AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Siren's voice (dormi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyMar 29 Jan - 22:07

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, parfois la vie nous joue de mauvais tours. Elle se rend farceuse mais cruelle, usant de nos faiblesses pour nous allonger sur le sol et manger la poussière. Mais sous chaque nuage reste un brin de lumière - et quand je te vois, je sais que toujours la pluie laissera place au soleil.

Elle sortie de cours sur l'étude des moldus, ignorant les sifflements de quelques Serdaigles joueurs qui la suivait. Elle portait sa tenue naturellement, bien que depuis la rentrée elle osait être plus provocante. Elle oubliait les pantalons, pour sortir la jupe de circonstance, préférant laisser ses jambes découvertes, et déboutonner le haut de son chemisier. Elle avait même décider de se mettre au maquillage, bien que ses yeux sombres ne ressortait que grâce à ses longs cils - ce qui était un attribut naturel pour elle. Elle avait du rouge à lèvres - c'était sans doute cela la grande nouveauté. Et ses cheveux frisés coupés au carré, encadrés son visage avec plus de fermeté qu'auparavant. Elle marchait la tête haute, refusant de se faire humilier par quelques sangs purs mal intentionnés.
Elle avait décidé d'être forte à présent.

La rentrée s'était bien passée jusqu'à maintenant, bien qu'elle récoltait de nouveaux regards plus pervers et intéressés qu'elle avait à coeur d'ignorer. Comme son coeur d'ailleurs - qui appartenait aux mains de la belle allemande qu'elle s'en allait retrouver. Elle ignorait où était Maemi, mais à présent qu'elle avait finit ses cours, et avant de s'enfuir diner, elle voulait profiter de l'heure qui leur était accordée.
C'est en tournant dans un couloir qu'elle tomba sur le frère de sa petite amie, embrassant langoureusement un type d'sa maison - Anaël Grimaldy, truc comme cela, pas qu'elle lui ait parlé autrement que par insulte. L'image était étrange, Dorcas étant persuadée qu'le Feuerbach était amoureux d'un autre. Sans doute une chose qu'elle avait manqué durant l'été, et elle garda cela en tête pour interroger sa petite amie plus tard.

En attendant elle parcourait les couloirs, s'arrêtant prêt de quelques amis pour demander s'ils n'avaient pas vus Maemi. Elle tournait vers le sixième étage - apprit-elle, avant de se décider à monter jusque là, et à trouver la pièce (vide à cette heure) que sa dulcinée aimait visiter. L'Amphithéâtre était immense, et son acoustique le rendait parfait - c'est pour cela que Maemi y venait pour entrainer sa voix lorsqu'elle n'était pas à la chorale. C'est là que Dorcas se rendit, attirée par les sonorités douces qu'elle entendait de l'autre côté du couloir. Elle ouvrit la porte, et resta silence - le plus discrète possible - le temps que la chanson se termine. « J'aime t'entendre chanter, tu es vraiment faite pour ca. » Dit-elle à la fin, claquant dans ses mains avec enthousiasme. Elle sautilla vers sa petite amie pour la gratifier d'un baiser rapide. « J'pensais pas te trouver là - t'as fini les cours déjà ? C'une nouvelle chanson ? »



_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
Maemi A. Feuerbach
staff & serpentard

staff & serpentard


Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptySam 16 Fév - 3:11

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu termines ton cours une petite demi-heure avant. Le professeur ayant besoin d'aller voir le directeur pour un sujet important, il vous a libéré un peu avant et de ce fait tes camarades ont été trop heureux de se rendre dans leur dortoir respectif pour attaquer un devoir, une leçon ou pour envisager une petite partie d'échec magique. On t'a proposé d'aller jouer mais tu as refusée, préférant évidemment te rendre dans l’amphithéâtre qui est encore désert et qui accueillera la nouvelle chorale seulement demain après midi. Tu vas t'y présenter comme toujours et tu espères avoir la place de première voix, là où le professeur Greengrass qui s'occupe de la chorale n'a pas osé te la donner l'an dernier, quand il est arrivé tout simplement car il te pensait trop jeune. Et il n'avait pas vraiment tord, tu aurais eu du mal à assumer les répétitions du spectacle, les textes à apprendre, les chansons et surtout, les BUSES à réviser. C'était mieux ainsi mais cette année tu es prête à te battre comme une lionne si besoin, ainsi tu ne veux pas cesser de faire travailler ta voix afin d'être au top. Ainsi lorsque tu arrives, tu te met à tourner avec les bras écartés tout en faisant tes premières vocalises. Tu t'échauffes et lorsque c'est assez, tu prends ta baguette pour ensorceler quelques instruments et lorsqu'ils se mettent à jouer, tu commences à chanter. Bientôt tu ne vois plus rien autours de toi, chantant simplement avec ta voix douce et claire, montant dans les aiguës lorsqu'il y a besoin ou devenant grave pour les notes les plus sombres. Et lorsque tu t'arrêtes enfin, tu es surprise de voir ta petite amie que tu n'avais pas entendue arriver. « J'aime t'entendre chanter, tu es vraiment faite pour ca. » « Tu es là depuis longtemps ? » Que tu demandes en claquant un baiser sur les lèvres de sa petite amie. « J'pensais pas te trouver là - t'as fini les cours déjà ? C'une nouvelle chanson ? » « Le prof nous a libéré plus tôt. Oui c'est une nouvelle chanson... Mais je ne suis pas sure du rythme encore. » Dis-tu en venant glisser tes mains contre ses hanches, pour venir picorer son cou de quelques baisers. Elle t'a manquée. « C'est nouveau cette tenue ? J'aime... » Que tu laisses échapper alors que tu vois ses jambes nues et parfaitement dessinées, mais aussi le léger maquillage sur son visage. « Tu veux qu'on aille se balader dans le parc avant le repas ? »


_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyJeu 21 Fév - 22:11

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, tu es exactement tout ce qu’une fille rêve d’avoir. Tu es lumineuse – cette lueur vive qui empêche de devenir fou dans le noir, qui permet de toujours voir son reflet, de ne jamais oublier qu’on existe au présent. Tu es tout ce dont j’ai besoin pour me rappeler que le bonheur n’est pas si loin.

Elle était certaine de ne pouvoir jamais se lasser de ce spectacle. Restée silencieuse, elle pouvait de ton son saoul profiter de la voix tendre et cristalline de Maemi. Elle était douée – vraiment douée, quand il s’agissait de donner de la voix. Faire partie du groupe des Shacklebolt était une bonne expérience, mais Dorcas ne doutait pas qu’elle brillerait tout aussi bien en étant seule. Elle se suffisait à elle-même, après tout. Elle était tout aussi douée pour écrire des paroles – ou du moins c’est ce que Dorcas pensait. Pas qu’elle était parfaitement objective quand il s’agissait du talent de sa petite amie.
Elle s’habituait à l’idée – vraiment, elle pouvait lui tenir la main ou l’embrasser en public sans se sentir rougir à présent. Sans doute parce que la colère, l’indignation, et l’envie de hurler qui lui comprimer la poitrine faisaient disparaître le reste. Sans doute parce que elle avait ce doigt manquant, et qu’elle restait muette à ce sujet – depuis le début de l’année elle savait que sa petite amie était tendre, douce, et patiente avec elle. Plus que d’habitude – et elle savait que sa torture y était pour quelque chose. Elle ne voulait pas la brusquer – et Dorcas ignorait si elle méritais qu’elle tienne à elle de la sorte. « Tu es là depuis longtemps ? » « Assez pour avoir profiter du spectacle. » Dit-elle avec un sourire, entrant dans la pièce avant de fermer la porte derrière elle. S’assurant qu’elles étaient seule par la même. « Le prof nous a libéré plus tôt. Oui c'est une nouvelle chanson... Mais je ne suis pas sure du rythme encore. » « Chantes la encore, je te donnes mon avis ? » Proposa-t-elle en se rapprochant de sa petite amie, roulant des hanches – comme sa nouvelle tenue le lui permettait. L’obligeant presque à se rendre plus séductrice qu’elle ne l’était réellement.

C’était rassurant, c’était réconfortant de se savoir belle, désirée, désirable. Le regard de Maemi sur elle lui fit monter le rouge au joue – d’une excitation qui lui ferait serrer les cuisses. « C'est nouveau cette tenue ? J'aime... » « J’avais besoin de changer. J’suis ravie que ce soit à ton gout. » Dit-elle en s’approchant encore, touchant le bras de Maemi – figeant son regard sur sa main gauche, avant de briser le contact comme si elle s’était brûlée. C’était encore trop – trop - « Tu veux qu'on aille se balader dans le parc avant le repas ? » « Tu veux pas chanter encore quelque chose pour moi avant ? Ca fait un moment qu’on a pas été… juste toutes les deux. » Rajouta-t-elle, un sourire en coin se formant sur sa bouche. Elle voulait cela – cette intimité qu’elle avait le sentiment d’avoir perdue avec sa petite amie. Elle voulait être assez forte pour ca. Elle voulait la sentir contre elle, savoir que tout allait bien. Que tout irait bien entre elles. « Mais si tu préfères prendre l’air, on peut y aller. Comme tu préfères, vraiment. Juste… J’voulais profiter d’un peu de temps avec toi. »





_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
Maemi A. Feuerbach
staff & serpentard

staff & serpentard


Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyDim 17 Mar - 23:45

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


« Assez pour avoir profiter du spectacle. » Tu sent le rouge qui monte à tes joues et qui te ferait presque bafouiller, si seulement tu n'étais pas si sure de toi. Tu sais que tu as une belle voix, tu le sais car les gens autours de toi se taisent quand tu chantes, quand tu montes un peu et que tu leur permet de voir à quel point ta voix est belle. On te l'a toujours dit mais l'entendre de la bouche de ta petite amie te fait toujours un petit quelque chose. Peut-être parce qu'il n'y a que le jugement de Dorcas qui peut te mettre dans tous tes états, qui peut te faire rire aux éclats, te briser ou te faire pleurer jusqu'à ne plus avoir une gouttes d'eau dans le corps. Elle a tout entre ses mains, ce qui te rend humaine et vivante, comme ce qui pourrait te réduire à l'état de déchet ambulant, bonne à survivre dans l'espoir qu'elle ne revienne. Accrochée à un souvenir ou un espoir fou, alors qu'elle sait au fond d'elle que tout est fini. Dorcas elle a ta vie entre ses doigts et seul son jugement pourrait te donner envie d'aller décrocher la lune, comme de d'enterrer au fin fond d'un trou pour ne plus en sortir. Et savoir que ça lui plaît à elle, ça fait battre ton cœur plus vite, plus fort, plus intensément dans ta poitrine. « Chantes la encore, je te donnes mon avis ? » « Tu mérites ? » Dis-tu avec l'envie de la taquiner, sentant que ton corps s'échauffe lorsqu'elle s'approche de toi avec sa démarche féline, mais aussi ses hanches qui ondulent dans une musique que tu n'entends pas. Tes cuisses se serrent, tu aurais envie de lui faire perdre son sourire pour la faire gémir de toutes ses forces à cet instant. Mais tu ne bouges pas, tu restes juste debout, la bouche sèche à force de baver de la sorte devant une femme si belle.

« J’avais besoin de changer. J’suis ravie que ce soit à ton gout. » « C'est plus qu'à mon goût... » Dis-tu dans un souffle avant de glisser tes mains autours de ses hanches doucement et de l'attirer à toi, pour venir glisser ton nez dans ses cheveux que tu sent avec un soupir de plaisir. Cette odeur, ce parfum te fera un jour tourner la tête si fort. Mais tu la voix qui se tend et lorsque tu croises son regard, tu remarques qu'il fixe sa main. Cette main amputée d'un doigt depuis l'attaque, depuis la séance de torture qu'elle a été forcée de subir. Ca te révulse mais cela la rend plus belle, plus admirable, tellement plus forte à tes yeux. Rien ne l'a brisée, pas même la folie d'un mage noir, pas même leurs sorts terrible. Rien ne brisera la femme que tu aimes, elle a la rage des lions dans ses yeux. « Tu veux pas chanter encore quelque chose pour moi avant ? Ca fait un moment qu’on a pas été… juste toutes les deux. » Tu lui souris et tu reconnais que ça fait un moment que vous ne vous êtes pas retrouvée ensemble. Ayant l'impression qu'elle avait besoin d'air, besoin de souffler alors tu lui as juste laissée du temps. « Mais si tu préfères prendre l’air, on peut y aller. Comme tu préfères, vraiment. Juste… J’voulais profiter d’un peu de temps avec toi. » Tu prends sa main doucement et tu la fais tourner, jusqu'à ce qu'elle vienne coller son dos à ta poitrine. Là tu glisses ta bouche dans son cou et d'une voix douce, claire, tu viens reprendre la chanson que tu chantais au moment où elle est arrivée. Celle qu'elle vouait entendre pour te donner son avis. Là, pendant plusieurs minutes tu chantes à la faisant bouger doucement comme une sorte de slow. Et lorsque tu as enfin terminée tu viens poser un baiser sur sa joue avant de la lâcher et de l'inciter, à la tenant par la main toujours, à quitter la scène, la pièce juste pour te rendre au parc avec elle. « Alors qu'est ce que tu en penses finalement ? Le rythme te convient ? » Dis-tu en la regardant avant de perdre ton sourire et de te racler la gorge. « On a pas vraiment eu le temps de parler de tout ça... Mais tu as besoin d'aborder le sujet de l'attaque dont tu as été victime ? »


_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyLun 22 Avr - 21:08

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, ma mère me chantait des berceuses lorsque j’étais enfant. Je pouvais l’écouter durant des heures, résonnant encore dans mes rêves une fois que Morphée m’emporter. Elle a arrêté quand j’ai demandé à aller me coucher seule. Mais la nuit encore, parfois, je rêve de pouvoir entendre sa voix. Ou la tienne – parce que la tienne est la plus douce qui soit.

Elle aimait passer du temps ici, observant Maemi quand elle chantait en pensant que personne ne pouvait la voir. Elle s’oubliait alors dans la musique, se laissant bercé en faisant monter sa voix vers les étoiles sans croire qu’on pouvait la prendre sur le fait. Sans doute par excès de modestie ou par timidité – elle pouvait être resplendissante sur scène, en compagnie des autres membres du groupe, mais lorsqu’elle s’entrainait elle tenait aussi à sa tranquillité. Dorcas se glissa cependant dans la salle, l’observant chanter avec ce regard amoureux qu’elle dardait sur elle sans plus se contenir. Elle était magnifique, après tout, et sa voix lui faisait battre le cœur plus vite encore. La passion dans ses mouvements, et son talent étaient suffisant pour faire tourner la tête de la Gryffondor.
Elle demanda à entendre la musique encore. « Tu mérites ? » « J’dois t’offrir quoi en échange ? » Qu’elle demanda en arquant un sourcil, quémandant un baiser, avant de faire une pirouette, montrant à sa petite amie sa nouvelle tenue. Et de son être blessé était née une flamme cruelle. Désireuse de demander justice, de se faire remarquer pour mieux grogner après – d’être provocante pour mieux mordre. Son esprit était ravagé, ne tenant bon que durant les moments qu’elle partageait avec sa petite amie. Et sans doute était-ce le seul moment où elle était presque apaisée, se sentant à sa place sans devoir s’en justifier. « C'est plus qu'à mon goût... » « Ah oui ? » Demanda-t-elle presque en ronronnant, se plaçant près de Maemi en mettant ses bras autour du cou de la plus grande. Elle aimait se savoir désirée, encore plus dans le regard sombre de la belle asiatique. Elle pouvait la rendre folle – elle en était folle déjà.

Finalement elle gagna d’avoir sa chanson, s’asseyant pour observer le spectacle, et se laissa transporter. Elle souriait, regardant chaque mouvement, alors que sa petite amie mettait toute l’émotion qu’elle pouvait dans ses paroles. Jusqu’à ce qu’elle calme sa voix, se retournant avec les joues rougies par l’effort – ou par les émotions. « Alors qu'est ce que tu en penses finalement ? Le rythme te convient ? » « C’est toi qui l’a écrit ? » Demanda-t-elle plutôt, avant de la laisser l’attirer hors de la pièce. « J’trouve que c’est magnifique. Peut être accélérer un peu le rythme – ca ne manquerait pas. Et puis tu es impressionnante quand tu chantes du rock. » Dit-elle avec un sourire sur les lèvres. Avant d’voir le regard posé rapidement sur sa main – qu’elle tenta de cacher sans vraiment y parvenir vite. C’est une chose qu’elle évitait soigneusement, de la laisser devant elle. « On a pas vraiment eu le temps de parler de tout ça... Mais tu as besoin d'aborder le sujet de l'attaque dont tu as été victime ? » Non. Elle voudrait dire non mais sa gorge se contracta, et sa réponse l’étonna. « Tu penses que tu voudras m’épouser un jour ? » Elle savait – sans pouvoir vraiment comprendre pourquoi – que dans la communauté sorcière c’était une chose presque naturelle, l’amour entre deux femmes, alors – alors elle n’avait pas pu s’empêcher de se poser la question depuis ce jour-là.







_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
Maemi A. Feuerbach
staff & serpentard

staff & serpentard


Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyMer 22 Mai - 4:08

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


« J’dois t’offrir quoi en échange ? » Tu lui lances un long regard qui veut tout dire, elle semble d'ailleurs le comprendre et te répond avec tellement de chaleur dans les yeux, que tu sent un frisson qui monte en toi. Tu souris, t'es heureuse de la voir si bien lorsqu'elle est avec toi. Elle va mieux, depuis ce soir où tu l'as découverte devant chez toi, blessée, abîmée, mutilée par les mangemorts et leurs idées dangereuses. Tu aurais pu la perdre ce soir là, ne jamais recroiser son regard lumineux et ne plus jamais voir son sourire superbe. Tu aurais pu ne jamais retrouver ta petite amie. Et maintenant qu'elle est là, avec son petit rictus formant une mine amusée et moqueuse sur son visage, tu te rends compte de tout ce que tu ressent pour elle. C'est trop, trop fort et trop puissant. Mais tu n'es pas prête, tu ne le seras jamais, à t'en passer. Quoi qu'il arrive tu veux la garder dans tes bras, peut importe ce que cela implique. « Tu es vraiment divine... » Avoues-tu dans un souffle avant d'te pencher vers elle et de lui voler un baiser, maintenant qu'elle est proche de toi et que ses bras enlacent délicieusement ton cou. Tu peux rester là, avec tes mains sur ses hanches et ta bouche contre elle. T'as envie de plus la sentir encore.


Mais elle t'a demandée de chanter encore et tu n'as pas le courage, ni l'envie de lui refuser cela. Alors tu la laisses s'installer et tu te prends au jeux, chantant jusqu'à la fin de ta mélodie, en oubliant où tu es, qui tu es, avec qui. Tu oublies tout et tu reviens à toi lorsque tu murmures les dernières paroles et que le calme revient. « C’est toi qui l’a écrit ? » Tu hoches la tête vivement. Tu écris la plupart de tes chansons, sauf celles que tu chantes avec le groupe. Mais le reste ça vient de toi et t'en es fière. « J’trouve que c’est magnifique. Peut être accélérer un peu le rythme – ca ne manquerait pas. Et puis tu es impressionnante quand tu chantes du rock. » Tu notes dans ton esprit d’accélérer un peu le rythme pour voir ce que ça donnera. Mais ce n'est pas de musique que tu voudrais parler maintenant que vous êtes toutes les deux. Mais bien d'un sujet moins drôle, plus agaçant, plus gênant pour elle. Vous devez aborder le sujet, vous n'pouvez plus faire genre qu'il ne c'est rien passé. Et qu'elle n'a pas risquée sa vie face aux mangemorts qui l'ont attaqués. Tu laisses ton regard se glisser sur sa main et elle essaye de la cacher rapidement. Tu grimaces avant de lui lancer un regard désolé. « J'voulais pas te mettre mal à l'aise. » Dis-tu en la rejoignant, sautant de la scène pour te rapprocher d'elle. Tu viens contre elle, tes mains dans les siennes car tu veux qu'elle comprenne que pour toi, rien ne change. « Tu penses que tu voudras m’épouser un jour ? » Tu restes surprise sous cette question soudaine. Tu y as pensée c'est vrai, mais tu n'as jamais osée aborder l'sujet. « J'aimerais. Même si je n'voudrais pas que ça rentre en conflit avec tes croyances. » Dis-tu en ronronnant presque, à l'imaginer dans une robe magnifique, le jour de votre mariage. Elle sera si belle, si sensuelle et tu l'aimeras tant, ce serait la consécration de tout l'amour que tu as en temps. Pour elle, tout pour elle. Ce qu'elle veut elle le prend. « Pourquoi cette question ? » Que tu rajoutes avant de la prendre par la main et de l'emmener hors de cet endroit, pour une balade dans e château avant l'heure du repas. « Tu sais qu'il existe dans le monde magique des runes de mariage ? On est pas obligé de porter d'alliance... Puis d'toute façon une alliance c'est trop conventionnel. » Dis-tu avec un sourire amusé. « J'veux pas que tu te mettes en tête que... C'est un frein. » Dis-tu en parlant de son doigt qui n'existe plus, de son doigt sur lequel on glisse l'alliance de mariage pour sceller un amour partagé.


_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyVen 7 Juin - 0:17

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, j’étais une enfant comme les autres, m’imaginant sans mal être aimée d’un grand prince, et porter ses enfants. Pouvoir avoir un château, une licorne ou deux, et des serviteurs qui seraient à la fois admiratifs, et respectueux. Mais les contes de fée n’existent pas, et je crois que ca me plait assez finalement. Parce que dans un conte de fée, les filles aiment jamais les autres filles. Et moi je ne veux aimer personne d’autre que toi.

« Tu es vraiment divine... » « Pas autant que toi » Certaiement autant que Maemi, et tout ce qu’elle faisait faisait battre le cœur de Dorcas plus vite. Elle ne pouvait s’en empêcher, observant les faits et gestes de sa petite amie pour en tomber amoureuse encore et encore. Les mots ne dépassaient pas la barrière de ses lèvres, pourtant son regard était bien trop vulnérable pour qu’elle puisse le nier. Elle était amoureuse de l’autre sorcière, depuis si longtemps qu’elle ne pensait plus un moment d’où elles n’étaient qu’amies. Elle faisait partie de son univers depuis longtemps – vraiment – assez longtemps pour qu’elle ne veuille plus l’en voir disparaître. Pour qu’elle ne puisse plus s’imaginer existant hors de son regard, de ses sourires, ou de sa voix qui tournaient les mots en mélodie radieuse. Elle adorait l’écouter chanter, pouvant se perdre dans son art aussi surement que Maemi était une passionnée. Elle ferait carrière, si elle s’en laissait les moyens – et Dorcas était prête à la pousser à se rendre heureuse de la sorte.
Parce que le bonheur lui échappait pour le moment. Elle était incapable de ne pas repenser à cette soirée de torture, à ces attaques, incapable de ne pas sentir les regards sur sa main d’où le doigt des promesses était absent. Elle tentait de le cacher, lorsque le regard de Maemi se posa dessus. C’était une chose dont elles ne parlaient pas – parce que Maemi était trop douce pour la contraindre, et elle trop lâche pour l’avouer. « J'voulais pas te mettre mal à l'aise. » Mais elle était une Gryffondor, le courage devant bouillonner dans ses veines, et elle devrait être capable de dire ce qu’elle ressentait sans se sentir coupable. Elle inspira profondément, se tournant vers sa petite amie pour lui demander si un jour elle aurait eut le désire de l’épouser.

Le mariage était un rêve, venue d’une famille où le mariage était la réalisation d’une vie, elle ne pouvait faire autrement que le vouloir pour elle. Elle savait que chez les moldus elle ne pourrait espérer épouser une femme, mais il semblerait qu’il en soit autrement chez les sorciers. Alors elle y avait pensé – avant de se faire arracher un doigt de la main d’une manière si cruelle. « J'aimerais. Même si je n'voudrais pas que ça rentre en conflit avec tes croyances. » Elle secoua la tête, souriant doucement alors que Maemi s’approcha d’elle avec tendresse. « Le mariage est plus qu’une preuve d’amour. C’est une promesse faite aux âmes, à dieu, aux autres, de toujours être là l’un pour l’autre, de toujours se souvenir, de ne jamais abandonner. » Dit-elle. « Il n’y a rien que je ne veuille pas là-dedans. » Rajouta-t-elle avec un soupire douloureux, refusant de croiser le regard de Maemi alors que cette dernière lui fit quitter la pièce où elles se trouvaient en continuant leur conversation à voix basse. « Pourquoi cette question ? » Elle serra son poing à quatre doigts, tentant de ne pas grimacer à la sensation étrange de ne pas pouvoir toucher ce qu’elle ne possédait plus, bien que parfois elle avait l’impression qu’elle était encore entière. Des fantômes de sensation qui lui faisaient mal. « Tu sais qu'il existe dans le monde magique des runes de mariage ? On est pas obligé de porter d'alliance... Puis d'toute façon une alliance c'est trop conventionnel. » « C’est la seule manière de se marier que je connaisse. Je ne sais pas grand chose des coutumes sorcières tu le sais. » Dit-elle avec un sourire sur les lèvres, se sentant cependant prête à en parler – en vrai. « J'veux pas que tu te mettes en tête que... C'est un frein. » « C’est pas tant… » Elle devait être assez forte pour dire ce qu’elle avait sur le cœur, mais mettre des mots sur ses pensés noires, et ses angoisses la terrifiaient. Cependant – elle ne pouvait laisser une bande de sorciers cruels et stupides lui dictaient sa vie. Elle ne le pouvait pas, se révoltant de plus en plus contre l’idée en explosion de colère qui lui donnait envie de prendre les armes. Elle se découvrait sous un nouveau jour, et elle exigeait d’être heureuse comme elle l’entendait. Elle était sorcière, qui pouvait-elle ? Elle ne pouvait être rendue responsable de ce qu’elle était. « Ils ont dit que les impurs comme moi ne méritaient pas le mariage, ne méritait pas le bonheur. Et de quel droit, Maemi ? Qu’est-ce qui leur donne ce foutu droit de… de se faire les justiciers d’un monde d’où ils ne sont pas possesseurs ?! Ils ne sont pas plus que moi, ou toi, ou quiconque. Pourtant ils se rendent tyrans, créant des règles qu’ils font respecter par le meurtre et la violence. Et pourquoi ? Parce qu’ils ne supportent pas l’idée d’avoir des gens différents à leurs côtés ? » Elle parlait fort, vite, s’essoufflant de son cœur battant à la chamade. « Ils m’ont laissé cette… marque. Cette promesse de me faire payer ce que je suis alors que – Fuck – j’ai pas choisi d’être ainsi. Je le regrette pas, mais je ne l’ai pas choisi. Et dois-je payer pour une chose qui est naturel pour moi ? »





_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
Maemi A. Feuerbach
staff & serpentard

staff & serpentard


Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyMer 10 Juil - 23:56

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


« Pas autant que toi » Tu fais un vague geste de la main, lui signalant par la même occasion que ce qu'elle vient de te dire n'a pas de raison d'être. Elle, c'est la beauté sauvage à la peau ébène, couleur chocolat chaud. Elle a le regard brûlant et tout aussi marron que les plaquettes de chocolat que tu dévores avec plaisir, pensant à ta petite amie à chaque bouchée. Vous n'êtes pas comparable, car à chaque fois qu'elle passe quelque part ce sont tous les regards qui se lèvent vers elle. Elle est magnifique, si belle que tu en restes sans voix la plupart du temps. Tu ne réalises pas que c'est à ton bras qu'elle se promène, que c'est ta bouche qu'elle embrasse, tes mains qu'elle tient fermement. Ton regard qu'elle cherche, ton sourire qui répond au sien. Tu es chanceuse de l'avoir à tes côtés et même si vous êtes encore jeune, tu ne doutes pas que c'est une histoire qui durera, qui a ses chances. Car on a jamais trouvé deux êtres aussi complémentaires que vous deux, tu en es certaine. « Le mariage est plus qu’une preuve d’amour. C’est une promesse faite aux âmes, à dieu, aux autres, de toujours être là l’un pour l’autre, de toujours se souvenir, de ne jamais abandonner. Il n’y a rien que je ne veuille pas là-dedans. » Tu sent qu'il y a un mais... Hors tu n'oses pas lui demander pourquoi elle semble si troublée en terminant sa phrase. Si tu le sais, tu mens. Mais tu aimerais qu'elle te le dise, qu'elle ose te parler de ce qu'elle a vécue, des douleurs qu'on lui a infligée à tel point que tu l'as retrouvée dans tes bras, tremblante à cause des images qui se bousculaient dans sa tête. Plus jamais ça, tu l'as promis même si tu n'as pas le pouvoir de l'éviter. Tu voudrais qu'il n'arrive plus jamais rien à ta petite amie, qu'elle soit protégée derrière un bouclier immense et que rien ne puisse jamais plus lui faire peur, la faire trembler ou pleurer. Mais tu n'as pas ce pouvoir, tu peux simplement être là et lever ta baguette pour elle en espérant, en priant son dieu pour qu'elle ne soit plus jamais touchée d'une quelconque façon. « C’est la seule manière de se marier que je connaisse. Je ne sais pas grand chose des coutumes sorcières tu le sais. » Tu hoches la tête en la suivant dans le couloirs, parlant plus bas même si il y a peu de monde. « Je sais. Et je t'assure qu'il y a d'autres façons de se marier dans notre monde. » Votre monde, tu assures ce mot avec un hochement de tête. Votre, à toute les deux et qu'importe qu'elle arrive du monde moldu et qu'elle ne connaisse rien. Qu'importe qu'on vous jure qu'elle n'a pas sa place, si tu décides qu'ici elle est chez elle alors tu lèveras ta baguette pour tuer chaque personne te répondant qu'elle est une étrangère. Qu'importe qu'ils soient sang-purs, héritiers, issus des grandes familles. Pour le regard de Dorcas, pour ce regard là, tu mettrais le monde à feu et à sang.



Tu la vois qui semble paniquée et tu crains de l'avoir forcée à parler de quelque chose qu'elle voulait oublier. « Ils ont dit que les impurs comme moi ne méritaient pas le mariage, ne méritait pas le bonheur. Et de quel droit, Maemi ? Qu’est-ce qui leur donne ce foutu droit de… de se faire les justiciers d’un monde d’où ils ne sont pas possesseurs ?! Ils ne sont pas plus que moi, ou toi, ou quiconque. Pourtant ils se rendent tyrans, créant des règles qu’ils font respecter par le meurtre et la violence. Et pourquoi ? Parce qu’ils ne supportent pas l’idée d’avoir des gens différents à leurs côtés ? » Tu glisses tes mains dans celles de ta petite amie, essayant de prendre la parole mais elle continue sa tirade. Et ça te brise le cœur de la voir dans cet état. « Ils m’ont laissé cette… marque. Cette promesse de me faire payer ce que je suis alors que – Fuck – j’ai pas choisi d’être ainsi. Je le regrette pas, mais je ne l’ai pas choisi. Et dois-je payer pour une chose qui est naturel pour moi ? » « Hé... Calme toi... » Que tu dis en posant tes mains sur ses joues, la forçant à te regarder. « Ils n'ont aucun droit et c'est pour cela qu'ils sont traqués. Ils se pensent supérieur au monde, ils pensent que leur pureté leur apporte une légitimité qu'ils n'ont pas. Dorcas... Tu étais au mauvais endroit, au mauvais moment. Je suis désolé de te le dire cherie... Mais ça ne va pas plus loin. Ils se torturent même entre eux, crois-tu qu'ils sont capables de réaliser que tu es aussi légitime qu'eux, dans ton droit d'étudier la magie ? » Que tu lui dis en passant avec douceur, encore et encore inlassablement, tes doigts sur ses joues. « Ils ne vont pas gagner, ils ne le peuvent pas. Tu pourras te marier et si tu ne peux pas porter une alliance... Nous trouverons une solution. » Dis-tu en avouant pour la première fois que tu as pensée au mariage. L'idée de la porter à ton bras, alors que tu l'aimes tant, te fait des frissons partout. « Cette marque c'est juste le reflet de leur lâcheté. Rien de plus. » Que tu dis en prenant sa main blessée et en l'embrassant avec douceur. Tu aimes tout d'elle, blessée ou pas.


_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyLun 29 Juil - 0:59

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, j'ai rêvé d'être amoureuse, plus d'une fois. L'amour a toujours été un idéal à atteindre, une promesse pour être heureux parfaitement. Le bonheur se trouve là, je l'ai toujours su. Non dans les relations éphémères et étranges, qui se perdent dans l'attente de l'autre. Mais dans l'abandon de soi à un autre regard. Dans la fusion d'une âme avec une autre.

Elle se savait chanceuse, pouvant tenir la main de Maemi dans la sienne, l'embrasser encore, et se sentir belle sous son regard. Elle était chanceuse, mais son palpitant cognait douloureusement dans sa poitrine, et elle avait du mal à respirer ou à supporter son reflet depuis son retour. Elle évitait les miroirs, n'avait pu être nue contre Maemi, et évitait tout instant trop intime. Elle était éprise par la honte, et le dégout, par l'impression d'être sale et mauvaise - elle savait que c'était irrationnel, qu'elle était une victime dans cette histoire, mais ne pouvait faire autrement. Son esprit était meurtri, et elle avait envie de hurler à la face du monde sa douleur et sa colère. A la place elle restait silencieuse, suivant Maemi dans les couloirs en se laissant bercé par l'apaisement que la présence de sa petite amie lui conférait. Elle ne pouvait le nier : contre Maemi elle se sentait forte à nouveau. Parlant ouvertement de ce qu'elle avait vécu, commençant par ses craintes, et cette leçon qu'on avait voulu lui apprendre : que les gens de son espèce ne pouvaient se marier. « Je sais. Et je t'assure qu'il y a d'autres façons de se marier dans notre monde. » Notre sonnait comme un aveu, une manière de la ramener - mais Dorcas ne se sentait pas à sa place. Ou si elle voulait l'être, elle savait qu'elle devrait se battre.
Si auparavant elle baissait le regard, et préférait jouer à la jeune discrète quitte à être aussi invisible qu'un fantôme, elle ressentait le feu de la révolte l'étreindre aujourd'hui.

Alors elle parlait, hurlant sa colère à la tête de Maemi, les yeux se baignant de larmes de rage qu'elle n'arrivait pas à calmer ou à ravaler. Elle serra les dents, et inspira profondément pour les ravaler à la fin de sa tirade. « Hé... Calme toi... » Comment le pouvait-elle ? Elle secoua la tête. Elle ne pouvait pas être calme, elle ne pouvait plus être calme. Elle avait besoin d'exploser, d'hurler, de faire savoir qu'elle était ici à sa place, et que personne n'avait le droit de lui faire entendre le contraire. Elle laissa Maemi lui prendre le visage entre ses mains et se perdit dans son regard magnifique. « Ils n'ont aucun droit et c'est pour cela qu'ils sont traqués. Ils se pensent supérieur au monde, ils pensent que leur pureté leur apporte une légitimité qu'ils n'ont pas. Dorcas... Tu étais au mauvais endroit, au mauvais moment. Je suis désolé de te le dire cherie... Mais ça ne va pas plus loin. Ils se torturent même entre eux, crois-tu qu'ils sont capables de réaliser que tu es aussi légitime qu'eux, dans ton droit d'étudier la magie ? » « Ils sont idiots et cruels. Mais je ne peux pas les ignorer, Maemi. Je ne peux pas les ignorer quand ils sont si décidés à me tuer. » Ou à la rendre folle, et elle en avait conscience. Elle savait qu'elle était une cible facile pour eux. « Ils ne vont pas gagner, ils ne le peuvent pas. Tu pourras te marier et si tu ne peux pas porter une alliance... Nous trouverons une solution. » « C'est juste... Je ne connais que cela comme manière de me marier. J'ai toujours rêvé à cela ainsi. Une cérémonie pour promettre à Dieu d'aimer toujours la personne que mon coeur aurait choisit. Dans la santé et la maladie. Dans la richesse et la pauvreté. Jusqu'à ce que la mort nous sépare... » Souffla-t-elle en restant les yeux ancrés dans ceux de Maemi.

Une promesse à demi-mot. « Cette marque c'est juste le reflet de leur lâcheté. Rien de plus. » « Cette marque est une déclaration de guerre. » Dit-elle avec plus de sérieux, se perdant dans les yeux de sa petite amie. « Je veux apprendre à me battre. Je veux savoir me défendre, et ne plus craindre d'être faible. Plus jamais, Maemi. Plus jamais je ne serais faible. »


_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
Maemi A. Feuerbach
staff & serpentard

staff & serpentard


Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyMer 31 Juil - 1:43

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu vois la panique qui s’empare de ses traits, de son visage pourtant si doux et si apaisé depuis que vous avez décidée de sortir ensemble. Et tu n'aimes pas ça, tu ne supportes pas de la voir angoissée, de la voir effrayée par un ennemi qu'elle ne voit pas, qu'elle ne connait pas et dont elle ne peut pas deviner l'identité. Tu ne veux pas que Dorcas se mette à sursauter à chaque instant, en passant dans un couloir ou en franchissant une porte. Tu refuses de voir qu'elle aura peur de vivre ici, dans ce château pourtant si sécurisé, si agréable pour les étudiants depuis des siècles. Elle a sa place ici, autant que tous les autres étudiants et tu tueras, car tu es certaine de pouvoir tuer pour elle, chaque homme ou femme qui osera lui dire le contraire. « Ils sont idiots et cruels. Mais je ne peux pas les ignorer, Maemi. Je ne peux pas les ignorer quand ils sont si décidés à me tuer. » « Je les tuerais avant. » Que tu réponds d'une voix froide, les yeux plantés dans ceux de ta petite amie. Tu refuses qu'elle angoisse de la sorte pour des idiots, pour des gens qui ne réalisent pas qu'elle chance ils ont de compter des sorciers exceptionnels dans leurs rangs. Non, tu tueras tout le monde pour qu'elle puisse s'asseoir sur son trône, au milieu de ce monde magique qui la rejette pourtant. Ta reine, au dessus de tous les autres, plus légitime encore que les sang-purs.

« C'est juste... Je ne connais que cela comme manière de me marier. J'ai toujours rêvé à cela ainsi. Une cérémonie pour promettre à Dieu d'aimer toujours la personne que mon coeur aurait choisit. Dans la santé et la maladie. Dans la richesse et la pauvreté. Jusqu'à ce que la mort nous sépare... » « On fera ça. On pourra se marier un jour, il y a des moyens pour pouvoir légitimer notre amour au regard de ton dieu. » Que tu dis en prenant ses mains et en les embrassant, restant plus longtemps sur cette main qui a été abimée et sur laquelle il manque un doigt. « Ce qu'ils t'ont fait ça ne veut rien dire, la violence est l'expression de ceux qui n'ont rien à dire. Je te jure qu'ils payeront, qu'ils souffriront pour ce qu'ils t'ont fait. Et que jamais cela nous empêchera d'être heureuse. » Dis-tu encore en posant ses mains sur ton visage, car tu as besoin qu'elle te touche, tu as besoin de sentir ses doigts sur la peau fine de ton visage clair.

« Cette marque est une déclaration de guerre. » Tu ouvres les yeux et tu croises le regard de ta petite amie, sentant un frisson de violence pure qui monte en toi. « Et nous combattrons ensemble. » Dis-tu en hochant la tête. « Je veux apprendre à me battre. Je veux savoir me défendre, et ne plus craindre d'être faible. Plus jamais, Maemi. Plus jamais je ne serais faible. » « Il y a un club de duels à pré-au-lard, on pourrait s'entraîner le week-end. Et la semaine, on pourrait essayer l'une contre l'autre, qu'en dis-tu ? » Que tu lui demandes en lâchant ses mains et en reprenant ta promenade dans les couloirs. « Plus jamais tu ne seras surprise. Et si il faut que tu apprennes leurs méthodes pour pouvoir les combattre alors ça me va. Je peux t'aider, j'ai ce genre de livres chez moi. »


_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyMer 14 Aoû - 20:31

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, j'aime à croire qu'il y a plus de bons que de mauvais chez l'homme. Qu'importe ses erreurs et ses faiblesses, il tend à être meilleur, toujours. Parce que sinon, il ne reste rien de plus que la folie - et la folie amène au Chaos et à la destruction.

« Je les tuerais avant. » La déclaration la fait frémir, Dorcas se perdant dans le regard de Maemi, réalisant qu'il se tenait devant elle une sorcière nait dans ce monde. Qui ne voit rien qui ne soit nouveau dans un balai volant ou un sortilège capable de faire hurler à la mort. Tout cela était son monde, après tout, Maemi ayant grandit dans un pays étranger mais régit par la même beauté magique. Dorcas n'y avait jamais vraiment prêté attention, habituée à la voir comme la voisine magnifique qui se trouvait au bout de la rue. Habituée à la voir comme son amie, sa confidente, sa petite amie. Mais elle oubliait aisément que la famille de Maemi était de sang pur. Que sa famille était du même sang que ceux qui exigeaient sa tête sur un piquet.
Mais elle ne pouvait pas ne pas la voir comme sa petite amie, arrêter son coeur battant chaque fois qu'elles se retrouvaient dans la même pièce. Elle l'aimait, qui pouvait lui en vouloir pour cela ? Qui pouvait ne pas tomber sous le charme de la belle allemande quand elle souriait avec cette aisance, cette tendresse. Dorcas voulait s'y foudre, s'abandonner à la douceur de sa petite amie, et laissait ses mots la guérir de ses craintes. « On fera ça. On pourra se marier un jour, il y a des moyens pour pouvoir légitimer notre amour au regard de ton dieu. » Elle ne parlait pas souvent de l'avenir, ayant déjà eut assez de mal à accepter ses sentiments pour Maemi - mais elle ne pouvait pas imaginer leur vie autrement qu'à la manière d'un amour traditionnel. Un mariage, des enfants, une maison et sans doute un chien pour courir partout. Les moldus n'acceptaient pas le mariage entre personne du même sexe - mais les sorciers si. Alors peut être trouveraient-elles un moyen. Et peut être ce doigt perdu ne signifiait-il rien finalement, la bouche de Maemi venant y prendre la douleur. « Ce qu'ils t'ont fait ça ne veut rien dire, la violence est l'expression de ceux qui n'ont rien à dire. Je te jure qu'ils payeront, qu'ils souffriront pour ce qu'ils t'ont fait. Et que jamais cela nous empêchera d'être heureuse. » « Je ne t'avais jamais vu si belliqueuse et sûre de toi. C'est presque effrayant - pour eux. » Dit-elle avec un sourire en coin, prenant la main de Maemi contre la sienne pour la serrer doucement.

Elle sentait le vent tourner, de nouvelles passions lui étreindre la poitrine pour lui faire penser en esprit enflammée. Elle voulait hurler de rage, elle voulait sortir sa baguette, montrer qu'elle avait sa place parmi les magiciens. Elle voulait être une sorcière, et en être fière. « Et nous combattrons ensemble. » Opinant, elle serra un peu plus Maemi contre elle, osant croire que cette promesse ne serait pas veine. Qu'elles combattront ensemble. Qu'elles montreront qu'il était temps que les choses changent, que les nés moldus ne se sentent plus si illégitime à Poudlard. « Il y a un club de duels à pré-au-lard, on pourrait s'entraîner le week-end. Et la semaine, on pourrait essayer l'une contre l'autre, qu'en dis-tu ? » « Je ne sais pas si... j'arriverais à sortir de l'école le week-end, mais on a la salle de Duels on pourrait s'entrainer toutes les deux déjà ? J'ai une ancienne étudiante qui m'a appris quelques sortilèges lorsque j'étais à Sainte-Mangouste. Je dois m'entrainer à les lancer. » Admit-elle finalement, ayant oublié de parler de sa discussion avec Marlène. Ou de la manière si désastreuse qu'avait les psychomages de SAinte-Mangouste de la recevoir. Raison pour laquelle elle ne voulait plus en voir aucun. « Plus jamais tu ne seras surprise. Et si il faut que tu apprennes leurs méthodes pour pouvoir les combattre alors ça me va. Je peux t'aider, j'ai ce genre de livres chez moi. » « Leur méthode ? Tu veux qu'on... Etudie la magie noire ? » Demanda-t-elle avec un air plus perdu. Elle n'était pas à l'aise avec sa magie - doutant de pouvoir faire du mal avec sa baguette en apprenant ce qu'il y avait de plus sombre. « Est-ce que ce n'est pas interdit ? »


_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas
Maemi A. Feuerbach
staff & serpentard

staff & serpentard


Messages : 80
Date d'inscription : 29/08/2017
Localisation : Dans le lit de Dorcas

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyVen 6 Sep - 21:44

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


« Je ne t'avais jamais vu si belliqueuse et sûre de toi. C'est presque effrayant - pour eux. » Tu te met à sourire doucement avant de baisser les yeux. Il est vrai que tu gardes pour toi la plupart du temps, cette violence qui menace de prendre le dessus sur ta raison. Tu le gardes pour toi, car tu sais que tu pourrais partir au combat contre n'importe qui, sous prétexte qu'on regarde, parle ou qu'on fait du mal à quelqu'un que tu aimes. Ta famille, ta mère et ton frère avec une moindre mesure peuvent se vanter d'être protégé par tes soins. Mais ta petite amie est maintenant trop proche de toi pour que tu acceptes qu'on lui fasse du mal sans que tu n'ai envie de brûler tout ce foutu pays, cette cause idiote qui sépare des familles, des frères et sœurs, des amants. Tu voudrais tous leur faire payer au centuple, pour le doigt qui a été coupé à Dorcas. Pour le fait qu'elle tremble quand elle dort parfois, pour ses terreurs nocturnes qui sont nouvelles, pour son envie de sang et de vengeance. Tu tuerais tout l'monde, pour leur passer l'envie de recommencer à toucher la femme que tu aimes, qui te rend folle, qui te fait sourire chaque jour et te donne envie de te lever. « Je ne sais pas si... j'arriverais à sortir de l'école le week-end, mais on a la salle de Duels on pourrait s'entrainer toutes les deux déjà ? J'ai une ancienne étudiante qui m'a appris quelques sortilèges lorsque j'étais à Sainte-Mangouste. Je dois m'entrainer à les lancer. » Tu hoches la tête aussitôt. « Qui est-elle ? » Que tu demandes en voulant connaître le nom de cette étudiante, car tu as appris à te méfier de tous ceux qui approchent les sorciers à St Mangouste, qui viennent de se faire attaquer et qui sont vulnérables. Par que tu vois Dorcas comme une petite poupée fragile mais tu aimes savoir qui gravite autours d'elle.

« Leur méthode ? Tu veux qu'on... Etudie la magie noire ? » « Qu'on sache contre quoi on va s'battre, quels sorts ils utilisent. Et peut-être chercher des sorts de protection afin de mieux parer leurs sombres attaques. » Que tu dis en sachant que les sorts de défense ne sont en rien interdit, eux. « On doit savoir ce qu'on combat pour être efficace. » Que tu dis en serrant la main de ta petite amie, ses p'tits doigts fins contre toi. « Est-ce que ce n'est pas interdit ? » « De s'en servir, si. Mais on ne ferait que l'étudier, savoir ce dont ils se servent pour mieux se protéger. Je n'vois rien d'interdit à ça. » Dis-tu en tournant ton visage vers elle et en lui offrant un petit sourire, sachant que si ta famille accepte que vous ayez des livres comme cela, ce n'est pas le cas de tout le monde. Tout l'monde ne pense pas que pour combattre un ennemi il vaut mieux le connaître. « Seulement si tu l'veux bien-sûr. On ne fera rien qui te met mal à l'aise, jamais. On peut déjà commencer à s'entraîner aux duels toute les deux, voire ce qu'il faut améliorer et où sont nos forces. » Dis-tu en hochant la tête, car tu es certaine que toute les deux vous pourriez faire des ravages. Vous vous complétez à la perfection et cela va se voir lorsque vous allez vous retrouver dans un duel.


_________________
M E M O R I E S ~ "Et dans un dernier souffle, je comprends tout: que le temps n'existe pas, que la vie est notre seul bien, qu'il ne faut pas la mépriser, que nous sommes tous liés, et que l'essentiel nous échappera toujours." (+) AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Dorcas Meadowes
staff & gryffondor

staff & gryffondor


Messages : 115
Date d'inscription : 03/09/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) EmptyMar 10 Sep - 22:50

siren's voice

@Dorcas Meadowes & @Maemi A. Feuerbach


Tu sais, je veux être une femme forte. Je ne veux pas qu'on me dise "Sexe faible" ou "Pauvre femme". Je refuse d'être le deuxième sexe, je refuse d'être une moins que rien, je refuse d'être un second choix. Je veux être fière, je veux marcher la tête haute, je ne veux pas trembler devant les hommes. Je veux être comme toi, mon héroïne.

Elle devait changer, et en avait le désire. Elle ne souhaitait plus être la Dorcas effacée, honteuse et hésitante. Celle qui refusait d'admettre aimer sa meilleure amie. Celle qui ne se sentait pas à sa place à l'école, frôlant les murs pour ne pas se faire remarquer. Celle qui ne levait jamais sa baguette, pensant qu'elle n'était pas faite pour cela. Elle ne voulait plus avoir honte, ou se sentir moins bien que les autres. Elle voulait être fière. Elle voulait marcher la tête haute. Elle voulait se sentir forte - elle voulait être aussi belle que Maemi, aussi courageuse et téméraire.
MAis elle savait que ce ne serait pas facile, qu'elle devra se battre et apprendre à grogner pour cela. Elle était une Gryffondor, et jusqu'à présent elle s'était toujours demandée pourquoi. Elle doutait d'avoir cette force de caractère en elle. Mais peut être se trompait-elle. Peut être était-elle plus forte qu'elle ne le pensait. Et pour commencer elle devait apprendre à mieux maitriser sa magie, à ne plus craindre les duels, les sortilèges d'attaques ou de se défendre. Elle ne devait plus être tétanisée par la peur, mais plutôt sourire et affronter son ennemi. Elle avait été encouragée par une ancienne de Poudlard - « Qui est-elle ? » « Marlène McKinnon. » - et entendait bien mettre son entrainement à profit.

Avec Maemi à ses côtés elle savait qu'elle serait capable de tout, mais sa meilleure amie - et petite amie - avait toujours eut une vision différente des choses. Son esprit était fourbe et manipulateur, elle était une Serpentarde après tout. Une chose que Dorcas adorait mais qui parfois la surprenait. « Qu'on sache contre quoi on va s'battre, quels sorts ils utilisent. Et peut-être chercher des sorts de protection afin de mieux parer leurs sombres attaques. » Elle opina, bien que l'idée de s'approcher de la magie noire d'une quelconque façon que ce soit l'inquiétait grandement. Elle ne voulait pas être mauvaise, elle voulait être forte. « On doit savoir ce qu'on combat pour être efficace. » « J'imagine que tu as raison. Ca semble tenir la route mais Maemi... Les sorciers ne résistent pas à l'attrait de la magie noire. On ne va pas... y succomber n'est-ce pas ? » Demanda-t-elle parce qu'elle ne le souhaitait pas. Elle voulait rester quelqu'un de bien, ne pas passer cette barrière qui la ferait sombrer dans un monde où elle se perdrait définitivement. Elle ne voulait pas se renier à ce point. « De s'en servir, si. Mais on ne ferait que l'étudier, savoir ce dont ils se servent pour mieux se protéger. Je n'vois rien d'interdit à ça. » « Bien sûr, ca s'tient. » Comme toujours, sa logique inébranlable ne laissait que peu de place à l'hésitation et Dorcas lui sourit en guise de conclusion à cette conversation.

Elle était prête. « Seulement si tu l'veux bien-sûr. On ne fera rien qui te met mal à l'aise, jamais. On peut déjà commencer à s'entraîner aux duels toute les deux, voire ce qu'il faut améliorer et où sont nos forces. » « Je suis d'accord. Trouvons une salle vide et faisons cela. Quant au reste... Tu as des livres ? » Question stupide. « Je veux dire, est-ce que tu en as déjà que je pourrais peut être... t'emprunter ? A deux on lira plus vite. » Logique imparable n'est-ce pas ? Elle prit la main de sa petite amie et parcourut les couloirs pour trouver une salle de classe vide - fort heureusement il s'en trouvait au troisième étage, comme les étudiants étaient presque tous au repas. « T'es meilleure que moi en Duel. Comment tu fais pour rester aussi... maitre de tes émotions ? »

_________________

you're quite magical
s'ouvrant uniquement une nuit dans l'année, les fleurs de lune étaient d'une beauté inouïe. Elles s'offraient à la lune, pour une nuit entière, donnant au monde un instant de pure magie. Un moment, éprit dans le regard des chanceux. Ma chance, c'est d'exister dans ton regard, ma fleur de lune.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Siren's voice (dormi) Empty
MessageSujet: Re: Siren's voice (dormi)   Siren's voice (dormi) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Siren's voice (dormi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 06. Ça te dit de devenir ma rivale?
» 02. And after all, you're still my wonderwall.
» o3. Score for four hands
» Fujita Aoi - our emotions are the voice of our soul
» Isaiah • What's the point of being a voice when everyone's already sick of the noise?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Sixième étage :: Amphithéâtre-
Sauter vers: