AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 435
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Mar 16 Jan - 2:18

Dorvan
Qui est l'homme et le monstre ?

Le cours de défense contre les forces du mal l'ennuie profondément, si bien qu'il a trouvé de l’intérêt à une goutte d'eau tombant du plafond jusqu'à un sceau installé dans un coin. Dernier résultat du cours de Travers, un sort mal dosé a été envoyé dans un coin et cela a abîmé une canalisation, qui ne cesse de couler dans un sceau installé par un elfe de maison il y a de ça une heure. Elle sera réparée dés ce soir sans doute, car rien ne reste jamais abîmé longtemps avec la magie. Mais en attendant ça fait une distraction toute trouvée au jeune héritier, qui se moque bien d'entendre parler des Inferis. Il connaît bien ce sujet pour l'avoir étudié avec un de ses précepteurs lorsqu’il était enfant. Ainsi maintenant, aborder ce cours est clairement ennuyant et apparemment il n'est pas le seul, les autres sang-purs eux aussi qui ont eu une éducation on ne peut plus soutenue, connaissent le sujet et donc s'amusent et s'occupent comme ils le peuvent. Evan sursaute lorsqu'il sent la main de sa future femme se poser sur sa cuisse, avant qu'elle ne lui sourit tendrement. Elle l’enlève au moment où la sonnerie retentit dans la salle de classe, annonçant la fin du cours. Il soupire, enfin ! Puis se lève et attrape ses affaires qu'il range dans son sac de cours en cuir de dragon, une grande marque que son père lui a offert à noël. Puis le cale sur son épaule et sans un dernier regard, sans même un mot pour le professeur il quitte la pièce en tenant la main gauche de sa fiancée. Droit, fier, princier, il passe devant les Gryffondors en jetant un regard moqueur vers Sirius, avant de faire signe à Adriel de le suivre. Les Serpentards quittent la pièce et s’engouffrent dans le couloirs en bavardant joyeusement, sans même se rendre compte qu'ils ne sont pas seul. Ils bousculent quelques personnes qu'ils ne voient pas, avant que Allegra ne fonce vers une jeune fille qu'elle envoie contre un mur avec ses affaires.

L'instant aurait pu passer inaperçu si seulement la fille en question n'avait pas balancée une remarque aux Serpents présent. Ils se retournent doucement et Adriel entame un geste vers elle, que Evan arrête en l'attrapant par le bras. « Nous sommes à l'école, n'oublie pas. » L'attaque est adressée à sa fiancée qui garde un visage impassible, quoi que légèrement contrarié d'avoir été abordée de la sorte. Le Rosier pose son regard sur la jeune fille et constate qu'elle est une née-moldue, il la reconnaît car il en a déjà entendue parler. Une telle abomination qui se permet de balancer quelques mots grossiers vers une sang-pure, cela l'aurait fait rire si seulement ce n'était pas à l'image de ce qu'ils vivent. « Notre société part si mal, que de la vermine se permet d'adresser la parole à une princesse. Choquant et honteux. » Dit-il avec un petit éclat de rire sans joie. Puis il tourne son visage vers Allegra et vers Adriel. « Allez en cours, je vous rejoindrais bientôt. Une princesse se doit d'être défendue par son chevalier servant, non ? » Qu'il demande avant de déposer un baiser sur les lèvres de sa fiancée, avec douceur. Ils partent après un dernier regard méprisant et Evan repose ses yeux sur Dorcas. Un regard froid, glacial, mauvais. « Reste à ta place l’infâme, n'oublie pas qui sont tes seigneurs. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 74
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Sam 27 Jan - 1:52



Qui est l'homme et qui est le monstre
Evan Rosier & Dorcas Meadowes
Tu sais, je crois qu'il y a des jours qui débutent mal, se déroulent mal, et qui terminent toujours par un rayon plus lumineux. Parce qu'il faut un équilibre, vraiment, entre l'ombre et la lumière. L'un de vit pas sans l'autre, après tout.
Elle sortit de son cours, avec son sac sur l'épaule, et deux manuels énormes sur les bras. Impossible de les faire entrer dans le sac déjà trop plein - à croire que tous les professeurs avaient décidé de leur faire rendre leur devoir le même jour. Evidemment - après tout c'était bientôt la fin de l'année, et les BUSES, et les étudiante devaient continuer leurs efforts. Si Dorcas était essoufflée, elle n'en montrait rien. Elle avait hâte - pour dire vrai - de voir l'année se terminer. De retrouver son quartier, et surtout de pouvoir profiter de la présence de sa délicieuse voisine aussi souvent qu'elle le voulait. Pouvoir dormir à nouveau dans le lit de Maemi, nue contre elle. La réveiller en l'embrassant - ou plus encore - et n'avoir à se soucier que de cela. Maemi et elle. C'était un sentiment nouveau, qu'elle apprenait à peine à admettre, et elle passait le plus clair de son temps avec le sourire aux lèvres - du coup.
Mais pas à ce moment là. La journée avait mal commencé par une panne de réveil, avant de continuer par un accident de café durant le petit déjeuner - et Maemi avait rit de sa maladresse - avant de devoir courir de salle en salle pour des cours durant lesquels elle avait bien du mal à se concentrer.

Ce qui n'allait pas en s'arrangeant quand soudainement elle se fit entrer dedans par quelqu'un, avant de laisser tomber ses livres et la moitié du contenu de son sac à même le sol. Des serpentards - elle mit pas longtemps à les reconnaitre avec leur prétention, et leur incapacité à s'excuser.
Dorcas - « Ca t'arracherait la gueule de dire pardon ? » Lance-t-elle avec un regard foudroyant vers la demoiselle - aucune chance qu'elle se souvienne de son prénom après tout, Dorcas ne faisait pas attention à ces gens-là. Si elle connaissait des Serpentards c'était pour leur gentillesse ou leur perfection - bien que Maemi soit la seule à pouvoir se vanter de l'avoir atteinte - certainement par pour ces gamins de riches incapables de voir plus loin que le bout de leur nez.
Elle se mit à ramasser ses affaires avant de se lever pour s'apprêter à repartir. Mais c'était sans compter sur la présence d'un de ses serpents sur son passage.
Evan - « Notre société part si mal, que de la vermine se permet d'adresser la parole à une princesse. Choquant et honteux. »
Dorcas - « Je suis donc une princesse ? Bouge de là, Vermine, j'ai mieux à faire que t'entendre te plaindre. » Dit-elle en levant les yeux au ciel, la colère battant dans ses tempes - après tout il était bien amusant de détourner les propos du Serpentard contre lui, mais elle avait aussi ce sentiment que le moment allait être douloureux. Effroyablement douloureux.

Evan - « Allez en cours, je vous rejoindrais bientôt. Une princesse se doit d'être défendue par son chevalier servant, non ? » Dit-il en se tournant vers les deux autres qui partir sans demander leur reste, laissant Dorcas avec ses affaires contre elle - de nouveau - et son sac à l'épaule. Face à --- Evan Rosier. Le nom lui revient soudainement, et il lui semblait bien l'avoir déjà entendu. Certainement pas en bien. Plutôt du style - ne t'approche pas de lui. Fais en sorte qu'il te remarque même pas. - raté.
Evan - « Reste à ta place l’infâme, n'oublie pas qui sont tes seigneurs. » Arquant de nouveau un sourcil, elle laissa tomber un regard pour le moins critique sur le Rosier.
Dorcas - « Je l'oublie pas. Et John, Georges, Paul et Ringo sont même de véritables dieux, si tu veux mon avis. »  Dit-elle avec sarcasme une fois encore - les Beattles battant souvent en fond sonore dans la chambre des Gryffondors. PAs qu'il puisse comprendre la référence cela dit. « Toi par contre tu devrais peut être dire à ta princesse de se souvenir de la politesse. Ca lui ferait pas de mal. Ca pourrait même lui rendre un peu de noblesse en passant. »


_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 435
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Dim 4 Fév - 19:42

Dorvan
Qui est l'homme et le monstre ?

Le comportement de cette étudiante est à l'image de cette école, dévergondé et incorrect. Poudlard, depuis qu'ils accueillent des étudiants issus de familles moldus ou de couples mixtes, est une école qui part à la dérive car ces fameux étudiants ne respectent plus la magie pour ce qu'elle est, mais pour quelque chose d'acquis alors que rien ne leur est offert et qu'ils devraient eux aussi redoubler d'effort pour assurer leur avenir. En conséquence et car ils n'ont pas le niveau requis au début de l'année, le niveau de l'école est revu à la baisse et les enfants issus de familles sang-purs, qui ont eu une bonne éducation basée sur la magie et les sorts élémentaires, s'ennuient fermement en cours et voient leurs capacités être peu exploitée. Ainsi si la bande d'Evan Rosier prend plaisir à ignorer ces intrus qui pullulent dans l'école comme des rats, il devrait en être autrement pour les rats en question qui devraient apprendre à se faire discret, se faire oublier pour ne pas déranger ceux qui leur sont naturellement supérieur. Ce n'est pas difficile certes, mais depuis quelques temps il leur prend l'envie de faire entendre leur voix, alors qu'ils n'ont aucun droit même si le ministère se tue à dire et jurer le contraire. « Ca t'arracherait la gueule de dire pardon ? » L'attaque est gratuite, tout autant que le regard noir qui l'accompagne alors que Evan se retourne, accompagné de sa bande. Elle gueule très fort la lionne, mais elle va apprendre à se souvenir de qui elle est. Alors Evan vient embrasser sa future femme en lui promettant qu'il ne sera pas long, avant d'arranger la veste de son costume tout en posant sur la métisse, un regard des plus sombres. « Je suis donc une princesse ? Bouge de là, Vermine, j'ai mieux à faire que t'entendre te plaindre. » C'est un bref éclat de rire qui lui échappe, lorsqu'il entend l'insulte proférée contre sa personne. Adriel marque un temps d'arrêt devant la pique lancée par la Gryffondor, si ils en jugent par son blason qui brille sur sa veste, mais il part en attrapant le bras d'Allegra. Les autres s'éloignent dans le couloirs, alors qu'il leur adresse un dernier regard avant que son attention se porte sur la fille à la crinière bouclée.

« Je l'oublie pas. Et John, Georges, Paul et Ringo sont même de véritables dieux, si tu veux mon avis. » « Plaît-il ? » Qu'il demande en haussant un sourcil, surpris d'entendre des prénoms aussi originaux sortir de la bouche de cette fille. Il n'en a jamais entendu parler, Ringo ? Est-ce un nom ou un prénom ? Peut-être un surnom sans doute, c'est beaucoup trop excentrique pour en être autrement de toute façon. Pas que le monde magique s'abstienne en excentricité c'est un fait, mais là on touche le fond concernant l'horreur et le manque de goût. « Toi par contre tu devrais peut être dire à ta princesse de se souvenir de la politesse. Ca lui ferait pas de mal. Ca pourrait même lui rendre un peu de noblesse en passant. » « La famille Greengrass est aussi noble et pure que toutes les autres familles de ce monde. Mais comment pourrais-tu le comprendre toi, une née moldue qui est dans un monde qui ne lui appartient même pas. » Qu'il crache avec un geste de la main, comme si il jetait quelque chose en l'air. « Tu es dans cette école et tu te pavanes, comme si tout t'étais acquis. Tu mériterais d'être remise à ta place, comme le rat d’égout que tu es. Condamnée à vivre dans l'ombre et à te servir dans les restes que nous daignerons te laisser, afin que tu puisses survivre une journée de plus dans ta petite vie minable. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 74
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Jeu 8 Fév - 19:16


Qui est l'homme et qui est le monstre  
Evan Rosier & Dorcas Meadowes
Tu sais, enfant je pensais que les sorcières étaient des monstres, comme les loup-garou, les vampires, les goules, les harpies. Elles sont représentées dans les contes pour enfant, et elles se cachent parfois sous les lits. Il parait. Et je ne me trompais pas : certains sorciers sont des monstres.

Elle venait d'un monde où elle était vue de travers parce que sa peau était d'ébène. Elle était fixée, pointée du doigt pour être différente, pour n'être pas si blanche que les autres - étrangère dans un pays où elle était née. Issue d'une origine qui n'était pas tant la sienne mais d'ancêtres perdus depuis longtemps. Pas qu'elle sache si sa grand mère ou son arrière grand mère venait de loin - elle était Anglaise, et c'est tout ce qu'elle savait. Pourtant, il lui était impossible enfant d'ignorer la peur ou l'inquiétude dans le regard des autres. Sauf dans celui de Maemi quand elle était venue à sa rencontre la première fois.
Quand elle s'était découverte différente - pour de vrai - c'était presque rassurant de savoir qu'elle appartenait vraiment à un autre monde. Qu'elle était magicienne, sorcière, avec des pouvoirs. Comme Maemi - et juste pouvoir dire comme était un soulagement. Elle n'était plus seule. Plus totalement.

Puis il y avait eut les sangs purs.
Evan - « Plait-il ? » Elle leva les yeux au ciel, agacée sans pouvoir le cacher. Elle avait été douée pour se taire durant les cinq premières années de ses études à Poudlard. Elle se faisait bousculer, rabaissée, moquée en cours lorsqu'elle ratait un sortilège - les murmures mesquins sur son passage elle avait essayé de les ignorer. Elle baissait la tête, marchait vite, se faisait plus petite. Se faisait oublier comme si elle avait honte d'être ce qu'elle était. Elle l'avait - en plus d'être une sorcière, elle aimait les filles - une fille.
C'était trop.
Dorcas - « Les Beattles ? Du … rock ? Est-ce que tu sors parfois de chez toi, Rosier ? » demanda-t-elle en prenant un air effaré - à présent elle ne se cachait plus. Elle ressentait les vagues de ressentiment, de colère lui lacérer les veines. Depuis ce soir-là, dans les bras de Maemi, tout avait changé. Depuis ce soir-là, elle refusait de baisser le regard. C'était des moments de colères, où elle grognait. Comme une lionne. Comme une Gryffondor. Elle refusait d'avoir honte encore - se battant contre les voix dans sa tête qui lui répétait qu'elle était étrange, dérangée, maudite. Elle les faisait taire à coup d'engueulades avec le reste du monde.

Evan - « La famille Greengrass est aussi noble et pure que toutes les autres familles de ce monde. Mais comment pourrais-tu le comprendre toi, une née moldue qui est dans un monde qui ne lui appartient même pas. »
Dorcas - « Je le sais bien. Les 30 familles de sang purs. L'élite du monde sorcier - blablabla. Vous changez rarement de disque hein ? »  Dit-elle en croisant les bras sur sa poitrine, tentant d'ignorer le mouvement frénétique de son palpitant - elle sentait une sueur froide lui remonter l'échine, et tentait de ne pas tourner les talons pour s'enfuir en courant.
Evan - « Tu es dans cette école et tu te pavanes, comme si tout t'étais acquis. Tu mériterais d'être remise à ta place, comme le rat d’égout que tu es. Condamnée à vivre dans l'ombre et à te servir dans les restes que nous daignerons te laisser, afin que tu puisses survivre une journée de plus dans ta petite vie minable. » Elle grimaça, ne pouvant s'empêcher un pas en arrière, avant d'inspirer profondément. Sa vie n'était pas si minable. Elle était une sorcière. Elle était la petite amie de Maemi Feuerbach. Elle était une Gryffondor. Elle était unique. Elle était exceptionnelle.
Dorcas - « Tu es sûre que c'est moi qui me pavane? Il te manque qu'une couronne et un sceptre pour terminer ta panoplie du parfait p'tit roi. »  dit-elle avec sarcasme levant les yeux au ciel, avant de finalement replacer son sac autour de son épaule, et tenter de plutôt passer à côté de lui pour reprendre son chemin. « Si ca n'te dérange pas, je dois retourner à ma minable vie. A moins que tu veuille la menacer encore un petit peu ? Tu te sens à ce point là en danger par ma présence que tu n'as rien de mieux à faire que de me prouver comme t'es supérieur ? »



_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 435
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Dim 25 Fév - 0:49

Dorvan
Qui est l'homme et le monstre ?

Il se tient bien droit Evan, prêt à mordre si seulement on ose lui dire quoi que ce soit. Par chance les professeurs semblent occupés et personne ne prête attention à la scène qui se déroule dans ce couloirs. Personne, si ce n'est quelques sang-purs qui passent sans relever la tête car tout le monde sait que lorsque Rosier a ce visage fermé, ce sourire cruel, alors il n'est pas bon de traîner dans les parages. Son allégeance n'a aucun secret pour personne, pour preuve il dit tout haut ce qu'il pense et même si il cache encore le tatouage, on ne peut douter qu'il est proche des mangemorts. Si ce n'est qu'il en est membre, évidemment. Mais pour le monde il ne fixe qu'une personne, d'un regard si froid, glacial que lui même a l'impression de se perdre sur le visage de la lionne qui gueule trop fort. Il voudrait lui balancer un sort parfait pour la faire taire, la faire hurler de douleur même mais il y a beaucoup trop de monde pour ça. Il ne peut se permettre de le faire sans que cela ne remonte aux oreilles de ceux qui ne doivent rien savoir. Alors sa baguette reste bien rangée même si son orgueil gonfle le torse, qu'il la regarde de haut et crache sa rage sans aucune douceur. Il a la langue bien acérée tel un serpent le Evan, ça fait mal lorsqu'il mord. « Les Beattles ? Du … rock ? Est-ce que tu sors parfois de chez toi, Rosier ? » Il lève les yeux au ciel lorsqu'il entend les mots qu'elle prononce. Il ne connaît pas ce qui semble être une musique moldue, un style ou il ne sait quoi d'autre. « J'ai mieux à faire vois-tu. » Répond le jeune sang-pur avec un sourire moqueur, de celui qui te fait comprendre que toi tu n'es pas assez évolué pour avoir mieux à faire que courir après un mouvement de mode. Car c'est apparemment ce que c'est, de la simple mode comme le font chaque sorcier dés qu'un balais ou qu'une nouvelle marque de cape sort sur le marché. Ils essayent désespérément de se donner un style, de faire croire à tout le monde qu'ils ont les moyens d'avoir ce qu'il y a de mieux mais en réalité c'est une technique pathétique d'avoir simplement l'air d'être au dessus du panier.

« Je le sais bien. Les 30 familles de sang purs. L'élite du monde sorcier - blablabla. Vous changez rarement de disque hein ? » « Pas tant que vous ne serez pas assez évolués pour comprendre ce que cela signifie. » Qu'il répond avec un signe de la main, comme si il voulait chasser une vulgaire mouche. Il s'agace, ayant l'impression de toute façon de tourner en rond ou d'expliquer a un enfant une leçon qu'il s'entête à ne pas comprendre. Son père aurait déjà depuis longtemps sorti la canne pour lui faire comprendre les mots qu'il refusait d'écouter. C'est peut-être ça qu'il leur faudrait aux nés-moldus, des coups de canne sur le dos afin qu'ils débarrassent l'école et que l'air redevienne pur. « Tu es sûre que c'est moi qui me pavane? Il te manque qu'une couronne et un sceptre pour terminer ta panoplie du parfait p'tit roi. » Elle remet son sac et tente de s'approcher de lui pour passer, mais d'un pas sur le côté il se retrouve devant elle et vient la faire reculer pour qu'elle se retrouve adossée à un mur. Un sourire moqueur sur les lèvres, joueur et presque mauvais, il ne cesse de la fixer sans jamais détourner le regard. Il refuse une seule seconde de baisser les yeux devant elle.

« Parce que je suis né pour régner Dorcas. Mais tu n'es pas de ce monde, tu ne peux comprendre toutes les subtilités de nos traditions. » Qu'il rajoute, en articulant chaque syllabe comme si il se trouvait devant un enfant trop limité pour qu'il ne comprenne. « Si ca n'te dérange pas, je dois retourner à ma minable vie. A moins que tu veuille la menacer encore un petit peu ? Tu te sens à ce point là en danger par ma présence que tu n'as rien de mieux à faire que de me prouver comme t'es supérieur ? » « Je n'ai rien à te prouver. Menacé je le suis certes, mon monde l'est du moins. Vous les nés-moldus et les sang-mêlés n'avez plus aucun respect pour nos traditions, notre monde. Vous ne connaissez pas l'amour de la magie, l'honneur d'avoir un sang qui porte un flux magique. Pour vous tout ceci est normal, logique. Vous prenez notre monde, nos coutumes, vous riez de nos pensées à nous les sang-purs. Nous avons acceptés de vous ouvrir nos écoles, notre vie et qu'est- ce que vous nous donnez en retour ? Rien. Vous vous moquez, vous nous humiliez à chaque fois que vous en avez l'occasion. » Il pose sa main droite contre le mur, juste à côté du visage de Dorcas. « Crois-tu sincèrement que ça soit normal ? Réfléchis bien, comment pourrais-tu accepter cela si tu étais à ma place ? »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 74
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Jeu 1 Mar - 3:01


Qui est l'homme et qui est le monstre  
Evan Rosier & Dorcas Meadowes
Tu sais, il se trouve des jours où j'ai peur de me réveiller, et d'être comme les autres. D'être une fille, simplement, dont la seule inquiétude est d'être noire dans un monde de blanc. Une fille qui se bat pour être acceptée, pour aller à l'école, et réussir sa vie. Puis en me réveillant, j'me rends compte que ma vie c'est cela en vrai.

« J'ai mieux à faire vois-tu. » Levant les yeux au ciel - effarée de voir que le jeune homme ignorait tout des Beattles et des Rolling Stone - ou même de tous les autres, en vrai, comme il ne semblait pas être vraiment intéressé par les groupes de rock Moldu - ce que Dorcas ne pouvait pas comprendre - elle ne pouvait pas l'accepter. C'était désespérant, pas pour autant surprenant. De ce que Maemi avait essayé de lui expliquer, les sangs purs étaient assez encrés dans leurs traditions, dénigrant ce qui pouvait venir du monde moldu. Et Dorcas ne pouvait pas admettre qu'ils soient à ce point fermés d'esprit - réellement - alors qu'ils pourraient découvrir des choses sans nul doute fantastique.
« T'sais pas ce que tu perds. » Grommela-t-elle, éprise d'un courage tirant vers l'imprudence alors qu'elle parlait sans doute à l'étudiant le plus violent et le moins amène à accepter qu'une née mordue lui fasse ainsi la leçon. Elle était cependant fatiguée de raser les murs, de ne pas pouvoir assumer faire partie de ce monde, et de ne pas se sentir comme les autres. Après tout, elle n'avait pas cherché à entrer dans l'école, ou à s'y imposer. On lui avait envoyé sa lettre, on était venue la chercher. Elle avait autant le droit d'être ici que les autres.

Et elle refusait d'entendre qu'elle n'avait pas sa place dans le monde magique. La magie coulait dans ses veines - et elle entendait bien se faire accepter. Même si pour cela elle devait se battre contre un sang pur pas fichu de voir comme il était fermé d'esprit et borné.
« Pas tant que vous ne serez pas assez évolués pour comprendre ce que cela signifie. » Fronçant les sourcils, elle serra les bras autour de sa poitrine, et le défia du regard.
« Eclaire moi, Einstein, qu'est-ce que ca signifie ? »  demanda-t-elle avec cette même verve, commençant à sentir un feu l'étreindre. Elle voulait être prise au sérieux, elle voulait se battre pour cette place dans ce monde-là. Elle voulait faire partie des sorciers. Rien ne lui semblait plus important que ca à ce moment précis. Elle refusait d'entendre qu'elle n'était pas dignes d'être sorcière - ou qu'elle n'y comprenait rien. Elle ne voyait pas ce qui était si difficile à comprendre.

Et soudainement, elle se retrouva contre le mur, Evan Rosier à quelques centimètres et elle eut peur. Elle eut peur, le coeur battant follement contre sa poitrine, et son courage s'évaporant pour une vague de panique. Il était capable de tout de tout - Maemi l'avait prévenue. Et elle le vit, le prédateur. La magie pure - sombre et violente. Celle qui pouvait tuer.
« Parce que je suis né pour régner Dorcas. Mais tu n'es pas de ce monde, tu ne peux comprendre toutes les subtilités de nos traditions. » SAuf qu'elle grogne encore la lionne - suicidaire sans doute - et lui il l'étreint plus fortement encore pour la faire taire, et elle réagit plus. Pétrifié sous le regard du serpent.
« Je n'ai rien à te prouver. Menacé je le suis certes, mon monde l'est du moins. Vous les nés-moldus et les sang-mêlés n'avez plus aucun respect pour nos traditions, notre monde. Vous ne connaissez pas l'amour de la magie, l'honneur d'avoir un sang qui porte un flux magique. Pour vous tout ceci est normal, logique. Vous prenez notre monde, nos coutumes, vous riez de nos pensées à nous les sang-purs. Nous avons acceptés de vous ouvrir nos écoles, notre vie et qu'est- ce que vous nous donnez en retour ? Rien. Vous vous moquez, vous nous humiliez à chaque fois que vous en avez l'occasion. » Elle fronce les sourcils - pas sûre d'avoir été de ce genre à l'humilier, bien qu'elle ne voyait pas pourquoi ils tenaient tant à des coutumes qui semblaient d'un siècle passé. Ou deux. Des coutumes qui ne faisait qu'enfermer le monde dans plus de discrimination et de cruauté.
« T'crois pas plutôt que vous vous refusez le proprés à rester encré dans vos traditions ? L'monde bouge, vous devriez bouger aussi. » Dit-elle en serrant les dents, sachant qu'elle se trouvait dans une position difficile. Il avait le dessus, et sans doute cela s'entendait-il, car elle grognait moins fort déjà.
 Crois-tu sincèrement que ça soit normal ? Réfléchis bien, comment pourrais-tu accepter cela si tu étais à ma place ? »
« A ta place, j'serais pas si borné. Tu protège quoi exactement ? Un monde où on se mélange pas, où on reste chacun de nos côtés sans jamais partager rien ? La roue tourne, le monde change, vous pouvez pas juste prétendre rester à vivre selon des traditions millénaires. »  Elle trouvait ca stupide - vraiment. « Vivez avec votre temps - les nés moldus et les sang mêlés ont autant l'droit d'apprendre la magie que vous. C'est tout. Faut t'y faire. »




_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 435
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Jeu 8 Mar - 23:45

Dorvan
Qui est l'homme et le monstre ?

« T'sais pas ce que tu perds. » Son honneur, voilà ce qu'il ne perd pas en refusant de se frotter à cette vermine qui pullule comme des rats. Au moins il a sa conscience pour lui, la fierté de ses parents et la sienne, intacte alors que d'autres vendent le nom de leur famille pour s'accoquiner avec les nés-moldus. Il a en tête la famille Weasley, Potter ou même les Londubat qui sont une famille pure sur plusieurs générations, mais qui défendent farouchement le bien vivre ensemble et l'ouverture de Poudlard. Une honte, ils ne devraient plus avoir l'honneur d'être inscrit sur la liste des 28 sacrés. Et mieux encore ils devraient perdre leur bien, leur possession acquise grâce aux titres mais aussi leur blason, qui n'a plus rien de noble ou d'honorable. Lui reste droit dans les idées de ses ancêtres, il leur fait honneur et il sait que cela va dans son sens, qu'il ne renie pas les siens pour une question d'ouverture d'esprit. Plutôt mourir que de s'approcher des nés-moldus et de leur souhaiter bienvenue dans ce monde, son monde dans lequel il est né, dans lequel il mourra sans aucun doute. Son monde qui devrait être caché, protégé, choyé mais qui est lancé au milieu des charognards comme un bout de steak bien saignant. Parce que les moldus ne méritent rien, mais veulent tout ce que les sorciers ont acquis depuis des siècles.

Mais alors qu'elle tente de rugir la lionne, elle se retrouve devant le serpent qui s'enroule autours d'elle et menace de lui briser les os d'la main. Et il se gênera pas pour briser chaque recoins de ce corps, chaque morceau qu'il pourra atteindre. Il se gênera jamais de se défendre dans ce qui est son monde, pour défendre ce qui lui appartient de droit. « T'crois pas plutôt que vous vous refusez le progrés à rester encré dans vos traditions ? L'monde bouge, vous devriez bouger aussi. » « A accepter l'progrès comme tu dis, on en perd tout ce qui fait de nous des sorciers de sang-pur. » Qu'il dit comme si c'était une évidence, avec les yeux qui se relèvent vers le plafond. Il a l'impression d'parler à un limité d'esprit, c'est un peu triste de s'entrechoquer à quelqu'un qui ne cherche même pas à comprendre. « A ta place, j'serais pas si borné. Tu protège quoi exactement ? Un monde où on se mélange pas, où on reste chacun de nos côtés sans jamais partager rien ? La roue tourne, le monde change, vous pouvez pas juste prétendre rester à vivre selon des traditions millénaires. » Elle grogne la lionne mais n'ose pas rugir trop fort, de peur des retombées du serpent. Et ça l'fait sourire plus fort à Evan, de voir que d'un regard il parvient à la faire se ratatiner dans ses baskets de moldu. Elle a pas l'courage et ça l'fait presque jubiler, satisfait de ce pouvoir qu'il peut avoir sur elle. « Et de quel droit tu peux te permettre de venir dans notre monde, toi la p'tite moldu qui réclame ce qui ne te revient d'aucun droit ? » Qu'il demande en fronçant les sourcils.

« Vivez avec votre temps - les nés moldus et les sang mêlés ont autant l'droit d'apprendre la magie que vous. C'est tout. Faut t'y faire. » « L'droit ? En quel honneur ? Celui d'avoir brûlé les nôtres à Salem ? Celui d'avoir persécuté les nôtres en France, en Angleterre, soit disant parce qu'elles fricotaient avec le démon alors qu'elles pratiquaient simplement leur magie ? Vous tuez, vous détestez tout ce que vous ne comprenez pas. De quel droit tu peux accéder à tout ça ? » Qu'il demande en désignant d'un geste le château, d'un geste ce qui appartient aux sang-purs et non pas à ceux qui se permettent d'envahir leur monde sans même regarder qu'il a déjà des seigneurs. Finalement il fini par la lâcher et se recule un peu, pour lui laisser le temps de respirer mais aussi car il frôle la retenue ou le blâme si quelqu'un le voit agir de la sorte avec la 5eme années. Alors méfiance, il doit se souvenir qu'il est à école et non pas encore dans la vie active. Bientôt il sera libéré de cette école et il pourra faire comprendre à la vermine qu'elle doit quitter ce monde.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 74
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Dim 18 Mar - 21:27


Qui est l'homme et qui est le monstre  
Evan Rosier & Dorcas Meadowes
Tu sais, j'ai souvent penser que la magie était un cadeau. Et puis il y a des jours où les regards, les grimaces, et les insultes m'ont fait comprendre que c'était pas tant un cadeau qu'une malédiction - ou alors une de ces choses pour lesquelles il faut se battre pour prouver qu'on les mérite.

Elle reste le regard fixe, la lionne, trouvant un courage qu'elle a ravalé trop longtemps. Elle veut pas baisser les yeux, continuer de penser qu'elle a pas sa place parmi les grands de ce monde - ou ceux qui prétendre l'être. Dans ce monde-là, ils se pensent princes et sang pur - sans pur, comme si leur sang bleu et royal coulait dans leurs veines, expliquant une hiérarchie imposée au reste des sorciers. Imposée, parce qu'il ne se trouvait pas d'autres explications à ce qu'ils se pavanent de la sorte, gueule que le monde magique n'est qu'à eux, et qu'ils devaient se débarrasser de leurs ennemis. Ceux qui sont là pour leur voler leurs biens, leurs monde, leur magie - qu'importe. Pourtant, elle n'avait pas le sentiment de voler quoi que ce soit, Dorcas, suivant simplement des cours dans une école où elle était inscrite depuis qu'elle était enfant, sans le savoir. Parce qu'elle ne l'avait appris qu'à l'aube de sa onzième année, lorsqu'un professeur avec un chapeau pointu était venu prendre le thé chez elle. C'était une surprise, un cadeau, un possible qui s'ouvrait sur un chemin qu'elle n'aurait jamais cru possible. Et pourquoi se le refuser ? Elle n'avait pas volé la magie de qui que ce soit - elle avait le droit d'être ici.
Alors elle grogne, en ignorant un temps le fait qu'elle fasse pas le poids. Elle réfléchit par la lionne, quand elle fait face à Evan Rosier - ignorant les rumeurs, et les "on dit" sur un type qu'elle voit uniquement comme un autre étudiant débile de cette école. Prétentieux. Arrogant.
« A accepter l'progrès comme tu dis, on en perd tout ce qui fait de nous des sorciers de sang-pur. »
« La question c'est : est-ce que ca serait vraiment une si grosse perte ? » Qu'elle demande avec dérision - voyant pas ce qu'il se trouve de si fantastique à être de "sang pur" - c'était trop abstrait comme idée. Etaient-ils meilleurs magiciens ? Ou étaient-ils de ce fait plus… forts ? rapide ? doué ? aucune idée - elle ne comprenait pas, préférant froncer les sourcils, et croiser les bras sur sa poitrine, alors qu'elle refusait de détourner le regard d'Evan - elle se perdait dans son regard, frissonnant de le voir soudainement plus dur. Plus cruel.
Puis foudroyant encore.

Et elle attaque à nouveau, serrant les dents sans pouvoir se contenir, les mots allant contre sa langue sans qu'elle les réfléchisse avant - elle est bornée, la lionne, et imprudente. C'est sans doute pour cela que rapidement elle se retrouve entre les griffes du Serpent, et se trouve incapable de bouger - collée contre le mur, le regard froid rivé sur elle, et plus aucune pensée qui la traverse.
« Et de quel droit tu peux te permettre de venir dans notre monde, toi la p'tite moldu qui réclame ce qui ne te revient d'aucun droit ? »
« Réclamer quoi, crétin ? J'suis née magique, comme toi, je te l'ai pas volé. » Elle perd patience - autant que prudence. Levant les yeux au ciel, devant une telle accusation. Car après tout, qu'avait-elle volé de si précieux ? Elle n'avait pas demandé à se trouver ici, au départ, prenant juste la chance qui lui était offerte. Rien de plus - rien de si grave qu'un vole. ET elle prenait pour elle l'accusation, refusant de se penser coupable. Elle préférait le penser fou. Et s'il préférait vivre dans le temps ancien, c'était son droit - mais alors il devait bien supporter le progrès sans chercher à se formaliser de voir des nés moldus ou des sangs mêlés dans une école de magie. Ils étaient des sorciers avant tout. Il avait le droit d'être ici.
«  L'droit ? En quel honneur ? Celui d'avoir brûlé les nôtres à Salem ? Celui d'avoir persécuté les nôtres en France, en Angleterre, soit disant parce qu'elles fricotaient avec le démon alors qu'elles pratiquaient simplement leur magie ? Vous tuez, vous détestez tout ce que vous ne comprenez pas. De quel droit tu peux accéder à tout ça ? » Il désigne le château et elle perd le nord - le souffle, la logique. Elle l'pousse sans comprendre pourquoi, peut être comme il se tient trop proche et la domine. Qu'elle refuse de se laisser dominer de la sorte par un homme - ou par quiconque pour ce que ca vaut.
« Alors j'suis responsable pour les meurtres datant d'il y a trois siècles ? Sérieusement ? Et c'aussi parce qu' on a brûlé des sorciers que tu justifie les tueries d'nés moldus aujourd'hui ? En quoi ca vous rend meilleur que nous exactement hm ? »



_________________
you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 435
Date d'inscription : 04/09/2016
Localisation : Ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   Mer 4 Avr - 21:54

Dorvan
Qui est l'homme et le monstre ?

« La question c'est : est-ce que ca serait vraiment une si grosse perte ? » Il laisse éclater un rire sans joie, avant de lever les yeux au ciel. « Tu serais plus assidue en cours d'histoire de la magie, tu saurais que tout cela existe grâce aux sang-purs. Mais aussi grâce à ceux qui sont progressistes et qui ont acceptés que leur monde s'ouvre aux gens comme toi. » Dit-il avec un petit sourire supérieur, celui du grand frère qui enseigne à la petite sœur trop limitée pour comprendre quelque chose qui la dépasse, pour saisir toutes les subtilités d'un sujet. Il parle et il a le sourire aux lèvres, de voir qu'elle panique qu'il soit trop proche, trop menaçant d'elle, trop dangereux pour qu'elle ose feuler trop longtemps. Elle sait ce dont il est capable, elle sait que sa réputation dépasse les murs de l'école et tout le monde est au courant du caractère du jeune héritier. Personne ne peut prétendre le contraire, Evan tuerait pour chacune de ses idées, sans la moindre hésitation. « Réclamer quoi, crétin ? J'suis née magique, comme toi, je te l'ai pas volé. » Il grimace à l'insulte avant de se dire que de toute façon il ne peut se vexer de voir l'être inférieur attaquer de la sorte, lorsqu'on a plus rien on essaye de mordre comme on peut c'est presque scientifique.

Pourtant alors qu'il attaque encore avec quelques mots bien choisis, elle ose se rebeller pour la première fois et le repousse assez fort pour qu'il recule d'un bon mètre. D'abord surpris, il vient serrer les dents avec regard brûlant de toute cette rage qui monte en lui. Il voudrait lui dire de ne plus jamais le toucher mais il n'a pas le temps, car elle vient lui rugir dessus comme le petit chaton qu'elle est, bien loin de l'image du beau lion à la crinière aussi grande que son orgueil. « Alors j'suis responsable pour les meurtres datant d'il y a trois siècles ? Sérieusement ? Et c'aussi parce qu' on a brûlé des sorciers que tu justifie les tueries d'nés moldus aujourd'hui ? En quoi ca vous rend meilleur que nous exactement hm ? » « Nous ne faisons que défendre ce qui nous appartient, ce pourquoi nous sommes nés ! » Dit-il sur le même ton qu'elle, en haussant la voix. Il se moque d'être entendu, ce qui serait étonnant car ce couloirs est bien peu fréquenté par les autres étudiants de l'école. « Le respect et l'amour de la magie, l'humilité face à ce que nous acceptons de partager avec vous. C'est cela ce que nous demandons, mais vous ne comprenez rien. Tout vous est acquis, comme des enfants capricieux ! » Dit-il en lui crachant presque dessus, tout en la regardant de haut en bas comme une salissure sur un tissu précieux. « Jamais tu m'entends, ne t'avise plus jamais de me toucher de la sorte. Si ce n'est pas ici et maintenant, ce sera dans quelques mois mais je te jure de te couper les mains si tu oses me retoucher encore. » Il s'approche d'elle et pose son visage à quelques centimètres de celui de la métissée. « Tu la sent cette angoisse qui monte en toi quand je te menace comme ça, n'est-ce pas ? Tu sais que je le ferais, tu sais que je suis capable de tout. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui est l'homme et qui est le monstre ? Dorcas/Evan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l'homme est monstrueux et le monstre est humain
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» L'ex homme fort d'Haiti est un égoiste...
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Monture sang-froid et homme lézard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Troisième étage-
Sauter vers: