AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 so eager to see you again (hespy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 87
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Hestia Jones le Lun 26 Mar - 10:31, édité 1 fois
MessageSujet: so eager to see you again (hespy)   Dim 25 Mar - 17:33


   so eager to see you again
   @Hestia Jones & @Happy K. Lacroix
(hespy)

   
C’est pas souvent que j’ai des jours de congé – et cette fois j’en profite pour me balader. Depuis que j’ai été virée du Bureau j’ai plus de temps qu’avant, ou pour l’instant j’en ai l’impression. Des heures de boulot qui se réduisent à la journée, sans devoir se retrouver sur le terrain au beau milieu de la nuit, ça change, et jamais j’aurais songé une seconde que ça m’aurait fait du bien. Ou juste un peu – c’est que je m’ennuie derrière le bar des Trois Balais, avec pour seule occupation de servir les Bièraubeurre et tout le reste aux clients habitués qui ne s’étonnent même plus de ma présence maintenant. J’en avais plein des « z’êtes nouvelle ? » les premiers jours, ça donnait de l’action dans les journées, un peu, maintenant c’est plus le cas, et j’ai juste la baguette qui me boude. Cette semaine j’ai commencé à constater qu’elle n’en fait qu’à sa tête, et que certains sorts se retournent contre moi – ce qui n’est jamais arrivé avant. Et ça déprime encore plus, comme si j’en avais besoin.
J’ai décidé de sortir un moment, pour profiter du dehors. Bosser aux Trois Balais ça a encore cet inconvénient, celui d’être enfermée toute la journée dans une salle qui pue un peu moins l’alcool que la Tête de Sanglier – même si on le sent quand même. Ce genre d’odeur qui prend au nez et qui donne envie de grimacer, et surtout qu’une envie, celle de sortir pour prendre l’air.
Depuis que les weekends de sortie à Pré-au-Lard des élèves on a moins de monde, d’après la patronne, ça change tout à sa clientèle et ça la déprime elle aussi.
Sympa comme ambiance – qui donne qu’une envie, celle de fuir.
L’village est pas vide, comme tous les dimanche les sorciers viennent prendre du bon temps, et les professeurs de Poudlard sont pas en reste – j’en croise quelques uns que j’reconnais de loin. En tout cas ceux que j’avais – c’est que l’époque Poudlard remonte à loin.
Et c’est étrange de réaliser un truc pareil – surtout quand j’finis par voir quelqu’un dans les rues que j’pensais plus croiser.
Happy, même de dos je peux la reconnaître, et j’remercie en silence les cours de Filature et Tapinois. Je sais me faire assez discrète pour pas être repérer en suivant quelqu’un, et là j’ai pas envie de perdre l’occasion de la croiser, Happy. Une fois assez proche j’finis par hésiter – elle a jamais aimé ça les conversations, Happy, et j’pense pas que la toucher pour lui dire que j’suis juste là serait une bonne idée.
Surtout que ça fait un bail – et que j’ai aucune idée de si elle va me reconnaître. De si j’ai changé depuis qu’on avait dix-sept ans ou pas, mais c’est elle qui a fait le premier pas depuis – j’aurais jamais pensé ça.
H – « Happy ! » J’l’appelle avant – histoire qu’elle flippe pas trop. « Ca fait tellement longtemps, j'suis contente de te revoir, » j’lance en me retenant de pas la prendre dans mes bras  - j'sais qu'elle était pas à l'aise avec les contacts humains et comme j'ai aucune idée de si ça a changé ou pas, mieux vaut éviter. « Comment tu vas depuis le temps ? »
Y’a plus qu’à – essayer – d’ignorer que mon coeur bat beaucoup trop vite pour que ce soit normal. Qu’il s’emballe depuis qu’elle est là, et quand j’constate que ça n’a pas changé ça me fait sourire.
Ou pas – on sait jamais ce qui peut arriver avec ce genre de sentiments-là.

   

_________________

hespy
Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 371
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Dim 25 Mar - 23:33

So eager to see you again

Hespy


Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.
Professeur, même d'Astronomie, c'est loin d'être un métier qu'Happy trouve passionnant. Cette matière l'intéresse, c'est certain, mais le savoir reste ce à quoi elle attache le plus d'importance, et c'est sans vergogne que ses élèves le malmènent encore et encore. A ne pas faire la différence entre une constellation et une galaxie, une étoile et une nébuleuse, une planète tellurique et une planète gazeuse. Ils s'en moquent bien, de toutes ces distinctions, en réalité, et c'est quelque chose qu'elle ne comprend pas. Comment peut-on apprécier vivre sans comprendre ce qui nous entoure ? A dire vrai, c'est, d'une certaine manière, son cas à elle aussi, et pour cause : elle ne comprend rien aux humains. Ils n'ont aucune logique, aucune constance, aucune cohérence. Ils passent de l'agacement à la joie, de la colère à la peine, de la satisfaction à la souffrance, et ce sans qu'elle ne trouve le moindre sens dans ces successions d'émotions. Ils éprouvent des sentiments qui les poussent à être irraisonnés et en sont presque fiers, alors qu'elle, dans sa volonté de ne pas être humaine, tente de refouler au fond d'elle tout ce qu'elle pourrait ressentir. De sa gorge qui se serre à son cœur qui accélère, elle a décidé de tout jeter dans le même panier pour ne plus avoir à y songer. Parce que c'est plus simple comme ça, et qu'être humaine ça n'apporte rien de bon, elle en est persuadée.

Si elle tente de s'améliorer quant à son rapport avec l'univers magique dans lequel elle est de nouveau contrainte de vivre, l'aspect social de son existence stagne depuis des années. Elle essaie de progresser, parfois, poussée par son père qui voudrait qu'elle soit moins isolée, ou par Toby qui affirme qu'elle est trop formidable pour ne pas le partager. Elle ne l'est pas, c'est certain, et à ses yeux elle n'est qu'un amas de défauts qui devient un boulet attaché aux pieds de ceux qui ont le malheur de croiser sa route. Elle s'y tente, pourtant, s'obligeant à parler avec certaines personnes alors qu'elle aurait naturellement choisi de garder le silence, ou encore de s'approcher d'autres pour discuter. Créer des liens, quelque chose de plus humain que la carapace qui l'entoure depuis qu'elle est enfant. Elle s'y contraint, parce qu'elle n'aime pas décevoir ceux à qui elle est attachée. Être attachée à quelqu'un – c'est déjà trop humain à ses yeux. Sauf qu'elle est née avec cette nature, et malgré tous ses efforts elle ne peut s'en défaire. Peut-être devrait-elle simplement décider de vivre avec, et non contre – et alors tout s'améliorerait.

Déjà à Poudlard ce n'était pas une grande bavarde, de ces adolescents isolés qui passent leur temps le nez plongé dans un bouquin. De ceux qui ne disent rien, qui ne s'approchent pas, ceux que l'on regarde de travers parce qu'ils observent au lieu de s'intégrer. Pourtant c'est comme ça qu'elle a toujours fonctionné – elle n'est pas faite pour s'intégrer. Mais toi tu as voulu l'intégrer, à l'époque. Dès son premier cours de sortilèges à Poudlard, tu t'es installée à côté d'elle pour lui parler. Lui poser plein de questions, surtout, alors qu'elle était juste perplexe – intimidée. T'avais tout d'une demoiselle populaire qu'on appréciait, et elle c'était la petite nouvelle qu'on regarde avec curiosité, avant de s'en désintéresser parce qu'elle n'a pas grand intérêt, cette solitaire. Tu étais l'une des seules à penser qu'elle en valait la peine, certainement, pourtant lorsqu'elle est partie, vous avez cessé de communiquer. Cela fait bientôt dix ans – pas un mot, une lettre, un regard. Deux fantômes du passé qui ne se croisent qu'aujourd'hui.

« Happy ! » C'est elle qu'on appelle, c'est toi qui veut lui parler, mais ta voix elle ne la reconnaît pas tout de suite. Pas avant d'avoir tourné la tête pour apercevoir ton visage, parce que dix années se sont écoulées depuis la dernière fois qu'elle l'a entendue. « Ça fait tellement longtemps, j'suis contente de te revoir » « Hestia... salut, » qu'elle répond avec un sourire maladroit – perdue face à tant d'enthousiasme de ta part. Pas douée, c'est bien le terme, mais tu ne peux pas lui reprocher de ne pas avoir essayé. « Comment tu vas depuis le temps ? » Elle va comme il y a huit ans. Coincée à Poudlard alors qu'elle voudrait en partir, piégée entre les murs du célèbre château alors que c'est le monde moldu qui lui faut. Pourtant ce n'est pas ce qu'elle va te répondre, parce qu'elle n'est pas de ceux qui s'apitoient et cherchent la pitié d'autrui. Elle est suffisamment pitoyable sans en ajouter, selon elle. « Bien, je vais bien. Et toi ? Qu'est-ce que tu fais par ici ? » qu'elle demande. Elle veut être normale, parler comme si rien ne clochait dans son esprit – elle essaie.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 898 MOTS.


_________________
I was the moon and she was the sun. I was war and she was peace. I was disaster and she was beauty. I was sorrow and she was happiness. She was my salvation. I was her destuction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 87
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Mer 28 Mar - 10:40


   so eager to see you again
   @Hestia Jones & @Happy K. Lacroix
(hespy)

   
Je sens, je vois presque, une vague brillante naître au creux de mon ventre et mon coeur se mettre à s’agiter. Il m’énerve, ce palpitant qui m’empêche de me comporter normalement – et fait apparaître un sourire stupide sur mon visage alors qu’en même temps j’croise les bras. Maîtrise toi, Hestia, c’est pas le moment. Ca fait juste longtemps que je l’ai pas vue, Happy, on va dire que c’est à cause de ça que tout se met à faire n’importe quoi. Elle m’a manqué. Point. On se calme. J’inspire profondément histoire que tout ralentisse un peu, et je finis par adopter le masque neutre des interrogatoires même en sachant que ça pourrait faire bizarre. Pour rectifier le coup j’garde mon sourire – parce qu’en face d’elle impossible de s’en empêcher. Elle est loin d’être la seule à me faire réagir comme ça mais Happy, c’est comme une drogue dès qu’elle est en face. Et j’ai intérêt à faire en sorte qu’elle ne le remarque pas. Parce que si je sais quelque chose sur elle c’est que le simple fait de voir quelqu’un la met mal à l’aise, et si je commence à agir pas comme avant ça finira forcément en n’importe quoi. Et j’y tiens pas. Du tout.
Pour essayer d’éviter de la stresser j’commence par des questions normales – demander des nouvelles, c’est pas censé faire fuir quelqu’un non ? C’est pas comme si je l’abordais avec le traditionnel « Bureau des Aurors, j’ai besoin d’informations et d’après mes sources vous pouvez m’en donner sans problèmes si vous coopérez gentiment ». Parce que jusque récemment c’est comme ça que la plupart de mes conversations commencent au point d’en devenir lassant – presque.
J’regrette de pas avoir donné signe de vie, j’aurais dû. J’ai envie de lui faire tout un discours sur ça, mais ça la mettrait encore plus mal à l’aise, et c’est une des dernières choses dont j’ai envie. J’veux qu’on se revoie comme avant – sans qu’elle ne flippe comme quand elle commençait à avoir l’habitude que je la colle.
Si jamais elle en a eu, l’habitude, j’en sais absolument rien.
« Hestia... salut, » J’me mords la lèvre – j’aurais peut-être pas dû paraître aussi enjouée que ça. Mais ce qui est fait est fait, et je ne peux que lui offrir un sourire que j’espère rassurant. En priant Merlin, Morgane et tout le reste pour que ça soit efficace. J’attends, je la presse pas, et j’essaie de faire en sorte que mes yeux arrêtent de briller stupidement – imposible de voir si c’est le cas mais j’peux qu’estimer que c’est le cas. « Bien, je vais bien. Et toi ? Qu'est-ce que tu fais par ici ? »  J’ai le ventre qui vibre – argh. Que ça se calme, pitié. « J’profite d’un jour de congé, » j’annonce avec un sourire. « Et ma journée vient de s’améliorer avec une vieille connaissance, qu’est-ce que tu fais dans la vie maintenant ? »
C’est pas une question flippante ça, non ? « Tu veux qu’on aille se poser quelque part pour discuter un peu ? Si t’as le temps évidemment. » J’veux surtout pas qu’elle se pense obligée – j’survivrai si elle refuse.
Espérons.

   

_________________

hespy
Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 371
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Jeu 29 Mar - 22:56

So eager to see you again

Hespy


Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.
Happy n'a jamais su ce que tu ressentais pour elle, elle qui n'a jamais rien compris aux sentiments humains. Elle essaie pourtant, mais elle a l'impression de n'en connaître aucun, sauf les plus néfastes qui lui prouvent à quel point il serait plus simple de ne pas être humaine. Sauf qu'elle a un cœur qui bat dans sa poitrine, comme le tien qui accélère lorsque tu la reconnais, et que tu viens la rejoindre pour discuter. Qu'est-ce que tu fais ici ? « J’profite d’un jour de congé. » Elle est loin de se douter pas que tu travailles dans un bar désormais, et encore moins que tu y es parce que tu as dû quitter le bureau des Aurors. Et elle a pas la délicatesse d'y penser, seulement celle de t'interroger, pensant bien faire en s'intéressant à toi – bien que tu aies toujours été une personne intéressante à ses yeux. « Tu travailles où ? » Vous n'avez pas échangé un mot depuis votre départ de Poudlard, même si elle ne peut que t'imaginer exerçant un travail plus actif que simplement barmaid. Tu étais une adolescente aussi spontanée que franche, casse-cou, vive, et elle n'imagine pas que tu aies pu changer depuis la dernière fois. Elle ne te voit pas derrière un bureau, cela dit elle n'y connaît pas grand chose aux métiers du monde magique, si ce n'est rien du tout. « Et ma journée vient de s’améliorer avec une vieille connaissance, qu’est-ce que tu fais dans la vie maintenant ? » Pendant un instant elle te fixe sans comprendre, n'esquissant aucun geste alors que ses méninges s'agitent, puis elle baisse automatiquement les yeux en réalisant que tu parles d'elle. Un sourire maladroit naît sur ses lèvres alors qu'elle tente de répondre quelque chose de cohérent. « J'suis contente d'égayer ta journée alors... » Elle aura au moins servi à quelque chose, dira-t-on. Sauf qu'elle est si gênée qu'elle en oublie un temps ta question, avant de relever la tête lorsqu'elle s'en rend compte. « Je suis prof. A Poudlard, mais j'suis... partie pour le week-end. » Parce qu'elle sait qu'elle devra y retourner, dans ce château plein à craquer de magie. Elle s'y fait peu à peu, mais cela reste quelque chose de difficile pour elle. Pourtant elle se force, parce qu'elle veut être comme les autres. Elle veut être normale.

Tu souris, toi, comme si tu étais à l'aise dans cette discussion qu'elle peut s'empêcher de trouver embarrassante. Elle marche bêtement sur des œufs par peur de dire n'importe quoi, alors cela manque cruellement de naturel, et ça se voit à son visage. Un peu trop crispé sans doute, malgré tes tentatives pour la mettre à l'aise, et ne pas la brusquer. « Tu veux qu’on aille se poser quelque part pour discuter un peu ? Si t’as le temps évidemment. » « On peut si tu veux, » qu'elle répond avec un demi-sourire figé, hésitant. Elle appréhende, en réalité. Se retrouver seule avec toi, à parler pour compenser ces huit années de silence, ça augmente exponentiellement la probabilité qu'elle fasse une erreur. Sauf qu'elle te suit quand même, parce qu'elle ne peut pas te refuser ça. Tu étais son amie, pas vrai ? Mais après huit ans sans nouvelle, est-ce que tu l'es toujours ? « Je sais pas du tout quoi dire, désolée. J'ai jamais été douée avec ce type d'interaction, » qu'elle finit par avouer après quelques instants de silence durant lesquels vous marchez côte à côte. Ce serait tellement plus simple si elle n'était pas complètement détraquée. Elle voudrait simplement être comme toi.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 647 MOTS.


_________________
I was the moon and she was the sun. I was war and she was peace. I was disaster and she was beauty. I was sorrow and she was happiness. She was my salvation. I was her destuction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 87
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Ven 13 Avr - 0:31


   so eager to see you again
   @Hestia Jones & @Happy K. Lacroix
(hespy)

   
J’m’en offusque pas — avec Happy c’est jamais arrivé. Je suis pas du genre à m’énerver parce que les gens agissent bizarrement, j’préfère les aider, au contraire. Encore une fois ça me fait me demander pourquoi le Choixpeau m’a répartie à Serdaigle, comme j’ai trop l’air d’une Poufsouffle parfois, Poufsouffle assommée par trop de réflexions divagantes pour l’être totalement. Poufsouffle qui réfléchit sans aimer travailler, qui préfère lancer des sorts sur les gens plutôt qu’de les protéger. Définitivement pas Poufsouffle, mais j’ai ce sentiment de toujours vouloir aider — en tout cas aider Happy. Et d’autres, sauf que c’est plus rare. Happy, Happy, Happy, elle est restée coincée dans ma tête tout ce temps et je ne m’en suis même pas rendu compte, au point de me demander si c’est pas moi la plus déglinguée des deux. Ces huit ans j’ai l’impression de les avoir passés à la recherche d’adrénaline et d’enquêtes pour plus penser à autre chose et surtout pas à elle. J’ai pas cherché à la recontacter pour ça. J’l’ai pas fait et je regrette — ça fait longtemps que j’ai pas ressenti ce genre de choses. « Tu travailles où ? » J’baisse les yeux un moment, honteuse de plus pouvoir fièrement annoncer au monde que j’ai fini Auror. Honteuse de devoir expliquer pourquoi, de devoir dire que j’ai cédé à du chantage. Du chantage pour m’sauver la vie. J’ai pas envie de raconter ça mais j’me reprends tout de suite. Inutile de montrer que j’ai pas trop envie de parler de ça alors qu’elle me pose une question. C’est tellement rare que j’peux que profiter de l’occasion, prolonger le moment autant que je peux. « J’suis… je travaille aux Trois Balais, » que j’finis par avouer avec une boule amère dans la gorge. Furieuse contre les Black — mais j’pouvais pas risquer de crever à cause d’eux non plus. Tout plutôt que ça. « C’est pas ce que j’aimerais faire, j’étais Auror, mais j’ai fini par avoir un burn out, alors j’ai changé. » Burn out. Une excuse pourrie pour cacher le secret — que j’ai pas le droit de dire à qui que ce soit. Burn out. Une vraie excuse nulle, j’ai pas fait pire il me semble, et j’ai plus qu’à prier Merlin et Morgane pour qu’elle ne se rende compte de rien. Sauf que ça peut être épuisant, l’métier d’Auror, dangereux, surtout en ce moment. On n’a pas le temps de prendre une pause ou de vacances, le crime ne dort pas, et ça a été le cas de plusieurs collègues dont les nerfs ont lâché — faut dire que s’trouver devant un cadavre sous la Marque des Ténèbres certaines fois ça n’aide pas à rester solide trop longtemps. « J'suis contente d'égayer ta journée alors... » Soulagée, j’peux respirer de nouveau. Je l’ai pas terrorisée — pour le moment, et si elle arrive à répondre une phrase du genre c’est que ça va. Que j’suis pas trop démonstrative et que j’ai pas le palpitant trop bruyant. Calme-toi, Hestia, sinon elle le repérera, et ça la fera fuir. « Je suis prof. A Poudlard, mais j'suis... partie pour le week-end. » Prof ? J’ai du mal à y croire — Happy prof. Qui êtes vous, et qu’avez vous fait à Happy Lacroix ? Happy prof. Happy au milieu d’adolescents toute la journée, toute la nuit, dans un château surpeuplé, Happy qui mange dans la Grande Salle sans pouvoir se cacher au milieu des étudiants — j’peux pas réussir à me l’imaginer comme ça. « Sérieux ? Et t’enseigne quoi ? » J’préfère demander pour pas lui faire comprendre qu’à force de l’observer j’ai vu qu’elle passait du temps à apprendre les cartes du ciel par coeur plus qu’autre chose. Ca ferait bizarre, et même si je me doute de sa réponse j’préfère la laisser s’en charger. Puis j’ai l’impression de me sentir pousser des ailes, à lui demander encore pire que répondre à une question. Passer du temps ensemble — elle a tous les droits de refuser. J’sais qu’elle va le faire. Ca serait pas Happy, sinon, et j’aurais pas été aussi accro à elle si elle avait pas été aussi dure à atteindre.
Il paraît. C’est ce qu’on m’a souvent dit. « On peut si tu veux, » et j’ai le coeur qui se calme, d’un coup. Plus de temps, elle vient de m’offrir des minutes de plus et j’ai le cerveau qui se met en marche pour trouver un coin tranquille. « Je sais pas du tout quoi dire, désolée. J'ai jamais été douée avec ce type d'interaction, » J’peux que lui sourire en essayant de pas être traumatisante. « T’en fais pas ! » je réponds, avec la voix la plus rassurante que j’ai trouvé. « Tu connaîtrais pas le coin moldu le plus calme et le plus proche ? Les Trois Balais ou le Chaudron Baveur c’est toujours trop bruyant. Avec trop de monde, je déteste ça. »
Peut-être que c’est pour ça qu’on s’est bien entendues, au final. Parce que j’peux avoir une dose de socialisation, mais pas trop — trop longtemps j’finis par saturer et elle était toujours là pour m’aider à fuir les coins trop peuplés. Et elle connaît mieux le Londres moldu que moi, peut-être que ça l’aidera si elle peut maîtriser la situation.

   

_________________

hespy
Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 371
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Sam 14 Avr - 17:47

So eager to see you again

Hespy


Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.
C'est naturellement qu'Happy te demande quel métier tu exerces aujourd'hui lorsque tu affirmes profiter d'un jour de congé pour prendre l'air. Elle, elle a simplement fui le château, et elle a la journée devant elle pour ne plus avoir à se soucier de son travail, des élèves, de la magie. Du moins en quelque sorte, parce qu'elle n'est pour l'instant qu'à Pré-Au-Lard, pas encore chez les moldus. Pourtant elle sait qu'elle s'y sentira bien mieux. « J’suis… je travaille aux Trois Balais. » Absolument pas douée pour cacher sa surprise, la voilà qui arque un sourcil, puis l'autre, les yeux ronds. Tu bosses dans un bar, vraiment ? « C’est pas ce que j’aimerais faire, j’étais Auror, mais j’ai fini par avoir un burn out, alors j’ai changé. » « Un burn out ? » A dire vrai, elle ne t'imagine pas faire un burn out. Lorsque vous étiez à Poudlard, tu étais ce genre d'adolescentes déterminées à n'en plus finir, avec mille objectif à réaliser en permanence, et jamais assez de temps pour le faire. A vouloir en faire toujours plus pour atteindre son but, tu ne cessais de bouger, et les rares instants où tu te posais c'était pour être avec elle, parce que tu savais qu'elle ne pouvait pas faire comme toi. T'étais pas de ceux qui abandonnent, et elle a du mal à croire que cela puisse être le cas aujourd'hui. Pourtant, elle n'insiste pas, parce qu'elle ne veut pas t'embarrasser. Et puis peut-être que tu ne lui mens pas, et qu'elle se fait simplement des films. Toute seule, dans sa tête – ça ne serait même pas étonnant. Elle doit seulement trouver une réponse normale à présent, sauf qu'elle n'a pas la moindre idée de ce qu'elle pourrait bien te dire. « Et tu vas... mieux ? » Définitivement, cette idée la perturbe. Elle n'y croit pas, mais pourquoi prendrais-tu la peine de lui mentir ? Elle n'en a aucune idée, elle sait juste que ce n'est pas logique. Elle a beau ne pas comprendre grand chose à l'être humain, d'un point de vue statistique tout cela est très clair. Il n'y avait aucune chance que tu finisses serveuse à ta sortie de Poudlard, tout comme la probabilité que tu aies abandonné un travail tel que celui d'Auror – dont elle ne sait pas grand chose cela dit – pour celui-ci était très faible, même pour un burn out. Elle ne t'imagine pas à terre, à dire vrai. Tu n'es pas du genre à abandonner, elle le sait.

Elle pense pas égayer ta journée pour un livre, Happy, songeant simplement que tu dis cela pour lui faire plaisir. Pour la mettre en confiance sans doute, comme tu le faisais lorsque vous étiez à Poudlard. Sauf qu'elle n'y croit pas, et que ses élèves sont bien la preuve qu'elle n'est pas le genre de femme à enjoliver la journée des autres. Au mieux elle n'a aucun d'impact sur celle-ci, au pire elle la dégrade comme un acide attaquerait un métal. Elle n'a rien de happy, en réalité – c'est aussi simple que cela. « Sérieux ? Et t’enseignes quoi ? » Sérieusement, oui. Prof, même si elle n'a absolument pas sa place derrière un bureau, et encore moins devant des élèves. Des adolescents incapables de se tenir qui passent leur temps à faire n'importe quoi. Ingérables, pourtant c'est à elle de s'en occuper. Elle aurait échangé son rôle avec le premier venu si seulement cela ne comptait pas autant pour son père de l'avoir près de lui, à l'abri. Protégée par les murs du château, elle qui ne sait pas se défendre avec autre chose que ses poings. Comme une moldue, bien qu'elle tente petit à petit de progresser avec sa baguette, elle se sent toujours aussi minable. Comme lorsqu'elle était élève, mais avec dix ans de retard, et c'est pitoyable. « L'astronomie, même si ça intéresse pas grand monde chez les sorciers,  » commente-t-elle en haussant les épaules. Elle n'a pas pour but d'intéresser ses élèves, finalement, juste de les contenir. De toute façon, ce sera bientôt fini. Plus qu'un mois et elle sera libérée de ce fardeau, si son père tient parole. S'il ne la retient plus à Poudlard, elle pourra retourner vivre dans le monde moldu. Ou ailleurs, elle n'en sait rien – au fond elle a peur de quitter certaines personnes qui comptent plus pour elle qu'elle ne veut bien l'admettre.

Discuter, c'est tout ce que tu souhaites, pourtant la voilà déjà qui panique. Angoissée à l'idée de se tromper quelque part, et de ne pas pouvoir corriger son erreur comme on modifie une équation mal équilibrée. Les humains se vexent, pas les nombres – en cela ces derniers sont plus simples à manipuler. Ils ont une mémoire, un orgueil, une susceptibilité qu'Happy n'est pas capable de traiter, et ce depuis des années. Elle ne les comprend pas, ces êtres humains qui l'entourent. Elle a peur, peur de faire une erreur avec toi, peur de te blesser. Pour rien au monde elle ne voudrait cela. « Tu connaîtrais pas le coin moldu le plus calme et le plus proche ? » Elle ne sait pas comment tu fais pour être aussi calme alors que son palpitant ne cesse d'accélérer, exponentiellement. « Les Trois Balais ou le Chaudron Baveur c’est toujours trop bruyant. Avec trop de monde, je déteste ça. » Elle se mord la lèvre alors que vous marchez, songeant au fait que grâce à toi elle n'est pas toute seule. Qu'elle n'a pas à autant se forcer avec toi, que cela semble plus naturel. Étrangement naturel, à dire vrai. « Je connais un endroit chez les moldus, si tu veux. » Une personne normale aurait sûrement pris ta main pour t'entraîner à sa suite, mais elle n'en est pas capable. Alors elle se contente de continuer à marcher, vous indiquant la route. Jusqu'à ce qu'elle craque, perturbée par trop de questions et une franchise dérangeante. « C'est vraiment à cause d'un burn out que t'as arrêté d'être Auror ? » Fuck, c'est sorti tout seul.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 647 MOTS.


_________________
I was the moon and she was the sun. I was war and she was peace. I was disaster and she was beauty. I was sorrow and she was happiness. She was my salvation. I was her destuction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 87
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Sam 9 Juin - 15:55


   so eager to see you again
   @Hestia Jones & @Happy K. Lacroix
(hespy)

   
HAPPY – « Un burn out ? Et tu vas... mieux ? »
Tu t’mords la lèvre, honteuse de devoir mentir. Surtout à Happy qui n’a rien demandé, mais t’as pas envie de l’inclure là-dedans, parce que tu sais que dès le moment où tu mentionnera le nom d’Alphard Black elle sera en danger. Et ça, t’as aucune envie que ça arrive. Tu sais, comme tout le monde, que Narcissa Black a accès à beaucoup plus de moyens pour pourrir la vie des gens qu’il n’en paraît. Tu sais, surtout, qu’elle fait partie d’un des camps de la guerre qui a lieu en ce moment. Et pas le meilleur. Tu sais qu’à cause de ça elle n’hésitera pas à faire du mal à Happy si elle est au courant, et t’as le cerveau qui se met à réfléchir le plus vite possible pour essayer de rattraper le coup. Tu sais pas si annoncer que t’as été virée changera la vision qu’Happy a de toi. Tu sais pas si annoncer ça sans mentionner le pourquoi du comment serait utile. Alors t’reste plantée là, à hocher la tête, avec la tête de l’enfant pris sur le fait.
HESTIA – « En fait j’pas le droit d’en parler, » ou sinon tu te fera bouffer toute crue et Happy avec. Tu reste évasive, mais tu prie Merlin, Morgane et tous les autres pour qu’elle ne pose pas plus de questions. T’aimerais plutôt être Langue de Plomb. Au moins, ça serait logique que tu doive te taire.
T’hoche la tête à sa question. Tu vas bien. Y’a juste le boulot qui te manque, et t’aime pas ça. T’aime pas devoir rester piégée derrière un bar toute la journée à servir à boire à des inconnus. T’aime pas devoir faire la videuse en virant ceux qui ont beaucoup trop bu pour rester plus longtemps aux Trois Balais. T’aime juste habiter à Pré-au-Lard, pas loin de Charles que t’as contacté pour le voir demain. Vu que t’es pas loin, maintenant, t’as plus aucune excuse pour ne pas y aller. Et il t’a manqué, aussi, mais Happy encore plus. « J’suis désolée de pas pouvoir en dire plus, vraiment. Ils m’ont fait jurer de me taire – et j’pas fait de burn out, du coup. C’était la première excuse que j’ai imaginée. »
Une excuse vraiment pourrie, oui. Et t’as le rouge aux joues qui monte, tu peux pas l’empêcher et voilà que tu deviens aussi mal à l’aise que Happy.
Ça promet.
Sauf que c’est le moment révélations et en attendant, Happy t’en fait une autre – pire. Prof ? Non, ça doit être une blague, ou sinon c’est plus la Happy que tu connaissait qui se tient devant toi. La Happy que tu connais, elle ne tiendrait pas deux minutes devant des hordes d’adolescents toute la journée.
T’suppose.
Dans tes souvenirs, c’était comme ça.
HAPPY – « L'astronomie, même si ça intéresse pas grand monde chez les sorciers,  » T’souris, c’est – finalement – quelque chose que tu la vois bien faire. Perdue dans l’cosmos à l’étudier pendant toute la nuit et montrer ça à tout le monde ensuite. HESTIA – « Moi ça m’intéressait, » tu lui rappelle, parce que c’est totalement vrai. C’était même une de tes matières préférées avec la DCFM, et ça te manque.
HAPPY – « Je connais un endroit chez les moldus, si tu veux. » Tu lui souris, t’serais capable de la suivre n’importe où. Même chez les moldus, un monde que tu connais plutôt bien – en tout cas l’monde moldu New Yorkais. Il doit pas être si différent que les moldus londoniens.
HESTIA – « J’suis sûre que ça sera parfait, je te suis. »
Si il y a quelque chose dont t’es sûre aussi, c’est qu’elle ne va pas lâcher sur ton mensonge, et t’essaie de trouver quoi dire sans tout devoir raconter. Sauf qu’elle te poste la question bien trop tôt, et que t’étais pas prête, et que d’autre excuse, t’en as pas.
HAPPY – « C'est vraiment à cause d'un burn out que t'as arrêté d'être Auror ? »
Bon. Cette fois t’suppose que t’as plus qu’à raconter un peu. T’as une main nerveuse qui passe dans tes cheveux, tu sais pas comment formuler ça. Comment raconter à quelqu’un sans l’inquiéter qu’une famille de sang-pur – et pas n’importe laquelle – t’as fait du chantage pour qu’tu lâche une affaire et que t’as décidé de continuer quand même ?
HESTIA – « En fait, ils m’ont virée, » mais t’as pas le droit d’en dire plus. T’as pas le droit, t’aimerait en parler, mais t’peux pas. Sinon ça la mettra en danger elle aussi.  

   

_________________

hespy
Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 371
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Sam 7 Juil - 14:24

So eager to see you again

Hespy - @Hestia Jones


Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.
A dire vrai, Happy a dû mal à t'imaginer faire un burn out. Tu as toujours été si motivée et investie, et pourtant capable de te détendre et de te relâcher, elle trouve cela étrange, et ne peut d'ailleurs cacher sa surprise quand tu lui dis être serveuse aux Trois Balais. Elle s'inquiète, aussi, elle qui essaie d'apprendre à réagir comme les autres. Elle a l'impression de voir ton regard se brouiller, comme si elle te mettait mal à l'aise, et cette idée lui noue le ventre – elle a l'impression de te déranger. « En fait j’pas le droit d’en parler, » « Pourquoi ? » qu'elle demande par réflexe, avant de rougir et de rajouter. « Oublie je... j'ai rien dit, » tente-t-elle en hochant la tête bêtement, rouge de honte. Elle se sent stupide, absolument idiote de ne pas comprendre le fait que tu ne puisses pas lui en parler. Ou peut-être que tu n'en as simplement pas envie, et ce serait parfaitement ton droit, alors elle ne devrait même pas s'y opposer. Au moins son impression étrange à propos de ton burn out s'est avérée justifiée, bien que cela ne lui apporte pas grand chose finalement. « J’suis désolée de pas pouvoir en dire plus, vraiment. Ils m’ont fait jurer de me taire – et j’pas fait de burn out, du coup. C’était la première excuse que j’ai imaginée. » « J'comprends, » assure-t-elle alors en hochant la tête, tentant de reprendre une contenance en ayant senti ses joues rougir tout à l'heure. Elle se sent tellement idiote alors qu'elle aimerait te renvoyer une image bien moins minable d'elle, c'est ridicule. Pas capable d'être normale, elle et ce mot qui l'obsède encore et toujours.

Tu as fini serveuse et elle professeur, c'est à ne plus rien y comprendre. A croire qu'aucune de vous ne fait le métier qu'elle souhaite aujourd'hui, mais que chacune feint que c'est le cas pour ne pas inquiéter l'autre. Le seul aspect qu'Happy apprécie dans son métier actuel c'est la matière qu'elle enseigne, parce qu'elle reste une passionnée des étoiles depuis qu'elle est toute petite. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde, assurément, et ses élèves le lui ont bien fait remarquer tout au long des quelques mois qu'elle a passé à enseigner. Enseigner, même ce mot ne lui va pas – qu'est-ce qu'elle peut être mauvaise pour ça. « Moi ça m’intéressait. » Ta réflexion lui arrache un demi-sourire, alors qu'elle rétorque maladroitement. « Pas sûr que tu aies l'âge pour suivre mes cours. » Et d'ajouter, comme par peur d'avoir – encore – dit une connerie. « Et puis tous mes élèves auraient l'air ridicules à côté de toi. » Pas tous, il est vrai, mais puisque plus de quatre-vingt-dix pour-cents n'est pas capable de se tenir à carreau une heure entière, elle se contente de généraliser l'évidence. Hormones ou pas, ces adolescents sont bien incapables de se concentrer sur son cours, même si le fait qu'elle soit si mauvaise pédagogue ne doit pas aider.

Alors qu'elle te propose de vous trouver un coin tranquille chez les moldus, te voilà qui sourit en acquiesçant. «  J’suis sûre que ça sera parfait, je te suis. » Elle hoche doucement la tête, continuant de marcher alors que des questions embrouillent toujours son esprit. Elle voudrait tellement comprendre pourquoi tu n'es plus Auror, pourquoi tu ne peux pas lui en parler. Pourquoi tant de mystère autour d'un changement d'emploi ? Pas qu'elle soit très explicite sur le sien, quelque part, mais elle elle n'a pas choisi. Toi non plus, cela dit, mais ça elle ne le sait pas. La question s'échappe de ses lèvres trop vite pour qu'elle puisse la retenir, et une dizaine d'injures traversent sa tête pourtant libérée d'une interrogation. Quoi qu'elle aimerait bien que tu lui répondes, cette fois, elle ne peut s'empêcher de se sentir affreusement pénible, et de se maudire d'être aussi lourde. « En fait, ils m’ont virée. » « Et t'as le droit de me dire pourquoi ? » qu'elle demande avec plus de précautions cette fois. « Tu sais que je dirais rien, hein, si c'est quelque chose d'important ? Je sais tenir ma langue, » assure-t-elle, comme pour te convaincre de cesser de faire tant de mystères. Elle a l'impression que tu es aussi mal à l'aise avec elle qu'elle-même l'est avec le reste du monde, et ce n'est pas bon signe. Et si elle te dérangeait ? Si en fait tu te forçais à la suivre alors que tu n'as pas envie de lui parler ? Soudainement les interrogations toxiques s'accumulent dans son esprit, et elle se déteste d'autant plus d'être incapable de réagir normalement, ou même de comprendre ce qui peut bien te passer par la tête. Quelqu'un de normal comprendrait, elle en est certaine. Tout le monde ferait mieux qu'elle dans cette situation.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 892 MOTS.


_________________
I was the moon and she was the sun. I was war and she was peace. I was disaster and she was beauty. I was sorrow and she was happiness. She was my salvation. I was her destuction.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 87
Date d'inscription : 13/03/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Jeu 26 Juil - 17:14


   so eager to see you again
   @Hestia Jones & @Happy K. Lacroix
(hespy)

   
Tu soupire, bravo Hestia, t’es une championne aujourd’hui. Vraiment. Y’a rien de mieux que tu pouvais faire pour gâcher tes retrouvailles avec Happy que lui mentir, et là t’as qu’une envie c’est de maudire les sang-pur, surtout les Black, les Aurors pour s’être laissés avoir par ta lettre de démission, et contre toi pour avoir céder au chantage de Narcissa. T’aime pas ça, l’histoire t’laisse un goût amer dans la gorge, et tu déteste être mise à l’écart, t’aime pas rester derrière un bar, t’rêve juste de filer de là. Sauf que t’as pas trouvé d’autre alternative pour le moment, et ça te frustre, au point que t’arrive plus à faire fonctionner ton cerveau autrement. A moins qu’tu sois perturbée par la présence d’Happy – et encore tu trouve pas de raison qui justifierait ça. C’était pas le cas avant. C’était toi qui était allée la voir en premier, n’aimant pas voir des gens tous seuls. Tu l’as prise sous ton aile et t’as essayé de faire en sorte qu’elle se sente bien à Poudlard, et là, huit ans plus tard tu foire totalement.
T’as du perdre l’habitude.
C’était un réflexe avant.
Et c’est ça qui te met mal à l’aise, de pas réussir à prendre tes marques, quelque chose que t’arrivais parfaitement à faire. A croire que perdre tes habitudes d’Auror, perdre l’action qui allait avec a tout chamboulé – revoir Happy au bout de huit ans sans nouvelles joue aussi, évidemment. Tu regrette surtout de pas avoir cherché à garder contact, chose que t’aurais dû faire dès le début. Sauf qu’ta formation a pris beaucoup plus de temps que tu pensais, et t’as vite été surchargée. T’aimerais lui dire, mais tu sais pas comment, et pour l’heure t’as autre chose à gérer.
HAPPY – « Pourquoi ? » qu’elle demande, Happy, et t’sais que là tu peux plus reculer. T’aurais aimé être Langue de Plomb à la place, ça aurait réglé l’histoire beaucoup plus facilement. Sauf que c’est pas le cas, et vu que t’es plus au bureau, tu peux en parler… pas vrai ? Mais en même temps t’commence à comprendre les Black. Ils ont des oreilles partout, et t’as pas envie qu’ils apprennent que Happy est au courant de tout, parce qu’ils pourraient essayer de l’avoir elle aussi, et ça tu refuse que ça arrive. « Oublie je... j'ai rien dit, » Tu secoue la tête. Elle a le droit de savoir, tu lui dois bien ça. HESTIA – « Non, t’as le droit de demander, c’normal, » tu réponds, parce que tu te sens coupable de rien avoir dit. « C’est ma faute, j’t’ai pas écrit depuis super longtemps, j’aurais pas dû, » Au moins c’est dit, et tu passe une main derrière ta nuque, gênée.
HAPPY – « J'comprends, » T’pousse un soupir de soulagement. Si ça lui va… t’as échappé de justesse à une catastrophe. Ca suffit pour te détendre, et tu marche avec elle en souriant de nouveau depuis que le danger a été écarté. Pour le moment du moins. Tu doute pas qu’elle reviendra à la charge, mais t’profite du changement de sujet. HAPPY – « Pas sûr que tu aies l'âge pour suivre mes cours. » Tu fais la moue, exprès, comme si t’étais déçue de l’entendre. HESTIA – « C’est nul, j’ai pas tant vieilli que ça, et au moins t’aurais une élève assidue, » qu’tu réponds, presque suppliante – pour rire. T’aime l’astronomie, mais pas au point de vouloir reprendre des cours en plus. « Et puis tous mes élèves auraient l'air ridicules à côté de toi. » Tu ris franchement pour le coup. HESTIA – « C’pas faux ! » Et tu fronce les sourcils, un peu inquiète – « Le niveau a tant baissé que ça ? » Tu peux pas t’empêcher de demander.
Poudlard te manque, et t’aime bien en avoir des nouvelles de temps en temps. « C’est qui tes collègues ? Y’a des gens que j’connais ? » T’doute pas que vos ancien camarades aient pu accéder à un poste, si ils avaient ça comme but. Et juste après, t’es prise d’un nouvel accès de franchise, sans t’en rendre compte tout de suite, mais faut croire que ça a besoin de sortir et que t’as besoin de le raconter à quelqu’un.
HAPPY – « Et t'as le droit de me dire pourquoi ? Tu sais que je dirais rien, hein, si c'est quelque chose d'important ? Je sais tenir ma langue,»
Tu hoche la tête, tu la connais, Happy, elle dit rien à personne. Et t’décide de te jeter à l’eau. HESTIA – « J’avais une enquête en cours que des gens ont pas aimé, et j’ai été un peu trop fouiller dans leurs affaires… ils ont fait pression sur le Bureau, soit ils me viraient pour fermer l’affaire, soit je devais faire face à des conséquences moins cool, » t’annonce en essayant d’avoir l’air détachée, même si le chantage que t’as reçu t’as sufisamment fait froid dans le dos pour que tu fuie sans demander ton reste.
T’continue à marcher, attendant anxieusement la réaction de Happy – t’sais pas comment elle peut réagir à ça, mais t’avais pas envie de continuer à mentir.

   

_________________

hespy
Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
poudlard ◊ l'éducation avant tout

poudlard ◊ l'éducation avant tout


Messages : 371
Date d'inscription : 09/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   Mer 29 Aoû - 12:50

So eager to see you again

Hespy


Kiss me like you wanna be loved. This feels like falling in love. We're falling in love. Settle down with me, And I'll be your safety, You'll be my lady. I was made to keep your body warm, But I'm cold as the wind blows so hold me in your arms.
Pourquoi est-ce que tu ne peux pas lui en parler ? Pourquoi tant de secrets sur un renvoi, pourquoi faire croire à un burn out ? Elle n'y comprend rien, mais lorsqu'elle ose poser la question, elle se rétracte finalement, pensant être aller trop loin. Elle n'a pas le droit de t'en demander tant après une absence si longue, sans doute. « Non, t’as le droit de demander, c’normal. » Normal, voilà bien un mot auquel elle ne correspond pas. « C’est ma faute, j’t’ai pas écrit depuis super longtemps, j’aurais pas dû. » Elle ne t'en veut pas, en réalité, parce qu'elle n'a pas fait d'efforts non plus. Elle l'a simplement perçu comme un désintérêt qui ne l'a pas étonnée, auquel elle était finalement habituée. Blessée peut-être, mais pas au point de t'en vouloir. Plutôt au point de penser le mériter. « J'ai pas écrit non plus, » rétorque-t-elle simplement, comme pour te déculpabiliser.

Beaucoup de choses ont changé depuis la dernière fois que vous avez discuté. Happy était devenue professeur, aussi stupide que cela pouvait paraître. Elle n'est pas faite pour cela : elle n'est ni patiente, ni pédagogue. Elle est simplement passionnée par l'astronomie, mais cela ne suffit pas à faire d'elle une bonne enseignante. Ce qu'elle n'est pas, par ailleurs, tout comme majeure partie de ses élèves ne sont pas intéressés par ce qu'elle peut leur apprendre. Ils n'en ont tout simplement rien à faire, mais elle doit faire avec. Tu ferais à n'en douter une étudiante bien plus assidue, cela dit elle doute que tu aies l'âge qu'il faut pour en être une à Poudlard. « C’est nul, j’ai pas tant vieilli que ça, et au moins t’aurais une élève assidue » « C'est vrai. » Sans parler que ses élèves travaillent pour la plupart si peu qu'ils auraient l'air ridicules à côté de toi. « C’pas faux ! Le niveau a tant baissé que ça ? » Elle hausse les épaules, assez neutre sur la question. « Je ne pense pas. Disons plutôt que je m'en rendais moins compte lorsque j'étais élève. C'est plus difficile de l'ignorer lorsque l'on est professeur. » Lorsque certains élèves ne savent pas différencier une constellation d'une galaxie, tu te demandes s'ils ne feraient pas mieux de simplement sécher les cours d'astronomie. Cela dit, tu es bien incapable de différencier la peur du stress sur un visage inconnu, comme quoi chacun a ses lacunes. « C’est qui tes collègues ? Y’a des gens que j’connais ? » Excellente question. Elle n'avait pas beaucoup d'amis à l'époque de Poudlard, alors elle serait incapable de savoir lesquels de ses collègues te connaissent. Hormis, évidemment Zonko. « Euh...  Zonko est l'assistant du prof de sortilèges. Il y a une Bulstrode aussi, et Rosebury. J'sais pas s'ils te disent quelque chose. » L'air concentré, elle fait la liste dans son esprit de tous les visages de ses collègues, et de leurs noms. « Tonks, Auditore... Greengrass, Shacklebolt, Davenport... Osborne, Llowiett, Thornton... Ça te dit quelque chose ? Oh et il paraît qu'un MacFusty sera là dès la rentrée, pour la botanique. » Peut-être que certains de ces noms te diront quelque chose, elle n'en sait rien.

Finalement, alors que vous marchez, la question qui lui brûle les lèvres s'en échappe. Tu n'as pas fait un burn out, elle le savait. Mais alors pourquoi n'es-tu plus une auror, toi qui y tenait tant lorsque vous étiez à Poudlard. « J’avais une enquête en cours que des gens ont pas aimé, et j’ai été un peu trop fouiller dans leurs affaires… ils ont fait pression sur le Bureau, soit ils me viraient pour fermer l’affaire, soit je devais faire face à des conséquences moins cool. » Elle a l'air plus apaisée que ce que tu aurais pensé, du moins si tu as bien reconnu cette émotion sur son visage. « Quel genre de conséquences ? Ils t'ont menacé ? Tu ne sais pas qui est derrière tout ça ? » demande-t-elle alors son regard plongé dans le tien. « Désolé j'pose trop d'questions... T'es pas obligée d'y répondre, » affirme-t-elle en baissant les yeux un instant, avant de les relever vers ton visage. En réalité elle voudrait que tu lui répondes, mais elle ne peut pas t'y forcer.

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 898 MOTS.




_________________
I was the moon and she was the sun. I was war and she was peace. I was disaster and she was beauty. I was sorrow and she was happiness. She was my salvation. I was her destuction.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: so eager to see you again (hespy)   

Revenir en haut Aller en bas
 
so eager to see you again (hespy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ballotage
» Ballotage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Pré-Au-Lard :: Rues et ruelles-
Sauter vers: