AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Happy K. Lacroix le Dim 18 Fév - 16:04, édité 2 fois
MessageSujet: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Sam 30 Déc - 23:56

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Perchée au sommet de la tour d'Astronomie, Happy contemple un instant le ciel tout en réfléchissant. Elle sait qu'elle va devoir passer la soirée à te supporter, et malgré son habituelle patience – tout à fait relative, évidemment – cette idée ne l'enchante guère. Contrainte de quitter la voûte céleste qu'elle apprécie tant pour ne pas être en retard, elle finit par descendre les escaliers rapidement jusqu'à atteindre le cinquième étage où vous avez rendez-vous. Profitant de ses cinq minutes d'avance pour illuminer la salle d'un coup de baguette plus qu'hasardeux, elle sort aussi un mince tas de feuille de son sac qu'elle pose sur la table face au bureau, l'air songeuse.

L'heure prévue finit par être dépassée, et elle se demande bien ce que tu peux faire pour être en retard. Le fait est qu'elle t'attend néanmoins, perchée sur le bureau où elle s'est assise, le regard braqué sur la porte par laquelle tu ne devrais pas tarder à entrer – elle a condamné l'autre grâce à un sortilège qu'Emrys lui a montré. Finalement la poignée s'abaisse et un soupir lui échappe – soulagement ou agacement, elle se pose elle-même la question. « Bonsoir mademoiselle Delenikas, ravie de vous voir si ponctuelle. » Aucune raillerie, simplement le constat d'une enseignante pragmatique presque désespérée d'agacement. Puis, d'un geste du menton, elle désigne la table à laquelle tu dois t'asseoir, te laissant le temps de t'installer sans rien faire d'autre que se lever. Finalement elle se détourne de la porte pour te regarder de nouveau, l'air impassible. « Vous savez que vous n'auriez qu'à vous tenir à carreaux pour ne plus être collée aussi souvent ? » qu'elle demande alors d'une voix calme et nullement provocante. En réalité, elle ne comprend pas pourquoi tu agis ainsi, à faire n'importe quoi en permanence. Elle te préférerait plus apaisée, c'est certain, mais pour l'instant ce n'est pas le cas, et ce soir encore tu vas t'ennuyer, tout comme elle.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 360 MOTS.




_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Dim 31 Déc - 15:39

soirée du 3 juin 1978


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Il reste tout juste un mois de cours avant les grandes vacances. Un mois, et les profs n'en sont pourtant pas plus clément. Encore une fois Loukia est collée durant le cours d'astronomie. Ce qu'elle a pu faire de mal ? Existée. Non, plus sérieusement elle n'en sait rien. Il n'y a pas un cours sans que la prof s'acharne sur elle. C'est lassant, et fatiguant. Surtout que les colles sont plus que barbantes.

Trainant des pieds, soupirant, faisant glisser sa main sur le mur, la gamine se rend à son heure de torture. Les cours sont finis depuis un moment et le repas a touché à sa fin voila une bonne demie heure. Et au lieu d'aller jouer dans sa salle commune, elle continue sa route jusqu'à une salle vide. Mais pas envie, vraiment pas. Alors tous les prétextes sont bons pour retarder l'inévitable. Une envie pressante, Loukia fonce aux toilettes. Puis elle s'amuse à faire des grimaces dans la glace et rigole de bon coeur avant de s'apercevoir que son avance vient de se transformer en retard. Oups.

La voila qui revient en courant face à la porte de la salle où s'effectuera la colle du soir. Roulant des yeux Loukia finit par entrer - sans toquer, comme d'habitude - et voit la prof appuyée sur le bureau.


Ho j'suis à l'heure ? J'étais persuadée d'être à la bourre. Cool, j'cours trop vite.

Loin d'elle l'idée que la prof peut être sarcastique, Loukia en conclu que sa montre doit être en avance. Elle règlera ça plus tard. Car pour l'instant elle doit s'asseoir sur une chaise, face à un pupitre. Encore une colle à attendre que le temps passe. La petite hyperactive avait déjà du mal à tenir plus ou moins en place durant une journée de cours, alors lui ordonner de poser son derrière sur une chaise quelques heures en plus, c'était vraiment lui demander de repousser ses limites. 

Et pourtant c'est sans émettre la moindre protestation qu'elle s'assied. La prof se tourne enfin vers elle pour l'observer et lui adresser quelques mots et Loukia fronce les sourcils.

Vous dites ça mais on sait très vous et moi que vous me collez sans raison.

Elle dit ce qu'elle pense Loukia, ça on ne peut pas lui reprocher. Et l'hyperactivité s'en mêle en la faisant pianoter avec ses doigts sur la table.


Filez moi les exos ou j'sais pas quoi qu'on en finisse.

L'air boudeur et ronchon elle évite le regard de la prof et ajoute à son pianotage une once de tressautement de la jambe gauche. 

code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Happy K. Lacroix le Dim 18 Fév - 16:05, édité 2 fois
MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Ven 5 Jan - 19:41

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Si tu espères que les vacances qui s'approchent vont rendre Happy plus tolérante, tu ne t'es assurément pas adressée à la bonne personne. Il faut dire que si elle n'est pas l'enseignante rêvée, ni même ayant rêvé d'être enseignante, elle n'en est pas moins stricte, voire intransigeante lorsque l'on a épuisé sa patience. Et c'est ce que tu es parvenue à faire cours après cours, et ce que tu fais encore aujourd'hui en arrivant en retard à ton heure de colle avec elle. « Ho j'suis à l'heure ? J'étais persuadée d'être à la bourre. Cool, j'cours trop vite. » Peut-être aurait-elle dû être plus ironique, ou bien rétorquer une autre remarquer, ou aggraver ta punition, mais cette fois-ci elle se contente de lever les yeux au ciel. Au moins tu as pris la peine de courir pour venir, dira-t-on.

Le regard tourné vers la porte à laquelle – évidemment – tu n'as pas toqué avant d'entrer, elle se demande un instant si elle devrait t'en faire la remarque. Est-ce que cela en vaut vraiment la peine, d'insister ainsi ? Brusquement elle doute, avant de se tourner vers toi pour te rappeler qu'en étant un brin plus sage tu serais moins souvent punie. Elle passerait moins de soirées avec toi, qui plus est, alors ce ne serait que du bénéfice. « Vous dites ça mais on sait très bien vous et moi que vous me collez sans raison. » « Mais bien sûr... » qu'elle soupire avec un regard exaspéré vers le plafond. Elle pourrait se vexer, sans doute, mais a depuis bien longtemps admis qu'elle est bourrée de défauts. Peut-être est-elle injuste sans s'en rendre compte, ce qui te donnerait raison.

Cela dit elle préfère se fier aux calculs quant à tes punitions, qu'elle compte à n'en douter. Tes colles dépendent ainsi de ton comportement, et des fautes que tu commets – quoi que tu puisses bien rétorquer à ce sujet. « La prochaine fois prenez la peine de toquer à la porte plutôt que sur votre table, » qu'elle lâche alors, calme malgré tout. Son regard posé sur toi, elle arque un sourcil en attendant une quelconque réponse, déjà persuadée que tu ne cesseras de jouer avec tes doigts. « Filez moi les exos ou j'sais pas quoi qu'on en finisse. » L'air un instant surpris par ton air ronchon, elle entend ta jambe tressauter et se crispe involontairement, récupérant tout de même deux feuilles qu'elle pose devant toi. « Choisissez une constellation que vous connaissez bien. Sur une feuille vous écrivez son nom et en dessinez la forme, sur l'autre vous en nommez les étoiles et, si vous les connaissez, leurs propriétés. » A toi de travailler.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 486 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Sam 6 Jan - 17:25


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Trop habituée à être punie pour un rien, Loukia a vite compris qu'arriver en retard en colle ne lui apporterait rien de bon. Alors c'est sans faire exprès qu'elle ne voit pas l'heure tourner, qu'elle joue dans les toilettes sans se rendre compte que son avance vient de se transformer en retard, oups. Armée de son sac, elle se trouve rapidement devant la porte avec un rythme respiratoire bien trop rapide. Les joues rougies par sa course, la gamine affiche un sourire satisfait en comprenant - à tort - qu'elle est finalement à l'heure.

Filant s'asseoir à la table indiquée sans protester ou raler, la gamine pose son cartable au sol. Puis les paroles de l'enseignante résonnent dans ses oreilles. Pourquoi disait-elle ça alors qu'elle punissait Loukia juste pour passer le temps ? Non cette fois la gamine ouvre la bouche et se permet de lui faire remarquer qu'elle n'est pas dupe. Puis la réflexion de la porte tombe. Loukia fait des allés retour en regardant cette dernière puis ses doigts qui continuent de pianoter sur son bureau. Elle n'y peut rien, si c'est pas ça c'est la jambe ou le besoin de se lever. L'hyperactivité à l'état pur. Et recevoir une réflexion à ce sujet la braque d'autant plus. 

Je... si la colle était plus active je tapoterais pas sur la table.

Serrant les poings pour arrêter de faire ce qui semble agacer la prof, la gamine est complètement braquée. Hors de question de la jouer gentille ou de brosser la prof dans le sens du poils. Le ton ronchon et la jambe qui se met à son tour à bouger et cogner contre le pied de la table, Loukia détourne le regard jusqu'à ce qu'elle se retrouve avec deux bouts de papiers sous le nez. Dessiner et citer. L'astronomie c'est déjà pas son dada, trop lent comme cours, alors les constellations...

J'sais pas les dessiner vos constellations. J'connais que celle du dragon à peu prés. C'est un trapèze avec une espèce de queue géante.

Quelques traits et le dessin se forme, plus ou moins bien fait. Fait rapidement surtout, ça l'ennuie bien que la matière est parfois interessante.

Les noms des étoiles j'les sais pas moi. J'sais juste qu'il y a alpha draconis ou thuban, Etamin et Aldhibah. J'connais pas les autres et puis j'sais pas trop comment on les écrit. Et sérieux, votre truc là ça prend pas trois heures.

Les bras se croisent et la jeune Delenikas commence à se balancer sur sa chaise tout en regardant son dessin.
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Happy K. Lacroix le Dim 18 Fév - 16:05, édité 2 fois
MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Dim 4 Fév - 15:30

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Si le but de Happy n'était pas de te vexer, c'est bien ce qu'elle a fait en te reprochant de ne pas faire l'effort de toquer à une porte alors que tu pianotes sur ta table depuis que tu es installée. Tu te braques alors, mais elle ne comprend pas pourquoi, handicapée par son incapacité à comprendre ce que les autres ressentent. « Je... si la colle était plus active je tapoterais pas sur la table. » Ne s'offusquant pas face à ta remarque, elle lève néanmoins les yeux au ciel et, face à ta demande presque agressive de connaître ce que tu vas devoir faire durant cette colle, elle pose devant toi deux feuilles, te donnant en passant les consignes. « J'sais pas les dessiner vos constellations. J'connais que celle du dragon à peu prés. C'est un trapèze avec une espèce de queue géante. » « Essayez de le faire sur la feuille, » qu'elle te dit tout de même, ignorant ton ton agacé.

Une fois le dessin formé par tes soins, elle l'observe, trouvant qu'il n'est pas si mal venant d'une demoiselle qui prétend ne rien y connaître. « Les noms des étoiles j'les sais pas moi. J'sais juste qu'il y a alpha draconis ou thuban, Etamin et Aldhibah. J'connais pas les autres et puis j'sais pas trop comment on les écrit. » « Les dire à voix haute suffira, c'est simplement pour que vous les reteniez. Vous sauriez les placer sur votre dessin ? » Tu ne cesses de grommeler pourtant elle fait avec, bien consciente que tu n'es pas contente d'être là. Sans doute aurait-elle dû te laisser partir plutôt que de vous imposer cela à tout les deux, mais elle est sûrement trop rigoureuse et rationnelle pour cela – malheureusement. « Et sérieux, votre truc là ça prend pas trois heures. » « Ce n'est pas le but, » qu'elle répond, mais déjà tu as croisé tes bras, te balançant sur ta chaise en observant ton oeuvre d'un œil distrait. Alors elle attrape de quoi écrire dans son propre sac et dessine une autre constellation au niveau du creux de la « queue » du Dragon. Il paraît que la Petite Ourse ressemble à une casserole, cela dit Happy n'y voit qu'un trapèze peu régulier, ce qui n'a, qui plus est, rien à voir avec un ours. « Le nom de cette constellation, vous le connaissez ? » Puis elle dessine Céphée qui, avec un trait en plus, aurait des airs de maison bancale – une maison dans le vide de l'espace, évidemment. « Et celle-là ? »

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 460 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Lun 5 Fév - 13:47


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Dessiner sur un parchemin, une perte de temps pour la gamine qui n'a pour seule envie de retourner dans son dortoir et de jouer avec ses camarades de maison. Hors, la prof d'astronomie n'est pas de cet avis et ne la laissera pas retourner à ses affaires aussi vite. Pourtant, Loukia met toute la mauvaise volonté possible et toute sa sincérité dans les réponses qu'elle donne à l'enseignante. Non, elle ne connait pas tous les noms des étoiles qui regroupent la constellation. Juste trois ou quatre qu'elle ne serait écrire correctement. Soupirant mais s'obligeant à suivre les consignes de son bourreau, la gamine pointe du doigts divers endroits de son dessin. Sans doute qu'elle se trompe une ou deux fois, mais l'astronomie a toujours été difficile à suivre pour elle. Survoltée, ressentant constamment le besoin de bouger, rester immobile une heure lui demande un effort surhumain.

Bras croisés et se balançant sur sa chaise, Loukia fait comprendre à l'enseignante qui se tient face à elle que l'exercice est terminé et qu'elle peut rentrer, que ça ne sert à rien de se regarder dans le blanc des yeux et attendre. Sauf que Happy n'en a pas finit et se met à dessiner deux constellations à son tour sur la feuille en demandant les noms à Loukia. Loukia qui observe la première et secoue négativement la tête. Non, elle ne connait pas son nom. Quant à la suivante, elle reste plusieurs secondes à l'observer.

Cépharée ? Céphir ? Ho puis j'en sais rien.

Frustration de ne pas pouvoir répondre à une question dont la réponse semble si évidente pour la prof qui la questionne. Trop distraite en cours Loukia n'a pas retenue grand chose, et les devoirs à la maison elle les fait avec Lysie ou, elle ne les fait pas du tout. Sauf qu'avec la fin d'année qui approche, Lysie pense plus à effectuer ses propres révisions qu'à aider Loukia dans ce domaine qui n'intéresse en rien la troisième année.

Vous faites ça exprès pour m'humilier de toute façon. Vous savez que j'arrive pas..

A tenir assise sur la chaise à se concentrer sur un prof qui parle. Juste impossible pour elle. Alors voila que Loukia se lève, attrape son sac et le place sur son épaule. La retenue est finit - selon elle - et l'air boudeur et ronchon elle se dirige vers la porte, le sentiment de frustration qui lui envahie les tripes. Sauf que Happy ne risque pas la laisser s'enfuir si facilement - même si pour Loukia, ce n'est pas une fuite.
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Happy K. Lacroix le Dim 18 Fév - 16:06, édité 2 fois
MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Mar 13 Fév - 22:54

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Quelques dessins de constellation brièvement tracées et voilà qu'elle t'en demande les noms, parce que selon elle tu pourrais les retenir si tu y mettais du tiens. Mais la première ne te dit rien, ce qu'elle ne comprend qu'une fois ta tête secouée. « Celle-là c'est la Petite Ourse, » qu'elle dit alors, répondant à ta place avec cet espoir que tu retiennes quelque chose, qu'elle serve à quelque chose. Elle t'aurait bien demandé ton avis quant à la forme de la constellation au nom si dépourvu de logique, mais se retient en comprenant que cela ne mènerait à rien. Faut dire que tu n'es pas d'humeur, et même elle le remarque. « Cépharée ? Céphir ? » Presque, mais la gamine baisse trop vite les bras et abandonne alors. « Ho puis j'en sais rien. » L'enseignante ne soupire, même si elle aurait voulu que tu connaisses la réponse, ou au moins que tu fasses des efforts. Mais elle a l'impression que tu n'en fais aucun, justement, et c'est ce qui la déçoit le plus. Pourtant rien ne perce au travers de son masque impassible, comme d'habitude. « Céphée, » qu'elle ajoute alors simplement.

Pour elle, la réponse est évidente, pourtant son but n'a jamais été de t'humilier, ni même de te rabaisser. Elle n'est pas de ceux qui dénigrent les autres, malgré une maladresse sociale aberrante qui ne manque pas de vexer les uns et les autres sans quelle ne le souhaite. « Vous faites ça exprès pour m'humilier de toute façon. » Elle ne comprend pas comment tu peux croire cela, tout simplement. Est-elle si monstrueuse que ça à tes yeux ? « Vous savez que j'arrive pas... » « C'est faux, je suis certaine que tu peux y arriver. » C'est la première chose qui lui est passé par la tête, et qu'elle a exprimée à voix haute si rapidement que le vouvoiement s'en est allé. Quelle importance, de toute façon toi aussi tu t'en vas... Pardon ?! Son premier réflexe est de rejoindre la porte avant toi, le regard sévère mais surtout décontenancé. « Non, » qu'elle lâche, comme si ça allait changer quelque chose à tes intentions. Elle ne comprend pas ce qu'il te passe par la tête, vraiment. Souhaites-tu fuir ? Es-tu en colère ? Comptes-tu te plaindre à un autre enseignant ? Elle n'en a pas la moindre idée, complètement perdu face à la gamine que tu es. « Qu'est-ce qu'il se passe ? » C'est trop d'émotions à comprendre, trop de facteurs incertains à prendre en compte, et de multiples variables qui sont trop humaines pour qu'elle y trouve un sens. Pourquoi elle doit gérer des élèves, déjà ?

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 480 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Sam 17 Fév - 11:19


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

La communication est difficile à établir entre la prof et la gamine. Aucune des deux ne comprend l'autre et son intention. L'adulte pense que la troisième année met toute la mauvaise foi au monde dans sa matière, et l'enfant est persuadée que l'enseignante cherche juste à l'humilier. Du coup c'est comme si Happy cherchait à enfoncer une porte blindée à chaque fois qu'elle tente d'intéresser Loukia sur les astres. Pourtant au début la gamine s'y plie, cherche à répondre en s'appliquant plus ou moins bien. Seulement au fil des minutes ses bras se croisent et elle n'est plus du tout réceptive. 

Céphir, Céphée c'est presque pareil.

Oui mais non Loukia, ça ne l'est pas. Mauvaise volonté bonjour. Non réceptive, l'enfant regarde l'adulte dessiner à nouveau et questionner. Evalue-t-elle le boulot qu'elle va avoir à faire pour remettre à niveau son élève ? Loukia ne se pose même pas la question. Pour elle, l'adulte se moque royalement d'elle, elle prend un malin plaisir à la coller et à la dégouter encore plus de l'astronomie, car à cet age les jeunes fonctionnent suivant le prof. Plus un prof est cool et dynamique, plus elle est motivée à l'écouter. Braquée, elle déclare forfait et tire une tête étonnée quand Happy l'encourage à travailler, lui dit qu'elle peut y arriver. Ne sachant pas comment le prendre et en ayant marre, voila que Loukia rassemble ses affaires et se dirige vers la porte.

Porte devant laquelle se positionne la prof en lui ordonnant de retourner s'asseoir. Du mins c'est ce que comprend Loukia au travers de ce non. Faisant face, sans mot, Loukia fronce les sourcils et fixe la prof qui ssemble réfléchir. Jusqu'à ce qu'une nouvelle question sorte de la bouche de cette dernière. 

Il se passe que vous me collez juste par sadisme alors que vous savez très bien que j'arrive pas à tenir en place et qu'c'est pour ça que j'ai du mal à écouter. Vos cours sont trop passifs je... j'arrive pas.

Sur ces derniers mots elle se passe ses deux mains dans les cheveux avant de se demander si elle a bien fait de dire tout ça. Peut-être qu'elle a dit quelque chose de mal que Alienor saura plus tard et qu'elle se fera punir plus tard. Entre une prof qui comprend pas les émotions, et une élève hyperactive avec des notions non acquises, la colle devient folklorique. 
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Dim 18 Fév - 13:21

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Elle aurait dû te laisser tranquille. Plus Happy y pense, et plus elle se dit qu'elle n'aurait pas dû te coller. Elle aurait eu une soirée sans plus de conflits que ceux qu'elle a avec elle-même, et toi tu aurais pu t'amuser dans ta salle commune sans plus jouer avec ses nerfs. Tu ne serais pas arrivée en retard, tu ne serais même pas venue du tout, et elle elle aurait passé sa soirée à bricoler des jouets moldus comme si cela avait un sens dans le seul but de faire passer la nuit. Des insomnies elle en fait presque tous les soirs à dire vrai, et c'est un miracle qu'elle n'ait pas des cernes jusqu'aux commissures de ses lèvres tant elle les accumule. Elle aurait peut-être dû te laisser la paix, oui, pourtant elle ne l'a pas fait. Elle est trop rationnelle pour cela, refusant tout traitement de faveur, d'autant plus pour une telle raison. Chez elle tout est sans doute trop carrée pour toi, mais maintenant c'est trop tard : tu en as pour une heure à la supporter. Cela dit, cela passerait plus vite si tu faisais des efforts, ou du moins selon ses dires. Mais tu sembles bien plus occupée à jouer avec tes mains, tes pieds, et à râler au lieu de réfléchir aux noms des étoiles formant telle ou telle constellation. « Céphir, Céphée c'est presque pareil. » Tu y étais presque, en réalité, mais l'adulte ne peut pas ignorer l'imprécision de tes réponses, ou même te laisser partir sur une erreur. Elle espère bêtement que tu retiendras quelque chose de cette heure, qu'elle aura été utile – ne serait-ce que pour cela.

Pourtant, toi, tu te moques bien de ses intentions, les comprenant de travers alors que déjà tu tentes de t'enfuir. Elle n'a qu'un réflexe : bloquer la porte. Avec sa main, évidemment, parce qu'avec sa baguette elle aurait été capable de la faire exploser dans la précipitation, et ce n'est pas le but. Elle ne veut pas que tu partes. Pas avant qu'elle ait compris ce qu'il se passe, parce que pour l'instant elle est complètement perdue dans cet océan d'émotions qui rugit dans tes yeux. « Il se passe que vous me collez juste par sadisme alors que vous savez très bien que j'arrive pas à tenir en place et qu'c'est pour ça que j'ai du mal à écouter. Vos cours sont trop passifs je... j'arrive pas. » Tes deux mains se fraient alors un chemin dans tes cheveux tandis qu'elle essaie de comprendre. Mais qu'est-ce que tu racontes ? « Je ne comprends pas de quoi tu parles. Ce n'est pas du sadisme mais mon rôle de professeur, et puis... » Fuck. « Comment j'étais censée savoir ça ? » Le vouvoiement ? Elle l'a mangé. Re fuck. Elle n'est pas au courant de ton hyperactivité, ni même de comment la gérer – elle est perdue.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 521 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Mar 20 Fév - 21:40


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Marre, il y en a marre. Mais vraiment. L'adulte se moque de la plus jeune, la pousse dans ses retranchées et Loukia a l'impression d'être minable. Déjà qu'elle a du mal à se raccrocher au wagon scolaire avec trois mois sans scolarité, voila que la prof d'astronomie en rajoute une couche. Comme si subir des heures cette matière passive n'était pas déjà un calvaire pour la gamine. Alors, à la fois vexée et déçue de n'arriver à presque rien, la gryffondor range ses affaires, place son cartable sur son épaule et se décide à prendre le large. Seulement...

Seulement l'adulte ne l'entend pas de cette oreille et se place devant la sortie pour pas que son élève quitte le lieu. Elle y tient à cette punition. Loukia serre la hanse de son sac et fronce les sourcils, elle ne sait plus quoi faire. Ni la prof d'ailleurs puisqu'elle pose une question à son élève. Une question qui ne concerne pas le cours en soi, mais plutôt leur rapport prof/élève durant la retenue. Et Loukia s'exprime, sans gène. De toute manière elle n'a jamais été géné de dire ce qu'elle pense, elle a toujours agi ainsi, et ce même si ça peut blesser son interlocuteur - elle le remarquerait même pas. Happy répond, prétextant ne pas savoir que son élève est hyperactive.

Ben j'sais pas, vous êtes prof, vous êtes sensée savoir. J'crois.

Ne se formalisant pas sur le tutoiement, elle croise les bras sentant qu'elle prend le dessus sur la prof. Avec un brin de chance et de malice elle peut esquiver la colle, la brèche s'ouvre.

On fait quoi maintenant ? A part se regarder dans les yeux pendant trois heures ? J'vais pas tenir moi.

Et voila que sa jambe tressaute à nouveau. L'hyperactivité revient au galop
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Mer 21 Fév - 12:56

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Hyperactive, le mot lui vient comme une évidence après que tu te sois plainte, sûrement parce qu'elle a déjà discuté de ce trouble avec Toby. Pourtant, elle ne se doutait pas de cela avant aujourd'hui, sûrement parce qu'elle est incapable de décrypter un comportement humain sans l'aide de quelqu'un. Elle ne sait pas y faire avec les autres personnes de son espèce, et ça l'épuise, vraiment. « Ben j'sais pas, vous êtes prof, vous êtes sensée savoir. J'crois. » Logique à tout épreuve, effectivement. « Je suis prof depuis deux mois et il y a des centaines d'élèves à Poudlard... Non, je ne sais pas tout. » Elle le sait, elle ne le nie pas. « Mais si tu avais un souci tu aurais pu venir me voir au lieu de perturber mon cours. » Elle réplique tout de même, même si au fond elle n'a pas besoin de toi pour savoir qu'elle exerce mal son travail. Qu'elle est une mauvaise professeur, en plus d'être une personne qui vaut bien peu de choses. Elle le sait, elle n'a pas besoin de toi pour le lui rappeler. Alors ça ne la blesse pas, elle en est persuadée. Elle ne ressent rien. Rien.

Elle n'est pas en bonne position, c'est certain. Elle ne sait pas y faire avec les autres humains, mais encore moins avec les adolescents. Elle n'y comprend rien, vraiment, alors forcément tu es en mesure de prendre le dessus. Elle est vraiment minable. « On fait quoi maintenant ? A part se regarder dans les yeux pendant trois heures ? J'vais pas tenir moi. » « Je... » Elle ne sait pas quoi faire, ni quoi dire – perdue, à nouveau. Ta jambe qui tressaute ne fait qu'accroître son sentiment de mal être : elle ne sait pas comment s'en sortir. Enfin, elle ne voit qu'une chose, même pas certaine que cela va fonctionner. « Est-ce que tu es plus à l'aise derrière un télescope que derrière un bureau ? »

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 351 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Lun 26 Fév - 10:37


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Prof depuis deux mois. Happy et Loukia ont un point commun, elles sont approximativement arrivées au chateau en même temps. Sauf que pour la demoiselle ce n'est pas une excuse. Pourquoi elle devrait être conciliante avec la prof alors que le corps enseignant ne lui laissait rien passer à elle ? Ce serait injuste après tout. Bras croisés elle reste inexpressive. Se contentant de rouler les yeux à la remarque.

C'est pas un problème d'être hyperactif, j'ai juste besoin de bouger. Et vos cours sont trop lent. Je perturbe en rien la classe. 

Peu à peu, la jeune étudiante voit les portes s'ouvrir et inverse la situation, elle passe en position de force et en profite largement sans vraiment s'en rende compte. Haaa, si Alienor était là Loukia se serait certainement fait tirer les oreilles. Après quelques secondes de silence, la gamine ouvre la bouche et attend une réponse à sa question. La prof semble perdre pied. Encore un point pour la petite Delenikas qui n'en perd pas une miette. Puis, une proposition : passer au télescope. C'est toujours aussi lent mais sur une courte durée elle veut bien tenter de se canaliser. Elle n'est pas méchante Loukia, juste qu'elle agit comme bon lui semble, dans le sens du vent.

Bha, c'est toujours mieux que d'être assise derrière une table.

A se tortiller. Haussant les épaules et sans attendre elle se met à courir dans les couloirs et escaliers jusqu'à la tour d'astronomie. Là, elledirige vers la terrasse et pointe du doigt le télescope en question. 

J'suis nulle en astronomie de toute manière. Mais faut regarder le ciel je suppose.

Hors, quand elle met son oeil dans la lunette, elle dirige l'outil vers la forêt interdite et tressaute de la jambe. Un tressautement d'envie d'en voir plus car l'hyperactivité s'est calmée durant l'ascension.

strangulot ! on y voit super loin ! Vous devez espionner du monde avec. C'est trop cool !

Happy réussirait-elle finalement à capter l'attention de son élève ?
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Mar 27 Fév - 13:47

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Cette discussion ne mène sans doute à rien, pourtant Happy n'en démord pas, trop impartiale pour accepter de faire une exception, même pour toi. « C'est pas un problème d'être hyperactif, j'ai juste besoin de bouger. Et vos cours sont trop lents. Je perturbe en rien la classe. » Vraiment ? « Bavarder lorsque j'essaie d'expliquer quelque chose c'est perturber la classe. Et se lever sans autorisation aussi, hyperactivité ou non. » Soudainement, elle se demande s'il n'existe pas des médicaments pour traiter ce genre de problème. Il doit bien y avoir des molécules qui sont capables d'agir sur le cerveau de cette manière, elle en est persuadée. La recherche devrait avancer dans ce sens-là, au lieu de créer des sortilèges qui n'ont aucune utilité hormis peindre des murs. A moins que ce ne soit les moldus qui inventent cela, puisque les sorciers semblent bien plus préoccupés par des conflits idéologiques à propos d'une prétendue pureté sanguine. Absurde, comme la majorité du monde magique.

Elle trouve néanmoins une dernière idée : le télescope. « Bha, c'est toujours mieux que d'être assise derrière une table. » Pour toi, tout est sûrement mieux qu'être derrière un bureau, en réalité. De toute façon, tu ne lui laisses pas le temps de répliquer puisque déjà tu quittes la salle, fuyant vers les escaliers. Soupirant en constatant que tu es pressée au point de courir, elle lève même les yeux au ciel avant de rejoindre à son tour les escaliers qu'elle monte à ta suite. Enfin en haut, elle remarque que tu es déjà au niveau des télescopes, en désignant un du doigt. « J'suis nulle en astronomie de toute manière. Mais faut regarder le ciel je suppose. » « C'est le principe oui. » Sauf que tu t'en moques monstrueusement, plaçant ton œil au niveau de la lunette pour le pointer vers le sol, et plus précisément vers la forêt interdite. Ta jambe tressaute déjà, et bien vite elle craint le pire. N'y a-t-il vraiment aucun moyen de te canaliser ? « Strangulot ! on y voit super loin ! Vous devez espionner du monde avec. C'est trop cool ! » « Euh... Non, pas vraiment. En astronomie on observe les astres et tout ce qui constitue l'espace, pas des personnes qui n'ont rien demandé. » Alors elle s'approche de toi et, veillant à ce que la lunette n'heurte pas ton œil, redresse le télescope pour que ce soit le ciel que tu observes, et non les arbres situés bien plus bas. « Cherche une étoile ou une constellation, n'importe laquelle. Essaie de manipuler correctement le télescope, comme si tu étais examinée. » Pas une super manière de te motiver, mais elle n'a pas trouvé mieux.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 476 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Lun 5 Mar - 18:45


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Facile d'accuser une enfant d'élément perturbateur quand on a pas toutes les cartes en mains. Préjugés venant des enseignants concernant l'attention de la gamine, préjugés des camarades au sujet de la pyromanie de la gamine. Sauf que Loukia n'a pas conscience qu'elle percute les cours et est loin d'être une adepte du feu, au contraire elle a peur de ce dernier. Vraiment peur. Au niveau de l'hyperactivité, c'est à Sainte Mangouste que ça se passe, les travaux, les recherches avances et Zack - le directeur - a même envoyé un échantillons de médicaments pour calmer l'hyperactivité de la rouge et or à Alienor. Mais ceux-ci sont encore des prototypes et Alenor n'a pas encore décidé si oui ou non elle les utiliserait.

Sauf que là, Loukia n'a pas ed comprimés et court vers la volière pour aller jouer avec le télescope. Une fois qu'elle l'a entre ses mains, elle le dirige directement vers la forêt interdite, curieuse de voir toutes les créatures qui y résident. Sauf que l'adulte arrive à sa suite et tourne l'outil vers le ciel pour que ce soit les étoiles qui entrent dans le champs de vision de l'enfant. En appuyant sur le fait qu'elle devait observer les astres. Loukia souffle, d'un coup c'est bien moins passionnant.

J'aime pas les examens.

Quels qu'ils soient puisque même en sortilège elle est un peu rouillée. Alors, elle vise le ciel, un peu au hasard jusqu'à ce qu'une étoile filante entre dans son champs de vision.

Hoooo, regardez une comète ! Faut faire un voeux.

Dans sa petite tête le voeux se crée, il concerne sa tante et son cousin mais on en dira pas plus c'est secret. Sourire à la commissure des lèvres, elle continue de chercher d'autres étoiles filantes oubliant complètement la consigne de la prof.

Vous avez dû en faire beaucoup de voeux. Avec ce machin on doit en voir pleins. Y a un sort pour créer des étoiles filantes ?

Question idiote mais tout à fait sérieuse pour Loukia.
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Jeu 8 Mar - 22:05

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Happy n'est pas à l'aise avec les enfants, c'est loin d'être une nouveauté. En réalité, elle n'est pas à l'aise avec les êtres humains en général, même si les adolescents sont sans doute ceux qu'elle comprend les moins. Ils n'ont aucune constance, aucun pragmatisme, aucune logique, alors ils deviennent à ses yeux des énigmes trop cryptées pour qu'elle y trouve un sens. Tout ce qu'elle voit, c'est une gamine blonde courir dans les escaliers comme si sa vie en dépendait. C'est toi qu'elle voit, gravissant les marches à toute vitesse pour rejoindre le sommet du château, et pendant un instant elle se demande si tu n'essaies pas de la semer. Tu as bien essayé de t'enfuir tout à l'heure, alors pourquoi pas ? Elle s'est trompée – encore une fois –, puisque lorsqu'elle atteint la tour d'Astronomie elle t'y trouve aussi, déjà penché sur un télescope. Sauf que tu le pointes vers la forêt interdite, et que ce n'est pas ce qu'elle te demande. Alors elle tente de te canaliser à nouveau, dirigeant l'instrument vers le ciel en te demandant de chercher un astre. N'importe quoi tant que tu te concentres, même si son argument pour que tu manipules correctement n'est pas adressée à la bonne personne. « J'aime pas les examens. » Même elle, aussi mauvaise soit-elle pour comprendre les autres, aurait pu anticiper ta réponse, cela dit elle ne l'a pas fait, alors elle se retrouve comme une idiote, à hausser les épaules en levant les yeux au ciel même si tu ne la vois pas.

Il en faut peu pour te disperser, et cette fois c'est une étoile filante qui s'en charge. « Hoooo, regardez une comète ! Faut faire un vœu. » Un vœu ? Arquant un sourcil, elle ne voit pas le rapport jusqu'à ce qu'elle se souvienne de cette croyance liant les étoiles filantes à des vœux qui se finiront par se réaliser – ce qui va encore plus loin que de la divination, tout en lui semblant incompréhensible. Pourtant toi tu sembles y croire, et dès lors tu en oublies complètement ce qu'elle t'a demandée. « Vous avez dû en faire beaucoup de vœux. Avec ce machin on doit en voir pleins. Y a un sort pour créer des étoiles filantes ? » Donc tu as complètement dévié du sujet, paraissant pourtant plus sérieuse que jamais tandis qu'elle tente de ne pas avoir l'air trop déstabilisée face à ta question assez étrange, laissant de côté ta phrase concernant les vœux qu'elle fait. « S'il y en a un, je ne le connais pas. Peut-être vaudrait-il mieux poser la question directement à monsieur Llowliett, il doit en savoir beaucoup plus que moi à ce sujet. Cela dit, ce sont des astres, alors en créer un avec une baguette me semble compliqué. » Impossible, selon elle, mais elle n'a pas un niveau suffisant en magie pour l'affirmer, ni même en être absolument assurée. « Voir plusieurs étoiles filantes le même soir est assez rare, » qu'elle ajoute alors, comme si cela allait te convaincre d'arrêter cela et de te concentrer un peu plus sur ce qu'elle t'a demandé. Tu dois bien t'en moquer, de ce qu'elle voudrait, cela dit.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 578 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Dim 18 Mar - 14:39


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

Loukia a voulu jouer le jeu, elle se rend en courant dans la tour d'astronomie pour atteindre le télescope et regarder l'univers qui l'entour d'un tout nouveau regard. Hors, son regard se pose en premier lieu sur la forêt interdite. L'obscurité s'est incrustée dans le décor depuis un moment, mais l'enfant ne déclare pas forfait et est sûre que c'est la nuit que la forêt est la plus intéressante. Alors, c'est avec tout l'intérêt du monde qu'elle montre sa motivation à la professeure qui s'est amusée à la coller.

Mais Happy ne perd pas espoir et rectifie la trajectoire du télescope pour amener la gamine à observer e ciel et suivre ses instructions. Mais l'adulte oublie sans doute qu'elle a une enfant hyperactive à ses côté, une Delenikas facile à divertir. Preuve avec l'étoile filante qui passe dans son champs de vision. Fermant un instant les yeux, la petite fait un voeux avant de sourire de plus belle et de poursuivre ses recherches. Certainement qu'elle en trouvera une autre. En accompagnant ses recherches d'une question au sujet d'un sort, elle écoute et reste attentive à la réponse de l'adulte. Seulement la réponse ne la satisfait pas et elle retire son oeil de l'appareil.

J'vais pas aller chercher ce Monsieur Machin. Et puis c'est pas créer un astre qui perdurerait mais plutôt éphémère. Comme un feu d'artifice mais version étoile.

C'est qu'elle a de l'imagination Loukia. Et la voila qui replante son oeil dans la lunette.

Ce qui est rare n'est pas impossible. Puis l'astronomie j'trouve as ça très intéressant. C'est trop de théorie accompagnée de patience. Et la patience, j'en ai pas.

Une maquette ou un truc du genre l'attirerait certainement plus. Mais il s'agit d'Happy la professeure et Merlin sait comme elle n'est pas très douée pour attirer la curiosité de Loukia.
code by hanska.

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADULT  - the war is here

ADULT - the war is here


Messages : 306
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Happy K. Lacroix le Sam 24 Mar - 14:00, édité 1 fois
MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Lun 19 Mar - 19:23

Quand les bêtises ne cessent

Loupy


Beat me down but on the ground I stand. Sitting in the back, baby how do you lie ? If I'm about to crack, keep the pedal in drive. All this time the joke was all on me. Blame all your life on me, I give it all for free.
Tu t'agites, grognes, protestes – demoiselle hyperactive face à une asociale qui a vite perdu ses moyens face à ton trouble. Alors elle est presque soulagée lorsque tu acceptes de suivre son idée de te servir du télescope plutôt que de rester derrière un bureau, même si elle sait que ce ne sera pas une partie de repos. Alors te voilà qui parles, fais des vœux, imagines – comme une enfant, en somme. Mais elle ne sait pas gérer les enfants, Happy, et tu l'as assurément remarqué. « J'vais pas aller chercher ce Monsieur Machin. Et puis c'est pas créer un astre qui perdurerait mais plutôt éphémère. Comme un feu d'artifice mais version étoile. » « J'ai appris que l'on pouvait créer des sortilèges grâce à certains savoir anciens. Peut-être qu'un jour tu pourras créer celui-là toi-même, et dans ce cas-là tu n'auras plus besoin de demander à personne, et tu sauras que ce sort existe. » Evidemment, elle ne se doute pas que ta baguette a été bridée puisque l'astronomie est une des seules matières où elle n'est pas nécessaire. C'est notamment pour cela qu'elle l'enseigne, en réalité, parce que, même en étant mauvaise en tant que professeur, elle aurait trouvé excessivement hypocrite d'apprendre à des élèves le maniement d'un outil qu'elle maîtrise encore moins que. Voire pas du tout, même si elle tente de s'améliorer, parfois, quand l'envie lui prend. Elle n'en reste pas moins d'un niveau pitoyable, elle en est persuadée.

Pas le temps d'en dire plus, déjà tu regardes à nouveau les étoiles du ciel même si elle te précise que voir plusieurs étoiles filantes le même soir est rare, suffisamment en tout cas pour que les probabilités soient largement en sa faveur. Cela dit, tu ne le vois pas du même œil. « Ce qui est rare n'est pas impossible. Puis l'astronomie j'trouve pas ça très intéressant. C'est trop de théorie accompagnée de patience. Et la patience, j'en ai pas. » Ça, elle l'a remarquée, ne t'en fais pas. « La pratique a pour première fonction de vérifier une théorie, alors sans théorie, il n'y aurait pas de pratique. » Raisonnement rationnel, sans doute trop carré pour toi, mais Happy est bien plus une scientifique qu'une magicienne, une femme rationnelle qu'une sorcière croyant en la magie. « Quant à la patience, tu devras forcément en acquérir un jour, et si tu n'y arrives pas par toi-même alors la vie t'y contraindra. N'aies pas de doute là-dessus : c'est quelque chose d'inévitable lorsque l'on devient adulte. » Ou professeur. Ou les deux, dans son cas, parce qu'elle reste convaincue qu'elle n'a rien à faire ici, dans ce rôle qui ne lui va pas.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 493 MOTS.


_________________

What if I don't understand ?
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 GRYFFY.  - bold, honourable, strong-willed

GRYFFY. - bold, honourable, strong-willed


Messages : 301
Date d'inscription : 20/07/2017
Localisation : Isolée dans un coin

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   Ven 23 Mar - 15:15


quand les bétises ne cessent
Happy & Loukia

L'oeil dans la lunette du télescope, la troisième année rêve tout en auscultant le ciel. Ou plutot elle se focalise sur l'étoile filante qui vient de passer dans son champ de vision. Intriguée, et s'imaginant qu'i y en a d'autres non loin, elle tourne le télescope dans tous les sens en questionnant la prof qui se trouve à ses côtés. Finalement la colle n'est pas si déplaisante, au contraire elle s'amuserait presque la gamine. Si seulement Happy n'était pas si terre à terre.

Ce serait intéressant mais l'astronomie ça m'intéresse pas comme matière. Je préfère me concentrer sur la glace. C'est mon élément, j'y suis affiliée.

C'est fou comme elle n'a pas de problème avec les sorts de glace. Malgré sa baguette bridée et le fait qu'elle soit rouillée, Loukia parvient toujours à réussir les sorts liés à cet élément. Une affiliation passée à BeauxBatons dont elle garde un très bon souvenir - contrairement au feu -, elle a déjà une idée de sort à créer, à apprendre mais puisque ce dernier sera d'attaque, il faut déjà que sa baguette puisse jeter tous les sorts qui lui plaisent. Et ça, ce ne dépend que de Monsieur Otto le pas beau.

Malgré le fait que les soirs où plusieurs étoiles filantes sont rares, Loukia ne désespère pas et se souvient des nuits de pluie d'étoiles filantes. Et de toute manière elle n'en fera qu'à sa tête. L'enseignante a dû le comprendre et se met à faire tout un spitch sur la théorie. Et blablabla. Elle roule des yeux Loukia, sans même écouter le moindre mot de la prof qui insiste pour lui enseigner une matière dont elle n'a que faire.

J'en aurais pas, j'veux pas en avoir.

Qu'elle lache en retirant son oeil de la lunette. La patience c'est loin d'être son point fort et la petite rageuse compte pas changer. Même si c'est soi disant obligatoire dans le passage à l'age adulte. Quelle idiotie, vraiment. Sa montre se met à émettre un bruit aigue et la gamine appuie sur le bouton qui se trouve sur le coté du cadran. Sourire à la commissure des lèvres, elle montre l'heure à la prof.

La colle est finie, j'peux partir. J'me tire.

Sans attendre une quelconque réponse, la petite tornade prit la poudre d'escampette, d'abord au cinquième étage pour retrouver son sac. Puis direction le dortoir. Et si Happy avait encore quelque chose à lui dire, ce serait par hibou car la pls jeune n'est déjà plus là.
code by hanska.


FIN

_________________
Bien et Mal, deux notions qui n'ont pas leur place dans mon monde.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand les bêtises ne cessent [Loukia/Happy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» 04. Happy Birthday, Cat.
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Cinquième étage :: Salles de classe vides-
Sauter vers: