AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 baise-main (William & Sarah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: baise-main (William & Sarah)    Lun 5 Nov - 19:58


baise main
@William Avery & @Sarah O. Bulstrode
Tu peux pas ignorer une invitation à te rendre au Manoir Avery. L'été continue de briller au-dessus de l'Angleterre, et tu entends encore en profiter. T'es libérée de l'endeuillement socialement acceptable - et ayant passé la moitié de ces moments à l'autre bout du monde en compagnie de Clyde, t'as oublié rapidement que tu étais un Avery. Etait - ca t'semble être une autre vie. Une vie que tu peux pas oublier pour autant. Il se trouve que tu as reçu une lettre à ton retour d'Espagne - signée du nouvel Avery.
T'as pas pris le temps de contacter Cassandra depuis votre dernière conversation, et de ce fait t'as pas envie de venir avec quelques appréhension que se soit à la rencontre de ce nouvel héritier. Tu préfères y aller avec l'esprit libéré. Vraiment.

Il te reste quelques jours de repos avant de retourner à Poudlard et au Ministère, de faire ton travail d'avocate. Pour le moment t'es simplement Sarah, et tu tentes de retrouver ton sérieux. Tu t'fixe dans le miroir de ton appartement, incapable de te reconnaitre. T'es habillée d'une robe colorée, le visage rougie et souriant. Un sourire que t'as jamais croisé auparavant - c'est étonnant, comme si l'bonheur était une inconnue qui soudainement t'enlace avec tendresse. Si c'est à cela qu'il ressemble, le bonheur, t'es sûre de vouloir le préserver à tes côtés encore longtemps. Si ce n'est toujours.
Idiote.
T'as le coeur qui bat fort, en repensant à Clyde. A votre baiser d'Adieu, avant de vous retrouver dans quelques jours à Poudlard. Vous avez pas prévu de vous voir d'ici là - parce qu'il veut profiter de sa soeur mariée, et des siens, et que tu as des choses à faire de ton côté. C'est le plus sage, mais sage t'es pas certaine de vouloir le rester.

Tu dois cesser de penser, et allant sous la douche, tu finis par choisir une tenue plus classique. Une chemise blanche, que tu porte au-dessus d'une jupe orangée, et d'une paire de chaussures ouvertes. L'été est toujours là - après tout - et t'as pas envie de te comporter encore en veuve en deuil. Tu transplane pas très loin du manoir des Avery. L'endroit t'es familier, et c'est étrange de penser que t'es venue ici la dernière fois pour enterrer le souvenir de Théodore. Tu inspires profondément, avant de monter les quelques marches jusqu'à la porte avant de sonner. C'est un elfe de maison qui t'ouvre et tu n'demande pas ton reste avant d'entrer. « William Avery m'a fait demander. Je l'attendrais dans le petit salon. » Déclares-tu avant de faire ton chemin dans le manoir jusqu'à la pièce que tu connais assez peu. Etrangement, chaque fois que tu es venue ici c'était pour être accueillie dans la grande salle, ou envoyée dans la chambre de Théodore. Et t'as envie d'être en terrain neutre pour découvrir William, arborant un sourire avenant alors que tu attends - pas si longtemps, vraiment, quand tu te retournes il entre dans la pièce, et tu ne peux pas t'empêcher de penser qu'il est élégant. « Monsieur Avery. Sarah Bulstrode - c'est un plaisir. » Dis-tu finalement en lui offrant ta main.





_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
William Avery
pro-mangemort

pro-mangemort


Messages : 91
Date d'inscription : 09/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Dim 11 Nov - 18:20


baise main
@Sarah O. Bulstrode & @William Avery
S’il y avait bien quelque chose où je m’étais longuement entraîné, c’était le transplanage. Ce n’était pas donné à tous les sorciers, même si c’était la base. Pour quelqu’un comme moi, qui ait dû travailler longtemps sa magie, cela m’a pris des années avant de maîtriser correctement cet art. Même si je n’étais plus sur le sol anglais, je n’avais pas cessé de pratiquer les bases élémentaires : le maniement de la baguette magique, le transplanage et la magie noire. Aujourd’hui, je pouvais presque me vanter de pouvoir transplaner tous les jours, sans fatigue, du ministère de la magie au manoir des Avery en Island. Néanmoins, il n’existait pas un seul manoir des Avery : il y en avait un peu partout - je m’étais assuré que nous pourrions voyager dans d’agréables conditions dans certaines villes importantes.
Cependant, aujourd’hui, je recevai la charmante Sarah et le plus pratique était que l’on se rencontre dans un endroit qu’elle connaissait : celui où vivait mon cher cousin. J’avais fait en sorte que quelques changements se fassent comme pour redonner une seconde vie à ce lieu. Il m’arrivait d’ailleurs de le squatter sans aucune honte : il n’était pas habité et servait de réception, autant l’utiliser. Quelques tenues de rechanges avaient été rangées dans les placards et je m’étais installé dans un bureau pour travailler quelques dossiers le soir ou le week-end. C’était d’ailleurs dans cette fameuse pièce, installé dans un confortable fauteuil en cuir, que je me trouvais. Levé aux aurores, j’avais fait un peu d’exercice physique, d’exercice magique, une douche et je me trouvais désormais à traiter des dossiers qui demandaient énormément de réflexion.

Soudain, un elfe de maison m’informa de la venue de Sarah et je hochai simplement la tête pour lui signaler que j’arrivai. Fermant le dossier, je le posai doucement sur une pile et me levai. J’étais habillé comme d’habitude, comme un jour de travail : un sempiternel costume trois pièces, de couleur noire aujourd’hui avec une chemise blanche et des chaussures en cuir assorties. L’été était toujours présent, mais je ne changeai pas mes habitudes vestimentaires pour autant. C’était peut-être étrange, mais être en costume me plaisait et j’étais à l’aise dans ces vêtements. Je descendis rapidement les escaliers, empêchant un serpent de venir s’enrouler autour de mon bras sur la rampe de l’escalier, et entrai dans le petit salon. Elle était vraiment ravissante dans sa tenue.

« Mademoiselle Bulstrode, tout le plaisir est pour moi, répondis-je en prenant sa main pour lui faire un baise-main dans les règles de l’art. »

Je m’inclinai doucement, attrapant délicatement la main qu’elle me tendait. Mes yeux ne quittaient pas les siens et mes lèvres frôlèrent légèrement sa peau, mon nez, un peu plus long, caressa le dos de sa main malgré moi ayant le visage un peu relevé. Je me redressai et lâchai sa main.

« Puis-je tenter un marché entre nous avant même que nous nous asseyons ? demandai-je avec un fin sourire en coin de la bouche. Puis-je espérer que vous appeliez par mon prénom ? »

J’avais la sensation d’être mon père lorsque l’on me nommait « monsieur ». J’y étais habitué à force au travail, les règles obligeaient, mais si je pouvais transgresser cette règle avec certaines relations, c’était avec grand plaisir que j’allais saisir l’occasion.
Je tendis un bras vers l’un des canapés du petit salon, l’invitant silencieusement à prendre place avant de le formuler distinctement.

« Asseyez-vous, je vous en prie. Désirez-vous boire quelque chose ? questionnai-je en bon hôte. »


_________________
Le Pouvoir ne se donne pas, il se prend.

©️️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Lun 12 Nov - 10:50

(hj : à encore mise en page plus tard :ha:)

Dés qu'il entre dans la pièce tu ne peux t'empêcher de l'observer en détail. Il est grand - sans doute est-ce la première chose que tu remarques, parce qu'il l'est plus que Théodore, plus que Clyde. Grand, fin, les épaules carrées - sans doute un physique qui attirerait le regard de plus d'une demoiselle dans la haute société de sang pur - il est exactement ce qu'elles pourraient attendre de virilité d'un homme, avec un regard ténébreux et des lèvres fines. Il se tient bien droit, et tu n'peux pas noter de faute de gout dans la tenue pourtant sobre qu'il porte. Rien n'est laissé au hasard dans votre monde, et t'es étonnée de l'y voir si à l'aise - bien qu'en réalité il ne s'agisse que de toi. Toi - t'es une ouverture vers le reste des mondains de Londres, bien que ta famille soit sang pur depuis peu de temps que tu travailles encore à renforcer tes relations.
Tu doutes pas qu'il en sera de même pour lui, et la première impression qu'il te fait te laisse déjà un sourire sur les lèvres. T'es pas certaine qu'avoir un héritier sorti de nul part te plaise vraiment - mais là encore depuis ces dernières semaines t'as laissé les problèmes des Avery derrière toi, et tu t'sens pas tellement concernée à présent. Curieuse, déjà, et c'est tout ce que tu peux offrir à ton hôte. En plus de ta main qu'il prend avec délicatesse pour la baiser dans les règles.

Tu le lâches pas du regard, lui offrant un sourire discret, appréciant sa manière de faire avant qu'il ne se redresse devant toi. Puis-je tenter un marché entre nous avant même que nous nous asseyons ? t'es surprise de son hardiesse mais ne manque pas d'être touchée à vif. Je vous écoute. Puis-je espérer que vous m'appeliez par mon prénom ? Tu lâche une expression libératrice, opinant frénétiquement devant la proposition. Seulement si vous m'appelez Sarah. Et pour être exactement, ce serait Madame Bulstrode. J'ai été mariée à votre cousin, bien que ce fut pour un temps assez court. Rappelles-tu avec un air presque défiant sur le visage - comme pour tenter de lire ses pensés, et savoir ce qu'il veut de toi.
T'es pas douée pour lire les esprits, mais pour deviner les mensonges tu l'ai bien plus - t'es faite pour les défendre les menteurs, et t'aime à les voir se démasquer. Mais il a l'esprit insondable, l'expression impénétrable, et tu ne peux que suivre son mouvement lorsque te montrant le canapé il t'invite à t'y installer. Tu le fais sans plus attendre, pliant les jambes dans une tenue de grande dame que tu tiens naturellement à présent. Surtout en si bonne compagnie. Désirez-vous boire quelque chose ? Tu penses deux secondes avant de répondre d'un air détaché. Du thé si vous en prenez sinon ca ira. Demandes-tu sans grande conviction, et sans le lâcher du regard. T'es de plus en plus curieuse, et la manière qu'il a de se contrôler ne peut que te questionner sur ses motivations.

J'avoue avoir été étonnée d'apprendre son arrivé à Londres, et même votre existence, William. Cassandra m'a parlé de vous en termes peu élogieux, pour tout dire, et votre invitation m'a pour le moins étonnée. Finis tu par admettre, peu douée pour être aussi subtile que les autres sangs purs de ton rang - t'es douée pour ton travail, pas pour jouer les cachotières dans la vraie vie. Que voulez-vous de moi ? Je pensais que la famille Avery couperait les ponts avec les Bulstrode après la disparition de Théodore.

_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
William Avery
pro-mangemort

pro-mangemort


Messages : 91
Date d'inscription : 09/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Dim 18 Nov - 12:23


baise main
@Sarah O. Bulstrode & @William Avery
Le fait de pouvoir l’appeler par son prénom était une victoire. C’était prématuré, osé et terriblement peu conventionnel, mais ça a fonctionné. C’était tout ce qui comptait en vérité. Peu importait la manière dont les choses étaient faites, si le résultat était celui escompté, pourquoi s’en priver ? Il y avait les manières, les politesses, le paraître. Tout un tas de choses propres à la haute société sorcière que les Sang-Purs aimaient conserver. C’était démodé, hors temps, mais nous n’avions pas le choix. Si nous ne respections pas un minimum le protocole, nos efforts étaient tout simplement vains. Autant se plier aux règles plutôt qu’à un homme.

« Veuillez m’excuser pour cette erreur, lui répondis-je. J’espère que vous ne penserez pas que j’ai oublié mon très cher cousin si rapidement. Sa mort m’a affecté comme à toute notre famille… ainsi qu’à vous, bien entendu, ajoutai-je même si elle ne montrait rien. »

Je n’étais pas proche de Theodore. Vraiment pas. J’avais peut-être assisté à quelques-uns de ses anniversaires, mais j’étais parti faire le tour du monde à ma majorité, m’éloignant non seulement de lui, mais du reste des Avery. J’étais revenu uniquement pour son mariage - leur mariage. Sinon, j’avais passé les fêtes de fin d’année et quelques-uns de mes anniversaires seuls, mes parents venant eux-mêmes à moi pendant quelques heures. Je balayai mes souvenirs, revenant au moment présent. Je pris place en face de Sarah, m’installant comme elle dans un canapé.
J’appelai l’elfe de maison, qui apparut rapidement.

« Apporte-nous du thé, je te prie.
- Tout de suite, Maître
, articula-t-il en s’inclinant avant de disparaître de nouveau. »

Je restai silencieux, observant la belle jeune femme en face de moi. J’avais conscience que son regard sur ma personne essayait d’analyser mes faits et gestes, tentant de percer à jour mes intentions. C’était fort dommage pour elle, j’étais un bon occlumens et aucune de mes pensées ne sera mise à nue. Cependant, j’étais un conseiller, je faisais de la politique. Je savais que je devais faire attention à mes mots, mes tournures de phrases, car en un mot, elle pourra prêcher le faux pour connaître le vrai. Cette femme était incroyable.
L’elfe de maison revint tout aussi vite et nous servit. Il s’inclina et disparut sans demander son reste. Ce fut à ce moment-là que la conversation débuta et que je pus retenir un sourire en coin.

« Cassandra et moi ne nous sommes jamais vraiment entendus, déclarai-je doucement. Et mon cousin était décédé, je me devais d’être présent. »

C’était non seulement indispensable, mais nécessaire. Après tout, la place de chef de famille était en jeu et il était hors de question qu’elle me glisse entre les doigts.

« Que voulez-vous de moi ? Je pensais que la famille Avery couperait les ponts avec les Bulstrode après la disparition de Théodore.
- Je ne suis pas ma famille… pas encore
, répondis-je en souriant légèrement, plongeant mon regard quelques instants dans les siens. »

Mon corps se pencha légèrement et j’attrapais ma tasse de thé, la portant à mes lèvres, buvant une gorgée de la boisson chaude. Je reposai la tasse et me replaçai comme j’étais, le dos droit, les mains jointes sur mes cuisses, jambes croisées.

« J’aimerais discuter avec vous d’une alliance, révélai-je calmement. Vous avez été une Avery, même pendant une courte durée, vous connaissez un peu cette famille. »

Je tâtonnai le terrain, voulant avant tout savoir si elle était intéressée. Elle était curieuse, je le savais, elle ne serait pas venue ici sinon. Néanmoins, il fallait découvrir si le fait de porter de nouveau ce nom était quelque chose qu’elle envisageait. Je n’étais pas idiot, elle était désirée, convoitée, par de nombreux sorciers. Je n’étais pas forcément un meilleur parti - la quasi-totalité de ses prétendants étaient des Sang-Purs.


_________________
Le Pouvoir ne se donne pas, il se prend.

©️️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Dim 18 Nov - 21:31


baise main
@William Avery & @Sarah O. Bulstrode
Tu as du apprendre la patience pour t'faire une place dans cette société. T'es une gamine discrète, cependant t'es aussi une âme libre, qui est née hors des grandes villes et a rapidement apprit à laisser libre court à ton imagination. En de rares occasions, tu t'ai laissé aller à la faire joue dans ta tête, ton corps bougeant au rythme d'aventures que tu te jouais pour toi seule, quand ennuyée, tu te retrouvais dans le parc de Poudlard, ou sur le lac gelé en hiver. T'es une gamine qui a de la suite dans les idées - mais depuis que ton père t'a fiancé à Théodore Avery tu trouve moins de temps pour t'mettre en action - tu as l'sentiment de subir ton existence, de la voir s'effilocher sans pouvoir rien faire.
Théodore a cependant été tué, et t'es la seule à savoir pourquoi et par qui. Pas qu'tu veuilles le dévoiler à sa famille - tu protègeras Cosimo qu'importe qu'il préfère te haïr. Après tout c'que vous avez vécu tu lui dois bien cela. T'avais presque espérer qu'la famille de ton défunt mari t'oublie après cela - pourtant tu te trouves à nouveau dans cette maison en compagnie d'ce dernier héritier sorti de nul part.

Ta vie tu n'pouvais pas l'imaginer ainsi, pourtant tu la laisse t'contrôler pour voir où t'mène cette aventure inattendue. « Veuillez m’excuser pour cette erreur. J’espère que vous ne penserez pas que j’ai oublié mon très cher cousin si rapidement. Sa mort m’a affecté comme à toute notre famille… ainsi qu’à vous, bien entendu. »  « Je ne pense rien de tel. » Tu n'penses plus même à Théodore - t'as passé l'été en compagnie d'Clyde Greengrass qui a su t'faire tourner rapidement la tête. Pas qu'tu le dévoilerais ca non plus, la période de deuil n'étant pas encore terminé que tu te retrouvais dans une piscine à boire des cocktails en Espagne avec lui. Tu veux pas passer pour la gamine qu'le monde des sangs purs peut pas accepter.
Mais t'as jamais cessé d'être une enfant terrible, qu'importe que tu crois à ta pureté comme suprématie sur le monde, l'reste de leurs habitudes te semblent encore étranges et désuètes. T'es faite pour être active et vivante, pas pour t'laisser emporter dans des apparences qui t'font avoir l'air chiante. « Cassandra et moi ne nous sommes jamais vraiment entendus. Et mon cousin était décédé, je me devais d’être présent. »  Evidemment - que de choses convenues que tu n'écoutes que d'une oreille. Tu laisse l'Elfe de maison vous apporter du thé, et tu t'laisse à observer l'nouvel Avery avec intérêt.

T'as appris la patience, mais t'as pas encore de l'être - aujourd'hui t'es curieuse, et autant n'pas donner un air que tu n'tiens pas. Tu préfères poser les questions qui t'empoisonnent la langue sans plus attendre. Tu veux savoir pourquoi il t'a fait venir, et ce qu'il attend de toi. Tu veux voir c'qu'il joue - et tu veux l'voir lui, et pas ce semblant d'presque Avery auquel tu crois pas une seconde. Il s'tient comme un homme politique - tu l'sais pour travailler à leurs côtés depuis longtemps. Apparence, rien qu'apparence, avec pas grand chose qui dépasse. « Je ne suis pas ma famille… pas encore »  « Vraiment ? » Qu'tu demandes, amusée, arquant un sourcil inquisiteur - bien qu'pour toi il fasse pas de doute qu'il soit un Avery. « J’aimerais discuter avec vous d’une alliance. Vous avez été une Avery, même pendant une courte durée, vous connaissez un peu cette famille. »  C'était une chose que tu ne pouvais pas nier - t'as été une Avery, par obligation, et d'manière bien rapide. Assez pour qu'tu portes le nom, et c'était ce qui importait. Assez pour qu'tu sois plus sous la gouvernance de ton père, ayant récupéré les comptes de ton défunt mari - comme il est de coutume. « Quel genre de d'alliance ? » Demandes-tu avant de poser un peu rudement la tasse sur la table, et d'le fixer avec plus de détermination que jusqu'à présent. « Ne prétendons rien, William. La mort de Théodore n'a été un choc pour personne ici. Il jouait un jeu dangereux, et il le valait mieux mort que traitre. C'est arrivé plus vite que prévu - simplement. Votre arrivée est plus étonnante, étant donné votre silence. Ne jouait pas les hommes politiques avec moi - je connais ces jeux de dupes. Je suis avocate après tout. » Dis-tu sans t'retenir, tu veux pas prétendre, tu veux l'dévoiler. « Alors dites moi clairement c'que vous attendez de moi. »






_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
William Avery
pro-mangemort

pro-mangemort


Messages : 91
Date d'inscription : 09/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Dim 25 Nov - 19:11


baise main
@Sarah O. Bulstrode & @William Avery
« Je ne suis pas ma famille… pas encore.
- Vraiment ? »


Je ne peux retenir un sourire en coin déformé mon visage impassible. Il était vrai que je faisais parti de cette famille, c’était indéniable, mais je voulais plus, bien plus. Je voulais être le chef des Avery et c’était pour cette raison, qu’à mon sens, je n’étais pas encore ma famille. J’étais un membre, mais je ne la dirigeai pas.

« Quel genre de d'alliance ? »

Je me retins de sourire une nouvelle fois, mais je me contentai de laisser mon regard dans le sien. Je me cachai dans ma tasse de thé, buvant le breuvage chaud à grosses gorgées, laissant un fond dans le récipient. Je posai doucement la tasse sur la table, joignant mes mains sur mes cuisses.
J’écoutais avec attention ce que Sarah avait à me dire. Elle était implacable, comme si elle était dans une salle d’audience et qu’elle était en train d’accuser la personne présumée innocente afin de ne lui laisser aucune porte de sortie, de l’acculer au mur et de répondre de ses faits. Ca me plaisait. Énormément. C’était ce genre de caractère que j’appréciai : les personnes soumises étaient inintéressantes et fades. Il était vrai qu’elle était avocate, une redoutable d’ailleurs, reconnue. Il était donc inutile pour moi que je fasse des ronds de jambe.

« Très bien, jouons franc-jeu, lui dis-je calmement, sans hausser le ton. Je vous propose un mariage, en guise d’alliance. »

Les mots étaient posés, mais pas encore les pions. Il était inutile de faire marche arrière, les dés étaient jetés à présent.

« Je vous propose de redevenir une Avery et ce, avec moi. »

La proposition était posée, le ton était étonnamment détendu, calme, mais pourtant, aucune note de prétention pouvait entacher le tableau. C’était simple. Un peu trop. Comme si on demandait un livre, alors que ce n’était rien de tel. C’était quelque chose d’important, un acte qui ne devait pas être pris à la légère. Et pourtant, j’étais là, lui demandant de m’épouser alors que je n’avais aucune considération pour le mariage. En avait-elle ? Probablement.

« Je ne vous demande pas de m’être fidèle, uniquement aux Avery, ajoutai-je finalement. Si vous désirez être dans la couche d’un autre, pourquoi pas. Si vous désirez être dans la mienne, avec grand plaisir. Cette alliance peut nous profiter l’un l’autre, de bien des manières. Vous n’êtes pas obligé de me donner une réponse dans l’immédiat. »

Je pris ma tasse de thé, la terminais et la reposais. Je vis qu’il lui en restait un peu dans la sienne. Aussi, je me permis sans l’ombre d’une hésitation de la resservir afin de remplir ma propre tasse - gentleman, mais par intérêt cette fois-ci. Je pris de nouveau la délicate vaisselle dans ma main et la portais à ma bouche, soufflant légèrement dessus avant d’en boire une gorgée, mon autre main tenant la soucoupe.


_________________
Le Pouvoir ne se donne pas, il se prend.

©️️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Lun 26 Nov - 18:25


baise main
@William Avery & @Sarah O. Bulstrode
T'es pas assez naïve pour ne pas imaginer les raisons de cette soudaine invitation. Le seul intérêt que les Avery ont eut pour toi c'est ta couche, que ton doigt devienne signe de leur possession, qu'un lien se forme entre vos deux familles par des enfants - après le mariage. Tu saisis l'importance de ces alliances, à une époque où il est si facile de perdre sa pureté par un coup de coeur. Théodore l'a perdu en s'amourachant d'une impure, lui faisant un enfant dans le dos de sa famille - perdant la vie pour son imprudence. Tu connais les règles du jeu, et en tant qu'avocate t'as appris à jouer des règles pour les faire à ton idée. Tu refuse d'perdre le peu de liberté que t'as gagné ces derniers temps. « Très bien, jouons franc-jeu. Je vous propose un mariage, en guise d’alliance. » Tu souris à nouveau, appréciant qu'il joue la franchise avec toi, et reposant ta tasse de thé dans un geste qui se veut délicat.
Au contraire, dans ta poitrine ca bat fortement, l'excitation de te voir à nouveau avec le pouvoir entre les mains. C'pas donné très souvent aux femmes de jouer ce rôle dans cette société patriarchale, mais comme t'es veuve tu peux te le permettre. T'as l'argent de ton mari pour t'protéger du manque - et t'as Clyde qui t'fait la cour pour t'assurer un nouveau nom. D'voir William t'accorder un autre intérêt n'est que meilleur encore dans ton jeu de cartes. « Je vous propose de redevenir une Avery et ce, avec moi. » « Intéressant. » Répondis-tu, presque avec trop de neutralité, bien que tu préserves ton sourire en coin sur la gueule. Tu peux pas t'empêcher, attendant plutôt qu'il pose son jeu pour te séduire.

Mais t'es étonnée de voir un type qui sait être franc mais subtile à la fois, en dire assez pour te titiller, mais pas trop pour paraitre trop gourmand. Quand il se remet à parler c'est avec une voix parfaitement maitrisée - le contrôle de ses émotions s'trouve dans ses veines, tu en doute pas. « Je ne vous demande pas de m’être fidèle, uniquement aux Avery » T'arques un sourcil à cette proposition. « Si vous désirez être dans la couche d’un autre, pourquoi pas. Si vous désirez être dans la mienne, avec grand plaisir. Cette alliance peut nous profiter l’un l’autre, de bien des manières. Vous n’êtes pas obligé de me donner une réponse dans l’immédiat. » « Laissez moi résumer. » Dis-tu en prenant à nouveau ta tasse de thé, la faisant tourner entre tes doigts. « Vous voudriez m'intégrer à nouveau dans les histoires d'une famille qui a bien failli détruire ma réputation et m'as mise dans une situation délicate en me fiançant à un traitre ? » Demanda-t-elle avant de relever le visage, croisant le sien. « Qu'est-ce que j'y gagne dans l'affaire ? Que voulez-vous faire une fois sur le trône ? » Demanda-t-elle avant de boire une gorgée, et de poser la tasse.

« Je ne vais pas mentir. Mon nouveau statu n'a pas manqué de me faire remarquer, et quelques autres héritiers ont déjà posés leurs cartes sur la table. Vous êtes prêts à vous battre, William ? »



_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
William Avery
pro-mangemort

pro-mangemort


Messages : 91
Date d'inscription : 09/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Jeu 27 Déc - 17:06


baise main
@Sarah O. Bulstrode & @William Avery
Je déposais la vaisselle de nouveau sur la table basse. Les cartes étaient - quasiment - jouées. Avec Sarah, je sentais que je devais être presque brute, plutôt franc, dans mes paroles afin de pouvoir avoir une discussion constructive. Ca me plaisait. Outre le fait qu’elle soit une femme belle et désirable, elle avait ce que peu de personnes pouvait se vanter : une certaine intelligence. Je laissais un sourire en coin étirer ma bouche lorsqu’elle répondit « Intéressant ». Même si ça pouvait paraître déplacé, c’était avant tout terriblement séduisant. Le fait d’avoir été franc n’avait pas totalement porté ses fruits, mais ça ne les avait pas non plus préservés de la pourriture. Rien n’était gagné en somme.

« Vous voudriez m'intégrer à nouveau dans les histoires d'une famille qui a bien failli détruire ma réputation et m'as mise dans une situation délicate en me fiançant à un traître ? Qu'est-ce que j'y gagne dans l'affaire ? Que voulez-vous faire une fois sur le trône ?
- Je veux redorer le blason des Avery
, répondis-je calmement, me penchant en avant, posant mes avant-bras sur mes cuisses, comme si j’allais dire un secret. Et je le ferais lorsque je deviendrais le nouveau chef de famille. Je sais que vous n’avez besoin d’aucune protection, mais avec moi, vous en aurez et vous aurez tout ce que vous désirez. Votre réputation sera sauvée de tout ragot des bas-fonds. Je ne suis pas un traître. »

Seulement un homme politique. Cependant, je me gardais bien de le lui dire. Elle n’avait pas besoin que je le formule de toute façon, je savais que c’était ce qu’elle pensait de moi, elle m’en avait fait part quelques minutes plus tôt.

« Je ne vais pas mentir. Mon nouveau statut n'a pas manqué de me faire remarquer, et quelques autres héritiers ont déjà posés leurs cartes sur la table. Vous êtes prêts à vous battre, William ? »

Je souris un peu plus franchement, plongeant mon regard dans le sien. Je reconnaissais bien là ses talents d’avocate, me disant indirectement que j’allais devoir faire mes preuves. Cela ne m’effrayait pas. J’aimais les défis, encore plus les relever.

« Madame, je suis dans la politique. Me battre fait parti de mon quotidien. De plus, le combat pour avoir la place de Theodore a déjà commencé. Mener plusieurs batailles ne me fait nullement peur. »

La peur était un sentiment que je ne connaissais pas. Un Avery n’avait pas peur. Un Avery était un sorcier de pouvoir et lorsqu’on avait le pouvoir, nous ne pouvions être effrayés par quoi que ce soit. Je me levai et tendis une main vers Sarah, lui proposant de se lever.

« Et si nous commencions par un déjeuner ? Qu’aimez-vous ? Italien ? Mexicain ? Brésilien ? Coréen ? Je peux vous emmener aux quatre coins du monde pour vous faire découvrir de nouvelles saveurs… si vous avez faim, bien entendu. On peut aussi bien admirer de belles vues avec un verre à la main. »


_________________
Le Pouvoir ne se donne pas, il se prend.

©️️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Sam 29 Déc - 23:45


baise main
@William Avery & @Sarah O. Bulstrode
Tu connais les règles du jeu - du moins celles que ton père t'a enseigné. T'es pas aussi douée qu'les familles qui se targuent d'être pures depuis des siècles. Tu n'peux être dans cette caste que depuis ton père, et tu tentes d'te faire une place de choix parmi les grandes familles. T'es pas étonnée d'avoir été fiancée à Théodore Avery, en y réfléchissant. Il s'trouvait rien de mieux qu'une famille si jeune qu'la votre pour accepter un tel arrangement. Une famille désespérée d'faire ses preuves et sa place parmi les plus grands. Théodore a été une erreur, t'amenant à t'émanciper de la coupe de ton paternel. A présent, tu pouvais jouir de ton revenue de veuve, te présentant comme une ancienne Avery, libre de tout contrôle masculin sur ton existence. Tu n'avais de compte à personne, et tu profitais de ce nouveau statu, te jouant des règles établis par cette royauté sadique et malicieuse.
Finalement, tu jouais bien ton rôle, assez pour voir un sourire flashait sur la gueule d'Avery, qui se pencha vers toi en répondant à tes questions. Tu n'comptais pas jouer les filles faciles - t'avais les cartes en main, et tu le savais pertinemment. « Je veux redorer le blason des Avery. Et je le ferais lorsque je deviendrais le nouveau chef de famille. Je sais que vous n’avez besoin d’aucune protection, mais avec moi, vous en aurez et vous aurez tout ce que vous désirez. Votre réputation sera sauvée de tout ragot des bas-fonds. Je ne suis pas un traître. » « Vous sous-entendez que je souffre de quelques ragots ? » Demandas-tu en arquant un sourcil, et il avait raison sur un point : tu n'avais besoin d'aucune protection. Pas que tu sois une femme populaire, participant aux mondanités. Tu n'aimais pas tant ce genre de soirées, ne t'y présentant que lorsque tu t'en sentais l'obligation.

Ce qui n'était pas arrivée depuis longtemps.
Mais tu l'comprenais en un sens, lui cherchait à te convaincre qu'il était le choix parfait pour toi. Toi jouant les filles qui n'y touchaient pas. Après tout, tu l'admettais, ton nouveau statu t'avais fait remarquer par quelques autres prétendants - tu omettais le nom de Clyde qui t'faisait frémir le palpitant. Tu te trouvais là pour affaire après tout, et si tu pouvais trouver ton compte à garder quelques relations avec les Avery, tu n'étais pas femme à t'en priver. Et tu étais curieuse - aussi - d'apprendre qui était William. « Madame, je suis dans la politique. Me battre fait parti de mon quotidien. De plus, le combat pour avoir la place de Theodore a déjà commencé. Mener plusieurs batailles ne me fait nullement peur. » « Que le meilleur gagne dans ce cas. Je suis étonnée que vous ne cherchiez pas même à connaitre vos ennemis - j'ignore si c'est de l'arrogance ou de la stupidité pour le moment. » Dis-tu d'une voix sarcastique mais joueuse - ne cherchant nullement à avoir sa colère, plutôt que son sourire. Il se levait alors, et tu fis de même, suivant naturellement le mouvement qu'il t'imposait. « Et si nous commencions par un déjeuner ? Qu’aimez-vous ? Italien ? Mexicain ? Brésilien ? Coréen ? Je peux vous emmener aux quatre coins du monde pour vous faire découvrir de nouvelles saveurs… si vous avez faim, bien entendu. On peut aussi bien admirer de belles vues avec un verre à la main. » « J'admets ne pas être une adepte de la nourriture étrangère - alors montrez-moi plutôt celle que vous vous préférez. Je suis votre obligée. »  Dis-tu avec le peu de respect qu'tu lui accordais, l'observant encore de biais pour deviner quel mystère entourait le personnage qui se présentait à toi. « Ou nous pourrions rester ici - nous pourrions ainsi déjeuner sans avoir peur de parler de n'importe quel sujet ? »




_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
William Avery
pro-mangemort

pro-mangemort


Messages : 91
Date d'inscription : 09/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Mer 2 Jan - 3:00


baise main
@Sarah O. Bulstrode & @William Avery
Sarah n’était pas une femme acquise, une femme qui se laissait approchait, encore moins une femme sans un soupçon de jugeote. Elle en avait dans la tête et elle savait que son physique pouvait cacher énormément de choses - le fait qu’elle en joue était tout à son honneur et il aurait été vraiment stupide de ne pas le faire. Les Bulstrode étaient une famille relativement jeune comparée aux Avery, ils voulaient avoir également leur place dans ce monde régi par les sang-purs. Ils avaient bien raison. Cependant, c’était actuellement Sarah qui avait tout pouvoir et si ça ne me plaisait absolument pas qu’elle soit dans une telle position face à moi, je n’avais pas le choix. Je devais m’en contenter, faire avec et en jouer. Elle était veuve, elle n’était plus prisonnière de sa famille et les conventions étaient pour elle désuètes, je ne pouvais donc avoir aucune pression sur elle. Le jeu n’en était que plus pimenté.

« Vous sous-entendez que je souffre de quelques ragots ?
- Je ne sous-entends rien, Madame. Je ne fais que répéter vos propres mots. »


Je souris doucement. C’était elle qui avait dit que sa réputation avait été détruite, je n’avais fait qu’enregistrer les informations qu’elle m’avait gracieusement fournies pour les utiliser de nouveau. Être dans la politique facilitait l’acquisition d’informations et faisait travailler sa mémoire comme jamais. Il fallait constamment faire travailler son cerveau afin de saisir toutes les éventuels informations et sous-entendus, les non-dits et réels objectifs. En tant qu’avocate, j’étais persuadé qu’elle avait dû ajuster son analyse lors d’une conversation aussi banale que celle-ci.

« Que le meilleur gagne dans ce cas. Je suis étonnée que vous ne cherchiez pas même à connaître vos ennemis - j'ignore si c'est de l'arrogance ou de la stupidité pour le moment.
- Peut-être un peu des deux
, osai-je en ricanant, un large sourire étirant ma bouche quelques instants à peine. Comme le dit un proverbe afghan, « Avec tes ennemis, patiente ; avec tes amis, pardonne. ». Je saurais me montrer patient. »

La patience était une vertu, mais je pouvais en faire preuve lorsque cela était nécessaire. Ce n’était pas ma tasse de thé, mais j’avais tellement de choses à faire, de choses en tête, qu’il me suffisait de me concentrer sur autre chose pour ne pas avoir cette désagréable sensation. Je me levai, l’invitant à en faire autant, lui proposant de déjeuner. J’acquiesçai à ses paroles, notant mentalement que la cuisine étrangère n’était pas son fort.

« C’est une très bonne idée, déclarai-je avant de claquer des doigts, faisant venir ainsi un elfe de maison. »

Je lui ordonnais de dresser la table et de faire un déjeuner classique, mais raffiné. Je me fis un geste afin d’inviter la jeune femme à me suivre, lui ouvrant la porte pour qu’elle puisse entrer dans la salle à manger. Je remarquais que la table était dressée impeccablement.

« Y a-t-il un sujet dont vous désirez discuter en particulier ? lui demandai-je alors que je lui tirais une chaise afin qu’elle puisse s’installer. »


_________________
Le Pouvoir ne se donne pas, il se prend.

©️️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Ven 4 Jan - 19:49


baise main
@William Avery & @Sarah O. Bulstrode
T'apprends encore à t'faire une place dans ce monde, usant d'ce que tu connais, et observant ce que t'as encore à saisir des subtilités des règles de ce jeu où tu es encore une novice. Tu doutes de t'en sortir aussi bien que d'autres filles pourraient le faire à ta place - t'es pas idiote, et heureusement, cela t'empêche d'juste courber l'échine devant les désirs d'un sang pur qui s'prend pour le roi au sommet de la montagne. T'es bien trop caractérielle aussi - c'que ta soeur et ton père t'ont déjà fait remarquer à plusieurs reprises. T'as préféré t'faire soumettre à leurs volontés en étant fiancée à Théodore, mais quand tu vois le résultat tu doutes d'vouloir simplement recommencer. T'es bien meilleure pour suivre tes seuls désirs et tes instincts.
Ou ta curiosité - celle qui explique que tu t'trouves encore dans le salon des Avery en compagnie de ce nouvel héritier dont Cassandra t'a parlé en peu de termes élogieux. Tu l'observes, manque rien de ses mimiques et de ses remarques. Assez pour t'perdre toi même dans ce que tu peux raconter. T'as une bonne mémoire - assez en général pour tenir la conversation - mais un truc chez William t'donne envie d'être plus joueuse et détendue qu'en terrain ennemi. Comme si - en somme - t'savais que tu étais pas en terre ennemie. Pas vraiment. « Je ne sous-entends rien, Madame. Je ne fais que répéter vos propres mots. » « Fort heureusement, je n'ai pas laissé Théodore faillir à ma réputation - c'était proche, pas assez pour me détruire. »  Dis-tu, piquée au vif dans ta fierté. T'refuses de croire que le reste du monde sang pur doute de tes capacités - c'une chose que t'as toujours eut en horreur depuis tes jeunes années à Serpentard.
Tu doutes pas d'toi, ou de ta capacité à faire entendre la voix d'ta seule justice quand il s'agit d'faire régner ta vision des choses. Tu sais t'exprimer - assez pour convaincre les autres d'ce que t'as à raconter.

« Comme le dit un proverbe afghan, « Avec tes ennemis, patiente ; avec tes amis, pardonne. ». Je saurais me montrer patient.  » T'restes silencieuse, sachant peu c'que tu dois comprendre d'sa déclaration - mais quelque part t'es ravie d'le voir joueur de la sorte. T'aimes les hommes d'esprit, tu vas pas le nier, et c'nouveau venu n'en manque pas. D'esprit, et d'culture - toi qui a peu voyagé t'es juste piquée d'nouveau dans ta curiosité, te demandant quel genre d'individus s'met à citer des proverbes étrangers avec autant d'facilité. Ca t'fait envie - assez pour qu'tu proposes de diner chez lui directement, refusant d'jouer les veuves en représentation à l'extérieur.
C'est exténuant, et tu t'sens pas de cette humeur. « C’est une très bonne idée. » Tu l'vois quémander la venue d'un elfe, et t'laisse guider, jusqu'à arriver devant une table pour deux parfaitement dressée. Assez étroite pour qu'vous n'ayez pas à élever la voix. Assez large pour faire montrer d'quelques belles argenteries de la possession des Avery.

D'quoi t'en mettre plein la vue bien qu'tu sois pas si impressionnée. Tu l'es plus par la conversation d'William et l'fait d'aimer cela. « Y a-t-il un sujet dont vous désirez discuter en particulier ? » demande-t-il en t'tirant la chaise sur laquelle tu t'assois - l'parfait gentleman. Même si ce genre de gestes n'ont pas d'signification pour toi. C'pas cela qui t'fera fondre ton coeur de pierre. « Peut être du fait qu'votre cousine m'a dépeint un portrait peu élogieux d'vous. L'parfait héritier, l'inconnu venu en sauveur d'on-ne-sait-où. Un parfait mystère, n'est-ce pas William ? » Demandas-tu, sans t'soucier d'envoyer Cassandra sous les sabots de l'hippogriffes. T'as d'autres intérêts en tête : les tiens. « J'vais pas me faire impressionner par quelques prouesses de gentlemen - jouer ce refrain à d'autres héritières que ca intéresse. Moi j'veux savoir pourquoi vous vous retrouvez soudainement là, sur un trône vacant où vous vous jetez sans seconde pensée. »



_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas
William Avery
pro-mangemort

pro-mangemort


Messages : 91
Date d'inscription : 09/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Sam 2 Fév - 20:18


baise main
@Sarah O. Bulstrode & @William Avery
Sarah n’était pas n’importe quelle femme. C’était une sorcière veuve, une ancienne Avery, une née Bulstrode et par-dessus le marché, une femme prônant la justice et l’enseignant. Elle était incontestablement intelligente et admirablement joueuse. Lui faire la conversation n’était pas platonique et fade comme n’importe quelle héritière. Oh que non ! Elle avait du répondant, elle savait piquer là où il fallait et elle ne se laissait pas déstabiliser. Le genre de femme que n’importe quel homme sensé aimerait, que dis-je, rêverait d’avoir.
La gente féminine m’attirait autant que la gente masculine, mais j’avais appris depuis des années, avant même que je ne devienne un homme, que le mariage était une chose faite par intérêt et non par amour. Qu’est-ce que c’était l’amour ?

En parfait gentleman, je lui tirais la chaise afin qu’elle s’installe à table. Ce n’était pas forcément pour la séduire, plus pour être un hôte convenable - l’éducation était ancrée dans ma chair comme le sang qui coulait dans mes veines. Je pris place en face d’elle, alors que la jeune sorcière me parla de Cassandra. Je ne pus me retenir de sourire, voire même de ricaner d’ailleurs.

« On ne peut pas plaire à tout le monde, encore moins à sa propre famille, déclarai-je simplement. Désirez-vous un peu de vin ? »

Cassandra ne m’avait jamais porté dans son cœur et il était fort probable que ça soit réciproque - ça l’était totalement en fait. Je ne rêvais que d’une chose : trouver un allié qui serait assez fou pour vouloir l’épouser et qu’elle me fiche la paix ! Elle ne pouvait pas prendre les reines de la famille et la seule chose qu’elle pouvait faire, elle le faisait : me mettre des bâtons dans les roues. Cependant, elle ne me connaissait pas suffisamment pour se rendre compte de l’inutilité de ses actes. Elle ne faisait que reculer pour mieux sauter.

« J'vais pas me faire impressionner par quelques prouesses de gentlemen - jouer ce refrain à d'autres héritières que ca intéresse. Moi j'veux savoir pourquoi vous vous retrouvez soudainement là, sur un trône vacant où vous vous jetez sans seconde pensée.
- Beaucoup de gens veulent savoir
, répondis-je en souriant sans être prétentieux. Mais vous avez vous-même la réponse. Le trône est vacant et il n’est jamais bon de laisser une telle place inoccupée très longtemps. »

Les entrées arrivèrent dans un pouf sonore ainsi que quelques accompagnements (pain, assaisonnements, sel, poivre,...). Je plaçais ma serviette sur mes genoux et fis un geste à Sarah pour qu’elle commence, ne voulant pas que notre conversation soit interrompue.

« Les gens oublient que je n’ai pas choisi de rester dans l’ombre. Mes parents l’ont décidé, pour une raison que j’ignore et honnêtement, s’ils ne me l’ont pas dit, je doute qu’ils me le disent un jour. J’ai travaillé très dur pour en arriver au poste où je suis et j’espère sincèrement que mes efforts ne seront pas mis de côté uniquement parce qu’on ne veut pas me donner une chance. »

Chance que je ne leur laisserais pas de toute façon. Je deviendrais le chef des Avery, ce n’était qu’une question de temps et je savais être patient. De plus, il était hors de question que je révèle les secrets de la famille, de mes parents, sachant que je ne devais pas en connaître beaucoup. Seulement celui me concernant… et concernant Icarius.


_________________
Le Pouvoir ne se donne pas, il se prend.

©️️️️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Sarah O. Bulstrode
staff & mangemort ◊ soldat

staff & mangemort ◊ soldat


Messages : 331
Date d'inscription : 01/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    Mar 12 Fév - 23:42


baise main
@William Avery & @Sarah O. Bulstrode

T’es bien trop curieuse de voir où tout cela va te mener. T’es convaincu qu’William Avery a plus à dire, et à cacher qu’il peut bien le montrer de prime abord. Faut dire qu’tu sais de lui que le douloureux portrait qui a été dressé par sa cousine. Et Cassandra n’est sans doute pas la plus objective le concernant – désireuse de garder le trone de sa famille, à présent que son traite de frère n’était plus parmi eux. Et tu n’es pas tant impressionnée que cela – les affaires de Avery te concerne à peine à présent, mais tu sais l’importance d’une bonne alliance, d’autant dans le jeu de dupes des Anglais. Tu ne peux pas te permettre de rapprocher de n’importe qui, parce que ta famille ne jouit pas de l’ancienneté de la majorité des autres familles de sang purs. Vous n’êtes admis dans cette grande lignée que depuis peu de temps – c’est normal que tu doives jouer des pions intelligemment.
Et peut être que de rapprocher de William n’est pas une mauvaise chose, bien que tu doutes le laisser te passer la bague au doigt un jour. « On ne peut pas plaire à tout le monde, encore moins à sa propre famille. Désirez-vous un peu de vin ? » « Volontiers. » Dis-tu en admettant qu’il dise vrai. Faut dire que t’as pas tant de comparaison à faire – ta famille se définit par ta sœur qui s’trouve mariée, et qui préfère autant t’ignorer comme tu le fais avec elle. T’as un neveu que tu vois jamais, et ton père – qui t’garde à l’œil pour faire de toi son trésor à vendre à quelqu’un qui aurait de quoi t’faire briller.

Sauf qu’à présent que tu es veuve tu t’appartiens à toi-même, et t’entends bien profiter de cela encore un peu. Tu t’sens juste détentrice de ce pouvoir, et ca te rend peut être assez insolente devant ton hôte. Pas qu’il semble mal le prendre, alors que tu lui lance question sur question sans prendre vraiment le temps de respirer, votre table mise pour le diner se dressant entre vous, et toi l’ignorant parfaitement. « Beaucoup de gens veulent savoir. Mais vous avez vous-même la réponse. Le trône est vacant et il n’est jamais bon de laisser une telle place inoccupée très longtemps. » « Vous êtes simplement avide de pouvoir alors ? Comme c’est triste, et ennuyeux. » Dis-tu en haussant les sourcils, peu convaincue par cette réponse. Si banale. Si dérisoire aussi – te donnant l’impression d’être devant un énième sang pur voulant uniquement être au sommet. Tu sais pas quoi à t’attendre, certainement pas à cela cependant.

Il t’fait signe de te servir, et tu l’fais sans grand enthousiasme, te demandant bien comment ce diner va pouvoir te faire échapper à l’ennui. « Les gens oublient que je n’ai pas choisi de rester dans l’ombre. Mes parents l’ont décidé, pour une raison que j’ignore et honnêtement, s’ils ne me l’ont pas dit, je doute qu’ils me le disent un jour. J’ai travaillé très dur pour en arriver au poste où je suis et j’espère sincèrement que mes efforts ne seront pas mis de côté uniquement parce qu’on ne veut pas me donner une chance. » « Vous me jouez le couplet du pauvre incompris ? » Demandas-tu avec un sourire moqueur sur les lèvres. « Je pensais que par principe, tu n’aurais eut besoin de personne pour prendre ce qui t’est dû. » Dis-tu avant de commencer à manger, prenant le temps de mâcher le plat, avant de l’avaler – avec tout ce que tu as de tenue. « Après tout, il n’y a personne de mieux que nous pour savoir ce que nous valons. En ce sens, je doute qu’un mariage avec une famille de parvenus comme la mienne soit le plus sûr moyen de vous hisser au sommet. Sans compter que j’en ai assez vu avec les Avery – je tiens à préserver ma liberté pour le moment. » Dis-tu en souriant en coin. « Pour le dire de manière plus directe : je suis certaine de pouvoir refuser un mariage – encore – avec cette famille. Mais une alliance – tu m’intrigues assez pour que je puisse m’y conforter. »




_________________
don't leave me alone
Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now? I think that love is stronger than habits or circumstances. I think it is possible to keep yourself for someone for a long time, and still remember why you were waiting when she comes at last.... I would enter your sleep if I could, and guard you there, and slay the thing that hounds you, as I would if it had the courage to face me in fair daylight. But I cannot come in unless you dream of me.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: baise-main (William & Sarah)    

Revenir en haut Aller en bas
 
baise-main (William & Sarah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iseult
» Prendre furtivement sa main, Oublier un peu les copains...
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» William Delacroix [ Voleur ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde magique :: Victory Snitch-
Sauter vers: