AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 baby on board - Abior

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 57
Date d'inscription : 13/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: baby on board - Abior   Jeu 19 Juil - 1:05


baby on board - Abior
@Abigaëlle U. MacFusty
Le train-train du quotidien qui s’était installé ça lui plaisait à Anatole, il se sentait plus léger depuis qu’il avait repris le boulot il y a quelques mois. Il retrouvait celui qu’il était mais surtout sa légèreté d’esprit, il se prenait à sourire ou même à rire et il avait l’impression que le futur serait meilleur – évidemment il gardait dans un coin de sa tête cette peur que l’autre en lui ne refasse surface et pour cela il évitait soigneuse de créer un semblant de relation. Il se montrait cordial avec ses collègues et se contentait du strict minium avec son voisinage – il voulait éviter de revivre un semblant d’attachement comme ça avait été le cas avec Octavia. Son boulot serait toute sa vie et c’était très bien comme ça. Il avait décidé d’utiliser à nouveau son nom d’famille et advienne que pourra en ce qui concernait sa famille, il avait rangé le prénom d’Anatole prenant celui de Thor parce que ça ralentirait probablement le fait qu’on le retrouve. Thor, c’était comme ça que ses amis l’appelaient pour ce qu’il en restait, parfois il se demandait ce qu’étaient devenus Louis et Lucie mais il préférait rapidement chasser leur souvenir de son esprit.

Comme tous les jours, il était venu bosser, troquant ses vêtements de ville pour une blouse d’médicomage, il avait glissé dans l’une de ses poches sa baguette ainsi qu’un petit carnet dans lequel il notait soigneusement tout ce qui lui passait par la tête – pas question d’laisser une idée d’génie lui échapper. Aujourd’hui, il était envoyé au service obstétrique de Sainte-Mangouste, c’était pas sa spécialisation favorite mais la salle d’attente était pleine à craquer et la médicomage en charge était elle-même en congé maternité – ironie quand tu nous tenais. Il s’était glissé dans la salle d’attente attrapant le dossier de la prochaine patiente « MacFusty ? » il lisait en diagonale les informations cherchant une jeune femme de dix-huit ans. Elle s’était levée et il l’avait observé quelques instants avant de reposer son regard sur le dossier – elle était seule et quelque part ça lui fendait le cœur. « Suivez-moi, la salle d’examen est par-là. » lui avait-il dit en la guidant dans le dédale de couloirs avant de lui ouvrir une porte. Il avait marché jusqu’à un bureau qui devait appartenir au chef de service et il proposa à la jeune femme de s’asseoir face à lui. « Je me présente : je suis le docteur Raye et je remplace ma collègue médicomage, j'ignore si vous l'avez déjà rencontré vu la légerté du dossier, alors excusez-moi si je ne suis pas très au fait de tout. » avait-il commencé en tournant une page du dossier sur laquelle il ne figurait que les informations de base. « Ok, je vous écoute, vous avez des questions sur le déroulement de votre grossesse ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 2020
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : L'île Barra pour l'instant

Voir le profil de l'utilisateur



Dernière édition par Abigaëlle U. MacFusty le Dim 22 Juil - 16:40, édité 1 fois
MessageSujet: Re: baby on board - Abior   Ven 20 Juil - 22:37

Baby on board
• Abior •
When, when the fire's at my feet again And the vultures all start circling. They're whispering, "you're out of time", But still, I rise. This is no mistake, no accident. When you think the final nail is in; think again. Don't be surprised, I will still rise. No matter how you shake my core, Cause my roots, they run deep, oh.
T'es dans la salle d'attente, entourée d'trop de monde à ton goût. Elles ont toutes l'air si âgées par rapport à toi, tu te sentirais presque mal à l'aise si t'avais pas décidé d'assumer pleinement ton choix. T'es toute seule, aussi – t'voulais pas être accompagnée. Même pas par Rory, parce que t'as décidé d'être une grande, et qu'c'est juste pas trop tôt. Tu peux pas ignorer certains regards qu'on te lance, mais tu fais comme si. Comme si t'étais pas une ado de dix-huit ans toute seule alors qu'elle a un bébé dans l'bide, mais juste une future maman. « MacFusty ? » Tu redresses la tête, réalisant qu'on t'appelle, avant d'te lever pour faire face au responsable. Le médecin. « Suivez-moi, la salle d'examen est par-là. » Et tu l'suis, sans broncher. C'est bizarre, tu l'sens.

Vous entrez dans un bureau, et tu t'assieds comme il te l'indique, mordillant un instant ta lèvre. T'as pas d'raison de stresser, c'est qu'un rendez-vous – même si t'as p't'être un peu de retard. « Je me présente : je suis le docteur Raye et je remplace ma collègue médicomage, j'ignore si vous l'avez déjà rencontré vu la légèreté du dossier, alors excusez-moi si je ne suis pas très au fait de tout. » « J'l'ai pas vue. J'ai vu personne pendant les 4 mois. » qu't'avoues alors sans plus tarder. « C'est grave ? » qu'tu demandes, avant d'te redresser sur ta chaise.

C'est vrai qu'il est tout p'tit ton dossier. Il r'ssemble à rien, parce qu'il n'y a qu'le questionnaire qu't'as dû remplir en arrivant. « Ok, je vous écoute, vous avez des questions sur le déroulement de votre grossesse ? » « Plein. » Trop, peut-être, et certaines sont sans doute absolument stupides, mais qu'importe : c'est son job d'y répondre. « Je sais pas du tout comment ça se passe. C'est la première fois que ça m'arrive, étonnamment. » T'tentes un trait d'humour parce que malgré tout t'es nerveuse pour c'premier rendez-vous au sujet de ta grossesse. Ca la rend plus concrète que jamais, comme si elle était juste là, devant toi – une confrontation comme t'en as jamais vécue. « C'est normal que j'ai encore des nausées, parfois ? J'croyais que ça devait s'arrêter au bout d'un certain temps. Et c'est normal que je dorme autant ? Ou que certains jours je mange comme un Noir des Hébrides et d'autres pas du tout ? »
code by lizzou — gifs by Google — 475 MOTS.


_________________



I'm free, and nobody is able to catch me. Never.I said I didn't feel nothing, baby but I lied. I almost cut a piece of myself for your life.


© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 57
Date d'inscription : 13/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baby on board - Abior   Ven 20 Juil - 23:26


baby on board - Abior
@Abigaëlle U. MacFusty
C’était pas vraiment son domaine d’expertise les bébés mais c’était pas quelque chose qui le gênait, il avait bosser dans pour ainsi dire tous les services et les moldus n’y faisaient pas exception alors, quand on lui avait demandé de venir y travailler il s’était contenter de hocher la tête sagement. Il était encore considéré comme le nouveau et ça voulait dire qu’il faisait sans jamais rechigner sur quoi que ce soit mais surtout c’était pas son genre à Anatole de se plaindre – il aimait travailler plus qu’autre chose.

Il s’était glissé dans la salle d’attente dans laquelle se trouvait majoritairement des couples et puis il y avait cette jeune fille qui semblait presque être plus une gosse qu’autre chose tant elle semblait perdue parmi le restant du monde. Elle s’était levée et elle l’avait suivi sans rien dire, elle était entrée dans le bureau et s’était installée face à lui. Anatole s’était alors présenter expliquant à la jeune femme qu’il n’était pas au courant de l’intégralité de sa situation étant donné la légèreté du dossier « J’l’ai pas vue. J’ai vu personne pendant les 4 mois. » et avant que le jeune médicomage ait le temps de lui répondre elle avait ajouté « C’est grave ? » en se relevant sur sa chaise alors qu’elle arrachait à Anatole un petit sourire. « Je ne pense pas que ce soit grave mais c’est toujours mieux d’être suivie dès le début d’une grossesse ne serait-ce que pour évacuer un peu de stress. » et c’était plus un constat qu’autre chose, il voyait chez cette future jeune maman tant d’angoisses.

Anatole avait fait glisser devant lui le questionnaire rempli par la jeune femme en lui demande si pour commencer elle avait des questions. « Plein. » évidemment et le contraire aurait été étonnant. « Je sais pas du tout comment ça se passe. C’est la première fois que ça m’arrive, étonnamment. » une pointe d’humour, il lui avait offert un sourire qui se voulait rassurant. « Je m’en doutais. » il espérait pouvoir l’aider à se détendre d’une façon ou d’une autre. C’était impossible pour lui de constater qu’elle était totalement seule, pas de père en vue et encore moins de famille. « Je suis aussi là pour vous aiguiller et répondre à toutes les questions qui vous traversent l’esprit. » qu’il avait dit avant le flot de questions ne commence. « C’est normal que j’ai encore des nausées, parfois ? J’croyais que ça devait s’arrêter au bout d’un certain temps. Et c’est normal que je dorme autant ? Ou que certains jours je mange un noir des Hébrides et d’autres pas du tout ? » il l’avait écoutée avec sa voix qui lui disait combien c’était nouveau et terrifiant pour elle avant de lui répondre avec douceur « Alors, concernant les nausées en général elles auraient dû prendre fin à la fin du premier trimestre mais il arrive que certaines femmes les expérimentent jusqu’au cinquième mois de grossesse donc pour le moment il n’y aucune raison de vous inquiétiez cependant continuez avec un régime pas trop gras pour éviter de les accentuer. » avait-il dit pour commencer « La fatigue elle aussi est normale et n’a rien d’inquiétant, vous créez un nouvel être et ça prend de l’énergie, la vôtre en l’occurrence. » il hochait la tête pour appuyer ses propos. « La faim aussi va varier tout au long de votre grossesse et vous ressentirez peut-être différentes attirances culinaires, elles sont tout à faire normales elles aussi. »  

« Je ne doute pas que votre grossesse se passe à merveille, cependant je propose de jeter un œil à votre progéniture si vous l’souhaitez ? » il lui indiquait la table d’examens d’sa main se levant déjà pour accompagner la future maman. « Installez-vous, c’est une procédure toute simple et vous allez pouvoir entendre l’cœur de votre bébé. » qu’il avait dit en se voulant plein de réjouissance tant ce n’était qu’émotion que de pouvoir entendre ce petit bout de vie. « Je peux aussi vous indiquer le sexe du bébé si c’est votre choix mais ce n’est pas une obligation plein d’mamans préfèrent garder la surprise. » avait-il ajouté alors qu’elle se levait pour se diriger vers la table d’examen.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 2020
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : L'île Barra pour l'instant

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baby on board - Abior   Dim 22 Juil - 15:52


Baby on board
• Abior •
When, when the fire's at my feet again And the vultures all start circling. They're whispering, "you're out of time", But still, I rise. This is no mistake, no accident. When you think the final nail is in; think again. Don't be surprised, I will still rise. No matter how you shake my core, Cause my roots, they run deep, oh.
Premier rendez-vous à propos du petit être qui grandit dans ton ventre, tu peux difficilement nier être anxieuse, bien que tu tentes de paraître aussi sûre de toi que possible. C'est la première fois que tu viens à Sainte-Mangouste à ce sujet, et tu te demandes si c'est grave puisque tu en es déjà au quatrième mois. « Je ne pense pas que ce soit grave mais c’est toujours mieux d’être suivie dès le début d’une grossesse ne serait-ce que pour évacuer un peu de stress. » C'est trop tard de toute façon, mais c'est pas étonnant que tu aies mis autant de temps à te décider à venir. Du haut de tes dix-huit années de vie, c'est ta première grossesse – étonnamment. « Je m’en doutais. » Son sourire te paraît presque excessif tant il se veut rassurant – t'as plus envie d'être prise pour une fillette désespérée. « Je suis aussi là pour vous aiguiller et répondre à toutes les questions qui vous traversent l’esprit. »

Et des questions tu en as. Beaucoup. Trop, sans doute, dont certaines sont sûrement stupides – tu les poses quand même, cela dit. « Alors, concernant les nausées en général elles auraient dû prendre fin à la fin du premier trimestre mais il arrive que certaines femmes les expérimentent jusqu’au cinquième mois de grossesse donc pour le moment il n’y aucune raison de vous inquiétiez cependant continuez avec un régime pas trop gras pour éviter de les accentuer. » « Et le sucre je peux ? » demandes-tu, parce que c'est surtout ça que tu manges. « Genre les bonbons. Les patacitrouilles. Ou le chocolat. » Des sucreries, et du chocolat. Surtout du chocolat – drôle de régime pour un dragon, sans doute. « La fatigue elle aussi est normale et n’a rien d’inquiétant, vous créez un nouvel être et ça prend de l’énergie, la vôtre en l’occurrence. » Créer un nouvel être. C'est presque flippant. « La faim aussi va varier tout au long de votre grossesse et vous ressentirez peut-être différentes attirances culinaires, elles sont tout à faire normales elles aussi. » « D'accord. » Tu hoches la tête doucement, ne voyant pas quoi répondre. Actuellement tes attirances culinaires sont toutes portées sur le chocolat, quelle que soit sa forme, et tu verras plus tard si cela change.

Il t'indique alors la table d'examen d'une main, se levant tout en reprenant la parole. « Je ne doute pas que votre grossesse se passe à merveille, cependant je propose de jeter un œil à votre progéniture si vous l’souhaitez ? » Progéniture – tous ces mots sonnent comme étranges dans ton esprit aujourd'hui. « Installez-vous, c’est une procédure toute simple et vous allez pouvoir entendre l’cœur de votre bébé. » Te mordant inconsciemment la lèvre, tu hoches la tête avant de te lever. « Je peux aussi vous indiquer le sexe du bébé si c’est votre choix mais ce n’est pas une obligation plein d’mamans préfèrent garder la surprise. » « J'en sais rien, » admets-tu, ne sachant vraiment pas si tu veux savoir si c'est une fille ou un garçon. Ne sachant pas même ce que tu préférerais, alors que tu t'installes sur la table d'examen, la mine songeuse. « Comment ça marche ? » qu'tu demandes, curieuse, sans lâcher du regard les yeux du médecin. « En général, à partir de combien de mois on n'est plus capable de travailler ? » l'interroges-tu un peu plus tard, te demandant comment tu vas bien pouvoir te débrouiller cet été.
code by lizzou — gifs by Google — 615 MOTS.



_________________



I'm free, and nobody is able to catch me. Never.I said I didn't feel nothing, baby but I lied. I almost cut a piece of myself for your life.


© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 57
Date d'inscription : 13/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baby on board - Abior   Lun 23 Juil - 0:26


baby on board - Abior
@Abigaëlle U. MacFusty
Il connaissait l’inquiétude, la peur, l’angoisse et ils retrouvaient toutes ces choses dans le regard d’Abigaëlle MacFusty, jeune adulte venue seule sans famille ou petit ami à sa première consultation. Il comprenait la panique qui venait l’étreindre lorsqu’elle lui posait tant d’questions qu’il avait l’impression qu’elle pourrait perdre pied à tout moment et il tentait du mieux qu’il le pouvait de la rassurer. Anatole n’avait qu’un vague souvenir de la grossesse de sa mère par contre il se souvenait de sa tante lorsqu’elle était enceinte de sa cousine Lysie mais surtout de sa joie lorsqu’on avait déposé dans ses bras tremblant la petite Raye et qu’en un regard il avait promis de l’aimer jusqu’à sa mort. « Et le sucre je peux ? » il avait souri parce qu’elle était touchante parce qu’elle voulait finalement bien faire et qu’il voyait en elle déjà la même qu’elle s’ignorait être. « Genre les bonbons. Les patacitrouilles. Ou le chocolat. » son sourire s’était élargi parce qu’il était lui-même friand de toutes ces choses « Tant que ce n’est pas votre alimentation principale donc oui mais avec modération. » qu’il lui avait répondu avec ce même sourire amicale étirant ses lèvres. Elle n’était finalement pas bien plus jeune que lui et ça rendait probablement la proximité et la compréhension entre eux plus accrue. Anatole lui avait donc expliquer différentes choses concernant ses futures envies alimentaires afin de la rassurer si elles venaient à pointer l’bout de leur nez.

Le jeune médicomage s’était alors levé indiquant à la jeune femme la table d’examen lui expliquant qu’ils allaient pouvoir écouter le cœur du bébé afin de s’assurer que tout allait aussi bien qu’il le pensait. Il lui avait aussi annoncé que si elle le souhaitait il pourrait lui annoncer le sexe du bébé « J’en sais rien. » qu’elle avait dit et il n’avait pas insisté. « Comment ça marche ? » avait-elle demandé en s’allongeant sur la table d’examen. « Alors ce sont deux petites choses différentes. Tout d’abord je vais lancer un sortilège de sonorus et on pourra entendre son petit cœur battre comme ça je pourrais entendre si tout est o.k puis on fera une échographie moldue pour que vous puissiez le voir. L’écho c’est aussi simple, on remontera votre blouse sur votre ventre, je mettrais un gel sur votre ventre et je passerais ce petit instrument dessus et on pourra le voir et prendre quelques photos. » évidemment l’avantage de leur monde à eux c’est que sur les photographies on y verrait le bébé bouger – un beau souvenir en somme.

Anatole avait levé sa baguette la pointant vers le ventre de la future maman « Sonorus » avait-il murmuré alors que le son venait déjà résonner dans la pièce, il avait souri s’émerveillant à chaque fois du bonheur d’entendre un petit cœur battre déjà si fort. « Son petit cœur m’a l’air parfait mais l’échographie le confirmera. Sourdinam. » le silence était revenu dans la salle d’examen. « En général, à partir de combien de mois on n’est plus capable de travailler ? » il avait surpris à nouveau cette inquiétude dans son regard « Chaque grossesse est différente certaine personne arrête tôt et d’autres travaille presque jusqu’au terme. » il réalisait à quel point elle devait être seule. « Je vais déposer un peu de gel sur votre ventre, attention c’est un peu froid. » qu’il avait dit en joignant le geste à la parole puis il avait déposé commencé l’échographie. « Regardez, c’est votre bébé. » qu’il avait dit en tournant le moniteur vers la jeune femme pour qu’elle voit déjà ce qui ressemblait déjà bien un bébé. « Là c’est sa tête et ça se sont ses petits pieds. » qu’il avait commenté s’assurant que tout était en ordre, périmètre de la tête de l’enfant à venir ainsi que les battements de son cœur et pour finir son sexe. Tout était pour le mieux, il ne lui suffisait qu’à demander et il le révèlerait sinon il tairait le secret jusqu’au jour de la naissance. « Un bébé en pleine forme. Aucune raison de vous inquiéter mais il faudra revenir avant la fin du prochain trimestre. Vous pouvez baisser votre t-shirt et venir vous rasseoir. » qu’il avait terminé par dire en lui tendant une serviette pour qu’elle frotte le gel.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 2020
Date d'inscription : 02/02/2017
Localisation : L'île Barra pour l'instant

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baby on board - Abior   Ven 31 Aoû - 22:48


Baby on board
• Abior •
When, when the fire's at my feet again And the vultures all start circling. They're whispering, "you're out of time", But still, I rise. This is no mistake, no accident. When you think the final nail is in; think again. Don't be surprised, I will still rise. No matter how you shake my core, Cause my roots, they run deep, oh.
Avant ce rendez-vous, c'est Rory qui te conseillait par rapport au bébé, et bien qu'il ne soit pas médicomage, il avait ce côté rassurant qui t'aidait énormément. Toi qui avais cette stupide impression d'être abandonnée, c'était comme si tu avais trouvé un repère dans ce brouillard, et un petit ange nommée Iona. Il te reste plus qu'à l'annoncer aux autres MacFusty, mais tu voulais que ce rendez-vous ait lieu avant. Pour être sûre, sans doute. Ou pour te rassurer un peu, parce que même si tu crois en toi tu n'as que dix-huit ans. C'est pas exactement ce que t'imaginais faire à ta sortie de Poudlard, mais tu dois composer avec les imprévus, et rédiger une nouvelle partition pour poursuivre ta vie.

Tu aurais pu t'imaginer mangeant trop de chocolat et de bonbons, mais sans doute pas pour cette raison. « Tant que ce n’est pas votre alimentation principale donc oui mais avec modération. » « Et si, certains jours, c'est mon alimentation principale, c'est grave ? » qu'tu demandes, détournant les yeux comme si tu étais gênée. Tu l'es pas en réalité, et ça s'voit au petit sourire en coin qui trône sur tes lèvres. T'manges trop d'chocolat et autres cochonneries, Rory te l'a d'jà dit, c'la dit ça semble pas déranger ta p'tite cousine dont les yeux brillent dès que t'as une tablette entre les doigts. Tablette qui n'y survit pas longtemps, cela dit, mais bon, t'as bien l'droit à quelques excès en étant enceinte. Quitte à gonfler jusqu'à devenir une baleine, au moins tu peux en profiter d'une manière ou d'une autre.

C'est difficile de nier que t'es perdue vu la situation, mais malgré tout tu refuses d'être prise en pitié. Ça a trop été le cas durant les deux premiers mois, alors ça ne doit plus l'être. Pas que tu n'en aies pas moins envie de tout comprendre, questionnant le médicomage qui se charge de toi à de multiples reprises. Visiblement, tu vas passer tes prochains mois à dormir, manger n'importe quoi, soit trop soit pas assez, et p'têtre même vomir si par malheur tes nausées ne prennent fin qu'à la fin du cinquième mois. Tu te passerais volontiers de cette dernière activité, d'ailleurs. Alors, pour ne pas y songer, tu lui demandes plutôt comment tout ceci fonctionne, n'y connaissant absolument rien. « Alors ce sont deux petites choses différentes. Tout d’abord je vais lancer un sortilège de sonorus et on pourra entendre son petit cœur battre comme ça je pourrais entendre si tout est o.k puis on fera une échographie moldue pour que vous puissiez le voir. L’écho c’est aussi simple, on remontera votre blouse sur votre ventre, je mettrais un gel sur votre ventre et je passerais ce petit instrument dessus et on pourra le voir et prendre quelques photos. » Tu hoches la tête silencieusement, installée sur la table d'examen alors qu'tu t'mords déjà la lèvre. « Sonorus. » C'est là que tu l'entends. Son cœur, ce tout petit bruit régulier qui semble résonner dans toute la pièce. Et t'as l'impression qu'c'est le tien qui va exploser, bien qu'tu composes plutôt bien un visage simplement heureux d'entendre ça. Strangulot, c'est ton enfant qu't'entends. C'est le p'tit être qui s'trouve dans ton ventre. C'est son p'tit coeur qui bat pour te rappeler qu'il est vivant. « Son petit cœur m’a l’air parfait mais l’échographie le confirmera. Sourdinam. » C'qui t'amuse, c'est qu'le docteur Raye semble aussi émerveillé qu'tu l'es en ton fort intérieur. Comme si c'était la première fois qu'ça lui arrivait, alors qu'c'est assurément pas l'cas.

Le silence revenu dans la salle, tu l'brises avec une question bien plus pratique concernant le travail. T'as prévu d'en trouver un à Londres dès que tout sera prêt pour que tu puisses emménager chez Rory, si possible au Ministère, alors tu peux pas ignorer le fait qu'tu devras disparaître un temps. Accoucher là-bas, c'pas quelque chose que t'envisages avec beaucoup d'joie – bien qu'tu sois loin d'voir l'accouchement comme une joie, actuellement. « Chaque grossesse est différente certaine personne arrête tôt et d’autres travaille presque jusqu’au terme. Je vais déposer un peu de gel sur votre ventre, attention c’est un peu froid. » « Quand est-ce qu'on sait qu'on doit arrêter ? » demandes-tu alors qu'il applique le gel sur ton ventre qu'tu trouves déjà trop rond. T'as d'jà l'impression de ressembler à une baleine, qu'est-ce que ça va être à la fin ? « Regardez, c’est votre bébé. » Tournant les yeux vers l'écran, tu peux pas les empêcher de briller malgré l'angoisse lorsque tu le distingues. C'est comme une forme floue, sauf que ça prouve qu'il est bien réel. « Là c’est sa tête et ça ce sont ses petits pieds. » Un léger sourire s'glisse au coin d'tes lèvres alors que tu l'observes bouger, l'souffle p't'être un peu trop court. « Un bébé en pleine forme. Aucune raison de vous inquiéter mais il faudra revenir avant la fin du prochain trimestre. Vous pouvez baisser votre t-shirt et venir vous rasseoir. » Attrapant la serviette qu'il te passe, tu nettoies ton ventre, non sans l'trouver à nouveau beaucoup trop rond. « J'sais pas si j'préfère une fille ou un garçon, » qu'tu dis, plus pour toi-même que pour lui. Avant de te lever de la table d'examen pour retourner t'asseoir face au docteur Raye, l'observant un instant. En y réfléchissant bien, il a pas l'air beaucoup plus vieux que toi. Sauf que lui il est médicomage, et qu'toi t'es enceinte – c'pas tout à fait la même situation.
code by lizzou — gifs by Google — 1041 MOTS.



_________________



I'm free, and nobody is able to catch me. Never.I said I didn't feel nothing, baby but I lied. I almost cut a piece of myself for your life.


© signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
conformiste ◊ du côté du ministère

conformiste ◊ du côté du ministère


Messages : 57
Date d'inscription : 13/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baby on board - Abior   Ven 12 Oct - 1:30


baby on board - Abior
@Abigaëlle U. MacFusty
Il comprenait bien les inquiétudes que pouvait ressentir la jeune femme face à lui, pas qu’il lui-même expérimenté une grossesse ou une petite amie enceinte, simplement elle n’était pas la première qui se trouvait assise face à lui dans une situation similaire et il savait à quel point l’anxiété pouvait troubler quelqu’un. Il savait aussi que c’était beaucoup d’changements dans la vie d’une personne – ou d’un couple – et pas seulement physiques, ça chamboulait toute une vie alors quand ce n’était pas prévu sur le planning du début d’une vie d’adulte il pouvait imaginer que ce soit pas quelque chose d’évident. Anatole voulait se montrer le plus doux possible pour ne pas rajouter à l’angoisse dont elle faisait déjà preuve, il essayait du mieux possible de répondre à toutes les questions qu’elle se posait « Et si, certains jours, c’est mon alimentation principale, c’est grave ? » elle venait de lui arracher un petit sourire doux, parce qu’elle avait cet effet là sur lui, il lui donnait l’envie de la rassurer de la protéger de tout ce stress « Vaut mieux éviter mais ce n’est pas la fin du monde, il faut du mieux que vous pouvez prendre soin d’vous parce qu’il ne s’agit pas juste de vous. » qu’il avait dit avec toute la tendresse du monde – c’était un ajustement de réaliser qu’on se trouvait plus seul et que tout ce qu’on faisait avec un affect sur un autre être vivant.

Ensuite, il lui avait fait passé une échographie après avoir écouté l’cœur du bébé avec la jeune femme s’émerveillant comme à chaque fois d’entendre les battements si puissants d’un si petit être. Alors qu’il passait la sonde contre le ventre d’Abigaëlle, elle avait repris la parole pour lui poser des questions quant à sa capacité à travailler malgré la grossesse « Quand est-ce qu’on sait qu’on doit arrêter ? » il avait à nouveau eu ce sourire rassurant « Quand la fatigue devient trop intense, on peut estimer la date de l’accouchement mais le plan n’est pas toujours parfait, votre bébé décide en général quand il a envie d’pointer le bout de son nez. Je vous conseille de ralentir ou même d’arrêter si le fait de travailler vous paraît trop pénible et vous êtes la seule à pouvoir déterminer ça. Ne vous surmenez surtout pas. » qu’il avait fini par dire, puis il lui avait montré son bébé lui indiquant ses petits pieds ainsi que la position de sa tête avant de la raccompagner à son bureau. « J’sais pas si j’préfère une fille ou un garçon. » qu’il l’avait entendue murmurer, ça l’avait fait sourire parce que c’était déjà scellé.

« J’vais vous prescrire des vitamines que vous pourrez récupérer chez notre pharmacien au rez-de-chaussée de l’hôpital, pensez à bien les prendre tous les jours, ça aidera avec la fatigue, si vous avez toujours des nausées je peux vous prescrire quelque chose pour ça aussi. » qu’il avait dit une plume à la main écrivant sur un parchemin « Vous devrez bien penser à revenir dans trois mois pour un rendez-vous avec mon collègue. » qu’il avait ajouté se rappelant qu’il n’était qu’en rotation dans ce service pour remplacer une collègue en congé de maternité, elle serait probablement en de meilleurs mains « J’ai rempli un dossier avec toutes vos informations ainsi que les photos de l’échographie, elle aura tout ce qu’il lui faut pour reprendre la main. » avait-il continué avant de lui tendre une enveloppe « Ça, c’est pour vous, c’est un double des photos. » elle y trouverait les photos d’son enfant, tout aussi magiquement animé que les autres photos des sorciers. « Si entre temps vous avez besoin de quoi que ce soit ou si vous avez une question vous pouvez joindre la clinique et demande le medicomage Raye, c’est moi. » qu’il avait rajouté en souriant. « Vous avez peut-être encore des questions ? » avait-il fini par dire pour s’assurer que la jeune femme avait toutes les informations qu’elle cherchait.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: baby on board - Abior   

Revenir en haut Aller en bas
 
baby on board - Abior
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Baby Doc et Michèle Bennett, un couple très détesté des Haïtiens.
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» Baby Deoxys alias Deox
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Retourneur de Temps :: Les RPs Vifs-
Sauter vers: