref souvenir que t’as d’ton visage, c’est celui qu’tu portais quand t’étais encore mortel, et qu’la mort semblait habiter tes traits. Si la blonde met autant d’brillant dans son dessin que t’en vois dans ses yeux alors qu’elle t’regarde, t’es certain d’aimer c’prochain visage.
« On va pas l'gâcher plus longtemps loin l'un de l'autre alors. » C’est un sourire tendre qu’tu laisses fleurir dans sa direction. « Tant qu’tu m’veux à tes côtés y’a rien qui pourra me tenir loin de toi. » Tu peux pas retenir les commentaires d’amoureux éperdu, heureux d’te retrouver en sa présence à nouveau, pour de bon également. C’est la joie qu’tu sens crépiter sous ton épiderme, sentiment qu’t’es prêt de laisser t’échappé.

Ton regard qui s'perd contre le bois de la table, cette table où t'as perdu le combat contre... contre rien, t'as juste sombré dans les bras d'cette fille qui a su t'remuer comme jamais auparavant. Tout ce que tu veux, c'est de continuer d'te égarer contre elle, la perdition n'a jamais goûté meilleur qu'sur ses lèvres à elle. « J'saurais me souvenir de ca. » qu'elle glisse, les joues qui s'dessinent roses- c'que t'adores voir son visage s'colorer ainsi. T'hoches doucement la tête, impatient, déjà, d'voir cette prochaine fois arriver. La preuve c’ton estomac qui fait flip-flop, t’faisant sentir comme un gamin devant son tout premier crush- c’qui est pas loin d’la vérité quand on y pense bien. T’gardes que peu d’souvenirs d’ce que tu avais l’air d’ton vivant, t’sais cependant que ta gueule de malade était pas aussi alléchante que l’enveloppe charnelle -pourtant pourrie- que tu abordes maintenant. Alors ça arrive même à d’vieux vampires d’goûter à d’belles premières fois.
« J'vais passer pour naïve ou stupide si j'sors quelque chose comme : plus d'secrets entre nous à présent ? » Son visage parait amusé mais t’entends, dans sa voix, l’espoir d’vous voir faire cette promesse, de plus garder d’zones d’ombres entre vous. « Jamais tu n’seras stupide- et si jamais quelqu’un oserait s’méprendre et t’attribuer cette insulte, tu m’le dis. Faut bien avoir des avantages d’avoir un petit-ami vampire. » qu’tu plaisantes, le ton suivant la plaisanterie. T’fais un pas d’plus pour t’rapprocher davantage de la Poufsouffle, lui offrant soudainement un visage sérieux. « Plus de secrets, non. T’en auras pour des décennies à entendre d’nouvelles histoires me concernant- beaucoup sont loin d’être immaculées. » Le sang, tu l’as fait couler pendant si longtemps que ton passé en est gorgé, tu n’peux pas lui cacher.

Puis quand enfin vos lèvres s’trouvent, l’monde s’arrête. C’est certain qu’à un moment, la bibliothèque s’est vidée, par eux-mêmes les étudiants ont compris qu’ils devaient retourner à leur dortoir car l’heure du couvre-feu a sonné. Habituellement tu fermes quelques minutes avant pour laisser l’loisir à tout le monde de s’effacer la fin des permissions. C’soir cependant, il a mieux à faire. « J'pourrais te prendre au mot et n'plus faire rien d'autre de ma vie. » T’vois qu’elle sourit aussi fort que toi, t’ajoutes un petit rire face à son commentaire. « Si tu veux, après avoir discuté on pourrait au moins s’appliquer à rien n’faire d’autre de la nuit. » qu’tu ronronnes en t’gardant lover contre son corps splendide. Si la perfection existe, Pandora Sutherland en est certainement la parfaite représentation.
Car y’a pas que d’la joie d’se retrouver qui s’glisse entre vous en ce moment, y’a l’fait que la blonde est enceinte de toi. Enceinte, et vous savez pas du tout quoi faire d’ce situation. C’est nouveau, inconnu et terrifiant, en même temps qu’être grisant. C’est surtout de l’excitation qui t’habite présentement, depuis qu’elle t’as dit qu’elle voulait d’cette famille à tes côtés. Sauf que c’est énervant d’avancer dans l’noir, surtout quand ça peut jouer sur la sécurité d’la future maman, et l’petit(e) qu’elle porte. T’essaie d’te dire que vous deux ensembles, contre tous, sera assez pour que tout se passe bien. Est-ce que tu peux en être vraiment convaincu?

Aussitôt qu’elle te parle de Zack, tu te tends. Et c’pas que tu ne fais pas confiance au professeur, c’est juste… un pressentiment. Que t’aimeras pas la suite du discours de ta bien aimée. « Il a promit d'suivre la grossesse tout du long. J'crois qu'il me voit comme une sorte de… cas d'école. » Elle veut mettre une pointe d’humour, sauf que ça fait l’effet contraire. Ton visage s’assombrit, alors qu’tu secoue la tête d’droite à gauche. « Si c’est ce qu’il croit, j’vais devoir avoir une petite conversation avec lui. Hors de question qu’il t’voit comme un sujet d’études. Malgré qu’ça soit la première fois qu’il voit ça et qu’on doit savoir quoi faire… t’es pas une expérience. » Ton ton est ferme, sans appel. Même s’tu sais qu’elle pourra pas y échapper, surtout pour s’assurer qu’tout se passe bien. Qu’elle ne craint rien.
« J'suis au courant pour Vilde. Pas qu'elle est essayée de le cacher bien longtemps à dire vrai. Elle s'est présentée les dents en avoir en s'clamant ton amie d'éternité. » Parler de Vilde a l’don d’alléger la conversation en un instant. Tu te retrouves à sourire et Pandora aussi. « J’peux pas dire que je sois surpris. Ça a dû lui faire plaisir d’te parler avec franchise. » qu’tu dis sans atténuer la note d’affection qu’tu ressens pour l’autre vampire de Poudlard. Celle que tu considères maintenant comme ton amie, déjà précieuse.

« Elle était pas capable d'répondre à tous les questions que j'avais mais elle m'a affirmée qu'tu serais ravie de… me parler de ton passé. Un jour. » « Un jour, je t’en raconterais tous les détails, autant qu’tu veux en savoir. Je- je n’voudrais pas te terrifier avec certains détails non plus. Mais en attendant, j’peux tout te dire des vampires- c’que t’en ignores encore, en fait. » Un mélange de joie et d’mélancolie étire ton visage, pouvant pas retenir un flot d’images du passé de flasher derrière tes paupières ouvertes en le mentionnant. Des paysages à couper le souffle, du sang, des gens morts depuis longtemps ou sur le point de l’être, des époques et épopées plus diversifiées les unes que les autres- oh oui, tu pourrais lui raconter des tas d’histoires. T’y verras s’y peindre trop souvent Lilith, dont tu n’pourras que mentionner à ta Miss Panda, si vous vous gardez de tout mensonge. Qu’importe le nombre de fois que tu veuilles la rayer complètement de ton immortalité, t’sais qu’elle y sera toujours attachée, sans qu’tu puisses y changer quoi qu’se soit.
Sa prochaine remarque te fait oublier tout soucis, t’laissant te perdre dans un nouveau instant de joie. « Et puis elle m'a dit qu'elle pouvait entendre son coeur qui bat. Alors peut être que toi aussi. » La joie, celle qui t’baigne depuis que t’as retrouvé ta belle, sauf que t’en affiches doublement quand elle t’parle cœur qui bat. « Vraiment? » qu’tu lâches dans un murmure impressionné, glissant tes mains à nouveau sur son estomac, relevant le tissu comme tu peux pour rejoindre sa peau. Puis tu fermes les yeux, appréciant le contact contre ta joue, concentrant ouïe au bout d’tes doigts avant de-
L’entendre. Il peut pas retenir un hoquet qui ressemble étrangement à un gloussement, ouvrant aussi vite les yeux pour les plonger dans ceux d’Panda. T’as été si secoué d’retrouver ta douce que t’as manqué c’second, miniature battement qu’tu peux entendre doucement dissimulé en elle. « Oui, oui, j’arrive à l’entendre! » qu’tu dis enfin, la voix brillant d’émerveillement.

Elle t’offre une chaste baiser, s’éloignant tout juste pour déposer son front contre le tien. Tu gardes une main sur son estomac, l’autre retourne au creux d’son dos pour la tenir la plus proche possible. « J'voudrais être certaine d'plus avoir à t'quitter. » « T’peux être certaine, si c’est ton désir alors on se quittera plus. » Fermeté, avant qu’tu réalises, à la suite d’ses paroles, qu’elle parle-t-elle en conséquence d’sa discussion avec Zack Aasen. « J'suis pas sûre que le terme intéressant soit parfait, mais j'ai voulu savoir c'que Zack Aasen savait des grossesses d'immortels. Et je… » Elle se coupe le temps de reprendre son souffle, tu ne dis rien pour lui laisser tout le temps qu’elle a besoin, t’mettant à faire d’petits arabesques le long de son échine. « C'était rien de très rassurant. Y s'trouve pas de mortelles pour… témoigner de leur grossesse. En générale, elles se font littéralement… dévorées de l'intérieur. Le manque de sang finit par détruire le corps, et l'enfant c'est tout ce qu'il reste au final. » Rien de rassurant est peu dire. Tu peux pas t’retenir et tu figes, t’transformant en statue autour du corps tremblant d’Pandora. Quel horrible destin, qu’tu refuses de voir lui arriver. Il doit y avoir une solution, une façon d’la voir sortir saine et sauve de cette grossesse. « Mais il s'agit d'mortelle. Il connait pas de cas de vélanes et peut être qu'on pourrait trouver… une potion, ou une formule pour palier au manque de sang. Peut être - » C’tout c’que ça t’prends pour reprendre vie, serrant tes bras autour d’elle le plus fort que tu peux sans la blesser, glissant une trainée de baisers sur sa tempe avant de murmurer dans son oreille. « On va trouver, c’est certain qu’il existe une solution. J’irais éplucher toutes les bibliothèques du monde, j’interrogerais le double de livres que j’aurais lu s’il le faut. Et je n’doute pas que Vilde va accepter de me prêter main-forte. Tu seras sauve, notre bébé aussi. » En tant que vampire, t’sais que bien des choses qui paraissent impossibles ou bien horribles comportent une porte de sortie. Tu ne peux te permettre de penser autrement, de toute manière, car tu n’oses pas penser à c’que tu pourrais faire si tu venais à perdre Pandora.
Cette fille qui t’donne tout ce que t’veux, c’que tu croyais plus avoir droit depuis des siècles, des sentiments qu’tu pensais mort, interdit pour toi… non, rien n’pourra l’arracher à la longue et pleine vie à laquelle elle a droit. « Tu vas voir, ma Miss Panda, rien va t’empêcher d’vivre ton conte de fées. »



_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 364
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Sam 24 Fév - 17:13


Angel by the wings
@Cassian Aquila & @Pandora L. Sutherland
Cassian - « Tant qu’tu m’veux à tes côtés y’a rien qui pourra me tenir loin de toi. » C'une promesse qui m'va droit au coeur - fait exploser les angoisses et l'attente, les et si qui m'font garder les yeux ouverts la nuit, et éloigne les rêves pour d'sombres cauchemars où tout va de travers. Y a plus de possiblement - de ceux qui tord l'estomac et m'fait sentir seule malgré les autres. J'peux pas être de mauvaise foi, d'dire que j'ai été seule face à ce mois à attendre, à penser, à réfléchir, à craindre - surtout à craindre. Y a Raven et Rhaegar qui m'laissent pas longtemps dans l'noir. Mais c'est rien comparé à la présence lumineuse d'Cassian Aquila. Rien comparer à ses mots, ses promesses, cette douceur dans sa voix qui m'fait voler des papillons dans l'bide.
Y a pas qu'ça, quand il se penche sur ma bouche et qu'on s'perd un temps contre l'un et l'autre, c'est un feu d'artifice, une flamme vive qui reprend ses droits - m'fait perdre la tête ou la raison pour juste être lui et moi. C'un doux rêve celui-ci, j'ose juste espérer qu'le soleil se lèvera pas d'si tôt. Alors autant être sûre qu'il s'trouvera rien pour assombrir cette nuit lumineuse.
Cassian - « Jamais tu n’seras stupide- et si jamais quelqu’un oserait s’méprendre et t’attribuer cette insulte, tu m’le dis. Faut bien avoir des avantages d’avoir un petit-ami vampire. » Petit ami. J'reste surprise - l'explosion d'joie dans le ventre me fait prendre rater la suite de la phrase - ou l'reste en vrai. Y a juste ca qui résonne, et mon visage qui s'barre d'un flamboyant sourire. Avant de l'attirer plus contre moi - encore - l'regard qui lâche pas l'sien.
Cassian - « Plus de secrets, non. T’en auras pour des décennies à entendre d’nouvelles histoires me concernant- beaucoup sont loin d’être immaculées. »
Pandora - « Des histoires de mon petit ami hm ? » J'demande en m'souciant peu d'être maculée ou immaculée - d'sang qu'il a fait couler ou qu'on lui a fait couler. J'doute pas qu'il s'en trouve de sombres, d'histoires, comme il fait partie d'ceux qui occupent les cauchemars comme créature - mais j'veux le prendre lui, entièrement. « J'vois que des avantages à t'nommer ainsi. Et qu'importe combien tu t'traine de sombres souvenirs - j'te veux entièrement, sans concession. » C'une promesse - promesse sur promesse sous la lueur de la lune. C'est irréelle - vivre un instant d'éternité comme dans les romans. Mais pour de vrai - c'un instant magique.

J'voudrais jamais quitter ses lèvres- jamais l'quitter lui. Et m'perdre entre ses bras quand ils se referment autour de moi. J'voudrais, parce que j'ai le sang qui boue dans les veines, et envie d'oublier encore qu'il se trouve un monde hors des murs de la bibliothèque. C'trop simple - vraiment - d'oublier. C'trop simple de se perdre dans la nuit dans l'étreinte du vampire. C'trop simple - de vouloir juste cela pour le restant de nos jours. Et pourquoi pas après tout ? Dans un conte il s'trouve pas d'mon extérieur à l'amour des amants retrouvés.
Cassian - « Si tu veux, après avoir discuté on pourrait au moins s’appliquer à rien n’faire d’autre de la nuit. »
Pandora - « Idée brillante. »  dis-je avec un sourire sur les lèvres, à profiter de ce moment - l'instant présent qui s'passe dans les orbes brillantes de Cassian Aquila. Qu'elles brillent depuis toujours, ce soir elles s'posent sur moi comme pour me posséder, et j'en frissonne d'toute part à l'idée d'être à lui d'nouveau.
Nous trois - en vrai - parce que la conversation elle s'glisse évidemment vers mon ventre qui va s'arrondir. A moins que ca ait d'jà commencé. Peut être- sans doute - mais comme j'le vis chaque jour je crois être la dernière à en prendre conscience. A la place j'cherche des réponses, pour que ca grandisse au mieux - trouvant auprès de Zack Aasen. Et c'sentiment d'être exceptionnelle sous ses yeux de scientifique m'fait sourire - pas Cassian. Lui il a l'regard dur presque consterné.
Cassian - « Si c’est ce qu’il croit, j’vais devoir avoir une petite conversation avec lui. Hors de question qu’il t’voit comme un sujet d’études. Malgré qu’ça soit la première fois qu’il voit ça et qu’on doit savoir quoi faire… t’es pas une expérience. » C'est nouveau - c'une vague de chaleur qui m'envahit d'toute part, quand j'réalise que j'suis pas seule. Que j'suis plus seule - qu'je suis une gamine de seize ans complètement pommée. Dans les bras de son amant immortel - qu'il se dresse entre le monde est moi comme un bouclier qui se laissera pas détruire. Jamais. Il est là, glorieux, avec son regard sévère, et la promesse d'rappeler à Zack qu'je suis pas juste un morceau de viande - qu'je suis à lui.
Pandora - « J'suis pas une expérience… mais c'est nouveau. Et je… Tu as confiance en lui ? Je sais pas à qui me fier dans cette histoire et Zack était… Là. Proche. »  J'explique - comprenant vite qu'à deux on est plus fort, alors autant jouer ensemble. Autant être ensemble, équipe soudée devant ce qui doit être fait, décidé, discuté.

Vilde - elle s'glisse dans la conversation, plus tendrement. Vilde c'était un moment d'souffle, d'air, de confiance. Un moment à penser que tout n'est pas si dramatique, qu'il suffit d'un temps pour que tout s'arrange. Que ca serait simple - et la preuve en est qu'elle avait pas tord, la vampire. La preuve en est - sans doute - que j'dois pas être très raisonnable à m'être abandonnée aux confidences avec elle. Autant qu'elle avait moi -
Cassian - « J’peux pas dire que je sois surpris. Ça a dû lui faire plaisir d’te parler avec franchise. » J'souris - opinant alors qu'El reste viens naturellement - qu'eut être il va l'dire son passé. Il la promit une fois déjà, mais c'est plaisant d'pouvoir le redire. Le dire et le redire - pour être sûre que c'est pas un rêve qui suit pas de logique. Au contraire - tout s'met en place si simplement que ca donne le tournis.
Cassian - « Un jour, je t’en raconterais tous les détails, autant qu’tu veux en savoir. Je- je n’voudrais pas te terrifier avec certains détails non plus. Mais en attendant, j’peux tout te dire des vampires- c’que t’en ignores encore, en fait. »
Pandora - « J'crois qu'il m'en faut beaucoup pour me terrifier. Mais j'veux rien brusquer - tu me le diras quand tu le voudras. Et du reste - j'suis pas tant savante au sujet des vampires. Entre ce qui s'murmure et la vérité, j'ai appris qu'il y a un fossé. »  J'dis en glissant mon doigt contre sa joue, l'fixant en détails, comme toujours, parce que j'peux pas m'empêcher d'toujours vouloir savourer sa beauté élégante. « J'sais juste qu'vous êtes immortels, fan d'hémoglobine, et … pour ta part, d'une beauté hypnotique. »  J'dis avant de - avant d'avouer qu'Vilde la chose qui m'a l'plus marqué c'est pas tant l'fait qu'elle soit vampire. Mais qu'en tant que tel elle puisse entendre ce qui grandit en moi.
Cassian - « Vraiment? » J'opine une fois encore, avant d'le voir qui se glisse contre mon ventre. D'rester en arrière pour qu'il puisse s'poser sur ma peau froide, une main sur ses cheveux pour le caresser distraitement - sans même y penser comme c'est ainsi que j'veux agir avec lui. Et un moment rien n'se passe jusqu'à ce - il s'relève avec plus d'vie dans le regard que jamais. Badoum badoum. L'coeur qui s'agite.
Cassian - « Oui, oui, j’arrive à l’entendre! » Et y a rien d'plus magique dans ce monde qu'El visage de Cassian à ce moment. C'moment où tout s'arrête pour y avoir qu'lui, et nous - son bébé et moi. Nous trois, vivants, tous avec l'coeur battant dans les veines.
Pandora - « Y a rien d'plus réel que ca. »  j'ajoute avec une main sur la peau encore plate.

Cassian - « T’peux être certaine, si c’est ton désir alors on se quittera plus. » Une fois encore - une promesse encore - répétée pour plus d'franchise, plus d'réalité, pour qu'il soit plus possible de l'ignorer, d'aller à l'encontre. mais y a des choses qu'les mots peuvent pas empêcher. Quand c'pas tant le désir qu'la fatalité qui se glisse au milieu. L'fait que pas une mère soit encore là pour témoigner d'sa grossesse, ou qu'il risque d'y avoir plus d'complication qu'on l'veut bien. L'fait qu'au bout c'peut être juste la mort - pour moi. Et pour Cassian, notre enfant.
Puis soudainement il est autour de moi - et j'me retrouve à l'serrée par son t-shirt que je prends entre mes poings. j'le sers - pour l'avoir contre moi plus fort, plus étroitement. Le garder comme ca longtemps. Inspirant profondément son parfum, le nez perdu dans sa poitrine, et une grimace plus douloureuse qui s'forme - la peur qui m'entrave, l'angoisse atténuée par la proximité de Cassian. Et il a ce pouvoir, apaisant, son mon esprit qui semble enfin s'calmer.
Cassian - « On va trouver, c’est certain qu’il existe une solution. J’irais éplucher toutes les bibliothèques du monde, j’interrogerais le double de livres que j’aurais lu s’il le faut. Et je n’doute pas que Vilde va accepter de me prêter main-forte. Tu seras sauve, notre bébé aussi. »
Pandora - « J'suis là pour aider aussi - comme Rhaegar. C'juste… »  J'inspire profondément, fermant les yeux sans bouger pour autant. « J'suis terrifiée. Maintenant que je t'ai avec moi j'veux pas m'dire que c'est pour un temps limité… » J'avoue - pas d'secret, c'une franchise totale.
Cassian - « Tu vas voir, ma Miss Panda, rien va t’empêcher d’vivre ton conte de fées. »
Pandora - « Notre conte de fées - t'as l'droit à ton happy end aussi. »  J'souris contre lui avant de me retirer, restant au plus proche de lui malgré tout - l'embrassant pour sceller cette promesse, les bras qui trouve son cou rapidement pour l'serrer contre moi. Et c'pas un baiser chaste ou passionné - c'plus profond. C'nouveau, c'est - c'est vrai, magique, pur - j'sais pas. C'est plus tendre, et prometteur, empli d'sentiments.
Pandora - « J'ai la tête qui cogne. Y a tellement d'choses… a faire encore. A décider. J'dois l'dire à mes parents - ils savent pas encore. J'pas pu leur dire. Et puis … J'sais pas si j'pourrais revenir à Poudlard l'an prochain. Ou toi - j'veux dire… Si ca doit s'savoir tu risques quoi ? » 




_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air. - enceinte 4 mois

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 169
Date d'inscription : 15/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Lun 9 Avr - 7:26


angel by the wings
@Pandora L. Sutherland & Cassian Aquila (pandossian)
Le mot t’échappe, alors qu’vous venez à peine d’vous retomber dans les bras. Mais ça t’semble le minimum qu’vous pouvez être à présent qu’elle t’confirme vouloir d’toi dans sa vie, dans leur vie. Ça sera la tienne aussi, sur une route lumineuse de bonheur et rien pouvoir venir l’gâcher. Un jour, peut-être, Pandora acceptera de devenir plus, bien que t’as jamais eu envie auparavant d’te lier pour toujours à quelqu’un- pas par les liens sacrés du mariage, pas depuis qu’tu marches la Terre en tant qu’mort immortel.
Pandora Sutherland. Juste ces deux syllabes t’font monter les côtés d’la bouche, t’laissant presque souffrant d’sourire autant- t’peux pas t’souvenir la dernière fois que ça a été l’cas. Elle dit rien cependant, t’sais pas si c’parce que tu sors ça d’nulle part… non, tu sors ça d’nulle part, alors positif ou non, c’normal qu’elle prenne quelques respirations avant d’réagir. Alors t’fais que continuer sur ta lancée, assurant que t’en auras pour des décennies à tout lui raconter. « Des histoires de mon petit ami hm ? » T’laisse ton sourire s’agrandir, avant d’lentement hoche la tête, l’interrogeant des yeux quant à savoir si elle désire autre chose. « J'vois que des avantages à t'nommer ainsi. Et qu'importe combien tu t'traine de sombres souvenirs - j'te veux entièrement, sans concession. » T’attrape entre tes doigts son visage, t’rapprochant juste pour t’assurer d’plus jamais voir quelque chose s’immiscer entre vous. Tu l’englobes d’tes bras, pouvant pas accepter d’être loin d’elle alors qu’tu t’retrouves noyé sous une vague d’émotions.
T’étais dans une barque, perdu en mer au milieu d’un tempête, impossible d’trouver terre. C’comme ça qu’tu t’sentais avant d’la voir revenir vers toi, faire disparaitre tout morceau orageux pour laisser qu’le soleil- sauvé. Elle t’sauve, à chaque regard, chaque sourire.

« Idée brillante. » qu’elle confirme. Idée brillante d’vous retrouver qu’tous les deux pour toute la nuit, à n’rien faire d’autre que de profiter de la présente de l’autre près d’soi. Tu t’sens apaisé, enfin, finalement libérer d’un poids qu’t’avais pas réalisé subir sur tes épaules. Si tu peux ressentir la douleur au même titre que les vivants, ta facilité à guérir vite fait en sorte que ta résistance est meilleure, ta souffrance souvent bien moins longue. Mais c’était une torture, d’pas avoir de nouvelles d’ta blonde radioactive, d’la savoir si proche dans c’château sans aller la voir. Une torture enfin terminée, et qu’tu auras plus besoin d’subir à nouveau.
Ta bulle d’joie est cependant refroidie quand elle t’parle de Zack, laissant sous-entendre qu’il s’fera un plaisir d’étudier sa grossesse. C’qui est hors de question- tu veux bien croire que c’est un cas unique dans une vie, c’est excitant, mais on parle de ta petite-amie et votre bébé. T’as pas l’intention d’laisser Aasen faire n’importe quoi, risquer la sécurité et la santé de l’un ou de l’autre, même s’tu sais que c’difficile de préparer l’coup quand on ignore c’qu’on fait. C’que t’aurais besoin de trouver, c’est un spécialiste d’ce genre de situations… bien que tu doutes que ça existe, ou bien ledit spécialiste a jamais voulu s’faire connaître pour une raison qu’tu trouveras à jamais stupide comme vous en auriez besoin d’lui en c’moment. « J'suis pas une expérience… mais c'est nouveau. Et je… Tu as confiance en lui ? Je sais pas à qui me fier dans cette histoire et Zack était… Là. Proche. » T’essaie d’adoucir les traits d’ton visage pour pas l’inquiéter pour rien, surtout que Zack est pas si pire qu’ça- t’es juste trop protecteur. « Zack a nous a rendu un énorme service, à Vilde et moi. J’offre difficilement ma confiance, mais j’crois qu’il peut être aidant dans cette histoire. J’veux juste pas qu’il prenne des risques avec vous. J’préférerais être avec toi quand t’as à l’voir… OK? » T’veux pas non plus t’imposer mais ça t’ferais sentir plus sécure d’cette façon.

L’idée d’tout raconter à Pandora, tenir les secrets loin, c’est alléchant autant qu’effrayant. T’as jamais été un enfant d’cœur, pas avant elle. L’opinion des gens tu t’en fous, sauf du sien. Tu l’as regardes et tu t’transportes ailleurs, dans un monde bien moins sombre qui t’donne c’sentiment d’être vivant- humain à nouveau. En plus d’avoir rencontré un d’tes descendants pendant les vacances, t’es submergé par cette possibilité d’vie qu’tu avais abandonné depuis trop longtemps. « J'crois qu'il m'en faut beaucoup pour me terrifier. Mais j'veux rien brusquer - tu me le diras quand tu le voudras. Et du reste - j'suis pas tant savante au sujet des vampires. Entre ce qui s'murmure et la vérité, j'ai appris qu'il y a un fossé. » Tu souris doucement, hochant la tête pour indiquer que ça t’va. « J'sais juste qu'vous êtes immortels, fan d'hémoglobine, et … pour ta part, d'une beauté hypnotique. » Cette fois c’est un rire qui t’fait vibrer contre la plus belle blonde que t’as été eu la chance d’regarder. « C’est un bon résumé, en fait. Voilà un point qu’on a en commun, la beauté hypnotique. Mais si t’es prête à tout entendre, j’suis prêt à tout t’dire. Sur moi, sur les vampires en général. » Tout en parlant tu glisses tes doits dans ses cheveux, t’sais qu’tu te lasseras jamais faire d’ça. « Des périodes plus sombres avec ma créatrice, au récent bonheur que j’ai eu d’découvrir un d’mes descendants- j’croyais qu’il n’en restait plus aucun. J’te dirais tout d’cette vie passée, celle-là que j’vais trouver fade comparé à c’temps avec toi. » L’ton d’ta voix tremble d’aucun doute. Tu te demandes seulement ça t’prendrait combien d’temps avant d’lui avouer que tu l’aimes, car c’un coup d’foudre que t’as eu pour Pandora Sutherland. Un coup d’foudre qui s’apaisera jamais, comme chaque fois qu’tu la vois t’as l’impression d’recevoir à nouveau la foudre en pleine gueule.

C’fou, fou à quel point t’tremble d’toute part quand elle t’parle ensuite du battement d’cœur que Vilde a pu entendre. Celui d’votre bébé, l’minuscule être qui commence tout juste à s’développer. Et oui, oui t’arrives à entendre quand t’tiens tes mains sur l’ventre encore plat d’Pandora, attentif à la moindre vibration jusqu’à ce que ta bouche s’fendre dans un immense sourire. Un feu d’artifices dans ta tête, dans ton palpitant- encore. T’es pas habitué d’sentir pareil souffle de vie dans ta carcasse, mais t’es loin de t’en plaindre. « Y a rien d'plus réel que ca. » T’peux que te pencher sur sa bouche pour l’embrasser encore, sentant sa main s’faufiler entre les tiennes pour s’poser sur son ventre. « J’ai encore du mal à croire que ce soit réel. Que j’vais vraiment pouvoir être papa. J’croyais pas avoir droit à ça, ni à une fille comme toi. J’suis plus que chanceux. »
Tes bras l’englobent quand t’vois la lueur disparaitre dans ses yeux, t’as pas mal à lire l’doute. Pas d’toi, pas vraiment, c’beaucoup c’qui lui tombe sur le nez après tout. Apprendre qu’elle est enceinte, puis d’savoir qu’elle est enceinte d’un vampire- t’peux pas dire que ça t’surprenne qu’elle soit prête à braver tout ça, elle a beau sembler -et être- douce et innocente, elle a un feu en elle qu’tu lis dans ses yeux. Et t’seras à ses côtés à chacun d’ses pas pour l’aider à passer au-travers tout c’qui faut. « J'suis là pour aider aussi - comme Rhaegar. C'juste… J'suis terrifiée. Maintenant que je t'ai avec moi j'veux pas m'dire que c'est pour un temps limité… » T’serres tes bras encore plus autour d’elle en t’assurant qu’tu lui fais pas mal, glissant ton visage pour atterrir dans sa douce crinière, humant son doux parfum et t’assurant qu’tu puisses murmurer près d’son oreille. « Je m’en vais pas nulle part. J’suis bien avec toi, comme jamais j’ai pu l’être dans mes siècles d’vie. Alors tant qu’tu veux de moi, j’reste là. J’mentirais si j’disais que j’avais pas peur moi aussi, sauf que j’accepterais pas que ça s’passe autrement qu’bien- qu’en bout d’ligne on soit heureux, tous les trois. » Tu passes proche de lui demander si t’es trop enthousiasme, trop positif. Mais tu le veux tellement, c’nouvel avenir qui s’présente à toi. Tu peux pas concevoir qu’vous y aurez pas droit, qu’le bonheur va t’échapper encore une fois.

Conte de fées. C’qui t’faisais toujours rouler des yeux ou renifler d’agacement. « Notre conte de fées - t'as l'droit à ton happy end aussi. » « J’y aie eu droit la première fois qu’tu m’as embrassé, la première fois que t’as pensé vouloir m’donner autant d’toi. » qu’tu réponds aussitôt, avant d’la voir qui s’détache d’toi afin qu’ses bras trouvent ta nuque, ses lèvres les tiennes, et qu’ce baiser t’fasse trembler plus que tous les autres avant. Il s’y glisse plus d’émotions, une profondeur qui t’prend de court. Si t’avais un souffle, oui, cette fois-ci tu l’aurais vraiment perdu- en vous séparant, t’as l’impression que ta tête tourne du manque d’air, d’voir des points noirs même les yeux ouverts.
« J'ai la tête qui cogne. Y a tellement d'choses… a faire encore. A décider. J'dois l'dire à mes parents - ils savent pas encore. J'pas pu leur dire. Et puis … J'sais pas si j'pourrais revenir à Poudlard l'an prochain. Ou toi - j'veux dire… Si ca doit s'savoir tu risques quoi ? » Tu restes silencieux une minute, sans la quitter des yeux toutefois. Tu ne sembles pas capable de te départir d’ton sourire depuis que ta Pandora t’es revenu. « J’pourrais pas garder mon poste de bibliothécaire. C’était sympa, mais pas nécessaire. Monétairement, on aura pas besoin de s’inquiéter. Au besoin, j’pourrais rester à la maison ou travailler, à ta convenance. » qu’tu dis d’un ton qu’tu veux léger, car ce sont toutes des alternatives qui t’irais parfaitement. « Pour ton retour l’an prochain, ça sera plutôt à toi d’voir comment tu le sens. Tu peux étudier jusqu’à ce que la grossesse te le permette plus, ou faire l’école à la maison pour ta septième année. Quant à tes parents… » Tu grimaces, car c’qui est vrai c’est que tu anticipes de les rencontrer. Des vélanes, même s’ils n’le se sont qu’à moitié, en colère n’est jamais bon, surtout pas quand leur colère es tournée vers c’vieux vampire qui a engrossé leur fille. « J’peux être avec toi, ou pas. T’attendre dehors, ou dans ton placard. » Tu lui fais un sourire qu’tu veux rassurant, bien qu’tu sois incertain de l’être entièrement.

T’passes la langue sur les lèvres avant d’te redresser, jetant un rapide coup d’œil autour d’vous. « Tu veux rejoindre mes appartements? On s’y rend d’la bibliothèque, et on y serait plus confortable pour discuter. »


_________________

castle in the sky
a monster that refused, sometimes, to behave like a monster. when a monster stopped behaving like a monster, did it stop being a monster? did it become something else?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 364
Date d'inscription : 11/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   Mar 10 Avr - 22:55


Angel by the wings
@Cassian Aquila & @Pandora L. Sutherland
Petit ami, petit ami - ca sonne juste, mais pas totalement vrai. Ca sonne doux, dnas mes pensés, en écho d'sourire pour un avenir à deux. A deux - ou trois plutôt; comme on se sert là dans l'obscrurité de la bibliothèque. C'est doux, chaleureux, réconfortant - c'est une place que j'veux plus jamais perdre. C'une place qui est à moi seule - j'le sais, j'le sens. J'veux pas être ailleurs, jamais, dans les bras d'Cassian y a tout qui prend sa logique, qui trouve sa place - j'sais pas l'dire autrement, j'me contente de le ressentir qui palpite au plus profond d'moi. J'me sens fondre dans son regard, sous ses gestes, ne m'inquiétant plus d'me tenir convenablement, ou d'faire ce qui doit être fait. C'qui est juste ou logique - y a plus de place pour cela. Y a que d'la place pour nous trois. Et les inquiétudes s'font voler d'un geste gracieux, ou d'quelques paroles de mon - petit ami . « Zack a nous a rendu un énorme service, à Vilde et moi. J’offre difficilement ma confiance, mais j’crois qu’il peut être aidant dans cette histoire. J’veux juste pas qu’il prenne des risques avec vous. J’préférerais être avec toi quand t’as à l’voir… OK? » « J'aurais rien à redire à ca, bien au contraire. J'préfèrerai que tu sois là aussi - c'moins terrifiant. » - et si j'peux avoir un mot à dire j'voudrais qu'il soit là constamment. N'avoir plus à m'confronter au monde sans lui - pas forcément contre, mais au moins savoir qu'lui il est là. Qu'il a l'droit de s'y trouver, qu'il veut s'y trouver. Place d'petit ami, d'papa - j'sais pas quoi d'autres encore, mais tout ce qu'il voudra.
Et y a tant d'choses à apprendre - comme être au début d'une histoire en sachant déjà qu'la fin sera belle. C'est grisant, autant qu'juste réconfortant. Y a pas d'angoisse, de peut être, ou de - et si. Et si c'était pas lui. Et si ca marchait pas. Et si on s'construisait pas d'avenir. L'avenir à nous, il s'forme déjà en rond dans mon ventre - l'avenir il s'trouve là, y a juste un nous à construire. Et s'découvrir ca m'semble une belle promesse, sans risque d'voir de choses déplaisantes. Comme l'plus lourd secret a été dévoilé - il reste quoi d'plus à craindre à présent ? « C’est un bon résumé, en fait. Voilà un point qu’on a en commun, la beauté hypnotique. Mais si t’es prête à tout entendre, j’suis prêt à tout t’dire. Sur moi, sur les vampires en général. » « J'ai pas peur d'tout entendre. » J'assure avec convictions, caressant la joue d'cet amant que j'veux toujours garder. Toujours - la mienne d'éternité qui s'trouvera avec une date limite. Mais j'vis pas à l'avenir, ou au passé - y a l'présent qui nous appartient. « Des périodes plus sombres avec ma créatrice, au récent bonheur que j’ai eu d’découvrir un d’mes descendants- j’croyais qu’il n’en restait plus aucun. J’te dirais tout d’cette vie passée, celle-là que j’vais trouver fade comparé à c’temps avec toi. » J'souris - la déclaration qui m'balance une vague d'plaisir droit dans le palpitant et m'fait sourire comme une détraquée. J'souris, l'embrasse, souris encore, et la trépignation m'ferait presque quitter mon perchoir pour lui dire d'me raconter tout maintenant - mais c'pas tant. Pas encore, ou plus tard. « J'ai hâte d'tout entendre, alors. D'tout connaitre de toi - d'ce descendant, aussi. Un autre - du coup. » Qu'je dis en caressant toujours l'ventre rebondit - cette promesse.

De magnifiques promesses.
Comme celle qui grandit en moi. Celle qui s'forge à deux. Celle d'le garder dans l'creux de mes bras. Celle d'être là pour lui - d'le garder pour moi. D'être sienne aussi. Promesses - « J’ai encore du mal à croire que ce soit réel. Que j’vais vraiment pouvoir être papa. J’croyais pas avoir droit à ça, ni à une fille comme toi. J’suis plus que chanceux. » Ca tambourine dans ses tympans quand il réalise que c'est réel. Ca tambourine dans mon palpitant quand j'vois son sourire fendre son visage d'une pure joie. Et il regrettera pas - jamais. J'le sais, j'le vois. Il peut pas - tout comme moi. Y a pas moyen de regretter d'vouloir être parents - papa, et maman. « On est chanceux à deux - j'croyais pas pouvoir m'trouver l'amour aussi jeune, vraiment. » Bien qu'je garde le sentiment de l'avoir attendu longtemps. J'suis heureuse d'pas attendre plus - j'suis heureuse d'pouvoir le vivre intensément aussi tôt. D'avoir plus qu'une vie devant nous - d'belles années à deux, à trois - ou plus. D'belles années à dessiner sur l'avenir. Le peindre d'milles couleurs de vie, ensemble. « Je m’en vais pas nulle part. J’suis bien avec toi, comme jamais j’ai pu l’être dans mes siècles d’vie. Alors tant qu’tu veux de moi, j’reste là. J’mentirais si j’disais que j’avais pas peur moi aussi, sauf que j’accepterais pas que ça s’passe autrement qu’bien- qu’en bout d’ligne on soit heureux, tous les trois. » J'veux - j'veux ca, lui, et moi. Nous trois - j'peux pas l'dire avec des mots plus éloquents que les siens, m'contente de me hisser jusqu'à ses lèvres pour l'sceller ce pacte d'avenir. Le sceller, gémir contre ses lèvres, l'entourant de mes bras pour n'pas l'avoir loin. Et j'sens l'enflammer - l'désir de lui.

Lui offrir son happy ending comme il y a droit. Comme l'roman la belle et la bête, y a jamais écrit qu'la bête crève seule - et j'veux pas qu'il pense s'réduire à cela. J'le veux heureux - pas juste m'offrir à moi c'bonheur, mais l'garder pour lui. « J’y aie eu droit la première fois qu’tu m’as embrassé, la première fois que t’as pensé vouloir m’donner autant d’toi. » « J'suis pas sûre d'avoir perdu beaucoup d'temps à penser - j'plutôt agis comme l'coeur m'en disait, et mon coeur gueulait ton nom. » J'dis avec un rire d'innocente enfant sur les lèvres; Penser c'pas une chose que je fais souvent - ou alors j'le fais quand il faut pas. Quand il s'agit d'vivre l'instant intensément, l'cerveau se met en veille pour n'avoir qu'le coeur qui tambourine le rythme de l'existence.
Celle là qui est chamboulé - la sienne autant qu'la mienne, et je m'en rends compte bien. Y a tout à décider, et à présent dans ses bras c'plus simple de pouvoir m'y perdre. M'perdre dans les questions, les angoisses, les et après - parce que ca s'pense, mais comme dit Maman - la solution s'présente, sinon c'est qu'il s'trouve pas de problème. « J’pourrais pas garder mon poste de bibliothécaire. C’était sympa, mais pas nécessaire. Monétairement, on aura pas besoin de s’inquiéter. Au besoin, j’pourrais rester à la maison ou travailler, à ta convenance. » A la maison. j'opine - mais j'sais pas quoi penser de cela. Ma convenance - j'en ai pas. J'pas réfléchis à tout cela, comme je pensais pas que ca arriverait aussi tôt. C'trop tôt. Vraiment. « Pour ton retour l’an prochain, ça sera plutôt à toi d’voir comment tu le sens. Tu peux étudier jusqu’à ce que la grossesse te le permette plus, ou faire l’école à la maison pour ta septième année. Quant à tes parents… » Mes parents - j'grimace parce que j'veux qu'ils sachent, et comme j'prends déjà des formes il est grand temps. J'sais pas pourquoi si vite d'ailleurs - c'est angoissant, aussi ca. « J’peux être avec toi, ou pas. T’attendre dehors, ou dans ton placard. » « J'crois pas qu'il le faille. »  J'dis avant d'me redresser pour pas qu'il s'méprenne. J'voulais pas le dire comme ca - l'claquer dans l'air. J'prends son visage entre mes mains et l'regarde dans les yeux. « J'veux dire... Un vélane en colère c'est pas beau à voir. Et mon père... s'ra pas beau à voir. J'doute pas - j'veux pas qu'il s'en prenne à toi, alors j'leur dirais d'abord. Puis... Puis j'te présenterai. Sans doute cet été si... Si t'es ok ? »  J'demande - et une chose à la fois, déjà j'peux penser à ca.

« Tu veux rejoindre mes appartements? On s’y rend d’la bibliothèque, et on y serait plus confortable pour discuter. » J'opine, sautant d'mon perchoir pour finalement lui prendre la main et l'suivre - j'sais le chemin pour m'y être rendue la première fois. J'le laisse m'guider cependant, nous enfermant dans l'appartement pour n'être que nous deux. Entourés d'ses grimoires, et ses parchemins rayés d'encre noire. « On va dire une problème à la fois. Déjà mes parents. Puis - puis la grossesse. Et pour Poudlard, et... la suite. On verra quand il faudra. Si on peut l'faire comme ca ? » J'suis sûre d'rien, m'trouvant assez fatiguée - mais apaisée - pour m'faire mon propre chemin dans les lieux, et trouver d'quoi faire chauffer un thé. « Et un prénom - ou des prénoms. Fille ou garçon - J'ai tenté d'y réfléchir mais sans toi... sans toi ca donnait rien. » 




_________________

there is no shadow without light
There are darknesses in life and there are lights, and you are one of the lights, the light of all lights. I am longing to be with you, and by the sea, where we can talk together freely and build our castles in the air. - enceinte 4 mois

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: angel by the wings (pandossian)   

Revenir en haut Aller en bas
 
angel by the wings (pandossian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « It’s not the wings that makes the angel. »
» Les faits et gestes des Wings.
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» Blaue Angel
» [Musical Halloween] premier tour [Magisterockers VS Evil & Angel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Quatrième étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: