AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Jeu 9 Nov - 23:39


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
Quand tu sors du Ministère de la magie t'as mal partout - t'es prise de courbatures dans les muscles de ton dos, de ses bras, de tes jambes; t'es presque prête à transplaner chez toi et t'oublier sous la couette, sauf que c'est pas de ton genre. Et chez toi, à présent, c'est le lieux où t'es seule. Seule face à la mort tragique de ton fiancé - tu grinces des dents, encore agacée à avoir eut à jouer la comédie de la veuve épleurée toute la journée. Il a bien fallut que tu clâmes ton innocence, sauf que tu gueule pas toi, alors t'es restée la tête haute et fière, et t'as répondu du mieux qu'tu pouvais aux questions. T'étais en Italie, au moment du meurtre, avec un amie d'Poudlard. Un ami d'enfance - Cosimo - t'as glissé son nom, en faisant taire la voix qui t'rappelle que c'était deux jours avant que tu l'as quitté justement. Que depuis tu sais pas où il est. Que depuis t'as plus eut de nouvelles.
Ils ont pas usé de Veritaserum parce que t'es une Bulstrode, doublée d'une Avery, et qu't'es avocate - alors ils savent que c'est pas simple de jouer avec toi, et d'aller trop loin. Ca les a pas empêcher de te garder longtemps. Trop longtemps pour ton propre bien. T'as coopéré, mentant du mieux que tu pouvais.

Et là t'es dehors, t'as l'air froid qui te fouette le visage, et tu te sens trop épuisée pour transplaner. Le risque de te désarticulage est bien présent, alors c'est à pied que tu t'enfuis - tu marches dans Londres avec Cosimo en tête, sachant pas où il se trouve. Et depuis le meurtre de Théodore t'as eut l'impression que tous les regards étaient tournés vers toi, suspicieux. Ceux du monde, et ceux d'la famille Avery aussi. Enfin, surtout Emily qui t'gueule que t'es coupable. Tu doute que Cassandra s'amuse à cela, en vrai. Et pour tout dire, t'es capable de te protéger. Mais tu sais qu'à présent ils vont chercher ailleurs, et tu veux pas qu'ils trouvent Cosimo - tu l'veux pas parce que tu l'as toujours bien caché dans ton existence, et que t'as ce foutu mauvais pressentiment. Après tout il a disparu, et t'as pas cherché à le recontacter. Deux jours après t'étais veuve, lui disparut, et depuis deux jours encore rien entre vous. Tu sais pas où il est même si t'as envoyé un hibou tard dans la nuit de la veille pour lui dire trois simples mots : Théodore est mort.
Tu tourne dans l'Allée des Embrumes pour prendre un plus court chemin vers l'appartement - c'est là alors que t'as le sentiment que t'es suivi. T'as ce sentiment, mais tu traine pas la patte, allant toujours bon train avec tes talons qui claquent sur le pavés. Tu le sens pas loin, alors tu tourne dans un coin - tu tourne, et quand la silhouette apparait, tu l'accule contre un mur et sort ta baguette pour éclairer son visage d'un Lumos chuchoté.
Sarah - « Qu'est-ce qu-COSIMO ! » Il est là, soudainement devant toi. Et t'peux pas t'empêcher de te sentir rassurée. Tu sais pas pourquoi - peut être parce que tu t'es dit qu'après Théodore, c'est son corps à lui qu'on te ramènerait. Mais il se trouve là, et t'es heureux de ca.
Sarah - « T'étais où ? Et qu'est-ce que tu fais là à trainer dans l'allée des Embrumes ? »


_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 12 Nov - 23:12

Sarasimo
BloodSteam
C'est un autre verre de whisky qu'il commande en levant le bras, vers la serveuse qui hésite un instant. C'est le patron qui vient vers lui et qui lui dit qu'il a assez bu, qu'il doit rentrer chez lui après avoir payé. Cosimo râle et en demande un autre de verre mais sans succès, le patron à l'air sévère hoche la tête de gauche à droite. Alors le professeur soupire, sort sa bourse et jette sur le comptoir du bar, une dizaine de gallion en or pur avant de se lever, d'enfiler sa cape et de quitter le bar d'un air titubant. Il a besoin d'oublier depuis deux jours et ce bar lui donne un excellent refuge où il ne rencontrera personne. L'allée des embrumes est si mal fréquentée que pour lui, un professeur de Poudlard, ça lui apporte la paix et la discrétion dont il a besoin pour boire encore et encore. Il a besoin d'oublier donc depuis deux jours il avale tout ce qui lui passe comme alcool, si bien que le patron du bar a refusé la veille et ce soir encore de le servir jusqu'au coma. Après tout un homme à moitié mort sur le bar ferait tâche pour l'établissement, non ? Sauf qu'il n'a pas assez bu pour oublier justement et que le visage de Théodore lui revient encore et encore, son visage sans vie, son regard vitreux et le sang s'écoulant de sa tête ouverte, de son crane brisé où s'échappait son essence de vie. Il a perdu la tête Cosimo ce soir là et c'est la colère qui l'a guidé.

Sarah venait de se marier avec Théodore et ce dernier avait été tatoué la veille, pour l'honneur des siens. Et Cosimo était sorti pour boire un verre, juste un, se détendre et avaler la pilule que représentait ce mariage pour lui. Sauf que Théodore avait bu comme un trou, qu'il est venu parler à Cosimo et que comme toujours il est venu se plaindre, chouiner, râler, jusqu'à devenir violent. Et un duel c'est engagé dans une ruelle sombre de l'allée des embrumes, là où il traîne à ce moment même. Il n'avait pas l'intention de le tuer au contraire, c'est juste que le sort l'a envoyé loin sur le trottoir et que sa tête a frappée contre une rambarde, lui ouvrant le crane et le tuant en quelques secondes. L’italien s'en veut évidemment, car ce n'était pas prémédité. Et depuis il s'oublie dans la boisson, comme si il pouvait effacer ce qui c'est passé. C'est en traînant dans une des allées qu'il sent un parfum qu'il reconnaît. Et il se met à le suivre, parce que c'est l'odeur de Sarah et qu'il la reconnaîtrait entre toutes. Sauf qu'il n'est pas discret et que bientôt elle se tourne vers lui et le plaque contre un mur. « Qu'est-ce qu-COSIMO ! » Qu'elle hurle alors qu'il lève les mains, montrant qu'il ne tient pas sa baguette. « T'étais où ? Et qu'est-ce que tu fais là à trainer dans l'allée des Embrumes ? » « Je... Je sais pas. » Qu'il dit en regardant autour de lui sans voir, haussant les épaules avec un air des plus idiots sur le visage. « J'crois que j'essaye de fuir mes pensées. »

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Sam 18 Nov - 1:44


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
Y a le soleil qui tombe au-dessus de ta tête, mais la ruelle s'trouve déjà dans une inquiétante obscurité. C'est toujours dans ce genre de moment qu'il est plus facile de se faire des idées, de s'imaginer des choses plus terribles qu'elles le sont vraiment. Ces derniers temps t'as eut une fourbe tendance à la paranoïa, et t'as du mal à maintenir tes émotions. Alors quand tu t'sens suivie, tu t'imagine rapidement le pire. Surtout depuis que t'es devenue une mangemorte accomplie, et avec cet ordre révélée par la Gazette, t'as parfois le sentiment que tes crimes sont peints sur ton visage. C'est pas le cas - d'autant que t'es douée pour effacer les traces derrière toi. Mais avec la mort de Théodore, t'es devenue une cible - tu l'sais, le Ministère t'a à l'oeil. Alors t'es pas trop prudente - vraiment tu le pense.
Sauf quand tu te retrouve non avec un parfait inconnu, mais ton amant qui a du mal à te fixer. Tu reste un moment perdu, à regarder le visage défait de Cosimo. Mais tu peux pas empêcher une vague de soulagement te faire exploser la poitrine de ravissement. La dernière fois que tu la vue entre vous ca s'est mal terminé - c'est souvent le cas cependant. Cependant c'pas pour autant que t'as cessé de penser à lui. Il a que rarement quitté ton esprit, en vrai, d'autant depuis ton retour en Angleterre et l'annonce de la mort de ton mari. T'as encore du mal à penser à Théodore dans ces termes, mais tu peux que l'accepter - t'es veuve. Ca veut dire aussi que t'es libre. T'es plus sous l'autorité de ton père, et ton mari est plus là pour te contraindre à quoi que ce soit - une place avantageuse, qui explique aussi qu'tu sois sous surveillance.

Alors tu peux pas prendre le risque d'être vue avec Cosimo, encore moins quand tu comprends qu'un truc va pas. Il t'regarde pas, le regard perdu, rouge, et l'haleine qui te trompe pas - il est ivre.
Cosimo - « Je... Je sais pas. » T'arque un sourcil, quand il pose un regard perdu dans la rue autour de vous. Tu sais pas - tu comprends pas son état. Tu pensais bien le revoir, mais pas ainsi. Pas alors qu'il a l'air de plus savoir comment mettre un pied devant l'autre. Tu reste à le tenir contre le mur, toujours ta baguette pour l'observer - il semble pas blessé, c'est déjà ca. Il est juste - ivre. Ivre et mal.
Cosimo - « J'crois que j'essaye de fuir mes pensées. » Tu fronce les sourcils, de plus en plus perdu - et t'entends des pas qui se trouvent pas loin. Tu reste un moment figée, avant de voir deux sorciers passer qui posent pas de regard sur vous. Tu t'penche avec vers Cosimo.
Sarah - « Fuyons aussi ces rues, j'suis pas sereine à rester dans le coin. » Qu'tu rétorque avant de le prendre par un bras, grimaçant. Tu sais pas à quel point il est mal, alors tu t'dis que tu devrais transplaner avec lui jusqu'à ton appartement. C'est pas si loin, mais tu veux pas que vous soyez vus ensemble. « Tiens toi à moi, et m'lâche pas. » T'exige avant de faire un geste - et plop.

Vous apparaissez dans ton appartement - au milieu du salon silencieux, et tu l'lâche pour qu'il se retrouve sur le canapé.
Sarah - « Tu veux d'quoi sortir de ton état d'ébriété ou on discute alors que t'as encore l'esprit ailleurs ? » Tu demandes sachant que parfois c'juste plus simple de parler quand il est encore ivre. Il s'laisse plus aller, et t'veux savoir ce qui le met dans cet état. « Qu'est-ce qu'il se passe Cosimo ? »



_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 19 Nov - 22:16

Sarasimo
BloodSteam
C'est qu'il peut plus penser correctement Cosimo. Il a l'impression que tout tourne et qu'il pourrait s’effondrer d'une seconde à l'autre pour se réveiller le lendemain matin, les poches vides de tout liquide et la tronche de travers d'avoir dormi sur le pavé. Il ne se rend pas vraiment compte des pas qui le font suivre ce parfum qu'il connaît tant, cette odeur agréable qu'il connaît assez car il a passé ses nuits à na renifler, le nez dans la chevelure de la belle pour se droguer de ce qu'elle lui faisait ressentir. Sauf qu'il est si peu discret qu'il manque de se ramasser comme une vieille loque humaine et bien vite, c'est contre un mur que sa tête tape alors que le parfum devient obsédant, entêtant et qu'il ouvre les yeux pour tomber sur le sujet de toutes ses pensées. Et il sourit comme un bel idiot, parce qu'elle est là et que cela fait battre un peu son cœur, qui est en sommeil depuis les deux dernières journées. Depuis que la bouteille est devenue son alliée et qu'ils ne se lâchent plus l'un et l'autre, s'avouant un amour durable et une bonne entente qui ne se brisera jamais. Elle lui dit de fuir les rues car elle n'est pas tranquille et il ne répond que d'un grognement avant de sentir la belle lui attraper le bras, en lui disant de ne pas lâcher. « Juré Cap'tain ! »

Qu'il dit avant que la sensation ne remonte en lui et qu'il n'ouvre les yeux sur un salon qu'il connaît vaguement, pour avoir commencé à lui faire l'amour sur le tapis à même le sol. Il se laisse tomber sur le canapé dans un soupir lourd avant de se passer une main dans les cheveux. « Tu veux d'quoi sortir de ton état d'ébriété ou on discute alors que t'as encore l'esprit ailleurs ? » Il lève le regard vers elle et la regarde un moment. « J'veux bien de quoi sortir, s'il te plaît. » Qu'il dit d'une voix pâteuse avant de fermer les yeux, agressé par la lumière qui brûle sa rétine. « Qu'est-ce qu'il se passe Cosimo ? » « C'est moi qui l'ai tué. » Qu'il lâche de but en blanc, comme si cela le soulageait de le dire de cette façon. Et aussitôt il sent un poids s'ôter de sa poitrine et s'envoler. Des jours qu'il garde l'information, qu'il se tait. « Théodore, c'est moi. » Qu'il rajoute douloureusement, comme si il allait à tout moment perdre une part de lui même. Mais on ne dit pas que tuer ôte un morceau d'âme justement ? Si, c'est un fait et Cosimo jurerait qu'il a senti un bout de lui même le quitter en même temps que la vie s'échappant du corps inerte de Théodore.

« J'avais bu et il est venu me voir. Il est venu se plaindre, il était ivre... Il n'arrêtait pas de me provoquer, je n'ai pas supporté de l'entendre parler aussi mal de toi. Il se plaignait alors que sa place, j'aurais tout donné pour l'avoir justement. Et on a commencé à se battre avant que je ne l'envoi contre un mur. Il est retombé sur le trottoir, l'arrière de sa tête est venue se fracasser contre le trottoir, il est mort sur le coup apparemment. » Qu'il dit le regard dans le vide, l'aveu douloureux, la nausée au bord des lèvres. « J'ai tué ton mari, je suis désolé. » Qu'il avoue enfin en levant les yeux vers elle. Il attend un jugement, quelque chose, une gifle ou bien des coups, des hurlements, des paroles, des insultes mais pendant un instant rien ne vient et il darde son regard sur elle. La crainte se lit dans les expressions de Cosimo. Alors il attend, car elle tient sa vie entre ses mains.

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 26 Nov - 21:46


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
T'as le coeur qui bat trop fort, dés que Cosimo il est devant toi. T'sais pas lui résister, tu sais pas te contrôler. T'as beau avoir été en colère contre lui lors de votre dernier entrevue, t'as le sentiment que ca fait trop longtemps, et que l'manque de lui te faire oublier le reste. C'est le cas - du reste - parce qu'à le voir aussi mal y a rien d'autre qui compte que lui. Qu'prendre soin de lui, que de l'avoir avec toi. Juste avec toi, et pas penser à la journée que t'as passé au Ministère, ou aux regards scrutateurs qui se tournent vers toi depuis la mort de Théodore. T'veux juste être avec Cosimo, et à défaut d'pouvoir te sortir des emmerdements où ton mari mort t'as foutu, t'peux au moins prendre soin de ton amant.
Cosimo - « Juré Cap'tain ! » T'lèves les yeux au ciel à l'injonction - quand il est ivre il a tendance à dire c'genre de choses stupides. C'était pas rare à l'école, qu'il boive trop, et qu'il finisse sa soirée à tes côtés. Même durant les vacances, quand vous aviez l'même groupe d'amis. Pas que t'en ai eut beaucoup, des amis, mais quand t'pouvais profiter des mêmes que Cosimo tu accumulais les soirées, et les nuits dans ses bas. Même s'il était ivre, et sortait des phrases qui faisaient pas d'sens pour toi.

Tu l'amènes dans ton appartement, celui que tu partageais avec Théodore, et qui s'trouve vide à présent. Tu l'fais assoir, lui laisse l'choix de sortir de son état d'ébriété ou d'y rester plonger si c'est ce qu'il voulait.
Cosimo - « J'veux bien de quoi sortir, s'il te plaît. » T'opine avant d'te lever, lui demandant en passant pourquoi il s'trouve dans cet état - c'rare qu'il le soit seul. Il boit pas seul, il boit pas seul - même si tu sais que parfois il peut en avoir envie. T'imagine - tout comme toi t'as envie de boire seule parfois. Juste pour plus avoir à penser, à penser à tout ce que t'as perdu cette dernière année.

Cosimo - « C'est moi qui l'ai tué. »

T'reste figée. T'reste figée parce que ca tombe comme une sentence. T'as la main en l'air pour prendre la potion qu'il lui faut, avant d'prendre le temps de te tourner vers lui, le fixant avec l'idée - folle - que t'ai mal entendu ce qu'il vient de dire. T'as jamais pensé à Cosimo comme un meurtrier - et soudainement tu t'demandes qui. Et t'veux pas croire - sauf qu'il te laisse pas le temps d'espérer.
Cosimo - « Théodore, c'est moi. » Tu soupires, grimaces, avant de t'approcher de lui et de lui tendre la fiole de potion pour l'sortir de son état. T'prends la nouvelle en te mordant la lèvre inférieur. tu t'savais innocente, et tu t'demandais qui - qui avait pu avoir cette brillante idée de tuer ton mari. Tu pensais pas - cependant - que tout cela prendrait une tournure si dramatique.
Sarah - « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? » t'as l'impression que c'est le seul truc que tu sais dire mais t'peux pas t'en empêcher. Tu veux savoir, tu veux comprendre - comment ton Cosimo est devenu un meurtrier.
Cosimo - « J'avais bu et il est venu me voir. Il est venu se plaindre, il était ivre... Il n'arrêtait pas de me provoquer, je n'ai pas supporté de l'entendre parler aussi mal de toi. Il se plaignait alors que sa place, j'aurais tout donné pour l'avoir justement. Et on a commencé à se battre avant que je ne l'envoi contre un mur. Il est retombé sur le trottoir, l'arrière de sa tête est venue se fracasser contre le trottoir, il est mort sur le coup apparemment. »
Sarah - « Merlin, Cosimo… » T'sais pas quoi dire - t'as pas de mal à t'imaginer la scène, sauf qu'elle tourne presque au ridicule. Théodore qui a été si fidèle à lui-même, et Cosimo qui a perdu son sang froid. C'est qu'il a le sang chaud, c'une chose que t'aime chez lui. Tu vas pas le plaindre - il t'a rendu un foutu service. L'souci s'trouve pas là.
Cosimo - « J'ai tué ton mari, je suis désolé. »
Sarah - « Sois pas désolé, ca devait arriver un jour. J'pensais juste que ca serait moi, pas toi. » T'dis avec sincérité, avant d'froncer les sourcils, et d'te tourner vers lui, secouant la tête d'gauche à droite. Et dire qu'e t'as passé la journée au Ministère à subir les interrogatoires à répétition - Merlin. « Merlin, tu pouvais pas me prévenir avant ?! J'ai passé la journée au Ministère, j'aurais pu… J'aurais pu… te délivrer un foutu alibi pour être sûre qu'ils s'intéressent jamais à toi. Pas qu'ils puissent pas vrai… » T'fronces les sourcils, avant d'te tourner vers Cosimo, d'prendre ses mains entre les tiennes.
Sarah - « T'as pas laissé la moindre preuve sur place n'est-ce pas ? Y a pas non plus de témoin ? »  Tu demandes, avec cette inquiétude - t'veux pas qu'il souffre d'la mort de Théodore, Cosimo.

Et tu t'perds un moment dans son regard, avant d'te faire plus douce, d'poser ta main sur sa joue, avec un sourire en coin.
Sarah - « Il est mort comme un lâche, à l'image du reste. C'est décevant, pas surprenant. » Tu dis en levant les yeux au ciel. « Et maintenant, est-ce que t'vas me réclamer à toi ? »



_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Mar 28 Nov - 21:25

Sarasimo
BloodSteam
« Qu'est-ce qu'il s'est passé ? » Que s'est-il passe dans son esprit oui, pour qu'il perde son sang-froid et devienne un meurtrier. Ne valant pas mieux que les sang-purs qu'il dénonce, que les mangemorts qu'il méprise au plus haut point. Ne valant pas mieux que le reste, lui le membre de l'ordre qui pensait se battre pour une cause juste mais qui au final a tout autant les mains tachées que celles des autres hommes qu'il combat. Et il a honte, tellement honte qu'il baisse la tête un instant avant de raconter, d'expliquer. Il prend la fiole qu'elle lui tend dés qu'il termine son histoire et débouche la petite bouteille en verre. Il avale trois gorgées de potion, pour enfin se sentir mieux aussitôt. La migraine le quitte et il sent son estomac faire un étrange mouvement, signe que l'alcool est déjà traité par la potion. « Sois pas désolé, ca devait arriver un jour. J'pensais juste que ca serait moi, pas toi. » Il relève le visage et la regarde, lui offrant tout de même un sourire teinté d'excuse. Meurtrier, assassin, il a l'impression que la pancarte est affichée en grosses lettres sur son front depuis des jours et qu'il ne peut pas s'en tirer comme cela. Elle vient le sermonner et il baisse le regard, se laissant attraper les mains lorsqu'elle s'approche délicatement. « Jamais ils ne sauront que c'est moi. » Répond Cosimo avec tout de même dans la voix une pointe de doute, de peur, d'angoisse. « T'as pas laissé la moindre preuve sur place n'est-ce pas ? Y a pas non plus de témoin ? »  Il bouge la tête de gauche à droite rapidement. « Personne n'était là et personne ne sait que je lui parlais. On ne pourra jamais remonter jusqu'à moi. » Qu'il dit en lâchant un soupir en même temps qu'il lâche les mains de la belle.

« Il est mort comme un lâche, à l'image du reste. C'est décevant, pas surprenant. » Elle lui touche la joue, il ferme les yeux pour également contenir la nausée qui monte en lui. Effet secondaire de la potion, il n'a pas l'habitude et cela va le rendre malade d'ici demain matin. Mais bon il est fautif, il doit bien supporter cela pour avoir les idées claires et pour tenir une conversation à peu prés normale. « J'devrais peut-être me dénoncer au ministère. J'pourrais plaider l'accident, dire que c'est une simple bagarre d'ivrogne qui a mal tournée. » Et il s'arrête aussitôt. « Laisse tomber, ce serait perdre Léana. Mauvaise idée finalement. » Qu'il dit avant de se détourner et d'aller s'installer dans le canapé, à la place qu'il occupait tantôt. La chaleur de l'appartement vient l'englober doucement alors qu'il baisse la tête et vient la poser sur ses deux mains. Fatigué, il ne dort presque plus depuis tout ce temps. « Et maintenant, est-ce que t'vas me réclamer à toi ? » Il se met à sourire, comme si il venait d'entendre une blague idiote et futile. « Tu sais bien que je ne peux pas. » Dit-il en relevant la tête pour la regarder cette fois-ci.

« Nous ne pouvons pas être ensemble. Tu le sais alors... Pourquoi tu me demandes ça Sarah ? » Demande Cosimo doucement en fronçant les sourcils. Il ne comprend pas cette question ni même ce qu'elle veut dire. Pour tout avouer il trouve ça un peu cruel même, sachant qu'ils ne pourront jamais être officiellement ensemble, qu'elle ne sera jamais sienne et qu'ils devront toujours se cacher. Ce n'est pas un problème pour lui, mais le pire vient dans la question qu'il va lui poser d'ici quelques secondes. « De toute façon, ton père va vouloir te remarier non ? » Qu'il rajoute en haussant les épaules d'un air défaitiste, refusant de se faire des idées sur ce qui va vraiment se passer. Elle va devoir épouser un autre homme, épouser un homme de son rang, de sa classe, de sa pureté. Et lorsque ce sera fait elle devra agir comme avec Théodore, comme elle aurait du le faire. Avoir des enfants et assurer l'avenir. Sauf que si Théodore était un faible, le nouveau mari ne le sera sans doute pas et lui ne fermera pas les yeux sur l'avenir, sur le fait qu'elle soit amoureuse d'un autre et qu'elle veuille vivre son idylle en toute tranquillité. Il a peur de l'avenir, il a peur de se dire qu'avoir tué Théodore annonce des mois encore plus sombres qu'il ne l'aurait pensé. Il a peur que le pire n'arrive bientôt et qu'ils se retrouvent tous les deux bloqués dans un situation impossible. Alors il ne veut pas s'imaginer un avenir qui sera avorté dés que Sarah en saura plus, dés que Sarah sera sous le couvert d'un père qui voudra la remarier.

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 3 Déc - 21:36


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
T'as le coeur dans la gorge, qui bat trop fort. L'idée se fait une place dans ton esprit, et tu tente de l'avaler rapidement. Cosimo a tué Théodore. Cosimo a tué Théodore. Tu te doutais qu'il était mort stupidement, sans doute en ayant été trop bruyant comme toujours - ou trop lâche qu'importe. A jamais savoir quand la fermer ou comment agir, il avait finit avec la gueule en sang dans l'milieu de la rue. Ca t'a pas étonné de l'apprendre - pas alors que tu étais partie quelques jours pour t'occuper du dossier de Cosimo et Leana en Italie - puis t'offrant un moment pour une mission entre mangemorts. Il a suffit de quelques jours pour te retrouver veuve. T'aurais pas cru à ta chance, mais à présent tu sais que c'est juste un mauvais hasard. Que Théodore ait trop bu, autant que Cosimo - qui lui perd rapidement son sang froid. Tu sais qu'il est brûlant d'émotions, c'est ce qui te rend accroc à lui; alors tu t'étonne pas qu'il ait fini par exploser - et exploser le crâne de Théodore au passage. Mais tu veux pas l'perdre, t'inquiétant rapidement de savoir si quelqu'un pourrait l'avoir vu.
Cosimo - « Jamais ils ne sauront que c'est moi. » T'es pas si sure - tu t'tournes vers lui pour le fixer dans les yeux, alors qu'il prend la potion qui lui remet les idées claires. Tu reste là, avec le coeur qui bat vite en imaginant le Ministère remonter jusqu'au Cosimo. T'y réfléchis - y a personne qui savait pour vous deux, ou alors ca fait une personne en moins. T'es pas sûre qu'Alienor soit déjà interrogée, ou qu'ils puissent remonter jusqu'à elle pour le moment. Alors il est en sécurité.
Cosimo - « Personne n'était là et personne ne sait que je lui parlais. On ne pourra jamais remonter jusqu'à moi. »
Sarah - « Espérons-le. Mais j'me tiendrais au courant de l'avancée de l'affaire autant que j'peux pour m'en assurer. » Dis-tu avec une voix forte - tu veux pas l'entendre te dire de pas le faire. Tu veux être sûre qu'il te sera pas arraché. Il a beau être coupable - ou pas vraiment à tes yeux - il a rien faire de condamnable pour autant. T'essaie de rester fixée sur cette idée, te concentrant autant que tu peux pour pas exploser.

Cosimo - « J'devrais peut-être me dénoncer au ministère. J'pourrais plaider l'accident, dire que c'est une simple bagarre d'ivrogne qui a mal tournée. »
Sarah - « Sérieusement ?! »  T'demande sans pouvoir te retenir de parler trop fort. T'peux pas croire que tu l'entends envisager cela - mais rapidement il reprend ses esprits et tu le vois qui secoue la tête.
Cosimo - « Laisse tomber, ce serait perdre Léana. Mauvaise idée finalement. » Tu lèves les yeux au ciel - remerciant quand même la gamine de lui faire avoir un peu de bon sens. Passant ta main dans tes cheveux, tu tente de reprendre ton souffle, riant sous cape avant de te tourner vers ton amant - ou ancien amant mais c'est pas le moment d'y réfléchir.
Sarah - « Et puis, comment tu veux continuer à jouer les héros en étant à Azkaban ? Il s'agit du meurtre d'un sang pur - légitime défense ou pas, y a rien qui te fera éviter d'y être enfermé à vie. »  Dis-tu avec un grognement dans le fond de la voix. Tu veux pas le voir enfermer - tu veux pas le voir t'être retiré. T'as toujours tout fait pour le protéger de ton monde, c'est pas pour qu'une erreur le fasse enfermer loin de toi pour toujours. Tu le veux - tu le veux pour toi, encore un peu. Encore longtemps. Pour longtemps. Tu le veux, certainement pas dans une cage au milieu de l'océan. « Tu vas pas te condamner pour un accident. Pas si regrettable de plus. » Rajoute-tu avant de lui revenir.

C'est que tu veux le sentir, t'assurer qu'il est bien là - et le garder avec toi ce soir. Tu veux que la nuit vous appartienne que tu puisse en jouir autant que tu veux. Jouir de sa présence - jouir de lui, et de ses mots qui font écho dans ton esprit. Il voudrait te réclamer comme sienne, et c'était le privilège de Théodore - maintenant alors ?
Cosimo - « Tu sais bien que je ne peux pas. » Tu le sais - mais c'est pas ce que tu veux entendre. Tu prends conscience depuis peu que t'es une femme plus ou moins libre. Si tu reste la fille Bulstrode, t'es aussi une veuve Avery - t'as l'argent de Théodore qui est à toi, t'es financièrement indépendante, et t'as plus l'autorité de ton père pour te contraindre à faire ce qu'il veut.
Cosimo - « Nous ne pouvons pas être ensemble. Tu le sais alors... Pourquoi tu me demandes ça Sarah ? »
Sarah - « J'veux t'entendre le dire que tu me veux encore. J'me fiche de l'interdit ou pas - y a juste toi et moi ici. » Qu'tu dis avec une mine capricieuse - parce qu'à ce moment c'est tout ce qui compte pour toi. Lui et toi - rien de plus.
Cosimo - « De toute façon, ton père va vouloir te remarier non ? » Tu grognes avant de poser ton front contre celui de Cosimo. Tu sais que ca lui fait du mal - ca t'en fait aussi sans doute - mais tu veux pas parler des traditions, ou de ton père. Tu veux pas être une Bulstrode, juste être Sarah.
Sarah - « C'est pas ce que je te demande. Mais puisque t'en parle - j'suis plus sous son autorité à présent. J'suis une veuve Avery, indépendant financièrement, et j'suis maitre de mon propre destin. Je reste une Bulstrode - cela dit - alors ... alors j'vais pas m'proclamer mariée avec toi demain. J'ai un sang pur à préserver. » Qu'tu dis avec cette même idéologie que t'arrive pas à renier. Mais tu t'fiche de tout cela - tu t'fiche de l'entendre se plaindre que tu es injuste.
Tu t'mets sur ses genoux, et tu tiens son visage entre tes mains, fondant dans son regard pour t'y perdre.
Sarah - « Dis moi la vérité. Dis moi que tu me veux rien que pour toi. Que quelque part t'es ravi de plus avoir Théodore dans les pattes maintenant. »



_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Jeu 21 Déc - 19:03

Sarasimo
BloodSteam
« Espérons-le. Mais j'me tiendrais au courant de l'avancée de l'affaire autant que j'peux pour m'en assurer. » C'est pas vraiment quelque chose qui l'inquiète l'affaire, pour l'instant. Son attention se tourne plus facilement sur son estomac plein d'alcool qui menace de se retourner, que sur l'affaire d'un sang-pur portant la marque assassiné. Le ministère va mettre cela sur le compte d'un combat, d'un duel entre deux opposés, d'un règlement de compte entre deux sorciers. Et nul doute clôturer l'affaire en disant que c'est le membre de l'ordre du Phoenix qui a gagné, pour pouvoir tanner dans les journaux que les mangemorts et que les membres de l'ordre ne valent pas mieux finalement, qu'ils tuent tous les deux à des degrés différents et qu'ils devraient finir à Azkaban, tous, pourrir dans les murs de cette prison froide et peu hospitalière. Dés que le ministère n'a pas la main mise sur quelque chose ils le vivent mal et en profitent pour démolir une réputation de toute façon, Cosimo a l'habitude de lire ce journal qui débaguette un flot impressionnant de connerie tous les matins. Sauf que Théodore ce n'est pas juste un règlement de compte, c'est l'explosion de la colère, des ressentiments accumulés depuis des mois maintenant.


De voir cet homme sans honneur épouser la femme qu'il aime et de venir se plaindre, que sa vie est si difficile, alors que Merlin sait qu'ils lui ont proposés un nombre impressionnant de possibilité mais que rien ne lui convenait. Non il voulait vivre sa vie au grand jour, épousant une sang-mêlée sans même se poser de question sur l'avis de sa famille. On ne peut agir ainsi lorsqu'on porte le nom des Avery. Et si Cosimo voudrait voir tout le monde vivre la vie qui leur plaît, il ne peut se résoudre à agir ainsi tant que les mangemorts et que les traditions familiales perdurent au sein des grandes familles. « Et puis, comment tu veux continuer à jouer les héros en étant à Azkaban ? Il s'agit du meurtre d'un sang pur - légitime défense ou pas, y a rien qui te fera éviter d'y être enfermé à vie. »  Pas même son nom plein d'honneur en Italie. Juste en Italie justement, car en Angleterre il n'est rien. « Tu vas pas te condamner pour un accident. Pas si regrettable de plus. » « Il ne méritait pas la mort. Pas avec un bébé à venir. » Qu'il rajoute honteusement en repensant à ce qui c'est passé ce soir là. « Mais je ne supportais plus de l'entendre geindre... » Qu'il dit plus pour lui même que pour Sarah, reconnaissant que si il n'avait pas prévu le geste, c'est bien la colère qui aura dirigée son bras.


Elle vient s'approcher et poser son front contre celui de l'Italien qui ferme les yeux et soupire, doucement. « C'est pas ce que je te demande. Mais puisque t'en parle - j'suis plus sous son autorité à présent. J'suis une veuve Avery, indépendant financièrement, et j'suis maitre de mon propre destin. Je reste une Bulstrode - cela dit - alors ... alors j'vais pas m'proclamer mariée avec toi demain. J'ai un sang pur à préserver. » La remarque agit comme une douche froide alors qu'il recule son visage pour la regarder, lui lancer un regard noir, mauvais, agressif. Il sait que les vapeurs d'alcool ne sont pas toutes parties et qu'il peut à tout moment prendre la mouche pour un truc idiot. « Alors pourquoi tu viens salir ton sang si précieux avec un sale sang-mêlé ? » Qu'il demande en lui lançant un regard, restant tendu alors qu'elle vient s'installer sur ses genoux. Il ne glisse pas ses mains sur elle et même lorsqu'elle se rapproche il ne pose son regard sur elle qu'une ou deux secondes. « Dis moi la vérité. Dis moi que tu me veux rien que pour toi. Que quelque part t'es ravi de plus avoir Théodore dans les pattes maintenant. » « J'te le dirais si tu arrêtes de me balancer en plein visage tes idéologies de sang-pure et de mangemorte, merci. Tu sais que ça m'fait hérisser les poils des bras. Quand on est ensemble, on ne parle pas de notre idéologie ni de nos idées. S'il te plaît. » Rajoute l'Italien en grognant, les dents serrées et l'envie de la pousser pour se retrouver tout seul. Parce qu'il ne supporte pas de s'entendre traiter tel un sous homme, entendre qu'elle doit préserver son sang. Qu'il est inférieur à elle. « J'croyais que j'étais ton égal, pas inférieur ni supérieur, juste ton égal. » Mauvaise foi peut-être, susceptible aussi, mais il faut savoir utiliser les mots et leur portée parfois avant de les employer, non ?

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Sam 30 Déc - 18:25


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
Cosimo a tué Théodore Avery - t'essaie de te faire à l'idée, t'essaie de faire comme si ce n'était rien, que ca faisait pas brûler quelque chose en toi de cruel. Une forme de fierté, d'orgueil à se dire que Cosimo a beau te condamner pour être une mangeotte, il est tout aussi coupable que toi - à présent. Qu'il a aussi du sang sur les mains, et de plus celui de ton fiancé. Et t'arrive pas à prendre pitié pour l'Avery décédé, t'arrive pas à te dire qu'il méritait pas cela, ou qu'il ne la pas cherchait. Qu'il n'est qu'une victime; parce qu'à tes yeux il est coupable. D'avoir été assez stupide pour ne pas jouer selon les règles, gueuler son désir de liberté plutôt que de courber l'échines, et jouer en hypocrite comme la majorité d'entre vous. Tu sais depuis petite qu'il faudrait te battre pour avoir ta place dans ce foutu monde de pureté. Dans ce monde ton nom ne jouit pas de siècles de pouvoir, Alors tu devais être parfaite pour trouver ta place dans le monde, parmi les puissants. Et t'as toujours été attirée par le pouvoir, tu peux pas le nier. Tu voulais cette place, et c'est sans doute pour cela que t'as fait le choix de faire taire ton coeur.
Mais en présence de Cosimo, comment t'es censée ne plus en faire cas ? Comment t'es censée ne plus écouter ton palpitant qui s'exalte d'être si proche de lui. De le voir qui culpabilise, de la mort d'un être qui était condamné de toute façon.
Cosimo - « Il ne méritait pas la mort. Pas avec un bébé à venir. » Tu lèves les yeux au ciel, décidant que ca ne changeait rien. Cet enfant était une erreur, de toute façon, et que Théodore l'ait accepté ou pas ca ne change rien. Son gamin, il était condamné à grandir sans son père biologique.
Sarah - « Peut être qu'à présent ce gamin et sa mère ont une chance d'plus être menacé de mourir. » Tu dis plutôt avec un sourire en coin - parce que maintenant qui se soucie d'Aliéner Saddler ?
Cosimo - « Mais je ne supportais plus de l'entendre geindre... »
Sarah - « Il avait le don de pousser les nerfs à bout. » Que t'ajoute parce que tu l'comprends. Sans doute aurais-tu pu le tuer toi aussi - et tu pensais bien le faire un jour. T'y pensais au point de t'imaginer le soir commettre ce foutu meurtre. Cosimo a été plus rapide que toi - mais tu laisseras pas le Ministère lui mettre la main dessus.

Tu peux pas - tu le peux pas parce que quand tu te perds dans le regard de Cosimo c'est ton monde qui s'illumine de mille couleurs. Que tu peux pas t'empêcher de vouloir en être proche, de le toucher, de l'embrasser - même si t'as conscience que tu devrais pas. Que ca t'es pas autorisé. A vrai dire, dans l'intimité de ton appartement t'es pas sûre que ca ait la moindre importance. Tu le veux lui, tu veux le sentir, et l'entendre te réclamer pour lui. Ca change rien à ce que tu es - t'es une Bulstrode, tu vas devoir protéger ton sang pur. Tu te le répètes, le dis à voix haute comme pour t'en convaincre. Tu voudrais juste que le sang de Cosimo soit l'bon pour toi.
Cosimo - « Alors pourquoi tu viens salir ton sang si précieux avec un sale sang-mêlé ? »
Sarah - « C'pas tant mon sang que mon corps que tu salis quand on y réfléchit. » Qu'tu rétorques avec un regard qui veut pas souffrir de le prendre au sérieux. T'es moqueuse, à défaut de vouloir t'expliquer encore. Tu veux pas de cette discussion, sachant que tu éviteras pas la dispute. Et tu le veux ici - avec toi. Tu préfères ca à le savoir dans les bars de l'allée des Embrumes.

Alors tu glisse contre lui, viens te mettre sur ses genoux, et tu en veux plus - tu en quémande plus. Tu veux pas risquer que ca se termine comme la dernière fois en Italie. Tu l'as laissé t'échapper, et à présent il est brisé - mais t'es là, tu seras toujours là pour lui. T'sais pas si entre vous c'est pour le meilleur ou si t'es le pire qui soit arrivé à ton amant. Mais tu veux être égoïste, et qu'importe, tu le veux pour toi.
Cosimo - « J'te le dirais si tu arrêtes de me balancer en plein visage tes idéologies de sang-pure et de mangemorte, merci. Tu sais que ça m'fait hérisser les poils des bras. Quand on est ensemble, on ne parle pas de notre idéologie ni de nos idées. S'il te plaît. »
Sarah - « Promis. Comme à l'époque : j'suis juste Sarah pour toi. » Tu souffles, avant qu'il te repousse, et tu soupires lourdement sachant que tu l'as froissé. Tu le comprends - en un sens - mais t'arrive pas à culpabiliser pour cela. Après tout ce n'est rien que la plus dure vérité. S'il peut pas l'accepter, tu ne vas pas t'en excuser.
Cosimo - « J'croyais que j'étais ton égal, pas inférieur ni supérieur, juste ton égal. » Susceptible, tu te tourne vers lui, et cette fois t'attends pas pour déboutonner ta chemise devant ses yeux - sans t'approcher comme il t'a repoussé.
Sarah - « Mon égal, mon maitre, mon soumis - ce que tu veux. Si tu veux me dominer - tu le peux. Si tu veux que je te soumette… Je le peux. »  Tu réponds avec une voix roque et séductrice, ôtant ton chemisier qui glisse sur le sol. « Ou si tu ne te sens pas d'humeur, alors j'peux aller jouer toute seule. Fais comme chez toi je t'en pries. » Rajoute-tu en tournant les talons, faisant glisser ta jupe à présent, et faisant ton chemin jusque la cuisine, ou tu trouve un jus de citrouille pour t'en servir un verre - de la manière la plus naturelle que ce soit.





_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Jeu 4 Jan - 4:40

Sarasimo
BloodSteam
« Peut être qu'à présent ce gamin et sa mère ont une chance d'plus être menacé de mourir. » Il est vrai que c'est une option non négligeable, que cet enfant puisse naître et grandir dans un monde où les Avery ne le menaceront pas toute la journée et ça jusqu'à la fin de sa vie. Alors il hoche la tête, car même si Aliénor vient de perdre l'homme qu'elle aime, son enfant a une chance. Elle ne s'en rend peut-être pas compte maintenant mais elle réalisera bientôt, que l'enfant aurait été assassiné dés le jour de sa naissance, parce que son sang n'avait pas cette pureté que les Avery prônent eux aussi. « Il avait le don de pousser les nerfs à bout. » C'est un fait, Théodore avait ce don de chouiner et de faire hurler chaque personne ne le comprenant pas et ne pouvant pas entendre plus d'une seconde ses lamentations. Cosimo en faisait parti, il ne supportait pas d'entendre le sang-pur se plaindre de sa vie alors que lui même devait se tenir loin de la femme qu'il aime, par obligation. Pour une question aussi idiote que la pureté du sang. « C'pas tant mon sang que mon corps que tu salis quand on y réfléchit. » « Continue, je t'en prie ! » Qu'il dit avec un visage outré, de voir qu'elle s'amuse de la situation et qu'elle lui balance des choses d'une manière si naturelle, sans aucun problème. L'alcool lui fait tout prendre à cœur et si d'habitude il maintenant sa susceptibilité à un bon niveau pour ne pas tout prendre mal, il reconnaît que ce soir il peine à seulement prendre avec le sourire ce que son amante lui balance gratuitement au visage. Il voudrait lui dire de se taire mais ça ne sert à rien, car elle vient bien vite sur lui dans une posture on ne peut plus séductrice. Il soupire et parvient à la repousser, car il est encore violemment vexé par les mots qu'elle a pu lui lancer.

Sauf qu'elle se tourne pour le regarder et ouvre lentement sa chemise, sous le regard brûlant de Cosimo, mélange de colère et de désir alors qu'elle dévoile sous son regard ses sous-vêtements en dentelle. Il sent une douce chaleur se diffuser dans ses hanches alors qu'il laisse son regard vagabonder entre les seins de la belle, ce qu'il peut voir du moins. « Mon égal, mon maitre, mon soumis - ce que tu veux. Si tu veux me dominer - tu le peux. Si tu veux que je te soumette… Je le peux. » Qu'elle lui dit avant que le chemisier ne tombe sans un bruit. « Ou si tu ne te sens pas d'humeur, alors j'peux aller jouer toute seule. Fais comme chez toi je t'en pries. » Dit-elle avant d'ôter sa jupe qui tombe au sol et de rejoindre la cuisine, laissant l'Italien tout seul qui ferme les yeux et souffle un peu. Il se demande un instant si il doit la suivre ou si il doit rentrer chez lui. Puis il se lève lentement et laisse ses pas le guider, jusqu'à la cuisine où il retrouve Sarah qui boit un jus de citrouille, il se met à l'observer sans un mot, pendant quelques secondes. Il la regarde, le silence brisé par le rythme de leur respiration. Puis son regard glisse sur le corps de la belle, sur sa nudité à peine cachée par ses sous-vêtements. Mais elle n'a pas besoin de se cacher, de toute façon il connaît ce corps par cœur pour l'avoir dessiné plusieurs fois, pour l'avoir imprimé dans ses mains en prévision qu'un jour, elle parte et ne le laisse.

Il en garde le souvenir très net mais pourtant, la peau de ses doigts commence à brûler, de l'avoir trop prêt et trop loin sans la toucher. Alors Cosimo sans un mot, brise la distance entre eux et fond sur la bouche de son amante, pour un baiser sans douceur, inquisiteur et violent. Sans attendre, il force la barrière de sa bouche et vient jouer avec la langue de son amante, dans une danse sensuelle et érotique, alors que déjà ses mains palpent la peau douce et ferme de ses hanches. Il la pousse lentement contre la table de la cuisine pour qu'elle prenne place dessus et sans demander son reste, se cale entre les cuisses ouverte de Sarah, sans cesser de l'embrasser comme si sa vie en dépendait. Ses mains lâchent un instant les hanches de la belle alors qu'il attrape son tee-shirt et le fait passer par dessus sa tête, pour venir coller son torse à présent nu contre la poitrine encore cachée de la jeune femme. Il en pousse un râle d'envie de sentir sa peau chaude contre son corps alors, dans des gestes rapides du à son empressement, il vient déboutonner son jean qu'il fait glisser le long de ses jambes avant de l'envoyer valser.

Et là, il se passe contre elle avec force, tout en embrassant la peau de son cou et de ses seins, léchant et mordillant chaque recoins qu'il peut atteindre. Il lui impose même un suçon sur le sein droit, avec un sourire avant de relever juste les yeux et de la regarder. « Tu es à moi. Et je vais te le faire sentir... Je vais souiller ton corps avec mon sang impur, tellement de fois que tu me supplieras d'arrêter... » Qu'il lâche avant de se reculer et de la fixer. Lentement, sans la lâcher des yeux il quitte la cuisine pour retrouver la chambre. En chemin, il abandonne son caleçon noir pour se retrouver dans le plus simple appareil, nu et glorieux.

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Mar 9 Jan - 23:04


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
Cosimo - « Continue, je t'en prie ! » Tu n'peux que sourire, en réalité, comme le monde autour de toi se réduit à la seule présence de Cosimo. T'apprends qu'il a tué pour toi - mais t'as jamais eut autant d'désir de l'embrasser. T'as plus la moindre morale, depuis bien longtemps, et tu t'sens pas de pitié ou d'compassion. Que ce soit pour Théodore, comme il est mort quel intérêt d'vouloir le plaindre ? Pour Aliénor, qui s'trouve enfin sauvée, avec son bâtard. Ou pour les filles Avery - qui pleurent un frère qu'elles aimaient sans doute malgré tout. T'as pas pitié ou de compassion pour personne, à se demander si t'as un coeur capable de ressentir la moindre chose quelque fois. Mais alors qu'il se trouve devant toi, Cosimo, t'en doute pas. Tu peux pas en douter, alors qu'en te collant contre lui tu sens que ton palpitant s'agite. Tu pourrais te perdre dans cette sensation, à défaut d'te perdre sous les caresses de ton amant s'il se décide à ne pas jouer le jeu.
il veut pas entendre parler de pureté du sang, mais t'es bien trop mauvaise joueuse, ou jemenfoutiste pour te sentir touchée par cela - il pourra jamais t'avoir devant l'reste du monde, ca signifie pas qu'là il peut pas te posséder. Il t'possède déjà, à dire vrai, tu l'as dans la peau jusqu'à te faire oublier ton nom.

Cosimo il peut te rendre folle, et t'es juste capable d'en demander encore. Comment tu peux résister, à c'corps d'Apollon, à cet homme qui te connait mieux que quiconque dans c'foutu monde ? T'as pas de désir de lui résister, de plus, et c'peut être cela le pire. C'est que tu veux succomber, tu veux que ca se passe encore et encore - t'es pas capable de faire taire ton coeur, alors tu vas t'abandonner jusqu'à l'en épuiser d'aimer autant cet homme. Quant tu seras épuisée, alors il t'restera plus qu'à tuer, encore et encore. T'sais pas - ca fait pas de sens - et quand Cosimo te saisit pour t'faire assoir, et t'foutre nue t'as la tête qui s'vide de toute pensée.
Sarah - « T'sais pas me résister hein … » Que tu dis, pantelante, alors qu'il vient ôter son pantalon, et qu'tu veux juste le prendre entre tes cuisses. Tu veux l'sentir qui palpite dans ton sexe déjà luisant mais il te donne pas ca - embrassant ta poitrine, et t'faisant gémir jusqu'à la frustration plutôt.
Cosimo - « Tu es à moi. Et je vais te le faire sentir... Je vais souiller ton corps avec mon sang impur, tellement de fois que tu me supplieras d'arrêter... » Tu veux répliquer mais il s'en va, t'laisse un moment la bouche ouverte, avant que tu t'élance pour le voir disparaitre dans la chambre. T'es pas longue à l'rattraper, le poussant sans douceur sur le lit, où tu t'penche vers lui, pour l'foutre aussi nue qu'toi.
Sarah - « Tu vas m'jouir partout alors, Cosimo ? C'ca que tu veux ? M'voir salie par ton désir pour moi. » Qu'tu demande avec un sourire sur les lèvres, alors qu'ta main s'enroule autour de Cosimo, et s'met à le pomper pour être sûr qu'il deviennent dur pour toi.

Tu perds pas plus de temps, en vrai, et même si t'es à peine préparée, tu t'mets sur lui, et glisse son pénis en toi - t'es pas douce, ni avec toi ni avec lui, et t'hurle quand il t'écarte si durement.
Sarah - « T'es foutrement gros, bordel. J't'ai déjà dit combien j'aimais ca ? » Tu demande alors que t'entame de longs mouvements de va-et-vient sur sa hampe dressée. « De t'avoir qui m'tape au fond au point d'me faire mal. »


_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Mar 16 Jan - 1:48

Sarasimo
BloodSteam
« T'sais pas me résister hein … » « Pas plus que toi. » Qu'il répond avec son sourire amusé, avant de se pencher et de venir l'embrasser. Il n'a plus la force de se battre, de lui résister ou de simplement se refuser à elle. Après tout si il risque le pire et bien il accepte d'embrasser le danger sans une once de remord ou d'hésitation, il ne peut pas constamment fuir celle qu'il aime. Car bien malgré lui et surtout car il voudrait dire le contraire, mais non il est définitivement amoureux de Sarah et plusieurs mois d'éloignement n'ont rien donnés d'utile. Il est resté comme au premier jour cet adolescent fou d'amour pour la plus jolie fille de Poudlard, la plus jolie à ses yeux évidemment car il aurait refusé que quiconque l'approche à part lui même. Il avait, à l'époque de l'école, déposé sa patte sur elle et mettait en garde quiconque oserait aller vers elle pour ne serais-ce que lui proposer d'aller boire un thé et manger un muffin dans la boutique du village. Elle était à lui et elle l'est toujours, ce n'est pas un vulgaire mariage avec un homme mort à présent qui pourra changer cela. Elle ne le veut pas, il ne le souhaite pas plus que cela lui non plus. Il veut pouvoir profiter d'elle sans avoir la honte de se dire qu'il renie ses idées, ses valeurs ou même l'homme qu'il a tué pour avoir ce privilège. Mais ce serait trop facile de simplement lui obéir et de venir vers elle comme si rien n'était, alors malgré les vapeurs d'alcool qui font encore à peine effet sur lui, il part loin d'elle jusqu'à se retrouver dans cette chambre qui était autrefois conjugale et qui n'est qu'à elle maintenant.

Il a beau avoir avalé des potions il sent que l'alcool le fait sourire comme un idiot et lui ôte toute gêne et toute honte, ce qui est une bonne chose car avoir la langue déliée est essentiel avec son amante. Qui ne tarde pas à revenir, le regard brûlant et des idées pleins la tête. Elle le pousse et il tombe sur le lit avec un petit rire, vite étouffé par un râle d’excitation lorsqu'elle lâche des mots aussi salaces que vulgaires. « Tu vas m'jouir partout alors, Cosimo ? C'ca que tu veux ? M'voir salie par ton désir pour moi. » Dit-elle en venant le caresser, alors qu'il met un coup de hanche dans le vide en fermant les yeux. « Partout où tu voudras. J'veux mon odeur sur toi et j'veux que ton corps soit marqué par le mien. J'veux plus jamais que tu doutes qu'où que tu sois, avec qui, qu't'es à moi foutue sang-pure... » Qu'il dit en relevant la tête avant de l'attraper par les hanches et de venir la placer au dessus de lui sans douceur. Elle glisse sur son membre sans attendre et il ne lui faut qu'une seconde avant de donner un coup de hanche, pour venir s'enfoncer en elle avec un râle de plaisir. Il l'écarte si fort, se moquant ouvertement de lui faire mal car il est intimement convaincue qu'au moins si elle a mal, elle ne pourra pas oublier ce moment.

« T'es foutrement gros, bordel. J't'ai déjà dit combien j'aimais ca ? » « Il y a quelques fois ouais'... Mais redis le, j'aime savoir que j'suis fait pour toi. » Qu'il dit en posant ses mains sur cette poitrine offerte, pour venir jouer avec, les malaxer et les masser sensuellement sans oublier d'en toucher la pointe dressée. « De t'avoir qui m'tape au fond au point d'me faire mal. » Il ouvre les yeux qu'il avait fermés tantôt pour la regarder et d'un coup de hanche, la faire basculer sur le lit. Il se positionne au dessus d'elle avant d'attraper ses cuisses qu'il planque contre lui, pour relever son bassin. « M'sentir en toi hein ? C'est ça qu'tu veux, d'plus pouvoir t'asseoir parce que j't'aurais baisée trop fort... » Murmure l'Italien avant de donner un premier coup de hanche, s'enfonçant en elle au maximum jusqu'à ce que son bassin vienne claquer contre celui de la beauté qu'il tient contre lui. Il en pousse un râle plus fort que les autres avant de glisser sa tête dans le cou de Sarah, pour embrasser et mordre sa peau. Il vient, sans prévenir, lui déposer un suçon tout sauf discret qu'elle devra cacher avec quelques tours de magie.

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Sam 3 Fév - 20:23


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
T'avais dans l'idée d'abandonner Cosimo Auditorre dans son passé. L'foutre dans une boite de Pandore, avec l'reste de tes sentiments humains, et ne jamais la réouvrir pour pas te perdre dans cette volupté. T'avais pensé à l'éviter, pour toujours s'il le fallait, ne garder de lui qu'une sensation, une idée, ou moins que ca encore. T'aurais aimé pouvoir te fermer entièrement à l'idée de lui dans ta vie, t'fermer à ce qu'il crée en toi - ce feu brûlant qui t'envahit entièrement et te rend folle. Te rend vulnérable, et vibrante de vie, et passionnée - humaine. T'aime pas savoir que tu souffrirais de le voir te quitter, ou de devoir le quitter encore, de le voir avec une autre, ou de plus jamais le voir du tout. T'aime pas l'idée que tu l'veux juste à toi, et pour l'restant de tes jours, qu'il y a jamais personne qui a compté comme ca pour toi. C'est au-delà du raisonnable, ou de la logique. T'peux pas te maitriser.
T'as jamais pu quand il t'regardait avec ces yeux-là. T'as jamais pu, alors que t'avais l'sentiment que lui voyait plus en toi qu'tu pensais posséder. Plus d'beaux, d'grâce, d'vie. Qu'il t'trouvait la femme la plus désirable qui soit - en à dire vrai t'as toujours voulu qu'il soit l'seul à t'voir ainsi.

Alors t'es pas longue pour t'faire convaincre de t'enflammer parfaitement - t'as tellement chaud que tu veux t'défaire de tes vêtements vite. Vite sentir ses lèvres sur toi, ses mains qui t'caressent, sa dureté qui t'possède. Vite - pas l'temps de vivre plus tôt qu'hier, alors autant n'pas perdre de temps. Jamais plus n'en perdre avec Cosimo. Si tu peux pas l'éviter, alors tu t'abandonne plutôt à son étreinte, à ses baisers, en perdant la moindre retenue que tu peux avoir. Avec lui t'en as jamais vraiment; T'saisis son membre pour l'rendre le plus dur, gémissant contre sa bouche alors que l'sujet de votre dispute devient une raison pour toi de t'exciter. L'idée qu'il soit pas d'sang pur, t'salisse de ce désir - ca t'rend dingue.
Cosimo - « Partout où tu voudras. J'veux mon odeur sur toi et j'veux que ton corps soit marqué par le mien. J'veux plus jamais que tu doutes qu'où que tu sois, avec qui, qu't'es à moi foutue sang-pure... »
Sarah - « Prends moi partout alors - si j't'appartiens. T'devrais m'réduire à tes désirs. » Qu'tu souffle avant d'geindre quand il t'emballe. Il t'saisit par les hanches quand t'glisse sur lui - sa hampe t'écarte si douloureusement que t'en as l'souffle coupé. Il est énorme, vraiment, et t'sais pas si un jour t'pourrais t'habitué à ca.
T'sais pas si tu le voudras vraiment.

Alors plutôt tu bouges des hanches, venant sur sa longueur pour l'engloutir dans ton sexe humide - trempe plutôt, t'glisse tellement bien et l'bruit t'excite plus encore. Il est énorme, et tu t'retiens pas de le complimenter à ce sujet.
Cosimo - « Il y a quelques fois ouais'... Mais redis le, j'aime savoir que j'suis fait pour toi. » Pour toi - t'sais pas. T'sais pas s'il est fait pour toi, ou plutôt si ca t'en doute pas. Cela dit t'es pas sûre d'toi être faite pour lui. Sans doute qu'il mériterait une femme qui pourrait l'aimer comme il l'entend, lui appartient comme il l'exige, qu'il puisse épouser un jour - sans doute. Mais t'es trop égoïste pour vouloir arrêter.
Sarah - « Tu m'remplis tellement bien - »  T'lâche alors en suivant la courbe d'ses bras pour poser tes mains sur ses épaules et accélérer tes assauds - ou les siens. T'sens qu'il suit ton rythme et tape profondément pour t'faire voir des étoiles. T'voudrais pas qu'il arrête, jamais. T'voudrais même pas sentir l'flot électrique qui t'saisit - t'sais que tu vas venir, et que ca va être brûlant.
Cosimo - « M'sentir en toi hein ? C'est ça qu'tu veux, d'plus pouvoir t'asseoir parce que j't'aurais baisée trop fort... » Oui oui oui --- t'réfléchis plus et t'sens à peine qu'il t'suce la peau du cou pour te marquer. Après tout il l'a promis qu'il t'voulait comme sienne alors il tient juste sa promesse comme il se doit. Toi tu bouge, allant et venant sans douceur sur son érection qui frémit - tu veux qu'il jouisse en toi. Sur toi. T'sais plus - t'sais juste que tu veux venir aussi fort, le flot brûlant venant dans ton bas ventre pour t'faire tourner la tête.
Sarah - « J'vais jouir Co--Cosimo --- amor. » Ca monte soudainement - ca monte et t'sens que t'explose. Tu jouis - trempée l'sexe qui te laboure encore quand t'hurle la libération. T'hurles - jusqu'à n'plus avoir de souffle et d'perdre ta voix. Alors seulement tu t'effondre sur le corps de ton amant. Reprenant tes esprits en l'gardant en toi.
Sarah - « J'veux pas m'arrêter si tôt. J'veux --- tu viens avec moi prendre une douche ? J'crois que j'vais pas m'en priver. » Tu glisse après un moment tout en quittant ta place, t'sentant vide soudainement. Et douloureusement écartée aussi. T'pas sûre de pouvoir subir plus d'assaut sans que ton corps t'le fasse regretter.
Mais au pire les regrets seront pour demain. « D'toute façon j'te garde pour moi ce soir. Dans ton état d'ébriété, l'transplanage est interdit pas vrai ? J'veux pas prendre le risque d'te voir démentibulé. »



_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 4 Fév - 3:00

Sarasimo
BloodSteam
Il se souvient très précisément de la phrase qu'il a prononcé le soir où elle l'a quittée, lui annonçant que c'était terminé entre eux, que leur vie ensemble était impossible et que son manque de pureté rendrait tout projet d'avenir avorté. Il a osé penser à cela fut un temps, l'idée que Sarah puisse devenir sa femme, la mère de ses enfants et qu'il puisse se promener avec elle en paix, fièrement à son bras. Mais il savait au fond de lui que cela serait impossible de toute façon, car les Bulstrode aiment et défendent la pureté du sang, ainsi il se doutait bien de toute façon que ce petit rêve, cette relation allait prendre fin. Alors le soir où elle l'a quittée, après quelques verres et plusieurs jurons lancés à l'intention de celle qui venait de lui briser le cœur, il a juré sur son honneur qu'elle ne l'y prendrait plus. Que jamais elle ne pourrait revenir, que jamais il n'accepterait de la toucher, de l'embrasser à nouveau et de la faire sienne comme si rien ne c'était passé. Il a juré et n'a pas respecté cela, il en a bien conscience mais il est bien trop heureux de l'embrasser encore une fois, alors qu'il se colle à elle et sent son parfum l’envoûter. Il en pousse un soupir avant d'ouvrir les yeux pour la regarder un instant, s'oubliant lorsqu'elle vient le toucher et qu'un plaisir délicieux monte en lui jusqu'à lui faire tourner la tête. Il oublie sa promesse, ses mots prononcés ce soir là alors qu'il souffrait, qu'il avait trop bu et qu'il jurait que jamais il ne reviendrait, même quand elle reviendrait elle même. Fou, pensant qu'elle serait a première à faire un pas vers lui et en quelque sorte il ne c'est pas trompé, c'est bien elle qui c'est rendue dans son bureau pour la première fois depuis des mois, après leur rupture.

« Prends moi partout alors - si j't'appartiens. T'devrais m'réduire à tes désirs. » Il s'empresse de le faire avant de la pousser dans ce lit, qui est froid mais qui bientôt sera bouillant de leur ébat. Elle prend place au dessus de lui car il l'incite à faire cela, avant de la faire se glisser sur lui avec un mouvement de hanche des plus délicieux. Il serre les dents sous l'envie et le plaisir qui coule dans ses hanches, mais se concentre assez pour laisser sa bouche glisser dans le cou de son amante, pour la marquer d'un gros suçon rouge sang. Il en profite aussi pour la mordre, tout en suçotant sa peau avec délice, tout en râlant à chaque poussée qu'elle exerce sur lui. Il l’accompagne doucement, en la tenant par les hanches alors qu'elle lui fait part de son plaisir qui ne cesse de monter. « Va y... Viens pour moi... » Qu'il murmure dans un souffle avant de fermer les yeux et de se laisser aller en arrière, venant en elle avec délice alors qu'elle se laisse emporter au même moment. Il se tend une dernière fois, la serre fortement par les hanches avant de lentement, la lâcher afin de ne pas la blesser d'avantage. Elle s’effondre sur son torse et sans attendre, il glisse sa main droite sur le dos de son amante pour câliner sa peau, la chatouiller également. Il profite de cet état de bien être, d'apaisement, de plénitude qui accompagne l'amour une fois le plaisir passé et vient même embrasser son crane alors qu'elle reprend son souffle elle aussi. « J'veux pas m'arrêter si tôt. J'veux --- tu viens avec moi prendre une douche ? J'crois que j'vais pas m'en priver. » Elle se relève et l'ôte de son intimité chaude, alors qu'il grimace à cause du froid qui l'englobe d'un coup. « Pourquoi tu dois toujours briser l'instant ? J'veux dire, on était bien au chaud là... » Qu'il fait remarquer avec une mine boudeuse, la réaction est amplifiée à cause du reste d'alcool qu'il a dans le sang. Certes la potion a bien aidée, mais il reste tout de même bien imbibé sans pour autant perdre le souvenir de ce qu'il fait et dit.

« D'toute façon j'te garde pour moi ce soir. Dans ton état d'ébriété, l'transplanage est interdit pas vrai ? J'veux pas prendre le risque d'te voir démantibulé. » « Pourquoi, ça te rendrait triste ? » Qu'il demande avant de se glisser hors du lit, nu et glorieux et de la suivre jusqu'à la salle de bain. Il se glisse dans la cabine de douche et allume l'eau chaude, avant de régler la température sur une eau bien chaude car il sait que Sarah adore cela. Il se laisse aller enfin sous le jet brûlant et pousse un soupir, alors que l'eau lui remet un peu d'ordre dans les idées et que cela ne fait que plus le détendre encore. « J'peux rentrer à pied chez moi si tu veux, j'veux pas m'imposer chez toi. » Qu'il dit, conscient de l'équilibre, de ce début de relation fragile qui persiste entre eux. A tout moment elle peut s'enfuir, à tout moment elle peut l'envoyer sur les roses et il ne prend pas le risque que cela arrive. Ils ne sont pas en couple, c'est un fait alors il ne doit pas agir comme tel.

Sauf que tout en pensant à cela, il ouvre les yeux pour poser son regard sur le corps trempe de Sarah, alors que cette dernière se mouille les cheveux et que l'eau dégouline sur son corps jusqu'à venir se perdre entre ses belles fesses rebondies. Il s'en mordille la lèvre avec envie, alors que son corps réagit aussitôt. « Enfin... Si tu m'prends au chantage pour que j'reste... » Dit-il en la faisant se retourner, avant de l'inciter à se pencher vers la vitre pour prendre appuis. Là il l'attrape à nouveau par les hanches et tout en guidant son membre en elle, la prend avec douceur et fermeté. « J'suis né pour ressentir ça... » Qu'il murmure avant de coller son torse au dos de son amante, pour la sentir plus proche. Là, il entame un danse sensuelle et délicate, prenant le temps de bouger comme si il effectuait une danse des plus charnelles.

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Lun 5 Fév - 19:18


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
T'as la tête qui se renverse sous les effets de l'extase - quand Cosimo te laboure ainsi t'as plus gout à rien d'autreS. Tu voudrais que ca s'arrête jamais, mais c'est inévitable t'as le feu qui prend tes reins et tu sais que vite tu vas te mettre à convulser de plaisir - tu vas jouir si fort que tu te tordras, ton corps implosant de douleur et de bien être en même temps. De bonheur - comme dans ta vie t'es presue sûre que la jouissance c'est ce qui se rapproche le plus de bonheur. Tu veux y gouter, encore et encore, surtout si c'est avec cet homme là. Alors tu viens, tu bouge d'plus en plus rapidement, vos corps se rencontrant sans fatigué - jamais.
Cosimo - « Va y... Viens pour moi... » Tu opines, t'hoche la tête, avant de lâcher un gémissement, qui se transforme en cri - en hurlement de son nom comme une démente. Tu viens - en vague intense qui tord ton corps de plaisir intense. Avant de t'effondrer sur lui, le gardant profondément en toi - tu sais qu'il est venu profondément dans tes chaires, tu le sens presque qui coule dans ton intimité - mais tu t'protège, alors il y a pas de risques. T'en veux pas, de risque. Plus jamais - tu veux pas y penser, profitant juste de ton esprit vidé et du sourire qui tord tes lèvres.
Avant de t'étirer pour te redresser, quittant le corps chaud de ton amant, et le contraignant à lâcher ton intimité.
Cosimo - « Pourquoi tu dois toujours briser l'instant ? J'veux dire, on était bien au chaud là... » Boudeur, tu le regarde avec attendrissement, souriant en coin avant de te lever.
Sarah - « Rien n'est brisé, tu peux toujours venir me tenir chaud sous la douche. » Dis-tu avec une promesse dans la voix. t'es pas sûre que ton corps puisse supporter plus de passion, mais ton coeur en exige d'avantage. Toujours d'avantage - tu veux pas que ca s'arrête. Ce moment avec Cosimo - tu veux pas que le soleils se lève dehors, comme cette nuit vous appartient. C'est pourquoi tu lui demande de rester - ou plutôt tu l'exige.
Cosimo - « Pourquoi, ça te rendrait triste ? »
Sarah - « Pas si je peux garder les membres de toi que je préfère. » Dis-tu quand tu prétendre craindre que le faire partir par transplanage pourrait le désartibuler. Tu serais triste de le perdre, voir même tu serais totalement désespérée. Tu veux pas le dire à haute voix, parce que souvent t'as le sentiment que c'est inévitable. Votre amour t'semble maudit, alors autant en profiter avant qu'il ne soit trop tard - tu veux en profiter, en plus te mettre à courir à contre sens. Courir pour l'éviter - t'es fatiguée de cela ce soir. Ce soir t'es veuve, alors t'es seule. Ce soir c'est comme un an auparavant, quand y avait que vous deux dans le secret de ta chambre à Londres. Y a que vous deux ce soir encore.
Cosimo - « J'peux rentrer à pied chez moi si tu veux, j'veux pas m'imposer chez toi. »
Sarah - « La ferme, et embrasse moi. » Souffle-tu quand vous entrez sous la douche, que t'es contre lui nue, et lui pas plus couvert que toi. Tu le sers un peu, pose un baiser sur ses lèvres, avant de laisser l'eau de trempée - fermant les yeux pour mouiller tes cheveux.
Cosimo - « Enfin... Si tu m'prends au chantage pour que j'reste... »
Sarah - « C'plutôt toi qui va m'prendre. » Dis-tu avec un sourire en coin, avant qu'il ne vienne te saisir et te retourne contre le mur froid de la douche, te cambrant un peu avant de le sentir qui te prend à nouveau - ca brûle et tire ton sexe hypersensible - mais tu veux pas qu'il s'arrête. Tu veux pas - jamais - qu'il arrête de te désirer ainsi.
Cosimo - « J'suis né pour ressentir ça... » Qu'il dit avant de bouger doucement, toi qui vient contre lui, essayant d'ignorer la douleur pour le plaisir qui va - irrémédiablement - t'envahir. Tu descends la main sur ton bouton de plaisir pour l'accompagner, bougeant les hanches pour le rencontrer de plus en plus vite - tu sens que tu vas venir rapidement - tu le sens, même que tu jouis vite contre lui, gémissement, son nom et tremblant.
Avant de le lâcher pour te retourner, rapidement. Lui laissant pas le temps de réagir, pour être à genoux devant lui, saisissant son érection encore énorme, et en prenant la tête pour la suçotter. Avant de glisser sa main pour le pomper comme il aime. Le suçant - pour le faire venir dans ta bouche.
Sarah - « J'croyais que tu devais m'prendre partout… » Dis-tu avant de l'avaler entièrement dans ta bouche, suçant de plus en plus vite.





_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 148
Date d'inscription : 22/06/2016
Localisation : Chez lui, avec ses animaux

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 11 Fév - 0:58

Sarasimo
BloodSteam
« Rien n'est brisé, tu peux toujours venir me tenir chaud sous la douche. » Il ne comptait pas faire autre chose de toute façon, maintenant qu'il a ut l'invitation de rester et de ne pas bouger de cet appartement. Il est vrai qu'il est encore bien imbibé d'alcool et qu'il ne veut pas risquer de perdre un bras, parce qu'il aura mal transplané. Ce serait idiot de mourir en pleine guerre à cause d'une soirée alcoolisée qui termine mal, plutôt que de finir par mourir honorablement sur le champ de bataille pour défendre les idées auxquelles il croit. Il lève son long corps nu et rejoint la douche chaude, n'attendant pas pour laisser sa tête trouver sa place sous le jet brûlant qui lui arrache un délicieux soupir de satisfaction et de bien être. Elle l'embrasse encore et il ne lui faut qu'une seconde pour la plaquer contre le mur froid, alors qu'il dévore sa bouche avec un râle d'envie. « C'plutôt toi qui va m'prendre. » Qu'elle lui dit alors qu'il laisse échapper un éclat de rire, en levant les yeux au ciel sous la finesse des mots qu'elle vient de lui lancer. « Et c'toi la mieux éduquée de nous deux, tu devrais pas parler comme ça... » Qu'il dit en tapant sur sa petite fesse charnue alors que la fessée claque dans la cabine de la douche. « Tu d'vrais être punie pour ça... » Qu'il dit avant de la retourner et de venir se glisser en elle, avec un râle de délice alors que la chaleur l'englobe et que l'eau ne cesse de couler sur eux, brûlante et bouillante sur leur peau. C'est tout ce dont il avait besoin, de se sentir contre elle, en elle, aimée et aimant alors qu'il ne devrait pas c'est un fait. Mais comme l'Italie, ce qu'il se passe chez Sarah restera chez elle et il a l'espoir de se dire qu'il parviendra à respecter sa promesse, faite alors qu'il cède une fois encore et fond sur elle pour l'embrasser. Les deux amants maudis, s'aimant si fort qu'ils ne peuvent tout simplement pas rester loin l'un de l'autre. Ils savent que c'est mal, ils savent qu'il ne faudrait pas et que tout le monde serait contre si ça venait à se savoir justement. Mais ce sera leur secret, leur sale petit secret.

Il la sent se tendre et jouir contre lui, alors qu'il bouge toujours avec sa douceur et ses gestes tel une danse sensuelle. Il n'a pas le temps de dire quoi que ce soit, qu'elle le repousse pour venir s'agenouiller devant lui et l'attraper dans sa bouche chaude. Il pousse un râle de plaisir en venant fourrer ses mains dans la chevelure claire de son amante, pour lui imprimer une cadence de mouvements qui finiront de le rendre complètement fou. « J'croyais que tu devais m'prendre partout… » « J'croyais... Aussi... » Qu'il parvient à dire entre deux râles alors que ses hanches se mettent elles aussi à bouger, pour venir s'enfoncer toujours plus loin dans cette bouche accueillante. « Mais tu peux pas m'demander ça en m'offrant un présent si bon... » Qu'il dit en baissant la tête pour la regarder et lui tirer un peu sur les cheveux, afin qu'elle vienne le lâcher. Il laisse sa main droite glisser sur le nez, la joue et enfin la bouche de son amante pour qu'elle prenne entre ses lèvres, son index. « C'te bouche, elle fait des merveilles. » Qu'il annonce en laissant à Sarah le soin de tremper son doigt, avant qu'il ne l'incite à se lever et à se retourner une fois encore. Lorsque c'est fait, il se remet derrière elle et laisse son index glisser entre ses deux lobes de chair, pour préparer cette petite rose qui va bientôt l'accueillir. Lorsque le premier doigt glisse tout seul, il en rajoute un second et pousse un râle de désir, car l'moment l'excite bien plus qu'il n'aurait pu le penser. Lorsqu'il sent que son amante est prête, qu'elle bouge sur son doigt dans un déhanchement des plus excitant, il retire ses doigts et vient caresser sa hampe pour se préparer. « Tu m'dis si tu as mal, d'accord ? » Demande doucement Cosimo avant de glisser son membre jusqu'à son intimité, il prend le temps de se glisser en elle avant de ne plus bouger. Il la tient par les hanches, avant que sa main gauche ne se pose contre le mur frais pour se tenir, pour attendre que Sarah s'habitue et qu'elle lui donne l'accord de bouger.

_________________

   
©️BESIDETHECROCODILE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
STAFF  - the war is here

STAFF - the war is here


Messages : 167
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    Dim 18 Fév - 2:37


Bloodstream
Cosimo Auditorre & Sarah Bulstrode
Tu penses plus droit quand il y a Cosimo avec toi - t'es plus la gamine Bulstrode, seconde du nom, qui soit faire en sorte de plaire à son père. T'as perdu ta mère trop tôt - sans doute - alors t'as grandit avec plus de coups que de caresses. Pas que ton père t'ait jamais frappé, vraiment, mais il claquait des déceptions qui t'allaient droit au coeur. T'adore ton père, pour tout dire, il est sans doute l'premier homme de ta vie. Vous vous entendez bien, tous les deux - bien mieux qu'il s'entend avec sa soeur. Alors t'as toujours tout fait pour complaire à ton père, quitte à t'oublier dans la bataille. T'as été bonne élève, assez pour l'rejoindre au ministère de la justice magique. Puis t'as été fiancée à un Avery, que t'as marié avec le perdre. T'es devenue une mangemorte - aussi. T'as caché tes fautes par le meurtre.
Sauf celui de Cosimo - t'pourras jamais lui faire de mal à Cosimo. Parce que si ton père tu l'aime, t'sais que c'est rien à côté de ce que le sang mêlé te faire ressentir. T'oublie le monde, tes obligations, ton nom. Qu'en as-tu à foutre quand il t'touche comme ca ? Avec cette tendresse, et cette passion - tu brûle de partout, l'envie de l'avoir en toi devenant douloureux. T'en crèverait s'il te touchait pas. T'en crèverait s'il devait cesser de t'aimer.
Cosimo - « Et c'toi la mieux éduquée de nous deux, tu devrais pas parler comme ça... »
SArah - « T'fais ressortir ce qu'il y a d'pire en moi. »  T'réponds avec un sourire démoniaque, qui t'déforme les lèvres pour t'faire sembler plus sensuelle - et décider. Décider de l'avoir pour toi pour le restant de la nuit. Dehors le monde sombrera dans le chaos. Demain matin - au matin tu devras sans doute passer à l'interrogatoire, devoir te justifier - encore - de pas être la meurtrière de ton mari. T'es innocente, théoriquement, bien qu'en vrai tu le sois pas entièrement. L'homme contre toi est la cause de tous tes drames - mais tu voudrais pas d'une vie où il serait pas à toi.

Sous la douche, soudainement, il t'frappe les fesses et t'fait revenir à la réalité. Celle de vos deux corps nus, et serrés l'un contre l'autre.
Cosimo - « Tu d'vrais être punie pour ça... »
Sarah - « Tu compte me punir toi ? » Rhétorique, la question ouvre d'belles perspectives pour le reste de votre soirée. T'es pas rassasiée de lui - tu penses pas que tu le seras un jour. Ca te semble impossible, alors que chaque fois que tu le regarde dans sa parfaite nudité ton corps réagit automatiquement. Tu deviens liquide - entièrement éprise de son corps, de lui, de ses baisers, de ses étreintes. Tu l'veux, encore. Profondément en toi - même si t'as mal, pour tout dire. T'as mal, mais tu l'laisse qui t'caresse encore. Qui vient pour t'prendre. Pour t'posséder.
Comme tu veux l'posséder aussi - encore brûlante de ton orgasme, tu t'agenouille devant lui pour l'prendre dans ta bouche chaude. Tu l'sens, sa longueur où perle son désir. Le gout amer envahit ta bouche, et tu l'avale avec un gémissement de plaisir, glissant ta langue contre sa veine.
Cosimo - « J'croyais... Aussi... » Qu'il doit t'prendre de partout - tu l'veux partout et sans attendre. T'veux pas être patiente, tu veux qu'il fasse d'toi tout ce qu'il voudra. T'sais que t'es pas raisonnable - t'es pas une fille sage, et loin de l'image de femme raisonnable que tu donne au reste du monde. Presque frigide - pour dire vrai - et hors d'Cosimo tu doute d'pouvoir prendre ton pied à être ainsi soumise. T'sens qu'il t'contraint à le prendre plus profondément, grognant d'satisfaction alors que tu t'contraint à détendre ta gorge pour le prendre entièrement.
Cosimo - « Mais tu peux pas m'demander ça en m'offrant un présent si bon... » Tu geins pour lui complaire, alors qu'il te lâche pas. Alors tu joues de ta langue, avant qu'il te contraigne à le lâcher. Tu remonte alors à sa hauteur, prenant ses doigts entre ta bouche pour les sucer avec autant d'attentions - tu salive au plus que tu peux, les lâcher dans un plop .
Cosimo - « C'te bouche, elle fait des merveilles. »
Sarah - « Elle la l'gout de ton sexe maintenant. » T'réponds avec un sourire, quand il t'tourne contre la paroi. Tu reste les mains contre le mur, sentant qu'il met les siens dans ton intimité serrée. C'pas arrivé souvent qu'il t'fasse l'amour ainsi - mais t'peux pas dire que t'aime pas bien au contraire. La sensation t'brûle, mais t'geins aussi. Tu l'laisse te préparer, haletant quand tu peux plus penser normalement. Tu bouges des hanches à l'inconfort avant d'accompagner ses mouvements - tu l'veux, mais t'sais pas non plus totalement apprécier la sensation étrange qu'il t'crée.
Cosimo - « Tu m'dis si tu as mal, d'accord ? » T'opine sans être capable du moindre mot - encore moins quand ton pénis t'étire pour t'envahir. T'as le cul en feu, quand il t'prend - tu geins de douleur avant de poser ton front contre la paroi froide - tu reprends ton souffle, sentant que tu te tend mais qu'il faut pas. T'dois rester détendu. Alors tu cherche la main d'Cosimo pour la glisser vers ton clitoris - pour lui signifier qu'il doit t'aider à t'détendre.
T'attends.
Un peu.
L'temps que l'inconfortable brûlure devienne de l'impatience.
Sarah - « Bouge. Vas-y, bouge… sois pas tendre. » T'dis en roulant des hanches - t'sais que tu jouiras d'la simple sodomie, mais qu'elle t'rend assez sensible et vulnérable pour qu'ut puisse venir plusieurs fois en t'caressant en même temps. Tu brûle d'partout, ton corps qui s'arque de douleurs et de plaisirs liés - et Cosimo surtout. Cosimo qui t'remplit d'partout et qui t'remplie bien, surtout.




_________________

murder
our love is strong
I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)    

Revenir en haut Aller en bas
 
HOT Lagage cru/ bloodstream (sarasimo)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolem - i feel the chemicals burning my bloodstream

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Le Chemin de Traverse :: Allée des embrumes-
Sauter vers: