AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 dancing on the moon (casio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 98
Date d'inscription : 17/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: dancing on the moon (casio)   Dim 17 Déc - 13:58


 
Cassiopée Roxanne Raye
 “To watch us dance is to hear our hearts speak.”


 

 

 
Pseudo
: magicawn
Âge
: 19 now
Comment as-tu connu le forum ?
 :ha:
As-tu des remarques à faire ?  
 j'avais la flemme d'attendre :zad: 
Fréquence de connexion :
 10/7 jours
un dernier mot ?  
j'vous :sex: vraiment merci de m'avoir laissée reprendre bébé Cassio  :10:

 
Code:
[b]Elle Fanning[/b] - Cassiopée R. Raye

 
crédit gif/avatar
:  ban1 + gif 1 : hellagifhunts  ban2 : j'l'ai paumé aussi. argh :dead:, avatars : avengedinchains. :alice:

 

 
Carte d'identité
Prénom
: Cassiopée, comme si t'étais destinée à devenir une étoile. Roxanne, t'as le théâtre moldu dans la peau. Sauf que manque de bol, c'est pas cet art-là qui t'intéresse.  
Nom
: Raye, tu fais partie de l'élite sorcière francaise, et tu sais te comporter pour l'honorer.  
Date de naissance
: le 18 juillet 1960. T'as une tête de bébé pour tes dix-huit ans - à croire que même ton corps refuse de grandir.
Nationalité
: t'es française, et fière de l'être, et tu refuse te perdre ton joli (ou pas) accent français quand tu parles anglais - histoire que tout le monde sache d'où tu viens.
Statut de Sang
: Les Raye, c'est une des familles les plus pures de France. Sauf qu'tu t'en fiche - c'pas comme si le statut du sang était aussi important qu'en Angleterre.
Métier/Maison
: Serdaigle, t'es assez intelligente et t'as aussi la folie douce des bleu et argent. 
Orientation sexuelle
: Y'a que les hommes qui t'intéressent, et c'est pas près de changer.

  Un brin de magie :
Votre Epouvantard
 Le corps d'Amaury, mort noyé. Ce qui se serait passé si t'avais pas été là pour le sauver.  
Votre Patronus
 un lièvre  
Votre baguette
Bois de laurier, crin de licorne, 23, 9 centimètres. Excellente pour les sortilèges.  
L'amortencia :
Le parfum de l'amaryllis rouge, symbole de la famille Raye. L'odeur d'une salle de danse - mélange de transpi et de vernis, mais tu t'en fous, c'est là où tu te sens chez toi. Et une dernière odeur inconnue, pour le moment. T'as pas forcément envie de savoir ce que c'est, mais en même temps t'es curieuse d'avoir la solution un jour.  
Particularité magique
 Voyante, t'utilise ta capacité à voir l'avenir à des fins pas très sages. Ça t'es déjà arrivé de te concentrer pour voir les sujets d'examens et du coup, avoir beaucoup moins de choses à réviser. Sauf que c'pas toujours agréable, de voir l'avenir. Ton don se manifeste par visions, des visions qui arrivent n'importe quand, sans prévenir, souvent assez dérangeantes pour qu'on te voie t'arrêter au milieu d'un couloir, sans raison.
Avide de nouveautés, t'as essayé d'apprendre la legilimancie. A ta façon. Mais comme d'habitude, ça a mal tourné, et dans ta tête c'est devenu une cacophonie incessante à force d'entendre les voix des gens qui t'entourent. La seule solution que t'as pour arrêter ça, c'est d'apprendre l'Occlumencie - mais en suivant les règles cette fois, même si y'a rien de plus frustrant.  


 
Caractéristiques
Caractère
: En général, t’hésite à chaque fois que les gens disent qu’t’es folle. T’as cette aura de folie douce autour de toi comme pas mal de Serdaigle – sauf que c’est juste la folie douce des artistes. T’es une artiste avant tout, danseuse depuis t’as quatre ans, tu vis que pour ça, et la danse passe au-dessus des études. D’ailleurs, tu préfère largement apprendre par toi-même plutôt que de façon scolaire. Même si ça t’a foutue dans la bouse pas mal de fois, tu t’en fiche. Tu t’sens supérieure aux autres, certaines fois. Prétentieuse et ambitieuse, t’penses que les études, ça ne sert à rien. T’es au-dessus des règles, à ton avis. Parce que t’as sauvé la vie de quelqu’un – et que certains disent que t’as un QI plus élevé que la moyenne. Et qu’ta baguette, c’est du laurier.
Tout ça pour pas grand-chose parce que ça ne s’est jamais vérifié, mais par contre, revers de la médaille, t’es flemmarde. Une grande flemmarde envers ce qui ne t’intéresse pas, mais travailleuse et curieuse comme une puce quand un sujet arrive à susciter ton intérêt. Jamais autant que la danse évidemment – rien n’peut être plus attirant que la raison de vivre de quelqu’un.
T’es une fille douce, aussi, qui évite les conflits plutôt que d’en créer. T’évite les gens, sans être timide – tu vis dans ton monde, trop perturbée par les visions, ton âme d’artiste, et le boucan presque permanent dans ta tête quand t’es entourée de trop de monde.
Sensible, trop sensible parfois, t’peux avoir peur pour rien du tout, surtout si quelque chose ou quelqu’un te prend par surprise.
T’es protectrice et loyale envers les gens que t’aime – ta famille, surtout Amaury.
Si t’étais toute seule, t’aurais pas survécu à tes gaffes – ou plutôt ta santé mentale aurait vraiment difficilement été restée ce qu’elle est maintenant.
La faute à ton don, qui est plus une malédiction qu’un véritable don – même si parfois il est tellement utile, comme quand tu l’utilise pour voir les questions d’un examen important alors que tu dois faire plus attention à la danse qu’autre chose.   
Allégeance
: Tu t’en fous, de cette guerre. Elle te dépasse, et t’cherche pas à être impliquée dedans. T’veux juste vivre ta vie tranquille, parce que t’es venue pour suivre Dylan, et c’est tout. Ton allégeance, elle va aussi à ta famille, les Raye passent avant tout. Enfin presque – elle va à Amaury, Amaury et encore Amaury, et Dylan aussi, mais après Amaury.   


 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 98
Date d'inscription : 17/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Dim 17 Déc - 14:00


Il était une fois
luceo, non uro


CHAPITRE 1 : creatio ex nihilo

C'est l'année d'ton quatrième printemps que ta vie a enfin un sens. Jusqu'à maintenant, elle a été joyeuse. Aimante. Parfaite - t'as eu les meilleurs parents du monde depuis ta naissance. La meilleure famille du monde aussi, tu l'sais parce qu'ils t'aiment. T'passes ton temps à rire, à jouer - jusqu'au jour où tes parents décident d'aller faire un tour dans le Paris moldu. T'sais pas très bien la différence, en vrai. T'sais juste qu'il y a une ville, et que cette ville, tu l'aime. Elle est magique, elle est bruyante. Vibrante de vie et depuis la demeure cachée aux yeux du reste du monde des Raye, t'passe ton temps à l'observer la nuit, quand t'as pas envie de dormir - ou que tu n'y arrive simplement pas.
Et aujourd'hui, tes parents ont décidé de t'emmener dehors avec eux. Ils ont voulu, pour une fois, te faire sortir le soir. Tard, quand il fait nuit et que tout le monde est dehors. C'est le moment où la ville est la plus passionnante possible et tu t'accroche à ta mère pour pas la perdre - même si t'sais que vu qu'elle peut faire de la magie, elle te retrouvera quand même si tu disparais.
T'es au milieu d'une foule et t'aime ça. Tes parents décident d'aller voyager sous terre pour une fois et t'adore ça, même si t' as du mal à comprendre comment un train peut rouler sous terre.
Tu leur pose la question et ils répondent, mais t'écoute pas vraiment, en vrai. T'préfère imaginer qu'la femme qui te regarde depuis tout à l'heure est une fée - qu'le mec énorme qui pue derrière ton père est un troll.
C'est plus intéressant et t'sens pas le temps passer. T'as l'impression que ça fait qu'une minute, ou même moins, que vous êtes montés tous les trois dans ce qu'ils appellent «métro».
Et vous remontez à la surface - t'sais pas encore à ce moment-là que ce jour sera l'un des plus importants de ta vie. C'est à la station Opéra qu'vous vous êtes arrêtez. C'ta mère qui l'a dit, tu sais pas ce que c'est un opéra - t'sais juste que c'est comme apéro à l'envers. Mais tu vas bientôt le savoir.
Vous avancez sans problème dans la foule qui s'presse sur le boulevard. C'est comme ça qu'on appelle une rue plus grande que les autres - d'après c'que t'as compris. Mais c'est qu'un mot, et c'pas ce qui t'intéresse le plus. Vous fondez la foule. A trois c'est facile - et on dirait qu'tes parents impressionnent les gens par leur simple présence. Normal, ils ont des pouvoirs magiques. Les autres le savent pas, mais t'as l'impression qu'ils le sentent que tes parents sont bien plus puissants que. Alors t'fixe le monde avec un sourire, tu t'sens comme une princesse dans les bras de ta mère - qui vient d'te poser sur le sol sans que tu comprenne pourquoi.
«Tu te souviens ce qu'on a dit, chérie ?» T'fronce les sourcils deux secondes, pour réfléchir. Et t'hoche la tête - évidemment qu'tu te souviens. «J'dois pas faire de bruit avant que ce soit fini.» «Exactement. Pas de bruit - sinon tout le monde va t'entendre.»
«Promis, maman, pas de bruit.» Et tu pose un doigt sur la bouche, en faisant semblant de la fermer comme on ferme une fermeture éclair.
Vous entrez dans la salle, et tu t'accroche à la main d'ta mère pour pas la perdre. C'est que y'a encore une fois plein de gens autour, et tu frissonne à l'idée qu'une grande personne te marche dessus et t'écrase.
T'finis par être en sécurité sur un siège du premier rang au milieu d'cette salle trop grande pour toi parce que t'en vois pas la fin. Il fait noir, et tu frissonne en te collant contre ta mère - et l'rideau s'ouvre, et la magie commence.
C'est une autre sorte de magie que celle qu'tes parents font tout le temps. C'est une autre musique que celle qui passe à la radio sorcière. C'est plus beau - c'est indescriptible. T'es trop petite pour le décrire, t'connais pas encore assez d'mots pour le faire. T'reste silencieuse pendant tout le temps, comme ta mère l'a dit.
Et à la fin, le soir, dans ton lit, t'murmure à maman juste avant qu'elle aille se coucher aussi. «M'man, ils faisaient quoi les gens ?» «Ils dansaient, Cassio.» «J'veux faire pareil, moi aussi. J'peux, dis ?» «Si tu travaille dur, tu pourras, oui.» T'as souri, à ce moment-là. Et t'avais qu'une chose en tête - «J'peux commencer quand ?» «Dès demain, si tu veux.»




C'est un an plus tard après un cours de danse - particulier, pour commencer, ton père voulait pas que tu t'mèle aux autres, parce qu'on ne sait jamais, t'pourrais gaffer en parlant de magie devant tout le monde alors que c'est interdit - que c'est arrivé. Ou pendant, tu t'souviens plus trop. Ce que tu sais, c'est que l'elfe de maison, Reely, est venue t'voir pour te dire qu'elle allait s'occuper de toi jusqu'à ce que ton père revienne te chercher. Parce qu'ils sont partis à l'hôpital - t'sais pas vraiment ce que c'est, t'as jamais eu à y mettre les pieds. Ça prend des heures, avant que quelqu'un ne revienne. Y'a une amie de ta mère qui arrive pour t'accompagner pour manger, pour que tu sois pas toute seule. C'est le bébé qui arrive - c'est elle qui l'a dit. Tu l'avais deviné, parce que depuis des mois le ventre d'ta mère est devenu de plus en plus gros. T'vas plus être toute seule, et t'sais pas vraiment quoi en penser.
Le lendemain, t'prends la main de ta protectrice du jour pour voyager jusqu'à l'hôpital en poudre de cheminette.
Et une fois dans la chambre, t'retrouve tes parents - et pas qu'eux. Y'a un bébé dans les bras de ta mère qui sourit, ton petit frère. Et au moment où t'as le droit de le prendre dans tes bras, t'sais que ton rôle ce sera toujours d'être là pour le protéger.
T'redresse les épaules avec fierté, prête à prendre cette responsabilité.
Et à jamais faillir à la tâche.

CHAPITRE 2 : in flammam flammas, in mare fundis aquas.
T'as jamais pensé que l'eau pourrait faire mal. T'as jamais pensé que l'eau peut tuer des gens - t'as toujours aimé l'eau, en vrai. Aussi loin qu'tu te souvienne - même si t'avais pas existé aussi longtemps pour le dire - t'as passé ton temps à y barboter quand t'étais pas entrain de tournoyer quelque part. L'eau et toi vous ne faites qu'un, et pendant longtemps t'as souhaité avoir c'pouvoir dont t'as entendu parler : certains sorciers ont tellement d'affinités avec un élément qu'ils arrivent à en faire ce qu'ils veulent, et t'as toujours voulu pouvoir faire pareil avec l'eau. Sauf que ça a pas été le cas - même si ta première manifestation de magie s'est passée pas loin d'un lac. T'étais juste entrain de jouer avec Amaury, le p'tit frère qui a bien grandi depuis la toute première fois que tu l'as vu. T'étais entrain de te vanter parce que t'savais faire le grand écart parfaitement et pas lui - dispute de gosses qui a fini par mal tourner. T'es pas sûre que ce soit ta faute, tes parents t'ont jamais blâmée de ça parce que tu l'as sauvé.
T'as fait ton devoir de grande soeur qu't'as toujours pris à coeur quand t'as vu qu'il n'était plus à côté de toi en deux secondes - en deux secondes il a échappé à ta surveillance et t'as paniqué.
T'savais pas où il était - t'as juste su qu'il était plus là. T'as avancé sur le ponton, (où t'étais allée danser pour voir si t'arrivais à faire certaines figures dans un petit espace) pour voir que l'eau bouillonnait, et t'as hurlé. Tu t'es penchée, et à sept ans à peine t'as sauvé la vie de quelqu'un.
C'est difficilement que t'as expliqué à tes parents qu'en tendant la main, t'as réussi à ce qu'Amaury vole en dehors de l'eau.



Quand ils l'ont fièrement raconté à tous les membres de la famille Raye qu'enfin, t'étais une sorcière, t'as vécu une dure journée. Pas plus dure que celle d'Amaury, qui a passé le reste de la journée enveloppé dans une couverture, assis à côté de la cheminée comme un miraculé. C'qu'il était en vrai - faut dire qu'il a failli se noyer.
Tu l'as pas lâché d'une semelle sauf quand t'as été parlé avec des plus grands qui t'demandaient ce qui s'était passé, et qui parlaient de Beauxbâtons aussi. T'les as écoutés avec des yeux brillants maintenant que t'étais certaine de pouvoir y aller toi aussi. Ingvild t'as parlé du carrosse géant tiré par des chevaux géants, Gaspard a préféré raconter des histoires complètements fausses selon Ingvild sur les gardiens qui protègent le château. Il a dit qu'ils brûlent ceux qui n'ont pas le droit d'entrer dans l'école - t'sais que c'était juste pour faire peur mais t'sais aussi que ça pourrait être possible.
«Cassio ? J'suis désolé, me regarde pas comme ça, c'tait pour rire.»
Tu l'entends pas vraiment - t'as juste fermé les yeux deux secondes. T'sais pas ce qui se passe mais t'as continué à le fixer, en prenant sa main.
«T'raconte n'importe quoi, Gasp.»
Ça t'as surprise, toi aussi.
Parce qu'en fermant les yeux tu les as vus, les gardiens - t'suppose que c'est eux. T'en as donné l'exacte description, des gardiens, juste après, alors que t'en avais jamais entendu parler avant. Alors que tu les avais jamais vus.
Et quand on t'a demandé comment tu savais tout ça, t'as pas su mentir.
«J'me suis vue aller là-bas.»

CHAPITRE 3 : perfer et obdura; dolor hic tibi proderit olim

T’les as tous vus partir, un par un. Les cousins qui disparaissent alors qu’tu reste seule dans la maison de Paris avec Amaury – ça te dérange pas, parce que t’en es proche, de ton frère. T’sais pas qui tu préfère, de Dylan ou d’Amaury, mais t’as pas envie de faire un choix. Dylan c’est un cousin, tu le vois moins que ton frère, alors ça rend ces moments encore plus importants. Tu raconte tout ça dans des cahiers qui se vident de plus en plus vite – journal intime qu’les moldus appellent ça, toi t’appelle ça plan B. Parce que t’en as marre de devoir expliquer que oui, la danse c’est un vrai métier à ceux qui te rient au nez quand tu leur dis qu’tu veux faire ça de ta vie. « C’est un vrai métier, ça ? » – une question qui revient sans arrêt, mais c’est quelque chose que t’as vu. Une autre vision, t’sais maintenant, à neuf ans, que c’est l’avenir que tu vois – plus ou moins lointain – quand les gens croient que t’as une attaque. Parce que tes visions, elles arrivent à n’importe quel moment, en général en plein jour. T’as jamais su pourquoi, peut-être que c’est parce qu’inconsciemment t’aime trop dormir pour être dérangée par ton don en plein sommeil.
Tu les consigne dans ton journal, y’a des pages spéciales pour ça – carrément une couleur spéciale pour elle. Parce que c’est quelque chose qu’tu veux pas raconter à Dylan. Déjà qu’il te croit folle comme tout le monde alors que t’aime juste rêver de temps en temps et que t’es seulement dans ton monde, lui raconter que tu vois l’avenir ça ferait un peu trop. T’sais pas si tu devrais.
T’y as jamais vraiment réfléchi, en vrai.
Tu dis juste plus de choses à ton plan B qu’aux vrais gens – ils pourraient répéter alors que le papier, c’est muet à moins que quelqu’un ne le lise.
Et à ta connaissance c’pas encore arrivé – même maintenant alors que t’es tranquillement assise avec tes cousins, les plus âgés, à onze ans t’as enfin pu monter dans le carrosse géant de l’Académie de Magie de Beauxbâtons.
Ils t’ont fait flipper, les Abraxan – ces chevaux blancs géants, ailés, et qui n’boivent que du whisky pur feu. Quand t’as demandé pourquoi à Gaspard, il s’est encore moqué de toi – mais cette fois t’a ri au lieu de jouer à la vexée. Comme d’habitude t’dis pas grand-chose pendant le trajet, et les autres pensent pas que t’as le mal de mer. T’fais juste attention à tout ce qui se passe pour ensuite pouvoir tout réécrire dans ton carnet plus tard – parce que ton plan B c’est d’être journaliste pour les journaux sorciers français, et là-bas ils n’embauchent que les plus belles plumes. Alors autant commencer tôt, surtout que les gens disent que ça, oui, c’est un vrai métier.



Ca fait quatre ans que t’es à Beauxbâtons, maintenant. T’enchaîne les notes et les découvertes – mais c’que t’enchaîne surtout c’est les heures perdues à rêvasser. T’es pas du genre incapable de tenir une heure de cours, t’es plutôt du genre d’élève qui est assidue, mais qui a la flemme de bosser. Des cahiers, t’en a rempli tellement qu’ils ne rentrent même plus dans la cachette aménagée dans ta chambre un soir, t’es trop jeune pour faire de la magie en dehors de l’Académie, et t’sais même pas encore quel sortilège utiliser pour arriver à tes fins et magiquement agrandir l’endroit. T’peux définitivement pas demander à quelqu’un. Ils demanderaient pourquoi, et ils liraient ensuite alors qu’ils n’ont pas le droit de lire, et tu grimace à l’idée que ceux de cette année ne tiendront pas dedans.
Parce que t’es encore en cours – et t’écoute cette fois, parce que le prof raconte quelque chose d’intéressant. La legilimancie, ou l’art de lire dans la tête des gens. Y’a un sourire qui éclaire ton visage – ce soir t’feras des recherches dans la bibliothèque et demain t’seras legilimens après une nuit blanche.
Sauf que le soir, tu te rappelle d’à quel point suivre les règles, c’est ennuyant. Les instructions sont frustrantes, et le bouquin dit que ça prendra longtemps, vraiment longtemps – des mois – avant qu’tu puisse pénétrer dans l’esprit de quelqu’un. Et sous les yeux de Dylan effaré tu décide de prendre des raccourcis, parce que t’as pas envie d’attendre, t’as jamais été connue pour être du genre patiente.
T’aurais pas dû les prendre, ces raccourcis. Parce que faut que quelques semaines pour qu’en plus d’tes visions qui arrivent n’importe quand, faut que t’entende – littéralement – les pensées de tout le monde dans les couloirs, dans les dortoirs, dehors, et t’en peux plus. T’as l’impression de tourner folle – et c’est pas rare que tes rêves tournent en cauchemar. Et t’arrive même pas à te concentrer assez pour écrire des pages et des pages – c’est devenu impossible à cause de la cacophonie permanente dans ta tête.
Et c’est que Dylan te fait la tête du « je te l’avais bien dit », et tu lui tire la langue « j’peux gérer ». Sauf qu’il en croit pas un mot.
« Faut qu’tu te bouge, Cassio, ça va mal finir après. » T’hausse les épaules – tant qu’tu peux continuer la danse, y’a rien de grave à l’horizon. « T’vas tourner folle, Cassio, » qu’il continue comme pour clarifier ce qu’il a commencé – à ça t’y est indifférente, tant que tu peux continuer à tournoyer.
« Bah, ça change pas plus de d’habitude, non ? Gasp m’croit déjà folle. »
« T’es à l’ouest – pas folle. T’as déjà vu des vrais fous ? »
T’fronce les sourcils pour fouiller dans tes souvenirs, et tu secoue la tête.
« Non. Et toi ? »
« Non plus, mais à mon avis c’est vraiment nul de plus avoir sa tête, alors tu devrais trouver une solution. »
« Et t’en as une de solution, monsieur je-sais-tout ? »
Il s’met à sourire en posant un livre sur la table entre vous – trouvé quelque part dans l’Académie ou au Manoir Raye, t’suppose. Et tu grimace, t’as beau aimé lire, ça a l’air d’être le grimoire le plus ennuyant du monde.
« Y’a une technique, ça s’appelle l’occlumencie, » qu’il commence en semblant être sûr de lui. « Et ça fait l’effet inverse de la legilimancie – ça bloque ton cerveau aux pensées des gens. A mon avis ça pourrait aider, mais faut respecter les consignes à la lettre, cette fois. »
T’le fusille du regard, t’aime pas qu’on te rappelle que c’est de ta faute si t’es comme ça – t’aime pas les règles, t’aime pas ce qui est scolaire, et t’as beau être intelligente, les bonnes notes ne suivent pas parce que les modes d’emplois, t’aime pas.
« Ouais, on pourrait essayer, » qu’tu finis par lâcher. Parce que t’as quand même envie d’garder ta tête en entier.

CHAPITRE 4 : non desistas, non exieris
« Cassio, j’ai un truc à te dire. »
C’est dans votre coin secret que Dylan t’as faite sursauter – t’étais encore entrain de couvrir les pages d’un autre cahier quand il est arrivé. Tu l’as même pas entendu, en vrai, trop passionnée à raconter ta journée. Ou à décrire les arbres que tu regarde inlassablement depuis le haut de la tour du château de l’Académie – t’sais plus vraiment. T’as relevé la tête et soudainement il était là, le visage sérieux, encore une fois. Et t’as eu beau te concentrer, froncer les sourcils, pour une fois t’as rien entendu. Rien n’est sorti de sa tête et c’est tant mieux – t’aurais pas aimé savoir à l’avance.
« T’es sérieux ? » t’as presque crié ça, sentant les larmes monter. Parce qu’il part en Angleterre, Dylan. Il part loin au Nord là où il pleut sans arrêt, là où les uniformes légers de Beauxbâtons sont une grosse blague.
« Mais… t’vas te mouiller là-haut. Et attraper la mort pendant des jours, t’seras pas habitué, même à Paris t’es malade. »
« J’ai pas le choix, Cassio. Faut que j’aille à… Potde – un truc du genre. »
T’as souhaité d’avoir pu le voir, ce départ de Dylan. Ou peut-être que c’était ça le cauchemar que t’as eu la semaine dernière, la vision d’une silhouette qui s’éloigne et toi qui n’arrive pas à la rattraper. C’est tout ton monde qui s’écroule d’un coup à imaginer que Dylan ne sera plus là tous les jours. Qu’tu le verras pas assez –
« Laisse tomber, j’viens avec toi, » t’déclare d’un ton autoritaire. T’as été écrire une lettre à tes parents, après, argumentant qu’tu pouvais pas vivre sans Dylan même si Amaury allait être jaloux. Tant pis, t’as besoin de Dylan, sans lui y’a plus personne pour te rappeler qu’il y a des règles à respecter. Parce qu’Amaury, lui aussi il s’en fiche des règles, il fait que répéter qu’elles sont là pour être transgressées.



Ils ont fini par accepter, tes parents. A force d’avoir argumenté, pleuré, boudé malgré tes quinze ans, t’as fini par obtenir ce que tu voulais – une inscription dans l’école écossaise pour y suivre Dylan. Et ne pas perdre la raison. Surtout. Tu t’es excusée envers Amaury, une fois sur le quai 9 3/4. Les gens vous regardaient parler français en vous montrant du doigt – mais toi tu t’en foutais. T’as vite suivi Dylan, l’interprète au début, il avait un meilleur niveau d’anglais que toi.
Niveau qui a augmenté au bout de deux semaines – suffit de parler une langue tous les jours pour s’améliorer. Le voyage en train, vous l’avez passé tous les deux, tranquillement, à vous amuser à comparer ce que ça faisait de passer des heures en train au lieu d’un temps bien plus rapide en volant dans les carrosses en forme de citrouille géante de l’Académie. Les Pyrénées t’ont manqué, tout de suite. Déjà parce que tu connaissais seulement Dylan, ensuite parce qu’il fait froid, en Ecosse. Vraiment froid, et il pleut, il pleut beaucoup trop, même à Paris il ne pleut pas autant. T’as chopé la crève des millions de fois – à croire que ta pseudo prédiction s’appliquait à toi et pas Dylan qui n’est même pas tombé malade.
Vous aviez critiqué Poudlard tout du long mais en arrivant, c’est aussi silencieux que les gosses de onze ans que vous avez admiré le château, le lac noir, et le reste, en essayant de paraître blasés vu que vous faisiez deux têtes de plus qu’eux. Même toi qui est pas si grande t’regardais les autres de haut – et les murmures qui t’ont suivi quand t’as marché jusqu’au Choixpeau Magique sans vraiment comprendre la logique des Maisons, tu les as pas aimés.
Elle a été rapide, ta répartition – à peine le chapeau posé sur la tête tu l’as entendu gueuler « Serdaigle ! » comme si sa vie en dépendait.
T’as couru vers la table des bleus et argents, en t’disant que finalement, être une aiglonne c’était pas si mal.

CHAPITRE 5 : Errare humanum est
« Même ici il fait froid l’été, » t’grimace pendant que Dylan a la patience d’écouter tes jérémiades – à moins qu’il s’en foute, trop absorbé par son livre pour t’écouter attentivement. T’avais besoin de le dire et tu frissonne, même en venant de Paris t’es pas habituée au froid à cette époque de l’année. Et t’en reviens pas qu’la seule idée qui te soit passée par la tête pour briser le silence entre vous ça soit la météo – nouvelle grimace devant ce manque d’originalité. C’est qu’à Paris, il y a tellement de monde et d’activité qu’il fait chaud dès le mois de mai, quand il ne pleut pas. Et t’es habituée au climat des Pyrénées aussi, t’es une fille qui ne supporte pas le froid. T’finis par arrêter de grimacer quand Dylan lance que ça te fera des rides prématurés, parce que t’as aucune envie que ça arrive, au fond.
C’est la fin de votre cinquième année, et ça veut dire que c’est l’époque des BUSE, aussi, sauf que t’as décidé de ne rien faire. T’penses déjà tout savoir – t’as presque rien fait, vu qu’encore une fois ton don s’est montré utile. T’en as rêvé, encore une fois, de ces examens, et cette fois t’as vu les questions et les réponses et tu t’sentais confiante devant ta copie – alors pas besoin de réviser plus que ce que ton rêve t’a montré. T’es persuadée d’avoir raison, ou plutôt t’essaie de te convaincre toute seule. Dylan n’y croit pas du tout, mais c’est pas ça qui va te faire changer d’avis. T’as mieux à faire, et c’est un livre sur l’occlumencie que t’as sur les genoux. T’es déterminée à suivre ces règles-là, pour qu’la cacophonie dans ta tête cesse enfin. Au pire si ça arrive encore pendant les BUSE t’auras qu’à écouter attentivement pour trouver les réponses – encore une raison pour se concentrer sur autre chose. T’relève les yeux du bouquin, avant d’t’appuyer contre le mur du couloir. Vous squattez l’escalier de la tour des bleu et argent depuis un moment, et t’en as déjà marre de lire. « Dylan, j’ai envie de bouger, » t’lance avec des yeux vitreux d'ennui.
« Si on bouge maintenant t’vas le regretter, » qu’il annonce en réponse, levant les yeux pour t’fixer.
« Et comment tu sais ça ? »
« J’ai pas besoin de pouvoir prédire l’avenir pour l’savoir. Si tu bosse pas, tu vas te planter. »
« J’ai bossé. »
« Ca veut rien dire, c’était qu’un rêve. »
C’est vrai que c’était qu’un rêve – pas les visions habituelles qui t’arrêtent au milieu de ce que t’es entrain de faire. Mais c’est pas pour ça qu’tu vas pas faire confiance à ton don, et t’referme le bouquin en te levant quand même. « Si tu veux pas bouger, c’est pas grave. Moi j’vais me balader. »
Il hoche la tête et tu te dirige vers la salle commune pour répondre à l’énigme et ranger le livre dans ton dortoir, avant de redescendre et de passer devant Dylan pour aller courir dehors un coup.
Même si c’est presque l’été, t’as toujours autant besoin de te réchauffer.



T'comprends pas pourquoi tu te trouve là, coincée dans le bureau du Directeur de Poudlard entourée de tes parents de chaque côté. T'écoute plus ce qui se dit depuis un moment - encore - parce que les objets magiques qui se trouvent dans la pièce sont bien plus intéressants. Mais tu le vois te fixer sans ciller, alors t'tourne la tête vers lui, perplexe. Il t'tend une feuille de parchemin et tu vois un diplôme de BUSE - pas celui auquel tu t'attendais. Et t'grimace, encore, les joues en feu.
«On n'a jamais vu de résultats aussi lamentables dans tout Poudlard depuis des décennies,» qu'il annonce, le Directeur, et t'le fixe sans comprendre. «Les BUSE ne sont pas à prendre à la légère. Pouvez-vous expliquer cela, Miss Raye ?» T'secoue la tête - ça révélera pourquoi tes résultats de quatrième année étaient aussi excellents. Mais tu vois surtout que les résultats les plus bas viennent des épreuves théoriques, et t'hausse les épaules une nouvelle fois. C'est inexplicable à part d'annoncer un manque de travail, et même les voix qui envahissent ta tête, t'as aucune envie de les utiliser en tant qu'excuses et révéler cet autre échec à tout le monde. Dylan est le seul au courant et tu tiens à ce que ça reste ainsi - c'est déjà assez humiliant et handicapant pour rajouter une couche. «J'sais pas,» t'réponds. Et c'est parfaitement vrai. Il examine ta baguette, au cas où. T'sais que parfois, certaines sont capricieuses, surtout celles en [bois]. Sauf que la tienne est en laurier, alors c'est impossible que ce soit le cas.
«Je suis désolé,» qu'il commence, en ayant vraiment l'air désolé pour le coup. «Mais avec des résultats pareils, il est impossible de passer l'année.» T'as une bouche qui reste ouverte d'étonnement même si tu t'y attendais. Tu vois la déception sur le visage de tes parents - c'est la danse qui t'as fait tout rater. La danse et d'autres choses - t'as les joues rouges de honte au milieu de ce foutu bureau.



Echec échec échec. T'as pas osé le dire au reste de la famille, préférant t'enfermer dans une salle de danse avec un piano ensorcelé pour jouer tout seul. T'enchaîne les pas, t'tournoie au milieu de la salle. Ça fait un moment que t'en es pas sortie - demain t'devras repartir en Angleterre et l'obtenir ton année, cette fois. Ces vacances tu les as détestées comme t'as jamais détesté quelque chose. T'as boudé tout le monde même Amaury et Dylan pour t'plonger dans des bouquins quand tu dansais pas - même ceux de sixième année réclamés avec des yeux pleins de larmes à tes parents.
Ça a fini par payer, de sacrifier tes vacances, et un an plus tard t'vois la fierté sur les visages d'tes géniteurs quand tu monte dans le Poudlard Express, cette fois pour entamer ta sixième année. Ça a payée et t'en es fière, encore plus que cette fois le voyage tu le fais avec Lysie en plus. A croire qu'vous entendre, toi et Dylan de parler anglais entre vous ça l'a décidée à faire pareil - l'échec cuisant en moins.
C'est loin derrière toi, ce diplôme et le bureau, et t'peux qu'espérer que cette nouvelle année soit la bonne. Et tes visions pendant le voyage ont l'air de te montrer que ce sera le cas.



Dernière édition par Cassiopée R. Raye le Mar 17 Juil - 19:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 371
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Dim 17 Déc - 14:06

Re-bienvenue toi :hey:
Courage & love pour la suite :kiss:

_________________
I was the moon and she was the sun. I was war and she was peace. I was disaster and she was beauty. I was sorrow and she was happiness. She was my salvation. I was her destuction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 98
Date d'inscription : 17/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Dim 17 Déc - 14:08

Merciiiiiiiiiiiii :alice:
La suite ça va aller vite, il me restait juste une partie et c'est fini, j'crois en plus cette partie je l'ai encore en cherchant bien :32: ça va être rapide :ui:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 441
Date d'inscription : 19/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Dim 17 Déc - 14:32

Re-bienvenue

Bonne fin de fiche

Joli choix d'avatar :red:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 98
Date d'inscription : 17/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Dim 17 Déc - 14:59

MERCIIIIIII AREEEEEEEEEEEES

contente qu'Elle te plaise, j'suis tombée amoureuse aussi :fan::baave::fan2::fan:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 414
Date d'inscription : 11/07/2017
Localisation : Perdue entre la sécurité des songes et la beauté du vrai

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Lun 18 Déc - 19:29

COUSINE :love:

Rebienvenue avec cet avatar magnifique

S'tu savais comme je t'aime :love:

Comme toujours, mpotte moi si t'as un soucis ou des questions :love:

Gros bisous :love:

_________________

"I'm always overthinking."

Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 98
Date d'inscription : 17/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Lun 18 Déc - 19:46

LYSAMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR :fan: :kiss: :kiss: :mange: :calin: :mimi: :hug: :hug: :hug: :caalin: :caalin: :caalin: :caalin: :fan2: :me: :jily: :jily: :amour: :amour: :sos2: :papouille: :papouille: :coeur: :coeur: :coeur: :coeur: :yo: :fan:

merciiiiiiiiiii

moi aussi j't'aime :mimi:

yep j'le ferai si jamais, la grande question du moment c'est QUELLE PARTIE FAIRE POUR FINIR CETTE FOUTUE FICHE RAPIDEMENT AAAAAAAAAAAAH :caa:
:sors:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix & creature

staff & ordre du phénix & creature


Messages : 3013
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Lun 18 Déc - 20:29

Re-bienvenue alors :v:

Excellent choix d'avatar :v:

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 98
Date d'inscription : 17/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Lun 18 Déc - 21:08

Muuuuus merci :45:
et encore une fois contente qu'Elle te plaise :fan2:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix & creature

staff & ordre du phénix & creature


Messages : 3013
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   Jeu 21 Déc - 18:18


Félicitation, tu es validé(e) !

Si c'est bon pour ta famille, c'bon pour moi aussi :v: Je te valide, re-bienvenue sous cette nouvelle tête ! :hey:

Bravo, tes efforts sont récompensés et tu rejoins désormais la belle communauté de Maraudeur's Era! L'équipe t'a rajouté au groupe Serdaigle et est curieux de voir ce que tu vas faire désormais. Maintenant que tu es des nôtres, tu peux donc librement aller ouvrir ta fiche de liens afin de recenser toutes tes relations, qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Bien entendu, nous savons que tu auras de nombreuses histoires parmi nous, penses donc aussi à ouvrir ton journal de bord, et à le tenir à jour, ce qui te sera très utile pour avoir un Double-Compte plus tard. Enfin, si tu es un sorcier - ou que tu as un lien avec le monde magique - tu peux tout à faire posséder une chouette/un hibou qui délivrera mots doux et autres colis à vos destinataires. Les étudiants de Poudlard peuvent aussi - et c'est même conseillé - rejoindre un club/association pour passer le temps et s'éclater.

Une fois encore, bravo pour ta validation, et nous te disons à très vite, au détour de tes aventures! Bien entendu, si tu as la moindre question, le STAFF attend tes MPs et y répondra au plus vite .



_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: dancing on the moon (casio)   

Revenir en haut Aller en bas
 
dancing on the moon (casio)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Chaudron aux personnages :: Le livret de Famille :: Les sorciers admis-
Sauter vers: