AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 C'est de ma faute | Adriolphus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
mangemort ◊ soldat

mangemort ◊ soldat


Messages : 75
Date d'inscription : 07/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: C'est de ma faute | Adriolphus    Jeu 29 Nov - 20:34


C'est de ma faute
@Adriaan Van Hooff & @Adolphus C. Dior
Formidable. Il pensait être formidable. Adriaan lui a démontré qu'il était fort minable. En fait, si au début Adolphus pensait devoir retracer le chemin de son père, Adriaan lui a démontré qu'il pouvait suivre un autre chemin. Cet autre chemin, Adolphus a pris le courage de le suivre, de travailler sur lui-même. Le respect envers les femmes est acquise, ils contrôlent d'avantage ses émotions. Il était fou amoureux de Salomée, sa relation avec elle s'attendrissait, il appréciait se changement, les efforts qu'elle faisait pour eux…. C'était étrange comme pensée, puisqu'un hibou surgit à sa porte. Le hibou de la famille de Salomée qui lui tend une lettre. Il fronce les sourcils, se lève et attrape la lettre, l'ouvrant, la lisant. Il lâche le morceau de papier, pâlit et s'effondre dans son fauteuil. Assis, il regarde dans le vide pendant de longue minute, avant que dans un silence de mort, il sorte de chez lui direction sainte-mangouste, il voulait la voir de ses propres yeux.

Arrivant à l'hôpital, dans la pièce où il y avait sa bien aimée étendue sans vie, ses parents autours, ses frères… Ses frères pleuraient, contrairement à ses parents. Le père de Salomée avait réclamé à ce que Adolphus sortent d'ici, mais ce dernier avait sorti sa baguette faisant taire cet abruti. Il s'approche de la main de celle qu'il aimait et la serre doucement malgré la froideur de peau. Il dépose un baiser sur sa main froide et contracte la mâchoire, sentant quelques choses en lui partir la rejoindre. Une infirmière vient leur réclamer de partir, dénonçant que cela faisait bien des heures que c'était arrivé et que maintenant, elle doit partir à la morgue.

Adolphus voit rouge. En sortant de la salle, il fout une droite au père de Salomée.

"Des heures ?! Vous êtes vraiment un imbécile ! Vous ne l'avez jamais mérité comme fille !"

"Vous ne la méritiez pas plus en fiancée, Dior."

Cette vérité était sans doute trop brutale. Il lance un Endoloris sur lui et transplane dans la foulé, rentrant chez lui. La où il passe des jours dans le noir, ignorant chaque hibou déposant du courrier, ignorant sa sœur, ignorant tout ce qu'il se passe. Il sombrait. Puis, un jour, il disparait de la demeure Dior pour se rendre chez Adriaan.

Il toque, ce sont bien sur des elfes de maison qui ouvre la porte. Adolphus entre et cris de toutes ses forces.  

"Van Hooff !!"

Baguette à la main. Besoin de se défouler, de rejeter la faute sur quelqu'un pendant un temps. Et cela devait tomber sur quelqu'un qui pouvait se défendre, sur quelqu'un qui lui avait plus appris que son père lui même. Sur Adriaan. Sans doute que la nouvelle de la mort de Salomée avait fait le tour du monde magique le temps qu'il jouait à l'ermite au point de même pas avoir été à son enterrement. Il était en colère, contre les parents de Salomée, ses frères, lui-même, mais aussi et surtout contre elle qui a décidé d'abandonner la vie, plutôt que de le laisser l'aider, lui qui voulait la protéger de tout et de tout le monde...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
mangemort ◊ soldat

mangemort ◊ soldat


Messages : 141
Date d'inscription : 19/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: C'est de ma faute | Adriolphus    Dim 9 Déc - 21:05


C'est de ma faute
@Adolphus C. Dior & @Adriaan Van Hooff
J’étais au bout de ma vie. Il n’y avait pas d’autres mots, pas d’autres manières de le dire. Je perdais la tête et je commençais à avoir des oublis. Depuis que j’avais attaqué Sarah, que j’avais pris conscience que j’avais un sérieux problème, je m’étais rendu compte que j’avais souvent des absences lorsque j’avais des missions du groupuscule des sorciers. Depuis, je faisais la chose la plus débile qu’il soit : je me noyais dans l’alcool tous les soirs. Je me disais qu’ainsi, je ne risquais pas de faire du mal à qui que ce soit, que je ne risquais pas de faire la moindre connerie. J’enchaînais les verres de whisky pur-feu jusqu’à ce que je m’endorme comme une bouse d’hippogriffe. Je ne tenais pas spécialement l’alcool comme un Irlandais en plus, alors au bout de trois verres, je sentais déjà les effets de la boisson.

J’ouvris les yeux difficilement malgré l’absence de luminosité. Les rideaux étaient tirés, je ne savais pas quelle heure pouvait-il bien être même et j’en avais rien à faire, je savais que je ne travaillais pas aujourd’hui, c’était la seule chose importante. Mon corps était douloureux, comme si un troupeau de sombral m’avait piétiné, mais le fait que je sois à même le sol ne devait pas aider. Pas un seul elfe de maison n’avait eu la brillante idée de me déplacer jusque dans mon lit ? Avec énormément de difficulté, je me redressai, décollant mon torse du tapis à l’aide de mes mains, m’asseyant en indien. Ma tête me tournait déjà et je fermais les yeux pour éviter de me manger la table basse. M’éclater le crâne était bien la dernière chose que je voulais. J’avais ma chemise d’hier, ouverte entièrement, et mon pantalon sur les hanches. J’étais pieds nus, sans savoir où mes chaussettes ou mes chaussures se trouvaient. Doucement, je balayais mon salon du regard, ne voyant personne. Au moins, j’avais dû rester ici à la vue de la bouteille vide de whisky pur-feu allongée sur la table basse.
Soudain, un « plop » sonore résonna et un elfe de maison apparut devant moi.

« Monsieur, Monsieur Dior est dans l’entrée, articula l’elfe. »

J’entendis alors le jeune sorcier hurler mon nom de famille. S’il voulait se défouler, les meubles allaient subir avant même que je réussisse à me mettre sur mes deux jambes.
La maison n’était pas bien grande comparée au manoir des Malefoy par exemple, mais elle avait suffisamment de pièces pour recevoir. Deux salons, une grande salle à manger, une cuisine, six chambres avec leurs propres salles de bains, je ne pouvais pas recevoir le pays, mais un petit comité quand même. Pourtant, plus personne ne venait ici, même mes propres parents à qui, officiellement, la maison appartient.
Je demandais pourquoi je n’étais pas dans mon lit et l’elfe m’expliqua que j’avais hurlé que je voulais être seul et ne pas être dérangé. J’avais apparemment cassé des vases, mais ils avaient disparu… ou ils ont été réparés. Au choix. Je soupirai, mon cœur ayant décidé de pulser dans ma boîte crânienne. J’ordonnais à l’elfe de faire au mieux pour contenir Adolphus pendant que je me levais. Enfin, que j’essayais. Je m’accoudais au canapé derrière moi et levai mes fesses jusqu’à ce que je m'affale. Je soupirai, trouvant que j’avais déjà fait un strangulot d’effort comme si je venais d’enchaîner les trois épreuves du Tournoi des Trois Sorciers. J’inspirai et expirai deux ou trois fois avant de me lancer et de me mettre sur mes deux pieds. Jugeant que j’avais suffisamment de stabilité, je traversai le salon et ouvris la porte, voyant immédiatement Adolphus, visiblement très énervé, mon elfe de maison non loin.

« Bonjour à toi, lançai-je en plissant un poil les yeux face à autant de luminosité à l’extérieur de mon salon. C’est quoi le problème ? »

Le fait que je sois autant débraillé ne me gêna absolument pas. En réalité, ça ne m’avait pas du tout traversé l’esprit. Je n’arrivais pas à avoir une seule pensée cohérente dans ma tête, pas une seule phrase, pas un seul mot même. J’étais encore dans le brouillard, mais un brouillard conscient.


_________________

Why does my heart cry ?
Feelings I can't fight ! You're free to leave me but, Just don't
deceive me ! and please, believe me when I say « I love you » !
Revenir en haut Aller en bas
 
C'est de ma faute | Adriolphus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» On brûle maintenant les houngans. A qui la faute? Au président, bien sûr...
» Osm0se c'est pas de ma faute si tu ne vas pas à l'école [o]
» Faute d'orthographe
» Puisque c'est ma faute... <Misoka>

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde magique :: Victory Snitch-
Sauter vers: