AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Silentode HOT - L'oiseau et la souris.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Silent Y. Selwyn le Mar 16 Jan - 1:34, édité 1 fois
MessageSujet: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Jeu 4 Jan - 4:44

L'oiseau et la souris  
Silentode
C'est à la fin des cours qu'elle quitte sa salle de classe et remonte jusqu'à la tour des Serdaigles. Lorsqu'elle entre dans la salle commune, plusieurs de ses camarades lisent un bouquin et deux d'entre eux, sont penchés sur un échiquier dont la partie est déjà bien avancée. Elle sourit, devant le spectacle de ces deux cerveaux s'échauffant pour prendre le dessus sur l'autre. « Une petite partie Silent ? » Lui lance une de ses camarades mais la jeune fille hoche la tête de gauche à droite. « Je vois Ode ce soir. » Et sa camarade se met à sourire en faisant un signe de la main, comprenant que c'est peine perdue car Silent a bien mieux à faire. Alors elle file vite prendre une douche et enfile une tenue propre, agrémentée d'une barrette dans les cheveux aux couleurs de sa maison. Elle sait que l'uniforme est obligatoire mais les petites attentions sont autorisées et elle veut se faire jolie, pour plaire au beau jeune homme de la maison des lions, qui viendra la chercher dés que l'heure arrivera. Lorsqu'elle vérifie sur la pendule de sa chambre, elle remarque qu'il lui reste une dixaine de minutes alors, elle se parfume, met un petit peu de gloss et un trais d'eye-liner pour mettre en évidence son regard violet et profond, qu'elle aime tout autant qu'elle déteste. Elle sourit, satisfaite avant de lisser sa jupe et de quitter sa chambre lorsque dix-huit heures trente sonne le début de leur rendez-vous. Dans une demi-heure ils passeront à table, elle veut profiter d'un peu de temps avec celui qui est à présent son petit ami.

Le retour à Poudlard à été sans problème, si ce n'est que maintenant c'est un Ode fier comme un pan qui promène Silent dans les couloirs de l'école. Il est si fier, il a un sourire si heureux qu'elle n'ose pas lâcher son bras une seconde. Un véritable gentleman, elle reconnaît qu'il a des qualités que d'autres oublient lorsqu’il parle de lui. Il ne se montre ainsi qu'avec elle et cela lui convient amplement, elle n'aurait pas aimée être une fille de plus, avec qui il se serait comporté comme avec les autres. C'est tout en se perdant dans ses pensées qu'elle quitte la tour des Serdaigles pour le voir, à l'heure évidemment. Sans sa cravate, la chemise légèrement ouverte sur son torse bronzé, l'air rebelle et farouche qui la fait sourire lorsqu'elle s'approche et lui dépose un rapide baiser sur les lèvres. « Bonsoir beau chevalier solitaire... » Qu'elle lui murmure avant de lui ôter de la bouche le morceau de paille qu'il mâchouillait. « Tu as l'air d'un rebelle, ça te rend très sexy tu sais... » Qu'elle lui dit en haussant les sourcils d'un air suggestif, avant d'attraper son bras et de se coller à lui, pour sentir un peu de sa chaleur. Pendant un instant elle se sent comme les autres, comme si elle n'allait pas se changer ce soir encore, comme si elle était une simple adolescente amoureuse de plus.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Jeu 4 Jan - 19:33


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt
Brûlant ma gorge asséchée, détendant mes muscles et mon esprit, la fumée trouva rapidement son chemin dans un corps endormi - assoupie plutôt par la fatigue d'une journée passée sur une chaise à écouter des cours sans le moindre intérêts. J'peux pas mentir, dire que soudainement le monde est devenu lumineux et attrayant. Arrêter la drogue dure devant plus d'effort que j'suis capable d'en fournir - j'sens les heures passées quand dans mon lit j'suis pas capable de fermer les yeux pour me confronter à mes cauchemars. Alors j'reste là, à attendre que la lumière du soleil fasse son entrée, ou épuisé, m'endormant douloureusement pour des sommeils sans rêve. Epuisé, je l'étais sans pour autant pouvoir m'arrêter d'exister. Si les cours n'avaient pas le moindre intérêts - sauf peut être la botanique - il se trouvait une chose qui à coup sûr me donnait envie de garder les yeux ouverts.
Silent Selwyn.
La dire ma petite amie ne rendait les choses que plus irréelle encore, et à force de me le dire, j'commence juste à ressembler à ces crétins amoureux et trop romantiques. Amoureux - j'peux pas dire que ca m'a pas traversé, au contraire, plutôt transpercé en plein coeur. L'idée a fait son chemin, s'est installé avec une évidence que je veux pas comprendre. Être amoureux de Silent c'est facile - c'est le reste qui devient plus compliqué. Les mensonges, qui se disloquent à mesure du temps qu'on passe ensemble. L'avenir, qui reste foutrement incertain. Et l'envie - de toujours plus. Plus d'elle, de son parfum, de ses baisers, de son corps - les hormones en ébullition, après un mois passé à accumuler les rendez-vous, les baisers, les caresses qui se font tentatrices mais restent sages. Et le souvenir en fond de cette première nuit avec elle, devenue une réalité connue de nous deux. Comme scellée par le collier que je cesse pas de porter, où se pend le symbole des siens.  
Silent Selwyn. C'est vers elle que je finis par aller - après avoir jeté la fin de ma cigarette moldue me sentant mieux - mais pas si apaisée qu'avec une aiguille de Billywigs. La dernière remonte à quatre jours. Celle d'avant à une semaine. Ca s'espace, mais c'est toujours là - un jour ca ne le sera plus, elle dit Eden. Mais Eden elle en sait rien, vraiment.  

J'marche rapidement dans les couloirs, pour trouver mon chemin vers la Tour des Serdaigles. C'est là que je l'attends pas si loin de l'entrée de sa salle commune - portant un jean noir, une chemise blanche ouverte et retroussée sur mes bras. J'porte plus mon sac que j'ai posé dans ma chambre avant de revenir, prenant le temps d'une douche comme mes cours se terminaient avant les siens. Et soudainement elle se trouve là - et j'ai le souffle qui s'bloque devant un tableau si incroyablement beau.
Silent - « Bonsoir beau chevalier solitaire... »
Ode - « Plus si solitaire à présent. » J'réponds avec un sourire sur les lèvres, l'embrassant tendrement - chastement même - avant de me perdre dans son regard. « Bonsoir Princesse. » Je l'accueille en prenant la main que j'ai emporté dans mon élan pour la guider sur mes lèvres. L'embrassant ici aussi, sans jamais la quitter des yeux.
Et ca devient presque oppressant, douloureux de ne pas pouvoir la toucher plus que cela - c'est peut être pour ca que je passe mon bras autour de ses hanches finalement pour la serrer un peu plus fort sans pour autant la contraindre.
Silent - « Tu as l'air d'un rebelle, ça te rend très sexy tu sais... » Et y a tout de fait pour me faire perdre le contrôle - ce genre de déclaration, son regard entendu, son sourcil joueur - l'envie de lui ravir son innocence une fois encore se fait de plus en plus impatient. Mais j'ferais rien qu'elle veuille pas explicitement. J'ferais rien qui ne soit totalement consenti, la laissant plutôt me prendre le bras et partir vers le lieux de notre soirée.  
Ode - « Et toi tu es… renversante. Ca devient difficile de  résister à l'envie de… » j'ferme les yeux, ravalant des paroles qui feraient rougir de chastes pensés. J'suis pas tant porté sur les contacts physiques, mais Silent - Silent me fait sentir comme un simple jeune homme amoureux, et rien de plus. Pas de torture, pas de regret, pas de passé sombre et caché. Elle est juste elle, me regardant avec des paillettes dans les yeux. « Allons diner. Ensuite on pourra… Rejoindre la salle du cinquième étage comme la dernière fois ? » Proposais-je plutôt en la guidant vers la Grande Salle - avant de m'arrêter, pris d'une envie trop violente pour être arrêtée, la plaquant - en riant - dans un coin de mur quand y a la chatte du concierge qui passe dans le couloir en chassant un rat.
Ode - « Je me devais de te protéger de ce monstre poilu, non ? »  demandais-je sans innocence, profitant de l'occasion pour glisser vers sa bouche, l'embrassant - cette fois - sans aucune retenue ou pudeur, quémandant l'accès à sa bouche avec un gémissement impatient.



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Ven 5 Jan - 19:38

L'oiseau et la souris  
Silentode
Elle réalise à peine que ça fait un mois maintenant qu'il se comporte avec elle comme avec une véritable princesse. Elle en vibre de plaisir, à chaque fois qu'il a un geste romantique ou galant avec elle et elle avoue que cela fait battre son cœur toujours plus fort dans sa poitrine. Elle n'a pas l'habitude qu'on prenne son temps, elle a été courtisée évidemment mais cela n'a jamais dépassé les quelques jours et souvent, les hommes fuyaient lorsqu'elle commençait à les mettre à l'épreuve en les repoussant, lentement. Ce n'était qu'un pari pour eux, un jeux de plus mais Ode il ne joue pas, il est sincère et elle le voit à chaque fois qu'elle croise son regard. Jour après jour, il semble se surpasser et lui prouver qu'il est celui dont elle avait besoin. Alors lorsqu'elle sait qu'elle va passer la soirée avec lui, c'est un sourire rayonnant et un air guilleret qui naît sur son visage. Elle en sautillerait presque, foutue gamine de seize ans amoureuse pour la première fois. Et qui semble être dans un conte de fée, sans penser que ce soir c'est la vilaine sorcière qui prendra le dessus sur son visage. Hors pour le moment elle ne veut pas penser à cela et lorsqu'elle le voit, accoudé à la rambarde, patientant qu'elle arrive, elle court presque pour se jeter contre lui et lui voler un baiser chaste. C'est de plus en plus rare que les caresses et les baisers soient chastes entre eux, ils ont souvent une saveur on ne peut plus sensuelle, qu'elle refoule au plus profond d'elle même pour ne pas lui donner trop envie. Sauf que ce soir elle sent que son cœur bat trop fort en elle et qu'elle veut plus, qu'elle veut cesser d'être juste celle qu'il embrasse mais bien celle qu'il aura, une fois encore, touchée au plus profond d'elle même. Le souvenir de cette première fois est encore brûlant dans son esprit même si les détails s'effacent, il serait dommage de tout oublier. « Et toi tu es… renversante. Ca devient difficile de  résister à l'envie de… » « De ? » Qu'elle demande en venant se coller à lui, fourrant sa tête dans le cou du jeune homme pour respirer son odeur de tabac encore chaud et son parfum suave.

« Allons dîner. Ensuite on pourra… Rejoindre la salle du cinquième étage comme la dernière fois ? » Elle hoche la tête mais bientôt il la retourne et vient la plaquer dans un coin, tout en riant alors qu'elle laisse échapper un petit crie de surprise. « Je me devais de te protéger de ce monstre poilu, non ? »  « Mon magnifique et preux chevalier... » Qu'elle dit alors qu'il vient l'embrasser et quémander l'accès de sa bouche, qu'elle lui offre sans attendre en lâchant un râle de plaisir. Bien vite ses mains viennent se glisser sur le torse ébène du jeune homme, qu'elle touche à travers sa chemise. Dur et bien dessiné, elle ne résiste pas à l'envie de venir déboutonner lentement ce vêtement alors que les doigts de sa main droite se posent sur la peau douche et parsemée d'un duvet fin et délicat. Aussitôt elle sent son corps s'embraser et sa tête lui tourner, alors qu'elle lâche la bouche d'Ode avec un soupir. « Tu tiens vraiment à ce repas... ? Tu sais qu'on a des biscuits dans la salle du cinquième étages ? » Qu'elle murmure en plongeant son regard dans celui de son petit ami, tout en posant ses deux mains à plat sur le torse nu du jeune homme. Elle vient caresser sa peau, redécouvrant cette douceur qu'elle avait oubliée et ces petites tablettes, dont elle n'avait qu'un souvenir très vague. « Et j'ai bien envie de dévorer autre chose... » Qu'elle rajoute alors que sa tête se perd dans le cou du jeune homme, pour venir mordiller la peau tendre de son cou.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Mar 9 Jan - 23:05


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt
J'ai une petite amie. C'le genre de choses qui me parait complètement folle - sans doute parce qu'elle est si simple. Silent Selwyn est ma petite amie. Simple, clair, précis. Une base solide sur laquelle je m'appuie de plus en plus, quand j'ai le sentiment que le reste de mon monde s'effondre. C'est simple, d'être avec Silent, de la tenir contre moi, de me pencher pour l'embrasser parce que je le veux C'est assez simple pour me faire tambouriner le coeur trop vite, me faire perdre les pédales, et m'permettre de penser que ca va durer. L'futur c'est pas une chose à laquelle je me suis souvent autorisée à penser, mais un futur avec Silent ca m'semble être la chose la plus prometteuse que j'puisse vouloir. Une chose interdite - aussi - mais tant qu'Moses sait rien de tout cela j'peux me permettre d'y penser constamment. J'pas de doute que s'il apprenait l'intérêt d'une Selwyn pour un Shacklebolt, Light serait bientôt plus la seule avec la bague au doigt. J'doute pas qu'il rêve de voir Vital prendre le même chemin.
Mais pas avec Silent. Alors j'la garde juste pour moi.
Silent - « De ? » J'perds le fil, me met à rire nerveusement, et fait un geste qui signifie rien d'important . L'sexe c'est pas une chose dont on a reparlé, bien qu'durant nos séances de bécotage c'est dur d'oublier combien j'peux être dur et elle terriblement séduisante. C'est dur, mais j'me débrouille pour finir par rentrer dans dépasser les limites qu'elle a placé; j'peux pas la mettre mal à l'aise, lui faire croire qu'son frère a droit d'la dire "facile". J'veux pas qu'elle pense qu'elle est ca pour moi - parce que c'pas le cas. Parce qu'elle est tellement plus, tellement tout.

Mais comment lui résister ? Résister à l'envie d'prendre tout comme excuse pour la coincer contre un mur puis l'embrasser rapidement - un chat qui passe, c'toujours une excuse comme une autre.
Silent - « Mon magnifique et preux chevalier... » J'souris, et stupidement prendre sa main et la porter à mes lèvres, comme un foutu prince puisqu'elle semble m'vouloir comme le sien.
Ode - « Tout pour combler ma princesse. » J'promets, le double sens me semblant soudainement flagrant - mais pas assez honteux pour m'faire rougir d'autre chose que d'excitation. Elle est proche - trop proche - et elle en profite pour m'ravir les lèvres, que j'suis trop heureux de lui laisser. De les lui donner, encore et encore, tant qu'elle est pas rassasiée, comme je doute de l'être un jour pour ma part. Et ses mains deviennent soudainement plus taquines, m'caressant à travers ma chemise, définitivement de trop - et pour preuve d'son effet, j'perds pas de temps pour prendre ses hanches entre mes mains et la serrer contre mon corps.
Silent - « Tu tiens vraiment à ce repas... ? Tu sais qu'on a des biscuits dans la salle du cinquième étages ? »
Ode - « C'était juste une excuse pour passer plus d'temps avec toi. Alors j'te suis où tu veux. » J'souffle, la voix roc sans que je sache comment l'expliquer, et le corps toujours collé contre elle. J'veux pas m'détacher, elle est bien trop chaude contre moi.
Silent - « Et j'ai bien envie de dévorer autre chose... » Ses mots sont électriques, et font leur effet sur l'ensemble d'mon corps. L'choc prend sa place entre mes cuisses, et j'me retrouve rapidement à moitié dur d'juste ses mots.
Ode - « J'ai pas beaucoup d'self-controle, Si. Alors si tu m'cherches, j'vais rapidement te dévorer toi. »  j'souffle contre elle, alors qu'elle vient mordiller mon cou - deuxième choc - avant d'me faire perdre la tête. C'la que je prends sa main, et perds plus de temps à tergiverser pour lui faire traverser les couloirs et les escaliers. Sa main, puis bientôt j'me retrouve contre elle, à caresser sa peau tout en traversant les couloirs. La retournant pour lui prendre un baiser qui devient trop, puis m'faire tourner la tête jusqu'à la salle vide.
Pas d'lit dedans, mais des chaises devenues des coussins, et d'quoi manger pour un régiment. Qui a faim d'biscuits cependant.
Ode - « On s'ra assez confortable ici t'crois ? Ou j'te fais monter dans ma chambre à Gryffondor ? » J'demande entre deux souffles, alors qu'ma bouche se colle à la sienne, et que déjà j'ai les mains qui soulève son chemisier pour l'déboutonner dans des gestes frénétiques. « J'ai pas faim d'autre chose que toi, Silent. Bordel tu m'rends dingue… » j'souffle avant de -
avant de prendre un pied de recul, d'poser mes deux mains contre ses épaules pour lui faire face, et m'perdre un temps dans ses orbes violettes qui m'font… tomber amoureux. Chaque fois un peu plus. « Tu l'veux vraiment pas vrai ? Tu t'sens pas obligée, ou quelque chose d'ce genre ? »


_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Mar 16 Jan - 1:36

L'oiseau et la souris  
Silentode
« Tout pour combler ma princesse. » Elle ne veut rien de plus pour être comblée, que Ode la serrant fort contre son torse chaud et puissant. C'est tout ce qu'elle veut, tout ce qui lui ferait plaisir et pourrait la toucher. Mais son cœur et son corps réclame plus, elle sent qu'elle a envie d'être proche de lui plus qu'il ne pourrait le penser. Elle a ce besoin de se sentir unie à lui, comblée et elle a besoin de ne faire qu'un. « C'était juste une excuse pour passer plus d'temps avec toi. Alors j'te suis où tu veux. » Elle hoche la tête et, satisfaite, vient attraper la main de son petit ami, avant de mordiller la peau offerte de son cou en lui murmurant que c'est lui qu'elle veut. Rien d'autre, l'envie de son petit ami et de découvrir ce qu'il cache derrière con costume d'étudiant de l'école de magie, car elle a des souvenirs flous mais bien présent du corps fin et délicatement musclé qu'il pouvait arborer derrière son costume très luxueux. Elle s'en souvient et cela réchauffe ses sens, assez pour qu'elle vienne le chercher et qu'elle éclate de rire lorsqu'elle voit qu'il lui attrape la main et la guide à travers les couloirs. Ils marchent, courent, volent presque pour arriver au 5eme étages qui renferme cette salle dans laquelle ils se perdent souvent, pour venir se voler quelques baisers et passer une heure ou deux après le repas, avant que chacun ne soit obligé de rentrer dans son dortoir. Elle ne peut rêver mieux, elle ne peut vouloir un endroit plus intime que celui-ci car elle sait d'avance qu'ils n'auront aucune tranquillité dans les dortoirs.

Il vient lui demander si elle ne préfère pas sa chambre de Gryffondor mais elle hoche la tête, avant de se tourner vers la pièce faiblement éclairée et d'évaluer les coussins au sol. Immenses certes mais ils risquent de glisser là dessus alors elle attrape sa baguette et tout en rentrant dans la pièce, lance quelques sorts pour que les coussins se changent en un grand lit deux places, confortable et chaleureux. Satisfaite elle sourit en se tournant vers elle, avec une lueur brûlante dans le regard, ce qui ne cesse de laisser deviner les idées qui éveillent son esprit. Elle revient vers Ode et bien vite ils s'embrassent comme si leur temps leur était compté, avant qu'il ne commence à déboutonner son chemiser. Elle en pousse un soupir d'envie et de bien être, tout en laissant sa bouche danser contre sa jumelle. « J'ai pas faim d'autre chose que toi, Silent. Bordel tu m'rends dingue… » Dit-il alors qu'elle lui sourit et qu'elle vient elle aussi poser ses mains sur la chemise du jeune homme, pour en faire sauter quelques boutons et dévoiler ce torse légèrement halé et musclé, tout ce qui la ferait baver si seulement elle n'avait pas de retenue. Sauf que le baiser est interrompu et l'instant aussi, alors qu'il pose ses mains sur elle pour lui faire relever la tête. Surprise elle ne parle pas, elle reste clouée sous le regard soudainement sérieux que le jeune Gryffondor arbore en la regardant. C'est bien rare qu'elle voit au fond de ce regard autre chose que de la malice et de l'envie, de la moquerie aussi car elle a remarquée que son petit ami avait quelque chose de très moqueur en lui. Son petit ami, le mot lui irréel mais c'est bien le cas, elle sort avec Ode Shacklebolt et rien ne pourrait lui faire plus plaisir.

« Tu l'veux vraiment pas vrai ? Tu t'sens pas obligée, ou quelque chose d'ce genre ? » « Sérieusement ? » Qu'elle demande, sans pouvoir retenir sa surprise alors qu'elle se recule et ferme la porte à clé derrière eux. Lentement elle attrape sa main et le guide vers le lit, avant de le pousser dessus et de venir grimper sur lui, pour asseoir son bassin sur celui de son futur amant. Qu'elle sent déjà presque dur, signe que lui aussi est tout autant excité qu'elle. Elle se penche vers lui et l'embrasse avant d'attraper ses mains et de les poser sur son ventre. Là elle trace un chemin sur son corps, tenant toujours les mains d'Ode pour qu'il ne cesse de la toucher. Elle en pousse un soupir de plaisir, de sentir cet épiderme chaud, presque bouillant sur sa peau terriblement sensible. Elle a envie de lui et sait que c'est le bon moment. « Arrête d'avoir peur, je ne suis pas en sucre. Je suis assez grande pour refuser si je ne le veux pas hors... Je le veux. » Qu'elle lui dit avant d'attraper son chemiser qu'elle ôte, tout en sentant une légère rougeur prendre place sur son visage. C'est la première fois qu'elle se comporte ainsi avec quelqu'un, elle n'aurait jamais pensée pouvoir se laisser aller de la sorte un jour. « J'ai juste peur... De ce que tu pourrais penser de moi. » Qu'elle dit alors que les mots de Matthew reviennent dans son esprit, glaçant, froid et violent comme un coup d'épée brisant en deux un arbre trop jeune pour avoir de quoi se défendre. Mais elle cesse de penser à cela en venant sur lui pour l'embrasser, collant ses seins emprisonnés dans leur tissu contre le torse dur du jeune homme.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Dim 21 Jan - 1:31


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt

La tête qui tourne, les yeux brillants d'envie, et les lèvres entrouvertes, sèche du souffle qui m'quitte frénétiquement quand je vois Silent ainsi. Abandonnée, les lèvres rougies de baiser, les cheveux encadrant son visage d'ange, et la poitrine presque exposée - belle. Belle à m'en rendre malade, m'faire tourner la tête pour ne plus être capable de la moindre pensée cohérente. C'est rapidement que je nous ai fait rejoindre la salle du cinquième étage - celle que l'on a trouvé il y a quelques semaines, après un conseil de Light qui semble bien connaitre les lieux - sans doute à force d'y amener des coups d'un soir, ou de se perdre dans des soirées à discuter avec ses amies.
Comme je me perds dans les baisers de Silent, remarquant à peine le sortilège qu'elle lance pour faire des coussins qu'on a amassé dans la pièce, un lit deux places pour ce soir. Ce soir - j'ai le sourire aux lèvres, les idées qui me viennent et me semblent toutes plus alléchantes les unes que l'autres. Pouvoir l'embrasser, la déshabiller, la redécouvrir, la lécher - j'ai du mal à contenir un gémissement, alors que la proximité m'fait juste devenir de plus en plus dur. Ce qui est difficile à cacher, d'autant qu'elle a une jambe entre les miennes et se frotte près de mon bassin - le sien s'y calant délicieusement comme si c'était exactement sa place.

Mais j'veux pas tout précipiter, lui faire penser qu'elle me doit quelque chose, ou doit l'faire. Pourquoi ? - j'sais pas. J'sais juste qu'il y a cette inquiétude dans son regard parfois, et les mots de son frère logés dans sa tête. J'le sais, comme on en a parlé il y a quelques semaines, et que je la surprends à avoir la tête ailleurs, avant de venir me voler un baiser plus voraces que les autres. Alors ca me semble logique - et inévitable - de la regarder dans ses beaux yeux violets pour être sûr qu'elle l'veut autant que moi.
Silent - « Sérieusement ? » Elle s'recule soudainement, allant fermé la porte derrière nous pour me prendre la main et ne pas tarder à me guider sur le lit pour que je m'y assois. Et elle sur moi - ce qui rend plus difficile de cacher l'effet - évident - qu'elle a sur moi. Un effet que je devrais peut être pas caché tout compte fait. Elle prend mes mains pour la poser sur son ventre, mais je perds pas l'occasion, et sans vraiment m'en rendre compte, descends pour saisir et pétrir doucement ses hanches, caressant ses jambes fines, et remonter sur ses côtes.
Silent - « Arrête d'avoir peur, je ne suis pas en sucre. Je suis assez grande pour refuser si je ne le veux pas hors... Je le veux. »
Ode - « T'es pas en sucre, mais t'es précieuse pour moi. » J'pas capable de retenir les mots, l'esprit en vacances d'autant qu'elle vient ôter son chemisier - et j'arrive pas non plus à ne pas baisser la tête pour découvrir sa poitrine délicieusement drapée. J'me mords la lèvre, les mains qui remontent dans son dos, alors qu'elle parle de nouveau, avec une voix qui souffre d'un manque d'assurance.
Silent - « J'ai juste peur... De ce que tu pourrais penser de moi. »
Ode - « J'pense juste que je t'aime. » J'réponds sans penser, alors que je trouve l'agrafe de son soutien-gorge et que j'en profite pour attraper ses lèvres entre les miennes. Le défaisant avant de l'ôter pour la révéler, profitant du baiser pour descendre mes lèvres sur son menton, son cou - les mains baladeuses à venir trouver ses globes de chaires, les prenant doucement avant de trouver la pointe durcie sous mes pouces joueurs.

Ode - « Merlin, Silent. » J'souffle avant de prendre l'élan pour échanger nos positions, en profitant pour l'allonger sur le lit et venir embrasser sa peau en m'plaçant entre ses jambes. « J'voudrais te lécher partout. T'es magnifique. » J'annonce en mêlant la parole aux actes, trouvant la fermeture de sa jupe pour la faire glisser et pouvoir la lui ôter doucement - tout en embrassant sa clavicule, son torse, sa gorge, laissant un trait de salive entre son cou, et son nombril. Découvrant la saveur de sa peau, son parfum enivrant et ce qui la fait frémir. Ce qui lui fait perdre le sens des réalités.
Ode - « Je vais t'apprendre par coeur. Je suis sure que je pourrais te faire gémir… juste en t'embrasser le cou. » Murmurais-je avec un sourire joueur, avant de venir remonter vers la peau tendre de son cou, la main trouvant de nouveau le chemin vers sa poitrine.



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Dim 4 Fév - 3:04

L'oiseau et la souris  
Silentode
Elle sent son cœur et son corps s'enflammer alors que sa peau se fait plus sensible et qu'il semble la brûler à chaque fois qu'il la touche. Délicieusement, elle pousse un soupir d'envie en se mordillant la lèvre, sans que son regard ne lâche le visage de son futur amant. Il est magnifique, elle ne peut croire qu'un homme avec un tel charme s'intéresse à elle, puisse simplement poser son regard sur elle sans avoir envie de fuir, elle qui a la réputation d'être terrible et d'avoir brisée quelques futures descendances. Mais il est à elle et elle a l'espoir qu'il ne fuira pas, même quand il verra son vrai visage. Foutue gamine de seize années amoureuse, il est idiot et inimaginable qu'il puisse simplement accepter ce qu'elle est et l'aimer comme si rien n'était, comme si elle n'avait pas un visage horrible et l'une des pires malédictions qui existe en elle. Mais elle a l'espoir, c'est le plus beau et le pire des sentiments, le plus violent aussi car nul doute que lorsqu'il la verra tel qu'elle est, il fuira et qu'elle finira avec son cœur brisé. Mais elle ne veut pas penser à cela, car ça va lui donner envie de s'enfuir des bras de Ode pour ne plus jamais l'approcher, de peur d'être un jour brisée. Elle ne veut pas, elle veut y croire, elle veut se dire qu'ils peuvent être comme tous les autres et qu'il ne regrettera rien. Alors elle s'abandonne et ferme les yeux lorsqu'il vient l'embrasser.

« T'es pas en sucre, mais t'es précieuse pour moi. » Ca la fait doucement sourire alors qu'une petite rougeur s’empare de ses joues. « J'pense juste que je t'aime. » Elle en a le souffle coupé alors qu'elle se penche pour venir l'embrasser, incapable de lui répondre mais faisant passer tout ce qu'elle ressent elle aussi dans un baiser des plus passionnés. Elle se colle à lui, venant poser ses mains sur le visage d'Ode pour toucher sa peau, ses yeux, ses joues et son crane rasé sur lequel elle glisse ses doigts joueurs. Il vient défaire le soutien gorge qui retient sa poitrine et doucement, la caresse alors qu'elle soupire de bien être. Elle se relève pour lui donner plus d'emprise sur son corps et à chaque fois qu'il passe sur une de ses pointes dressées, elle sursaute de plaisir et d'envie. « J'voudrais te lécher partout. T'es magnifique. » Il la retourne et bien vite se retrouve au dessus d'elle, alors qu'elle même attrape sa chemise pour l'ouvrir et dévoiler un torse finement dessiné, à la peau tout aussi chocolat que le liquide qu'elle boit chaque matin. Elle fait glisser la chemise sur ses épaules pour l'admirer torse nu, beau et attirant à l'extrême. Elle referme les yeux encore une fois dés qu'il dépose ses lèvres partout sur elle, embrassant et léchant sa peau pour s’enivrer d'elle. « Je vais t'apprendre par coeur. Je suis sure que je pourrais te faire gémir… juste en t'embrasser le cou. » Ne voulant pas rester inactive, elle le repousse pour qu'il s'allonge avant qu'elle ne se laisse glisser contre lui, tout en ôtant sa jupe qu'elle laisse tomber au sol sans un bruit. Presque nue, un instant gênée elle vient croiser le regard de son petit ami et comprend, avec tout l'amour qu'elle lit dans son regard, qu'elle n'a pas besoin d'être troublée par sa nudité. Rassurée elle vient poser ses mains sur le pantalon qu'elle ouvre, avant de faire glisser la fermeture éclair pour libérer un peu du membre qu'elle devine déjà gonflé, car il déforme son caleçon de couleur sombre.

Elle se mordille la lèvre avant de lui ôter entièrement son pantalon et de remonter jusqu'à sa bouche, sur laquelle elle dépose un baiser chaste. Sa bouche elle aussi, se fait plus entreprenante alors qu'elle embrasse le menton, le coup et le torse du jeune homme, découvrant l'odeur musqué et le goût sucré de sa peau. Elle jurerait qu'il se lave avec le même gel douche fruité qu'elle, tant l'odeur l’enivre et lui rappelle le souvenir qu'elle a sentie il y a peu dans son amortencia. Ses mains se déposent sur le caleçon qu'elle caresse un moment, avant que lui aussi ne glisse ne long des jambes fines de son petit ami, pour le dévoiler dans toute sa gloire. Son regard se pose sur lui, détaillant son corps et ce membre qu'elle n'avait pas pu voir lors de cette soirée chez les Rosier, n'ayant pas le temps et surtout prise par ses passions, elle n'avait presque rien vue de son amant masqué. Là elle se rend compte comme il est beau, comme il peut être attirant pour elle. Alors elle n'en reste pas là et sa bouche glisse le long du torse, embrassant chacun de ses abdos jusqu'à arriver devant le membre gonflé, luisant d'envie qu'elle attrape et qu'elle commence à caresser. Elle guette les réactions de son amant, allant plus ou moins vite et passant ses doigts sur le gland humide en fonction des râles qu'il pousse. Puis, grisée par l'envie et par les râles de Ode, elle vient poser sa bouche sur le bout du membre pour le téter doucement, avant de le prendre entièrement dans sa bouche en poussant un gémissement.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Lun 5 Fév - 19:18


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt
J'ai le coeur qui s'affole, le corps qui s'échauffe, et cette chaleur qui ne me quitte pas, quand le regard de Silent croise le miens. C'est comme retourner à cette soirée dans le manoir des Rosier - mais mieux. Infiniment mieux parce qu'à présent il s'trouve que nous deux. Pas de masques, pas de murmures d'une soirée qui bat son plein, pas d'urgence - y a que nous deux. Pas deux inconnus attirés par cette attraction presque magique. Celle qu'on a pas pu combattre, parce que c'était trop. Coup de foudre en plein coeur, devenant plus important que le reste. Elle - elle est plus importance que le reste, et la retrouver c'était juste mieux. Tout devenait mieux - pas que le monde ait changé autour, il était toujours aussi merdique, mais comme elle se trouvait là, il y avait plus de lumières, de couleurs, d'intérêt. C'était plus facile de se perdre en elle, dans le moment, dans ce semblant de bonheur. De s'y perdre pour longtemps, et de plus vouloir en sortir. Jamais.
Dans cette pièce, alors qu'on se découvrait, se mettant nus l'un et l'autre, il se trouvait rien de plus. Et c'était nouveau, grisant, délirant. Pas que j'ai jamais été nu avec quelqu'un d'autres - mais jamais comme ca. Jamais avec un regard si tendre, des gestes si tendres, et ce souffle qui se coupe, cette envie qui enflamme, ce besoin que le moment dure toujours. Ce besoin de vivre le moment, et rien de plus. De l'embrasser partout - et de vouloir qu'elle m'embrasse et me touche pas. Confiance aveugle - j'peux fermer les yeux sans craindre de la voir qui me poignarde dans le dos. Qu'elle me tue - elle le peut, et j'suis pas sûre d'en souffrir. Elle peut faire ce qu'elle veut de moi, parce qu'elle me rend heureux pour de vrai.
Je pense que je t'aime. - la déclaration est naturelle, simple. Pas de grands feux d'artifice, de moment qui s'arrête, ou d'espoir de l'entendre le dire en retour. Y a rien, juste une vérité lâchée entre nous deux, et qui s'perd sur nos lèvres jointes. Une vérité, simple, qui attend pas la fin du monde, ou n'appelle pas à la fin des temps. C'était ainsi, c'était la chose la plus précieuse que je possédais. De pouvoir tenir Silent comme ca contre moi. Je demandais rien de mieux - je demandais rien du tout. J'voulais juste profiter du moment. L'embrasser - l'embrasser et l'enflammer jusqu'à la faire venir par mes caresses. Lui faire l'amour, pour de vrai, toute la nuit s'il le fallait. Juste la tenir nue contre moi - lui donnait ce qu'elle voulait. Lui donnait tout de moi et la laisser faire ce qu'elle en voulait.

Je ne sais plus, je sais juste qu'il y a rien que je voulais plus que la sentir plus proche, serrant nos corps l'un contre l'autre pour qu'il se trouve plus d'espace entre nous. Après ma chemise, je la voix qui s'évertue à s'attaquer à mon pantalon, prenant le temps de m'effeuiller, pour être aussi nu et offert qu'elle a pu l'être. Et elle descend sur mon corps, laissant des baisers mouillés qui brûlent délicieusement ma peau, me faisant lâcher un gémissement - deux, trois. Avant que - je sursaute en sentant la paume de sa main entourer mon érection, le coeur battant d'une panique. C'était - nouveau. Nouveau et plaisant, j'dois l'admettre. Mais je crois pas qu'on m'ait fait cela un jour. Ou peut être oui - mais soudainement c'est la langue de Silent qui se trouve sur ma peau sensible, et ca c'était une première.
Ode - « Merl--- Silent, c'est… »  Pas de mot, j'attrape les draps entre mes poings pour les serrer quand une vague de plaisir me chauffe les reins. Et c'est rapide - peut être trop rapide - mais j'veux pas venir. Pas encore. J'savoure la caresse, autant que je peux, en m'obligeant à souffler et respirer pour me retenir au mieux - des années d'expérience, sans doute, pour y parvenir. Même si lui résister à elle m'semble de l'ordre de l'impossible. Et sa bouche sur mon sexe c'est une caresse aussi intime que délicieuse. Aussi incroyable qu'passionnelle. C'est parfait, et je doute pas de pouvoir vite en devenir accroc.

Mais pas ce soir. Ce soir, avant de jouir dans sa bouche - et j'suis pas sûre que ce soit une brillante idée - j'attrape son visage pour avoir son attention.
Ode - « A-arrête j'veux pas… » Je déglutis. « J'veux pas venir encore. Pas comme ca… » J'admets avant de la faire remonter vers moi, reprenant vite le dessus en la retournant - l'embrassant pour sentir le gout amer sur sa langue. Et - Merlin - y avait pas grand chose de plus excitant que ca.
Ode - « T'es parfaite, vraiment, et douée - trop douée pour que je reste insensible. Mais j'veux te faire l'amour, Silent Selwyn. » Je rajoute, en venant l'embrasser encore, ma main traçant un chemin jusqu'à son entrejambe pour venir glisser entre ses lèvres. Trempée - et mon sourire qui s'agrandit à la savoir si sensible à notre étreinte. Glissant un doigt en elle, doucement, pour la gouter - la préparer ou juste la rendre folle. Découvrant son intimité avec tout le temps que je pouvais parce qu'on avait la nuit pour nous. Un doigt, puis un second, bougeant doucement pour venir cueillir son plaisir - embrassant son cou, pour y poser une marque possessive, avant de descendre sur sa poitrine pour la lécher sans lassitude.



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Dim 11 Fév - 0:54

L'oiseau et la souris  
Silentode
Elle oublie dés qu'elle croise le regard de son amant, ce que son frère a put dire, ce qu'on peut penser d'elle ou de son nom, de la prestance qu'elle doit avoir. De toute façon elle est consciente que si un jour on apprend qu'elle une harpie, un être maudis et damné pour une faute dont elle n'est pas coupable, elle sera rejetée et reniée par ses pairs. Ceux avec qui elle a grandi ne la regarderont plus et cracheront autant sur son nom, que sur sa famille qui aura eut la honte de garder un enfant qui ne méritait pas la vie. Hors les Selwyn ont une réputation assez mauvaise quoi que parfois neutre, qu'ils tiennent souvent grâce au mystère qui entoure leurs activités, leur nom et leur réputation. On sait qu'il ne faut pas se frotter à cette famille et qu'il ne faut pas non plus leur chercher des noises, au risque de se retrouver avec la pire des malédictions et des sorts sur le nez. Hors elle est consciente que malgré le mystère des siens et la peur qui inspire son nom, si on apprend ce qu'elle est personne ne se gênera pour la juger comme ils le font tout le temps. Ainsi, elle passera pour la gamine qui sort avec le mauvais garçon, le bad boy comme on dit dans cette école depuis quelques mois. Celui qu'il ne faut pas approcher, celui qui est dangereux et dont la famille étrangère n'inspire rien de bon, bouffée par le pouvoir et l’envie ils sont connus pour être capable d'évincer tout le monde, par envie. Hors Ode n'est pas ainsi, il est aussi différent qu'elle même dans sa famille, ainsi elle se moque bien de ce qu'on peut penser d'elle et de sa réputation. La fille facile, soit, elle n'a aucun compte à rendre à personne. Et même Matthew ne pourra pas assombrir son esprit ce soir, même les mots de son aîné ne pourront la faire souffrir alors que son cœur bat trop vite, trop fort dans sa poitrine et qu'elle cherche toujours plus de contact avec son amant. La peau chaude de Ode l'appelle, ainsi que cette odeur sucrée et musquée, puissante et masculine. Elle le retrouve, cet homme qu'elle a aimée, embrassée et touchée lors de la soirée chez les Rosier. Lui qu'elle ne pensait pas revoir et pourtant dont elle apprend chaque courbe.

Elle en a la gorge qui s'assèche lorsqu'elle touche ce torse finement musclé, délicieusement parfumé et puissant. Poussée par une envie incroyable qui est pourtant propre aux filles de bordel, d'après les dire de la grande société, elle se laisse glisser contre le corps de Ode pour venir saisir sa hampe dressée afin de jouer avec. Elle l'embrasse, la lèche avant de l'attraper dans sa bouche pour en chuchoter le bout avec un râle de plaisir. Elle l'entend râler de plaisir et elle comprend qu'elle semble se débrouiller alors, elle l'attrape totalement dans sa bouche avant d'entamer quelques mouvements, craignant de mal faire mais guidée par son amant, elle se dit qu'elle ne doit pas être si horrible. Bien vite pourtant il l'arrête et elle rouvre les yeux pour regarder Ode et l'interroger du regard. « J'veux pas venir encore. Pas comme ca… » Elle hoche la tête avant de remonter, pour qu'il l'embrasse et qu'elle ne roule sous le corps de son amant. Il est chaud, bouillant même et cela lui arrache des frissons délicieux. « T'es parfaite, vraiment, et douée - trop douée pour que je reste insensible. Mais j'veux te faire l'amour, Silent Selwyn. » Elle se met à sourire avant de pousser un râle, lorsqu'elle sent la main d'Ode glisser entre ses cuisses jusqu'à ce qu'un doigt se perde en elle. Elle se tend et gémit, bougeant des hanches pour le sentir plus profondément en elle mais bientôt ce n'est pas assez. « Ode... Mon Ode s'il te plaît... » Qu'elle lui murmure d'un ton suppliant, en ouvrant les yeux et en le regardant. Ses mains glissent dans le cou du jeune homme pour le câliner encore, le caresser partout où elle peut. « Viens, glisse toi en moi, j'ai besoin de te sentir... » Nul doute qu'elle va devenir folle si Ode ne la prend pas dés maintenant, si il ne la fait pas sienne avant qu'elle ne s'embrase dans un feu ardent.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Sam 17 Fév - 2:34


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt
Elle sait pas. Elle sait pas les autres, les hommes et les femmes passaient pour pourrir un corps qui semble plus m'appartenir la majorité du temps. Elle sait pas. Elle sait pas les drogues violentes qui - d'habitude - m'font planer hors du monde, hors du temps, pour oublier, être sûre qu'au matin il s'trouve qu'un souvenir floue et brumeux plus simple à ignorer. Elle sait pas. Elle sait pas comme souvent c'juste vide - un lourd moment à passer, fermant les yeux pour pas réfléchir, et finir par détester c'corps à corps. Elle sait pas - elle sait pas, et j'sais qu'elle l'ignore. J'sais comme il est simple d'juste profiter de ce moment, d'découvrir son corps comme elle caresse le miens - d'jouir de cette tendresse qui m'semble si surprenante, soudaine, nouvelle. Pas déplaisante, bien loin d'là - elle m'fait plutôt voler l'coeur si fort que j'ai mal partout. Mal d'bonheur.
J'sais juste que c'est ca - ca doit toujours être ca. C'pas du sexe, du sexe écoeurant qui déforment les corps, ignorent les sentiments, annihile les émotions. C'est pas du sexe qui s'affame de vouloir être proche de l'autre, de le détruire pour son propre plaisir. C'est pas du sexe - je le glisse comme une évidence, savourant les mots qui m'traversent la bouche en douce pensés. C'est faire l'amour - c'est nouveau, c'est parfait, c'est brûlant. C'est faire l'amour.

C'est être amoureux. Murmurer je t'aime en ce disant que c'est plausible - que c'est réel. Que tout cela n'est pas un foutu rêve éveillé d'un gamin esseulé. Elle est là, Silent, contre moi dans sa splendide nudité qui m'fait tourner la tête. Elle est là, abandonnée les jambes ouvertes en confiance aveugle - en confiance en moi. Et c'est si précieux que c'est terrifiant. C'est aisé d'la détruire, alors que j'ai l'impression de sentir son propre palpitante qui se secoue au creux de ma main. C'est facile, de la perdre - mais j'veux pas. J'veux pas risquer de la voir disparaitre. Je la veux, au matin, et m'souvenir de chaque moment de cette étreinte-là. Chaque moment d'un rêve qui doit pas s'arrêter - plus jamais.
Silent - « Ode... Mon Ode s'il te plaît... »  J'souris contre sa bouche, m'perdant dans les muscles de son cou - avant d'poser mes lèvres pour sucer la peau et poser une marque en gémissant contre elle. Son parfum m'ennivrant, m'faisant juste sourire - d'extase, d'plaisir, d'bonheur. C'est trop et pas assez à la foi. C'pas encore assez, alors que mon érection devient douloureuse, et que j'ai plus qu'une envie qui m'tord le ventre en deux. C'besoin - impétueuse - d'la saisir. De la faire mienne.
Silent - « Viens, glisse toi en moi, j'ai besoin de te sentir... »  Alors j'me mets sur elle, perdant une main entre nos deux corps pur me guider sur son intimité. Plus tendrement que la première fois - n'pensant pas à lui demander si elle est sûre : son ton m'prouve qu'elle doute pas. Elle doute pas un moment.

Elle le veut.
Autant que moi.
Elle me veut, autant que je la veux. Que je la désire si ardemment qu'une fois que je me sens enfoncée dans son intimité, j'retiens mon souffle. J'le retiens, la tête tournante d'trop d'émotions. Gémissant, avant d'me mettre à bouger. Doucement d'une danse lancinante - avant d'venir encadrer son visage d'mes bras et de pousser plus durement en elle - d'augmenter le rythme en même temps que mes pensés s'affolent.
Ode - « Silent, Silent… Je… Merlin… C'est si bon… »  Litanie qui s'installe comme un chant sans mesure - irrégulier, parce que le désir prendre le dessus sur la mesure - plus de raison, la raisons 'être c'est elle. « J'veux te voir jouir, Amour… T'es tellement belle… »  Dis-je en caressant sa joue de ma main, sans cesser de bouger en elle - l'observant totalement libérer, éprise, abandonnée. Magnifique, belle.
Parfaite. Parfaite - et j'ai l'coeur qui explose de le voir ainsi. J'ai le coeur qui explose de sentiments que j'peux pas retenir. J'écrase ma bouche sur la sienne quand la chaleur devient un brasier, qu'il reste plus de place pour la moindre pensée, que j'ai le bas du ventre qui entre en combustion instantanée - que j'viens, jouissant violemment dans l'intimité de ma petite amie, taisant un cri contre ses lèvres.
Ode - « T'arrête pas - embrasse moi. Embrasse moi, babe… » 



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Jeu 22 Fév - 23:22

L'oiseau et la souris  
Silentode
Ca a toujours été lui, elle a eut longtemps l'espoir qu'elle pourrait un jour le retrouver et lui avouer que sous ce masque, c'était elle. C'est lui qu'elle voulait et qu'elle réclamait, car il n'y avait rien de plus beau dans son esprit que cette soirée chez les Rosier. Elle a tout oubliée, et il est bien difficile de faire tout oublier à la fille Selwyn, qu'elle savait au fond d'elle qu'elle vous ressentir ça encore une fois. Elle n'aurait pas voulue un autre et même si elle ne l'a pas cherchée c'est vrai, elle a eut l'espoir qu'elle le trouverait car la vie ne serait pas si vache au final. Après lui avoir volé son enfance, son innocence ainsi que sa pureté en transformant son visage en quelque chose d'hideux, de repoussant, c'était bien le minimum que le destin pourrait faire envers elle. Elle y a cru et puis les jours ont passés et elle a pensée que jamais elle ne recroiserait la route de cet amant d'un instant, au regard envoûtant et à la bouche douce comme du miel. Et puis de toute façon ils étaient cachés par des masques, il aurait très bien pu vivre l'instant et ne plus jamais y penser, elle ne lui en aurait même pas voulu.

Tant d'hommes font ainsi, ils partagent un instant et ne reviennent jamais. Cela aurait été normal, il lui a dit de telles belles choses sur l'instant mais justement, ce n'était que sur l'instant et il ne lui avait rien promis. Ainsi elle a fini par penser que c'était juste la beauté du moment et que même si elle le retrouvait, il ne fallait pas se faire trop d'espoir. Que les belles paroles n'avaient qu'été douce pour l'avoir et qu'une fois l'instant passé, les promesses allaient s'oublier pour ne jamais revenir. Elle se trompait, finalement la vie n'a pas été si vache avec elle. Quoi que, le fait qu'elle se transforme une fois le soir venu est sans doute la pire des choses. Le plus violent des affronts, car c'est maintenant qu'elle est amoureuse qu'il sera plus difficile encore de lui dire que la fille qu'il admire dans ce lit ce soir, a le visage et l'esprit qui change une fois les douze coups de minuit sonnés.

Sauf qu'en croisant ce regard plein de douceur et d'amour, elle se dit que ce n'est pas si grave finalement que son visage change, qu'il devienne difforme et hideux. Elle se dit qu'il acceptera et qu'il y a plus important, comme les baisers qu'il lui donne comme si à tout moment elle pouvait partir. Et elle le serre plus fort, elle se serre plus fort contre ce torse chaud, dur et puissant, elle l'embrasse plus fort et lui fait comprendre dans ses mouvements qu'elle restera là. Que quoi qu'il fasse et ne décide, elle lui appartient corps et âme. Elle est damnée, c'est comme si elle avait signée pour la plus belle et la plus violente des sensations. L'amour n'a rien de rassurant, mais elle a besoin de le vivre au moins une fois dans sa vie.

En elle.
C'est la dernière pensée qui lui traverse l'esprit alors qu'elle pousse un râle d'envie, de le sentir s'enfoncer en elle enfin. Complète, elle sent le stress et l'angoisse s'envoler alors qu'elle écarte les cuisses plus fort encore pour qu'il s'enfonce en elle autant qu'il le peut. Ses mains se perdent sur les hanches de son amant pour le retenir, alors qu'elle savoure l'instant. Et alors qu'il se met à bouger, elle ne peut retenir un petit couinement de plaisir, ayant oubliée comme ça pouvait être bon de l'avoir en elle, comme la sensation lui avait manquée, comme elle se sentait vide ainsi. « J'veux te voir jouir, Amour… T'es tellement belle… » « Juste dans ton regard mon Ode... » Qu'elle murmure avant d'ouvrir les yeux pour se perdre dans le regard de son petit ami. Petit ami, ça prend un tel sens qu'elle sent son cœur battre plus fort et qu'elle vient l'embrasser, perdant son souffle contre les lèvres de son homme. Elle ne cesse de venir entrechoquer ses hanches contre celles de son amant, poussant des gémissements de plus en plus fort, incapable de se retenir une seconde alors que le plaisir monte en vague en elle. Et alors qu'elle se tend encore un peu, elle perd ses mains sur les fesses d'Ode pour appuyer dessus, l'incitant à être plus violent si il le peut. Elle le sent venir dans un cri étouffé, ce qui provoque en elle une vague plus forte. « T'arrête pas - embrasse moi. Embrasse moi, babe… » Elle relève la tête et vient dévorer sa bouche alors qu'elle se laisse aller à un râle étouffé, un hurlement qu'elle empêche alors que ses mains attrapent fermement les fesses de son amant pour en serrer le muscle et la peau.

Elle reprend son souffle petit à petit, ouvrant les cuisses pour qu'il s'écarte et vienne s'allonger à côté d'elle. Une fois fait elle se tourne, pour poser sa tête sur le torse de son amant. Le souffle court, le cœur qui menace de s'échapper de sa poitrine. Et l'esprit ailleurs, dans un monde où il n'existe rien d'autre que le visage de son amant. « Tu es exceptionnel... » Qu'elle laisse échapper dans un souffle avant de relever les yeux et de lui sourire. « Et t'as des fesses... J'pourrais me damner pour ça ! » Qu'elle dit avant de laisser échapper un rire et de perdre sa main dans les draps pour venir la poser sur la fesse de son amant et le chatouiller, en profitant pour légèrement le pincer. « Merci mon Ode... Merci. » Qu'elle dit alors que sa main remonte sur le torse de son amant pour venir se perdre sur sa peau hâlée. Elle lui sourit avec douceur, complète, entière.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Jeu 1 Mar - 2:56


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt
J'vois qu'elle. Le monde c'est elle - mon monde c'est elle. Au-delà des cauchemars, des angoisses, de l'envie d'fuir, et de disparaitre, d'plus être au monde, ou de plus avoir à m'battre contre les ténèbres et les souvenirs, il y a elle. Et c'est la première fois, depuis longtemps - trop longtemps quand on a seize ans - que j'veux vivre au présent. Vivre au présent entre les bras d'Silent Selwyn. Et j'pourrais oublier le reste, si elle se trouve là. Avec son sourire, ses baisers, la chaleur de son corps qui bouge contre le miens. J'ai eut des corps enserrés si étroitement - douloureusement, au point d'me donner envie d'vomir ou d'plus penser. Plus penser, pour pas avoir à l'vivre, m'enfonçant d'autres choses dans les veines, avant, pour l'voir passer plus vite - ou pas l'voir passer ce moment d'intimité.
Mais entre les bras de Silent, j'veux savourer chaque moment. N'pas les voir m'échapper, et les posséder plutôt. Être à elle, autant qu'elle est à moi - j'le veux, n'faire plus qu'un. Et c'est étrange, pas désagréable - c'même la chose la plus parfaite que j'ai eut à vivre. De faire l'amour à Silent Selwyn.

Parce que ca doit ressembler à ca de faire l'amour - ca doit ressembler à son corps qui bat contre le miens, et mon désir devenu bien trop dur pour pouvoir désirer autre chose qu'elle - être en elle, la posséder. La posséder - ou plutôt m'abandonner. Ou les deux, sans penser à être égoïste, le faire pour lui faire plaisir autant que j'me l'offrirais à moi ce plaisir. Et elle est belle - plus belle qu'tous les autres filles que j'ai vu, toutes les autres personnes. Elle brille d'cette pureté que j'ai jamais vu ailleurs. Elle brille, scintille, et m'rend aveugle au reste.
« Juste dans ton regard mon Ode... »
« J'crois pas. J'peux pas être aussi chanceux. » J'dis avec un souffle avant - avant que tout tombe en éclats colorés. Que je sois en elle, a danser doucement pour sentir le plaisir nous envahir. Celui-ci qui nous fait gémir, et murmurer dans l'oreille de l'autre. La serrant fort, pour pas qu'elle disparaisse, pour pas qu'elle m'échappe. J'peux plus - j'peux plus vivre sans elle dans mes bras. Sans ces adorables bruits, et ses ongles s'enfonçant dans ma chair - ou elle m'enserrant si délicieusement. Ca a jamais été aussi bon, aussi parfait. Et j'veux pas que ca s'arrête, jamais. J'veux pas, j'tiens au plus longtemps, bougeant lascivement en elle, contre elle.
Elle est partout - partout et rapidement j'perds le file, l'embrassant pour pas hurler, m'perdant dans son intimité dans un orgasme foudroyant. Sentant à peine autre chose - que l'étreinte de Silent qui se durcit aussi autour de moi.


« Tu es exceptionnel... » J'souris contre elle, me laissant tomber à ses côtés, avant de grogner tout de même quand je suis plus en elle. C'est un frémissement gelé qui m'fait grimacer avant d'ouvrir les bras pour la garder au plus près quand même. J'ai plus la capacité de réfléchir, l'orgasme me laissant dans un état second. Et juste l'envie de rester là - à la tenir contre moi pour le restant de la nuit. Peut être lui refaire l'amour, plus tard.
« Et t'as des fesses... J'pourrais me damner pour ça ! » Cette fois j'lâche un rire sans pouvoir l'empêcher, embrassant le sommet de son crâne avec douceur.
 « J'suis ravi qu'elles te plaisent. Et j'peux pas dire - en vrai je préfère les tiennes, Amour. » dis-je en venant les pincer, comme elle vient d'faire avec les miennes. J'ai le coeur qui part dans tous les sens, et quand elle s'penche pour m'embrasser j'suis trop heureux de la laisser faire. Lascivement, doucement, tendrement.
« Merci mon Ode... Merci. »
« T'as pas à me remercier, Silent. Ma Silent… »  Ronronnais-je presque en me perdant dans ses cheveux, inspirant son odeur avec contentement, sentant la fatigue me prendre - et comme j'ai jamais été aussi bien qu'là, réellement. « Reste. Dormons ici cette nuit, personne ne nous trouvera. » demandais-je sans craindre qu'elle refuse - on était si bien après tout. J'la serrais plus encore - n'pouvant pas penser un endroit plus parfait que dans ses bras. QUe contre elle.
« J'veux jamais te quitter. Une nuit dans tes bras, ca sera parfait… Non ? » 



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & serdaigle

staff & serdaigle


Messages : 91
Date d'inscription : 15/04/2017
Localisation : Dans le château

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Jeu 8 Mar - 23:42

L'oiseau et la souris  
Silentode
« J'crois pas. J'peux pas être aussi chanceux. » Elle ne sait pas si c'est une réelle chance, mais le fait de faire l'amour avec lui à l'instant, de se sentir bien, unie, aimée et choyée, et bien elle ne va pas chercher plus loin. Elle sourit, simplement, d'un air amoureux alors que le bien être coule en elle alors qu'elle vient coller son corps contre celui bouillant de son amant. Et elle respire son odeur de miel, son odeur de transpiration forte et masculine, son parfum d'iode aussi. C'est qu'il est un panel d'odeurs Ode et qu'elle n'a aucune lassitude à les découvrir encore et encore, se délectant de découvrir ce corps. Elle n'avait pas pris le temps de le faire lors de leur première nuit, n'ayant justement pas le temps pour le faire alors que tout était dans la précipitation, dans la hâte de se découvrir et de s'apprendre. Mais là elle a savourée et le plaisir n'en est que plus fort. Alors pendant un moment elle ne bouge pas, le visage caché dans le cou de son amant alors qu'elle se laisse bercer par la respiration d'Ode. « J'suis ravi qu'elles te plaisent. Et j'peux pas dire - en vrai je préfère les tiennes, Amour. » Il lui touche les fesses et elle éclate de rire, se débattant alors que ça la chatouille et l'amuse plus fort encore. Puis lorsque le rire se calme elle vient l'embrasser avec douceur, lui souriant alors que sa main gauche se glisse sur le corps de son amant pour en caresser sa peau, en découvrir le grain délicat et à peine rugueux. « T'as pas à me remercier, Silent. Ma Silent… » « Mon Ode à la joie... » Qu'elle murmure, tout contre lui, la bouche non loin de celle de son amant et son front contre celui du bel homme à la peau ébène.

« Reste. Dormons ici cette nuit, personne ne nous trouvera. » Et d'un coup elle se rend compte de l'heure qu'il est. Elle lève la tête et remarque que ça fait une bonne heure qu'ils sont ici, que 22h30 approche à grand pas et qu'elle devrait déjà être remontée. « Non je ne peux pas. » Qu'elle dit sans vouloir se montrer froide, mais en installant d'un coup une distance entre eux. Distance qu'elle ne contrôle pas, mais l'heure tourne et elle se rend compte qu'elle ne devrait plus être là. Elle a jusqu'à minuit c'est un fait, mais elle aime se préparer avant cela. « J'veux jamais te quitter. Une nuit dans tes bras, ca sera parfait… Non ? » « Non je suis désolé Ode. Je ne peux pas... Vraiment je ne peux pas. Pardonne moi, ce n'est pas toi c'est moi. » Dit-elle avant de l'embrasser doucement et de s'extirper des draps. Aussitôt elle commence à enfiler sa tenue d'écolière, faisant disparaître son corps sous une couche de vêtements qu'elle espère pas trop froissés, pour ne rien laisser deviner de ses récentes activités. Sinon nul doute que ses amies vont lui demander des détails, ainsi que l'identité du chanceux.

« Je te vois demain. Tu étais merveilleux, n'en doute pas. » Qu'elle rajoute avec un dernier sourire, triste cependant, avant de quitter la pièce. Elle n'entend pas les protestations, elle n'entend pas Ode qui essaye de la retenir ou de comprendre ce changement d'attitude, pourquoi elle le quitte alors qu'ils étaient bien dans ce lit. Mais elle n'entend pas, elle ne voit que l'heure qui tourne et qui annonce encore son changement de visage, d'esprit, d'envie. Alors elle remonte les marches aussi vite qu'elle le peut pour éviter les aurors, il est bientôt 23H lorsqu'elle arrive enfin dans la tour des Serdaigles. Elle entre sans bruit et par chance ses amies dorment déjà. Ainsi elle peut se glisser dans sa chambre à part, referme la porte derrière elle avant de verrouiller sa serrure magique qui résiste aux sorts, même les mieux formulés. Puis lentement elle commence à se déshabiller pour aller prendre une douche. Mais en s'asseyant sur son lit, elle se met à soupirer et lâche un sanglot. L’impression de l'avoir laissé comme un idiot, la fatigue de se dire qu'elle ne pourra jamais passer ne serais-ce qu'une nuit avec lui, savoir et être consciente que jamais il ne supportera ce qu'elle est et le visage qu'elle a réellement une fois minuit arrivé. La peur, d'être rejetée, alors qu'elle a des sentiments pour lui. Tout ceci remonte et bien vite elle a les joues pleines de grosses larmes, alors qu'elle baisse la tête et se laisse aller à la lassitude.

_________________

   
   
Clarice Lispector.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 298
Date d'inscription : 13/05/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   Lun 26 Mar - 3:03


L'oiseau et la souris
Silent Selwyn & Ode Shacklebolt
Ca doit ressembler à ca, de tomber amoureux - de tomber sans savoir combien de temps durera la chute, et sans vouloir qu'elle s'arrête jamais. Avoir le sentiment de voler - vraiment - de plus toucher terre pour n'être qu'émotions. Emotions qui m'font voler des papillons dans le corps entier, me font perdre la notion de temps, d'espace - du reste. Il se trouve qu'elle, son regard lumineux, son sourire flamboyant, son corps magnifique. Elle, Silent, et le sentiment d'être entier, à présent qu'elle se trouve contre moi. Que je peux l'y garder toute la nuit durant, à défaut de pouvoir penser en terme de "vie" pour le moment sans me mettre à flipper - c'est trop tôt, non, pour ce genre de promesse ?
J'suis pas à l'aise pour être amoureux, m'dire "petit ami" me semble être une promesse pour l'avenir, sans savoir ce que cela signifie vraiment. C'est juste parfait, pour le moment, d'être contre elle pour ne plus penser. Pour ne pas avoir à me poser ces questions idiotes - elles semblent idiotes pour le moment, parce que ca compte pas. Tout ce qui compte c'est elle, nue et contre moi.
« Mon Ode à la joie... » Sourire - j'me surprends à sourire alors qu'auparavant c'était si idiot ce surnom. La musique qui m'est pas étrangère, évidemment comme j'en porte le nom. Mais dans sa bouche c'est pas tant impromptue, c'est comme une promesse. Pas pour elle, mais pour moi, d'porter un bout d'bonheur contre moi à présent.

J'voudrais la garder encore, m'offrir ce plaisir de me réveiller entre les bras de la femme que j'aime - parce que j'doute pas, de ces sentiments. De le dire si ouvertement, avec une simplicité qui m'étonne. J'pensais que ca serait plus dur ou solennel de dire "je t'aime" - ce sont des mots qui pourtant m'ont échappé avec évidence et douceur.
« Non je ne peux pas. »  L'inquiétude dans sa voix, je la mets sur le compte du règlement - du fait de se faire surprendre nus dans une salle de classe pourtant laissée à l'abandon depuis assez longtemps pour être devenu le fief des étudiants qui aiment à se promener la nuit. Alors j'tâche de la rassurer, plutôt que voir autre chose. Ignorant mon coeur qui se sert à son refus, le sentiment d'être repoussé sans raison. N'était-ce pas aussi parfait pour elle qu'pour moi ? Et si elle s'était enfuie la première fois, sans doute à cause de cet anonymat, à présent nous étions ensembles, vraiment.
« Non je suis désolé Ode. Je ne peux pas... Vraiment je ne peux pas. Pardonne moi, ce n'est pas toi c'est moi. »  
« Quoi ? Silent qu'est-ce que… »  Sauf qu'elle s'échappe, et soudainement j'suis figé, totalement perdu devant la rapidité de son départ. D'une fuite que je comprends pas. Pourquoi ? Pourquoi ? J'cherche à savoir, comprendre - peut être que j'ai été trop rapide finalement. Peut être que j'aurai du ravaler mes sentiments plutôt que les offrir sur un plateau. Et à présent elle s'tient habillée au pied du lit, en un éclair prête à s'échapper. « Pourquoi tu - » 
« Je te vois demain. Tu étais merveilleux, n'en doute pas. » Un baiser, et un coup d'vent pour la voir disparaitre.

Il reste qu'moi dans un lit encore chaud de nos ébats, le coeur qui bat trop vite, et l'esprit confus. Pourquoi être partie si soudainement, alors que la nuit déjà bien avancée ne pouvait que la faire risquer de croiser un Auror, un préfet, ou un professeur. Mais elle est partie, malgré tout - partie, sans un regard en arrière. Sans un "je t'aime" sur le bout des lèvres - et j'suis gelé. Gelé d'en dedans. L'évidence qu'elle reviendra pas, me foudroie. Une fois encore, elle s'est enfuie. Une fois encore j'pas pu la retenir. Pourquoi ? Pourquoi ? J'ai l'esprit qui tourne, tourne et tournoie, des images qui reviennent. Parce que j'suis pas assez bien, j'le serais jamais. Pourquoi elle resterait après tout ? Elle m'a vue, brisée. Elle m'a vue, à l'agonie, le manque me rendant confus, ou faisant trembler mes membres. PEut être les marques, aussi, sur les bras et les cuisses - des injections qui sont visibles quand j'me trouve nu.
Elle est partie. Elle a préféré fuir.
Et il s'trouve rien autour pour me faire oublier.

Je dois pas oublier. C'est une évidence, comme il est temps à présent d'être fort. D'me battre - et y a personne pour qui je serais plus prêt à me battre que Silent Selwyn. Alors j'me lève à mon tour, remets mes habits éparpillé, et sort d'la pièce sans chercher à la remettre en ordre. J'cherche qu'elle - courant dans les couloirs en ignorant les possibles danger, ou les grognements des tableaux que je réveille sur mon passage. J'sais pas quelle heure il est. J'sais pas - j'oublie. J'cours plutôt.
J'remercie Kimmy et les autres pour l'aide à l'époque où j'voulais la courtiser Silent. Parce qu'arrivé devant la porte des Serdaigles il m'faut juste un regard pour savoir comment entrer - m'souvenant du mot de passe laissé par Silent. Et j'rentre, ignore les regards confus de quelques étudiants qui veillent tard, et m'élance vers le dortoir des filles - et devant la porte de sa chambre individuelle , mot laissé comme une promesse et maintenant une sentence. J'ignore pas le sortilège de silence qui est placé autour, et flamboie presque - j'me retrouve dans la bulle où aucun bruit transperce et frappe à la porte qui s'trouve fermée.
« SILENT ! » J'gueule, frappant contre le montant en bois en espérant la réveiller, ou la voir m'ouvrir. « SILENT ! OUVRE MOI ! »  J'tape - j'tape - j'tape.

Et soudainement c'un bruit plus fort qui cogne la porte. Un bruit sourd, une grognement - sauvage, violent. Animal. « Qu'est-ce que… » Le coeur qui bat trop vite, et la porte qui continue de subir les assauts de la bête - ou qu'importe ce qui se trouve de l'autre côté.
J'sais pas - j'sais pas ce qui se cache là. Mais c'est pas Silent. C'est - c'est Terrifiant. Ca gueule soudainement, plus fort, et j'me souviens les monstres des livres d'enfant, les hurlements des cauchemars, des loup-garous, des vampires, des goules - d'ces créatures qui n'ont d'âmes que lorsqu'elles se cachent sous des formes humaines. Ca frappe encore, un rire satanique de l'autre côté de la porte - et presque un souffle mortifère. Y a pas d'Silence, y a plus qu'un monstre. Et moi qui fuit, avec l'coeur qui tambourine, et l'évidence qu'elle cache plus qu'elle veut l'montrer. Qu'elle cache trop pour qu'ce soir-là j'trouve le sommeil.



_________________

purple rain
The moon is a loyal companion. It never leaves. It’s always there, watching, steadfast, knowing us in our light and dark moments, changing forever just as we do. Every day it’s a different version of itself. Sometimes weak and wan, sometimes strong and full of light. The moon understands what it means to be human. Uncertain. Alone. Cratered by imperfections.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silentode HOT - L'oiseau et la souris.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Silentode HOT - L'oiseau et la souris.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un oiseau qui chante....
» crotti et mimi les p'tites souris
» Les broderies au point compté de la souris
» L'oiseau messager
» Deux oiseau etrange(PV Duscisio)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Les Hauteurs de Poudlard-
Sauter vers: