AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Show me your world | ft. Oswin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crystal A. Odrinth
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 133
Date d'inscription : 20/02/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyLun 4 Mar - 16:02


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach



La salle de duels. Maintenant qu'elle avait franchi sa porte, elle la trouvait impressionnante. Atypique, par rapport au reste du château. Les murs ne comportaient presque aucune décoration, à l'exception des vestiges de sorts perdus qui marquaient la pierre, comme en souvenir des affrontements qui avaient eu lieu ici. Une ode à la combativité des étudiants particulièrement de mise par les temps qui courent. Du moins, c'était ce qu'avait cru comprendre Crystal car depuis qu'elle avait mis un pied sur le sol britannique, il lui semblait ne plus entendre parler que de guerres et d'un régime de terreur.

Pour autant, on n'aurait jamais imaginé une sorcière de sa trempe venir dans une telle salle. Un à priori que semblaient partager les quelques personnes présentes qui posaient sur la nouvelle venue un regard... perplexe. Malgré l'uniforme réglementaire, il était difficile de ne pas sentir l'éducation qu'avait reçue la demoiselle. De ses souliers impeccablement vernis au peigne en nacre qui ornait ses cheveux et dégageait son visage, en passant par sa posture de ballerine, elle incarnait parfaitement la sorcière modèle de bonne famille. Alors effectivement, sur le papier, Crystal, la fille sage et délicate, avait davantage l'air de s'être perdue que d'avoir vraiment sa place ici.

Pourtant, il suffirait de lui demander pour qu'elle affirme être précisément au bon endroit. Bien qu'un peu en retard sur l'horaire qu'on lui avait fixé.
Après son rapide examen appréciateur de la salle, la jeune fille avisa la présidente du club, qu'elle ne connaissait que par hibou interposé, et s'aventura plus nettement dans la pièce.

-Désolée pour le retard. Je n'ai pas encore complètement apprivoisé les escaliers, sa déclaration ponctuée d'un sourire aimable.

Si cette approche ne suffisait pas à lui faire réaliser que Crystal était nouvelle à Poudlard, les notes de sa langue natale qui perçaient à travers son anglais achevaient le travail.

La discussion s'engagea un peu péniblement, la jolie blonde sentant les réticences de son interlocutrice sur ses capacités alors qu'elle lui présentait succinctement le fonctionnement du Club et de la salle. Attentive, Crystal nota toutes ses informations dans un coin de son esprit, avant que ne vienne la partie la plus intéressante : le test.

Puisque ce club incluait de lancer des sorts sur ces camarades, il était bien normal de tester les capacités de ses futurs membres, pour s'assurer autant que possible que personne ne sortirait en charpie d'un duel. Les prises de risques devaient être contrôlées, hélas, et il était bien évidemment qu'une maîtrise approximative des sorts d'attaques pouvaient se révéler dangereuse...

Pour cette évaluation, on lui répéta donc les règles en vigueur avant de lui assigner un partenaire, qui lui glissa un horripilant : "T'inquiète pas, j'vais essayer d'être sympa". Crystal ne répondit rien, mais un fin observateur pouvait deviner remarquer qu'elle lui décocha un regard de prédateur alors qu'il lui tournait le dos pour prendre sa place.

Laissant tomber sa cape et ses affaires, Crystal dégaina sa baguette et rejoignit son adversaire. Elle se demandait ce que ça allait donner, de quelle fourberie il serait capable pour prouver qu'elle n'avait vraiment rien à faire ici. Et elle avait hâte de pouvoir lui faire perdre cet insupportable petit sourire goguenard qu'il arborait.

En place, ils échangèrent les saluts d'usage, et à la surprise générale, quand l'arbitre donna le top départ, la serdaigle fut la première à attaquer. Les étincelles de magie caractéristiques d'un stupéfix s'échappèrent de sa baguette pour aller s'éclater contre le protego in extremis de son adversaire. Crystal lui retourna un petit sourire satisfait alors qu'il affichait un air surpris.

Elle aurait sans doute pu profiter de ses précieux instants gagnés en l'ayant surpris par l'usage d'un sortilège informulé pour le harceler et l'acculer jusqu'à ce qu'il commette une erreur, mais elle était là pour être évaluée, alors autant offrir un duel à peu près équitable à ses évaluateurs.

Et elle le regretta un peu, parce que la suite du duel fut désagréablement serré. Les sorts fusaient les uns après les autres, certains allant à une ou deux reprises s'écraser contre les murs tandis que les jeunes sorciers préféraient esquiver à l'ancienne pour essayer de trouver une ouverture dans la garde de leur adversaire ou parce qu'ils n'auraient simplement pas eu le temps de lancer un contresort.

La mignonne petite serdaigle se défendait bec et griffes, donnant tout son sens au "claw" de sa maison. Elle était concentrée sur le duel mais surtout, elle semblait sincèrement apprécier cet échange, la rapidité de l'action, son instantanéité. Il n'y avait pas de place au mensonge, ni aux apparences. Il fallait simplement être meilleur que l'adversaire, dénicher ou forcer une faiblesse pour s'y engouffrer, frapper et frapper encore jusqu'à ce sa baguette vole loin de sa main. On était bien loin de l'image lisse et sans défaut de la délicate enfant.

Néanmoins, la récréation se termina sur un dernier sort alors que l'arbitre annonçait la fin du test sans qu'aucun des adversaires n'ait pris finalement le dessus sur l'autre. Une chance quelque part, parce que Crystal sentait qu'elle commençait à perdre du terrain. Et avouons-le, elle n'appréciait pas spécialement de perdre la face devant qui que ce soit... Même si elle essayait généralement de contrôler son côté revanchard, il était quand même là, bien caché.

Crystal rangea sa baguette dans son étui et descendit de l'estrade d'affrontement en remettant de l'ordre dans ses cheveux avant de réajuster sa tenue. En quelques instants, elle redevint l'élève modèle qu'elle prétendait être, et récupéra tranquillement ses affaires pendant que la présidente du club délibérait.

Cette dernière finit par l'appeler et lui annonça la bonne nouvelle : elle était prise. Rendez-vous dès la semaine prochaine pour les premiers entraînements. Sans retard, cette fois. Crystal acquiesça sobrement, la remerciant poliment avant de tourner les talons. C'est qu'elle n'était pas vraiment douée pour les interactions sociales et qu'elle avait encore des choses à faire, mine de rien. Comme par exemple, savourer son entrée au club en explorant le château.

De particulière bonne humeur après ce premier duel, la jeune fille ne put réprimer le sourire qui fleurit sur son visage, lui conférant aussitôt un air bien plus sympathique et moins guindé qu'à son habitude.

Elle s'apprêtait à simplement quitter les lieux quand son regard croisa celui d'un serpentard qui ne l'avait pas lâché des yeux depuis qu'elle avait mis un pied dans la salle. Il n'avait rien dit jusque là, l'observant simplement comme si elle était une bestiole bizarre qu'il n'avait encore jamais vu. Cette attitude avait en général le don d'agacer la serdaigle, mais pour une fois elle avait le coeur léger, alors elle s'en trouva juste amusée. Arquant néanmoins un sourcil, perplexe, elle le fixa à son tour quelques instants, soutenant son regard sans ciller avant de lui lancer avec une pointe de sarcasme :

-J'espère que tu auras apprécié le spectacle.

_________________
Show me your world | ft. Oswin Giphy
I'm not your voodoo doll,
The Ravenheart
Revenir en haut Aller en bas
Oswin L. Feuerbach
staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning

staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 980
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyMer 6 Mar - 23:50


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach



L’année débutait à peine, que déjà tu te trouvais perdu. Le château t’était familier, pourtant toujours en prise de ta perdition, tu ne t’y retrouvais plus tant à ta place, sans doute car tu avais oublié où elle se trouvait. Tu n’pouvais oublier Marlène t’annonçant que tu avais été victime d’un Oubliette – peut être était-elle dans le vrai, peut-être avais-tu oublié une part de toi. Assez importante pour te causer des maux de tête, et des terreurs nocturnes, te redressant dans ta chambre de Prefet-en-chef en recherchant une présence sans savoir laquelle. Tu te sentais seul, horriblement, l’agacement et la frustration te rendant plus vindicatif et colérique que tu ne l’étais déjà. Il ne se trouvait que Lysie Raye, ta binôme, pour calmer tes coups d’sang, te rappeler que tu avais un rôle à tenir, et que tu devais être un Prefet impartiale – pas un dictateur.
Soupirant, tu cherchais à retrouver cette flamme qui t’habitait avant, ce besoin de connaissance, de savoir, te faisant prendre pied à la réalité. Être présent au monde, à l’instant, pour savourer ce qu’il se trouvait d’intéressant, de nouveau, d’excitant. Rien ne te mettait en émoi dans les cours dispensés pour vos ASPICS – parce que tu lisais beaucoup tu apprenais peu avec les professeurs, sauf dans les matières en options que tu avais en affection. Tu n’pouvais pas te contenter de cela – cependant – et espérait trouver ton compte auprès des clubs dont tu étais membre.

Le Club de duel se réunissait de plus en plus souvent cette année – pas que tu ignorais pourquoi, mais refusais d’entrer dans les énièmes conversations stériles à répéter les noms des morts et des disparus, un air apeuré sur la gueule et la voix qui se faisait de plus en plus basse. A parler de la guerre, tu préférais te demander pourquoi, et osait trouver quelqu’un capable de te répondre – pas de fatalement l’accepter comme une évidence. Tu recherches les âmes combattives, la raison de te battre, l’envie d’être hargneux ou courageux – imprudent plutôt, car tu ne manquais pas de courage quand il s’agissait de défendre tes convictions, ou de t’élever face à tes camarades. Peu de choses t’effrayaient vraiment – tu étais un homme de science, curieux et aimant l’expérience alors l’inconnu ou la nouveauté étaient des choses excitantes dans ta vie. Mais te battre – tu étais un être sans violence, désireux de laisser place à la logique plutôt qu’à tes muscles. Tu en avais – la pratique du Quidditch t’assurait une forme physique certaine. Mais tu doutais que le meurtre de masse soit une stratégie politique recevable – vraiment. Ou même qu’elle puisse expliquer une quelconque idéologie pour un monde meilleur. Pourtant, tu suivais les cours du Club de Duel, venant chaque semaine dans la pièce pour observer tes camardes s’entrainer à se battre – se défendre, attaquer, ou quoi d’autre ? Faire les paons en se proclamant les meilleurs dans la matière ?
Tu étais perplexe, te tenant loin du reste de la foule, avec un air plus penaud qu’à l’habitude. Tu ne désirais pas tant te battre ce jour-là, mais ne trouvait pas d’autres chose à faire que te trouver là.

C’est alors que la porte s’ouvrit, laissant entrer une jeune sorcière – Serdaigle – dont le visage ne t’était pas familier. Ce qui restait étrange, tu restais souvent dans la salle des érudits, à discuter avec eux – d’autant que ta fiancé faisait partie de cette maison, et que tu trouvais un certain plaisir à sa compagnie. Mais la figure de poupée parfaitement coiffée t’était étrangère – tu prenais le temps de la juger du regard, apprivoisant ses courbes, sa tenue parfaite, ses chaussures brillantes, son maquillage en place, ses cheveux divins. « Désolée pour le retard. Je n'ai pas encore complètement apprivoisé les escaliers » Tu reconnus l’accent – sans doute parce qu’il était prononcé, mais aussi parce que tu souffrais toi-même d’avoir des restes de ton allemand natale – parce que tu es polyglotte tu prenais rarement l’accent des différentes langues que tu pratiquais. Mais elle, c’était étranger, exotique, et plaisant à la fois pour ton oreille.
Te voilà à l’observer, quand elle monte sur l’estrade pour échanger quelques rapides sortilèges avec l’un de ces Gryffondors tempétueux. Tu préférais l’ignorer – il faisait parti de ceux que tu ignorais allègrement sauf lorsqu’il s’agissait d’ôter des points durant tes rondes de préfet. Mais elle, tu ne la quittais pas des yeux, admirablement surpris de la voir user de sortilèges informulés avec autant de souplesse et de rapidité. Une chose qui n’était pas donné à tout le monde – et ton palpitant se mettait alors à scandé un désire de l’approcher. Pour lui parler, la découvrir – une chose enfin qui te faisait prendre conscience de l’instant présent. Ton intérêt chaviré au profit d’une étudiante étrangère. Sans doute arrivé cette année – ou alors tu avais pu être aveugle auparavant, et il te fallait régler absolument cette erreur.

Tu restais dans l’ombre, attendant qu’elle descende de scène, ravie d’avoir pu assister à un spectacle si glorieux – et il était rare que les étudiants soient si sérieux quand il s’agissait du duel. Rare aussi de voir des sortilèges si adroitement exécuté. Mais après tout, le Club de Duel était le lieu de tous les talents. La voilà qui descendait, parlant quelques instants avec la présidente du Club pour se retourner, et reprendre cet air pincé et contrôlé. Une poupée, un sourire étrange flottant cependant sur ses lèvres – te prouvant qu’elle était un mystère à déchiffrer, qui ne pouvait que te ravir. Elle croisa alors ton regard, s’arrêtant non loin de toi – ce qui ne manquait pas de te faire te redresser. « J'espère que tu auras apprécié le spectacle. » Tu savourais le sarcasme sur sa langue, ton sourire se faisant plus grand encore. Alors seulement tu sortais de l’ombre, découvrant ton maquillage, les paillettes dans tes cheveux parfaitement relevés en piques, ta tenue arborant l’insigne de préfet-en-chef, et tes chaussures à la mode. « C’était pas mal pour une première fois. » Qu’tu réponds en laissant ton accent glutural s’faire plus prononcé – comme une manière de lui faire entendre que tu t’trouvais pas être un anglais de pur souche. « J’ai surtout pas pu m’empêcher de me demander qui tu étais. J’crois pas avoir déjà vu c’beau minois auparavant. » Ajoutes-tu avec courtoisie, prenant sa main pour la mener à tes lèvres, comme à l’ancienne. « Oswin Feuerbach, enchanté. Très impressionné par ta maitrise des sortilèges informulés je dois l’admettre. »

_________________
and i love
and i loved
and i lost you

il passait des heures à se contraindre à sourire, à ne plus penser à qui il était, ce qu'il était censé faire sur cette terre étrangère où rien ne lui parlait - il était rendu muet, sourd, aveugle aux beautés de ce monde et inquiet il continuait d'avancer, refusant de rester immobile de crainte d'en mourir. Il était alors certain qu'à marcher dans le vide, il finirait irrémédiablement par sombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal A. Odrinth
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 133
Date d'inscription : 20/02/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyJeu 7 Mar - 17:06




Pas même une once de surprise dans le regard. C'était décevant, vraiment. Crystal aurait apprécié de le prendre au dépourvu, même pour une fraction de secondes, en l'abordant aussi frontalement. Mais non, il ne lui offrit rien de plus qu'un sourire un peu plus large, comme satisfait qu'elle lui facilite le travail. Dans son allégresse, elle venait de perdre l'occasion de l'étudier un peu à son tour, de voir ce qu'il lui voulait exactement. Tant pis. Ce n'était pas comme si elle pouvait faire  marche arrière de toute façon.

Elle le détailla rapidement alors qu'il se dressait pour sortir de l'ombre où il était reclus, à l'écart. Des yeux charbonneux, une coiffure impeccable bien qu'inattendue avec ses petites paillettes, monsieur était donc coquet. Peut-être même plus que toi, songea la jeune fille. Mais ce que Crystal remarqua surtout, c'était le petit insigne épinglé à sa poitrine. Il ressemblait à celui des préfets, mais était bordé des couleurs des quatre maisons de Poudlard. En quelques instants, la demoiselle saisit la subtilité : il devait être l'un des préfets-en-chef de cette école. Par conséquent, il devait être un peu plus vieux qu'elle, et surtout connaître le château comme sa poche.

Notant ces informations dans un coin de son esprit, la serdaigle l'observa franchir l'espace qui les séparaient pour venir se planter devant elle, l'obligeant à lever le nez pour accrocher de nouveau son regard.

« C’était pas mal pour une première fois » furent les premiers mots qu'il lui lança. C'était de bonne guerre, assurément, mais elle ne put s'empêcher d'arquer un sourcil, le fixant avec une intensité redoublée, comme si elle était à deux doigts de le défier. Bien sûr, elle n'en fit rien, rapidement intéressée par l'accent qui dénotait également dans son anglais. Germanique peut-être. Difficile à dire.

Crystal laissa cette question en suspens tandis qu'il lui expliquait rapidement ce qu'elle avait fait pour attirer son attention. Pas grand chose, à part simplement exister vraisemblablement. Cet aveu l'amusa à peu près autant que les manières qu'il déploya pour la saluer. Elle ne savait pas exactement ce qu'il cherchait à prouver en agissant ainsi : qu'ils évoluaient dans la même sphère ou bien qu'il était lui aussi digne de son intérêt ?

Hélas il apprendrait bien vite que la flatter sur des aspects aussi superficiel que son apparence n'allait pas beaucoup l'atteindre. Ou peut-être qu'elle allait jouer le jeu un temps, voir jusqu'où il comptait aller dans la flagornerie avant de lui faire part du ridicule de ses tentatives.

« Oswin Feuerbach, enchanté. [...] »

Ah. Donc elle avait vu juste. Avec un nom pareil, il ne pouvait être qu'allemand. Lui réservant son sourire le plus gracile, Crystal se fendit en légère révérence après qu'Oswin eut frôlé des lèvres le bout de ses doigts.

-Mon ancienne Académie n'a pas le prestige de Poudlard, mais on y apprend deux-trois choses intéressantes, lui répondit-elle dans une apparente modestie, replaçant ses deux mains devant elle sur les quelques livres qu'elle avait traîné jusqu'ici.

En vérité, elle était très fière de ses capacités parce qu'elle avait travaillé dur pour les développer. Alors qu'on reconnaisse son talent lui mettait toujours du baume au coeur -bien que le baiser d'un détraqueur n'aurait certainement pas suffit à le lui faire reconnaître.

-Ravie également, Oswin. Crystal Odrinth.

Malheureusement, rien de son nom ou de son prénom ne renseignait sur ses origines. Si le sorcier était curieux, il faudrait sûrement qu'il lui demande directement.

-Comme tu l'as justement deviné, je suis nouvelle ici.

Nouvelle et avec quelques difficultés d'adaptation. A commencer avec les escaliers. Au départ, elle avait cru à des mouvements cycliques, mais elle s'était vite rendu compte qu'au final ces satanées marches n'en faisaient qu'à leur tête. Et elle n'aimait pas beaucoup l'imprévisible la demoiselle, surtout pas de la part du mobilier. Et puis il y avait aussi cette histoire d'énigmes à résoudre pour accéder à la tour de sa maison. Qu'est-ce que ça pouvait être pénible d'attendre que ce fichu tableau ait fini de poser ces questions ! Enfin... Sans doute qu'elle s'y serait fait d'ici quelques semaines, en attendant, comme elle le confia au serpentard :

-Et ce château n'est encore qu'un immense labyrinthe à mes yeux...  

_________________
Show me your world | ft. Oswin Giphy
I'm not your voodoo doll,
The Ravenheart
Revenir en haut Aller en bas
Oswin L. Feuerbach
staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning

staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 980
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyMer 3 Avr - 23:44


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach


Y a peu de choses pour te laisser sans voix. Tu te laisse pas aisément surprendre, ni plus que tu détiens assez de modestie pour voir les autres comme supérieurs à toi. T’as juste assez de bienséance pour offrir aux sangs purs le respect auquel ils ont naturellement droit de ta part. T’es pas idiot – et tu le sais pertinemment – t’es un sang mêlé, et de ce fait t’as à courber l’échine devant ceux qui tiennent le parfait pouvoir entre leurs mains. T’as cependant à te battre constamment entre tes idéaux, et ton opinion sur les autres. T’es rapide à jugé, à te faire une idée, et c’est difficile pour toi d’admettre que tu as pu avoir tord. Alors tu te fie constamment à ta première idée sur les étrangers. Fort heureusement pour la belle étrangère, sa force et la fluidité de tes mouvements te font penser que t’as peut être trouvé quelqu’un d’intéressant. Enfin.

Tu sais plus tant te souvenir pourquoi t’as décidé de t’inscrire dans le club de Duel. T’es pas mauvais, mais clairement tu prends moins de plaisir que les autres à te donner en spectacle sur la scène. Pas que tu sois du genre timide, et tes tenues extravagantes le prouvent sans doute, mais t’as mieux à faire qu’à perdre ton temps à mettre les autres à terre. Tu doutes pas que tu en sois constamment capable, ta prétention se blessant rarement face à un adversaire de taille. Ou plutôt, lorsque c’est le cas tu t’en tires avec une révérence, une pirouette, et des nuits blanches à étudier plus ardemment encore la magie, et les sortilèges d’attaque. T’es pas fait pour être un duelliste, rêvant plutôt de diplomatie et de politique pour plus tard.

Ce que tu préfères c’est découvrir les autres, les observer, te faire détective – tu souris à la jeune étudiante, devinant sans mal qu’elle doit être nouvelle à l’école. Sans doute aurais-tu fait attention à un talent pareil sinon. Et offrant un sourire, et quelques compliments, tu es ravi de la voir te les rendre, sans t’ignorer. « Mon ancienne Académie n'a pas le prestige de Poudlard, mais on y apprend deux-trois choses intéressantes » « En plus des sortilèges informulés ? » demandas-tu, ta curiosité piquée à vif. T’as le palpitant qui s’éveille, ton attention entièrement tourné vers la jeune femme, oubliant tout ce qu’il se déroule autour de vous. Tu ne fais plus attention à ceux qui montent sur l’estrade pour échanger quelques passes et sortilèges. Tu ne fais plus attention au professeur qui gueule les règles du jeu. Tu ne vois qu’elle, caressant du regard son visage de poupée, son air froid et sa posture altière. Vous pourriez faire des alliés parfaits – penses-tu – et comme il est difficile pour toi de trouver des personnes pour piquer ton intérêt, tu te décides à te rendre sociale pour l’occasion, présentant plutôt ton prénom pour faire plus ample connaissance.

« Ravie également, Oswin. Crystal Odrinth. » Tu caches ta déception à ce nom original mais ne laissant rien deviner de ses origines. Ce qui ne rend le jeu que plus intéressant encore. Tu laisses le nom se faire un chemin dans ton esprit – et si par habitude tu préfères ignorer les noms des autres, tu mets un point d’honneur à te souvenir ceux des personnes que t’as à la bonne. Crystal – douce et claire comme un diamant, mais piquant également. Tu souris, décidant que tout cela lui va à la perfection. « Comme tu l'as justement deviné, je suis nouvelle ici. » « Bienvenue à Poudlard dans ce cas. » Dis-tu avec politesse, faisant un geste autour de toi, comme si tu lui ouvrais les portes du château – un geste théâtral qui fait montre de ta capacité à te mettre en spectacle, et tes mouvements aussi fluides qu’amples. « Et ce château n'est encore qu'un immense labyrinthe à mes yeux... » Tu souris, sachant comme cela peut être difficile de s’y retrouver dans les hectares immenses du château et d parc. Sans compter les murs moqueurs, et les escaliers joueurs qui ont tendance à changer de place, ou à ouvrir des portes qui ne mènent nul part. « On a tous connus ça à notre arrivé. Fort heureusement pour toi, je suis préfet-en-chef ici, ce qui signifie que c’est aussi mon devoir de m’assurer que tu trouves tes marques. » Dis-tu sans cacher ton orgueil.

« Sortons d’ici, déjà, et je pourrais te faire visiter peut être ? » Proposes-tu en lui montrant la porte de sortie, désireux de passer plus de temps avec elle, que tu n’en perds en restant dans cette pièce où les autres t’indiffèrent prodigieusement. Tu marches doucement, l’observant de côté. « C’est rare de voir des étudiants transférés d’une autre école. En général, Poudlard aime à penser que ses élèves ont un trop bon niveau pour permettre d’autres élèves de les rejoindre en cours d’année. » Tu le sais, t’as assez souvent observer les autres, et les archives de l’école pour savoir qu’ils ont été peu nombreux à pouvoir intégrer ces cours en cours d’études. Les Raye sont une première exception, et tu sais qu’ils brillent tous d’un certain talent. « Ce qui me fait penser que tu caches de nombreux talents. Crystal Odrinth – il me semble que tu as un accent, mais je me trouve incapable de deviner d’où. »





_________________
and i love
and i loved
and i lost you

il passait des heures à se contraindre à sourire, à ne plus penser à qui il était, ce qu'il était censé faire sur cette terre étrangère où rien ne lui parlait - il était rendu muet, sourd, aveugle aux beautés de ce monde et inquiet il continuait d'avancer, refusant de rester immobile de crainte d'en mourir. Il était alors certain qu'à marcher dans le vide, il finirait irrémédiablement par sombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal A. Odrinth
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 133
Date d'inscription : 20/02/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyJeu 11 Avr - 17:48




Crystal s'intéressait rarement aux autres. Elle était curieuse de beaucoup de choses, avide de bien des savoirs, mais pas de celui-là. C'est que malgré les apparences, elle n'était pas aussi froide et imperméable qu'elle voulait bien le prétendre. Son petit coeur d'oiseau s'ébranlait rapidement, parfois pour pas grand chose, et parfois même pour ceux qui le ne méritaient certainement pas, sans qu'elle ne puisse, hélas, rien y faire. Elle le savait, même si c'était sûrement plus inconscient que réfléchi, et de fait, elle préférait voir la plupart des autres étudiants comme des inconscients méprisables plutôt que comme de potentiels camarades. Et son avis sur les adultes n'était pas beaucoup plus élogieux, bien qu'elle préfère toujours leur compagnie aux gens de son âge.

Pourtant, il arrivait parfois qu'un individu trouve grâce à ses yeux. Cela restait rare, et bien souvent motivé par un statut, un nom ou une compétence dont dont elle pensait pouvoir tirer quelque chose. Et Oswin semblait entrer dans cette catégorie là, avec son allure atypique et son insigne de préfet en chef. Plus encore, si elle s'en réjouissait intérieurement, Crystal était étonnée de le voir s'intéresser ainsi à elle. Raison pour laquelle sans doute, elle se montrait si... accessible avec lui. Si conciliante.

« En plus des sortilèges informulés ? »


Elle crut déceler un peu de surprise dans la question, ce qui l'amusa. D'après ce qu'elle savait du programme de Poudlard, les sortilèges informulés n'étaient abordés que durant la sixième année d'étude, ce qui n'était pas très différent de son ancienne académie. Crystal s'était intéressée à cette technique pour des raisons personnelles -tourmenter ses camarades étant bien plus efficace quand ils souffrent des effets d'un maléfice sans avoir entendu la moindre formule être prononcée, et avait approfondi sa maîtrise en s'y découvrant un talent naturel. Rien d'étonnant pour une jeune fille avec tant de choses en tête et si peu de facilité à les communiquer. Mais puisque son interlocuteur ignorait aussi bien d'où elle venait que ce qui pouvait bien s'enseigner dans son ancienne Académie, la jeune islandaise prit le parti de ne pas démentir. Crystal inclina légèrement la tête sur le côté en lui répondant d'un simple sourire énigmatique et d'un regard pétillant d'une légère dose de malice, l'air de dire va savoir...

Elle devait bien reconnaître que jouer les mystérieuses lui procurait un certain plaisir en ce début d'année. Quand on fréquentait une école en pension, ce n'était pas fréquent de pouvoir s'adonner à ces petits jeux, et elle comptait bien en profiter le temps que cela durerait. Et Oswin semblait apprécier le jeu lui aussi, à l'affût du moindre indice qui lui permettrait de décrypter la nouvelle. Crystal pouvait presque voir les rouages de son esprit s'agiter alors qu'il se répandait en politesse pour lui souhaiter la bienvenue. La manière qu'il eut de mettre l'emphase sur son rang à Poudlard n'échappa pas à la demoiselle, la confortant dans l'attitude qu'elle avait choisi d'adopter avec lui : s'il était si fier de sa position, elle se ferait un plaisir et un devoir de lui donner toutes les opportunités pour en faire usage en sa présence...

Et ça ne tarda pas.

« Sortons d’ici, déjà, et je pourrais te faire visiter peut être ? »      

Elle acquiesça sobrement, en digne héritière qu'elle était.

-Tu me rendrais un fier service. Avec plaisir.

Ainsi, l'aigle et le serpent laissèrent derrière eux la salle de duel. Oswin s'effaça en bon gentleman pour céder le passage à sa consoeur et rejoignit bien vite son côté pour la mener à travers les couloirs d'un pas tranquille. Pas besoin d'être voyante pour remarquer alors que c'était davantage la perspective d'avoir le fin mot de l'histoire Odrinth qui l'intéressait que celle de lui rendre service. Néanmoins la jeune fille ne releva pas, cela faisait parti du jeu, et peut-être même qu'elle pourrait apprendre deux ou trois choses intéressantes elle aussi.

« C’est rare de voir des étudiants transférés d’une autre école. En général, Poudlard aime à penser que ses élèves ont un trop bon niveau pour permettre d’autres élèves de les rejoindre en cours d’année. »

Un fin sourire étira les lèvres de Crystal. Les circonstances de son arrivée à Londres et le contexte politique chaotique de l'Angleterre avaient indéniablement joué un rôle dans son admission à Poudlard, sa mère ayant savamment mis en avant la sécurité de l'école pour convaincre le directeur de l'y accepter. Mais de l'entretien qu'elle avait passé avec Dumbledore et quelques professeurs par la suite, ainsi que l'examen d'entrée auquel elle avait été conviée pour déterminer à quelle année on devait l'affecter, elle avait bien compris qu'on ne lui faisait pas simplement une fleur pour assurer sa sécurité en l'intégrant à Serdaigle. Elle estimait avoir pleinement mérité sa place ici. Instinctivement, elle resserra un peu sa prise sur les livres qui dormaient entre ses bras.

-J'aime apprendre, lui répondit-elle avant de glisser un regard vers lui, constatant à cette occasion qu'il faisait de même. Et... j'ai la médiocrité en horreur.

Une confession qu'elle gardait généralement pour elle, laissant ses camarades le découvrir par eux-même à leur dépend, mais qu'elle se sentait de partager avec lui. Une intuition, qu'elle espérait ne pas regretter.

« Ce qui me fait penser que tu caches de nombreux talents. Crystal Odrinth – il me semble que tu as un accent, mais je me trouve incapable de deviner d’où. »  

Son sourire s'accentua et elle détourna les yeux, les promenant sur la pierre nue du couloir et le ciel nuageux mis en cage par les lourdes fenêtres. Des choses à cacher, elle en avait des tas, par pudeur parfois, par avarice et par orgueil plus souvent, mais par instinct de préservation aussi. Il y avait certains dons qu'on lui avait appris à ne jamais révéler et elle s'y tenait scrupuleusement. Mais il y avait un mystère qu'elle pouvait consentir à lever.

-Þú hefur ekki hugmynd um hversu margar hlutir ég felur*, articula-t-elle lentement, surveillant les réactions d'Oswin du coin de l'oeil. Est-ce que ça t'aide à trouver d'où je viens ?

Crystal doutait que quelqu'un en angleterre connaisse son pays et encore moins sa langue, l'Islande étant chez les moldus comme chez les sorciers un pays isolé et avare de ses secrets.

-Sinon, je peux sûrement trouver d'autres indices à te donner...

Il y avait un peu d'espièglerie dans son sourire, un brin de défi aussi.


* : Ne parlant pas islandais, c'est du google trad quality pour "Tu n'as pas idée du nombre de choses que je cache."

_________________
Show me your world | ft. Oswin Giphy
I'm not your voodoo doll,
The Ravenheart
Revenir en haut Aller en bas
Oswin L. Feuerbach
staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning

staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 980
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptySam 27 Avr - 3:13


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach



Tu t’illustres pas pour ta tendresse ou ton attitude serviable. Si tu t’mets au contact des plus jeunes pour des cours de tutorats, c’est juste par intérêt – ca t’a permit d’avoir ton rôle de préfet en chef aujourd’hui, et tu sais assez bien jouer avec les règles pour avoir des avantages. Tu sais qu’être préfet, puis préfet-en-chef peut t’ouvrir les portes du ministère, parce que t’as pas ton seul nom pour t’y aider. T’es pas un sang pur, et ca se sait – parce que t’as pas trouvé autre chose à faire qu’à vivre ta scolarité à leurs côtés, rentrant dans leurs bonnes grâces en rendant des services plus ou moins légaux. A t’intéresser à tous les sujets, t’as glissé sur des livres de magies anciennes et noires, découvrant des sortilèges que t’as passé des heures à apprendre à des héritiers Rowle, Crabbe ou Slugorn dans la forêt interdite quand l’moment était propice. Ca t’a permis d’être vu autrement qu’à la manière d’une mouche dérangeante. De même t’as été au service d’Evan Rosier aussi longtemps que t’as pu – lui collectionnant les « petits oiseaux » pour lui permettre d’avoir des yeux partout. S’il a épousé sa belle Allegra Greengrass aujourd’hui c’est en partie parce que t’as été doué pour voler des affaires à son rival direct – t’sais qu’il l’oubliera pas et qu’il a des parents hauts placés au ministère.
Alors t’es doué pour jouer des règles, et pour avec le monde à tes pieds pour en faire ce que tu désires. Mais parfois, quand tu fais preuve d’générosité, c’est pour toi, égoïstement. Parce qu’il se trouve des gens qui sont différents sous ton regard. Des gens qui captent ton attention, et tu peux pas te refuser leurs présences. Assurément, Crystal en fait partie – et t’es prêt à passer autant d’temps qu’il faut avec elle. Loin des habitudes adolescentes d’autres garçons qui auraient simplement vu son corps svelte, son beau regard bleu ou ses longs cheveux blonds, t’as pas de regard érotique ou de flirt dans la voix quand tu lui parles. T’es juste heureux de voir un regard brillant de malice, et une fille qui se bat avec des sortilèges plus originaux que d’autres – maitrisant de plus les sorts informulés. Autant de choses qui t’font battre le cœur.

Alors te voilà hors de la salle de duel, à lui proposer de faire le tour de l’école, et de l’aider à se repérer – tu connais l’école comme ta poche après tout, et tu t’mets une seconde à la place d’une autre étudiante. Il se trouve des couleurs secrets, des escaliers qui aiment à faire des blagues, et des portraits qui ne sont pas toujours coopératifs. Rien qui ne soit vraiment facile pour une nouvelle. Une étrangère – de plus. « Tu me rendrais un fier service. Avec plaisir. » « C’est par là, je te propose de commencer par la bibliothèque ? » Proposes-tu – déjà parce que c’est presque à l’autre bout de l’école, et parce que tu es certain qu’elle va en avoir besoin – l’habitude des érudits étant toujours le même : de trouver les réponses dans les livres. T’as pour habitude de penser que l’apprentissage se trouve là- suffit parfois de lire en travers des lignes, les silences, et les absences autant que le reste. Tu passes ton temps à lire – que ce soit des ouvrages, ou des magasines scientifiques. Tu es pas lasse de ces nouveautés, jamais, et depuis que t’as appris à ton plus jeune âge, il s’est pas trouvé un moment où t’as pas eut un livre dans ton sac ou entre tes mains. « J'aime apprendre. Et... j'ai la médiocrité en horreur. » Ca t’fait sourire prodigieusement d’entendre cela – parfait écho à ton mantra de vie. Après tout, y a rien qui ne soit pire que de se conforter dans la médiocrité, refusant de toucher les étoiles pour se complaire à être sur terre. « Je penses que nous allons bien nous entendre. » Assuras-tu avant de continuer ta marche, pourtant pas t’empêcher de vouloir deviner d’où elle vient.

Aucun indice dans son nom, il te sonne étranger, et nordique mais rien de plus – et il se trouve trop de possibilité pour que tu restes là à être certain de ta réponse. Elle est une énigme, et t’es parfaitement excité à l’apprendre. « Þú hefur ekki hugmynd um hversu margar hlutir ég felur » Voilà une chose à laquelle tu t’attendais pas – voilà qu’elle parle sa langue natale avec une facilité que tu reconnais aisément – c’est la même quand tu t’mets à t’exprimer allemand ou japonais (de ton père ou ta mère). Une chose que tu fais pas souvent, comme il se trouve que ta petite sœur pour le partager avec toi, puis t’as pas tant de choses à dire en secret à Maemi. D’autant que ton père veut que tu parle parfaitement anglais, aussi, et t’empêche d’user de ta langue primaire quand tu es à l’école – et t’as à cœur de toujours faire ce que ton père exige. « Est-ce que ça t'aide à trouver d'où je viens ? » « Ca pourrait bien. » Qu’tu assures avec un sourire en biais. « Sinon, je peux sûrement trouver d'autres indices à te donner... » « Je ne suis pas si désespéré. » Dis-tu avec un brin de malice prétentieuse – tu la vois qui lève la tête avec autant de charisme que toi – tu reconnais cela, une forme de bras de fer qui s’installe doucement entre vous, et qui t’fait naitre des sentiments d’ravissement dans la poitrine.

Les consonances tu les connais – t’as juste besoin de quelques secondes pour les replacer, et une fois que c’une chose faite, tu souris avec triomphe. « Il s’trouve une étudiante ici, Silent Selwyn, d’une famille d’sang pur anglaise et … Islandaise. C’est arrivé qu’on travaille ensemble, et qu’elle m’passe des ouvrages d’sa bibliothèque. J’lis pas l’islandais, mais elle m’a traduit quelques passages parfois. » Qu’tu dis en prenant l’temps de lui expliquer comment t’as deviné – doutant pas que tu sois dans l’juste. « J’ai jamais été en Islande, mais j’vois que les sorciers qui y viennent brillent de leurs éruditions. »


_________________
and i love
and i loved
and i lost you

il passait des heures à se contraindre à sourire, à ne plus penser à qui il était, ce qu'il était censé faire sur cette terre étrangère où rien ne lui parlait - il était rendu muet, sourd, aveugle aux beautés de ce monde et inquiet il continuait d'avancer, refusant de rester immobile de crainte d'en mourir. Il était alors certain qu'à marcher dans le vide, il finirait irrémédiablement par sombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin L. Feuerbach
staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning

staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 980
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptySam 27 Avr - 3:13


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach



Tu t’illustres pas pour ta tendresse ou ton attitude serviable. Si tu t’mets au contact des plus jeunes pour des cours de tutorats, c’est juste par intérêt – ca t’a permit d’avoir ton rôle de préfet en chef aujourd’hui, et tu sais assez bien jouer avec les règles pour avoir des avantages. Tu sais qu’être préfet, puis préfet-en-chef peut t’ouvrir les portes du ministère, parce que t’as pas ton seul nom pour t’y aider. T’es pas un sang pur, et ca se sait – parce que t’as pas trouvé autre chose à faire qu’à vivre ta scolarité à leurs côtés, rentrant dans leurs bonnes grâces en rendant des services plus ou moins légaux. A t’intéresser à tous les sujets, t’as glissé sur des livres de magies anciennes et noires, découvrant des sortilèges que t’as passé des heures à apprendre à des héritiers Rowle, Crabbe ou Slugorn dans la forêt interdite quand l’moment était propice. Ca t’a permis d’être vu autrement qu’à la manière d’une mouche dérangeante. De même t’as été au service d’Evan Rosier aussi longtemps que t’as pu – lui collectionnant les « petits oiseaux » pour lui permettre d’avoir des yeux partout. S’il a épousé sa belle Allegra Greengrass aujourd’hui c’est en partie parce que t’as été doué pour voler des affaires à son rival direct – t’sais qu’il l’oubliera pas et qu’il a des parents hauts placés au ministère.
Alors t’es doué pour jouer des règles, et pour avec le monde à tes pieds pour en faire ce que tu désires. Mais parfois, quand tu fais preuve d’générosité, c’est pour toi, égoïstement. Parce qu’il se trouve des gens qui sont différents sous ton regard. Des gens qui captent ton attention, et tu peux pas te refuser leurs présences. Assurément, Crystal en fait partie – et t’es prêt à passer autant d’temps qu’il faut avec elle. Loin des habitudes adolescentes d’autres garçons qui auraient simplement vu son corps svelte, son beau regard bleu ou ses longs cheveux blonds, t’as pas de regard érotique ou de flirt dans la voix quand tu lui parles. T’es juste heureux de voir un regard brillant de malice, et une fille qui se bat avec des sortilèges plus originaux que d’autres – maitrisant de plus les sorts informulés. Autant de choses qui t’font battre le cœur.

Alors te voilà hors de la salle de duel, à lui proposer de faire le tour de l’école, et de l’aider à se repérer – tu connais l’école comme ta poche après tout, et tu t’mets une seconde à la place d’une autre étudiante. Il se trouve des couleurs secrets, des escaliers qui aiment à faire des blagues, et des portraits qui ne sont pas toujours coopératifs. Rien qui ne soit vraiment facile pour une nouvelle. Une étrangère – de plus. « Tu me rendrais un fier service. Avec plaisir. » « C’est par là, je te propose de commencer par la bibliothèque ? » Proposes-tu – déjà parce que c’est presque à l’autre bout de l’école, et parce que tu es certain qu’elle va en avoir besoin – l’habitude des érudits étant toujours le même : de trouver les réponses dans les livres. T’as pour habitude de penser que l’apprentissage se trouve là- suffit parfois de lire en travers des lignes, les silences, et les absences autant que le reste. Tu passes ton temps à lire – que ce soit des ouvrages, ou des magasines scientifiques. Tu es pas lasse de ces nouveautés, jamais, et depuis que t’as appris à ton plus jeune âge, il s’est pas trouvé un moment où t’as pas eut un livre dans ton sac ou entre tes mains. « J'aime apprendre. Et... j'ai la médiocrité en horreur. » Ca t’fait sourire prodigieusement d’entendre cela – parfait écho à ton mantra de vie. Après tout, y a rien qui ne soit pire que de se conforter dans la médiocrité, refusant de toucher les étoiles pour se complaire à être sur terre. « Je penses que nous allons bien nous entendre. » Assuras-tu avant de continuer ta marche, pourtant pas t’empêcher de vouloir deviner d’où elle vient.

Aucun indice dans son nom, il te sonne étranger, et nordique mais rien de plus – et il se trouve trop de possibilité pour que tu restes là à être certain de ta réponse. Elle est une énigme, et t’es parfaitement excité à l’apprendre. « Þú hefur ekki hugmynd um hversu margar hlutir ég felur » Voilà une chose à laquelle tu t’attendais pas – voilà qu’elle parle sa langue natale avec une facilité que tu reconnais aisément – c’est la même quand tu t’mets à t’exprimer allemand ou japonais (de ton père ou ta mère). Une chose que tu fais pas souvent, comme il se trouve que ta petite sœur pour le partager avec toi, puis t’as pas tant de choses à dire en secret à Maemi. D’autant que ton père veut que tu parle parfaitement anglais, aussi, et t’empêche d’user de ta langue primaire quand tu es à l’école – et t’as à cœur de toujours faire ce que ton père exige. « Est-ce que ça t'aide à trouver d'où je viens ? » « Ca pourrait bien. » Qu’tu assures avec un sourire en biais. « Sinon, je peux sûrement trouver d'autres indices à te donner... » « Je ne suis pas si désespéré. » Dis-tu avec un brin de malice prétentieuse – tu la vois qui lève la tête avec autant de charisme que toi – tu reconnais cela, une forme de bras de fer qui s’installe doucement entre vous, et qui t’fait naitre des sentiments d’ravissement dans la poitrine.

Les consonances tu les connais – t’as juste besoin de quelques secondes pour les replacer, et une fois que c’une chose faite, tu souris avec triomphe. « Il s’trouve une étudiante ici, Silent Selwyn, d’une famille d’sang pur anglaise et … Islandaise. C’est arrivé qu’on travaille ensemble, et qu’elle m’passe des ouvrages d’sa bibliothèque. J’lis pas l’islandais, mais elle m’a traduit quelques passages parfois. » Qu’tu dis en prenant l’temps de lui expliquer comment t’as deviné – doutant pas que tu sois dans l’juste. « J’ai jamais été en Islande, mais j’vois que les sorciers qui y viennent brillent de leurs éruditions. »


_________________
and i love
and i loved
and i lost you

il passait des heures à se contraindre à sourire, à ne plus penser à qui il était, ce qu'il était censé faire sur cette terre étrangère où rien ne lui parlait - il était rendu muet, sourd, aveugle aux beautés de ce monde et inquiet il continuait d'avancer, refusant de rester immobile de crainte d'en mourir. Il était alors certain qu'à marcher dans le vide, il finirait irrémédiablement par sombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal A. Odrinth
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 133
Date d'inscription : 20/02/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyVen 3 Mai - 15:22




En étant transférée à Poudlard, la jeune Odrinth ne savait pas trop à quoi s'attendre des étudiants. Elle se doutait que son intégration serait pénible à vivre, pas qu'elle redoutait la solitude -bien au contraire- mais elle savait ce que ses parents attendaient d'elle et la période ne s'y prêtait pas. Ils n'avaient pas eu besoin de lui donner la moindre indication : elle les connaissait suffisamment maintenant pour comprendre qu'ils se serviraient à coup sûr de sa présence à Poudlard pour nouer ou renouer contact avec les familles de sang pur d'Angleterre. C'était une des raisons -en plus de propager rapidement son image de sorcière modèle et d'étudiante brillante- qui l'avait poussé à s'inscrire à autant de club dès les premiers jours. Car pour le moment, elle ne se sentait pas prête à distribuer sourires mielleux et ronds de jambe pour se mettre bien avec des gamins au nom prestigieux mais... pas forcément à la hauteur de leur réputation familiale.

Et pourtant, elle se retrouvait à arpenter les couloirs de l'école à faire tout cela. Et même pas avec un des illustres fils à papa figurant sur sa liste mentale : le comble de l'ironie. Bon, il était tout de même préfet-en-chef et c'était là tout l'intérêt qu'elle lui avait trouvé avant... avant d'échanger quelques mots avec lui et de se rendre compte qu'elle était peut-être tombée sur le meilleur interlocuteur de toute l'école.

« Je te propose de commencer par la bibliothèque ? »

Rien de tel que cette proposition pour confirmer son impression très agréable d'avoir dégoté la perle rare. Crystal acquiesça sans l'ombre d'une hésitation, bien qu'en vérité, il s'agissait sûrement du seul endroit qu'elle avait vraiment repéré depuis son arrivée. Elle ne manquait pas d'ouvrages personnels sur tout un tas de sujets, ses parents se faisant toujours une joie de lui dégoter les références des bibliographies longues comme le bras qu'elle leur réclamait, mais d'expérience, la jeune fille savait que les bibliothèques étaient les endroits les plus sûrs pour travailler sans être interrompue. Et au-delà de ça, elle se sentait toujours plus en sécurité entourée par l'odeur caractéristique des vieux livres. Se perdre entre les rayonnages comme au milieu d'une forêt dense, était un de ses passes-temps favoris -et un excellent moyen pour entretenir son intuition sans éveiller les soupçons.

« Je penses que nous allons bien nous entendre. »
-Je pense aussi.

S'ils étaient aussi semblables que les premiers temps le laissaient penser, cela ne faisait aucun doute. Et même si leurs intérêts se révélaient finalement différents ou que passer les premières esbrouffes, leurs caractères respectifs finissaient par faire des étincelles, Crystal aurait au moins trouvé un rival digne de ce nom, digne de son respect, si ce n'était de son amitié. C'était bien plus que ce qu'elle avait espéré en se présentant au club de duel ce jour-là.

Et puis découvrir Poudlard en jouant aux devinettes se trouvait être plutôt... distrayant. Et Merlin savait que la jeune Odrinth en avait besoin après l'été désastreux qu'elle venait de passer.

Oswin s'avérait parfait dans ce rôle-là. Son charisme et sa façon de se comporter, sans s'excuser d'être ce qu'il était, s'avérait presque reposant. Il avait confiance en lui -ou le prétendait très bien- et avait visiblement de quoi, ce qui suffisait déjà à le mettre au-dessus du lot. Quand Crystal le charia à demi-mot et qu'il répondit du tac-au-tac qu'il n'était pas si désespéré, saisissant l'ironie de sa consoeur là où d'autres ne l'auraient même pas effleurée, elle sourit avec malice, lui accordant une oeillade complice bien malgré elle.

-Comme tu voudras, lâcha-t-elle sur le même ton.

Elle le laissa réfléchir avec patience, se préparant déjà à le titiller s'il finissait par se tromper parce que ça serait de bonne guerre, et sans réelle méchanceté. De toute façon, il ne devait pas s'attendre à autre chose de sa part en affichant un air si victorieux avant même d'avoir tenté sa chance.

« Il s’trouve une étudiante ici, Silent Selwyn, d’une famille d’sang pur anglaise et … Islandaise. »  

Ah oui, les Selwyn. La mère de Crystal fréquentait leur boutique de Londres de temps à autre et avait peut-être déjà travaillé avec eux sur l'un de ses essais. La jeune fille ne s'en souvenait plus exactement, mais elle se rappelait de la rivalité que sa lignée entretenait avec eux, de fait elle ne les avait jamais vraiment fréquenté et elle ne connaissait Silent que de nom. Cela dit, vu la réputation de cette famille, cela n'avait rien d'étonnant qu'Oswin se soit rapproché d'elle. Après tout, il semblait intéressé par la noblesse et le talent, et cela n'avait pas échappé à la nouvelle venue.

« J’ai jamais été en Islande, mais j’vois que les sorciers qui y viennent brillent de leurs éruditions. »
-Certes... Mais tu es surtout tombé sur deux lignées parmi les plus prestigieuses du pays.

Elle n'en dit pas plus, lui souriant avec malice alors qu'elle gardait un peu de mystère en espérant piquer davantage sa curiosité. Comme elle portait le nom de son père, il n'avait pas beaucoup de chances de trouver de quelle famille "prestigieuse" elle venait, à moins d'être incollable sur les lignées du cru et les légendes islandaises. Ce dont elle doutait un peu, il fallait bien l'avouer. D'autant que la lignée de l'Amandier, si elle jouissait une large réputation en Islande -un peu sinistre par ailleurs, elle n'avait jamais cherché à s'exporter, gardant ses secrets sur l'île volcanique.

-Si l'Islande est une terre d'érudits, l'Allemagne est le berceau de sorciers qui ont du flair. Ou au moins d'un, fit-elle en posant sur Oswin un regard entendu. C'est bien ça le petit accent que j'entends, n'est-ce pas ?

Quelques étudiants bruyants leur coupèrent la route comme la parole, le temps de galoper dans le couloir suivant. Crystal les suivit d'un regard plein de jugement, perdant son air léger l'espace de quelques instants, avant de soupirer doucement et de reprendre la discussion où ils l'avaient laissée.

-Je dis ça parce que j'ai l'impression que tu sais bien t'entourer. Je me trompe ?

_________________
Show me your world | ft. Oswin Giphy
I'm not your voodoo doll,
The Ravenheart
Revenir en haut Aller en bas
Oswin L. Feuerbach
staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning

staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 980
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyVen 7 Juin - 0:33


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach



La curiosité mal placée, celle décriée par les termes de « mauvais défauts », tu la plaçais entre les mains des ignorants. De ceux qui se contentaient d’être égocentrés, à ne voir que le bout de leurs nez, et se créer des problèmes par les agissements des autres. Exaltant les « on dit » et les « savais-tu » pour en faire des bruits de couloir qui excitaient leurs esprits étriquées par les aventures des cœurs et des culs sans pour autant vouloir s’élever plus encore. Tu as toujours trouvé bien trop idiot de s’adoner à ce genre de pratique, bien que les ragots et les rumeurs te revenaient de temps à autres. Les ignorer n’était jamais un problème pour toi, n’y trouvant que peu d’intérêt à moins qu’ils ne soient la porte d’entrée à quelques conquêtes d’alliés que tu pourrais apprécier. Les sangs purs à Poudlard en étaient fous – après tout le ragotage était une activité comme une autre au cours des mondanités, et sans doute de la plus basique si tu en concluais ce qu’Hazel Fawley t’en disait. Tu devrais sans doute te montrer plus curieux des agissements des autres, mais tu ne pouvais que t’en ennuyer, les trouvant tout si incroyablement semblables et tristes.
La curiosité était un art, selon toi, quand elle s’employait à délier les mystères et les secrets, de grandes questions dont les réponses resteraient des « peut-être ». Tu appréciais cela plus qu’autre chose, passant des heures à dévorer des ouvrages obscures sur des questions qui te semblaient essentiels, mais ne feraient assurément pas avancer ton existence de gamin de seize ans. Il était rare que tu trouves un esprit aussi distinguer que le tiens, un qui se trouvait aussi brillant et instruit, trouvant de l’excitation à parler de psychomagie, ou de recherche en malédiction obscure, plutôt qu’à savoir qui serait le couple de l’année lors du bal de Noël. « Je pense aussi. » Mais ce regard pétillant et cette bouche en forme de cœur ne te trompaient pas : l’intelligence lumineuse de l’esprit de Crystal ferait d’elle une alliée de poids à tes côtés. Non pour monter les échelons du ministère comme tu en rêvais, mais pour passer des heures à discuter de choses véritablement intéressantes dans la bibliothèque que tu proposais de lui montrer. Sans doute la connaissait-elle déjà, mais tu ne voyais de raison de te priver de la lui montrer encore.

Tu passes peu de temps finalement à recherche l’origine de son accent, et de son nom. Pas que tu sois vraiment brillant, tu avais surtout de la chance, et à force de te faire proche de chaque sang pur qui se trouvaient à l’école, tu avais su te forger une connaissance sur chaque famille. Silent Selwyn et toi n’étiez pas vraiment proches, mais tu avais pu profiter de quelques conversations avec la jeune femme – et avait fait tes recherches sur son nom. L’Islande était un pays lointain, que tu ne connaissais que peu – mais qui assurément ne manquerait pas de te rendre curieux comme tu en découvrais une autre famille pour te faire palpiter ton intérêt. « Certes... Mais tu es surtout tombé sur deux lignées parmi les plus prestigieuses du pays. » Arquant un sourcil, tu laissais ton sourire se faire plus grand encore, imaginant sans mal que de sa prétention venait une véritable promesse de te faire découvrir de belles histoires si tu te laissais tenter, et t’en montrais digne. Tu sentais déjà l’envie d’en demander plus, de te faire porter par tout ce qu’elle avait à dire – mais son silence te laissait deviner que ce ne serait pas si facile. Tu devrais sans doute trouver le moyen d’entrer dans ses bonnes grâces, à moins qu’il ne te soit donner de faire des recherches pour avoir à discuter de cela avec elle. « Il me tarde d’en apprendre plus à ton sujet dans ce cas. » Répondis-tu avec la même paresse ravie, celle qui te faisait glisser les mots jusqu’à elle sans pour autant montrer ton excitation. Tu te faisais patient – c’était une qualité dont tu ne manquais pas, bien que dès ce soir sans doute tu chercherais des réponses dans les ouvrages que tu connaissais sur les familles de sangs purs. C’est que ceux de l’étranger n’étaient pas si représentaient à l’école mais soit – tu aimais le challenge.

« Si l'Islande est une terre d'érudits, l'Allemagne est le berceau de sorciers qui ont du flair. Ou au moins d'un » Tu te montrais fier sans le cacher – tu étais né de deux pays, mais l’Allemagne avait ta préférence, portant le nom d’une famille de sang pur, qui y avait ses terres depuis des siècles. Que ta mère soit impure, et japonnaise n’était pas un mal cependant – il se trouvait à chaque dix générations, une moldue pour régénérer le sang pur, et empêchait l’inceste ou les cracmols. Ils s’en étaient trouvé aucun représenté dans les branches de familles des Feuerbach, te donnant à penser que cette pratique n’était pas si idiote. Ou alors que vous aviez eut de la chance. « C'est bien ça le petit accent que j'entends, n'est-ce pas ? » « Je pensais m’en être défait depuis le temps que je foule les terres anglaises. Forcé de constater que j’ai encore des progrès à faire. » Admets-tu, bien qu’en te présentant sous le nom de Feuerbach tu n’ai pas été des plus discrets sur ton origine. « On ne manque pas de flair – ni moi, ni les autres. Du moins ceux que je connaisse. » Ta sœur, après tout, n’était pas plus idiote que toi, bien qu’elle se trouve plus idéaliste. Tu savais qu’elle brillait de la même capacité à lire le monde sans se tromper – ayant une meilleure appréhension des émotions et une meilleure lecture des sentiments que toi. C’est qu’elle se teinte de compassion, alors que tu refuse de te faire attendrir par le malheur des autres. Peut être est-ce pour cela que tu étais mauvais au jeu des ragots. « Je dis ça parce que j'ai l'impression que tu sais bien t'entourer. Je me trompe ? » « Suis-je le premier à t’approcher pour te montrer de l’intérêt ? » demandas-tu sur un ton plus amusé – tu sais t’entourer, et reconnaître les personnes qui te feront des alliés de poids, c’était un jeu auquel tu t’adonnais depuis que tu avais passé les portes de l’école. C’était une chose pour laquelle ton père t’avait entrainé lorsque tu étais encore enfant. « J’imagine que je ne porte pas les couleurs de Serpentard pour rien. S’entourer des bonnes personnes est une exigence pour se faire un nom dans ce pays si étroit d’esprit et égocentré. Je ne t’apprends rien cependant. » Dis-tu en te tournant vers elle, arquant un sourcil plus curieux encore. « La bibliothèque est au fond de ce couloir » Dis-tu finalement en ignorant les troupes d’étudiants qui passaient entre vous pour forcer le passage jusqu’aux grandes portes de bois ouvertes, montrant les immenses étagères où les ouvrages vieux de siècles et de siècles, se trouvaient là. « Outre ici, il y a la salle de duel, ou encore les serres de botaniques pour trouver du réconfort, et des esprits un brin éclairés. Mais pour approcher les sangs purs il vaut mieux partager quelques heures dans les clubs de l’école avec eux – j’imagine que c’est une pratique que l’on t’a proposé à ton arrivée ? »



_________________
and i love
and i loved
and i lost you

il passait des heures à se contraindre à sourire, à ne plus penser à qui il était, ce qu'il était censé faire sur cette terre étrangère où rien ne lui parlait - il était rendu muet, sourd, aveugle aux beautés de ce monde et inquiet il continuait d'avancer, refusant de rester immobile de crainte d'en mourir. Il était alors certain qu'à marcher dans le vide, il finirait irrémédiablement par sombrer.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal A. Odrinth
serdaigle ◊ witty, creative

serdaigle ◊ witty, creative


Messages : 133
Date d'inscription : 20/02/2019

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyJeu 13 Juin - 18:48




La discussion se poursuivait tranquillement, malgré quelques interruptions d'étudiants en retard et autres parasites inconscients de l'état de grâce qu'ils venaient menacer. Oui, tout se passait très bien entre ces deux érudits qui apprenaient à se connaître... à leur manière, jusqu'à ce qu'Oswin prononce d'innocents petits mots.

« Il me tarde d’en apprendre plus à ton sujet dans ce cas. »

Le changement d'expression sur le visage de Crystal fut instantané. Son sourire se fana et elle détourna les yeux pour regarder droit devant elle. Elle n'avait pas l'habitude qu'on s'intéresse à elle et encore moins qu'on lui fasse savoir aussi frontalement. Déroutée, voir même carrément perturbée par cette prise de conscience subite, elle se distancia de la conversation alors que quelques ombres venaient recouvrir son visage d'un voile de pudeur et de craintes.

En un instant, la belle islandaise était partie loin, très loin du château de Poudlard et de son guide, comme si son esprit avait transplané hors de son corps pour l'emmener... ailleurs. Vers son Islande natale peut-être ? Vers tous les secrets et mauvais souvenirs qui y étaient enterrés. Ses doigts se portèrent machinalement à son cou et extirpèrent une petite chaînette et son pendentif turquoise du col de l'uniforme de Serdaigle. Une réaction incontrôlée, un besoin vital, comme à chaque fois que Crystal avait besoin de se raccrocher à quelque chose pour ne pas perdre pied dans les eaux sombres de son esprit.

Elle tritura la pierre montée sur son support doré quelques instants, caressant sa surface froide du bout des doigts comme d'autres pourraient serrer leur peluche ou leur familier fort dans leurs bras. Cette habitude rassurante la ramena sur terre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire et Crystal parvint à chasser la sensation désagréable qui l'avait saisie à l'idée qu'on découvre son passé, son histoire et ses secrets.

Après tout, Oswin n'apprendrait rien de plus que ce qu'elle voudrait bien lui dire ou que les livres consentiraient à lui révéler. Rien donc qui ne méritait une telle réaction...

Préférant néanmoins détourner la conversation pour s'éviter des questions inutiles, Crystal retrouva timidement son sourire et demanda au préfet-en-chef de lui confirmer ses doutes sur ses propres origines, en plus de le flatter pour lui faire oublier les instants de flottement un peu étranges.  
 
Malheureusement, malgré ses tentatives d'éloigner le sujet, Oswin la relança bien vite, l'air de rien.

« Suis-je le premier à t’approcher pour te montrer de l’intérêt ? »

Perspicace le Serpentard. Et cette fois, le sourire de la jeune Odrinth s'élargit un peu. Oswin semblait attentif à tant de détails qu'elle n'aimerait pas être opposée à lui qu'importe la situation. Pour lui répondre, elle hocha doucement la tête, continuant à fixer un point vague au fond du couloir.

-Tu l'es. D'habitude, je ne suis pas quelqu'un de facile à approcher, expliqua-t-elle sans s'en émouvoir.

La solitude lui allait bien au teint. C'était ce qu'elle se répétait toujours, surtout quand cet état de fait commençait à lui peser. D'un autre côté, se mêler à n'importe quel groupe pour tromper la solitude ne l'intéressait pas le moins du monde. La plupart des gens ne lui inspiraient qu'indifférence ou vague mépris et se tenir en leur présence était un effort de tous les instants.

Mais peut-être que cette année allait être différente des autres si des personnes comme Oswin faisaient irruption dans sa vie. Peut-être que pour une fois, elle ne serait pas face à un gouffre béant quand l'envie lui prendrait de discuter avec quelqu'un d'intéressant. Poudlard recelait définitivement de bien des surprises...

« J’imagine que je ne porte pas les couleurs de Serpentard pour rien. S’entourer des bonnes personnes est une exigence pour se faire un nom dans ce pays si étroit d’esprit et égocentré. Je ne t’apprends rien cependant. »

Effectivement, rien de nouveau sous le soleil. Quant à l'étroitesse d'esprit du pays... Crystal n'y vivait pas depuis suffisamment longtemps pour se prononcer. Ses standards étaient par ailleurs sans doute différents de ceux d'Oswin d'avoir grandi dans un tout autre contexte. Mais pour le reste... oui, elle connaissait la réputation des Serpentards bien avant d'avoir posé un pied à l'école. Son père était un ancien de cette maison et si tous les vert et argent n'avaient qu'un quart de son ambition et de sa ruse, alors ils n'étaient pas les moins intéressants. Sans compter que la plupart des familles prestigieuses avaient fait leurs classes sous la bannière du serpent dressé.

Crystal avait espéré y entrer quand on l'avait répartie et... n'avait pas trop su comment prendre son accession à Serdaigle avant de fouiller plus en profondeur les rites de l'école et les mythes fondateurs de chaque maison. Le choixpeau lui avait reconnu plus d'érudition que d'ambition pour la placer chez les rapaces. Pas de quoi rougir donc. Et puis, comme ne cessait de le répéter sa famille "le savoir, c'est le pouvoir".

-Mon père serait entièrement d'accord avec toi sur ce point. Ma mère un peu moins... Pour elle, un esprit brillant ira toujours plus haut et plus loin que le commun des mortels.

Et elle en était l'illustration parfaite. Il suffisait de l'entendre converser dans l'un ou l'autre des événements mondains pour se rendre compte que femme ou pas, étrangère ou pas, elle pouvait réduire en poussière l'ego d'à peu près n'importe qui en quelques mots éclairés. Crystal ne put retenir un petit sourire en songeant à la dernière démonstration en date de sa mère... Iekaterina n'était définitivement pas femme à se laisser marcher sur les pieds et elle avait pris grand soin d'élever sa fille dans la même optique. Ce qui expliquait par ailleurs qu'à seize ans et malgré son statut social, Crystal n'avait pas été offerte en fiançailles à qui que ce soit.

« La bibliothèque est au fond de ce couloir »

La jeune fille acquiesça en laissant son regard se promener sur les grands rayonnages. On sentait qu'elle ne les voyait pas pour la première fois, mais aussi qu'il s'agissait d'un lieu où elle se sentait bien, presque chez elle. Un univers familier dans tout cet inconnu. S'il voulait la mettre à l'aise, Oswin avait définitivement fait le bon choix.

« [...]Mais pour approcher les sangs purs il vaut mieux partager quelques heures dans les clubs de l’école avec eux – j’imagine que c’est une pratique que l’on t’a proposé à ton arrivée ? »

Si le timbre n'était pas marqué du léger accent germanique, Crystal aurait juré entendre son père... Et même si elle l'admirait sur bien des points, elle détestait qu'il se comporte comme le marionnettiste de sa vie à toujours chercher le moindre intérêt dans tout ce qu'elle pouvait faire. Être la poupée bien sage et docile de ses parents n'était vraiment pas un rôle pour elle. Ne leur en déplaise, elle avait son propre agenda et cirer les bottes de tous les autres sang-pur du pays n'en faisait pas parti. Parce qu'elle savait depuis longtemps que si la pureté du sang jouait potentiellement un rôle dans la puissance magique, cela ne faisait ni le talent, ni le mérite... Et pire que la médiocrité à ses yeux, il y avait la vanité sans fondement que nombre d'héritiers maniaient avec beaucoup trop de facilité.

-Hm-hm, fit-elle tout à ses pensées. Oui. Le club de duel était le dernier où je devais me présenter.

Elle sourit à Oswin en se tournant vers lui, devançant cette fois ses possibles questions pour satisfaire sa curiosité -et peut-être aussi un peu pour l'épater.

-Compte tenu de mes antécédents, on m'a proposé la présidence du club de botanique -que j'ai accepté- et je suis aussi inscrite au club d'astronomie et d'alchimie. J'ai hésité avec le club de potions mais l'horaire ne collait pas avec mon emploi du temps.

Pendant quelques instants, elle fixa Oswin, cherchant à déterminer quelque chose... Sans succès puisqu'elle finit par lui demander :

-Aurais-je la moindre chance de te croiser à un de ces clubs... à tout hasard ?

_________________
Show me your world | ft. Oswin Giphy
I'm not your voodoo doll,
The Ravenheart
Revenir en haut Aller en bas
Oswin L. Feuerbach
staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning

staff & head boy & Serpentard ◊ ambition, cunning


Messages : 980
Date d'inscription : 01/08/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin EmptyDim 23 Juin - 19:01


Show me your world
@Crystal A. Odrinth & @Oswin L. Feuerbach




T'avais appris à t'rendre charmant et subtile - à savoir où s'trouvait ta place dans la hiérarchie sorcière. T'es pas né sang pur, un handicap qu'il a fallut apprendre à gérer avec le temps. Qu'importe ce que tu apprendras, tu sais que la magie te seras moins évidente qu'à un sang pur, de cette royauté tenant le pouvoir depuis un millénaire dans le monde sorcier. Tu sais aussi que ce que tu possèdes de déséquilibrée dans tes veines, t'accordes une force qui tient plus de l'instinct que du contrôle. Tu ignores toutes les possibilités de la magie qui te coule dans les veines, tout comme tu ignores encore beaucoup sur la magie des autres sangs - une chose qui te passionne depuis longtemps, t'poussant à lire tous les ouvrages scientifiques sur le sujet. Il n'y a rien qui ne te rende pas curieux, et t'as pas le projet de tout apprendre sur tout - depuis que tu as appris à lire, tu dévores tous les ouvrages sur tous les sujets qui te tombe entre les mains. Parfois tu t'laisses emporter par l'ennuie mais rien ne vaut la satisfaction que tu ressens à fermer un ouvrage après en avoir ressortit le meilleur.
T'es un sang mêlé, ce qui fait qu'pour monter au sommet t'as appris à te rendre agréable aux autres, à ceux que tu voulais charmer, t'montrer à la fois modeste et mordant, malin et discret. « Tu l'es. D'habitude, je ne suis pas quelqu'un de facile à approcher » Tu vois que ça portes ses fruits, souriant en coin d'cette satisfaction qui te fait chauffer la poitrine de fierté. Tu n'réponds pas, cependant, alors qu'tu la guide dans les couloirs en en apprenant plus sur elle. Tu doutes pas qu'Crystal et toi pourriez rapidement vous entendre - la preuve en est qu'elle se laisse approcher, et que la conversation se fait facile entre vous, bien qu'vous soyez pas aussi expansifs que tu peux l'être avec Hazel - mais la Fawley n'est pas ta meilleure amie pour rien après tout. « Mon père serait entièrement d'accord avec toi sur ce point. Ma mère un peu moins... Pour elle, un esprit brillant ira toujours plus haut et plus loin que le commun des mortels. » « Être ambition n'empêche pas d'être brillant. » Répondis-tu en arquant un sourcil - étonné de sa remarque. Et si elle notait ses parents, tu voulais surtout ce qu'elle en pensait elle. T'es pas dupe - s'cacher derrière l'opinion de ses parents c'était une manière d'éviter de parler de soi-même.

Chose que tu n'as pas fait depuis longtemps - tu délaisses tes parents de plus en plus, comme tu t'fais ton chemin dans le monde des sangs purs. Tu tentes d'faire ton chemin comme tu l'entends, te formant tel que tu veux être sans t'soucier véritablement de ce que tes parents voulaient. Surtout ton mère - ta mère n'a pas eut tant son mot à dire dans cette éducation. Et tu penses être quelqu'un de brillant, ou du moins de curieux - et qui ne manque pas de confiance en toi. Assez pour parler des sangs purs, d'ce sujet qui t'passionne depuis que tu es à Poudlard, mais laisse la demoiselle sur la réserve. « Oui. Le club de duel était le dernier où je devais me présenter. » Tu opines, et avant que tu ais pu poser la moindre question elle te devance pour y répondre - preuve qu'vous commencez à vous deviner aisément. « Compte tenu de mes antécédents, on m'a proposé la présidence du club de botanique -que j'ai accepté- et je suis aussi inscrite au club d'astronomie et d'alchimie. J'ai hésité avec le club de potions mais l'horaire ne collait pas avec mon emploi du temps. » Une fois encore tu opines - des choix intéressants, vraiment. Pas que tu pensais trouver beaucoup de sangs purs en potion ou en Alchimie - mais assurément c'était des sujets qui étaient faits pour des esprits brillants et intéressants. Ce qui étaient différents des clubs de Théâtre ou de cartes explosives que toi-même tu évitais depuis ton arrivé à l'école. « Aurais-je la moindre chance de te croiser à un de ces clubs... à tout hasard ? » « Uniquement en duel je le crains. J'ai quitté le club de potions, et d'échec lorsque j'ai reçu mon badget de préfet-en-chef. Sans compter que je fais encore parti de l'équipe de Quidditch et que notre capitaine aime à faire le plus d'entrainement possible. » Expliques tu en la sondant du regard, comme pour la mettre au défis d'en faire la moindre conclusion. Tu doutes pas qu'elle le fera. « La botanique, c'est un choix intéressant. Une passion personnelle ? » Demandas-tu finalement avec toujours ton sourire en coin. « Peut être que je devrais m'y laisser tenter. »




_________________
and i love
and i loved
and i lost you

il passait des heures à se contraindre à sourire, à ne plus penser à qui il était, ce qu'il était censé faire sur cette terre étrangère où rien ne lui parlait - il était rendu muet, sourd, aveugle aux beautés de ce monde et inquiet il continuait d'avancer, refusant de rester immobile de crainte d'en mourir. Il était alors certain qu'à marcher dans le vide, il finirait irrémédiablement par sombrer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Show me your world | ft. Oswin Empty
MessageSujet: Re: Show me your world | ft. Oswin   Show me your world | ft. Oswin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Show me your world | ft. Oswin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forge World
» Retro Taco Show.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» 05. You roxx my World
» Commande Forge World du Père Noël !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Poudlard :: Le Troisième étage :: Le club de Duel-
Sauter vers: