AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Caly G. Alifay le Ven 17 Nov - 21:17, édité 2 fois
MessageSujet: Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT   Mer 15 Nov - 15:33




SURRENDER THE NIGHT

You surrender your heart,
I surrender every dream,
Every weapon you've got,
Every secret that I keep,
You can fight this all you want,
But tonight belongs to me




Que cherchait-il a fuir, ce jour la? Sa vie? Son job? Ses sentiments peut-être? Quoi qu'il avait déjà tenté de les semer, Caly n'y était pas arrivé, lui collant bien trop à la peau pour s'en débarasser. Alors quoi? Qu'est-ce qui avait poussé l'Auror à se retrouver dans le Londres moldu à une heure ou la solitude était sa seule compagne?  Lui même. Mais peut-on s'abandonner soi-même, au point de réussir à se fuir ? Sans doute pas, mais Caly pensait pourtant réussir à se dérober à ce qu'il était à présent, l'espace d'un soir du moins.

Il était sorti après le boulot, pas un mot-patronus à Asmodeus pour lui dire de ne pas s'inquiéter. Et puis quoi encore? Depuis quand se sentait-il ne serait-ce qu'un peu coupable de ne pas rendre des comptes? Jamais, à personne, qu'il aille se faire foutre.

La soirée était un peu floue, teintée d'alcool et de drogues diverses et variées, mais assez légères pour ne pas l'assomer, ou perdre le contrôle de lui même. Il detestait ça, ne pas avoir s'emprise sur lui même, qu'une substance lui dicte quoi dire, quoi faire, comment réagir. C'était un peu l'hopital qui s'fous d'la charité, quand on sait qu'Alifay n'avait aucun contrôle sur ses émotions, et la colère, la jalousie ou encore la fierté lui faisaient perdre pied. Vaste connerie.

Il s'était battu trois/quatre fois ce soir la. Peut être plus. Et à en juger à sa gueule, Caly n'avait pas gagné à chaque fois. Il avait cette étrange passion pour la bagarre à la moldu, directement aux poings ou à l'arme blanche. Et il s'était mis sur la tronche avec des p'tites frappes pour des raisons plus ou moins évidentes : bousculade, regard insistant, gueule qui lui revient pas, même veste ... N'importe quel prétexte était bon pour déclancher une bonne rixe avec des moldus. Ils n'y avaient qu'eux qui lui fournissaient de bonnes bastons à mains nues comme il les aimait. Les sorciers, pour la plupart, n'étaient pas capables de se battre sans leur baguette, et se balancer des sorts à la figure était à la fois ennuyeux et trop dangeureux pour le simple amusement de Caly, il voulait juste mettre des branlées, ou en prendre.

Sous le sang qui tachait son visage, l'auror arborait un de ces sourires qui fait craquer les dames en mal d'aventures pimantées. Sans qu'il y ai un troupeau de femmes hystériques qui lui court après, il ne fut pas très difficile pour lui de dégoter une demoiselle, un peu emméchée mais consciente de ses choix et conséquences. Etait-il sorti ce soir pour changer de crémerie? S'emmerdait-il avait l'autre taré? Non, jamais. A aucun moment il ne s'était embourbé dans une relation plate, à l'encéphalogramme plat, le feu de la passion devastait encore tout en eux, même dix ans après. Il le faisait juste parce qu'il le pouvait. Parce que son charme agissait toujours. Peut être aussi pour retrouver un peu le Caly qu'il fut autrefois. Celui qui n'avait pas d'attache, pas de sentiment (croyait-il), qui en avait rien à foutre des répercutions de ces mots, faits, gestes. Caly le flamboyant, l'homme qui n'aimait pas, l'homme qui n'était pas un meurtrier. Mais ne s'était-il pas libéré d'un poids en acceptant que son coeur soit de la partie? N'était-il pas plus heureux de le laisser parler librement? Sans doute que si. Il aimait Asmodeus à en mourir, il aimait Asmodeus jusqu'à commettre le pire des pêchés.

Alifay n'avait plus envie de cette jeune femme, pourtant très jolie, beaucoup trop enclin à s'enrouler autour de ses parties intimes, Caly ne la voulait pas, même si les dîtes parties intimes en pensaient autrement. Il l'éconduit avec cette délicatesse qui lui était propre, et elle décampa sans manquer de lui cracher à la gueule avant en le traitant de "connard fini à la pisse". Mettre en relief ses éventuelles MST et la non-envie de voir tomber son zigouigoui, après l'avoir allégrement traité de salope n'était sans doute pas la solution la plus gentlemen pour éconduire une dame. Et alors? Il essuya le crachat du revers de sa manche en soufflant un rire, étalant un peu plus le sang pas encore sec qui le maquillait un peu trop bien.

Il l'avait jeté car il aimait trop. Mais Alifay n'avait pas envie de rentrer pour autant. Il se traina jusqu'au bord de la Tamise, achetant un whisky bon marché dans une épicerie moldue ouverte justement pour les gens comme lui, qui picole jusqu'à pas d'heure, jusqu'à déraison. Et il alla s'assoir sur un quai, les pieds balançant au dessus de l'eau sale. Débouchant la bouteille avec les dents, il recracha le bouchon dans l'eau à une distance qui le fit sourire, et il fut applaudit par le clodo puant qui l'observait non loin. Une bien belle performance à la hauteur de son public, qu'il salua d'un geste avec sa bouteille avant de s'en verser une dose considérable dans le gausier.

« Tu n'devrais pas rester la, l'ami. » Ce n'était pas une menace, mais plutôt un conseil. « Il me retrouve toujours. »

Et c'était p.utain de vrai. Way avait cette capacité à toujours le trouver, comme un niffleur à la recherche d'objet precieux. Il était d'ailleurs étonné que ce ne soit pas encore le cas. Caly ne pouvait effacer ce sourire, mecanisme contre lequel il ne pouvait pas lutter lorsqu'il songeait à ce genre de conneries. Il s'allongea sur la pierre froide, et ferma les yeux. Il ne savait pas exactement ou il était, mais il pouvait sentir bouillir la magie de Son Londres non loin, si proche des moldus et si loin à la fois. Au final, Caly n'était pas si éloigné de chez lui, d'Asmodeus, et de sa vie qu'il cherchait à fuir, parfois.



_________________
I’ll always bleed for you. so let’s laugh, let’s learn to laugh at ourselves again. and let’s love, Let’s hate what our love makes us do. if i face my fears, would my skies be all but clear? probably not. then again i’ve always held my doubts so close to my heart that these frames have trapped all my better days.  I hate the things i do and all the shit i put you through. it’s tragic, i’m static. i am the world’s worst, i am my own worst enemy,  drugs can’t kill me. love won’t save me from myself.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 8
Date d'inscription : 08/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT   Mer 15 Nov - 23:02


Your silver skin
That crawls in rhythm, sweats like spring
Returns me to the deathwish
And all my epiphanies
That branded me and broke my knees
Confirms me into the deathwish

Léthargie totale. Cela doit bien faire huit heures que je suis allongé dans ce canapé à me nourrir de l'ennui le plus total. Je tente de faire le vide dans ma tête. Vaste blague, c'est totalement impossible pour moi. J'ai déjà bu six verres d'alcool et fumé au moins une dizaine de cigarettes aromatisées aux herbes magiques de ma composition personnelle. Je suis perdu dans un brouillard de substances qui me fait perde toute notion du temps. Je ne suis même pas certain d'avoir mangé quoi que ce soit aujourd'hui mais, je ne m'en inquiète pas le moins du monde. Moins je mange plus je suis fracassé. D'ailleurs Caly devrait rentrer bientôt et il n'a qu'as enfilé son ptain de tablier de petite salope et me cuire des pâtes. - "C'est lui qui travail mais, il doit encore te préparer à bouffer après, sombre bouse d'hippogriffe"-  Je sursaute et  me redresse brusquement .

Asmo - Depuis ptain de quand vous défendez Caly vous?

Quand ça les arranges évidement ! Je pose les yeux sur l'horloge et réalise alors que cela fait bien une bonne heure qu'il aurait du être la. - " Il t'as abandonné ! Il lui est arrivé quelque chose! De toute façon il en à rien à foutre de ta gueule de con"- Vrai ! Faux! Aaaargh je pousse un grognement et allume une autre de mes cigarette spéciales dont s'échappe des volutes de fumées mauves, opaques et d'une odeur accablante. -" Il rentrera pas, tu vas plus jamais le revoir"- Je grogne à nouveau.

Asmo - bouse d'hippogriffe ! Foutez moi la paix ! Je peux quand même pas lui courir après comme un petit chiot sous la pluie en manque de son maître !

Quoi que oui je peux ! Je l'ai déjà fait ! -"NON"- OUI ! OUI ! OUI ! Je me redresse brusquement et ma cigarette coincée entre les lèvres, j'enfile une veste en cuire, mon nécessaire de survie et ma baguette magique . Pas une seconde plus tard, la porte claque derrière moi et je descend les escaliers à la volée.  Caly ne le sais pas mais j'ai un bon moyen pour le retrouver -" Le traceur que tu lui a foutu dans le cul? "- L'instinct ! Aussi fou que cela puisse paraître il me suffit de mon instinct. Et oui j'ai en effet penser de nombreuses fois à lui foutre un traceur quelque part mais, je ne pense Caly assez con que pour se laisser avoir par un stratagème de ce genre. - "Il est certainement dans les bras d'une pute quelconque à tenter d'oublier le gout pourris de ta queue ! "- Mon sang ne fait qu'un tour !  Il est certain que soit il est danger, soit il fou la bouse d'hippogriffe quelque part en quête d'éternelle destruction ...Lui celle des autres, moi la mienne . Parfois on échange ! Ça dépend des jours! Je tire une taffe qui me brûle les lèvres avant de jeter le mégot au sol.

Je me presse alors vers les quartiers chaud et bar moldus. J'ai plus de chance d'y trouver Caly que chez les sorciers ou il risquerait de compromettre sa réputation. J'entre dans plusieurs établissements, je demande dans la rue jusqu’à ce qu'un gars à la gueule amochée m'indique que ce bâtard lui à mis sur la gueule pour une obscur raison que je me contre fou de comprendre. Pas de doute il s'agit bien de Caly . -" Des cons pareil y'en a pas deux"- Il m'indique un bar dans lequel il serait entré. Je me faufile discrètement entre les gens pour finalement l'apercevoir la gueule amochée, sexy comme pas permis mais, avec une grosse pute accrochée à son bras qui roucoule comme une salope de chienne en quête de baguette. Je deviens rouge écarlate, mon sang se réchauffe et semble bouillonner dans mes veines. S'il veut planter sa queue ailleurs qu'il le fasse discrètement ou qu'il me demande mon accord, ce fils de pute pense avoir le droit comme ça de me cacher des choses. Je me demande lequel de leurs deux sang aurait la couleur la plus foncée, lequel des deux aurait les tripes qui pourriraient le plus vite répandues sur les murs du club. -"Bute les ! Tous les deux! N'hésite pas! Fonce ! -" Je m'empare de ma baguette et à cet instant je remarque l'air vexée de la vélane en carton à coté de Caly et voila qu'elle lui crache à la gueule !  Je ris, je ris, en silence mais, je ris. Il le mérite bien le con, mais aussi il n'a pas céder à ses avances!?! -" Il méritent quand même de crever tout les deux-" Je relâche ma baguette .

Asmo - Pas ce soir.

Un gars se tourne vers moi et grimace. Il croit que je lui ai parler. Je fais un geste désintéresser de la main . J'ai l'habitude que cela m'arrive fort souvent. -" Oui ça quand on a des voix dans sa tête et qu'on est assez con pour leur répondre en publique! - " J'ai à peine le temps de me remettre de mes pulsions de rage que Caly sort du bar. Je le suis de loin. -" Tu te crois discret? -"  Oui Monsieur ! Je le suis !  Lorsque Caly s'arrête au bord de la Tamise, je reste tapi dans l'ombre quelque instant. Il boit son whisky tranquillement en tout insouciance. -"Bute le ! c'est le bon moment "- Je serre la mâchoire en repensant à cette gourde à son bras mais, j'ai autre chose en tête que sa mort soudaine. Je me mets à courir comme un forcené et je percute si violemment Caly que nous tombons de quelques mètres de haut jusque dans la flotte dégueulasse de la Tamise.

Asmo - BORDEL DE CUL DE TROLL ! Tu rentres pas ! Tu te fais défoncé la gueule ! OUI c'est sexy mais la pute à ton bras çà l'est beaucoup moins ! Oui je t'espionne tu crois quoi ! Pauvre CON !

Je lui hurle dessus tout en recrachant de l'eau brunâtre au gout dégueulasse qui me rentre dans la bouche. Je saisi Caly vigoureusement par le bras et je nous transplane aussitôt sur la berge ou il se trouvait il y a quelques secondes. Vu que je suis défoncé et que je crains - " C'est peu de le dire ça -" Je nous blesse tous les deux dans la manœuvre et nous voila couverts de plaies superficielles mais sanguinolentes. J'entend alors un cris et lève la tête vers un sans abris qui se mets à hurler des turcs incohérents "- BRAVO ! Usage de la magie devant moldus. BRAVO ! -" Oups ! Je regarde Caly comme un enfant qui aurait fait une bêtise avant d'éclater de rire devant la situation et nos gueules de cons. Je ne suis pas certain que Caly trouve cela aussi drôle que moi !

_________________

«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT   Hier à 0:21



SURRENDER THE NIGHT

Love, gimme love, gimme love
I don't need it, but I'll take what I want from your heart
And I'll keep it in a bag, in a box
Put an X on the floor
Gimme more, gimme more, gimme more
Shut up and sing it with me



Le calme avant la tempête. Et cette tempête du nom d'Amodeus, Caly l'a sentait arriver, indéniablement, le suivait partout, inlassablement. Et plus cette tempête mettait du temps à l'atteindre, plus elle était destructrice. Il porta sa main à sa poche pour y tirer une cigarette, mais le choc qui accompagna son mouvement vu tel qu'il fut emporté par la force que l'autre cinglé avait mis pour lui signifier qu'il était "pas content".  Plouf. Comment ça, "Plouf" ?

BORDEL DE CUL DE TROLL ! Tu rentres pas ! Tu te fais défoncé la gueule ! OUI c'est sexy mais la pute à ton bras çà l'est beaucoup moins ! Oui je t'espionne tu crois quoi ! Pauvre CON !

Alifay n'analysa pas tout de suite ce qui venait de se passer, à peine se rendait-il compte etre entrain de barboter dans l'eau immonde du fleuve qu'il était déjà sur la berge, encore plus en sang qu'auparavant.  Les litres d'alcool atténuaient la douleur des multiples plaies causées par le désartibulage d'un transplanage fait à l'arrache, mais ne suffisait pas à empêcher la douce colère de s’éveillait au fond de lui. Cette amie qui ne le quittait jamais vraiment, toujours à l'affut, prête à sauter à la gorge de sa proie. Étrangement, l'auror souriait, tout en restant silencieux, même face aux propos de m.erde de son cher et tendre.

Avait-il encore besoin de s'étendre sur le fait qu'il en avait bien rien à foutre de ce qu'il pouvait raconter, qu'il était libre de bai.ser qui il voulait, quand il voulait, ou il voulait. Et qu'Asmodeus l'espionne d'un coin sombre d'une rue faire tout ça, ça le ferait presque b.ander, la.

En jetant un regard vers le clodo visiblement secoué par la réapparition des deux débiles sur la berge, "comme par magie", son sourire s’élargissait. Et quand Way se mit à rire, Caly ne pu s'empêcher d'éclater d'un rire à glacer le sang, un de ces rires qui paraissait beaucoup trop sincère pour être vrai. Tout en esclaffant, il remonta ses manches, faisant mine de les essorer, puis envoya un crochet du droit dans la g.ueule de con d'Asmodeus, d'une puissance à te décrocher la mâchoire. Son esclaffade s'était évanouie avec le bruit de la collision. Le choc fut si violent qu'une des plaies causée par l'autre débile se déchira sur toute la longueur de son bras, laissant le sang couler à flot.

« J'aurais du la ba.iser. » Il parlait avec calme, malgré l'incendie qui battait son plein dans ses entrailles. Caly l'attrapa délicatement par le col. « Ca t'aurais donné une bonne raison de me suivre comme un clebard. » Il raffermi son emprise sur son vêtement et en rassemblant toute ses forces, et jeta Asmodeus du haut de la berge. Plouf. Il ne souriait plus.

« Vu comme t'es défait, j'te conseille pas de transplaner, imagine tu perds ta queue. J'vais réparer tes conn'ries, conn.ard, tache de pas te noyer. »

Il se détourna quelques secondes de lui, tira sa baguette, lança un oubliette au clochard et lui intima de se barrer. Sa tête devait faire assez peur pour le convaincre de déguerpir avec ses maigres affaires. Ils étaient seuls. Et c'était rarement une bonne chose, surtout quand drogues, alcool, jalousie et colère étaient de la partie. Caly alla s'asseoir sur le bord du quai, à quelques mètres au dessus d'un Asmodeus barbotant. Son sang lui tapait aux oreilles, sa rage lui hurlait d'aller lui foutre sa parfaite petite gueule de cinglé sous l'eau et de ne la ressortir qu'une fois qu'il était crevé. Ouais, super idée, et il ferait quoi après, sans lui? Sa colère destructrice l'empêchait d'entendre cette question. Rien à foutre, il allait lui fumer la bouche. Posant ses coudes sur ses genoux, il glissa son menton dans le creux de ses mains et regardait Asmodeus. Non, il était pas assez mûr, si il voulait une bonne grosse baston au moins à la hauteur de celles qu'il avait provoqué ce soir, Way devait être bien plus chaud que ce qu'il était.

« Dis moi, à quel point ta journée a été minable pour te sentir obligé de vivre par procuration ? S'tu veux j'peux La retrouver et la choper à même la pavé, la, si ça peut illuminer ta pitoyable existence. »

Etait-ce Caly qui parlait ce soir? Ou l'alcool? Ou bien ce besoin inexorable de se prendre une raclée par son Amour, histoire de lui remettre les idées en place? Sans doute un triste mélange des trois. Il sorti son paquet de cigarettes, inévitablement trempé et absolument inutilisable. Dans un claquement de langue, il le jeta à la tronche de Way, parce que quitte un sombre con.nard, autant l'être jusqu'au bout.



_________________
I’ll always bleed for you. so let’s laugh, let’s learn to laugh at ourselves again. and let’s love, Let’s hate what our love makes us do. if i face my fears, would my skies be all but clear? probably not. then again i’ve always held my doubts so close to my heart that these frames have trapped all my better days.  I hate the things i do and all the shit i put you through. it’s tragic, i’m static. i am the world’s worst, i am my own worst enemy,  drugs can’t kill me. love won’t save me from myself.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 8
Date d'inscription : 08/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT   Hier à 21:22






Je continue de rire comme un idiot, parce que c’est ma spécialité et que après tout, je ne sais pas quoi faire d'autres face à la connerie que je viens de faire. C’est loin d'être la première fois que j'utilise de la magie devant un moldus, je ne suis pas très regardant sur les détails, j'ai tendance à m'emporter et à ne pas réfléchir aux conséquences de mes actes. Oh et puis bouse d'hippogriffe quoi ! Je ne me sent pas vraiment concerné par la préservation des secrets du monde magie ! Fuck ! Les moldus n'ont qu'a s'y faire,nous leurs sommes supérieur un point c’est tout. Deal with it guys ! - "Sauf que c’est pas toi qui décide si c'est important ou non ! et les conséquences on les paye nous aussi-" Blablabla. Qui sais ! Si je me retrouvais à me faire griller le cerveau par deux trois détraqueur à Azkaban, je m'en porterais peut être mieux! - " C'est pas possible d'être aussi con ! -" Le rire de Clay prends échos au mien. Cependant ça sonne faux et un frisson me glisse le long de la colonne vertébrale. Je n'ai pourtant pas le temps de réagir qu'un coup de poing me fracasse la mâchoire. Je crache aussitôt une gerbe de sang mais, la colère ne monte pas en moi. J'aime avoir mal, j'aime l'adrénaline que ça me procure et le fait que pendant ces quelques secondes de douleur vive, je goûte aux joies d'un esprit clair et libre. Je pourrais lui demander de recommencer. Je retourne la tête de Caly et vois le sang de Caly couler le long de son bras. Je me lèche la lèvre, elle aussi couverte de sang, comme le ferait un animal affamé devant un bon repas. -"Tu te prends pour un vampire maintenant ?!? Bouffon-" Et bouse d'hippogriffe, elles sont déjà de retour. C'est probablement que je n'ai pas encore assez mal.

Caly -  J'aurais du la ba.iser...  Ça t'aurais donné une bonne raison de me suivre comme un clébard.

Plouf. SBaf. Plotch. Sans aucune grâce, je dégringole à nouveau de la berge et m'écrase dans la flotte dégueulasse. Non mais il est con ou quoi? Parce que il croit que le fait qu'il baise ailleurs serait la seule bonne raison pour moi de le suivre? Mais le con! La simple raison que je ne supporte pas qu'il soit loin de moi trop longtemps me suffit. La simple raison que je m’inquiète pour lui suffit également . Il ne comprends vraiment rien. -"Non en effet il doit pas encore avoir compris la  grosse lavette que tu est à ses pieds. Pathétique-" Je ne lui réponds pas, je ne me débats pas non plus dans l'eau, je reste la comme un con à le regarder vers le haut.

Caly - Vu comme t'es défait, j'te conseille pas de transplaner, imagine tu perds ta queue. J'vais réparer tes conn'ries, conn.ard, tache de pas te noyer.

Oooh mais je suis bien moins défait que lui, et bien moins qu'il le crois. Ce n'est pas parce que je rate un transplanage pour deux que je ne serais pas capable de le gérer seul. -" Oh ça reste à prouver ça!-" Fuck. Un grognement s'échappe de mes lèvres. J'entends Caly hurler sur le clochard de se tiré au plus vite d'ici. Je ne doute pas qu'il lui obéisse sans résistance. Caly fait peur à voir. -" Toi aussi !"- Et voila que le visage de Caly réapparaît au dessus de la berge, il est hors de lui ,ce qui le rends terriblement sexy. Je sais bien qu'il tente de me mettre hors de moi et cela devrait marcher mais je ne parviens pas à me défaire de l'image de l'autre pute qui lui crache à la gueule . Il n'a pas voulu d'elle. Il ne l'a pas baisée ! Et quoi qu'il puisse en dire, je me plait à croire que c'est pour moi ! - " La fucking vaste blague du siècle-" Et son intérêt pour que je ne perde pas ma queue ? C'est quoi ça ? Si ce n'est la preuve qu'il est incapable de s'en passé ! ? !

Caly - Dis moi, à quel point ta journée a été minable pour te sentir obligé de vivre par procuration ? S'tu veux j'peux La retrouver et la choper à même la pavé, la, si ça peut illuminer ta pitoyable existence.

Le paquet de clope de Caly m'arrive en plein dans la face. Je grogne à nouveau, plus bruyamment cette fois. Si il crois que je vais me laisser faire comme ça. POUF ! Je transplane à nouveau pour réapparaître pile devant Caly. Ok j'y laisse de nouveau quelques morceaux de ma chaire. Du sang me coule sur le coté du visage jusque dans la nuque. -" Fantastique "- Je m'empare fermement de la main de la Caly et la cale entre mes jambes.

Asmo - Pour te rassurer sache qu'elle est toujours la ! Prête à te servir !

Je le relâche aussitôt sa main et plante mon regard dans le sien. Comme simple affront, je me permets de rire à nouveau en plein dans sa face. Je suis tenté de le balancer à la flotte encore un fois, mais nous n'en finirons jamais avec ce petit jeu. -" Ah oui ça à ce rythme vous êtes encore la demain-" et je ris de plus belle ! Il ne sais pas ce qui l'attends ! Je bascule d'un pied sur l'autre et recule de quelques pas pour m’éloigner de la berge . Je lui fait un signe de la main pour l'inviter à ma suivre.

Asmo - Alors viens seulement bit.e molle !!! On va la retrouver ta pute, elle ou une autre ça revient au même ! Puis tu la baise devant moi puis si tu veux je la baise aussi ! Qu'on la défonce, il en restera plus rien ! Jamais elle aura été baisée comme ça ! Une chance pour elle!

Mon regard rempli de défi est plongé dans celui de Caly. "- Jamais t'irais au bout ! Est ce que t'es seulement encore capable de baiser une meuf? -" Oh que oui je le suis ! Pas que j'en ai envie ! Je retire une fierté de savoir que mon défi est très fort probablement la dernière des choses à laquelle Caly pouvait s'attendre. Je fais encore quelque pas pas en avant.

Asmo - Alors t'attends quoi ! Tu as peur peut être? Peur de voir que t'es plus capable de bander pour quelqu'un d'autres que moi !?! En tout cas MOI j'y vais !

Je joue avec le feu. -" Tu vas te manger, t'en mordre les doigts ! Bien sure qu'il en est capable et ce sera juste bien fait pour ta gueule-" Mes yeux deviennent humide et je tourne brusquement la tête. Je me mords violemment l'intérieur de la joue. -" Ah oui parce que t'es pas déjà en mauvaise état à pisser du sang d'un peu partout.-" J'avance, d'un pas décidé. Il n'a qu'a courir lui derrière moi pour cette fois. -" Et si il ne fait pas ?-" Je mords à nouveau dans ma joue jusqu'à sentir le gout du sang dans ma bouche.



_________________

«For every failing sun, there’s a morning after »
These are the eyes and the lies of the taken... These are their hearts but their hearts don’t beat like ours. They burn ‘cause they are all afraid. For every one of us, there’s an army of them but you’ll never fight alone. ‘Cause I wanted you to know that the world is ugly but you’re beautiful to me
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caly & Asmo; SURRENDER THE NIGHT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» TNA : No Surrender 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Londres :: Londres Moldu-
Sauter vers: