AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 249
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain   Lun 26 Fév - 14:04


When I pronounce the word Silence, I destroy it
When words become unclear, I shall focus with photographs. When images become inadequate, I shall be content with silence.
Ce que Severus aimait plus encore qu'étudier, c'était d'étudier à l'extérieur lorsque le temps le permettait. Pour une fois, le temps jouait en sa faveur, il faisait clair, sec et même bon en réalité. Dès lors, il avait quitté l'étouffant château pour aller s'aérer les neurones non loin du lac, dans un endroit calme et assez éloigner de ses autres camarades pour avoir une réelle paix intellectuelle. Il devait aujourd'hui avoir une autre conversation avec son gardien attitré et puisqu'il faisait si beau, il avait préféré lui envoyer un message pour déplacer le lieu du rendez-vous. Autant profiter un maximum de ce beau temps et en faire profiter l'auror stationner à Poudlard au moins jusqu'à la fin officielle de l'année scolaire et qui finirait par tourner chèvre.

Au fil du temps et des entretiens avec l'auror Robards, Severus avait réussi ce qu'il pensait impossible, parler de tout et de rien de façon suffisamment détachée pour qu'on ait l'impression qu'il avait toujours apprécier ça.  Avec la fin de l'année, venait également d'autre soucis dans son viseur, comme de savoir ce qu'il allait bien pouvoir faire du pauvre héritage familial et par extension de la vieille bicoque qui lui servait jadis de foyer familial. Il ne mentirait pas, il n'avait aucune envie de retourner à l'impasse du tisseur et de se faire assaillir à nouveau par les souvenirs noirs accrocher à ces murs comme des botrucs à un arbre. Il avait bien décidé d'en parler à celui qu'il considérait à présent comme étant plus proche d'un père à ses yeux que son propre géniteur. Il se souvenait de la proposition de l'homme plus tôt dans l'année de venir loger chez lui le temps nécessaire, mais oserait-il franchement lui demander si la proposition tenait toujours ? Rien n'était évidemment moins sûr.

Severus était maintenant plongé dans un livre d'astronomie pour rédiger un devoir à rendre dans quelques jours au professeur Lacroix. Il avait déjà sorti son encrier et son parchemin vierge en vue de le noircir de ses pattes de mouches. Il venait d'ailleurs de commencer et avait déjà rempli un bon quart de son parchemin, lorsqu'il entendit des pas venir à lui et s'arrêter à sa hauteur. Sans relever les yeux se sa copie, il salua son interlocuteur. " Je constate que tu as eu ma note… " il mit un point final à sa phrase et se mit à ranger ses affaires d'écriture avant de secouer un peu son parchemin pour faire sécher l'encre. " J'ai pensé que pour une fois, prendre l'air nous ferait du bien et que la conversation n'en serait que plus agréable. " Il posa ses yeux sombres sur Gawain et esquissa un début de sourire avant de regarder à nouveau son travail. Satisfait, il le glissa dans son livre dans l'optique de reprendre l'écriture après son entretien particulier. " Cela doit te réjouir de penser que l'année sera bientôt finie. Au revoir Poudlard, au revoir les élèves casse pied… Au revoir certain professeur gênant… " Lorsque ses affaires complètement ranger, Severus remonta ses talons sur la pierre où il trônait maintenant depuis quelques heures déjà et tourna toute son attention sur le plus âgé. " Hâte de rentrer chez toi ? "

code by bat'phanie

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 162
Date d'inscription : 31/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain   Mar 27 Fév - 17:16

Malgré les quelques mois écoulés, on ne pouvait pas prétendre que la vie de Gawain avait radicalement changé par rapport à ce qu'elle était quand il avait été affecté à Poudlard. Il était toujours aussi ronchon, toujours aussi solitaire et toujours célibataire. Il continuait même toujours a avoir des entretiens réguliers avec Severus. Cela faisait partit de leurs conditions et le Serpentard les avait respecté à la lettre., même si au départ il venait plutôt à reculons, il semblait à l'auror que le jeune homme avait finit par apprécier leurs échanges.

Pas une fois encore ils n'avaient abordé de sujets trop délicats, Gawain l'avait promis au jeune homme, il attendrait qu'il soit prêt et qu'il ait envie d'aborder le sujet et si ça ne venait jamais, tant pi, ils n'en parleraient jamais. Mais ils en étaient tout de même venus à parler de choses plus privées et importantes aux yeux du plus jeune que la pluie et le beau temps. D'ailleurs, depuis peu, il s'était mis à le tutoyer et cette barrière en moins semblait en faire tomber beaucoup d'autres. Severus était désormais nettement plus naturel et détendu lors de leurs discutions.

Aujourd'hui d'ailleurs, ils devaient se voir pour leur entretien et Gawain avait reçu sans trop de surprise, un mot lui indiquant que le jeune homme préférerait profiter du parc plutôt que de rester enfermé et lui, il n'y voyait absolument aucun inconvénient. Aussi, à l'heure prévue, il se rendit dans le parc et trouva facilement le jeune homme dans un coin reculé à la lisière de la forêt interdite.. Il s'approcha de lui sans se presser, il était en train d'étudier, ses affaires autours de lui une plume dans la main, occupé à noircir un parchemin.

" Je constate que tu as eu ma note… "

- Et moi je constate que tu reconnais mon pas... Sourit l'auror.

Il n'avait même pas levé la tête et même si leur rendez-vous était prévu, n'importe qui aurait put s'approcher de lui pour lui parler. Il l'observa ranger ses affaires ans rien ajouter.

" J'ai pensé que pour une fois, prendre l'air nous ferait du bien et que la conversation n'en serait que plus agréable. "

Oui aussi. Gawain était plutôt casanier, mais il n'avait rien contre le fait de passer un peu de temps à l'extérieur et puis au moins ici il y avait peu de chances pour qu'il soit dérangés. Dans ses appartements, les gens savaient le trouver, mais là, il faudrait qu'ils fouillent une bonne partie du domaine (avec de la chance) avant de mettre la main dessus.

" Cela doit te réjouir de penser que l'année sera bientôt finie. Au revoir Poudlard, au revoir les élèves casse pied… Au revoir certain professeur gênant… "

Gawain tiqua. Mais il ne fit aucun commentaire pour le moment. Cependant il se demandait de quel professeur le jeune homme voulait parler exactement. Il préféra plutôt se concentrer sur la première partie de la question, là au moins il n'y avait aucun sous-entendu.

- Oui j'ai hate de retrouver mon appartement... Au moins là bas j'ai pas de rondes à faire la nuit dans les couloirs venteux... Mais je pense qu'ils vont m'y recoller l'année prochaine... Ou bien ils changeront les équipes, je ne sais pas....

Il ne fit aucun commentaire sur le fait de se retrouver seul ou non dans l'appartement. Il se souvenait très bien qu'il avait proposé, des mois plus tôt, à Severus de venir loger chez lui le temps de ses études s'il trouvait trop difficile de retourner chez ses parents. D'ailleurs, le brun ne lui avait pas répondu et ils n'en n'avaient pas reparlé. Gawain ne voulait pas que le Serpentard se sente harcelé ou obligé de venir sous l'insistance de l'auror.

" Hâte de rentrer chez toi ? "

Gawain se contenta d'un léger sourire, le regard perdu dans ses réflexions. Il marchait toujours sur des oeufs quand il parlait avec Severus. Au début, c'était surtout pour ne pas brusquer le jeune homme, mais maintenant qu'ils étaient tout deux plus à l'aise, c'était surtout parce qu'il avait conscience de ne pas être des plus pédagogue.

- Et toi ? Demanda-t-il doucement.

Après tout, il était peut-être temps de ré-aborder le sujet de la maison de ses parents. Oui, peut-être que cette question n'était pas si innocente de la part du Serpentard et qu'il cherchait à savoir si l'auror se souvenait de sa proposition.

- Te sens-tu prêt à retourner là bas ?

Faire en sorte que Severus parle de ce qu'il ressentait n'était jamais une mince affaire. Généralement l'auror y parvenait quand le plus jeune était bouleversé et engageait lui-même ses questionnements existentiels. Ou bien quand il réussissait à être assez détendu et que le sujet n'était malgré tout pas trop personnel. Comme la façon dont il appréhendait les examens de fin d'année par exemple. Mais là, parler de la maison de son paternel revenait à ramener à la surface de sa mémoire ce qui s'y était passé (pas que l'auror pense que le Serpentard réussisse un jour à l'oublier) et les circonstences de leur rencontre.

- Je ne sais pas si tu te souviens ou même si tu avais pris cette proposition au sérieux à l'époque... Mais tu sais, si tu préfères ne pas retourner là bas... Ma chambre d'ami est toujours libre...

Autant lui ôter le doute sans trop insister. Au moins il réitérait sa proposition, la laissant ouverte à toute acceptation ou tout refus et n'obligeant pas le Serpentard à demander... Il aurait put s'obliger à retourner dans la maison de son enfance juste pour ne pas avoir l'impression de réclamer la charité. Gawain s'en doutait bien maintenant.

_________________





Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 249
Date d'inscription : 12/12/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain   Dim 25 Mar - 16:43


When I pronounce the word Silence, I destroy it
When words become unclear, I shall focus with photographs. When images become inadequate, I shall be content with silence.
L’observation avait toujours été l’un des grands points fort du Serpentard. Une observation assidue qu’il avait développé très jeune, dans les circonstances malheureuses de son enfance et qu’il avait développé au cours des années, que ce soit pour « survivre » dans la maison familiale ou pour éviter les coups fourrés de ses camarades scolaires. Reconnaître le pas de quelqu’un faisait partie de ses observations, il en apprenait énormément quand il écoutait le son qu’émettait les pieds sur le sol. Chaque démarche est différente et la force avec laquelle le pied frappe le sol peut donner des renseignements sur les émotions qui passent dans le cerveau de la personne ou donner des informations sur son état tout simplement. Dès lors, il sourit pauvrement lorsque Gawain lui fit remarquer qu’il reconnaissait le sien. « J’ai appris ça dès mon plus jeune âge. Je savais dire en écoutant le pas de mon père s’il était ivre ou pas, s’il était en colère ou s’il était de bonne humeur. Ainsi, je savais anticiper ce qui allait arriver. Est-ce qu’il allait passer ses nerfs sur ma mère et moi, est-ce qu’elle allait avoir droit à un peu de répits et moi aussi… Depuis, c’est quelque chose que je fais instinctivement. J’enregistre mentalement le son de la démarche naturelle des gens qui me côtoie et je l’interprète quand ils approchent de moi. Ici, ça m’a valu d’éviter quelques coups foireux et de pouvoir éviter des gens que je ne voulais pas croiser. Voilà comment j’ai échappé à Gwennyn après le malencontreux incidents dans le couloir… Enfin, ce n’est qu’une toute petite partie de ce que j’analyse machinalement maintenant

Le jeune homme croisa ses bras sur ses genoux en regardant les reflets du soleil sur le lac qui ondulait doucement sous l’assaut du courant et probablement des créatures vivant sous la surface. C’était la première fois qu’il reparlait de son vécu avec l’auror, mais il ne le regrettait pas, il se sentait de plus en plus prêt à remettre le sujet sur la table et par extension à en parler à une autre personne chère à son cœur. Il tourna ses yeux bruns vers son interlocuteur et esquissa un demi sourir. Il se souvenait encore de sa petite sortie au point du jour où il avait surpris l’auror et un certain professeur sortant d’un placard du sixième ou septième étage. Une vision, une analyse qui ne lui avait pas vraiment plu de faire et qui l’avait éclairé sur les douleurs profondes qui pouvait ronger son mentor. « Pas de chance… enfin, tu peux peut-être demander à être affecté ailleurs en… laissant sous-entendre que tu as des difficultés avec quelques-uns des membres du corps professoral. Pas besoin d’énoncer de qui il s’agit toutefois. Oui… j’ai vu quelque chose que je ne devais probablement pas voir… et analyser dans le même temps. Maintenant, j’espère me tromper, mais… je me trompe assez rarement, malheureusement… Je n’ai jamais rien eu contre Rosebury, mais je sais qu’il t’a fait du mal d’une certaine façon… et que tu lui en a fais, d’une autre façon… Et c’est triste. Enfin, c’est ce que j’ai ressenti… énormément de douleur et de tristesse. Mais soit, ce ne sont pas mes affaires, mais si tu veux un jour en parler… je saurais écouter. Pas simplement entendre, écouter. Et non, je ne te dirais pas ce que je faisais hors de mon dortoir si tôt le matin. » Conclu-t-il sur un ton léger pour détendre l’atmosphère.

Le sujet qu’il voulait aborder arriva de lui-même et il grimaça très nettement à l’idée de devoir passer le grill aussi vite et surtout en voyant s’imposer à lui l’image de l’horrible vieille maison dans laquelle il était censé retourner vivre. Il reposa ses yeux foncés sur le lac et soupira. « Est-ce qu’on est un jour prêt à rencontrer les fantômes du passé ? Surtout lorsqu’ils sont aussi récents… J’ai toujours eu l’impression que l’âme de ma mère était toujours là et chaque fois que j’y retournais, j’avais la boule au ventre. Maintenant, ils sont deux là-dedans… et je n’ose pas imaginer la haine qui doit habiter cette maison maintenant qu’il est… mort. » Il soupira avant de poser son menton sur ses bras croisés. « Je ne veux pas y retourner… je ne le voulais déjà pas après la mort de ma mère, mais je n’avais pas le choix. Aujourd’hui, le choix je l’ai, je le sais… Mais… j’ai toujours dû me débrouiller tout seul. J’ai l’impression de profiter si j’accepte ta proposition et d’un autre côté, j’en ai très envie. Mais, je promets de faire en sorte de ne pas m’éterniser. Je dois bien pouvoir trouver un job au chemin de Traverse pour payer mes études et trouver un studio ou un truc approchant après la vente de la maison. Si on pouvait la raser… ça m’arrangerait. »


code by bat'phanie

_________________


Halfblood Prince


Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 162
Date d'inscription : 31/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain   Jeu 29 Mar - 15:18

Quand Severus faisait référence à son père, Gawain restait silencieux. Ça n'était pas par manque d'intérêt, loin de là. C'était tout de même l'une des raisons principales qui les avait poussé à continuer ces petites entrevues privées. Mais Severus ne faisait finalement que peu référence à son père, sans doute parce qu'il estimait en avoir fait le tours en évoquant ses maltraitances sur sa personne. Gawain ne l'avait jamais poussé à en dire plus que ce qu'il ne le souhaitait et ça n'était pas maintenant qu'il s'ouvrait d'avantage qu'il ferait la bêtise d'agir de la sorte. Il préférait se concentrer sur le reste de son dialogue, en retirer le positif : Severus avait un grand sens de l'observation et une bonne ouïe.

Il n'était pas lui-même un adepte de l'optimisme, mais pour aider Severus, il s'y efforçait car le jeune homme n'avait - quelque mois en arrière en tout cas - que peu de raison de voir le bon côté de la vie. Jusqu'à présent, on lui avait plutôt fait vivre les mauvais et quand sa vie se résumait à la peur, la solitude et la souffrance depuis toujours, on ne pouvait pas faire preuve d'optimisme de façon naturelle. Mais à présent, Severus semblait tout de même un peu plus heureux dans sa vie. Son père ne lui ferait plus jamais le moindre mal, la bande de Potter semblait lui fiche la paix et il s'était même fait une amie qu'il refusait de voir comme une petite amie alors que pour Gawain, il ne suffirait que de peu de choses. Et puis il y avait lui aussi... Lui : Gawain. Qui se comportait à la fois comme un père, un grand frère, un ami, un psy, un conseiller... Il espérait que leurs petits tête à tête lui faisait du bien et l'avaient aidé à alléger le poids qu'il portait sur ses épaules.

Il le laissa plutôt porter le sujet à sa guise et ils en vinrent à parler de la fin de l'année. Sujet plutôt facile étant donné la proximité de cette dernière avec les examens de fin d'études et du bal. Bal auquel Gawain ne préférait pas faire référence pour le moment. Il répondit à la curiosité de Severus à propos de sa hate de quitter le collège et retrouver le calme de son chez lui. C'était une autre chose qu'il ne faisait pas naturellement : se confier sur ses propres pensées. Mais puisqu'il avait demandé à Severus de bien vouloir le faire avec lui, il lui devait bien de faire de même quand il lui prenait l'envie d'être curieux et puisqu'il n'aimait pas le mensonge, il faisait son possible pour être honnête.

La réponse de Severus fut accueillie par une succession de haussement et de froncement de sourcils, sans parler de sa bouche qui s'ouvrit quatre fois et se referma aussi sec sans avoir prononcé le moindre mot. Malgré tout, la fin de la tirade tira un sourire amusé à l'auror. Comme s'il s'attendait à ce que Severus s'explique sur son escapade nocturne. A ses yeux, pour être tout à fait honnête, le plus important c'était que le Serpentard ne se soit pas fait prendre. Il savait donc pour Lysander... Ou du moins leur passage forcé dans ce foutu placard à balais. La mâchoire de Gawain se contracta un instant lorsqu'il y repensa alors qu'il essayait de cacher ses émotions et pensées. Il n'était lui-même plus très sur de ce qu'il ressentait toujours ou non pour le professeur et il ne pensait pas que Lysander soit dans un meilleur état que lui à l'heure actuelle, même si les deux hommes étaient tout aussi bornés pour refuser de l'admettre.

- Le professeur Rosebury et moi c'est de l'histoire ancienne.

Il ne savait plus s'il avait déjà évoqué sa bi-sexualité en présence de Severus, mais le jeune homme ne semblait pas plus que choqué que cela de les avoir vu sortir quelques peu débraillés d'un placard à balais au beau milieu de la nuit. Il n'avait pas menti, il avait été honnête avec Severus, mais il ne souhaitait pas s'éterniser sur le sujet parce qu'au final il n'était même plus trop sur de la légitimité de leur séparation après cette nuit dans le placard. Il préféra donc lui retourner la question à propos de la fin de l'année et Severus fut nettement moins à l'aise comme l'auror ne manqua pas de le remarquer.

« Est-ce qu’on est un jour prêt à rencontrer les fantômes du passé ? Surtout lorsqu’ils sont aussi récents… J’ai toujours eu l’impression que l’âme de ma mère était toujours là et chaque fois que j’y retournais, j’avais la boule au ventre. Maintenant, ils sont deux là-dedans… et je n’ose pas imaginer la haine qui doit habiter cette maison maintenant qu’il est… mort. »

Gawain fronça légèrement les sourcils, un air affecté se lisant sans peine sur son visage sérieux. Il n'avait pas tors, on était jamais bien heureux de retourner dans un endroit qui représentait tellement d'années de malheurs.

« Je ne veux pas y retourner… je ne le voulais déjà pas après la mort de ma mère, mais je n’avais pas le choix. Aujourd’hui, le choix je l’ai, je le sais… Mais… j’ai toujours dû me débrouiller tout seul. J’ai l’impression de profiter si j’accepte ta proposition et d’un autre côté, j’en ai très envie. Mais, je promets de faire en sorte de ne pas m’éterniser. Je dois bien pouvoir trouver un job au chemin de Traverse pour payer mes études et trouver un studio ou un truc approchant après la vente de la maison. Si on pouvait la raser… ça m’arrangerait. »

Vendre la maison entière lui rapporterait surement plus d'argent que de vendre une ruine sur un terrain. Déjà qu'elle n'était pas vraiment bien entretenue par un père alcoolique et fainéant... L'auror resta silencieux un instant avant de décider de venir s'asseoir à côté de Severus. Pas trop près pour ne pas prendre le risque de le toucher par inadvertance, mais pas trop loin non plus pour qu'il ne se sente pas tel un pestiféré. Au fil de leurs rencontres, il avait appris à le faire de façon tout à fait naturelle et à présent on pouvait aisément croire qu'il le faisait sans penser au mal-être qui habitait le jeune homme depuis trop d'années.

- Si le coeur t'en dit, je pourrais aller retaper quelques trucs dans la maison pour que ça te rapporte plus d'argent... Et puis il faudra que tu ailles faire le tris... Je t'accompagnerais si tu ne souhaite pas être seul... Et ça se comprendrait tu sais.... Que tu ne veuille pas y aller tout seul.

Il attendit quelques secondes avant d'ajouter.

- Mais rien ne presse... Tu as tout le temps.. Et tu ne me dérangeras pas, sinon je ne proposerai pas.

Gawain laissa un instant planer le silence en observant le lac, puis il décida d'essayer de détendre l'atmosphère.

- Et le bal alors ? Tu comptes t'y rendre ?

_________________





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain   

Revenir en haut Aller en bas
 
When I pronounce the word Silence, I destroy it ᚖ Gawain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gabriel ∂ A word before, is worth two behind.
» Istwa lang kreyol lakay ak devlopman gramè a
» Perfect World
» Les pire moments de fluff
» Débriefing Mesnil en 3000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: La forêt interdite-
Sauter vers: