AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un refuge auprès de toi [Hapsie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 435
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Mer 14 Mar - 18:25

Un refuge auprès de toi

Hapsie


Remember those walls I built... Well, baby, they're tumbling down, And they didn't even put up a fight, They didn't even make a sound. I found a way to let you win, But I never really had a doubt. Standing in the light of your halo, I got my angel now. It's like I've been awakened, Every rule I had you break it. It's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.
Ce n'est pas rare de croiser Happy à la bibliothèque, sûrement parce que son désir de connaissances la pousse depuis son plus jeune âge au milieu de livres parfois trop volumineux pour être digestes. A dire vrai, lorsqu'elle n'est pas au sommet de Poudlard à contempler les étoiles, elle est perdue parmi ces immenses étagères où elle cherche quel ouvrage n'a pas encore attiré son attention. Elle lit de toutes les plumes, de tous les styles, des fictions les plus stupides qui font fantasmer les adolescents aux énormes livres d'arithmancie qui les font fuir. Pourtant, depuis une vingtaine de jours, c'est sur un autre type de lecture qu'elle s'est penchée : les sortilèges. Ça, et un livre de psychologie qu'elle a emprunté à Toby la semaine dernière, même si elle trouve ça idiot.

S'intéresser à des ouvrages parlant de sorts qu'elle ne maîtrise même pas, cela peut paraître stupide, mais c'est simplement la manifestation de son désir de s'améliorer. De palier son piètre niveau, ou en tout cas de progresser. D'essayer, surtout, parce que la porte récemment explosée de ses appartements à Poudlard peut témoigner de l'un de ses cuisants échecs. Alors, à défaut de pouvoir s'entraîner à la pratique seule – elle craint trop de causer un nouvel incident –, elle se plonge dans la théorie lorsqu'elle a un peu de temps libre, et c'est le cas aujourd'hui. Qui plus est, cela empêche son esprit de se morfondre dans des pensées trop noires alors qu'elle n'a toujours rien dit à son paternel, et qu'entre eux règne un silence qui la déstabilise de plus en plus. Sait-il qu'elle sait ? Elle n'en a pas la moindre idée, parce qu'en réalité elle n'est plus sûre de rien, pas même de ce qu'elle sait.

Un manuel à la main, la voilà qui circule comme un fantôme dans la bibliothèque, silencieuse malgré ses bottes moldus au style rock. Pas particulièrement friande des contacts ou même des interactions sociales, elle n'a pas vraiment envie de tomber sur un élève et de devoir lui parler. Asociale elle l'est sans doute, mais cette fois elle se qualifierait plutôt de pragmatique. Elle ne sait pas y faire avec les humains, alors elle préfère leur épargner tout moment de gêne en sa compagnie, et par la même échapper à ce supplice. La jeune Delenikas est bien le parfait exemple de la gamine avec laquelle elle est incapable d'interagir de manière adéquate, et elle voudrait éviter que ce genre de situation se reproduise, sauf en y étant contrainte. Pourtant, lorsque ses yeux sombres se posent sur toi, son avis change étrangement. Elle qui a l'impression que toute sa vie familiale – naturellement compliquée, cela dit – se délie et s'enfuit pour la laisser seule au milieu de ses incertitudes, elle se rappelle que tu es venue la voir lorsque pour toi cela n'allait pas. Que tu es venue lui parler, parce que tu la pensais capable de t'aider, ou au moins de t'écouter. Que pendant quelques instants éternels, elle a eu l'impression de compter aux yeux de quelqu'un – toi.

Alors, après s'être répétée qu'il n'y avait personne d'autre que toi par ici, et mordue la lèvre quelques longues secondes pour se convaincre de ne pas reculer, elle s'approche de toi, ne faisant presque aucun bruit tant elle a l'habitude de n'être rien au milieu de toutes ces étagères. A tes yeux elle existe vraiment, elle est quelqu'un alors peut-être qu'elle pourra discuter avec toi. Essayer, car comme pour les sortilèges elle manque cruellement d'expérience. Et de compréhension, parce que pour elle l'être humain reste un terrifiant mystère « Bonjour Lysie, comment vas-tu ? » qu'elle demande après t'avoir interpellée, parlant assez bas par habitude dans un tel lieu. Elle tente d'esquisser un sourire chaleureux qui se solde par une grimace maladroite. « Je ne voudrais pas te déranger dans tes révisions, » qu'elle ajoute alors, remarquant le matériel qui t'entoure. Livre, parchemin – sa dernière envie est bien de t'empêcher de travailler alors que les examens approchent.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 723 MOTS.




_________________

Stability, Security

& Happiness

Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 478
Date d'inscription : 11/07/2017
Localisation : Perdue entre la sécurité des songes et la beauté du vrai

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Jeu 29 Mar - 18:52











• Un refuge auprès de toi •

Réviser, réviser, réviser. C'était le stress qui l'emportait régulièrement sur Lysie. La peur aussi, d'échouer, d'être nulle, inutile, sans valeur. Et c'était à travers les études qu'elle noyait ces derniers temps, même si elle avait un peu lâché prise juste avant. Oublier, oublier, oublier. Ne pas y penser, s'occuper l'esprit inlassablement, ne plus s'interroger, ne plus réfléchir, ne plus culpabiliser. Juste, oublier. Elle avait trop en tête Lysie, trop pour pouvoir respirer. Elle se réveillait la nuit, rêvant -cauchemardant plutôt- de sa cousine, celle restée en France, celle qui venait d'être... Non, elle devait lire ce livre, absolument, sinon elle y penserait, elle pleurerait, elle échouerait.

Simplement assise dans un coin isolée de la bibliothèque -le genre de coin où les livres n'attirent pas- la bleue lisait et relisait en boucle la même page depuis bien dix minutes, incapable de se concentrer, de penser à autre chose qu'aux examens qu'y approchaient trop vite, au bal d'après, à sa mère et à tous les autres soucis de sa vie. Pourtant il le fallait, bientôt elle serait assise face à une feuille comportant trop de questions. Et elle savait qu'elle serait dans l'incapacité d'utiliser ses connaissances ce jour-là. Trop stressée, trop peu sûr d'elle. Surtout en SACM. Parce que c'était LA matière où elle avait le plus relâché. La matière qui l’intéressait mais dans laquelle elle avait beaucoup de mal à suivre. Pas que le professeur était inintéressant -au contraire et en plus il était charmant- seulement qu'il fallait à Lysie au moins un moment de répit.

C'était d'ailleurs un livre sur les dragons qu'elle décida d'ouvrir à la place de celui de potion qui ne lui permettait pas de s'évader de sa propre prison -son esprit indocile qui décidait consciencieusement de lui rappeler les pires moments de sa vie. Elle soupira. Au moins, ça l’intéresserait. Mais elle sent une présence, qui la fait relever un peu la tête.

« Bonjour Lysie, comment vas-tu ? »

Happy. Amie, mère du cœur. Happy. Point de repère, d'ancrage, qui l'écoute et qui l'aime.

« Je vais... pas trop mal, je crois. »

Elle préférait ne pas mentir, ne pas dire qu'elle allait bien, puisque ce n'était pas vrai. Un peu d'honnêteté ne lui ferait pas de mal -surtout qu'elle n'avait plus rien à cacher à l'enseignante.

« Et vous ? Comment allez vous ? Qu'elle demande sincèrement. »

Parce que Lysie savait, elle n'était pas la seule dans ce beau monde à souffrir par moment. Puis elle remarqua les livres que la prof tenait dans ses mains. Sortilèges et psychologie, de quoi faire sourire la plus jeune.

« Oh non, vous ne me dérangez pas ! Je n'arrive pas à me concentrer de toutes façons. Essayez vous. Qu'elle propose plus qu'elle n'ordonne, rangeant ses affaires histoire de faire plus de place. Vous voulez apprendre des nouveaux sortilèges ? Qu'elle questionne innocemment. On peut le faire ensemble si vous voulez. Ca me permettrait de réviser un peu quand même, peut-être. »


_________________
Her head was in the sky,
Her heart was made of stars



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 435
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Mer 18 Avr - 16:46

Un refuge auprès de toi

Hapsie


Remember those walls I built... Well, baby, they're tumbling down, And they didn't even put up a fight, They didn't even make a sound. I found a way to let you win, But I never really had a doubt. Standing in the light of your halo, I got my angel now. It's like I've been awakened, Every rule I had you break it. It's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.
Anxieuse, Happy est bien peu à l'aise lorsqu'elle doit aller engager une conversation avec quelqu'un, même lorsqu'il s'agit de toi. Elle a peur de te déranger, ou ne serait-ce que de mal s'y prendre. Pourtant elle le fait, alors que face à beaucoup d'autres elle aurait simplement pris la tangente pour ne pas s'infliger – et t'infliger – un tel supplice. La lèvre probablement rouge de se l'être trop mordue, elle esquisse un sourire maladroit qui se transforme en grimace, te demandant des nouvelles. Normale, elle essaie de l'être, pourtant pas certaine que cela va durer. « Je vais... pas trop mal, je crois. » « C'est à propos de ta mère ? » qu'elle demande de but en blanc, avant de se rendre compte qu'elle a peut-être été un peu trop directe, ses yeux s'écarquillant légèrement. Fuck. « Si tu n'as pas envie d'en parler, rien ne t'y oblige, tu le sais, » tente-t-elle de se rattraper maladroitement. Elle se sent idiote, idiote de ne pas avoir réfléchi avant de parler. Il n'aura pas fallu longtemps avant que les probabilités aient raison et qu'elle commette sa première erreur, vraisemblablement.

Puis c'est à ton tour de t'intéresser à comment elle va, mais elle ne veut pas t'inquiéter. Pas avec des problèmes dont elle ne sait elle-même pas démêler le vrai du faut. « Pas trop mal non plus, » qu'elle répond, hochant la tête comme pour s'en convaincre. Cela pourrait être pire, ou en tout cas elle aimerait sans convaincre. Qu'est-ce qui pourrait être pire que de réaliser que tout ce que l'on sait n'est basé que sur du vent ? Elle ne saurait le dire, pourtant elle n'est pas du genre à se plaindre, et elle n'a pas envie que tu t'inquiètes pour elle, bien que son regard trop vide en dise déjà long sur les soucis qui bourdonnent dans son esprit. Trop d'interrogations, de doutes, d'incertitudes. Elle a l'impression de ne plus rien savoir, pas même ce sur quoi elle s'est basée durant les vingt-cinq dernières années de sa vie. Un nuage de mensonges que quelques lettres viennent de balayer, la plongeant dans un effrayant chaos. Elle ne sait plus rien, mais elle préfère se soucier de ne pas te déranger, toi qui sembles plongée dans tes révisions. « Oh non, vous ne me dérangez pas ! Je n'arrive pas à me concentrer de toutes façons. Asseyez vous, » proposes-tu en rassemblant tes affaires pour libérer de l'espace sur la table. S'exécutant, elle s'installe face à toi, ses livres toujours en main, et son regard se posant un instant sur ceux que tu ranges avant que ta voix ne la ramène à elle. « Vous voulez apprendre des nouveaux sortilèges ? On peut le faire ensemble si vous voulez. Ça me permettrait de réviser un peu quand même, peut-être. » « D'anciens en réalité... tu dois déjà les connaître, je suppose, » qu'elle admet avec une sorte de grimace, te tendant le livre alors qu'elle pose l'autre – celui plein d'un jargon psychologique indéchiffrable – devant elle. « Cinquième et sixième année, » ajoute-t-elle bien que ce soit écrit sur la couverture. « J'ai besoin de reprendre les bases. » Elle est tellement mauvaise, c'est pitoyable.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 591 MOTS.




_________________

Stability, Security

& Happiness

Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 478
Date d'inscription : 11/07/2017
Localisation : Perdue entre la sécurité des songes et la beauté du vrai

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Mer 9 Mai - 14:34












• Un refuge auprès de toi •

« C'est à propos de ta mère ? »

Elle aurait préféré que ça soit toujours sa mère. Mais le problème venait d'une autre partie de la famille. Un drame si terrible qu'il détruisait la vie de chaque proche. Lysie regarda ailleurs quelques instants, pesant ses mots afin de ne pas heurter, de ne pas minimiser non plus. Elle opta pour une approche tout autre. Alors même si Happy proposa de ne rien dire, Lysie préféra quand même en informer la professeur.

« Non, je pense que j'ai accepté la maladie de maman. C'est grâce à vous, encore merci ! Remerciant avec un léger sourire, elle reprit peu après son sérieux, se préparant à annoncer une bien sombre nouvelle. Ma cousine... Elle hésite. A été abusée il y a quelques jours. »

Abusée pour ne pas dire ce mot si douloureux, pourtant bien reflet de la vérité, de la réalité. Grace brisée, qui dans ses lettres, se disait ne plus être une femme.

« C'est... difficile pour nous, mais, je crois que de mon côté, ça ne va pas trop mal. C'est sûrement parce que je n'ai pas encore vu l'état dans lequel elle est. Je crois que, pour l'instant, je ne veux juste pas y penser. »

Et c'était sûrement mieux comme les examens de fin d'année étaient plus que proches. Alors elle préféra changer de sujet, demandant à l'adulte comment elle se portait aussi. Pas trop mal non plus.

« Je peux vous demander ce qui ne va pas ? »  

Elle demanda, par précaution. Elle ne savait plus bien quelle limite elle devait avoir avec la prof d'astronomie. Elle s'en sentait proche, c'était un fait certain, mais l'étaient-elles assez pour que l'enseignante se confia à l'élève ? Elle n'en était pas sûr. Et finalement, comme pour passer complètement à autre chose, elle proposa d'apprendre et de s'entrainer ensemble à la magie.

« J'ai besoin de reprendre les bases.
- Alors reprenons les ensemble ! Quel sortilège en priorité ? Personnellement, n'importe le quel me convient ! J'aime trop jouer de la baguette. Avoue-t-elle. »

Elle se permit d'ouvrir le livre que lui tendait Happy, parcourant les très nombreuses pages d'explications. Ferula, Revigor, sortilège du patronus. Tellement de sorts différents que choisir allait être dur.

« Vous saviez depuis longtemps que vous vouliez être professeur d'astronomie ? »

Qu'elle demanda tandis qu'elle tournait les pages. Distraitement. D'ici quelques mois à peine, Lysie entamerait sa dernière année et elle comptait profiter de ses vacances en France pour visiter un peu partout sa famille et observer leur métier. Elle ne savait pas ce qu'elle voulait faire après Poudlard. Pas qu'elle manquait d'envie, bien au contraire. Il y a encore pas longtemps, la défense des créatures magiques lui paraissait être une bonne voie pour elle -et le fait que Lilith la poussait dans cette direction n'était pas pour la faire changer d'idée. Mais elle gardait aussi en tête qu'elle avait longuement voulu devenir médicomage. Et avec les derniers évènements, elle avouait qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Mais une chose restait sûr pour elle : elle souhaitait se rendre utile pour les personnes plus faibles.


_________________
Her head was in the sky,
Her heart was made of stars



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 435
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Mer 23 Mai - 20:34

Un refuge auprès de toi

Hapsie


Remember those walls I built... Well, baby, they're tumbling down, And they didn't even put up a fight, They didn't even make a sound. I found a way to let you win, But I never really had a doubt. Standing in the light of your halo, I got my angel now. It's like I've been awakened, Every rule I had you break it. It's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.
Même face à toi, Happy est loin d'être en exemple de tact, ayant au moins le mérite de s'en rendre compte et de se corriger. Après tout, elle ne veut te forcer à rien, et sûrement pas à parler d'un sujet dont tu n'as pas envie de discuter avec elle, encore moins s'il est aussi sensible. A dire vrai, elle ne s'est pas sentie des plus utiles la dernière fois que tu es venue la voir dans son bureau, et ce malgré tous ses efforts. Elle se sentait aussi idiote que perdue, mais finalement cela ne semble pas avoir été si inefficace que cela puisque tu l'en remercies. Ton sourire ne dure quelques secondes, et elle y répond maladroitement avant que ton air ne se fasse plus sérieux, et que tu ne reprennes la parole. « Ma cousine... » Tu hésites, et soudainement elle craint de t'avoir forcée à lui raconter quelque chose dont tu ne veux pas parler. « A été abusée il y a quelques jours. » Malgré elle ses yeux s'écarquillent face à l'horreur de cette annonce. « Je suis désolée, » répond-elle, hésitante, ne voyant pas quoi dire d'autre. Elle n'ose pas imaginer à quel point cela doit être dur à surmonter, autant pour ta cousine que pour ses proches, dont toi.

Alors, lorsque tu lui dis ne pas vouloir y penser pour l'instant, elle hoche la tête, comme pour te dire qu'elle avait compris le message et que vous pouviez passer à autre chose. « Je peux vous demander ce qui ne va pas ? » A présent qu'elle sait ce qui te tracasse, elle ne se sent pas de te dire non. Mais elle ne prend pas non plus la peine de tourner autour du pot, sûrement parce qu'elle n'a jamais été douée pour cela.« Récemment j'ai trouvé une lettre écrite par ma mère chez mon père, puis plusieurs. Toutes récentes, la plus ancienne datait de quelques mois tout au plus. Pourtant il m'a toujours dit que ma mère était morte en me mettant au monde, et donc que j'étais orpheline. » Elle a grandi avec cela toute sa vie, et à présent tout semble être bouleversé. Comme si elle ne pouvait plus croire personne en ce qui concerne sa famille. « Et il semblerait que mon père... ne soit pas mon père biologique. » En le disant à voix haute, elle réalise d'autant plus à quel point toute sa vie familiale s'est déliée et n'a plus aucun sens. Elle ne sait finalement plus qui elle est, et c'est définitivement effrayant.

Malgré tes problèmes et les siens, te voilà qui lui propose de revoir les bases de la magie avec elle, bien qu'elle ne doute pas que ton niveau soit bien supérieure au sien. Vingt-six ans et elle étudie des sorts de cinquième année – comme quoi il n'y a pas d'âge pour rattraper son retard. Cela dit, cela ne semble pas te démotiver, au contraire tu sembles adorer l'idée de pouvoir t'entraîner de nouveau. « En réalité je suis... très mauvaise avec une baguette entre les doigts, » finit-elle par avouer. Si tu as déjà dû remarquer qu'elle ne se sert jamais de la sienne, tu n'as encore jamais eu affaire à ses désastres en matière de sortilège. « La dernière fois que je m'y suis tentée, mon Collaporta a fait explosé la porte de ma chambre... je crois que c'est assez symptomatique de mes compétences magiques. » Elle grimace, se sentant ridicule, mais après tout elle ne va pas te le cacher si ton but est de l'aider. « Pour les sorts je n'ai pas de préférence, alors si tu te sens d'être professeur, je t'écoute, » lance-t-elle avec un demi-sourire esquissé pour détendre l'ambiance du mieux qu'elle peut. Ce n'est pas dans ses habitudes, mais il faut bien s'y tenter une fois au moins, de temps en temps. « Vous saviez depuis longtemps que vous vouliez être professeur d'astronomie ? » « Je... Je n'ai pas vraiment choisi cette carrière, en réalité. Jusqu'au Nouvel An, je travaillais encore dans le monde moldu, depuis sept ans. Mais avec les incidents qui ont éclaté, mon... père – » Est-ce vraiment le bon mot ? « – a préféré que je le rejoigne dans le monde sorcier. Puis à Poudlard, et l'Astronomie étant l'une des seules matières où je n'ai pas à utiliser ma baguette. » Elle hausse alors les épaules, comme si cela tombait sous le sens. Décidément, sa vie n'a rien de normal, et ça la désespère elle-même à mesure qu'elle t'explique cela. « Cela dit, j'ai passé une grande partie de ma scolarité à Poudlard à contempler les étoiles. Et même avant. Je suis juste pas faite pour être prof. » C'est sans doute cela, oui.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 849 MOTS.




_________________

Stability, Security

& Happiness

Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 478
Date d'inscription : 11/07/2017
Localisation : Perdue entre la sécurité des songes et la beauté du vrai

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Dim 30 Déc - 16:25











• Un refuge auprès de toi •

Elle lit la surprise et l'horreur sur le visage de sa seconde maman. Elle reprend conscience de la folie de ses mots, de l'absurdité de la vie. Les larmes ne veulent même plus couler -elles l'ont bien assez fait ainsi. « Je suis désolée. » « Je le suis aussi. » Lysie réplique doucement, faisant tomber son regard sur le livre entre ses mains. Mais ses propres démons ne sont pas les plus importants. Il y a devant la bleue une femme qu'elle aime et qu'elle veut soutenir. Et tout comme Happy lit en elle comme dans un livre ouvert, Lysie devine qu'il y a quelque chose qui tracasse sa mère. « Récemment j'ai trouvé une lettre écrite par ma mère chez mon père, puis plusieurs. Toutes récentes, la plus ancienne datait de quelques mois tout au plus. Pourtant il m'a toujours dit que ma mère était morte en me mettant au monde, et donc que j'étais orpheline. » Lysie n'ose pas imaginer sa réaction si elle avait été à sa place. « Ça ne doit pas être facile. » Elle imagine la détresse de la professeur, devine à quel point elle doit être perdue. Elle tente de trouver ses mots, les bons. « Mais j'imagine que votre père ne pensait pas à mal. Et même si vous ne partagez pas le même sang, il vous a élevé comme si c'était le cas. Il vous aime, c'est certain. » Et Lysie ne sait que trop bien que les liens su sang ne valent pas ceux du cœur même s'ils valent beaucoup à ses yeux. « Si je puis me permettre, il faut essayer de voir le bon côté des choses. Vous savez maintenant que votre mère est quelque part en ce monde, bien vivante et qu'elle vous aime, sinon pourquoi vous enverrait-elle toujours des lettres ? » La Serdaigle tente de voir et de faire voir le positif. Car après tout, il n'y a pas qu'un sentiment de trahison derrière toute cette histoire, mais aussi une lueur d'espoir.

Jugeant qu'il serait peut-être mieux de se changer les idées plutôt que de remuer le noir de la vie, elle propose de s'user à la magie. Magie qu'elle aime tant. Cependant Happy lui révèle que dans son cas, le maniement de la baguette n'est pas chose aisée. « Je pense que c'est parce que vous avez peur. » Elle a déjà eu les mêmes symptômes passé une époque. « Et c'est normal, parce que la magie c'est aussi fantastique que destructeur. Alors quand on rate à sort on a tendance à penser qu'on est un danger. Mais le danger, c'est de ne pas savoir contrôler ce qui est en nous. Et c'est à ça que sert un bon entrainement. » Il lui pousse des ailes, elle n'a pas souvenir d'avoir autant parlé un jour et moins encore pour affirmer à un adulte qu'il a peur de quelque chose. Mais c'est Happy, et si elle ne se sentait pas à l'aise avec elle alors elle ne le serait avec personne. « Peut-être devrions-nous aller dans un endroit plus espacé et où il n'y aurait pas de risque à se défouler ? » Peut-être parce qu'elle connait déjà la réponse, elle part devant, attendant que sa professeur d'astronomie ne la rejoigne avant de poser ses questions.
Son avenir, c'est quelque chose d'incertain. Elle reste perdue entre chacune de ses envies et ses trop nombreux rêves. Elle écoute alors attentivement ce qu'Happy lui répond, note qu'il y a une hésitation quand elle parle de son père. « Et donc, ça vous plait l'astronomie ? Ce que vous faites ? » Sans doute parce sa mère -la biologique- le lui a toujours répété, Lysie fait passer le fait d'être heureuse dans sa vie avant toutes choses -quoique c'est relatif. Alors comment être heureuse quand on fait un choix évident et non pas de cœur ? « Je pense que vous êtes une bonne professeur. Personnellement. » Glisse-t-elle. « Vous semblez passionnée quand vous nous parlez des constellations. Seulement vous n'avez pas l'air de vouloir... partager, cette passion. » Partager, c'est le bon mot. Et un instituteur est là plus que pour faire apprendre, partager ses connaissances. « C'est sur que vous n'êtes pas comme les autres professeurs. Mais heureusement, sinon les cours seraient bien barbants, tous pareils et sans originalité. » Marchant toujours tout droit jusqu'à trouver une pièce vide, Lysie a vraiment envie d'aider cette amie un peu différente, comme elle l'a fait quelque temps plutôt pour elle. « Tenez, on peut s'arrêter ici pour s'entrainer si vous voulez. » Elle pointe du doigt la salle de duel au fond du couloir, qui doit être vide comme beaucoup révise les examens à venir.


_________________
Her head was in the sky,
Her heart was made of stars



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 435
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Ven 4 Jan - 18:40

Un refuge auprès de toi

Hapsie


Remember those walls I built... Well, baby, they're tumbling down, And they didn't even put up a fight, They didn't even make a sound. I found a way to let you win, But I never really had a doubt. Standing in the light of your halo, I got my angel now. It's like I've been awakened, Every rule I had you break it. It's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.
Honnêteté – après ton aveu, voici le sien. Son père n'est pas son père, et sa mère n'est pas morte en la mettant au monde. « Ça ne doit pas être facile. » Elle ne te répond pas, ne sachant quoi dire. Tu as raison, ça ne l'est pas, mais ce que tu vis ne l'est pas non plus, alors elle a presque honte de se plaindre. Pourtant tu as voulu qu'elle soit honnête, alors elle l'a été et t'a avoué ce qui la tracassait : toute sa vie est basée sur des mensonges. « Mais j'imagine que votre père ne pensait pas à mal. Et même si vous ne partagez pas le même sang, il vous a élevé comme si c'était le cas. Il vous aime, c'est certain. » « Comment peut-on mentir autant à quelqu'un qu'on aime ? » qu'elle demande, le regard perdu. Sans doute parce qu'elle-même a longtemps été incapable de mentir, et qu'aujourd'hui encore subsistent de grandes difficultés pour ne pas être d'une franchise alarmante. « Si je puis me permettre, il faut essayer de voir le bon côté des choses. Vous savez maintenant que votre mère est quelque part en ce monde, bien vivante et qu'elle vous aime, sinon pourquoi vous enverrait-elle toujours des lettres ? » « Elle ne m'a envoyé aucune lettre en réalité. C'était mon père le destinataire, pas moi. » Et il les lui a cachées, toutes ces lettres venant pourtant de sa mère. Et Happy n'a eu le courage d'en lire qu'une seule, toutes les autres étant à présent cachées sous son lit, dans sa chambre à Poudlard, dans une boîte fermée avec un cadenas typiquement moldu. « Vous pensez qu'elle comptait m'en envoyer une ? » Peut-être, et dans ce cas-là tu as peut-être raison : c'est positif. Mais trop de questions se heurtent encore dans l'esprit embrouillé de la jeune professeur. Si sa mère est bien vivante, alors pourquoi n'en a-t-elle jamais eue durant les vingt-six dernières années. « Je n'ai pas la moindre idée de pourquoi on m'a tant menti. Peut-être qu'elle ne voulait pas de moi, après tout. » Elle est pessimiste Happy, elle a toujours été comme ça. Elle voit rarement la vie sous son plus beau jour, s'y forçant pourtant lorsqu'elle doit te rassurer toi. Mais pour se réconforter elle-même, elle en semble complètement incapable. Elle n'arrive pas à digérer tous ces mensonges.

Puis tu désires t'improviser professeur de sortilèges pour la catastrophe magique qu'elle est, et elle se dit que ce n'est pas une mauvaise idée, même si elle ne souhaite pas te faire perdre ton temps. « Je pense que c'est parce que vous avez peur. » Vrai, elle ne peut pas le nier, alors elle se tait. « Et c'est normal, parce que la magie c'est aussi fantastique que destructeur. Alors quand on rate à sort on a tendance à penser qu'on est un danger. Mais le danger, c'est de ne pas savoir contrôler ce qui est en nous. Et c'est à ça que sert un bon entrainement. » « Emrys m'avait appris quelques bricoles mais... je reste très peu douée quand je suis en autonomie. » « Peut-être devrions-nous aller dans un endroit plus espacé et où il n'y aurait pas de risque à se défouler ? » Attrapant ses affaires, elle te suit sans rechigner, touchée malgré son visage impassible. « Merci... »

Professeur, elle n'a jamais voulu l'être, mais force est de constater qu'aujourd'hui elle enseigne. Elle a rejoint Poudlard pour rassurer son père, et il y a peu elle a appris qu'il ne l'était pas vraiment – c'est comme si toute sa vie n'était qu'un brouillard incompréhensible. « Et donc, ça vous plait l'astronomie ? Ce que vous faites ? » « L'astronomie oui, beaucoup. Quant à l'enseignement je suis mitigée... Avec certains élèves je me dis que ce n'est pas si mal, et avec d'autres je me demande pourquoi je ne saute pas du haut de la Tour d'Astronomie. » Ironie, évidemment, bien que certains de ses élèves aient déjà fait suffisamment les imbéciles pour presque en tomber. « Je pense que vous êtes une bonne professeur. Personnellement. » « Opinion que je ne partage pas mais... merci. » Encore sa franchise stupide. « Vous semblez passionnée quand vous nous parlez des constellations. Seulement vous n'avez pas l'air de vouloir... partager, cette passion. » « J'ai quelques soucis pour... communiquer avec les personnes qui m'entourent. Il paraît que je suis associable, et selon certains même antipathique. J'ai jamais été douée pour parler, j'suis du genre à rester dans mon coin. Et c'est encore pire avec des adolescents, parce qu'ils ont tendance à n'en faire qu'à leur tête. »
« Enfin, j'suis désolée si je te donne cette impression de ne pas vouloir partager, c'est juste que... c'est pas naturel pour moi, de parler, d'être avec d'autres personnes. Même si ça me semble un peu plus avec toi... » Elle ne termine pas sa phrase, détournant le regard. « C'est sur que vous n'êtes pas comme les autres professeurs. Mais heureusement, sinon les cours seraient bien barbants, tous pareils et sans originalité. » Elle esquisse un sourire en coin, comme gêné. Les autres professeurs doivent être bien plus doués qu'elle, enfin elle l'espère pour les élèves du château qui veulent réussir leurs examens.

Marchant à tes côtés, elle voit ton doigt se lever pour pointer le fond du couloir, arquant un sourcil. « Tenez, on peut s'arrêter ici pour s’entraîner si vous voulez. ». Hochant la tête pour approuver, elle vérifie qu'elle a bien sa baguette avec elle, ayant tendance à l'oublier puisqu'elle ne s'en sert pas beaucoup. Oui, elle l'a... quelle catastrophe ça va être.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 849 MOTS.




_________________

Stability, Security

& Happiness

Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 478
Date d'inscription : 11/07/2017
Localisation : Perdue entre la sécurité des songes et la beauté du vrai

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Sam 5 Jan - 16:21











• Un refuge auprès de toi •

« Comment peut-on mentir autant à quelqu'un qu'on aime ? » C’est le maître qui demande à l’élève. Et Lysie comprend enfin qu’adulte ne rime pas avec dieu mais que tout le monde est bien humain. « J’imagine qu’il voulait seulement vous protéger. Parfois la vérité est trop horrible pour être révélée. » Là encore, la bleue l’a appris à ses dépends. Elle qui voulait tant rencontrer son père sans écouter les sages paroles de sa mère. Et pourtant la vérité -celle même qu’elle refusait de voir du haut de ses onze années- était bel et bien que son père était un scroutt à pétard. Puis le mensonge, ça permet de ne pas inquiéter. De répondre oui quand on lui demande si ça va. Y a pas que du mal à mentir -même si dans le principe elle n’est pas pour contredire la vérité. Lysie tique un peu, se mord la lèvre quand elle apprend que les lettres ne sont pas destinées à Happy. «  Peut-être que… vous l’envoyer directement… c’était dangereux ? » Elle tente de trouver des explications, de donner des espoirs incertains. « Ou que c’est la culpabilité qui l’empêche de vous les envoyer. De vous demander directement si ça va. » Comment une mère peut-elle se faire pardonner son abandon ? C’est une question bien trop complexe pour la petite tête de la Serdaigle. « Et je ne pense pas qu’elle ne vous désirait pas. Je pense... » Et elle pense trop sans doute. « Qu’il y a anguille sous roche et que vous devriez essayer d’en apprendre plus. »

Et finalement elle préfère leur changer leurs idées, proposer de se défouler -quand bien même elles ne soient toutes deux pas des plus douées. Alors sur le chemin d’une salle vide, elle demande si c’est sympa d’être professeur et chaque réponse est plus instructive qu’un bon bouquin. Lysie ne doute pas que le contact vaut plus que l’apprentissage par la lecture. Sinon l’métier de prof serait inutile. « J'ai quelques soucis pour... communiquer avec les personnes qui m'entourent. Il paraît que je suis associable, et selon certains même antipathique. J'ai jamais été douée pour parler, j'suis du genre à rester dans mon coin. Et c'est encore pire avec des adolescents, parce qu'ils ont tendance à n'en faire qu'à leur tête. » La Raye écoute attentivement, même si sa professeur ne lui apprend pas grand-chose. Elle n’a que trop souvent entendu les moqueries au sujet d’Happy, tout autant que les interrogations des élèves aux débuts de la professeur. Puis comme le temps se lasse, les rumeurs et les imbécilités se sont évaporés. « On est un peu stupide, nous les ado. On se pense maître du monde. On croit tout savoir tout comprendre alors qu’on a pas vécue la vie sans protection. On blesse sans s’en rendre compte. Je suis désolée si vous avez été blessée vous aussi. » « Enfin, j'suis désolée si je te donne cette impression de ne pas vouloir partager, c'est juste que... c'est pas naturel pour moi, de parler, d'être avec d'autres personnes. Même si ça me semble un peu plus avec toi... » « Vous n’avez pas à vous excuser. On est comme on est. On se refera pas. C’est aussi à nous d’accepter les défauts des autres, non ? Puis je trouve que vous vous débrouillez de mieux en mieux. Vous ne vous en rendez pas compte, mais vous hésitez moins à prendre la parole. » Y a toujours un peu de changement quand on prend un peu d’expérience. Et depuis le temps, Happy a appris, tout comme Lysie. C’est ça qu’elle trouve beau avec la vie, la plus jeune, le fait que quoi qu’on vive on continue d’apprendre.

Une fois arrivée, la française ouvre la porte, laissant sa deuxième mère entrée la première -galanterie de son pays d’origine qui ne devrait s’appliquer qu’aux hommes mais qu’elle s’évertue à employer -égalité. Elle pose ses affaires dans un coin et va chercher des pantins articulés dans un autre. Elle les place à l’autre bout de la pièce. « Voilà nos cibles. » Toujours mieux pour éviter des catastrophes que de s’entraîner contre son partenir. « Voyons vois ce qu’on peut faire avec. » Lysie sort sa baguette, en fait voler un avant de le remettre à sa place. Bon, cette base, elle ne l’a au moins pas perdue. « Levicorpus est assez basique mais mieux vaut commencer par le plus simple. » Elle part fouiller dans son sac et en sort un livre de sortilège français, acheté pendant les vacances – Sortilèges et enchantement, pour se défendre et répliquer. Elle l’ouvre sur un page au hasard. « Fervesco. Magie du feu. Il brûle gravement la victime. » Elle remonte ses yeux vers Happy avant de faire un non de la tête. « On va trouver quelque chose de moins… extrême. Y a un sort qui vous plairait ? »


_________________
Her head was in the sky,
Her heart was made of stars



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 435
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Dim 6 Jan - 18:31

Un refuge auprès de toi

Hapsie


Remember those walls I built... Well, baby, they're tumbling down, And they didn't even put up a fight, They didn't even make a sound. I found a way to let you win, But I never really had a doubt. Standing in the light of your halo, I got my angel now. It's like I've been awakened, Every rule I had you break it. It's the risk that I'm taking, I ain't never gonna shut you out.
Happy a toujours eu du mal à comprendre le principe de mentir à quelqu'un, sans doute parce qu'elle a longtemps été connue pour être – lorsqu'elle parle tout du moins – la femme la moins délicate qui soit. « J’imagine qu’il voulait seulement vous protéger. Parfois la vérité est trop horrible pour être révélée. » La protéger, c'est ce que son père a toujours prétendu vouloir. Pourtant, voilà qu'elle apprend qu'il n'est pas réellement son père, et que sa mère n'est pas morte – est-ce ça, protéger ceux que l'on aime ? « Peut-être... mais finalement elle a quand même été révélée, seulement vingt-six ans trop tard. » Tu as sans doute raison, au fond : il voulait la protéger. « Peut-être que… vous l’envoyer directement… c’était dangereux ? » Elle trouve adorable que tu essaies de lui donner tant d'espoirs alors que tu ne lui dois rien. Elle n'est que ta professeur après tout, même si, au fond, elle te considère comme bien plus qu'une simple élève. « Ou que c’est la culpabilité qui l’empêche de vous les envoyer. De vous demander directement si ça va. » Et si elle ne la désirait pas ? Le doute la ronge atrocement. Et si elle ne voulait pas qu'elle revienne dans sa vie, en réalité ? Si elle n'avait jamais voulu d'elle, et que c'est pour cette raison qu'elle l'avait abandonnée ? « Et je ne pense pas qu’elle ne vous désirait pas. Je pense... Qu’il y a anguille sous roche et que vous devriez essayer d’en apprendre plus. » « Je n'ai pas la moindre idée d'où je pourrais en apprendre plus, à part en lui demandant. » Pas le choix de toute façon : elle veut des réponses. Alors elle n'aura qu'à demander directement à son père, puisqu'il est le seul à posséder toutes ces vérités qu'on lui a toujours cachées. Ou alors... Rin Rin.

Elle ne voulait pas être professeur, Happy. Elle n'est pas douée, qui plus est, et serait presque désolée pour les élèves sérieux qui se retrouvent avec une enseignante aussi mauvaise, surtout pour les septièmes années. Heureusement qu'elle n'est arrivée qu'en février, sans doute. Et puis elle a tellement de mal à communiquer avec des adolescents. « On est un peu stupide, nous les ado. On se pense maître du monde. On croit tout savoir tout comprendre alors qu’on a pas vécue la vie sans protection. On blesse sans s’en rendre compte. Je suis désolée si vous avez été blessée vous aussi. » Blessée, elle l'a trop été par le passé pour s'en soucier à présent, du moins en apparence. Elle voudrait juste que des personnes aussi bienveillantes que toi ne souffrent pas, même si elle serait bien incapable de le verbaliser. « Vous n’avez pas à vous excuser. On est comme on est. On se refera pas. C’est aussi à nous d’accepter les défauts des autres, non ? Puis je trouve que vous vous débrouillez de mieux en mieux. Vous ne vous en rendez pas compte, mais vous hésitez moins à prendre la parole. » « J'ai une bonne professeur il faut croire, » répond-elle avec un léger sourire, détournant pourtant les yeux lorsqu'elle te fait le compliment. « Merci en tout cas, » qu'elle conclut, le regard toujours baissé.

Finalement vous arrivez devant une salle qui semble lui convenir : la salle de duels. Elle te remercie à voix basse lorsque tu lui tiens la porte, toute galante que tu es, et pose à côté de tes affaires ses deux livres empruntés à la bibliothèque et pas encore rendus. Puis elle te regarde tout préparer, se mordant les lèvres pour ne pas te remercier pour la millième fois aujourd'hui. « Voilà nos cibles. » Elle hoche doucement la tête et avance de quelques pas, silencieuse. « Voyons voir ce qu’on peut faire avec. » Alors qu'elle sortait sa baguette de la poche de sa veste, elle voit l'un des pantins virevolter quelques mètres plus loin grâce à ton sortilège. « Levicorpus est assez basique mais mieux vaut commencer par le plus simple. » Alors tu vas chercher un livre dans ton sac avant même qu'elle ne te propose celui qu'elle a emprunté, et elle te rejoint sans dire un mot – elle ne sait pas quoi dire d'intéressant. « Fervesco. Magie du feu. Il brûle gravement la victime. » Vos regards se croisent alors, et c'est presque une évidence : non. « On va trouver quelque chose de moins… extrême. Y a un sort qui vous plairait ? » Elle réfléchit quelques secondes, et essaie de penser à quelque chose qui pourrait lui être utile. « Un sort pour repousser quelqu'un, ou quelque chose de semblable... Je peux ? » qu'elle demande en tendant les mains vers le livre pour le prendre. Le fait qu'il soit en Français ne la dérange pas, elle n'y fait même pas attention en réalité. « Je ne connais pas beaucoup de sortilèges, alors on a le choix, » affirme-t-elle en tournant les pages. « Expulso ? Ou Atakunto, mais il a l'air un peu plus extrême celui-là. »

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 849 MOTS.




_________________

Stability, Security

& Happiness

Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 478
Date d'inscription : 11/07/2017
Localisation : Perdue entre la sécurité des songes et la beauté du vrai

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Lysie Raye le Sam 12 Jan - 19:51, édité 2 fois
MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Sam 12 Jan - 19:39











• Un refuge auprès de toi •

« Peut-être... mais finalement elle a quand même été révélée, seulement vingt-six ans trop tard. » Ça lui brise le cœur à Lysie. Parce qu'elle n'est pas sûr de comprendre à quel point Happy peut souffrir même si l'imaginer est possible. Alors elle fait ce qu'elle peut pour essayer de lui remonter le moral, comme Happy l'a fait pour elle alors qu'elle sombrait petit à petit dans le mutisme. « Je n'ai pas la moindre idée d'où je pourrais en apprendre plus, à part en lui demandant. » Et pourtant Raye est certaine qu'la jeune prof trouvera un moyen d'en savoir plus. « Je suis sûr que vous avez déjà une idée de comment faire. » Elle a un petit sourire mais n'en rajoute pas plus. Elle commence à connaître un peu celle qu'elle considère comme sa deuxième maman. Même si elle ne laisse rien paraître, Lysie elle arrive à lire dans ses yeux maintenant -elle croit. Alors changeant de sujet, sur le chemin d'une salle où se défouler, Lysie parle, parle encore, tente de rassurer, d'aider autant qu'elle l'a aidé. Rendre l'appareil, soutenir ceux qui sont cher à son cœur. Et assurément, Happy fait partie de ces personnes. Lysie accepte les remerciements, le cœur bienveillant. « Ne me remerciez pas. Vous avez fait beaucoup pour moi aussi. » L'sourire toujours aux lèvres, heureuse d'pouvoir donner un peu d'elle à quelqu'un qu'elle chérit, à Happy.

Les voilà dans la salle de duel, loin de la bibliothèque, prêtes à mesurer leur force et leur savoir -si l'on peut dire ça ainsi. La bleue installe la salle, dérouillant ainsi ses articulations, faisant craquer le poignet. Puis elle propose, mais raie l'idée de sa tête quand elle voit la violence du sort. « Un sort pour repousser quelqu'un, ou quelque chose de semblable... Je peux ? » Elle pense direct à atakunto avant de filer le bouquin à Happy qui ne semble pas gênée par la langue. « Vous parlez français ? » Qu'elle demande, se rendant compte qu'elle n'en sait finalement pas tant que ça de sa professeur. « Expulso ? Ou Atakunto, mais il a l'air un peu plus extrême celui-là. » « Rien ne nous empêche de commencer par Expulso puis de tenter Atankunto ensuite. » Alors pour illustrer ses propos, Lysie se met face à face avec le patin. « Expulso ! » Mais elle semble pas bien douée de sa main la Lysie, parce que la voilà propulsé en arrière, l'sort se retounant contre son lanceur. Elle doit bien valdinguer sur quatre ou cinq mètres avant de se prendre le mur. La respiration coupée, le teint pâle. Mais elle se relève directement. Après tout, c'est pas la première fois qu'elle se prend un coup comme ça. « Tout va bien ! » Qu'elle informe tout de même, avant que sa prof ne panique. « J'ai mal nul part mais c'était un bon coup ! Le pantin aurait passé un seul quart d'heure si le sort avait marché. » Elle rigole, sa façon à elle de se rassurer, de se dire que c'est pas si grave comme échec. Puis le Quidditch l'a forgée aussi. Maintenant elle doit plus avoir peur de tomber. « Vous voyez, y a pas trop de risque au final, sauf peut-être d'avoir mal aux fesses. » Dit elle en se frottant les siennes. Bon, Atakunto, ça sera pas pour tout de suite, d'abord va falloir maitriser la base. « Vous devriez essayer aussi. »


_________________
Her head was in the sky,
Her heart was made of stars



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

STAFF — compte fondateur


Messages : 1655
Date d'inscription : 16/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   Sam 12 Jan - 19:39

Le membre 'Lysie Raye' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Votre baguette' :

_________________
votez pour maraudeurs era

maraudeur 039 eratopsite des jeux role par forummaraudeur 039 era
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un refuge auprès de toi [Hapsie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un refuge auprès de toi [Hapsie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louba canichou (ex du refuge de Tabanac) s'en est allé
» SOS Refuge "Aux Bonheur des 4 Pattes"
» SOS REFUGE PLEIN BETHUNE (62) + 20 CHIENS RETIRES
» URGENT SOS petit caniche de 13 ans en danger en refuge (17)
» DISCO GRIFFON POILS LONGS M 6 ANS REFUGE DE MOREE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Quatrième étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: