AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 serpenter entre les ombres (marlène & oswin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Ven 5 Aoû - 20:07

serpenter entre les ombres
Marlène & Oswin
Il entre dans la grande salle parmi les premiers élèves - comme tous les matins - s'installant à la table des Serpentards sans accorder un seul regard à quelques premiers années qui sont déjà installés et déjeunent dans un silence empli de fatigue. Eux ne lui accordent pas non plus la moindre attention, sans doute parce qu'ils sont des Sangs purs, et que lui n'en est pas. Une nouvelle qui a fait le tour de sa maison quand il l'a annoncé en quatrième année. Avant cela, sa prétention naturelle et son amitié avec Regulus Black avaient convaincu pas mal de verts argents qu'il devait en être un - peut être un sang pur allemand quelque chose comme cela au vue de son nom. Sa famille était effectivement de Sang pur, jusqu'à deux générations au-dessus de lui. Et quand il avait lâché l'information à Rosier, ce dernier en avait été fortement ébranlé. Depuis Oswin était devenu plus invisible encore si c'était possible, parce que les rares membres qui lui parlaient respectueusement avaient décidé qu'il n'existait plus. Une chose qui l'arrangeait assez en fin de compte, parce qu'il se complaisait à n'être qu'une ombre, se mouvant parmi ses semblables pour apprendre tout ce qu'il pouvait sur eux. Même son rang de préfet ne lui avait pas permis d'acquérir une quelconque forme de popularité - pas qu'il le désirait cela dit - mais il se complaisait à rappeler de temps à autre qu'il en savait plus qu'il n'y paraissait et qu'il n'hésiterait à utiliser ce qu'il savait contre ses camarades pour les faire céder. Le respect du règlement n'était qu'une excuse qui lui permettait de jouer avec sa nature autoritaire et manipulatrice. Un bon entrainement - se disait-il - et si la majorité des Sangs purs de sa maison désiraient ne pas connaitre son nom, il savait néanmoins qu'il valait mieux ne pas se faire prendre la main dans le sac par le préfet au risque de subir une humiliation publique.
Oswin était fier de ce rôle qu'il jouait parmi les Serpentards, même si pour ce faire il avait dû sacrifier une partie de sa vie sociale. Ils se méfiaient de lui, de ce qu'il savait, ou de ce qu'il pouvait attendre de ses relations. En réalité, il n'y avait que deux personnes à avoir pu recevoir le respect et la sincérité de l'Allemand. Regulus, dont l'amitié était plus une évidence qu'un véritable profit pour l'avenir; et Marlène McKinnon. Sa relation avec cette dernière était assez étrange. Oswin ne savait pas vraiment ce qu'était l'amitié, et même avec Regulus il agissait parfois étrangement. Ils ne se parlaient pas souvent à coeur ouverts, se devinant plus qu'ils ne se confiaient. Sans doute parce que au-delà de leurs origines, ou de leurs éducations, ils étaient des hommes et qu'il n'était pas si naturel pour un homme de parler de ses sentiments. Il n'en était pas de même avec Marlène, bien plus expansive sur le sujet. Leur relation avec quelque chose de plus psychologique qui mettait parfois Oswin mal à l'aise, bien qu'il en fut fasciné. Il aimait écouter Marlène, refaire le monde à ses côtés, et la voir se confier à lui sur ses craintes, et ses doutes. Pas qu'il en fit de même, il n'était pas du genre à se dévoiler à quiconque sauf à demi-mot.

C'est alors qu'il pensait à sa meilleure amie - il usait du terme faute de mieux - elle apparut soudainement dans la pièce. Et comme aimanté par un fil invisible il releva la tête à cet instant pour croiser le regard de la jolie blonde. Quelques minutes auparavant un hibou Grand duc était venu déposer la Gazette du Sorcier devant Oswin qui le feuilleté en buvant son café. « Tu es bien matinale, McKinnon. » Lança-t-il comme pour l'invité à prendre place en face de lui. Il prit du pain brioché, sur lequel il commença à étaler de la marmelade, distraitement. Ils n'avaient pas cours avant le milieu de la matinée, pouvant jouir de quelques heures de solitude et de calme. Lui était habitué à toujours se lever tôt, à être dans les premiers prêts et de rester dans la Grande salle pour surprendre les conversations du matin. Jusqu'à ce que Regulus fasse son entré. Alors il quittait la pièce lorsque son meilleur ami avait terminé son repas afin de retrouver la place qui était la sienne à ses côtés. Une place qu'il s'était octroyé et qu'il n'entendait pas abandonner de si tôt. « Tu es terriblement taciturne - tu as même des cernes sous les yeux. Mauvaise nuit, Marlène ? Qu'est-ce qui t'arrives ? » demanda-t-il l'air de rien, avec un sourire en coin sur les lèvres, toujours ravi de remarqué ce genre de petits détails qui veulent tout dire chez quelqu'un. Et il n'avait pas la prétention de les ignorer comme le voudrait la convenance, pas quand il s'agissait de ses amis proches .

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 847
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Lun 29 Aoû - 21:31


    

❝Serpenter entre les ombres❞
Oswin & Marlene

Le bruit dans le dortoir me réveille et je grogne et tentant de me rendormir sous ma couette. Bordel j’ai pas dormi de la nuit. Je venais seulement de m’endormir, là, il y a quelques heures. Deux tout au plus. Bon, je n’arriverais plus à me rendormir de toute façon. Alors je rejette les couvertures et je me lève. Je ne dis bonjour à personne, elles n’avaient qu’à pas me réveiller. Je prends un uniforme propre, serviettes et gant de toilette et je file aux douches. Il faut que je me réveille. Bien que mes cours ne commencent pas avant l’après-midi, il faut que j’étudie, que je révise un minimum. Je retire mon pyjama et l’eau chaude me détend. C’est déjà ça. Mais elle m’endort plus qu’elle ne me réveille. Alors je sors bien vite, accueillie par la froideur de la salle de douches. L’humidité et l’hiver dehors n’est pas le top pour une salle de bain. Mais bon. Je noue mes cheveux mouillés en deux nattes, une de chaque côté de mon visage, avec deux rubans verts et gris. J’enfile mon uniforme et retourne vers mon coin du dortoir pour prendre des parchemins vierges, ma plume, de l’encre et des livres. Je fourre le tout dans ma besace et sort du dortoir sans un mot sous les regards exaspérée de mes colocataires. Je lève les yeux au ciel et me dirige vers les escaliers afin d’aller à la grande salle.

Sur le peu de trajet qui me sépare de la grande salle, je repense à la cause de mon insomnie. J’ai eu des nouvelles de mon père. Enfin, disons que je l’ai vu dans la gazette du sorcier de la veille. Il a rejoint les rangs de Voldemort. Je l’ai vu sur une de ces photos dans le journal. Il est donc bien devenu adepte de la magie noire. Et désormais, tout nous oppose. Il a tout quitté pour ça. Pour le Lord Noir, pour la pouvoir, la gloire, la connerie. J’ai envoyé un hibou à ma mère mais elle ne m’a toujours pas répondue. Elle est occupée avec l’entreprise de cape, maintenant qu’il est parti, elle a pris les rênes et gère tout ça avec une main de fer dans un gant de velours. Je l’admirerais bien si elle savait faire la part des choses. J’ai rarement des nouvelles d’elle, elle m’a délaissée et je lui en veux pour ça. Je soupire et je remarque alors que je me trouve devant la Grande Salle. J’entre et j’erre entre les tables et les autres élèves des autres maisons afin de me trouver une place à ma table. Je remarque Sirius au loin, entouré des Maraudeurs. Je le regarde un instant puis je détourne le regard. Après notre dernière confrontation datant d’il y a quelques semaines, hors de question que j’aille le saluer chaleureusement. Puis une voix familière me sort de mes pensées. Oswin. Celui que je considère comme mon meilleur ami. Celui qui est, pour moi, mon meilleur ami. Je souris lorsqu’il me salue mais fatiguée, épuisée, je lui réponds seulement :

« Feuerback, je peux dire la même chose »

Je soupire et m’installe face à lui, dos au reste de la salle. Je me frotte le visage et les yeux et prends un jus de fruit que je sirote doucement. Ouais, je n’ai pas très faim. Je lève les yeux vers Oswin et je lui souris doucement. C’est fou, avec sa bonne humeur et ses bouclettes, il arrive à me remonter le moral. Heureusement qu’il est là. Sans lui, je ne sais pas ce que je serais. Il me lit comme un livre ouvert et il me le prouve encore une fois en devinant que quelque chose ne va pas. Je rétorque alors :

« Je ressemble à une goule c’est ça ? »

J’arque un sourcil et ris doucement avant de grignoter doucement un toast avec du beurre et de la confiture. Puis je reprends, répondant à sa question :

« T’as dû lire le journal d’hier. Il y avait mon père en photo. Il est devenu un mangemort. Il est dans les rangs du Lord Noir »

Ma voix était détachée, sans émotion. Parce que je ne savais pas quoi ressentir. Je respire un bon coup et je continue, tentant de feindre un sourire et une voix enjouée :

« Mais bon qu’il fasse sa vie après tout ! Il a tout quitté pour ça alors… »

Mais je craque et des larmes roulent sur mes joues. Des sanglots font vibrer mon corps. Je souffle, lève les yeux au ciel, essuyant avec rage les gouttes d’eau salée. Fort heureusement, il n’y a pas grand monde autour de nous et tous semblent absorbés par les commérages matinaux.

« Excuse-moi, ça fait plusieurs jours que je ne dors pas beaucoup. Et toi dis-moi, tu vas bien ? »

Ma meilleure défense : passer à un autre sujet. Je n’aime pas parler de moi. Je lui souris, du moins je tente et je continue de grignoter, petites bouchées par petites bouchées.



    
© Pando

_________________

I fell for you • Love isn't something you find, it's something that finds you. And I'm happy that you found me.   (c) P!A


                                          
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Mar 30 Aoû - 17:48

serpenter entre les ombres
Marlène & Oswin
La Grande salle se remplit doucement, la majorité des étudiants profitant de leur matinée de cours libre, ou de leurs cours commençant relativement tard pour se lever à la dernière minute. Oswin les comprend, sans doute, mais lui-même n'a jamais été un grand dormeur, et il lui faut une bonne raison pour rester au fond de ses draps alors que le soleil se lève déjà à l'horizon. Sa mère - née moldue - lui répétait souvent que le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt - et s'il avait la prétention de prendre possession du monde il devait alors commençait par ne pas perdre son temps à dormir. Il préférait de loin se retrouver là, assis à la table des Serpentards, lisant le journal comme tous les matins avec un intérêt non feint. Il avait cette avidité, ce besoin constant de tout savoir sur le monde, sur les autres, sur ce qu'il advenait. Surtout en temps de guerre, et il ne se passait pas une journée sans qu'il ne découvre un article sur les méfaits des Mangemorts, avec - parfois - des photographies à l'appuie. Mais pour l'heure il était concentré sur un article concernant les nouvelles dispositions prises par le ministère concernant les hybrides - et surtout les loups-garous. Il sortit de sa lecture pour constater la venue de Marlène dans la salle, et lui fit signe de le rejoindre. Ce qu'elle ne tarda pas à faire, les cernes barrant le dessous de ses yeux, et un sourire triste sur le visage. L'inquiétude saisit naturellement Oswin, peu habitué à voir son amie sans entrain. « Feuerback, je peux dire la même chose » « Je suis naturellement matinal, très chère. » Rétorque-t-il avec son élégance et sa jovialité naturellement. Espérant que cela mettrait du baume au coeur de la jeune femme, mais il comprit rapidement que ce n'était pas le cas; Et profitant du fait d'être tous les deux dans un coin tranquille - les autres Serpentards s'étant rejoint à l'autre bout de la table - il lui demanda ce qui n'allait pas. Espérant que les choses ne seraient pas si dramatiques qu'il le pensait. « Je ressemble à une goule c’est ça ? » Il laissa échapper un ricanement moqueur, avant de servir un peu de café à sa meilleure amie. C'était sa manière à lui de prendre soin d'elle. Avant de prendre le jus de citrouille et de leur servir deux verres. Au moins il s'assurait qu'elle ne partirait pas en cours le ventre vide. C'était déjà ça. « Tu es toujours terriblement séduisante, Marlène, tu le sais bien. » Répondit-il avec un ton caressant, lui offrant un clin d'oeil, avant de reprendre un toast et de le manger par petite bouchées.

Il attendit qu'elle remette ses idées en ordre, avant de reprendre la parole et de se confier à lui. Elle n'hésitait jamais à lui parler, sans doute parce que Oswin était de bon conseil, et ne prenait pas cas de son camp ou de ses opinions . Tout comme elle l'acceptait comme ami et confident, malgré son amitié assumée avec Regulus Black. « T’as dû lire le journal d’hier. Il y avait mon père en photo. Il est devenu un mangemort. Il est dans les rangs du Lord Noir » Fronçant les sourcils, il tenta de se représenter le père de la jeune femme. Il n'avait pas eut l'occasion - la malchance dira-t-il - de le rencontrer. Mais sans doute aurait-il des traits de la jeune femme qui l'aurait mis sur la voie. Il fronça les sourcils et se remémorer l'article de la veille. Effectivement, un homme d'un certain âge, séduisant et inquiétant, avait été pris en photo, un avis de recherche pour quiconque aurait des informations à son sujet. Mais aucun nom. « L'attaque de Lorwels, contre une famille de née moldue, c'est bien cela ? J'ai lu l'article. J'ignorais qu'il s'agissait de ton père, j'en suis désolé. » Dit-il avec un ton qui se voulait compatissant, trouvant la main de la jeune femme à l'autre bout de la table. Il savait qu'elle n'était pas proche de son père, que sa perte avait été une blessure profonde pour la jeune femme. Et que de fait elle haïssait tout ce qui lui avait prit son paternel : la magie noire, les convictions de Voldemort, et la guerre sans doute. Tout ce qui liait Oswin à Regulus. « Mais bon qu’il fasse sa vie après tout ! Il a tout quitté pour ça alors… » Mais le ton si détaché finit par craquer sous les larmes qui tombent des joues de Marlène. Et dans un geste tendre, Oswin lui tend une serviette, n'étant jamais à l'aise avec ce genre de situation. Il lui caresse la joue aussi bien qu'il le peut depuis sa place face à elle, et lui propose un verre de jus pour faire passer la boule d'émotions, lui envoyant des sshh pour l'apaiser. Qu'aurait-il pu dire d'autres ?

Elle finit par se calmer, et Oswin s'assure que personne ne viendrait poser des questions à la jeune femme, envoyant des regards courroucés à quiconque tourne le visage vers eux. « Excuse-moi, ça fait plusieurs jours que je ne dors pas beaucoup. Et toi dis-moi, tu vas bien ? » Changement de sujets peu subtile. « Fort bien. Ca ne va s'en doute pas te plaire, mais Regulus et moi nous sommes réconciliés. » Cela faisait presque une année que le Black ne parlait que peu à son meilleur ami, l'évitant la majorité du temps pour ne plus être son confident. Depuis cette soirée étrange où Regulus avait faillit l'embrasser, et Oswin avait laissé faire, ne sachant les raisons de cet éloignement, et ne pouvant pas faire grand chose face à l'opiniâtreté de Regulus. Mais hier ils s'étaient retrouvés. Hier Oswin avait embrassé Regulus avec une chasteté étonnante. Hier une promesse à peine voilée de s'appartenir avait teinté leurs discussions, et le coeur d'Oswin en était apaisé. « Tu as le droit de pleurer et d'être en colère, Marlène. Concernant ton père, pas Regulus. Je veux dire... ce n'est pas moi qui viendrait te juger, tu sais que je suis là pour toi. Mais sans doute cette situation était-elle inévitable, tu le sais. Ca ne pourra que te rendre plus forte. » Dit-il en caressant à nouveau la joue de la jeune femme, geste tendre qui ne prouve d'aucun non-dit entre eux, Oswin n'ayant aucun sentiments romantiques pour la jeune femme. « Tu devrais peut être demander des potions à l'infirmière si tu n'arrives pas à dormir. Ou je pourrais t'en concocter, qu'en dis-tu ? »


_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 847
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Ven 2 Sep - 20:36


    

❝Serpenter entre les ombres❞
Oswin & Marlene

Lorsqu’Oswin me répond qu’il est naturellement matinal, avec son ton digne d’un grand et sa bonne humeur, je ne peux m’empêcher de rire doucement. Il a ce don sur moi, il sait me faire rire quand ça ne va pas. Dès que je suis avec lui, je me sens bien, comme si tout allait bien, comme s’il n’y avait pas de guerre, comme si tout ma vie était en ordre, carré. Il a cette innocente dans le regard, cette étincelle qui fait que je l’aime. Il est le frère que je n’ai jamais eu, ma moitié. Bien évidemment, on n’est pas toujours d’accord, on se dispute souvent parce qu’il faut avouer que je ne suis pas facile à vivre. Mais il est toujours là, à mes côtés, et pour rien au monde je le laisserai de côté. Je serais toujours pour lui, avec lui, et je le défendrais envers et contre tous. Je lui demande alors si je ressemble vraiment à une goule et il laisse échapper un rire moqueur. Puis il me sert un café et un jus de citrouille. Je le remercie avec un sourire franc et il répond enfin à ma question en me disant que je suis toujours séduisante. Théâtrale, je porte une main sur mon cœur et lui réponds :

« Ah Oswin, quel charmeur tu es ! Si tu n’avais pas autant de cheveux, je t’aurais épousé »

Je ris doucement avant de siroter mon café, juste histoire de lui faire plaisir. Je n’ai pas faim, ni soif, ni quoique ce soit. Mais je veux lui faire plaisir alors je bois quelques petites gorgées. Puis j’en viens à lui expliquer ce qui ne va pas, comme il me l’a demandé. Ma voix est plate, sans aucune émotion, saccadée. Il fronce les sourcils, tentant, je suppose, de se remémorer l’article. Puis il me dit qu’il s’en souvient et s’excuse. Il prend ensuite ma main dans la sienne et je me contente d’hausser les épaules avant de répondre :

« Tu n’y es pour rien, ne t’excuse pas. »

Je ne comprends pas les personnes qui s’excusent à tout bout de champs, sans avoir réellement de quoi s’excuser. Je veux dire que, dans la plupart du cas, les excuses sont dites sans réel contexte, sans réelle raison. Question de politesse ou je ne sais quoi, un quelque chose que je ne comprends pas. Puis je craque. La tension s’échappe sous forme de larmes et de sanglots et j’ai honte. J’ai honte de pleurer pour ça, après tant d’années. C’est ridicule. Je suis ridicule. Oswin me tend une serviette et j’essuie mes larmes tandis qu’il me caresse doucement la joue dans un geste protecteur et fraternel. Je souris doucement puis je me calme. Les sanglots cessent et je me reprends dans une grande respiration avant de m’excuser pour tout ça et de changer de sujet. Je n’aime pas parler de moi. Alors je parle de mon meilleur, de comme il va. Il me dit qu’il va bien et qu’il s’est réconcilié avec Regulus. Je lève les yeux vers lui et arque un sourcil interrogateur avant de répondre :

« Pourquoi il est revenu ? A moins que ça soit toi ? »

Je plisse les yeux d'un air suspicieux. Je n’aime pas Regulus et je ne m’en cache pas. Je le trouve étrange, surtout avec Oswin. Il y a un truc entre eux, plus vicieux qu’une simple amourette. Je veux qu’il soit heureux, qu’il trouve quelqu’un de bien parce qu’il le mérite. Oswin est adorable et je tuerai pour son bonheur. Mais pas avec lui. Pas avec ce Black. Tous des abrutis dans cette famille, c’est le sang qui veut ça je suis sûre. Oswin reprend la parole, me disant que j’ai le droit de ressentir tout ça, que ça ne fera que me rendre plus forte. Il me caresse doucement la joue et j’aime ce geste. Je veux dire… ce n’est pas un geste amoureux mais juste un geste amical. Il n’y jamais eu d’ambiguïté entre nous, Oswin est le frère que je n’ai jamais eu. Je soupire, avant de répondre :

« Je suis quand même en colère pour Regulus. Mais passons. Il a rejoint les rangs de Voldemort, Os’. Ce qui veut dire que nous sommes dans des camps opposés. Ce qui veut dire que… »

Je pourrais avoir à le tuer ou il pourrait avoir à me tuer. Mais je ne termine pas ma phrase, la laissant en suspens. Je ne veux pas avoir à le dire. Le dire à voix haute rendrait tout ça réel. Tellement plus réel. Et je ne veux pas. Je veux garder cette part de déni. Il me demande alors si je veux une potion de l’infirmière ou même de lui, afin de mieux dormir. Je ris doucement avant de répondre :

« Ce n’est pas contre toi Oswin mais… je ne suis pas sûre de tes talents culinaires. Et puis je n’aime pas les potions, j’ai peur des effets secondaires »

On ne sait jamais ce qui se trouve vraiment dans les potions de Madame Pomfresh Je lui confiance, là n’est pas la question, c’est son métier après tout, mais … elle y met surement des ingrédients étranges. Je soupire, termine mon café et demande à mon meilleur ami :

« Tu veux parler de Regulus ? Tu sais, je suis là pour ça, pour t’écouter, bien que je n’aimerai jamais ce gnome »

Je ris doucement et bois doucement mon jus de citrouille. La salle se remplit de plus en plus et je regarde les autres élèves arriver avec un regard neutre. Puis je reporte mon attention sur mon meilleur ami, lui souriant doucement, le remerciant intérieurement d’être là pour moi.

    
© Pando

_________________

I fell for you • Love isn't something you find, it's something that finds you. And I'm happy that you found me.   (c) P!A


                                          
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Sam 3 Sep - 19:01

serpenter entre les ombres
Marlène & Oswin
« Ah Oswin, quel charmeur tu es ! Si tu n’avais pas autant de cheveux, je t’aurais épousé » La déclaration de Marlène lui fait lever les yeux au ciel, le faisant sourire doucement. Oswin n'est pas très expansif, bien qu'il le soit plus que tous les sangs purs qui arborent leur masque d'indifférence et de désintérêt sur le monde. Il rit, il boude, il se met en colère, laissant ses sentiments s'exprimaient librement sur les traits de son visage enfantin. Mais il n'est pas quelqu'un de naturellement expansif, ou chaleureux. Oswin est un être introverti et observateur, qui passe plus de temps à regarder le monde qu'à en être acteur. Il préfère être dans l'ombre, tirer les ficelles quand il le faut plutôt que d'être sur le devant de la scène à faire une scène face aux autres. Il se laisse oublier, bien souvent, et apprend des erreurs des autres. Il est plus souvent dans un coin de la salle commune avec un livre ou une partie d'échec, qu'au centre en train de faire de grands discours sur la pureté du sang. Et il ne va pas même les contre-dire, il ne se bat jamais à la baguette, et il n'hausse que rarement le ton. Pourtant, en tant que préfet il a aussi dû apprendre à se faire respecter des membres de sa maison, et il l'a fait de la seule manière qu'il connaisse : en usant des informations qu'il avait recueilli. Sa curiosité l'avait amené à faire des recherches sur chaque famille de sang pur ayant un enfant à Poudlard, et il était véritablement doué pour retenir ce qui l'intéressait. Le chantage et la manipulation ne le rebutaient pas - bien au contraire. Il considérait qu'ils étaient les meilleures des armes dans sa situation.
Et si pour le reste du monde il n'existait que pour être le Préfet - certains même ignoraient son prénom - il était l'ami de Regulus, et celui de Marlène. Il n'y avait pas deux Serpentards aussi différents l'un de l'autre, pourtant Oswin appréciait les deux, et il aimait le temps passer à leur côté. Du reste, cela l'arrangeait assez qu'ils ne s'entendent pas. Cela lui permettait de séparer les aspects de sa vie, et de lui-même, de pouvoir les contrôler et les ranger pour être parfaitement ce qu'il doit être. Naturel, sans doute, mais différent également. Si avec Oswin il était calme, tendre et à l'écoute afin de calmer ses angoisses; il était plus joviale, souriant, et moqueur avec Marlène, parce qu'elle était à la fois matûre et puérile, et que cela se répercutait sur Oswin. Alors ils discutaient, les deux amis, ignorant le monde qui s'étendait autour d'eux. Il lui parlait de Regulus, parce que malgré tout il faisait parti de sa vie, une grande part de sa vie, et que le retrouver était une trop grande joie pour qu'il le garde pour lui. « Pourquoi il est revenu ? A moins que ça soit toi ? » « C'est lui, mais je l'ai laissé faire. Et je pense pouvoir dire que je lui manquais. Tu peux comprendre cela non ? » Dit-il, calmement avec un sourire moqueur. Sans doute la nouvelle ne faisait pas plaisir à la jeune femme, mais il n'en avait cure. Tout comme Regulus ne pourrait pas convaincre Oswin n'arrêter de voir Marlène, elle ne pourrait pas l'empêcher d'aimer Regulus. C'était en lui, de toute façon. Ce serait comme lui demandait d'abandonner une partie de son être.

Du reste, il s'inquiétait plus pour Marlène que pour lui. La nouvelle de la folie de son père, et de son adhésion chez les Mangemorts devaient l'avoir bouleversée - elle avait pleuré après tout. Et il était là pour elle. « Je suis quand même en colère pour Regulus. Mais passons. Il a rejoint les rangs de Voldemort, Os’. Ce qui veut dire que nous sommes dans des camps opposés. Ce qui veut dire que… » Qu'ils sont ennemis. Mais il ne dit rien, elle a besoin de s'entendre le dire, de se l'avouer, de l'admettre. Ce qu'elle ne fait pas, et le jeune homme reste à l'observer. Elle n'est pas prête, sans doute. Bien qu'elle doive à un moment pouvoir le dire - je devrais tuer mon père, ou il me tuera. C'était cela, la guerre après tout. Tout comme Sirius et Regulus lèveront leurs baguettes s'ils continuent de suivre ce chemin qu'ils se sont choisis. « Tu devras être assez forte pour le dire à voix haute un jour, Marlène. » Dit-il simplement, terminant son toast comme s'ils parlaient du temps qu'il fait. Il ne veut pas rentrer dans le tragique, et préfère de loin continuer la conversation comme si elle était simple. Alors il enchaine en lui proposant de lui faire une potion de sommeil - en réponse il reçoit une grimace. « Ce n’est pas contre toi Oswin mais… je ne suis pas sûre de tes talents culinaires. Et puis je n’aime pas les potions, j’ai peur des effets secondaires » Touché dans sa fierté, le jeune femme fait une mine boudeuse, et lâche un soupire. « Je fais parti du Club de Slug, et non grâce à mon nom mais grâce à mes talents. Je ne suis certes pas Severus Rogue mais je sais me débrouillée. Mauvaise langue. » Lâche-t-il en boudant, ne lui accordant plus un seul regard. Il préférait regarder son thé et le boire à petite gorgée, avant de choisir de manger un Muffin.

« Tu veux parler de Regulus ? Tu sais, je suis là pour ça, pour t’écouter, bien que je n’aimerai jamais ce gnome » Il lâche un ricanement, sans pour autant la regarder. « Tu sais, tu es la seule à avoir le droit de l'insulter devant moi. Je ne l'accepterai de personne d'autre, mais j'ai depuis longtemps accepté l'idée que vous ne pourrez pas vous aimer. Pas que ce soit un problème, c'est tout à votre honneur. » Dit-il en prenant un morceau de muffin qu'il mit dans sa bouche, et en savoura le gout en fermant les yeux. « Nous nous sommes retrouvés, comme avant. Il avait pris ses distances après ... Enfin, pour une raison stupide. Mais il a cette tendance à dramatiser les choses, et à s'effacer quand cela devient trop compliqué à gérer pour lui. Fort heureusement j'ai su trouvé les mots pour le rassurer, et à présent nous sommes à nouveau les meilleurs amis qu'il soit. » Dit-il pour résumer, passant sous silence leur baiser, et leur promesse d'un plus qui viendra sans doute. Plus tard. Un jour. Il ne le sait pas, mais il admet que cette attente est délectable. Malheureusement, il ne pouvait pas parler de cela impunément au milieu de la Grande Salle. Les murs ont des oreilles, et les ennemis de Regulus étaient légions. « Et toi, Marlène ? N'as-tu rien à me raconter ? »

_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 847
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Dim 25 Sep - 10:31


    

❝Serpenter entre les ombres❞
Oswin & Marlene

Je ris lorsque Oswin lève les yeux après ma remarque sur ses cheveux. Ça a toujours été comme ça entre nous. Taquineries sur taquineries. Et bien que je sois celle qui le charrie sans arrêt, il sait bien me le rendre. On est tellement différent avec Oswin, je pense que c'est ça qui nous rapproche le plus. Alors que lui est introverti et se laisse, moi je vais vers le reste du monde, je prends un malin plaisir à les embêter, les autres, je profite pleinement de ma jeunesse. Je ne cesse de jouer, de taquiner, de charrier. Et je peux affirmer haut et fort que j'en ai fait lever, des yeux au ciel. Mais je suis comme ça. J'ai besoin d'aller vers les autres, de rendre leur journée bien moins monotone. Et Oswin, en tant que préfet, a souvent du me sauver la peau après l'une ou l'autre de mes farces. Il est un ami fidèle, mon meilleur ami, et je suis tellement heureuse de l'avoir. Il me comprend, c'est le seul d'ailleurs. Alors face à lui, je le laisse me parler de Regulus. Ce Regulus là. A croire que j'ai un problème avec tous les Black qui existent. On est opposés. L'eau et le feu. L'eau et le vin. Au début, je l'aimais bien. Puis il a changé quand il est devenu l'héritier des Black. Histoires de famille bien trop compliqué pour une sang-mêlée telle que moi. C'est à partir de ce moment qu'entre nous, tout n'est que mépris. Et au milieu, Oswin.  Je lui demande qui est revenu. Regulus. Bon au moins, mon meilleur ami n'est qu'à moitié faible. C'est à mon tour de lever les yeux au ciel.

"Je comprends oui mais... Os', ne sois pas soumis à lui. Tu n'es pas son jouet qu'il prend et jette à sa guise"

Ma voix est un peu trop froide et lorsque je m'en rends compte, j'hausse les épaule dans un geste d'excuse. Puis on en vient à parler de mon père. Nous sommes ennemis maintenant, ce qui signifie que soit il va me tuer, soit ça sera moi. Oswin me répond que je devrais le dire à voix haute, à un moment ou un autre. Mais je ne suis pas prête. C'est trop tôt. Je ne veux pas. Je ne peux pas. Je me contente de secouer la tête de gauche à tête. Je ne suis pas prête. Je ne le serais peut-être jamais. Je ne suis pas forte. Pas face à ça. Pas dans cette situation. Je soupire. Je taquine de nouveau Oswin sur ses talents culinaires, joueuse, l'air enfantin. Vexé, il me répond qu'il est dans le club de Slughorn et j'en ris d'avantage. Il boude. Il serait presque mignon. Je me lève et me penche vers lui afin de lui pincer une joue et de lui lancer:

"Mais c'est qu'il bouderait le petit Oswin. Allez Bouclettes, je te taquinais juste"

Je lui souris franchement avant de lui tirer la langue et de me rasseoir. Il ne me regarde plus, préférant se concentrer sur son muffin. Je pouffe avant de moi aussi commencer à manger un muffin aux myrtilles. Je relance la conversation, lui disant que je suis là pour lui et qu'il peut me parler de Regulus, du gnome, et il ricane, sans pour autant me regarder. Je lui fais une grimace puis il me répond, me disant que je suis bien la seule à pouvoir l'insulter. Je réponds tout en mangeant:

"Ce n'est pas non plus une insulte des plus matures. Mais soit. Je suis donc un privilégiée"

Théâtrale, je rejette mes cheveux en arrière et je continue de manger mon muffin, en évitant de m'en mettre partout. Oswin se lance dans des explications et je l'écoute attentivement. Il choisit ses mots, il ne me dit pas tout. Et je le sais, je le vois. Et je sais surtout que c'est parce que nous sommes entourés de personnes qui n'affectionnent pas Regulus, ou  Oswin ou je ne sais qui. J'acquiesce de la tête avant de répondre:

"Votre amitié est tellement compliquée. Enfin tout entre vous est compliqué. Mais tu sais Os, tu n'est pas son jouet. Je sais je me répète mais.. affirmes toi un peu."

Je n'irais pas jusqu'à dire que mon meilleur ami est complètement soumis à Regulus mais... presque. Et ça m'énerve, au fond. Il ne s'impose pas, il reste là à dire amen à tout ce que ce Black dit ou fait. Il reprend la parole en me demandant si je n'ai rien à raconter. Je lu raconte alors les derniers potins sur ma vie:

"Eh bien je ne suis plus du tout en bons termes avec Sirius. On a eu une altercation assez... violente. Et sinon... il ne sait rien passé dans ma vie. J'ai progressé en potion, admire le Maitre. Il se passe rien en ce moment.

Je soupire et pose ma joue contre la paume de ma main. Puis je repense à Sirius. Deux secondes. Et je l'efface de mes pensées. Je ne dois pas penser à ça. Je n'ai pas de mot pour décrire la rage qui coule dans ma veine. Et je sais qu'un jour ou l'autre, je vais devoir le confronter. Je soupire de nouveau et reprend:

"Il semblerait que les Black se plaisent à gâcher nos vies. C'est dans leurs gênes d'être des connards."

Je parle comme un charretier. Est-ce que je m'en préoccupe? Bien-sûr que non.
    
© Pando

_________________

I fell for you • Love isn't something you find, it's something that finds you. And I'm happy that you found me.   (c) P!A


                                          
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Mar 27 Sep - 23:42

serpenter entre les ombres
Marlène & Oswin
Oswin n'avait jamais eut des rapports faciles avec les autres, sans doute parce qu'il était bien trop exigeant. Il ne se complaisait pas dans la facilité, le normal, la simplicité d'une amitié qui se complet dans les rires d'enfants et les moqueries puériles. Il a besoin que son esprit soit excité, que l'autre lui apporte quelque chose qu'il ne possède pas, qu'il se sente grandit dans son rapport à l'autre. Il ne se complait pas dans le pathétisme de certains, et les dénigre avec virulence ou les rejette avec sarcasmes. Il n'apprécie pas ceux qui ne regardent pas plus loin que leur misérable existence - l'égocentrisme était sans doute la pire des choses à ses yeux. Parce qu'elle poussait à la flemmardise et à l'indifférence. Alors que le monde était si étonnant, si incroyable, si divers; il avait tout à découvrir, il ne pouvait pas simplement accepter d'être entouré de personne qui n'en avait rien à faire. Alors les amis d'Oswin, les véritables, n'étaient pas nombreux. Il y avait Marlène, parce qu'elle avait cette intérêt pour l'existence, ce besoin de vivre malgré ce que l'existence pouvait lui mettre dans la gueule sans qu'elle ne demande rien. Et Oswin aimait cela chez elle, ce sourire qui barrait son visage malgré tout. Combattant le monde avec ses armes.
Et il y avait Regulus. Qui était devenu tellement plus qu'un simple ami - « Je comprends oui mais... Os', ne sois pas soumis à lui. Tu n'es pas son jouet qu'il prend et jette à sa guise » Surpris qu'elle puisse penser cela de Regulus et de lui, Oswin la regarde avec un air sceptique. Jamais Regulus ne ferait cela avec lui - il n'était pas un pantin désarticulé sous les exigeances du Black, et Oswin savait lui tenir tête quand il le fallait. Du reste, il n'avait pas cherché à faire revenir Regulus, lui laissant le temps dont il avait besoin pour lui revenir. Il ne pouvait pas non plus le repousser : il avait bien trop besoin de sa présence à ses côtés pour donner ce sens et ce gout particulier à l'existence. Tout devenait plus pétillant et brûlant quand Regulus était à ses côtés.

Il ne rétorqua rien, bien trop perplexe face à ce genre d'insinuations. Oswin est peut être soumis à Regulus au vue du reste du monde, mais leur relation ne s'était pas établie de la sorte. Oswin était le protecteur des secrets du Black, de son humanité et de sa souffrance; il la serrait contre lui et la cachait au reste du monde. Il était présent aux côtés de Regulus quand il était sur le point de s'effondrer et prenait sur ses épaules une partie de ses maux pour l'aider à se redresser. Il était son ombre, non son pantin. Il était l'épaule sur laquelle il se reposait, il était les murmures confiants à son oreille, il était sa force autant qu'il pouvait être sa faiblesse. Parce que ce lien si particulier entre eux, s'il venait à disparaitre, causerait la fin de leur deux existence aussi surement qu'ils s'étaient forgés ensemble.

Alors Regulus a plus d'importance pour lui que quiconque, et il n'apprécie que moyennement qu'on en vienne à l'insulter. Qu'importe que ce soit de botruc ou d'enfoiré; Oswin était protecteur, sans doute trop, et il ne supportait pas que l'on s'en prenne au Black. Mais Marlène était différente, et elle pouvait jouir de se privilège. « Ce n'est pas non plus une insulte des plus matures. Mais soit. Je suis donc un privilégiée » « N'en profite pas trop. » Prévient-il malgré tout; car bien qu'il fut un homme patient et tolérant à bien des égards, il ne pouvait pas souffrir trop longtemps que l'on profite de lui de la sorte. En ce qui concernait Regulus, Oswin avait été le témoin privilégié de beaucoup trop de souffrance et de changements pour accepter que l'on rabaisse ou que l'on se moque du Black. Qu'importe que les gens ne comprennent pas ce qui les liait au fond, lui resté loyal à son meilleur ami. Il le serait toujours, il le pressentait au fond de lui. Et si beaucoup le voyait comme le domestique au service de Black, il savait qu'il n'en était rien en réalité. Regulus portait le masque de l'aristocrate, en représentation constante face au monde. Et Oswin s'assurait que personne ne viendrait le blesser, ne viendrait le détruire — il était son ombre protectrice. Et pour Regulus il prendrait tous les risques; parce qu'il lui appartenait. Son existence était bien trop profondément liée à celle du Black. « Votre amitié est tellement compliquée. Enfin tout entre vous est compliqué. Mais tu sais Os, tu n'est pas son jouet. Je sais je me répète mais.. affirmes toi un peu. » Un demi-sourire s'étire sur ses lèvres, et un instant il baisse le regard sur le numéro de la Gazette du sorcier qu'il tenait plus tôt. Le regard dans le vide - « Jamais il ne me considèrerait comme un jouet, Marlène. Je ne suis pas une poupée qu'il disloque à sa guise, et qu'il envoie au bucher quand ca lui chante. Notre amitié n'est pas ainsi, et si je suis en retrait, à écouter plus qu'à m'affirmer c'est que les choses doivent être ainsi. » dit-il d'un ton calme, confiant et assuré, regardant les images qui bougeaient sur le papier sans vraiment les voir. Il pensait à Regulus, lui parlant de ses craintes, et il sourit. « Je n'ai pas à m'imposer ou à jouer au bras de fer avec Regulus. Nous sommes sur un pied d'égalité. Il ne m'a jamais forcé à penser comme lui, ou à affirmer une chose que je ne pensais pas. Je crois pouvoir dire que nous ne serions plus amis si ca avait été le cas. » Dit-il, pour être plus rassurant en se redressant pour la regarder. Peut être qu'elle comprendrait un peu plus leur amitié si particulière.

Ou peut être pas, mais qu'importe - retrouver Regulus l'avait empli d'allégresse et il se sentait la force de dix hommes. Enthousiasmé et souriant il demanda alors à la jeune femme ce qu'elle avait à raconter. Il savait son existence compliquée, et elle n'était pas souvent à se plaindre à quiconque. Mais lui pouvait l'écouter. « Eh bien je ne suis plus du tout en bons termes avec Sirius. On a eu une altercation assez... violente. Et sinon... il ne sait rien passé dans ma vie. J'ai progressé en potion, admire le Maitre. Il se passe rien en ce moment. » « Une altercation ? Comment cela ? » demanda-t-il, les sourcils froncés dans une mine inquiète. Sirius Black avait été torturé durant quatre jours, et personne n'avait ignoré son humeur massacrante et son air sombre depuis son retour. Tout comme Oswin n'avait pas pu ignoré le passage à l'infirmerie de Regulus, et les marques de brûlure sur sa peau - une altercation violente avec son frère, il l'avait avoué la veille. Si Sirius devenait fou, Oswin préférait le savoir. Surtout s'il devait s'en prendre à Marlène. « Il t'a ... Attaqué ? Blessé ? » demanda-t-il en sondant le regard de sa meilleure amie comme pour lui ôter tout envie de lui épargner les détails. « Il semblerait que les Black se plaisent à gâcher nos vies. C'est dans leurs gênes d'être des connards. » Soupirant fortement, il ne relève pas l'insulte faite à Regulus, et regarde un instant le plafond magique où circulent quelques nuages blancs. « Ou alors personne ne les a préparé à cette existence, et ils ne savent pas comment réagir autrement ? Personne ne nait pour être un parfait enfoiré, Marlène, tu devrais savoir ça, toi. Tu devrais le comprendre et le deviner mieux que quiconque. La vie nous pousse parfois dans une direction que nous n'aurions pas choisit, et nous change sans pour autant que ce soit pour le meilleur... » Parler du père de Marlène n'était peut être pas une bonne idée, ainsi il ne le fit qu'indirectement. « Peut être ne faut-il pas envisagé les derniers évènements comme une preuve de leur cruauté, mais plutôt comme le témoignage de leurs souffrances. Et en tant qu'amis notre devoir est de resté à leurs côtés malgré tout. » Ou peut être était-ce la loyauté exacerbée d'Oswin qui le poussait à toujours pardonner à Regulus les douleurs qu'il peut lui infliger.


_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 847
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Ven 28 Oct - 11:07


    

❝Serpenter entre les ombres❞
Oswin & Marlene

Ma relation avec Oswin n'a jamais été des plus simples. Je veux dire par là que nous ne sommes pratiquement jamais d'accord. Et plus spécialement sur le sujet de Regulus Black. Je tente sans arrêt de raisonner mon meilleur ami mais il semblerait qu'il soit trop.. amouraché? Accroc? Fou? de ce Black. Je les connais, les homme de la famille Black. Aussi charmeurs qu'ils sont violent, aussi charmants qu'il sont cons. Bon je l'avoue, je pense sûrement comme ça à cause de cette histoire avec Sirius mais... je suis sûre que Regulus est le même. C'est dans le sang ces choses-là. Mais jamais il en vient à faire du mal à Oswin, je le tuerais. Enfin peut-être pas mais je le ferais souffrir comme jamais. Je n'ai pas peur de lui, il peut se croire fort et tout puissant mais pitié, mon sang n'est peut-être pas pur mais je suis tout aussi doué que ceux qui s'en vantent. Je sais qu'Os' n'aime pas quand je dis du mal de Regulus, je sais qu'il a surement envie de me faire taire mais je suis du genre à dire ce que je pense, quand je le pense. Il ne répond alors pas à mon insinuation sur sa soumission et je soupire. Quand est-ce qu'il va réaliser ? Je renchaine sur le fait que je suis privilégiée de pouvoir insulter le Black ainsi mais il coupe court à mon enthousiasme en me prévenant de ne pas en abuser. Je me referme, lui tirant la langue telle l'enfant que je suis. Je le vois sourire lorsque j'évoque la complexité de leur amitié, je lève les yeux au ciel. C'est cliché. Il tente alors de me rassure, je crois. J'arque un sourire interrogateur avant de répondre:

"Un pied d'égalité? Vraiment? Tu crois qu'il pense pareil Os'? Je te rappelle que tu es un sang-mêlé. Enfin ça n'a aucune foutue importance pour moi mais pour lui, pour sa famille, ça en a une. Enfin après, je te crois. Si tu le dis..."

Je soupire de nouveau, me passant les mains sur le visage avant de reprendre, sans lui laisser le temps de répondre:

"Je sais, je suis dur avec lui mais... je 'inquiète pour toi Os'. Alors si jamais il te fait du mal, je briserais chacun de ses os avant de les refaire, pour les briser de nouveau"

Je ris doucement avant de me redresser et d'évoquer un sujet qui me fait autant de mal qu'il me met en colère. Sirius. J'évoque rapidement le sujet avant de parler de ma progression en potion mais bien évidemment, mon meilleur ami ne s'arrête que sur l'altercation. Il me demande plus de précision et je réponds alors:

"Il a disparu pendant plusieurs jours et quand je l'ai revu, je lui ai demandé où il était. Et il étudiait la magie noire. Alors je lui ai fait la morale. Et ça a dégénéré. Je l'ai giflé, il a frappé là où ça fait mal et voilà. Il m'a blessé de l'intérieur.Il est doué avec les mots, on va dire ça."

J'hausse les épaules puis je baisse la tête, n'osant pas le regarder dans les yeux. Je me reprends en respirant un grand coup puis je redresse la tête, disant que c'est dans les gênes des Black d'être ainsi. Oswin soupire, je m'y attendais. Et quand je m'attendais aussi à ça, Oswin prend la défense des Black, disant que c'est à cause de la pression, de la famille, de je ne sais quelle autre connerie. Et il évoque aussi mon père. Au fond, je sais qu'il n'a pas tord. Que Sirius a du subir des choses affreuses et le reste mais... je ne peux pas encore le pardonner. Ou retourner le voir. Il m'a trop fait de mal.

"Je sais que t'as raison et tout le reste mais.. je ne peux pas retourner vers lui, pas maintenant, pas avant longtemps. Il m'a dit des choses horribles que jamais je ne pourrais oublier"

Je lève la tête vers la table des Gryffondors et je le vois, entouré des Maraudeurs, riant à gorge déployée. A ce que j'aimais quand il était comme ça avec moi, à me raconter des blagues aussi nulles les unes que les autres, à me taquiner. Ouais, quand il était encore un vrai Gryffondor quoi. Je reporte mon attention sur Oswin et dis:

"Je le considérais comme un ami, un ami précieux. Et là, j'ai l'impression de l'avoir perdu. Il avait cette noirceur dans le regard..."

Quand je repense à tout ceci, un frisson me parcours l'échine et je décide alors de penser à autre chose et d'entamer un autre sujet:

"Sinon, tu fais quoi ce soir après les cours? Un tour sur le chemin de Traverse ça te tente?"

J'ai besoin de passer du temps avec lui, de ne plus trop penser à tout ce qu'il se trame.
    
© Pando

_________________

I fell for you • Love isn't something you find, it's something that finds you. And I'm happy that you found me.   (c) P!A


                                          
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Dim 20 Nov - 16:15

serpenter entre les ombres
Marlène & Oswin
Discuter de sa relation avec Regulus avec Marlène n'était pas une bonne idée. La jeune femme était tétue, décidant qu'elle ne pouvait pas accorder de crédit aux agissements de Regulus, de décrétant qu'il n'était pas digne d'Oswin - quelque chose dans ce gout-là. Oswin l'écoutait débiter ses récriminations avec toute l'indifférence dont il était capable. Il ne se laissait pas atteindre par les craintes et les ordres de la jeune femme. Oswin était aussi têtu qu'elle en ce qui concernait Regulus, et il n'accepterait pas que quiconque vienne se mêler de leur amitié. Malgré tout il tenta de la rassurer, pour ne pas enflammer plus encore les sentiments de la jeune femme à l'encontre de l'héritier des Black. « Un pied d'égalité? Vraiment? Tu crois qu'il pense pareil Os'? Je te rappelle que tu es un sang-mêlé. Enfin ça n'a aucune foutue importance pour moi mais pour lui, pour sa famille, ça en a une. Enfin après, je te crois. Si tu le dis... »  Elle n'était pas convaincu, et Oswin se demandait si elle ne le serait jamais. Il ne se faisait pas d'illusion sur son rang. Il était un sang mêlé, et de fait il ne sera jamais considérer comme digne de Regulus aux yeux des autres Black. Malgré tout il avait réussi à entrer dans les bonnes graces d'Orion Black, prouvant qu'il était un esprit brillant et qu'il savait pertinemment où était sa place. Peut être que là était le secret de sa réussite. Il savait qu'il ne pouvait pas agir comme un sang pur, se présenter comme tel, et les regarder droit dans les yeux comme pour mettre en doute leur supériorité. Il respecter leur pouvoir, et leur importance, se comportant avec modestie et retenu. « Je sais, je suis dur avec lui mais... je 'inquiète pour toi Os'. Alors si jamais il te fait du mal, je briserais chacun de ses os avant de les refaire, pour les briser de nouveau »  Il leva les yeux au ciel devant de telle menace. Même si Regulus décidait de se détourner de lui, la loyauté d'Oswin ne fléchirait pas, et il n'accepterait pas que quiconque vienne lui faire du mal. « T'es adorable, Marlou. Mais ce ne sera pas nécessaire, je t'assure.» Dit-il avec un sourire en coin, se tournant vers elle pour la regarder dans les yeux.

Ils se mirent alors à discuter de Sirius - autre sujet de prédilection entre eux - et Oswin se demandait bien ce qui avait pu pousser la jeune femme à être autant en colère contre lui. Il se demanda si une partie de cette colère ne se tournait pas simplement vers les Black, et expliquait ses mots envers Regulus ce matin-là. Sans doute, mais Oswin se retint du moindre commentaire à ce sujet, décidant plutôt de pousser son amie aux confidences. « Il a disparu pendant plusieurs jours et quand je l'ai revu, je lui ai demandé où il était. Et il étudiait la magie noire. Alors je lui ai fait la morale. Et ça a dégénéré. Je l'ai giflé, il a frappé là où ça fait mal et voilà. Il m'a blessé de l'intérieur.Il est doué avec les mots, on va dire ça. »  Sirius Black embrassant à nouveau la magie noire. Oswin avala l'information, se souvenant de quelques silences de Regulus, alors qu'il revenait dans le dortoire, blessé, sans pour autant lui dire ce qu'il s'était passé. Et s'il avait aussi subit les foudres de son frère... Oswin ne pouvait cependant pas simplement reporter la faute sur Sirius, arguant qu'il était devenu mauvais. Il lui était arrivé une mauvaise chose - la différence était assez importante aux yeux d'Oswin. « Je sais que t'as raison et tout le reste mais.. je ne peux pas retourner vers lui, pas maintenant, pas avant longtemps. Il m'a dit des choses horribles que jamais je ne pourrais oublier »  « Et lui a vécu une chose atroce qu'il n'oubliera sans doute jamais non plus Marlène. Il faut laisser le temps guérir vos maux et ne pas dramatiser les choses. Pas dans les temps qui courent. » Dit-il avec sa voix toujours posée, son calme habituel. Il ne voulait pas s'arrêter à quelques coups de colère et mots malheureux. Il savait que les Black n'avaient pas grandi dans une famille où les sentiments étaient aborder, plutôt ravalé comme autant de poison. Alors devant un sentiment trop fort ils réagissaient avec violence. « Je le considérais comme un ami, un ami précieux. Et là, j'ai l'impression de l'avoir perdu. Il avait cette noirceur dans le regard... »  Il se tourna vers elle, prit sa main qu'il serra gentiment, comprenant aussi que Marlène pouvait rejeter toute forme de magie noire - son père l'avait abandonnée à cause de cela après tout. « Il n'est pas ton père, Marlène. N'abandonne pas Sirius parce que ton père t'a tourné le dos, pas si tu tiens vraiment à votre amitié. » Proposa-t-il plutôt, avec cette chaleur dans le regard, voix de la sagesse qui paraissait parfois absurde.

« Sinon, tu fais quoi ce soir après les cours? Un tour sur le chemin de Traverse ça te tente? »  « Le chemin de Traverse tu es sûre ? Je proposerai plutôt Pré-au-lard pour ma part ! »  Dit-il avec un sourire dans la voix, moquant la capacité de son amie à perdre ses mots quand elle était perturbée. « Et non, nous n'irons pas à Pré-au-Lard parce que je suis préfet, et que je me dois de respecter le règlement autant que je le respecte. Une sortie illégale à Pré-au-Lard ne fait pas partie de ces choses que je m'autorise. » Lui rappela-t-il avec un sourire en coin, prenant une brioche pour mordre dedans. « Cela dit on pourrait aller faire un tour dans le parc ? J'avais prévu de faire mes devoirs - tu sais ces choses que donnent les professeurs et qui sont utiles pour réussir notre année - mais si tu veux absolument faire quelque chose ce soir... »


_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 847
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Dim 11 Déc - 10:24


    

❝Serpenter entre les ombres❞
Oswin & Marlene

J'aime tellement parler avec Oswin car avec lui, je n'ai pas de filtres, je dis ce que je pense, quand je le pense. Et c'est surement à cause de cela que l'on s'est disputés de nombreuses fois. Mais au fond, c'est toujours pour mieux se retrouver au Trois Balais, avec une, voire dix, verre de whisky pur-feu. J'aime aussi, il est mon meilleur ami, mon frère de coeur, et sans lui je pense que je perdrais un peu les pédales. Il sait me ramener sur terre, il sait calmer mes angoisses et il sait avant tout comment me rassurer, comment chasser mes cauchemars et terreurs nocturnes. Cependant, je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il fait et c'est pourquoi je tente de le mettre en garde face à Black. Mais il ne m'écoute pas, bien évidemment. Lorsque je menace son ami, il lève les yeux au ciel avant de me dire que ça ne sera pas nécessaire. Et puis honnêtement, je ne pourrais pas le faire. Je serais trop occupée à consoler mon meilleur ami. On en vient ensuite à parler de Sirius et de l'altercation qu'on a eu il y a quelques temps. Et en tant que meilleur ami, conseiller et tout le reste, Oswin tente de me faire relativiser, de me dire qu'il faut laisser le temps au temps et que tout finira par s'arranger. J'hausse les épaules, faisant une moue en tripotant mon restant de briochette en disant:

"J'ai trop de fierté de toute façon"

J'appuie ma joue contre ma paume, relevant les yeux vers mon meilleur ami. Au fond, je sais qu'il a raison en me disant, je sais qu'avec le temps, tout s'arrange et que tout ira mieux un jour ou un autre. Je conclue en disant que Sirius avait le regard noir et que je l'ai perdu. Je ravale quelques larmes en respirant un bon coup et Oswin me prend alors la main dans un geste tendre et protecteur. Je relève les yeux vers lui, lui souriant doucement. Il conclue sur le sujet Sirius en me disant qu'il ne faut pas que je l'abandonne, qu'il n'est pas comme mon père. C'est Sirius. Mon ami. Mais pour l'instant, je ne suis pas prête. Oswin est sage, il est la voix de la raison et comme je le disais, il est celui qui sait me raisonner. Je suis une tête brûlée, une sanguine, et en plus de cela j'ai trop de fierté. Mais il est là et je sais qu'avec lui, rien ne pourra m'arriver. Je décide de changer de sujet, proposant alors une sortie au chemin de Travers. Je n'ai pas été à Londres depuis un bail maintenant. Mais il refuse, proposant Pré-Au-Lard à la place. Je fais une moue triste. Pré-Au-Lard c'est nul. J'allais riposter quand il continue, disant que nous n'irons même pas à Pré-Au-Lard. J'ouvre la bouche, contrariée. Il me parle alors de son rôle de préfet et de tout ce que ça implique. Je lève alors les yeux au ciel et j'ajoute d'une voix innocente:

"Si tu savais tout ce que je peux faire quand tu dors..."

Puis je lui lance un grand sourire, faussement innocent. Il me propose ensuite d'aller faire un tour au parc avant de me dire qu'il doit faire ses devoirs. Je ricane avant de dire:

"Les devoirs ? Je suis à jours sur deux semaines alors bon...

J'hausse les épaules avant d'ajouter:

"Mais soit, pourquoi pas le parc, c'est mieux que rien après tout. Et ne t'en fais pas Oswin chéri, tu seras rentré à l'heure pour tes devoirs."

Certains élèves se lèvent pour aller en cours mais il me reste encore une heure à tuer et j'aime ces matinées tranquilles, je les apprécie vraiment. D'une voix douce, je lance alors à Oswin:

"Dis Os', tu ne me lâcheras jamais hein ? Parce que j'ai besoin de toi moi... Et j'ai peur qu'un jour tu partes et que tu me laisses derrière"

Je ne sais pas l'emprise qu'à Regulus a sur lui et je ne sais pas non plus ce qu'il peut lui demander. Mais sans lui, je perdrais pied.
    
© Pando

_________________

I fell for you • Love isn't something you find, it's something that finds you. And I'm happy that you found me.   (c) P!A


                                          
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 641
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Jeu 15 Déc - 1:38

serpenter entre les ombres
Marlène & Oswin
Il aimait le temps passer avec Marlène - parce qu'elle avait cette franchise et ce manque de tact qui faisait sourire Oswin et lui faisait lever les yeux au ciel. Marlène n'avait pas de douceur ou de tendresse, elle parlait comme les mots lui parvenaient à l'esprit, et elle ne semblait pas voir ce qu'il pouvait y avoir de mal là-dedans. Oswin trouvait une forme de naïveté dans le comportement de la jeune femme qui lui rappelait sans cette qu'ils n'étaient que des enfants, au fond, et qu'il était parfois amusant d'agir comme tel. La vie de Marlène semblait constamment être chaotique, et parfois Oswin se demandait si ce n'était pas elle qui recherchait le drame dans chaque moment de son existence. Après tout, pourquoi avait-elle été parler à Sirius Black alors qu'elle ne lui devait rien, et qu'Oswin doutait même qu'ils puissent être considéré comme de véritables amis ? Pourquoi devait-elle constamment tout se compliquer ? Et pourquoi ne s'étonnait-il pas de l'entendre simplement réopndre : « J'ai trop de fierté de toute façon » à sa question. C'était Marlène, après tout, et Marlène était ainsi. Il n'irait pas la changer, c'est comme cela qu'elle avait réussit à se frayer un chemin à ses côtés, et à lui faire entrevoir une véritable amitié entre eux.

Du reste, la conversation devint largement moins dramatique, pour retrouver la badinerie habituelle des adolescent, Marlène proposant une expédition à Londres. Outre le fait que c'était clairement interdit, Oswin n'irait pas à l'encontre du règlement. C'était une véritable passion pour lui : les règles, les lois, les décrets. Il était un de ces sorciers qui lisait les pages politiques de la Gazette du Sorcier pour savoir quelles étaient les dernières lois mises en place par le Ministère. Passion étrange, qui lui avait peut être valu la place de Préfet. Du reste, s'il était un fervent défenseur des lois, il était aussi totalement conscient qu'il fallait jouer selon les règles de survis dans l'enceinte de la maison des Serpentards. « Si tu savais tout ce que je peux faire quand tu dors... » « Je préfète ne pas y penser en général, comme ça je continue à dormir sur mes deux oreilles. » Répondit-il, peu désireux d'imaginer ce que sa meilleure amie pouvait bien faire alors qu'il était un préfet. Alors qu'il devrait être à lui courir après et à lui ôter des points en lui rappelant que les règlements - non - n'étaient pas fait pour être enfreint. Cette logique était totalement stupide, et parfaitement adolescente. Tout le contraire de ce que pouvait être Oswin. « Les devoirs ? Je suis à jours sur deux semaines alors bon... » Levant les yeux au ciel, il décida de ne pas relever. Pour sa part il suivait énormément d'options, et entre les devoirs à rendre, les lectures, le Quidditch, ses clubs, et Regulus il n'avait pas vraiment de temps à perdre à aller dans une promenade illégale à Londres. Cela dit il tenta d'en convaincre sa meilleure amie qui finit par rendre les armes. « Mais soit, pourquoi pas le parc, c'est mieux que rien après tout. Et ne t'en fais pas Oswin chéri, tu seras rentré à l'heure pour tes devoirs. » Il lâcha un rire, avant de prendre un toast et de l'engloutir rapidement.

Certains étudiants commencent déjà à quitter la pièce pour aller en cours, mais Oswin a sa matinée pour lui, et il entendait bien en profiter. Sans savoir encore véritablement comment. « Dis Os', tu ne me lâcheras jamais hein ? Parce que j'ai besoin de toi moi... Et j'ai peur qu'un jour tu partes et que tu me laisses derrière » Perplexe quant à la question, il se tourne vers sa meilleure amie, et sourit. « N'ai pas l'air si mélodramatique, Marlou. » Demanda-t-il avant de prendre son jus de citrouille pour en boire une longue gorgée. « Jamais c'est un temps extrêmement long. Comme toujours. » Dit-il en laissant de côté la Gazette. Il rencontra plutôt le regard de sa meilleure amie. « Peut-être est-ce que c'est toi qui finir par te détourner, menée par les convictions qui te sont propres. » Il prit un autre toast. « Convictions que je ne comprends, sans les partager, nous le savons tous les deux. Alors comment savoir de quoi demain sera fait ? Cela dit, Marlou, tu resteras une amie à mes yeux. Qu'importe ce qu'il adviendra. » Et avec toute la franchise dont il était capable, il admettait que c'était bien là une vérité qu'il ne nierait pas.


_________________

all i care about is how you feel
Gotta get away, gotta escape from the daylight. I can see the way painted beneath the moon. Hold on for dear life, until it's all gone, we'll come alive, and set fear on fire. Awaken in the dark with me. We're taking over, feel the rush feel this. Well at least like animals unleash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 847
Date d'inscription : 22/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   Sam 14 Jan - 15:20


    

❝Serpenter entre les ombres❞
Oswin & Marlene

Oswin est tellement important pour moi. J'aime ces moments qui n'appartiennent qu'à nous, ces moments simples, sans prises de tête, ou je peux lui confier tout et n'importe quoi. Il est comme un frère pour moi, un frère de coeur. Jamais je ne pourrais lui tourner le dos ou lui faire de mal. Bien évidemment je le taquine souvent sur Regulus et tout ce qui va avec mais jamais en mal. J'accepterais toujours ses choix, et même si un jour il venait à se marier avec ce Regulus, j'ai bien dit un jour, et bien je serais la témoin qui aura un peu trop bu et qui fera un discours émouvant au moment de passer à table. J'aime voir passer ses bouclettes au fond d'un couloir, j'aime lorsqu'il vient me consoler au beau milieu de la nuit alors que je suis blottie dans le fauteuil près de la cheminée, j'aime quand il vient me réprimander lors de mes sorties nocturnes. Je l'aime d'un amour fraternel, tout simplement. Je lui évoque alors doucement mes sorties nocturnes et il me dit qu'il ne préfère pas savoir, qu'il s'en porte que mieux. Je ris doucement avant d'ajouter:

"Effectivement, il ne vaut mieux pas que tu saches"

Je lui lance un faux sourire innocent avant de le rassurer sur l'état de mes devoirs. Il lève les yeux au ciel, je ricane. Monsieur n'a qu'à pas prendre tant d'option et de trucs et de machins aussi. A vouloir en faire trop, on se retrouve dépasser. Alors il me propose le parc et je réponds par la positive. Après tout, c'est mieux que rien. Ironique, je le rassure en lui disant qu'on rentrera tôt et il rit avant de prendre un autre toast. J'observe la vie se dérouler devant moi, avant de poser une question qui me trotte dans la tête. L'air perplexe, il me sourit en me disant de ne pas être si mélodramatique puis il ajoute que jamais est un temps extrêmement long. Je soupire, ne pouvant m'empêcher de sourire avant de lui dire:

"Oui je sais, vu comme ça. Mais disons, pour encore cent bonnes années"

Je ris doucement, le laissant continuer. Il me dit alors que si ça se trouve, je serais celle qui se détournera de lui. Impossible. Je ne pourrais jamais l'abandonner. Puis il continue sur le fait que nous n'avons pas les mêmes convictions. C'est vrai, je ne eux pas le nier. Il termine en disant que je resterai un amie à ses yeux, quoiqu'il advienne. Je prends sa main dans les miennes, avant de lui dire:

"Je l'espère bien. Sinon, je te harcèlerais. On ne m'abandonne pas comme une chaussette moi"

Je lui tire la langue avant de finir mon jus de citrouille d'une traite. Je lève les yeux vers la grande horloge de la salle et je constate que je dois déjà aller en cours. Je soupire.

"Je crois qu'il est temps pour moi d'y aller. Alchimie pour commencer, quelle joie"

Sarcastique, je ricane. Ce n'est pas ma matière préférée, mais le prof a l'avantage d'être agréable à regarder. Je me lève et me penche vers Oswin afin de déposer un baiser sur sa joue. Je prends ma besace et lui lance:

"On se retrouve dans le hall après le dîner ?"

Je lui souris de toutes mes dents et commence à partir. Puis je m'arrête, me retourne vers lui et lui lance:

"T'as pas intérêt à me poser un lapin ! A ce soir Oswin chéri"

Je lui envoie un bisous avec ma main avant de partir vers la salle d'alchimie. Il a raison au fond. On en sait pas de quoi demain sera fait. Mais je suis sure d'une chose: jamais, je dis bien jamais, je ne pourrais rejeter Oswin Feuerbach, mon meilleur ami.


The end ♥
    
© Pando

_________________

I fell for you • Love isn't something you find, it's something that finds you. And I'm happy that you found me.   (c) P!A


                                          
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: serpenter entre les ombres (marlène & oswin)   

Revenir en haut Aller en bas
 
serpenter entre les ombres (marlène & oswin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour 1 - Quelque part entre les ombres
» A quelques pas entre les Ombres et le doux feu du foyer [ter
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: