AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Dim 21 Aoû - 22:16

triangle des Bermudes
Regulus & Averill & Oswin
Son cours d'étude des Runes durait deux heures. Il était assis à côté d'une Serdaigle concentrée et intelligente - mais qui se bornait à ne faire que ce qu'on lui disait sans jamais faire preuve de la moindre curiosité pour tout ce qui l'entourait. Elle lisait quand on lui donnait le titre d'un ouvrage, elle traduisait l'extrait d'un texte qu'on lui demandait de traduire, elle parlait de chose qu'elle avait appris durant les cours. Et cela s'arrêtait là; ce qui expliquait que ces deux heures paraissaient incroyablement longues à Oswin. Il s'ennuyait, ayant déjà traduit le texte runique, assez facilement tant cela lui était devenu naturel à force de travailler ses traductions et son alphabet runique. Depuis il écoutait la demoiselle d'une oreille distraite, qui épiloguait sur l'utilité des poils de loups-garous dans les envoutements - un sujet qu'ils étudiaient depuis deux semaines en cours de potions. Ce qui n'avait pas échappé à Oswin, assez doué dans la matière pour avoir été intégré au Club si sélectif du Professeur Slugorn. Alors il l'écoutait sans même chercher un sens à ce qu'elle disait, ou se donner la peine de faire la conversation. Soupirant, il constata qu'il restait encore dix minutes avant la fin des cours. Dix minutes - une éternité. Fort heureusement il se rattachait à l'idée qu'il retrouverait Regulus si tôt son cours terminé. Ils devaient travailler ensemble sur un devoir de Métamorphose - ou plutôt le terminer - et en profiteraient sans doute pour écrire quelques lettres à leurs familles respectives. C'est pour cette raison qu'ils s'étaient donnés rendez-vous à la Grande salle, plutôt qu'à la Salle commune. Un professeur s'y trouvait durant deux heures à la fin des cours pour l'étude. Un moment durant lesquels les étudiants pouvaient faire leur devoir, et écrire leur correspondance, tout en pouvant profiter du calme instauré par la présence d'un membre du personnel. Cela dit, ce soir, ils ne pourraient compter que sur le Professeur Slugorn, qui était connut pour aimer la conversation avec ses élèves et pour être assez laxiste. Alors ils pourront sans doute discuter aussi, un peu. C'était une chose qu'ils faisaient avant - avant les mois de discrétion de Regulus - et depuis qu'ils s'étaient retrouvés ils avaient mis un point d'honneur à reprendre leurs anciennes habitudes. Bien que ni l'un ni l'autre n'aient admis cela à voix haute. C'était naturel, instinctif, évident.

Cinq minutes. La jeune fille à côté de lui ne parlait plus, semblant bloquée sur un mot de sa traduction, et le professeur passa dans les rangs pour ramasser leurs devoirs, accordant à chacun une attention particulière, et posant la question la plus inutile qui soit - bien qu'elle pouvait parfois prouver de l'esprit sadique et moqueur des enseignants : ça a été ? Et quant bien même ce ne serait pas le cas, qu'est-ce qu'elle pourrait y changer à présent ? Oswin lui rendit son parchemin avec un grand sourire, plia son livre, et sortie de la salle en rangeant sa plume et son encrier. Il quitta la salle au moment où la sonnerie de fin de cours retentit. Il avait hâte de retrouver Regulus, grisé à l'idée de retrouver son meilleur ami. Il était toujours ravi de partager un moment avec Regulus, mais depuis leur baiser il ressentait cette appréhension teintée d'excitation qui le faisait sourire bêtement. Comme s'il s'attendait à ce que quelque chose arrive. Quelque chose qu'ils désiraient tous les deux, mais qui ne venaient pas encore. Pas vraiment, bien que leurs regards se faisaient souvent insistant, et leurs murmures tendres. Il y avait quelque chose qui changeait imperceptiblement mais qui était une évidence pour eux. Quelque chose qu'ils ne pouvaient pas contrôler, parce qu'ils le désiraient ardemment, et qu'ils ne feraient rien pour l'éviter. En tout cas pas Oswin.

Mais lorsqu'il arriva devant la Grande Salle, son coeur se serra, et il s'obligea à garder un air indifférent. Regulus était là, bien sûr; mais il n'était pas seul. Averill était à ses côtés, et Oswin se mordit la lèvre inférieur pour contenir un soupire agacé. Il avança vers eux avec sa nonchalance et sa jovialité feinte - mais terriblement bien. Souriant tout d'abord à son meilleur ami, à qui il accorda un sourire charmeur qui n'appartenait qu'à lui. « Je suis en retard, Lieben ? ou alors es-tu bien en avance ? » demanda-t-il, regardant sa montre qui indiquait pourtant que l'heure n'était pas encore arrivé. Une fois placé près de Regulus il consentit à se tourner vers Averill et lui offrit un sourire affable, et un hochement de tête pour seule salutation - il n'était pas du genre très affectueux physiquement, et il doutait qu'elle accepterait ne serait-ce que de lui serrer la main. « Averill, comment te sens-tu ? Ton pied va-t-il mieux dis moi ? » Demanda-t-il, essayant de faire percer une forme d'inquiétude sincère dans ses paroles, sans que pour autant cela ne soit parfait. Les formalités du genre l'ennuyaient autant que d'écouter un discours de deux heures sur les poils de lycanthrope. Mais il devait bien y passer, après tout il ne pouvait pas faire son sauvage.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Dim 28 Aoû - 17:32


triangle des bermudes
reavos

Parfois, tu aimerais être un fantôme pour simplement t’évanouir de la salle de classe. Cette journée ne faisait pas exception à cette règle, n’ayant pas la tête à te pencher sur des cours théoriques, ce qui consisté en toute majorité à ta triste journée. Heureusement, le temps t’indique qu’il ne te reste pas beaucoup de temps avant que tu puisses t’échapper de la lourdeur des études, bien que l’envie de rejoindre la Grande Salle par la suite ne te fait que très peu envie. Le seul point positif était la présence d’Oswin, avec qui tu passes le plus clair de ton temps depuis que vous vous êtes retrouvés. Quand enfin il est l'heure de te dégourdir les jambes, tu t'empresses de ramasser tes affaires et rejoindre les corridors achalandés. Tu n'as toutefois pas de difficulté à rejoindre les cachots, où tu troques de bouquins avant de te diriger vers les cuisines afin de dérober un casse-croûte pour te faire perdre ton air renfrogné. Et en sortant, une pâtisserie entre les dents, tu passes à un cheveu de percuter un autre étudiant. Ou plutôt, une étudiante, une que tu affectionnes particulièrement. Elle contribue à adoucir ton humeur, alors tu discutes quelques instants avec Averill, bien heureux au final de l’avoir croisé par hasard. Puis voyant le temps qui ne cesse de filer, vous commencez à marcher. Pas la peine de préciser où vous allez, le chemin se fait tout seul, et comme la Grande Salle n’est pas si loin des cuisines, il se fait rapidement. Tu peux t'asseoir avec moi si tu veux. Oswin devrait arriver dans quelques instants, que tu lui proposes une fois que vous êtes à l'entrée de la Grande Salle. Tu lui proposes sauf que tu continues à marcher, te dirigeant vers ta table tout en gardant les yeux sur la rouquine en attendant qu’elle te suive. Sans penser que l'un comme l'autre ne serait pas spécialement heureux de se croiser, puisqu’ils ont tous deux une grande place dans ta vie. Tu penses pas plus loin que le deux pour un sympathique que ça t’offres. Si les choses continuent d'aller comme elles doivent, Ave sera ta femme et tu pourras compter sur le constant support d'Os. C'est quand ton meilleur ami arrive devant vous que ça te frappe, quand tu lèves les yeux à temps pour voir un charmant sourire étirer ses lèvres, et tu lui rends automatiquement. Je suis en retard, Lieben ? ou alors es-tu bien en avance ? Il s’assoit près de toi et tu te penches vers son bras pour regarder l’heure sur sa montre, et comme chaque fois que t’es trop près d’lui depuis la fameuse nuit où vous avez repris votre amitié -chastement améliorée?- là où vous l’aviez laissé, tu te sens moins tendu, enfin à ta place quelque part après des mois à être à la dérive. Du tout, j’ai croisé Ave aux cuisines et on s’est suivi jusqu’ici. J’espère que ça ne te dérange pas, réponds-tu en levant la tête vers lui, une excuse dans les yeux comme tu sais qu’il va répondre par la négative peu importe ce qu’il en pense, et aussi parce que tu n’as pas eu le temps de le prévenir. Os se tourne ensuite vers la Poufsouffle. Averill, comment te sens-tu ? Ton pied va-t-il mieux dis moi ? Curieux, et ne comprenant pas du tout à quoi fait référence ton meilleur ami, tu te tournes vers Averill, les sourcils froncés en interrogation. Tu t’es blessé au pied? que tu renchéris, ayant le réflexe de vouloir les regarder en étant rapidement arrêté par l’obstacle de bois qu’est la table. Et c’est là que ça te frappe, quand tu passes de Oswin à Averill, c’est subtil, surtout dans une pièce pullulant de sorciers, mais c’est là. Une vibration dans l’air qui te fait douter de la pertinence de ton idée, de cette pensée qui t’as amené à te trouver entre les deux autres étudiants. C’est la première fois que tu te retrouves en leur présence depuis que Os et toi vous vous êtes rapidement embrassés, depuis que le brouillard dans ta tête s’est allégé parce que t’as enfin pu en parler avec lui, lui qui a toujours su te donner les conseils les plus justes. Oswin, c’est ce que tu connais depuis le jour un à Poudlard, c’est la rare confiance que tu arrives à donner vraiment, c’est le souvenir de l’innocence à laquelle tu n’as plus droit. Après t’en être séparé si longtemps, tu ne veux plus devoir à le faire. Tu t’es intéressé à Averill pour les mauvaises raisons, ou les bonnes, dépendant du point de vue. Elle représente le devoir, ce qui est attendu d’un sang-pur devant faire perdurer sa lignée. Avant qu’on t’impose une épouse tu as préféré prendre les rennes et faire ton propre choix, et si tu pensais ne faire que ça : faire un choix, passer un peu de temps avec elle et voilà, c’est pas tout à fait ce qui se passe. Y'a quelque chose qui t'attire chez elle, ce tu-ne-sais-quoi magique qui te donne envie de la revoir, encore et encore, peu importe ce qui se passe. Chaque fois que tu passes un moment avec elle, la rousse te surprend, et tu te retrouves à vouloir en découvrir davantage. Les choses traînent, à elle non plus tu n’as pas offert assez de ton temps. Tu ne peux malheureusement pas te séparer en assez de morceaux pour parvenir à te situer partout, et tu t’es dit que passer du temps tous les trois n’est pas une mauvaise idée. Tu vas devoir attendre et voir, un sourire toutefois accroché aux lèvres. Malgré tout, toi, t’es bien content de te retrouver là, installé en double bonne compagnie.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 183
Date d'inscription : 15/08/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Lun 26 Sep - 15:34


Triangle des Bermudes


Averill n'a jamais trouvé une journée si longue. Un mal de tête incessant venait tambouriner à ses tempes alors que la jaune tentait tant bien que mal de suivre les heures de cours interminable, passant d'une salle à une autre, rempli d'élèves bruyants. C'est avec un soupire de soulagement qu'elle s'éloigne du troupeau des apprentis sorcier, abandonnant ses amies dans la marée des élèves, pour aller se perdre dans des couloirs nettement plus calmes. Prenant son temps pour se diriger vers le dortoir des jaunes, la rouquine se laissa tomber lourdement sur son lit. Merlin seul sait qu'elle aimerait y rester jusqu'à demain matin, mais son estomac commence à crier famine. C'est donc avec une légère grimace que la jeune Macmillan se redresse, abandonnant son sac dans un coin pour sortir de la salle commune des pouffys.

Massant ses tempes douloureuses, le regard perdu sur le sol inégal, la jeune femme manque de juste de percuter Regulus Black. Aussitôt, la jeune femme oublie son mal de crâne pour laisser un sourire se dessiner sur ses lèvres pulpeuses. Le jeune Black a toujours eu un effet positif sur la rouquine, et en ce moment elle en a bien besoin. Sa présence balaye le reste de sa mauvaise journée, alors que la discussion file entre eux sans problème. Quelques rires lui échappent avec une facilité déconcertante. Il n'y a pas de doute que ses sentiments envers le serpentard son bien présent, pourtant, c'est comme si elle s'en protéger. Parce qu'elle sait que si avant toute chose, il s'est intéressé à elle, c'est pour faire un potentiel bon mariage... Mais est-ce que les choses ont changé ? C'est toujours un peu difficile de savoir ce qui se passage sous ses cheveux ébène, et elle ne voudrait pas, ce faire de faux espoirs.... Sans compter sur l'étrange lien avec Oswin.

Quoi qu'il en soit, elle fut ravie de continuer leur conversation jusqu'à la grande salle, ou son estomac se réveilla de nouveau. Heureusement, il ne se mit pas à croasser comme un horrible crapaud en suppliant pour qu'elle se nourrisse. Pourtant, elle manqua de peu de faire une grimace à sa proposition. Pas qu'elle ne souhaitait pas rester avec lui, attabler à la table des verts. Honnêtement, leurs regards lui importent peu. Non, la jeune femme n'a juste pas nécessairement envie de voir son camarade de maison. Sa présence irrite toujours la jeune Macmillan à un point inimaginable, et elle vient à peine de se débarrasser de ce mal de tête. Pourtant, elle pince les lèvres mais esquisse un sourire en s'installant près du serpent.

-Je vais te tenir compagnie, alors.

Peut-être est elle curieuse de vraiment voir de près comment ce comporte les deux hommes. Une curiosité malsaine qui ne pourrait sans doute qu'enfoncer le couteau dans la plaie, mais qu'importe. Alors que vous repreniez votre conversation, Feuerbach daigne enfin faire acte de présence. Bien qu'elle espérait secrètement qu'il se soit perdu au fin fond d'un quelconque couloir. La sorcière ne peut s'empêcher d'observer leur petit manège, et une pointe de jalousie vint lui enserrait le coeur. L'entendre parler ainsi à Reg' d'une voix si mielleuse lui donne la folle envie de l'envoyer sur Pluton. Presque aussitôt, une bouffée de chaleur l'envahit, mais elle en fait abstraction. Un sourire conventionnel s'affiche sur ses lèvres pour lui rendre sa politesse. Cependant, elle n'a pas le temps de répondre à sa question faussement intéressée, que le jeune Black la devance. Son regard se perd alors dans ses pupilles azur, tandis qu'elle hoche légèrement la tête.

-Oui, Oswin à crut bon de laisser tomber un lourd grimoire sur mon pied.

Avec un sourire bien étudier, faussement touchée pour son intérêt, la rouquine reporte de nouveau son attention sur le second serpentard assis de l'autre côté de Regulus, penchant légèrement la tête sur le côté afin de pouvoir le regarder dans les yeux malgré leurs distances et l'obstacle de la personne entre eux.

-Il va nettement mieux par rapport à la dernière fois que nous nous sommes croisé, je te remercie de t'en soucier autant, Oswin.

Le sourire est là, convaincant, tout comme l'air inquiet de Feuerbach. C'est tellement une habitude pour eux d'être si poli l'un envers l'autre en présence de l'héritier Black, pour lui faire plaisir et ne pas le blesser. Pourtant, pour quelqu'un d'attentif, on peut clairement sentir la tension qui règne sous-jacente à toutes ses formules bien trop polies pour être honnêtes.
© Justayne

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Mer 28 Sep - 0:56

triangle des Bermudes
Regulus & Averill & Oswin
Les pupilles bleutées rencontrent les siennes et il s'y perd une seconde, oubliant la présence d'Averill à ses côtés pour ne se concentrer que sur ce qui importait véritablement. Et Regulus à cette faculté de lui faire oublier ce qui les entourait pour que toute l'attention d'Oswin lui soit accordé; s'asseyant à ses côtés où sa place a toujours été, et laissant le parfum du Black l'envahir quand ce dernier se penche pour observer sa montre. Un geste d'une simplicité désarmante qui revêt une sensualité dont Regulus n'a pas même conscience - et Oswin s'en félicite. Qu'importe ce qu'il était advenu entre eux, les gestes sont toujours les mêmes, et leurs réactions ne sont pas contenues par la peur de ce qu'il risque d'arriver. Ils sont eux-mêmes, comme c'est le cas depuis six ans, et Oswin n'entend pas voir les choses devenir compliquées ou si ambigue qu'elles seront désagréables. La présence de Regulus lui est toujours salutaire, et il se sent sourire naturellement. « Du tout, j’ai croisé Ave aux cuisines et on s’est suivi jusqu’ici. J’espère que ça ne te dérange pas. » Un hochement de tête négative pour toute réponse, avant que le sang mêlé ne se tourne vers la concerné et ne la salut avec sa politesse. Il croise le regard de la jeune femme qui semble tout à la fois polie et impassible face à lui, maitrisant parfaitement ses réactions comme Regulus le fait souvent. Mais Oswin a grandit devant ces masques feint, et il espère secrètement qu'elle le déteste pour s'immiscer dans ce face à face.
Il repense un moment aux paroles de Regulus, se désolant que l'entente entre Averill et Oswin ne soient pas plus amicales - mais le Sang mêlé n'est pas buté au point de ne pas retenter d'être courtois et d'en savoir plus sur la rouquine, bien qu'il sente tressaillir au fond de lui le rejet de cette possible entente. Il était à Regulus, le confident et l'ombre de son existence - il n'entendait pas devenir le pantin du couple Black ou quelque chose dans ce gout-là. L'idée de se rapprocher d'Averill lui est profondément désagréable, bien qu'il n'irait pas jusqu'à la détester cruellement en publique. Il ne pourrait pas faire cela à Regulus, il savait qu'il ne l'accepterait pas. Alors il se contente de quelques mots de politesse, bien qu'il s'ennuie de ce genre de conversation. Et ses mots attisent l'inquiétude de Regulus qui se tourne vers la jeune femme. « Tu t’es blessé au pied? » Un détail qu'il aurait omis de lui raconter sans doute - peut être parce que l'épisode avait été oublié si tôt qu'Oswin avait quitté le chevet de la Poufsouffle. Il n'y avait rien de palpitant ou d'excitant à cela, un regrettable accident tout au plus. « Oui, Oswin à crut bon de laisser tomber un lourd grimoire sur mon pied. » Il essuie la condamnation avec un sourire désolé, et coupable avant de regarder un gâteau que Regulus a posé devant lui - sans doute est-il allé dans les cuisines avant de rejoindre la salle commune - et de s'en saisir pour en prendre un morceau. « Un regrettable accident, je ne l'ai pas fait exprès. » Explique-t-il en regardant son meilleur ami, avec une cupalbilité non feinte cette fois. Il ne voudrait pas que Regulus le pense vraiment capable de s'en prendre à Averill de manière aussi puérile. En outre c'était la vérité - Oswin dans un mouvement brusque avait fait chaviré les ouvrages au moment où Averill passait. Le hasard avait été contre lui - ou plutôt contre elle - et il n'aurait rien pu faire pour l'empecher. Du reste, il l'avait tout de même guidé à l'infirmerie.

Il se délecta du gout sucré de la pâtisserie tout en plongeant son autre main vers son sac, frôlant la hanche de Regulus distraitement au passage, et en sortit des parchemins vierges et sa plume. « Il va nettement mieux par rapport à la dernière fois que nous nous sommes croisé, je te remercie de t'en soucier autant, Oswin. » « C'est tout naturel, cette histoire m'a véritablement embêté pour toi. Et je suis heureux d'apprendre que tu vas mieux. » Rétorque-t-il rapidement, avec un sourire sur les lèvres, avant de prendre quelques notes gardées de côté lorsque Regulus et lui ont commencé à travailler sur leur devoir. Il soupire un moment - relis rapidement les lignes de l'introduction de leur sujet : « les risques de la transformation et de l'apprentissage des animagus » — le sujet était plaisant à traiter sans qu'Oswin ne s'en extasie pour autant. Il se dit qu'il pourrait devenir un animagus un jour, l'idée d'être capable d'une telle transformation lui plait, et il devrait en discuter avec le professeur Macgonagald, entendant faire les choses dans les règles. « J'peux écrire facilement le devoir, mais tu devras m'aider pour la conclusion - je crois que nous n'avons pas totalement terminé nos notes sur cette partie. » Dit-il à Regulus en se tournant vers lui sans se départir de son demi-sourire. Avant de finalement se décider à faire la conversation avec Averill - aussi - ou du moins d'essayer de la lancer si compter qu'une conversation avec la jeune femme puisse revêtir le moindre intérêt. Au pire des cas il pourra se plonger dans leur devoir et se complaire de se savoir au milieu de l'intimité du couple. « On ne te croise pas souvent dans nos cours Averill; je me demandais quelles matières tu avais décidé de passer pour complaire à ton projet pour l'avenir. » Sujet banal, mais qui pourrait lui apprendre plus sur la jeune femme qu'elle ne saurait le dire, et pendant qu'il parle, se penchant vers Averill pour croiser son regard, sa jambe frôle celle de Regulus sans qu'il ne s'en formalise, faisant mine de ne pas le remarquer.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Mar 6 Déc - 21:45


triangle des bermudes
reavos

Je vais te tenir compagnie, alors. Confirmation de la plus belle rouquine qu’elle n’a pas l’intention d’abandonner ta présence, et un sourire heureux éclaire aussitôt ton visage. Alors la conversation continue, glisse comme de l’eau jusqu’à ce que vous soyez rejoint par ton meilleur ami. Tu portes à peine attention à la froide salutation que Os et Ave se présentent, mais tu n’as pas loupé une seconde. Depuis que Oswin t’as avoué ne pas porter la belle dans son cœur, se demandant même ce que tu peux lui trouver, tu t’es donné comme objectif de se faire rapprocher les deux étudiants, dans l’espoir de pouvoir voir un changement, et pouvoir profiter de leur présence sans t’inquiéter qu’ils s’ennuient ou passent de mauvais moments. Car ton monde tu le façonnes de manière à ce que tu puisses profiter autant d’Oswin et Averill dans ta vie future. Os parce qu’il a toujours été à tes côtés, et que tu ne souhaites plus jamais l’éloigner de toi – pas après les derniers mois que tu as péniblement passé. Ave, parce que chaque fois que tu passes du temps avec elle, elle te surprend, elle t’enchante, et tu es convaincu que tu n’aurais pas pu faire un meilleur choix pour prendre épouse. Et c’est pourquoi tu n’es pas prêt d’abandonner le projet de rapprocher tes deux aimés.

Pendant les habituelles politesses, vient à tes oreilles la bourde d’Os qui a échappé un lourd manuel sur le délicat pied de la Poufsouffle. Oui, Oswin à crut bon de laisser tomber un lourd grimoire sur mon pied, répond la belle à ta question. Tu te tournes immédiatement vers le Serpentard fautif, les sourcils relevés de surprise et d’interrogation. Un regrettable accident, je ne l'ai pas fait exprès. Tu le fixes un instant mais tu sais qu’il est sincère, et quand bien même tu sais qu’il ne porte pas la rousse dans son cœur, la blesser en lui échappant volontairement un grimoire sur le pied n’est pas comment tu l’imagines régler un problème. Ton attention retourne vers Ave, un sourire s’installant tranquillement sur tes lèvres. S’il avait vraiment voulu te faire mal, tu n’aurais sûrement plus de pied en ce moment, réponds-tu, la voix tacheté d’amusement sans méchanceté. S’ils n’ont pas jugés bon d’en parler avant, c’est que ce n’était pas sérieux. Bien que cela ait impliqué que les deux aient passés du temps ensembles, et tu demandes bien comment cela s’est déroulé. Tu n’as cependant pas plus le temps d’y penser car Averill penche la tête sur le côté avant de prendre la parole, à l’instant où Os plonge la main dans son sac et caresse furtivement ta hanche une seconde. À peine une seconde, mais depuis l’autre nuit, tu te surprends à être plus sensible au contact de ton meilleur ami. Il va nettement mieux par rapport à la dernière fois que nous nous sommes croisé, je te remercie de t'en soucier autant, Oswin. C'est tout naturel, cette histoire m'a véritablement embêté pour toi. Et je suis heureux d'apprendre que tu vas mieux. Tu restes silencieux face à l’échange qui, faut l’avouer, sonne un peu faux, et ton regard se promène lentement entre les deux étudiants à tes côtés, ne croyant qu’à moitié le sourire étampé sur leur visage. Se pourrait-il que la rousse porte autant le brun dans son cœur qu’il la porte elle? Si c’est le cas, peut-être que ton objectif sera plus difficile à accomplir, finalement. Qu’Oswin finisse par apprécier la jeune fille, ouais, c’est quelque chose que t’aurais peut-être pu voir se réaliser un jour – peut-être. Tu connais assez ton meilleur ami pour savoir qu’une fois son opinion donné sur quelqu’un, il ne la change pas d’un simple claquement de doigt. Mais si Ave ne l’aime pas plus que ça non plus, aucun des deux ne fera de véritables efforts, non? C’est un casse-tête que tu n’as pas envie de résoudre, préférant garder les yeux fermés sur la situation pour le moment, regardant à la place Os sortir des notes de son sac.

Aussitôt, l’expression de ton visage se moule à ton enthousiasme plus que limité face au devoir de métamorphose. L’espace de quelques secondes, tu es parvenu à oublier la véritable raison de votre présence dans la Grande Salle, et bien que tu sois heureux de voir Oswin se joindre à vous à la table, l’ardue tache qu’il amène avec lui est bien moins intéressante. J'peux écrire facilement le devoir, mais tu devras m'aider pour la conclusion - je crois que nous n'avons pas totalement terminé nos notes sur cette partie. S’il le faut, soupires-tu en y ajoutant une note dramatique exagérée. Tu te penches vers ton sac, offrant un sourire à Ave au passage puisqu’il est près d’elle. Je peux travailler sur la conclusion, et le premier qui termine aide l’autre? réponds-tu en te relevant, déposant quelques parchemins et un mince bouquin qui pourrait éventuellement devenir utile. Même si tu n’as pas la meilleure motivation, tu devras faire ta part et ne pas laisser Os se taper tout le travail. Il ne faut pas oublier votre charmante compagne toutefois, et ton serpent favori s’en charge bien. On ne te croise pas souvent dans nos cours Averill; je me demandais quelles matières tu avais décidé de passer pour complaire à ton projet pour l'avenir. Tu figes un instant, un instant avant de te tourner vers celle que tu conçois épouser un jour. Tu ne peux que réaliser avec un léger agacement que c’est un autre sujet auquel vous ne vous êtes jamais vraiment étendu, et bien que tu puisses nommer quelques cours qu’elle suit, tu doutes pouvoir déblatérer longtemps sur ses projets d’avenir. De plus, attendre la réponse de la belle te donne l’occasion de mettre le devoir de côté quelques secondes de plus, et tu n’es pas prêt de te plaindre d’une pareille injustice – puis tu sens la jambe d’Os contre la tienne, un frôlement qui passerait normalement dans le beurre, mais la façon dont la caresse se produit, innocente car Ave est juste là, près de toi, tu ne peux que la sentir, et te gratter la gorge rapidement. Os a toujours les meilleures questions, ajoutes-tu en secouant la tête, cachant ton trouble sans trop de mal. Que comptes-tu accomplir pour te faire briller plus tard?

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 183
Date d'inscription : 15/08/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Lun 19 Déc - 13:39


Triangle des Bermudes


Averill n'est pas une fille capricieuse, ni colérique, ni même égocentrique comme les gens peuvent le penser. Cependant, quand elle regarder Oswin, quand elle l'entend parler ou quoi que ce soit concernant le serpent, elle le sang qui bouillonne et une fâcheuse tendance à avoir envie de lui faire avaler ses dents. Pourtant, ce qui l'agace plus encore, c'est le fait que Regulus prenne sans cesse sa défense. Comme si, peut importe ce que fasse Feurbach, ce n'est pas sa faute, ou sans réelle conséquence. Elle sait bien qu'Oswin est important pour le jeune Black, bien plus qu'ils ne souhaitent le faire croire. Mais sincèrement le serpent est loin d'être un angelot. Cependant, la demoiselle prend sur elle, et se contente de sourire. C'est toujours douloureux de voir la personne que vous aimez prendre parti d'une autre personne. Personne qu'il aime plus que vous..

-Certes. Prend juste garde la prochaine fois.

Malgré les politesses échangées, la rouquine ne croit pas un seul mot sortant de la bouche d'Oswin. Il n'a que faire de sa santé, et c'est réciproque. Quand ils se sont séparés ce jour-là, ils n'ont pas vraiment été doux l'un envers l'autre. Averill a clairement craché au visage de l'allemand qu'il ferait tuer Regulus un jour, et elle y croit dur comme fer. Si elle doit souffrir des années durant en silence, servir de paravent pour que les deux serpents fricotte ensemble... Eh bien soit, qu'elle soit assez naïve pour le faire, si cela permet à Reg d'être plus ou moins heureux. Mais elle ne pourra pas faire grand-chose si Orion Black l'apprend. Chose quasiment certaine. Rares sont les choses qui lui échappent par rapport à ses héritiers. Sans compter le fait qu'Oswin n'est qu'un sang mêlé, c'est un homme en plus de cela, et Averill n'a aucun doute sur le traitement que le patriarche des Black fera subir à son fils si jamais, il l'apprend. Peut importe les courbettes que l'allemand s'évertue à faire pour avoir sa "sympathie".

Puisque le sujet de conversation se détourne sur les devoirs, la jeune femme rend son sourire à Regulus, avant d'attraper à son tour l'un de ses livres sur les potions et entamer sa lecture dans un silence concentré. Étant un sujet délicat, cela lui permet de ne pas se dissiper et penser aux gestes et attitudes mielleuses des deux jeunes hommes. Pourtant, elle fut bien vite tirée de sa tâche quand Oswin décide une nouvelle fois de venir troubler son calme. Prenant son temps pour lever le regard de son ouvrage, elle le détaille un instant. A-t-elle réellement envie de ce lancer dans un tel sujet avec lui ? Jetant un bref regard à Regulus, la jeune Macmillan remarque qu'il semble, lui aussi, intéressé. Alors, elle finit par répondre au jeune Black, laissant ses lèvres s'étirer en un léger sourire.

-J'ai décidé de prendre plusieurs options en cours supplémentaires afin de devenir Médicomage..

Bien que beaucoup de personnes trouvent qu'elle est idiote, avec juste un certain talent pour la mode, la demoiselle a plus d'un tour dans son sac, comme le prouvent ses résultats scolaires. Cela lui fait un emploi du temps plutôt chargé, sans compter la masse de devoir, mais cela lui plaît. De réfléchir, apprendre de nouvelles choses fascinantes. Les matières les plus difficiles l'ont toujours attiré. Les potions, les sortilèges... Tout ce qui peut être utile à sauver des vies... peut-être parce que au fond d'elle, elle a toujours su que sa famille, et beaucoup d'autres de sangs purs, sont et seront, toujours coupables de beaucoup de vies brisées...
© Justayne

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Sam 7 Jan - 1:20

triangle des Bermudes
Regulus & Averill & Oswin
La situation n'était pas des plus confortables, mais Oswin tâchait d'ignorer l'animosité évidente d'Averill pour se montrer courtois et poli. Comme à son habitude. Habitude qu'il avait prise de son père, ce dernier lui ayant appris tout ce qu'il devait savoir sur la bonne conduite à tenir devant des sangs purs. sans doute parce qu'il en était un lui-même, et parfaitement au fait du statu de sang mêlé de son fils. Oswin ne pourrait jamais jouir de la prestance de sa famille, ou de son nom de famille. En Allemagne, les Feuerbach étaient des sang purs estimés, politiciens avisés, et de bons conseillers politiques. Mais en Angleterre ils avaient dû se faire leur place. Arrivé quand il était encore enfant, Oswin avait dû se familiariser avec les noms des familles de Sangs purs, et leurs places dans la société britannique. Les Black étaient alors au sommet de la hiérarchie, et une fois arrivé à Poudlard devenir ami avec Regulus était devenu une obsession pour Oswin. Il connaissait le nom du Black avant même de se retrouver dans le Poudlard Express, et était au fait des métiers de ses parents, et du noms de ses ancêtres les plus proches. Il avait lu énormément de choses sur les Black, si bien qu'il n'avait pas été très dur de reconnaitre Regulus une fois dans le hall. Il n'avait pas été très difficile de devenir proche de lui, le hasard jouant en sa faveur. Mais il n'aurait jamais cru perdre le contrôle de la situation de la sorte, et se retrouver incapable de s'éloigner du Black.
Cette dépendance à Regulus l'empêchait de vouloir le laisser seul avec Averill à cet instant. Sans doute l'aurait-il dû. Un ami l'aurait sans doute fait, totalement au fait du lien particulier qui se tissait entre les deux étudiants. Mais Oswin avait sa part dans la vie de Regulus, et il n'entendait pas simplement disparaitre pour laisser place à Averill. Elle devrait faire avec lui, et la preuve en était de la complicité que Regulus mettait dans chacun de ses regards.
Regulus « S’il avait vraiment voulu te faire mal, tu n’aurais sûrement plus de pied en ce moment. »
Averill « Certes. Prend juste garde la prochaine fois. » Il arqua un sourcil vers la jeune femme, prenant en compte une sorte de menace sous-jacente à sa déclaraiton. Elle semblait ne pas simplement parler de cet accident à la bibliothèque, et Oswin ne sut s'il extrapôlait ou non. La jeune femme n'était pas ravi du lien plus qu'étroit qu'il y avait entre Regulus et lui, et il l'avait clairement deviné. Pas qu'il pourrait prendre en compte l'avis d'Averill, mais il ne la laisserait pas l'éloigner si facilement de Regulus.
Oswin « Je saurais me montré plus prudent. » Assura-t-il avec un infime sourire sur les lèvres, ne s'attardant pas plus sur l'état de la jeune femme, ou sur cette courtoisie feinte qui finira bien par les fatiguer l'un et l'autre.

Sans doute n'y avait-il que leur attachement mutuel pour Regulus qui les empêcheraient de laisser la conversation s'envenimer comme la dernière fois. La colère et le sarcasme teintant chacune de leurs paroles sans qu'ils ne puissent rien pour l'empêcher. Et pourtant il ne pouvait y avoir nul jalousie entre eux, leur rang dans la vie de Regulus se définissant clairement : Averill serait la femme officielle, montrée à la vue de tous, la nouvelle Black, porteuse des héritiers. Oswin serait à jamais l'homme de l'ombre, l'ami et le conseiller, le confident et le soutient, sans doute. Mais rien de plus - et il ne le souhaitait pas être sous la lumière. Oswin avait toujours été fait pour vivre dans l'ombre.
Du reste, il se concentra un moment sur la raison de leur venu, et ce devoir qu'il devait travailler avec Regulus, le plaçant entre eux, et se grisant de frôler la main du sang pur par la même occasion. Regulus « Je peux travailler sur la conclusion, et le premier qui termine aide l’autre ? » Il sourit, et opina, avant de reprendre ses notes, une plume et un parchemin. Il pourrait tout à fait se mettre à rédiger tout en suivant la conversation. Du reste, se concentrer sur ce devoir l'empêcherait sans doute de paraitre trop mesquin ou sarcastique avec Averill ce qui aurait un mauvais effet sur son meilleur ami - et loin de lui l'idée de le mettre dans une posture délicate, surtout ces temps-ci.

A la place de quoi, alors qu'il s'amusait à frôler la cheville de Regulus, il posa à Averill une simple question sur son avenir à Poudlard. Curiosité certes non-feinte, mais sans aucune arrière pensée non plus. Peut être simplement pour connaitre cette fille que Regulus appréciait tant, et essayant de se forger une meilleure opinion - ne l'avait-il pas promis au Black après tout. Il ne pourrait pas le faire s'il s'obstiner à ne pas lui parler ou à lui répondre avec méchanceté. A côté de lui il sentit Regulus se tendre imperceptiblement, mais il ne fit rien pour rejeter la caresse discrète sous la table de la grande salle. Regulus « Os a toujours les meilleures questions, » Un sourire en coin - fier devant le compliment et amusé également - se dessina sur son visage. Regulus « Que comptes-tu accomplir pour te faire briller plus tard ? »
Une fois encore il se demanda si la terminologie n'était pas choisie avec gout. Après tout Regulus était un homme cultivé, et qui savait jouer des mots et des phrasés. Oswin s'en était assez souvent délecté. Elle devra briller, Averill, pour pouvoir le faire briller lui, mettre en lumière la magnificence aujourd'hui perdue des Black qui ont laissé leur ainé s'enfuir. Traitre-à-son-sang, bafouant l'honneur de la famille entière. Et c'était à Regulus de redorer le blason familiale. Se trouver une fiancée à la hauteur de cette tâche était une obligation - alors elle devra briller, nouvelle étoile sur la tapisserie du Square Grimmaurd.
Averill « J'ai décidé de prendre plusieurs options en cours supplémentaires afin de devenir Médicomage.. »
La réponse laisse Oswin perplexe un moment. Paradoxe affligeant au moment de la guerre. Extravagante altruisme, comme une bonté feinte qu'Oswin avait du mal à croire. Devant un mari qui devra sans doute se trouver dans le camp de ceux qui font le plus de blessés - les Mangemorts. Il secoue un moment la tête comme pour faire s'échapper l'idée. Pour le moment Regulus est loin de ces considérations, et Oswin faisait en sorte de le garder loin d'Evan en vendant son honneur et sa fierté à ce dernier. Se mettre au service de Rosier, lui vendre des informations en échange de la sécurité de Regulus, c'était le moins qu'il pouvait faire.

Oswin « Dans les temps qui courent c'est tout à ton honneur. » Dit-il alors simplement en se penchant à nouveau sur le parchemin où il commençait à écrire quelques lignes. Il ignorait ainsi les regards et les sourires échangés des deux tourtereaux.
Oswin « Cela changera sans doute des politiciens du Square Grimmaurd. » Dit-il en se tournant vers Regulus, comme une farce absurde entre eux. Après tout, depuis des générations maintenant les Black se complaisait dans l'exercice du pouvoir, pour leur propre intérêt en oubliant celui des autres. Une médicomage semblait presque absurde dans la photographie familiale. Mais pourquoi pas - après tout c'était la preuve qu'Averill n'était peut être pas si égoïste que cela. Argument qui pesait peu dans l'appréciation d'Oswin à son sujet. Oswin « Ta famille n'est donc pas partisante de l'image traditionnel de la femme Sang pur au foyer ?  »

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Mer 1 Fév - 2:55


triangle des bermudes
reavos

Oswin Feuerbach.
Averill MacMillan.
Et toi qui nage entre les deux, qui tente de mêler deux rêves qui ne s’emboîtent pas. Mais tu n’es pas prêt de lâcher l’éponge, pas prêt d’arrêter de croire à l’impossible.
Une entente entre les deux personnes, les deux seules qui oseront tenir ta main qu’importe ce que l’avenir te -leur- réserve. Un bien sombre, sans doute, car tu t’engages dans un chemin sinueux, mais tu sais déjà que la Poufsouffle et le Serpentard resteront à tes côtés, tu en es convaincu. Et rassuré. C’est pourquoi tu ne peux pas cesser de croire, et que ta nature entêtée t’aidera peut-être à voir le jour où une vraie entente cordiale entre ta presque-fiancée et ton meilleur ami. ave - Certes. Prend juste garde la prochaine fois. Tu regardes le sourire étirer le visage de Ave, mais la chaleur ne se rend pas dans ses yeux. os - Je saurais me montré plus prudent. Un sourcil arqué joint d’un sourire du côté de l’asiatique. Tu expires longuement, doucement en promenant ton regard entre les deux. Un jour, peut-être, mais pas aujourd’hui.

Décidément pas quand tu dois garder le nez sur ton parchemin, travaillant sur une conclusion qui n’aura jamais vu un étudiant aussi heureux d’imposer un point final. Ça te semble bien superflu installé entre les deux autres étudiants, Os travaillant sur sa partie du devoir et Averill concentré dans un grimoire. Et heureusement, ton meilleur ami reprend la conversation, te laissant l’opportunité de délaissé ta plume grattant sans enthousiasme ton papier pour te tourner vers la jolie rousse. Jolie façon de la part de Feuerbach pour en apprendre davantage sur celle qui partagera ta vie. Et un troisième joli pour le visage impassible d’Os alors qu’il te fait du pied sous la table. Un geste insignifiant, mais qui te trouble plus que tu aurais pensé dans la présente situation. ave - J'ai décidé de prendre plusieurs options en cours supplémentaires afin de devenir Médicomage.. Pas une réponse typique pour une sorcière souhaitant lier sa famille à celle des Black, qui comptent plus souvent qu’autrement, des femmes restées à la maison. Réponse qui fait diverger tes pensées un instant alors qu’un sourire étire toujours tes lèvres. T’essaie de visualiser Averill plus vieille, une robe-sarrau sur le dos – ouais, tu peux très bien imaginer ta future femme dans cette branche. Pas typique, certes, mais tout aussi captivant, sinon plus. os - Dans les temps qui courent c'est tout à ton honneur. Tu acquiesces d’un hochement de tête, satisfait une nouvelle fois de ton choix quant à ta fiancée. Si tes parents avaient pris ce devoir en main dès le début, tu sais que leur choix n’aurait probablement allumé aucune passionnante flamme dans tes tripes à la mention du nom de l’élue. Averill, toutefois, y parvenait, et c’est pourquoi tu n’es pas prêt de t’éloigner de sa présence et la voir te filer entre les doigts. os - Cela changera sans doute des politiciens du Square Grimmaurd. ajoute ton meilleur ami en tournant son attention vers toi, te permettant de partager un regard amusé avec lui. reg – Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Les Black, dans la politique? Quelle drôle d’idée, réponds-tu d’un ton moqueur pour répondre à l’amusement de ton meilleur ami, avant de secouer la tête. Ce n’est en vérité un secret pour personne de l’importance qu’à les Black pour la politique, et l’influence que cette dernière a sur les Black. Dans ton cas, ça n’aurait pas été ton premier choix de carrière, mais aujourd’hui plus que jamais, tu n’as pas ton mot à dire quand à cette voix. On s’attend à ce que tu brilles autant que ton père dans ton futur poste, une raison de plus du pourquoi tu es excessivement chanceux d’avoir Oswin dans ta vie : tu peux compter sur lui pour t’aider à t’intéresser complètement à ce domaine et n’en oublier aucun détail.

os - Ta famille n'est donc pas partisante de l'image traditionnel de la femme Sang pur au foyer ? demande alors Oswin. À nouveau, donc, tu changes ton attention de sorcier en te tournant vers ta future-fiancée. reg – Et heureusement, nos conversations aux dîners risquent d’en être plus intéressantes, dis-tu après t’être penché vers elle, comme pour lui faire une confidence sans toutefois baisser tant que cela le ton de ta voix. Intéressantes, c’est bien ce que tu espères qu’elles seront. Car dans les temps qui se profilent, qui sait de quoi aura l’air votre avenir? Si tu rejoins les rangs de mangemorts, n’iras-tu pas à l’encontre du métier de la rousse? Médicomage signifie soin, soigner les blessés jusqu’à ce qu’ils reprennent goût à la vie. Une triste histoire de rédemption, tu les feras tomber, saigner, et celle qui va partager ta vie s’assurera de coudre et réparer leurs plaies.

Difficile. Difficile d’avaler, de respirer librement quand tu sais ce qui t’attends. Ton regard traverse lentement la Grande Salle, observant les étudiants installés ci et là. Certains ignorent la chance qu’ils ont de vivre banalement, certains tueraient probablement pour prendre ta place. Toi, tu l’as accepté, ce rôle, et tu sors griffes et crocs quand on ose salir le nom des Black. Tu veux le redorer votre blason, mais pour y arriver tu devras le tremper dans l’hémoglobine. reg – Vous savez, je suis chanceux de vous avoir dans ma vie, murmures-tu soudainement, les sourcils froncés. Qu’importe leur opinion sur l’un et l’autre, ils sont installés à tes côtés, là pour rester. Et avec toute la bouse d'hippogriffe que tu te prends dans la gueule ces derniers temps, t’en viens à réaliser qu’au bout du compte, on ne peut compter sur personne d’autre que soi-même. En général, parce que tu sais pouvoir place ta vie entre les mains d’Oswin sans craindre de la perdre – il te sera fidèle jusqu’à la mort, et c’est un sentiment partagé. Averill, bien qu’elle partage ta vie que depuis quelques temps, son importance ne cesse de grandir dans ton palpitant, te forçant de plus en plus à réaliser que tu ne voudrais épouser personne qu’elle. Elle ou personne. reg – Loin de moi l’idée d’être émotionnel, mais je tenais à vous le mentionner, ajoutes-tu en délaissant ton air sérieux pour afficher un sourire plus relâché, avant de reprendre ton grattage de parchemin.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
POUFFY. - dedicated, loyal, patient

POUFFY. - dedicated, loyal, patient


Messages : 183
Date d'inscription : 15/08/2016
En ligne

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Dim 12 Fév - 20:05


Triangle des Bermudes


Cette conversation pouvait avoir tellement de sens caché, que parfois Averill se demandait si elle n'exagérait pas un peu. Ils semblent parfois tous les trois biens trop adultes pour leurs âges, et se perdent en même temps leur joute verbale. Quoi qu'il en soit, la rouquine se contente d'un pâle sourire quand l'allemand lui dit qu'il sera plus prudent, grand bien lui fasse. Si la première fois la jeune femme n'a trop rien dit, elle ne prendra pas cette action comme un accident. Finalement, la conversation se calme un peu, et tandis que les deux serpents parlent de leurs devoirs, la rouquine se plonge dans un livre. Cependant, son attention en fut vite détournée quand Oswin posa une question pour le moins déroutante. Elle l'a fixé un instant, ce demandant en quoi cela pouvait bien l'intéresser, mais Regulus semblait lui-même curieux. Alors avec un léger sourire la pouffy lui répondit, une réponse sans doute inattendue.

Car oui, voulant devenir la future épouse de Regulus, la jaune n'ignore rien des secrets de la famille Black, tout comme leurs penchants pour la magie noire et les idées communes avec le Seigneur des ténèbres, ni même de l'avenir qui attend l'héritier Black dans ce sens. Elle y a longtemps réfléchi, et son père a longtemps été contre, mais sa fille étant aussi bornée que lui, il a fini par concéder le fait que cela pourrait être utile. Médicomage, un métier qui l'a toujours attiré, plus encore avec les années. Sans s'en donner un quelconque mérite, cela pourra, peut-être, apaiser les futures blessures de Regulus. Le rassurer sur le fait que le nombre de victimes qu'il a envoyés à St Mangouste, on peut être diminué parce qu'elle aura contribué à sauver des vies dans la journée. Comme pour tenter d'effacer le sang qui tachera ses mains s'il continue sur ce chemin-là. À chaque fois qu'elle y pense, le ventre de la rouquine se tord et une soudaine envie de le supplier de ne pas le faire la prendre. Cette envie de le secouer et de lui faire comprendre qu'il perdra sa vie plutôt que gagner une famille. La réflexion de l'Allemand la sort de ses pensées, alors qu'un léger sourire absent retrousser ses lèvres..

Même si Oswin et la Averill ne peuvent s'entendre, elle ne peut retenir à son tour un sourire amusé. Il est vrai que la plupart des membres de la famille Black sont au cœur de la politique sorcière. Tout simplement parce que c'est l'un des meilleurs moyens afin d'être influent et rare sont les ministères de la magie qui  n'ont pas fait la faute d'avoir une confiance aveugle en cette ancienne magie. La famille de sangs purs est quasiment aux rennes du ministère, dans l'ombre, même si personne ne se trompe. C'est aussi pour cela que peu de gens cherchent des problèmes aux Black, parce qu'ils savent tous que c'est perdu d'avance.

-Ce n'est pas dans le même registre en effet, mais la politique n'a jamais réellement été ma tasse de thé..

Pourtant, comme chaque enfant sangs purs, elle en a mangé dès qu'elle s'est servie de son cerveau. Comme une partie de jeu d'échecs, cela demande des coups d'avance, des pièges et astuces. Des coups bas et puissants. Mais ce jeu de place au pouvoir ne l'a jamais attirée, simplement parce que la rouquine est comme le feu. Elle n'aime pas faire les coups en douces, sous une couche de sous-entendu et faire jouer des pions à sa place. Comme un reptile, elle préfère attaquer de front, sans se cacher. Un sourire tendre étire les lèvres de la jeune femme alors que son regard se plonge dans celui de son fiancé, tandis qu'il se penche vers elle. Un regard complice, elle lève la main pour écarter sa mèche de cheveux, geste habituelle de sa part, comme un mécanisme.

-Elles le seront toujours..

Qu'il parle ainsi du futur de leur mariage la rassure un peu. Ils semblent avoir cette même envie, que tout se passe bien, que ce ne soit pas qu'une façade, un morceau de papier. Finalement, elle détache son attention du brun pour se tourner de nouveau vers Oswin, afin de répondre à sa question.

-Non, mes parents sont plus pour le fait que leur fille soit active dans le monde des sorciers, et non comme un pot de fleur attendant sagement son mari à la maison..

Même s'il a fallut qu'elle bataille pour cette conviction, mais au moins pour une fois ils ont su entendre raison. Suivant le regard perdu du jeune Black, la rouquine jeta un regard aux élèves derrière elle, et bientôt ses yeux croisent ceux-ci atypiques de Torin, assis un peu plus loin à la table des rouges. Le lion affiche un visage fermé, clairement contrarié, encore légèrement abîmé de sa dernière confrontation à mains nues. La jeune Macmillan lui sourit légèrement, et il hoche la tête, conversation muette dont ils sont les seuls interprètes, pour se donner un rendez-vous, plus tard. Elle sait qu'il n'aime pas la voir "traîner" avec l'héritier Black, alors il fera la tête quelques minutes, mais au final, ils passeront le reste de la soirée à rire. Comme une bouffée d'oxygène dans cette marée étouffante. Le murmure à peine audible de Regulus dans ce brouhaha attire de nouveau l'attention de la jeune femme, et alors qu'elle fixe son visage qui lui semble si fatigué d'un coup, son cœur se serre. Sa main se pose sur celle du jeune homme en face d'elle, elle qu'elle répond à son sourire par un autre, qui ce veut doux.

-On est chanceux de t'avoir dans la nôtre..

Pour une fois, la jeune femme parle en son nom et celui d'Oswin. Pas comme un signe d'amitié, mais parce qu'elle pense qu'ils partagent au moins cet avis. Son visage se penche légèrement sur le côté, sans pour autant lâcher le regard du jeune Black.

-Je serais toujours là pour toi, et tu le sais. Peut importe ce qui arrivera.

Sans vouloir s'avancer pour l'allemand cette fois, elle parle au moins pour elle. Une sincérité sans faille perce dans sa voix, car malgré tout, elle sait dans quoi elle s'engage en voulant épouser Regulus. Ce sera loin d'être fragile et sans danger, mais cela ne lui fait pas peur. Il fait parti des personnes qui méritent que l'on s'en battent pour elles jusqu'au sang et la morte qui s'ensuit. Un dernier sourire réconfortant, et elle récupère sa main pour le laisser à son devoir..
© Justayne

_________________

You are the shadow
of my light.
Beaucoup de garçons t'apporteront des fleurs. Mais un jour, tu rencontreras celui qui saura quelle est ta fleur préférée, ta chanson préférée, ton bonbon préféré. Et même s'il est trop pauvre pour te les offrir, cela n'aura aucune importance parce qu'il aura pris le temps de te connaître comme personne. Il sera le seul à gagner ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Mar 14 Fév - 21:32


triangle des bermudes
Regulus, Averill & Oswin

Il ne pouvait pas faire mine de travailler dans une situation aussi inattendue. Oswin se formalisait de peu de chose, acceptant le fait que l'habitude n'était qu'une norme, et qu'elle pouvait être détruite aussi facilement qu'un miroir. L'habitude ne faisait que refléter le besoin de sécurité, de stabilité, d'équilibre, ou alors la peur simplement de vivre pour soit sans se confortait aux bons vouloirs des autres. L'habitude était facile et rassurante, ce qui avait finit par lui valoir son nom, et sa répétition constante. Il ne se restreignait pas à l'habitude, sans pour autant y être contre. Il pouvait concevoir que la facilité pouvait être quelque fois la meilleure des solutions - elle empêchait de trop penser ou de dépenser trop d'énergie à combattre l'imprévisible. Depuis qu'ils étaient à Poudlard, Regulus et lui avaient prit l'habitude de profiter des heures d'études pour venir travailler dans la Grande Salle. Le lieu n'était pas aussi silencieux et studieux que la bibliothèque sans être aussi bruyant que la salle commune, ce qui avait constitué assez rapidement un entre-deux acceptables pour les deux Serpentards. Personne ne venait les déranger, parce qu'ils avaient finit par être assez solitaire - Oswin n'étant proche réellement que de Regulus, et Regulus n'étant pas vraiment approché lorsqu'il était avec le préfet. Mais à présent, Oswin devrait sans doute faire avec la présence occasionnelle d'Averill MacMillan. Pas qu'il avait quoi que ce soit contre l'idée, après tout il était préparé à la venue soudaine dans la vie de Regulus d'une fiancée. De toute il n'avait pas choisi la pire - aux yeux d'Oswin - sans que pour autant elle ne trouve grâce aux yeux du sang mêlés. Averill n'était sans doute pas le premier choix qu'il aurait fait pour son meilleur ami, mais comme toujours il mettait un point d'honneur à respecter les choix de Regulus.
Alors il avait décidé de profiter de la présence de la jeune fille pour apprendre à plus la connaitre, et peut être permettre à Regulus d'en faire de même. Il ignorait jusqu'où ils avaient pu aller durant leurs rencontres, et leurs rendez-vous mais cela était trop récent pour qu'ils se connaissent encore par coeur. Bien qu'égoïstement il espérait que la jeune femme ne connaisse jamais Regulus aussi bien que lui.

Il partageait la vie de Regulus depuis six années. Il avait été introduit chez les Black malgré son sang mêlé, et il avait vu la part la plus fragile de son ami, le tenant dans ses bras lorsque le départ de son frère l'avait brisé. Il avait récolté ses larmes et ses peurs, en avait prit soin et les cacher à présent aux restes du monde, gardant pour lui l'humanité et la fragilité de Regulus. Il savait que l'exposer au reste de la société de Sang pur serait le condamné, et il tenait bien trop à lui pour oser faire une chose pareil et utiliser sa faiblesse contre lui. Il savait que cela lui assurerait sans doute une place de choix auprès d'autres familles, ou d'autres héritiers qui voudraient voir la vie de Regulus réduite à néant. Sans doute - mais il n'en avait cure. Seul Regulus comptait à ses yeux. Il connaissait le bellâtre par coeur; ses habitudes, ses gouts, sa famille - et leur histoire. Une famille éprise de politique, ce qui avait motivait le désir d'Oswin d'en être proche au début.
REGULUS —  « Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. Les Black, dans la politique? Quelle drôle d’idée. »
OSWIN — « Une folie passagère sans doute. » Lança-t-il sur le ton de la plaisanterie, partageant avec Regulus un regard complice. La politique échappait aussi à son ami, il le savait, et il était là pour combler les pertes de son désintérêt pour la question. Oswin, au contraire, était un partisan d'Orion Black, aimant particulièrement les discours et la rhétorique du père dont il ne pouvait se lasser. Une passion pour la politique qui lui venait du sien - du reste - parce que pour un Feuerbach faire son chemin au Ministère de la magie serait un grand honneur. Oswin en rêvait depuis qu'il était enfant, et il avait décroché un stage auprès du père de Regulus pour entamer cette carrière fantasmée.

Pour l'heure - cependant - il ne s'agissait pas pour lui de fantasmer sur sa futur carrière, mais d'apprendre celle d'Averill. Après tout pourquoi ne pas lui poser cette question là - parmi toute celles possibles - pour entamer la conversation.
AVERILL —  « Ce n'est pas dans le même registre en effet, mais la politique n'a jamais réellement été ma tasse de thé.. »
REGULUS —  « Et heureusement, nos conversations aux dîners risquent d’en être plus intéressantes »
AVERILL —  « Elles le seront toujours.. » Oswin regarda les deux futurs - très probables - fiancés d'un coin de l'oeil, sentant son ventre se tordre à l'évocation de ce futur auquel (étrangement) il n'avait jamais vraiment songé. Il se saurait auprès de Regulus, sa place y était après tout, mais il est vrai que malgré tout ce qu'ils partageaient il n'y aurait pas de place pour Oswin dans la vie du Black. Dans son ombre, caché dans un secret qui n'appartiendrait qu'à eux - sans doute oui - mais c'est Averill qui serait à son bras et sous la lumière des projecteurs. Averill qui sera la mère de ses héritiers, et sa femme (la seule l'unique) aux yeux du monde. Oswin hériterait du manoir des Feuerbach, ferait sa vie au Ministère, et resterait sans aucun doute un être à la vie privée bien cachée. Aucune femme n'avait jamais attrapé son intérêt, et Regulus était le seul homme qui comptait assez pour lui pour qu'il lui accorde le sien. Alors soit - que l'avenir soit ainsi fait. Pas qu'il ait à s'en plaindre, être sous la lumière des projecteurs n'avait jamais été dans ses desseins.

Alors il continua plutôt son interrogatoire auprès d'Averill, voyant bien que Regulus aussi y trouvait son intérêt bien qu'il n'osait pas poser les questions lui-même. Ou alors n'en avait-il aucune qui ne lui venait à l'esprit.
AVERILL —  « Non, mes parents sont plus pour le fait que leur fille soit active dans le monde des sorciers, et non comme un pot de fleur attendant sagement son mari à la maison.. » L'image était amusante, et Oswin sourit clairement ravi d'entendre ce genre de choses. Ce n'était pas une mauvaise chose - pas de son point de vue - après tout s'il connaissait les traditions il n'en était pas pour autant un fervent défenseur.
OSWIN — « Il faut bien vivre avec son temps. » Dit-il en opinant, comme si entendre ce genre de discours le ravissait réellement avant de retourner sur son papier qu'il avait le désir de terminer avant le diner du soir. Et le silence s'installa à nouveau entre les trois étudiants qui se trouvaient être parfaitement studieux. Ou plutôt - Regulus portait son regard de l'un à l'autre jusqu'à ce que sa voix soit celle qui fasse tomber les barrières du mutisme à nouveau.
REGULUS —  « Vous savez, je suis chanceux de vous avoir dans ma vie » Surprit de la soudaine déclaration, Oswin se tourna vers son ami avec un air plus perplexe qu'il ne l'aurait voulu. Il croisa les orbes claires, et sentit quelque chose en lui s'excitait, et un sentiment d'apaisement lui succéder. Regulus était sincère - profondément - et Oswin le comprit rapidement. C'est de cela dont il avait besoin. L'équilibre qu'il espérait dans son existence chaotique il le trouvait à présent qu'il avait Averill - également - ses côtés.
REGULUS — « Loin de moi l’idée d’être émotionnel, mais je tenais à vous le mentionner »
AVERILL —  « On est chanceux de t'avoir dans la nôtre.. » La voix d'Averill s'éleva à son tour avec la même émotion, et Oswin n'allait pas la contredire alors qu'elle parlait à son nom. Il était focalisé sur Regulus, dont le regard - bien qu'il dise le contraire - montrait clairement son émotion vive et heureuse. Heureux c'est ainsi qu'il le voulait, et qu'il le voudrait toujours.
AVERILL — « Je serais toujours là pour toi, et tu le sais. Peut importe ce qui arrivera. » Peu importe le chemin que tu emprunteras , avait envie d'ajouter Oswin, tu sais que je t'y accompagnerais. Mais la déclaration était trop honnête et sincère, appartenant uniquement aux moments d'intimité qu'ils partageaient. Ce sentiment d'appartenance, cette soumisse et cette loyauté extrême n'étaient que pour Regulus, et Oswin n'était pas du genre à s'étendre devant une tierce personne, dusse-t-elle être la fiancé de ce dernier. Alors au lieux d'une déclaration vibrante que Regulus devait de toute façon savoir parce qu'Oswin le lui avait promis d'être toujours là, il lâcha plutôt un rire amusé :
OSWIN — « Je devrais peut être me trouver un meilleur ami à l'humeur moins sombre que la tienne, note le jeu de mot. Profite de mon amitié tant que tu le peux, Black. » Dit-il plutôt avant de poser une main sur son épaule. « Tu es bien trop sérieux, ca te file des rides. Et tu es bien trop beau pour gâcher ce visage avec des pattes d'oie. Je suis sûr qu'Averill sera d'accord avec moi. » Dit-il plutôt avant de lancer un clin d'oeil à Regulus et de se remettre sur son devoir.

_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 SERPY. - ambition, cunning, adaptable

SERPY. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 463
Date d'inscription : 30/04/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Ven 24 Fév - 17:55


Combien d'temps il reste avant que l'air joyeux dans la Grande Salle fane pour de bon? Ça fait longtemps que vous avez pris l'habitude de venir faire vos devoirs ici, et tu préfères l'ambiance de l'endroit quand c'est pas l'heure de déjeuner ou dîner, car c'est plus tranquille, où il est possible de s'installer plus ou moins à l'écart ou discuter de trucs un peu plus sérieux. Comme en ce moment, où tu peux partager tranquillement un moment avec Averill et Oswin, les deux élèves comptant le plus dans ta vie. Oswin depuis toujours, Averill détrônant la plupart de tes connaissances en ne faisant que prendre de plus en plus de place et d’importance dans ta vie. Qu’importe tes sentiments tourmentés, qu’importe que tu saches ou non comment gérer ce qui se passe en toi ou à tes côtés, au bout du compte, ils sont les deux seuls étudiants pour qui tu vas te battre. Le trois-quarts des autres seront des ennemis, le sont déjà, techniquement, même certains que tu considères encore amis. T’as été longtemps la tête dans le sable, même après le départ de Sirius de la maison familiale. Même encore aujourd’hui, alors que tu demandes combien. Combien d’temps il reste, avant que la magie de Poudlard soit dévastée par une vague de Magie Noire? Peut-être que t’es dramatique, pessimiste, peut-être que rien n’arrivera à Poudlard. Le château va être encore debout quand vous serez tous morts, peut-être que dans un avenir plus ou moins éloigné il vivra une autre guerre. Car celle qui se prépare dans l’ombre n’est pas la première, encore moins la dernière.

Mais pour l’instant, l’histoire de ta vie tourne autour d’un épisode avec tes deux seuls et uniques amours. Déjà bien, déjà beaucoup, pour un gamin venant du même milieu que toi. Surtout que l’amour, c’est un concept inconnu, tu ne t’y glisses pas avec aisance, bien au contraire. T’as en fait aucune idée de ce qui se passe à l’intérieur de toi, tu veux pas t’en préoccuper plus qui faut parce que tu crois déjà tout savoir des sentiments qui t’habite. Si seulement tu savais à quel point tu te plantes. os - Une folie passagère sans doute, s’amuse Os avec toi, et vos regards se croisent, ton sourire s’allongeant tout doucement face au moment partagé. Lui, c’est ton meilleur ami, ta meilleure moitié, il aurait pu prendre la place de ton frère dans ton cœur s’il le faisait pas battre follement dans ta poitrine, s’il n’excitait pas tous tes sens comme jamais auparavant. ave - Ce n'est pas dans le même registre en effet, mais la politique n'a jamais réellement été ma tasse de thé.. reg – Et heureusement, nos conversations aux dîners risquent d’en être plus intéressantes. ave - Elles le seront toujours.. C’est avec Ave que tu partages une étincelle cette fois, cette fille qui a volé toute ton attention une fois que tu t’es mis en tête de te rapprocher d’elle. Ça n’as pas pris beaucoup de temps avant que tu sois convaincu qu’elle soit la bonne fille pour toi, t’as même pas vu de rumeurs courir sur le futur choix de ton épouse. T’as eu Ave dans le collimateur depuis le premier jour, et ça te fait plaisir de voir qu’elle semble partager le même enthousiasme que toi face au mariage. Tu comprends toutefois pas la signification de cette brûlante chaleur dans tes trippes, tu mets ça sur le dos de toute la bouse d’hippogriffe que tu te prends dans la gueule, rien de plus.

ave - Non, mes parents sont plus pour le fait que leur fille soit active dans le monde des sorciers, et non comme un pot de fleur attendant sagement son mari à la maison.. La remarque t’arrache un rire amusé. reg – Ça tombe bien, je n’suis pas fan des fleurs. os - Il faut bien vivre avec son temps. Puis le silence s’installe, Oswin gratte son parchemin, Ave lit son bouquin, t’essaie de te concentrer un temps sur ton devoir mais les deux présences à tes côtés sont assez pour briser toute motivation – déjà que tu n’en avais pas beaucoup pour commencer. Tu ne le mettras pas de côté tant qu’il n’est pas terminé cependant, mais rien ne t’empêche de soupirer une ou deux fois. Tu relèves aussi la tête pour regarder ce qui se passe autour de vous, ton regard ne s’arrêtant toutefois qu’en retombant sur Ave ou Oswin. Tu sais pas d’où vient ta prochaine déclaration, peut-être est-elle liée à tes pensées précédentes. Peut-être as-tu besoin en cet instant précis, de partager un peu histoire d’ajouter du temps à ta bombe intérieure. Toute cette strangulot de pression, de colère, ce rouge qui colore trop souvent tes prunelles orageuses, elle est moins forte avec eux. Aussitôt que les syllabes ont quittés ta bouche, tu attires l’attention de ton meilleur ami et ta fiancée. Tu croises les orbes foncées d’Os, tu sens la main de la rousse sur la tienne, regard et contact réconfortants. Le silence, si ce n’est de ton intervention, reste encore là, et tu précises avec un petit sourire léger que ton intention n’est pas d’être émotif – qu’importe l’émotion brillant dans tes yeux à cet instant. ave - On est chanceux de t'avoir dans la nôtre.. Tu tournes la tête vers Ave pour lui offrir un grand sourire. Os ne relève pas, tu tournes ton attention vers lui à nouveau et tu vois dans ses yeux, tu vois dans ses yeux ce qu’il ne dira pas tout haut, et au fond – il n’a pas besoin, t’ayant promis d’être toujours là, quitte à arracher la lune et te l’offrir. ave - Je serais toujours là pour toi, et tu le sais. Peut importe ce qui arrivera. Et voilà que Averill te dit des mots semblables, des mots qui te touchent droit sur le palpitant. Tu ne pourrais pas demander mieux, alors qu’importe ce que les gens viennent à penser, qu’importe si on pense que t’es perdu, déchu, voué à crever. Tu glisses une main dans le bas du dos d’Averill, l’installant ensuite contre sa hanche opposée.

os - Je devrais peut être me trouver un meilleur ami à l'humeur moins sombre que la tienne, note le jeu de mot. Profite de mon amitié tant que tu le peux, Black. Un nouveau rire te secoue les épaules, alors que tu te tournes vers Os, juste à temps pour le voir attraper ton épaule entre ses doigts. reg – C’est à force de me tenir avec ta gueule que j’suis devenu aussi sombre, que tu répliques en roulant des yeux, sourire toujours en place toutefois. Loin de toi l’idée de t’insulter des paroles de l’asiatique alors qu’en plongeant tes yeux dans les siens, t’arrives à voir quelque chose y briller. os - Tu es bien trop sérieux, ca te file des rides. Et tu es bien trop beau pour gâcher ce visage avec des pattes d'oie. Je suis sûr qu'Averill sera d'accord avec moi. reg – Alors divertissez-moi, mettons devoir et lecture de côté pour un temps, et trouvons quelque chose de plus palpitant à faire, qui m’empêchera de faire des pattes d’oie trop vite, répliques-tu avec un petit ton de défi, voyant là l’occasion idéale de mettre l’ennui de côté. Ça ne fera peut-être que retarder l’inévitable concernant le parchemin à remplir, mais qu’importe. Ton envie de te changer les idées en bonne compagnie -même si ladite compagnie n’est pas fan l’une de l’autre- est de plus en plus forte, alors aussi bien y céder. Et juste au cas où tes deux compères ne soient pas inspirés, ta tête chauffe à plein régime pour trouver n’importe quoi d’autre à faire.

_________________

ME's awards. an un. :fan2::
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 STAFF. - ambition, cunning, adaptable

STAFF. - ambition, cunning, adaptable


Messages : 489
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    Dim 12 Mar - 1:44


triangle des bermudes
Regulus, Averill & Oswin

L'ambiance est étrange - d'autant alors qu'ils passent à quelques confidences et sentimentalisme. Oswin a jamais été un grand fan des démonstrations d'affection encore moins en public, et il sera sans doute jamais vraiment à l'aise avec ca. Y a que Raven qui a le droit à ses étreintes, mais la jeune demoiselle est comme une petite soeur pour lui - il peut pas l'expliquer mais y a tellement de tendresse, d'innocence, et de candeur chez elle qu'il se sent l'envie d'être doux et calin avec elle. Comme si elle réveillait cette part presque humaine chez lui. Sans doute personne ne comprend ce qu'il lui prend chaque fois que Raven est dans l'coin et qu'il se met à rire, sourire, et la serrer contre lui comme s'il était comme tout le monde. Le reste du temps il est tellement moqueur, indifférent, et agacé par le reste du monde qu'il n'est pas forcément le type le plus apprécié de Poudlard. Sans être détesté - la majorité se tenait à distance, ne venant vers lui que lorsqu'ils en avaient besoin. Il faisait pareil de toute façon - passons.
Il se retient de lever les yeux au ciel, et glisse plutôt de l'humour et de la moquerie pour faire passer le moment. Il aurait presque l'impression de tenir la chandelle quand les deux fiancés se regardent avec autant de douceur. Mais Regulus se tourne vers lui à nouveau, et y une lueur amusée dans son regard - ce qui fait s'accélérer le coeur d'Oswin sans qu'il puisse l'empêcher. Y a rien chez ce type qu'il aime plus que ses sourires.
REGLUS — « C’est à force de me tenir avec ta gueule que j’suis devenu aussi sombre » Il se met à rire l'allemand, levant les yeux au ciel avec une sorte de fatalisme totalement feint.
OSWIN — « C'ta gueule que tu devrais garder fermer, au lieu de déblatérer des conneries pareilles. » Lâche-t-il sans même se soucier que ca soit mal pris de quiconque. Qu'un sang mêlé se mette à parler ainsi à un sang pur c'pas tous les jours chez les Serpentards - et c'est peut être l'une des premières fois qu'une tierce personne est témoin de cette complicité entre Regulus et Oswin. Mais après tout si Averill doit faire parti de la vie de Regulus autant qu'elle s'y habitue tout de suite.

Et soudainement le Black se sent d'humeur plus joviale. Il se met à ranger ses affaires sans plus de cérémonie, et regarde les deux autres avec ce sourire joviale et enfantin.
REGLUS — « Alors divertissez-moi, mettons devoir et lecture de côté pour un temps, et trouvons quelque chose de plus palpitant à faire, qui m’empêchera de faire des pattes d’oie trop vite » Il aimerait lever sa main pour caresser sa joue et le coins de ses yeux lisses sauf quand il se met à sourire comme ca - y a des rides de joie aux coins de ses orbres. Il le voudrait mais il se retient, et plutôt il jette un regard autour d'eux, se dit que peut être - peut être - il pourrait laisser à Ave et Reg de la tranquillité. Ou peut être pas, il en a pas spécialement envie, tout comme il voudrait pas forcément passer plus de temps entre ces deux là, et qu'il veut pas faire ses devoirs. Mais il le doit - de toute évidence.
OSWIN — « Y a pas assez de temps pour te divertir, mon cher Regulus - j'vais plutôt terminer ca avant le diner, et y a la réunion des préfets ce soir. Et j'crois que les amis d'Averill l'attendent - ou alors elles font des grands gestes vers nous par pur ennui. Cela dit, Averill, ca sera un plaisir pour quand tu veux un autre jour. » Un autre jour - y en aura durant une vie si elle épouse Regulus. Et avec un sourire contris tu retournes finalement à ce parchemin, quand Averill quitte la table, et que Regulus se laisse glisser dans l'ennuie.

Un autre jour - tant qu'ils peuvent encore - parce que dnas les temps qui courent il a de plus en plus l'impression qu'il y a qu'une chose à la fin : la mort. Et qu'elle a tendance à venir trop tôt.

the end




_________________



Supermassive black hole
i'm so into you i can barely breath. my heart dumbs like a drum. world disappear when i'm in your embrace. and i want to love myself in your kiss. kiss my blood, my heart and soul are yours. this is not only love, it's all my life. i give you everything, i can't exist if it isn't in your eyes. always yours, nowhere else.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)    

Revenir en haut Aller en bas
 
triangle des bermudes (regulus - averill - oswin)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Triangle des Bermudes - Temple de l'eau
» Le triangle des bermudes
» LE TRIANGLE DES BERMUDES
» [Théorie] Latios, Latias et le Triangle des Bermudes.
» Île Sud du Triangle des Bermudes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Espace spécial Sirius-
Sauter vers: