AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Entrons dans les prolongations | Crys'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 11:34


 
Crystal Anora Atkins
 une citation rapide


 

 

 
Pseudo
: Sarah
Âge
: 19 ans
Comment as-tu connu le forum ?
de la même manière qu'Hewy & co.
As-tu des remarques à faire ?  
nope  :wut:   
Fréquence de connexion :
 4/7 jours
un dernier mot ?  
PLOP  :45:

 
Code:
[b]holland roden[/b] - Crystal A. Atkins

 

 
Carte d'identité
Prénom
: Crystal, un joyaux pur, c'est ce qui a inspiré papa quand il m'a vu. Anora en second prénom, c'était la mère de mon père. Faut croire que j'étais déjà la fille à papa à la naissance.
Nom
: Atkins, oui encore, quelques choses qui me vient de mon père, je vais vous l'annoncer tout de suite, ma mère ne m'a rien donné de toute sa vie a part la mienne, et encore, elle était pas seule à y avoir contribuer.
Date de naissance
: 23 avril, il y a 16 ans.
Nationalité
: je suis anglaise de mon père, et parce que je suis née en Angleterre, toutefois, j'ai du sang italien venant de ma mère.
Statut de Sang
: Sang-mêlé, mon père était un né-moldu et ma mère une sang-pur.
Maison
: Je suis Poufsouffle, au grand bonheur de mon père, et au désespoir de ma mère. 
Orientation sexuelle
: Bisexuelle, bien que les courbes féminines ont tendance à me faire plus d'effet.

  Un brin de magie :
Votre Epouvantard
ils prend la forme de souris, de rats, de mulots de tout ce qui est dans la catégorie rongeur. Les moldus portent un nom sur la peur des rongeurs : musophobe.
Votre Patronus
Un renard, mon père me disait que c'est ce qui m'allait le mieux, roux, intelligent, gentil...  
Votre baguette
Saule, cin de sombral, 27cm souple.  
L'amortencia :
odeur de tarte aux myrtilles, des feuilles de menthe avec une pointe d'odeur de cuir.  
Particularité magique
Occlumens et animagus colibri. Mon père m'a appris ces deux particularité car il disait que l'animagus pourra me permettre de me cacher si un jour il n'est plus là, et que l'occlumens me protégeait de ma mère et de mon frère qui maitrisent le légilimens. Je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire, jusqu'à ce qu'il décéde cet été.


 
Caractéristiques
Caractère
: Crystal a deux facettes. Celle qu'elle donne aux gens qu'elle ne connaît et ceux en qui elle n'a pas confiance, et une qu'elle donne à ses amis proches. Commençons par sa première facette.

Elle parait superficielle toujours bien maquillée, toujours bien coiffée, toujours bien habillée, toujours à jour sur la mode et les dernières sorties dans ces produits de beautés que certains peines à comprendre l'utilité. Elle se donne une carapace de fille idiote, qui ne comprend rien, qui n'a jamais les réponses aux questions de ses professeurs. Elle donne également l'aspect d'une jeune fille soumise, qui se la ferme dès qu'on hausse le ton sur elle, qui se renferme, qui se terre dans un coin sans y sortir jusqu'à ce que ça se calme.

Pourtant, elle est tout aussi calme, patiente, loyal et gentille que peuvent être un poufsouffle dans sa globalité. Ces derniers rentrent dans ses deux facettes.

En réalité, Crystal est une jeune surdouée, possédant un QI supérieur à 160, un petit génie qui a appris avec le temps à s'abaisser au grade de ceux qui ont un QI plus bas que la moyenne ou tout juste à la moyenne, c'est un apprentissage qu'elle a mis du temps à acquérir, pourtant pour sa troisième rentrée à Poudlard elle était prête pour cela. Elle ne comprend pas toujours les autres être-humains qu'ils soient moldus ou sorciers. Les sentiments et les émotions, quand elles sont excessives, Crystal a tendance à ne pas les comprendre à être vexante plutôt que rassurante, l'empathie n'est pas vraiment son domaine. Elle est, en fait, fasciné par les morts, ceux qui disent tout sans respirer, sans ressentir quoique ce soit. Elle compte devenir médecin légiste un jour. Elle est manipulatrice, elle manipule principalement sa mère et son frère avec sa première facette, elle les laisse la maltraiter, la forcer à vouloir haïr les moldus, les gens comme son père, mais Crystal n'est pas vraiment de ce genre-là. La logique c'est son affaire, autant que la science, la déduction, son père aimer dire qu'elle était une mini Sherlock Holmes, mais avec un plus de nature humaine. Elle aide ses amis quand il le faut. Elle est une féministe garantie. Elle grandit dans une période où être médecin légiste et être une femme ne fait pas un bon parti, du moins chez les moldus, elle se bat toutefois pour l'être un jour que ce soit chez les sorciers ou chez les moldus. Hautaine, quand elle se permet d'être elle-même, elle en est presque infernale.  
Allégeance
: Elle ne possède aucune allégeance déclarer. Son frère lui tape sur la gueule pour  qu'elle se joigne aux mangemorts, alors qu'elle adore les moldus, et qu'elle a même des amis né-moldus. Sa mère la renie tant qu'elle ne sera pas marquée, une poufsouffle comme fille, et puis quoi encore ? dit-elle depuis son affectation par le choixpeau. Cependant, si un membre de l'Ordre venait lui demander de les rejoindre, sans doute qu'elle accepterait, lâchant sa famille. Toutefois, elle a promis à son père de découvrir ce que sa mère et son frère mijotait. Elle compte bien d'ailleurs élucider le meurtre de son père puisque le ministère en a apparemment rien à faire. En tout cas, c'est une chose certaine, Crystal n'est pas du coté du ministère, pour la simple et bonne raison qu'ils ont abandonné son père qui était auror, il est mort dans un champs devant la maison que la famille Atkins habite et personne n'a rien pu faire, personne ne veut découvrir ce qui s'est passé préférant conclure un accident de voiture, mais elle s'est très bien que ce n'est pas qu'un stupide accident de voiture. Elle a essayé de donner sa version des faits à un auror, il lui a rit au nez lui disant que son père était suffisamment maladroit pour avoir eu un accident fatal juste devant chez lui.  


 


Dernière édition par Crystal A. Atkins le Dim 4 Nov - 14:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 11:34


Il était une fois
une citation rapide

Des bruits. Des bruits anormaux étant donné qu'elle était censée être toute seule chez elle. Sa mère avait une soirée avec ses amis de la haute, son père travaillait et Rubis était en soirée également. Personne en devait être là avant bien deux bonnes heures. Même elle, elle devait pas être là, elle devrait être dehors, sortie avec ce charmant jeune homme qui lui fait la cour depuis bientôt un an, mais avec qui elle se contente de s'amuser. Toutefois, elle était là, puisqu'il avait annulé pour des affaires personnelles, elle n'avait pas posé plus de question de toute manière. Elle était dans sa chambre à lire quand un bruit résonne une énième fois. Elle râle et descend voir ce que c'est. Son chat sort en courant d'un placard, ce qui la fait sursauter. Quand elle se retourne, la pénombre cache le visage d'un homme, du moins la moitié puisque les rayons de la lune dévoilé l'autre moitié. Crystal le trouve particulièrement effrayant, mais... aaah les émotions chez Crystal... elle se tenait face à lui et lui demande ce qu'il fait là. C'est un bruit familier qui lui fait tourner la tête vers la fenêtre, la voiture de son père. Toutefois, l'homme était sans doute là à l'attendre, puisqu'un d'un geste de baguette accompagné d'un avada kedavra, la voiture se mit à faire des roulé-boulé. Dans un élan humain, Crystal voulait traverser la fenêtre brisé en morceau par le sort puissant envoyé au préalable. Mais, l'homme la retint et la lance sur le sol, avant de lui envoyer des Doloris.

C'est souvent à ce moment précis de ce rêve que je me réveille. J'imagine que l'oubliette qu'il a voulu me lancer n'a pas très bien fonctionné et que mon cerveau me fait revivre cette scène, et j'imagine que cet homme à avoir avec ma mère et mon frère. Je suis dans un méli-mélo de mystère, et je déteste ne pas comprendre ce qu'il se passe. Pourtant, je me devais de faire avec et de faire comme si j'avais oublié cette soirée de ma vie, laissant mon frère lever la main sur moi et ma mère me rabaissait. Cependant, nous devrions reprendre l'histoire de ma vie, peut-être parlait de ma naissance qui n'a pas été glorieuse déjà.

_________________

Je pense qu'avant de vous parlez de ma naissance, je devrais même vous parlez de mes parents, l'histoire que vous voyez dans quelle ambiance je suis née. Ma mère est née dans une famille de sang-pur, pro-sang-pur dénigrant les moldus, enfin bref, une famille black mais en France voyez-vous ? Elle est tombée amoureuse de mon père à 16 ans, ils étaient tout deux à beauxbâton, mon père avait des origines anglaises déjà de base, mais c'était un né-moldu, et ses parents ont emménagé en France quand mon père avait 5 ou 6 ans, je ne sais plus exactement. Bref, mes parents ont eu mon frère quand ils avaient dix-sept ans, ils ont donc arrêté leur étude, ma mère s'est renié de sa famille, et ils sont partis vivre en Angleterre, mon père a suivi un formation pour être auror et ma mère... se fait entretenir. Ils étaient amoureux, et mon père soutenait ma mère contre sa famille sans la moindre hésitation. Toutefois, ma mère a du se convaincre qu'elle avait fait une erreur ou je ne sais pas trop quoi, quand elle a su qu'elle était enceinte de moi à 20 ans, elle a essayé d'avorter, de tout faire pour me perdre. Mais, en vain, mon père finit par le deviner, et de là, les disputes ont commencé entre eux. Durant toute la grossesse de ma mère, ils se disputaient constamment, elle finissait par lui dire qu'elle regrettait d'être avec lui, d'avoir tourner le dos à sa famille pour lui. Rubis, lui était témoin de tout ça, forcément. Il avait 3 ans, mais il était témoin quand même. Puis, le jour de ma naissance arrive, sauf que je suis morte-née à la base. La sage femme a juste réussi à me réanimer, mais sinon, je suis une morte née, eh ouais, déjà à cette époque je savais sans doute ce qu'il m'attendait dans ma vie, et déjà à cette époque je pensais pouvoir m'en sortir puisque je me suis mise à respirer. Au grand soulagement de mon père et au grand regret de ma mère.

Par la suite, mon éducation a été divisé en deux. Une mère qui me tapait sur la gueule à la moindre bêtise que je pouvais faire, comme piquer des bonbons dans la cuisine une heure avant de manger, je me prenais des coups. A l'inverse, si mon père était présent, il m'emmenait dans ma chambre, m'expliquait ma bêtise et me punissait d'une chose que j'appréciais pour une ou deux semaines, enfin un père normal quoi. En soit, mon frère et moi, nous n'avons pas eu une éducation adéquat ou dite "équilibré". La vérité c'est qu'il est le fils à maman qui à le droit de taper sa petite sœur, qui se fait engueuler par papa mais que maman défend auprès de papa. Déjà petite, ma mère me foutait des tartes dans la gueule quand elle était frustrée, et quand elle pleurait et qu'elle expliquait à mon frère que c'était ma faute ou celle de notre père c'est moi qu'il tapait pour atteindre mon père qui développer une surprotection envers moi. La vérité, c'est que mon père voulait quitter cette famille et m'emmener, mais ma mère était très bonne actrice et il craignait qu'elle parvienne à garder ma garde, alors il préférait subir le canapé et me protéger que de partir au risque que l'on soit séparer. J'avais des bleus partout, constamment. Mais, mon père parvenait à les cacher avec des sorts, ils faisaient mal, mais ils étaient camouflés, cela permettait de protéger la famille et de me protéger surtout.

__________

A coté de ça, il est sans doute bon de savoir, ce qu'il se passe dans la tête de ma mère. La famille de ma mère était venu en Angleterre pour la menacer de tuer ses enfants, si son époux n'était pas chasser de la maison. Deux abominations d'une relations abominables. Nous étions pas voulu de la famille, et en prime j'étais pas voulu de ma mère. Au départ, elle a refusé, elle ne voulait pas se retrouver seul avec moi sur les bras. Pourtant, quand j'ai eu six ans, je ne pensais plus de la même manière que les autres, j'avais passé plusieurs stades à l'avance, je savais lire comme les adultes, je connaissais les multiplications et pouvais poser des divisions. Mon père m'a fait faire un test de QI, et le résultat en a fait tomber mon père sur le sol. Je me souviendrai toujours de cette scène qui était à la base un bonheur pour mon père et qui a fini en désastre à cause de ma mère. Imaginez vous avec une enfant de six ans qui connaissait ses tables de multiplications par cœur, qui sait lire même les mots les plus compliqués. Le test de QI se passe, le résultat tombe, un QI impressionnant. Il était écrit noir sur blanc que j'étais un génie.  Mon père en avait voulu s'asseoir avec la lettre dans la main mais il en rate la chaise et tombé. Je m'en souviens en avoir rit et donc sorti mon père de ses pensées, de là, il m'a sourit, a tendu ses bras et m'a dit "viens par la petit génie", j'ai sauté dans ses bras. Ma mère arrive et m'arrache au bras de mon père, elle arrache la lettre des mains de son époux et la lit. Avant de  prononcer ces mots qui montre la différence d'amour que j'avais entre mes deux parents "j'avais bien dit qu'elle était un monstre.". C'est surement depuis ce jour-là que les émotions et les sentiments m'ont parut puéril. J'ai pleuré partant en courant dans ma chambre, je me souviens avoir entendu mon père et ma mère se disputait encore. Et moi, j'ai appris à me détacher de ma mère et de mon frère qui après ça à développer une jalousie et s'est donc trouvé une raison de me frapper. J'étais meilleure que lui en tout point. Auprès de papa, intellectuellement et sans doute moralement.

Mon QI a fait le tour de la famille, et le seul a qui je montrais mes émotions et mes sentiments étaient mon père. J'étais devenu impassible devant les coups de ma mère et les coups de mon frère. Je plaignais juste de douleur. Un jour, j'ai fais quelques choses qui est remonté jusqu'à la famille de ma mère. J'avais sept ans, j'avais pris un couteau et je me suis ouvert le bras. Au bien sur, mes parents ont cru que je voulais me suicider, mon père était inquiet, ma mère heureuse. Assis autour d'une table, mon frère, ma mère, mon père et moi, j'avais eu l'impression de vivre un tribunal. Jusqu'à ce que mon père me demande pourquoi j'ai fais cela, si c'était à cause de quelqu'un autour de cette table. J'aurai pu être mauvaise déclaré que j'avais voulu me suicider à cause de ma mère et de mon frère, mais j'avais préférais la vérité, ce qui me vaut bien des soucis aujourd'hui. "Je voulais voir comment fonctionnaient les muscles." C'était lé vérité et faut croire que ça ne plaisait pas à tout le monde, mon père avait une fierté sur le visage, ma mère était déçue et mon frère observait le visage de mon père. Je sors de table à l'autorisation de mon père. Par la suite, la famille de ma mère n'avait plus question de me tuer. Mon détachement envers les autres, autre que mon père, devenait intéressant pour eux faut croire, et encore une fois ça devait accroître la jalousie de mon frère. Plus question de me tuer, par contre, ils faisaient pressions sur ma mère avec Rubis, jusqu'à ce qu'elle finisse par accepter de tuer son époux. Le tuer devenait une chose important pour m'avoir... j'imagine dépourvu d'émotion et de sentiment jusqu'au bout.

Toutefois, ma mère n'eut pas le cran de le tuer, si mon frère a commencé sa rentrée à Poudlard l'année d'après, le choixpeau l'a envoyé à gryffondor, la force, la bravoure. A ce moment précis, je n'ai pas compris le choix de choixpeau, j'avais un doute sur le bravoure dans le fait de taper sa petite sœur, mais en soit, les gryffondors étaient ceux qui m'inspiraient le moins quand mon père m'en parlait. D'ailleurs, au départ de Rubis à Poudlard, j'avais un peu plus de tranquillité, ma mère était toute seule contre nous deux. De son coté, mon père m'apprenait l'occlumancie afin que ça me protéger de la légilimancie de ma mère et de sa famille, car il avait des soupçons sur ce qui l'attendait, du moins, c'est la raison que je donne à son apprentissage. C'est également lui qui m'a appris à voler sur un balais au dessus du champs à coté de la maison que nous habitons. Et il m'a appris l'animagus. Le processus était fort intéressant à faire.

__________

C'est un processus de dix étapes, c'est long, mais d'après mon père ça valait le coup. Lui-même était animagus, un majestueux étalon noir. Un soir de pleine lune, il était venu me voir dans ma chambre, avait pris soin de refermer la porte et de lancer un sort d'insonorisation. Il m'avait dit : Crys Chérie, les temps vont devenir de plus en plus compliqué avec ta mère et ton frère, je dois prendre des mesures pour te protéger quitte à compromettre la loi, tu comprend ?  j'avais hoché la tête. Il m'avait expliqué qu'être un animagus aider à se fondre dans la masse, à devenir invisible que ça m'aiderai, j'avais donc accepter et suivit les instruction de cette feuille de Mandragore que j'avais positionné dans ma bouche de manière à ce qu'elle ne bouge et ne me gêne pas. Je devais la garder un mois, jusqu'à la prochaine pleine lune, sans l'avaler, sans ma retirer. Les instructions était précise. Nous étions aux mois d'avril, j'allais donc avoir mes neuf ans quand mon père a pris ce risque. Il voulais le faire au printemps, en période ou le ciel a tendance à être dégagée la nuit. Ma mère commençait à se poser des questions au bout de trois semaines mais mon père parvient à la maintenir à l'écart de moi. Lorsque la pleine lune arrive, mon père vient dans ma chambre, insonorise encore ma chambre et me donne une fiole en cristal, me donnant l'instruction de retirer la feuille de Mandragore sans enlever la salive qu'il y avait dessus. Le ciel était dégagée et ma chambre donnait sur les rayons lunaires. Un peut avant ça mon père avait disparu deux jours, il sort une cuillère en argent de rosée qu'il a délicatement pris le temps de chercher, il me sort son regard rassurer et m'arrache un cheveux, j'en grimace et l'observe mettre mon cheveux dans cette fiole suivit de la cuillère. Puis, il a ensuite glisser de la chrysalide d'un sphynx-tête-de-mort, avant de me dire de la cacher dans un endroit sombre et calme. Je lui prend la fiole et la range dans un tiroir à coté de mon lit, sombre, calme, je l'ouvrais rarement, ma mère venait jamais dans ma chambre, et mon père en était le seul. Ensuite, il me montre ce que je devrais chaque matin. Je lui avais répondu Mais, je n'ai pas de baguette Papa., il me lance un sourire avant de me donner une boîte. Elle venait sans doute de chez Ollivander, mon père m'y avait emmené dans le mois, il faut croire que ce n'était pas anodin. Il me dit de la cacher sous mon oreiller, que ma mère ne devait pas connaître son existence. Toutefois, j'obéissais à mon père, et attendant qu'un orage gronde, tous les matins et tous les soirs je plaçais l'extrémité de ma baguette sur mon cœur et je prononçais Amato Animo Animato Animagus. C'était la troisième étape. Cet orage mis bien un moment avant d'éclater, entre mon frère était rentré et les choses se compliqua, il se demandait ce que je faisais chaque soir, alors mon père intervenait pour l'empêcher d'entrer dans ma chambre. Ce n'est qu'en septembre qui suit, quand Rubis était parti à sa deuxième année qu'un orage gronde. Entre temps, je n'avais jamais ouvert ce tiroir malgré mes envies de voir ce que ça donnait pour la science. Parfois, avec la formule je ressentais un second battement de cœur qui surgissait dans ma poitrine, c'était fascinant. Le premier éclair, éclate en pleine nuit, mon père surgit dans la nuit, insonorise ma chambre et me réveille. J'attrape ma potion qui est devenue rouge sang, fasciné je me demandais si elle avait pris cette couleur à cause de ma couleur de cheveux ou si c'était pour tout le monde pareil. Mon père m'attrape et on transplane dans un endroit sur et grand, je ne sais plus trop ou c'était, cela ressemblait à une grange. Mon père reste à mes cotés, me dit de redire la formule en pointant ma baguette sur ma poitrine, baguette que j'avais pris le soin de récupérer également. Ce que je fais, puis il me dit d'avaler la potion d'une traite. Je grimace... t'es sur ?" Il semblait l'être, alors je ne me fais pas attendre et j'avale d'une traite la potion qui était franchement... dégueulasse. Toutefois, je n'ai pas le temps d'y penser puisque la 7e étape surgit dans mon organisme. Une vive douleur me prend, et ma respiration se fait deux plus vite, je regarde mon père commençant à paniquer, mais il me lance ce regard rassurant me signifiant que pour l'instant tout se passait normalement. Tout d'un coup, un oiseau si petit surgit dans mon esprit, je ne comprenais plus trop ce qu'il se passait mais, mon père reste là et m'observe. Tout d'un coup, mes gourmettes venant de ma famille paternelle, mes boucles d'oreilles, mes vêtements tout fusionnent avec ma peau. C'est extrêmement douloureux, j'en hurlais de douleur, j'avais peur bien que la présence de mon père me rassure. Il me disait de rester calme, que c'était sans doute bientôt finit bien qu'il me voyait rétrécir plutôt que grossir devant lui. Il avait peur je le voyais, il commençait à s'en vouloir. Toutefois, ma transformation se termine, je reprend mon calme, et je m'observe. Un petit oiseau très rapide, et mon père sourit. Il n'y avait que toi pour devenir un colibri, Crystal chérie, remarque, c'est quelques choses qui te va bien quand on voit ton agilité sur un balai. Mon père attrape ma baguette et la sienne, les cachant dans un endroit de ce qui pourrait être une grange. Il se transforme et alors qu'il s'en va galoper, je le suis en volant, j'etais bien plus rapide que je lui tournais autour. J'atteignais les 70km/h alors qu'il atteignait a peine les 50km/h. Après s'être défouler, nous sommes revenus dans cet endroit grand et calme, mon père a repris forme humaine. Mon père m'explique je dois me visualiser sous ma forme humaine, ce que je fais, mais cela ne semble pas fonctionner. Il s'assoit devant moi en tailleur, il ne s'inquiétait pas et me pousser à le faire plus précis. Ce que je tente, une fois, deux fois, et pouf. Il finit par me tirer vers lui. Mes bijoux, mes vêtements tout avait repris leur place. Je souris et saute dans les bras de mon père qu'il me dit qu'avec de l'entrainement je pourrai plus facilement me transformer d'animagi à humain et que pour l'instant j'ai besoin de ma baguette pour prendre ma forme de colibri. Nous décidons de rentrer, nous avons transplané, ma mère nous attendait dans ma chambre. Ou êtiez-vous?"Mon père me pose dans mon lit faisant attention de cacher ma baguette que j'avais dans les mains et je cache doucement sous mon oreiller. Il se tient droit et hausse un sourcil, je l'avais rarement vu aussi fier devant ma mère, remarque il venait d'avoir une victoire contre elle. J'ai emmené ma fille faire un tour de cheval. - A cette heure-ci ? - Je crains ne pas avoir d'heure exacte pour avoir ma fille sur mon dos, Opale.. Il marquait un point, au point qu'elle en tourne les talons et sort de ma chambre, il suit me lâchant un clin d'œil et je fini par me rendormir de cette nuit plutôt agitée.

_________

Plus tard, mon père m'expliquera que je ne suis pas déclarée en tant qu'animagus, pour la bonne raison que sinon ça reviendrai aux oreilles de ma mère, et elle ferait en sorte de me privée de ce nouveau don. Je comprenais, mais je comprenais aussi les risque que cela engendrait pour mon père. Il risquait d'être viré sans aucun doute. Alors je faisais e sorte de garder le secret. L'année passe, je m'entraine de plus en plus, mais j'ai toujours besoin de ma baguette pour me transformer. Ma mère a appris que je gérais l'occlumancie quand elle a voulu savoir ce que je cachais et elle a pété une durite, vraiment, mon père s'est prise la plus grosse engueulade de sa vie, mais il s'en fou. Elle l'a menacé, et là, mo père lui avait répondu tu me tuera bien un jour, fais le donc maintenant, non ? Cela lui avait coupé la chique. Mon père savait sans doute des choses qu'elle ne soupçonnait pas, et moi non plus d'ailleurs. Aujourd'hui, ma théorie c'est qu'il savait qu'elle avait contact avec sa famille et qu'il voulait faire de moi une arme Toutefois, il me restait un an avant ma rentrée à Poudlard et mon père était sur que j'aurai la maison qui me conviendrait le mieux, il hésitait entre serdaigle et poufsouffle. Il voyait le bon en moi, j'ai jamais su comment il faisait mais, tout ce que je pouvais ressentir malgré le fait que je donnais une autre facette en présence de ma mère et de Rubis, il le savait et on en parlait tous les deux. Mes onze ans arrive rapidement, et donc ma première année à Poudlard aussi.

_________

L'achat de mes fournitures, vous l'aurez deviné, ça a été fait avec mon père. Enfin bref, ma mère a accompagné mon frère pour la 3e fois sur la voix 9 3/4 ça on l'avait bien compris que c'était la troisième année du fils prodigue. Avec mon père on avait ces regards complices qui disaient qu'elle en faisait trop, elle allait se vanter auprès des autres parents. Jusqu'à ce qu'une mère appelle l'un de ces fils, et qu'elle lui demande en quelle année et qu'il réponde 7e année. Ma mère a enfin fermé son clapet et avec mon père on s'était retenu de rire. Il s'est accroupit vers moi et m'a dit continue de t'entrainer Crys chérie, prend soin de toi, et peu importe la maison dans laquelle tu iras, dis toi qu'elle te représente, et que tu dois la représenter devant tes professeurs également. Un câlin, et je monte dans le train. J'allais m'installer avec mon frère, comme tout enfant de première année qui cherche des repères, mais il m'a frappé et ma viré de sa cabine pour rester avec ses potes, pendant que eux ? Il me regardait avec pitié sans pour autant rien dire, je m'étais relevé, la tête haute et je m'étais faufilé dans une autre cabine, avec d'autres élèves de Poudlard. Une première année avec sa sœur sans doute. Bonjour, je te présente ma sœur, April et moi c'est June. Et toi ? Je les observais certainement d'une drôle de manière, puisque que June a rit. Notre mère a le sens de l'humour, je suis née en juin et April en Avril. Sens de l'humour ou manque d'inspiration, je ne savais que choisir. Mais je fini par ouvrir la bouche et si l'une de vous étiez née en aout ? August n'a jamais fait nom féminin. June me fixait avec un grand sourire avant de répondre c'est une question intéressante, je tâcherai de lui demander. J'hausse les épaules avant de répondre à sa première question. Je m'appelle Crystal. June était en sixième année de serdaigle, elles avaient une sœur en troisième année qui était avec ses amies, elle s'appelait October et elle était chez Serpentard, alors que April, c'était sa première année comme moi. On avait bien parlé toutes les trois, j'étais étonnée que June ne soit pas avec ses amis, je lui avais même posé la question, elle m'avait répondu, qu'il fallait bien veiller sur sa petite sœur. J'avais eu une admiration pour la gentillesse de June envers April.

Lorsque le train s'arrête, on nous accueille, nous les L1 sur le quais, on nous explique que nous allons monté dans des barques par année, bien sur, je monte avec April, on s'est regardé rapidement, nous avions compris que nous étions les repères de l'une et de l'autre. Dans la barque, April me demande dans quelle maison je voudrai être... hum... tout sauf Gryffondor. elle m'a regardé avec des yeux ahurit. T'es la première a vouloir éviter Gryffondor, pourtant on dit que c'est Serpentard qui craint le plus. Ce que je doutais fort quand je voyais mon frère. ta sœur est chez Serpentard - ou c'est bien ce que je dis, c'est la maison qui craint le plus. je fronce les sourcils, ni Gryffondor, ni Serpentard, ça limité pas mal, mais après tout, ce n'est pas nous qui choisissons. Lorsque la barque  se rapproche du château, nous avions tous des étoiles dans les yeux, ce château est sublime. Nous suivons les indications que l'accueillant nous donne et nous finissions par attendre dans l'entrée.

Lors de l'attente, un garçon un peu frêle se fait embêter par deux grands malabars. Je fronce les sourcils, laissant April dans son coin, les rejoignant. j'hausse un sourcil lorsqu'ils l'insulte sur sa robe de sorcier qui était d'une potentielle mauvaise qualité, enfin c'était des enfants de riches alors, ils se permettaient de rabaisser les autres. Je fini par attraper le bras du plus frêle et de le tirer loin de ses idiots, sans le connaître. Pourtant, les deux grands idiots commencent à s'en prendre à moi. Le plus blond m'attrape le bras occupe-toi de tes affaires rouquine. Je fronce de nouveau les sourcils avant de rétorquer. Me touche pas avec ta main qui te sers à te décrotter le nez il recule d'un pas alors que les autres rigolent. tu dis n'importe quoi, mes mains sont très propres. - alors pourquoi il t'en reste sous les ongles ? Il regarde sa main et la frotte contre sa robe de sorcier se sentant un peu bête, alors que les autres rigolent davantage. La science de la déduction, mon père m'y avait entrainé bien tôt aussi, c'était quelques choses que j'adorais faire, surtout quand c'était pour faire taire des brutes. Par la suite, April et moi nous nous sommes retrouvés avec ce garçon que j'avais secouru. Il s'appelait Bartholomew mais il préfère Barry. On était déjà un petit trio, lorsque nous venons nous expliquer la suite, on croisait les doigts en se tenant tous les trois les mains pour être dans la même maison. Nous avançons dans la grande salle, les autres nous fixaient. je sens le regard de ma sœur sur moi, c'est pesant. J'ai tourné le regard vers une fille qui lui ressemblait pas mal chez Serpentard, en effet, October la fixait, c'était perturbant. Je comprenais son ressentis, je tourne la tête vers la table de Gryffondor, mon frère avait le même regard. Un frisson me parcourait l'échine, j'avais l'impression d'y jouer ma vie. Je passe dans les premières, pas étonnant en soit, je passe avant April et Barry. Je me place sur le tabouret, affreusement angoissée. Le choixpeau hésite longuement entre Poufsouffle, Serdaigle et Gryffondor. le regard de mon frère se faisait insistant quand le choixpeau annonce ses doutes. jusqu'à ce que... POUFSOUFFLE !. Ma respiration revient et je me lève du tabouret me faufilant jusqu'à la table de ma maison sans lancer un regard à mon frère. Par la suite, les deux grands malabars passent et se retrouvent à Serpentard, pas étonnant. Concernant April et Barry, ils sont à Poufsouffle également. La probabilité était faible mais, pourtant, ils étaient avec moi, et c'était le principal.

April, Barry et moi sommes devenus inséparable. On a même commencé à nous appelé le trio ABC. A pour April, B pour Barry et C pour moi. On était toujours l'un pour l'autre. Il savait pour mon QI, en première année je répondais à toute les questions des professeurs, ou du moins la plupart, quand je ne m'ennuyais pas. Barry et April étaient toujours impressionné, les profs finissaient par s'appuyer sur moi quand une question restait sans réponse, par contre, avec les points que je ramenais à Poufsouffle, les élèves de Gryffondor, Serdaigle et Serpentard perdaient patience. Une Mais, je n'ai pas eu de problème cette année là, à part quelques insultes, mais je me défendais très bien, les insultes, j'en ai dans les oreilles depuis que je suis née, ainsi que des coups, ils me font pas peur. Ma première année, je parviens même à la passer loin de mon frère, sauf pendant les vacances bien sur. La deuxième était un peu plus mouvementée....

_________

Lors de ma deuxième année, je n'avais rien changé. Je continuais de répondre en classe, de déduire des choses ridicules sur les plus stupides que se frottait à moi, du moins quand ils insistaient trop. Jusqu'à ce jour où... vous vous souvenez des deux grands malabars de la première année ? Eh bien, ils se font plaisir de rallier à leur cause quelques Gryffondor et quelques Serdaigle pour me choper dans un couloir lorsque j'allais à mon club d'alchimie. April et Barry avaient pris un autre chemin, ce club ne les intéressait pas. Le plus blond des grands malabars me pousse violemment, je tombe sur le sol lâchant mes livres, j'ai d'abord cru à mon frère. Lorsque je me retourne, j'étais surprise de voir 6 ou 7 élèves de ma promo, que des garçons d'ailleurs. Comme quoi... Un seul serdaigle parmi tout ça. L'autre malabar pointe sa baguette sur moi, je tente de chercher la mienne, mais elle avait volé avec mes livres. C'est April et Barry, April, excellente lanceuse de sort depuis le début, lance un crache-limace sur le malabar avant qu'il ne fasse quoique ce soit. Les autres se tournent et ne s'attendaient surement pas à ce que Barry fonce sur l'autre malabar et le pousse méchamment fou-lui la paix, Botruc. avait-il dit sur un ton menaçant. Les Gryffondors prennent un pas de recule et se tourne vers moi, avant que le plus petit s'adresse à moi on en touchera deux mots à ton frère Atkins, tu passeras un sale quart d'heure. puis ils s'en vont en courant, le Serdaigle pris de remord ramasse mes livres et ma baguette alors que les deux Serpentards foncent à l'infirmerie. Je me relève, récupère mes livres, range ma baguette, et lève mon regard vers April et Barry. La seule chose qu'April me dit c'est tu as un frère ? je grimace et décide de sécher mon club pour rentrer au dortoir avant que Rubis arrive. Lorsque nous rentrons dans le dortoir où je me sentais en sécurité, je soupire et finit par répondre mon frère et moi avons.... des divergences d'opinions. Barry et April m'ont posé tellement de question, que je me suis retrouvée obligé de tout leur raconter, oubliant volontaire la partie animagus, j'avais fait arrêter ce fameux sort camouflant mes bleus et mes blessures que je faisais chaque matin comme mon père m'avait appris avant ma première année. Ils en étaient écœurés. Barry en était même révolté et me disait de porter plaint pour coups et blessures, alors qu'April tentait de comprendre pourquoi mon père ne partait pas avec moi. Je tentais de leur donner des raisons, mais à l'évidence, à l'époque des informations me manquaient, après tout, la famille de ma mère je ne la connaissais pas, la raison de l'éloignement de mon père avec ma mère, je ne la connaissais pas non plus. Ils essayaient par la suite de faire en sorte que je ne croise pas mon frère, ils me surprotégeaient, ce qui me mettait hors de moi, puisque mon père le faisait déjà, et que ça lui causait suffisamment de problème, surtout qu'April a ses propres problèmes et je suis certaine que Barry a d'autres choses à penser.

Dans la même année, j'ai subi moquerie, insulte, mais ce n'est pas allé plus loin, je continuais ma petite vie d'intello en classe, je gardais mon calme, je prouvais ma patiente et je restais loyal à ma maison ne voulant pas leur faire perdre quelconque points. Une fois, un professeur m'a vu agir ainsi, et fait perdre des points à la maison de celui qui m'embêtait pour les donner à ma maison. Sauf que cette "punition" semblant idiote a surement été la goutte qui a fait débordé le vase. Tout empirait, c'était Barry et April qui m'ont dit d'arrêter pour mon bien, les autres de ma maison approuvait. J'ai donc travaillé les six mois restant de l'année à me taire, à jouer une autre carte. Quand je répondais, je répondais à coté. J'apprenais à être stupide, superficielle, quand on me parlait mal, j'arrêtais les déductions compromettantes, je me taisais. Pendant les vacances, je me soumettais à ma mère et à mon frère. Seul mon père savait qu'au fond ce n'était pas le cas, mais cela semblait calmer les meurs, alors... je m'entraînais à cela jusqu'à ce que ça devienne aussi facile que de me transformer en humain lorsque je suis en colibri, bien qu'en 2e année, j'avais encore quelques difficultés. Ma troisième année a été un autre scandale....

_________

Je continuais de calmer les meurs, j'étais moi-même que dans ma maison, avec ceux en qui j'avais confiance. Pourtant, rapidement, une rumeurs sur moi circule, comme quoi j'aurai été une imposteuse de génie. Il est clair que je savais exactement d'où venait la rumeur, mais je n'y prêtais pas attention. Je faisais mon année, je la vivais comme tout enfant devant la vivre. Jusqu'à ce jour... mon frère était en 6e année, c'est bien sur de lui que venait la rumeur. Il disait à tout le monde que le test de QI avait dévoilé quelques choses d'en dessous 70. A savoir que 100 est la moyenne, et que 70 et 130 sont les seuils les plus bas et les plus haut de la normalité du quotient intellectuel.  Moi, un QI inférieur à 70, alors que j'étais déjà supérieur à 160 ? Einstein lui-même a difficilement atteint les 160 ! J'étais outrée, mais pas tant étonnée. Et je dois dire que sa jalousie, aujourd'hui, me laisse indifférente. Toutefois, il avait réussi à faire douter beaucoup de monde dans mon entourage. Sauf Barry et April qui savaient ce que j'étais capable, et qui connaissaient ma vie, ils savaient que mon frère et moi... c'était particulier. Un jour, alors que nous travaillons sur un projet pour un cours, mon frère est venu avec sa bande d'abruti nous faire carotter . Alors les blaireaux, ça bosse ?, mon frère est ses jeux de mots totalement idiots, toutefois, je ne lui répondais, et April n'osait pas le regarder. Par contre, Barry qui semblait prendre de la virilité avec le temps à lever les yeux vers lui, dans un regard mauvais, ce qui m'a incité à reprendre notre conversation. Du coup, où est-ce qu'on peut trouver de la.... Je me fais couper par une claque dans la tête de mon frère. Ne m'ignore pas !. Je sentais Barry qui s'enflammait et April qui avait relevé le nez, elle qui cherchait rarement les ennuis, elle était bien plus sage que Barry et moi réunis, pourtant, ce sont des doigts qui se sont enroulés autour de sa baguette en premiers. J'inspirais profondément, et me tourne vers mon frère, le regardant simplement en lui répondant. Oui, nous travaillons, comme tu peux le voir. Je me retenais de le ridiculiser, alors que j'aurai pu le faire 10x en tout ce temps. C'est un de ses potes qui le pousse pour aller plus loin. Nous aussi on a du boulot Atkins, avance. Mon frère avance en ne lâchant pas mon regard, cependant, je pose ma main sur celle de Barry et lance un regard à April, le silence pèse entre nous trois, jusqu'à ce que la main de Barry sert la mienne. L'année se passe tranquillement, ensuite, si on enlève les critiques, les insultes que j'essuyais. Cela ne m'atteignais plus, j'arrivais à faire abstraction de mes sentiments et de mes émotions. Tout cela s'engouffre sur ma quatrième année, mais rien de spéciale ne change, ça ne s'accentue pas, ça ne se calme pas non plus. Je jouais la carte de l'indifférence, j'avais de plus en plus de mal à maintenir Barry calme, April aussi. Lors des vacances d'été, je venais d'avoir mes quinze ans, j'ai eu une discussion importante avec mon père. Il me faisait peur en fait. Il est venu dans ma chambre. Il a pris une chaise et cet assis à coté de moi, me tendant une grosse boite ronde avec un nœud dessus, quelques petits trous, quand j'attrape la boite, c'est un léger miaulement qui se fait entendre. Je regarde mon père et ouvre la boite avant de découvrir un petit chaton roux. Je l'attrape alors que la boule de poil se glisse dans mon cou. C'est là que mon père me sort une phrase qui m'inquiétait Crys chérie, je ne serai pas toujours là contre ta mère et Rubis. - Comment ça Papa ? - C'est à dire que tu vas devoir apprendre à te gérer toute seule et a trouver une stratégie contre eux avec ce que je t'ai appris, je t'ai donné les clefs à toi de t'en servir maintenant. Il semblait encore plus inquiet que moi, je ne savais pas quoi penser, toutefois, j'arrive à lui sortir une réponse plus ou moins cohérente. Et si j'y parviens pas ? S'ils finissent par me détruire ? - Tu as quelques choses qu'ils n'ont pas. Je fronce les sourcils en caressant mon chaton. Comme quoi ? - Tu es humaine. Cette humanité que tu as en toi, tu dois tout faire pour la garder. T'éloigner de tes émotions et de tes sentiments, est certainement une bonne tactique que tu as appris à maitriser, mais au fond de toi, garde ton humanité, et tu resteras sur la bonne voix. Sur le coup, je n'avais pas très compris, et je pense que c'était normal, il regardait ma nouvelle boule de poil Comment tu le prénomme ? Je l'attrape avec mes deux mains et positionne son regard au niveau du mien, je réfléchissais avant d'afficher un sourire et de sortir très naturelle Holmes. mon père lâche un léger rire. Il disait que j'étais une petite Sherlock Holmes, c'était en soit une continuité de notre conversation, un hommage à cette conversation. Je pense que Holmes servira à ne pas me faire oublier cette conversation, que c'était voulu de la part de mon père. Les vacances se terminent, et la cinquième année commence, celle des BUSES pour moi, et des ASPICS pour mon frère.

_________

Rien ne changeait depuis les deux années précédentes, toutefois, le cadeau de mon père : Holmes, n'avait sans doute pas plus à mon frère, car au lieu de réviser pour avoir son examen de fin d'année, il sortait une autre rumeur sur moi. Celle d'une fille facile. Comme quoi j'aurai passé mon temps, cet été à coucher avec des hommes. Les insultes se faisaient alors plus violentes, les moqueries et les dessins me représentant comme une catin se faisait plus souvent, mais ça n'allait jamais plus loin, du moins c'est ce que je pensais... Je jouais encore la carte de l'indifférence, pourtant, j'aurai dû me douter de la suite.... Ce jour-là, j'étais plongée dans un bouquin, ce qui expliquait sans doute que j'étais chapeauflou avec Serdaigle, April arrive dans la salle commune, trainant Barry, en sang, sur ses épaules. Je ferme mon livre sans plus attendre pour l'aider et basculer Barry sur le canapé. Je fronce les sourcils et observe son visage ensanglanté, j'y pose mes mains sous ses gémissements de douleur. Ca pique, désolée. Pourquoi tu l'as pas emmené à l'infirmerie, A. ? Je sentais qu'elle me fixait, elle savait que je pourrai déduire cette simplicité, mais je crois que je préférais entendre toute l'histoire, alors à force d'attendre elle finit par me répondre. Il est en tort, Crys. Les grands Malabars t'ont insulté dans le couloir, il a viré rouge et s'est jeté sur eux avant que j'ai le temps de réagir. Sauf qu'ils étaient d'abord deux contre lui, puis deux autres se sont ramenés de je-ne-sais-où. - Tu as rien de cassé Barry, ça va aller, ta peau a juste cédé sous les coups. Je fais signe à April de rester avec lui, alors que je monte dans les dortoirs, je redescendais avec une bassine d'eau et un torchon, et je m'accroupis lui nettoyant le visage. Tout cela ne pouvait plus durer, je devais faire taire chaque rumeur, et pour cela je devais sois prouver qu'elles étaient fausses, soit prouver qu'elles étaient vraies. Plutot confirmée, et rendre heureux mon frère, que de le ridiculiser et qu'il s'en prenne à mes amis. J'ai alors été dans les couloirs de Poudlard, j'ai traversé jusqu'au parc, je me suis mis en hauteur, et j'ai alors avoué que je n'étais pas une génie, ce n'était que des petits tours de magie comme ça. En redescendant, j'ai choisi un Serdaigle -plutôt mignon en soit- de sixième année, et je l'ai embrassé. Mon premier baiser gâché, mais au moins tout le monde allait la boucler.

J'ai suivi le rôle de ma réputation. Je suis devenue aux yeux de tous une fille idiote, qui voulait faire son intéressante, qui aime s'envoyer en l'air, superficielle, peste mais soumise quand on lui hausse le ton dessus. Je me suis mise à coucher à droite à gauche, ça je l'avoue, c'est vrai, j'aime ça... D'ailleurs, ma première fois, c'est Barry qui l'a eu. Encore aujourd'hui, on entretien cette relation de réconfort. il n'y pas d'amour comme on l'entend entre nous, mais Barry aime désespérément April, bien qu'il ne se l'avoue pas. April, elle, elle se réfugie dans des histoires d'amour sans sexe, recherchant sans doute l'amour qu'elle n'a pas eu de son père, enfin vous savez, la psychologie humaine, l'empathie tout ça, ce n'est pas mon truc. Enfin, nous sommes toujours tous les trois soudés, rien n'a changé sur ce coté là. Barry est maintenant respecté, plus ou moins, son acte stupide de la cinquième année lui a permis de recevoir du respect, moi, je n'entend plus rien me concernant depuis un an. Et April est une love addict, mais toujours la pour nous. Quoi, j'ai oublié de raconter quelques choses ? Oh non, je voulais vous le garder pour la fin, ainsi que ma théorie sur cette affaire.

__________________  

Vous souvenez-vous de mon cauchemar que je fais régulièrement ? Celui que je vous ai raconté en tout premier ? Ou du moins, celui que ma créatrice vous a expliqué tout en haut de cette maudite histoire ? Eh bien, dîtes-vous bien que c'est une pièce du puzzle concernant ma théorie sur la mort de mon père. Quand on retrace mon histoire, on se rend compte que mon père savait des choses qu'il n'aurait sans doute jamais du savoir. D'où sa protection sur moi, ou encore ces apprentissages étranges. Ce que je me souviens en toute réalité de cette soirée, c'est que mon père avait insisté pour que je sorte ce soir-là, mais le garçon avait qui je devais sortir avait eu un imprévu et donc j'étais restée à la maison avec mon chat. Rien plus normal quand on y pense. Puis, j'ai entendu du bruit, je suis descendu, et là, étonnant, c'est le trou noir, je ne me souviens pas de ce que j'ai vu, ni de ce qu'il s'est passé. Je me souviens juste m'être réveillée dans mon lit, le corps totalement endoloris, mon chat qui se tenait cacher sur le haut de ma bibliothèque, et la voiture de mon père retourner dans le champs. Mon père était mort, j'étais la seule témoin. Pourtant, au lieu de partir sur l'évidence que c'est un meurtre, les aurors et la brigade de police magique partent sur un accident anodin de la route que j'aurai involontairement effacé de ma mémoire à cause du choc. Sentiments, émotions, je ne ressentais plus rien depuis la mort de mon père, si ce n'est peut-être de la tendresse pour mon chat. L'été a pas mal été mouvementé, mais je ne suis pas sortie donc les attentats ne m'ont pas atteint, en toute réalité, je dois dire que ceux qui y en sont mort ont bien de la chance.

Depuis la mort de mon père, je ne suis pas ressortie j'ai très peu pris contact avec Barry et April. Je me suis focalisée sur la mort de mon père, et voici ma théorie.

Ma mère a repris contact avec sa famille, ça ce sont des choses qu'on sait déjà, c'est une évidence, comme le fais que mon QI est remonté jsuqu'à eux, ainsi que ma capacité à me détacher de mes sentiments et de mes emotions et tout le blabla, je vous en ai plus ou moins parler. Rappelez vous que sa famille lui faisait pression pour qu'elle se purifie elle devait tuer ou faire tuer son époux/mon père. Je pense donc que l'homme de mes cauchemar est un homme qu'elle a embauche, comme de par hasard un soir ou il rentrait plus tot et ou il devait y avoir personne... Il l'a tué, sous la puissance du sort, la voiture a fait des tonneaux, j'ai tout vu, il a sans doute voulu me tuer, mais quelqu'un a dû intervenir, car ils ont besoin de moi. Ma mère et mon frère se sont fait marqués par les mangemorts cet été, bien sur, je suis pas prête pas d'en parler à qui que ce soit. Toutefois, j'ai aussi rencontré pour la première fois, la famille de ma mère, et autant vous dire qu'ils se donnent du mal pour me convaincre de rejoindre ce qu'ils appellent "La Cause". Ils sont aussi du genre à me défendre face à mère, surement pour m'amadouer. Mais je n'oublie pas ma théorie, car si elle est vraie, je le prouverai qu'elle l'est, alors ils sont tout aussi responsable, et je les ferai tomber.

Ma rentrée en 6e année s'annonce mouvementée, entre Barry et April qui voudront absolument prendre soin de moi suite à la mort de mon père, et le fait que je vais devoir leur cacher que j'ai une théorie grave sur ça... et j'en passe.....

En toute réalité, Crystal s'auto-persuade de ne plus rien ressentir pour personne. L'amour, la tendresse, la compassion, tout ça, ne sont plus que souvenirs pour elle, alors qu'au fond d'elle, elle ressent toutes ces choses, le détachement a juste été trop fort, seule la vérité compte.




Dernière édition par Crystal A. Atkins le Mer 7 Nov - 16:32, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serpentard ◊ ambition, cunning

serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 474
Date d'inscription : 03/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 12:17

Re Bienvenue avec cette beauté :red::red: :bave:

_________________

Slytherin
i somnely swear that i up to no good


Team LOUTRE-AGE !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 83
Date d'inscription : 05/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 17:33

Cryyyyystouuuuuu! :fan:

_________________
a thousand
SHADES OF LIFE
Destroy your life; then put it back together. You'll get great material, meet some fascinating characters and the skills you develop will give you greater compassion, insight and range with the people you create on the page – or run into off of it. ▬ By anesidora

Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix ◊ soldat

staff & ordre du phénix ◊ soldat


Messages : 4511
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 17:57

ReBienvenue avec ton nouveau perso :ha:
Bonne chance pour ta fiche :ui:

EDIT : attention, les animagus ailé sont trèès rares, du coup tu dois bien expliquer comment ton perso est parvenu à l'devenir :ah: et marque bien si c'est légal ou pas :ui:

_________________

you are made of stars
Love can make you happier than you've ever been, sadder than you've ever been, angrier than you've ever been. It can elate you and deflate you almost at the same time.



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 18:08

Okep je te fais ça Siro ! :ha:

Merci Riley :ha:

Constanceeeeeee :ah:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
pro-mangemort



Messages : 153
Date d'inscription : 03/12/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 18:08

Re bienvenue :by:

_________________
I could just be dancing in the kitchen wearing your t-shirt like a dress treasure me like I cost a million as you whisper under your breath you would do anything just to make me believe that
I'm somebody special
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix & creature

staff & ordre du phénix & creature


Messages : 3116
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Dim 4 Nov - 18:35

Qu'elle est mignonne :v:

Bienvenue :ha:

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix ◊ soldat

staff & ordre du phénix ◊ soldat


Messages : 4511
Date d'inscription : 24/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Mer 7 Nov - 23:16

Alors alors :ha:
du coup avec le restant du staff on est d'accord pour dire qu'on voudrait qu'tu modifie l'âge ou ton personnage a appris à être animagus. L'Occlumentie a déjà du être très compliquée à apprendre pour une enfant, surtout avec le délire émotionnelle et la peur qu'a dû être une enfance comme la sienne - l'Occlumentie nécessite du calme, de la concentration et une maitrise de soit, ce qu'une enfant battue et humiliée par son frère et sa mère ne pouvait pas avoir de manière sûre :sorry: même surdouée, tu dis bien qu'elle n'est pas vraiment empathique et de fait je ne doute pas qu'avoir ses émotions en contrôle doit être un calvaire pour elle. Du coup il nous semble qu'apprendre l'Occlumentie et l'animagus avant même d'être à Poudlard, c'est trop - beaucoup trop :ui: d'autant que même si son père lui apprend ces techniques, il est en tord, risquerait d'finir à Azkaban et de perdre sa garde sans même pouvoir finir l'apprentissage, et dans ce cas je ne suis pas certaine que se soit logique qu'il prenne un tel risque :ui:

Du coup comme je te disais, apprendre à être animagus vers 15 ans, au vue de son génie et de sa réussite, ce serait plus logique. Et le faire dans la légalité, sous la supervision d'un professeur (et sous les conseils de son père pourquoi pas) tiendrait bien plus la route à notre avis :v:

Ensuite, effectivement comme ton histoire est écrite du point de vue du personnage, on a l'impression que rien ne l'atteint et ses défauts ne transparaissent pas vraiment. Elle est toujours maitre de la situation, s'en tire sans accroc - ou du moins elle relativise tellement qu'on a le sentiment que les autres autour d'elle (outre ses deux meilleurs amis) sont si insignifiants et idiots qu'ils la touchent pas vraiment - et de fait on a le sentiment d'un personnage un brin "parfait". Tu dis qu'elle manque d'empathie, et que les réactions des autres lui échappent souvent, cela pourrait la mettre plus souvent dans des situations délirantes (à la manière de Sheldon dans Big Bang Theorie genre :rire:).
Bref, j'te dis pas d'réécrire toute l'histoire, juste d'être certaine d'pas oublier de bien marquer des défauts à ton personnage - jouer un génie c'est jamais simple, surtout pour ne pas donner l'impression d'être intouchable vois-tu :ha::love: (puis en vrai c'presque déprimant de voir qu'un génie est réduit à passer pour une marie-couche-toi-là parce qu'on arrête pas de l'emmerder :rire::rire: ca m'déprime un brin cette histoire Arrow ) bref - en somme attention d'pas tomber dans la caricature, alors que ton personnage a un foutu potentiel de dingue :ha: :love:


_________________

you are made of stars
Love can make you happier than you've ever been, sadder than you've ever been, angrier than you've ever been. It can elate you and deflate you almost at the same time.



That's all about me:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 93
Date d'inscription : 09/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Mer 7 Nov - 23:36

je vais retravailler tout ça alors, merci :ah:

_________________

La solution est parfois là où on ne la cherche pas.
Ta malédiction n'est pas le fait d'être une harpie chaque nuit, mais c'est que tu t'enferme dans celle de la solitude et qu'elle te contraint de penser excessivement qu'à toi-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix & creature

staff & ordre du phénix & creature


Messages : 3116
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Mar 13 Nov - 21:30

Besoin d'un délais ? :v:

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Mer 14 Nov - 1:03

oui si ne te plait bichette :ah:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
staff & ordre du phénix & creature

staff & ordre du phénix & creature


Messages : 3116
Date d'inscription : 24/04/2016
Localisation : Dans le dortoir où dans un des passages secrets.

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Mer 14 Nov - 20:49

C'est fait, jusqu'au 20 :ha:

_________________


C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisans.
LUNARD Werewolf, Maraudeur, Prefet, Quidditch.


ME Awards ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar



Messages : 16
Date d'inscription : 04/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    Jeu 15 Nov - 10:19

merki fort fort !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entrons dans les prolongations | Crys'    

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrons dans les prolongations | Crys'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entrons dans la danse.
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Crys et devises
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Chaudron aux personnages :: Le livret de Famille-
Sauter vers: