AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 won't you stay with me (liliesl)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 89
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: won't you stay with me (liliesl)   Mar 19 Déc - 20:50


Won't you stay with me ?
@Liesl Astra & @I. Lilith Kensington
Trempée - le visage entouré de cheveux collant à la peau, le regard vitreux à travers les gouttes qui s'effondrent du ciel Londonien. L'Angleterre, aux premières lueurs du matin, déjà engloutit dans un orage qui durera sans doute des jours - des jours, permettant aux damnés d'éviter les rayons cruels d'un astre jaloux. Jaloux de la lune devenue leur maitresse - et eux, fidèles démons qui ont finit par devenir les ombres de sa lueur blafarde. Depuis des siècles, elle n'avait vu le soleil flamboyer au-dessus de sa tête - s'il ne la tuait pas, c'est qu'elle savait l'éviter quand la peau commençait à rougir pour brûler. Mais depuis son arrivé en Angleterre elle jouissait de ce climat hostile - et la brume l'entourait ce matin, alors que dans l'allée des Embrumes elle glissait pour observer les mortels à leurs habitudes. Les heures passant sans qu'elle puisse les distinguer, s'arrêter devant Barjow & Beurk comme souvent ces derniers temps - nostalgique.
Elle s'agaçait d'être prisonnière de l'histoire, comme un boulet à son pied qui la ralentissait, la faisant se figer dans une expression affligée. Le passé, la rattrapant alors qu'elle lui courait après - cherchant dans le regard de Cassian une raison de rager à nouveau. Passion éteinte, dans un coeur étriqué - le sien n'avait jamais appris à battre la cadence, préférant rapidement perdre le rythme pour une âme détraquée.  Vilde, devenue aussi silencieuse qu'inexistante - la déception tordant à peine les pensés de la démone. Willow, rendue à sa famille, passant au Drunk Broom par loyauté - ou autre chose, mais le reste n'avait pas de raison d'exister aux yeux de Lilith.

Il lui restait Liesl. L'ombre absente, aux milles visages - elle craignait parfois d'oublier celui qu'il était vraiment - craignant de le perdre lui, après les autres. Mais la peur ne lui était pas admise - la peur c'était pour ceux qui avait encore quelque chose à perdre.
Dansait un regard bleu sarcastique, et des lèvres pourpres. Elle secoua la tête, alors que la pluie devenait plus drue encore, l'obligeant à relever sa capuche sur son visage - et un geste sur sa droite la fit tourner le regard - pour retrouver un masque aussi indifférent que le sien.
Lilith - « Je commençais à penser que tu m'éviter, Liesl. »  Siffle-t-elle, avec un sarcasme teinté de cette inquiétude qui l'étreignait alors qu'elle se sentait putréfiée par le temps. Elle refusait d'en être la victime, refusait de se voir devenir une statu d'indifférence, l'immortelle maudite du temps qui passe. « Tu n'es plus jamais au Drunk Broom; quels méfaits as-tu à l'esprit ? »  


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 84
Date d'inscription : 11/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   Lun 22 Jan - 2:52


won’t you stay with me
@I. Lilith Kensington & Liesl Astra
Torrentielle qu’elle est la pluie c’matin, t’faisant imperméabiliser ta longue cape noire remontée d’une capuche qui plonge la majorité d’ton visage dans l’ombre. Ça rend tes traits impossible à correctement identifier, pas que ça change de l’habitude. On connait ton nom, ta réputation, sans pouvoir mettre un visage sur ce tout. Être un métamorphomage de talent à ces avantages, c’qui te permet aussi d’faire ce qui t’plait sans craindre un jour d’devoir te cacher- t’as tous les masques à porter de main, c’qui rend l’impossible possible. T’as qu’à choisir une allure, une émotion, puis en tournant le coin, c’est qu’tu deviens. C’est rendu une seconde nature, d’changer la couleur de tes yeux chaque matin- t’aime bien les mettre d’différentes d’couleurs, des couleurs uniques. C’matin, t’as revêtu un gris et un mauve bleuté, gardant l’reste de ton visage tient, si ce n’est que t’en as foncé la pigmentation pour t’fondre sous ta capuche, sous une chevelure de jais mi longue. Déambulant ainsi dans l’Allée des Embrumes, t’sembles juste être une énième bête étrange, t’fondant parfaitement dans l’décor.
Barjow & Beurk. Là où t’es né, dressé dans un cachot froid, aux côtés d’un père pathétique, mais père quand même. Puis la Mort l’a embrassé et t’as trouvé Lilith, juste après avoir dit adieu au B&B pour l’reste de ton existence. Pourtant t’y es maintenant, à fixer l’enseigne d’tes faux yeux. T’sais pas s’tu vas y entrer, encore, mais c’pas long que le choix n’en est plus un.

Du coin de l’œil tu vois un flash d’blond, ton attention s’y tournant pour y découvrir sans surprise ta patronne. Elle aussi s’cache de la pluie grâce à une cape, ombre volante, ange déchu, t’as pas d’mal à la reconnaitre quand elle entre dans ton champ d’vision. La boutique sombre perd ton intérêt, alors qu’tu t’avances vers elle par la droite. Tu laisses la peau d’ton visage reprendre sa couleur d’origine, ainsi que d’tes cheveux, gardant cependant ton regard coloré sur ton expression nonchalante.
« Je commençais à penser que tu m'éviter, Liesl. » feule-t-elle, mais pas que. Il y a une autre teinte à sa voix, qui t’fait pencher doucement la tête sur le côté. « S’il y a bien une personne que je n’cherche pas à éviter, c’est toi. Au contraire de Sio. » qu’tu rajoutes avec un roulement d’yeux, bien qu’tu doutes pouvoir berner Lilith sur ton véritable ressenti par rapport à la harpie. T’y es accro, d’une certaine façon, même quand parfois elle perturbe ta tranquillité. T’en viens à la préférer elle à ta solitude, tandis qu’ta boss t’enlève jamais de quiétude. Elle t’apaise, la vampire, aussi bizarre qu’ça puisse paraitre- ce l’est pas pour toi.

« Tu n'es plus jamais au Drunk Broom; quels méfaits as-tu à l'esprit ? » « Jamais, c’est excessivement long. Je viens plus souvent que ça à la maison. » qu’tu répliques en tirant juste un coin d’ta bouche pour un demi sourire qui n’réchauffe pas tes prunelles. « J’imagine que vue les circonstances, je peux comprendre pourquoi tu en es venu à cette conclusion. Je suis sur un contrat bien particulier, cette fois. J’aimerais mieux garder le reste des détails pour une autre fois, lorsque l’objet en question sera en ma possession. On pourrait appeler ça… une surprise? » La vérité, c’est qu’tu cherches c’collier qu’tu lui as dérobé, une bonne quinzaine d’années auparavant. C’est comme ça qu’t’es tombé dans sa mire, comme ça qu’elle t’as trouvé avant qu’tu te fasses dévorer. Le B&B l’a vendu depuis longtemps, il a donc pu passer d’main en main plein d’fois depuis, sauf qu’t’as pas dit ton dernier mot. T’es déterminé à lui remettre le grappin dessus, puis de l’offrir à Lilith pour qu’elle en fasse par la suite ce que bon lui chante. Tu crois que ça t’ferais plaisir, toutefois, d’lui retrouver, et peut-être lui faire un peu plaisir à elle aussi par la même occasion.



_________________

if you don't get caught, you deserve everything you steal.
we don't deal with outsiders very well, they say newcomers have a certain smell. you have trust issues, not to mention, they say they can smell your intentions. you're loving on the freakshow sitting next to you, you'll have some weird people sitting next to you, you'll think "how did I get here, sitting next to you?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 89
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   Sam 27 Jan - 1:42


Won't you stay with me ?
@Liesl Astra & @I. Lilith Kensington
Dans l'ombre d'une journée sans soleil, où la nuit semblait encore avoir prit ses droits pour laisser les ombres tramer dans les ruelles infestées de Londres. L'allée des embrumes, le brouillard disparaissant sous les gestes dansant de Lilith. Magie éclairée de l'air, qui vibrait sous les doigts agiles de l'immortels. Vampire; aux pouvoirs devenus légendaires, quand elle n'en était qu'un être unique parmi les autres. Elle souriait de son mensonge devenu des peurs dans le coeur des hommes. Echappant au temps, à la logique, à la raison - elle restait l'explicable, sous la lumière pâle et grise. Hors du temps, hors du monde, passant les années comme une brise. Intouchable - blasée du monde.
Grognant d'indignation d'être ainsi coupée du reste du monde. Elle marchant, sans se souvenir pourquoi - si elle oubliait à mesure d'où elle venait, elle ignorait où elle se rendait. Elle marchait, à présent incapable de s'agacer des autres autour. Elle souriait - rarement. Elle rageait - rarement. Elle mourrait de n'être que marbre et coquille vide. Que lui restait-elle à présent ? Si ce n'était Liesl - aussi vide qu'elle, et qui ne portait dans son regard qu'un intérêt logique plutôt qu'une émotion vive. Il était mort de dedans - était-ce pour cela qu'elle l'avait adoré dés leur première rencontre. Reflet aux cils levés de sa propre mort, lente et inévitable. Homme au coeur de pierre. Alors comment pouvait-elle accepter de le voir s'éloigner d'elle. A présent qu'il ne se trouvait plus si souvent au Drunk Broom, si ce n'était pour assouvir les désirs des clients de ses déhanchés - et ils étaient chaque fois plus nombreux à désirer le caresser d'un regard glorieux. Fiévreux.

Là n'était-il pas tout le paradoxe du métamorphomage - qu'il soit incapable de ressentir ce qu'il faisait brûler chez les autres. Cet ardent envie, ce désir flamboyant, cette envie exquise.
Liesl - « S’il y a bien une personne que je n’cherche pas à éviter, c’est toi. Au contraire de Sio. » Arquant un sourcil, à la déclaration elle ne peut qu'assumer qu'il s'agisse encore d'un malentendu bientôt oublié entre les deux amis - l'amitié entre eux ou celle qu'elle prétendait avoir avec chacun. Il était impossible de rester fâchée avec Siobhan, tout autant qu'il lui était impossible de soigner les réactions de ceux qui l'entouraient. Si elle ne manquait pas de beauté, elle semblait incapable d'être subtile.
Lilith - « Prétends-tu pouvoir lui échapper bien longtemps ? Sa franchise n'a d'égale que sa loyauté, et tu peux à ton aise jouir des deux quand cela vient de Siobhan. » Glisse-t-elle avec paresse, comme ennuyée de ces histoires qui pourtant lui foute toujours un sourire aux lèvres - comme amusée de voir vibrer les mortels, s'agacer de choses triviales ou si absurdes alors que leur temps est compté. Sauf qu'elle ne jouissait plus temps de la frénésie de Liesl - comme il lui semblait ne l'avoir pas eut pour elle depuis une éternité.
Liesl - « Jamais, c’est excessivement long. Je viens plus souvent que ça à la maison. »
Lilith - « Pas tant, et c'est une immortelle qui te l'assure. On ne t'y vois jamais, comme si tu glissais parmi les ombres pour nous échapper. »  Admettrait-elle qu'il lui manquait qu'elle ne semblerait pas tant désespérée - mais il se trouvait une chose chez Liesl qui la rassurait autant qu'elle le haïssait pour cela. De le voir si impassible devant l'existence, comme si elle ne l'atteignait jamais - elle se sentait ainsi depuis longtemps; depuis le départ de Cassian, de Vilde, des temps modernes qui rendaient la vie plus rapide et brûlante. Elle perdait pied à la réalité comme elle avait du mal à la contrôler.
Liesl - « J’imagine que vue les circonstances, je peux comprendre pourquoi tu en es venu à cette conclusion. Je suis sur un contrat bien particulier, cette fois. J’aimerais mieux garder le reste des détails pour une autre fois, lorsque l’objet en question sera en ma possession. On pourrait appeler ça… une surprise? » Fronçant les sourcils, c'était sa curiosité qu'il piquait au vif, et elle ne put qu'ôter de sa tête la capuche pour espérer le voir dans les yeux - y lire comme elle le faisait avec les mortels, les aveux qu'il refusait de lui accorder.
Lilith - « Tu en as soit trop dit soit pas assez. Quel contrat peut-il être si important que tu reviennes ici , très justement. » Dit-elle en montrant du doigts Barjow et Beurk. Elle s'y était rendue autrement, avant de trouver Liesl et de ne plus trouver d'intérêt à l'antique magasin de magie noire. « Aurais-tu quelques méfaits en tête ce soir ? je me sens d'humeur joueuse, alors amusons nous, Liesl. Qu'es-tu venu quérir de ton passé ? »

 


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 84
Date d'inscription : 11/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   Dim 11 Fév - 23:01


won’t you stay with me
@I. Lilith Kensington & Liesl Astra
Lilith t’as montré à n’compter que sur toi-même, pour que ta vie soit belle et facile. Pas besoin des Beurk et leur froid cachot, leur regard posé sur toi que quand il est question d’utiliser tes talents. La famille, c’est celle qu’on choisit, et toi c’ta patronne qu’tu considères comme tel- elle et Siobhan, cette harpie qui s’assure d’toujours garder ta vie haute en couleur. Qu’tu la veuilles tranquille quand t’es pas sur un contrat ou au boulot, c’pas possible, avec elle dans les pattes. Tu t’en plains souvent, l’visage dépourvu d’sentiments donc on peut pas dire si t’es sérieux ou pas, la vérité c’est qu’tu t’en passerais pas, d’celle-là.
« Prétends-tu pouvoir lui échapper bien longtemps ? Sa franchise n'a d'égale que sa loyauté, et tu peux à ton aise jouir des deux quand cela vient de Siobhan. » T’secoue à peine la tête d’gauche à droite, mais t’sais que c’est assez pour qu’ta boss ait aperçu le mouvement avec sa vision affutée. « Pas du tout. J’y suis… attaché, je l’évite pour l’embêter quand elle m’embête. Ce sont d’bonnes qualités qu’lui rends bien, et tu sais qu’il y a peu -pour pas dire personne outre elle et toi- qui peuvent bénéficier de ces qualités d’ma part. » qu’tu commentes sur ton habituel ton nonchalant, celui qui ne respire d’aucune émotion. Tu les joue comme au théâtre, et ton vrai toi n’en démontre aucune car il en ressent presque aucune- donc c’est montrer ton vrai visage.

« Pas tant, et c'est une immortelle qui te l'assure. On ne t'y vois jamais, comme si tu glissais parmi les ombres pour nous échapper. » Glisser parmi les ombres – oui, c’est une activité que tu affectionnes. Disparaitre à ta guise et te montrer auprès d’sorciers qui ne s’y attends pas, sauf qu’le DB, tu l’évites jamais. Pas consciemment en tout cas. « Je n’aie en toute franchise pas réalisé. Pardonne-moi, mais sache que cette absence imprévue touche à sa fin. » qu’tu réponds tout en jetant un nouveau coup d’œil vers le Barjow & Beurk- coup d’œil que la vampire n’a probablement pas raté.
Ton explication, naturellement, est loin d’être satisfaisante, ni très claire. T’peux le voir sur le visage de ta patronne quand tu te tournes de nouveau vers elle. Son visage s’échappe de la protection d’sa capuche, plongeant ses yeux dans les siens- et tu te retrouves sans surprise incapable de regarder ailleurs. Prisonnier, confortable, au fond d’ses orbes glaciales, familières. « Tu en as soit trop dit soit pas assez. Quel contrat peut-il être si important que tu reviennes ici , très justement. » Tu passes lentement ta langue sur tes lèvres avant d’ouvrir la bouche, pour être certain d’répondre sans trop en révéler. Dur d’te résister, même pour un être aussi détaché qu’toi, quand Lilith désire quelque chose. « Je pourrais te le dire, mais alors ça ne serait pas amusant. Juste un peu de patience Lilith, c’est tout ce que je te demande. Puis tu comprendras tout. » que tu insistes toutefois.

T’finis par pouvoir te détourner, regardant d’face ce magasin dans lequel t’as vu le jour. Un mauvais souvenir, un voile qui s’est posé sur ses fades années. Y’a rien vraiment qui t’rattache ici, t’y es cependant, désireux d’en apprendre davantage sur c’nouveau propriétaire, c’probable oncle, cousin, ou la même au féminin, tu l’découvriras qu’si tu passes la porte ce soir. « Aurais-tu quelques méfaits en tête ce soir ? je me sens d'humeur joueuse, alors amusons nous, Liesl. Qu'es-tu venu quérir de ton passé ? » « T’savais qu’il y a un nouveau Beurk aux commandes de la boutique, à présent? J’étais curieux de l’rencontrer… ça pourrait devenir amusant, définitivement intéressant. » qu’tu commentes en glissant un lent regard sur la façade sombre. Y’a un courant électrique qui allume ton regard, un début de curiosité, car t’sais pas à quoi t’attendre, d’ce nouveau Beurk. « Il y a une chose que je veux lui demander mais… je ne sais pas pourquoi, j’ai aussi envie de le rencontrer. J’ne comprends pas ce qui m’intrigue. »



_________________

if you don't get caught, you deserve everything you steal.
we don't deal with outsiders very well, they say newcomers have a certain smell. you have trust issues, not to mention, they say they can smell your intentions. you're loving on the freakshow sitting next to you, you'll have some weird people sitting next to you, you'll think "how did I get here, sitting next to you?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 89
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   Sam 24 Fév - 17:08


Won't you stay with me ?
@Liesl Astra & @I. Lilith Kensington
Fut un temps où les émotions flottaient dans sa poitrine comme de douces pensées. Elle rêvait d'choses humaines, de douceur et de tendresse. Elle se souvenait d'vagues idées de fiançailles, d'amour qui se pensait éternel sans caresser cette idée, d'promesses faites au creux de l'oreille de jamais avoir à se quitter. Les émotions étaient des compagnes de routes, pour rendre l'existence plus exaltante - la vie humaine est trop courte pour ne pas être intense. Elle s'était figée, dans le flot des années, les siècles n'entravant ni son existence, ni plus que ses choix. A présent elle ne vivait plus d'émotions, elle vivait d'éternité.
Et elle retrouvait dans le regard impassible de Liesl la même platitude. Sans doute est-ce la raison de son choix d'en faire un compagnon de route à présent - son présent à lui, comme elle souffre pas de penser en temporalité. Elle le regarde, l'observe constamment, en ne trouvant qu'le reflet vide de sa propre expression. Sans émotion.

Même quand il s'agit d'ceux qu'ils apprécient, ils brûlent d'aucune lueur d'fierté ou de tendresse. Ils brillent d'intérêt, tout au plus, s'retrouvant dans celui qu'ils portent tous les deux à Siobhan - elle, elle souffre d'avoir été trop intense, d'avoir souffert plus qu'sourit ou tout autant. Souffert d'avoir fait crever son propre bonheur à coup d'dents.
Liesl - « Pas du tout. J’y suis… attaché, je l’évite pour l’embêter quand elle m’embête. Ce sont d’bonnes qualités qu’lui rends bien, et tu sais qu’il y a peu -pour pas dire personne outre elle et toi- qui peuvent bénéficier de ces qualités d’ma part. » De qualité non point d'sentiments - et elle était en parfaite accord avec cette idée-là. Pas de pensée que les coeurs des deux mortels se mettent à battre d'émotions qu'elle saisit plus - ils battent pas tant pour cela, qu'ils sont juste loyaux. Loyaux à celle qui leur a offert un toit, et un lieux pour être eux-même. Logique - en somme - et la logique elle la saisit avec toute raison, Lilith. Elle la laissait, comme elle peut pas se tromper sur ca - à la différence des émotions, elle comprenait la raison de l'attachement de Liesl et Siobhan.
Lilith - « Personne qui sache l'mériter, et c'est leur perte. »  Qu'elle souffle sans cacher son ravissement à l'idée - elle sait que compter sur Liesl c'est avoir un allier d'choix, alors elle compte pas s'en priver. Jamais.

Un allier qui pourtant n'cesse de l'éviter ces temps-ci sans qu'elle en comprenne la raison. Le manque la rend hargneuse, comme elle souffre trop vite de l'ennuie.
Liesl - « Je n’aie en toute franchise pas réalisé. Pardonne-moi, mais sache que cette absence imprévue touche à sa fin. »
Lilith - « J'suis ravie de l'apprendre. T'sais que même si j'mourrais pas demain, j'ai jamais appris la patience. » Qu'elle murmure avec un sourire qui s'glisse une place sur son visage. Avant d'aviser où il s'trouve tous les deux - qu'une fois encore elle saisisse pas pourquoi et s'mette plutôt à questionner Liesl sans s'soucier de ses secrets ou d'son mystère.
Liesl - « Je pourrais te le dire, mais alors ça ne serait pas amusant. Juste un peu de patience Lilith, c’est tout ce que je te demande. Puis tu comprendras tout. » C'un souffle qui lui répond, comme elle cache pas son agacement - c'une chose qu'elle n'apprécie pas les surprises même si c'est rare qu'elle s'mette à le regretter en fin de compte. Pas qu'elle ait pas sa pleine et entière confiance, mais elle s'doute qu'il puisse lui faire passer l'gout amer de ces nuits d'absence.

Plutôt qu'cela elle glisse son regard vers l'magasin d'magie noire devant eux, où des années auparavant elle l'a libérée.
Liesl - « T’savais qu’il y a un nouveau Beurk aux commandes de la boutique, à présent? J’étais curieux de l’rencontrer… ça pourrait devenir amusant, définitivement intéressant. »
Lilith - « Je l'ignorais comme j'suis pas revenue ici depuis que j'ai volé ce qu'ils semblaient avoir d'plus précieux. » qu'elle lâche avec un sourire plus que victorieux, flamboyant d'se savoir encore capable d'mettre à mal les familles d'sorciers qui ont poussé la révolte contre les créatures - Barjow et Berk c'pas des noms qui lui sont étrangers, et d'avoir Liesl avec elle c'une victoire contre leurs prédécesseurs. « Il est intéressant comment du coup ? » Cherchant une distraction, boudeuse enfant qui veut juste savoir quel jouet elle va recevoir l'moment de l'attente passée.
Liesl - « Il y a une chose que je veux lui demander mais… je ne sais pas pourquoi, j’ai aussi envie de le rencontrer. J’ne comprends pas ce qui m’intrigue. »
Lilith - « Agis plutôt qu'penser, comme tu semble meilleur à ca. » Dit-elle en affichant pas plus d'joie en réalité. Pas qu'elle se désintéresse à lui - bien qu'en réalité les inquiétudes des mortels la laissent perplexe soudainement. D'pas savoir pourquoi - et en quoi était-ce si important ? Qu'le savoir en son intérieur pouvait-il changer le monde comme il était au dehors ? Alors elle se redresse, prenant la main d'Liesl sans se soucier d'dépasser ses limites. « Allons-y, comme ca t'pourras étancher ta curiosité. Prends donc l'visage que tu veux - j'sais comme tu es doué pour ca. » dit-elle en se tournant vers ses yeux si familier - pour l'peu qu'elle le connait comme étant lui - bien que souvent elle s'était demandé s'il s'agissait pas d'un masque créé par son propre désir d'passer inaperçu. Et s'il lui était pas arrivé - aussi d'oublier qui il était.
Lilith - « J'dois trouver un objet pour plaire à des créatures marines - d'toute façon - ca peut faire une excuse à notre présence. »

 


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & conformiste

staff & conformiste


Messages : 84
Date d'inscription : 11/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   Lun 9 Avr - 7:39


won’t you stay with me
@I. Lilith Kensington & Liesl Astra
Immobile à fixer l’enseigne du B&B, à t’demander pourquoi t’es pas encore rentré. Tu le sais sans comprendre, t’es assaillit d’souvenirs qui t’laissent indifférents depuis des années. Enfin, c’que tu croyais. Sauf que c’différent, d’avoir l’endroit imprimé quelque part au fond d’ta tête et imprimer maintenant sur tes rétines. T’es figé, sourcils froncés, jusqu’à ce que l’arrivée de Lilith te détende. C’est automatique, car c’la raison d’ta survie, après qu’tu sois partit d’ton lieu d’vie- t’as jamais pu appeler ça une maison, au contraire du Drunk Broom. C’ta place, où t’peux voir les objets favoris d’tes vols, ainsi qu’ceux de Lilith, traîner si et là dans l’bar ou les appartements des employés.
Alors qu’ton regard glisse de l’enseigne à ton boss, c’est d’Siobhan qu’vous parlez un temps, sans pourrir vos paroles d’trop de sentiments. Après tout, c’loin d’être votre tasse de thé à tous les deux, c’qui rend vos conversations toujours fluides et absentes d’complications. Ton inexpression met parfois les gens mal à l’aise, c’pourquoi les psychopathes deviennent d’si doués acteurs. Sauf que t’as pas besoin d’prétendre avec Lilith, t’as pas besoin d’étirer ta bouche en sourire pour savoir que t’es satisfait d’la voir.

« Personne qui sache l'mériter, et c'est leur perte. » T’hoche la tête, n’ayant pas de mal justement, à mettre les Beurk dans la catégorie des gens qui n’le mérite pas. L’talent brute, on peut pas l’mettre au service de n’importe qui, et la seule personne à qui tu peux l’offrir outre à toi-même, c’est à Lilith. Ce qui n’risque pas de changer un jour puisque la dame est immortelle. « Une perte réalisée qu’au moment où on remarque l’objet que j’ai dérobé. » qu’tu conclue, une très petite pointe d’fierté présente dans ta voix. C’que tes vols, ils t’rendent très fier, tu t’souviens d’chaque scénario ou visage que t’as enfilé pour parvenir à tes fins. Quand tu regardes un objet brillant voler d’ta main, c’pas tant sa beauté ou sa richesse qui t’importe, mais l’histoire qui t’y lie.
« J'suis ravie de l'apprendre. T'sais que même si j'mourrais pas demain, j'ai jamais appris la patience. » qu’elle t’répond quand t’assure que tes petites escapades prendront bientôt fin. Ce n’est plus qu’une question d’nom avant qu’tu trouves l’présent détenteur du collier, et qu’tu reprennes ton dû- ou plutôt celle d’Lilith. « Et ce n’est pas mon intention d’user ta patience. » qu’tu prends la peine de préciser, pour insister une nouvelle fois qu’ton but c’jamais d’fuir le DB, ou sa propriétaire.  C’rare aussi, qu’tu lui donne pas ce qu’elle demande, surtout quand c’est une information que t’as déjà dans la poche. Sauf que tu insistes pour lui faire la surprise, d’mener ton enquête jusqu’au bout pour lui remettre tout en main propre, et passer à un autre contrat. Tout en main avant d’se lancer, d’vendre ou planifier, c’une règle d’or pour réussir à tout coup sans s’faire prendre.

Les deux dangereux regards s’posent d’concert sur la fade façade du B&B, avant qu’tu n’partages tes pensées à ta patronne d’un ton éloigné. « Je l'ignorais comme j'suis pas revenue ici depuis que j'ai volé ce qu'ils semblaient avoir d'plus précieux. » Elle attire une nouvelle fois ton regard, t’laissant goûter à la victoire par l’sourire qui tire ses lèvres délicieuses. Tu le lui rends, d’ailleurs, pas surpris mais ravit tout de même qu’elle garde une certaine satisfaction de t’avoir récupéré- mettant à profit tes talents pour que tu puisses mordre à pleine dents dans le peu qui parvient à t’faire sentir aussi vibrant que vivant. « Il est intéressant comment du coup ? » « C’est c’qu’on va découvrir. Je l’aie pas encore rencontré, mais juste le fait que l’endroit a un nouveau propriétaire l’rend intéressant. Après tout, ça ouvre la porte à d’nouvelles possibilités. » T’pourrais paraître excité par tout ça mais tu ne l’es pas, alors t’agis pas comme tel, regardant plutôt la situation d’façon mathématique, sur les possibilités qui pourront peut-être s’ouvrir à toi, en usant d’ce propriétaire inconnu.
Pourtant y’a quelque chose qui t’tient figé sur place, t’sais qu’tu pourrais mettre un pied devant l’autre et entrer mais tu t’retiens. T’sais pas pourquoi, et t’es pas certain d’apprécier c’moment d’hésitation- aussi court soit-il. « Agis plutôt qu'penser, comme tu semble meilleur à ca. » « Un bien sage conseil. » qu’tu réponds en secouant délicatement ta tête de gauche à droite quelques fois, revenant sur Lilith avec un sourire qu’tu veux convainquant- car tu seras pas arrêter par un ressenti qu’tu comprends pas. Aussi bien les ignorer, dans c’temps-là, tu doutes pas qu’ça finira pas s’effacer tout seul. « Ce n’est jamais bon de se perdre dans le passé, d’toute manière. » Car il n’a pas d’importance depuis qu’ton présent tu l’profite en être libre.

« Allons-y, comme ca t'pourras étancher ta curiosité. Prends donc l'visage que tu veux - j'sais comme tu es doué pour ca. » Elle brise ton état de statut en attrapant ta main d’ses doigts glacés, t’tirant derrière elle pour rejoindre l’entrée. T’y penses pas, t’laissant plutôt tenté par un visage nouveau. « D’ton vivant, as-tu eu une sœur? » qu’tu demandes, question qui n’fait aucun sens tant qu’on a pas vu ton nouveau masque. T’glisse des traits similaires à Lilith bien que plus durs, car c’impossible de pouvoir s’approcher d’la beauté d’la vampire. Mais tes cheveux s’allongent et blondissent, regard presque identique. Sous l’reste de ta cape et robe évasée tu gardes le même corps, mettant toute ton énergie à produire un visage presque aussi joli qu’le sien.
« J'dois trouver un objet pour plaire à des créatures marines - d'toute façon - ca peut faire une excuse à notre présence. » « Excellent. » C’tout ce que t’as l’temps de dire avant d’être engouffré dans cette maudite boutique.

T’es pas arrêté dans ton élan, faisant un lent tour sur toi-même une fois à l’intérieur afin d’prendre tout dans ton champ visuel et ce, rapidement. « Ça n’a pas changé une miette. » qu’tu souffles à l’oreille de la vraie blonde, avant d’darder ton regard vers le nouveau propriétaire s’avançant dans votre direction. Tes sourcils s’froncent, car tu ne t’attendais pas à voir un homme ressemblant à ce point à un bossu. « J'pheux vous haider? » qu’il crache presque, et tu plisses ton nez de dégoût. « Vous n’êtes pas l’nouveau propriétaire? » qu’tu relances sans répondre à sa question. « No’, y’a qu’mhoi. J’pheux vous haider, ou phas? » « Ma sœur oui, j’vais faire le tour. » qu’tu réponds d’une voix agacée, jetant un regard prononcé à Lilith.
Tu doutes pas qu’elle a pas besoin d’plus pour comprendre qu’tu veux qu’elle tienne la laideur sur deux pattes occupé pendant qu’tu fais le tour du propriétaire. En fait, pendant qu’tu te diriges vers les livres de comptes, car si le B&B se spécialise dans les objets volés ou interdits, le livre leur sert de monnaie d’échange, au cas où un des acheteurs voudraient se retourner contre eux. On est jamais trop prudent, quand il est question d’se protéger. « C’qhoi vous faites derri- » Tu prends pas la peine d’te retourner comme le laid termine pas sa phrase- tu doutes pas que Lilith a repris toute son attention, d’une quelconque façon. Elle pourrait être bien douloureuse pour l’autre, cette façon, que ça te déconcentrerait pas d’ta tâche.
Et après quelques longues minutes, ton doigt fige sur un nom. L’coin d’ta bouche s’étire, alors qu’les lettres s’impriment dans ton esprit. Ce nom, tu sais qu’il annonce la fin d’tes recherches. Il est peut-être pas détenteur du collier, mais il va t’amener droit dessus. « Alors, t’as trouvé ce que ton cœur désirait? » demandes-tu à ta patronne sans jeter un regard au simili bossu, laissant un sourire satisfait prendre place sur tes lèvres rosées.


_________________

if you don't get caught, you deserve everything you steal.
we don't deal with outsiders very well, they say newcomers have a certain smell. you have trust issues, not to mention, they say they can smell your intentions. you're loving on the freakshow sitting next to you, you'll have some weird people sitting next to you, you'll think "how did I get here, sitting next to you?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 89
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   Jeu 19 Avr - 23:01


Won't you stay with me ?
@Liesl Astra & @I. Lilith Kensington
La perte - celle qui vrille l'dedans, arrache un morceau sans pouvoir rien trouver pour l'remplacer. JAmais - d'pauvres pansements qui s'tachent de sang pour n'plus accrocher à la peau, et goaguler. La perte, l'vol d'un précieux, d'un présent - elle a perdu, Lilith, elle a perdu mais n'se souvient plus d'quoi exactement. Elle s'sent vide aujourd'hui. Vide d'tout - comme après avoir été dérobé d'son entier. Son entier à elle, elle l'nomme Cassian à défaut d'assumer qu'il s'trouve autrement. Vide d'toute émotion, devenue plus blasée qu'intransigeante avec les mortels - avant elle gueulait d'rage à les voir s'précipiter au devant du danger pour ressentir l'souffle de la mort, à présent elle les observait en silence sans s'soucier d'les voir se consumer. Elle n'était plus qu'cendre, la flamme d'son existence éternelle éteinte pour en sommeil - vide vide vide. « Une perte réalisée qu’au moment où on remarque l’objet que j’ai dérobé. » Sauf qu'l'objet d'sa perte, elle l'ignore encore. Elle s'tourne pour observer le voleur, s'fascinant par ses trains, son calme, son inexpressivité. Hypnotique, l'beau Liesl, qui s'laisse aller à jouer un rôle, comme dedans s'trouve qu'du vent. C'plus simple, sans doute, d'pouvoir ainsi être qui on veut, comme d'base on n'est personne. Ou c'semblant de tout - tout le monde, tout c'qu'on veut. Tout ce qu'il veut - il change d'forme, d'visage, de sexe, d'voix - d'tout. Il est tout, n'est rien - fascinant. Lui n'a rien à perdre, s'il n'possède rien - n'possède que ce qu'il prend aux autres, d'fait c'est jamais vraiment lui. Ou a lui - passeur d'vie, de vide, d'souffrance.
Joueur, d'la vie avec ses masques et ses rôles. Il frappe le sol d'ses pas dansant, s'approchant d'son passé pour y poser un regard sans vie. Et elle l'voit - l'observe devant la devanture d'Barjow et Beurk. Elle est pas revenue d'puis longtemps - comme l'lieu du crime c'pas là qu'elle va pavaner. Pas après avoir volé à son tour leur précieux bijou. Et ils ont changé - l'temps qui s'avance toujours dans sa course. Liesl lui apprend qu'il s'trouve un nouveau propriétaire - et elle s'trouve une nouvelle distraction. « C’est c’qu’on va découvrir. Je l’aie pas encore rencontré, mais juste le fait que l’endroit a un nouveau propriétaire l’rend intéressant. Après tout, ça ouvre la porte à d’nouvelles possibilités. » L'vide qui s'échauffe d'un possible. Elle s'y raccroche pour quémande de l'action - n'plus être capable de penser comme elle veut pas s'mettre à crever de possibles. Elle veut du maintenant, du ici. « Un bien sage conseil. » « Autant l'suivre dés à présent. » La sagesse d'la lassitude - elle en souffre mais n'montre pas, comme la souffrance est un vide silencieux. D'ceux qui la terrifie d'puis toujours, d'voir la vie lui échapper, avant qu'elle puisse elle la voir lui échapper - immortelle. Incapable de mourir.
« Ce n’est jamais bon de se perdre dans le passé, d’toute manière. » « Un bien sage conseil. » L'écho - echo d'ses propres pensés, d'ses réflexions, d'ses interrogations. D'cette chasse constante pour retrouver Cassian, l'souffle de son feu éteint à présent. L'dernier être à avoir causé un semblant d'sensation, même d'la rage noire, à gueulant d'douleurs quand sa dent lui fut arracher - cette passion dévorante et destructrice. Cassian - comme c'une promesse. Un espoir vain plutôt, mais elle préfère l'ignorer encore. « D’ton vivant, as-tu eu une sœur? » Distraction, elle s'tourne vers un reflet d'blonde qui lui sourit - fait d'même en arquant un sourcil. « Elle s'trouvait pas aussi belle que toi. » Qu'elle complimente avant d'prendre son bras pour rejoindre la boutique - rapidement elles sont accueillies, les demoiselles, par un sorcier qu'elle regarde d'biais, laissant Liesl fait la conversation et observant autour d'vous.

Puis y a plus qu'eux d'eux, et elle s'tourne vers le marchant qui la regarde d'son seul yeux quasi-valide - un sourire qui s'fait carnassier. « C'quoi ch'peux faire pour v'ôtre plaichir m'dame »  Elle s'approche avant d'le fixer dans les yeux - comme elle peut - combattant l'envie d'le réduire à néant. « J'cherche un objet pour - »  pour - mais l'regard de l'immortel s'pose sur un pendentif dans un coin d'vitrine. Elle l'reconnait, n'la pas vue depuis des siècles, mais il s'trouve pas d'moyen qu'elle reconnaisse pas l'coeur de l'océan. Il lui parle le vendeur mais elle n'entend rien - sauf - « C’qhoi vous faites derri- » la voix s'perd entre les griffes d'la vampire. Soudainement elle s'trouve la gueule contre la vitrine, elle qui l'coince pour qu'il bouge pas - et l'sang qui coule de ses ongles. « J'veux c'collier. Maintenant. »  « Alors, t’as trouvé ce que ton cœur désirait? » Elle s'tourne pas, laisse juste l'temps au vendeur de libérer l'bijou avant de le prendre - l'rubit brillant dans coquillage d'or - magnifique. Cruel. « Si j'apprends qu'tu possède encore un d'ces objets de tortures, tu survivras pas. » Qu'elle déclare avant d'le frapper contre la vitre pour l'voir tomber avec du sang sur la gueule. Elle s'tourne vers Liesl alors - « J'pensais pas trouver ca - t'sais ce que c'est ? »  Qu'elle demande en serrant l'pendentif qui a servit à voler aux sirènes leurs dons d'hypnotiser par la voix. Arracher - rendue muette, elles furent alors pourchassées par les sorciers.
« Et toi, qu'as-tu découvert ? »

 


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: won't you stay with me (liliesl)   

Revenir en haut Aller en bas
 
won't you stay with me (liliesl)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde magique :: Allée des embrumes-
Sauter vers: