AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 let him go (avewin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: let him go (avewin)    Mer 17 Aoû - 21:08

let him go
Averill & Oswin
Bien qu'elle se passait entre l'année des BUSES et avant les ASPICS, la sixième année d'études à Poudlard n'était pas de tout repos. Oswin Feuerbach était - de plus - un étudiant curieux, qui avait eut à coeur de prendre toutes les options qu'il pouvait, et suivait tous les cours que son emploi du temps lui permettait. En somme il n'avait abandonné que trois matières, parmi lesquelles la Divination, l'études de Moldus, et Botanique. Trois matières qui n'avaient pas grands intérêts pour le serpentard, se contentant de tout ce que le reste pouvaient lui offrir comme perspective pour l'avenir. Un avenir qu'il se promettait brillant, dans les couloirs du Ministère de la magie. Il n'entendait pas être moins qu'un conseiller ministériel, et il attendait pour l'heure des nouvelles d'Orion Black pour un stage qu'il devra effectuer l'été prochain au Magenmagot. Une opportunité qu'il avait duement mérité; sans doute. Outre son travail d'étudiant modèle, il avait aussi réussi à atteindre les hautes sphères en jouant de chance, et en nourrissant une amitié utile - mais non moins sincère - avec Regulus Black. Amitié qui avait pris un tournant assez étrange quelques jours auparavant quand au détour d'une conversation (et d'un couloir) Oswin s'était vu embrasser son meilleur ami. Pas que cette décision n'eut pas été murement réfléchie - Oswin ne faisait pas grand chose de parfaitement spontané - mais il ne savait quoi en penser à présent. Pas qu'il le regrettait, bien au contraire, et il avait la conviction qu'il en était de même pour Regulus. Mais ils étaient à Poudlard, où les murs avaient des oreilles, et certaines personnes ne devraient être mises au courant de ce rapprochement entre les deux Serpentards.
Averill en faisait partie et Oswin prenait en général bien soin de l'éviter lorsqu'il n'était pas avec son meilleur ami. Cette fois-là, cependant, il n'eut d'autres choix que de se retrouver face à elle. Pas qu'il l'avait voulu, mais les circonstances l'y avaient poussé. Il avait rejoint la bibliothèque un peu après la fin des cours, un rouleau de parchemin sous le bras, et ses plumes dans l'autre, afin de composer un essaie pour son cours de Défense contre les forces du mal. Regulus se trouvait il-ne-savait-où; sans doute aux prises de quelques Serpentards plus âgés que sa mère entendait lui faire apprécier. Quelque chose comme cela, et Oswin se promit de ne pas être trop long pour pouvoir lui porter main forte si le besoin d'en faisait ressentir.

Mais pour l'heure il devait se concentrer sur son devoir, et après avoir installé ses affaires sur une table vide, il partie à la recherche d'un ouvrage sur les sorts d'entrave avancé. Il ne lui fallut pas longtemps pour le trouver parmi les rayonnages, levant sa baguette pour le faire léviter jusqu'à lui - car il se trouvait sur une rangée beaucoup trop haute pour qu'il puisse l'atteindre de manière conventionnelle. L'ouvrage arriva dans ses mains, et il le tint contre lui, alors qu'il continua ses recherches pour d'autres cours, d'autres essaies, et pour compléter celui-ci. Il arriva à sa table avec plusieurs ouvrages énormes et poussiéreux, qu'il laissa tomber à côté de sa plume, et qu'il se mit à feuilleter. Cela ne dura que quelques minutes, avant qu'une voix - qu'il ne connaissait que trop bien - ne le sorte de ses réflexions. Sans doute y avait-il fait attention parce qu'il s'agissait d'Averill et qu'il était toujours sur le qui-vive quand elle se trouvait là. Pas qu'il ne l'appréciait pas - c'était le cas évidemment mais certainement pas à cause de son lien avec Regulus - mais il ne lui trouvait pas grand intérêt. Et elle avait une façon particulière de l'agacer. Il ne pouvait simplement pas s'empêcher d'être moqueur ou désagréable avec elle - pas qu'il le fut de manière virulente, Oswin aimait la subtilité, et il ne désirait pas qu'on le pense jaloux. Que Regulus l'épouse, il le devait de toute façon.

Mais quand elle passa devant la bibliothécaire en demandant l'ouvrage qu'Oswin possédait, il hésita. Est-ce qu'il devait couper court à ses recherches avant qu'elle les engage, ou la laisser galérer dans les rayonnages ? Elle lui passa à côté, et il l'apostropha finalement. « Tu ne trouveras pas ce que tu cherches, Averill, l'ouvrage est là. » Dit-il avec un ton affable, peu désireux de lancer les hostilités. Il voulait se tourner vers elle - un geste soudain qu'il ne maitrisa pas - et percuta de son coude un ouvrage qu'il alla s'envoler jusqu'au pied de la jeune femme - Merlin ! « Navré, je n'ai pas fait exprès. Vas-tu bien ? Assieds toi. » Dit-il, une voix un peu mal assurée, alors qu'il se levait pour reprendre l'ouvrage, et lui offrait une chaise pour qu'elle puisse s'asseoir le temps que son pied douloureux ne s'apaise - et ainsi il se retrouva en face de la seule personne dont il ne voulait souffrir de la présence dans cette école.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Jeu 18 Aoû - 16:27

     

Avewin

Let him go
La bibliothèque, un endroit que la jeune femme affectionne particulièrement. Si être dans une école comme Poudlard, c'était déjà quelque chose, sa réserve de livres y offrait bon nombre d'ouvrages passionnants. Oui, contrairement au apparence, Averill ouvre des livres et s'en serre. Elle est cultivée la petite. Ce n'est pas parce qu'elle aime les vêtements et le maquillage qu'elle est nécessairement aussi intelligente qu'un Botrucks. Quoi qu'il en soit, bien que cette année soit plutôt du repos pour elle, et qu'elle n'ait en soit pas trop de soucis à se faire pour ses notes, la rousse avait décidé de se rendre donc à la bibli' afin d'avancer ses devoirs et potasser quelques sujets.

Un peu loin de la foule habituelle, du calme ne lui ferait pas de mal. Bien qu'elle aurait préféré passer son temps libre avec Regulus, mais ces derniers temps ils ne se voyaient plus autant qu'auparavant, et la jeune Macmillan n'avait pas besoin d'être médium pour savoir pourquoi. Sans compter ces histoires familiales, le jeune Black avait beaucoup à faire. Mais au moins, il savait ou la trouver s'il avait besoin d'aide ou juste un petit break. Désireuse de se mettre immédiatement au travail, elle demanda à la bibliothécaire où elle pourrait trouver un ouvrage bien précis, sur les sortilèges avancés. Après l'avoir poliment remercié de son renseignement, elle se mit en route, mais hésita l'espace d'un instant en remarquant la présence d'Oswin. Ben, voyons, comme si le château n'était pas assez grand. Elle pinça les lèvres quelque seconde, rejeta une mèche de ses cheveux et se mit en route, avec la ferme intention d'ignorer jusqu'à son existence.

Pourtant, à peine la jaune avait-elle dépassé sa chaise que, déjà, il l'interpella. Ave retient avec peine un soupire exaspéré quand il lui expliqua que c'était lui qui avait son livre. Comme quoi Merlin s'acharnait sur elle. Mais avant que la jeune femme ne puisse lui dire quoi que ce soit, une vive douleur vient lui arracher un cri. Elle se mordit la langue afin de ne pas faire plus de bruit qu'elle en avait déjà fait, et fusilla le serpent du regard, se retenant de se pencher pour ramasser le livre et lui lancer avec force dans la figure. Les livres à Poudlard sont loin d'être légers, pour la plupart, ils ressemblent plus à des grimoires, et celui-là ne fait pas exception. C'était certain que demain la jeune femme aurait un énorme bleu et supporterait avec bien du mal ses chaussures.

La mâchoire serrée, elle s'assit sur la chaise qu'il lui tirait et retira avec une grimace sa chaussure. Elle se massa légèrement le dessus du pied où commençait déjà à se former une belle bosse. Son regard noir se releva vers Oswin et son air si faussement désolé.

-ça ce ne voit pas ? Je m'éclate, là. Bien entendu, ce n'est pas ton genre de vouloir m'estropier.

Elle devait admettre qu'il n'était sans doute pas si enfantin, bien qu'il avait la fâcheuse tendance à se conduire comme un bébé quand elle était avec Regulus et qu'il restait obstinément coinçait avec eux. Rejetant l'idée de sortir sa baguette afin de lui lancer un maléfice dont il se souviendrait, elle préféra ce concentrer de nouveau sur son pied douloureux. Avec un peu de chance, il ne lui avait rien cassé cet abruti.

-Tu ne pourrais pas faire un peu plus attention ?! ces livres ont des centaines d'années pour certains !



GleekOut!

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Jeu 18 Aoû - 22:43

let him go
Averill & Oswin
Oswin n'aimait pas perdre le contrôle d'une situation. Il haïssait par dessus tout le hasard, et l'accidentel. Ce genre de chose qui survient parce que vous n'y faites pas attention, que votre corps vous échappe, ou que la vie est simplement joueuse. Il aimait avoir le contrôle de tout ce qui l'entourait, de tout ce qu'il faisait ou disait. Et même en présence de personne qu'il n'appréciait pas il mettait un point d'honneur à être parfaitement maitre de lui-même. De ses réactions, de ses discours, de ses déclamations. Il était souvent un être décrit comme froid et distant, un peu inquiétant, mais intéressant. Comme si la seule manière de voir en lui la joie, ou la passion était de lui parler. Il ne souriait pas souvent, n'était pas du genre à porter ses sentiments sur le devant de son être. Parce qu'ils pouvaient bien trop rapidement lui échapper. Tout comme cet ouvrage lui échappa. Et il n'avait pas vraiment à coeur de savoir si le geste était un imprévu détestable, ou la preuve inconsciente qu'il n'aimait pas Averill. Cependant, dire seulement qu'il ne l'aimait pas serait bien trop simple. Elle n'était pas une de ces demoiselles qu'il appréciait, parce qu'elle n'était pas intéressante. Elle était superficielle et simple d'esprit - deux caractéristiques qui agaçaient Oswin au plus haut point.
Il en vint malgré tout à lui offrir un siège, ses bonnes manières toujours bien encrées - surtout quand il s'agissait de Sangs purs. Mais la demoiselle n'était pas vraiment du genre à faire bonne figure, et virulente elle lui répondit avec toute l'ironie dont elle pouvait être capable. « Ca ce ne voit pas ? Je m'éclate, là. Bien entendu, ce n'est pas ton genre de vouloir m'estropier. » Elle était assise, avait ôté une de ses chaussures, et massait le pied vigoureusement. Oswin avait reprit place à ses côtés, l'observant avec les sourcils froncés, comme s'il se demandait s'il devait faire preuve de sarcasmes ou faire profil bas pour cette fois. « Crois le ou non, ce n'est pas dans mes projets. » - de l'estropier. Il répondit avec tout le détachement dont il était capable, se retenant de lever les yeux au ciel.

Mais la demoiselle n'en avait pas terminé, et elle attaqua à nouveau après avoir observé son pied qui commençait à gonfler - sous le coup du choc. « Tu ne pourrais pas faire un peu plus attention ?! Ces livres ont des centaines d'années pour certains ! » Il arqua un sourcil, se demandant si elle était vraiment en train de lui faire la morale sur l'état des livres. Sans doute trouverait-elle toutes les raisons du monde pour l'invectiver, et il prit une grande inspiration pour garder son calme, sortant sa baguette délicatement - une main en l'air en forme de reddition comme pour lui assurer qu'il n'allait pas l'attaquer. Pas plus qu'il ne l'avait déjà fait - HAHA. « Fort heureusement pour ton pied - et pour les ouvrages de cette bibliothèque, nous sommes de sorciers. » Cette fois le sarcasme était latent à sa déclaration, et il pointa sa baguette sur le pied, en murmurant un Frigus - sort de soin qui permettait de refroidir la peau après un choc. Une chose que les moldus faisaient aussi en posant de la glace - sa mère le lui avait déjà recommandé à plusieurs reprises. « Tu peux encore le bouger ? Te lever ? Voir si ce n'est pas cassé - au quel cas je pourrais bien te le réparer. Et je promets de le faire convablement, il ne serait pas dans mon intérêt d'aggraver les choses n'est-ce pas ? » Rajouta-t-il avec un sourire moqueur - sans doute Regulus lui en voudrait-il de laisser sa futur fiancée avec un orteil cassé par un ouvrage qu'il a malencontreusement fait tomber sur elle...

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Dim 21 Aoû - 16:25

     

Avewin

Let him go
Entre Averill et Oswin ça n'a jamais été le grand amour. Pour être honnête, ils ne se connaissent pas réellement. Pour la jaune, le serpent est une personne fausse, à faire des ronds de jambe et à jouer les innocents devant qui bon lui semble. Quant à elle, eh bien il doit sans doute penser que c'est une petite princesse, pourrie gâtée. Et dans l'ensemble, ils se moquent des détails. Ils ne se supportent pas, voilà tout. Cela va au-delà du physique. Reg en est la principale raison, sans doute. La rouquine n'est peut-être pas médium, mais elle est loin d'être aussi simplette que ce qu'Ose pense. Elle a très bien compris qu'il se passait un truc entre les deux hommes, quoi, elle n'en connaît pas les détails, mais certainement pas une simple amitié.

En attendant, pour la jeune Macmillan, le serpent va juste attirer des problèmes à l'héritier des Black, et ce n'est pas une chose qu'elle souhaite. Mais elle sait bien que Regulus ne l'écoutera pas sur ce sujet, alors elle ne dit rien et se tient prête au cas où elle devrait mettre son poing dans le nez d'Oswin. Car oui, elle a eu une éducation stricte, mais cela ne l'a pas dérangerais pas de se la jouer un peu moldu et lui casser le nez. Autant que lui s'amuse à lui casser les doigts de pieds visiblement. Ben entendu, même si elle n'était déjà pas tendre avec le jeune homme, le sarcasme avait pris sa place quand il lui demanda si cela aller. Sérieusement ? Attend qu'il se mange une porte dans le pif et elle va lui demander si ça va. La jeune femme releva son regard vers lui, un léger sourire moqueur au visage. Ben tient, comme si cela n'était jamais venu dans son esprit tordu de vouloir l'arranger un peu. Dans celui d'Averill, oui en tout cas, et elle ne manquait pas d'imagination pour cela.

-Parce que tu as des projets autre que ta petite personne ?

Bien que son pied lui fasse horriblement mal, et qu'elle évite soigneusement de toucher cette horrible bosse qui en surgit, la jaune ne peut s'empêcher de faire une remarque sur le livre. C'est sans doute idiot pour certains, mais elle lit beaucoup, c'est un peu comme un petit trésor pour elle. Nécessairement, voir quelqu'un maltraiter un bouquin, même involontairement, le mets hors d'elle. Alors qu'Oswin s'amuse à en faire tomber un, l'estropiant au passage, cela l'agaçait. Son arrogance avec. Ce type se prenait pour Merlin en la traitant ainsi comme une gamine. Averill ne se retient donc pas de le fusiller du regard, même si elle devait bien admettre que son sort soulageait un peu la douleur.

-Il ne suffit pas que tu agites ta baguette pour réparer un livre de cette valeur, Feuerbach. Tout comme tu n'es pas médecin, à ce que je sache. Emmène moi à l'infirmerie et ça ira.

À l'entendre, il pourrait même fabriquer un balai volant avec des brindilles. Quel crétin celui-là. Cela demande une certaine technique et des connaissances, pas simplement un petit "réparo" par-ci, par-là. Récupérant sa choisir dans une main, et son sac de l'autre, elle posa avec délicatesse son pied blessé sur le sol froid, mais fit rapidement une grimace. Elle était sans doute bonne pour boiter jusqu'à l'infirmerie.


GleekOut!

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Dim 21 Aoû - 16:58

let him go
Averill & Oswin
Il y avait peu de jeunes sorcières de Sangs purs encore prêtes à être fiancées à Poudlard, mais de toute celle que Regulus pouvait choisir, Averill était sans doute celle qu'Oswin appréciait le moins. Peut être parce que - justement - Regulus l'avait désigné comme sa possible future femme. Ou alors parce qu'elle était très exactement le jeune de demoiselle insipide que le jeune homme fuyait ou ignorait. Mais il ne pouvait décemment pas ignorer la jeune femme qui allait partager la vie de son meilleur ami - n'est-ce pas ? - il ne prendrait pas le risque de voir Regulus s'éloigner parce qu'Oswin ne pouvait pas souffrir de la présence d'Averill. Alors il avait finit par admettre l'idée de faire un effort, de prendre sur lui, et même d'avoir quelques conversations avec la jeune femme. Conversations qui duraient rarement longtemps, parce qu'ils ne pouvaient pas se supporter, et que ce sentiment était réciproque. La preuve en était que sans la présence de Regulus pour les contraindre à un peu de respect, ils s'envoyaient des regards courroucés, et des remarques cinglantes. Sans faire cas des esprits curieux qui entouraient la scène, et qui chuchotaient autour d'eux. Oswin les entendait, mais préférait les ignorer pour tenir son rôle. Il ferait mieux de faire bonne figure. Mais la jeune femme ne lui rend pas la tâche facile, et elle semble bien moins enclin à faire preuve de retenue et de noblesse. Elle lui semble être la jeune sang pur la moins contrôlée de tous. Elle parle avec sarcasme, sans même faire mine d'être indifférente, ou supérieure. Elle le foudroie du regard comme si elle voulait le tuer, ou comme si elle était en colère contre lui. Elle lui ouvrait la porte de ses sentiments, de son mépris. Elle était facile à bouleversée, se dit-il, et c'était amusant. Parce qu'elle semblait être une enfant dans le corps souple et harmonieux d'une adulte déjà formée. Et il l'observe, se dit qu'elle est définitivement un mauvais choix. Mais comme il est celui de Regulus il doit simplement l'accepter. « Parce que tu as des projets autre que ta petite personne ? » Il lève les yeux au ciel, presque trop impunément, et laisse échapper un ricanement. Des projets, il en avait assurément, et tous tournés vers le bonheur d'une seule personne. Mais il doutait que lui annoncer avoir le projet de devenir l'amant de Regulus la remplirait de joie. Sans doute parce que ce n'était pas vraiment en ces termes qu'il y pensait, et parce qu'elle serait enclin d'en faire un scandale. Il n'avait pas confiance en elle. « Si tu savais, Averill... » Lâche-t-il quand même, avec un clin d'oeil rebelle et moqueur. Mais il n'en dira pas plus, et le prénom de celui qui les liait flottait entre eux sans qu'ils le déclarent.

Mais il finit par reprendre son sérieux, et vient la soulager, peu désireux de l'entendre geindre. Il lui demande de poser le pied, connaissant quelques rôles mineurs pour soigner les plaies, les os brisés, et pour soulager la douleur. Il fallait au moins cela quand on jouait au Quidditch, ou pour soigner Regulus après les entrainements. Leurs visites régulières à l'infirmerie avaient fini par lui donner quelques sorts de base. Mais la jeune femme ne semble pas convaincu, et après tout n'était-ce pas normal ? S'il n'avait pas confiance en elle, l'inverse était vrai aussi. Et elle se méfiait assez pour ne pas le laisser agiter sa baguette et jouer les chevaliers servants. « Il ne suffit pas que tu agites ta baguette pour réparer un livre de cette valeur, Feuerbach. Tout comme tu n'es pas médecin, à ce que je sache. Emmène moi à l'infirmerie et ça ira. » Il reste un instant interdit à sa place, alors qu'elle rassemble ses affaires. Avant de grimacer, soupirer, et prendre ses livres pour les emporter et continuer son travail plus tard. « A vos ordres, votre altesse. » Lâche-t-il, totalement cinglant. Avant de passer devant la bibliothécaire pour signifier qu'il empruntait ces ouvrages, et de lui demander de les mener à sa chambre par un elfe de maison - il les laissa alors, et se tourna vers Averill. Sans lui demander son avis - après tout elle ne lui demandait pas le sien - il prit son sac, et le rajouta sur son épaule. Il soupira, et lui proposa son aide, s'approchant d'elle pour passer un bras autour de sa taille. « Appuie toi sur moi, ca t'évitera de forcer sur ton pied. » Dit-il avec la même froideur qu'elle use avec lui depuis le départ. Fort heureusement l'infirmerie n'était pas si loin. Enfin, en théorie.

En attendant ils se retrouvaient seuls tous les deux, et ils pourraient profiter de cela pour discuter. Ou pas. Mais il laisse son regard glisser sur le cou de la jeune femme où la marque rouge dont Regulus lui a parlé se trouve. Et ca le fait sourire - il pourrait en rire aussi. Si l'idée que cela joue sur la réputation de Regulus ne l'agaçait pas. Ne pouvait-elle pas se rendre compte de sa chance, et jouait les ingénues avec d'autres le plus discrètement possible ? « Et tes projets à toi, Averill, avancent-ils ? Tu as pu jouir d'un rendez-vous avec Regulus avant-hier n'est-ce pas ? » Lâche-t-il, l'air de rien alors ils parcourent les couleurs de Poudlard.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Mer 31 Aoû - 11:05

     

Avewin

Let him go
La vérité, c'est qu'Averill, comme Oswin prennent pas mal sur eux. Ne serait-ce que pour ne pas blesser Regulus. Parfois, quand le serpent est dans le coin, cela en devient franchement ridicule. Ces petits sourires, les bonnes manières... Elle a juste envie d'arrêter ce cinéma trop surjoué, pourtant, il semble qu'ils ne doivent pas se débrouiller si mal que ça, car visiblement l'héritier des Black n'a jamais rien remarqué. En revanche, quand Reg 'n'est pas dans le coin, le contrôle devient un peu plus compliqué pour la rouquine, qui a juste envie de faire manger les pierres du château, une par une à ce prétentieux.

Elle est vivace la jaune, passionnée, c'est un électron libre. Enfin, autant que puisse l'être un sang pur. Elle a le sang fort et parfois cela fuse avant même qu'elle ne s'en rende compte. Mais elle ne voit pas bien à quoi ça serre de jouer aux faux-semblants quand leur objectif commun n'est pas présent. Ils ne s'aiment pas, et pratiquement tout le château le sait. Pourtant, tout le monde s'abstient de commentaires et cela vaut mieux. Si la jeune Macmillan ne fait pas partir des verts, il n'en reste pas moins qu'elle a du mordant. Le serpentard en a souvent fait les frais, grand bien lui fasse. Cependant, aujourd'hui, malgré les événements de la journée, on pourrait qualifier que sa réaction est assez tempérée. Il fut un temps où elle lui aurait simplement balancé un sort pour lui faire comprendre sa douleur.

La sorcière manque de lever à son tour les yeux au ciel. Y a-t-il vraiment quelqu'un dont il se préoccupe autre que sa personne ? Elle en doute. Pour la rousse, Regulus n'est qu'un moyen pour Oswin d'arriver à son but au ministère. Une fois qu'il aura la place qu'il souhaite, il oubliera son soi-disant "meilleur ami", et elle sera là pour relever le vert, et en même temps mettre une bonne raclée à cet tête de plonke. Elle pince les lèvres, plissant légèrement les sourcils devant son air moqueur.

-Je préfère ne pas savoir, ce n'est pas comme si ta vie m'intéressait de toute façon.

Bien que son sortilège atténuant la douleur de son pied, elle n'est pas assez folle pour lui faire confiance au point de remettre quelque os en place. Par Merlin, il ne faut pas être stupide non plus. Elle se doutait bien quand dans le cas inverse, il ne la laisserait pas faire non plus. Un peu comme si vous demandiez à Dumbledore de faire confiance à Voldemort. Bon s'est peut-être exagéré, mais dans l'ensemble l'image est là. Sans prendre la peine à plus de discussion, elle rangea ses affaires, le sommant de l'emmener à l'infirmerie. Ave ne fit guère attention à sa remarque et à son air froid, alors qu'elle se remettait sur ses pieds. Si cela ne lui plaît pas, tant pis pour lui. Après tout, c'est sa faute si elle a cette blessure, alors qu'il en assume les conséquences. Sa chaussure dans une main, son sac de l'autre, appuyé contre la table, le sang pur attendit que le serpent ait fini ses affaires, non sans un soupire d'agacement.

Averell fut cependant surprise quand il lui prit son sac, semblerait-il qu'il est un minimum de manière visiblement, avant de passer son bras libre autour de son cou afin de pouvoir y prendre appui, pendant qu'il entourait sa taille du sien. Si en théorie l'infirmerie n'est pas très loin, dans sa tête, elle semblait se trouver à des années-lumière d'ici. Alors que la jeune femme espérait faire le chemin dans le plus grand des silences, Oswin semble en avoir décidé autrement. Bientôt sa voix résonne dans les vieux couloirs du château, attirant l'attention de la pouffy.

-Pourquoi cela t'intéresse-t-il ? Je crois savoir que ma vie ne t'intéresse pas également, Feuerbach. C'est exact, j'ai vu Regulus avant-hier, mais encore une fois, je ne vois pas en quoi cela te concerne.


Dire qu'elle n'avait pas envie de faire la conversation serait un euphémisme. Il est clair que son comportement l'agace. Comme s'il s pavane avec une pancarte indiquant que Regulus est sien. La mâchoire serré, elle se retient de ne pas lui faire manger sa baguette. Il est vrai que la jeune femme souffre du comportement récent du jeune Black. Elle pouvait enfin l'avoir quand il ignorait royal la présence d'Oswin, mais depuis leur retrouvaille, elle remarque bien que quelque chose à encore changé entre eux. Et elle ne sait pas trop lequel des deux elle a envie d'étrangler de toute cette comédie.


GleekOut!

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Sam 3 Sep - 23:56

let him go
Averill & Oswin
Que l'hypocrisie a un parfum subtile, surtout quand il s'agit d'Averill. Il la regarde en biais, et lui sourit comme un bienheureux, moqueur de bien évidemment sans pouvoir se l'empêcher. C'est qu'elle le cherche, avec son air hautain et ses lèvres pincées parce qu'elle ne veut pas qu'il réponde à ses questions, et qu'il le fait quand même. Pas qu'il soit insultant, il n'a pas le sentiment de l'être; Peut être du point de vue d'une gamine capricieuse et bouffie par son orgueil. Mais alors son jugement ne vaut pas, et Oswin n'en a que faire. Il se fiche de ce que Averill peut bien penser de lui, tant qu'il n'outre-passe pas ses droits avec elle, il n'y aura aucune raison pour qu'il se fasse battre. Il peut bien user d'un peu de sa belle langue pour la moquer gentiment, après tout c'est tout ce qu'il a le droit de faire. Parler, discuter, simplement, et quel mal pouvait-il y avoir à cela ? Il s'amusait avec les sous-entendus, quand elle sous-entend qu'il est égocentrique. Sans doute est-il indifférent à la majorité des gens qui l'entouraient, parce qu'il les jugeait inintéressant. Mais il est loin d'être égocentrique, bien trop intéressé par le monde, les autres, et leurs vision des choses. Sauf qu'Averill ne regarde pas le monde, elle ne voit qu'elle. « Je préfère ne pas savoir, ce n'est pas comme si ta vie m'intéressait de toute façon. » « Ta répartie est décevante. » Dit-il avec une moue boudeuse, avant de ne l'inviter à l'accompagner à l'infirmerie pour qu'elle s'y fasse soigner. Après tout il lui avait blessé le pied, n'est-ce pas ? Il devait faire amande honorable, et ne pas la laisser ainsi souffrir. Ce serait inhumain - assez dramatique pour elle n'est-ce pas ?

Et alors qu'ils commencent à marcher, lui tenant son sac et l'aidant en la soutenant, il se met à parler. Sans savoir réellement pourquoi. Peut être pas qu'il supporte encore moins l'ennui et le silence, que le babillage de la jeune femme. Ou peut être parce qu'il espère encore comprendre pourquoi Regulus lui offre son intérêt et ses regards. Il a encore l'espoir que son ami n'est pas totalement aveuglé par la beauté - évidente - de la jeune femme. Qu'il y a vraiment quelque chose d'intéressant dans la présence et le dialogue avec elle. Elle semble étonnée par le comportement d'Oswin, mais il ne bronche pas, attendant simplement qu'elle lui réponde. Elle semble hésiter. « Pourquoi cela t'intéresse-t-il ? Je crois savoir que ma vie ne t'intéresse pas également, Feuerbach. C'est exact, j'ai vu Regulus avant-hier, mais encore une fois, je ne vois pas en quoi cela te concerne. » Il hausse les épaules aussi bien qu'il le peut - difficilement dans sa position. « Regulus est mon meilleur ami et il semble avoir décidé que tu lui importais, alors c'est naturellement que je m'intéresse à toi, non ? » Dit-il simplement, parce que cela lui semblait être évident. Mais finalement il grimace, et penche la tête de côté tout en regardant la jeune femme. « Est-il vrai que tu as un suçon dans le cou ? Je veux dire... le souvenir d'une étreinte avec un autre ? » demanda-t-il avec une pointe de moquerie évidente dans la voix. Parce que c'est un comportement stupide, pense-t-il, qui met à mal la réputation de Regulus qui a commencé à assumer cette relation avec elle. Parce que s'il se mettait à s'intéresser à leur relation de plus près il pourrait devenir un véritable problème pour la jeune femme. Lui rappelant qui elle va épouser. A qui elle doit faire honneur. A qui elle appartient. Non pas seulement à Regulus, mais au Black. Et il entend le lui faire entendre.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Mer 26 Oct - 10:55

     

Avewin

Let him go
Il ne faut pas se leurrer, Oswin et Averill ne seront jamais amis. Il y a certaines personnes comme cela, qui sont prédisposés à ne jamais s'entendre. Pourtant, ils ont certains points communs. Même si tous les deux se prennent pour des idiots sans intérêt, ils sont relativement intelligents en fait, mais la jalousie cache bien des choses aux yeux des autres. Sans compter qu'ils tiennent énormément à Regulus de manière forte et amoureuse et c'est sans aucun doute cela qui les opposes. Parce que oui, la rouquine à bien comprit les sentiments du jeune Allemand, ce qu'elle ne sait pas en revanche, c'est si l'héritier des Black le sait et s'il partage ses sentiments... Bien souvent, elle s'est dit que simplement le bonheur de Reg' compte pour elle, et c'est vrai. Le laisser partir, simplement servir de pièce avec ce mariage comme cela a sans doute toujours été prévu mais.... Elle se sent vide sans le serpent, elle a besoin de lui. Sans doute autant qu'Os et cela rend les choses difficiles... Un jour peut être, quand elle sera tombée en ruine pour un amour non partagé, comme sa mère avant elle, la jeune femme acceptera de le laisser partir et de servir simplement de couverture.

-Tu es un enfant Oswin.

Elle lui jette un regard noir à sa mine boudeuse. C'est sans doute physique, elle ne sait pas, mais tout chez lui l'énerve. Le simple fait de sentir son parfum, lui met déjà les nerfs à fleur de peau. Elle se force à compter jusqu'à dix dans sa tête afin de se calmer et de repousser un mal de crâne, avant de s'accrocher, bien malgré elle, à son épaule pour se diriger vers l'infirmerie. Ou elle serait, probablement, enfin débarrassée de sa présence. Bien entendu, encore une fois la conversation dérive sur l'héritier des Black, l'une des rares sources d'intérêt qu'ils ont en commun. L'espace de quelques secondes, la rouquine se perd dans ses pensées. Cette proximité entre les deux jeunes hommes la blesse, réellement. Il ne faut pas la prendre pour une simple d'esprit, s'ils n'étaient que de simple meilleurs amis, elle n'aurait jamais été jalouse.... Ou peut-être si cela avait été quelqu'un de plus sympa qu'Oswin ! Elle ne sait pas, elle ne sait plus, la jeune femme est perdue dans ses sentiments et leurs raisons. Elle qui jusqu'à présent commander tout chez elle, petit à petit, elle s'engouffre dans quelque chose de douloureux, qu'elle ne peut contrôler...

S'intéressait à elle... La jeune Macmillan s'arrête au milieu du couloir, le forçant donc à faire de même, avant de plonger ses yeux verts dans les siens. Cette fois, il y a tout le sérieux du monde, aucune moquerie, aucune méchanceté, aucune rancoeur. Simplement une jeune femme amoureuse qui veut savoir.

-Est-ce qu'il sait... ? Ce que tu ressens pour lui, est-ce qu'il le sait ?

Averill est une jeune femme observatrice, et comme toute femme, elle sait repérer les sentiments amoureux des gens l'un envers l'autre. Ou du moins une partie. On ne peut pas dire qu'Oswin soit si discret non plus. toujours prêt à venir embrasser les chaussures de Regulus, à la limite de lui construire un temple. Finalement, ils se remettent en route, et quelque seconde, son corps devient tendu. Vraiment, elle ne pensait pas que le jeune Black parlerait autant de cette affaire à Oswin... Lui a-t-il dit aussi pour son malaise ? En y repensant, son souffle semble se bloquer au fond de sa gorge et la jeune femme se force à ne pas perdre son sang-froid. Ce n'était qu'un incident isolé, dû au stress. La rouquine ferme les yeux quelque seconde, pour reprendre un souffle correct avant de se concentrer sur leur conversation.

-Je ne savais pas que tu étais devenu détective, Oswin, c'est nouveau. Je ne pense pas avoir à répondre à cette question, puisque tu n'as strictement rien à faire dans cette histoire. Je doute que Regulus ne t'ait jamais menti, n'est-ce pas ? Alors pour satisfaire ta curiosité de commère, oui, j'avais un suçon, et non ce n'est pas le souvenir d'une quelconque étreinte avec un autre comme tu dis. Veux-tu aussi savoir ce que nous avons bu pendant notre rendez-vous Regulus et moi, où tu as eu assez de détails ?


GleekOut!



_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Jeu 27 Oct - 0:13

let him go
Averill & Oswin
Oswin n’avait jamais été particulièrement intéressé par les filles. Par les garçons non plus cela dit, préférant de loin chercher la conversation et l’intérêt intellectuel à l’attraction physique. Pas qu’il n’eut jamais de relation auparavant, bien au contraire, il savait se faire plaisir avec ceux qui excitaient son intérêt, et jouissait de n’avoir à rendre de compte à personne sur ses préférences et ses agissements personnelles. N’étant pas de sang pur – bien que son père et le reste de sa famille le soit – personne n’attendait de lui qu’il prépare un beau mariage, ou qu’il agisse convenablement. Son père exigeait simplement qu’il réussisse, qu’il fasse une carrière admirable au ministère, et Oswin était en bonne voie pour répondre à ce critère, arguant depuis qu’il était enfant qu’il serait bien mieux placé que son père. Ce dernier était un ambassadeur allemand au ministère de la magie anglaise depuis des années, coordonnant les lois pour qu’elles soit les mêmes dans toute l’Europe, et faisant parti du Magenmagot auprès d’Orion Black depuis six ans à présent. Oswin irait faire un stage au ministère auprès d’Orion Black aux prochaines vacances, allant au sommet de la hiérarchie, et profitant – de plus – de quelques jours au Square Grimmaurd auprès de Regulus. Il ne pouvait escompter mieux que cela. Être auprès de Regulus était un honneur, devenu un désir impérieux au fil des années. Sans que jamais il ne soit typiquement le besoin d’un amoureux transi ; Oswin avait offert sa vie à Regulus, il pouvait bien en faire ce que bon lui semblait.
Et pour Regulus il irait même jusqu’à apprendre à apprécier Averill, bien qu’il ne lui trouvait aucun intérêt. Pas même l’éloquence des grands orateurs pour jouir d’un véritable échange de moqueries entre eux. « Tu es un enfant Oswin. » Haussant les épaules il se contenta de l’aide à se lever et à travers les couloirs à son rythme pour l’aider à rejoindre l’infirmerie. Il ne pensait pas être un enfant, il n’était plus ni naïf, ni puéril, ni immature depuis longtemps. Si comptait qu’il l’ait déjà été un jour. Mais si elle voulait le penser ainsi, c’était bien son problème. Il comprit cependant que s’il n’avait pas une opinion favorable d’elle, il en était de même de son côté. Elle devait le pensait bien moins intelligent et doué qu’il ne l’était en réalité. Alors peut être qu’elle n’était pas qu’une sang pur naïve et superficielle, et peut être qu’il se trompait à son sujet – il admit cette idée, l’observant du coin de l’œil comme pour lire en elle des choses qu’elle ne montrait pas.

Comme tous les autres sangs purs, elle savait se cacher derrière un personnage conçut de toute pièce. Mais le sien était grossier et peu intéressant. Et elle s’étonna qu’il s’intéresse à elle, arguant qu’il ne lui avait jamais porté le moindre intérêt auparavant. Mais Regulus l’avait choisi, et elle posa un regard inquisiteur sur lui qui le mit mal à l’aise une seconde. « Est-ce qu'il sait... ? Ce que tu ressens pour lui, est-ce qu'il le sait ? » « Il vaudrait mieux, une amitié à sens unique n’aurait pas beaucoup de sens n’est-ce pas ? Et il ne passerait pas autant de temps avec moi s’il ne m’appréciait pas un minimum tu ne penses pas ? » Répondit-il avec un sourire moqueur, bien qu’il comprenne que sa question n’était pas celle-ci. Elle ne mettait pas en doute leur amitié, elle était bien trop évidente, et sous-entendait plutôt autre chose. Autre chose que les deux jeunes Serpentards expérimentaient et admettaient à peine à demi-mot, et qu’il n’irait pas avouer à Averill. Alors qu’il ne posait pas même de mot sur cela pour lui-même. C’était une loyauté sans faille, un abandon total de son être aux désirs de Regulus, une confiance aveugle – c’était indescriptible, et allait bien au-delà d’un simple « amour adolescent ». Il admettait qu’Averill ne pourrait pas le comprendre, et qu’elle le penserait jaloux sans doute, de l’attention que Regulus pouvait lui accorder. Mais Oswin se fichait bien que Regulus se marie – au contraire il lui apportait son soutient dans cette entreprise – parce qu’il avait la certitude qu’il serait le seul à avoir son entière confiance, et à le connaître parfaitement. « A moins que tu ne sous-entende des choses que tu ne veuilles pas savoir. » Rajouta-t-il alors un sourire carnassier et un clin d’œil.

Il en vint à penser au suçon qu’elle avait dans le cou la dernière fois que Regulus l’avait vu. Une information qu’Oswin avait gardé en mémoire. Pas qu’il s’inquiète de la vie amoureuse d’Averill, mais elle se devait de rester prudente, et discrète, surtout si elle acceptait cette union avec l’héritier des Black. « Je ne savais pas que tu étais devenu détective, Oswin, c'est nouveau. Je ne pense pas avoir à répondre à cette question, puisque tu n'as strictement rien à faire dans cette histoire. Je doute que Regulus ne t'ait jamais menti, n'est-ce pas ? Alors pour satisfaire ta curiosité de commère, oui, j'avais un suçon, et non ce n'est pas le souvenir d'une quelconque étreinte avec un autre comme tu dis. Veux-tu aussi savoir ce que nous avons bu pendant notre rendez-vous Regulus et moi, où tu as eu assez de détails ? » « Tu ne sais donc pas que j’ai la prétention de connaître le moindre secret de chaque Sang pur de cette école ? Une commère comme tu le dis – il faut bien cela pour avoir un minimum de pouvoir sur les autres. L’ignorance est la pire des faiblesses. » dit-il non sans porter dans sa voix une forme de fierté. Si certains apprenaient des sortilèges et des malédictions, il préférait combattre avec les secrets, et les faiblesses. C’était plus insidieux, plus cruel, plus terrifiant. Et personne ne pourrait arrêter la force de ses mots. Mais jamais encore il ne s’était intéressé à Averill – il ne tarderait pas à le faire cependant, que cela convienne ou non à la jeune femme. « Ma relation avec Regulus t’inquiète donc à ce point que tu reste sur la défensive ? Non. Il ne m’a jamais menti, et il ne le pourrait pas de toute façon. Outre le manque d’intérêt à me cacher quoi que ce soit, je saurais le voir avant même qu’il n’y pense. » Rajouta-t-il avec son calme et son flegmatisme naturelle. Parce que lors que leur soirée, Regulus avait su insufflé cette confiance au creux de son être. Cette évidence qu’il garderait sa place. Qu’importe Averill, les Black ou les Mangemorts. Il resterait là, dans l’ombre du Black, pour assurer sa protection et lui rappeler ce qu’il est réellement. Ne pas le laisser sombrer proprement, et perdre toute trace de son humanité. « Sois discrète, Averill. Tu n’aimerais pas décevoir les attentes des Black s’il te venait l’envie d’officialiser ces fiançailles. Tu ignores quelle pression cela doit être, d’entrer dans cette famille. Tu auras constamment des yeux sur le moindre de tes faits et gestes, et tu ne pourras plus te permettre quelques enfantillages d’adolescente. Je doute que tu ais les épaules pour cela, mais étrangement Regulus t’accorde du crédit, et une forme de confiance. Alors j’imagine qu’il ne doit pas se tromper sur ton compte. » Admet-il avec une moue perplexe, avant de la regarder dans les yeux à nouveaux. « Je ne te laisserais pas bafouer sa réputation pour quelques crises de jalousie ou quelques caprices d’enfant. » Cette fois le ton plus ferme et le regard plus profond ne faisaient que prouver que l’évidence de ces menaces.


_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 180
Date d'inscription : 15/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: let him go (avewin)    Sam 29 Oct - 10:54

     

Avewin

Let him go
Bien entendu, elle s'était attendue à ce que pour une fois, Oswin soit sincère, mais comme d'habitude, il cache le tout derrière un mensonge, comme sans doute bien des choses. La rouquine n'a jamais eu confiance en lui, et cela est une chose qu'elle n'aura sans doute jamais envers lui. Pinçant ses lèvres rosées, elle le fixe quelques secondes de ses yeux verts électrique, avant de finalement reprendre leur chemin ensemble. Dans un sens, elle pouvait comprendre qu'il ne voulait pas avouer cette partie-là de leurs relations. Peut-être parce que Regulus le lui avait interdit, mais ce qui est sûr, c'est que cela est très mal vu, autant chez les sangs purs, autant dans le monde des sorciers en général sans doute. Elle n'ose même pas imaginer la colère d'Orion Black s'il apprend ce genre de chose...

-Inutile de faire semblant, je ne suis pas aussi simple d'esprit que tu peux le penser.

Cependant, la jeune femme n'ajouta rien de plus. Que pouvait-elle dire ? Averill a posé la question, parce que cela la consume de l'intérieur de ne pas savoir... Mais en même temps, elle ne veux pas voir la vérité. Il est évident que leur relation a évolué, et pas dans le bon sens. Pas pour elle en tout cas. Les yeux perdus dans le vide, elle fut brutalement ramenée à la réalité quand Oswin jugea bon de rajouter un commentaire. Se mordant l'intérieur de la joue, la jeune Macmillan se retient bien avec peine de lui faire ravaler son sourire. Mais elle se redressa et fit un de ses faux sourires si bien travaillé.


-Pas besoin de sous entendre quoi que ce soit, je sais déjà la réponse.

Quoi qu'il en soit, Oswin pointa du doigt la vilaine marque que la rouquine avait sur son cou lors de sa rencontre avec le jeune Black. Chose qu'elle n'avait pas pris la peine de camoufler, d'abord puisqu'elle assumer toujours ses actes et ensuite, la plupart des gens avaient sans aucun doute pensé que c'était une marque du jeune Black, puisque la plupart les voyaient déjà fiancés alors qu'en réalité, c'était toujours en pourparlers. Levant les yeux au ciel, la jeune femme ne fit cependant aucun commentaire. Il n'y a franchement rien qu'elle puisse cacher. C'est bien le propre de sa famille, éviter de faire des vagues où en assumer les conséquences, afin que personne n'est de quelconque pouvoir sur eux. Une leçon qu'elle avait apprise a la dure malheureusement. Ce n'est pas avec un malheureux suçon qu'il aurait réussi à lui faire du chantage.

-Prétention que tu devrais te garder, Oswin. Il n'y a rien de bien réjouissant à ce servir du chantage comme des lâches.

Oui, sa relation avec Regulus l'inquiétait. Outre la jalousie évidente, la jaune n'aime pas l'influence que le serpent peut avoir sur l'héritier des Black. Il pourrait dire n'importe quoi qui entraînerait Reg' dans un enchevêtrement de problèmes, et c'est une chose que la jeune femme ne souhaite absolument pas.

-En quoi devrait-elle m'inquiéter ? As-tu prévu d'attirer de quelconque problème à Regulus, outre que ceux que tu attires déjà ? Je suis toujours sur la défensive avec toi, Feuerbach, cela n'a rien de nouveau..

Les paroles du serpent arrêtèrent net la jeune femme qui sentit la colère faire bouillir son sang. Sans perdre une seconde de plus, elle s'écarta du jeune homme en face d'elle, le dévisageant avec une rage non contenue. Comment pouvait il lui parlait ainsi ?! Il ne sait rien d'elle et c'est à peine s'il la traite d'idiote. S'il n'insinue pas qu'elle souhaite se fiancer à Regulus simplement pour sa personne. sa voix se fait presque sifflante et menaçante, alors qu'elle se rapproche de lui en boitant légèrement.

-Écoute moi bien, Feuerbach. Tu n'as strictement aucun conseil à me donner. Tu n'es ni mon père, ni mon frère, ni une quelconque personne ayant de l'intérêt pour moi. Je sais très bien à quoi m'attendre des Black et où je mets les pieds. Si tu essayes de m'effrayer pour me détourner de Regulus, c'est raté. Sirius a déjà essayé avant toi. Je m'en contrefiche de ton avis.

La jeune femme récupère son sac dans un geste sec, avant de l'ajuster sur son épaule, repoussant ses longs cheveux roux qui viennent se coincer sous la lanière avant de reprendre sa tirade en dévisageant Oswin.

-Tu veux que je te dise ?! C'est toi, qui vas bafouer la réputation de Regulus et tu le sais. Même si vous gardez votre relation secrète, tout finit par se savoir chez les sangs purs. Et si tu crois quand cirant les bottes d'Orion Black, il te pardonnera ce genre de chose, ou l'acceptera tant que vous restez caché, tu te trompes lourdement. C'est toi, Oswin, qui vas finir par ruiner Regulus, alors garde tes menaces. Tu es loin de me faire peur et si j'étais toi, je mettrais un terme à ce genre de lien avec mon meilleur ami avant qu'il n'en subisse les conséquences. Si tu l'aimes vraiment, ce dont je doute fortement.

Après un dernier regard dégoûté, elle lui tourna le dos pour se diriger seule vers l'infirmerie. Sa colère est telle, qu'elle ressent à peine la douleur de son pied à chaque fois qu'il touche le sol. Bientôt elle tourna dans l'énorme sal et le serpentard disparut de sa vue.



GleekOut!


_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: let him go (avewin)    

Revenir en haut Aller en bas
 
let him go (avewin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Quatrième étage :: La bibliothèque-
Sauter vers: