AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 c'est la loi (clydith)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 94
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: c'est la loi (clydith)   Mar 19 Déc - 20:56


c'est la loi
@L. Clyde A. Greengrass et @I. Lilith Kensington
Il quitte la salle, titubant doucement - l'alcool met toujours plus d'effet à faire perdre aux immortels leurs repères. Toujours - sauf quand il est mêlé au sang qu'ils ingèrent, alors devenu aussi ivres que leurs victimes. Il titube, s'enfuit par le fond de la salle pour sortir dans une ruelle plus sombre de Londres - là, il s'échappe quelques fois des tricheurs qui pensent pouvoir aller contre les lois. Le meurtre est interdit, entre les murs du Drunk Broom. Les lois du Ministère sont ainsi - et Lilith ne serait pas assez folle pour permettre à un immortel de risquer son bar. Alors qu'ils crèvent, en dehors, les mortels - chacun reste libres de ses actions, et elle n'est personne pour les empêcher de nuire. D'autant qu'elle n'est jamais contre, la garce, pour prendre une vie humaine quand la soif la ravage.
Ou se glissant dans les salles obscures du Drunk Broom, elle lèche les jugulaires offertes pour y trouver les veines sanglantes. Satisfaite, gardant la nuit pour danser, boire, et oublier le reste du monde - les lois du Ministère, et le gout amer de la vengeance dans sa gorge sèche. Le coeur devenue pierre, à défaut de pouvoir tressaillir d'émotions - en n'oublie pas le regard bleu, bien qu'elle essaie. L'envie de quitter Londres pour Pré-au-Lard, rejoindre les rives du Lac noir juste pour savoir , juste pour voir s'il s'y trouver l'étudiant. L'étudiant, le poufsouffle au sourire moqueur - qui reste dans l'esprit de l'immortelle comme un appel au retour. Elle n'y a pas remis les pieds, à Poudlard. La crainte - sans savoir de quoi - la maintenant chez elle. Au Drunk Broom, ou dans ses appartements qui se trouvent au-dessus, avec Liesl et Siobhan, les autres créatures qu'elle a sauvé des lois.

Les lois - elle les contourne plutôt que les bafouer - laisser les autres s'enfuir à l'arrière pour tuer.
Mais de même que les immortels ont interdiction de tuer les humains, elle interdit aux chasseurs de se faire une place dans le bar. Elle n'a pas ignoré, le parfum qui entoure le lieu de débauche - elle le reconnait, ne peut oublier la peur, désespoir aux dents acérés, de l'enfant qui s'enfuyait dans la neige quand elle crevait sa mère. Aquila. Le nom maudit, devenu une prière, alors qu'elle recherchait Cassian. L'a a peine retrouvé - son infant maudit, dont la famille est restée la fervente protectrice. Clyde Greengrass - elle sourit, quand elle tourne les talons pour quitter le bar à son tour, se retrouvant dans la ruelle attirée par les bruits de bagarre.  

Elle reste dans l'ombre, à observer les deux corps se mouvoir pour se détruire - l'immortel enivré, qui titube avec les dents offertes - il met pas longtemps à le réduire au silence éternelle, Clyde. Il met pas longtemps, et la démone prend le temps de l'observer, quand il retrouver son souffle. Dans l'ombre, restant silencieuse et immobile comme une ombre - une ombre mouvante, pour le retrouver. Elle le reconnaitrait, restant toujours un enfant à ses yeux millénaires.
Lilith - « Le meurtre n'est pas toléré ici. » Lance-t-elle en sifflant, plus moqueuse que colérique - après tout ils n'étaient pas à proprement parler dans le Drunk Broom, et elle ignorait bien ce que le vampire avait pu faire pour avoir le droit à un tel supplice. « Les Aquila ne respectent plus leur code d'honneur ? Le monde court donc à sa perte. » Rajouta-t-elle en avançant pour se dévoiler, dans la lumière artificielle d'un réverbère. Mais elle reste à bonne distance, sachant le chasseur assez rapide pour lui trancher la gorge s'il lui en prenait le désire. Pas qu'elle puisse en mourir - mais la douleur elle en était la victime malgré tout.
Lilith - « Tu as bien grandit, Clyde… »


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 159
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Jeu 21 Déc - 19:39

Clydith
C'est la loi
C'est une soirée fraîche qui déferle sur la ville, alors qu'il termine d'avaler un bouillon de poulet et un morceau de tarte à la mélasse. Il ne mange jamais comme un ogre les veilles de chasse, car le ventre plein ne ferait que le ralentir. Alors du sucre, avec la mélasse, pour se donner un coup de boost et du bouillon, de l'eau ou bien des légumes afin de ne pas se sentir lourd et de pouvoir sprinter, si l'besoin s'en fait sentir. Il repose sur la table de sa chambre, le livre de magie qu'il lisait tantôt puis il jette un regard sur son appartement de professeur, logé dans l'enceinte du château. L'endroit est mignon, bien décoré et porte quelques photos que sa sœur lui a emmenée le matin même. Ca le fait sourire, de se dire que quelques mètres non loin de là, elle se repose ou du moins elle est là, proche de lui. Il faut dire qu'il ne pensait jamais la revoir, pas vivant du moins. Que la dernière fois que sa sœur le prendrait contre elle, ce serait le jour où il allait être mis en terre. Mais il c'est trompé, évidemment car sinon il n'aurait pas ce sourire apaisé et confiant sur la bouche, en se levant pour rejoindre sa penderie et enfiler sa tenue. Un pantalon chaud et pourtant confortable, facile pour courir et bouger, un pull tout aussi chaud et sa cape noire de sorcier, couplé avec celle de chasseur. Il n'oublie pas ses armes, qu'il dissimule un peu partout sur son corps avant d'attraper son sabre qu'il fixe dans son dos. Puis il quitte le château, par un passage que Dumbledore lui a conseillé pour ses soirées de chasse. Il n'a pas de rapport à rendre ce soir et n'a pas non plus besoin de préparer son cours. Et puis les derniers échos lui rapportent que dans le Londres Moldu, du mouvement se fait sentir venant des vampires. Alors il doit aller remettre tout l'monde à sa place, parce qu'ils ne doivent pas penser que le clan des Aquila réduit, leur permet de faire leur vie en tout impunité. Il marche longtemps avant de transplaner dans le Londres sorcier et de se positionner dans l'ombre, guettant les ruelles sombres qui renferment souvent ce genre de créature. Au bout d'un moment, c'est un groupe de jeunes sorcières qu'il se met à suivre, sans bruit alors qu'elles quittent le Londres sorcier pour celui moldu.

Il marche non loin et bien vite elles se retrouvent devant un bar, dans lequel elles rentrent alors qu'il se fond dans l'ombre une seconde fois pour observer. Et au bout d'un moment du mouvement se fait sentir, alors qu'une créature sort du bar et se dirige à l'arrière de la boite. Elle titube, se rattrape contre un mur avant d'être suivi par une des sorcières qu'il avait observé tantôt. Il reconnaît un vampire, à sa façon de bouger et à cette odeur particulière, de sang et de sexe. Les êtres de la débauche, qui ne cessent de se nourrir de la crédulité des plus faibles. Alors Clyde attend, bien caché et dégainant une de ses étoiles Japonaise pour la lancer lorsque ce sera le bon moment. Le vampire mord, il ne dit rien car la morsure n'est pas interdite. Sauf que deux secondes passent, quatre, six et bientôt c'est quinze secondes qui s'écoulent, alors que le vampire ne lâche pas sa victime et que cette dernière commence à se débattre. « Lâche la ! » Qu'il ordonne en sortant de l'ombre, avant de lancer son étoile qui vient se planter en plein dans la cuisse du vampire, qui pousse un hurlement de douleur. « Tu peux mordre même si en théorie tu devrais avoir une puce, mais tu ne peux la tuer ! » Qu'il dit alors que le vampire lâche la victime qui tombe au sol, en se tenant le coup. La créature s'élance droit vers lui, sans attendre quoi que ralenti par l'étoile qui lacère son muscle. Et Clyde a déjà sorti son sabre, qu'il prépare avant de frapper partout où il voit une faille. Un coup de pied dans le ventre et voilà que sa lame se plante en plein dans le cœur du vampire, qui tombe en arrière dans un son grave, avant de perdre la vie, que son regard ne s'éteigne et qu'il parte en poussière.

Clyde souffle, pousse un soupir et se tourne vers la victime. « Tout va bien ? » Demande le chasseur, poliment. « Le meurtre n'est pas toléré ici. » Il se tourne vers la voix. « Nous sommes bien d'accord. » Qu'il répond avant de s'agenouiller devant la victime et de lui donner une potion, pour régénérer son sang plus vite et pour éviter qu'elle ne perde connaissance. Puis il se relève, arrange ses vêtements et regarde la jeune fille partir en titubant après avoir avalée sa fiole contenant un liquide jaune. « Les Aquila ne respectent plus leur code d'honneur ? Le monde court donc à sa perte. » « Les vampires n'ont pas le droit de tuer et c'est pourtant ce qu'il allait faire. Vous avez acceptés la loi, au risque de voir les chasseurs vous la rappeler. Il était en infraction, il a été puni. » Qu'il répond avant d'attraper un tissu dans sa poche et de le passer sur la lame de son sabre, pour effacer les traces de sang. « Tu as bien grandit, Clyde… » Il arrête son mouvement et fronce les sourcils. Puis il jette le bout de tissu et relève son visage vers elle. « Qui es-tu ? Et comment connais-tu mon nom ? » Qu'il demande cette fois-ci, en remarquant qu'elle est bien loin.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 94
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Sam 30 Déc - 22:20


c'est la loi
@L. Clyde A. Greengrass et @I. Lilith Kensington
Elle observa la scène, se jouant devant elle comme sur une scène de théâtre. Les acteurs en place, dans leurs rôles - la victime s'effondrant dans le bourreau est réduit au silence. Le héros maudit, en costume de nuit, bougeant avec cette grâce et cette prestance irréelle, flottant presque sur le sol comme s'il n'était pas victime de l'apesanteur. Elle observe, l'immortelle, totalement hypnotisée par les gestes du chasseur - elle y retrouve la puissance, le danger, la rapidité. Loin d'être un simple mortel, un simple humain, les Aquila ont cette puissance à nul autre pareil. Une puissance qu'elle a connut dans les mouvements de Cassian. Dans le désespoir de Céline. Et maintenant dans la confiance de son fils unique.
Clyde - « Tout va bien ? » La douceur de sa voix roque était ridicule face à son comportement félin. Il était le chasseur, traquant ses proies pour les renvoyer à la terre. La terre à la terre, les vampires en cendre s'échappaient sous le vent qui s'engouffrait dans la ruelle. Et Lilith restait dans l'ombre, à l'observer qui s'agenouiller devant la victime. Tremblante, faible, silencieuse - les larmes coulant de ses yeux, témoin de cette peur primaire de mourir. Et il n'existait pas de spectacle plus exaltant pour la vampire, que de voir la peur dans le regard de la jeune femme. La mort - une peur qu'elle ne connaissait plus, qu'elle ne se souvenait plus avoir connu un jour. Elle en était à présent l'allié, vivant sur terre sans que le temps n'ai d'effet sur elle. Elle marchait aux côtés de la mort. Aussi injuste, cruelle et fourbe qu'elle.

Et lui la donnait aux immortels - la mort plus injuste encore. La mort au bout d'une arme qui scintillait sous la lune. Alors elle restait loin, parlant avec moquerie, recevant enfin l'attention de ce cher enfant.
Clyde - « Nous sommes bien d'accord. » Elle arqua un sourcil, restant silencieuse avant de le voir s'occuper de la victime sans s'inquiéter de voir Lilith l'attaquer. Et elle ne le ferait pas, de toute évidence, bien trop intriguée par le comportement de celui qu'elle avait vu s'enfuir dans la neige un soir d'hiver. Noël sonnait comme une condamnation, arraché dans les cris de sa mère. Elle l'avait vidée de son sang, assassinée sans remord alors que son fils s'enfuyait pour faire survivre le nom des Aquila.
Clyde - « Les vampires n'ont pas le droit de tuer et c'est pourtant ce qu'il allait faire. Vous avez acceptés la loi, au risque de voir les chasseurs vous la rappeler. Il était en infraction, il a été puni. »
Lilith - « Et qui punira les sorciers qui nous assassinent alors ? » Demanda-t-elle avec une voix innocente d'enfant capricieuse. Faisant une moue divine, avant de s'avancer dans la lumière de la lune. Toujours loin, pour éviter les larmes acérées du chasseur. Et elle le reconnaissait - sans doute le regard d'un mortel ne changeait-il jamais. Mais alors il n'avait plus grand chose en commun avec le gamin dans la neige. Il sort un mouchoir pour faire glisser sur la lame, récupérant l'hémoglobine gelée du vampire disparu. Il avait grandit - c'était une évidence - qu'elle osa énoncer à haute voix pour l'observer perdre de son assurance.
Clyde - « Qui es-tu ? Et comment connais-tu mon nom ? »
Lilith - « M'aurais-tu oublier ? » Demanda-t-il avec un sourire en coin. Avant que d'un mouvement ample elle passe une main sur son visage, pour dévoiler son masque de monstre - les yeux rouges et les dents pointues pour preuve de son ascendance démoniaque. « J'aurais pensé que tu en serais incapable. Je pensais te revoir plus tôt, à vrai dire. Tu m'auras fait attendre ce moment. » Rajouta-t-elle avec le regard du monstre qui avait pris la vie de sa mère.
Lilith - « Sais-tu que tu as le regard de ta mère ? Céline… La douce Céline. »


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 159
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Ven 5 Jan - 19:48

Clydith
C'est la loi
Il lui fait toujours quelques minutes pour redescendre de la montée d’adrénaline que lui crée la chasse. Lorsqu'il est en recherche de proie, ce n'est plus lui qui cherche mais bien son instinct le plus primaire, celui hérité de ses ancêtres, des Aquila. Il a ce quelque chose dans ces moments là, ce besoin de frapper et de se défouler que seul l'attaque d'une créature lui permet d'assouvir. Et cette sensation de toute puissance est bien trop bonne pour qu'il en soit lassé un jour, il reconnaît que la chasse lui avait manquée bien plus qu'il ne l'aurait pensé. Il est satisfait de voir qu'il n'a pas perdu de ses capacités, même si il reste plus lent que à l'époque. La faute à des années sans s'entraîner, enfermé dans une cellule trop petit pour développer son corps et à un manque d'alimentation correcte. Mais d'ici quelques semaines, il sera à nouveau opérationnel comme avant son emprisonnement.

« Et qui punira les sorciers qui nous assassinent alors ? » Il laisse échapper un petit rire, presque moqueur avant de se tourner vers la silhouette. « Ne te moque pas allons, tu sais autant que moi que les chasseurs sont peu nombreux à pouvoir de vanter d'avoir tué un vampire. » Lâche Clyde après avoir correctement nettoyé la lame de son arme. Il en jette le mouchoir au sol avant de faire signe à la jeune sorcière de rentrer, car la discussion part lentement sur un sujet qu'il ne veut partager avec personne. Et la jeune fille obéit docilement, s'enfuyant par la porte laissée entre-ouverte. Sans doute pour rentrer chez elle, ça se comprend avec ce qu'elle vient de vivre. « M'aurais-tu oublier ? » « Aurais-je une raison de me rappeler de toi ? » Demande le chasseur sur le même ton, avant de glisser sa lame dans son étui. Mais il pose sa main droite maintenant libre, contre sa ceinture. Prêt à dégainer un poignard d'argent si besoin, car le ton qu'utilise cette créature ne lui dit rien qui vaille.

« J'aurais pensé que tu en serais incapable. Je pensais te revoir plus tôt, à vrai dire. Tu m'auras fait attendre ce moment. » Qu'elle lui dit avant de sortir lentement de l'ombre, ce qui permet au chasseur d’apercevoir le visage de la créature, de la démone aux yeux rouges vifs. D'un coup, un flash vient le faire reculer alors qu'il fronce les sourcils. Un souvenir, ancien, qu'il pensait avoir oublié. Un regard bien précis, en un coup de vent en se retournant. Le froid, la neige brûlant ses pieds, la peur enserrant son cœur et les hurlements, de plaisir et de douleur. La douleur d'une mère, le plaisir d'une créature qui s’abreuve de sang poisseux. « Sais-tu que tu as le regard de ta mère ? Céline… La douce Céline. » Sa respiration se coupe si fort dans sa poitrine qu'il en a mal. Il ne bouge pas, seule sa main attrape son poignard en argent qu'il serre fort, si fort qu'il pourrait en imprimer les motifs sur sa peau. « Toi... Comment ai-je pu oublier ce visage ? Il y a bien longtemps que tu aurais du rejoindre tes ancêtres Lilith. Pour tout le mal que tu as fait. » Qu'il dit en s'approchant un peu mais en restant tout de même à une bonne distance de sécurité. « Pourquoi l'avoir tuée ? Et pourquoi m'avoir laissée la vie ? Tu savais ce que j'allais devenir. » Demande le chasseur, piqué par la curiosité cette fois-ci.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 94
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Mer 10 Jan - 23:37


c'est la loi
@L. Clyde A. Greengrass et @I. Lilith Kensington
C'était un jeu - le chasseur et la proie, le bon et le mauvais, l'ombre et la lumière. Elle ne doutait pas d'avoir le mauvais rôle dans cette pièce, mais elle ne pouvait pas prétendre ne pas aimer l'impression d'être parfois celle qui détenait le pouvoir. Du reste, il était rare qu'il lui échappe - elle n'avait pas souvent frôler la mort définitive, le retour à la poussière. Mille ans sur terre lui avait appris à survivre, à savoir éviter les réels dangers, et ceux qui pouvaient mettre un terme à son éternité. Et pourtant elle en avait croisé, des chasseurs. Après Cassian, elle n'avait eut de cesse de suivre les Aquila - après avoir décimé d'autres familles, au cours de leurs voyages. Rares étaient les chasseurs qui restaient, les familles capables de prétendre pouvoir chasser les créatures, et en protéger les moldus. A présent il restait la politique pour museler les créatures. Les grandes familles étaient mortes, par la rage de ceux qu'ils avaient la prétention de pouvoir détruire.
L'ombre se propageait, et il ne resterait bien qu'une éclipse constante, laissant le souvenir d'une ancienne lumière. Et Lilith ne pouvait que s'en réjouir, de voir le monde des sorciers se nécroser - un juste retour des choses face à leurs prétention et leur orgueil. Elle ne voulait pas autre chose, une autre fin plus atroce pour eux - elle voulait les voir s'entretuer pour une pureté dérisoire. Aprrs tout, de son point de vue, ils étaient tous condamnés.
Clyde - « Ne te moque pas allons, tu sais autant que moi que les chasseurs sont peu nombreux à pouvoir de vanter d'avoir tué un vampire. »
Lilith - « Aujourd'hui sans doute. Et a force de faire preuve de tant de prétention ils ont presque tous disparut. » La voix était lascive, ne perdant nullement de son amusement. Elle ne voulait pas - en réalité - ne pas se réjouir alors qu'elle était la cause d'une partie de cette disparition, très justement.

Mais lui, c'était autre chose - il n'était qu'un simple chasseur qu'elle voudrait voir mort si tôt cette conversation terminée. Elle ressentait cette excitation particulière - celle de la chasseuse. Celle qu'elle ressentait avant la traque, le jeu, la nouveauté - elle avait attendu longtemps ce moment, et lui ne semblait pas être capable de se souvenir d'elle, le laissant boudeuse.
Clyde - « Aurais-je une raison de me rappeler de toi ? »
Lilith - « Une bonne je dirais même. » Rajouta-t-elle alors qu'elle s'avançait, dévoilant son visage de même que ses souvenirs. Ceux d'un enfant courant dans la neige, le sang de sa main salissant ses pas. Le souvenir d'un hurlement libérateur et rageur de la belle Cécile Aquila. L'une des dernières - survivante avant que ce que je soit plus le cas.
Et elle le vit - dans le regard changeant du mortel, la lueur d'une fervente colère qui jaillit soudainement quand il se rendit compte - en effet - de qui elle était.
Clyde - « Toi... Comment ai-je pu oublier ce visage ? Il y a bien longtemps que tu aurais du rejoindre tes ancêtres Lilith. Pour tout le mal que tu as fait. »
Lilith - « Et pour le mal que tes ancêtres ont fait, quelle punition auras-tu ? » Demanda-t-elle en souriant de côté, voyant combien il était tendu - prêt à l'attaque. Prêt à tuer. « D'autant que c'est moins l'ancêtre dans l'histoire, non ? »  n'est-ce pas ce qu'un millénaire de vie pouvait lui offrir - d'être l'histoire, de même que le futur. Ne pas être au présent, ou l'être tout à fait. Le temps n'était qu'une bagatelle dont elle ne se souciait pas, après tout.
Clyde - « Pourquoi l'avoir tuée ? Et pourquoi m'avoir laissée la vie ? Tu savais ce que j'allais devenir. » Elle arqua un sourcil, penchant la tête de côté pour le caresser du regard - pas que les questions la surprenaient, mais elle espérait qu'il aurait compris depuis le temps.
Lilith - « Ce sont les règles du jeu, Aquila, l'ignores-tu ? Les chasseurs tuent les vampires; les vampires traquent les chasseurs. Elle connaissait les risques : elle a voué sa vie à la cause, elle en est morte. » dit-elle, et sans doute pour cela Cécile était-elle une héroïne aux yeux des siens - pas qu'il reste beaucoup d'Aquila pour en témoigner cela dit. « Et toi, Darling , tu n'étais pas encore ce que tu es aujourd'hui. Quel intérêt à tuer un enfant sans défense, alors que je peux à présent affronter un réel chasseur. Te priver de ton avenir si tôt… ? » elle haussa les épaules, l'idée lui semblait stupide - et elle l'était aux yeux de l'immortelle. Il n'était pas un chasseur, à l'époque, il n'était qu'un enfant. A présent il était entrer sur le terrain de jeu. Tout était différent.
Lilith - « Je suis patiente, Clyde. Je savais ce que tu deviendrais. Je ne te crains pas plus pour autant, sais-tu ? » Rajouta-t-elle avec un sourire - car il n'était pas le premier chasseur qu'elle rencontrait. Et il ne serait pas le dernier. « Vous les Aquila avez cette capacité à survivre. C'est fascinant. » 


_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 159
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Mar 16 Jan - 1:58

Clydith
C'est la loi
« Aujourd'hui sans doute. Et a force de faire preuve de tant de prétention ils ont presque tous disparut. » « Presque, comme tu le dis. » Dit-il avec l'ombre d'un sourire tout en s'occupant encore de nettoyer et de ranger ses armes. Il ne s'occupe déjà plus de la jeune fille, qui devient obsolète tant qu'elle n'a pas été mordue et qu'elle ne souffre d'aucune blessure. Il a fait son rôle et la créature qui ne respecte pas les lois vient d'être punie jusqu'à ne jamais se réveiller, c'est bien assez. Il ne devrait même pas rester ici, il devrait repartir en patrouille car nul doute que si cette créature a attaquée, d'autres doivent le faire assez souvent et sans risque d'être puni, car il est vrai que les chasseurs ne grouillent pas dans les rues de Londres. Il en reste quelques uns en Amérique d'après les rumeurs mais ce n'est pas brillant, la famille Aquila elle même a été douloureusement attaquée il y a de ça une centaine d'années et depuis ils peinent à grossir leurs rangs. « Et pour le mal que tes ancêtres ont fait, quelle punition auras-tu ? » « Aucun mal n'a été fait, juste une simple punition pour ceux qui ne respectent pas la loi. » Dit-il en soufflant fortement, trouvant cette conversation inutile et stérile d'avance.


Elle campera sur ses positions et sur son avis concernant les créatures et lui n'en démordra pas non plus, il sait que rien de punissable n'a été fait par les siens. Pour ce qu'il sait du moins. Pendant un moment il l'observe, il est vrai qu'il en avait presque oublié son visage mais pas ce regard, lorsqu'il s'enfuyait dans la pluie et le froid de cette soirée d'hiver. « D'autant que c'est moins l'ancêtre dans l'histoire, non ? » « Tu avais bien des ancêtres et une famille avant de devenir ce que tu es. » Répond le chasseur en avançant d'un pas tout en restant à une bonne distance. Il pose sa main droite sur le pommeau de son épée dans l'attente d'une attaque, si il lui prend l'envie de venir se faire les dents et les griffes sur le chasseur qui se tient bien droit devant elle. « Ce sont les règles du jeu, Aquila, l'ignores-tu ? Les chasseurs tuent les vampires; les vampires traquent les chasseurs. Elle connaissait les risques : elle a voué sa vie à la cause, elle en est morte. » Il fronce les sourcils en entendant cela, pas totalement satisfait de cette réponse. « Elle ne tuait que ceux qui transgressaient les règles. » Répond Clyde sans cesser de la fixer, observant et anticipant chaque mouvement qu'elle peut faire. Comme si elle pouvait se montrer agressive en un clin d’œil, il sait que c'est le cas et qu'elle a la réputation d'être aussi terrible que dangereuse.


« Tuer un enfant ne t'a jamais dérangée avant moi, Lilith. » Répond Clyde en refusant d'entendre qu'elle ne voulait pas l'attaquer alors qu'il était si jeune. La vampire n'a jamais au aucun remord à attaquer et tuer tout ce qui passait trop proche de ses crocs, que ce soit un adulte ou même un enfant en bas age. « Je suis patiente, Clyde. Je savais ce que tu deviendrais. Je ne te crains pas plus pour autant, sais-tu ? » « C'est un signe de folie alors. Tu es trop sure de toi Lilith, ça te perdra. » Car toutes les créatures savent que les chasseurs sont très bien entraînés et que leurs capacités font des ravages auprès de ceux qui ne respectent pas la loi. Il est vrai en revanche que la créature à l’apparence juvénile en face de lui a toujours fait tourner en bourrique le clan mais surtout, parce qu'elle a pendant très longtemps voyagé sans pouvoir laisser aux Aquila le temps de la trouver. « Que me veux-tu ? Tu dois être satisfaite, notre clan est presque éteint et tu as même transformé celui qui devait en reprendre la tête... Tu dois être si fière de toi, n'est-ce pas ? » Qu'il demande avec un sourire avant de hocher la tête et de lui faire signe, moqueur. « Mais j'ai appris qu'il n'était plus avec toi... Alors, l'Infant se détourne de sa maîtresse ? » Demande le chasseur en faisant référence à Cassian qui lui aussi travaille à Poudlard maintenant et qui, d'après ce qu'il a entendu et d'après l’enquête qu'il mène auprès de son ancêtre, n'est plus aussi proche de sa créatrice qu'il ne l'était autrefois, au début.

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 94
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Ven 2 Fév - 0:40


c'est la loi
@L. Clyde A. Greengrass et @I. Lilith Kensington
Il fut un temps où marchait sur le monde des créatures aux visages d'ange, au regard de sang, et aux dents acérés. Anges maudits, tombés du ciel avec leur éternité pour malédiction, et un corps prêt à sombrer dans l'oublie sans pouvoir jamais atteindre la paix d'une mort assurée. Vampires, se firent-ils appelés, et comme ils ne pouvaient mourir, ils prenaient la vie des mortels qu'ils jalousaient. Eux pouvaient aimer, pleurer, gueuler - ils vivaient avec une intensité remarquables qui les rendaient envieux. Ils voulaient les détruire, pour ressentir. Ils pouvaient leur sucer leurs âmes, mais ne prenaient que leur vie.
Les humains, face à l'angoissant cauchemars, finirent par prendre les armes. Ils se firent chasseurs.
Clyde - « Presque, comme tu le dis. »
Lilith - « Tu en es la preuve vivante non ? » demanda-t-elle avec un sourire joueur - après tout si les chasseurs étaient poussières, disparaissant dans des temps où ils devaient se cacher dans les ombres, ils ne pouvaient que mourir par les créatures qui en étaient les maitres. La fin du règne des chasseurs approchait, Lilith en avait la certitude. Mais nostalgique, elle se gardait le droit de jouer encore avec le dernier d'entre eux. Le dernier meutrier des créatures de la nuit.
Clyde - « Aucun mal n'a été fait, juste une simple punition pour ceux qui ne respectent pas la loi. » Restant un moment perplexe, elle se contentait de le fixer, trouvant chez lui cette ardeur loyauté de ceux qui se pensaient justes. Ceux qui pensaient tenir la flamboyante vérité - la justice entre ses mains calleuses de combattants. Mais il n'avait que sa propre justice pour lui - et au vue de l'ennemi il était le meurtrier. Elle restait cependant silencieuse - avec sa propre certitude.

Clyde -  « Tu avais bien des ancêtres et une famille avant de devenir ce que tu es. » Un nom - elle était une autre alors, portant le nom d'une famille disparut, dont les souvenirs hantaient les murs de Poudlard. Elle était maudite - comme sa famille - ayant disparut pour ne pas avoir à régner.
Lilith - « Voudrais-tu le savoir, ce que c'était mon nom avant de n'être qu'une démone aux yeux rouges ? » Demanda-t-elle alors, jouant avec les bagues qu'elle portait à la main, les faisant rouler pour les prendre dans sa paume sans le lâcher du regard. Elle ne manqua pas son pas en avant, ni sa main sur son épée - comme une promesse de sentence divine. Il était dangereux, mais elle ne manquait pas de répondant.
Clyde Greengrass - pauvre fou, dont la mère Céline avait laissé un gout admirable sur la langue de l'immortelle. Sans doute aucun sang n'était-il plus épicé que celui d'un chasseur. Ni plus torturant.
Clyde - « Elle ne tuait que ceux qui transgressaient les règles. »
Lilith - « Vos règles. » Dit-elle cette fois, ne pouvant que feuler ce qui était l'évidence. Que les humains avaient imposé leurs règles en gueulant monstre envers les créatures.
Clyde - « Tuer un enfant ne t'a jamais dérangée avant moi, Lilith. »
Lilith - « Ma réputation me précède, je le vois bien. Tu apprendras que j'ai sauvé plus d'enfants que je n'en ai mordu. » Dit-elle sans réfléchir, trouvant admirable de ne pas avoir à mentir à son tortionnaire. Il était aisé de faire preuve de franchise - et quel intérêt d'user de mensonge en réalité, quand elle n'avait plus rien à perdre ? Ni rien à craindre de lui.

Clyde - « C'est un signe de folie alors. Tu es trop sure de toi Lilith, ça te perdra. »
Lilith - « Des conseils de mortels, pour une vie trop courte qu'il ne faut risquer. »  souffla-t-elle avant d'avancer - jouant avec le feu sans savoir si elle craignait de se brûler. « La mort ne veut pas de moi. »  Evidence, avec laquelle elle avait marché sur le monde durant le dernier millénaire. Evidence - qui la torturait et lui donnait le sentiment de ne plus pouvoir en ressentir - vide. Elle était simplement vide.
Clyde - « Que me veux-tu ? Tu dois être satisfaite, notre clan est presque éteint et tu as même transformé celui qui devait en reprendre la tête... Tu dois être si fière de toi, n'est-ce pas ? » Surprise - cette fois. Elle ne tenta pas de le cacher, un geste à reculons alors qu'elle recevait la frappe. Cassian. Ainsi Clyde savait son rôle dans la disparition de leur cher Cassian.
Clyde - « Mais j'ai appris qu'il n'était plus avec toi... Alors, l'Infant se détourne de sa maîtresse ? »
Lilith - « Le caprice d'un enfant. J'ai trop gâté Cassian, mais il finira par me revenir. Il me reviendra toujours. » Dit-elle avec assurance, le gout de Cassian, de sa main fuyante encore sur sa peau. Cassian, au regard lointain, à l'amour évident - pour une mortelle. Un moment, une passade. Quand elle vivait l'éternité, qu'était-ce la vie d'une fille durant une période de guerre ? Elle pourrait attendre sa mort pour reprendre son Infant. Mais la patience n'était pas une de ses qualités.
Lilith - « Ainsi donc tu as retrouvé Cassian. Ton clan a atteint son but, mais il n'en reste aucun héritier. Si je te tuais à présent, les Aquila disparaitraient… Mais alors qui me resterait-il à torturer, à chasser, à assassiner ? »  Sa voix était lointaine, comme si la réflexion lui était douloureuse. « Je suis égoïste. Je refuse de laisser à d'autres vampires le loisir de faire de toi leur proie. Vous, les Aquila, être toute à moi. » 



_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 159
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Dim 4 Fév - 19:28

Clydith
C'est la loi
« Tu en es la preuve vivante non ? » En effet il l'est et il ne compte pas laisser son clan tomber dans l'oublie, disparaître et ne jamais ressortir des ténèbres. Les Aquila ne sombreront pas par sa faute, il est sur qu'il aura des enfants, des héritiers et même plusieurs afin de permettre aux siens de ressortir de l'ombre et de ne pas laisser les créatures gagner. Pire encore ce n'est même pas une question de gagner ou de perdre, les chasseurs apportent l' équilibre au sein des créatures. A l'époque où son clan était puissant, aucune créature n’aurait osée attaquer et tuer un être vivant en pleine rue dans un coin sombre, car tout le monde savait que les chasseurs pouvaient à tout moment débarquer. Ils ne font qu'appliquer la loi, la rappeler à ceux qui se pensent au dessus. Personne n'est au dessus de la loi, personne ne peut la dépasser et même le plus vieux, le plus riche des hommes ne peut prétendre ne pas souffrir des lois. « Voudrais-tu le savoir, ce que c'était mon nom avant de n'être qu'une démone aux yeux rouges ? » « Pourquoi pas. A-t-il de l'intérêt ? » Qu'il demande en fronçant les sourcils. Il se doute bien qu'elle avait un autre prénom que celui d'une démone, crée pour effrayer les petits enfants et les pousser à dormir pour éviter que le monstre ne vienne les dévorer si ils n’obéissent pas. « Vos règles. » « Que vous avez accepté de signer il y a de cela des siècles. » Répond Clyde dans un tac-o-tac presque grisant, alors qu'elle semble elle aussi sur les dents si il peut s'exprimer ainsi, car tout son corps est tendu dans une posture comme si elle pouvait l'éviter à tout moment. Il ne compte pas attaquer, pas pour l'instant du moins et tant qu'elle reste à sa place il ne voit pas l'intérêt de venir lui chercher des noises.

Il l'écouter parler de cette mort qui se refuse à elle bien-sûr, mais après tout tel est le but de l’immortalité. D'être capable de fuir la mort, comme l'un des frères Peverell l'a fait lors de son vivant. Sauf que lui n'était pas immortel, il a simplement su se cacher de la grande faucheuse, alors qu'elle voit tout normalement. Clyde pense souvent que les créatures tel que les vampires qui ne souffrent pas du temps, disparaissent de la vision de la grande faucheuse car eux même ne sont plus touchés par sa faux et ses effets. Ainsi il pense aussi que dés que leur mort approche, car elle finit toujours par arriver soit par imprudence ou simplement après des siècles de lassitude, ils apparaissent à nouveau et le spectre de la mort comprend qu'il doit effectuer son travail sur cette âme qu'il vient chercher, alors qu'il aurait du la faucher depuis bien longtemps déjà. On ne peut eternellement contourner la mort, on l'évite simplement quelques années, siècles mais elle fini toujours par gagner, quoi qu'il arrive. Lorsqu'il parle de Cassian il remarque avec un plaisir presque sadique qu'elle marque un temps d'arrêt et un geste de recul, sans doute réellement surprise qu'il ne parle de son Infant et de son ancêtre, car Cassian l'est quoi qu'il arrive. Et même si sa peau est blafarde et ses crocs plus long, il est de son clan. « Ainsi donc tu as retrouvé Cassian. Ton clan a atteint son but, mais il n'en reste aucun héritier. Si je te tuais à présent, les Aquila disparaitraient… Mais alors qui me resterait-il à torturer, à chasser, à assassiner ? » « Tu trouveras toujours des âmes à tourmenter Lilith, je ne me fais aucun soucis pour toi. Ose me jouer la carte de la pauvre fille abandonnée, ça ne prendra pas avec moi. Cassian ne reviendra plus vers toi, il a brisé ses chaînes et c'est la raison pour laquelle tu es ici. »

La discussion avec son ancêtre lui revient en mémoire, les quelques mots échangés, l'histoire partagée et le plaisir et l'apaisement d'avoir enfin retrouvé celui qu'il a longtemps cherché, après avoir pris la relève de ses parents, grands parents et autres membres du clan. Le sentiment que la mission est terminée, mais qu'une autre vient de commencer se glisse en lui. Le plus facile est passé, il faut maintenant œuvrer afin de ne pas tomber dans l'oublie. « Je suis égoïste. Je refuse de laisser à d'autres vampires le loisir de faire de toi leur proie. Vous, les Aquila, être toute à moi. »  Il s'avance encore d'un pas, tenant toujours bien fermement son épée qui brûle contre la paume de sa main. Elle l'appelle, l'incite à dégainer et à attaquer mais il ne fera jamais le premier pas, il vaut mieux parer qu'être blessé. Et il est conscient qu'il n'a pas un nouveau né devant lui, mais bien un être avec des siècles d’expériences, qui jouent contre lui. Mais aussi avec lui, car l'habitude pourrait lui faire faire une faute gravissime, si seulement Clyde trouve le moyen de se faufiler dans la brèche qu'elle ouvrira. « Nous ne t'appartenons pas. Tu as simplement affaibli notre nom, mais une chêne repoussera toujours tant qu'il restera des racines. »

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 94
Date d'inscription : 19/11/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Mer 7 Fév - 23:03


c'est la loi
@L. Clyde A. Greengrass et @I. Lilith Kensington
L'histoire qui se dessine, s'écrit dans le marbre en même temps qu'elle laisse sur sa peau une trace indélébile - celle de la lassitude emportant avec elle les passions des jeunes années de la vampire. Des rencontres qui l'ont marqué, des peines et des trahisons - elle avait plus souvent connu le drame que le bonheur, y plongeant vite des crocs vengeur. Elle était plus souvent amené à grogner qu'à profiter simplement. Destructive, elle savait planter ses crocs pour tuer, faisant de la mort sa compagne - mais ignorait comme juste vivre. Morte depuis si longtemps, qu'il était risible pour elle de penser à juste exister dans le présent. Elle faisait partie de l'histoire, d'ancien contes devenus des légendes.
Clyde - « Pourquoi pas. A-t-il de l'intérêt ? » D'un nom - avait-elle encore un intérêt pour son premier nom ? Cela de la mortelle princesse devenue maudite. Celui qui avait maudit tout autant le château où d'autres à présent étaient prisonniers. Entourés de cette forêt sombre, jadis si lumineuse. Les années l'avaient couvertes de cette promesse du danger - celui qui avait planté ses crocs dans le cou de la jeune femme qu'elle avait été; c'était un souvenir brumeux à présent, mais le nom était resté encré. Comme brûlant des promesses d'une vie qu'elle n'aurait jamais.
Lilith - « J'étais une sang pur, aussi, à une époque où ils n'existaient pas d'exception à la pureté. J'étais Innocent Ravenclaw, dernière du nom, et il disparut après moi. Maudit. » Lâche-t-elle d'une voix caverneuse, presque hors du temps - comme le nom s'envole vers le passé, lui rappelant ses premières années - ses années où elle était encore Innocent. Avant Cassian. Avant les massacres. Avant n'être qu'un démon qui avait dévoré son âme de l'intérieur. Avant de ne fait plus cas des lois qui ne lui ressemblaient guère.
Clyde -« Que vous avez accepté de signer il y a de cela des siècles. »
Lilith - « Vas-tu me faire un cours d'Histoire, Clyde Aquila ? J'y étais, c'est ma signature qui part le première traiter entre les sorciers et les créatures. Le premier - le seul qui a été signé, et qui a été utilisé pour tenter de nous asservir. » Grogne-t-elle, refusant de baisser le regard, ou d'admettre sa bêtise de l'époque. Encore jeune, croyant qu'une paix pouvait être durable, qu'elle avait encore sa place auprès des siens. C'est cruellement qu'elle avait découvert qu'elle n'était plus sorcière malgré sa baguette. Elle était vampire, frappant le monde de ses coups de sang pour y laisser la trace d'un monstre. Elle était réduite à cela - un monstre.
Elle leur faisait payer le prix fort pour cette trahison là.

Clyde - « Tu trouveras toujours des âmes à tourmenter Lilith, je ne me fais aucun soucis pour toi. Ose me jouer la carte de la pauvre fille abandonnée, ça ne prendra pas avec moi. Cassian ne reviendra plus vers toi, il a brisé ses chaînes et c'est la raison pour laquelle tu es ici. » Elle claque des dents - agacée par la témérité du jeune lion. Le chasseur avait cette lueur flamboyante de vie dans le regard dont elle était jalouse. Elle ne brûlait plus en elle désormais, tâchant juste d'en trouver des résurgences dans des instants de chasse - elle aimait traquer, rendre fou avant de percer la peau tendre de ses crocs. Elle aimait tuer, aussi, lentement pour gouter à la douceur de la vie qui s'écoulait dans sa gorge. Elle aimait cela - elle voulait se le répéter assez souvent pour s'en convaincre.
Elle tourmentait les âmes, sa vengeance s'étalant sur les siècles parce qu'elle ne souffrait pas de voir le temps passer. Elle ne le craignait pas - nul besoin de se cacher de la mort, parce que la mort était son seigneur, son sir, son allié. Elle était sa créature, sa création, vivant sur le monde en son nom. Immortelle - et si elle ne le tuait pas, lui, il mourrait de toute façon. Sauf qu'elle refusait de se voir prendre le nom des Aquila - elle les voulait pour elle, égoïste enfant qu'elle était.
Lilith - « Tu ignores tout du lien entre Cassian et moi. Il peut tenter de s'en convaincre, mais il m'appartient. Mon sang coule dans ses veines, je l'ai créé. Il n'est plus tant un Aquila qu'un vampire - c'est ainsi que les lois de votre monde fonctionne non ? Comment prétendre qu'une hybride soit l'un des vôtres ? » Grogne-t-elle une fois encore, sur la défensive, aussi tendue qu'elle pouvait.
L'atmosphère devenant presque insupportable, la vampire ne le quittant plus du regard suivant chaque mouvement - celui vers son épée notamment - avec inquiétude et excitation mêlés.
Clyde - « Nous ne t'appartenons pas. Tu as simplement affaibli notre nom, mais une chêne repoussera toujours tant qu'il restera des racines. »
Lilith - « Dois-je détruire la racine en première alors ? »  Demanda-t-elle avec un sourire ingénieux sur les lèvres. « Si tu disparais, et Cassian avec toi - que restera-t-il sinon moi pour me souvenir de votre nom ? Tu as de la chance que je sois assez joueuse pour te promettre la vie sauve ce soir encore, Clyde. Je n'en ai pas terminé avec toi, pas encore - » dit-elle plutôt en levant le bras vers lui comme pour caresser sa peau - elle était trop loin pour cela cependant.
Lilith - « Tu es si jeune encore, si insouciant, attaché à tes idéaux comme s'ils étaient vérités. Mais tu ne sais rien, Clyde. » 





_________________

you are my mortal eternity
L'éternité était devenu un poison, s'insinuant dans nos veines figées par l'ennui, pour n'être que l'attente d'une mort joueuse et pleine de malice. Et tu es arrivé, avec ta naïve existence mortelle, faite d'instants présents comme il n'existait rien d'autre pour toi. Tu es devenu ma présente éternité. Ma présence au monde.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & pro-mangemort

staff & pro-mangemort


Messages : 159
Date d'inscription : 12/10/2017
Localisation : Un peu partout

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   Dim 11 Fév - 1:19

Clydith
C'est la loi
« J'étais une sang pur, aussi, à une époque où ils n'existaient pas d'exception à la pureté. J'étais Innocent Ravenclaw, dernière du nom, et il disparut après moi. Maudit. » La nouvelle le laisse de marbre, nullement impressionné par le fait qu'il a devant lui une des descendantes d'un des fondateurs de la célèbre école de magie. Et d'une des plus grandes sorcières au monde aussi. Il hoche la tête, ne sachant que dire avant de hausser les épaules. Elle était cela, elle était innocente en effet et elle pouvait prétendre être une sang-pure si cela lui plaisait. Maintenant elle n'a plus rien de noble, de pur, de princier ou d'admirable. Elle tue, sans regarder le nom, les visages de ceux qu'elle réduit au silence juste par amour pour le sang et la mort. Il ne la juge pas, ne la méprise pas, c'est un fait et c'est ainsi. Lilith car c'est ainsi qu'on l'appelle à présent, n'a plus rien d'humain. « Vas-tu me faire un cours d'Histoire, Clyde Aquila ? J'y étais, c'est ma signature qui part le première traiter entre les sorciers et les créatures. Le premier - le seul qui a été signé, et qui a été utilisé pour tenter de nous asservir. »

« Alors cela justifie mille années de tuerie. » Qu'il rajoute avec un rictus, le coin de sa bouche se relevant alors qu'il fait quelques pas en arrière pour mettre encore un petit peu de distance avec cet être dont il n'a aucune confiance. Lilith, il faut s'en méfier comme du lait sur le feu. Son grand age lui confère une résistance incroyable mais aussi une fierté mal dissimulée, une assurance qui pourrait la pousser à la faute. « Tu ignores tout du lien entre Cassian et moi. Il peut tenter de s'en convaincre, mais il m'appartient. Mon sang coule dans ses veines, je l'ai créé. Il n'est plus tant un Aquila qu'un vampire - c'est ainsi que les lois de votre monde fonctionne non ? Comment prétendre qu'une hybride soit l'un des vôtres ? » « Tu ignores tout des miens. Et tu ne mérites pas que je prenne le temps de t'en parler. Après tout, pourquoi vouloir te renseigner sur un nom que tu veux anéantir ? » Demande Clyde avec cette arrogance qu'il n'a que rarement, mais qu'il sort lorsque l'être en face de lui en fait tout autant preuve.

« Si tu disparais, et Cassian avec toi - que restera-t-il sinon moi pour me souvenir de votre nom ? Tu as de la chance que je sois assez joueuse pour te promettre la vie sauve ce soir encore, Clyde. Je n'en ai pas terminé avec toi, pas encore - » « C'est au meilleur qui gagnera Lilith. » Dit-il avec un air de défis sur le visage et un sourire des plus fiers. « Tu es si jeune encore, si insouciant, attaché à tes idéaux comme s'ils étaient vérités. Mais tu ne sais rien, Clyde. » « Toi non plus Lilith. » Répond le jeune sang-mêlé avant de regarder autours de lui. Personne, la voie est libre, il peut partir sans risque dés à présent, aucun de ces fameux vampires ne va sortir de l'ombre avec la ferme intention de défendre la jeune Ravenclaw au visage d'age. « Je te souhaite la plus douce des soirées ma chère, nous nous retrouverons bientôt. » Dit-il avant de se tourner et de partir, après un dernier regard pour la créature qui n'a pas bougée.

FIN

_________________

Partout je te cherchais sans trop savoir où aller, j'en ai perdu les mots. Est-ce que moi sans toi, toi sans moi, on pourra un jour être heureux même si ça ne me plaît pas ?
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: c'est la loi (clydith)   

Revenir en haut Aller en bas
 
c'est la loi (clydith)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde magique :: La place divine :: Drunk Broom-
Sauter vers: